Les Crises Les Crises
16.novembre.202116.11.2021 // Les Crises

Julian Assange : Sortie du Film « Hacking Justice » + débat avec Chris Hedges

Merci 18
J'envoie

La sortie d’Hacking Justice, le film sur Julian Assange approche (demain, 17 novembre). Le site dédié a été actualisé avec l’annonce des premières projections-débats en France : hackingjustice.fr

AU CINÉMA à partir du 17 novembre

Plusieurs séances par jour sont déjà prévues au cinéma L’espace Saint-Michel (Paris, Place Saint-Michel, Paris 5ème) . Le film sera suivi de débats aux séances de 20h plusieurs fois par semaine :

  • Vendredi 19 Novembre à 20h, projections-débats du film « Hacking Justice » sur Julian Assange, en présence de Daniel Mermet
  • Le Jeudi 25 Novembre à 20h, la projection d’Hacking Justice sera suivie d’un visio-débat en direct avec Nils Melzer
  • Le Vendredi 26 Novembre à 20h, la projection d’Hacking Justice sera suivie d’un visio-débat en direct avec Chris Hedges

Site du film et programmation : hackingjustice.fr

D’autres séances sont en cours de programmation dans d’autres villes.

Hacking Justice – Julian Assange (B.A.) from lesmutins.org on Vimeo.

LE FILM

LE COMBAT DU SIÈCLE POUR LA LIBERTÉ D’INFORMER

Fidèle au principe Cypherpunk « vie privée pour les plus faibles, transparence pour les puissants », Julian Assange a créé WikiLeaks en 2006, outil de publication crypté qui a permis la fuite de millions de documents classifiés ou secrets, mettant au jour les pratiques des gouvernements et des multinationales concernant la guerre, l’espionnage et la corruption. Les fuites transmises à WikiLeaks en 2010 par l’analyste de l’US Army Chelsea Manning constituent les révélations les plus importantes de l’histoire sur les crimes de guerres et les mensonges des États-Unis. Julian Assange est alors devenu une cible.

Ce documentaire commence en 2012, lorsque le fondateur de WikiLeaks se réfugie dans l’ambassade d’Équateur à Londres où il restera confiné drastiquement jusqu’à son arrestation en 2020 en vue de son procès en extradition aux États-Unis. Pendant sept ans, à l’intérieur de l’ambassade et à travers le monde, Clara López Rubio et Juan Pancorbo ont suivi, pas à pas, la défense de Julian Assange, coordonnée par le célèbre avocat Baltasar Garzón. Une histoire aux implications politiques profondes sur la justice et la liberté d’informer.

Le film est accompagné d’un long entretien inédit avec Julian Assange. Tourné en avril 2015, Julian Assange y fait part de ses réflexions sur la justice, la politique, le journalisme et revient sur la création de Wikileaks.

Durée du film : 1h30
Durée du complément : 55 minutes
Version Originale sous-titrée en Français

Les principaux personnages

Julian Assange est le fondateur de Wikileaks, il a dévoilé des millions de documents militaires confiés par des lanceurs d’alerte dénonçant les crimes de guerres des États-Unis pour qui il devient l’ennemi public n°1. En octobre 2021, la Cour de Haute justice d’Angleterre se prononcera sur son extradition vers les États-Unis où il risque 175 ans de prison.

Baltasar Garzon est un juge d’instruction, mondialement connu pour avoir fait interpeller en 1998, à Londres, l’ancien dictateur chilien Augusto Pinochet. Il coordonne la défense juridique de Julian Assange depuis 2012 qui trouva en lui l’avocat idéal pour une affaire internationale où justice et hautes sphères politiques se mêlent.

Sarah Harrison est une journaliste britannique et chercheuse en droit qui a travaillé avec l’équipe de défense juridique de WikiLeaks. En juin 2013, elle rejoint à Hong-Kong l’ancien agent secret américain Edward Snowden, qui vient de livrer à des journalistes américains des documents secrets de la NSA (voir le film Citizenfour). Elle l’aide à quitter Hongkong en urgence pour échapper à une extradition vers les Etats-Unis, puis reste avec lui plusieurs mois à Moscou, où il est réfugié. En 2015, elle reçoit le prix « Willy Brandt pour le courage politique », décerné chaque année par le Parti social-démocrate allemand (qu’elle ne manque pas de critiquer dans son discours de remerciement).

LE LIVRE – 260 pages

Des textes et entretiens inédits, ainsi qu’une chronologie détaillée de Wikileaks et son fondateur qui permet de comprendre tous les enjeux soulevés par le film (indispensable pour préparer un débat)

  • Préface de Serge Halimi (directeur du Monde Diplomatique)
  • Entretien avec Stella Moris, avocate et compagne de Julian Assange
  • Entretien avec les réalisateurs
  • Chronologie établie par Olivier Azam pour les Mutins de Pangée
  • Textes de Julian Assange, Noam Chomsky, Chris Hedges, John Pilger, Jonathan Cook, Doctors for Assange, Stefania Maurizi, Katrin Axelsson et Lisa Longstaff de Women against rape, Max Blumenthal, Matt Kennard, Viktor Dedaj, Laurent Dauré et une lettre ouverte des syndicats de journalistes français (SNJ, SNJ-CGT, CFDT journalistes).

Une édition préparée et établie par Olivier Azam et Laurent Dauré

Infos librairies et presse

Coffret Digipack : 1 DVD + LIVRE 260 pages
Sortie en librairies – diffusion Belles Lettres : 5 novembre 2021
Sortie en magasins spécialisés – diffusion Arcadès : 16 novembre 2021
EAN : 3770001117584

Plus d’informations sur hackingjustice.fr

Commentaire recommandé

RGT // 16.11.2021 à 10h13

Vous parlez de justice ?

Les états profitent (et abusent) de lois qui ont été promulguées par les « élites » (politiques, économiques, médiatiques, administratives etc.) pour ne préserver que leur propre intérêt et leur permettre d’améliorer leur train de vie, leur propre sécurité (même en cas de « dérive » qui devrait les mener directement à l’échafaud).

Ne vous étonnez donc pas que toute personne ou groupe de personnes qui tente de divulguer ces pratiques ignobles soit poursuivi au prétexte de « terrorisme » ou « d’atteinte à la sûreté de l’état ».

Tous ces parasites vivent allègrement en vampirisant la sueur de la population et ne souhaitent surtout pas que ça change car ils seraient dès lors obligés de devoir rendre des comptes et perdraient alors tous les « avantages acquis » qu’ils ont patiemment accumulés au fil des générations.

Julian Assange s’est simplement contenté de montrer la face cachée des « grandes démocrassies » si « pétries de bienveillance » et a tenté d’informer les populations sur la réalité de la « gentillesse » des « élites » vis à vis de la population.

Et bien sûr, cette tentative s’est terminée par une réaction disproportionnée de la part des « élites » qui ont abondamment utilisé les fonds issus des impôts et taxes payés par les « gueux » pour mener une action punitive plus brutale que ne l’aurait fait les pires dictateurs ayant jamais vécu car ces derniers se contentaient seulement d’éliminer physiquement les personnes qui les dérangeaient dans leurs plans sanguinaires.

Dans le cas de Julian, non seulement ils sont en train de l’éliminer physiquement mais de plus ils le traînent dans le boue afin que l’ensemble de la population ne considère pas cet homme comme un héros mais comme un délinquant de bas étage digne du mépris le plus total.

Que vous soyez puisant ou misérable… Rien n’a changé dans les habitudes des « élites » depuis que l’humanité s’est suicidée en permettant aux plus nuisibles de déterminer l’existence de toute la population.

Nuisibles qui ne pensent qu’à leur seul intérêt bien sûr et sans avoir de comptes à rendre à leurs esclaves.

6 réactions et commentaires

  • Roudak // 16.11.2021 à 09h25

    L’Occident a toujours bernés les peuples du monde entiers par sa propagande sur la liberté et la democratie,avec l’affaire Assange les masques sont tombés,on est maintenant convaincu que les pays occidentaux sont comme les autres pays si ce n’est pure.

      +2

    Alerter
  • RGT // 16.11.2021 à 10h13

    Vous parlez de justice ?

    Les états profitent (et abusent) de lois qui ont été promulguées par les « élites » (politiques, économiques, médiatiques, administratives etc.) pour ne préserver que leur propre intérêt et leur permettre d’améliorer leur train de vie, leur propre sécurité (même en cas de « dérive » qui devrait les mener directement à l’échafaud).

    Ne vous étonnez donc pas que toute personne ou groupe de personnes qui tente de divulguer ces pratiques ignobles soit poursuivi au prétexte de « terrorisme » ou « d’atteinte à la sûreté de l’état ».

    Tous ces parasites vivent allègrement en vampirisant la sueur de la population et ne souhaitent surtout pas que ça change car ils seraient dès lors obligés de devoir rendre des comptes et perdraient alors tous les « avantages acquis » qu’ils ont patiemment accumulés au fil des générations.

    Julian Assange s’est simplement contenté de montrer la face cachée des « grandes démocrassies » si « pétries de bienveillance » et a tenté d’informer les populations sur la réalité de la « gentillesse » des « élites » vis à vis de la population.

    Et bien sûr, cette tentative s’est terminée par une réaction disproportionnée de la part des « élites » qui ont abondamment utilisé les fonds issus des impôts et taxes payés par les « gueux » pour mener une action punitive plus brutale que ne l’aurait fait les pires dictateurs ayant jamais vécu car ces derniers se contentaient seulement d’éliminer physiquement les personnes qui les dérangeaient dans leurs plans sanguinaires.

    Dans le cas de Julian, non seulement ils sont en train de l’éliminer physiquement mais de plus ils le traînent dans le boue afin que l’ensemble de la population ne considère pas cet homme comme un héros mais comme un délinquant de bas étage digne du mépris le plus total.

    Que vous soyez puisant ou misérable… Rien n’a changé dans les habitudes des « élites » depuis que l’humanité s’est suicidée en permettant aux plus nuisibles de déterminer l’existence de toute la population.

    Nuisibles qui ne pensent qu’à leur seul intérêt bien sûr et sans avoir de comptes à rendre à leurs esclaves.

      +14

    Alerter
    • Bats0 // 16.11.2021 à 13h41

      Définition de « parasite » selon le CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)
      https://www.cnrtl.fr/definition/parasite

      En ce qui nous concerne, dans votre commentaire, à propos des élites et compagnie proche de ces élites :
      b) P. ext. Personne qui vit, prospère aux dépens d’une autre personne ou d’un groupe de personnes.
      B. − BIOL. ANIMALE ET VÉGÉT. Organisme animal ou végétal qui, pendant une partie ou la totalité de son existence, se nourrit de substances produites par un autre être vivant sur lequel ou dans les tissus duquel il vit, lui causant un dommage.
      Merci pour votre commentaire RGT

        +1

      Alerter
  • antoniob // 16.11.2021 à 12h11

    Au passage la Suéde a complètement sabordé de la manière la plus abjecte et pourrie qui soit son ancienne image d’ humanisme et de progressisme.
    Soljénitsyne serait-il vivant qu’ il aurait pris la plume dans des termes aussi vifs qu’ indignés.

      +2

    Alerter
  • Suzanne // 16.11.2021 à 12h37

    L’interview du père de Julian Assange, John Shipton, par l’excellente chaîne Thinkerview. Je recommande !
    https://www.youtube.com/watch?v=MAUriihHjWE

      +3

    Alerter
  • RV // 16.11.2021 à 20h08

    https://www.youtube.com/watch?v=OR5pd1BaQhw
    Entretien avec Nils Melzer, rapporteur spécial sur la torture des Nations-Unies. 4/10/2021

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications