Les Crises Les Crises
13.octobre.202013.10.2020 // Les Crises

Procès Assange : Le piège s’est refermé – par Craig Murray

Merci 329
Je commente
J'envoie

Source : Consortium News, Craig Murray
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

L’ancien diplomate britannique Craig Murray était dans la Tribune du public à Old Bailey pour l’audition de Julian Assange

En ce douzième jour d’audience, le piège s’est refermé, car la juge Vanessa Baraitser a insisté sur le fait que les témoignages doivent se terminer la semaine prochaine, et qu’aucun temps ne sera accordé pour la préparation des plaidoiries finales, qui doivent être entendues le lundi suivant.

C’est ainsi que la défense s’est rapprochée le plus d’une protestation, en soulignant qu’elle n’avait toujours pas abordé le nouvel acte d’accusation qui remplace l’ancien, et que le juge avait refusé leur demande d’ajournement avant le début des auditions de témoins, pour leur donner le temps de le faire.

Edward Fitzgerald QC pour la défense a également souligné qu’il y avait eu de nombreux témoins dont les témoignages devaient être pris en compte, et que les conclusions écrites finales devaient être préparées physiquement en se référant aux transcriptions et autres preuves du procès.

Baraitser a répondu que la défense lui avait donné 200 pages de plaidoirie d’ouverture et qu’elle ne voyait pas pourquoi il en faudrait davantage.

Edward Fitzgerald QC sur une photo datée. (YouTube)

Fitzgerald, qui est un gentleman de la vieille école dans le sens le plus agréable du terme, cherchait ses mots pour exprimer son étonnement de voir que toutes les preuves apportées depuis les plaidoiries d’ouverture pouvaient être rejetées comme inutiles et sans effet.

Je crains qu’une pluie très forte ne tombe maintenant sur ceux qui, pendant toute une vie, ont travaillé au sein d’institutions de démocratie libérale qui, au moins dans une large mesure et habituellement, fonctionnaient dans le cadre de la gouvernance de leurs propres principes proclamés. Il m’est apparu clairement dès le premier jour que je suis en train d’assister à une mascarade.

Je ne suis pas du tout choqué que Baraitser ne pense pas que quoi que ce soit au-delà des arguments d’ouverture écrits ait un quelconque effet. Je vous ai signalé à maintes reprises que, lorsque des décisions doivent être rendues, elle les a présentées au tribunal sous forme pré-écrite, avant d’entendre les arguments qui lui sont présentés.

Je m’attends fortement à ce que la décision finale ait été prise dans cette affaire avant même que les plaidoiries ne soient reçues.

(CC0 1.0)

Le plan du gouvernement américain a toujours été de limiter les informations disponibles au public et de limiter l’accès effectif à un public plus large aux informations disponibles. Ainsi, nous avons vu les restrictions extrêmes sur l’accès physique et vidéo. La complicité des grands médias a fait en sorte que ceux d’entre nous qui savent ce qui se passe sont très peu nombreux dans la population en général.

Même mon blog n’a jamais fait l’objet d’une interdiction aussi systématique de Twitter et de Facebook que maintenant.

Normalement, environ 50 % des lecteurs de mon blog viennent de Twitter et 40 % de Facebook. Pendant le procès, 3 % des lecteurs venaient de Twitter et 9 % de Facebook. C’est une baisse de 90 % à 12 %.

Lors des audiences de février, Facebook et Twitter m’envoyaient à eux deux plus de 200 000 lecteurs par jour. Maintenant, ils m’envoient 3 000 lecteurs par jour. En clair, c’est beaucoup moins que ce que je reçois d’eux en temps normal. C’est la nature insidieuse de cette censure qui est particulièrement sinistre – les gens croient qu’ils ont réussi à partager mes articles sur Twitter et Facebook, alors que ces sociétés leur cachent qu’en fait, cela n’a été vu par personne. Ma propre famille n’a pas été informée de mes articles sur ces deux plateformes.

Le gouvernement américain a répondu avec enthousiasme à la déclaration de Baraitser en suggérant que les plaidoiries finales ne devaient pas du tout être entendues. Ils devraient simplement être présentés par écrit, peut-être une semaine après les derniers témoins.

Baraitser semblait vouloir acquiescer à ceci.

Noam Chomsky. (Duncan Rawlinson)

Permettez-moi d’ajouter qu’il y a deux jours, j’ai remarqué que la défense avait vraiment manqué un moment important pour lui tenir tête, lorsque la direction de son passage en force est devenue évidente. Il semble qu’en raison du terrain que la défense a déjà concédé à ce stade, Noam Chomsky soit l’un des témoins que nous n’entendrons pas maintenant.

Je crains de ne pas pouvoir vous donner un compte rendu substantiel des témoins de mercredi. J’ai décidé que les détails intimes de l’histoire médicale et de l’état de santé de Julian ne devaient pas faire l’objet d’une plus grande curiosité publique. Je sais que je ne peux pas rappeler ce que d’autres ont publié – et le tribunal va examiner les demandes de la presse concernant l’ensemble du dossier médical qui lui a été soumis. Mais je dois faire ce que je crois être juste.

Je dirai que pour la défense, le Dr Quinton Deeley a comparu.

Dr. Quinton Deeley

Deeley est maître de conférences en comportement social et neurodéveloppement à l’Institut de psychiatrie, de psychologie et de neurosciences (IOPPN) du King’s College de Londres et neuropsychiatre consultant à l’Unité nationale de l’autisme. Il est co-auteur du rapport du Royal College sur la gestion de l’autisme.

Deeley, après avoir supervisé le test standard, consulté intensément Julian Assange et retracé l’historique, a établi un diagnostic clair qui englobe le syndrome d’Asperger. Il a décrit Julian comme un autiste de haut niveau. Il a ensuite été suivi par l’habituelle démonstration scandaleuse de James Lewis (conseiller de la Reine), qui a tenté de séparer le diagnostic trait par trait, en employant des tactiques telles que « Eh bien, vous ne me regardez pas dans les yeux, alors cela vous rend autiste ? Il l’a vraiment fait. Je n’invente rien.

Je devrais en dire plus sur Lewis, qui est un personnage étrange. Très affable en privé, il adopte une agressivité de mauvais goût et impolie en contre-interrogatoire qui semble très inhabituelle en effet. Il adopte des postures particulières. Après avoir posé des questions agressives, il prend des poses de pugilisme théâtral. Par exemple, il met les mains sur les hanches, sort le menton et se relève jusqu’à ce que ses talons quittent le sol, tout en regardant la salle d’audience en apparence triomphante, son regard s’arrêtant de temps en temps pour fixer celui du juge. Ces gestes impliquent presque toujours le rejet d’un ou des deux panneaux de sa veste.

Je pense qu’il s’agit d’une sorte de signal mâle alpha inconscient en cours, et tous ces psychiatres autour pourraient le relier à son manque de taille. Il s’agit d’un comportement d’exhibition mais qui n’est pas vraiment très réussi. Lewis s’est développé pendant le confinement et il apparaît de façon frappante comme un matelot de chœur dans une production d’un vieil opéra-comique dans une ville secondaire.

Dr. Quinton Deeley. (Kings College)

Une grande partie de moi veut donner des détails sur le contre-interrogatoire parce que Deeley a superbement géré Lewis, en donnant des réponses calmes et raisonnées et en ne concédant rien aux tentatives maladroites de Lewis de démanteler son diagnostic.

Lewis a effectivement fait valoir que les réalisations de Julian seraient impossibles avec l’autisme alors que Deeley était d’un avis différent. Mais il n’y a pas moyen de le redire sans entrer dans la discussion des détails médicaux que je ne souhaite pas donner. Je vous dirai cependant que le père de Julian, John Shipton, m’a dit que Julian sait depuis longtemps qu’il est atteint du syndrome d’Asperger et qu’il le dira avec joie.

Le deuxième psychiatre, le Dr Seena Fazel, professeur de psychiatrie légale à l’université d’Oxford, a été le premier témoin de l’accusation que nous avons entendu mercredi. Il m’a semblé être un homme honnête et consciencieux et a fait valoir des arguments raisonnables, en bien. Il y avait beaucoup de points communs entre Fazel et les psychiatres de la défense, et je pense qu’il est juste de dire que son principal argument était que l’état médical futur de Julian dépendrait grandement des conditions dans lesquelles il était détenu en ce qui concerne l’isolement, et de l’espoir ou du désespoir dépendant de ses perspectives d’avenir.

Ici, Lewis tenait à brosser un tableau élyséen. Comme toujours, il s’est appuyé sur la déclaration sous serment du procureur adjoint américain Gordon Kromberg, qui a décrit le camp de vacances qu’est la prison de sécurité maximale ADX à Florence, dans le Colorado, où, selon l’accusation, Julian sera probablement incarcéré à sa condamnation.

Vous vous souviendrez que c’est la prison qui a été décrite comme un « enfer vivant » et un « destin pire que la mort » par son propre directeur.

Lewis a invité Fazel à convenir que ce régime ne causerait pas de problèmes médicaux à Julian, et à son crédit Fazel, bien qu’étant un témoin de l’accusation, a refusé d’être utilisé de cette manière, disant qu’il serait nécessaire de découvrir combien des affirmations de Kromberg étaient vraies en pratique, et quelle était la qualité de cette disposition. Fazel n’était pas disposé à accepter les mensonges concernant cette installation notoire.

Lewis a été malhonnête car il sait, et l’accusation l’a reconnu, que si Julian était condamné, il serait très probablement maintenu dans le bloc H à l’ADX (« maximum administratif ») sous « mesures administratives spéciales ». S’il avait lu quelques paragraphes de la déclaration sous serment de Kromberg, il serait arrivé au régime sous lequel Julian serait en fait détenu :

Alors, soyons clairs. Le procureur général des États-Unis, William Barr, décide qui est soumis à ce régime et quand il peut être amélioré.

Pendant au moins les 12 premiers mois, vous êtes en isolement cellulaire, enfermé dans votre cellule, et vous n’êtes autorisé à sortir que trois fois par semaine, juste pour prendre une douche. Vous n’êtes pas autorisé à recevoir des visites et à téléphoner deux fois par mois.

Au bout de 12 mois, il est possible d’améliorer la situation – et nous entendrons des témoignages à ce sujet, c’est rare – en autorisant trois appels téléphoniques par mois et une brève libération de la cellule cinq fois par semaine pour faire de l’exercice, toujours dans un isolement absolu. Nous avons entendu des témoignages selon lesquels cette période d’exercice se situe généralement vers 3 heures du matin. Après un nombre indéterminé d’années, vous pouvez, ou non, être autorisé à rencontrer un autre être humain.

Derrière le mépris glacial de Baraitser, derrière les postures théâtrales de Lewis, cet enfer sur Terre est ce que ces gens ont l’intention de faire à Julian. Ils discutent calmement de la façon dont cela le tuera définitivement, en sachant parfaitement que c’est la mort dans la vie de toute façon.

Je suis assis dans la galerie publique, perché à 2,50 m au-dessus d’eux, et je regarde l’interaction des personnages de cette pièce, tandis que les avocats empilent leurs liasses de papiers ou fixent leur ordinateur portable, tandis que Lewis et Fitzgerald échangent des plaisanteries, tandis que les aimables employés de bureau essaient de faire fonctionner les systèmes informatiques, et mon esprit nage dans l’incrédulité horrifiée. Ils discutent d’un sort pour mon ami aussi horrible que celui des milliers de personnes qui, pendant plus de 500 ans, ont été traînées d’ici et pendues à l’extérieur. Ils discutent et travaillent tous comme si nous étions une partie normale de la société civilisée.

Puis je retourne dans ma chambre d’hôtel, je tape tout et je l’affiche. Les gouvernements qui détruisent Julian ont, par l’intermédiaire de leurs agences, poussé les grandes entreprises qui contrôlent maintenant les principaux points d’accès à Internet, à faire en sorte que mon récit de douleur et de deuil soit vu par très peu de gens. Mes cris de douleur et d’horreur sont étouffés par d’épais murs rembourrés. Nous sommes tous enfermés.

Craig Murray est un auteur, un radiodiffuseur et un militant des Droits de l’Homme. Il a été ambassadeur britannique en Ouzbékistan d’août 2002 à octobre 2004 et recteur de l’université de Dundee de 2007 à 2010.

Source : Consortium News, Craig Murray, 24-09-2020
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 13.10.2020 à 08h12

« Il m’est apparu clairement dès le premier jour que je suis en train d’assister à une mascarade. »

C’est hélas une évidence dès l’incarcération d’Assange. Et Trump le « Pacifique » n’aura pas les c…….s pour le gracier avant son départ de la présidence.

12 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 13.10.2020 à 08h12

    « Il m’est apparu clairement dès le premier jour que je suis en train d’assister à une mascarade. »

    C’est hélas une évidence dès l’incarcération d’Assange. Et Trump le « Pacifique » n’aura pas les c…….s pour le gracier avant son départ de la présidence.

  • JPD // 13.10.2020 à 08h35

    Le silence des médias est tonitruant! Tous ces journalistes au service de l’oligarchie et qui s’assoient sur la justice, le droit, la liberté ets inadmissible!

    • Moussars // 13.10.2020 à 15h06

      Ce seul fait est accablant pour le « monde de la démocratie ». Les journalistes, les « héros » du prétendu 4ème pouvoir, sont soumis à leur milliardaire de patron et aux hommes politiques. C’est le métier dans lequel il y a le plus lâches aujourd’hui…

  • RGT // 13.10.2020 à 09h19

    Donnez-moi UN SEUL exemple d’opposant réel et efficace (même sans aucun acte violent comme dans le cas de Julian Assange) qui ait réussi, sauf exil chez « l’ennemi », à se soustraire des griffes d’un « dirigeant bienfaisant » ?

    Même si la juge Vanessa Baraitser est réellement intègre elle doit subir des pressions telles qu’elle ne peut pas s’écarter de la décision déjà prise depuis plusieurs années (sous le « divin » Obama, le l’oublions JAMAIS) et doit courber l’échine sous peine d’avoir un sort encore pire que celui de Julian.

    N’oublions jamais que les états sont « éternels » (comparés à la vie humaine) et que la vengeance est un plat qui se mange froid, très froid dans le cas des états.

    Désormais le signal est très clair : Si d’aventure un lanceur d’alerte aussi efficace et motivé que Julian parvient à diffuser des informations critiques sur les mensonges et les atrocités de « nos » dirigeants « bienveillants » il aura intérêt à se planquer dans un endroit totalement inaccessible tant que ce système totalement vérolé ne s’écroule de lui-même ou suite à l’écœurement des populations totalement outrées par les atrocités commises en leur nom, même contre la population elle-même.

    Quant au fait que Julian soit autiste asperger, c’est tout à fait possible et ça ne diminue en rien ses capacités d’analyse et de motivation.
    Le passé nous a légué des autistes asperger d’une intelligence exceptionnelle qui, grâce à leur « handicap » peuvent se concentrer avec une efficacité remarquable.

    Et il existe des gradients dans l’autisme, allant de cas à peine perceptibles à d’autres qui ne permettent pas à l’individu de vivre « normalement » dans une société humaine. Ce qui ne les empêche pas d’avoir bien souvent des facultés intellectuelles hors du commun même s’ils s’expriment parfois de manière « étrange ».

    Contentez-vous simplement de regarder la petite Gretta Tunberg et vous comprendrez ce que je veux dire. Elle est certes manipulée mais son analyse est tout à fait juste, même si elle s’exprime de manière « peu conventionnelle.

    De nombreuses personnes dans le passé signalé le comportement « étrange » de Julian qui pourrait tout à fait être expliqué par cette forme d’autisme.

  • nulnestpropheteensonpays // 13.10.2020 à 09h38

    Ce qui manque a Wikileaks , c’est une armée .N’importe quel parti dans n’importe quel pays a l’heure actuelle au niveau de dégradation des « démocraties  » ne peut faire valoir un quelconque droit sans inspirer la crainte .Nous en sommes arrivé a ce point .Cela ressemble beaucoup à la décadence de Rome .Une armée dans nos pays domestiqués n’est plus vraiment possible dans un style militaire , par contre un boycott des produits américains et anglais reste une solution en cette période de récession cela aurait un poids d’autant plus important et surement d’autres formes d’actions a réfléchir .

    • Patapon // 13.10.2020 à 10h40

      Le boycott est une question de masse, la masse est une question de pouvoir, le pouvoir est une question d’argent.
      Même avec le mot justice on n’y arrive pas puisque le sens des mots est lui-même sous le poids du pouvoir et de l’argent.

  • Remi // 13.10.2020 à 09h42

    Je donnerai crédit aux critiques de nos journalistes, sur la question des droits de l’homme, quand ils auront osé, nous informer normalement, sur ce procès scandaleux! Ce matin encore sur FI, a propos de l’élection du nouveau comité onusien des droits de l’homme, ils ne se sont pas gênés. Quelle pitié !

  • EspritLibre // 13.10.2020 à 09h54

    enfermé pendant plusieurs années sans voir un seul humain… on n’est simplement pas sorti du moyen-âge, des oubliettes, des instruments de torture. Il y a juste un peu moins de sang quand on risque d’être sous l’angle d’une caméra… pitoyable humanité…

    • Moussars // 13.10.2020 à 15h30

      L’isolement d’un an dès l’arrivée dans la prison, alors que l’isolement au motard (bien moins long) est censé être une sanction pour un « mauvais » comportement dans la prison à la discrétion (hors du droit) du directeur.
      Ce qui traduit donc ici, une vengeance dès plus abjecte -et illégale- de l’État anglo-saxon.
      Mais ça, ce n’est pas nouveau…

  • RV // 13.10.2020 à 21h10

    Et moi le premier je reste derrière mon écran . . .

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications