Les Crises Les Crises
10.octobre.202010.10.2020 // Les Crises

Procès Assange Jour 9 : Pour l’accusation, la loi sur l’espionnage permet de poursuivre les journalistes

Merci 104
J'envoie

Source : Consortium News
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Consortium News suit virtuellement le déroulé du procès de Julian Assange à Old Bailey à Londres. Chaque jour, il publie un compte rendu détaillé de l’audience. L’équipe Les-Crises vous en propose la traduction exclusive.

5h EDT : la cour est en session.

Les informateurs constituent toujours l’enjeu de l’accusation

6 h 35 EDT : Le premier témoin de la défense était Nicky Hager, un journaliste d’investigation néo-zélandais, qui a déclaré, comme d’autres témoins de la défense, qu’Assange avait pris des précautions extraordinaires en expurgeant les noms des informateurs des documents de WikiLeaks avant leur publication. Hager a travaillé avec WikiLeaks sur des documents concernant la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

Hager a également parlé de la valeur des fuites dans ses écrits de plusieurs livres, dont un sur le délit de fuite, sur la conduite des troupes néo-zélandaises en Afghanistan.

Hager (Wikipedia)

Lors du contre-interrogatoire, le procureur James Lewis QC a tenté de démontrer qu’Assange a publié de manière imprudente l’intégralité du contenu non expurgé des câbles diplomatiques. Lewis a de nouveau évoqué l’incident du restaurant Moro à Londres, où David Leigh et Luke Harding affirment dans leur livre qu’Assange a déclaré qu’il se moquait de savoir si les informateurs étaient blessés.

John Goetz, un journaliste allemand présent au dîner, a pris la barre plus tôt cette semaine et a été empêché par le juge de dire qu’Assange n’avait jamais fait une telle déclaration. Hager a déclaré qu’il ne commenterait pas ce qu’il considérait comme une déclaration peu fiable sur le dîner dans le livre de Leigh et Harding.

Lewis a ensuite obtenu de Hager qu’il témoigne qu’il n’a jamais eu besoin de nommer des informateurs dans son propre travail, impliquant qu’Assange n’en aurait pas eu besoin non plus. Lewis a essayé de le coincer pour qu’il dise qu’il n’avait passé que quelques jours à expurger les noms des documents de WikiLeaks sur lesquels il travaillait concernant la Nouvelle-Zélande, tandis que Stefania Maurizi, une journaliste italienne que Lewis avait prise pour un homme, a témoigné dans sa déclaration écrite qu’elle et un autre journaliste avaient mis neuf mois à expurger 4 000 pages.

Hager a déclaré que dans le contexte néo-zélandais, les personnes nommées ne subiraient que des embarras politiques, et non un préjudice comme en Afghanistan.

Lewis a de nouveau fait valoir, comme il l’avait déjà fait auparavant, qu’Assange n’est pas accusé d’avoir diffusé la vidéo Meurtre collatéral, que Hager a mentionné dans sa déclaration de témoin. Mais lors de la réorientation, l’avocat de la défense Edward Fitzgerald a pu établir que la vidéo est toujours pertinente pour l’affaire car Assange a été accusé d’avoir reçu et publié les règles d’engagement en Irak, sans lesquelles on ne peut pas déterminer que la vidéo les a violées.

Le fait qu’il ait été inculpé pour cela démontre une fois de plus le caractère fallacieux des efforts de l’accusation pour dire qu’Assange est seulement accusé d’avoir publié des documents contenant les noms d’informateurs.

L’accusation a fait une déclaration, comme elle l’a déjà fait, qu’Assange a faite au Front Line Club de Londres en 2011, dans laquelle il a déclaré que WikiLeaks n’avait aucune obligation de protéger les sources d’autres personnes contre des « représailles injustes ». Fitzgerald sur la réorientation de l’examen souligne que cela pourrait signifier des sources qui étaient des agents provocateurs et que les journalistes avaient par le passé révélées, comme en Irlande du Nord.

Lors du témoignage de vendredi matin, l’accusation s’est à nouveau concentrée sur la désignation des informateurs. Hager s’est joint aux autres témoins pour expliquer que WikiLeaks n’a publié les câbles non expurgés qu’après que Leigh et Harding aient publié le mot de passe permettant l’accès à ceux-ci dans leur livre.

Robinson parle de l’offre d’un membre du Congrès à Julian Assange en 2017

7h24 EDT : Jennifer Robinson, membre de l’équipe juridique d’Assange, a fait lire au tribunal en son nom une déclaration dans laquelle elle relate une visite de Dana Rohrabacher, alors membre du Congrès américain, à Julian Assange à l’ambassade équatorienne à Londres le 15 août 2017, où Robison était présente.

Robinson a déclaré dans sa déclaration que Rohrabacher a prétendu représenter le président Donald Trump dans le cadre d’une mission au cours de laquelle le président envisagerait favorablement d’empêcher la mise en accusation d’Assange à condition que l’éditeur de WikiLeaks nomme sa source pour les courriels du Comité national démocrate.

Rohrabacher (Gage Skidmore/Wikimedia)

Les fuites avant l’élection présidentielle américaine de 2016 avaient provoqué une tempête d’allégations selon lesquelles la Russie avait fourni ces documents et que Trump était en quelque sorte de mèche avec la Russie et WikiLeaks pour nuire à sa concurrente démocrate, Hilary Clinton.

Rohrabacher a dit à Assange, selon la déclaration de Robinson, que Assange pourrait aider Trump politiquement ainsi que mettre fin à la dangereuse escalade des tensions de type Guerre Froide entre la Russie et les États-Unis s’il pouvait fournir des preuves de l’identité du véritable divulgateur des courriels démocrates. « Rohrabacher a proposé une situation « gagnant-gagnant », M. Assange peut « reprendre sa vie » – une grâce en échange d’informations sur la source », selon la déclaration de Robinson. « Des informations de M. Assange sur la source des fuites de la DNC [Democratic National Committee: Comité national démocrate, NdT] auraient de la valeur pour M. Trump. »

Assange a refusé, selon la déclaration de Robinson.

James Lewis QC pour l’accusation s’est levé après la lecture de la déclaration pour dire que le gouvernement américain ne contestait pas que Robinson disait la vérité mais qu’il n’acceptait pas que Rohrabacher la dise.

L’histoire d’El-Masri est racontée au tribunal

7h52 EDT [Eastern Daylight Time : Heure de la côte Est des Etats-Unis, NdT]: La juge Vanessa Baraitser a rejeté la déposition de Khaled El-Masri à la barre des témoins virtuels. Elle a renvoyé l’interprète arabe du tribunal. Les États-Unis ne voulaient pas mentionner les faits de l’affaire El Masri, que la Cour de Strasbourg a jugés vrais, parce que les États-Unis n’ont pas eu leur mot à dire dans cette affaire, a déclaré le procureur James Lewis QC [Queen’s Counsel : Conseiller de la Reine, NdT] à la Cour.

El-Masri a été kidnappé en Macédoine du nord en juin 2004 par des agents de la CIA et envoyé dans un site secret en Afghanistan où il a été sodomisé, a témoigné mercredi le journaliste allemand John Goetz. Goetz a ensuite retrouvé ces agents de la CIA vivant en Caroline du Nord et son article en Une du Der Spiegel a conduit à une enquête parlementaire allemande et au dépôt d’un mandat d’arrêt par les procureurs de Munich pour les hommes de la CIA, car El-Masri est un citoyen allemand. Mais le mandat n’a jamais été émis aux États-Unis, où ils vivaient.

Goetz a témoigné que ce n’est qu’après la publication de câbles diplomatiques par WikiLeaks qu’il a compris pourquoi. Il a déclaré à la barre que les câbles montraient l’immense pression exercée par les États-Unis sur l’Allemagne pour qu’elle ne délivre pas de mandats d’arrêt américains, mettant en garde contre de graves répercussions sur les relations américano-allemandes. Mark Summers, avocat de la défense, a déclaré vendredi à Baraitser que le témoignage d’El-Masri sur le rôle de WikiLeaks dans son histoire est la raison pour laquelle la défense voulait qu’El-Masri témoigne ensuite.

Summers a déclaré que Lewis ne s’opposait pas seulement à la partie de son témoignage qui exposait l’activité criminelle apparente des États-Unis, mais à son intégralité, y compris lorsqu’il abordait l’implication de WikiLeaks dans son affaire. À peu près à ce moment, Assange a crié depuis sa cage de verre : « Je ne veux pas que le témoignage d’une victime de torture soit supprimé. » Baraitser l’a de nouveau averti qu’il serait renvoyé s’il parlait à nouveau au tribunal.

Baraitser a fait un compromis en permettant à Summers de lire le témoignage d’El-Masri mais en ne l’autorisant pas à comparaître à la barre. El-Masri avait eu des difficultés techniques pour se connecter au tribunal avant cette discussion. Summers a déclaré qu’il était regrettable que Zoom ne puisse pas être utilisé à la place du système vidéo plus compliqué du tribunal.

Summers raconte son histoire

El-Masri (ACLU)

Summers a ensuite raconté comment El-Masri a enduré cinq mois de torture et a finalement été libéré à condition qu’il ne parle pas de ce qui lui était arrivé. Il a été libéré en pleine nuit, dans un endroit qu’il n’a pas reconnu. On lui a dit d’avancer, avec la peur d’être abattu d’une balle dans le dos. Il a ensuite découvert qu’il était en Albanie et a finalement pu rentrer en Allemagne, où il « a cherché des responsables » pour ce qui lui était arrivé, a déclaré Summers.

Au lieu de cela, il a été traité avec dérision et menaces jusqu’à ce qu’il trouve un avocat allemand pour poursuivre son affaire. Finalement Goetz a poursuivi son affaire, découvrant les agents de la CIA aux Etats-Unis. Son histoire dans le Spiegel a conduit aux mandats d’arrêt de Munich, mais comme l’ont montré les câbles diplomatiques de WikiLeaks, le chef de mission adjoint américain a fait pression sur les fonctionnaires allemands pour qu’ils n’émettent pas de mandat d’arrêt aux États-Unis.

« À la suite des câbles, on sait maintenant, mais on ne le savait pas au moment du mandat, que l’Allemagne a cédé aux pressions pour ne pas demander l’extradition des 13 agents de la CIA », a lu Summers. La menace américaine a eu pour effet d’entraver l’enquête allemande et parlementaire sur son cas.

Selon Summers, la Cour européenne des Droits de l’Homme a décidé en décembre 2012 que l’histoire d’El-Masri était vraie, et sa grande chambre a déclaré que la cour s’était appuyée sur le câble de WikiLeaks. Les poursuites engagées aux États-Unis en vertu de la loi sur la liberté de l’information ont révélé que l’inspecteur général de la CIA avait enquêté sur l’histoire et déterminé que la torture et la détention d’El-Masri étaient injustifiées.

El-Masri a alors entamé un procès dans le district Est de la Virginie, Summers soulignant que c’est le même tribunal que celui dans lequel Assange est impliqué, contre les agents de la CIA et ceux qui les contrôlaient. Mais le procureur américain a refusé de poursuivre l’affaire.

L’ACLU [American Civil Liberties Union : Union américaine pour les libertés civiles, NdT] a engagé une procédure devant la Commission interaméricaine des Droits de l’Homme qui a abouti à une plainte auprès de la Cour pénale internationale, qui a décidé d’enquêter en mars. Le secrétaire d’État Mike Pompeo a réagi en déclarant que des mesures extrêmes seraient prises à l’encontre de la CPI et de ses procureurs. « M. El-Masri a déclaré que sans la révélation courageuse de secrets d’État, ce qui lui est arrivé n’aurait jamais été compris », a déclaré M. Summers.

Les États-Unis insistent à nouveau sur le fait que les journalistes ne sont pas à l’abri d’être poursuivis en vertu de la loi sur l’espionnage

Lors de la reprise du contre-interrogatoire du témoin de la défense Carey Shenkman, avocat spécialisé dans les droits civils et constitutionnels, l’accusation a cherché à établir clairement que la section 793 E de la loi sur l’espionnage (Espionage Act) n’empêche pas un journaliste d’être poursuivi pour possession et diffusion d’informations sur la défense nationale. Lors de nombreuses tentatives du procureur, Clair Dobbin, d’obtenir une simple réponse affirmative à cette affirmation, Shenkman a au contraire déversé un torrent d’affaires juridiques et d’opinions savantes qui équivalaient à « ce n’est pas si simple ».

« Vous vous demandez s’il existe une loi qui empêche de poursuivre les journalistes, mais il existe une combinaison de lois et aussi la Constitution des États-Unis », a déclaré M. Shenkman. « La Constitution est la loi du pays. » Dobbin a ensuite conduit Shenkman dans les entrailles de trois importantes affaires d’espionnage impliquant les médias. Shenkman a ajouté plusieurs des siennes.

Carey Shenkman (Twitter)

Dobbin a d’abord essayé de faire accepter à Shenkman le simple fait que l’opinion dissidente dans l’affaire du New York Times contre les Pentagone Papers laissait ouverte la possibilité que le Times puisse être poursuivi suite à sa publication. La Cour suprême a décidé que le gouvernement ne pouvait pas faire preuve de retenue préalable, c’est-à-dire ordonner à un journal de ne pas publier quelque chose à l’avance, comme l’avait fait le ministère de la Justice de Nixon.

Dans cette affaire, une opinion dissidente a soutenu que le Times pouvait être poursuivi après coup pour violation de la loi sur l’espionnage. Shenkman a répondu que puisque cette question n’avait jamais été débattue dans l’affaire de restriction préalable, il ne pouvait pas conclure que cela signifiait que les journalistes pouvaient être poursuivis après la publication.

Shenkman a évoqué l’affaire Beacon Press et l’a comparée à celle de WikiLeaks. Daniel Ellsberg avait transmis les documents [du Pentagon Papers, NdT] au sénateur Mike Gravel, qui les fait entrer dans les enregistrements du Congrès en lisant des centaines de documents lors d’une réunion de la commission (Bâtiments et terrains publics) et en inscrivant le reste au dossier.

Gravel était protégé par la clause « Speech and Debate » de la Constitution américaine, qui interdit à tout membre du Congrès d’être interrogé sur tout ce qu’il dit au cours d’un acte législatif. Mais Gravel est ensuite allé chez Beacon Press à Boston avec les Pentagon Papers pour les publier sous forme de livre en quatre volumes.

Pour cela, il ne serait pas protégé et Nixon aurait pu le poursuivre en vertu de la loi sur l’espionnage. Au lieu de cela, Nixon a envoyé le FBI dans les bureaux de Beacon Press et a menacé de poursuites. Cela, selon Shenkman, illustre comment une simple menace de poursuites et le coût juridique encouru a presque fait faire faillite à Beacon Press, était un exemple de la façon dont une véritable poursuite n’était pas nécessaire pour faire frémir la presse libre.

Clair Dobbin (Three Raymond Buildings)

Shenkman a dit cela en réponse à une affirmation quelque peu étonnante de Dobbin que puisque le gouvernement n’avait jamais réellement poursuivi un éditeur ou un journaliste (avant Assange), cela qui signifiait que le gouvernement restreignait l’utilisation de ses pouvoirs.

Shenkman a établi une comparaison entre Beacon Press et WikiLeaks en réponse à la déclaration tout aussi étonnante de Dobbin selon laquelle le gouvernement n’avait menacé de poursuivre que les grands médias dans le passé. Il a déclaré que, comme WikiLeaks, Beacon Press voulait créer une bibliothèque de documents classifiés.

« Comprenez-vous la nature des accusations portées contre M. Assange », a demandé Dobbin. « Acceptez-vous qu’elles ne soient pas comparables aux exemples que vous donnez ? »

« Je ne suis pas d’accord », a dit Shenkman. « Des allégations similaires ont été faites par Beacon Press sur l’ensemble des documents du Pentagone. »

« C’est une déclaration frivole et absurde face aux accusations portées contre M. Assange. »

« C’est votre position, mais l’histoire et les preuves que j’ai soumises ne s’accordent pas avec elle », a déclaré Shenkman.

Il a également cité le cas de la publication Amerasia, chez qui le FBI a fait une descente et a saisi des milliers de documents classifiés en 1945. Le Département d’État était divisé sur la politique à l’égard de la Chine et certains fonctionnaires ont divulgué les documents pour renforcer leur position. Le gouvernement a essayé de monter un dossier de conspiration entre les éditeurs et les fonctionnaires, a déclaré Shenkman, tout comme le cas de conspiration entre l’éditeur Assange et sa source Chelsea Manning, mais aucune accusation n’a été portée contre Amerasia.

Shenkman a clairement indiqué que les raisons pour lesquelles le gouvernement a tenté de poursuivre les rédacteurs en chef et les journalistes étaient qu’ils s’opposaient à l’administration, révélaient les fautes du gouvernement ou s’opposaient à sa politique – des raisons qui ne diffèrent pas de celles de tout régime répressif. Il est allé jusqu’à dire que le pouvoir exécutif faisait la loi dans les affaires d’espionnage parce qu’il décidait de ce qui était classifié et de ce qui était de l’information de la défense, et des affaires à poursuivre. Dobbin a rejeté avec colère cette affirmation, la qualifiant de « fausse ».

Dobbin a ensuite interrogé Shenkman sur l’affaire de Samuel Morrison, un employé de la Naval Intelligence, qui en 1988 a divulgué des photos classifiées d’un navire soviétique au magazine Janes Fighting Ships. En tant qu’initié du gouvernement ayant signé un accord de non-divulgation, Morrison a été accusé en vertu de la loi sur l’espionnage. Il a fait valoir qu’il était protégé par le Premier mendement parce qu’il s’agissait d’une fuite vers la presse et non vers un gouvernement étranger.

Une photo de deux clichés du KH-11 a été divulguée au Jane’s Defence Weekly. Elle montre la construction d’un porte-avions de la classe Kiev, telle que publiée par Jane’s en 1984. (Naval Intelligence Support Center, domaine public)

Morrison a été condamné et a perdu en appel. Un des juges d’appel, Donald Stewart Russell, a écrit que l’article 794 de la loi traitait de l’espionnage classique mais que l’article 793 rendait responsable tout individu ayant transmis des secrets à des personnes non autorisées et la personne qui les avait reçus.

Comme l’a souligné Dobbin, Russell a rejeté la considération du Premier amendement dans cette affaire. Ce n’est qu’après un nouvel examen que la défense a établi que deux autres juges dans l’affaire avaient bien examiné la pertinence du Premier amendement.

Dobbin s’est également appuyé sur le rejet par l’affaire Morrison de l’argument selon lequel la loi sur l’espionnage était trop large, une affirmation de Shenkman et de nombreux critiques de la loi. Dobbin a déclaré que la décision Morrison indiquait clairement que le gouvernement limiterait ses pouvoirs et ne poursuivrait pas les personnes pour possession ordinaire de matériel classifié qu’elles pourraient lire dans un journal, ou un communiqué de WikiLeaks, et qu’il ne le ferait que lorsque cela causerait un « dommage » à la sécurité nationale.

L’interaction entre Dobbin et Shenkman a été intense alors qu’ils tentaient de se dépasser l’un l’autre en tant qu’avocats. À un moment donné, elle lui a demandé avec colère : « Êtes-vous ici pour essayer d’aider M. Assange ou le tribunal ? »

Source : Consortium News, 18-09-2020
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 10.10.2020 à 12h08

TOUS les gouvernements mentent et ont TOUS une montagne de cadavres dans leurs placards.

Cadavres tous issus d’opérations particulièrement nauséabondes qui n’ont strictement rien à voir avec la protection de la « sécurité de l’état » au niveau de simples quidams mais qui ont à voir avec la propre vision des « élites » sur cette « sécurité » qui ne concernent que leurs propres petites personnes.

Sachant que la révélation de ces pratiques nauséabondes pourrait mettre en danger leur conception personnelle de la « sécurité de l’état », c’est à dire leur comparution immédiate devant un tribunal réellement populaire exigeant qu’ils doivent rendre des comptes sur leurs actes qui leur ont permis de préserver leur propre intérêt au prix de souffrances inacceptables par de simple « moins que rien » ils se permettent de voter des lois qui leur permettent de s’auto-amnistier et qui de plus interdisent strictement de divulguer leurs comportement franchement écœurants.

La « sécurité de l’état » n’est rien d’autre que la « sécurité des petites fesses joufflues des dirigeants » contre la diffusion de leur comportements nuisibles à l’ensemble de la population, comportements non pas guidés par l’intérêt général mais par la préservation et l’augmentation de leur pouvoir de coercition à l’égard de tous ceux qui ne font pas partie de leur caste.

Un nouveau pas a d’ailleurs été franchi avec les lois sur le « secret des affaires » qui permet aux « mécènes » des dirigeants de pouvoir bénéficier des mêmes protections sur leurs comportements nuisibles.

2 réactions et commentaires

  • RGT // 10.10.2020 à 12h08

    TOUS les gouvernements mentent et ont TOUS une montagne de cadavres dans leurs placards.

    Cadavres tous issus d’opérations particulièrement nauséabondes qui n’ont strictement rien à voir avec la protection de la « sécurité de l’état » au niveau de simples quidams mais qui ont à voir avec la propre vision des « élites » sur cette « sécurité » qui ne concernent que leurs propres petites personnes.

    Sachant que la révélation de ces pratiques nauséabondes pourrait mettre en danger leur conception personnelle de la « sécurité de l’état », c’est à dire leur comparution immédiate devant un tribunal réellement populaire exigeant qu’ils doivent rendre des comptes sur leurs actes qui leur ont permis de préserver leur propre intérêt au prix de souffrances inacceptables par de simple « moins que rien » ils se permettent de voter des lois qui leur permettent de s’auto-amnistier et qui de plus interdisent strictement de divulguer leurs comportement franchement écœurants.

    La « sécurité de l’état » n’est rien d’autre que la « sécurité des petites fesses joufflues des dirigeants » contre la diffusion de leur comportements nuisibles à l’ensemble de la population, comportements non pas guidés par l’intérêt général mais par la préservation et l’augmentation de leur pouvoir de coercition à l’égard de tous ceux qui ne font pas partie de leur caste.

    Un nouveau pas a d’ailleurs été franchi avec les lois sur le « secret des affaires » qui permet aux « mécènes » des dirigeants de pouvoir bénéficier des mêmes protections sur leurs comportements nuisibles.

      +10

    Alerter
  • Antoine // 10.10.2020 à 18h11

    La sécurité de l’état c’est ce qui garantit que l’on aura de l’essence et à manger…. on aura tout lu ici.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications