Les Crises Les Crises
27.février.201427.2.2014 // Les Crises

[Enfin, de la croissance !] Intégration de la prostitution et de la drogue dans le PIB

Merci 0
J'envoie

Je vous propose la traduction d’un article du quotidien espagnol El Diario, qui traite d’une réforme statistique… originale, qui touchera donc aussi bientôt la France…

Une façon commode de gonfler le PIB (et donc de diminuer la ratio Dette / PIB).

J’ai cru à un canular quand j’ai reçu l’info, mais non, en fait…

La Prostitution et les drogues vont ajouter 10 Md€ au PIB espagnol

● Les statistiques officielles incluront à compter du mois d’octobre 2014 les transactions économiques illégales non prises en compte qui avoisineront 1% du PIB.

● Ce changement coïncide avec une nouvelle méthodologie qui entrainera une augmentation du PIB de 10 milliards d’€.

● Les experts posent les dernières règles pour quantifier les transactions économique hors-la-Loi et affirme clairement que l’impact est uniquement statistique.

L’économie espagnole sera officiellement plus grosse de 20 milliards d’euros cet automne. Cette augmentation ne sera motivée par aucune reprise économique ni par les réformes imposées par la troïka. Son origine résidera dans une nouvelle méthodologie statistique s’appliquant à la mesure du PIB, qui comportera deux changements singuliers à partir du mois d’octobre.

Le plus choquant est, sans aucun doute, l’incorporation de l’économie illégale à l’activité économique. L’Institut National de la Statistique (INE) va commencer à évaluer combien d’argent génèrent les transactions économiques comme la prostitution, le trafic de drogue ou la contrebande. Des experts assurent que le résultat approchera 1% du PIB. L’économie espagnole frôlant grosso-modo les 1 000 milliards d’euros, l’économie illégale génère donc 10 milliards d’euros.

Depuis des années, le système européen de comptabilité nationale demande à ses membres, les 28 pays de l’Union Européenne, de commencer à prendre en compte dans leurs statistiques ces opérations hors-la-Loi. Cette recommandation deviendra obligatoire en 2016 mais l’INE a décidé de prendre le taureau par les cornes dès l’exercice 2014. La raison en est que d’autres changements statistiques entrent en vigueur comme le comptabilisation de la R&D ou la production d’armement. Dès lors, les dépenses en R&D seront comptabilisées non plus comme consommation intermédiaire mais investissement (formation brute de capital fixe).

Les responsables de la statistique espagnole préfèrent modifier en une seule fois la méthodologie. Ils profiteront donc du changement obligatoire de cet automne pour introduire la mesure de l’économie illégale. Il se trouve que Bruxelles a estimé que ce changement de mesure des dépenses d’investissement entrainera également une augmentation du PIB . . . de 1 à 2%. C’est à dire l’équivalent de l’intégration de l’économie illégale dans le PIB. Au total, le PIB passerait de 1 000 milliards d’euros à 1 020 milliards d’euros.

Il convient de souligner que ces deux changements, qui auront l’impact le plus important parmi les nombreuses modifications de la comptabilité nationale, élargissent la base de calcul du PIB. La taille de l’économie sera plus grande. Avec cette nouvelle base, toutes les données seront recalculées y compris pour les années passées. Ainsi, les taux de croissance, que l’on utilise pour parler de croissance ou de récession ne varieront qu’à la marge. « Tout au plus ce taux sera corrigé d’un chiffre après la décimale à la hausse ou à la baisse lors des publications trimestrielles» déclare Santiago Sanchez Guiu, coordonateur en macro-économie de l’institut « Flor de Lemus » (Université Carlos III de Madrid). Cela signifie que les données qui mesurent la croissance ou la chute de l’activité économique seront à peine altérées.

Une donnée sera néanmoins bel et bien impactée : le niveau d’endettement. En ayant une base élargie le ratio dette publique / PIB va diminuer.

On doit également prendre en compte que mettre un chiffre en face des activités illégales n’implique pas une quelconque création d’activité. On quantifie simplement une activité déclarée mais qui n’était pas comptabilisée de manière officielle.

Les doutes que suscitent cette nouveauté statistique sont flagrants. Comment peut-on calculer les dépenses de prostitution ou de contrebande sans une comptabilité officielle ? Eurostat ne donne pas beaucoup de précisions mais fournit une ébauche technique. La prostitution sera mesurée dans une perspective d’offre, en fonction de la valeur du service fourni et, pour ce qui touche au trafic de drogue, par le biais d’une évaluation de la demande : la valeur payée par le client.

Consentement mutuel de la transaction

Un des plus grands expert espagnol en analyse de la conjoncture, Angel Laborda, directeur du cabinet de conjoncture du service des études des caisses d’épargne (Funcas), reconnaît la complexité du processus et assure qu’il se fera au moyen de la collecte de sources indirectes. La Police sera une des sources principales pour obtenir ce type d’information, mais aussi différentes études internationales ou celles d’ONG. L’an passé, par exemple, la Police a lancé une campagne de dénonciation de l’exploitation sexuelle pendant laquelle elle estimait que la « traite des blanches » ramenait cinq millions d’euros par jour en Espagne.

Mais, précisément, il n’est pas sûr du tout de pouvoir inclure cette affaire de « traite des blanches » ou l’exploitation de personnes dans les statistiques de l’économie illégale. Dans une des rares recommandations de Luxembourg (où se trouve Eurostat), il est précisé que ces transactions illégales doivent comporter le consentement des deux parties. Les vols, par exemple, ne pourraient pas être pris en compte. M. Laborda pense que l’on devrait inclure dans la statistique les affaires de trafic de personnes puisqu’elles supposent une transaction économique.

Le suivi du traitement statistique n’a pas été tranché. Une catégorie spécifique regroupera-t-elle ces activités illégales ou s’ajoutera-t-elle à d’autres secteurs déjà évalués ? Dans les nouvelles normes Eurostat, la prostitution peut être effectivement qualifiée de prestation de service au paragraphe 12.2 « Consommation individuelle en fonction de sa finalité ». Les experts rappellent que ces activités peuvent avoir des effets transverses et nécessiter alors leur intégration dans un compte satellite distinct comme c’est le cas pour le tourisme.

Les pays de l’Union Européenne incorporent lentement cette activité dans leurs comptes. Un des pionniers en la matière a été la Suède qui la comptabilise depuis 2007. Cependant, en Suède, l’économie illégale ne représente que 0,17% de l’activité totale.

Il ne faut non plus confondre l’économie illégale avec l’économie souterraine. Comme l’explique M. LABORDA, l’économie souterraine se mesure indirectement de différentes manières. En premier lieu, via la consommation, mais aussi au moyen de l’Enquête de Population Active (EPA) qui recense la population active même « au noir ».

L’EPA est précisément une des autres statistiques impactée par un troisième changement qui va influer sur la mesure du PIB. Un des travaux statistiques les plus importants s’est terminé au mois de décembre 2012 : le recensement de la population. Ce nouveau recensement, effectué tous les dix ans, doit être mis en relation avec les calculs de PIB et de l’Enquête de Population Active. L’introduction de cette nouvelle donne a toujours un fort impact sur ces statistiques, puisque les mouvements de population en Espagne, et spécialement durant la période 2001-2011, ont été importants avec une augmentation de la population de presque 6 millions de personnes.

Malgré tout, le directeur de l’Institut National de la Statistique lui-même, Gregorio Izquierdo, dans une déclaration à « Cinco Dias » a assuré que l’impact dû à ces nouvelles statistiques de population sera limité. Comme la population peut s’avérer supérieure à celle estimée jusqu’à présent, cela peut avoir un effet sur le taux de chômage (Chômeurs/Population active).

Il y aura un autre changement dans la comptabilité nationale, mineur mais intéressant : la fabrication d’armement sera prise en compte. Jusqu’à aujourd’hui, on considérait que la capacité destructrice de ces engins venait diminuer l’activité économique, mais, compte-tenu du fait qu’ils ne sont pas utilisés sur le continent européen, on a décidé de les faire basculer dans la partie comptabilisée de l’économie.

Belén Carreño, EL DIARIO, le 20 janvier 2014.


Pour rire, voici les documents officiels de l’Insee suédois…

Télécharger ici (Source originale)

Télécharger ici (Source originale)

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

39 réactions et commentaires

  • casper // 27.02.2014 à 05h50

    C’est encore bien mollasson, une petite mesurette.

    Ce qu’il faut, c’est interdire toute forme de service gratuit, pour que les transactions commerciales que ça provoquera en compensation fassent gonfler le PIB.

    La grand mère qui garde les enfants un weekend? Amende! Le passant qui vous donne l’heure? Amende! Un rapport sexuel non tarifé? Amende! Le type qui taille sa haie lui même sans faire appel a un professionnel? En prison!

    T’vas voir, j’va te le faire croître moi, l’ PIB!

      +0

    Alerter
    • WhereIsMyMind // 27.02.2014 à 09h41

      Fictivement, il me semble qu’ils font déjà ça pour une série de “service”. On a un revenu fictif attribué pour l’entretient de son jardin, ou pour la détention d’une maison… Le PIB ne veut de toute façon pas dire grand chose. Laissons les se ridiculiser un peu plus.

        +0

      Alerter
      • G L // 27.02.2014 à 18h50

        Il reste beaucoup d’autres améliorations à apporter au calcul du PIB !

        Qu’on fasse entrer dans le PIB le fait d’habiter une maison dont on est propriétaire et qui est construite et payée depuis longtemps mais pas l’utilisation d’une auto elle aussi fabriquée depuis des années montre qu’il reste beaucoup à faire pour améliorer le calcul du PIB (idem pour l’électro-ménager, les meubles ou les œuvres d’art et j’en passe.)

        Les “objets connectés” vont permettre d’importantes améliorations dans ce domaine!

        Il devient par exemple possible de prendre en compte nos déplacements dans les rues, sur les routes et chemins.

        Au cas où vous pensez que ça relève de la science-fiction : la taxe poids lourds (écotaxe) impose à tous les poids lourds circulant sur le réseau routier national et départemental d’être équipés d’un boîtier équipé d’un traceur GPS et d’un émetteur radio. Les portiques servent à vérifier la présence du boitier, leur coût inclut le réseau et le traitement informatique nécessaire.

          +0

        Alerter
    • Amsterdammer // 28.02.2014 à 15h05

      En fait, par votre boutade, vous dévoilez pleinement le processus de marchandification de nos vies à l’oeuvre depuis l’émergence du capitalisme.

      C’est bien cela, la logique ultime du processus : la disparition pure et simple des rapports humains non-marchands. Et en fait donc, l’abolition de notre humanité au profit de la figure sociopathe de l’homo economicus cher aux jducac de ce monde.

        +0

      Alerter
      • Ilmryn // 03.03.2014 à 15h08

        Amsterdammer: “En fait, par votre boutade, vous dévoilez pleinement le processus de marchandification de nos vies à l’oeuvre depuis l’émergence du capitalisme. ”

        C’est un gag pour une caméra cachée ou ça existe encore des gens qui racontent ces fadaises ?

          +0

        Alerter
  • jmeransaigne // 27.02.2014 à 06h02

    ben dis donc, y z’ont jamais fini…
    Le n’importe quoi prend de l’ampleur….
    ça va exploser.
    Si ce n’était si désolant, je me bidonnerais pendant les trois prochaines semaines. Malheureusement, c’est encore un signe de l’incapacité notoire de la commission européenne!et au fait, il y a des chiffres concernant les péripatéticiennes employées à Strabourg et Bruxelles?parce que bon, faudrait que ça rentre dans les stats et pis, au fait, pour la drogue, y a des chiffres aussi?
    Parce que bon, vu les lois qu’ils nous pondent, je suis en droit de me demander s’ils le font sous l’emprise de stupéfiants ou non.
    Alors comme ça, on inclu dans le pib un chiffre, comme ça!!un chiffre imprécis, statistique.
    Ben moi mes stats concernant ces guignols c’est que ils poussent le bouchon trop loin et que action-réaction.
    Il est urgent de liquider la commission européenne parce qu’elle représente un vrai danger.Il ne faut pas laisser des fous aux commandes, c’est bien trop risqué.Bientôt, il inclueront dans le pib les 30 balles que vous donnez à votre gosse pour son anniversaire……ou le nonos que vous offrez à votre chien…..

      +0

    Alerter
    • yvan // 27.02.2014 à 17h25

      Ces “méthodes” comptables viennent des US. Pour info…

        +0

      Alerter
  • Fabrice // 27.02.2014 à 06h48

    J’avais lu cette information et en plus d’être choquant c’est que mécaniquement les pays les plus touchés par cette économie se verraient pénalisés dans le calcul de leur participation au budget européen qui mécaniquement augmente, alors qu’ils n’ont pas vraiment besoin de cette dépense supplémentaire :

    http://www.europe1.fr/Economie/Drogue-et-prostitution-integrees-dans-le-PIB-1800835/

    donc pas si “gagnant” que cela au final

      +0

    Alerter
  • ben // 27.02.2014 à 07h50

    la grèce va voir son soi disant pib exploser alors

    http://www.zerohedge.com/news/2013-05-22/greek-prostitution-soars-150-youth-unempoyment-hits-75-some-areas

    l’espagne doit suivre de près , l’italie et la france aussi

    triste monde

    les trimestres qui approchent seront hot…à tous points de vue ….

    http://www.marketoracle.co.uk/Article44572.html

    http://www.thedailybell.com/exclusive-interviews/29044/Anthony-Wile-Larry-Parks-Everything-You-Ever-Wanted-to-Know-About-Money-Metals/

    et je ne parle pas de l’ukraine , de la turquie , du japon , du vénezuela , etc………

    appliquez sans délai le fameux carpe diem

      +0

    Alerter
  • Ardéchoix // 27.02.2014 à 09h36

    Avant d’intégrer le ca de la cocaïne dans le pib , ne serait-il pas plus judicieux de voir le rôle que joue celle-ci dans le monde économique et politique ?
    Un contrôle anti drogue dans le monde des tradeurs avait été abordé dans une vidéo mise en ligne sur votre blog, avec de mémoire Delamarche , Bechade et vous-même.

      +0

    Alerter
  • Contemplateur // 27.02.2014 à 10h37

    Il sera quand même intéressant de voir les statistiques officielles publier le chiffre estimé du trafic de drogue. Ça fera peut-être prendre conscience aux gens qu’une bonne partie de ce commerce a “l’élite” comme consommatrice (de cocaïne et autres produit à haute valeur ajoutée). Et que parallèlement, l’illégalité du cannabis permet aux grand dealers de se faire les sommes astronomiques qui leur permettent de créer et armer de véritables mafia modernes, les mettant à l’abri des forces de l’ordre.
    Mais bon, l’UE anticipera sûrement les changements de mentalité et créera un marché ou les grands groupes pharmaceutiques auront tout à gagner… et le traitement des addicts n’avancera pas.

      +0

    Alerter
  • amorgos // 27.02.2014 à 11h06

    Pour Olivier Berruyer :

    Allez-vous dénoncer cette imposture et mesure européenne lors de votre prochain passage sur BFM , et le faire haut et fort ???

    Je ne comprendrais pas un silence de votre part à ce sujet.

    Merci pour vos analyses

      +0

    Alerter
  • JoeLeTaxi // 27.02.2014 à 11h07

    Supposons qu’un tueur professionnel tue quelqu’un pour un prix du contrat de mille euros. Faut-il comptabiliser ces mille euros dans le PIB ?

    Mettons que deux jeunes braquent une pharmacie. Faut-il comptabiliser le produit du vol dans le PIB ?

    Enfin, je vois bien l’utilité de la mesure. Ça diminue le ratio dette-PIB. Sans doute n’a-t-on pas pu trouver autre chose.

      +0

    Alerter
    • Arnould // 27.02.2014 à 11h33

      Vous êtes pris en flagrant délit de lecture en diagonale: pour être comptabilisée, deux parties doivent être d’accord sur la transaction. Concernant le tueur à gage, puisque l’assassiné n’est pas une des parties du contrat, c’est à discuter, mais concernant le braquage à la pharmacie, c’est non.

        +0

      Alerter
      • draxredd // 27.02.2014 à 11h55

        Oui mais si j’emploie deux jeunes pour cambrioler des pharmacies, là ça compte !

        C’est beau l’esprit d’entreprise. Quoi que dans le cas du tueur a gage, il s’agisse dans l’exemple d’un auto-entrepreneur.

        Il faudrait pouvoir payer dealers avec des tickets resto et les prostitué(e)s avec des cheques emploi-service, ça c’est un choc de simplification.

          +0

        Alerter
  • jmeransaigne // 27.02.2014 à 11h29

    Quand on fait n’importe quoi, le résultat est toujours n’importe quoi…..
    La finance peut tout, elle est dieu, elle peut m^me comptabiliser ce qu’elle ignore, ce qu’elle suppose…
    La finance va bientôt imposer les fourmis pour les miettes de pain ramenées à la fourmilière, la finance comptabilisera bientôt aux escargots les laitues savourées, les radis aux limaces, les feuilles des arbres aux chevreuils, et l’eau que tous ces animaux boivent.
    La finance est une folle dangereuse, une hystérique, une malade parano er narcissique.
    La finance est ce qu’il y a de plus grotesque sur notre planète et les financiers, les cas sos de l’humanité.L’UE, les USA, en sont les prostituées régulières.

      +0

    Alerter
  • Podj // 27.02.2014 à 11h42

    En prenant les dealers et les prostitués, on devrait également arriver à faire augmenter le nombre de création d’emploi et baisser le taux global de chômage non?

      +0

    Alerter
    • jmeransaigne // 27.02.2014 à 12h41

      mais oui bien sûr!!!mais ce seront des travailleurs détachés parce qu’ils ne bénéficient ni de la sécu ni des indemnités chômage.Il faut proffessionaliser les dealer et les prostituées, moi, je veux bien former les prostituées!qui s’occupe des dealers?
      Bon, c’est pour la compétitivité que j’ai un souci et je parle pas de la productivité, hein, faut garder les machines humaines en bonne santé!!!pour le pib!le produit intérieur bancal.

        +0

      Alerter
  • Casquette // 27.02.2014 à 12h39

    Leur nouvelle methode de calcul place les flics dans une situation schizophrénique , un coup ils seront consultés pour évaluer l’apport du commerce illégal dans l’augmentation de la richesse du pays , un coup ils devront continuer leur metier dont l’objectif est quand même de réduire la nuisance que provoque ce même commerce dans la société !
    Alfred Jarry aurait adoré notre époque.

    ps: je pensais que la prostitution était légale en Espagne ?

      +0

    Alerter
    • Deres // 05.03.2014 à 16h55

      Le ton de l’article est clair : il vont faire semblant de faire une estimation mais le montant de 1% est déjà choisi …

        +0

      Alerter
  • Victor // 27.02.2014 à 14h28

    Les Etats européens ne doivent plus se financer sur le marché privé et payer des intérêts, et l'”orage menace” devant le niveau actuel de la dette mondiale, estime l’ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard, dans une interview jeudi à l’Opinion.

    “Il faut financer les Etats sans leur faire payer d’intérêts (…) Il ne faut plus que les Etats, en Europe, se financent sur le marché privé”, souligne M. Rocard.

    “Depuis la fin des Trente Glorieuses, fait-il valoir, notre dette s’élèverait, dans ce scénario, à 20% du PIB au lieu de 90%”.

    “J’admets que ce serait une violation absolue du consensus monétariste sous l’égide duquel on est gouverné”, poursuit l’ancien Premier ministre.

    “Mais il est temps, d’une part, de se rappeler que la croissance américaine et britannique est entièrement financée par la planche à billets; d’autre part, que la dette mondiale est actuellement trois fois supérieure au PIB mondial”, relève-t-il.

    Selon lui, “l’orage menace. Il faut sortir de cet étau. C’est vital (…) Je demande à tous les grands penseurs de sciences économiques de me dire si mon idée n’est pas tenable”.

    “La Banque centrale européenne n’a pas le droit de se comporter comme elle le fait aujourd’hui. Il est vital que nous dépassions nos conformismes intellectuels, compte tenu du fait que les +savants+ n’ont rien vu venir et que la mise en place d’un autre système ne peut être, bien entendu, que progressive. Ni, cela va de soi, se limiter à la seule France”, développe encore l’ancien Premier ministre.

    “Le pouvoir, en France comme en Europe, doit se moquer des médias, enseigner à tous les logiques de l’économie, griller la quotidienneté et accepter l’évidence que, les menaces dépassant en gravité et en nature tout ce qu’on a connu jusqu’ici, les réponses doivent être à la hauteur”, analyse-t-il aussi.

    Et de conclure: “il nous faut, pour cela, d’abord une pensée à dix ans, ensuite une explication à dix ans. Et, avec cela, un peu de courage”.

    Copyright © 2013 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

      +0

    Alerter
    • Un naïf // 27.02.2014 à 18h00

      Comme quoi le bourrage de crâne, ça marche !!
      Si les médias passaient 5 minutes de Sapir (par exemple) tous les jours au 20H,
      les résultats seraient-ils les mêmes ?

        +0

      Alerter
  • Baranton // 27.02.2014 à 15h52

    Merci pour cette nouvelle inattendue.
    C’est épatant, si les prises d’otage pour lesquelles nos entreprises privées ou publiques payent de grosses rançons aboutissant à des libérations et se révélant ainsi positives pour les deux parties, sont prises en compte, cela va monter notre PIB plus que ceux des voisins.
    Si on s’entend avec les preneurs d’otage pour multiplier les actions, finie la croissance molle, a nous les sommets.
    Je trouve que la corruption qui là encore bénéficie au corrompu et au corrupteur doit aussi participer à la dynamique du pays. Je sens que la confiance dans les élites va faire un pas de géant.
    Merci encore Olivier de dénicher de telles perles, mais je ne savais déjà pas trop quoi faire aux élections européennes à venir et là je suis perplexe, je ne peux pas donner ma voix à de tels ramollis du bulbe….

      +0

    Alerter
    • jleransaigne // 27.02.2014 à 19h38

      à Baranton,
      Bonjour,
      Allez sur le net, P Larroutourou est co-fondateur d’un tout parti né en novembre 2013.Nouvelle Donne.Il est allé plusieurs fois à l’Elysée, a été reçu, mais aucun officiel n’a jugé ses propositions de manière objective, intelligente.En haut, ils sont trop confinés intellectuellement à leurs vieux partis axphyxiés et n’ont pas suffisament d’ouverture pour comprendre qu’un changement s’impose;
      l’UMP, le PS, etc, c’est fini, enterré, ils ont montré qu’ils étaient incapables d’innover, de se coller à notre époque.Ils sont dépassés.Heureusement, il y a de la relève, mais différente, moins éloignée de la population.Moins arrogante, moins ostentatoire,moins paillettes, plus simple, plus compréhensible.

        +0

      Alerter
      • Baranton // 27.02.2014 à 20h39

        @jmeransaigne
        Je suis ce blog régulièrement et connais donc les propositions de P. Larroutourou, mais une liste de candidats se réclamant de cette mouvance ou d’autres de même sensibilité sont elles attendues ou ne reste il comme “euro-sceptiques” que les classiques populistes ou très marquées idéologiquement?

          +0

        Alerter
        • jmeransaigne // 28.02.2014 à 09h08

          bonjour Baranton,
          Pour répondre à votre question, oui, une liste sera présentée aux européennes.Pour ma part, je refuse d’employer le terme “populiste”, qui est employé par trop de personnes avec une connotation presque péjorative et je préfère mouvement populaire.Je refuse de cautionner ce nouveau langage propre aux états.Si mouvement populaire il y a c’est parce que le peuple a été trahit par l’état, le peuple ne se jette pas sur l’état sans raison..

            +0

          Alerter
  • jmeransaigne // 27.02.2014 à 17h27

    encore un sondage sur un peu plus de 1000 personnes, pour moi, ça ne veut rien dire.
    Faisons un référendum et voyons ceque pensent réeellement les français de l’Euro……et de l’UE!

      +0

    Alerter
  • Laurent // 27.02.2014 à 17h42

    La première idiotie est d’avoir inventer le ratio dette publique / PIB.
    Le ratio dette publique / prélèvement public, là oui c’est logique.
    C’est combien on doit / combien on gagne.

    Alors après ça compter les trafiquants de drogues ou pas, qu’importe. Puisque certains sont partis sur une idiotie autant aller jusqu’au bout.

      +0

    Alerter
    • nono // 27.02.2014 à 19h35

      Et oui… Parler encore de PIB face aux dépenses, c’est n’avoir pas tout saisi. Les recettes, voilà ce qu’on trouve face aux dépenses. Mais bon, faisons mine de l’ignorer, cela risquerait d’attirer un peu plus l’attention sur ce qui ne rentre pas, les impôts de ceux qui gagnent trop pour en payer. Too big to pay.

        +0

      Alerter
    • Raphaël Deschamps // 27.02.2014 à 20h56

      Un ratio Stock/flux n’a pas vraiment de sens.

      D’ailleurs le ratio déficit/pib est vraiment un instrument très très mauvais, bien pire que le ratio dette/pib.

      Un ratio intéressant serait le ratio solde primaire/déficit, ce qui permettrait de voir à quel point le service de la dette aggrave le déficit.

      L’idée derrière le ratio dette/pib est de mesurer à quel point la dette est importante par rapport la richesse du pays. Un ratio intéressant serait (Déficit par habitant) / (Revenu Net moyen). Ça aurait le mérite de voir s’il est facile de revenir à l’équilibre par l’impôt.
      Mieux encore, le ratio (Déficit/hab en USD constants) / (Revenu net moyen après impôt en USD constants). Ce ratio permettrait d’engager une réforme fiscale plus sereinement…

        +0

      Alerter
  • Raphaël Deschamps // 27.02.2014 à 21h17

    Bon en fait j’ai dis une connerie, car la devise n’importe pas, vu que c’est un ratio.

    L’idée serait de calculer ce qu’il y a à payer, donc le déficit par personne en activité, par rapport à ce que la population active gagne en Net. Pourquoi la population active ? Parce que c’est elle qui génère le revenu national d’un pays.

    Par exemple, si la population active gagne en moyenne 1600 euros net et que le déficit par actif s’élève à 400 euros net, ça veut dire qu’il faut encore prélever 400 euros à ce revenu moyen. L’inconvénient d’un tel ratio est qu’il ne prend pas en compte les profits des entreprises, qui eux aussi représentent une source potentielle de revenu par l’état.

    Bon, à méditer, ça va de soi ^^

      +0

    Alerter
  • Patrick Luder // 28.02.2014 à 07h34

    Si on commence à reconnaître et à taxer les activités illégales … l’argent n’a pas d’odeur, n’est-ce pas ? => En tous cas pour ceux qui ne vivent que pour lui !

      +0

    Alerter
  • Onubre Einz // 28.02.2014 à 15h29

    Personne n’a noté qu’en inventant le client prostituteur, la France de Mr Hollande a pris le risque de minorer le PIB de la France en tarissant la clientèle des prestataires de services sexuels.

      +0

    Alerter
  • Nanker // 01.03.2014 à 13h55

    Prochaine étape : la mise sur pied d’une taxe Tobin améliorée cad étendue à toutes les transactions humaines (mais pas les financières) : argent de poche, étrennes, prêts entre particuliers. Et naturellement le produit d’une telle taxe serait affectée au… renflouement des banques!

    Dis Mosco vu que j’ai une mentalité bien pourrie et bien corrompue tu veux pas m’embaucher à Bercy? j’y ferais des merveiiles si si!

      +0

    Alerter
  • kasusbelli // 01.03.2014 à 17h30

    Avec DSK et Doc Gyneco, le France est sauvée !

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications