Les Crises Les Crises
13.octobre.202013.10.2020 // Les Crises

Procès Assange Jour 12 – Lewis conteste le diagnostic de l’autisme d’Assange comme risque de suicide

Merci 53
Je commente
J'envoie

Source : Consortium News, Joe Lauria,
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Consortium News suit virtuellement le déroulé du procès de Julian Assange à Old Bailey à Londres. Chaque jour, il publie un compte rendu détaillé de l’audience. L’équipe Les-Crises vous en propose la traduction exclusive.

Lewis conteste le diagnostic de l’autisme d’Assange comme risque de suicide

5h05 EDT : la Cour est en session. Les témoins de la défense seront aujourd’hui le Dr Quinton Deeley, psychiatre consultant honoraire de l’Unité nationale de l’autisme, du Service des TDAH pour adultes et de la Clinique d’évaluation de la génétique du comportement et de l’autisme, et Paul Mullen, professeur émérite de psychiatrie à l’Université Monash de Melbourne.

L’avocat de la défense Edward Fitzgerald a présenté la « feuille de jugement » de l’incident des lames de rasoir à la juge Vanessa Baraitser pour prouver que Julian Assange a été « accusé » de l’avoir dissimulée. L’accusation a été rejetée.

James Lewis QC pour l’accusation a déclaré à la cour que cette preuve ne prouvait pas qu’elle « conduisait à un risque de suicide ». Lewis a essayé mardi d’utiliser l’incident de la lame de rasoir comme preuve qu’Assange invente son risque de suicide.

« Il ne fait aucun doute que les agents de la prison ont fait ces allégations et ont porté une accusation », a déclaré Fitzgerald.

Dr. Quinton Deeley. (Kings College)

Quinton Deeley a prêté serment à la barre des témoins dans la salle d’audience. Le témoignage de Deeley est similaire à celui du Dr Michael Kopelman de mardi, décrivant comment Julian Assange serait « à haut risque » de suicide s’il était extradé.

7h24 EDT : Mardi, le procureur James Lewis a passé en revue de nombreuses notes d’examens médicaux de Julian Assange pour dire qu’il était alerte, qu’il avait un contact visuel et qu’il était de bonne humeur. L’intention de Lewis était de montrer qu’Assange simulait en quelque sorte sa dépression et ses tendances suicidaires.

Mercredi, Fitzgerald a passé en revue ces notes de prison pour souligner que lorsqu’elles indiquaient qu’il n’avait pas d’intention suicidaire, cela ne signifiait pas qu’il avait été interrogé à ce sujet lors de l’examen.

« Cela peut être consigné dans un dossier médical de la prison s’il n’a pas spontanément déclaré qu’il avait l’intention de se suicider », a déclaré Deeley. « Cela ne veut pas dire qu’on lui a demandé. »

Deeley a soutenu le point de vue de Kopelman selon lequel Assange était réticent à parler aux responsables de la prison de son état d’esprit et de ses sentiments suicidaires par peur d’être isolé et constamment surveillé. Deeley a ensuite exposé dans un examen direct les détails du syndrome d’Asperger et de l’autisme d’Assange. Il a déclaré que cela l’avait conduit à sa « rumination obsessionnelle » sur le suicide s’il était envoyé aux États-Unis.

Lors du contre-interrogatoire, Lewis a de nouveau mis en doute les qualifications de Deeley, notant qu’il n’est pas psychiatre légiste et qu’il n’a été qu’une fois dans une prison en 2020, pour interroger Assange en janvier. Lewis a ensuite tenté de discréditer le diagnostic d’autisme de Deeley, soulignant qu’Assange avait fait un « show interactif » sur RT, avait écrit des livres et des articles et prononcé des discours.

Assange sur RT (YouTube)

Mais Deeley a déclaré qu’il n’est pas rare qu’une personne ayant un diagnostic d’autisme soit très concentrée et communicative sur des sujets sur lesquels elle a une expertise. Lewis a ensuite passé en revue les notes de la prison en répétant que dans chacune d’entre elles, il avait noté qu’Assange avait établi « un bon contact visuel ».

Lewis a soutenu que cela montrait qu’Assange n’était pas autiste. Mais Deeley a rétorqué que ce n’était qu’un trait qui devait être pris en compte avec toutes les autres preuves.

De manière sarcastique, Lewis demande si Deeley est autiste parce qu’il regarde le plafond plutôt que de le regarder dans les yeux.

« Je pense que j’aurais un score très bas à un test d’autisme », a déclaré Deeley, expliquant qu’il étudiait le langage corporel de tous les membres du tribunal, y compris du juge Baraitser.

A un autre moment, un Lewis frustré a demandé à Deeley : « Essayez-vous d’aider le tribunal, ou de défendre une cause ? »

« Mon devoir est envers le tribunal », répondit Deeley.

L’autisme est un problème dans la mesure où il peut avoir un impact sur la possibilité de suicide.

11h41 EDT : La séance est levée. Dans l’après-midi, nous avons entendu le premier des deux témoins de l’accusation, Seena Fazel, professeur de psychiatrie légale à l’université d’Oxford.

Lors de l’examen direct, Lewis a établi que Fazel, un expert mondial en psychiatrie carcérale, pensait qu’Assange présentait des traits d’autisme mais il n’a pas considéré qu’il s’agissait d’un cas « clair ». Lorsqu’il a examiné Assange en janvier, il a constaté qu’il souffrait d’une dépression modérée et qu’il était alors capable de gérer son risque de suicide.

« Il a été capable de gérer lui-même son risque, de sorte que cela ne correspond pas à l’idée que cet état mental est si grave qu’il ne peut pas résister au suicide », a témoigné M. Fazel.

Lors du contre-interrogatoire, M. Fazel a reconnu qu’Assange avait des antécédents de dépression. Il a fallu plusieurs tentatives de Fitzgerald pour que Fazel admette que le fait qu’Assange soit en isolement aux États-Unis augmenterait son risque de suicide.

« Si le Dr Deeley a raison de dire que M. Assange souffre d’Aspergers, cela augmenterait le risque de suicide s’il est extradé. Êtes-vous d’accord avec cela », a demandé M. Fitzgerald.

« Ce serait un facteur », a convenu Fazel.

Fitzgerald a demandé à Fazel s’il connaissait une déclaration du directeur de la prison ADX super max du Colorado, où Assange pourrait se retrouver s’il est condamné aux États-Unis, selon laquelle l’établissement était « l’enfer » et « impropre à l’habitation humaine ».

Fazel a dit qu’il ne l’était pas.

« Votre capacité à nous aider » concernant les conditions auxquelles Assange est confronté « est donc limitée », a déclaré M. Fitzgerald.

« Et connaissez-vous les prisons fédérales, la prison d’Alexandrie, ADX Colorado ou les taux de suicide là-bas ? » a demandé Fitzgerald.

« Non », a répondu Fazel, qui a dit qu’il n’avait jamais visité qu’une prison de ville et une prison d’État aux États-Unis. « Donc vous ne pouvez pas nous aider ? » « Non, je ne peux pas », a dit Fazel.

Après réexamen, Lewis a lu la déclaration sous serment du procureur adjoint américain Gordon Kromberg, dans laquelle il décrit l’ADX Colorado comme un country club virtuel. Il a dit qu’il y avait des programmes éducatifs, des livres à la bibliothèque, des périodiques auxquels on pouvait s’abonner, qu’il y avait des activités artistiques hebdomadaires et des programmes spéciaux pour les vacances, cinq visites sociales par mois et que chaque cellule avait des télévisions à 30 chaînes, de la musique numérique et qu’il y avait du bingo et du crochet.

« Il n’a pas parlé du bloc H, ce qui est l’objet du sujet », a objecté Fitzgerald.

Le juge semble rejeter la demande de la défense d’un mois pour préparer les arguments finaux

Fitzgerald a demandé un mois après la clôture du témoignage le 2 octobre pour préparer la plaidoirie ou la présentation de la défense. Baraitser s’y est opposé avec insistance, affirmant que l’audience avait déjà été retardée à plusieurs reprises.

Au lieu de cela, elle a déclaré que les conclusions finales devraient être présentées la semaine du 5 octobre. Fitzgerald a déclaré que cela causerait « d’énormes problèmes » à la défense. Il a déclaré que la prise en compte du second acte d’accusation faisait partie du problème.

Lewis a proposé qu’aucun argument oral et final ne soit présenté et que les conclusions finales soient plutôt présentées par écrit.

Baraitser a semblé s’en réjouir, disant qu’elle avait déjà 200 pages de plaidoirie de la défense et 100 pages de l’accusation avant le procès.

Le juge a accordé à la défense un délai pour discuter avec Assange du moment de la plaidoirie finale, puis elle prendra une décision.

L’audience reprendra jeudi à 12h BST, 7h EDT.

Source : Consortium News, Joe Lauria, 23-09-2020
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 13.10.2020 à 10h05

Nier le fait qu’un autiste asperger, même « léger » (ne présentant pas de symptômes flagrants d’insociabilité) ne puisse pas, dans une situation totalement bloquée et sans issue possible, envisager de mettre fin à son existence est une absurdité criminelle.

Les autistes asperger sont très souvent d’une intelligence exceptionnelle et leur capacité d’analyse leur permettent de comprendre quand une situation est sans issue.

Confrontés à leur sensibilité extrême, dans des cas totalement désespérés sans aucun espoir d’en réchapper, TOUTE personne dotée de telles capacités d’analyse et d’une sensibilité à fleur de peau préfère mettre fin à son existence plutôt que d’endurer des souffrances « éternelles ».

Et il n’y a pas que les autistes qui ont un tel comportement.
Il suffit simplement de regarder le nombre de suicides annuels de personnes en difficulté pour se rendre compte que tout humain doté de sensibilité peut un jour en venir à mettre fin à son existence.

Les seuls qui s’accrochent à la vie dans des cas sans issue sont ceux qui n’ont pas les capacités d’analyse leur permettant de comprendre la situation, ou ceux qui n’ont strictement aucune sensibilité et ne pensent qu’à prolonger leur existence même si il n’y a aucun espoir de s’en sortir.

Si Julian Assange n’avait pas une sensibilité à fleur de peau il n’aurait JAMAIS entrepris sa « croisade » contre les pratiques ignobles des « grands dirigeants » et se serait contenté de trouver un petit job peinard.

3 réactions et commentaires

  • RGT // 13.10.2020 à 10h05

    Nier le fait qu’un autiste asperger, même « léger » (ne présentant pas de symptômes flagrants d’insociabilité) ne puisse pas, dans une situation totalement bloquée et sans issue possible, envisager de mettre fin à son existence est une absurdité criminelle.

    Les autistes asperger sont très souvent d’une intelligence exceptionnelle et leur capacité d’analyse leur permettent de comprendre quand une situation est sans issue.

    Confrontés à leur sensibilité extrême, dans des cas totalement désespérés sans aucun espoir d’en réchapper, TOUTE personne dotée de telles capacités d’analyse et d’une sensibilité à fleur de peau préfère mettre fin à son existence plutôt que d’endurer des souffrances « éternelles ».

    Et il n’y a pas que les autistes qui ont un tel comportement.
    Il suffit simplement de regarder le nombre de suicides annuels de personnes en difficulté pour se rendre compte que tout humain doté de sensibilité peut un jour en venir à mettre fin à son existence.

    Les seuls qui s’accrochent à la vie dans des cas sans issue sont ceux qui n’ont pas les capacités d’analyse leur permettant de comprendre la situation, ou ceux qui n’ont strictement aucune sensibilité et ne pensent qu’à prolonger leur existence même si il n’y a aucun espoir de s’en sortir.

    Si Julian Assange n’avait pas une sensibilité à fleur de peau il n’aurait JAMAIS entrepris sa « croisade » contre les pratiques ignobles des « grands dirigeants » et se serait contenté de trouver un petit job peinard.

  • SanKuKai // 13.10.2020 à 16h00

    Que Julian Assange soit autiste ou pas, je ne vois pas ce que ça a à faire avec le shmilblick. Il n’a rien à faire dans ce tribunal, point final.
    Et si le procureur Lewis pense qu’il est mentalement en pleine forme je propose de l’enfermer pendant 10 ans sans raison valable pour voir ce que ça lui fait. Quand on voit simplement l’effet de 2 mois de confinement sur la population je pense que, soit monsieur Lewis pense ce qu’il dit et c’est odieux, soit il fait juste son boulot de procureur et c’est encore plus odieux.

  • Gégé // 13.10.2020 à 18h19

    Même ici sur ce site d’OB qui prend soin de relayer ce qui essaye de ne surtout pas apparaître au grand public concernant la déshonorante affaire Assange, le nombre de lectures/mercis est famélique. De grâce diffusez, diffusez et diffusez encore les liens dans les commentaires des Media mainstream et sur vos réseaux sociaux ; il risque d’être bientôt trop tard. Je vous laisse j’ai un petit vomi à aller poser…

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications