Les Crises Les Crises
18.février.201518.2.2015 // Les Crises

[On vit une époque formidable] Quand 7 sénateurs UMP veulent réintroduire les coupures d’eau…

Merci 0
J'envoie

Dans l’indifférence générale en plus, personne n’en parle dans les médias mainstream

L’affaire

Coupures d’eau : Veolia et Suez vont-elles réécrire la loi ?

Depuis près de deux ans, les coupures d’eau sont interdites en France, comme c’est le cas dans de nombreux autres pays. Cette simple mesure de respect de la dignité humaine risque aujourd’hui d’être remise en cause au Sénat, où le lobby français de l’eau a fait déposer un amendement autorisant à nouveau ces coupures.

C’est une disposition de la loi Brottes de 2013 (du nom du député socialiste de l’Isère François Brottes), qui consacre en France le principe du droit à l’eau reconnu par les Nations unies en 2010. Elle reste peu appliquée jusqu’à ce que deux associations, France Libertés et la Coordination Eau Ile-de-France, se saisissent de l’affaire (lire notre article). Elles lancent un appel à témoignages et identifient des dizaines de cas de coupures d’eau illégales, majoritairement du fait des grandes entreprises privées de l’eau, Veolia en tête. Elles assignent ensuite en justice Veolia, Suez environnement et la Saur (propriété de BNP Paribas et du groupe BPCE), ainsi que les régies publiques de l’eau qui s’adonnent à ce type de pratiques. Les juges donnent systématiquement raison aux plaignants.

Visiblement las d’accumuler les condamnations et les amendes, le lobby français de l’eau a décidé de réagir. Pour exercer leur influence au Sénat, les multinationales n’ont pas choisi la discrétion puisqu’elles ont recours à l’un de leurs relais favoris, Christian Cambon, le sénateur-maire UMP de Saint-Maurice (Val-de-Marne). Lui-même est le vice-président du Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif), principal contrat de Veolia en France. Son dauphin désigné à la mairie de Saint-Maurice n’est autre que le directeur des relations extérieures de la Lyonnaise des Eaux (Suez) et trésorier de Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E).

Christian Cambon a proposé un amendement au projet de loi sur la transition énergétique (sic) autorisant de nouveau les coupures d’eau, sauf pour les bénéficiaires d’aides sociales. Comme le soulignent les associations, cet amendement ignore la réalité des travailleurs pauvres et du non-recours massif aux aides sociales. Il cherche à réaffirmer la logique marchande en revenant sur l’inconditionnalité du droit à l’eau. Le vote doit avoir lieu mercredi : on saura alors qui fait vraiment la loi au Sénat.

Olivier Petitjean, Bastamag 17/02

Coupures d’eau : l’amendement scélérat du sénateur Cambon

Le rapport public annuel de la Cour des comptes vient de pointer, une fois de plus, le fiasco de la politique de préservation de l’eau en France, le manque de transparence et la mainmise des lobbies, conduisant à ce que « plus on pollue l’eau, moins on est taxé ». C’est le moment choisi par le sénateur (UMP) Christian Cambon, l’un des piliers de ce système (1), pour déposer un amendement scélérat visant à rétablir les coupures d’eau pour impayés, rendues illégales par la loi Brottes ! Fidèle à la règle de l’opacité, l’amendement a été déposé, en catimini, dans le projet de loi sur la transition énergétique…

La loi Brottes a interdit les coupures d’eau pour impayés dans les résidences principales, tout au long de l’année et pour tous. C’est sur cette disposition que voudrait revenir M. Cambon, en limitant la protection de la loi aux personnes connaissant des difficultés particulières, en pratique les bénéficiaires du FSL ou d’autres dispositifs sociaux, mais pas à tous les citoyens, pour ne pas encourager « les mauvais payeurs ».

Ce raisonnement est très loin des réalités. Les personnes en difficultés financières, passagères ou durables, ne se réduisent pas aux ménages aidés, loin s’en faut. D’abord, nombre de ceux qui pourraient prétendre à des aides, n’en bénéficient pas. C’est le phénomène du non-recours aux aides sociales, qui est massif (Cela représente 35% de ceux qui pourraient bénéficier du RSA socle, près de 70% pour le RSA activité,). Double peine, ceux-là qui ne touchent pas d’aide sociale, bien qu’ils y aient droit, pourraient se voir couper l’eau, grâce à M. Cambon !

Ensuite, des gens en réelles difficultés se trouvent aussi parmi les travailleurs pauvres qui n’ont pas droit aux aides sociales. Ceux-là aussi pourraient se voir couper l’eau, grâce à M. Cambon.

La seule façon de s’assurer que toutes les personnes en difficultés soient à l’abri d’une coupure d’eau, c’est qu’il n’y ait plus aucune coupure d’eau, comme le prévoit la loi Brottes. C’est le respect du droit à l’eau pour tous qui permet de garantir l’eau aux plus démunis.

On ne dira jamais assez la violence exercée par les coupures d’eau, l’atteinte à la dignité humaine que cela constitue. Les enfants qui ne vont plus à l’école. Les risques pour la santé des plus petits et des plus âgés. Les personnes qui sont isolées de ce fait. Et de l’autre côté, chez les distributeurs d’eau, les salariés qui sont malades de faire ce sale boulot, qui se cachent pour couper l’eau… Il faut en finir avec les coupures d’eau pour le bien de tous.

L’amendement de M. Cambon est une déclaration de guerre aux pauvres, pour préserver le business des coupures d’eau, pour accroître encore la puissance des plus forts. Mais il n’est pas dit que le « talon de fer » l’emporte : maintenant que l’amendement scélérat est révélé au grand jour, que des associations et des citoyens le dénoncent, les parlementaires peuvent s’y opposer et le rejeter.

Dans ce cas, on retiendra seulement que M. Cambon reconnaît que la loi Brottes interdit les coupures d’eau. Une réalité niée par les distributeurs qui continuent à couper l’eau. Et qui leur vaut des condamnations régulières par les tribunaux. A la prochaine audience contre les coupeurs d’eau, nous citerons donc M. Cambon. Qui, pour une fois, servira le droit à l’eau malgré lui….

(1) Christian Cambon est le plus ancien vice-président du SEDIF où il a assuré, aux côtés de M Santini, le renouvellement du contrat de délégation au bénéfice de Veolia ; il est maire de Saint Maurice ; son adjoint aux finances appelé à lui succéder, Igor Semo est directeur des relations extérieures de la Lyonnaise des Eaux (Suez) et trésorier de Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E). Proche à la fois de Veolia et de Suez, Christian Cambon est idéalement placé pour porter la voix du lobby de l’eau au sénat.

Source : http://eau-iledefrance.fr/

L’amendement Cambon

AMENDEMENT 146

présenté par

MM. CAMBON, REVET, P. LEROY, PIERRE et J. GAUTIER, Mme PROCACCIA et M. de NICOLAY

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS ARTICLE 60

Après l’article 60

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

La dernière phrase du troisième alinéa de l’article L. 115-3 du code de l’action sociale et des familles est complétée par les mots : « à la résidence principale de toute personne ou famille mentionnée au premier alinéa du présent article ».

Objet

Le présent amendement corrige une erreur résultant des dispositions adoptées dans le cadre de la loi n° 2013312 du 15 avril 2013 visant à préparer la transition vers un système énergétique sobre et portant diverses dispositions sur la tarification de l’eau et sur les éoliennes, et qui contrevient à l’intention du législateur.

OB : Rappel législatif. Avant 2013, il y avait une trêve hivernale pour les coupures d’électricité, de gaz et de chaleur, et annuelle pour l’eau, réservée aux très pauvres.

La proposition de loi Brottes a enlevé la limitation aux très pauvres en 2013 (art 8 ici). Je cite “La mesure tant attendue d’une trêve hivernale généralisée sera enfin instaurée. […] L’article 8 prévoit l’extension de la trêve hivernale, qui concerne l’électricité, le gaz et la chaleur, à l’ensemble des consommateurs.”

Donc finalement, le choix clair de la majorité devient “une erreur” pour ces sénateurs…

Celui-ci entendait en effet étendre la trêve hivernale en matière de coupure de gaz naturel, d’électricité et de chaleur à l’ensemble des consommateurs, par la modification de l’article L. 115-3 du code de l’action sociale et des familles.

La modification législative opérée a in fine conduit à interdire les coupures d’eau toute l’année pour l’ensemble des résidences principales, alors que cette interdiction était jusque-là réservée aux familles en difficultés bénéficiant ou ayant bénéficié du Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL).

OB : Ce qui tombe sous le sens : on voit mal du coup pourquoi on ne pourrait pas couper l’électricité à tout le monde en hiver, mais on pourrait couper l’eau pour les “moins pauvres”…

Il n’est donc désormais plus possible d’établir une différence de traitement entre les mauvais payeurs et ceux qui ne payent pas parce qu’ils n’en n’ont pas les moyens, ce qui pourrait encourager des comportements non-citoyens.

Ben voui, il faut lutter contre tous ces profiteurs à Neuilly qui désormais refusent de payer l’eau…

Je rappelle aussi que ce n’est pas parce qu’on ne coupe plus l’eau que les sommes dues ne sont plus exigibles : la compagnie peut toujours attaquer le client au tribunal…

Les impacts financiers pourraient être importants. En effet, les impayés représentent actuellement moins de 1 % des factures. Au Royaume-Uni, seul pays européen dans lequel l’interdiction des coupures d’eau aux habitations principales a été prise en 1999, cette mesure a conduit à une forte augmentation des impayés car certains abonnés ont retardé le paiement. Le montant des impayés a ainsi été multiplié par 5, ce qui a conduit à une augmentation globale du prix du service de l’eau (de l’ordre de 3 %) également supporté par les plus démunis.

Ah, si c’est pour aider les plus démunis qu’il faut leur couper l’eau alors…

Et puis 3 % de plus (si c’était vrai), ça ferait vite 10 € par an (dans mon cas, j’ai vérifié…) à cause de ses sales pauvres profiteurs !

Soit presque autant que le coût de l’arbitrage foireux Tapie (approuvé par l’UMP) par foyer (400 M /32 M = 12,5 €)…

Les services gérés en régie par les collectivités elles-mêmes risquent d’être particulièrement impactées, car elles disposent de moins de moyens que les grandes compagnies d’eau pour assurer le recouvrement des impayés.

Le présent amendement vise donc à modifier le 3ème alinéa de l’article L. 115-3 du code de l’action sociale et des familles afin d’éviter un effet contre-productif de l’interdiction des coupures sur l’accès à l’eau, tout en prévoyant d’interdire les coupures d’eau pour les familles en difficulté tout au long de l’année.

Ce qu’il appelle “en difficulté” ici, c’est entre 500 000 et 1 million de français

Rappel : La France compte entre 5 et 8,6 millions de pauvres selon la définition adoptée. Depuis 2002, le nombre de personnes concernées a augmenté de 1,3 million.

L’expérimentation prévue par les dispositions de la loi du 15 avril 2013 susvisée visant à favoriser l’accès à l’eau et mettre en œuvre une tarification sociale de l’eau permettra aux collectivités concernées de définir, de mettre en œuvre et d’évaluer des solutions adaptées à leur contexte local afin de rendre effectif, sur leur territoire, le droit à l’eau potable des personnes physiques.

Ah, donc pour rendre effectif le droit à l’eau potable, on va donc rétablir les coupures d’eau… C’est brillant un sénateur quand même !

A l’issue de cette expérimentation, le bilan des mesures mises en place doit permettre de dégager des solutions généralisables à l’ensemble des communes et de leurs groupements compétents en matière d’eau potable et d’assainissement, sans remettre en cause leur durabilité.

Agir !

L’amendement sera étudié demain ou le 3 mars…

Bon s’il passe, il finira surement retoqué à l’Assemblée, mais dans l’optique de 2017, ce serait bien qu’à l’UMP ils se rendent compte qu’on les a vus – et que cette initiative soit tuée dans l’oeuf…

Je vous ai donc mis le mail des sénateurs ici si vous avez été choqué et que vous voulez protester :

A commencer surtout par Christian Cambon, qui est l’auteur de l’amendement

puis les autres signataires :

Louis-Jean de Nicolaÿ (une publicité vivante pour 1789…)
Charles Revet
Philippe Leroy
Jackie Pierre
Jacques Gautier
Catherine Procaccia

MAIS le plus efficace reste un coup de fil rapide à leur secrétariat, via le standard du Sénat : 01 42 34 20 00

A suivre…

Commentaire recommandé

mianne // 18.02.2015 à 20h24

Quand j’étais enfant, dans les années cinquante, nous habitions dans un quartier où personne n’avait l’eau dans les logements : pas d’évier dans la cuisine, pas de salle d’eau, pas de toilettes autres qu’une fosse toujours pleine dans le jardin de la propriétaire, recouverte de planches pourries, et où ma mère, suite à l’effondrement, a failli se noyer , horrible expérience, un bras s’étant retrouvé malencontreusement engagé dans le trou.
MAIS NOUS AVIONS UNE FONTAINE GRATUITE DE DISTRIBUTION D’EAU DE LA VILLE AU BOUT DE LA RUE ET CHAQUE RUE EN AVAIT UNE.
Nous transportions chaque matin des seaux d’eau propre du bout de la rue jusqu’au premier étage où se trouvait notre logement pour remplir “le baquet d’eau propre” et chaque soir nous descendions le second baquet, dit “le baquet d’eau sale” pour le vider à la grille d’égout de la rue.
Quelle corvée! Dans les années soixante, nous avons eu droit à un robinet planté dans un mur de la cuisine ( fini le transport des seaux, un réel soulagement) mais toujours pas d’écoulement de l’eau sale, toujours pas d’évier, pas de salle d’eau, pas de toilettes et nous utilisions encore l’égout de la rue .
Les femmes du quartier lavaient le linge au lavoir, dans la rivière . Ma mère, qui en plus faisait des ménages chez les bourgeoises oisives de la ville, est décédée, épuisée, à 40 ans. Allez savoir pourquoi!

L’EAU EST INDISPENSABLE A LA VIE. AUTORISER LES COUPURES D’EAU SANS PREVOIR DES FONTAINES GRATUITES DANS TOUTES LES RUES EQUIVAUT A CONDAMNER A MORT LES FAMILLES QUI LES SUBIRONT .
Quelle honte de la part d’un gouvernement socialiste donneur de leçons qui se gargarise sans cesse de belles phrases sur “les droits de l’homme” qui ne seraient pas respectés dans certains pays!

89 réactions et commentaires

  • Louve Bleue // 18.02.2015 à 18h44

    C’est d’autant plus ignoble que ce ne sont pas les pollueurs agricoles et industriels qui paient cette pollution, et que l’eau ne devrait pas être gèrée par des sociétés privées ! Ah malgré mes convictions de non – violence, ça me donne des désirs que certains …Qu’ils leur arrive de vilainers choses ! Là ! Je me défoule !

      +22

    Alerter
    • Deres // 19.02.2015 à 11h26

      “l’eau ne devrait pas être gèrée par des sociétés privées”

      Pur affirmation politique gratuite.
      A ce rythme là, les sociétés privés doivent être interdites dans votre esprit, la concurrence aussi et le profit est un crime je suppose.

        +2

      Alerter
      • Homère d’Allore // 19.02.2015 à 11h36

        Deres, l’eau, comme l’a santé ou l’éducation, ce n’est pas une marchandise, c’est une valeur d’usage.

        Cette question transcendait d’ailleurs le débat droite-gauche puisque le seul homme politique a s’être battu pour une nationalisation des vendeurs d’eau était Philippe Seguin, l’âme du Gaullisme.

        https://books.google.fr/books?id=1oQLmrILTWgC&pg=PA130&lpg=PA130&dq=philippe+seguin+nationalisation+eau&source=bl&ots=Vk_dXo1dDn&sig=CXtDKhiR5xvGQ6C-IxbjitRK-fk&hl=fr&sa=X&ei=17rlVJ3vDK2d7gbkqoHwAQ&ved=0CBQQ6AEwAg

        C’était encore une génération de politiques dont le cerveau n’était pas asservi par les puissances de l’argent.

          +6

        Alerter
      • Caramba! // 19.02.2015 à 18h11

        Faut-il interdire la privatisation de l’eau ?

        http://www.alliancesud.ch/fr/infodoc/projets/espace-rousseau/privatisation-eau

        La privatisation doit être interdite pour aujourd’hui et pour toujours.
        L’homme n’a pas construit l’eau, elle appartient à tous de manière inaliénable.
        Les avides jamais rasasiés n’ont pas le droit de s’approprier un don de la nature.

          +3

        Alerter
      • paquerot // 26.02.2015 à 01h55

        en quoi est-elle gratuite? c’est votre réponse qui apparaît gratuite… de réflexion
        Nous parlons ici de l’eau; si les coupures ont été interdites en Grande-Bretagne c’est précisément parce que le manque d’accès des plus pauvres était en passe de provoquer une épidémie, et ceci sur recommandation des autorités médicales…
        N’ayez crainte, on se fout royalement que les entreprises privées produisent des chaises, des planches à voile et autres bidules et fassent un profit, sauf que:
        les societés “civilisées” ont compris qu’il en allait du bien de la société elle-même que touTEs aient accès à certaines choses ou certains biens: vous voulez une société d’ignorants? Non, alors il faut garantir l’accès à l’éducation. Vous voulez une société productive? Alors il faut garantir l’accès aux soins de santé… etc.
        Or, votre cher marché et vos chères entreprises n’ont aucun intérêt à produire une chose ou un bien dont ils ne peuvent exclure personne… ce débat sur les factures d’eau en est un exemple patent… meme Adam Smith savait ça et le prônait, notamment pour l’éducation (De La riches des Nations)!
        à bon entendeur, salut!

          +0

        Alerter
    • Christian Cambon // 19.02.2015 à 14h37

      J’ai pris connaissance avec étonnement de votre interprétation de mon amendement. Je me demande si vous avez pris la peine de le lire ! En effet, cet amendement vise au contraire à protéger les personnes les plus modestes : ne risqueront les coupures d’eau les seuls consommateurs de mauvaise foi qui ont les moyens de payer et profitent d’une mauvaise rédaction de la loi. Donc, cet amendement ne concerne évidemment pas les personnes en difficultés ou relevant des dispositifs d’aides sociales pour lesquelles l’interdiction de couper l’eau est valable toute l’année (dispositif du code de l’action sociale et des familles).

      Si ceux qui ont les moyens de payer refusent de régler leur facture d’eau, cela aura pour conséquence de renchérir le prix de l’eau pour tout le monde. Ainsi, les locataires de grands ensembles sociaux qui eux, ne reçoivent pas de facture d’eau individuelle, supporteront des charges plus élevées parce que les opérateurs d’eau répercuteront évidemment les pertes sur tous les consommateurs. Donc paradoxalement, cet amendement protège les plus modestes.

      Comment aurais-je pu déposer un amendement à l’encontre des personnes en difficultés alors que je suis l’auteur d’une loi, la loi Cambon entrée en vigueur en 2012, qui a permis à plus de 20000 familles par an, soit déjà plus de 60000 familles, de bénéficier d’un dispositif d’aides financières leur permettant de s’acquitter de leurs factures d’eau…

      Est-ce que les mauvais payeur qui ont des moyens financiers doivent faire supporter leurs incivilités à tous les citoyens y compris les plus modestes ? Je vous pose la question.

        +2

      Alerter
      • Alain C // 19.02.2015 à 17h10

        Oui Mr Cambon, je suis d’accord avec vous sur le fond…

        pas sur la forme !!!

        La loi actuelle protège les plus faibles, et il y a certainement des gros malins qui en profitent pour ne pas payer, comme d’habitude.

        Dans ce cas vous avez une solution simple:

        si vous avez de BONNES raisons (des preuves) de penser que certains profitent abusivement de la loi, vous n’avez qu’à les attaquer au tribunal pour les forcer à payer.

        Vous en avez tous les moyens, et nos tribunaux qui sont impartiaux (n’est-ce pas?) vous donneront gain de cause

        A l’inverse, vous préférez retourner la situation :

        faire une loi qui protège les plus forts (les lobbys des eaux), quitte à ce que des dizaines de milliers de pauvres gens se retrouvent sans eau.

        Eux ne s’adresseront évidemment pas aux tribunaux, il n’en ont pas les moyens ou plus les forces, et de toute façon pas le temps

        Vous semblez ignorer la règle de 3 fondamentale à la survie :

        – 3 secondes d’inattention ….
        – 3 minutes sans respirer
        – 3 jours sans boire
        – 3 semaines sans manger
        – 3 mois sans relations humaines

        … et c’est la fin

        3 jours sans boire !!! ça ne vous fait rien ?

        A moins que vous ne pensiez comme Louis XVI :

        “Sire, le peuple a soif, il n’a plus d’eau …”

        ” Qu’il achète des bouteilles !”

          +5

        Alerter
      • mianne // 19.02.2015 à 20h34

        La solution serait de renationaliser l’eau, bien public de notre sous-sol, l’eau et l’assainissement devant rester à prix coutant, pour éviter l’eau trop chère et que des compagnies privées s’engraissent avec des bénéfices.
        Le problème des squatters : ne pas enfoncer encore, par la facture d’eau des squatters, le petit propriétaire qui, bien que le Tribunal lui ait donné raison, subit déjà la présence d’occupants sans bail qui ne payent ni le loyer ni les dégradations qu’ils provoquent et pour les mauvais payeurs qui profitent du système tout en ayant les moyens de payer, rétablir des fontaines publiques dans les rues pour permettre les coupures d’eau au domicile . L’eau est indispensable à la vie.

          +0

        Alerter
      • paquerot // 26.02.2015 à 02h07

        Monsieur le sénateur, arrêtez de rire du monde!
        Votre amendement cherche à répondre à la demande des entreprises qui n’ont pas l’habitude de defendre les droits des pauvres mais de se débarrasser des consommateurs non solvables.
        Votre amendement ferait en sorte que LA MAJORITE DES FRANÇAISeS PAUVRES
        ne serait plus protégée contre les coupures car ne répondant pas aux critères que vous posez, meme en étant pauvres.
        D’ailleurs, je vous mets au défi de prouver que les poursuites gagnées par France Libertés concernaient des mauvais payeurs plutôt que des personnes pauvres… Chiche!
        En tant que chercheure, dans le domaine des politiques de l’eau, je suis proprement scandalisée des prejuges et des faussetés que vous colportez.
        à votre dernière question, voice ma réponse: dans la mesure où il s’agit d’un droit fondamental dont depend le droit à une vie saine, comme en matière de justice élémentaire, je préfère 100 fois voir un coupable dehors qu’un innocent en dedans… et en tant que citoyenne française, bien que travaillant à l’étranger, je suis fort gênée ces jours-ci de mes soit-disant représentantEs… ce qui vaut aussi pour Mme Royal

          +0

        Alerter
      • P.V // 31.03.2015 à 13h44

        Mr Cambon

        Ce qui me gène dans ce discours c’est le terme mauvais payeur. C’est très judeo-chretien

        A vous entendre on imagine une horde de gens qui passent leurs journées a imaginer des stratagèmes pour ne jamais payer quoi que ce soit, l’eau ou le reste parce qu’ils n’ont rien d’autre a faire et qu’ils s’ennuient …. . des gens qui prennent plaisir a recevoir des lettres recommandées , a payer des frais plus que de raison a être montré du doigt. Vous voulez un amendement pour une poignée de personnes qui ne sont pas representatives de la majorité. votre amendement pénalisera la majorité et non cette poignée d’individus. vous êtes obnubilés par cet arbre et vous oubliez la foret qui est derriere.

        Moi j’ai eu l’eau coupée pendant une semaine l’année derniere au mois de fevrier parce que j’avais du mal a payé 180 € du reste dû de fin d’année. l’eau coupée croyez moi c’est plus dur que l’électricité. quand il n’y a pas d’électricité on peu s’éclairer avec des bougies on peu se chauffer avec une cheminée et on peu cuisiner au gaz. Quand on a l’eau coupée on ne peut plus cuisiner faire la vaisselle et surtout on ne sais pas comment interdire a trois enfants d’aller aux toilettes … Avez vous deja vu des toilettes en fin de journée quand il n’y a pas de chasse d’eau ???? et cela pendant une semaine ????

        Alors Suis je une mauvaise payeuse parce que j’ai du mal a aligné pour payer l’eau d’un foyer de quatre personne 70 euros par mois ??? Non, rien de tout ca , je suis artisan je suis seule avec trois enfants je trime comme une malade pour gagner trois francs six sous,et c’est vrai je n’arrive pas a payer LA SAUR comme il se doit chaque mois, c’est vrai que je préfère acheter du matériel pour mon activité pour gagner un peu d’argent plutôt que de payer LA SAUR rubis sur ongle c’est vrai que je préfère acheter du sucre des oeufs et de la farine pour faire des gâteaux oui je l’avoue, mais quand j’ai de l’argent (de temps en temps) et bien j’arrive a payer tous mes créanciers (un petit peu) Non Monsieur Cambon je ne suis pas une mauvaise payeuse non je suis simplement une faible payeuse . Donc revoyez votre argumentaire et assurez vous que c’est le meilleur moyen pour faire payer un service qui devient de plus en plus cher et qui donc inévitablement sera de plus en plus difficile a payer par les utilisateurs.

          +1

        Alerter
  • Grégoire // 18.02.2015 à 18h44

    A lire La Violence des Riches… La Découverte/poche…

      +12

    Alerter
  • Louis // 18.02.2015 à 18h48

    Encore des Sénateurs qui ont besoin de Suez ou Veolia pour faire embaucher des membres de leur famille ou pour eux-mêmes.

    Cela s’appelle de la corruption.

    Il faut interdire le lobbying.

      +43

    Alerter
    • Adriano // 18.02.2015 à 19h36

      Vous n’arriverez malheureusement jamais à interdire le lobbying dans le monde d’aujourd’hui – les principes et valeurs qui s’attachent à la gestion des véritables affaires publiques étant de moins en moins bien défendues et le raisonnement économique ayant phagocyté l’action politique. L’intérêt économique de “nos” entreprises l’emportera donc quasi-systématiquement sur les considérations politiques, et ce “pour le bien de tous” et dans “l’intérêt général”.

      Aussi, tout bien pesé, chassez-le terme de lobbying, et il reviendra par la fenêtre, affublé de l’affreux sobriquet de “relations/affaires publiques”, “relations/affaires européennes” ou “relations/affaires internationales” au sein des entreprises capables de s’acheter une influence. Vous n’arriverez donc qu’à changer une appellation, pas une pratique.

      La seule et moins pire solution reste d’opposer à cette pratique proche de la corruption par bien des aspects – vous avez là entièrement raison à mes yeux – un “lobbying” citoyen, à savoir la possibilité offerte ici par OB.

      Les entreprises font en effet “l’effort” d’être au taquet sur les questions réglementaires parce que cela s’insère dans une démarche professionnalisée, motivée par l’utilité et l’intérêt particulier, et visant la performance avant tout. Le citoyen d’aujourd’hui est du coup nécessairement dépassé, n’ayant d’une part pas nécessairement le temps d’y consacrer autant d’attention, étant d’autre part moins vigilant (même si j’entends qu’il existe de véritables sursauts de la part de certains d’entre nous – les lecteurs de ce blog participant sans doute à ce mouvement).

        +3

      Alerter
      • Julie // 18.02.2015 à 21h20

        On pourrait avoir des définitions claires du conflit d’intérêt et les appliquer aux élus!

          +4

        Alerter
    • kasper // 19.02.2015 à 01h36

      La meilleure défense contre le lobbying, c’est d’avoir des députés conscients qu’ils vont devoir redevenir des citoyens comme les autres et manger leur propre bouillie, se faire appliquer leurs propres lois.

      Ça veut dire au minimum des mandats courts, non renouvelables, non cumulables, révocables en cas d’abus. Et, pourquoi pas, attribués aléatoirement.

        +16

      Alerter
  • François // 18.02.2015 à 18h54

    Il serait trop simple, sans doute, de quantifier les responsabilités exactes des pollueurs et de leur présenter la facture. Donc nous devons tous payer pour une ressource qui est a priori gratuite -peu ou prou-, comme l’air… Après, mettre en avant les question des impayés d’eau, c’est déjà mal poser le débat, comme d’habitude, mais c’est une stratégie, là aussi.

      +3

    Alerter
    • Pierre // 19.02.2015 à 13h26

      Dans notre malheur nous avons de la chance !
      Pour l’eau, les lobbies, aidés par quelques élus véreux, ont quasiment tout bouclé pour nous faire payer chaque goutte consommée, même si elle reste polluée sous les normes de sécurité définies par … qui ?
      Imaginez que quelqu’un trouve le moyen de dépolluer l’air que nous respirons … à coup sûr un nouveau lobbies naîtra, appuyé par quelques élus y investissant. On nous grefferait, au début, un compteur sur le nez, avec cotisation mensuelle pour « l’entretien et frais divers ». Puis, comme des petits malins se mettraient à respirer par la bouche, on passerait au compteur pulmonaire !

        +0

      Alerter
  • gilles bon // 18.02.2015 à 18h55

    Les pauvres n’ont plus d’eau? Qu’ils boivent du champagne.

      +32

    Alerter
    • LA ROQUE // 18.02.2015 à 19h33

      C’est une bonne idée mais se laver au champagne ça risque de ne pas être terrible!

        +1

      Alerter
      • Léa // 18.02.2015 à 21h21

        Je confirme, le champagne sur la peau ça pue la vinasse !

        Euh c’était pas franchement pour se laver 😉

          +1

        Alerter
    • Jean-Pierre // 18.02.2015 à 23h24

      Absolument parfait pour les “sans dents” !

        +2

      Alerter
  • LA ROQUE // 18.02.2015 à 19h31

    IL serait intéressant de mettre en relief les avantages scandaleux dont bénéficie Mr cambon comme sénateur …
    Ce monsieur participe grandement à la mise en place actuellement de la machine à remonter le temps.
    Qu’est ce qu ils doivent regretter le temps des seigneurs. Il peut cependant se rassurer nous y revenons…

      +16

    Alerter
  • Nerouiev // 18.02.2015 à 19h53

    Quelle belle idée la privatisation totale ! Voilà où ça mène.

      +16

    Alerter
    • Pierre // 19.02.2015 à 13h32

      Il faut à tout prix privatiser la distribution de l’air aussi!
      ça fait si longtemps que je cherche à investir dans un super bon filon!

        +0

      Alerter
  • Andrea // 18.02.2015 à 19h54

    Bientot on enfermera des gens dans des cages étanches, on leur dira, il faut payer pour respirer, on arrète l’air, pas de prob, yaka manipuler la manivelle.

    Vous êtes en découvert dans la Supra Banka! Vous êtes sans emploi! Vous êtes salaud/salope, dans la prostitution, le racket, vous avez des liens avec des terroristes, vos moufflets ne mangent pas assez de légumes homologués Danone, la petite a hurlé pendant la minute de silence, la prière n’est pas respectée.

    Décision de justice? Vous revez, on agit pour le bien du peuple francais, c’est tout.

    Et la personne sera prête à se soumettre, pas d’autre issue, elle demandera, que puis-je faire? La réponse, rien du tout, toi, heh le mec, la nana, vous êtes des sous-personnes d’aucune utilité. Vous n’avez pas de dons, d’expertise, de pouvoir, on ne peut rien faire de vous, même pas le chair à cannons, cela ne sert à rien. Bye bye.

    Ok jour, soir, noir.

      +4

    Alerter
    • Pierre // 19.02.2015 à 13h37

      Mais non Andrea, rassure-toi, pour l’air, pas de cage, ils nous trouveront un compteur pulmonaire! 😉

        +0

      Alerter
  • mianne // 18.02.2015 à 20h24

    Quand j’étais enfant, dans les années cinquante, nous habitions dans un quartier où personne n’avait l’eau dans les logements : pas d’évier dans la cuisine, pas de salle d’eau, pas de toilettes autres qu’une fosse toujours pleine dans le jardin de la propriétaire, recouverte de planches pourries, et où ma mère, suite à l’effondrement, a failli se noyer , horrible expérience, un bras s’étant retrouvé malencontreusement engagé dans le trou.
    MAIS NOUS AVIONS UNE FONTAINE GRATUITE DE DISTRIBUTION D’EAU DE LA VILLE AU BOUT DE LA RUE ET CHAQUE RUE EN AVAIT UNE.
    Nous transportions chaque matin des seaux d’eau propre du bout de la rue jusqu’au premier étage où se trouvait notre logement pour remplir “le baquet d’eau propre” et chaque soir nous descendions le second baquet, dit “le baquet d’eau sale” pour le vider à la grille d’égout de la rue.
    Quelle corvée! Dans les années soixante, nous avons eu droit à un robinet planté dans un mur de la cuisine ( fini le transport des seaux, un réel soulagement) mais toujours pas d’écoulement de l’eau sale, toujours pas d’évier, pas de salle d’eau, pas de toilettes et nous utilisions encore l’égout de la rue .
    Les femmes du quartier lavaient le linge au lavoir, dans la rivière . Ma mère, qui en plus faisait des ménages chez les bourgeoises oisives de la ville, est décédée, épuisée, à 40 ans. Allez savoir pourquoi!

    L’EAU EST INDISPENSABLE A LA VIE. AUTORISER LES COUPURES D’EAU SANS PREVOIR DES FONTAINES GRATUITES DANS TOUTES LES RUES EQUIVAUT A CONDAMNER A MORT LES FAMILLES QUI LES SUBIRONT .
    Quelle honte de la part d’un gouvernement socialiste donneur de leçons qui se gargarise sans cesse de belles phrases sur “les droits de l’homme” qui ne seraient pas respectés dans certains pays!

      +47

    Alerter
    • Homère d’Allore // 19.02.2015 à 08h43

      @mianne

      Pour une fois il ne s’agit pas d’un sale coup du “gouvernement socialiste” sous couvert de “réformes de modernisation nécessaires imposées par Bruxelles”!

      Mais bien d’un amendement UMP !

      Rendons à César…

        +7

      Alerter
      • mianne // 19.02.2015 à 16h13

        Merci Homère, pour ce rectificatif . Mais c’est quand même ce gouvernement socialiste, au service de l’UMP, qui fait passer ce genre d’amendements ainsi que la loi Macron, en force, par l’article dictatorial 49-3 qu’ils auraient dû supprimer au nom de la démocratie. C’est encore lui qui ratifie ce traité transatlantique qui nous place en esclavage.

          +1

        Alerter
        • Homère d’Allore // 19.02.2015 à 17h46

          Là, c’est sûr, pour ces sujets, ils n’ont besoin de personne…

            +0

          Alerter
      • paquerot // 26.02.2015 à 02h26

        que Ségolène approuve… quand meme… comme quoi une chatte n’y retrouve plus ses petits

          +0

        Alerter
  • dupontg // 18.02.2015 à 20h42

    les senateurs n’ont pas de l’eau gratuite?
    vu le nombre d’avantages honteux dont ils beneficient ça ne serait pas surprenant

      +8

    Alerter
  • ERIC.BRESIL // 18.02.2015 à 20h46

    A quand une loi contre les conflits d’intérêts, c’est pour moi, comme le dit un autre commentateur, la forme de corruption la plus sournoise et dangereuse pour la démocratie.
    A ce propos et concernant les inégalités, je vous conseille ce rond de table avec OB, Philippe Béchade, Olivier Delamarche et Hervé de Carmoy, ça dure 1h45 mais on y apprend plein de choses.
    https://www.youtube.com/watch?v=n3c1_cHkNN0

      +10

    Alerter
  • Homère d’Allore // 18.02.2015 à 20h46

    Je viens d’envoyer un mail à Cambon

    Je crois que l’on pourrait améliorer la transparence du financement des partis politiques de la manière suivante :

    Tous les élus peuvent être subventionnés sans aucune limite par les lobbies de toute sorte à la condition qu’ils portent, lors de l’exercice de leur mandat, des macarons au logo de leur sponsors, à l’instar des pilotes de Formule 1. 1000 € = 1 cm2

    Certains parlementaires pourront se faire aider d’huissiers pour tenir la longue traîne de leur manteau si nécessaire.

    En tous cas, les bancs de l’Assemblée et du Sénat seront beaucoup plus colorés.

      +35

    Alerter
    • Léa // 18.02.2015 à 21h24

      Après ça, il ne faudra pas s’étonner que certains veulent supprimer les sénateurs.

        +4

      Alerter
      • arthur78 // 19.02.2015 à 01h17

        afin d’implémenter cette “suppression” @léa , je propose la création d’une loi permettant de résilier un sénateur, pourquoi pas un quorum de signatures …

          +2

        Alerter
        • LS // 19.02.2015 à 11h36

          Pour cela, il faut une révision de la constitution.
          un référendum pour “résilier” un sénateur ou un député ou un président s’appelle un référendum révocatoire. Ce n’est pas prévu dans notre constitution.
          Je vous suggère de signer la pétition pour une 6ième république qui en parle.
          Je vous mets le lien : https://www.m6r.fr/

            +2

          Alerter
  • claude // 18.02.2015 à 20h59

    bon et bien bientôt il va falloir creuser un puits à coté de la maison… mais le puisatier a disparu.
    Mais par qui sommes nous dirigés ?
    Je crois qu’il faut commencer à faire des réserves pour faire face aux périodes de disette qui s’annoncent.
    Quelle société ! On est vraiment tombés bien bas. Vive le libéralisme à tout va , on ne récolte que pauvreté et inégalités. Un monde ou nos enfants et petits enfants vivront de plus en plus mal : franchement pas glorieux

      +2

    Alerter
    • José // 18.02.2015 à 23h57

      “La loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006 a introduit l’obligation de déclarer en mairie les ouvrages domestiques, existants ou futurs, et a conféré aux services de distribution d’eau potable la possibilité de contrôler l’ouvrage de prélèvement, les réseaux intérieurs de distribution d’eau ainsi que les ouvrages de récupération des eaux de pluie.”
      Possibilité que ces services n’hésiteront pas à utiliser, si le citoyen devenait par trop autonome.

        +3

      Alerter
    • Pierre // 19.02.2015 à 13h46

      Faut aller regarder les réglementations actuelles, mais je crois que nous ne pouvons plus puiser l’eau souterraine, ni même utiliser l’eau de pluie autrement que pour arroser son jardin, laver la voiture et la chasse d’eau 🙁

        +0

      Alerter
    • mianne // 19.02.2015 à 16h18

      Hélas, le sous-sol de votre bien et son contenu appartiennent à l’état ( pétrole, eau, minerais ,trésors etc…) qui daigne parfois vous en accorder quelques miettes, mais pas toujours.

        +1

      Alerter
  • Thomas13 // 18.02.2015 à 21h06

    Attendez, il y a un truc que je n’ai pas compris là ! On ne peut pas couper l’eau a quelqu’un en France …

    Donc, je laisse couler l.eau toute la journee et je ne paie jamais et puis voila !

    Je viens de comprendre pourquoi Veolia a refuse de couper l’eau a la famille qui a squate la maison de mon père. Malgre une decision de justice d’expulsion (obtenu apres 1 an et non executee par la police de peur de peur d’un scandale) !
    Donc il faut se faire justice soi-même.

      +3

    Alerter
    • Homère d’Allore // 18.02.2015 à 21h13

      Oui, Thomas

      On ne peut pas priver d’eau une famille, même de squatteurs !

      Après, si Veolia ou Suez veulent récupérer leur fric qu’ils aillent au tribunal.
      C’est d’ailleurs la même chose quand l’eau est comprise dans les charges de copropriété. Et qu’un copropriétaire ne paie pas ses charges. C’est le cas dans mon petit immeuble. Et bien, la copropriété est en procès avec lui mais personne n’a pensé à lui couper l’eau car nous sommes des êtres humains et pas des brutes.

        +19

      Alerter
      • Thomas13 // 18.02.2015 à 22h33

        Et bien c’est bien la le signe de nos differences politiques.

        Je ne conçois pas qu’une societe puisse fonctionner ainsi où un seul individu p puisse utiliser sans limites et gratuitement les resources rares de tous les autres. Quand bien même les hommes seraient ils tous de bonne foi et bien intentionnes que cela serait absurde et destructeur.

        C’est absolument injuste et cela mène inévitablement à la violence.

          +3

        Alerter
        • Homère d’Allore // 18.02.2015 à 22h42

          En effet, je pense qu’il s’agit de clivages politiques d’importance.

          En revanche, je vous suis sur la difficulté à faire exécuter une décision de justice. Là, en effet, cela peut mener “à la violence”.

          Mais cela n’a rien à voir avec la décision unilatérale du vendeur d’eau de couper ses services. Ici, ce n’est pas une décision de justice mais une rétorsion commerciale.

          Et franchement, avant de pleurer sur Veolia et Suez, qui comptent parmi les plus grands corrupteurs de France, je pense réserver mes émotions pour d’autres causes !

            +10

          Alerter
        • arthur78 // 19.02.2015 à 01h13

          Votre raisonnement est partial @thomas13

          1) le gâteau est limité, il faut donc le partager
          2) mais le faire de façon équitable (tout le monde a le droit de vivre)
          3) c’est plutôt les riches qui abusent des ressources rares pas les pauvres

          La liberté individuelle s’arrête la ou commence celle des autres, à ce sujet je voudrais signaler cet excellent billet de Paul Jorion

          http://www.pauljorion.com/blog/2015/02/18/paul-jorion-pense-tout-haut-le-dimanche-15-fevrier-2015-retranscription/

            +1

          Alerter
          • LS // 19.02.2015 à 12h03

            L’histoire que donne Thomas13 est un vrai problème.
            Manque de moyen de la justice avec des procédures trop longue.
            L’état qui se défausse sur Thomas13 pour porter la charge de la solidarité en refusant d’intervenir. Dommage que le juge ne puisse poser une astreinte d’exécution sur l’état (c’est à dire sur le contribuable) pour procéder à l’expulsion et au relogement de la famille.

              +1

            Alerter
          • Louis // 19.02.2015 à 12h57

            C’est le petit peuple qui est emmerdé par les squatteurs pas les riches, pas les politiques… Essayer de squatter une résidence secondaire d’un ministre ou d’un “puissant” de ce monde, vous allez voir une réaction rapide de la Justice et des forces de l’ordre mettant les squatteurs dehors puis en prison.

            Selon que vous serez puissant ou misérable…

              +4

            Alerter
        • Thomas13 // 19.02.2015 à 06h17

          Et a quoi bon faire un proces a des gens insolvables ?

          Je parle d’un cas reel Olivier. Malgre une decision de justice d’expulsion en notre faveur, nous avons du payer les squatters pour qu’ils partent. Et nous n’avions qu’une seule peur : qu’ils reviennent. Ouvrez les yeux, personne ne nous remboursera jamais.

            +4

          Alerter
          • Stéphane Grimier // 19.02.2015 à 13h21

            Le problème se situe au niveau de l’application de la décision de justice, qui ne l’est pas. La défaillance se situe là et pas ailleurs.

              +0

            Alerter
          • Alain C // 19.02.2015 à 17h24

            ouais, dur dur la vie de petit rentier propriétaire….

              +0

            Alerter
        • kride // 19.02.2015 à 16h23

          Thomas13, vous êtes dans le même panier de crabes que vos squaters, qui à vos yeux ne méritent que d’être expulsés. Dans le même panier, peut-être à un étage légèrement supérieur mais strictement dans le même, tout comme moi d’ailleurs. Les grandes compagnies de ‘gestion de l’eau’ [LGCGE] n’y sont plus. Elles se sont débrouillées pour en sortir et ne pas y revenir. Les squaters d’un coté, sans patrimoine, vous de l’autre avec un patrimoine légèrement plus conséquent, soit d’après vos dires : une maison supplémentaire appartenant à votre père, patrimoine plus conséquent directement accessible aux autres démunis. Ils s’installent donc, sachant peut-être que vous ne pourrez pas facilement les en sortir, et comble de l’insolence et de l’irréponsabilité, laissent couler l’eau à longueur de temps ….
          A ce stade, les [LGCGE] vous remercient : l’eau qui coule est son buziness, il FAUT qu’elle coule voyez-vous cette eau, depuis votre robinet, depuis celui de votre père grâce aux squaters, depuis les fuites souterraines non ou mal réparées, …. elle sera payée de toute façon, par eux (les squaters), sinon par vous, sinon par votre assurance, ou en dernier ressort par une autre mandatée par le service juridique/contentieux/répressif/pressurage légal de la susdite compagnie.

          Ces grandes compagnies s’organisent en permanence pour que :
          – le produit soit consommé le plus possible -> laissez donc les robinets ouverts en grand chers clients !!, ne réparez les fuites que seulement quand c’est trop visible, sinon laissez couler.

          – les conséquences soient supportées par d’autres : vous, moi, les autres commentateurs, les squaters, en bref ceux qui sont agglutinés dans le panier de crabes, à se regarder dans le blanc des yeux, en pensant que l’autre en face -à l’étage du dessous ou du dessus- est l’ennemi. Vous êtes persuadé que l’ennemi c’est le squater, qui lui, pense que c’est vous, le nanti d’en face qui est propriétaire de plusieurs logements. on peut bien lui en prendre 1 etc… etc….
          La violence s’installe dans le panier de crabes, entre nous donc. Mais surtout pas entre nous et [LGCGE] qui ont bien pris soin de s’éloigner de tout ça. Elles vous observent, de loin, et continuent leur buziness, tranquillement. Tant que vous serez occupé à désquater les squaters, à vouloir les transformer en justiciables, elles n’ont aucuns soucis à se faire. Je suis même étonné qu’elles ne vous aient pas encore proposé de produits financiers ‘anti-squating’, ou même de fournitures de plomberies du même acabit (imaginez : grâce à notre appli AquaClic, coupez l’eau à distance depuis votre smartphone ! Géant non ??)

          Restreignons encore plus l’accès à l’eau, ainsi qu’à d’autres fonctions vitales de survie comme le logement par exemple, et vous n’aurez pas fini d’en rencontrer des squaters, encore et encore.

            +8

          Alerter
          • Homère d’Allore // 19.02.2015 à 18h49

            Bravo, Kride !

            Voilà un commentaire qui prend de la hauteur.

            Vous avez parfaitement résumé la problématique des différents conflits qui agitent notre société et pas seulement pour des “histoires d’Ô” !

              +1

            Alerter
  • José // 18.02.2015 à 23h43

    En 1905, une loi gravait dans le marbre la séparation des Eglises et de l’Etat, ce qui aurait semblé inimaginable 20 ans auparavant. Une fois encore avec cet exemple, on voit la nécessité d’une loi équivalente séparant politique et business, pourtant tout aussi abstraite aujourd’hui.

      +7

    Alerter
    • Perret // 19.02.2015 à 09h38

      Pour votre information, la loi dite de “séparation de l’Eglise et de l’Etat” ne parle nulle part de séparation (sauf dans l’exposé des motifs) mais tente (pour la seconde fois, après la Constitution civile du clergé de 1791, principal déclencheur de la Terreur) de permettre à l’Etat de contrôler les finances de l’Eglise catholique (la seule visée). C’est la non application du principal article de la loi portant sur les associations cultuelles qui la vide de son objectif tordu (tenant compte d’un million de catholiques morts pendant la guerre de 14-18). Le reste est une jurisprudence qui a créé un droit qui ne se trouvait que partiellement dans la loi.
      Pour mémoire, cette loi est l’aboutissement de 20 ans de persécution des catholiques, couverture médiatique, à l’époque déjà, de la corruption généralisée et de l’aventure coloniale (le devoir des races supérieures de civiliser les races inférieures et, surtout, l’intérêt pour les élus de complaire aux lobbys marchands de l’époque qui pensaient faire de meilleures affaires dans des colonies que dans des pays souverains et rémunéraient les parlementaires pour atteindre cet objectif).
      Loin de moi l’idée de faire un rapprochement entre la loi sur le mariage homosexuel, la néo-colonisation en Afrique et la corruption généralisée de nos élus du peuple, mais ça y ressemble quand même un chouia…

        +2

      Alerter
  • bigglop // 19.02.2015 à 00h37

    Toutes les multinationales rêvent de contrôler l’exploitation et la distribution de l’eau, comme Nestlé :
    http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/09/11/nestle-et-le-business-de-l-eau-en-bouteille_1757464_3246.html
    Allons nous rouler avec délectation dans le Taffetas (humour)

      +1

    Alerter
    • Asterox // 19.02.2015 à 01h47

      Coca-cola a trouvé mieux : pomper toute l’eau du Chiapas pour créer leur produit, qui sera ensuite revendu moins cher que des bouteilles d’eau aux habitants.
      Résultat, de + en + d’obèses au Mexique, et des gamins qui doivent boire de l’eau de pluie non potable…

      https://www.youtube.com/watch?v=I-shcpqsezk (à partir de 44 min)

      Vive le capitalisme ! \o/

        +4

      Alerter
  • arthur78 // 19.02.2015 à 01h04

    Cambon c’est pas le gars qui parlait de “régime gestapo”, alors qu’on parlait simplement de patrimoine des elus ?

    http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/patrimoine-des-elus-senateur-ump-christian-cambon-denonce-un-regime-gestapo-721411

    Allons allons Mr Cambon, un régime Gestapo c’est pas ça, a force de voir de l’eau la ou il y a du vin, on finit par ruiner les viticulteurs. Car voyez vous Mr Cambon le problème avec les pauvres c’est pas qu’y consomment trop d’eau, c’est qu’y consomment trop de vin et c’est justement pour ca qu’y sont pauvres !!! ces gens là ….

    https://www.youtube.com/watch?v=NfwW76JzVQI

      +1

    Alerter
  • Georges // 19.02.2015 à 01h07

    Le plus embêtant, c’est pour la chasse d’eau.
    On se rend vite compte que c’est là que l’eau est la plus indispensable.

      +2

    Alerter
    • arthur78 // 19.02.2015 à 01h14

      solution simple @georges, il faut aussi leur couper la nourriture …

        +4

      Alerter
    • Alain C // 19.02.2015 à 17h31

      non, ça n’est pas là qu’elle est la plus indispensable, il y a de meilleures solutions sur le plan écologique

        +0

      Alerter
    • mianne // 20.02.2015 à 14h40

      Les personnes qui n’ont pas l’eau courante dans leurs logements n’ont ni salle de bains ni toilettes, donc pas de chasse d’eau. J’en parle en connaissance de cause . Quant à la chasse d’eau, si vous avez des toilettes, comment faites-vous quand elle ne fonctionne pas, par exemple en cas de fuite d’eau ou de coupure, en attendant la réparation ? Vous allez remplir des bidons d’eau à la fontaine publique (rareté, il ne reste plus de robinets d’eau gratuite que dans certaines toilettes publiques, hélas fermées l’hiver, ou dans les cimetières, là où les SDF remplissent leurs bidons) ou chez des amis et en versez la valeur d’un quart de seau directement dans la cuvette à chaque passage aux toilettes.

        +0

      Alerter
  • arthur78 // 19.02.2015 à 01h21

    y a t’ il un lien de parenté entre Mr Cambon et Madame Capdevielle , députée socialiste qui s’agace qu’on veuille lui interdire de travailler le Dimanche. Mais franchement, moi, si elle a envie de travailler le dimanche, ça ne me gêne pas du tout !! au contraire, ça me ferait plaisir de la voir travailler le dimanche …

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/02/15/25002-20150215ARTFIG00090-au-nom-des-ploucs-de-province-une-deputee-ps-defend-le-travail-le-dimanche.php

      +1

    Alerter
    • JeanLaNouille // 19.02.2015 à 08h32

      Cambon,

      Glorieux nom pour un républicain comme son illustre prédécesseur Pierre Joseph, président du comité des finances en 1793 qui n’a pas chôme pendant la revolution.

      Pour le plaisir une petite citation de sa page wikipédia :
      “L’affairisme sans scrupule de Cambon ne fait aucun doute, sa malhonnêteté en revanche n’est pas clairement établie.”

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Joseph_Cambon

        +1

      Alerter
    • frederique77 // 20.02.2015 à 05h37

      Faut arrêter avec ce délire de “travailler le dimanche” comme si c était un truc exceptionnel. . Cinéma piscine hôtel restaurants hôpitaux police pompiers boulangers vendeurs sur les marchės personnel travaillant dans les radios et les televisions parcs de loisirs et j en oublie travaillent les dimanches sans broncher….et à priori cela ne dérange personne…….

        +0

      Alerter
  • Sanjnâ // 19.02.2015 à 08h00

    Et Thomas Thévenoud, il payait ses factures d’électricité ou sa phobie administrative le lui en empêchait ?

      +4

    Alerter
  • papy // 19.02.2015 à 08h49

    Comme si on pouvait changer notre système politique pourri jusqu’à la moelle …
    Dans les petites communes les représentants des “syndicats” des eaux sont choyés …

    Je profite de la tribune de ce blog pour diffuser sur les collecteurs d’eau de pluie.
    Mettez des cuves pour collecter l’eau de pluie, cela est très utile pour arroser le jardin, laver un trottoir, laver une voiture …

    Et ce sont des m3 en moins pour veolia, suez et autres taxes !!!

      +4

    Alerter
  • JeanLaNouille // 19.02.2015 à 09h00

    La réintégration massive de l’inégalité dans la structure des sociétés développées est une opportunité pour nos grands gestionnaires et administrateurs.

      +0

    Alerter
  • alexg81 // 19.02.2015 à 09h16

    Merci Olivier de nous présenter cet article, un exemple parmi tant d’autres qui montre la puissance des lobbies et des conflits d’intérêt pour maximiser la rentabilité financière de très grosses entreprises au détriment du français lambda. L’eau reste un besoin vital dans nos sociétés, comme la nourriture, le chauffage, l’électricité, les écoles. S’en prendre à ce besoin vital pour le plus grand bonheur de Veolia et de Suez, c’est mettre sur la touche plusieurs centaines de milliers de français parmi les pauvres qui vont devoir payer encore plus pour avoir accès à cette ressource s’ils en ont encore les moyens.
    Il faut sortir le plus vite de la spirale infernale du néolibéralisme et du capitalisme du désastre.

      +2

    Alerter
  • Jos Le Fur // 19.02.2015 à 09h26

    La fourniture d’eau potable implique des coûts (traitement de l’eau brute, renouvellement des conduites, etc.). Mettons les choses au pire pour les prestataires publics et privés – i.e. personne ne paie plus l’eau puisqu’on ne peut plus la couper aux mauvais payeurs quelle qu’en soit la raison, bonne ou mauvaise – il y a la solution de faire prendre en charge ces coûts par l’impôt. Cela se fait depuis toujours en Irlande, où le gouvernement actuel essaye justement de faire payer l’eau en plus des impôts, pour cause de difficulté budgétaire.
    Une telle fiscalisation de l’eau potable mériterait sans doute d’être étudiée sous tous ses aspects.

      +1

    Alerter
  • Homère d’Allore // 19.02.2015 à 10h52

    On ne met jamais d’eau dans le single malt.

    Même dans celui à 50 centimes comme à la buvette du Sénat !

    http://www.liberation.fr/politiques/2008/10/01/le-senat-assemblee-de-privilegies_110505

      +2

    Alerter
  • Demoralisateur // 19.02.2015 à 11h29

    La reconnaissance de l’eau comme ressource vitale et son accès comme un droit fondamental passe par la gratuité d’un certain volume a tous.
    Il me semble raisonnable et juste de garantir la gratuité d’un certain nombre de m³ d’eau par mois et par habitant et de faire payer les mauvais usages ou les gaspillages de l’eau.

    Payer son eau pour vivre est injuste, payer l’eau de sa piscine est normal. A mon sens.

      +2

    Alerter
  • chris // 19.02.2015 à 12h02

    J’ai lu un article il y a qq temps, je ne sais plus dans quel pays d’amérique du sud, une compagnie privée d’eau a poussé le gouvernement à légiférer pour que les pauvres ne récoltent plus l’eau de pluie, ceux ci ne voulant pas payer pour utiliser l’eau de la compagnie.
    La récolte d’eau de pluie fut interdite sous peine d’amende. Je crois que les pauvres se sont révoltés et ont fini par obtenir gain de cause. Je ne sais plus dans quel pays c’était, je ne remet pas la main sur l’article.

      +0

    Alerter
  • chris // 19.02.2015 à 12h16

    Mode ultra libéral position “On”
    De toute façon l’eau n’est pas gratuite même si elle tombe du ciel toute seule, il faut bien que l’on paye pour quelle arrive chez nous au robinet.
    D’accord mais ne devra t’on pas bientôt payer pour l’air qu’on respire ? Pourquoi serait il gratuit cet air ? Les entreprises payent déjà pour ne pas polluer l’air, sont obligées d’investir des sommes énormes pour trouver des solutions moins polluantes, les gouvernements doivent déjà payer des taxes carbones.
    Alors pourquoi nous les citoyens serions exemptés de payer quoi que ce soit pour respirer un air pur que les entreprises et les gouvernements se donnent un mal fou à nous fournir gratuitement ???

      +0

    Alerter
  • gauchecaviar // 19.02.2015 à 12h49

    On débat, on débat … Mais Thévenoud a t-il payé ses dernières factures d’eau ?

      +4

    Alerter
  • albert // 19.02.2015 à 14h09

    Est-ce qu’il n’y a que moi qui se trouve agacé par les commentaires méprisant insérés dans le billet?
    Un groupe de sénateur pose un projet de loi et c’est parfaitement son role.
    Le contenu, qui sera débattu puis soumis au vote, vous déplait et vous avez raison d’alerter l’opinion.
    Et je trouve triste, qu’ici aussi, on en fasse une affaire de personne, à travers une analyse méprisante, très loin du niveau de réflexion auquel vous nous avez habitué!

      +2

    Alerter
  • Christian Cambon // 19.02.2015 à 15h01

    Je me demande si vous avez pris la peine de lire mon amendement !
    En effet, cet amendement vise au contraire à protéger les personnes les plus modestes : ne risqueront les coupures d’eau les seuls consommateurs de mauvaise foi qui ont les moyens de payer et profitent d’une mauvaise rédaction de la loi. Donc, cet amendement ne concerne évidemment pas les personnes en difficultés ou relevant des dispositifs d’aides sociales pour lesquelles l’interdiction de couper l’eau est valable toute l’année (dispositif du code de l’action sociale et des familles).

    Si ceux qui ont les moyens de payer refusent de régler leur facture d’eau, cela aura pour conséquence de renchérir le prix de l’eau pour tout le monde. Ainsi, les locataires de grands ensembles sociaux qui eux, ne reçoivent pas de facture d’eau individuelle, supporteront des charges plus élevées parce que les opérateurs d’eau répercuteront évidemment les pertes sur tous les consommateurs. Donc paradoxalement, cet amendement protège les plus modestes.

    Comment aurais-je pu déposer un amendement à l’encontre des personnes en difficultés alors que je suis l’auteur d’une loi, la loi Cambon entrée en vigueur en 2012, qui a permis à plus de 20000 familles par an, soit déjà plus de 60000 familles, de bénéficier d’un dispositif d’aides financières leur permettant de s’acquitter de leurs factures d’eau…

    Est-ce que les mauvais payeur qui ont des moyens financiers doivent faire supporter leurs incivilités à tous les citoyens y compris les plus modestes ? Je vous pose la question.

      +1

    Alerter
    • step // 19.02.2015 à 15h59

      lisez bien le commentaire, il explique pourquoi votre analyse “bénéficiaires d’aides sociales=pauvres” est faux.

      Il vaut mieux aussi payer indirectement la facture de quelques autres, y compris peut être un profiteur qui traine que de priver une partie de la population d’eau. Question de salubrité publique. vous savez ce qui a permis d’enrayer les grandes épidémies au siècle dernier, en particulier lors des crises économiques, ce qui ne saurait tarder.

      Mais pour que cette solidarité s’exerce, il faut éviter de sauter à califourchon dessus, en criant ” aahhh c’est de la solidarité c’est inacceptable”. Ce que justement vous êtes en train de faire.

      Si il y a de vrais solvables qui s’amusent à ne pas payer, il existe des tribunaux pour cela. A moins que vous deveniez conscient qu’avec les règles à la … européennes, on se retrouve dans l’incapacité de faire la peau fiscale aux tricheurs ? Dans ce cas là, y a du progrès dans la réflexion, mais cela ne rend toujours pas la solution valable…

        +3

      Alerter
    • frederique77 // 20.02.2015 à 05h55

      “Les mauvais payeurs”.. Le pourcentage de personnes faisant profession de foi de vivre sur le “dos de la běte” reste un fantasme servant à faire passer des lois liberticides et peu populaires sous prétexte de protéger les bons citoyens ( ceux qui payent tout sans réfléchir et sans broncher, quitte à s endetter) des mauvais ( les salauds de pauvres)…Les vrais pilleurs sont en costume cravate, assis gras et poussifs, dans les institutions de la république, digèrant leur déjeuner étoilé, votant en catimini sans les lire parfois des lois et amendement imposés par les prédateurs des multinationales au mépris de l humain…Que peux t on attendre de gens qui suggèrent de rester confiné et de ne pas faire de sport comme solution à la pollution insupportable de l air , indispensable à la vie.. pour préserver ce système débile de surproduction qui envoie la planète et nous av vers des catastrophes annonces? ….alors le pauvre type qui ne paye pas sa facture d eau paraît vraiment un petit tout petit délinquant par rapport à ces assassins!

        +1

      Alerter
    • Homère d’Allore // 19.02.2015 à 18h26

      Mais encore, M. le Sénateur ?

      Pouvez-vous (vous-même ou le plumitif qui répond sous votre nom) répondre aux arguments de M. Berruyer et de Step ?

      Vous avez bien compris que nous avons lu votre amendement. Et que nous ne tombons pas dans votre piège grossier “très pauvres versus un peu moins pauvres”.

      Au lieu de nous renvoyer sur un intranet abscon, vous pourriez tenter d’argumenter. Mais après avoir mis votre commentaire, vous semblez éviter le débat.

      Nous attendons donc votre réponse sur les points soulevés par Olivier Berruyer et Step.

      – Pourquoi ne pas faire confiance aux tribunaux pour régler un litige commercial ?
      – Pensez vous que priver des gens d’eau va aider à retrouver du travail ?
      Ne pas se laver ou ne pas pouvoir laver ses habits permet il, selon vous, de payer ses factures ?
      – Les seuls allocataires de minima sociaux seraient “protégés” mais pas les travailleurs pauvres. Pensez-vous que cela soit une incitation à trouver du travail ?

      Enfin, et c’est la question subsidiaire, le whisky est il toujours à 50 centimes à la buvette du Sénat ?

        +7

      Alerter
  • jpt // 20.02.2015 à 05h24

    @kride:
    SI ne vous absentez pas de chez vous pour des raisons diverses (professionnelles etc…)

    SI vous vivez comme un hermite et ne sortez pas de chez vous, et si vous vivez en hlm (statut spécifique)
    cela ne risquera pas de vous concerner.

    En revanche:
    SI vous etes locataire en bail de statut privé, ou locataire, ou meme en ocuppant à titre gratuit logé par un des membres de votre famille, et que vous travaillez loin de votre domicile (ex chauffeur international), vrp, etcet…
    et que vous partez malhencontreusement plus de 48h de chez vous

    vous pouvez vous retrouver tres tres vite sdf, si par malheur un squatteur passe chez vous, change la serrure, et prouve qu’il est la depuis plus de 48heures (49heures c’est tout bon pour lui).

    ET luxe ultime (pour lui) c’est dans le département 93 un clause d’expulsion peut durer facimement jusqu’a 7 bonnes années,
    si vous vous en sortez avant 3 ans, estimez vous plus qu’heureux.

    En tant que locataire, le proprio gardera votre caution si vous etes “juste financièrement”, c’est vous qui finirez à la rue, n’ayant plus cette dite caution pour relouer
    (et je ne vous parles pas des charges que le syndic vous demandera, véolia, edf & co) le temps que vous démeliez ceci et le prouviez, je vous souhaites bien du plaisir.

    Si vous etes propriétaire, les impots eux, se rappelleront de vous (vous continuerez de plus à payer) ainsi que le reste des charges, pour un apparetment que vous ne pouvez plus occupper !.

    Votre assurreur fera tout son possible pour ne pas intervenir, ou fera le minimum syndical.

    Les squatters sont tellements pauvres qu’ils arrivent meme a revendre…
    un pas de porte de squatt (~20.000 euros) , sisi, c’est carrément incroyable !

    Vous doutez, normal, il faut étayer, je comprends !

    Alors cherchez l’émission de “carrément brunet” sur les podcasts de rmc, elle est facilement récupérable et à moins d’un mois.
    Ecoutez la, et surtout la fin ou la jeune fille est à la rue avec son gamin en jeune age.

    Vous me direz ah mais rmc c’est une radio de m..de!

    ok, alors écoutez maitre b merry sur radio ici & maintenant
    (95.2 sur paris ou se trouve aussi sur le net)
    Et lancez un enregistrement automatique tous les vendredis de 16h30 à 17h30
    Ce cas est traité au moins une fois par mois par un plaignant.

    Et c’est vous qui bientot, lorsque vous aurez été squatté viendra s’intaller chez vous
    je pense que votre avis sera légerement on va dire “divergeant”

    Pourquoi pensez vous qu’il faut fournir tant de pieces, de cautions etc lorsqu’on souhaites louer un appartement ou un petit studio ?
    Pourquoi est-ce si cher ?
    Pourquoi plus un propriétaire ne veut louer ?

    J’ai vécu ceci, j’ai vu un nombre incroyable d’appartements qui restent vident le temps qu’une transaction (vente entre particuliers)se fasse, j’essaye de dire, mais pourquoi ne le louez vous pas, meme en prix réduit le temps qu’une transaction se fasse.

    Ca dépannerait quelqun déja !

    réponse inéxorable (a juste titre, je comprends)
    “En france, vous plaisantez, c’est bien trop compliqué, et si jamais je passait un arrangement et que le locataire est de mauvaise foi, je suis “coincé”, hors de question de prendre ce risque”

    Et voila le résultat !
    Bcp de gens (honnettes eux) qui payent toujours leur loyer rubis sur l’ongle
    ne peuvent plus louer à des prix décents,
    prix tenus par les grands institutionnels (ou sci & co), les seuls qui louent encore
    qui eux ont les moyens (juridiques) et de plus de reporter les pertes occasionneles sur le bilan général (cad vous !)

    Ou certains particuliers, mais qui demandent de telles cautions (reserve banquaire d’un ou deux ans cad 15.000 € ou plus) accompagnée de garanties, sinon il ne reste que les “plans foireux”

    Mais peut etre etes vous pret a nous les preter ?
    et bien sur à nous héberger le jour ou nous serons à la rue, notre appartement étant squatté !

    J’ai toujours aimé, les gens qui jugent les autres (affaire de squatt de Thomas13) mais qui eux sont bien à l’abri dans leur tour d’ivoire dans leurs quartiers de bobos
    (ou dans un hml, ou la il sont d’office relogés si la mésaventure leur arrivait)

    cf :
    “Et a quoi bon faire un proces a des gens insolvables ?

    Je parle d’un cas reel Olivier. Malgre une decision de justice d’expulsion en notre faveur, nous avons du payer les squatters pour qu’ils partent. Et nous n’avions qu’une seule peur : qu’ils reviennent. Ouvrez les yeux, personne ne nous remboursera jamais.”

    Et pour Olivier:
    je suis pratiquement à 99% d’accord avec vous,
    mais pour une fois je suis plus qu’étonné par votre réponse.

    Si vous avez le temps écoutez aussi l’émission (le podcast) conséillé, et je vous assure que dans le 9.3 c’est cette triste réalitée qui est parfaitement décrite dans l’émission.

    Et contrairement aux idées recues, ce n’est pas les gens pauvres qui ne payent pas leurs loyers, bien au contraire, eux font un point d’honneur tres souvent à le regler, care ils connaissent la difficultée du travail ET la valeur de l’argent.

    Ce qui rends justement encore plus injuste ce systeme qui fera inexorablement payer
    “les moins favorisés” en augmentant le “cout” et les niveaux de “garanties”

    salutations à tous;)

    PS si vous avez du mal à retrouver le podcast, j’irai vous le chercher et je le mettrai en lien, mais je ne doutes pas que vous le trouverez facilement, ou le 1er qui l’écoute mets le lien ici par la meme occasion.

    ps2: pour l’eau gratuite, oui, mais en quantitée restreinte alors (50 litres par jour)
    Mes voisinnes ont eu une (grosse fuite) d’eau, 15.000 € à payer par la cooppro (cad + de 2500 par appart), pourquoi payeraient elle, elles ce montant, si c’est gratuit pour certains autres ?

    Et pensez aussi a votre beauf (macon, plombier, elctricien, couvreur,…) qui est peut etre au chomage, parce que plus personne ne veut investir ici en france (et pour cause) dans l’achat ou la construction de sa maison (moins de 300.000 / an)

    Parce que l’immobiler: c’est du travail, des sous, de la tva, des cotisations sociales, …….

    et moins il y aura d’offres, plus ca sera difficile de se loger 🙁

      +0

    Alerter
    • Homère d’Allore // 20.02.2015 à 08h59

      Je crois que vous confondez les dispositions concernant les logements vides et occupés.

      Depuis 2007, une disposition permet au préfet d’intervenir dans le cas d’un logement occupé, et cela même après les fameuses 48 heures.

      http://www.ladepeche.fr/article/2009/03/03/566971-toulouse-chasse-de-chez-lui-par-un-squatteur.html

      Cela ne résout pas les autres problèmes liés aux squats des logements vides. Mais kride n’a jamais voulu défendre les squatteurs contre les petits propriétaires. Si vous lisez bien son commentaire, il explique, au contraire, qu’une politique de protection des profits de Veolia et consorts produira de plus en plus de squatteurs et donc de situations désagréables pour des gens comme Thomas13.

        +2

      Alerter
    • kride // 20.02.2015 à 16h36

      Bonjour jpt,
      Merci pour votre long et instructif commentaire (vous rédigez tôt dites-donc),

      Je tente de résumer mon propos :
      Impossible de tenter de résoudre les problèmes sociétaux cités : squat contre proprio, accès “gratuit” contre payant à l’eau potable, sans intégrer le fait que ces services : eau, accès au logement -locatif ou propriétaire-, ainsi que nos modes de vivre ensembles, les échanges de biens communs ou privés, ces services donc, sont maintenant intégralement captés et verrouillés par des entités multinationales qui rejettent les conséquences néfastes sur les autres.

      Jpt, le rapport de force principal n’est plus entre les propriétaires et les squaters (pour faire court), il est entre cet ensemble devenu explosif(proprio+squat pour faire court là encore) et les multinationales, et pour l’instant ce sont les multinationales qui gagnent haut la main, sachant qu’elles ont réussi à se placer hors du ring de boxe, et surtout hors des projecteurs, laissant à leur sort -par exemple- les proprio contre les squaters.

      Le législateur, de passage dans les commentaires du dessus apparemment, tente de montrer que les plus pauvres sont protégés -c’est bien-, que les mauvais payeurs seront poursuivis. Les réponses qui lui sont faites notamment celle de l’excellente frederique77, montre que l’on ne sort pas du panier de crabes ; celui-là même que je cite dans mon commentaire d’origine, on oppose donc les plus pauvres contre les un peu moins pauvres, cas particulier : petit proprio détenteur de petit patrimoine contre squater détenteur de rien du tout. A aucun moment, l’opposition entre l’ensemble (pauvres+moins pauvres) contre entité multinationale de l’eau n’est mise en avant, au contraire, occupons le citoyen moyen, vous et moi, par des émissions/débats qui mettent en scène l’effet contraire.

      Les émissions de radio que vous citez, celle de rmc par exemple ne font qu’exploiter ce filon pour des questions d’audience, et donc là encore de commerce. L’émission est présentée sur le site de la radio comme étant un talk-show : c’est officiel, on est en plein spectacle !!! Que doit-on attendre d’une telle émission ? Pour ma part, rien ; je n’écoute plus ces grandes chaînes radio/télé à grand spectacle. On a là l’organisation de pseudo-débats, qui ne mènent nul part, ok, les cas cités sont réels, mais ils ne seront en rien traités ; on reste là encore dans le rapport restreint proprio/squat pour reprendre notre exemple.

      Attaquent-elles la remise en question de biens communs tels que l’eau potable par des multinationales, ces grandes radios ?? Il ne me semble pas. On peut le constater dans d’autres émissions sur d’autres radios et télés.

      Pour finir, je suis comme vous cher jpt, citoyen ordinaire (dans le panier de crabes donc), qui tente de devenir propriétaire, qui le sera dans 10 ans lorsque nous aurons finis de rembourser notre dette, qui s’inquiète sincèrement de l’état lamentable du vivre ensemble, qui constate que le législateur ne peut plus agir qu’a la marge, qu’enfin bref tout va bien quoi !!!

      Depuis tout gamin, j’ai vu passer chez nous des jeunes de mon âge (à l’époque) qui débarquaient d’une famille explosée, on était “famille d’accueil”. De préférence, le 24.12 au soir sinon c’est pas drôle, le débarquement ; sans rien à part les vêtements qu’ils avaient sur le dos. Nous, luxe suprême, on avait la télé noir et blanc, mais surtout on était ensembles. Alors on les a accueillis comme on a pu. Ha oui, et l’eau ‘courante’ ne courait pas tous les jours, vu que le village à l’époque alimenté par les sources, n’était pas alimenté en permanence, surtout en été, là ou justement l’eau devenait comment dire, difficilement squattable…..

      Tour d’ivoire ……

      Je devrais peut-être faire un talk-show radio sur tout ça, je serais riche $$$$$
      On vit une époque formidable

        +2

      Alerter
  • Dany // 20.02.2015 à 16h28

    Je trouve que les premiers mètres cubes d’eau devraient être gratuits, disons 10 m3 par personne, ensuite encore 10 m3 par personne à un prix abordable aux alentours d’1 euro le mètre cube, par contre les mètres cubes au-dessus de cette consommation devraient être beaucoup plus chers pour inciter à économiser l’eau qui est une ressource beaucoup trop précieuse pour qu’on la gaspille.

    Il n’est pas normal que les besoins en eau élémentaires soient payés de la même façon que par exemple le remplissage des piscines…

      +0

    Alerter
    • mianne // 20.02.2015 à 16h51

      Cela me dégoûte d’entendre des hommes politiques nous culpabiliser pour économiser l’eau en prônant le remplissage d’un verre à dents et la fermeture du robinet pendant qu’on se brosse les dents ou pendant que l’on se savonne sous la douche, alors qu’ils remplissent, sans culpabiliser, leurs grandes piscines privées dans leurs splendides propriété: combien de contenus d’un verre à dents dans une piscine vidée, nettoyée au karsher et remplie plusieurs fois par mois ?

        +1

      Alerter
  • jpt // 20.02.2015 à 20h29

    @Kride:

    Oui mais ….
    Le but de ma réponse etait bien en rapport à votre réponse donné à thomas 13 !.

    et oui c’etait bien de cette partie la à laquelle je me reférais cad:
    “….on reste là encore dans le rapport restreint proprio/squat pour reprendre notre exemple.”

    Pour rmc, on est bien sur d’accord, (sur le talk show & co et le reste)
    MAIS:
    C’est évidemment pour la partie témoignage d’auditeurs qui est interessante, et c’est bien elle que je souhaitais mettre en avant, pas le reste de la bouille commerciale infame.

    De plus, j’ai bien pris soin de citer au moins deux radios (ici & maintenant)

    Rim n’est pas une radio commerciale, ou ce meme problème a aussi été évoqué de multiples fois dans l’emission “vos droits” animés par me B Merry & Lisandru (si je ne me trompes pas de nom), & par de multiples auditeurs participant à celle ci.

    “Attaquent-elles la remise en question de biens communs tels que l’eau potable par des multinationales, ces grandes radios ?? Il ne me semble pas. ”
    Bien sur que si !

    Il y à eu plusieurs émmissions tres interessantes sur rim à ce sujet.

    J’ai meme apris par ces radios que l’exellent systeme proné par @Dany ci dessus
    (les 1ers 10m2 gratuits les 10 suivant payants, puis de plus en plus cher etc…)
    que au moins une ou deux communes l’applique désormais.

    cdt,

      +0

    Alerter
  • Luc // 26.03.2015 à 04h07

    Bonjour,

    Merci beaucoup à votre site. Pourquoi les JT / les émissions TV ne présentent pas cette loi, ce droit, lors d’un sujet sur la précarité ? Nous nous doutons bien pourquoi… Tenir le petit peuple non informé face au grand capitalisme.

    J’écris ce commentaire, avec d’autant plus de liberté, que je ne suis pas anti-capitalisme (mais pour un capitalisme moral).

    Depuis 2009, je n’ai connu qu’une année de stable au niveau emploi, c’était en 2011. Alors forcément, c’est très bancal niveau finances. Fin de droit, ASS… Et j’en ai connu des coupures d’eau par Véolia.

    J’ai dû me battre. Et jamais je n’ai eu connaissance de cette loi, qui a les vraies valeurs du XXI ème siècle.

    Comme vous l’écrivez, l’on perd sa dignité. J’ai 33 ans, j’ai commencé à travailler tôt en apprentissage, mon objectif n’était pas de me retrouver en fin de droit d’indemnité chômage, et de perdre ma dignité en ayant plus d’eau, ni d’électricité.

    Comment faire, pour retrouver cette dignité ? Je peux rétroactivement dénoncer ces coupures dont j’étais victime ?

    Je crois qu’il faut simplement encourager ceux, qui, aujourd’hui en sont victimes, à écrire directement au Procureur de la République. Si j’avais eu connaissance de ce droit (et pourtant, j’ai cherché à me défendre à chaque fois), c’est ce que j’aurais fait. Les assistantes sociales de ma localité n’utilisent pas cette arme, c’est étonnant. Et pourtant, leur équipe (à 80 %) du conseil général est au top, elles sont bien, elles soulèves des montagnes, elles se battent.

    Je vais leur passer ce texte de loi par mail. C’est surréaliste, que je sois obligé de le faire, je ne comprends pas. Tous les services sociaux du pays devraient s’en servir comme ”arme absolue”, c’est son but.

    Cette nuit, ça ne va pas bien, parce que j’ai été coupé ce matin, en totalité, pour mon électricité. Alors je cherchais sur internet, de quoi de me défendre. Même si là encore, je connais… Et je suis tombé sur votre site, et cet article.

    Plus de chauffage, plus d’eau chaude. Là encore, sacrée claque. Perte de dignité. Tu te sens pas grand chose, à 33 ans. En plus quand t’es un mec, la société fait que ce n’est pas là où l’on t’attend, tu dois être un gagnant, dominant, et ce serait à toi de protéger, d’aider une femme, qui elle est coupée d’électricité.

    Tu te sens encore moins quelqu’un, quand tu viens de mettre une allonge électrice, depuis le couloir de ton immeuble, branché à la prise d’un compteur dans un placard, qui passe ”discrètement” sous ta porte.

    La 1ère fouis que j’ai eu une coupure dans cet immeuble, je mettais cette allonge très discrètement, que très tard le soir… Là, j’ai le ”cran” de la laisser en permanence, même dans la journée.

    Je suis déculpabilisé parce que ça ne représente pas grand chose (je branche pas un chauffage, j’en n’ai pas), c’est juste : cafetière, tv – internet*, un peu de lumière. ça va ajouter quoi, 30 euros (même pas !!!) à l’année. Et aussi, parce que j’ai été, et je suis très actif dans l’immeuble bénévolement en m’occupant du comité des locataires, et j’en ai obtenu des choses pour mes voisins, en me battant, comme le remboursement de 3 ans de charges en trop, (en moyenne 400 euros) que les proprios ne voulaient jamais redonner…

    Alors, j’ai placé une boîte à outil sur mon paillasson, pour installer l’idée que j’avais des travaux, pour mieux faire passer l’allonge… J’ai prévu de dire que c’est pour mon chauffe-eau, que mon compteur n’a pas suffisamment de puissance pour une manoeuvre … Je sais que tout le monde ne sera pas dupe, mais ce scénario nous arrangera tous. La société fonctionne comme ça, il faut garder la face. Et dans cette immeuble, personne n’a envie de voir que je suis coupé en électricité, encore plus que moi. La dernière fois, malgré mes précautions, l’allonge était repérée… Mais ils avaient mis la tête dans le sable, avec beaucoup d’élégance. Merci à eux, que dire d’autre, même si tout ça est triste.

    Je viens de filer chez un autre fournisseur d’énergie ! Le système qui devient à la mode… Mais le temps que ça se fasse (48 h pour le contrat), ça va bien mettre une semaine. Et cette allonge me fait me sentir mal, même si j’ai le ”luxe” de pouvoir déculpabiliser comme j’écrivais plus haut.

    J’ai l’impression d’être pas grand chose, en faisant ça, bref…

    Bon courage à tous, je vais diffuser cette loi autant que je peux.

    Luc (qui n’est pas mon vrai prénom).

    * et oui internet ! pour les réactionnaires qui vont me lire, je tiens à répondre que ça aide à avancer, et justement à te sortir de cette situation. Tu ne fais plus rien sans, à la maison. C’est vitale, sinon tu ne fais plus parti de la société. TOUT passe par internet. Je suis en train de me lancer dans une petite activité en auto-entrepreneur de plus).

      +0

    Alerter
  • Homère d’Allore // 29.05.2015 à 13h10

    La mobilisation peut faire reculer les lobbies comme la SAUR et leurs seïdes, comme Ségolène Royal…

    http://mobile.lemonde.fr/societe/article/2015/05/29/l-interdiction-des-coupures-d-eau-validee-par-le-conseil-constitutionnel_4643308_3224.html?xtref=http://www.google.fr

    Le Conseil Constitutionnel a approuvé l’interdiction des coupures d’eau.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications