Les Crises Les Crises
17.septembre.201917.9.2019 // Les Crises

Petits reportages entre amis (macronistes) au JT de TF1. Par Acrimed

Merci 402
J'envoie

Source : ACRIMED, Hugo Pilatime, Pauline Perrenot, 20-02-2019

Le 12 février, le JT de 20h de TF1 diffusait un « reportage » intitulé « Changer ses contrats : c’est facile et ça peut rapporter gros ». Aurons-nous droit à une plongée de la rédaction dans la « vie des Français » ? À une enquête sociale montrant la difficulté de millions de familles à faire face aux dépenses du quotidien ? Pas vraiment… TF1 va plutôt servir aux téléspectateurs ce que l’on appelle aujourd’hui un « journalisme de solution ». En d’autres termes, prodiguer ses « conseils » pour faire des économies, et mieux gérer ses factures. Outre les biais de cette démarche, le reportage va très vite se transformer en un dépliant publicitaire pour une start-up fondée par… un (très) proche d’Emmanuel Macron. Une information d’importance, qui est pourtant passée entre les mailles du script de la rédaction : vous avez dit déontologie ?

Peu après 20h, plus de cinq millions de téléspectateurs ouvrent leurs oreilles dans l’attente de découvrir la solution miracle pour faire des économies sur leurs contrats du quotidien. En guise d’introduction, Julien Arnaud trouve utile de rappeler un principe fondamental :

Les Français n’aiment pas le changement, on le dit souvent, eh bien c’est vrai.

Tenez-vous le pour dit ! Dans la foulée de ce commentaire gratuit, le présentateur introduit l’idée directrice du sujet. Une idée simple comme une publicité :

Pour ce qui concerne leurs contrats dans la vie quotidienne, les assurances, le téléphone ou les banques par exemple, ils changent trois fois moins souvent que leurs voisins européens. […] Et pourtant quand on change on peut faire de très grosses économies. Alors comment s’y prendre ? Ce n’est pas si compliqué comme on va le voir tout de suite.

Et pour le voir, le journaliste nous convie en « reportage embarqué » au domicile d’une certaine Clémence, pour qui « scruter avec attention toutes ses factures » est devenu « un rituel » : « électricité, internet, assurance, pas question pour elle de payer le prix fort. Alors pour dépenser moins, elle n’hésite pas à renégocier ses contrats », s’emballe le journaliste.

« En quelques clics, elle a pu s’en rendre compte », poursuit la voix-off en détaillant les dizaines d’euros d’économie réalisés sur trois factures, dont les logos insuffisamment floutés laissent gracieusement transparaître le nom des entreprises.

Ébloui par le constat, le journaliste s’interroge : « Changer de contrat, c’est pourtant loin d’être un réflexe pour tous. […] Alors, pourquoi ne faites-vous pas jouer la concurrence ? » S’ensuit un micro-trottoir de quelques secondes où des passants pointent « le manque de temps », le « marasme de numéros de téléphone », ou le fait de « ne pas être gestionnaire ».

Autant de problématiques que va rapidement résoudre notre « journaliste de solutions » en prenant la direction d’une start-up spécialisée dans l’aide personnelle à la réduction des factures courantes, « JeChange », dont il va interviewer le fondateur, Gaël Duval : « Pourtant selon ce spécialiste, les obstacles pour changer de contrat sont aujourd’hui beaucoup moins nombreux qu’auparavant ».

Après avoir raconté comment changer de contrat était plus facile parce c’était plus facile, Gaël Duval rend la parole au journaliste, le temps de clore ce « reportage » – ou devrions-nous dire, cette page de publicité – en filmant quelques citations qui ornent les murs de l’open-space en gros-plan :

Bref, la start-up de Gaël Duval n’aurait pu rêver meilleur dépliant publicitaire : merci à TF1, dont le sujet permet en outre de diffuser un point de vue libéral en matière d’économie : outre la célébration directe de la concurrence, ce reportage glorifie l’idée selon laquelle les tarifs de services peuvent varier légitimement du tout au tout, et ce sans aucune transparence vis-à-vis du public. Une autre manière de « responsabiliser » (en langage Macron) les familles précaires, en sous-entendant qu’il ne tient qu’à elles (et à leur temps) de « changer » et de payer moins cher ; entendre « si vous continuez d’être pauvre, c’est que vous l’aurez bien cherché » [1].

 

Publi-reportages entre copains (macronistes)

Mais c’est loin d’être fini. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la facture de TF1, elle, s’alourdit après quelques recherches concernant les deux protagonistes du reportage : qui sont donc Gaël Duval et Clémence Cherier, interviewés par le journaliste de TF1 ?

Le premier est « serial entrepreneur du digital » (sic), co-fondateur et président de la « French Touch Confence », un « événement international et itinérant » visant, selon les mots de son géniteur, à « accélérer la croissance des scale-ups à l’international et mettre en avant les réussites entrepreneuriales françaises à travers le monde. » [2] Il siège également au Conseil national du numérique depuis février 2016, dont les membres sont nommés par arrêté du Premier ministre sur proposition du ministre chargé du numérique, pour un mandat de deux ans, renouvelable une fois. Le 29 mai 2018, le gouvernement reconduisait ainsi le mandat de Gaël Duval [3].

Mais le copinage de Gaël Duval avec le gouvernement actuel est loin de s’en tenir à ça : on apprendra ainsi qu’il « fait partie du premier cercle d’Emmanuel Macron. Il est en effet depuis longtemps à ses côtés et est même l’un des instigateurs de son mouvement » peut-on lire dans un article de Capital, qui décrypte la « dream team » du Président de la République. Un rôle que détaillait le magazine Forbes en février 2017 :

[Gaël Duval] s’engage dans le débat politique en soutenant publiquement« mais sans fonctions opérationnelles » -, précise-t-il tout de go, l’ancien ministre de l’Economie, Emmanuel Macron. « Pour la première fois de ma vie, j’ai eu l’impression de rencontrer un “doer” en l’occurrence une personne qui agit plutôt qu’un mec qui parle », dépeint le fondateur de jechange.fr. Organisateur de certaines levées de fonds« cela marche plutôt bien » évoque-t-il, sybillin et d’ajouter « mais je ne sais pas si cela sera suffisant », Gaël Duval prend également la parole dans les médias et distille quelques conseils, notamment sur la stratégie internet. Objectif : la conquête de l’Elysée qui, après avoir fait office d’utopie, ressemble de moins en moins à un mirage. « Ce serait exceptionnel de gagner du premier coup et d’avoir un président de notre génération qui fasse enfin ce dont notre économie a besoin ».

Ce dernier ne manque d’ailleurs jamais de transparence, n’hésitant pas à relayer sur sa page Facebook, par exemple, sa participation au voyage d’État présidentiel pour rendre visite au Président Trump en avril 2018 :

Autant d’informations on ne peut plus claires qui auraient sans doute mérité d’apparaître dans le reportage de TF1, non ?

(Image issue de l’article de Forbes)

Poursuivons avec la fameuse Clémence Cherier, interviewée au début du reportage : elle n’est autre que la belle-sœur de… Gaël Duval [4], dont elle ne manque pas de vanter un passage médiatique sur sa page Facebook :

Résumons : TF1 commet un publi-reportage d’une start-up, dirigée qui plus est par un très proche d’Emmanuel Macron, détail malencontreusement omis par la rédaction. En appui à ce « reportage », TF1 fait intervenir la belle-sœur du fondateur de l’entreprise promue par la chaîne, omettant là encore de mentionner les liens de parenté. Il serait intéressant que « Jechange » communique sur les retombées de cette opération. Nul doute que le retour sur « investissement » a été fructueux. Si « Jechange » a su tirer les bonnes ficelles pour diffuser une publicité de deux minutes sous forme de reportage journalistique, la plus optimale pour « convaincre le consommateur », le présentateur n’a pas été en reste, reconverti pour l’occasion en commercial-maison. Rien à dire : en matière de plan de comm’, d’indépendance et de déontologie, TF1 est tout à fait dans l’air du temps : une chaîne première de cordée.

 

Quand les grands médias co-fabriquent l’ascension de la famille Duval

Et ce n’est pas encore fini ! On peut dire que TF1 ne lésine pas sur la promotion des activités des Duval. Le 2 août 2018, l’équipe du JT commettait déjà le même genre de reportage publicitaire, embarqué cette fois-ci au cœur de « Yuj Yoga Studio », une salle de yoga parisienne qui a fait des petits dans les arrondissements chics de la capitale [5] et à Chamonix. La fondatrice de cette société ? Hélène Duval, compagne de Gaël Duval et grande admiratrice, elle aussi, du couple Macron, avec qui elle s’affiche sur Facebook au soir de la proclamation de l’élection du Président par le Conseil Constitutionnel, le 10 mai 2017 :

Dans son « reportage », la rédaction de TF1 s’attarde sur la boutique du studio, où se vendent nombre de produits dérivés et vêtements de yoga de la marque créée par la même Hélène Duval, dont la journaliste vante le succès commercial. Le sujet n’est plus visionnable sur le site de TF1, mais son caractère promotionnel est tel qu’il a été posté sur la chaîne youtube de… la salle de yoga en question ! Idem pour M6, qui, précédant TF1 de quelques mois, consacrait à l’entreprise d’Hélène Duval une très belle page publicitaire dans son édition de midi en mars dernier [6].

Du reste, la partie « Médias » du site de « Yuj Yoga Studio » donne une petite idée de la couverture dont a bénéficié Hélène Duval, tant dans les médias généralistes que dans la presse dite « féminine ». Ce recensement en dit également long sur le caractère publicitaire systématique des articles, utilisés par Hélène Duval comme autant de supports de communication.

Il en va exactement de même pour la start-up « JeChange » fondée, rappelons-le, par son mari Gaël Duval. Mais dans des proportions bien plus spectaculaires. Le site de l’entreprise comporte un onglet « revue de presse », véritable puits sans fond recensant les médias ayant couvert l’activité de l’entreprise. Nous remercions l’assiduité des recenseurs, qui nous permet, à moindre frais, de dresser un constat particulièrement révélateur [7] : au total depuis 2007, l’entreprise de Gaël Duval a bénéficié de 135 publications dans les médias, dont 80 sont issues de médias généralistes (médias nationaux et presse quotidienne régionale confondus) ; dans leur écrasante majorité (66 sur 80), elles sont réparties sur les cinq dernières années (depuis 2014). Les 55 publications restantes proviennent de magazines spécialisés, papiers ou numériques. Toujours dans les médias généralistes et depuis le début de l’année 2019, on compte déjà 5 apparitions médiatiques (TF1, Le Midi libre, Le Parisien, Les Échos et Capital). En 2016, elles étaient au nombre de 28, soit plus de deux par mois, 13 en 2017, et 10 en 2018 [8]. Évidemment, un simple survol de cette centaine de titres de presse suffit à mesurer l’extrême agressivité des grands médias envers les activités de la start-up et de son président (« Gaël Duval, Monts et merveilles », Forbes, 02/17), quand ils ne se convertissent pas tout simplement en DRH de l’entreprise :

Cette confusion totale entre le journalisme dit « business » dans le cas de Gaël Duval, dit « lifestyle » dans le cas d’Hélène Duval et la communication marchande passe un cap supplémentaire dans la presse magazine et spécialisée. Le 16 octobre 2013, on pouvait par exemple subir le reportage du web-magazine déco-design « Intérieurs », ravi de faire la visite du domicile… d’Hélène et Gaël Duval. Présentés comme simples « propriétaires », les deux tourtereaux se succèdent mielleusement au micro pour commenter la déco de leur intérieur bourgeois, sans omettre de citer le nom de marques toutes plus luxueuses les unes que les autres.

Vous avez dit misère ?

***

Que reste-t-il du journalisme lorsque la rédaction de TF1 feuillette son carnet d’adresses pour fabriquer de toutes pièces un reportage publicitaire prêt à servir à la grand-messe du 20h ? Que reste-t-il du journalisme dans un reportage plébiscitant les activités commerciales d’un compagnon de route de Macron, membre qui plus est d’une structure publique, sans que ces informations soient apportées aux téléspectateurs ? Que reste-t-il du journalisme quand les carrières entrepreneuriales de quelques-uns (qui diront évidemment « s’être faits tout seuls ») sont littéralement co-construites par les grands médias des années durant ?

L’entre-soi du monde médiatique et du monde des affaires est encore ce qui fait fructifier le mieux la production journalistique : les premiers obtiennent de ces entrepreneurs des reportages vite écrits (vite oubliés) et à peu de frais, quand les seconds bénéficient de réseaux et de ressources sociales, économiques, politiques à même de leur ouvrir les portes des grands médias pour assurer leur propre promotion. Une impunité entre amis qui fait le bonheur de l’esprit libéral façon « start-up nation », le tout sur le dos des usagers des médias, que les grands pontes du journalisme n’ont pas fini de prendre pour des imbéciles.

Pauline Perrenot et Hugo Pilatime

Annexe : Recension des publications consacrées à la start-up « JeChange » de Gaël Duval depuis 2007 (transcription in extenso de la revue de presse effectuée par la start-up elle-même) [9] :

16/02/2019 RTL
14/02/2019 Midi libre
13/02/2019 Le Parisien
12/02/2019 TF1
01/02/2019 Les Échos
10/01/2019 Capital
27/12/2018 M6
14/02/2018 Le Figaro
26/11/2018 La Dépêche
30/10/2018 Le Parisien
17/10/2018 La Tribune de Toulouse
10/10/2018 Le Figaro
08/10/2018 Alliancy
03/10/2018 Capgeris
31/08/2018 Les Échos start
23/08/2018 France Bleu Gironde
28/08/2018 Les Échos start
13/11/2018 BFM Business
18/07/2017 Sud Ouest
18/07/2017 La Dépêche
03/05/2017 LCI
02/05/2017 Magazine Nous Deux
01/05/2017 Sud Radio
24/04/2017 L’ADN
23/04/2017 emarketing.fr
21/04/2017 Sud Ouest
21/04/2017 La Dépêche
20/04/2017 France 2
17/04/2017 RTL
10/02/2017 L’hebdo bourse plus
09/02/2017 Forbes
03/02/2017 L’Express
02/02/2017 Sud Ouest
01/02/2017 La Dépêche
31/01/2017 Le petit journal – l’hebdo du Lot-et-Garonne
28/12/2016 La vie économique
21/12/2016 La Tribune de Bordeaux
10/12/2016 Le Soir
08/12/2016 Sud Ouest
08/12/2016 L’Express
06/12/2016 Le journal des télécoms
05/12/2016 Digimedia
02/12/2016 Frenchweb.fr
01/12/2016 La Libre Belgique
01/12/2016 Entreprendre
01/12/2016 L’Écho
01/12/2016 La Dépêche du midi
30/11/2016 Itespresso
30/11/2016 La Tribune de Bordeaux
30/11/2016 Les Échos
30/11/2016 Les Échos
29/11/2016 Challenge
26/11/2016 Le Figaro
17/11/2016 Le Parisien
08/11/2016 Challenges
04/11/2016 QuelleEnergie.fr
31/10/2016 La Tribune
28/10/2016 La Tribune
10/10/2016 Les Échos
08/10/2016 Aqui !
05/10/2016 Sud Ouest
04/10/2016 Le petit journal – l’hebdo du Lot-et-Garonne
30/09/2016 CCI Acquitaine
30/09/2016 La Tribune de Bordeaux
29/09/2016 Paris Match
28/09/2016 Fiscalonline.com
26/09/2016 Télé Poche
24/09/2016 BFM Business
26/08/2016 Horizons
25/07/2016 Club Commerce Santé
25/07/2016 Itespresso
23/07/2016 La Dépêche
22/07/2016 La Tribune de Bordeaux
22/07/2016 L’argus de l’assurance
22/07/2016 Sud Ouest
21/07/2016 Journal du Net
07/06/2016 RTL
13/05/2016 Maddyness
13/05/2016 L’hebdo
27/04/2016 Mob News
27/04/2016 Les news du net
15/04/2016 Le Figaro
24/03/2016 L’argus de l’assurance
22/02/2016 Le Revenu
10/02/2016 La Tribune
25/01/2016 Le Figaro
21/01/2016 Sud Ouest
18/12/2016 L’argus de l’assurance
16/12/2015 Boursier.com
13/11/2015 Horizons
06/11/2015 Le Figaro
05/11/2015 Sud Ouest
18/09/2015 Itespresso
07/09/2015 Le Petit bleu
29/06/2015 Dossier familial
18/06/2015 Boursier.com
01/06/2015 L’Hebdo
01/06/2015 InfosBox
26/05/2015 Capital
07/05/2015 Paris Match
02/04/2015 Europe 1
25/03/2015 BFM Business
28/01/2015 La vie économique
20/01/2015 France Mobiles
19/01/2015 L’usine digitale
19/12/2014 Frenchweb.fr
18/12/2014 CCI Lot et Garonne
10/12/2014 Itespresso
01/12/2014 La Tribune
25/11/2014 Journal du Net
24/11/2014 Les Échos
06/11/2014 Sud Ouest
01/10/2014 La Dépêche
16/06/2014 BFM Business
11/06/2014 Sud Ouest
05/06/2014 PresseCitron
04/06/2014 Itespresso
26/05/2014 Mfrenchy Entrepreneurs
26/05/2014 01net
22/05/2014 Silicon
19/05/2014 L’Express
19/05/2014 Le Nouvel Observateur
17/04/2014 L’usine digitale
17/04/2014 Les Échos
06/08/2012 France 3
20/10/2009 LCI
01/10/2009 Marie Claire
17/09/2009 L’Express
01/09/2009 Biba
28/10/2008 TF1
17/09/2008 France 2
03/09/2008 Aujourd’hui en France
30/08/2008 France 2
23/07/2008 Tout pour les femmes
22/07/2008 Journal du Net
27/05/2007 Notre Temps

Notes

[1] À ce sujet, lire « Français “à l’euro près” : des “mauvais pauvres” à la télé » sur le site d’Arrêt sur images.

[2] Toutes les citations sont tirées de la page internet de cette structure.

[3] On retrouve le décret et l’arrêté en question sur le site de Legifrance.

[4] Clémence Cherier est la sœur d’Hélène Duval, la compagne de Gaël Duval : une précision qui, comme nous le verrons, a son importance.

Note (27/02/19) : Suite au signalement d’un lecteur, que nous remercions, précisons également que Clémence Cherier a travaillé comme stagiaire dans la start-up de Gaël Duval en 2014 en tant qu’« assistante communication ». Comme l’indique son profil LinkedIn, elle était chargée de « tenir à jour des fichiers (journalistes, partenaires, public ciblé sur base de données) » et d’« effectuer la diffusion de documents de communication ». Un travail dont on peut légitimement supposer qu’il a porté ses fruits !

[5] 1er, 6ème, 7ème, 16ème, 17ème.

[6] Dans le 12/45 de M6 le 23 mars 2018.

[7] Les chiffres qui suivent sont à revoir à la hausse : le travail des recenseurs de « JeChange » n’est pas exhaustif, et quelques articles leur ont échappé. Nous nous en contentons toutefois, par commodité.

[8] Tout média confondu, on compte 53 publications en 2016, 17 en 2017, 12 en 2018 et 5 en 2019.

Source : ACRIMED, Hugo Pilatime, Pauline Perrenot, 20-02-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 17.09.2019 à 06h54

On peut voir dans cet article ce qui fait la différence entre ceux qui sont tout et ceux qui sont rien, c’est non pas votre génie ou votre inventivité mais votre réseau qui mettra à votre disposition ce que vous n’auriez jamais obtenu aussi aisément peut importe vos compétences, le capitalisme de copinage permet à la fois des succès fulgurants mais surtout le plus grave le pillage du bien commun.

37 réactions et commentaires

  • Fabrice // 17.09.2019 à 06h54

    On peut voir dans cet article ce qui fait la différence entre ceux qui sont tout et ceux qui sont rien, c’est non pas votre génie ou votre inventivité mais votre réseau qui mettra à votre disposition ce que vous n’auriez jamais obtenu aussi aisément peut importe vos compétences, le capitalisme de copinage permet à la fois des succès fulgurants mais surtout le plus grave le pillage du bien commun.

      +98

    Alerter
    • PatateMasquée // 17.09.2019 à 08h47

      Le capitalisme de copinage ou de connivence n’existe pas. C’est du capitalisme tout court. Le capitalisme « pur » fait abstraction des relations sociales entre les individus afin de justifier les privilèges acquis, ce qui dans la réalité n’existe pas. La preuve en est de la présence écrasante du « capitalisme de connivence ».

        +14

      Alerter
    • M.Smith // 17.09.2019 à 09h37

      Merci qui ? Merci TF1,…

      Sans parler de l’optimisation fiscale (ou de l’évasion fiscale). Si vous payez trop d’impôts (ou des impôts) c’est de votre faute ! (Et puis fallait naitre avec une petite cuillère dans la bouche et grandir avec foi dans le néolibéralisme permettant de contourner les lois).
      Liberté, égalité, fraternité : devise de classe. A chacun ses petites économies, quelques dizaines d’euros par-ci quelques dizaines de millions par-là.

      Le pouvoir financier dicte le pouvoir médiatique qui dicte les pouvoirs démocratiques.

        +15

      Alerter
      • M.Smith // 17.09.2019 à 14h19

        Pour continuer dans l’absurde, une histoire de homard révélatrice du deux poids deux mesures (bien que plus léger la justice semble craindre davantage le homard en papier) :
        https://www.nantes-revoltee.com/nantes-guet-apens-policier-pour-capturer-un-homard-geant/
        https://www.nantes-revoltee.com/homardgate-revelations-sur-une-enquete-stupefiante-de-la-justice-nantaise/

          +9

        Alerter
        • Narm // 17.09.2019 à 19h29

          “Après plus de 52 heures en cellule, les personnes arrêtées peuvent finalement revoir la lumière du jour. Le juge d’instruction n’a pas suivi les demandes du procureur, tellement le dossier est grotesque. Les membres du « gang du homard » sont placés sous le statut de « témoins assistés », en attendant les suites de l’enquête. Leurs téléphones sont confisqués pour être expertisés. Un avocat parle de « fiasco », alors qu’au sein du tribunal, on peine à masquer la gêne à propos des délires du procureur de Nantes.”

          et après on essaye de nous faire croire qu’ailleurs c’est pire !
          la HONTE de la france, milice politique

            +7

          Alerter
    • Morne Butor // 17.09.2019 à 10h42

      Ceci n’est pas lié au capitalisme, mais à la nature humaine. Quel que soit le régime, quel que soit l’époque, seul le réseau de connaissances importe vraiment.

        +6

      Alerter
      • Fabrice // 17.09.2019 à 12h39

        Ah si c’est un forme du capitalisme qui est plus connu sous capitalisme de connivence, ce n’est pas celui qui est le plus éclairé mais sûrement le plus repandu en France et dans le monde qui enterinne un minorité qui asseoit son influence dans le temps vivant d’un parasitisme laissant parfois un toléré à les rejoindre pour laisser croire que tous peuvent y accéder. Voir le livre crépuscule de Juan Branco. Dans la finance se sont souvent ceux qui prennent les bénéfices et socialisent les pertes, voir aussi le rachat de Quik par l’état

        . https://www.publicsenat.fr/lcp/politique/l-autre-affaire-quick-2737

          +10

        Alerter
      • ellilou // 17.09.2019 à 13h15

        Certes, certes mais quand le “copinage” concerne des potes d’atelier, d’usine ou de bureau, c’est quand même vachement moins dangereux pour la planète, le système de protection sociale (et sa prochaine destruction) et tous les conquis sociaux 😉

          +5

        Alerter
  • Astap66 // 17.09.2019 à 06h55

    Nous vivons une époque formidable…
    Quand cela s’arrêtera-t-il ?

      +20

    Alerter
    • Sébastien // 17.09.2019 à 10h19

      Mais enfin, pourquoi voulez-vous qu’ils s’arrêtent?

        +5

      Alerter
  • Je me marre // 17.09.2019 à 07h04

    Je suis allé faire un tour sur leur site pour la téléphonie mobile: le fournisseur – à ma connaissance – le moins cher n’y figure pas. Ils disent qu’ils se rémunèrent non pas sur le client, mais par des commissions sur les fournisseurs. Comme si les fournisseurs ne répercutaient pas ces commissions sur leurs prix.

    C’est connu, les Français ne sont pas majeurs.

    https://duckduckgo.com/?q=parasitisme&t=ffsb&ia=web

    Je me marre…

      +22

    Alerter
  • max // 17.09.2019 à 07h14

    Ayant un revenu de -1500€/mois lutter contre les couts, les gaspillages, chez moi sont une lutte permanente afin de m’adapter à mon environnement et de survivre de la meilleure façon possible.
    Optimiser les dépenses en eau, électricité, nourriture, veille des appareils électrique est une manie.
    On est dans une société de consommation ou l’une des normes est toujours plus de consommations, sauf que de plus en plus de citoyens veulent conserver un équilibre financier et refusent de vivre dans l’endettement.
    Avec les événements Iran/Arabie le prix du pétrole risque d’augmenter, les consommateurs vont t’ils suivre et consommer autant ou consommer moins pour ne pas dépenser plus ?
    J’ai fait comme le prétend cette dame, je vérifie chaque contrat.
    Le reportage est peut-être bidonné mais la préoccupation est réelle.

      +17

    Alerter
    • charles // 17.09.2019 à 07h58

      c’est de la pauvreté structurelle artificiellement créée par les défauts de la répartition de richesse dans notre société. A moins de faire des études pour augmenter mécaniquement votre salaire**, votre situation ne peut pas s’améliorée significativement; en tout cas pas sous l’air macron, puisque ce qu’il vous donne à gauche il vous le prend de la poche droite, un jeu à somme pas tout à fait nulles, puisque vous payez tout de même pour le niveau de vie du prestidigitateur et de toute sa troupe (cf l’article).
      Sur le temps long, la recette population en augmentation permanente + ressources gaspillées en permanence + panne des innovations (les vrais, les disruptive, pas les ipad ou le site jechange) technologique ne mènent qu’à l’inflation, sans un gouvernement fort (face à la ploutocratie) et responsable, ou qui tente sérieusement de l’être, point de lendemain, non qui chante, mais dans lesquels nous pourrions raisonnablement croire d’espérer encore.

      ** dans ce pays, en un sens, les études sont comme la candidature à une caste, assignée à vie, car pris dans le torrent des vicissitudes de la vie, il n’est pas toujours possible de les reprendre. Le copinage dégoûte, pervertit et ment, mais l’inégalité qui pousse à celui ci commence dans cette concurrence à une vie imaginée par le biais de l’obtention du diplôme, ne les dit on pas véritable sésame… reste alors quelques exceptions, comme toujours, il faut bien donner à mordre aux gentils chien-chiens pour qu’il défende la théorie fallacieuse.

        +3

      Alerter
  • LA ROQUE // 17.09.2019 à 07h20

    Il n’y a rien d’étonnant malheureusement,cela fait bien longtemps qu’ils sont au service d’une caste. Il ne faut pas oublier que Macron est arrivé au pouvoir grâce ou à cause de ces mêmes médias. En effet comment expliquer le fait qu’il ait été élu président de la république alors qu’il était complétement inconnu du public quelques mois avant les présidentielles, à comparer avec certaines personnes qui sont restées complétement inconnues alors qu’elles aussi se sont présentées… Et comme si cela ne suffisait pas, suite à son élection les médias nous vendent la politique néolibérale prônait par Macron à longueurs d’années. Bref un fonctionnement normal dans une ploutocratie.

      +27

    Alerter
  • Larousse // 17.09.2019 à 07h32

    Beaucoup de journalistes ont bien compris que “tout ce petit monde se tient par la barbichette, se serre les coudes et se renvoie l’ascenseur”… comme une bonne bourgeoisie amienoise. Ce jeune président a bien appris de sa province…
    Les journalistes ne diront rien …
    Et ainsi… ils diffusent les stupidités libérales… comme si les gens devaient passer leur temps à changer leurs contrats comme on joue au bonneteau…
    On se fout d’eux… tôt ou tard la Rue décidera…!

      +22

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 17.09.2019 à 08h08

    Dans ce reportage entre copains, il aurait été également judicieux de parler de ceux qui font des économies par la force des choses. Ceux qui sont condamnés à repérer les produits les moins chers mais de qualité inférieure, bourrés de mauvais produits parfois dangereux pour la santé..N’oublions pas ceux qui n’ont pas d’autre choix que celui de se serrer la ceinture. Alors messieurs les conseilleurs en “start-up” ceux là n’ont que faire de vos conseils qu’ils appliquent déjà.

      +25

    Alerter
  • charles // 17.09.2019 à 08h13

    si tout cela n’était qu’affaire de télé shopping, on s’en balancerait la paire** sans broncher. Mais ces méthodes à la vas-y-que-je-my-mette appliquées à nos monuments, notre dame, ou bien encore le système de retraite ou l’assurance chomage nous promettent un bel avenir de zimbabween.

    Pour le reste je ne peux m’empêcher de penser à cette séquence “la première dame” (qui n’a pas de droit particulier à s’exprimer en ce pays puisque nous sommes volontairement ignorant de ce concept, américain) fait sa rentrée des classes, post-retraite (! en plein lancement de réforme du sujet…***). y’aurait des accointances entre madame et la directrice du projet que je ne serais même pas étonné, à continuer de m’en balancer la paire.

    https://www.google.com/search?q=brigitte+macron+fait+sa+rentrée

    ** oui, c’est vulgaire, elle ne mérite pas mieux.
    *** Le hasard a des intuitions qu’il ne faut pas prendre pour des coïncidences.

      +13

    Alerter
  • jmdest62 // 17.09.2019 à 08h23

    “En même temps” , Martin , le proprio de TF1 , est lui aussi un “pote à Manu” …
    si on peut plus rendre service au copain d’un copain , où va-t-on ?
    @+

      +12

    Alerter
    • Veloute // 17.09.2019 à 13h05

      Euuuuh, non. Pas vraiment.
      Tapez Bouygues Macron dans un moteur de recherche quelconque : le contraire est sourcé et les raisons expliquées.

        +3

      Alerter
  • Sandrine // 17.09.2019 à 08h25

    Société du spectacle, vous avez dit société du spectacle…

      +5

    Alerter
  • RGT // 17.09.2019 à 08h36

    Ce qui me sidère chaque jour un peu plus (après avoir atteint le fond on creuse frénétiquement), c’est qu’il y ait ENCORE (hélas) des imbéciles (pour rester poli) qui continuent à regarder les médias propagandistes et lire les publications du même métal en gobant tous ces fantasmes…

    Les gilets jaunes n’auront donc servi à rien ?

    Pour ne plus être dérangés, il suffit simplement de jeter la “boîte à cons” aux orties et de passer son chemin quand on passe devant un établissement qui vend des arbres massacrés destinés à un usage impropre à l’hygiène la plus élémentaire.

    Les seules victimes de cet acte salvateur seraient les employés des médias (ils auraient dû choisir un métier plus éloigné de la prostitution) et malheureusement les vendeurs de journaux qui n’y sont pour rien mais qui participent malgré eux à la diffusion de la “parole divine” de nos oligarques bien aimés.

      +20

    Alerter
  • monsipoli // 17.09.2019 à 08h38

    La connivence est le ciment de la Grande Famille médiatique. Nul n’est admis dans le Cirque s’il n’est pas prêt à s’y fondre et en promouvoir la légitimité. Ce qui reste à mes yeux le plus consternant n’est pas cet état de fait où la consanguinité a valeur de loi de perpétuation – rien de nouveau, c’est aussi vieux que le monde – mais bien la cécité d’un grand nombre de gogos manifestement incapables de discerner les desseins de cette caste dont il n’est pourtant pas difficile de deviner les mécanismes. A l’heure où nombre d’infos utiles sont facilement disponibles il semble que pas grand monde ne fasse l’effort individuel d’aller les chercher pour démêler le vrai du faux.
    Nous avons les élus que la défection intellectuelle globale des électeurs nous impose.

      +13

    Alerter
  • Jean D // 17.09.2019 à 09h09

    La concurrence libre et non faussée tu vanteras
    Mais de la distorsion de concurrence tu profiteras
    Grâce au retour d’ascenseur que tu rendras
    Sur le dos des clampins ton beurre tu feras

    Trouver une chute à cette fable serait vain
    Car de mérite ou de morale il n’y en a point 🙂

      +33

    Alerter
    • Daniel // 17.09.2019 à 09h47

      Dur comme un roc, c’est palpable,
      le système financier reste inébranlable.
      Les journaleux disent
      “ça va mieux”, ils osent !

      Dans la rue et sur le Tarmac,
      j’entends un cri qui gronde,
      serait-ce une fronde ?
      “Que le RIC croque le Krach” !

        +15

      Alerter
  • Sud // 17.09.2019 à 10h42

    Hors sujet ?…
    Pourtant, à savourer. Où peut-on trouver le texte intégral de la décision du juge unique de ce Tribunal correctionnel ?
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/vols-de-portraits-de-macron-quand-la-justice-legitime-l-action-des-decrocheurs-16-09-2019-8153406.php

      +3

    Alerter
  • Ardéchoix // 17.09.2019 à 11h06

    Mon bon président donne à ses copains la possibilité d’augmenter les prix de l’énergie, c’est normal qu’il donne à d’autres copains la possibilité de réduire les prix d’abonnement de cette même énergie. (moyennant une commission de la part par des fournisseurs d’énergie versée à jechange)
    C’est un entre-soi, définition Larousse : Situation de personnes qui choisissent de vivre dans leur microcosme (social, politique, etc.) en évitant les contacts avec ceux qui n’en font pas partie.

      +2

    Alerter
  • Myrkur34 // 17.09.2019 à 11h08

    Ce n’est pas ce genre de sociétés qui concluent en amont des achats groupés avec toutes les sociétés soi-disantes mises en concurrence dans leur pub ?
    Allez voir leur page, çà fleure bon le tout en main….avec avis de con.sommateurs !vérifiés! :o)

      +4

    Alerter
  • René Fabri // 17.09.2019 à 11h18

    La vidéo n’est plus visible sur LCI. Je l’ai ratée. J’aurais aimé juger par moi-même si les changements proposés sont valables ou pas, car même s’il y a du copinage, ça pourrait tout de même être intéressant. Donc, je vais sur leur site, et je vois immédiatement qu’il n’y a rien d’extraordinaire. Ils copient beaucoup d’autres courtiers.

    Les vrais économies que pourraient faire les Français concernent leur voiture. C’est un poste important dans le budget, qui n’est pas réduit pour des raisons de conformisme principalement (par exemple, choisir des marques supposées françaises, alors que presque tout est fabriqué à l’étranger, ou des marques coréennes à cause des longues garanties qui sont des leurres). Je reste stupéfait de voir le nombre incroyable de voitures assez chères qui roulent encore en France, montrant que les gens, même les jeunes adultes, sont en moyenne beaucoup plus riches que moi, ou acceptent de s’endetter de manière irraisonnable.

      +5

    Alerter
  • Jean-Pierre Kayemba // 17.09.2019 à 12h20

    “Les Français n’aiment pas le changement, on le dit souvent, eh bien c’est vrai.” C’est si vrai qu’ils préfèrent la révolution au changement.

      +6

    Alerter
  • Helix // 17.09.2019 à 13h53

    Je doute que ces personnes prônant ce type de conseil se l’applique à elles-même.

    Ce reportage me fait penser aux publireportages de 20 minutes pour nous vanter les mérites de l’appartement connecté pour se chauffer, fermer sa serrure ou entretenir sa chaudière…

    Quand à la France d’en-bas, elle n’a pas attendu les conseils à 2 pepperonis pour le faire, par la force des choses, surtout quand on est à sec le 15 du mois…

    Oui, on peut payer 2€ par mois en téléphonie mobile, mais il faut changer tous les ans d’opérateur sans garantie que le service marche toujours. Perso, je suis passé de 25 à 20 € par mois et je pourrais faire encore plus.

    Avec Internet, j’ai fais il y a 10 ans un avenant au contrat avec mon fournisseur d’accès pour payer 10 € de moins. Mais mon débit a été divisé par 2…le service client m’ayant fait comprendre que si je voulais avoir plus, il faudra payer plus…au moins, c’est dit !

      +1

    Alerter
  • calahan // 17.09.2019 à 13h58

    c’est ce que j’appelle de la concurrence pure et parfaite, niveau publicitaire leur boite a fait une économie d’échelle de dingues !

    ah ,Macron et sa bande, Benalla c’est du pipi de chat, un épouvantail de la tartufferie actuelle.

      +1

    Alerter
  • egogo // 17.09.2019 à 14h33

    signalons aussi qu’il a pour frère Tristan Duval élu récemment Maire de Cabourg ,après avoir été une première fois invalidé puis encore plus récemment condamné en justice par le tribunal de Caen pour coups et blessures sur sa compagne, il traîne aussi quelques procès pour non restitution d’objets prêtés lors d’exposition ( Brigitte Bardot ).

      +6

    Alerter
  • SanKuKai // 17.09.2019 à 14h51

    “En même temps” TF1 n’est pas là pour informer. la fonction de TF1 est de vendre du temps de cerveau disponible (dixit Patrick Le Lay). Cet article nous apprend juste que ce temps peut aussi être donné aux copains.
    De même, beaucoup de gens pensent que les émissions de divertissement servent à divertir sans se rendre compte que tous les invités ne sont lá que pour vendre leur spectacle. Au final, toute la chaîne c’est de la pub entre 2 pages de pubs.
    Lá où le bât blesse c’est qu’en fin d’article on trouve France2 et France3 qui font la même chose alors qu’elles ont des comptes á nous rendre (en théorie).

      +6

    Alerter
  • Lonewolf // 17.09.2019 à 18h23

    Qui regarde encore TF1 (ou M6, W9 ou BFMTV) ???? Non merci, ces chaines sont proscrites de mon téléviseur, je considère qu’elles l’abimeraient !!!
    C’est de la TV comme on en fait aux USA depuis des décennies (toujours 30 ans de retard, la France, y compris pour faire de la m**de) : qualité zéro, programmes abrutissants, sans teneur culturelle, quelque chose entre le télé-achat et le “publi-rédactionnel”, avec en plus de quoi vous donner l’illusion que vous pouvez gagner plus en regardant plus vos dépenses.
    J’en reste à Arte, et quelquefois la 5 quand une opportunité se présente. Je me préserve de TF1 depuis au moins 30 ans, et tout ce que j’en entends ou en aperçois me conforte grandement dans cette décision. J’en suis à me méfier de ceux chez qui TF1 est allumé d’office….

      +1

    Alerter
  • louise michel // 18.09.2019 à 16h52

    @ Daniel
    très bien !
    j’aurais juste écrit, plutôt (pour la rime) :
    “Les journaleux glosent (au lieu de “disent”)
    “ça va mieux”, ils osent !”

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications