Les Crises Les Crises
26.février.201626.2.2016 // Les Crises

[Pépite] Que l’Europe remette Poutine à sa place, par Guy Verhofstadt

Merci 745
J'envoie

La PÉPITE du jour, dans le quotidien économique français.

Bien entendu, une telle charge coordonnée contre Poutine, venant de plusieurs endroits avec les mêmes éléments de langage (c’est pour cela que je les reprends ici) n’est pas anodine.

Source : Les Echos, Guy Verhofstadt, 23-02-2016

Morgestraich carnival parade, Basel, Switzerland - 15 Feb 2016

Pour Guy Verhofstadt, président du groupe ADLE au Parlement européen, Vladimir Poutine exacerbe les crises qui frappent l’Europe. L’heure est venue de contrer l’agressivité du président russe.

La stabilité de l’Europe est actuellement mise à l’épreuve au travers d’au moins six crises majeures : chaos régional principalement lié à la guerre en Syrie, risque de sortie britannique hors de l’UE , afflux de réfugiés d’une ampleur inédite depuis la Seconde Guerre mondiale, difficultés financières non résolues, expansionnisme russe, et retour du nationalisme dans la vie politique.

Or, c’est tout à fait sciemment que le président russe Vladimir Poutine vient exacerber au moins quatre de ces crises. Outre le comportement aventuriste dont il fait preuve en Ukraine, Poutine ne cesse d’instiller de l’obstructionnisme dans la politique européenne en soutenant les partis populistes et eurosceptiques, d’ attiser le conflit au Moyen-Orient via son intervention militaire en Syrie, et par voie de conséquence d’aggraver la crise des réfugiés. L’heure est venue pour l’UE d’ouvrir les yeux face à la menace que représente Poutine, et de commencer à contrer l’agression initiée par le président russe.

En effet, cette propagation du nationalisme à laquelle nous assistons aujourd’hui en Europe s’explique notamment par le fait que la Russie finance les partis politiques d’extrême droite, dont la montée en puissance empêche l’Europe d’élaborer une réponse collective à la crise des réfugiés. Au Royaume-Uni, cette formation pro-Poutine qu’est le Parti pour l’indépendance vient talonner de très près le Premier ministre David Cameron, ce qui conduit le gouvernement à refuser de prendre en charge sa juste part de réfugiés. De même, la Suède a pris la décision de fermer ses frontières, en réaction à des sondages de plus en plus favorables à l’extrême droite des Démocrates de Suède. Et ce malheureux constat s’observe sur tout le continent.

Ah pardon, je pensais que c’était juste que les citoyens n’avaient pas envie d’accueillir des immigrés…

Vladimir Poutine entrave le processus de paix

Dans le même temps, Poutine veille à saboter les efforts de la communauté internationale visant à négocier une solution politique au conflit syrien, principale cause de la crise des réfugiés. L’appui de la Russie aux interventions militaires du gouvernement syrien à Alep vient entraver le processus de paix, qui dépend d’une coopération entre acteurs mondiaux, puissances régionales et forces d’opposition modérées, que Poutine ne cesse de bombarder.

Qu’est ce que je rirais si ces crétins ne poussaient pas au conflit…

Amis jeunes, c’est à cause de gens comme ça que vous ne connaitrez pas la paix toute votre vie – observez bien.

Le 15 février, d’après les Nations Unies, au moins 50 personnes parmi lesquelles des femmes et des enfants auraient perdu la vie dans plusieurs frappes de missiles sur des écoles et des hôpitaux dans le nord de la Syrie. Le gouvernement français a qualifié à juste titre ces attaques de « crime de guerre ». La Russie a pour sa part nié toute implication, bien que des fragments de missiles de fabrication russe aient été retrouvés sur place. L’association humanitaire Médecins Sans Frontières a expliqué que seuls la Russie ou le gouvernement syrien pouvaient être derrière ces attaques.

Je n’ai pas le temps de vérifier, mais il faudra qu’on m’explique depuis quand un type bombardé au sol peut savoir qui l’a bombardé – j’aurais pensé que des AWACS ou satellites auraient pu fournir des informations fiables, mais je pense (et comme pour le MH17) qu’au XXIe siècle, on va finir par demander à tout le monde de mettre une webcam à sa fenêtre, les militaires n’ayant a priori jamais les moyens de savoir quoi que ce soit.

Par ailleurs, d’après le Comité international de la Croix-Rouge, les combats menés autour d’Alep aurait contraint au déplacement environ 50.000 personnes. Beaucoup de ces Syriens désespérés – ceux qui pour la plupart ne pouvaient pas financièrement se permettre de fuir jusqu’à présent – prendront la route de la Turquie et de l’Europe.

La Russie largue ses bombes aux endroits mêmes où Poutine affirme soutenir un cessez-le-feu. De toute évidence, la parole du président russe n’a aucune valeur, comme l’illustrent les antécédents du Kremlin en Ukraine.

À l’heure où l’attention des États-Unis se trouve captée par la campagne présidentielle , les dirigeants de l’Europe se retrouvent esseulés tandis que l’Ours russe ronge la porte du continent.

Pôvre petit chou qui n’a pu papa pour le protéger !

Ca, c’est de l’Europe puissance !

L’heure est venue de prendre des mesures immédiates.

Aux aaaaaaaaaaaaaaaarmes citoyens; formeeeeeeeeeez…

Des mesures fortes

Il s’agirait tout d’abord pour les gouvernements européens de mettre rapidement un terme à ce mécanisme par lequel la Russie finance un certain nombre de partis politiques en Europe, en sollicitant si nécessaire l’aide de la CIA pour déterminer la manière dont ces fonds sont transférés.

Celle là, c’est cadeau tant c’est énorme, ne me remerciez pas.

(au passage, je rappelle que l’histoire du FN, c’est le premier parti politique français à qui les banques françaises refusent de prêter de l’argent, et qui a emprunté de l’argent à une banque tchéco-russe. Comme le financement d’un parti par des personnes morales est interdit, c’est bien un prêt (à un taux élevé d’ailleurs) qui doit être remboursé. Le FN a demandé que la loi obligent les banques françaises à prêter aux partis français.)

Cet effort devra se poursuivre jusqu’à ce que ces pipelines qui approvisionnent les partis européens en argent russe soient coupés une bonne fois pour toutes.

Deuxièmement, l’UE doit se préparer à imposer de plus lourdes sanctions économiques à la Russie. La résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui fixe la feuille de route du processus de paix en Syrie, contraint l’ensemble des acteurs, y compris la Russie, à cesser toute frappe aveugle à l’encontre de civils. Si la Russie manque à cette obligation, ces sanctions devront être déclenchées.

Si c’est les occidentaux, aussi.

Troisièmement, il est nécessaire que l’UE œuvre aux côtés de la Turquie et d’autres acteurs régionaux

Non, je rêve, il n’a pas écrit ça ? Pas les parrains de Daech qui sont en train de bombarder la Syrie là ? On peut le tondre ?

Troisièmement, il est nécessaire que l’UE œuvre aux côtés de la Turquie et d’autres acteurs régionaux afin d’établir des zones de refuge au niveau de la frontière turco-syrienne, en direction desquelles se dirigent les populations déplacées d’Alep et d’ailleurs. Bien que cette démarche présente un certain risque, elle n’offre actuellement aucune alternative crédible.

Si, on arrête de soutenir les barbares, et on laisse le gouvernement syrien reprendre la ville en quelques jours – après on verra, mais les afflux de réfugiés cesseront.

Enfin, l’Europe doit cesser de faciliter la tâche de Poutine,

C’est vrai que je sentais l’UE un peu molle du genou là, avec toute cette russophilie ambiante…

et appliquer une approche collective face à l’afflux de réfugiés. Dans le cadre de cette réponse d’urgence, garde-côtes et police aux frontières européennes doivent être mis en place, avec pour mission d’aider la Grèce à gérer ses propres frontières, ainsi que de sauver des vies humaines et de traiter les nouvelles arrivées.

Dans le même temps, les fonds de l’UE doivent être utilisés afin d’améliorer les conditions de vie dans les camps de réfugiés en Turquie, en Jordanie et ailleurs, afin d’offrir aux résidents de ces camps un minimum d’espoir de satisfaction de leurs besoins essentiels. Et effectivement, les dirigeants européens doivent consentir à prendre en charge leur juste charge d’individus dans le besoin, en permettant aux réfugiés de demander asile dans l’UE directement à partir du pays dans lequel ils résident actuellement.

George Soros a eu raison d’affirmer récemment que le plus grave menace à long terme pour la stabilité de l’UE n’était autre que la Russie. Il est toutefois dans l’erreur lorsqu’il annonce un scénario dans lequel l’UE serait vouée à fléchir, pour finalement s’effondrer sous les poids des multiples crises auxquelles elle est confrontée. Il est temps que l’Europe s’affirme, qu’elle tire parti de sa puissance économique, et qu’elle en fasse bon usage afin de remettre Poutine à sa place.

bah, après tout, ces gens prenant sans cesse les USA comme modèle, il est clair que la guerre est au bout de chemin.

Cet article est publié en collaboration avec Project Syndicate 2016 – Que l’Europe remette Poutine à sa place

Guy Verhofstadt, président du groupe ADLE au Parlement européen et ancien Premier ministre belge

Source : Les Echos, Guy Verhofstadt, 23-02-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Spectre // 26.02.2016 à 03h22

Pauvre Guy Verhofstadt. Vladimir Poutine n’a pas le moindre besoin de lever le petit doigt pour attiser les partis “populistes” et “eurosceptiques” : vous le faites très bien tout seuls ! Votre mépris de caste, votre bêtise haineuse et votre intransigeance fanatique font de vous des panneaux publicitaires sur pattes pour les anti-européistes.

Je me souviens encore de la seule et unique émission où j’ai eu l’occasion de tomber, par hasard, sur ce triste gus : https://www.youtube.com/watch?v=OhYgTngNlvU Un authentique festival, tous ses interlocuteurs n’en pouvaient plus… Si vous arrivez à supporter ce type sans avoir une furieuse envie de dégainer la machine à taloches, chapeau, vous êtes un maître zen !

145 réactions et commentaires - Page 2

  • Lea_ // 26.02.2016 à 13h46

    Ce qui est assez étonnant c’est le fait que les trois dernières tribunes anti Poutine que Olivier Berruyer nous a présentées: Soros, grand bienfaiteur de l’Humanité, Nicolas Tenzer, professeur des Sciences infuses et Guy Verhofstadt, expert en …, manquent tellement de finesse, sont tellement hystériques qu’elles sont juste ridicules. Ses auteurs n’en sont pas conscients ?

      +3

    Alerter
  • Raskolnikov // 26.02.2016 à 13h48

    Project Syndicate 2016:

    Soutenu par: Bill & Melinda Gates Foundation, European Climate Foundation, Mohammed Bin Rashid Al Maktoum Global Initiatives.

    C’est du joli.

      +2

    Alerter
  • RI² // 26.02.2016 à 14h00

    Comment un type au sol peut savoir qui le bombarde? Facile, il suffit de lire l’étiquette sur les débris (et oui! tout n’est pas vaporisé comme on pourrait le croire!). Bel exemple: les photos diffusées par Daech des débris d’un missile de croisière SCALP: https://twitter.com/ctstudies/status/694239634302320640

      +0

    Alerter
  • thmos // 26.02.2016 à 14h00

    que voulez-vous que les Echos des banques publie sinon cette lamentable histoire belge ? que les marchés montent parce qu’ils risquent de baisser ? que l’improbable chateau de cartes d’actifs ripoux qui monte au ciel ne doit surtout pas s’écrouler, “what ever it takes” ? que les banques centrales ne disposent que d’essence pour éteindre l’incendie depuis 2008 ? que l’incompétence des politiques aboutira à la violence alors autant que les Echos s’adapte opportunément en diffusant ce tract abjecte qui va plaire aux va-t-en guerre … Rien de neuf sur le front dont ils rêvent …

      +0

    Alerter
  • RI² // 26.02.2016 à 14h01

    Pourquoi les ministères de la défense des pays s’exprimant ce genre d’évènement ne donne jamais leurs infos? Parce que c’est du renseignement militaire, très touchy, classifié, et élément primordial de la défense nationale, donc les acteurs ne s’expriment pas sauf autorisation explicite. Le seul moyen de savoir ce qu’ils savent c’est la commission parlementaire (et encore on saura pas tout) ou la déclassification dans 40 ans…

      +0

    Alerter
  • RI² // 26.02.2016 à 14h02

    Concernant les frappes à Alep, des fois le doute n’est pas permis (c.f vidéo). La bombe à sous munition c’est très exactement le contraire de la frappe chirurgicale. Moralement condamnable, tactiquement efficace, et conforme aux règles d’engagement russes de tout temps (Afghanistan, Tchétchénie, Géorgie, etc):

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-3447933/Two-hospitals-school-destroyed-air-strikes-Syria-killing-three-children-11-Turkey-accuses-Russia-acting-like-terrorist-organisation.html

    Prudence avant de donner son opinion sur des questions militaires. La première victime d’une guerre c’est la vérité.

      +0

    Alerter
  • thmos // 26.02.2016 à 14h11

    Que voulez-vous que les Echos des banques publie sinon cette lamentable histoire belge ? Que le chateau de cartes qui monte au ciel ne doit pas s’écrouler ? Que les banques centrales font remonter les marchés car ils doivent baisser “what ever it takes” ou qu’il n’y a que de l’essence mais en quantité illimitée pour éteindre cet incendie qui dure depuis 2008 ? Que l’incompétence des politiques se transforme en violence alors autant que les Echos s’adpate en diffusant ce tract abjecte. Rien de neuf sur le front dont rêvent ces faiseurs de guerre déguisés en humanistes proprets.

      +1

    Alerter
  • lcdsm // 26.02.2016 à 14h28

    Cet abruti payé par nos impôts critique la Russie alors que l’Europe est incapable de quoi que soit (voir les migrants). Qu’il la ferme et qu’il reste chez lui sans s’épancher dans les merdias.

      +0

    Alerter
  • Catherine // 26.02.2016 à 15h06

    Ancien premier ministre ?

    Bon sang mais quand cesserons nous d’accepter d’être “gouvernés” par des gens d’un tel niveau ?

    Nous valons mieux non ?

      +4

    Alerter
  • Grim // 26.02.2016 à 15h14

    Woaw ça c’est du trou noir de la pensée.

    M Verhofstadt devrait aussi s’intéresser au financement des partis de gouvernement en Europe ça promet d’être intéressant.

    Selon lui Poutine empêche la négociation entre Assad et les rebelles modérés mais c’est les Russes qui sont intervenus à la demande du même Assad non ? Il peut nous expliquer ?

    Quand au comportement des Russes en Syrie, ça n’est pas impossible, loin de là, mais oui la guerre fait des morts (c’est d’ailleurs pour ça qu’on essaie de l’éviter) on dirai qu’il vient de le découvrir, il devrait aller voir les “bavures” des interventions en Lybie et en Afghanistan.

    Pour finir, ce triste sire propose de créer des zones pour les réfugiées à la frontière entre la Syrie et la Turquie, peut-être trouvera t-il une seconde pour pleurer les Kurdes qui se font bombarder par son ami Erdogan alors que eux se battent vraiment contre Daesh.

      +2

    Alerter
  • Catherine // 26.02.2016 à 15h22

    A contre courant des ces énormités, une voix digne d’intérêt remet les chose à leur juste place.

    Ce monsieur devrait l’écouter :

    http://fawkes-news.blogspot.ca/2016/02/un-membre-du-clan-kennedy-revele-la.html

    Ce qu’il dit est argumenté et fondé sur des documents officiels.

      +1

    Alerter
  • Catherine // 26.02.2016 à 15h25

    Poutine n’est plus dupe depuis longtemps :

    “Evidemment, nous rencontrerons une opposition externe, mais c’est une décision que nous devons prendre pour nous-mêmes. Sommes-nous prêts à défendre systématiquement nos intérêts nationaux, ou bien allons-nous toujours céder, NOUS RETIRER DIEU SAIT OU ?

      +1

    Alerter
  • nouche // 26.02.2016 à 15h26

    “Il est temps de remettre poutine a sa place”
    tout le monde est d’accord sur cette phrase, meme Poutine
    juste que personne ne s’entend sur quelle est cette place

    et si nous allions lire un article similaire en Russie, nous aurions en titre un
    “Il est temps de remettre l’Europe a sa place”
    titre qui serait bien merite, non ?

    quand aux USA, ils l’ont deja fait, dixit Nuland :
    “Fuck the EU !”

      +2

    Alerter
  • Catherine // 26.02.2016 à 15h26

    […] Certains politiciens occidentaux nous menacent déjà non seulement de sanctions, mais aussi de la perspective de problèmes de plus en plus graves sur le plan intérieur. Je voudrais savoir ce qu’ils ont précisément à l’esprit : des actions par une cinquième colonne, ce groupe disparate de « traîtres à la nation » ? Ou bien ont-ils l’espoir de nous mettre dans une situation sociale et économique qui se dégrade de manière à provoquer le mécontentement populaire ? Nous considérons de telles déclarations comme irresponsables et clairement agressives dans leur ton, et nous allons y répondre en conséquence. Dans le même temps, nous ne rechercherons jamais la confrontation avec nos partenaires, que ce soit à l’Est ou à l’Ouest, mais au contraire, nous ferons tout notre possible pour bâtir les relations civilisées et de bon voisinage que l’on est censé avoir dans le monde moderne”.
    (discours à l’occasion du rattachement de la Crimée)

      +2

    Alerter
  • Nico 13 // 26.02.2016 à 15h39

    Ah et avant que j’oublie.
    Il en pense quoi ce monsieur de la demande d’entrée dans l’UE de la Bosnie ?
    Vous savez le pays ou Daesh a installé quelques camps d’entrainement dans des petits village et là où règne le trafic d’armes ainsi que le trafic d’organes.

    Pas du tout dangereux pour l’UE ça ?
    Enfin, vous me direz, notre célèbre Jean Tirol veut que les organes soient concernés par le libre marché.
    Peut être qu’ils ouvriront des usines la-bas qui sait…

      +2

    Alerter
  • Yanka // 26.02.2016 à 16h25

    C’est quand même malheureux… parce que Guy Verhofstadt a été un fort bon Premier ministre, c’est un homme simple, sympathique et cultivé (il a été très proche de Hugo Claus, un écrivain majeur pour moi)… mais depuis qu’il est au Parlement européen, il est devenu fou. La première fois que je l’ai vu exsudant sa rage contre Nigel Farage en plein Parlement, je me suis demandé si c’était bien le Guy Verhofstadt que j’avais connu en Belgique comme Premier ministre, avec sa tête d’éternel étudiant, de Bill Gates, les dents du bonheur en prime. À noter que l’ancien ministre des Affaires étrangères et ex-commissaire européen belge Louis Michel (alias Big Loulou, père de l’actuel Premier) s’est fait lui aussi remarquer au Parlement récemment par une crise de fureur “démocratique” :

    https://youtu.be/hHYIzbtANwQ

      +2

    Alerter
  • Louis Robert // 26.02.2016 à 16h39

    Précision: comment est-il seulement possible de s’étonner qu’il ait pu être premier ministre?

      +2

    Alerter
  • Echoeman2 // 26.02.2016 à 17h24

    Pensez à lire les commentaires sur le site des Echos : c’est édifiant !!!

      +0

    Alerter
  • Charlie Bermude // 26.02.2016 à 18h30

    çà c’est une pépite , je me suis beaucoup amusé . Les “institutions””européennes ” avec leurs petits bras musclés de bureaucrates , vont remettre Poutine ( et les Russes par le méme coup , mais çà osent pas le dire ) à sa place . La leçon ,pour nous Européens , qu’on soit Français ou Allemand , c’est qu’à leur laisse leur place à ces “institutionnels” ,qu’ ils vont la perdre face aux Russes .
    Pour eux c’est pas grave , c’est pour nous , parce que si on fait rien , ou pas grand chose , nous aussi on va perdre notre place .

      +0

    Alerter
  • Vareniky // 26.02.2016 à 19h07

    Il est rassurant de voir que le texte original de Guy Verhofstad sur project-syndicate.org a appelé de nombreux commentaires de lecteurs qui s’étonnent de l’inculture, du parti pris, et de la mauvaise foi de l’auteur.
    Et aux très rares commentaires qui approuvent le texte, il est répondu “d’accord mais si l’on veut juger Poutine sur ses crimes, mais il va falloir le faire aussi sur ceux de l’Otan et la balance ne penche pas du coté de l’Occident”
    Nous ne sommes pas seuls à être lucides.

      +1

    Alerter
  • Scrongneugneux // 26.02.2016 à 19h34

    Verhofstadt, Soros, Tenzer et bien d’autres…

    Attention, les Chiens de garde sont de sortie… mauvais signe.

      +0

    Alerter
  • Astatruc // 26.02.2016 à 20h36

    Moi, je voudrais remercier Olivier d’avoir été l’instigateur des crises qui s’il n’existait pas serait à inventer.
    On y rit, on y pleure, dès fois de rage et parfois de désespoir, on y apprend énormément de choses très intéressantes, c’est un site qui grâce aux modérateurs invisibles et pourtant si indispensables et dont la pertinence n’est plus à prouver, vit de sa propre richesse et reste courtois contre vent et marrées.
    A cette heure qui me semble grave, je remercie Olivier, Diacrisis, les modos, les intervenants de cette richesse inattendue et oh combien salvatrice, de cette bonne nourriture saine qui nous élève.
    Merci à tous, infiniment.

    🙂
    Et bienvenue à ceux qui en partageront l’ouverture d’esprit et aux autres, (pourvu qu’ils ne ‘appellent pas guy)on peut toujours discuter.

    🙂

    Merci, merci, merci.
    🙂
    ps:j’ai rien contre les guy mais celui-là c’est le champion du dîner de con.

      +2

    Alerter
  • Wilbur // 26.02.2016 à 21h09

    Il a dû se prendre un râteau avec une jolie journaliste russe dans un couloir au Parlement Européen.
    C’est tout.

    C’était d’ailleurs la septième crise majeure, mais il a gommé.

      +2

    Alerter
  • zitoun // 26.02.2016 à 21h44

    Exclusif : Poutine mange des bébés !
    Vous retrouverez dans l’encart central un portfolio du maître du Kremlin attablé dans sa résidence secondaire de la Côte d’Azur, se bidonnant sur le MH17 tandis que de jeunes Criméennes seins nus lui servent de cette fameuse vodka qui avait fait bégayer le président Sarkozy.

      +0

    Alerter
  • lon // 27.02.2016 à 09h03

    Pour le libéral Verhofstadt , la popularité d’un parti est liée à son financement … bientôt il viendra nous dire que le FN achète ses électeurs avec l’argent russe .

      +0

    Alerter
  • Le plombier // 02.03.2016 à 16h57

    L’Europe n’est plus (ou n’a jamais été) l’idéal des autres

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications