Les Crises Les Crises
28.mars.202028.3.2020 // Les Crises

Taïwan, un modèle dans la lutte contre le coronavirus

Merci 637
J'envoie

Source : Baptiste Condominas, pour RFI, le 12/03/2020.

Malgré sa proximité géographique et ses échanges avec la Chine, Taïwan ne recense à ce jour que 49 cas confirmés et un décès liés au coronavirus. Face à ce qui est désormais une pandémie selon l’OMS, ce faible nombre d’infection met en lumière la bonne gestion de la crise par Taipei.

Plus d’un million de Taïwanais vivent ou travaillent en Chine, des millions de touristes venus du continent y voyagent chaque année, les échanges commerciaux entre les deux pays sont constants et Taïwan n’est situé qu’à 130 kilomètres des côtes chinoises… Autant dire qu’une propagation du coronavirus à grande échelle sur cette île de 23 millions d’habitants semblait inévitable. Pourtant, à ce jour, Taïwan n’a recensé que 49 cas et un décès, ce qui en fait un pays à la pointe dans cette crise planétaire.

Si les autorités gèrent aussi bien la situation, c’est en grande partie en raison du traumatisme provoqué par l’épidémie de Sras de 2003. Durement touchée, Taïwan avait décidé de tirer les leçons de cette crise, en créant notamment un système de « commandement unifié ». Un mécanisme interministériel chapeauté par le ministre de la Santé pour coordonner la lutte contre les épidémies à tous les échelons de l’administration du pays. Suite à des cas de fièvres et de pneumonies sur des vols provenant de Wuhan repérés fin décembre, les autorités décident d’activer ce dispositif le 20 janvier 2020.

Mesures rapides

Des mesures pour tenter d’enrayer la propagation du virus sont aussitôt prises, avec des contrôles et des restrictions d’accès au territoire. Les vols en provenance de Wuhan sont annulés, puis ceux reliant la Chine, à l’exception de cinq aéroports. L’entrée à Taiwan des ressortissants de Chine, Hong Kong et Macao est suspendue, sauf de rares exceptions. Les étrangers ayant visité ces régions sont interdits de séjour. Les Taïwanais venant des provinces de Chine touchées par le virus sont soumis à une quarantaine. Et, à mesure que les cas se confirment à travers le monde, les autorités décident d’étendre la mesure en voyageurs de Corée du Sud, d’Iran ou d’Italie. Ceux provenant de pays au stade 2 sont soumis à un suivi strict, avec prise de température et port du masque obligatoire.

Les masques, précisément, deviennent une priorité pour limiter la contamination. Taïwan cesse ses exportations et décide non seulement de relancer sa production en la matière, mais aussi de la renforcer drastiquement. Et entreprend de les rationner. Mais « au lieu de faire des tickets de rationnement, les autorités ont décidé d’organiser la vente, avec un système de jours pairs et impairs et en utilisant la carte vitale plutôt que des prescriptions », explique le sinologue Stéphane Corcuff. Le gouvernement va même jusqu’à développer une application qui permet de voir en temps réel dans quelles pharmacies des stocks de masques sont disponibles.

Outre la réactivité de son gouvernement, Taïwan peut aussi compter sur « un système de santé hyper-performant », analyse le chercheur Stéphane Corcuff, maître de conférences à Science-Po Lyon. « Le nombre et le niveau de formation des médecins est très élevé, la couverture est universelle, le budget de la santé n’a pas connu de coupes et le secteur est très intégré à la recherche ». Une recherche fondamentale rapidement mise à contribution dans la crise et qui développe en ce moment même des tests de dépistage et des vaccins.

Transparence et civisme

Mais les autorités de l’île ont également mis l’accent sur l’information et la sensibilisation. Tous les jours, le centre de commandement unifié tient des conférences de presse pour faire le point sur la situation, rappeler les consignes de sécurité et expliquer les décisions mises en œuvre. « Ces conférences sont très suivies, explique Pierre-Yves Baubry rédacteur pour le site d’information gouvernemental taïwanais Taïwan Info. Et, pour la population, comprendre les mesures rassure beaucoup. »

Or, ces consignes sont étroitement respectées par l’administration, les écoles, les universités ou les hôpitaux, mais aussi par les entreprises. Toutes sont équipées de désinfectants pour les mains et les prises de températures sont régulières. Et au quotidien, « les gens font attention », estime Pierre-Yves Baubry, notamment en portant des masques dans les transports en commun. « Le masque est aussi un signe de civisme, ça montrer qu’on est mobilisé, qu’on fait attention à l’autre », souligne ce Français installé à Taïwan depuis 12 ans.

« Le port du masque est un réflexe culturel, confirme Stéphane Corcuff.On le met, quand on est malade, dès qu’on entre dans un espace public pour protéger les autres ; et de manière préventive, pour se protéger en cas d’épidémie ». Par ailleurs, les mesures d’hygiène font partie intégrante de la société taïwanaise, en raison notamment de son histoire avec le Japon ou les États-Unis, deux pays pour qui la notion de salubrité est importante. « Et l’éducation à l’hygiène commence dès les petites classes », rapporte le chercheur.

Le civisme de la population et la communication du gouvernement, qui n’hésite pas à mettre en avant les différents acteurs de la société impliqués dans la lutte, contribuent à « un vrai sentiment de mobilisation générale » à Taïwan, pointe Pierre-Yves Baubry. Un sentiment renforcé par l’isolement du pays sur la scène internationale, exclu notamment de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « L’impression, c’est que Taïwan doit se débrouiller seule et ne peut s’appuyer que sur ses propres forces ».

Un isolement qui a participé à la réactivité de l’île au début de l’épidémie, estime le spécialiste de Taïwan Stéphane Corcuff. « Le niveau de préparation était probablement plus élevé parce que le pays se sent isolé, vulnérable et redouble donc de vigilance. D’une certaine manière, son exclusion des instances internationales renforce sa détermination ».

Impact mineur

A l’heure actuelle, mis à part une rentrée des classes retardée et quelques évènements culturels annulés ou reportés, la vie à Taïwan n’a pas été bouleversée par l’épidémie de coronavirus. Les déplacements à l’intérieur du pays ne sont pas limités et les entreprises ont continué de fonctionner normalement. « Il n’y a pas eu de blocage généralisé comme en Chine, les gens continuent d’aller au travail, témoigne Pierre-Yves Baubry. Si le coronavirus est présent, c’est surtout dans les conversations. »

Malgré ce que le chercheur Stéphane Corcuff estime être un « sans faute » pour le moment, les autorités se gardent de tout triomphalisme. Si le ministre de la Santé Chen Shih-Chung – devenue une personnalité publique incontournable dans cette crise – a expliqué la semaine dernière que la situation « est sous contrôle » à Taïwan, il a également prévenu qu’avec la propagation exponentielle du virus dans le monde, il y avait le risque d’une nouvelle vague d’infections, nécessitant de « rester vigilant ».

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kiwixar // 28.03.2020 à 06h46

Cet exemple d’une bonne préparation, d’une bonne veille, de bonnes précautions et d’une bonne gestion démontre que Taïwan n’est pas dirigé par des branquignoles. Il n’est donc pas transposable à la France.

Il vaudrait mieux étudier comment des pays dirigés par des bras-cassés criminels occupés à mener une guerre contre leur propre population parviennent à finalement les mettre en jugement pour tous leurs crimes.

Les soignants se retrouvant à devoir ventiler un policier, gendarme ou BAC pourront en profiter pour leur demander : « alors, la prochaine fois, avec nous, ou avec les 1% du haut qui nous chient dessus? »

28 réactions et commentaires

  • nenel // 28.03.2020 à 06h46

    Cela prouve bien une chose , c’est que moins on est plus on est forts car plus on est réactif . On le voit avec ces  » petits  » pays qui luttent efficacement contre le virus ( Taïwan, Singapour ) alors que les plus gros ( USA, UE ) sont complètement apathiques du fait de leur organisation politique et territoriale . Espérons que les enseignements seront enfin tirés et que l’on mettra fin gentiment à l’UE qui ne nous sert à rien mais qui au contraire nous prive d’une gestion intelligente des crises .

      +24

    Alerter
    • Eric83 // 28.03.2020 à 08h50

      « Cela prouve bien une chose , c’est que moins on est plus on est forts car plus on est réactif . » Quand on regarde ce qui s’est passé en Chine, pays le plus peuplé au monde, votre affirmation se discute.

      Pour ma part, je pense que plus on est autonome, cela vaut pour un pays comme pour un individu, plus on développe ses capacités sans compter sur celles des autres = plus on est résilient et mieux on s’en sort.

      Ensuite, il faut savoir tirer les leçons de ses différentes expériences comme de celles des autres mais pour cela, il faut de l’humilité.

      Aussi quelle chance nous avons, nous peuple français. En effet, comme le régime de Macron démontre une humilité remarquable et constante depuis sa prise du pouvoir, nous pouvons être rassurés, les leçons auront été comprises…pour le 1%. :-).

        +17

      Alerter
    • Catalina // 28.03.2020 à 08h58

      l’ue un pays ???????
      et ben……
      qu »crire pour faire passer le com ? enfin, ça dépend de la modo qui est toute puissante…..

        +4

      Alerter
  • Kiwixar // 28.03.2020 à 06h46

    Cet exemple d’une bonne préparation, d’une bonne veille, de bonnes précautions et d’une bonne gestion démontre que Taïwan n’est pas dirigé par des branquignoles. Il n’est donc pas transposable à la France.

    Il vaudrait mieux étudier comment des pays dirigés par des bras-cassés criminels occupés à mener une guerre contre leur propre population parviennent à finalement les mettre en jugement pour tous leurs crimes.

    Les soignants se retrouvant à devoir ventiler un policier, gendarme ou BAC pourront en profiter pour leur demander : « alors, la prochaine fois, avec nous, ou avec les 1% du haut qui nous chient dessus? »

      +72

    Alerter
    • sergeat // 28.03.2020 à 08h56

      Exact mais n’oubliez pas que la Corée du Sud a une structure et des protocoles de protection de sa population dû à une situation de guerre larvée avec son voisin la Corée du Nord.

        +2

      Alerter
    • Catalina // 28.03.2020 à 08h59

      bizarre que les Cirse ne publient rien sur le Vénézuela où la gestion de crise est un exemple et mieux que Taiwan

        +12

      Alerter
    • LibEgaFra // 28.03.2020 à 14h36

      « Il n’est donc pas transposable à la France. »

      Le constat est terrible, impitoyable.

        +6

      Alerter
    • Alexis // 28.03.2020 à 23h16

      [modéré]
      La différence d’avec Taiwan tient probablement plus à sa population, mieux éduqué à l’effort collectif. Au dire de mon frère (qui habite à Taipei depuis maintenant 20 ans) pour un Taïwanais, dans l’ordre c’est : la nation, la famille et soi-même. Oserai-je dire, tout l’inverse d’un Français ?

      Si les Français portent des masques c’est parce qu’ils ont peur pour eux-même. Les asiatiques portent des masques pour protéger les autres.

      Continuons donc à bêtement hair ‘les autres’ que l’on méprise et que l’on ne connait pas, mais dont on est sûr qu’ils sont méprisables et coupables de tous nos maux (car après tout nous sommes tout un chacun la science infuse).

        +3

      Alerter
      • Pieter // 30.03.2020 à 10h21

        Je ne suis pas surpris de ce que vous nous dites sur les taïwanais. Je souhaiterais par contre faire une remarque sur « les asiatiques ».
        Ayant passé huit ans en Chine, je souhaiterais faire remarquer que quand les chinois continentaux portent un masque, c’est bien pour eux-même, et certainement pas pour les autres. Je n’ai aucun mal à croire que ce soit vrai pour la Corée, le Japon, Taïwan, mais on est très loin de ça en RPC.

          +0

        Alerter
  • calal // 28.03.2020 à 08h13

    « Le nombre des médecins est très élevé »

    ben oui,en 2020,20 ans apres l’an 2000,dans une economie de la connaissance, il faut avoir plein de medecins.
    80% d’une classe d’age au niveau du bac et on a des deserts medicaux par manque de medecins?
    footage de gueule de nos chefs…rationnement calculé pour faire monter les prix et se reserver les bons produits…

    ps: monde en mode autocorrectif: les medecins deviennent victimes du systeme en mourant du covid…Dieu a le sens de l’humour…

      +10

    Alerter
    • Fritz // 28.03.2020 à 08h25

      « le budget de la santé n’a pas connu de coupes » : pas comme dans certains pays de l’Ouest.
      Le journaliste sait-il que « Taïwan », c’est la République de Chine ?

        +6

      Alerter
      • gracques // 28.03.2020 à 09h13

        Taïwan serait la’république de chine ?
        Je pensait que Taïwan était indépendante du continent du fait de la volonté de sa population …..
        Je pensais aussi que seule la Chine continentale pouvait internationanlement s’appelle ‘république de Chine’.

        J’aurai loupé un truc ?

          +1

        Alerter
        • Fritz // 28.03.2020 à 09h28

          La Chine continentale, c’est la République populaire de Chine (RPC). En 1971, elle a remplacé la République de Chine à l’ONU. C’est le truc que vous avez loupé.
          A l’époque, on disait « Formose » pour désigner l’île, plutôt que « Taïwan » qui est devenu à la mode dans les années 1980 et le discours sur les « dragons de l’Asie du sud-est ».
          L’île a bien changé depuis 1949, mais l’État qui s’y trouve s’appelle toujours République de Chine, et il n’est pas reconnu par les pays qui reconnaissent la RPC.

            +14

          Alerter
  • bordron.georges // 28.03.2020 à 09h23

    De toute manière, rien de tout cela n’était applicable dans un pays multiethnique, éclaté, indiscipliné et révolté comme la France.

      +3

    Alerter
    • Emile // 28.03.2020 à 10h57

      Pas si sûr. La crise a été sous estimée au départ mais ensuite c’est surtout le manque qui nous paralyse. Dès que les gens ont compris que c’était plus grave qu’une « gripette » (dédicace Michel Cymès), ils se sont rué sur les masques et le GHA: Il n’y en avait pas.

      Beaucoup de gens seraient partant pour porter un masque partout en sortant de chez eux. Mais ils n’en trouvent juste nul part. C’est ça qui désorganise tout. Le confinement perturbe le fonctionnement du pays. En l’absence de protection, beaucoup font valoir leur droit de retrait ce qui accentue la désorganisation.

      Si on avait des protections en nombre suffisant et qu’on permettait aux gens de poursuivre une vie presque normale à condition de suivre des règles de précaution strictes, la plupart accepteraient probablement sans problème. Il y a des inconscients mais ils sont minoritaires. Au pire pour eux, s’ils ne veulent rien entendre, laissons faire Darwin.

        +8

      Alerter
      • Karim Wilmotte // 28.03.2020 à 14h58

        Les inconscients vont contaminer les autres. C’est un peu le problème.

          +2

        Alerter
      • Alfred // 28.03.2020 à 23h34

        « Au pire pour eux, s’ils ne veulent rien entendre, laissons faire Darwin. » Humhum. Ce n’est pas très politiquement correct mais « Darwin » en vous lisant vous éradique de la surface de cette terre (comme vous le fait justement remarquer Karim ci dessous). A moins que vous ne trouviez « Darwinien » de vous débarrasser des inconscients qui diminuent considérablement vos chances de passer indemne à travers l’orage.
        Pour le reste 100% d’accord.

          +0

        Alerter
      • jcnello // 29.03.2020 à 03h00

        Pauvre Darwin…s’il vous lisait il se retournerait dans sa tombe. Car Darwin était un humaniste qui au contraire voyait dans la solidarité les raisons du progrès humain. Il n’a jamais théorisé non plus un quelconque « darwinisme social »

          +0

        Alerter
  • LBSSO // 28.03.2020 à 09h23

    Règlements de compte.
    Entre Taïwan et la Chine d’une part et Taïwan et l’OMS d’autre part.
    Taïwan n’ayant pu intégrer cet organisme.

    https://amp-rfi-fr.cdn.ampproject.org/v/s/amp.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20200326-coronavirus-ta%C3%AFwan-d%C3%A9nonce-la-r%C3%A9ponse-tardive-loms?amp_js_v=a3&amp_gsa=1&usqp=mq331AQFKAGwASA%3D#aoh=15853826229913&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s

    Ps: @Kiwixar , quelles ont été les mesures prises en NZ ?

      +0

    Alerter
  • Serge // 28.03.2020 à 09h31

    Quel traitement ?
    Une analyse d’ un pays réactif, une autre culture et des dirigeants compétents mais avec quoi ont-ils traité les personnes atteintes ?

      +2

    Alerter
  • pseudo // 28.03.2020 à 09h49

    en asie ils se prennent pas pour des lumières, des jupiter ou autres délires de communications. Ils se contentent de fermer les frontières, de donner des masques à tout le monde, et de serrer les fesses.

      +3

    Alerter
    • Balthazar // 28.03.2020 à 14h45

      Sur le mode gouvernemental (avec coup de menton et dédain ostensible):
      En France, nous avons le meilleur système de santé du monde (pourquoi jouer petit bras et ne pas revendiquer notre supériorité sur la galaxie je l’ignore).
      Fermer les frontières ne sert à rien, le virus n’a pas de passeport (ah ben oui, c’est vrai, je n’y avais pas songé avant).
      Porter un masque alors que vous n’êtes pas malade ne sert à rien (c’est vrai, et d’ailleurs je le sais que je ne suis pas malade, pourquoi les malades sortent sans masques, ils sont malades ou quoi?).
      Si vous êtes malade, surtout restez chez vous. Ne paniquez pas. Si la maladie évolue et que vous passez en détresse respiratoire, pensez à appeler les secours. C’est probablement trop tard pour améliorer votre état mais vous aurez droit à toute notre expertise et à notre système ultra perfectionné que l’univers nous envie.
      Notre gestion de crise est excellente, personne n’a fait mieux (s’ils le disent, c’est vrai).
      À quand le procès ? Mystère.

        +6

      Alerter
  • JP Collignon // 28.03.2020 à 12h06

    Coronavirus, le mythe chinois

    Avec un niveau de vie et sanitaire qui a de très grand écart, et 1,4 milliards d’habitant avec un système politique ou transparence et propagande signifie la même chose.
    Source récurrente d’épidémies SRAS et Coronavirus, on n’a pas de mal a deviné que le virus va faire encore de nombreuse victime dans le pays : la propagande va gérer.

    Pour ce qui concerne le monde Occidental, qui, avec les Etat Unis (330 Millions d’hab), Union Européen et l’Angleterre (500 Millions d’hab), le Japon (120 Millions d’hab) et la Corée du sud (50 Millions d’hab), arrondis on est 1 Milliard d’Habitant, avec un niveau de vie moyen plus homogène et des systèmes politiques démocratique qui après l’ajustage des stratégies au virus, la machine vas ce mette en marche pour être efficace.

    M’écart entre les 2 mondes est sans appel, on va rappel une citation, « quand le sage montre la Lune du doigt, l’idiot regarde le doigt » (Lao-tseu), c’est le carburant de la désinformation et de la propagande.

      +1

    Alerter
  • Deben // 28.03.2020 à 12h27

    La qualité de la réponse de Taiwan se base essentiellement sur la défiance justifiée envers la Chine.

    Regard croisé :
    « Taïwan a péché par excès de prudence, en contrôlant les passagers pour 36 virus connus, pas moins. »

    « A mesure que la maladie atteignait des proportions épidémiques en Chine et commençait à se propager dans le monde entier, Taïwan a mis en place pas moins de 124 protocoles de sécurité face au virus.

    Pour empêcher la propagation communautaire, le gouvernement a distribué 6,5 millions de masques aux écoles primaires et secondaires, ainsi que 84 000 litres de désinfectant pour les mains et 25 000 thermomètres frontaux »

    Elle a pris ces mesures alors même qu’elle n’était pas autorisée – en raison de l’opposition de la Chine – à assister aux réunions d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé sur le coronavirus chinois »

     » Ils ont vu dans le virus de Wuhan une répétition de l’épidémie de SRAS de 2003, à propos de laquelle les dirigeants chinois ont également menti jusqu’à ce que le nombre croissant de morts rende la chose impossible. »

    « La méfiance de Taïwan à l’égard de la Chine est fondée sur bien plus que le comportement irresponsable de Pékin lors des épidémies passées. Le Parti communiste chinois reste, comme il l’a toujours été, une menace existentielle pour la survie de Taïwan en tant que nation distincte. »

    http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Comment-Taiwan-a-stoppe-l-invasion-du-coronavirus-Steve-Mosher-explique

      +1

    Alerter
  • BrunO // 28.03.2020 à 15h17

    En France on a les meilleurs : le PGHM est mobilisé avec hélicoptères et drones pour aller interpeller les randonneurs à ski (yc randonneur seul). Bon à côté de ça les pompiers (du moins dans les Yvelines), ont pour consigne de ne pas aller dans les EHPADs et sont parfois à court de masques. Comme on ne comptabilise pas les morts dans les EHPAD (ce qui nous permettra peut être de ne pas dépasser l’Italie en nombre de morts, vu que là bas les gens âgés habitent en général chez eux ou en famille ) c’est pas grave.

      +5

    Alerter
  • Renaud // 29.03.2020 à 15h31

    L’impression, c’est que Taïwan doit se débrouiller seule et ne peut s’appuyer que sur ses propres forces »
    « Le niveau de préparation était probablement plus élevé parce que le pays se sent isolé, vulnérable et redouble donc de vigilance. D’une certaine manière, son exclusion des instances internationales renforce sa détermination ».

    D’autres commentateurs s’en sont aperçus plus haut et se sont exprimés. L’exemple de Taïwan vient à point nommé vis à vis des pays qui « dépendent » de l’ « Europe ». Bonne leçon pour s’écarter d’urgence de l’ « Europe » et reprendre un mode de vie politique et économique le plus sain possible.

      +0

    Alerter
  • xbrossard // 29.03.2020 à 17h23

    qu’attend le gouvernement pour faire une annonce pour que tout le monde qui sort du confinement porte un masque? ça contredirait sa communication? ils n’en sont plus à ça près…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications