Les Crises Les Crises
20.mars.201620.3.2016 // Les Crises

« Pourquoi j’ai quitté le cabinet El Khomri » par Pierre Jacquemain

Merci 0
J'envoie

Source : L’Humanité, Cyprien Boganda, 29-02-2016

jacquemain

Photo : capture d’écran Dailymotion

Proche conseiller de la ministre du Travail, Pierre Jacquemain a choisi de claquer la porte mi-février, pour marquer son désaccord avec le projet de loi El Khomri. Pour la première fois, ce jeune homme issu de la gauche radicale (il a été collaborateur de Clémentine Autain), raconte les raisons de sa démission.

Quel poste occupiez-vous auprès de la ministre du Travail ?

Pierre Jacquemain : J’étais en charge de sa stratégie publique: je préparais ses discours et ses entretiens avec la presse. J’étais sa « plume », si vous voulez… J’ai été recruté par Myriam El Khomri en mai 2015, à l’époque où elle était secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville. C’est une militante de gauche que j’ai toujours respectée. Elle a fait un excellent travail en tant que secrétaire d’Etat, elle s’est battue pour obtenir des arbitrages favorables et mener une politique digne de ce nom. C’est pourquoi lorsque, trois mois plus tard, elle m’a proposé de la suivre au ministère du Travail, je n’ai pas hésité. C’est un beau ministère, qui s’est malheureusement détourné de sa mission première : défendre les salariés, dans un contexte économique troublé. Au départ, je pensais que je serai utile.

À quel moment avez vous déchanté ?

Pierre Jacquemain: J’ai peu à peu compris que nous perdions la bataille. En réalité, la politique du ministère du Travail se décide ailleurs, à Matignon. C’est le Premier ministre qui donne le ton. Après le rapport Combrexelle, Myriam El Khomri avait pourtant une grande ambition. Elle a mené une concertation fructueuse avec les partenaires sociaux, qui a débouché sur de réelles avancées. Malheureusement, aucune de ces avancées n’apparait dans le projet de loi final. Le compte personnel d’activité n’est qu’une coquille vide, qui n’est que l’agrégation de droits sociaux déjà acquis. Par ailleurs, à qui veut-on faire croire que la dématérialisation des fiches de paie est une grande avancée sociale ?

Comprenez vous le tollé provoqué à gauche par ce projet de loi ?

Pierre Jacquemain. Oui. Ce projet de loi est une erreur historique. C’est une régression en matière de droits sociaux, dans la mesure où de nombreux acquis des travailleurs pourront être renégociés à l’échelle des entreprises, où le rapport de force est systématiquement défavorable aux salariés. C’est un non sens économique, parce qu’il n’est pas prouvé que cette loi créera de l’emploi. C’est enfin un non sens politique: quand on se dit de gauche, quand on s’estime progressiste, je ne vois pas comment on peut soutenir un tel texte.

Source : L’Humanité, Cyprien Boganda, 29-02-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

natoistan // 20.03.2016 à 01h14

Ce n’est pas Valls non plus qui décide,simplement Bruxelles…on a vu les brillants résultats dans d’autres pays.C’est purement idéologique.
Depuis quand le MEDEF a pour priorité de créer de l’emploi?
De l’emploi est naturellement créé s’il existe une demande et solvable encore bien.La politique de l’offre n’est pas et ne sera jamais faite pour des pays latins.

« Dire qu’on va faciliter les licenciements pour encourager l’emploi, c’est à peu près aussi stupide que de dire qu’on va faciliter le divorce pour encourager le mariage » – Jean-Luc Mélenchon

51 réactions et commentaires

  • Ailleret // 20.03.2016 à 00h58

    Assez naïf pour espérer une politique sociale d’un(e) ministre du gouvernement Valls ? Si c’est votre cas, suivez l’itinéraire de M. Jacquemain : entrée au ministère, travail de nègre, sortie du ministère.

      +26

    Alerter
  • natoistan // 20.03.2016 à 01h14

    Ce n’est pas Valls non plus qui décide,simplement Bruxelles…on a vu les brillants résultats dans d’autres pays.C’est purement idéologique.
    Depuis quand le MEDEF a pour priorité de créer de l’emploi?
    De l’emploi est naturellement créé s’il existe une demande et solvable encore bien.La politique de l’offre n’est pas et ne sera jamais faite pour des pays latins.

    « Dire qu’on va faciliter les licenciements pour encourager l’emploi, c’est à peu près aussi stupide que de dire qu’on va faciliter le divorce pour encourager le mariage » – Jean-Luc Mélenchon

      +83

    Alerter
    • Balthazar // 20.03.2016 à 09h51

      Amha, vous n’avez pas compris qui est m. valls.
      Que vous me disiez flanby prend ses ordres de Pierre, Paul ou Jacques, je vous répondrais: il joue à l’idiot, au lâche, au capitaine de pédalo pour vous faire gober qu’il n’y est pour rien, ce n’est pas,sa faute, tout sauf Sarkozy hein ?
      Mais le 1er Sinistre, avec sa tête de possédé, me rappelle un ancien chancelier qui a demandé qu’on l’appelle le Guide par la suite.
      Vous pourrez toujours me dire que ce socialiste là était lui aussi financé par le patronat, oui c’est possible mais assez vite il a fait le ménage et mis en place sa police politique et hop il ne répondait plus qu’à lui même.

        +18

      Alerter
    • Vadim de Chevreuse // 20.03.2016 à 10h54

      J’adore le sens de la formule de Mélenchon, je dirais presque que j’adore Mélenchon. Tout cela me semble toutefois renforcer le parallèle entre le salariat et le mariage, qui me semble pertinent pour décrire la situation en France qui me semble assez malsaine. Le CDI est perçu comme un mariage en effet, le défaire -c’est un désastre, un tremblement de terre, une abomination. Si l’on pousse cette logique plus loin, on peut alors dire que, en signant un CDI, on (le salarié et l’employeur) est uni par le dieu pour se soutenir et subvenir aux besoins mutuels pendant toute la vie, et que seule la mort (= le départ à la retraite du salarié ou le dépôt du bilan par la société) peut séparer les deux.

        +6

      Alerter
      • Vadim de Chevreuse // 20.03.2016 à 10h55

        Mais, en argumentant dans l’autre sens, on peut aussi dire qu’il faut pouvoir divorcer d’un mariage épuisé, malheureux, sans amour, pour pouvoir se remarier et commencer une nouvelle vie heureuse. Et que ce principe est valable et s’ applique de manière plus ou moins symétrique au mari et à la femme, à l’entreprise et au salarié, avec quelques nuances, certes. Et que faciliter le divorce, en le banalisant un peu, si j’ose dire, en lui ôtant cette image catastrophique de la fin du monde, a constitué un véritable progrès social il y a quelque temps! Non, il faut secouer un peu cette institution complétement sclérosée et bloquée que sont les rapports légaux entre l’entreprise et le salarié en France. La priorité du MEDEF est, en effet, de créer de l’activité économique, et non pas de l’emploi. Mais pour ce faire, il faut les deux – les entreprises et des salariés. Et il faut les deux: de l’offre et de la demande, dans un équilibre évolutif vivant.

          +3

        Alerter
      • Emmanuel // 20.03.2016 à 15h21

        Manifestement vous n’y connaissez pas grand-chose en droit du travail (sinon c’est rudement bien imité). Les possibilités de rupture du CDI sont nombreuses, renseignez-vous.

          +10

        Alerter
      • Francois // 20.03.2016 à 20h23

        Ha! ha! ha! Ouais, beh heureusement qu’on n’est pas mariés avec l’intelligence, comme ça on n’a même pas besoin de divorcer!

        (° –

          +1

        Alerter
    • Tof68 // 21.03.2016 à 08h29

      Exacte c’est Bruxelles le véritable patron, il n’y a qu’a regarder ce lien: http://minilien.fr/a09gqf et la liste des exigences, heu pardon des recommandations: on trouve la loi Khomri, les lois Macron et pourquoi juste avant Khomri on entendait parler de l’assurance chômage…

      A lire d’urgence !

        +19

      Alerter
  • Spectre // 20.03.2016 à 01h39

    C’est quand même incroyable, quand on prétend faire partie de la gauche dite radicale, de rejoindre un cabinet ministériel sous un gouvernement VALLS… Ce type a vécu dans une cave avec des ours ou quoi ? La parenthèse jamais refermée depuis 1983, la politique de l’offre menée par Hollande depuis son élection, il fait semblant de découvrir ? C’est d’ailleurs ce que lui glissait Mermet avec une certaine gourmandise : http://la-bas.org/les-emissions-258/les-emissions/2015-16/le-conseiller-de-la-ministre-du-travail-demissionne-et-balance

    Et puis, si M. Jacquemain veut connaître le programme jusqu’en 2020, il n’a qu’à demander, hein… http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2015/csr2015_council_france_fr.pdf Il pourra ainsi comprendre qu’en réalité, ce n’est pas seulement la politique du ministère du Travail qui se décide “ailleurs,” c’est celle de la France tout court. Et cet “ailleurs” n’est nullement Matignon, mais Bruxelles, Berlin, Francfort, Washington…

    Enfin bon, faute avouée est à demi pardonnée ?

      +66

    Alerter
    • Charles // 20.03.2016 à 15h06

      Il n’a pas trahi, il venait du FdG, dont le patron autoproclamé, a toujours affirmé “je ne suis pas révolutionnaire”.

      Quant à Clémentine Autain et les autres dirigeants du Fond de Gamelle, ce n’est pas la gauche radicale, mais (radis)cale.

      Enfin pour passer des radis au plat de résistance, on peut se régaler avec cette video
      El Khomri : l’histoire secrète d’une ministre hors jeu
      http://wp.me/p5oNrG-kRC

        +6

      Alerter
      • Homère d’Allore // 20.03.2016 à 17h03

        Comme on disait des radicaux au début du vingtième siècle:

        Les radicaux sont comme les radis, rouges à l’extérieur, blancs à l’intérieur, souvent creux et toujours près de l’assiette au beurre !

          +9

        Alerter
  • kasper // 20.03.2016 à 02h33

    C’est sur qu’il a été naïf. Cela dit il aurait pu rester à manger la bonne sousoupe. il a choisi de se casser, c’est respectable en soi. Il faut faire bon accueil a ce genre de defection si on veut en voir d’autres.

      +61

    Alerter
  • Guillaume Besset // 20.03.2016 à 03h13

    Moi je trouve ça plutôt positif que les salariés mécontents puissent changer facilement de travail, d’ailleurs plus le licenciement est facile, plus l’embauche l’est aussi (et plus les profits sont importants, plus le chômage diminue : http://goo.gl/cKtNSg)

      +3

    Alerter
    • Manu // 20.03.2016 à 05h24

      Ah ah, ben voyons.
      Qui dit licenciement facilité (pour motif fallacieux, illégal, en toute impunité plutôt) dit grosse pression pour ceux qui sont en contrat. Bosse comme je te dis, je te paye ce que je veux (avec cette loi, c’est à dire moins qu’avant), et soit bienheureux d’avoir un job car il y en à près de dix millions qui attendent de prendre ta place. Ta gueule, pas de vague et travail, Moi-Patron je suis tout puissant. Pour réduire le chômage, il faut du boulot à faire, et france, c’est pas le cas.
      Ou alors organiser du chômage volontaire avec un temps d’emploi maximum par an et un revenu de vie pour tous. Sauf que ça, ça renverserai le rapport de force en faveur du salariat, horreur…
      Le chômage est parfaitement organisé et conscient, ça permet de mettre la grosse pression sur les salariés, et ça permet aussi d’avoir une population soumise.
      Au passage, tu noteras que cette loi “facilite” le licenciement, mais en aucun cas la démission. Donc le salarié pas content, bah il fait avec, et reste pas content. Sauf qu’en plus il pourra se faire virer du jour au lendemain. Youpi, ça fera baisser le chômage…

        +49

      Alerter
    • bourdeaux // 20.03.2016 à 08h20

      “plus les profits sont importants, plus le chômage diminue ”
      C’est LA blague qui fait toujours mouche…Mais revenons au bon sens SVP : ce qui fait diminuer le chômage, c’est l’augmentation du volume des commandes, c’est tout. L’augmentation des profits ne fait augmenter, dans le meilleur des mondes, que les salaires.

        +18

      Alerter
      • Surya // 20.03.2016 à 10h13

        Encore un qui ne sait pas faire la différence entre corrélation et causalité 🙂

          +4

        Alerter
      • tachyon // 21.03.2016 à 15h22

        “L’augmentation des profits ne fait augmenter, dans le meilleur des mondes, que les salaires.”
        Le profit c’est ce qui reste quand tout est payé (intrants, impôts, taxes, amortissements … et bien sûr les salaires) et donc si le salaire augmente le profit diminue et réciproquement…

          +1

        Alerter
    • Chris // 20.03.2016 à 11h15

      C’est ainsi que cela se passe en Suisse. Les dizaines de milliers de Français qui viennent y travailler ne s’en plaignent pas, bien qu’au départ cette perspective (débauche rapide) les inquiète. La contre-partie est que l’embauche est tout aussi rapide !
      Par contre, il s’agit de mettre certains freins pour les seniors qui souffrent de deux maux selon leurs qualifications : un salaire élevé (par comparaison aux entrants), et une mise à jour aléatoire des connaissances/moindre adaptabilité à l’évolution des techniques.
      Quand on analyse l’évolution du marché de l’emploi, il faut être aveugle pour ne pas remarquer que la robotisation dont le rythme s’accélère, l’industrialisation aux dépens de l’artisanat (corporations omniprésentes), mais aussi la pression sur les marges et dégagement de profits maximum qui nous valurent les délocalisations massives dès 1980, ont modifié magistralement la donne.
      On ne peut plus appliquer les recettes de 1980, ni même celles qu’on rapièce sans succès aujourd’hui, sauf à changer de système économique ce qui n’est pas à l’ordre du jour selon le Traité de Lisbonne appliqué à la lettre.

        +7

      Alerter
      • Chris // 20.03.2016 à 11h16

        Suite….
        Pour résumer : le système français fait d’un millefeuille extrêmement couteux à gérer, sauf pour les Prud’Hommes et les hommes de loi qui en font leur beurre, passera à la moulinette, de gré ou de force car il doit absolument être remis à plat.
        Les Conventions collectives par branche sont une solution raisonnable et pragmatique. Elles s’appuient un socle commun, soit un minimum légal. C’est LÀ qu’il faut négocier.
        Ensuite à chaque branche d’offrir plus si elle le peut : c’est aux employés/syndicats d’évaluer jusqu’où le secteur peut prélever pour l’emploi, il y a des résultats d’exploitation pour ça !

          +2

        Alerter
    • Louis31 // 22.03.2016 à 14h13

      Quand une entreprise ne fait pas d’autofinancement c’est à dire des investissements, ça ne veut pas dire qu’elle ne fait pas de profit. Elle peut très bien investir ailleurs, par exemple dans la Finance, qui rapporte beaucoup plus que peut surement le faire son entreprise.

      Quand à dire que “plus les profits sont importants, plus le chômage diminue”, je crois que vous devriez ne plus regarder TF1 et voir si il n’y a pas un “Que sais-je – apprendre la micro économie en trois leçons.”

        +0

      Alerter
      • Louis31 // 22.03.2016 à 14h32

        Toujours pour Guillaume Besset
        Si vous aviez regardé Canal Plus, hier, (Spécial investigation (Aides aux entreprises le grand bluff) vous auriez vu que l’État (c’est à dire nous) donne 154 Mds d’€ (154 000 000 000) par an aux entreprises et qu’il y a environ 6000 niches fiscales du type (CICE …et autres) .
        Juste pour le fun essayez de voir combien on peur créer d’emplois (2000€) avec cette somme.

          +0

        Alerter
  • DUGUESCLIN // 20.03.2016 à 06h14

    Les “non élus” ne raisonnent pas en terme de réduction du chômage, mais en terme de marché et de coût du travail.
    Plus la demande de travail augmente plus plus le coût du travail baisse. Le tout sur fond d’immigration galopante qui fait encore plus baisser le coût du travail. C’est comme une matière première exploitable, il faut qu’elle “rapporte”.
    Mais à qui? Nos “non élus” sont bel et bien aux ordres de la haute finance mondiale, et nos élus sont aux ordres des non élus. Tout élu non soumis est “un extrémiste” populiste qui ne fait pas long feu. Nous ne nous appartenons plus à nous-mêmes, mais à la haute finance, vous savez, celle qui est l’ennemie de notre président.

      +27

    Alerter
    • AUSSEUR Robert // 20.03.2016 à 08h36

      Coucou : Ah! bon ? Le” grand “? patronat réalise plus des deux tiers de ses profits à l’étranger (apauvrissant toujours + la France d’en bas !) avec des investissements , à l’étranger, souvent permis par des sub de l’Etat ! Et ou des déductions fiscales ! Et il va “incomber” à ces tricheurs “fiscaux” de collecter les impôts des salariés ! . Je me pose donc la question = Vont-elles , ils restituer à l’Etat , le produit de cette collecte des impôts? Il y aurait donc du “nouveau” ?

      Robert Ausseur Dans l’intervention ci-dessus , à propos des tricheries eu égard à l’Etat , en matière d’impôts = J’évoque tous ces gens , indignes de la nationalité Française , de vouloir autant qu”elles et ils le peuvent de soustraire leurs profits ,en le plaçant à l’étranger , même si ,à l’origine ce fric qui procure autant de profits , est à l”origines , fait de subventions et aides
      de l’Etat !

        +4

      Alerter
      • AUSSEUR Robert // 20.03.2016 à 08h40

        Qui donc , doit “bénéficier” et ou “mériter” la déchéance de la nationalité Française ??????

          +2

        Alerter
  • patrickluder // 20.03.2016 à 07h03

    Donc le ministère du travail ne fait qu’appliquer des ordres venus de plus haut. Et a Matignon, le premier ministre reçoit ses ordres de qui ?

      +2

    Alerter
    • Jacob Linder // 20.03.2016 à 07h27

      L’article 121 du TFUE (traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne) impose que les gouvernements suivent les GOPE (grandes orientations de la Politique l’économie).

      Voici en lien les recommandations du 2 juin 2014 pour la France (recommandations est une tournure car l’article 121 du TFUE contraint) :

      http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2014/csr2014_france_fr.pdf

      On y trouve, entre autre :

      point 1 page 9 : limitation du coût des dépenses de santé, des retraites, allocations familiales …
      point 1 page 9 : la fusion de collectivités locales (demandé le 2 juin 2014, fait le 1 janvier 2016 avec les super régions),
      point 4, page 10 : déréglementation des professions réglementées (taxi, notaires …)
      point 5, page 10 : réduction des charges fiscales sur le travail, réduction du taux nominal de l’impôt sur les sociétés
      point 6, page 11 : mesures contre la rigidité du marché du travail

      La politique du gouvernement VALLS est clairement celle définie dans les recommandations de la commission européenne …

        +36

      Alerter
      • Pipiou83 // 20.03.2016 à 08h45

        Tout ceci parfaitement expliqué par l’UPR (l’Union Populaire Républicaine) dans l’ensemble des conférences mises en ligne sur leur site http://www.upr.fr/ dont celle-ci :
        “Qui gouverne vraiment la France et l’europe ?”
        http://www.upr.fr/conferences/qui-gouverne-la-france

        L’UPR qui, de manière bien étrange, n’a accès à aucun media de grande écoute et j’entends par là aussi des émissions telles que Là-bas si j’y suis, Arrêt sur image, Mediapart qui se présentent pourtant comme les pourfendeurs de la langue de bois politicienne et les dénicheurs de coups fourrés.

        Pourquoi ? Peut-être parce qu’eux aussi se contentent sciemment de regarder le doigt et participent à l’écran de fumée qui masque le plus important ??

          +19

        Alerter
    • Louis31 // 22.03.2016 à 14h44

      Patrickluder

      “Et a Matignon, le premier ministre reçoit ses ordres de qui ?”

      Pour ne pas vous fatiguer lisez à partit du point (9) et surtout le (11)

      http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX%3A32015H0818%2815%29&from=FR

      Ce Doc à été mentionné plus haut.

        +0

      Alerter
  • AUSSEUR Robert // 20.03.2016 à 08h52

    çà y est : ils, elles ont arrêté S. A. , je n’écrierais pas son nom , la presse , qui n’a décidément pas grand chose à se mettre sous la plume , vient d’écrire son nom , un peu partout des dizainnes de milliers de fois = Une grande vedette ……?????? Il a armé , entrainé des sales types assoiffés de sang , qui très armés , ont tirés à bout portant sur des gens désarmé , qui ne s’y attendaient pas …….Son avocat ne voudrait même pas qu’il se rende devant la justice , qui : Au nom des familles endeuillées voudraient lui demander des comptes !

    Le suicide tue plus , actuellement que tous ces misérables assassins = Tous et toutes des assassins

    Sans compter les celles et ceux-ces qui ne seront pas trainés devant les tribunaux , pour avoir jettés autant de familles , d’enfants à la rue , et lorsque l’on voit l’éspérance de vie des + maltraités(es) chuter …..Alors que les + riches (un tiers de leurs fortunes constituées à l’étranger ) Les fortunes permises grâce aux sub . de l’Etat et ou des remises d’impôts …..Bref toutes et tous ont participé à constitution de leurs fortunes ……Mais sont jettées aux mépris de LIBERTE , EGALITE, FRATERNITE

    Alors = qui va se voir retirée sa nationalité Française ……..?

      +3

    Alerter
  • Fox 23 // 20.03.2016 à 08h52

    En supposant les déclarations de cet homme recevable, la grande militante de la belle gauche devenue ministre n’a pas les mêmes états d’âme. On a beau être soi-disant du côté des travailleurs, une bonne paie de ministre et les avantages qui vont avec, c’est plus confortable que d’avoir de l’honneur et savoir se retirer.
    Heureusement, l’Histoire est oublieuse de ces bons à rien /prêts à tout qui ne font que passer en se gavant au passage.
    Le seul problème est cette loi scélérate qui restera.

      +9

    Alerter
  • argos // 20.03.2016 à 10h09

    Oui c’est une dictature exercée par le 1% à l’encontre de 99 %, emballée, peaufinée et revendue à la masse de moutons sous le nom de DemonCratie.

      +6

    Alerter
  • lj // 20.03.2016 à 10h10

    Bonjour

    Ouvrez les yeux, voici les recommandation de la Conseil Européen :
    Bruxelles, le 13.5.2015
    COM(2015) 260 final
    Recommandation de
    RECOMMANDATION DU CONSEIL
    concernant le programme national de réforme de la France pour 2015
    et portant avis du Conseil sur le programme de stabilité de la France pour 2015
    6. à réformer le droit du travail afin d’inciter davantage les employeurs à embaucher en contrats à durée indéterminée; à faciliter, aux niveaux des entreprises et des branches, les dérogations aux dispositions juridiques générales, notamment en ce qui concerne l’organisation du temps de travail; à réformer la loi portant création des accords de maintien de l’emploi d’ici à la fin de 2015 en vue d’accroître leur utilisation par les entreprises; à entreprendre une réforme du système d’assurance chômage afin d’en rétablir la viabilité budgétaire et d’encourager davantage le retour au travail.

    La politique de la France ne se fait pas à Paris…

    Hollande, Valls et tous les autres sont les valets de l’UE……
    Ceux sont de mauvaises marionnettes

    OUVREZ LES YEUX

      +11

    Alerter
  • adrien // 20.03.2016 à 10h16

    Réveil tardif d’une petite main du ministère du Travail (mieux vaut tard que ..) . Déjà, quand on ne sait pas à quoi s’attendre après le rapport Combrexelle, ce technocrate tout terrain (politique), utilisé pour mettre en forme toutes les réformes libérales, portées aujourd’hui par une ministre (= chargée de com), capable de vous annoncer une catastrophe sociale avec un grand sourire : Bof ! ce n’est que la suite d’un lent processus initié depuis 1983 .

      +4

    Alerter
  • Kori // 20.03.2016 à 10h49

    C’est bizarre je vois beaucoup moins d’acharnement de la part de nos dirigeants à ne pas fermer certaines entreprises en France. C’est de l’emploi non ?
    Hypocrisie. Petits pions que nous sommes.
    Il faudra encore une révolution…

      +3

    Alerter
  • Giloux // 20.03.2016 à 13h09

    M. Jacquemain rêvait. A vrai dire, il rêve encore d’une autre politique que celle de la démolition social au profit du seul libéralisme économique. Mais qu’il relise la Constitution Européenne.

    “Moi je trouve ça plutôt positif que les salariés mécontents puissent changer facilement de travail, d’ailleurs plus le licenciement est facile, plus l’embauche l’est aussi (et plus les profits sont importants, plus le chômage diminue” nous dit M. Besset.
    Ben voyons. 43 ans que ça dure : plus on fait de cadeaux au patronat ( le vrai, celui qui vit du travail des autres, pas celui des PME qui bosse 50 heures par semaine), 43 ans que ça ne fait qu’aggrevare le chômage à chaque fois.
    Quand la loi El Khomri sera passée, le chômage flambera.

      +8

    Alerter
  • theuric // 20.03.2016 à 14h13

    L’histoire est ponctuée d’entreprises suicidaires, de mises en place d’autodestruction par des dirigeants pour qui leur décisions prises leur semblaient intelligentes et censées.
    Dieu se rit, se dit-il, de ceux qui déplorent les effets de causes qu’ils chérissent.
    Ainsi de penser qu’en provoquant une déflation salariale, sous quelle que forme que ce soit, résoudra la désindustrialisation européenne et mondiale en cours, ce n’est même pas faire preuve d’absurdité, de faute et d’erreur mais bien d’être au-delà de cela.
    Même si cela provient d’une tentative de perpétuer les retraites germaniques et de toutes celles, européennes, par capitalisation, même si c’est pour tenter de faire survivre encore un peu les banques.
    Dans une semaine, un mois, voire deux ou trois, le système économique mondialisé rendra l’âme, et ceci en raison de résultantes de mêmes choix faits par le passé, ainsi, ce ne fut que peu de temps après que les grecs furent ruinés que le commerce mondial commença sa chute.

      +2

    Alerter
    • theuric // 20.03.2016 à 14h36

      Cette croyance, de nos gouvernants politiques et économiques, quasi religieuse, de ce ramassis idéologique construit comme une poupée gigogne fait du néolibéralisme, de l’américanolâtrie, de l’eurolâtrie, d’une détestation du peuple français doublé de sa crainte et d’une présupposé toute puissance germanique les mène à leur plus terrible défaite.
      Ce n’est pas que je le souhaite ni ne le déplore, toutefois notre gouvernement aurait bien d’autres actions à mener que d’obéir servilement à ces dictats indigents, ne serait-ce que de préparer notre pays et le peuple à la difficile échéance notée plus haut.
      En ces temps pénibles et obscures qui viennent, vivre, de plus, un renversement gouvernemental, soit une période plus ou moins chaotique sans réelle gouvernance, ne fera qu’accentuer, pour nous, des problèmes qui seront déjà très importants.
      Ces confusions vers lesquelles notre gouvernement nous conduit déjà, pouvant mener à d’inimaginables conflits sociaux, signent de plus leur perte futur.
      L’histoire, ainsi, est ponctué d’entreprises suicidaires…

        +3

      Alerter
  • Fox 23 // 20.03.2016 à 14h13

    Comme excuse, l’Europe au bout d’un moment, ça gave un peu. Il n’est pas nécessaire de faire une enquête pour savoir d’où sont les tenants de cette excuse bidon.

    Ou nous avons un gouvernement capable de contrer les plus importantes pulsions des tarés de Bruxelles (bien sur je ne parle pas des Belges), ou on supprime tout gouvernement dit français, puisqu’il est incapables de défendre le droit de SA population (non rive gauche, non 16ème, non copains d’abord) à vivre décemment !

    Répétez tous les articles de ces traités bidons que la majorité de la population a rejeté en son temps, (tiens, ça vous fait une “bonne” raison de rejeter la faute sur la droite), mais il y en a ras le bol des excuses bidons !
    A la présidentielle, a choisir entre la peste, le choléra et Ebola, moi le non pêcheur, je vais y aller de bon cœur.
    Comme il serait bien que ce blog lance une campagne d’abstention massive comme signe citoyen de rejet de ces tocards !
    Vous imaginez un “président” élu avec 10% !!!

      +2

    Alerter
    • Amsterdammer // 20.03.2016 à 21h02

      L’abstention ne sera jamais massive à ce point : les bourgeois, les rentiers, les retraités, les fonctionnaires et tout ceux qui profite du de la mondialisation sans en subir les conséquences continueront de voter. Et le pouvoir de servir leurs intérêts.

      L’abstention même massive n’eut, n’a, n’aura AUCUNE conséquence.

      Les victimes de cet ordre inique feraient mieux de se mobiliser pour voter contre le système, ce ne sont pas les alternatives qui manquent.

        +2

      Alerter
      • step // 20.03.2016 à 22h44

        Les fonctionnaires en bénéficiaires de la mondialisation, elle est bien bonne. Ils sont actuellement une population “achetée” pour éviter des mouvements sociaux trop violents (et cela marche)… et probablement la prochaine qui sera sacrifiée. Je pense que dans 5 ans il n’y aura plus de statut du fonctionnaire.

          +1

        Alerter
  • georges dubuis // 20.03.2016 à 17h52

    Moralité, la jeunesse se grille de plus en plus vite à…..la réalité, enfin, son absence. Le cinéma c’est maintenant et se radicalise de jour en jour. Au jour d’aujourd’hui comme ils disent.

      +2

    Alerter
  • Roiwik // 20.03.2016 à 19h06

    Les gars , Il faut vous réveiller et ouvrir vos oreilles et vos yeux , le serrage de gueule des ouvriers : ces ordres viennent des grandes banques américaines et européennes qui dirigent
    la finance et l’économie de la France , malheureusement aujourd’hui nos élus ne sont plus que des pots de fleurs !

      +5

    Alerter
  • LeFredLe // 20.03.2016 à 19h34

    Tout est dans le terme : flexi-sécurité…Tous ceux qui comme moi ont travaillé dans une entreprise privée à petite ou moyenne échelle savent très bien que certain-e-s employé-e-s sont prêtes à tout pour être bien vu-e-s et signeraient des accords locaux qui seraient presque suicidaires…Quand on entend un salarié d’un établissement de jeu (casino) dire ‘ont est trop payés’…alors qu’il est payé au smic horaire, que ses heures de nuit ne sont pas valorisées et que le seul jour férié payé en tant que tel est le 1er mai…On comprend les dégâts qu’une loi pareille pourrait engendrer…

      +5

    Alerter
  • Deres // 21.03.2016 à 10h27

    “C’est un beau ministère, … sa mission première : défendre les salariés”

    Une belle vision marxienne du monde par un socialiste pur jus. Le rôle du ministère du travail est de réguler le monde du travail, pas d’être au centre à une lutte des classes imaginaire ! On notera que dans cette version du monde, les français ne sont que des moutons serviles devant être protégé en permanence des loups capitalistes par de gentils fonctionnaires et politiques à qui nous devrons être éternellement raisonnables. On est loin de la vision de Pompidou affirmant qu’il fallait arrêter d’emm*** les français …

      +3

    Alerter
  • Chrls // 21.03.2016 à 23h22

    Je dois avouer ,que je suis un peu perplexe .
    voilà donc un jeune fonctionnaire révolté par la politique d’un parti auquel il a adhéré et qui fait buzzer la toile .Ouais ,mais quand Taubira a démissionné ,je n’ai pas lu un seul mot sur ce site .
    Et ces jours ci elle a disparu des radars ,mais que quoi donc ? Où c’est-il qu’elle est ?
    Au ski ? A la plage dou dou dis donc ? Ses freins de vélo ont laché et elle est pas sortie du tunnel ?
    Pas de closer ,de voici ,paris match etc…

      +1

    Alerter
  • Louis31 // 22.03.2016 à 15h20

    “Vous imaginez un “président” élu avec 10% !!!”

    Ils s’en foutent, il y a bien un député (je crois au moyen-orient) puisque aujourd’hui il y a des député hors de France, a bien été élu avec environ 5%. Il est non mois élu et touche sa paye comme tous les autres.
    Ce n’est pas l’abstention qui va les arrêter, au contraire, ils demandent que ça, puisque c’est nous, ceux d’en bas qui n’allons pas voter.
    Nous avons eu Sarko avec l’UMP, nous avons Hollande, Valls et Macron avec les “Socialistes” l’extrême droite c’est du Sarco en pire.
    Donc il nous reste qu’une seule voie, si nous voulons changer cette 5ieme pourri qui produit de petits roitelets, par une 6ieme république et ne pas nous retrouver à la limite de l’esclavage dans nos entreprises,(l’Europe estime que nous gagnons trop) il faudra choisir autre chose, la vraie gauche nous dit que s’il fallait choisir entre l’Euro et notre souveraineté elle choisirait la souveraineté et pareil pour l’Europe. Pour moi le choix est claire je choisi ma souveraineté.

      +1

    Alerter
    • LeFredLe // 22.03.2016 à 20h54

      Effectivement, l’abstention est un non-lieu en France. Que dire de notre belle démocratie qui ne nous offre que l’alternative PS / UMP (LR) en guise de choix démocratique? C’est vachement mieux que les pays comme la Russie…Pas de place non plus pour une vraie opposition ici…à part la marinade…mais elle a un goût bizarre cette soupe. A se demander s’ils ne font pas partie d’une “bigger picture”. Pour preuve : les 10% de participation en plus au 2nd tour des dernières élections pour faire barrage à la “haine”…En fait, nous sommes cuits…

        +0

      Alerter
    • LeFredLe // 22.03.2016 à 20h56

      C’est quoi la vrai gauche en France? Je n’arrive pas à mettre des têtes là dessus…

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications