Les Crises Les Crises
25.mars.202025.3.2020 // Les Crises

Coronavirus : pour une nouvelle architecture de la mondialisation

Merci 155
J'envoie

Source : Marianne, David Djaïz, 23-03-2020

Pour David Djaïz, la mondialisation est paradoxale, car elle nous rend à la fois plus forts et plus vulnérables. L’auteur plaide pour un nouvel ordre international, où les Etats-nations auraient toute leur place.

Ironie amère que ce soudain confinement mondial, alors que nous célébrions depuis trente ans la circulation universelle et le nomadisme des humains, des marchandises, des capitaux et des informations. En l’espace de quelques semaines, la phase de mondialisation la plus profonde de l’histoire, tant sur le plan commercial, que financier ou encore touristique, s’est brutalement interrompue : les frontières ferment les unes après les autres ; les nations se cloîtrent et les familles se confinent ; les flux commerciaux sont gelés ; les chaînes de valeur et les chaînes logistiques sont fortement perturbées ; le tourisme est à l’arrêt ; il n’y a presque plus aucun avion dans le ciel.

Seule continue la mondialisation technologique et informationnelle puisque nous n’avons jamais autant communiqué par internet et consommé de bande passante, au point que des craintes surviennent quant à la solidité des architectures réseau, et nous rappellent là encore à quel point nous sommes vulnérables.

DIALECTIQUE DE LA FORCE ET DE LA VULNÉRABILITÉ

À première vue, aucun point commun n’apparaît entre les attentats du 11 septembre 2001, la crise des subprimes de 2008 et l’épidémie de Covid-19 qui nous frappe en 2020. Sauf que les historiens qui étudieront notre époque dans deux ou trois cents ans y verront sans doute les trois dates les plus importantes du début du XXIe siècle. D’autant plus qu’il existe un facteur commun à ces événements : ils sont chacun à leur manière une crise de la mondialisation, en ceci qu’ils suivent le même schéma et manifestent la même « topologie » :

C’est tout le paradoxe de la mondialisation qui apparaît chemin faisant avec ces trois crises

  1. un événement (attaque terroriste, choc financier, foyer épidémique) survient à un moment donné en un point précis (appelons-le épicentre) et provoque pourtant une crise systémique-globale en se propageant par cercles concentriques, à la manière des vibrations sismiques ;
  2. l’épicentre de l’événement est toujours un point nodal. Ce n’est pas un hasard si la crise financière est partie des États-Unis et la crise sanitaire de Chine : ces pays sont deux plaques tournantes essentielles de la mondialisation ;
  3. les régions périphériques finissent toujours par payer plus cher que les épicentres le prix d’une crise qu’elles n’ont pas provoquée.

C’est tout le paradoxe de la mondialisation qui apparaît chemin faisant avec ces trois crises : le fait d’être aussi intégrés et interconnectés nous rend à la fois plus forts et plus vulnérables.

LE MONDE N’EST PAS DEVENU « PLAT »

Cette dialectique de la force et de la vulnérabilité s’explique tout simplement par l’organisation spatiale de notre mondialisation. Prenons les chaînes de valeur économiques. Celles-ci ne sont pas linéaires, mais étoilées : il existe des grands hubs métropolitains où se concentrent les donneurs d’ordres, qui eux-mêmes sont en lien avec des hubs régionaux où se trouvent les sous-traitants du second ordre, qui eux-mêmes sont en lien avec des hubs du troisième ordre et ainsi de suite, par imbrications successives. Loin d’être devenu « plat », comme le proclamait l’essai à succès de Thomas Friedman, le monde n’a jamais été aussi rugueux et cabossé.

Les crises de 2001, 2008 et 2020 ont chacune à leur manière infligé un cinglant démenti aux tenants de la fin de l’Histoire

Dans un monde hyperconnecté économiquement et technologiquement, il suffit donc que l’un de ces points nodaux soit touché par un incident pour que l’ensemble du système se grippe, quel que soit le fait générateur.

« ZÉRO RISQUE-ZÉRO MORT »

Les crises de 2001, 2008 et 2020 ont chacune à leur manière infligé un cinglant démenti aux tenants de la fin de l’Histoire, qui soutinrent après 1989 que la mondialisation devait être placée en « pilotage automatique », c’est-à-dire que l’intégration progressive des marchés amènerait dans son sillage la démocratie libérale, la prospérité économique et la santé humaine – un état de paix perpétuelle sur fond de « zéro risque-zéro mort ».

Bien sûr le nombre de morts du fait du Covid19 risque d’être incommensurablement plus faible que le bilan de la grippe espagnole il y a un siècle qui fit plusieurs millions de victimes. Mais il se chiffre déjà en milliers, se chiffrera demain en dizaines de milliers et peut-être en centaines de milliers. Dans les régions les plus touchées comme l’Italie du Nord ou la province de Hubei, chacun connaît dans son cercle rapproché une victime du coronavirus.

REGAIN DE PUISSANCE DES ETATS-NATIONS

Alors maintenant, quelles leçons tirer pour la suite ? Comme la lumière au bout du tunnel, l’après nous paraît bien loin. C’est une nouvelle architecture de la mondialisation qu’il nous faudra pourtant inventer, rien de moins. Face aux dérèglements provoqués par ces crises systémiques, la puissance publique devra jouer le rôle d’une écluse. En langage maritime, il s’agit d’un bassin séparé par deux vannes servant à réguler la dénivellation d’un canal. Lorsqu’un bateau qui navigue souhaite passer un dénivelé, il est invité à entrer dans un bassin de mise à niveau. Celui-ci se remplit ou se vide, ce qui permet au bateau d’être au même niveau que l’eau en aval, et ainsi de poursuivre sa navigation.

Les États-nations doivent en quelque sorte redevenir les écluses de la mondialisation. Lorsque des flux humains, économiques ou financiers risquent d’avoir un impact sanitaire, social ou environnemental négatif, le gouvernement national (ou la puissance européenne, si l’on se décide à construire une Europe-puissance capable de produire des biens publics, plutôt qu’une Europe de la règle…) peut décider de mettre en place certaines limites, provisoires ou non. Il ne s’agit pas de se claquemurer derrière des remparts mais au contraire d’organiser une régulation des flux de la mondialisation, comme les écluses organisent la circulation des bateaux sur un canal. Les écluses constituent des valves de sécurité qui évitent la propagation rapide et exponentielle des incidents dans des systèmes complexes.

UN NOUVEAU PACTE MONDIAL ?

En complément de ces marges de manœuvre restaurées, il faudra envisager de construire un véritable état de droit mondial sans état mondial, comme le dit Mireille Delmas-Marty. Il ne peut pas s’agir d’un Droit surplombant ou de réglementations émises par des autorités administratives non démocratiques, déconnectées de toute légitimité politique. L’effectivité et la légitimité restant largement du côté des États-nations démocratiques, l’erreur du globalisme fut depuis les années 1980 de penser que des institutions supranationales, comme l’OMC en matière commerciale, pourraient tout bonnement suppléer les États à mesure que l’économie se mondialisait. Cela a abouti à une intégration négative, les États abandonnant des morceaux de souveraineté à la faveur de traités multilatéraux, sans que ces abandons ne se traduisent par des gains de souveraineté ou de solidarité à une échelle supranationale.

Avec cette nouvelle architecture de la mondialisation, la puissance publique retrouvera sa fonction de « gare d’aiguillage », capable de discriminer entre ce qui a vocation à être mis sur le marché mondial et ce qui n’a pas vocation à y être

En lieu et place de ces abandons de souveraineté, il est crucial de revenir à une approche plus raisonnable : faire en sorte que les droits nationaux incorporent désormais des dispositions universelles, notamment celles qui touchent aux biens publics mondiaux (environnement, qualité de l’air, santé, stabilité financière…). C’était par exemple l’objet du Pacte mondial pour l’environnement.

LE RETOUR DE LA PUISSANCE PUBLIQUE

Proposé par la France en 2017, ce dernier proposait aux États-nations d’intégrer dans leur droit interne les principes fondamentaux du droit de l’environnement parmi lesquels le droit pour toute personne de vivre dans un environnement sain ; l’obligation d’évaluer l’impact environnemental de tout projet ; le principe de précaution ou encore le principe du pollueur-payeur. On pourrait en faire de même en matière de droit du travail et bien sûr en matière sanitaire. Une telle approche, misant sur la responsabilité des États-nations, est sans doute plus riches de promesses que la voie « globaliste » et les abandons de souveraineté qui ont trop souvent conduit à la moins-disance pure et simple.

Avec cette nouvelle architecture de la mondialisation, la puissance publique retrouvera sa fonction de « gare d’aiguillage », capable de discriminer entre ce qui a vocation à être mis sur le marché mondial et ce qui n’a pas vocation à y être ; capable d’imposer des décélérations sélectives en reprenant le contrôle des biens publics hors marché, à commencer par la lutte contre le changement climatique et l’érosion de la biodiversité ; capables de relocaliser certains actifs stratégiques, comme la production de protéines végétales ou des principes actifs des médicaments, afin de retrouver la maîtrise des chaînes d’approvisionnement essentielles pour la vie humaine : sanitaires, alimentaires, énergétiques, ou encore technologiques. C’est cette philosophie politique que j’ai essayé d’esquisser dans mon livre Slow Démocratie, Comment maîtriser la mondialisation et reprendre notre destin en main.

Source : Marianne, David Djaïz, 23-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

sergeat // 25.03.2020 à 08h10

Ce papier revient à dire rectifions gentiment les erreurs de la mondialisation en mettant des droits fondamentaux dans le droit national,c’est du macronisme doux, »le monde qui nous protège »au lieu de « l’Europe qui nous protège »
Pendant ce temps on voit les rejets de la mondialisation(Cuba,Russie,…) aider les pays qui souffrent,le comble de l’ironie serait que Cuba propose son aide aux USA .

61 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 25.03.2020 à 07h34

    « Ce n’est pas un hasard si la crise financière est partie des États-Unis et la crise sanitaire de Chine : ces pays sont deux plaques tournantes essentielles de la mondialisation ; »

    Non, non et non, les études japonaises et chinoises montrent que le coronavirus n’est pas « parti » de Chine, mais des USA, où il a été confondu pendant des semaines si ce n’est des mois avec la grippe, tellement le système médical US est à la ramasse.

    Les témoignages de citoyens US se multiplient maintenant dans ce sens.

      +22

    Alerter
    • CouCou // 25.03.2020 à 07h44

      @LibEgaFra : des sources svp ?
      ………..

        +10

      Alerter
      • Téji // 25.03.2020 à 07h53
        • pseudo // 25.03.2020 à 08h40

          je résume, selon votre source y’aurait des cas qui se baladent depuis aout 2019 mais la flambée n’aurait eu lieu qu’en décembre 2019, uniquement en chine, suivit d’une flambée mondiale en seulement quelques semaines, malgré, les mesures de confinement.

          Au regard des évènements connu, si le virus existe depuis aout 2019, on aurait du avoir la flambée mondial en janvier 2020… voir même beaaauuucccooouupp plus tôt puisqu’on ne pratiquait aucune mesure sanitaire de protection, et que selon cet article la propagation était déjà effective puisque des cas existaient aux us et a hawai (par des voyageurs JAPONAIS (comme par hasard cf rivalité chine/jap) donc par extension au japon)

          l’article fait comme le gvt français, il se drape dans la science pour enfumer les autres. vous êtes une fraude LibEgaFra.

            +9

          Alerter
          • LibEgaFra // 25.03.2020 à 09h24

             » vous êtes une fraude LibEgaFra. »

            Sophisme ad personam. Je vous remercie très chaleureusement, car le fait de recourir à l’insulte démontre que vous n’avez pas d’argument.

              +18

            Alerter
          • tepavac // 25.03.2020 à 13h54

            J’ai suivi cette triste affaire lorsqu’elle a éclos en février, avec une approche au USA.
            Bien que j’ai suivi votre raisonnement sur la progression géographique de l’épidémie, je suis resté dubitatif devant le nombre anormalement élevé de décès par « grippe, et d’un certain nombre de témoignage de proche des défunts, qui affirmaient que la cause indiqué sur les certificats de décès était « coronavirus » .

            Ne pouvant avoir plus de précision, j’ai laissé tombé, et au fond à quoi bon.
            Mais avec le traficotage des chiffres que l’on voit actuellement, on peut tout supposer. Et sur le coup je repense à cet autre affaire passé sous silence et dont la gravité est bien plus importante que celle du virus, puisque personne n’est prévenu et que le monde entier continu de s’empoisonner.

            Illustré par le film Dark Waters, vous pouvez faire des recherches en tapant PFOA.
            Sinon;
            Une étude danoise conduite en 2009 a montré que le PFOA est un perturbateur endocrinien qui augmente les taux de stérilité masculine. En outre, le PFOA a été associé à une augmentation du taux de cholestérol et du nombre de cancers de la prostate en milieu professionnel. Ses effets neurologiques ont été démontrés dans des études sur l’animal. Il provoque des troubles des systèmes immunitaires et digestifs. Il est classé substance cancérogène de classe 3.

            C’est les poêles et casseroles en téflon
            http://truongtronghieu.e-monsite.com/pages/environnemental/le-scandale-teflon.html

              +1

            Alerter
        • EugenieGrandet // 25.03.2020 à 08h47

          Je crois que lorsque CouCou demande des sources, il veut dire « des sources scientifiques ». LibEgaFra parle d’ « études »…

          J’allais écrire la même chose que « pseudo ».
          Sans être scientifique, la chronologie des événements est telle que l’idée d’une source US est à réfuter.

          Qu’il y ait eu un problème dans un labo US en août. Probablement, mais que cela soit le point de départ du Coronavirus en Chine en décembre, sans passer par la case US? Europe? Amérique Latine? Canada?….

            +3

          Alerter
          • LibEgaFra // 25.03.2020 à 09h21

            Les décès US en automne ont été attribués à la grippe. Vérifiez les décès dus à la grippe. Ensuite un virus ça mute et d’autant plus vite durant une pandémie. Les Japonais on trouvé 5 groupes de coronavirus liés à cette pandémie et un nombre encore plus grands d’haplotypes au sein de chaque groupe. Il se trouve que les 5 groupes (ou souches) sont présentes aux USA, un seul dans les autres pays dont la Chine. Cela implique une importation de cette souche en Chine.

              +11

            Alerter
            • Anouchka // 25.03.2020 à 16h10

              Ce point est capital!!

              Plusieurs virus implique 1) certains de ces virus potentiellement plus dangereux que les autres 2) la possibilité d’être contaminés plusieurs fois 3) la difficulté d’obtenir rapidement une immunité de groupe

              Pourquoi ne questionne-t-on jamais (ou presque) ce sujet dans les médias ?!

                +1

              Alerter
        • LibEgaFra // 25.03.2020 à 10h14

          Extrait:

          « Due to the enormous amount of Western media coverage focused on China, much of the world believes the coronavirus spread to all other nations from China, but this now appears to have been proven wrong. »

          Du fait que la couverture massive des média occidentaux s’est concentrée sur la Chine, beaucoup de monde croit que le coronavirus s’est répandu à tous les autres pays depuis la Chine, mais ceci apparaît maintenant comme ayant été prouvé faux.

            +3

          Alerter
      • Logique // 26.03.2020 à 02h24

        Vous voulez une source, en voici une:

        https://twitter.com/i/status/1237985967195095041

          +0

        Alerter
    • Téji // 25.03.2020 à 07h48

      Certes, vous pouvez pointer cet élément – que je n’ai pas manqué non plus, mais qui reste tout de même à prouver, je crains que les US fassent tout pour masquer leur éventuelle culpabilité… – cependant ça ne changera pas le propos : chaque épicentre de ces événements reste un point nodal.
      L’avenir nous dira ce qu’il adviendra de la globalisation, mais il me semble qu’elle a pris un grand coup, et le retour des états-nations me semble probable. À notre échelle européenne, l’intégration à marche forcée survivra-t-elle ? J’en doute fort, vu ce qui s’est passé dans les jours / semaines passées !

        +4

      Alerter
    • placide // 25.03.2020 à 08h12

      Affirmer une chose aussi énorme sans donner la source,sur ce site; que fait la modération ? Est ce ma remarque qui va disparaître?

        +4

      Alerter
      • tepavac // 25.03.2020 à 15h12

        bah, il a donné les sources, plusieurs. Mais si vous attendez que le Gvt des états unis confirme, je penses qu’il faille attendre La prescription cinquantenaire.

        Mais bon, dans toutes les guerres, économiques ou physiques, la première victime c’est la vérité.
        Que le virus soit apparu à un endroit plutôt qu’a un autre est seulement important pour la mise en œuvre de la prophylaxie. Par contre si cela venait d’un labo militaire, la question se poserait autrement. L’affaire skripal en est un exemple.
        Enfin, alors que le monde entier s’évertue péniblement à combattre la pandémie, la Pologne a refusé le survol de son pays aux avions transportant l’aide médicale à l’Italie, les forçant à faire un détour de mille kilomètre, et les USA avec Israël de faire des démonstrations de force militaire au dessus de la méditerranée.
        L’Angleterre à renoué ses relations avec la Russie et a envoyé paître Washington en acceptant d’aider l’Iran.
        Le monde change t-il ? on peut que l’espérer.

          +1

        Alerter
  • Evariste // 25.03.2020 à 07h36

    Ce texte est sympathique mais il en reste au « wishful thinking ». Quel scénario l’auteur envisage-t-il pour convaincre les Etats-Unis, empire et épicentre de la mondialisation, et l’oligarchie internationale, du bien-fondé de cette ré-émergence des états-nations? Rien qu’en Europe l’oligarchie bruxelloise s’accrochera à son pouvoir comme un aradède à son rocher. Mme Merkel a déclaré que le pacte d’austérité était suspendu pour cause de covid-19 mais un de ses ministres s’est empressé d’ajouter qu’il sera rétabli dès que la crise sera finie. Dans ce monde verrouillé je crains qu’il ne faille en passer par une case « violence » et « chaos » sans commune mesure avec les perturbations provoquées par le virus…

      +23

    Alerter
    • Rémi // 25.03.2020 à 09h32

      Tout à fait, l’auteur traite la mondialisation comme un phénoméne régulable par des gens intelligents. Il oublie un aspect:
      La guerre c’est la paix.
      La guerre des oligarchie nationnale contre leurs peuples. Après la seconde guerre mondiale et durant les trentes glorieuses les oligarchie ont du céder une part des bénéfices aux gueux ce qui fait que ces derniers trouvent aujourd’hui normal, d’avoir voiture maison et de manger à leurs fins.
      La mondialisation a été concue pour corriger cette erreur historique et ils ne vont pas y renoncer le travail est encore loin d’être terminé.
      Il leur reste a faire accepter des ordres juridiques différents selon la place solciale
      A descendre les salaires minimum tout en maintenant une certaine qualité de main d’oeuvre.
      Bref après la crise les médias recevrons ordre de nous faire oublier tout cela et je vous parie que cette année Roland Garros sera génial, les tour de France innoubliable et que les JO en 2021 seront exceptionnels.

        +8

      Alerter
    • Philippe, le Belge // 25.03.2020 à 10h56

      En tant que bruxellois, je vous demanderai de dorénavant utiliser l’adjectif « européen » à la place! merci pour nous qui n’y sommes pour rien dans la politique européenne, du moins pas plus que vous.

        +7

      Alerter
      • Evariste // 25.03.2020 à 11h57

        J’ai bien sûr évoqué l’oligarchie hébergée dans votre belle ville et je ne pense pas que vous en fassiez partie 🙂

          +0

        Alerter
    • Subotai // 26.03.2020 à 00h54

      «  »Quel scénario l’auteur envisage-t-il pour convaincre les Etats-Unis, empire et épicentre de la mondialisation, «  »
      **********
      Ya pas besoin!
      C’est un peu court?
      Bon d’accord 🙂
      La situation Politique, Économique, Sanitaire et Sociale des USA ne lui laisse aucune chance. Z’avez pas idée de ce qu’il y a dessous le « buziness as usual ».
      Nous en serons sorti, qu’ils en seront encore à s’entretuer, entre États, entre Comptés et entre Villes. Sans parler des « communautés »
      Asseyez vous et regardez le spectacle…
      Pas suffisant?
      La Mondialisation c’est de l’énergie, et surtout de l’électricité entre autres. Pas d’électricité on en revient au pigeon voyageur. Plus de pétrole abondant, retour aux chariots et aux carioles.
      Encore?
      La planète n’a encore rien dit depuis le début de cette crise sanitaire (bon d’accord en Croatie, mais c’est quoi la Croatie?)
      Un petit « merdier majeur » climato/météorologique bien placé..?
      Alors bien sûr il tenteront tout. Mais vont ils y arriver: non. 🙂
      La prochaine mondialisation: Communisme agraire primitif, hautement communiquant par les moyens télécoms divers et variés pour les restants de l’humanité. 🙂

        +0

      Alerter
  • Sherrif du mont doré // 25.03.2020 à 07h47

    Non! La Covid19 (c’est une maladie) accompagne et accélère la crise systémique, elle n’en est pas la cause!

      +17

    Alerter
  • Bientôt 78 ans // 25.03.2020 à 08h04

    « Coronavirus : pour une nouvelle architecture de la mondialisation »?

    *

    Molière n’eut certes pas manqué de faire remarquer: « Ah, qu’en termes galants ces choses-là sont mises! »

    C’est tout l’ordre impérial que ces crises remettent en cause. Elles en montrent on ne plus éloquemment les soi-disant « valeurs » prioritaires, qui ne sont en fait qu’anti-valeurs, inhumaines, tyranniques et assassines. L’abus des richesses et du Pouvoir n’ont sans doute jamais autant menacé l’humanité voire la vie toute entière à l’échelle mondiale, planétaire. Il ne s’agit donc pas de réaménager tout ÇA, comme jadis on proposa de réaménager l’esclavage… mais bien d’ABOLIR tout ça, avant qu’avec fracas et dans les gémissements, tout ÇA lourdement ne s’effondre.

    « We are the hollow men
    We are the stuffed men
    Leaning together
    Headpiece filled with straw. Alas!
    Our dried voices, when
    We whisper together
    Are quiet and meaningless
    As wind in dry grass
    or rats’ feet over broken glass
    In our dry cellar

    Shape without form, shade without colour,
    Paralysed force, gesture without motion;

    Those who have crossed
    With direct eyes, to death’s other kingdom
    Remember us – if at all – not as lost
    Violent souls, but only
    As the hollow men
    The stuffed men.

    This is the way the world ends
    This is the way the world ends
    This is the way the world ends
    Not with a bang but with a whimper. »

    (T. S. Eliot, « The Hollow Mén »)

    https://msu.edu/~jungahre/transmedia/the-hollow-men.html

      +14

    Alerter
    • sergeat // 25.03.2020 à 10h29

      Je vous pourrai aussi vous metre le français Damien Saez avec » Manu dans l’c.l « ou Vladimir Vissotsky avec les « loups » ou « Staline est un grand scientifique »(ma traduction),bien qu’ayant vécu dans le monde anglo-saxon(US,GB..) je n’ai pas pris leur virus de me référer à leur culture.

        +2

      Alerter
      • Bientôt 78 ans // 25.03.2020 à 14h43

        Moi, autant que je le peux, je me réfère à TOUTES les cultures.

        Homo sum ; humani nihil a me alienum

        « Je suis un homme ; je considère que rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

        En effet, Térence.

          +1

        Alerter
  • Christian Bernard // 25.03.2020 à 08h07

    Deux extraits ‘piquants’ :

    1- « le gouvernement national (ou la puissance européenne, si l’on se décide à construire une Europe-puissance capable de produire des biens publics, plutôt qu’une Europe de la règle…) »

    Ah non ! on ne va pas retomber tout de suite dans la naïveté tout de même !

    2- « il faudra envisager de construire un véritable état de droit mondial sans état mondial »

    ‘En même temps’ donc ? on va encore nous la faire celle-là ?

      +24

    Alerter
  • yann // 25.03.2020 à 08h09

    « La puissance publique devra jouer le role d’une écluse. En langage maritime, il s’agit d’un bassin séparé par deux vannes servant a réguler la dénivellation d’un canal ».

    Rassurez moi…C’est un article fait pour être lu uniquement par d’autres journalistes de Marianne?

      +10

    Alerter
    • Ives // 25.03.2020 à 11h36

      maritime fait référence à la mer. Donc je ne vois pas de rapport avec un canal. C’est une réflexion de marin d’au douce, de capitaine de bateau-lavoir, comme dirait ce cher Archibald.

        +0

      Alerter
  • sergeat // 25.03.2020 à 08h10

    Ce papier revient à dire rectifions gentiment les erreurs de la mondialisation en mettant des droits fondamentaux dans le droit national,c’est du macronisme doux, »le monde qui nous protège »au lieu de « l’Europe qui nous protège »
    Pendant ce temps on voit les rejets de la mondialisation(Cuba,Russie,…) aider les pays qui souffrent,le comble de l’ironie serait que Cuba propose son aide aux USA .

      +40

    Alerter
    • sergeat // 25.03.2020 à 08h51

      Pour la France Je viens d’apprendre que hier plusieurs députés de tout bord ont demandé au premier ministre de contacter Cuba pour son aide.

        +13

      Alerter
    • Daniel // 25.03.2020 à 09h04

      C’est un nouveau paradigme qu’il nous faut et pas des mesurettes : éliminer la spéculation et injecter la création monétaire vers des projets réels de la société ou de la Terre.
      Ce paradigme doit se baser sur la Coopération entre Etats-Nations souverains (pas l’UE quoi), avoir l’empathie pour les autres et pour chacun comme fondement. Il y aurait ainsi un dialogue entre les différentes cultures où il n’y aurait pas d’ « oubliés ».
      L’Afrique est à ce titre au centre de tout cela car c’est le continent de tous les potentiels : il est ignoré des occidentaux, mais pris en compte par les autres nations, la Chine en tête.
      voici un exemple de ce que pourrait être les bases d’une coopération avec l’Afrique :
      https://www.institutschiller.org/COVID-19-en-Afrique-l-urgence-du-long-terme-et-de-la-solidarite-internationale.html
      qui permettrait de jeter les bases d’un Nouveau Bretton Woods comme proposé ici dans un appel international :
      https://www.institutschiller.org/Appel-urgent-a-MM-Modi-Poutine-Trump-Xi-Jinping-et-dirigeants-d-autres-pays.html

        +21

      Alerter
      • Rob // 25.03.2020 à 09h40

        Ce coronavirus est un drame mais aussi …une aubaine pour remettre de l’ordre dans l’économie mondiale. Cet appel de l’Institut Schiller va dans le sens d’une coopération entre Nations et peuples souverains. Voilà qui ne va pas plaire aux marchés financiers et à leurs complices de tout poil ! Là est la vraie bataille !!

          +4

        Alerter
      • Frenchwolfie // 25.03.2020 à 12h11

        Oui Daniel, je suis d’accord, il faudra prendre les leçons de cette crise et passer à une autre manière de comprendre l’économie, qui mette l’Homme au centre des préoccupations, comme nous l’avons fait en France au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Cela ira-t-il jusqu’à refournir les hopitaux en lits, en construire de nouveaux, sécuriser le système de santé et la Sécurité Sociale, renationaliser EDF et Gaz de France ? Il le faudrait

          +5

        Alerter
        • Chris // 25.03.2020 à 14h46

          Or, l’UE parle de Coronabonds… Un jumeau du PEF, je suppose ?
          En juin 2017, la Banque mondiale a annoncé la création d’obligations spécialisées qui seraient utilisées pour faciliter le mécanisme de financement d’urgence en cas de pandémie – Pandemic Emergency Financing Facility (PEF) – si celle-ci est officiellement reconnue – c’est-à-dire reconnue par l’OMS.
          Certains analystes ont fait valoir que ces obligations pandémiques n’avaient jamais été conçues pour aider les pays à faible revenu touchés par une pandémie, mais plutôt pour enrichir les investisseurs de Wall Street, alors qu’il existe déjà le Fonds de prévoyance pour les urgences de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), où les fonds pourraient aller directement aux besoins des pays touchés.
          Explications : https://www.mintpressnews.com/wall-street-behind-delay-declaring-coronavirus-outbreak-pandemic-bonds/265264/
          https://lesakerfrancophone.fr/la-bourse-ou-la-vie-un-schema-peu-ordinaire
          AMHA, encore une idée de banquiers pour se gaver sur notre dos aux fins de reconstruire les réseaux publics de santé détruits par les GOPE néolibérales qui entre-temps passeront en mains privées financés par ces coronabonds ! L’histoire de nos autoroutes, aéroports, barrages, FDJ, etc… mais dans le domaine de la santé.
          Le Covid19 est une occasion unique pour mettre au pas tous les gogos aux visées d’une gouvernance mondiale -le fric-, le battage du changement climatique avec Crétine Thunberg et les taxes imposées n’enthousiasmant que les milléniaux fauchés agités par Soros % Co !

            +2

          Alerter
    • Julie Péréa // 25.03.2020 à 09h47

      L’auteur ne va pas au fond des choses. Le point commun de ces crises est la voracité des milieux financiers, avec en toile de fond des visées géopolitiques afin qu’ils conservent leur hégémonie et leur empire en vie. Je suis d’accord pour mettre en place un nouvel ordre mondial. Mais faut organiser la faillite de ce système financier d’abord. L’auteur n’en parle pas.
      Revenir à des banques nationales pour que chaque Etat redevienne véritablement souverain. Et là on pourra parler d’Etats-Nations. Puis comme le suggère @Daniel, il faut une coopération internationale dont la base pourrait en effet être de nouveau accords de Bretton Woods comme le réclame de nombreux pays.
      Les Nouvelles routes de la soie chinoises ont fait passer l’humanité d’une ère de la guerre de tous contre tous à une ère de coopération pour l’humanité. D’un mal doit sortir un bien supérieur ; la pandémie de Coronavirus doit être l’occasion de s’affranchir de la dictature financière et d’instaurer cette coopération internationale.

        +25

      Alerter
      • Celuilà // 25.03.2020 à 10h04

        « Revenir à des banques nationales pour que chaque Etat redevienne véritablement souverain. Et là on pourra parler d’Etats-Nations »

        Ben ouais, ça paraît évident… Avec chaque pays qui bosse sur des projets communs. Genre comme Airbus mais fois 1000 quoi, non ?

          +3

        Alerter
      • Pr Nadji // 25.03.2020 à 11h19

        Bonjour,
        Je rappelle a tous les lecteurs du site Les Crises le projet intitulé «Le Nouvel Ordre Économique Mondial» qu’avait présente feu Le Président Houari Boumediene à l’Assemblée Générale de l’O.N.U. au milieu des années 1970.
        Comme se projet était prémonitoire!
        Aujourd’hui en mars 2020 ou plus personne au monde ne peut nier cette crise systémique du Cov-19 engendrée par la mondialisation et la cupidité d’un capitalisme financier inhumain et sauvage, broyant des populations entières y compris dans le pays même de ses promoteurs – Milton Friedman, ses «Chicago boys» demultiplies à travers l’Europe, la France et le monde, il faut d’abord peut-être revenir au projet de Boumedienne, aux études de A. Sen , de F. Perroux de G. D’E. De Bernis, de J. Stiglitz, pour assoir un nouveau paradigme économique sur la base duquel les politiques des États grands et petits puissent envisager des politiques socioéconomiques et démocratiques promouvant les D.H. avant le profit spéculatif.

        Pr Nadji Khaoua
        Annaba
        Algérie.

          +9

        Alerter
        • Bientôt 78 ans // 25.03.2020 à 14h53

          Merci pour le précieux rappel, Pr Nadji.

          Je crois cependant que nous en sommes au point de devoir d’abord redevenir humains, réincarner notre humanité, nous réapproprier notre âme et par là l’esprit qui doit nous animer tous, et devant lequel le maître Zen irrésistiblement s’incline.

          Nous échangeons?

          « Zen in the Art of Archery », de Eugen Herrigel — Introduction, Daisetz T. Suzuki.

          Salutations cordiales.

            +1

          Alerter
        • Julie Péréa // 26.03.2020 à 10h50

          Cher @Pr_Nadji, merci pour ces précisions.
          Vous avez tout à fait raison. Boumedienne était un précurseur.
          Je vous invite à vous mettre en contact avec l’un de mes amis Sébastien Périmony qui sera très heureux d’échanger avec vous sur ce sujet.
          Voici le lien vers sont blog. Il est le spécialiste de l’Afrique au sein de l’Institut Schiller.
          L’un de ses derniers articles sur les Pandemics Bonds
          https://www.afriquedufutur.com/coronavirus-ebola-gagner-de-largent-sur-les-epidemies-cest-possible/

            +0

          Alerter
      • Chris // 25.03.2020 à 15h12

        « Mais faut organiser la faillite de ce système financier d’abord »
        Les mesures prises par les Etats n’en prennent pas le chemin, hélas, si j’en juge les récentes mesures prises par la FED. En sept. 2019, a commencé un plan de sauvetage financier (REPO) avec 75 milliards de dollars en injections de liquidités, qui est passé à 100 milliards de dollars fin 2019, puis à 500 milliards de dollars et maintenant illimité.
        https://www.zerohedge.com/political/details-2-trillion-coronavirus-stimulus-package-emerge
        Ils n’ont pas osé ré-éditer les sauvetages de 2008 vu le tollé soulevé :
        « Toute entreprise bénéficiant d’un prêt public serait soumise à une interdiction de rachat d’actions pendant la durée du prêt, plus une année supplémentaire. Les bonus des managers seront limités ».
        Qui va surveiller tout ces requins ?
        Qui va financer la dette ?
        Ne semble pas comprise l’industrie du fracking ou est-elle déjà intégrée dans les largesses de la FED ?
        Je constate que seuls les pays communistes exercent la solidarité… alors que les autres se payent de mots et nous abreuvent de nationalisme honni, de LGTB pour l’instant en veilleuse, merci !, et autres fariboles sociétales post-modernes. Tiens, on n’entend plus Gretina et ses sponsors ! En quarantaine ?
        Quant à Poutine, fidèle à sa politique, visite un hôpital moscovite :
        https://www.zerohedge.com/health/watch-putin-dons-hazmat-suit-rare-visit-covid-19-patients

          +1

        Alerter
        • Julie Péréa // 26.03.2020 à 10h12

          Pas de fatalisme @Chris. Cette crise sanitaire qui engendre le krach financier est en train de faire réaliser à beaucoup plus de gens dans quel système nous vivons. Par conséquent, notre rôle, aujourd’hui, est de dire à ces personnes que nous devons, tous ensemble, en tant que citoyens, mettre en place un nouveau système économique fondée sur la coopération, en régulant le système financier international (Glass Steagall de Roosevelt en 1933, séparation bancaire en 1945), en revenant à de vraies banques nationales dans chaque pays sous contrôle citoyen pour financer les activités productives stratégiques (entre autres) qui nous font défaut dans cette crise sanitaire. Ce doit être le retour de l’Etat stratège grâce aux citoyens et pour les citoyens.
          Russie, Chine font ce qu’ils font moins parce qu’ils sont communistes, que parce qu’ils ont décidé de résister à l’empire financier de la City et de Wall Street en créant l’UEEA, L’OCS et mieux encore les nouvelles routes de la soie (NRS). Si autant de pays leur emboitent le pas avec les NRS, c’est parce qu’ils apportent DES SOLUTIONS. Donc cessez de pleurnichez sur ce qui ne va pas, et battez-vous pour ce qu’il faut mettre en place !

            +1

          Alerter
    • gabrielle // 25.03.2020 à 16h34

      Cuba l’a fait en 2005 au moment de l’ouragan Katrina de la nouvelle orléans, évidemment l’aide a été refusée

        +0

      Alerter
  • tchoo // 25.03.2020 à 08h24

    Changeons pour ne rien changer: tout est dit là
    Humanisons la mondialisation de ci de là et confiance à la gouvernance mondiale ou européenne ( la poilade) pour tout régler.
    Le changement si l’on en veut un ne sera pas comme nous voulons si nous nous en mêlons pas.
    Sinon nous aurons pure qu’aujourd’hui

      +10

    Alerter
  • JEAN DUCHENE // 25.03.2020 à 09h18

    pour une nouvelle architecture de la mondialisation sans remettre en cause le mode de production et les rapports sociaux c’est vouloir proposer des solutions pour que le capitalisme s’en sorte une fois de plus.

      +10

    Alerter
  • Narm // 25.03.2020 à 09h23

    perso, je le dit et ai même été modéré pour ça

    toute cette crise tombe à pic pour

    – diminuer l’effet de serre
    – se débarrasser des poids mort de la société (n’ai pas trouvé d’autre formulation, désolé)
    – masquer le reset des marchés
    – permettre à certain de se faire du fric derrière

    de là à penser que tout est fait exprès ?

    accessoirement, l’épicentre et le vecteur de diffusion ont parfaitement été démontré avec les lignes aériennes comme développement
    https://www.youtube.com/watch?v=Hs8oJtSKpt8&t=97s

      +1

    Alerter
    • red2 // 25.03.2020 à 11h11

      Ça dépend ce que vous appelez « poids mort »! Les néolibéraux mondialistes ont beaucoup à perdre avec cette crises qui montre l’absurdité de leur modèle. Car à part une part non négligeable de nos anciens, on ne sait pas quels autres « poids mort » seront dégagé :

      – Les publicitaires ? La pub ? Et tout ces métiers dont l’inutilité sociétale et collective saute aux yeux ?

      – Une partie de notre bureaucratie (publique et privée, pas de jaloux!) pléthorique, surpayée et incapable ? Au profit de métiers, nécessaires actuellement mal considérés et/ou mal payé : soignants, petits agriculteurs, salariés de la distribution, du transport, de l’industrie …

      – La mondialisation et son absurdité qui vraiment actuellement éclate au grand jour comme jamais : manque de matériel de base du fait des délocalisation, manque de travailleurs dans nos champs du fait de l’exploitation d’étrangers esclavagisés, refus de fermer les frontières pour éviter la propagation du virus…

      – Absurdité de ce secteur financier. Surtout que la crise économique n’en est qu’à son début et qu’on semble encore vouloir la faire payer aux classes moyennes et populaires…

      et tant d’autres pans entiers de l’ancien monde qui sont en train de mourir de leur belle mort. Après, stratégie du choc oblige ils vont essayer d’en remettre une couche avec l’aide des médias. Mais, comme l’échec flagrant de leur modèle saute au yeux, vu la catastrophique gestion de cette crise, la question est de savoirs ils vont y arriver. Le roi est nu, on vit l’histoire en direct, à nous de la faire tourner dans la bonne direction!

        +6

      Alerter
      • hyac // 25.03.2020 à 16h51

        Totalement d’accord avec red2, tout , vraiment tout montre que nous approchons du BIG krach…cette semaine le Dow Jones a réalisé sa plus forte hausse journalière depuis 1933 et en même temps un tiers de l’humanité est en confinement !

          +0

        Alerter
  • Rond // 25.03.2020 à 10h49

    « les États abandonnant des morceaux de souveraineté à la faveur de traités multilatéraux » J’aurais dit « des monceaux de souveraineté »
    Texte sympa. Pendant ce temps, en pleine crise, quelle que soit sa cause, la bourse repart joyeusement à la hausse et les banques centrales injectent de la fausse monnaie à tire larigot. Pour soutenir quelle économie ? Pas la vraie en tout cas. La guerre n’est pas terminée que ces joyeux éconospéculateurs reprennent leur danse de saint Guy. Consternant de bêtise. Les idiots sont toujours là aux commandes et je ne vois aucun indice de début de commencement de reprise en main par les états-nations. Quant au « nouveau pacte mondial », belle idée qu’il faudrait doter d’un contenu, quel état/peuple va commencer à en parler et agir le premier ? Un petit coup de pessimisme, là, vu l’égoisme voire les vols entre pays … Les mauvaises habitudes sont tellement ancrées en nous, collectivement.

    Tenez-bon et pleine santé !

      +4

    Alerter
  • cording // 25.03.2020 à 11h23

    Plus qu’une autre mondialisation qu’envisage David Djaïz cela va être une forte démondialisation à laquelle nous allons assister. Et non pas une alter-mondialisation comme certains le souhaitaient il y a 20 ans. Déjà Jacques Sapir avait attiré notre attention sur ce phénomène en cours. Comme on le constate en Chine l’arrêt des activités économiques a mis fin à la pollution endémique qui sévissait dans le Hubei, province de Wuhan.
    D’autre part plus la démondialisation sera forte plus la transition écologique pourra l’être par la suppression de toutes ces chaines de production sources non négligeable de pollution.

      +2

    Alerter
  • Mat // 25.03.2020 à 14h55

    « Dialectique de la force et de la vulnérabilité » qui prend sa source, d’après moi, dans une dialectique de l’efficacité et de la résilience. Incroyable que ce mot « RÉSILIENCE » ne soit pas apparu une seule fois dans ce texte qui arrive encore à prôner dans notre situation une mondialisation heureuse…

      +1

    Alerter
  • moshedayan // 25.03.2020 à 16h32

    Sergeat, vous avez tout compris du sens profond de cet article : Déclarez qu’on va bouger ! pour ne pas bouger ! mais chut ! ça on le garde pour nous…
    Formidable tour de passe-passe… Ce matin je me lève, mets mon smartphone et lien sur votre 1re Radio RTL Yves Calvi s’émerveille : « Incroyable, la Chine produit 120 Millions de masques par jour ! » et il passe à une autre information. Décryptez : pas la peine de s’interroger pourquoi pas en Europe… ça va arriver les masques – grâce à la Chine, à la mondialisation… C’est comme ça que votre propagande mondialiste infuse la tête de vos compatriotes…donc les « malfaisants » sont nombreux chez les journalistes (chez nous aussi quand ils officient avec des « crédits pour la Démocratie » de l’UE …de G. Soros…)

      +0

    Alerter
  • edrick d’Estroy // 25.03.2020 à 22h20

    perso un N.O.M. ou le précédent ce sera la même chose….
    autant rayer cette case des options et revenir aux fondamentaux un peuple autosuffisant dans ses frontières et des accord bilatéraux au cas par cas….

      +1

    Alerter
  • Xuan // 01.04.2020 à 18h37

    La mondialisation est aussi ancienne que l’espèce humaine et se poursuivra encore.
    Mais la lutte contre la pandémie est une sorte de guerre qui accélère l’histoire, nous entrerons dans une autre forme de mondialisation.
    Celle que nous avons connue depuis la seconde guerre mondiale, dominée par les USA, devra céder la place à une mondialisation plus équilibrée, où les anciens colonisateurs et impérialistes auront une place plus mesurée et où d’autres nations auront voix au chapitre.

    La lutte contre la pandémie a présenté deux visages, notamment la doctrine malthusienne de l’immunité collective, dictée par la recherche du profit maximum, a dû céder pied à pied pour mettre en place des confinements suivant la stratégie chinoise.
    Peut-être les pays occidentaux finiront-ils par y ajouter un dépistage efficace ? Il en va de leur reprise économique.

    En attendant ils reprochent à la Chine d’avoir triché avec des accents de guerre froide.
    Oui, la Chine a triché en généralisant les masques, la désinfection des lieux publics, la mesure des températures et les tests systématiques, au lieu de prendre les choses à la légère et de prétendre « on est prêts », d’organiser un match à Lyon et des élections municipales .
    Si les décès dépassaient les 10 000 aux USA faudrait-il ajouter un zéro aux chiffres chinois pour « sauver le monde libre » ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications