Celui là, il est vraiment, vraiment magnifique ! D’anthologie.

Car bien évidemment, dans tous les pays, les médias servent en général toujours la propagande de leur gouvernement, à Moscou, Paris et New York…

Donc RT sert évidemment souvent la propagande russe (d’ailleurs avec moins de talent que nos médias, mais il faut leur pardonner, ça fait 70 ans que les nôtres la pratiquent), mais il est à mourir de rire de voir la malhonnêteté intellectuelle de Libé ici, tentant de répondre aux attaques sur sa propagande…

Source : Libération, 08-04-2016

Russia Today : allo Paris, ici Moscou Illustration Laurent Blachier

Russia Today : allo Paris, ici Moscou Illustration Laurent Blachier

Par Dominique Albertini et Jérôme Lefilliâtre

Porte-voix du Kremlin à l’étranger et très proche de l’extrême droite, RT existe déjà dans l’Hexagone sous la forme d’un site internet. Le média projette de lancer une version française de la chaîne télé.

L’article, daté du 7 mars, est couronné d’un titre superbe : «L’art consommé de la propagande ou comment accuser Poutine de tous les maux de l’Europe».

Mais quel esprit non malade pourrait bien penser ça en effet !!!

russie-poutine-5

Rebondissant sur une information d’un média allemand,

c’est juste le France 24 allemand, donc l’image de l’Allemagne à l’étranger… Mais ne précisons pas.

selon laquelle Berlin s’inquiète de la «propagande» orchestrée par Moscou, «l’analyse» n’est pas signée.

Je cite le France 24 allemand :

Mais elle ne fait pas dans la dentelle pour défendre le maître du Kremlin : «Ce ne serait pas surprenant si, dans quelques décennies, des documents d’Etat montraient qu’accuser Vladimir Poutine de tous les maux est en fait une politique officielle de notre époque. La Russie semble être devenue le bouc émissaire pour toutes les difficultés contemporaines rencontrées par l’Occident.» Suit un long plaidoyer censé démontrer l’acharnement de l’Union européenne contre la Russie.

Quels paranos ces Russes…

russie-poutine-5

ukraine-poutine

russie-poutine-5

Ainsi va la vie journalistique sur le site d’information Français.rt.com, rameau hexagonal de la chaîne internationale Russia Today, propriété de l’État russe et équivalent de France 24 ou de la BBC – l’indépendance en moins. Lancé en 2015, RT compte à Paris une douzaine de salariés produisant des contenus originaux, en plus de ceux fournis et traduits par Moscou. Ce qui lui permet de publier chaque jour plusieurs dizaines d’articles, le plus souvent non signés,

En France, au moins, c’est signé. C’est presque toujours Madame AFP qui écrit dans Libé (et ailleurs).

dans le but de «donner la vision de la Russie». C’est par cette formule que le président de RT France, Irakly Gachechiladze, avait présenté son média en octobre au marché international de l’audiovisuel de Cannes (contacté à plusieurs reprises, RT n’a pas souhaité répondre à Libération).

On se demande pourquoi…

Le moins que l’on puisse dire est qu’il tient la ligne de la diplomatie russe, avec des papiers toujours défavorables aux Etats-Unis, à la Turquie et à l’Ukraine, mais vantant sans nuance les mérites des régimes syrien et iranien.

Au moins chez nous, on n’a jamais de papier défavorables à la Russie, à l’Iran et à la Syrie, hein… Et de vraies analyses critiques sur les États-Unis et l’Ukraine…

Monde apocalyptique.

Ce bourrage de crâne intensif ne fait même pas semblant de chercher l’équilibre des points de vue. Y compris lorsque l’on touche au pire : après la condamnation, le 24 mars, pour «génocide» de Radovan Karadzic, RT publie un article au titre éloquent : «Cela serait à hurler de rire si ce n’était pas si macabre.» L’auteur est un géopolitologue du nom de John Laughland, récemment apparu dans une conférence de presse aux côtés d’un eurodéputé FN.

Pratique, ça évite de discuter du fond du sujet !

Visiblement en phase avec l’alliance historique nouée par Moscou et Belgrade, il tente une improbable réhabilitation de l’ancien chef politique des Serbes de Bosnie : «En voulant préserver à tout prix la condamnation sensationnaliste pour génocide, […] les juges n’ont […] prêté aucune attention aux centaines de témoins à décharge ni aux arguments de la défense prouvant que Karadzic avait essayé d’éviter le pire.» C’est bien connu, le célèbre «boucher des Balkans» a essayé d’éviter le pire.

Pratique, ça évite de discuter du fond du sujet !

C’est très intéressant. Personnellement, vu le traitement des médias en général, je me garde bien d’avoir des avis tranchés sur ce genre de sujets que je n’ai pas creusés. Je ne sais pas si Laughland est un clown sinistre ou un type sérieux. Mais je sais que dans l’article de RT, on apprend :

“Comme j’avais moi-même été le dernier journaliste occidental à rendre visite à Milosevic dans sa cellule, j’en savais quelques chose.”

“En réalité, le procès avait produit bien de surprises. De nombreux témoignages avaient disculpé l’ancien président, y compris de la part de témoins à charge dont certains ont accusé l’Accusation de torture. Les juges se sont déshonorés en faisant taire l’accusé à chaque fois qu’il démontrait les mensonges de ses accusateurs.”

“L’Accusation a même été contrainte d’abandonner, au milieu du procès, son affirmation centrale, à savoir que Milosevic aurait cherché à créer une Grande Serbie. Comme j’avais moi-même été le dernier journaliste occidental à rendre visite à Milosevic dans sa cellule, j’en savais quelques chose. J’étais tellement dégoûté par la légèreté et la malhonnêteté des reportages médiatiques que j’ai rédigé un livre sur le procès fleuve dont le titre résume bien l’argument: “La parodie””

ce qui donne un point de vue un peu différent, non ? Qui aurait mérité une vraie enquête journalistique.

Mais pas la peine, le journaliste de Libé il SAIT sans enquêter.

La «vision de la Russie» portée par RT ne se cantonne pas à la politique étrangère. Le site traite aussi de l’actualité française avec un biais politique à peine dissimulé.

AUCUN BIAIS politique chez nous – juste la Vérité

melenchon-poutine

Obsédé par les sujets liés à l’islam et aux migrants,

Sérieusement ?
une-liberation

dont il se détourne seulement pour tancer le mariage gay et défendre un protectionnisme autant identitaire qu’économique (on caricature à peine),

Eux défendent le contraire. Mais n’est-ce pas le principe de la politique ?

le média fait la peinture d’un monde apocalyptique où règnent le désordre et la fureur.

Quel délire ! Alors que tout va bien à St Germain des Prés, hein…

Et donne la parole à la droite dure ou extrême, nouvelle fan et coqueluche de Moscou (voir ci-contre). Forcément, elle accourt. Sur RT, les responsables du FN sont interrogés à propos de tout et n’importe quoi, et les moindres faits et gestes de Marine Le Pen sont relatés.

Oser faire ça à propos du 1er parti français, quel scandale démocratique !

Entre décembre et mars, le souverainiste Philippe de Villiers a aussi eu le droit à trois entretiens, dans lesquels il a pu donner libre cours à sa haine de «la religion du sans-frontiérisme et du multiculturalisme» et d’un monde transformé «en un marché planétaire de masses où le citoyen devient un simple consommateur asexué, apatride, désinstitué, nomade, déraciné». De même, les parlementaires prorusses des Républicains (LR), comme Thierry Mariani, l’un des plus fervents soutiens de Moscou en France, sont accueillis à bras ouverts.

Dans un autre genre, pendant la COP 21, RT a donné un micro à Philippe Verdier, ex-Monsieur météo de France 2, viré de la chaîne après la publication d’un livre climatosceptique, pour commenter l’événement dans une série d’éditos. Le site a constitué une équipe de chroniqueurs nettement positionnés sur l’échiquier de la pensée : Bernard Lugan, un historien africaniste proche de l’Action française ; Michel Collon, un ancien militant communiste belge désormais aux commandes d’«Investig’Action», un site qui pourfend «les médiamensonges et les manipulations» ; Jacques Sapir, économiste souverainiste, pro-russe et anti-euro, ayant récemment souhaité la constitution d’un «front de libération nationale» comprenant notamment le FN avant de nuancer sa position ;

ce qui est hautement mensonger, mais on en a déjà parlé ici

ou encore Yves de Kerdrel, le directeur de Valeurs actuelles, l’hebdo ultra-droitier. «Ils ont dû voir dans mes papiers que j’étais plutôt prorusse, raconte ce dernier. Ils cherchent des gens qui prennent leur parti. Ils ont une vraie vision du monde, comme les Allemands au temps de Bismarck. Pour eux, seules survivront les civilisations qui ont une histoire.» Ici, le journalisme s’embarrasse moins de l’objectivité que du combat d’idées. Ainsi RT est-il devenu l’un des médias préférés de la «fachosphère».

Bref, des salauds qui sont pour la liberté d’expression en fait…

«Rumeurs».

«Je ne sais pas si on peut parler de propagande, mais c’est au moins du soft power», observe un ex-rédacteur du site qui n’a pas voulu renouveler son CDD à RT et souhaite rester anonyme. Comme lui, quatre journalistes embauchés l’an dernier ont quitté le navire depuis, effarés par la ligne éditoriale. «Ce n’était pas possible au niveau de l’éthique journalistique, raconte un autre. Pas seulement parce que c’est partial, mais aussi parce qu’ils reprennent des rumeurs, des fausses infos et font des articles à base de tweets. J’ai l’impression d’y avoir vécu le pire des journalismes.» Une déception. «Au départ, l’idée présentée était de donner la parole à des gens qu’on voyait peu dans les médias, y compris à gauche, poursuit le premier. Mais il y a eu une reprise en main au mois d’octobre, et à partir de là on a nous poussés à interviewer des gens d’extrême droite. Pour autant, la ligne pro-FN n’est pas revendiquée clairement en interne. C’est plus insidieux.»

Les partants ont été remplacés, et pour éviter les malentendus, les petits nouveaux ont été sélectionnés sur affinités. Un certain Jonathan Moadab, juif «altersioniste» revendiqué et ex-animateur du site complotiste le Cercle des volontaires, a été recruté.

T’ain, ces fourbes chez RT, ils embauchent même des juifs maintenant !!!

C’est moi ou ça pue un peu les années 30 ce genre de remarques ?

Sollicité, il a refusé de répondre à nos questions. A RT, il court les manifs, les conférences de presse et les faits divers pour filmer ce qui s’y passe. «La vidéo est la nouvelle politique de la maison, explique un ancien du site. Ils veulent des images chocs pour faire monter l’audience.» Depuis quelques semaines, on peut apercevoir les caméras de RT à tous les événements parisiens, qu’il s’agisse de la Nuit debout, des mouvements lycéens, d’un énième procès d’Alain Soral ou d’une conférence de presse de Jean-Marie Le Pen. Les images alimentent les comptes du média sur les réseaux sociaux, YouTube (23 000 abonnés) ou Periscope (35 000 abonnés). Au magazine Challenges, Irakly Gachechiladze vient de confier qu’il souhaitait mettre en ligne chaque jour «cinq ou dix» vidéos tournées par RT en France pour porter l’audience de 50 000 à 60 000 visiteurs uniques par jour à 150 000 d’ici à la fin de l’année.

Le budget de RT n’est pas énorme : un petit million d’euros seulement. Pas de quoi produire un média de réelle influence. Mais le groupe audiovisuel russe ne veut pas en rester là. Sa grande ambition, annoncée à l’automne, est de créer une vraie chaîne télévisée en France, comme il l’a fait déjà dans d’autres pays, au Royaume-Uni par exemple. Avec un budget de 20 millions d’euros pour 300 salariés, selon Challenges. Elle devait voir le jour en 2016, mais sa création a été repoussée «à cause de la chute du rouble, qui aurait fait s’envoler les coûts», indique une source proche.

«Comité d’éthique».

Le projet est très sérieux. RT a d’ailleurs signé en septembre une convention avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), préalable nécessaire à toute autorisation de diffusion. L’article 2-3-7 du texte lui impose «l’obligation déontologique» de «veiller à ce que les émissions d’information politique et générale soient réalisées dans des conditions qui garantissent l’indépendance de l’information, notamment à l’égard de ses actionnaires.»

Comme on le voit tous les jours à Canal Plus ou au Figaro…

bollore

A observer les prouesses journalistiques actuelles de RT, on voit mal comment le CSA pourrait laisser la chaîne russe se créer sans rien dire. Peut-être l’autorité préférera-t-elle s’en remettre au «comité d’éthique» interne que la convention impose de mettre en place. Le média s’est respectueusement acquitté de l’obligation avec l’instauration d’un comité d’une indépendance incontestable. Celui-ci est en effet composé de l’historienne et académicienne Hélène Carrère d’Encausse, plutôt bienveillante à l’égard de Poutine, mais aussi de deux figures bien connues de la maison : Jacques Sapir et Thierry Mariani. Marine Le Pen n’était pas disponible ?

1 article sur RT, 3 fois “Le Pen” cité, dont le dernier mot – mission accomplie !

russie-poutine-5

Naon, je plaisante…

Dominique Albertini, Jérôme Lefilliâtre

Source : Libération, 08-04-2016

======================================================

Tiens, et au fait, ils disaient quoi les articles de RT – vu que Libé a omis de mettre un hyperlien vers les articles qu’ils commentaient… :

L’art consommé de la propagande ou comment accuser Poutine de tous les maux de l’Europe

Le gouvernement allemand a demandé à ses services de renseignement de déterminer si la Russie menait une campagne de propagande en Allemagne – une tentative de plus de présenter Poutine comme le croquemitaine de l’Europe. La rédaction de RT analyse.

Comme les informations quant à une prétendue désinformation menée par la Russie sont vagues et que Berlin n’indique pas leur provenance, on ne sait pas exactement ce qu’ils espèrent de découvrir. Le renseignement allemand aurait-il inventé un test décisif permettant de classer un point de vue discordant comme comme «propagande», ou va-t-il le faire au fur et à mesure de son enquête ?

Deutsche Welle, la chaîne d’information internationale allemande (financée avec de l’argent public, tout comme RT, afin de représenter le point de vue allemand, mais qui ne serait jamais qualifié de «propagande» par les médias occidentaux) affirme que les experts du gouvernement allemand s’inquiètent du fait que Moscou aurait préparé «une propagande systématique qui rappelle les méthodes du KGB de l’époque de la Guerre froide». L’ironie est que RT a été fondée comme un service d’information, précisément parce que la Russie, grâce à son passé soviétique, a très bien compris que la propagande n’était pas un bon moyen de faire entendre sa voix.

Qui veut se vautrer dans son canapé et regarder des informations, toutes passionnantes puissent-elles être, sur, sur la récolte de céréales à Stavropol ? Ou sur la polémique sur l’amitié entre la Russie et Cuba – sauf, peut-être, si le Buena Vista Social Club y figure ?

Et pourtant, cela n’empêche pas les services de sécurité allemands de tirer la sonnette d’alarme, vraisemblablement pour la simple raison que la radiodiffusion russe en langue étrangère existe.

Car, voyez-vous, comme le reconnaissent les médias allemands, les choses ne vont pas très bien en Allemagne et en Europe en général ces derniers temps et le coupable ne peut être plus évident à trouver : la Russie.

Ce ne serait pas surprenant si, dans quelques décennies, des documents d’Etat montraient qu’«accuser Vladimir Poutine de tout les maux» est en fait une politique officielle de notre époque.

La Russie semble être devenue le bouc émissaire pour toutes les difficultés contemporaines rencontrées par l’Occident. La seule chose qui les sauve est, qu’au moins, ils sont cohérents, ils ne pointent jamais du doigt quelqu’un d’autre. Surtout pas eux-mêmes.

Ainsi, qu’a encore fabriqué la Russie ?

Récemment, les médias allemands ont accusé Moscou de tenter de détruire l’Union européenne vial’afflux de réfugiés syriens. Apparemment, la Russie «utilise les migrants à des fins militaires» pour déstabiliser l’institution. Et cela malgré le fait que plus d’un million de migrants sont arrivés en Europe au cours de l’été dernier avant que la Russie n’intervienne militairement en Syrie. En fait, la Russie est arrivée tardivement dans le bourbier du Moyen-Orient.

Moscou n’est intervenu que l’automne dernier et à la demande du gouvernement de Damas. Alors que de leur côté, l’Amérique et un certain nombre de ses amis de l’OTAN se sont largement immiscés dans les affaires de la région depuis 2003.

En 2015, l’espace Schengen s’est fissuré et les gouvernements à travers l’Europe ont commencé à résister aux sollicitations de Berlin pour accueillir des migrants. Certes, la Hongrie et la Slovaquie, quirésistaient le plus aux appels d’Angela Merkel, ont d’assez bonnes relations avec Moscou. Mais seul l’eurocrate le plus bercé d’illusions pourrait imaginer que la Grande-Bretagne, la Pologne et la Lettonie, tous les trois fanatiquement hostiles au Kremlin, étaient d’une certaine façon influencée par Poutine dans leur refus d’obéir.

De peur que vous ne l’oubliiez, rappelons que la Russie est également accusée d’avoir mené une «guerre hybride» contre l’Allemagne, censée faire partie d’une grande stratégie visant à détruire l’UE. Car, naturellement, toute mésaventure se déroulant entre Lisbonne et Athènes est causée par l’ingérence russe.

Le vrai problème est à l’intérieur

En réalité, le maire de Londres, Boris Johnson, et le Premier ministre britannique, David Cameron, causent en ce moment plus de tort à l’UE que Poutine ne pourra jamais en faire. Moscou n’a pas influencé le deuxième membre le plus puissant de l’Union dans sa décision d’organiser un référendum sur le Brexit – un mouvement qui pourrait faire plus de dégâts à l’unité de l’Europe que, sans doute, aucun autre défi auquel pourrait faire face le continent. À moins que certains affabulateurs du camp «pro-Bruxelles» croient que Johnson et Cameron suivent les ordres du Kremlin ? Bien sûr, cela n’a pas empêché les lobbyistes pro-UE de d’agiter le spectre de Poutine dans leurs efforts destines voué à maintenir la Grande Bretagne dans l’union.

En outre, ils accusent Moscou de «propagande négative» envers l’UE. Mais la réalité est différente : la presse britannique fustige Bruxelles depuis des décennies. Les journaux de droite britanniques prennent de si ridicules positions sur l’Europe que les médias russes ne peuvent que les lire avec stupéfaction. Rupert Murdoch, propriétaire du Sun&The Times, a exercer des pressions sur les gouvernements du Royaume-Uni pendant quatre décennies, plaidant pour un retrait de l’Union Européenne, comme l’a affirmé l’ancien Premier ministre britannique, John Major.

Témoignant dans le cadre de l’enquête Leveson à Londres, John Major a révélé que juste avant l’élection générale de 1997, Ruppert Murdoch «a précisé qu’il n’appréciait pas mes politiques européennes, qu’il voulait que je les change». L’ex-Premier ministre britannique a poursuivi : «Dans le cas contraire, ses journaux ne soutiendraient pas le gouvernement conservateur. A ce que je me rappelle, il ne faisait aucune mention d’indépendance éditoriale, mais faisait référence à tous ses titres en disant «nous».

Alors que le Brexit et la crise des migrants sont en ce moment des dangers évidents pour Bruxelles, des défis économiques se profilent également. Il est vrai qu’en ce moment, en Russien tout n’est pas parfait non plus, mais les experts occidentaux ont fait en sorte que vous sachiez que «la Russie est tout à fait au bord de l’effondrement, nous le promettons !» D’une manière ou d’une autre, ils ne parviennent pas à remarquer que l’inflation reste en dessous d’1% [en Europe], les puissances européennes comme l’Italie et la France se forcent à retrouver une croissance qui continuer à leur échapper, tandis que les économies endommagées du Portugal et de la Grèce ne montrent aucun signe de reprise.

Paul Krugman, lauréat du prix Nobel d’économie, appelle cela une «stagnation séculaire». Paul Krugman n’est pas russe, d’ailleurs, et n’a jamais travaillé pour les médias russes.

Qui tire les ficelles ?

Une autre accusation fréquente contre la Russie est qu’elle essaie de semer le trouble au sein de l’UE en osant tenir des dialogues différents avec toutes sortes avec de pays différents. Il est difficilement choquant que Moscou puisse ne pas avoir pleine confiance en l’autonomie de la prise des décisions d’une organisation (UE) à laquelle le vice-président des Etats-Unis Joe Biden a reconnu avoir donné des ordres. «L’[Europe] ne voulait pas le faire» [imposer des sanctions à la Russie], jusqu’à ce que l’Amérique la pousse à faire des concessions, a-t-il fièrement déclaré en octobre 2014. Et donc, encore et encore, au lieu de faire face à leurs propres problèmes, certains acteurs de Berlin et Bruxelles préfèrent présenter ces derniers sous l’angle de malfaisants complots russes.

Ainsi, nous avons Stratcom Orient, qui reçoit des millions d’euros de financement de l’UE pour publier une feuille composée en grande partie de «dénonciations» d’activistes sur les réseaux sociaux qui ne fournissent que rarement, s’ils le font, des réfutations factuelles des informations diffusées par RT. Au lieu de cela, ils relatent simplement leur mécontentement sur les points de vue exprimés. Ô pluralisme ! RT, en passant, a une section (Facts vs. Fiction – les faits face à la fiction) pour contrer la désinformation flagrante dont elle est victime, lancée au moins six mois avant le projet Stratcom. Peut-être que pouvons-nous prendre ce projet comme une forme de flatterie très sincère ? Si ce n’est pas sur le fond, au moins sur la forme ?

L’obsession actuelle des médias allemands sur une éventuelle «guerre hybride» mentionnée ci-dessus est également très intéressante. Le terme représente un slogan de l’OTAN, destiné à attiser les craintes et à justifier la poursuite de l’existence de l’organisation militaire. Bien sûr, l’OTAN est avant tout un bras armé de la politique étrangère des Etats-Unis. Le rapprochement entre Berlin et Moscou pourrait bien être le pire cauchemar de Washington. Par conséquent, quelle meilleure façon de protéger les intérêts américains en Allemagne, si ce n’est en diabolisant la Russie et en semant la discorde entre les deux pays ?

Dans le passé, les échelons inférieurs du BND (Service secret allemand chargé de l’«enquête sur la propagande russe») étaient infiltrés par des espions de la CIA. En outre, les hauts responsables de la CIA et du BND coopèrent fréquemment. Il y a eu ensuite les révélations d’Udo Ulfkotte, un ancien journaliste de la Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui prétend qu’en Allemagne, des journalistes reçoivent des pots-de-vin de la part de la CIA et du BND pour écrire des articles de propagande en faveur de l’OTAN. Enfin, l’establishment militaire américain considère depuis longtemps la Russie comme son premier adversaire au plan géopolitique et le président Poutine comme l’ennemi public numéro 1.

Lord Ismay, le premier secrétaire général de l’OTAN, est resté célèbre pour avoir déclaré que le rôle de l’Alliance était de «garder les Russes à l’extérieur, les Américains à l’intérieur et les Allemands sous tutelle». Tous les signes indiquent que la politique actuelle de l’OTAN se concentre sur la poursuite de cet objectif . Peut-on parier que l’establishment allemand accusera Poutine de cela aussi ?

======================================================

Procès Karadzic : ce serait à hurler de rire si ce n’était pas si macabre

Une nouvelle condamnation du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie qui «ne s’attaque nullement aux vraies racines des problèmes ne pourra jamais contribuer à éviter de futures guerres», estime le chercheur John Laughland.

Quand l’ancien président yougoslave, Slobodan Milosevic, est décédé dans la prison du Tribunal pénal international à Scheveningen, près de La Haye, le 11 mars 2006, les médias se sont livrés à une véritable orgie de dénonciation du «bourreau de Balkans». Ils l’ont fait en ne tenant compte d’aucune séance du procès, qui avait pourtant duré quatre ans et qui était en cours quand Milosevic est mort à cause d’une maladie du coeur que les juges ont refusée de faire soigner. Le procès aurait pu ne pas avoir eu lieu, tellement ils ont voulu vite refermer sa parenthèse. Leur méthode consistait à ressortir du placard toutes les vieilles histoires qu’ils avaient apprises au début des années quatre-vingt-dix, quand les guerres yougoslaves ont éclaté, à l’instar de la politique occidentale dictée par les Allemands et les Américains qui se sont concurrencés pour dénoncer les Serbes et pour aider, y compris militairement, les sécessionistes d’abord croates et slovènes, ensuite islamo-bosniaques.

Aucune accusation pour génocide au Kosovo n’a jamais été engagée, alors que celui-ci était le prétexte pour le bombardement illégal de la Yougoslavie par l’Otan en 1999

En réalité, le procès avait produit bien de surprises. De nombreux témoignages avaient disculpé l’ancien président, y compris de la part de témoins à charge dont certains ont accusé l’Accusation de torture. Les juges se sont déshonorés en faisant taire l’accusé à chaque fois qu’il démontrait les mensonges de ses accusateurs. L’Accusation a même été contrainte d’abandonner, au milieu du procès, son affirmation centrale, à savoir que Milosevic aurait cherché à créer une Grande Serbie. Comme j’avais moi-même été le dernier journaliste occidental à rendre visite à Milosevic dans sa cellule, j’en savais quelques chose. J’étais tellement dégoûté par la légèreté et la malhonnêteté des reportages médiatiques que j’ai rédigé un livre sur le procès fleuve dont le titre résume bien l’argument: “La parodie” (Travesty, en anglais).

Depuis la mort de Milosevic, bien des événements juridiques ont eu lieu qui vont dans le sens d’une réévaluation des guerres yougoslaves. Aucune accusation pour genocide au Kosovo n’a jamais été engagée, alors que celui-ci était le prétexte pour le bombardement illégal de la Yougoslavie par l’Otan en 1999. En 2007, après quatorze ans de délibérations, la Cour internationale de justice (la plus haute instance juridique des Nations-Unies, et non pas un tribunal ad hoc concocté pour des raisons politiques par les Américains, comme le TPI) a rendu son jugement dans l’affaire qui opposait la Bosnie-Herzégovine à la Serbie depuis 1993. La Cour a trouvé que la Serbie n’avait joué aucun rôle décisif dans la guerre civile bosniaque et que la très grande majorité des accusations de génocide portées contre les Serbes de Bosnie étaient sans fondement. La Bosnie avait en effet affirmé, dès le début des combats, que les Serbes voulaient exterminer les Musulmans, et que Milosevic et les Serbes de Bosnie ne faisaient que répéter le travail entrepris contre les Juifs par Adolf Hitler. Cette thèse fut aussi avancée par un universitaire américain, Norman Cigar, dans un livre publié avant la prise de la ville de Srebrenica en juillet 1995.

Tous ces développements juridiques restent largement inconnus du grand public, et pour cause. Si hier la salle de presse du TPI était comble pour entendre le verdict des juges dans le procès Karadzic, c’était la première fois depuis le début du procès, en 2009. Tout comme pendant le procès de Milosevic, les journalistes ont fait preuve d’un dédain superbe quant au vrai déroulement de la procédure contre Karadzic. Ils n’ont assisté à aucune séance. Tous ceux qui se sont empressés de vous annoncer avec délectation que l’ancien président de la République serbe de Bosnie avait été jugé coupable de génocide sont parfaitement incapables de vous citer le nom d’un seul témoin parmi les 585 qui ont été entendus pendant les cinq dernières années.

Pire, les juges semblent avoir agi de la même manière. En écoutant la voix robotique du président coréen de la Chambre de première instance, O-Gon Kwon, qui lisait le résumé du jugement (celui-ci fait 2.600 pages) on aurait pu croire que le procès n’avait pas eu lieu. Pas un seul argument de la Défense n’a été cité ou retenu; pas le moindre rééquilibrage ou nuance des faits n’a pu être observé. Au contraire, le jugement ne consiste qu’en la répétition d’accusations vieilles de 25 ans et issues de la propagande occidentale depuis les tous premiers mois de la guerre.

Ce simplisme qui frôle la débilité est particulièrement criant dans le cas du plus grand tabou de tous, celui des massacres qui ont eu lieu à Srebrenica après trois ans de guerre atroce. Avec l’énorme mémorial construit près de la ville pour figer cet événement dans la pierre (en face duquel, d’ailleurs, des livres et DVD islamistes sont en vente dans un kiosque), Srebrenica constitue une référence négative presqu’aussi forte que celle de la Shoah, à laquelle les évènements de juillet 1995 sont censés ressembler. Mais que disent les juges dans l’affaire Karadzic sur Srebrenica? Ils racontent exactement les mêmes âneries que leurs prédécesseurs dans les autres procès devant le TPI.

Ils racontent en particulier, tout comme la Cour internationale de justice en 2007, que les Serbes de Bosnie n’avaient aucune intention de commettre un génocide contre les Musulmans de Bosnie en général. Karadzic a été acquitté hier pour génocide dans sept municipalités où pourtant l’Accusation avait affirmé sa culpabilité. Ils démentent ainsi l’affirmation centrale portée par la Bosnie dès 1992. En revanche, les juges nous invitent à croire que la volonté génocidaire des Serbes de Bosnie ne concernait pas tous les Musulmans de Bosnie, mais seulement leshommes musulmans de la ville de Srebrenica. Ils nous invitent à croire, en outre, qu’après trois ans de lourds combats le plan génocidaire a été conçu à 20h le 13 juillet 1995. Dans le jugement du 24 mars, Karadzic a été acquitté par ses juges de toute accusation de génocide antérieur à ce moment précis.

Cela serait à hurler de rire si ce n’était pas si macabre. Plusieurs massacres ont certainement eu lieu dans la ville suite à sa capture par les forces serbes de Bosnie, nul ne le conteste. La plupart des victimes étaient des combattants, ou des anciens combattants, qui ont formé une colonne de plusieurs milliers d’hommes essayant de fuire la ville pour rejoindre Tuzla, territoire bosniaque. Les Serbes leur ont tiré dessus et ils ont riposté. Mais les juges ne mentionnent aucune riposte, prétendant que dans la colonne il n’y avait que de civils non armés. Je le répète: qu’il y ait eu barbarie, personne ne le nie. Mais comment un génocide peut-il s’appliquer aux seuls habitants masculins d’une seule ville? Ce n’est pas le sens du mot génocide, qui veut dire “destruction de tout un peuple” ou “de toute une race”, c’est-à-dire des hommes et femmes d’une certaine race ou religion, partout où ils se trouvent.

En ignorant volontairement l’anthropologie de la guerre, les juges du TPI ont déformé la réalité de la guerre

En voulant préserver à tout prix la condamnation sensationnaliste pour génocide, qui constitue un grand succès institutionnel pour le TPI, les juges n’ont pas seulement prêté aucune attention aux centaines de témoins à décharge ni aux arguments de la Défense prouvant que Karadzic avait essayé d’éviter le pire. Ils ont surtout commis une grosse erreur d’analyse qui va vicier pour les décennies à venir la loi de la guerre qu’ils entendent renforcer. Ce qui s’est passé à Srebrenica, sous la chaleur intense de l’été 1995, est très clairement une série d’actes de vengeance, d’une fureur et d’une violence rares. Pendant trois ans, les Serbes autour de Srebrenica avaient été victimes d’attaques barbares par les islamistes sous le commandement de Nasir Oric, grand coupeur de têtes exonéré par le TPI en 2006, comme les très nombreux tombeaux dans les villages voisins l’attestent. Ils haïssaient ceux qui les avaient terrorisés et ils voulaient un règlement de comptes. Leurs actes étaient sans aucun doute condamnables – mais ils ne peuvent pas être qualifiés de génocidaires car le génocide est une opération planifiée et appliquée méthodiquement pour des raisons racistes. Ce n’est pas une explosion spontanée de violence.

En ignorant volontairement l’anthropologie de la guerre, et en particulier le phénomène girardien de la montée aux extrêmes de la spirale de violence – une violence que, ne l’oublions pas, les Musulmans avaient été les premiers à déclencher – les juges du TPI ont déformé la réalité de la guerre. Leur énième condemnation, basée sur une telle déformation et qui ne s’attaque nullement aux vraies racines des problèmes qu’elle entend résoudre, ne pourra jamais faire autorité. Elle ne pourra donc jamais contribuer à mitiger, et encore moins à éviter, des guerres futures.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.15

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

68 réponses à Russia Today : allo Paris, ici Moscou – Par Dominique Albertini et Jérôme Lefilliâtre

Commentaires recommandés

Ailleret Le 15 avril 2016 à 01h41

Je consulte le site de RT depuis 2012 ou 2013, d’abord en anglais, puis en français. Je n’ai pas eu l’impression d’un « bourrage de crâne intensif », mais d’une information relativement équilibrée sur la Syrie et l’Ukraine, nettement plus fiable que celle de nos médias écrits et audiovisuels. J’avais apprécié la manière dont RT traitait l’affaire Snowden, dont les révélations ont été minimisées en France. Certes, tout n’est pas parfait dans RT, mais il est malhonnête de lui reprocher des éditoriaux reflétant des points de vue particuliers et non dénués d’intérêt.

Finalement, cette mauvaise caricature en dit bien plus sur Libé que sur RT. Haine de la Russie, fixation infantile sur Poutine, invocation maladive de l’exxttrrrêmme drroitte… Tout ça pour faire oublier que le journal maoïste des origines est devenu le pilier branlant de la bourgeoisie atlantiste.

  1. bluetonga Le 15 avril 2016 à 01h34
    Afficher/Masquer

    Allez Olivier, haut les cœurs! Allez donc lire les commentaires de l’article sur le site de Libération, ça vous remontera le moral. Ces “journalistes” n’en finissent plus de se ridiculiser, et leurs bouffonneries tombent systématiquement à plat, même auprès de leur lectorat. Grandeur et décadence des courtisanes…


    • natoistan Le 15 avril 2016 à 03h00
      Afficher/Masquer

      Le syndrome du larbin.

      Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent

      http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-syndrome-du-larbin-76062


      • lvzor Le 20 avril 2016 à 18h44
        Afficher/Masquer

        Plus simplement, ça peut s’appeler pétainisme.


    • ricard'eau Le 15 avril 2016 à 07h27
      Afficher/Masquer

      Remarquez, qur sur la plupart des sites des grands médias, avant il souffisait de creer un compte sur le site pour pouvoir commenter leurs articles!
      Maintenant il faut etre abonné pour pouvoir poster des commetaires….. Bah oui ils sont pas con….


      • Lt Anderson Le 15 avril 2016 à 10h35
        Afficher/Masquer

        Il est aussi possible de se faire bannir de façon permanente des commentaires tout en étant encore abonné.


      • bozi lamouche Le 15 avril 2016 à 11h55
        Afficher/Masquer

        normal ils vivent de pub et de subventions, pas de leur lectorat …


  2. Ailleret Le 15 avril 2016 à 01h41
    Afficher/Masquer

    Je consulte le site de RT depuis 2012 ou 2013, d’abord en anglais, puis en français. Je n’ai pas eu l’impression d’un « bourrage de crâne intensif », mais d’une information relativement équilibrée sur la Syrie et l’Ukraine, nettement plus fiable que celle de nos médias écrits et audiovisuels. J’avais apprécié la manière dont RT traitait l’affaire Snowden, dont les révélations ont été minimisées en France. Certes, tout n’est pas parfait dans RT, mais il est malhonnête de lui reprocher des éditoriaux reflétant des points de vue particuliers et non dénués d’intérêt.

    Finalement, cette mauvaise caricature en dit bien plus sur Libé que sur RT. Haine de la Russie, fixation infantile sur Poutine, invocation maladive de l’exxttrrrêmme drroitte… Tout ça pour faire oublier que le journal maoïste des origines est devenu le pilier branlant de la bourgeoisie atlantiste.


    • xma Le 15 avril 2016 à 02h16
      Afficher/Masquer

      Idem avec les articles sur Fukushima et le nucléaire en général. J’allais naïvement sur RT sans savoir ce que c’était censé être, simplement parce que c’était un des rares endroits où certains scientifiques américains étaient invités. C’était même une des rares sources d’information sur ce qui se passait dans la centrale.

      C’est plusieurs années après que les médias français se sont mis à dire que RT était de la propagande, et je pense que ça a coïncidé à peu près avec l’annonce de RT de faire une version française du site et de la chaîne de télé. Est-ce que le fond du problème des médias français avec RT n’est pas plus terre à terre ? Plutôt qu’un problème avec Poutine, la désinformation, etc. est-ce que ce n’est pas juste un reflexe de défense face à un futur concurrent ?


      • triari Le 15 avril 2016 à 11h48
        Afficher/Masquer

        L’un n’empêche absolument pas l’autre, xma.

        Les unes de Libé sur Poutine sont là pour montrer qu’il y a bien une implication idéologique. Or, si on fait cohabiter cette raison avec une autre plus bassement matérielle, ce ne serait pas la première fois que ça arrive.


    • mms Le 15 avril 2016 à 11h46
      Afficher/Masquer

      Je rejoins complètement vos propos, je consulte RT et Sputnik depuis l’été dernier, grâce à des liens donnés dans les commentaires de ce site, entres autres au sujet de la Syrie mais de bien d’autres sujets géopolitiques et européens aussi et j’ai été très heureuse de trouver enfin de l’information différente. Certes, il est toujours important d’activer notre discernement mais je dois reconnaître que ces informations rendent un bien meilleur retour sur les conflits en cours mais aussi sur les sujets politiques européens et français traités. Cela m’a aussi permis d’accéder aux articles d’intervenants que le système tient, bien évidemment, en dehors des médias “officiels” (entre autre le site de Sapir que je consulte déjà depuis plusieurs années) et qui, par leurs analyses, nous invitent à des réflexions bien plus sensées que celles des médias mainstream que je ne consulte plus sauf à m’amuser “de façon certes relative !” de leur propagande !
      Merci à la perspicacité d’OB à soulever les incohérences des “merdias”, aux choix des articles proposés mais aussi merci aux intervenants des commentaires qui nourrissent nos réflexions et nous invitent à lire les articles d’autres liens


  3. Spectre Le 15 avril 2016 à 02h08
    Afficher/Masquer

    Fidèle à ses convictions de droiche, Libération nous vante à longueur d’éditoriaux enflammés (eurolibéralisme ou barbarie) les saines vertus du marché. Et c’est vrai que parfois, le marché a du bon : http://img15.hostingpics.net/pics/597743Libration.jpg

    Comment disent les banksters, déjà ? Ah oui : flight to quality


    • bluetonga Le 15 avril 2016 à 19h03
      Afficher/Masquer

      Effectivement, c’est le revers de la médaille : quand on vend systématiquement de la daube on fait fuir le chaland. Ou comme je le signale plus haut, le chaland se rebiffe et critique vertement la daube en question dans les colonnes même du journal.

      Mais de quel métal sont donc fait les journalistes du Monde et de Libération pour tout supporter stoïquement, la blessure et l’insulte, le déshonneur et la guerre? Sans compter les dommages collatéraux, les divorces, le regard méprisant de la concierge, les quolibets des enfants, les chiens qui aboient sur leur passage… Triste condition.


  4. Pierre Le 15 avril 2016 à 02h24
    Afficher/Masquer

    Je consulte également RT régulièrement, et j’ai constaté que ce site était souvent “en avance” sur la délivrance d’informations par rapport aux sites des médias français. La liste des contributeurs de la rubrique opinions est très ouverte, puisque que comme Libération le fait remarquer, elle inclut John Laughland (très conservateur) et le remarquable Michel Collon (qu’on ne peut décemment pas placer sur la droite de l’échiquier politique). Ils ont également des enquêtes spéciales qui sont intéressantes et documentées. Pas de bourrage de crâne, ce qui nous change de nos merdias nationaux, et si on a quelques vidéos dans les articles, c’est tout de même le texte qui prime. Quant aux tweets cités, ce sont ceux de personnalités de premier plan, en premier lieu des élus ou des membres de gouvernement. Certes c’est un média russe, il faut en tenir compte, mais personnellement je leur fait plus confiance sur l’objectivité des informations qu’ils relaient que la plupart de nos merdias nationaux. Quant à parler de Marine…je ne la porte pas dans mon coeur, mais force est de constater qu’elle sera vraisemblablement au second tour en 2017 et ce n’est pas en l’ostracisant médiatiquement qu’on changera ce fait.


    • triari Le 15 avril 2016 à 11h52
      Afficher/Masquer

      Le plus beau, c’est que l’on traite de fasciste les gens qui soutiennent Poutine (remarquez, aujourd’hui, quand on veut tuer son chien, on ne dit plus qu’il a la rage, on dit qu’il est fasciste…autres temps, autres mœurs) or quand vous regardez la configuration politique du conflit ukrainien, vous avez plus de communistes du côté des rebelles du Donbass et inversement, les néo-nazis se battent plutôt dans le camp de Kiev, camp soutenu par Libé & Caroline Fourrest. Le monde à l’envers !!!


  5. Papagateau Le 15 avril 2016 à 02h40
    Afficher/Masquer

    Avec Ironie :
    Un génocide contre des hommes civils armés d’une partie du front, un certain jour de l’année après 3 ans de guerre civile, mais qui épargne les femmes et les enfants ? Un vrai génocide !
    Mais c’est inhumain, incompréhensible !

    J’ai un nouveau travail pour le Tribunal pénal international : Trouver qui était à la tête du gouvernement irakien ces 10 dernières années quand a été ordonné le génocide des migrants américains en Irak.

    Parce qu’on a des preuves que des immigrants d’origine américaine se sont fait tuer en Irak alors qu’ils étaient en excursion de groupe. Ce qui constitue un génocide.

    Oui, je comprends la phrase ” On en rigolerait si ce n’était pas si macabre”.


  6. Parousnik Le 15 avril 2016 à 05h01
    Afficher/Masquer

    Ce qui m’épate ce sont ces “journalistes” de propagandes qui n’ont vraiment aucune fierté pour être capable d’écrire de tels navets à Libé. Je veux bien qu’il faille gagner son pain mais tout de même les prostituées ont plus de fiertés.


  7. Parousnik Le 15 avril 2016 à 05h24
    Afficher/Masquer

    Je me demande d’ailleurs s’ il existe un autre métier, payé aussi gracement pour mal faire son travail ?


    • Kiwixar Le 15 avril 2016 à 07h03
      Afficher/Masquer

      Politicien(ne) français(e)?
      Mais les journalistes français ne “font pas mal leur travail” : ce sont des salariés qui obéissent aux ordres de leur direction qui suit la priorité des actionnaires, priorité qui est de désinformer sur presque tout (à part la météo) afin d’orienter l’opinion publique dans un sens qui leur est favorable. L’argent que ces “1%” (du haut) perdent avec ces merdias, ils le récupérent par le biais d’un système politico-économique qui leur est favorable.

      Par contre, on a vu au procès de Nuremberg que “obéir aux ordres” n’est pas une excuse quand des crimes graves sont commis. Les journalistes français ont une responsabilité ECRASANTE dans ce système politico-économique qui a amené à la misère (et au suicide pour un grand grand nombre de personnes) une quantité très importante de nos compatriotes, qui a permis ces politiciens à hautement trahir la Nation avec des Traités traîtres. En ces périodes de révolte, d’insurrection et de révolution, il faut que les journalistes sachent qu’ils ne pourront sans doute pas se cacher derrière le “j’obéissais aux ordres” et “c’était pour ne pas perdre mon boulot”. Trop de misère, trop de morts, trop de crimes contre la France et les Français.


    • jp Le 15 avril 2016 à 07h14
      Afficher/Masquer
    • Astatruc Le 15 avril 2016 à 08h36
      Afficher/Masquer

      oui, bien sûr il existe un autre métier payé grassement pour faire mal le travail pour lequel ils ont été engagés ” politique “.
      Regardez valls qui a passé son temps dans les “couloirs”, quand a t-il eut un vrai job avant d’être propulsé où il est?Et combien sont-ils à errer dans ces “couloirs” guettant une porte d’entrée?

      🙂


      • lvzor Le 20 avril 2016 à 19h03
        Afficher/Masquer

        S’il y en avait quelques uns qui seraient là uniquement pour s’en foutre plein les poches, ça serait moins inquiétant que le viscéralement facho…
        (Eh oui, on en est là…)


  8. Loxosceles Le 15 avril 2016 à 06h43
    Afficher/Masquer

    Ce qui est dit ici sur RT vaut aussi pour d’autres médias russes comme Sputnik et quelques autres, toutes proportions gardées. En désespoir de cause pour trouver des informations équilibrées, dans un pays quoiqu’on en dise totalement sous influence américaine (voir la popularité “grandissante”, totalement fabriquée, de notre nouveau “Young Leader” Macron, à titre d’exemple), on finit par aller se renseigner jusque chez “l’ennemi” proclamé, et on y trouve, non sans une certaine surprise, des points de vue plus variés, ce qui s’avère rafraichissant pour qui cherche à se faire une représentation juste du monde.

    Ici, on lit un journal “incarnant” la liberté d’expression à la française (prière de ne pas rire) reprocher à un média concurrent de donner parole à un panel allant de l’extrême-droite à l’extrême-gauche, puis se scandaliser d’un prétendu manque d’équilibre des points de vue… Ce seul point suffit à conclure l’affaire.


  9. Fabrice Le 15 avril 2016 à 06h51
    Afficher/Masquer

    A priori, libération doit avoir donné ce que recherchait Drahi, il envisage de quitter le navire qui coule :

    http://www.latribune.fr/technos-medias/medias/liberation-l-express-l-expansion-les-bonnes-affaires-de-drahi-563481.html

    si cela se concrétise soit le navire change de ligne éditoriale ou ce qui est plus probable fini par sombrer. Ce qui au fond je crois reviendra au même car redresser la barre au niveau du fond car il serait étonnant que ce changement se fasse dans le bon sens.

    “Libération” n’ayant jamais été autant indigne de son nom et malheureusement il est rare qu’un tel redressement se fasse, le plus probable est une poursuite vers les abysses journalistiques.


  10. abcinuits Le 15 avril 2016 à 08h12
    Afficher/Masquer

    Nous avons une presse d’occupation euro-atlantiste , elle ne se cache
    Pas , fière d’etre le fer de lance de la pensée unique néolibérale totalitaire américaine , elle a une mission , décrétée par washington ,
    Instiller , jour après jour , dans l’esprit de la jeunesse , depuis la maternelle , aux facultés et aux grandes écoles , l »armée y compris ,
    La notion de soumission a cette idéologie totalitaire .
    Libération , applique cela sans faillir aux ordres reçus par les occupants , un exemple de collaboration pour le reste de la presse,
    Ainsi nous n’avons rien a attendre des artisans volontaires de la destructuration des racines de notre pays ,, la France , heureusement que des ilôts de résistances qui comme olivier BERRUYER , ne plient pas . !
    Quoiqu’il arrive nous restons libres !


  11. Macarel Le 15 avril 2016 à 08h16
    Afficher/Masquer

    Je regarde assez souvent RT en anglais et en espagnol, je regarde aussi nos chaines TVE, BBC, et françaises, ou Aldjezeera pour le Golfe. C’est un exercice très formateur, du style de ce que l’on faisait au lycée avec des articles de journaux différents: comparaison du traitement d’un même événement par plusieurs médias.
    La propagande existe des deux côtés, et elle est certainement plus vicieuse aujourd’hui du côté occidental, que de l’autre.
    Le biais, existe sans doute sur RT, mais que dire de nos médias occidentaux : c’est l’hôpital qui se fiche de la charité !!!
    A part cela j’ai vu hier soir un président français qui semble plus autiste que jamais, adepte de la méthode Coué, complétement déconnecté du monde réel. La prestation de Poutine de son côté le même jour était d’une autre facture, quoi que l’on puisse penser de ce dernier.


    • Macarel Le 15 avril 2016 à 08h37
      Afficher/Masquer

      Les libéraux, sont libéraux en économie, pour mettre les travailleurs de tous les pays en concurrence, et ainsi niveler par le bas les conditions de vie du salariat mondial.
      Par contre ils ne sont plus pour la concurrence dès qu’il s’agit d’information, ils ne supporte pas que leur propagande soit mise en lumière par des médias concurrents par ailleurs très bien faits comme RT.
      Ce qui est un signe de faiblesse, de fébrilité de la par des gardiens du système. N’est-ce pas ce qu’ils disent aux salariés qui voudraient plus de protectionnisme ? Dans le domaine de l’information, ce sont eux qui sont protectionnistes. Ouverture dans le domaine économique et surtout circulation du capital (pas des hommes, en tout cas des pauvres), mais protectionnistes dans le domaine de l’information, partisans et acteurs de la propagande la plus vicieuse, souvent de la plus grande mauvaise foi. Mais ils n’en sont pas à une contradiction près, ce qui compte c’est défendre leur positions dominantes et leurs prébendes dans les sociétés qu’ils exploitent à leur profit.


      • Kiwixar Le 15 avril 2016 à 09h50
        Afficher/Masquer

        “Capitalisme pour les pauvres, socialisme pour les riches”
        > sauvetage des banques par le contribuable (sans-dents)
        > financement des merdias par le contribuable (sans-dents)
        > complexe militaro-industriel financé par le contribuable (sans-dents)
        Ce serait amusant si ce n’était pas si tragique.


    • tom Le 15 avril 2016 à 10h15
      Afficher/Masquer

      Petit a petit les gens se reveillent et grace aux supports sociaux, les personnes qui valent le coup d’etre suivies sont de plus en plus populaires, grace a eux, on ouvrent nos yeux sur des choses qui nous ont ete cachees depuis des siecles, dire ceci me choque mais cette dinasty d’oligarche sont forts, ils evadent par tous les moyens pour ne pas payer leur due et utilisent ce pognon pour nous maintenir ignards et ils appellent ca democracy!


    • Vltava Le 15 avril 2016 à 18h06
      Afficher/Masquer

      Bonjour! Voici que j’ai envoyé par mail à toute une liste de Sénateurs,de députés de toutes tendances aujourd’hui.En commençant par “Medias sous contrôle”.Et j’ai fini en rajoutant,il n’est pas le seul à le penser.En les invitant tous à lire la lettre jusqu’au bout.Tout est dénoncé
      ********************************************
      http://reseauinternational.net/lettre-ouverte-de-jean-claude-antakli-a-david-pujadas-paroles-et-actes/
      Lettre ouverte de Jean-Claude Antakli à David Pujadas (Paroles et Actes)
      Jean Claude ANTAKLI, écrivain biologiste

      vues 15 avril 2016

      Monsieur Pujadas,……
      Lre l’intégralité de la lettre.


      • Eric83 Le 15 avril 2016 à 21h43
        Afficher/Masquer

        Merci pour le lien dont le sincère cri du cœur sera peut être relayé par notre hôte.


      • lvzor Le 20 avril 2016 à 19h10
        Afficher/Masquer

        Assez d’accord sur le fond, mais… écrire à quelque chose comme Pujadas???


  12. Cédric Le 15 avril 2016 à 08h32
    Afficher/Masquer

    les vidéos sans commentaires sur RT sont un vrai bol d’air pur.


  13. Asian Le 15 avril 2016 à 10h02
    Afficher/Masquer

    Le dernier paragraphe: “Le média s’est respectueusement acquitté de l’obligation avec l’instauration d’un comité d’une indépendance incontestable. Celui-ci est en effet composé de l’historienne et académicienne Hélène Carrère d’Encausse, plutôt bienveillante à l’égard de Poutine, mais aussi de deux figures bien connues de la maison : Jacques Sapir et Thierry Mariani”.

    Que des gens respectables, n’est-ce pas? Hallucinant de voir les “grands medias” dénigrer des personnalités qui jusqu’à maintenant méritaient toute leur attention et respect. Je trouve que Jacques Sapir est très courageux et porte avec patience le fardeau “pro-poutine” qu’on lui a attribué depuis le début de la guerre médiatique contre la Russie.

    Thierry Mariani a le malheur d’être membre de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale et vouloir défendre des intérêts français à l’étranger. Il fait quelque part son boulot en allant en Russie ou en Syrie de même qu’il irait au Japon ou en Chine.

    Je ne parle même pas de Madame Carrère d’Encausse. Elle aussi est de l’extrême droite?

    Bon courage Olivier!


  14. Homère d'Allore Le 15 avril 2016 à 10h03
    Afficher/Masquer

    Le TPIY s’est discrédité avec l’acquittement de Ante Gotovina, le strict équivalent de Radko Mladic, mais côté croate.

    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_croatie-le-general-ante-gotovina-rentre-en-heros-apres-son-acquittement?id=7875952

    Ce triste sire est, par ailleurs, citoyen français.

    On est strictement dans la justice des vainqueurs.


  15. placide Le 15 avril 2016 à 10h07
    Afficher/Masquer

    Le fait est que RT ou sputnik france affiche un tropisme vers l’extrême droite s’agissant de leur couverture de la politique française, même si de temps en temps il faut reconnaitre que ce sont aussi les seuls à donner la parole à la vraie gauche, à des communistes.
    A mon avis en affichant ces sympathies avec l’extrême droite il se tire une balle dans le pied en offrant le flanc à ce type de critique – caricaturale et mal intentionnée certes – qui en tire profit pour alimenter la machine à diaboliser la Russie : la propagande occidentale repose sur l’exploitation bien rodée sur des décennies de bourrage de crane sur le mode la russie c’est la dictature puis URSS c’est pire que Hitler


    • Tonton Poupou Le 15 avril 2016 à 10h39
      Afficher/Masquer

      Au contraire je trouve que c’est un gage de démocratie pluraliste réelle.
      Donner la parole au Front National, et au Parti communiste est plutôt la preuve d’une éthique et d’une déontologie journalistique. Va t-on reprocher à un média français d’inviter un responsable FN ou communiste à présenter ses arguments. Perso, n’étant encarté nul part et ne regardant le monde sans aucune grille de lecture idéologique je ne suis pas choqué par ce que vous remarquez et si il y a tropisme, alors le tropisme est partout et dans tous les médias, à commencer par les français. Seulement ce tropisme est différent à chaque médias. Pour ce qui est de la caricature mal intentionnée et la diabolisation systématique de la Russie (quelque soit son dirigeant), là je vous suis complétement.


      • lvzor Le 20 avril 2016 à 19h17
        Afficher/Masquer

        “Le fait est que RT ou sputnik france affiche un tropisme vers l’extrême droite s’agissant de leur couverture de la politique française…”

        J’ajouterai que le PS, dans son atlantisme et son neoconisme forcenés, a laissé au FN le quasi-monopole des préoccupations sociales et d’arguments autrefois “de gauche”.


    • Lt Anderson Le 15 avril 2016 à 11h33
      Afficher/Masquer

      “Le fait est que RT ou sputnik france affiche un tropisme vers l’extrême droite s’agissant de leur couverture de la politique française, même si de temps en temps il faut reconnaitre que ce sont aussi les seuls à donner la parole à la vraie gauche, à des communistes.”

      Attention tout de même, cela pourrait nourrir le mythe des médias bobos concernant les “rouges-bruns”, nouvelle adaptation “Internet 2.0 – Village Global – Réseaux Sociaux” d’un autre plus ancien sur ces “extrêmes qui se rejoignent”.


  16. Patrick Le 15 avril 2016 à 10h21
    Afficher/Masquer

    Libé, Le Monde, La Tribune etc…, cela fait maintenant plus d’un an que je ne lis plus leurs articles et quel bonheur. Franchement, auriez-vous pendant la seconde guerre mondiale écouté Radio-Paris ?


    • Homère d'Allore Le 15 avril 2016 à 10h40
      Afficher/Masquer

      La Tribune, contrairement aux autres journaux que vous citez est tout à fait lisible.
      Surtout les articles de Romaric Godin, d’ailleurs souvent repris par le blog d’Olivier.


  17. Tonton Poupou Le 15 avril 2016 à 10h23
    Afficher/Masquer

    Pour ma part, je regarde RT (télévision anglophone. Perfect English) par le site internet depuis longtemps et au quotidien.
    Deux avantages.
    1° Enfin un autre angle de vues que le martelage de la propagande des radios télévisions d’états françaises et des quotidiens et hebdos privés subventionnés par l’état et appartenant à des riches propriétaires.
    2° Je cultive et améliore mon anglais.
    PS : RT télévision en Français est la bienvenue. Vite !


  18. Alain Hache Le 15 avril 2016 à 10h28
    Afficher/Masquer

    Pauvre Libération ! Pitoyable porte-voix de l’impérialisme américain! Toute cette presse couchée aux ordres de Washington et ses valets de Bruxelles. Fort heureusement, tous ces canards perdent régulièrement des lecteurs, preuve si il en fait, que le larbinage n’est pas très payant.


  19. Eric Le 15 avril 2016 à 10h35
    Afficher/Masquer

    Cher Olivier (et cher “journaliste” de Libé si il passe par la),
    si vous souhaitez creuser le sujet de la guerre en Yougoslavie, voici la compil’ de tout ce qu’il faut avoir en tete, ca permet de gagner du temps.

    http://puissantsetmiserables.fr/2015/11/02/dossier-comprendre-la-guerre-de-yougoslavie-et-donc-les-guerres-actuelles/

    Les partisans d’un monde fait de Gentils et de Méchants en seront pour leur frais…


  20. Kiwixar Le 15 avril 2016 à 10h53
    Afficher/Masquer

    “ils disent pratiquement tous la même chose”

    Encore plus surprenant : ils disent tous la même chose au même moment.


    • jocegaly Le 15 avril 2016 à 16h41
      Afficher/Masquer

      petite précision supplémentaire très importante … surtout quand ce sont des “craques” bien entendu!


    • bluetonga Le 16 avril 2016 à 16h04
      Afficher/Masquer

      C’est comme l’auto-organisation des termites. Encore un miracle de la nature. A ça près, des chercheurs cherchent à s’inspirer du fonctionnement des termites pour programmer des robots auto-constructeurs. Ils devraient peut-être se pencher sur l’auto-organisation et l’auto-synchronisation aveugle des journalistes?


  21. Lt Anderson Le 15 avril 2016 à 11h15
    Afficher/Masquer

    Sur l’article de Libé :
    Des journalistes qui collaborent à un papier qui fait du bourrage de crâne reproche à RT France de faire du bourrage de crâne. Il y aurait “le bon bourrage de crâne” et le “mauvais bourrage de crâne”.
    Quel monde merveilleux.


  22. sergeat Le 15 avril 2016 à 11h16
    Afficher/Masquer

    Les collaborateurs de notre occupation économique,idéologique,sociétale…ne font que leur boulot,qu’ils soient politiques ou journalistes ils sont payés pour cela.Cette collaboration leur permet de prétendre à appartenir à l’hyper-classe,alors qu’ils en sont que les esclaves dorés humiliant notre pays en l’obligeant de s’agenouiller devant TOUT ce qui vient d’outre-atlantique.
    France pays soumis tu as toujours su te reprendre,quand le feras tu de nouveau.Ta servitude actuelle te déshonore.


  23. Astrolabe Le 15 avril 2016 à 11h35
    Afficher/Masquer

    Radio-Moscou n’est peut-être pas un cadeau, mais “Radio-Paris ment” toujours et encore, ça c’est sûr ! Quels pauvres godillots, ces journalistes; enfin, ce ne sont plus des journalistes mais des mercenaires… En effet, ils font ce pour quoi ils sont payés.


  24. SanKuKai Le 15 avril 2016 à 13h30
    Afficher/Masquer

    Ce que je trouve malin de la part de RT c’est l’honnêteté de l’approche: leur financement par Moscou est déclaré, affiché et même fièrement proclamé.
    Donc tout le monde sait en regardant ou lisant RT que les informations qui nuiraient à la Russie seront minimisées ou occultées.

    Alors que nos médias nous prennent tous pour des jambons en prétendant délivrer “LA” vérité de facon libre et indépendante.


    • Asian Le 15 avril 2016 à 14h07
      Afficher/Masquer

      De plus RT fait face aux médias occidentaux tel David contre Goliath. 1 millions d’euros contre combien de millions ou de milliards injectés dans les médias occidentaux?


  25. Pierre Bacara Le 15 avril 2016 à 14h42
    Afficher/Masquer

    Ambiance yougoslave

    Plusieurs fois dans ma vie, j’ai retroussé mes manches pour tenter de comprendre quelque chose à la géopolitique yougoslave, avec des résultats dont je me suis auto-congratulé mais, au fond, peu convaincants. Ce n’est donc pas en connaissance de cause que je livre ici une anecdote qui, jusqu’à aujourd’hui, me laisse songeur.

    C’était un soir d’il y a quelque années, dans un petit village de Croatie. J’étais en compagnie d’un ami croate, vétéran des guerres de Yougoslavie. Agé d’une soixantaine d’années, il était grand et svelte et malgré ses cheveux blanc, il affichait une forme physique stupéfiante. C’était un homme au regard d’acier, droit, honnête et généreux. Nous dînions dans un joli jardin au bord de l’Adriatique, nous régalant de produits pêchés le jour même et arrosés d’une bière locale fraîche et légère.

    J’ai pensé que l’atmosphère se prêtait à ce que je franchisse le pas pour lui parler des guerres auxquelles il avait participé. Tout en admirant le coucher du soleil sur la mer, j’ai fini par lui poser une question :

    Mais au fond, quelles sont les causes fondamentales de toutes ces guerres entre Serbes et Croates ?

    Une lueur glaciale est alors passée dans son regard et, avec un très léger sourire presque luciférien, il m’a répondu :

    La cause ? Elle est toute simple : c’est parce que les Croates adoooorent les Serbes…

    Cette réponse n’expliquait pas grand-chose mais il m’a alors semblé que le jour où j’aurais le courage de me mettre sérieusement à la Yougoslavie, je devrais m’en souvenir.


    • marie Le 15 avril 2016 à 22h42
      Afficher/Masquer

      la guerre des Balkans pour les ressources de tous ces pays;
      http://www.diploweb.com/Les-ressources-energetiques-des.html


      • Pierre Bacara Le 16 avril 2016 à 00h08
        Afficher/Masquer

        Cuivre ou pétrole ?

        Merci pour le lien.

        Mmmhhhh…. Le cuivre… Stratégique en effet puisque, même si le cuivre n’est pas rare, la demande mondiale est si pantagruélique que même la production effrénée ne suffit pas à la satisfaire.

        Néanmoins, l’ex-Yougoslavie semble être un producteur anecdotique comparativement au Chili, aux Etats-Unis ou à l’Indonésie.

        D’une autre côté, lorsque le rapport demande/offre est en flux tendu sur une ressource, même des gisements mineurs peuvent prendre une importance disproportionnée.

        A garder sous le coude, donc.

        Au fond, au-delà du cuivre, un élement important semble être le projet de pipeline pétrolier AMBO, énième avatar de la problématique du contrôle des flux d’hydrocarbures mer Caspienne-UE, étudiée de très près et de longue date par le Department of Energy des Etats-Unis – c’était déjà l’une des motivations de la Révolution orange de 2004-2005 en Ukraine.

        Un peu de cuivre, un pipeline… Je crois qu’il faut plutôt regarder du côté du pipeline.

        Je crois.


  26. Kopenhague Le 15 avril 2016 à 15h09
    Afficher/Masquer

    Jacques Merlino a également écrit un livre très intéressant sur le début de la guerre : les vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire . Le livre est en accès libre.https://docs.google.com/file/d/0B7yP55-q4swpX3ItR3hnWFBka2s/edit


  27. wesson Le 15 avril 2016 à 16h33
    Afficher/Masquer

    Une seule chose qui à mon sens donne bien le ton de ce qui est comparable entre la presse française et RT: Les commentaires.

    RT utilise en fait un système de commentaires fourni par une société tierce, Cackle, à laquelle ils délèguent la modération. Toutefois, cette modération s’exerce à postériori, et pour laisser un commentaire, il suffit de donner un pseudo et une adresse email qui n’est en fait même pas vérifiée.

    Il y a donc de facto une possibilité de commentaire anonyme, et modéré à postériori. Il me semble que c’est un cas unique dans toute la presse francophone: aucun journal en particulier du MSM ne tolèrent de commentaires sans enregistrement/vérification d’email, et bon nombre de titres modèrent à priori, et à voir le peu de commentaires sous les articles, le filtre est très très selectif.

    Rien que sur ce point, il me semble que la plus grande liberté de parole et d’opinion est bel et bien du coté de RT.


    • bluetonga Le 15 avril 2016 à 19h11
      Afficher/Masquer

      Je consulte régulièrement RT, anglais et français. J’ai toujours été surpris d’y lire des commentaires extrêmement critiques à l’égard des articles (surtout sur RT anglais), voire même de franc trollage. Tout en regrettant ces dérives – le trollage – force m’est de constater que la liberté de ton est bien plus grande sur ces sites que sur ceux des msm atlantistes.


  28. anne jordan Le 15 avril 2016 à 18h13
    Afficher/Masquer

    petite anecdote , datant d’hier soir , jeudi 14 avril .
    Regardant pour la 1e fois LCI ( merci la fabuleuseTNT HD OBLIGATOIRE ! )
    j’entends le ” journaliste ” bafouillant( pire que ceux de TF1 ) :
    “Poutine s’est livré à un exercice narcissique devant un parterre d’interlocuteurs soigneusement triés sur le volet “…..
    C’était juste avant l’exercice – certes non narcissique ! – de Hollande , devant un parterre sans aucun doute parfaitement libre .


  29. SCC Le 15 avril 2016 à 18h13
    Afficher/Masquer

    Au Royaume Uni RT est régulièrement dans le collimateur d’Ofcom (le régulateur des média) pour partialité dans ses publications. Régulièrement Ofcom est obligé de reconnaître le non fondé des accusations. Par exemple pour la couverture par RT de la destruction du MH 17.
    https://www.rt.com/uk/225219-rt-mh17-ofcom-cleared/
    Ce qui est surréaliste, c’est qu’à la lecture de la plupart des média occidentaux, c’est moi qui me sens mal à l’aise devant une propagande manifeste anti-Russe délirante et un ridicule tellement énormes qu’ils frisent le discrédit pur et simple. Plus c’est gros, plus ça passe.


  30. olivier69 Le 15 avril 2016 à 20h36
    Afficher/Masquer

    Les baptêmes historiques (Clovis et Vladimir) ? Quels sont les pays qui ont connu des révolutions d’envergure dramatique en Europe au XVIII et XXième (roi de France et Tzar) ? Qui organisent et/ou qui financent ? Et Libé, aujourd’hui ?
    On pourrait y voir curieusement une corrélation ou bien une coïncidence. La France et la Russie, sans doute, un hasard….Ne pas confondre mondialisation et mondialisme. Le retour de la Russie sur la scène internationale ne semble pas être du goût de tout le monde….Celui de la France serait le coup de grâce. Attention, les liens ne sont pas intangibles. Pour se protéger de l’avancé de l’OTAN en Europe, la Russie pourrait nous sacrifier. Frontière technique avec l’arme nucléaire. Comme pour l’Allemagne avec les US. On joue avec le feu….
    ps : La révolution de 1905 avait échoué. Quelles ont été les conséquences en terme de flux migratoires ? Et donc, en 1918 ? Que sait-il passé ? Vécu aussi, comme une trahison ? On aime cela ? Alors continuons…Au lieu de jouer franc jeu ! Et d’y trouver des compromis…


  31. thmos Le 15 avril 2016 à 21h55
    Afficher/Masquer

    Le plus sûr moyen de vérifier combien Libé est dangereusement barré consiste à consulter l’excellent site web RT. Tous les jours, ce qui nous fait comprendre pourquoi notre presse meurt et crèvera malgré les fortunes des propriétaires actuels et les scandaleuses subventions qu’on extorque de la poche de tous les non lecteurs de ces faillites anciennes. Ne plus JAMAIS donner un euro à ces Figaro LePoint et autres qui crachent sur la pluralité des opinions et servent la soupe aux censeurs. N’achetez plus JAMAIS ces papiers de mensonges, soyons un peu militant et cohérent.


  32. amer Le 16 avril 2016 à 13h29
    Afficher/Masquer

    encore une occasion de faire du Poutine bashing pour Libé…

    http://www.liberation.fr/planete/2016/04/15/vladimir-poutine-a-reponse-a-tout_1446431

    C’est leur fond de commerce…


    • Catherine Le 16 avril 2016 à 15h53
      Afficher/Masquer

      “encore une occasion de faire du Poutine bashing pour Libé…”

      Après avoir vu la prestation de Hollande (j’ai vu aussi celle de Poutine) cela fait vraiment rire.


      • amer Le 16 avril 2016 à 17h18
        Afficher/Masquer

        Oui ça en devient ridicule mais quand tout va mal à l’intérieur il faut bien trouver une diversion à l’extérieur…


  33. Owen Le 16 avril 2016 à 13h42
    Afficher/Masquer

    Cette propagande de Libération produit déjà des dégâts réels: des journalistes de RT New sont plusieurs fois agressés.
    https://francais.rt.com/france/19162-appel-lynchage-rt-france

    Je serais bien intéressé que “les crises” offre des analyses sur le phénomène “antifa”, qui est maintenant efficace pour coloniser les contestations populaires. Il impose sa vision des choses en décidant “fasciste” tout ce qui n’est pas de sa chapelle (même “Fakir”, même Lordon…) et aux protagonistes de caricaturer les idées politiques en présence.
    Si vous lisez les commentaires, sous l’article de RT News communiqué en lien: vous verrez une surréaction contre eux, par contre-coup, en finissant par réduire tout ce qui est “gauche” (que je ne revendique pas, mais là n’est pas le problème) à “gauchiasse” ou “racaille”. Et en fin de compte, rentrer dans leur jeu.

    Décortiquer aussi comment se fabrique leur paranoïa (semblable au phénomène des conspis tendance obsédés du cui bono).


    • Ailleret Le 16 avril 2016 à 21h07
      Afficher/Masquer

      Oui, l’agression de ce journaliste de RT France est scandaleuse. Bravo Libé ! Du beau travail ! Et ce serait bien d’avoir sur “les crises” une analyse de l’escroquerie “antifa”. L’observatoire du néo-conservatisme a déjà travaillé là-dessus.


  34. Owen Le 17 avril 2016 à 09h14
    Afficher/Masquer

    Merci du lien, Ailleret. Site incontournable sur cette fabrication idéologique.

    Il répond bien à ma première question.
    Si le site avait fait une présentation mieux séparée entre les antifa et le mouvance néoconservateurs il aurait été plus facile de comprendre ce qui attire tant les jeunes.


Charte de modérations des commentaires