Les Crises Les Crises
2.août.20142.8.2014 // Les Crises

[Reprise] Les BRICS ont lancé leur banque de développement

Merci 0
J'envoie

Comme un climat change en 15 jours… La sanction est vite arrivée…

Cette fois, ça y est. Réunis pour leur sixième sommet annuel à Fortaleza, au Brésil, les cinq grands pays émergents, Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud (les « BRICS »), ont signé, mardi 15 juillet, un accord actant la création d’une banque de développement et d’une réserve de change commune. « C’est une contribution importante pour la reconfiguration de la gouvernance économique mondiale », s’est félicitée la présidente brésilienne, Dilma Rousseff.

« Ces pays cherchent à créer un système alternatif aux institutions dominées par les nations occidentales, Fonds monétaire international (FMI) et Banque mondiale », confirme Yves Zlotowski, économiste en chef de Coface.

La banque de développement, qui sera basée à Shanghaï, aura pour objectif de financer de grands projets d’infrastructures dans les pays concernés et, à terme, dans d’autres émergents. Sa capitalisation de départ sera de 50 milliards de dollars, apportés par les cinq participants. À terme, sa force de frappe pourra atteindre les 100 milliards de dollars.

Surtout, elle n’assortira pas ses prêts de conditionnalités contraignantes. « En cela, elle différerait du FMI, qui exige des réformes structurelles et une ingérence politique intolérable en échange de son aide », a expliqué Anton Silouanov, le ministre des finances russe. Une option qui pourrait séduire nombre de pays émergents qui, comme l’Argentine, estiment que les conditionnalités du FMI ont causé de sérieux dommages à leurs économies.

Se protéger en cas de nouvelle tempête

Les BRICS ont également signé un « accord-cadre » instaurant une réserve de change commune. Doté de 100 milliards de dollars, dont 41 milliards versés par la Chine, 18 milliards par l’Inde, le Brésil et la Russie, et 5 milliards par l’Afrique du Sud, ce fonds pourrait être opérationnel dès 2015.

Objectif : permettre à ses membres de se protéger en cas de nouvelle tempête sur leurs devises, comme celle déclenchée mi-2013 après l’annonce du changement de cap de la politique monétaire américaine. Les BRICS avaient alors dû affronter de violentes sorties de capitaux. « Ce fonds est un outil très puissant pour prévenir de nouvelles difficultés économiques », a salué le président russe, Vladimir Poutine. Son homologue chinois, Xi Jinping, a quant à lui évoqué une « association solide », réaffirmant la nécessité « d’augmenter la représentativité et la voix des pays en développement ».

Certains experts doutent néanmoins que 100 milliards de dollars suffisent à contrer de telles attaques. « L’efficacité du fonds serait préventive et symbolique : c’est déjà beaucoup », juge M. Zlotowski.

La création de ces deux institutions, destinées à faire contrepoids aux organisations de Bretton Woods (FMI et Banque mondiale), est un objectif de longue date des BRICS. Non seulement ces derniers s’estiment sous-représentés au sein de ces instances, notamment au regard du poids qu’ils ont pris dans l’économie mondiale, mais en plus, la réforme du FMI, censée leur donner plus de poids, est bloquée au Congrès américain depuis des mois.

Manque de ciment

Déjà évoqué en mars 2013 au sommet de Durban, en Afrique du Sud, le lancement du fonds de réserve et de la banque des BRICS achoppait jusqu’ici sur plusieurs différends entre les membres, à propos du financement et de la structure de direction. Ils sont désormais résolus.

L’objectif sera-t-il pour autant atteint ? Les économistes balancent entre optimisme et prudence. « Pour le juger, il faudra d’abord que ces deux institutions passent l’épreuve des faits », commente Jean-Pierre Lehmann, spécialiste de politique économique internationale à l’IMD, l’école de commerce de Lausanne.

Les inconnues sont nombreuses. Les pays aidés accepteront-ils de se mettre sous la tutelle officieuse de la Chine, qui sera le principal contributeur financier ? Comment se situera la banque de développement des BRICS face aux institutions similaires, notamment la nouvelle banque asiatique d’investissements en infrastructures que Pékin lance en parallèle ? La cohésion entre les pays membres sera-t-elle suffisante pour mener ces projets à bien ? « J’en doute : tous poursuivent des objectifs politiques et économiques très différents », assène M. Lehmann. Avant d’ajouter, non sans ironie : « Entre les BRICS, il a toujours manqué le ciment. »

La politique invitée du sommet de fortaleza

L’activisme de la Russie en la matière relève en effet pour beaucoup de la réaction politique aux sanctions infligées par les puissances occidentales après l’annexion de la Crimée. « Pour elle, la banque de développement et le fonds doivent être des outils de lutte contre la domination du dollar, quand le Brésil ou l’Inde y voient l’opportunité de développer les infrastructures dont ils ont cruellement besoin », commente ainsi Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

La politique s’est d’ailleurs invitée au sommet de Fortaleza. Dans la déclaration finale, les pays émergents ont exprimé leur « profonde préoccupation » à propos de la crise ukrainienne, et ont lancé un appel pour un « dialogue mutuel » et la « désescalade du conflit ». Selon Mme Rousseff, ils ont aussi déploré le « manque de progrès concrets » au Moyen-Orient.

Après Fortaleza, les dirigeants des BRICS se sont rendus mercredi 15 juillet à Brasilia, la capitale du Brésil, pour des rencontres avec des chefs d’état sud-américains. Elles seront suivies jeudi d’un sommet entre la Chine et l’Amérique latine, signe de l’intérêt de Pékin, qui a consacré à cette région près de 20 % de ses investissements l’an dernier.


Source : Le Monde

Les présidents russe, indien, brésilien, chinois et sud-africain au sommet des BRICS le 15 juillet (AFP/NELSON ALMEIDA).

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

42 réactions et commentaires

  • perceval78 // 02.08.2014 à 01h04

    Un article de RFI a ce sujet, saviez vous que c’est un gars de Goldman Sachs qui a inventé l’acronyme “BRICS”
    =
    http://www.rfi.fr/mfi/20140801-bresil-fortaleza-pays-emergents-banque-brics-concurrence-fmi-banque-mondiale-finance-developpement/
    =

      +0

    Alerter
    • François Lambda // 02.08.2014 à 02h27

      étrange en effet. Et puis :
      “[…] Andrea Goldstein par exemple, estime que les institutions de Washington et celles des Brics pourront coopérer. Et l’économiste d’expliquer que cela pourrait permettre au FMI par exemple « d’entrer dans des pays dans lesquels les Brics ont un accès politique plus favorable.”

        +0

      Alerter
  • rémi lobry // 02.08.2014 à 02h08

    Putain de bonne chose ! Il n’en tiendrait qu’à moi on commercerait avec des petits cailloux !
    La FED (qui, si mes informations sont bonnes, n’a aucune existence légale puisque créée le 23 décembre 1913 pour une duré de 99 ans) qui fabrique du papier cul à partir du néant n’est vraiment pas en mesure d’imposer à Obama de sanctionner qui que ce soit.

      +0

    Alerter
    • Kiwixar // 02.08.2014 à 03h13

      “la FED [….] n’est vraiment pas en mesure d’imposer à Obama de sanctionner qui que ce soit.”

      La FED achète les bons du Trésor qui permettent à l’Etat fédéral d’avoir un déficit budgétaire.
      Sans la FED, Obama serait obligé d’équilibrer son budget, avec l’accord du Congrès hostile.
      Alors, coupes énormes dans le budget militaire? Montée des impôts ? Rackets auprès des pays étrangers (BNP Paribas, banques suisses) ? Vente de l’or allemand qui leur reste (25 grammes) ?

      L’alternative (que le gouvernement fédéral récupère le droit régalien de création monétaire) est tellement énorme que 10% des présidents américains se sont fait assassiner.

      Donc : Obama va laisser couler tranquillement pendant les 2 ans qui lui restent, en alternant parties de golf et beaux discours, et en essayant d’éviter à la fois la guerre, la faillite des US et l’empeachment. Après ça… à lui la belle vie comme Narko et Tony Blair avec des conférences payées 1/2 million de dollars.

        +0

      Alerter
      • Grognard // 02.08.2014 à 12h51

        ” Vente de l’or allemand qui leur reste (25 grammes) ?”

        Si nous pouvions réellement savoir ce qu’il en est.
        Quand on connait la position des gvt de la RFA par rapport à la monnaie; il y aurait du cassus belli dans l’air.
        Vous ne croyez pas?

          +0

        Alerter
        • machin // 02.08.2014 à 20h34

          Ce qu’on sait pour la France, c’est que Narko (comme dit Kiwixar), pendant son court passage au ministère des finances, (le ministère était alors entouré de nombreux véhicules militaires, c’était impressionnant, je n’ai vu ça ni avant, ni après), à vendu à prix cassé le gros des lingots d’or de la France à des copains. La France n’a plus de réserves d’or non plus.

            +0

          Alerter
    • Doctorix // 02.08.2014 à 23h56

        +0

      Alerter
      • Doctorix // 03.08.2014 à 00h51

        Quand la rédaction refuse un commentaire, ce serait bien qu’elle le renvoie à l’expéditeur: c’est un travail, et on n’en garde pas forcément copie.
        Merci.
        Je sais bien que j’étais hors-sujet, je ne le ferai plus…

          +0

        Alerter
  • pikpuss // 02.08.2014 à 03h30

    C’est un espoir… maintenant on sait de quoi sont capables les mafieux installés à Londres et à New-York : coup-d’état, assassinats ciblés, guerres, révolutions, terrorisme sous faux drapeaux, harcèlement médiatique mondial etc… Ils auront la bête sinon c’est la fin des humains…

      +0

    Alerter
  • groaaar // 02.08.2014 à 09h00

    @POL
    Bien au contraire.

    Cela permet d’une part d’obtenir en échange de dollars des biens et des services, et donc de liquider cette monnaie de leurs portefeuilles, et d’autre part, d’avoir un levier sur les marchés internationaux, avec une monnaie qui ne sera pas victime de tentatives de déstabilisation en provenances des financiers de NY et de Londres.

      +0

    Alerter
  • erde // 02.08.2014 à 10h02

    C’est une bonne chose, mais pour le bien de la planète et de l’espèce humaine, il ne faudrait pas remplacer le système ” dollar ” par un autre de type hégémonique.
    Il n’y a que la “dé mondialisation” et la relocalisation des économies qui pourrait insuffler un nouvel essor au développement humain tout en respectant les ressources de notre planète et répartir la “richesse” au mieux empêchant ainsi les “1 %” de la capter pour leur seul bénéfice.

      +0

    Alerter
    • Nerouiev // 02.08.2014 à 10h20

      Avec l’amenuisement galopant des ressources la dé mondialisation et la relocalisation vont devenir une nécessité. On ferait mieux de s’y prendre maintenant et bien l’organiser avant que la réalité nous prenne de court. lire ou regarder les présentations de Jancovici pour mieux s’en convaincre.

        +0

      Alerter
      • Kiwixar // 02.08.2014 à 10h30

        Oui, c’est le bon côté de l’augmentation du prix du pétrole à venir : le coût du transport maritime va devenir prohibitif, d’où la re-localisation des productions.
        Mais la période de transition (20 ans?) va être difficile, notamment au niveau alimentaire.

          +0

        Alerter
        • V_Parlier // 02.08.2014 à 14h03

          Cela, je l’ai espéré plusieurs fois mais il faut tenir encore 20 ans… Et d’ici là, tout ce qu’on aura ravagé pour extraire du pétrole cher me laisse penser que nous serons peut-être déjà en train de crever.

            +0

          Alerter
        • WhereIsMyMind // 02.08.2014 à 18h43

          le coût du transport (maritime) ne sera un problème que pour les produits pas cher/tonne… bon ça évitera certainement que les produits ne fasse 5fois le tour du monde, c’est un plus.

          A mon humble avis, c’est le transport routier qui prendra en premier. D’où la réapparition des stocks dans les magasins (ou/et période d’attente pour recevoir certains produits).

          La production localisé, ça sera pas pour tout les produits à mon avis…. faut analyser la sensibilité des produits au pétrole.

            +0

          Alerter
        • machin // 02.08.2014 à 20h43

          Des entrepreneurs chinois visionnaires relocalisent en France, là où les financiers US, Belges et Luxembourgeois (et des autres pays européens) avaient délocaliser vers la Chine. Ils pensent que ça permet à la fois de développer les techno dans leur pays et qu’il y a toujours des marges dans les pays Européens.

          Mon explication très personnelle : La mentalité chinoise c’est comme la mentalité auvergnate, un choux, c’est un choux. Alors que le financier moyen occidental, en dessous de 15% de choux supplémentaires annuels, c’est de la perte, donc on fout tous les vieux au chomâge 5ans avant leur retraite, après les avoir bien usés.

            +0

          Alerter
      • barre-de-rire // 03.08.2014 à 16h05

        je l’annonce à qui veut l’entendre depuis des mois, la relocalisation TOTALE est par nature inévitable. le cout du transport va exploser. on va tout regrouper dans les chaines de productions, on va revoir des produits entièrement fabriqués dans un seul pays. à nouveau la proximité des petites commerces. la fin de l’hypermarché. le chômage va diminuer naturellement car tout le monde sera sollicité pour refaire un tissus économique dense.

        on va passer par un boom terrible avec cette histoire de pétrole/gaz, mais après les turbulences, nous retourneront à l’essentiel et aux vraies valeurs.

          +0

        Alerter
  • Duniesky Fernandez // 02.08.2014 à 11h19

    Josehp Stiglitz semble très enthousiaste au sujet du lancement de la banque du développement des BRICS. En suivant le lien ci-dessous vous accédez à une interview que Amy Goodman lui a fait dans une des émission de Democracy Now.

    http://www.democracynow.org/2014/7/17/nobel_economist_joseph_stiglitz_hails_new

      +0

    Alerter
  • chios // 02.08.2014 à 13h09

    L’Inde et la russie (leurs banques centrales)sont en pourparlers pour régles leurs échanges dans leurs monnaies nationales.

    La Chine a déjà de nombreux accords y compris avec toutes les grandes capitales d’Europe.

    Quand les monarchies du Golfe entreront dans la danse…

      +0

    Alerter
    • rototo // 03.08.2014 à 11h06

      bah, si l’arabie saoudite essaie ça, le plan US de partition du pays connu de tous sera mis en branle un peu plus tot que prévu, histoire de recuperer directement la main sur les ressources, depuis le temps qu’ils le font volontairement “fuiter” dans le genre coucouche panier sinon on frappe… (meme france 2 en avait fait un sujet il y a quelques années dans je ne sais plus quel magazine “d’investigation” comme on dit, c’est dire…)

        +0

      Alerter
  • RST // 02.08.2014 à 13h10

    y a que moi que ça choque que la monnaie utilisée par cette nouvelle banque qui prétend lutter cotre l’hégémonie du dollar utilise précisément … le dollar ? Elle est où l’indépendance ?
    Pourquoi pas plutôt une monnaie de l’un des pays participants? Au hasard, le yuan par exemple ?

      +0

    Alerter
    • RST // 02.08.2014 à 13h17

      Ha non, je n’ai pas fait attention. Je ne suis pas seul à être choqué, il y avait POL aussi

        +0

      Alerter
      • Nerouiev // 02.08.2014 à 21h35

        Ce n’est pas tant le $ qui est nuisible que le fait qu’il ne soit plus accroché à du solide et du concret et que les seuls USA produisent. Cette sur fabrication distribuée partout dans le monde à rembourser avec des intérêts ou des changements de politiques sont responsables d’un emprisonnement dont il était difficile de sortir, pour faire simple. L’énergie se paye en $ et il n’y a qu’à voir ce que sont devenus ceux qui ont voulu s’y opposer comme la Libye (pour le continent Africain) ou l’Iraq. Seule une grande force internationale avec les reins solides peut se permettre d’y faire face car capable de riposter à une menace de guerre.
        La Russie et avec elle les BRICS ont touché la corde sensible et ça ne pourra plus reculer, heureusement pour tous. Alors les USA n’avaient plus qu’une solution : démolir la Russie par Ukraine interposée. Je comprends pourquoi Poutine lui sort par les yeux à Obama. Poutine évite le piège de la guerre et lui fait en plus un pied de nez en accélérant la création et la concrétisation de cette banque. C’est réellement pour Washington et Londres (complice) un crime de lèse majesté. Pour le moment Poutine a tout gagné : la Crimée sans l’OTAN et cette banque. C’est l’Ukraine qui paye les pots cassés et comme des cons on va s’y mettre aussi en Europe pour faire plaisir à papa.

          +0

        Alerter
        • Nerouiev // 02.08.2014 à 22h04

          Pour être un peu plus clair, j’ajouterais que TOUT ce qui se fabrique, absolument tout, demande de l’énergie. Fixer le prix du baril et payer en dollars favorise obligatoirement celui qui fabrique tout seul ces dollars.

            +0

          Alerter
    • V_Parlier // 02.08.2014 à 14h07

      Je pense que la réponse est: Parce-que ce n’est pas encore possible aujourd’hui. Il y a des dollars encore partout pour un certain temps, et ce n’est pas en un claquement de doigts qu’ils vont disparaitre et que ceux qui commerçaient en dollars depuis des décennies (plus par obligation que par choix) vont pouvoir basculer immédiatement.

        +0

      Alerter
      • VladP // 02.08.2014 à 17h42

        Je pense surtout que les montants en monnaies nationales mis dans le pot commun en fonction des accords d’échange SWAP de chaque pays des Brics est articulé en équivalents dollards pour que le monde puisse se faire une idée des moyens mis en œuvre.
        Mais je crois bien avoir lu quelque part que ce fond sera bien composé de monnaie de chaque pays.

          +0

        Alerter
  • fatalitas // 02.08.2014 à 13h15

    Bonjour,

    le jour qui verra la fin de l’hégémonie des USA et de leur dieu Dollar verra également le début de nombreux champignons dans l’atmosphère.
    Comme tous les empires, celui-ci s’effondrera en entrainant les autres.

      +0

    Alerter
  • Lavine // 02.08.2014 à 13h41

    Hello,

    A mon sens, c’est justement pour négocier un atterrissage en douceur – qui a intérêt dans le monde à un effondrement économique brutal ? – que le dollar est à la fois soutenu et grignoté dans son influence par les pays “émergents”.Lire l’interview de Stiglitz du 17 juillet permet de réaliser que la réserve de devises chinoise est proprement monumentale (3 trillions de dollars – je n’ai pas cherché à quoi ça correspond chez nous, mais nous n’utilisons pas le mot trillion) et que leur stratégie ne peut évidemment viser à faire s’effondrer la monnaie de ces titres. MAIS, et c’est un gros “mais”, ils n’ont pas non plus l’intention de laisser cette réserve baisser en valeur sans en rien faire, d’où la nécessité d’investissements importants dans tous les pays émergents où cela sera possible. Cela ne veut évidemment pas dire que les Chinois sont des tendres – j’ai vu passer quelque part mais sans avoir le temps de vérifier que les contrats passés avec les Chinois garantissent des activités d’entreprises “sans grève”…
    J’ai traduit pour mon propre compte une partie de l’interview de Stiglitz – sans garantie, je ne suis pas anglophone ! – mais si ça peut être utile je peux peut-être le transférer quelque part ?

      +0

    Alerter
  • tchoo // 02.08.2014 à 15h05

    L’activisme de la Russie en la matière relève en effet pour beaucoup de la réaction politique aux sanctions infligées par les puissances occidentales après l’annexion de la Crimée. « Pour elle, la banque de développement et le fonds doivent être des outils de lutte contre la domination du dollar, quand le Brésil ou l’Inde y voient l’opportunité de développer les infrastructures dont ils ont cruellement besoin », commente ainsi Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

    tu parles Charles!!!!!!!!!!!!!
    voilà qui s’appelle mettre le charrue avant les boeufs ou plutôt confondre causes et conséquences.
    Il est certain que ce projet et les discussions allant avec ne date pas de la crise ukrainienne et des sanctions plus ou moins efficaces prises.
    Je pense que la lecture est tout autre, et que la crise ukrainienne est une réaction à la volonté des Brics et de la Russie d’apporter un contre pouvoir mondial à l’hégémonie du dollar et donc des USA.

      +0

    Alerter
    • VladP // 02.08.2014 à 18h24

      La création d’un moyen de paiement russe par carte a bel et bien été mis en place suite aux 1ères sanctions américaines qui ont bloqué les paiements russes durant 24 heures via VisaMastercard.
      Le projet russe était dans les cartons depuis longtemps, mais n’a été finalisé que suite à cette action des US qui a montré aux russes la vulnérabilité dans laquelle ils se trouvaient du fait d’être dépendants des US pour passer leurs paiements.
      Le positionnement par satellite GONAS était lui-aussi depuis longtemps dans les cartons, mais les russes on réalisé que les stations GPS qui opéraient sur leur sol pouvait être utilisé pour guider des missiles ou des drones sur des cibles stratégiques, d’où la mise en place de leur propre réseau.
      Les russes ont la maîtrise de l’espace, mais pouvoir mettre hors-circuit le réseau GPS ne suffit pas. Encore doivent-ils avoir les moyens de tout positionner chez eux de manière indépendante.
      Les câbles de communication sous-marins devaient être aussi dans les cartons depuis longtemps, mais tant que les russes pouvaient encore faire semblant de croire que toutes les actions de l’US ne visaient pas à les encercler et les détruire, ils ne voyaient pas d’inconvénients à faire passer leurs télécoms par les câbles sous-marins transatlantiques existants.
      sans doute que les révélations de Snowden les ont décidés à pousser les feux aussi de ce côté là pour réaliser au plus vite un réseau de câbles sous-marin qui ne passe pas par les States pour pouvoir être écoutés sans arrêts.
      Les études des missiles à courte et moyennes portées hypersoniques et furtifs datent de la période soviétique. Là encore, ils ne sont passés au stade de la production que depuis que les US ont manifestement mené des stratégies pour encercler la Russie et rapprocher leurs bases de missiles anti-missiles au plus prêt des frontières russes en violant, sans aucuns scrupules les engagements qui avaient été pris envers M. Gorbatchev que l’OTAN n’intègrerait jamais les pays de l’ancien bloc soviétique.
      Et ainsi de suite! M. Poutine a averti à plusieurs reprises M. Obama que l’Ukraine, c’était la ligne rouge; et que toutes les sanctions que prendraient les zuniens à l’encontre de la Russie ne pouvaient que se retourner contre l’économie mondiale et en particulier, contre le dollar.
      Les russes que les chinois n’ont jamais eu aucun intérêts à détruire cette monnaie tant il est vrai qu’ils sont les deux plus gros possesseurs de la dette américaine dans le monde.
      Mais lorsque les américains parlent ouvertement d’une attaque nucléaire préventive contre les russes, et qu’ils pensent que leurs missiles anti-missiles proches des frontières russes vont les mettre à l’abri d’une riposte, ON NE JOUE PLUS!
      Je pense, pour ma part que si j’étais un dirigeant chinois, russe ou Hindou, je n’hésiterais pas une seconde à mettre sur le marché mondial toutes les dettes américaines de manière synchronisée pour détruire instantanément l’économie américaine si j’avais des sérieux indices qui me feraient penser que les US se préparent à lancer une telle attaque.
      Et précisément: Les américains viennent de menacer de restituer la “qualité” de puissance nucléaire à l’Ukraine en leur fournissant des missiles air-air américains qu’ils adapteront sur les avions du banderastan!
      Les EU ferment les yeux et se bouchent les oreilles tant leurs économies sont liées au dollar américain, mais du côté des Brics, je crois bien que plus personne n’a envie de rire.
      Et les russe ont déjà pratiqué la politique de la terre brûlée… Quitte à y perdre énormément, je pense que M. Poutine n’hésitera pas une seconde à liquider la dette US d’un coup.
      ça fera aussi mal aux russe, mais les VRAIES valeurs, soit l’or, le pétrole, le gaz, les métaux stratégiques et les terres rares, l’eau, et une immense nature encore intacte, et l’ietelligence et la volonté du peuple russe permettront à la Russie de se relever rapido.
      Pour les US et l’europe, surtout si elle continue à cirer les pompes des zuniens, ce sera tout de suite moins évident!

        +0

      Alerter
      • rototo // 03.08.2014 à 11h36

        certes les russes ont bien compris qu’il leur fallait mettre en place une alternative à Visa/Mastercard, mais pretendre que le systeme est finalisé/operationnel, c’est de la mauvaise blague, ils sortent à peine du stade des…promesses
        chacun a d’abord poussé son champion depuis le debut de l’année (PRO100 vs uecard vs je ne sais plus quoi d’autres) et la majorité des banques non affiliées à ces systemes s’est empressée de ne surtout pas choisir. puis Medvedev/Poutine ont un peu mis la pression et ce qu’ils ont obtenu pour l’instant est une promesse obtenue fin juin aupres de la tete de la banque centrale d’avoir un systeme operationnel sous 18 mois. On en est là pour l’instant…

        RDV en 2016 si personne ne s’est pris de missiles ballistiques ou champignon nucleaire avant ^^

          +0

        Alerter
    • barre-de-rire // 03.08.2014 à 16h12

      non ,c’est l’inverse.

      usa vouloir ressources. donc attaque russie par proxy ukrainien.

      brics c’est pas nouveau pour l’accord de dédollarisation hein …. ça fait un moment déjà…

      la structuration financière accélérée des brics est la réponse aux sanctions à l’encontre de la Russie sur le sujet ukrainien.

      la base de la base, c’est une guerre de ressource.

        +0

      Alerter
  • Bernard Grapperon // 02.08.2014 à 17h13

    C’est un premier pas pour limiter l’expansion et les guerres des USA et de leur vassaux avec de la fausse monnaie ayant cours légal !

      +0

    Alerter
    • Nerouiev // 02.08.2014 à 22h15

      ça explique l’énervement de Washington contre la Russie par Ukraine interposée et une forte menace de guerre actuelle, mais avec beaucoup d’hésitations. Et, comme je l’ai écrit un plus plus haut, je vous rejoins pour éviter l’expansionnisme et les guerres de déstabilisation US et je dirais même que c’est la vraie solution et qu’aujourd’hui elle devient réalité. On risque, avant d’en arriver là, d’assister à des travaux de sape invraisemblables pour désunir les BRICS, la bête ne reculera devant aucune ignominie, on l’a déjà vue à l’oeuvre.

        +0

      Alerter
      • Nerouiev // 02.08.2014 à 22h18

        ça explique aussi le revirement d’Obama contre la Russie contrairement à ses idées lors de la campagne et son comportement avec Poutine au début de son mndat.

          +0

        Alerter
  • Serge // 02.08.2014 à 23h14

    Avant et après.
    https://pp.vk.me/c614821/v614821148/158f0/t_tq5Kj1_Yc.jpg

    Avant,ce jeune para de la 25° brigade des forces de Kiev se faisait photographier les bras tendus.
    Après ,après avoir rencontré la milice des insurgés ,il a changé d’expression .
    C

      +0

    Alerter
  • PA.Québec // 03.08.2014 à 08h28

    Sanctions/Russie: Washington fait pression sur l’Inde

    http://fr.ria.ru/presse_russe/20140801/202005962.html

      +0

    Alerter
  • rototo // 03.08.2014 à 11h02

    amusant mais totalement débile. Du niveau d’infos du monde en gros.

    le Jim Willie en question annonce la fin du dollar toutes les semaines depuis des années et passe son temps à inventer n’importe quoi en utilisant toute autre news pour relancer son dada, il poste sur tous les sites simili-apocalypto existants…je dis simili surtout parce qu’ils ont presque tous comme point commun de faire la promo de l’or, la seule chose dont on peut etre certain pour l’instant c’est que willie a du massivement investir dans l’or quand le cours etait bas et qu’il a tout interet a cracher sur le reste pour faire la culbute, et pour ça il reconvertira en … dollars probablement, la fin n’étant quand meme pas pour tout de suite ^^

      +0

    Alerter
  • C Balogh // 03.08.2014 à 14h28

    Bonjour,,
    En effet, l’Inde reste ferme:
    “L’Inde a adopté une position ferme sur la question des stocks alimentaires et des subventions agricoles lors des négociations de l’OMC à Genève vendredi et le pays a refusé de signer l’accord sur la facilitation des échanges.
    Lire plus sur : http://www.chine-informations.com/actualite/asie/inde-demande-aux-etats-unis-de-comprendre-le-probleme-de-la-securite_13610.html
    Ben, vu que les usa distribuent des millions de coupons alimentaires à leurs concitoyens, ils devraient être sensibles à cet argument…
    Ou pas….

      +0

    Alerter
  • Philippe // 04.08.2014 à 00h07

    J’ai attendu que ce soit la fin des interventions car c’est un peu hors sujet et certainement pas factuel.
    Il ont quand même une bonne bouille sur la photo, moi une équipe comme cela sans les connaitre qui me dit “viens on se fait un bouffe” j’y vais sans trop de problème.

      +0

    Alerter
  • Yves.JM // 05.08.2014 à 15h01

    La prochaine étape pour les BRICS devrait être une “monnaie commune”, à l’instar de ce qui se passera bientôt en Europe. L’union de ces deux dernières serait la mort du $ comme monnaie de référence. Le verrons nous un jour ? J’y crois, même si mon âge est un sérieux handicap pour espérer le vivre.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications