Source : Lee Fang (ancien journaliste du Washington Post) The Intercept, le 21/03/2016

Photo: Mohommed Al-Shaikh/AFP/Getty Images

Photo: Mohommed Al-Shaikh/AFP/Getty Images

Le royaume d’Arabie saoudite ajoute encore des lobbyistes américains à ses effectifs salariés avec l’embauche de BGR Government Affairs, une société fondée par l’ancien président du Comité national républicain Haley Barbour, selon des documents divulgués la semaine dernière.

Le contrat offre 500 000 $ par an à BGR pour aider, avec le soutien des médias américains, au rayonnement du Centre d’études et des affaires médiatiques de la Cour royale saoudienne, un organisme gouvernemental. Le dispositif inclut les services de Jeffrey Birnbaum, ancien journaliste du Washington Post qui couvrait autrefois l’industrie du lobbying et travaille à présent en tant que lobbyiste, ainsi que Ed Rogers, ancien fonctionnaire de l’administration Reagan, qui actuellement milite et écrit une rubrique pour le Post appelée « PostPartisan ».

Ce contrat est le dernier d’une série au cours des deux dernières années.

Comme The Intercept l’a déjà signalé, le gouvernement saoudien a rassemblé un éventail ahurissant d’experts américains et de lobbyistes pour aider la communication des journalistes et influencer les décideurs. Depuis 2014, le régime a payé le groupe Podesta, une société de lobbying dirigée par un collecteur de fonds pour la campagne d’Hillary Clinton ; Norm Coleman, l’ancien sénateur GOP [Grand Old Party] qui dirige un grand Super PAC [comité d’action politique] républicain ; H.P. Goldfield, lobbyiste du cabinet d’avocats Hogan Lovells et vice-président du Albright Stonebridge Group de Madeleine Albright ; Edelman, un poids lourd des relations publiques ; Targeted Victory, un cabinet de conseil fondé par d’anciens assistants de la campagne présidentielle de Mitt Romney ; ainsi que deux grands cabinets d’avocats comprenant une longue liste d’anciens fonctionnaires du gouvernement, DLA Piper et Pillsbury Winthrop Shaw Pittman.

Les honoraires des Saoudiens à Qorvis, son cabinet de lobbying de longue date, ont augmenté de façon spectaculaire. L’an dernier, Qorvis a facturé 7 millions de dollars à l’ambassade d’Arabie saoudite pour ses frais de dépôt semi-annuels, plus de deux fois le montant facturé le cycle précédent.

La semaine dernière, Al Arabiya, une chaîne d’information en anglais soutenue financièrement par les membres de la famille royale saoudienne, a annoncé la création de la commission de relations publiques américano-saoudienne, encore un autre média fraîchement créé et d’une campagne de lobbying au nom des intérêts saoudiens aux États-Unis.

L’argent dépensé pour le lobbying a été utilisé afin de s’opposer aux controverses croissantes entourant le royaume. Lorsque Nimr al-Nimr, un pacifique critique du gouvernement, a été exécuté en janvier, le groupe Podesta a aidé à élaborer la couverture médiatique du régime, en fournissant une citation du New York Times pour salir Nimr en tant que « terroriste ». D’autres consultants américains travaillant pour l’Ambassade d’Arabie saoudite ont utilisé les médias sociaux et se sont évertués à attaquer Nimr et à justifier son exécution.

Le royaume a compté sur ses médias et ses appareils de lobbying pour lutter contre les critiques de son bilan en matière de droits de l’Homme, dont un taux croissant d’exécutions et de décapitations. Son influence s’étend également à la promotion du rôle controversé de l’Arabie saoudite au Moyen-Orient, y compris l’invasion du Yémen dirigée par les Saoudiens et l’incapacité du pays à désigner les financiers privés des groupes islamiques radicaux tels que l’EI.

Le royaume saoudien peut être concerné par une éventuelle autre série de polémiques. Cette semaine est diffusé un nouveau documentaire, l’Arabie saoudite à nu, révélant des enregistrements de caméras cachées de décapitations publiques, de la police religieuse saoudienne battant des femmes dans la rue, de la destruction d’instruments de musique (jouer de la musique en public est strictement interdit) et d’enfants apprenant dans les écoles saoudiennes à haïr les juifs, les chrétiens et les musulmans chiites. En avril, une visite du président Barack Obama est prévue en Arabie saoudite, pour assister au sommet du Conseil de coopération du Golfe.

Source : Lee Fang (ancien journaliste du Washington Post) The Intercept, le 21/03/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

23 réponses à L’Arabie saoudite continue d’embaucher des lobbyistes à tour de bras, par Lee Fang

Commentaires recommandés

Pierre Le 12 avril 2016 à 00h34

L’argent étant devenu la référence de notre société occidentale, pourquoi s’étonner de ces occidentaux qui en profitent ? J’ai moi-même une amie de longue date, ni méchante, ni immorale, pas particulièrement bête, pas d’une intelligence supérieure non plus, qui a réussi dans le notariat d’affaires (en devenant notaire associée d’un cabinet) en devenant un interlocuteur privilégié d’acheteurs quataris. Que le Quatar soit un soutien des plus actifs des frères musulmans, qui ont été les premiers à s’infiltrer dans les mouvements contestataires Syriens lui passe totalement au-dessus de la tête, la désinformation étant ce qu’elle est en France. Je ne connais pas un prestataire de spectacle qui refusera un contrat avec des Saoudiens ou des Quataris, vu le nombre de zéros qu’ils alignent sur le chèque. Alors dès qu’on parle de mercenaires de la com’, comment s’étonner que ces gens dont la conscience morale est déjà inférieure à la moyenne, sautent à pieds joints dans le filon ? Et après moi, le déluge…

  1. Sami Le 12 avril 2016 à 00h31
    Afficher/Masquer

    Rappelons à titre pédagogique, en France, le rôle de Badinter-Publicis, dans ces sinistres opérations de relookage de la non moins sinistre saoudie. Badinter, vous savez bien, la chantre intraitable du féminisme anti intégrisme musulman, et tout et tout.
    Quelque part, mais juste quelque part hein, j’ai l’impression qu’on nous prend pour des abrutis intégraux. Juste une impression, hein…


  2. Pierre Le 12 avril 2016 à 00h34
    Afficher/Masquer

    L’argent étant devenu la référence de notre société occidentale, pourquoi s’étonner de ces occidentaux qui en profitent ? J’ai moi-même une amie de longue date, ni méchante, ni immorale, pas particulièrement bête, pas d’une intelligence supérieure non plus, qui a réussi dans le notariat d’affaires (en devenant notaire associée d’un cabinet) en devenant un interlocuteur privilégié d’acheteurs quataris. Que le Quatar soit un soutien des plus actifs des frères musulmans, qui ont été les premiers à s’infiltrer dans les mouvements contestataires Syriens lui passe totalement au-dessus de la tête, la désinformation étant ce qu’elle est en France. Je ne connais pas un prestataire de spectacle qui refusera un contrat avec des Saoudiens ou des Quataris, vu le nombre de zéros qu’ils alignent sur le chèque. Alors dès qu’on parle de mercenaires de la com’, comment s’étonner que ces gens dont la conscience morale est déjà inférieure à la moyenne, sautent à pieds joints dans le filon ? Et après moi, le déluge…


    • samir svet Le 12 avril 2016 à 06h44
      Afficher/Masquer

      Je me demande , pourquoi les occidentaux nous cassent les oreilles avec liberté, justice , démocratie etc.. quand eux même sont des plus corrompus et les plus dictateurs , les plus menteurs et comploteurs au monde. Avec ces slogans , ils ont détruit , assassiné des millions d’innocents , mais les peuples occidentaux sont absent et vient comme si rien ne se passe. Bon sang drôle de civilisation ?


    • social21eme Le 12 avril 2016 à 12h15
      Afficher/Masquer

      Juste analyse, cette société mondiale, a un urgent besoin de remettre l’ethique dans le bon sens…


    • Furax Le 12 avril 2016 à 15h43
      Afficher/Masquer

      Détrompez-vous, Pierre.

      La corruption est vieille comme le monde. Le roi Jugurtha de Numidie corrompait déjà les aristocrates romains pour que ceux-ci mènent une politique trahissant les intérêts de leur république et servant les intérêts de ce généreux roi client qui essayait de saper certaines bases de la domination romaine.

      Rien de nouveau sous le soleil depuis plus de 2000 ans. Et vous trouverez des exemples comparables ailleurs qu’en Europe et dans le bassin méditerranéen.


      • Pierre Le 12 avril 2016 à 16h25
        Afficher/Masquer

        Vous avez raison Furax, la corruption est vieille comme le monde. Mais là, je parle de l’argent comme seule et unique référence de notre société. Un jour, le fils de Joe Strummer (leader de The Clash https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Joe_Strummer) lui demanda: papa, c’est quoi la différence entre une star et une légende ? A quoi il repondit: une star est riche. Moi je ne suis pas riche, mais je suis une légende.
        Il n’y a plus de place pour les légendes (hormis celle inventé par les storytellers, voir Hidalgo de Disney par exemple), seule la star richissime est reconnue


      • clauzip12 Le 13 avril 2016 à 12h35
        Afficher/Masquer

        Le problème est que notre monde est plus petit.
        Maintenant,les pratiques des puissants touchent toute la planète et elles se superposent.


  3. Spectre Le 12 avril 2016 à 00h55
    Afficher/Masquer

    Élisabeth Badinter, 13è fortune de France et présidente du conseil de surveillance de Publicis, s’indignait récemment de la “mode islamique,” la 483 745è polémique à deux balles ayant trait à l’islam.

    D’abord, se positionner comme ardente féministe lorsque l’on est actionnaire principal d’un groupe de com’ qui fait notamment de la pub, soit le support qui reproduit avec appétit les pires clichés sexistes de l’univers pour faire vendre (ça passe toujours mieux avec des seins et du cul), c’est assez hilarant.

    Mais il y a encore mieux dans l’hypocrisie. Pour réhabiliter l’image de l’Arabie Saoudite en France, le Wahhabistan a notamment choisi… Publicis. Les Saoudiens sont incompris des Français, beaucoup de préjugés infondés sont véhiculés dans les médias, ils veulent faire tomber ces clichés (http://www.challenges.fr/monde/moyen-orient/20160401.CHA7117/comment-l-arabie-saoudite-entend-redorer-son-image-en-france.html). Si les clichés tombent aussi vite que les têtes en Arabie Saoudite, ce sera une belle réussite.

    Conclusion : même lorsque la grande bourgeoisie se pique de défendre des “valeurs,” en dernière instance, les eaux glacées du calcul égoïste l’emportent toujours.

    Conclusion : la grande bourgeoise qu’est Élisabeth Badinter a manqué une sacrée opportunité de la fermer.


  4. Gier 13. Le 12 avril 2016 à 04h28
    Afficher/Masquer

    Les gouvernements donnent l’exemple en vendant des armes à ceux-là même qui financent le terrorisme, en offrant des décorations à ceux-là même qui ne respectent pas les droits de l’homme, en rampant (mais savent-ils faire autre chose?) devant les puissances de l’argent. Dès lors, comme le dit Pierre ci-dessus, il n’est guère étonnant de voir les médias et lobbyistes accourir là où l’argent coule à flot.
    Le royaume Saoudien a bien compris que l’argent achete tout. Des armes, des idées et une virginité !
    Et l’éthique dans tout ça ? Elle est remplacée par l’image. Ça s’achète aussi.


  5. PatrickLuder Le 12 avril 2016 à 04h45
    Afficher/Masquer

    L’arabie Saoudite, née en 1932, est alliée avec les Etats-Unis depuis 1945 en échange d’un accès au pétrole, alliance stratégique toujours en cours aujourd’hui. La richesse du pétrole permet au wahhabisme d’exporter sa doctrine religieuse sous la forme du salafisme. C’est cette même richesse tirée de l’or noir qui permet à l ‘Arabie Saoudite de prendre une part toujours plus importante (surtout financière) dans les guerres du moyen orient. Mais le mirage des énergies fossiles touche à sa fin et les dernières finances serviront à essayer de trouver un chemin pour le future, avec un investissement de 2 kilomilliards (2’000’000’000’000 $) qui seront investis dans la mobilité de l’après-pétrole … comment s’étonner dès lors que ce royaume éphémère cherche par tous les moyens (corruption, désinformation etc.) à s’attacher à donner une vision tronquée au monde de sa toute puissance en déclin ?
    ° source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27Arabie_saoudite


    • chb Le 24 avril 2016 à 12h41
      Afficher/Masquer

      Cette richesse de la famille Saoud est garantie depuis des années par l’armée et l’appareil financier américains, qui se servent des pétrodollars de Riyadh pour financer des guerres et pour reconfigurer le monde arabe à leur avantage. Il serait donc étrange, et même ridicule, de supposer que la Saoudie a une quelconque autonomie en matière de politique étrangère. Cela concerne évidemment le soutien plus ou moins reconnu à al Qaeda, EI, et à d’autres terroristes, mais aussi l’épisode du 11 septembre. Washington et Trump utilisent l’Arabie Saoudite comme épouvantail ? Grand bien leur fasse.
      Mais que les saoudiens soient accusés de mettre la pression sur les USA ? Hypocrisie !
      Dans le dossier des “28 redacted pages”, Riyadh a tout à gagner de la déclassification (comme cela a été dit dès la publication tronquée du rapport au Congrès) , et ce sont plutôt les Etats-Unis qui menacent les avoirs saoudiens sur leur sol, avec le projet législatif JASTA !
      Mais il semble que les américains s’apprêtent à limiter la transparence à la mise au pilori de leurs alliés du Golfe. Sauront-ils ainsi protéger leurs propres « erreurs » et magouilles ?


  6. J Le 12 avril 2016 à 09h29
    Afficher/Masquer

    A New York, à deux pas de l’ex WTC, il y a un impressionnant centre islamique. Il a été impulsé par le maire Michael Bloomberg (brièvement présenté depuis comme candidat à la présidence), contre l’avis de la majorité de ses administrés (il n’a d’ailleurs pas été reconduit). Explication : Bloomberg dirigeait (dirige toujours je présume) un cabinet qui brasse les millions dans les monarchies du Golfe Persique.


  7. Sami Le 12 avril 2016 à 10h06
    Afficher/Masquer

    J’entendais ce matin sur France Inter, B.Guetta qui parle d’une alliance à venir, entre Israel, la Turquie et la Saoudie (sur le dos de l’Iran).
    Quand on sait les liens indéfectibles entre Publicis et Israel.
    Dans pas longtemps, on nous expliquera que la Saoudie, c’est le bonheur sur terre etc…

    Cela dit, on se demande souvent pourquoi les peuples Arabo-Musulmans se détournent massivement des valeurs traditionnelles de l’Occident, pour se jeter dans les bras d’une mythologie fantasmatique issue du Moyen Age. Il y a quelques raisons, bien étudiées, certes. Mais n’oublions pas celle-ci : Comment se reconnaître dans des valeurs véhiculées par un Occident qui est devenu la caricature de lui-même, qui renie lui-même ses valeurs les plus hautes, avec un cynisme himalayesque, qui, après avoir méprisé le reste du monde, méprise carrément ses propres peuples, sans vergogne, sans états d’âme….
    Toute tartuferie finit par atteindre son niveau d’incompétence, fatalement.


    • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 11h22
      Afficher/Masquer

      Pourquoi à venir? Elle est bel et bien là,déjà et depuis fort longtemps…l’histoire de la “flottille de gaza ” n’était que de la poudre aux yeux à usage interne d’Erdogan…


  8. christian gedeon Le 12 avril 2016 à 11h19
    Afficher/Masquer

    Hoho… quelle découverte! ET le PSG… et l’Institut du monde arabe…et les grands hôtels de paris??? et la vente des mitral çà l’Egypte avec le pognon saoudien? Mdr…


  9. EAUX TROUBLES Le 12 avril 2016 à 11h45
    Afficher/Masquer

    On attend – toujours – la déclassification des fameuses 28 pages du rapport initial du gouvernement US sur l’attaque du 11 septembre 2001.

    Pour aller plus loin : http://www.dedefensa.org/article/60-minutes-pour-28-pages-a-propos-de-911

    Sur l’implication de l’Arabie Saoudite.

    Et Trump dans cette histoire :
    “Mais le plus important est sa dernière foucade où il a fait très fort, s’attaquant au plus formidable des tabous : la vérité sur 9/11. Lors d’une intervention dans une réunion électorale à Bluffton, en Caroline du Sud, Trump a promis que, s’il était élu, la vérité serait faite sur l’attaque du 11 septembre 2001. Il a essentiellement fait allusion aux 28 pages gardées secrètes du rapport du gouvernement US sur l’attaque. (Il faut d’ailleurs noter que Trump ne va pas vraiment à contre-courant : le soutien pour la publication de ces 28 pages a fortement augmenté au Congrès, et l’on décompte désormais 35 parlementaires à la Chambre des Représentants qui se sont portés “cosponsors” du projet de résolution demandant cette publication.) Parallèlement, l’ancien ex-président Cheney a dénoncé Trump comme un “complotiste” diabolique (traduction française de “9/11 Truther”)…” Toujours sur http://www.dedefensa.org/article/elisez-moi-vous-saurez-la-verite-sur-911

    Bonnes lectures.


    • Pierre Le 12 avril 2016 à 16h30
      Afficher/Masquer

      Il y a fort à parier qu’on ne laissera pas trop creuser là-dedans, si ce n’est pour re-actualiser le story-telling dans un nouveau but politique.
      Si Trump veut vraiment tout mettre à jour, il finira comme JFK…


    • fouineur Le 12 avril 2016 à 22h15
      Afficher/Masquer

      L’Arabie saoudite n’est qu’un second couteau dans cette histoire du 11 Septembre. Ils ont fourni les patsies (entraînés sur la base de Pinal Park dans l’Arizona, cf. Phillip Marshall – “the big Bamboozle”) mais ne sont pas les maîtres d’œuvres. Juste un fusible et donc parmi les prochains sur la liste des pays du M.O. à déstabiliser.


  10. christian gedeon Le 12 avril 2016 à 13h00
    Afficher/Masquer

    Moi,ce qui m’ a toujours surpris ce sont les étonnements et les airs indignés en face de faits connus et archi connus de puis des lustres….les saoudiens jouent leur jeu? et alors? c’est parce qu’on leur permet de le faire,non? alors pas la peine de pousser des cris d’orfraies,et des hennissements de jument outragée… le Tout paris se précipite aux réceptions qataries et saoudiennes et koweitiennes,y compris en adoptant le dress code,et ce depuis des lustres… et c’est pareil ailleurs… et voilà qu’on “découvre ” l’influence de l’argent arabe!!! Mdr…. bande de faux culs…


    • Pierre Le 12 avril 2016 à 16h40
      Afficher/Masquer

      Donc si je suis votre raisonnement, il ne faut rien dire puisque, je vous cite “pas la peine de pousser des cris d’orfraies,et des hennissements de jument outragée”. Question: vous venez faire quoi sur ce blog ? Et question subsidiaire: qui traitez vous de “bande de faux culs” ? Des journalistes qui font leur travail ? Les rédacteurs de ce blog ? Les lecteurs de ce blog ?


      • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 18h09
        Afficher/Masquer

        Pour répondre clairement à votre question,je traite de faux culs tous ceux qui font semblant depuis peu de temps de découvrir l’influence de l’argent “arabe “…. ceux qui se sentent visés se reconnaîtront sans peine,je crois…comme si çà datait d’aujourd’hui….!mais ne vous inquiétez pas,on nous servira le sempiternel,on ne savait pas,on ne se doutait pas et patin couffin…cette pseudo découverte est un gag,un mauvais gag….alors,cher monsieur,prenez le comme vous voudrez.


  11. thmos Le 12 avril 2016 à 15h53
    Afficher/Masquer

    Un gamin de 18 ans est condamné à être décapité pour e^tre le neuveu de son oncle ( forcément terroriste car chiite même si aucun délit avéré lui était reproché, il a été exécuté ) . La semaine suivante France 2 ,Libé ainsi que les médias de masse en général, via une couverture généreuse, se réjouissent d’un évènement majeur en terme “d’ouverture” et d’avancée “vers plus de démocratie” des Saoudiens : Les femmes sont enfin autorisées à conduire une voiture dans le royaume ! Reportages, videos multiples, papiers complaisants …
    Sans cesse une lamentable campagne faite de non évènements tend à redorer le balson de cette dictature sanglante dans nos journaux. Personne ne tique …


  12. Henri Tanson Le 13 avril 2016 à 08h14
    Afficher/Masquer

    L’Arabie et les USA sont liés depuis très longtemps pour défendre des intérêts communs.
    Le personnel chargé de faire le lobbying des Saoud est américain.
    Quoi de plus logique.
    L’argent n’a pas d’odeur, pas de couleur, pas de morale, pas de limites.


Charte de modérations des commentaires