Les Crises Les Crises
23.mars.202023.3.2020 // Les Crises

Roselyne Bachelot : « Ce que je ressens aujourd’hui ? De la rage ! »

Merci 1043
J'envoie

Source : Doan Bui, pour Le Nouvel Obs, le 21/03/2020.

Ministre de la santé entre 2007 et 2010, elle a dû gérer la crise de la grippe A. On lui avait alors reproché d’avoir gaspillé l’argent public en commandant trop de vaccins et 1,7 milliard de masques. Un stock aujourd’hui réduit à peau de chagrin.

On a longtemps reproché à Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, d’avoir beaucoup trop dépensé pour freiner l’épidémie de grippe A au vu du nombre de morts. Alors que la pénurie de masques est dramatique, qu’on se retrouve à exhumer des masques périmés stockés dans les caves et datant justement de la grippe A, l’ancienne ministre de la Santé nous répond.

L’Obs. Les soignants lancent aujourd’hui un SOS pour qu’on leur distribue des masques. Les entreprises et les particuliers sont incités à venir apporter leurs stocks, même périmés. Les salariés obligés d’aller travailler au contact de public ne sont pas plus équipés… Que ressentez-vous face à tant d’impréparations ?

Ce que je ressens aujourd’hui ? De la rage. Pendant plusieurs années, on a détricoté tout ce qui avait été mis en place pour prévenir les risques, à force de restrictions budgétaires. J’ai été beaucoup attaquée pour ma gestion de la grippe A, on m’a accusée d’avoir gaspillé l’argent public, d’avoir mis en place des moyens disproportionnés. J’ai été auditionnée par la commission d’enquête en 2010, on m’a même accusée d’avoir servi les intérêts des industriels… A l’époque, cela m’a beaucoup atteinte et, pendant longtemps, j’avais un tel sentiment d’injustice que j’en faisais un véritable blocage. Cependant mes états d’âme n’ont aucune importance. Etre ministre, c’est aussi accepter cela et serrer les dents. Mais forcément, quand je vois que des soignants sont obligés d’aller au front sans protection, j’ai la rage.

Qui est responsable ?

Je suis solidaire d’Olivier Véran, le ministre de la Santé. Il fait le job comme il peut avec les moyens qu’il a trouvés. Piloter une épidémie, c’est comme conduire une Ferrari à toute berzingue sur une route verglacée. On a parié que cela ne se reproduirait pas et on a perdu. Le rideau se déchire brutalement et on voit l’état de nos gamelles. Il est piteux. C’est violent, comme prise de conscience.

Mais pourquoi une telle pénurie de masques ?

En mars 2007, Xavier Bertrand (ministre de la Santé, avant que Roselyne Bachelot ne soit nommée en mai. N.D.L.R.) avait créé l’EPRUS (établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires), une agence française de sécurité sanitaire, sous tutelle du ministère de la Santé. L’EPRUS achetait les masques, gérait les stocks, les reconstituait, et faisait de même avec toutes sortes de matériels et de médicaments d’urgence destinés à affronter les risques, sanitaires évidemment, mais aussi écologiques, industriels ou encore de catastrophe naturelle. On a également créé la réserve sanitaire de volontaires, après l’épidémie de chikungunya, réserve pilotée par l’EPRUS. Puis, les budgets de l’EPRUS n’ont cessé de diminuer (N.D.L.R., selon un rapport du Sénat publié en 2015 sur la gestion de l’EPRUS, le budget total était passé de 281 millions d’euros à 25 millions, c’est à dire avait été divisé par 10…). Et puis finalement, conclusion logique, en 2016, l’EPRUS a été dissoute. Elle a fusionné avec l’Institut de veille sanitaire (InVS), l’Inpes (éducation et prévention). Qui dit dissolution, dit moins d’autonomie budgétaire. Donc, forcément on n’a pas renouvelé les stocks de masques, ça coûtait trop cher ! Dans les arbitrages, l’Etat privilégie les besoins immédiats et ce type de crédit d’urgence sanitaire et de prévention passe à la trappe. Pourtant, il faut accepter de dépenser de l’argent pour des situations qui ne se reproduiront peut-être jamais ! Et renouveler les stocks quand ils sont périmés. Oui, des masques ont été détruits car ils étaient périmés, mais il aurait fallu les renouveler.

Comment a été gérée l’épidémie de grippe A ?

Quand cette crise épidémique est survenue, Nicolas Sarkozy était alors président et il a été décidé que la protection des Français ne devait être entravée par aucune considération budgétaire. Il m’a soutenue à 100 % et je veux lui rendre hommage. Il est d’ailleurs curieux de constater que l’on fait toujours aux politiques le procès de s’arrêter à des considérations budgétaires, et quand ils s’en extraient, on le leur reproche aussi. Allez comprendre… Il fallait que le personnel soignant, mais aussi la population soient protégés. Nous avons pu ainsi armer bien sûr les hôpitaux, mais aussi les cabinets de ville, les EHPAD, les écoles et d’autres institutions chargées de la continuité du service public. On en a distribué largement. C’est comme cela qu’on a calibré les commandes et qu’on a fait ce stock de 1 milliard de masques chirurgicaux et 700 millions de masques FPP2 (les plus filtrants N.D.L.R.).

Un milliard de masques, et 700 millions de masques FPP2 ! Cela donne le vertige. On s’est félicités du don de 1 million de masques par la Chine à la France.

Un million de masques, c’est pitié, cela ne fait même pas un jour pour les soignants ! Ah, ces masques… A l’époque, on m’avait reproché d’en avoir acheté beaucoup trop, mais je vous assure qu’en cas de pandémie, 1 milliard de masques, ce n’est pas du luxe ! Cela va très vite. Les soignants doivent changer leur masque au minimum toutes les quatre heures; il faut que les malades en aient, il faut protéger toutes les personnes qui pourraient être en contact avec des malades. Un spécialiste de la logistique des épidémies a calculé que cela peut représenter entre 10 et 20 millions de masques par jour.

Et aujourd’hui, on se retrouve à aller chercher dans ces stocks.

Quel paradoxe ! Heureusement qu’il en reste de ces masques périmés ! Certes, ils protègent moins bien. Mais selon les experts, c’est plutôt à cause des élastiques qui se détendent, et qui empêchent une bonne adhérence des masques. Mais c’est déjà bien. Si des gens ont des cartons de masques périmés, il ne faut surtout pas les jeter. Quand je pense à quel point ces fameux stocks de masques ont été un objet de moquerie…

De toute façon, aujourd’hui, ce n’est même plus un problème d’argent. Le problème, c’est comment en trouver, vu que la plus grosse partie de ces masques est fabriquée en Chine.

D’où l’intérêt d’avoir des stocks. Même si cela représente un investissement important. On parle de prime de salaires aux soignants, c’est très bien, mais il faut d’abord les équiper, nos soignants, les protéger. On n’envoie pas des soldats au front sans armes, sans protection.

Le virus H1N1, le virus H5N1, le SRAS… Qu’a-t-on finalement appris en gestion d’épidémie ?

En fait, on n’apprend jamais vraiment du passé. Chaque crise épidémique a sa propre identité, sa propre cinétique. Mais pour moi, il y a trois façons de gérer ce genre de choses. La première, c’est le libéralisme poussé à l’extrême, façon Boris Johnson. Son concept d’immunité de groupe est inacceptable : pour lui, il va y avoir des dégâts, mais c’est comme ça ! Tout le monde saute dans l’eau, et les meilleurs nageurs s’en sortent. La deuxième approche, c’est celle de la ligne Maginot, c’est l’entre-deux. On fait un peu, on construit des défenses… Sauf que la forteresse est poreuse et que l’ennemi ne prend jamais le chemin qu’on croit, c’est la spécialité des virus. Par exemple, le H5N1, la grippe aviaire de 2004, était très virulent mais peu contaminant. La grippe porcine H1N1, que j’ai connue sous mon mandat, était très contaminante mais moins virulente. Elle a déconcerté tous ceux qui pensaient que les personnes âgées seraient les principales victimes et nous avons été surpris de voir des personnes très jeunes touchées par des processus de détresse respiratoire irrémédiables qui m’ont conduite alors à renforcer les équipements en ECMO, appareils d’oxygénation extracorporelle. Avec le COVID-19, là aussi, on a d’abord pensé que les personnes âgées étaient les plus menacées. C’est vrai mais on voit beaucoup de cas graves chez les moins de 60 ans. Les virus sont imprévisibles. Donc à mon sens, en risque pandémique, il n’y a qu’une seule stratégie, la stratégie de protection maximum. On n’en fait jamais trop. Si j’avais un seul regret sur ma gestion de la grippe A, c’est celle-là. On m’a reproché d’avoir acheté trop de vaccins, j’avais commandé 94 millions de doses, soit 47 millions de vaccins pour la primo-infection et un rappel, en tablant que le fait qu’un Français sur trois ne voudrait pas se faire vacciner. Eh bien, je pense que j’aurais dû en commander encore plus ! Ces derniers jours, je me suis réveillée la nuit, en me refaisant le film des décisions que j’avais prises. Si on avait été face à une pandémie terrible, est-ce que cela aurait été assez ?

Il n’y a pour l’instant pas de vaccins pour le Covid. La France ne semble pas non plus en mesure de produire massivement des tests contrairement à la Corée du Sud. Pourquoi ?

La Corée du Sud a été, comme l’Arabie Saoudite, en prise avec une épidémie de MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) en 2015 (N.D.L.R. 186 cas et 36 morts). Le MERS est une infection de type coronavirus. Ils ont donc dû développer des matériaux de détection et se sont équipés. Nous avons été épargnés par le MERS, avec seulement un cas importé et une contamination de voisinage. Ce qui explique que la Corée du Sud se soit préparée, tout comme Taiwan, qui a été très touchée par le SRAS et a appris à se prémunir contre ce type de pandémie.

Contrairement à la France, qui semble démunie face à cette guerre sanitaire.

Aujourd’hui, je ne fais plus de politique ! Mes anciens collaborateurs, qui ont vécu la grippe A, sont encore en poste. L’un est préfet de Seine-Saint-Denis, l’autre un des directeurs à la Préfecture de police, un troisième directeur général du CHU de Bordeaux. Mon conseiller grippe dirige la chaîne transfusionnelle à l’Etablissement français du sang. Autant vous dire que cette guerre sanitaire, ils sont dedans jusqu’au cou. On s’est beaucoup parlé, ces derniers jours. Eux aussi, comme moi, avaient mal vécu d’être cloués au pilori pour avoir voulu être prévoyants. Aujourd’hui, la guerre est déclarée, mais les stocks d’armes ont disparu ou pas encore à disposition, tels les traitements ou les vaccins. J’espère de tout cœur que malgré tout, on s’en sortira.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

martin // 23.03.2020 à 09h19

Bachelot? Bachelot? Est-ce qu’on parle de cette ministre de la santé qui a pondu une réforme de l’hopital en 2009, réforme qui a introduit l’autonomie de gestion et la facturation des actes? Bref, qui a astreint l’hopital a la règle de rentabilité du secteur privé, d’où les multiples problèmes de moyens qu’il rencontre aujourd’hui? La « rage » de Bachelot me laisse froid, elle fait partie des responsables, et au plus haut niveau, des difficultés actuelles de l’hopital public.

132 réactions et commentaires

  • Paul // 23.03.2020 à 07h21

    eh oui, ce manque de simple masques est inacceptable, surtout que depuis janvier, les responsables ont un exemple, chine puis Italie. l’urgence est là

    nous sommes en guerre, mais une guerre voulue ?

    vidéo disparue
    https://www.les-crises.fr/grece-chronique-d-un-ravage-1926-1955-arte/
    Annie Lacroix ruiz
    retrouvée là
    https://www.youtube.com/watch?v=8iq-hAGOWMU
    « pour faire repartir le taux de profit il faut détruire le capital excédentaire… alors çà ça se fait parce qu’il y a des tas de petits, voir de moyens petits capitalistes qui font faillite, pas les très grands, ils ont des moyens de ce défendre et notamment étatique…..
    et puis il faut casser les salaires, comment faire, il faut trouver une forme politique qui permette, le poing tellement violant que bon gré, malgré, la classe ouvrière, les petits paysans, les petits artisans, vont accepter de se soumettre à un régime terrible, c’est ça la solution fasciste ! »
    en économie capitaliste, il n’y a pas de miracle

      +53

    Alerter
    • LibEgaFra // 23.03.2020 à 09h27

      « alors çà ça se fait parce qu’il y a des tas de petits, voir de moyens petits capitalistes qui font faillite, pas les très grands, ils ont des moyens de ce défendre et notamment étatique….. »

      C’est exactement ce qui est en train de se passer avec les compagnies d’aviation.

        +13

      Alerter
      • Goubliboulga // 23.03.2020 à 10h39

        A un autre niveau, c’est aussi ce qui va se passer avec pas mal de commerces indépendants. Mais les grandes chaînes internationales survivront, car elles trouveront les soutiens financiers, publics et privés, nécessaires. Gageons que même un Airbnb aux perspectives improbables parviendra à lever des fonds.

          +9

        Alerter
    • Anouchka // 23.03.2020 à 10h58

      Moralité : RESISTEZ : n’achetez RIEN sur Amazone (ou ses équivalents)!! La plupart de vos achats peuvent largement attendre quelques semaines.

        +33

      Alerter
      • Clode // 25.03.2020 à 03h22

        Oui ne pas acheter sur Amazon, acheter aussi votre alimentation chez les producteurs locaux.
        Hélas, même les petits marchés qui respectaient les règles de distanciation physique ont été fermés.
        Ne reste que les grands groupes fossoyeurs des producteurs français et promoteurs des producteurs espagnols avec leur main d oeuvre exploitée et leurs intrants toxiques.

          +3

        Alerter
    • tepavac // 23.03.2020 à 18h36

      second épisode qui remonte jusqu’en 2008, a voir pour comprendre ce que nous vivons aujourd’hui;
      https://www.youtube.com/watch?v=rx4GVRDX45k

        +0

      Alerter
  • Linder // 23.03.2020 à 07h24

    Je ne suis pas fière. A l’époque, j’avais désapprouvé madame Bachelot (et la tournure est un euphémisme, mais bon, le poids de ma voix n’était pas plus élevé à l’époque qu’aujourd’hui)…
    Il est malheureusement difficile pour les humains d’appréhender les risques rares et, quand des précautions sont prises et que le risque ne se vérifie pas, on croit que c’était une erreur de prendre ces précautions, alors que c’était la bonne décision, compte tenu des informations du moment.
    L’erreur méthodologique est de condamner une prise de décision en tenant compte d’informations qu’on n’avait pas au moment de la prise de décision.

      +64

    Alerter
    • Rosine Simon // 23.03.2020 à 08h17

      Ne vous culpabiliser pas trop Linder, car en effet trop de prévisions qui s’avèrent inutiles ensuite est une réaction normale…mais pas de prévisions du tout est finalement criminel car engendre bien des morts qui auraient pu être évitées.
      Madame Bachelot si mes souvenirs sont exacts avait à l’époque des intérêts à ses dépenses!
      Ne croyez vous pas que la meilleure solution soit l’équilibre entre trop et pas assez car si notre économie fonctionnait bien il serait alors temps le moment venu de vite réapprovisionner le stock car avec nos moyens modernes de gestions ce sont des choses très faisables…sauf si nous n’avons même plus de fabricants en FRANCE.

        +24

      Alerter
    • LBSSO // 23.03.2020 à 09h16

      « Qui parle ? »

      Chapeau bas pour votre commentaire ,si vous me le permettez @Linder.
      Je souhaite faire un complément .R Bachelot a été accusée non seulement en raison d’une erreur méthologique – celle que vous mentionnez – mais aussi en raison de ce qu’elle était .De droite , pire sarkosyste, pire liée à l’industrie pharmaceutique , pire défendue par Thomas Legrand, R Bachelot représentait l’archétype d’un monde honni.
      Bref, une enquête parlementaire sera très certainement organisée concernant l ‘affaire des masques.Attendons.R Bachelot a déjà déclaré que le gouvernement n’était pour rien dans cette pénurie .

        +15

      Alerter
      • step // 23.03.2020 à 14h38

        effectivement, il semble que le tarissement des moyens de l’organisme date de la présidence hollande. Mais si il n’ a pas « tué budgétairement » l’organisme, le gvt actuel ne l’a pas relancé non plus. Ce qui est certain c’est que le ministre de la santé actuel, débarqué au ministère suite à l’affaire de f… parisienne lui n’est pour rien. Par contre la précédente ministre, elle a des choses à dire, et visiblement par média interposé, elle a commencé.
        Ceci dit, ce n’est pas sur place publique que l’on règle ce genre de négligence, mais au tribunal, après investigation pour savoir qui a fait (ou n’a pas fait) quoi.

          +4

        Alerter
        • fanfan // 23.03.2020 à 16h59

          L’incompétence ou l’inconscience ? Un point sur la plainte contre Agnès Buzyn et Edouard Philippe déposée devant la Cour de justice de la République (20 mars 2020)
          https://www.caducee.net/actualite-medicale/14804/l-incompetence-ou-l-inconscience-un-point-sur-la-plainte-contre-agnes-buzyn-et-edouard-philippe-deposee-devant-la-cour-de-justice-de-la-republique.html

            +1

          Alerter
          • gracques // 24.03.2020 à 08h13

            Le gouvernement actuel n’y est pour rien ?
            Sans blague ?
            D’ou sortent tous ces LREM de l’oeuf ? Et MACRON rappellez moi’son parcours politique … pousse’par Attali, secrétaire general’de l’élysée, puis ministre de l’economie,,avant qu’il ne réalise la,synthèse Hollando Sarkozy justement contre le passéiste réactionnaire Filon et le trop dangereux Melenchon .
            Macron à fusionné le centre droit et le centre gauche….. il est le centre de gravité (de moins en moins lourd) de ce qui s’est fait en France depuis 30 ans.
            Alors CE ministre n’est pas responsable …. mais’ils sont TOUS responsables dans la mesure où ils’ont menés la même politique.

              +9

            Alerter
            • step // 25.03.2020 à 10h05

              @gracques : Gouvernement hollande : ministre de l’économie :macron. Qui pousse à la fermeture de services « non rentables » ? Ne vous inquiétez pas je ne l’avais pas oublié, il était même en tête de liste dans cette affaire. Quand à la clique politique qui assassine les espoirs, rêves et futurs de 2 générations déjà afin de maintenir un statut quo qui ne profite qu’à une marge infime de la population, il faut une incrimination plus large que le covid-19.

                +0

              Alerter
    • Rémi // 23.03.2020 à 10h03

      J’ai été et reste critique sur la gestion de H5N1, car lorsque les principales décision ont été prises le virus était déjà passé sur plusieurs pays dont la Thailande que je connaissait bien. La virulence de lépidémie était donc connue et on aurait pu un peu ralentir.
      C’est cela que je reproche à l’administration francaise: Trop lente à s’adapter, soit pour ralentir soit pour accélérer. On suis l’air du temps plutot que de refléchir.
      La dernière fois il aurait fallu ralentir une fois que les premier pays avaient montrés que la virulence était plus basse et cette fois ci il aurait fallu accélérer. Cela donne encore une fois l’impression que: Soit nos ambassades ne font pas leur job, soit il existe un trou noir entre le quai d’Orsay et le ministére de la santé.
      Hors dans ce cas l’information des pays étranger est essentielle pour bien calibrer la réponse hors il semblerait que les francais soient incapable de tirer une lecon de ce qui arrive à l’étranger.
      Je ne dit pas qu’il faut se laisser influencer par des pays étranger, mais se servir de nos ambassades pour avoir les informations en avance afin de ne pas les acquérir aux dépends des citoyens francais.

        +18

      Alerter
    • JJ LATOUILLE // 23.03.2020 à 10h23

      Ma tendance serait à approuver votre propos toutefois j’apporterai une réserve méthodologique.
      Si on ne devait jamais critiquer les décisions nous n’avancerions pas beaucoup dans le traitement des crises, je me demande si ce n’est pas ce qui a été fait à la fin de la Guerre de 14-18 et qui a amené l’armée française dans un certain état d’impréparation en 1940. Ce n’est qu’une hypothèse pour un travail futur.
      Ensuite se pose le moment où on pose la critique ; j’ai appris dans mes années « en sécurité civile » que le moment c’est le débriefing post-opération, mais là se sont les acteurs de terrains qui sont concernés plus que, dans le cas d’une épidémie, les citoyens. Car les citoyens ont le droit de demander des comptes, après la crise, et de savoir à « quelle sauce » ils vont être mangés… Alors, en communication de crise on ne doit pas surfer sur tout et n’importe quoi : quand on ne sait pas on dit qu’on ne sait pas ; la connaissance actuelle sur les virus et les maladies émergentes aurait dû inciter le politiques à être plus « percutants ».
      L’orgueil du sachant face à son ignorance fait qu’il surestime ou qu’il minimise le risque. Ici, comme du temps de Mme Bachelot et de la grippe H1N1, les gouvernants préfèrent minimiser pour des raisons purement de gestion de l’économie, de la croissance alors que la mission de la politique c’est de prévoir.
      Dans mon blog hier je citais Molière qui écrivait dans le « Médecin malgré lui » : « Les bévues ne sont point pour nous, et c’est toujours la faute de celui qui meurt. » ( https://jjlatouillehommeetpolitique.com/ )

        +11

      Alerter
      • calal // 23.03.2020 à 12h02

        d’abord ils ont interdit les « discours de haine ».
        Puis ils ont interdit la « critique ».
        Quand ils sont venus me chercher parce que je n’avais pas chante assez fort les louanges de mon President, c’etait trop tard…

          +26

        Alerter
      • tepavac // 23.03.2020 à 14h32

        Intéressante perspective, même si l’épisode de l’entre-deux guerre ne me parait pas convenir à la situation.
        Vous évoquez une stratégie, alors qu’ici nous sommes davantage soumit à une gestion de stock, parce que semble t-il il n’y eût aucune stratégie, et cela est très bien mit en évidence par l’article, parce que simplement l’instance qui était censée contrôler ce type de situation à été démembré.

        « Puis, les budgets de l’EPRUS n’ont cessé de diminuer (N.D.L.R., selon un rapport du Sénat publié en 2015 sur la gestion de l’EPRUS, le budget total était passé de 281 millions d’euros à 25 millions, c’est à dire avait été divisé par 10…). Et puis finalement, conclusion logique, en 2016, l’EPRUS a été dissoute. »

        Mais il y a plus grave, la Ministre reconnait l’imprévisibilité du virus de la famille des coronavirus;

         » le H5N1, la grippe aviaire de 2004, était très virulent mais peu contaminant. La grippe porcine H1N1, que j’ai connue sous mon mandat, était très contaminante mais moins virulente. Elle a déconcerté tous ceux qui pensaient que les personnes âgées seraient les principales victimes et nous avons été surpris de voir des personnes très jeunes touchées par des processus de détresse respiratoire irrémédiables qui m’ont conduite alors à renforcer les équipements en ECMO, appareils d’oxygénation extracorporelle. Avec le COVID-19, là aussi, on a d’abord pensé que les personnes âgées étaient les plus menacées. C’est vrai mais on voit beaucoup de cas graves chez les moins de 60 ans. Les virus sont imprévisibles. »

        La suppression de l’EPRUS est incompréhensible, sans cet organe impossible de réagir à une épidémie, nous étions désarmé.

          +6

        Alerter
      • tepavac // 23.03.2020 à 15h21

        Aussi, votre intervention est bienvenue, l’opinion générale non seulement sur ce blog mais aussi dans le pays montre bien que la principale préoccupation des esprits se fixe sur les incohérences du « commandement », et de sa responsabilité totale dans le fiasco de la gestion de cette crise.

        Il nous est donc nécessaire de chercher et de trouver les chaines de causalité qui ont mené à cette catastrophe sanitaire, humaine et économique.
        La première est évidement la dissolution de  » l’établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS) », supprimer cet organe de prévention des risques, c’est comme supprimer tous les gardes-fou sur les terrasses d’un immeuble, ou de supprimer le système de freinage d’un véhicule.
        C’est une faute d’une extrême gravité.

        L’analyse de la loi qui à conduit à sa dissolution, montre que ce n’est pas une faute des services de l’état, mais de celle du législateur, celle de l’Exécutif et pour couronner le tout, par celui de la Présidence de l’époque.
        Les premiers parce qu’ils ont contrevenu aux lois, les seconds parce qu’ils les ont appliqué, et le dernier parce qu’il a manqué à ses devoirs de sureté garantis par l’autorité que lui confère sa charge.

        Raisons pour lesquelles l’EPRUS a été dissous;
        http://www.senat.fr/rap/r14-625/r14-625_mono.html

        Ministre et gouvernement responsable de l’époque,
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Marisol_Touraine

        Pourtant…

          +4

        Alerter
        • fanfan // 23.03.2020 à 20h57

          Le 16 mai 2013, Marisol Touraine, a changé la doctrine sur la réserve de masques de protection pour des raisons de coût (abandon du principe de précaution). L’actuel directeur de la santé, Jérôme Salomon, était alors son conseiller chargé de la sécurité sanitaire de 2013 à 2015.
          Concernant la décision en 2013 du Secrétariat général à la défense nationale (SGDN) de donner la responsabilités aux employeurs, privés et publics de constituer des stocks de masques, « Ce n’est pas un changement de doctrine, c’est une décentralisation », a-t-elle assuré, car l’Etat ne pouvait pas tout stocker. Il s’agissait selon elle non pas d’une mesure d’économie mais d’une « logique de proximité et de réactivité ».
          Les déclarations de Mme Touraine sont cependant remises en cause par un rapport du sénateur Francis Delattre de juillet 2015 selon lequel les stocks sont « passés d’un maximum de 992 millions d’euros à la fin de l’année 2010 à (…) à 416 millions d’euros » en mars 2015.

          Le 8 janvier 2018, Jérôme Salomon est choisi par Agnès Buzyn pour succéder à Benoît Vallet comme directeur général de la Santé, numéro 2 du ministère de la Santé et spécialiste des épidémies. En septembre 2016, il aurait averti le candidat Emmanuel Macron du manque de préparation du pays aux catastrophes, dont les épidémies.

          Cabinet de Marisol Touraine
          https://web.archive.org/web/20130804031031/http://www.social-sante.gouv.fr/le-ministere,149/les-ministres,656/marisol-touraine,1930/cabinet-de-marisol-touraine,14747.html

            +6

          Alerter
      • Alexandre B // 24.03.2020 à 09h58

        Ceci dit, lorsqu’on critique les décisions, il est vital de garder à l’esprit les informations dont disposaient ceux qui les ont prises à ce moment, et pasà posteriori.
        On ne peut reprocher à quelqu’un d’avoir joué le 6 plutôt que le 12 à la roulette, mais on peut lui reprocher d’y avoir joué en sachant qu’il y perdrait de l’argent en moyenne.
        Dans le cas présent, il est évident que les informations existaient (Chine, Corée du Sud, et même Italie) pour qui voulait se donner la peine de regarder.

          +0

        Alerter
      • Rémi // 25.03.2020 à 09h45

        Je vais revennir sur deux points:
        L’entre deux guerre mauvaise comparaison, la défaite de 40 est la faute de Pétain qui a selectionné pour l’armée francaise des chefs incapable de sortir du réglements et donc à son image. Pour des raisons politiques les responsables du pays n’ont pas vu ou voulu voire les faiblesses de caractére de Pétain.
        Je suis a votre disposition pour détailler davantage.
        Après oui l’erreur est humaine et on en sait toujours plus après qu’avant. Il existe cepedant un outil pour vérifier les moyens: Faire des exercices. Faire réguliérement des exercices pour tester les scénarios vérifier si cela a bien tourné et en faire une analyse post mortem permet de réduire les risques. Si cela a été fait rien á dire, mais vu la situation la réponse est clairement non ou on a adapté les exercices aux ressources disponibles ce qui est encore plus grave.

          +0

        Alerter
    • bm607 // 23.03.2020 à 10h35

      Vous n’êtes pas la seule. Il était de bon ton de fustiger les dépenses faites « au cas où, pour protéger les populations pour des choses imprévisibles », après coup quand le cas ne s’était pas présenté.
      Elise Lucet avait fait de même.
      https://twitter.com/i/status/1241061614004178945

      Si la situation avait été à l’époque comme l’épidémie de maintenant, on n’aurait rien dit sur le fait que le boulot avait été bien fait
      (alors qu’actuellement il ressort partout qu’il a été mal fait pour la crise actuelle ; je pense en fait que notre Zupiter a raison et que c’est le Covid-19 qui s’est trompé et n’est pas arrivé en 2010 comme il aurait dû ! Quel idiot ce coronavirus).

        +10

      Alerter
    • Goubliboulga // 23.03.2020 à 10h57

      Votre réaction n’est que la conséquence d’une erreur très répandue dans les sociétés occidentales concernant la pertinence de l’évaluation statistique pour les risques extrêmes. Or, les pandémies sont des événements certains et potentiellement très destructeurs, voire à répétition mortels pour nos sociétés. La démarche des décideurs ne doit donc pas se baser sur une analyse de type risque-coût qui n’a pas de sens, pourtant utilisée par la plupart des dirigeants occidentaux. C’est expliqué dans un article publié récemment par Nassim Nicolas Taleb avec plusieurs de ses collègues universitaires.

        +7

      Alerter
    • medmed // 23.03.2020 à 13h51

      Le problème de Bachelot, c’est qu’il n’avait pas de pandémie a l’époque, plusieurs médecins et experts avaient alerté. Au point qu’une commission d’enquête avait été montée contre l’OMS.
      « Grippe A H1N1: accusé OMS, levez-vous!
      Pour la première fois de son histoire, l’organisation onusienne est officiellement mise en cause dans la gestion d’un dossier sanitaire. »
      http://www.slate.fr/story/16329/grippe-h1n1-accuse-oms-levez-vous

        +7

      Alerter
  • Myrkur34 // 23.03.2020 à 07h45

    Je me souviens d’un reportage sur la mort « inexpliquée » d’un jeune homme durant une fête avec des soupçons sur la consommation de red bull, et l’interview de Roselyne Bachelot expliquant qu’elle avait essayé de le faire interdire au niveau européen car ce n’était pas un produit anodin mais en pure perte .

      +19

    Alerter
  • cecanquonvaoù? // 23.03.2020 à 08h14

    Avant pour stériliser les instruments, les infirmières les passaient à l’autoclave.
    Ne peut on pas faire la même chose avec les masques? Ou bien un bon coup de micro onde?
    A force de tout concevoir pour un usage unique, c’est toute l’humanité qui va devenir jetable.

      +24

    Alerter
    • Rosine Simon // 23.03.2020 à 08h23

      vous avez raison. j’ai trouvé le mode de fabrication d’un masque en tissu. je pense que les anciennes couches presque toute neuves qui me restent de mes enfants qui approchent 55 ans maintenant fera l’affaire, Car derrière ce premier barrage on met une feuille de sopalin. Au bout de trois heures le temps d’aller remplir un caddie on jette le sopalin et on lave le masque avec du savon de Marseille et un peu d’eau de javel!

        +8

      Alerter
    • Séraphim // 23.03.2020 à 10h00

      Bien sûr, c’est ridicule cette propagande sur les masques pour en justifier l’absence. Appuyée par une comm sur leur soi-disant courte durée. Il suffit de les chauffer à 70°C pendant quelques secondes. Avec 3 masques par médecin qu’on stérilise facilement en alternance, et le tour est joué. Peuvent durer 1 mois, voire plus

        +3

      Alerter
      • Karim Wilmotte // 23.03.2020 à 10h19

        Quel est l’état des élastiques après quelques secondes à 70°C?
        Prévoyez au moins des élastiques de remplacement?

        Ceci étant, peut-être faudrait-il demander à des spécialistes pourquoi on ne le fait pas?
        Qui sait, ils ont peut-être une bonne raison… Et avant de juger, c’est peut-être mieux de connaitre les éléments?

          +15

        Alerter
      • esox lucius // 23.03.2020 à 17h48

        Pour une désinfection complète (j’ai bien dit désinfection et non stérilisation) c’est minimum 60 secondes a 80°c.
        Cordialement.

          +1

        Alerter
      • Soizic // 24.03.2020 à 04h23

        Le problème c’est qu’à cette température les élastiques fondent!

          +0

        Alerter
        • gracques // 24.03.2020 à 08h25

          D’où y causent ces spécialistes des masques et de la désinfection ?

            +0

          Alerter
          • esox lucius // 24.03.2020 à 10h35

            Pour ma part @gracques je faisais la maintenance et le dépannage de ces types de matériels dans les hôpitaux.
            Je ne parlais pas spécialement des masques mais des normes de désinfection
            Cordialement.

              +0

            Alerter
      • Dominique65 // 24.03.2020 à 12h13

        Les tests menés sur le coronavirus lié au SRAS ont montré qu’il était relativement résistant à la chaleur : il ne se dégrade totalement que lorsqu’il est exposé à une température de 56°C pendant 20 à 30 minutes

          +0

        Alerter
    • xc // 23.03.2020 à 10h59

      Mis à part qu’ils sont devenus stériles, les instruments ne sont pas modifiés par le passage à l’autoclave. La structure du tissu des masques risque de l’être (comme les vêtements rendus plus rêches par une lessive, par exemple) et laisser passer les micro-gouttelettes porteuses de virus. Et impossible de vérifier par un non-professionnel non équipé.

        +7

      Alerter
    • Goubliboulga // 23.03.2020 à 11h02

      Les médecins stérilisent les protections qui le supportent, par exemple les lunettes. Si c’était possible pour les masques ils le feraient aussi. Par contre, un particulier disposant d’un masque jetable pourrait le laisser exposé au soleil plusieurs jours pour attendre que le virus soit désactivé. Encore faudrait-il être certain de la durée nécessaire dans ce cas de figure.

        +6

      Alerter
    • catherine // 23.03.2020 à 12h10

      Votre question n’est pas stupide..

      Vu :

      Exposer à 70°c quelques minutes

        +1

      Alerter
  • pievid // 23.03.2020 à 08h21

    Bachelot devrait se taire et faire profil bas
    Car c’est elle qui a institué le paiement à l’acte à l’hopital qui a créé la situation désastreuse de l’hopital qui a amené tous les soignants a faire grève depuis un an
    Oui Bachelot et les autres ministres de la santé ont tous été dans la logique néo libérale qui a mis notre système de santé en très grande difficulté
    Mais va t’on après le covid-19 en tirer les leçons, j’en doute car la logique néo libérale reviendra à tout allure, comme je doute qu’on demande des comptes à tous les gouvernements sur leurs décisions passées contraires à la défense de l’intérêt général

      +58

    Alerter
  • DVA // 23.03.2020 à 08h23

    Nous avons quand même un peu de chance(sic)…nous sommes en retard de 10 ans sur les USA..dont j’attend de voir comment ils vont gérer cette pandémie avec un grand intérêt car la cohésion sociale risque d’être remise en cause avec pour conséquence un déclin inévitable de l’empire…

      +15

    Alerter
    • Goubliboulga // 23.03.2020 à 11h06

      C’est possible, mais le fait est que les Etats-Unis ont quand même 3 fois plus de lits de soins intensifs que nous par habitant (seule l’Allemagne s’en approche). Et il se trouve que c’est aujourd’hui un élément fondamental dans la prise en charge des malades.

        +1

      Alerter
  • Berrio // 23.03.2020 à 08h55

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Grippe_A_(H1N1)_de_2009
    Rappelez-vous, on allait tous mourir !
    Même bilan humain plutôt faible au niveau mondial comme national, même difficulté à démêler les causes exactes de morbidité.
    La grande intelligence de RB est finalement d’avoir utilisé la peur avant l’arrivée en France du virus pour garantir les bénéfices des labos.
    Comme on ne peut pas faire deux fois le même coup. la tactique de nos jours est un peu différente (les buts poursuivis sont un peu différents) mais il semble, du moins sur le plan pharmaceutique, qu’il convienne avant tout de ne pas utiliser les médications tombées dans le domaine public.
    Quant à l’exploitation politique de cette peur, la vidéo sur les événements en Grèce rappelle les enjeux.
    En la parcourant je me suis dit (par delà les enjeux historiques), nos communicants actuels n’arrivent pas à la cheville de leurs prédécesseurs. J’ai pensé également qu’Orwell n’avait pas pressenti grand chose dans « 1984 » : il s’est contenté de romancer ce qu’il avait vécu, entendu et subi des différents Propaganda Staffel de l’époque.

      +12

    Alerter
    • Paul // 23.03.2020 à 11h30

      https://www.dailymotion.com/video/x6kqf6i

      Propaganda la fabrique du consentement

      Comment influencer les foules ? À travers la figure d’Edward Bernays (1891-1995), l’un des inventeurs du marketing et l’auteur de « Propaganda », un passionnant décryptage des méthodes de la « fabrique du consentement ».

        +5

      Alerter
    • Le Minotaure // 25.03.2020 à 03h41

      Le bilan actuel n’a rien de « faible », le nombre de décès dus au coronavirus enregistrés en structure hospitalière en deux semaines est déjà 10 fois supérieur à celui de la grippe sur l’ensemble de l’année. Arrêtons avec cette erreur courante consistant à comparer des estimations globale de surmortalité avec un nombre de décès médicalement constatés. Ca n’a strictement aucun sens et ça amène à relativiser dangereusement l’importance de la pandémie actuelle. Le discours trompeur sur les 8000 ou 10000 morts annuels de la grippe explique en partie la difficulté qu’on eu les gens à prendre le confinement au sérieux ces dernières semaines.

        +0

      Alerter
  • Eric83 // 23.03.2020 à 09h11

    Ci-joint le lien vers un article de mars 2018 qui permet de mettre en lumière « la guerre de clochers » dans le domaine scientifique en France et ses répercussions importantes voire dramatiques dans le contexte de l’épidémie du Covid19.

    « Ce mardi le préfet les présidents de collectivités locales inauguraient l’institut hospitalo-universitaire du professeur Raoult. L’évènement n’éteint pas la colère du chercheur après une année de tempête médiatique.
    Depuis janvier, l’Inserm et le CNRS ont retiré leur label aux deux nouvelles unités de l’IHU. »

    48 MILLIONS ET PAS UN MINISTRE
    « Didier Raoult avait un temps espéré la venue d’une ministre, Agnès Buzyn pour la santé ou Frédérique Vidal pour l’enseignement supérieur et la recherche. Aucune des deux n’est là pour lever le voile sur la plaque de marbre. »

    « Didier Raoult a un conflit ancien avec le mari de la ministre, par ailleurs PDG de l’Inserm, Yves Lévy, sur le modèle des IHU. Il l’a publiquement exprimé à plusieurs reprises et notamment dans un article du Canard qui soulignait le conflit d’intérêts patent entre une décision ministérielle sur le statut des futurs IHU et la position similaire du PDG de l’Inserm. »

    https://marsactu.fr/didier-raoult-inaugure-son-ihu-mediterranee-infection-sur-un-mode-defensif/

      +27

    Alerter
    • Eric83 // 23.03.2020 à 09h59

      Je viens de découvrir cette information datant du 19 mars sur Nice-matin. Pourquoi AUCUN média MSM ne s’en fait l’écho !?

      CHRISTIAN ESTROSI, MAIRE DE NICE, EST TRAITE A LA CHLOROQUINE DEPUIS LE 17 MARS !

      Ecoutez la vidéo sur ses déclarations à ce sujet.

      JE SUIS TRAITÉ À LA CHLOROQUINE »

      « Au début, j’ai pris un Doliprane 1000 trois fois par jour. C’est ce qui est recommandé. Certains infectiologues comme le Pr Didier Raoult ou des spécialistes du CHU de Nice sont à peu près d’accord sur le fait que même s’il n’y a pas assez de recul en terme épidémiologique, le fameux traitement à la chloroquine associé à des substituts de type nivaquine ajouté à un antiviral, l’Azithromycin ou plus vulgairement le Zithromax peuvent à la fois mieux protéger et accélérer la guérison. J’ai suivi leurs conseils et j’utilise ce traitement depuis hier (mardi, NDLR). »

      https://www.nicematin.com/sante/video-teste-positif-au-coronavirus-christian-estrosi-previent-chaque-fois-que-vous-croisez-quelquun-il-y-a-un-risque-482954

        +10

      Alerter
    • catherine // 23.03.2020 à 11h48

      Revoici : Raoult semble en avoir assez ainsi que son équipe et ensemble ils annoncent s’appuyer sur le code de déontologie et sur le serment d’Hypocrate pour appliquer leur protocole… en se passant de l’AMM.

      A mon humble avis ça va chauffer.

      Ici, dans le premier lien leur communication:

      https://www.mediterranee-infection.com/epidemie-a-coronavirus-covid-19/

      Ils se plaignent et considèrent immoral également que les essais de la chloroquine lancés au niveau européen se fassent sans l’azithromycine qui la complète très avantageusement.

      https://www.mediterranee-infection.com/hydroxychloroquine-and-azithromycin-as-a-treatment-of-covid-19/

      L’ancien directeur de la HASP trouve stupide (sur une chaîne hier soir) et incorrect d’attendre et de repousser, aux dépens de la vie des malades, l’application du protocole de Raoult.

        +9

      Alerter
      • Eric83 // 23.03.2020 à 16h56

        Une bataille féroce s’est engagée entre les dogmatiques et les pragmatiques.

        L’article de Sputnik est bien documenté sur ce qui se joue entre le Pr Raoult et les gens qui sont convaincus que le temps presse pour que le traitement qu’il préconise soit prescrit sans délais mais sur avis médical bien entendu…et ceux qui comme le ministre Véran dit qu’il faut attendre 15 jours pour avoir plus de résultats !

        Oui, le temps presse car, notamment, de plus en plus de personnels de santé sont infectés. Tout citoyen désireux de se soigner avec ce traitement doit pouvoir le faire sur prescription et avec l’aval de son médecin traitant.

        Il y a urgence, ce qui ne semble pas effleurer la conscience de nos gouvernants !

        «Nous avons perdu trop de temps»: «fake news» et chloroquine, à qui la faute?

        https://fr.sputniknews.com/france/202003231043366325-nous-avons-perdu-trop-de-temps-fake-news-et-chloroquine-a-qui-la-faute/

          +7

        Alerter
    • fanfan // 23.03.2020 à 20h09

      CoronavirusFrance- le 20.03.2020 : « les stocks de chloroquine de la pharmacie centrale des hopitaux ont été fracturés pillés ».

        +0

      Alerter
    • fanfan // 23.03.2020 à 20h17

      « Des centaines de personnes se pressent devant l’institut hospitalo-universitaire où travaillent le professeur Didier Raoult et son équipe, qui pratiquent des tests sur tous les patients fébriles, à l’encontre des directives du gouvernement français. Selon l’AFP, la foule ne s’arrête plus de grossir devant l’Institut marseillais où officie le professeur Didier Raoult et son équipe ce 23 mars. Et pour cause, le 22 mars, dans un communiqué de presse co-signé par le professeur Didier Raoult, l’institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection à Marseille a annoncé permettre à tous les «malades fébriles» qui le désirent d’accéder à un dépistage de l’infection à Covid-19. «Conformément au serment d’Hippocrate que nous avons prêté, nous obéissons à notre devoir de médecin», écrivent les médecins pour justifier leur décision qui va à l’encontre des directives du gouvernement français.
      https://francais.rt.com/france/73025-test-depistage-coronavirus-foule-devant-institut-professeur-raoult-marseille

        +1

      Alerter
      • fanfan // 23.03.2020 à 20h20

        (suite) Par ailleurs, selon ce même communiqué, «pour tous les patients infectés, dont un grand nombre peu symptomatiques ont des lésions pulmonaires au scanner», l’institut a décidé de «proposer au plus tôt de la maladie, dès le diagnostic» l’accès à un traitement «par l’association hydroxychloroquine + azithromycine, dans le cadre des précautions d’usage de cette association et hors AMM.» Les médicaments en France sont effectivement soumis à une demande d’autorisations de mise sur le marché (AMM) qui comprend des règles strictes imposant qu’on les prescrive, sauf cas exceptionnel ou dérogation, uniquement dans le cadre de l’usage prévu dans ce document. Prescrire hors AMM n’est pas anodin – c’est le non-respect de l’AMM qui a par exemple ébranlé l’industrie pharmaceutique et causé le scandale du Médiator il y a quelques années.

          +1

        Alerter
  • METZGER // 23.03.2020 à 09h14

    Est-il possible d’évoquer l’immense faillite de la « solidarité » Européenne ?

      +26

    Alerter
    • Emile // 23.03.2020 à 09h50

      Effectivement, l’Italie appelle l’Europe à l’aide et chacun regarde son nombril. Au final elle reçoit de l’aide de:
      – La Chine
      – La Russie
      – Cuba
      L’Europe est devenue le tiers monde.

        +42

      Alerter
      • Recits d’Yves // 23.03.2020 à 10h04

        Je crois qu’on peut dire que il n’y a plus d’Europe.

          +8

        Alerter
        • Catalina // 23.03.2020 à 14h35

          plus d’union européenne, voyons, l’Europe est géographique, elle ne disparaitra pas quelles que soiten les maladies qui y sévissent !

            +4

          Alerter
          • tepavac // 23.03.2020 à 20h18

            La Russie vient d’envoyer son 13 eme cargo de matériel en Italie.
            C’est vrais qu’ils ont les moyens, 40.0000 appareils d’assistance respiratoire et 50.000 lits de soin intensif pour la réanimation. La seule chose pour lesquelles ils sont défaillant c’est les ECMO.

              +1

            Alerter
      • Ellilou // 23.03.2020 à 12h58

        Oui, les vilains pays de l’axe du mal sont les seuls à répondre présents 🙂
        Je souhaite tellement que, quand toute cette m…e sera derrière nous, nous les gueux, la piétaille, les rien nous nous en souviendrons et réclamerons partout, dans la rue, dans les urnes, devant les lieux de pouvoir, les mairies, les permanences de députés, les sièges sociaux des grosses boîtes distributrices de dividendes faramineux et destructrices de la nature et des hommes, etc… l’arrêt du système, le capitalisme, qui nous a mené à cette catastrophe et qui, si rien n’est fait, nous mènera à bien d’autres aux côtés desquelles ce que nous vivons maintenant semblera si doux 🙁

          +10

        Alerter
    • Dominique65 // 24.03.2020 à 11h28

      Comment un mythe pourrait-il faire faillite ?

        +0

      Alerter
  • martin // 23.03.2020 à 09h19

    Bachelot? Bachelot? Est-ce qu’on parle de cette ministre de la santé qui a pondu une réforme de l’hopital en 2009, réforme qui a introduit l’autonomie de gestion et la facturation des actes? Bref, qui a astreint l’hopital a la règle de rentabilité du secteur privé, d’où les multiples problèmes de moyens qu’il rencontre aujourd’hui? La « rage » de Bachelot me laisse froid, elle fait partie des responsables, et au plus haut niveau, des difficultés actuelles de l’hopital public.

      +80

    Alerter
    • Céla Kata // 23.03.2020 à 14h53

      « Ce que je ressens aujourd’hui ? De la rage ! » Oui, je croyais avoir complètement détruit l’hôpital public avec mes décisions débiles, mais non! ces salopards de soignants dévoués arrivent encore à sauver des vies.Totalement dégoutée !!

      Quelle est cette expression déjà ? Ah! oui : « l’hôpital qui se fout de la charité » !

        +10

      Alerter
    • Chklakla // 26.03.2020 à 19h44

      Bien vu ! Si une enquête parlementaire a bien lieu une fois cette crise sanitaire passée, Bachelot devra être traînée devant le justice comme co-responsable de la destruction de l’hôpital public. Pour rappel sa loi HPST de 2008 a renforcé le plan Hôpital 2007 de JF Mattei (un autre responsable), à savoir : T2A, « gouvernance » de directeurs devenus des DRH sous l’emprise de l’ARS, gestion managériale des hôpitaux, obligation d’économie, subvention du secteur privé lucratif, baisse de la prise en charge de certaines prestations par la Sécu (franchises médicales, tickets modérateurs, participations forfaitaires etc.) Avec elle, la carte bleue a remplacé la carte vitale…. Cette gourdasse devrait se cacher !

        +2

      Alerter
    • bbm // 01.04.2020 à 15h18

      Et bien la réforme de l’hôpital aurait probablement pu fonctionner si tout un tas de de responsables (grands pontes et hauts fonctionnaires) en avaient compris le sens.
      second point la tarification à l’activité date d’avant 2009 mise en place progressivement en 2006, 2007 et 2008.
      Il devait y avoir des remontées d’informations afin d’identifier des problèmes une partie des hôpitaux publics n’ont pas adhérés à la réforme (qui date de 2003). Le soucis majeur est l’imprévoyance par une mauvaise analyse de ce qu’est la gestion. Un très mauvaise formation des personnes devant piloter la gestion, une réduction drastique du nombre de lits avec une population en constante augmentation. Un manque criant de personnes qualifiées pour gérer de façon optimale une structure de santé (manager supply chain, gestionnaires formés et compétents, autonomie budgétaire, scission avec le lien trésorerie et hôpital pour une gestion autonome), à mon avis pas une entreprise ne gèrerait aussi mal son budget et ses finances. L’hôpital public en 2017 c’est 79Mds€ de recettes avec une baisse continue des résultats depuis 2002 (-1,1% en 2017 avec une hausse de recettes de +0,9%) une baisse de l’investissement et une hausse de l’endettement (cherchez l’erreur). Le privé : RN en hausse (+3%) investissements en baisse et endettement en baisse, ESPIC (privé financé par l’Etat) résultats en hausse (+0,4%), investissements en baisse endettement en baisse (DRESS santé ed 2019) je vous laisse méditer.

        +0

      Alerter
  • Bientôt 78 ans // 23.03.2020 à 09h21

    Ayons donc l’honnêteté et le courage d’au moins avouer ce qui est sans ambiguïté!

    Ce qui est AUJOURD’HUI incontestablement criminel, en pleine pandémie, c’est de continuer de diffuser auprès des populations que porter un masque n’est pas nécessaire, ce qui est FAUX, tout simplement afin de « masquer » la réalité, qui est LE MANQUE DE MASQUES par absence d’une saine gestion des besoins réels des populations, compte tenu des risques sanitaires bien connus, suite aux récents précédents en matière d’épidémies.

    Criminel tout autant est d’envoyer au casse-pipe sans protection lesdits « travailleurs de la santé », faute impardonnable et inexpiable, tout particulièrement en temps dit «de guerre »!

    Des comptes doivent être rendus aux citoyens, et les irresponsables être sévèrement sanctionnés puis bannis du système. Les morts en nombres vertigineux sont d’êtres humains, d’êtres chers qui devraient être encore vivants. Chacune de ces morts évitables atteste d’un crime.

      +31

    Alerter
    • Berrio // 23.03.2020 à 12h07

      @ bientôt 78 printemps
      Des comptes doivent être rendus…
      Pour information, nos députés sont en vacances forcées, ils ont tout le loisir de débuter une enquête parlementaire sur la gestion de cette crise.
      La CJR devra se prononcer que l’on sache si les ministres et le PR n’ont pas pris les bonnes mesures par incompétence (nouveautés de la crise : virus inconnu, conditions de son apparition, erreur de stratégie…) ou s’ils avaient la compétence de prendre les bonnes mesures.
      Dans un cas, c’est la faute à pas de chance.
      Dans l’autre…, une cour d’assises y pourvoira car nous changerons de constitution

        +3

      Alerter
      • Bientôt 78 ans // 23.03.2020 à 14h02

        Désolé, Berrio.

        Je n’attends rien de nos créatures politiques ni de nos institutions. RIEN. Les premières ont trahi, les secondes sont caduques, désuètes, ankylosées, l’Ancien Régime en perte d’autonomie en notre temps quoi!

        Selon moi, seul le peuple, la masse citoyenne, se sachant unique Souverain, peut, se levant enfin, enfin debout, mobilisé en permanence, saisir et exercer le Pouvoir, sans partage. Cela demande unité, courage, abnégation, persévérance… et surtout de croire en sa propre humanité, en ce qui s’y trouve de mieux, de plus noble, de plus grand, au-delà de l’individualisme narcissique et du fanatisme identitaire généralisés, de l’exploitation par chacun de ses voisins, ainsi que de cette soif inextinguible de richesses et de pouvoir.

        L’exemple, comme demain, nous viendra d’Asie, d’où nous vient déjà aujourd’hui l’aide indispensable à survivre. Voilà bien ce qui est réellement « En marche », sous nos yeux.

        Cdmt

          +7

        Alerter
        • Berrio // 23.03.2020 à 15h37

          @78
          On est d’accord : jenevois pas comment on changerait de constitution sans l’élan du peuple 😇😇

            +2

          Alerter
  • honteàvous // 23.03.2020 à 09h28

    Au passage, nous remercierons les Guignols dans son entreprise de démolition de Roselyne Bachelot.

      +3

    Alerter
  • Emma // 23.03.2020 à 09h28

    C’est à désespérer. Quoiqu’il en soit il faut chanter, manière de résister à l’angoisse du virus…
    https://youtu.be/S0E0NGQaCcc

      +1

    Alerter
  • martin // 23.03.2020 à 09h42

    Il s’agît du texte suivant: Arrêté du 13 Janvier 2019, Article 1. La responsabilité du ministère de la santé, et en particulier de Mme Buzyn, est directement impliquée. Classique, les petits poissons cachent les gros.

      +6

    Alerter
    • Garibaldi2 // 23.03.2020 à 10h24

      Buzin n’a fait qu’entériner les conclusions des autorités de santé

      – Vu l’avis du directeur général de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail en date du 12 novembre 2019 ;
      – Sur proposition du directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé en date du 13 décembre 2019,

      qui ont alerté sur la possible génotoxicité de l’hydroxychloroquine (commercialisée sous le nom de Plaquenil). Il faut donc une ordonnance d’un médecin pour se la faire délivrer. Le médecin devra s’assurer que la patiente n’est pas enceinte et utilise un moyen de contraception, et/ou que le patient utilise un moyen de contraception.

      Il n’y a aucun complot derrière cet arrêté.

      Vous pouvez consulter les rapports sur les sites de l’ANSES et de l’ANSM.

       »En 2015-2016, les autorités japonaises ont identifié le potentiel génotoxique de la primaquine. A partir de cette information et sur l’hypothèse d’un effet de classe pour les aminoquinoléines, Sanofi a effectué une revue de la littérature et de sa base de pharmacovigilance et a déposé une demande de modification de l’information de sa spécialité contenant de l’hydrooxychloroquine, PLAQUENIL®. Indications de la spécialité PLAQUENIL  »
      https://www.ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/701d0e5c318b9eabe5884aebc19f892c.pdf

        +2

      Alerter
      • martin // 23.03.2020 à 10h54

        Pas de problème, tout ceci est bel et bon.

        Reste à expliquer pourquoi une substance jugée anodine depuis presque un siècle devient du jour au lendemain « vénéneuse », en plein milieu de l’épidémie. Il y a très certainement des qualifications intermédiaires. En outre, connaissant l’efficacité de la substance dans les affections virales (les publications ne datent pas d’hier), n’aurait-il pas été, à ce moment là, plus sage de mesurer les effets comparés. Car la suite de la choses, c’est que la molécule est devenue extrêmement rare et qu’il va falloir (probablement) la produire à grande échelle, ça prendra des semaines. Tout cela n’était-il pas prévisible en Janvier 2020? J’ai des doutes, je l’avoue humblement.
        J’attends de voir, les explications « naturelles » me paraissent aujourd’hui suspectes connaissant l’infiltration générale du ministère par l’industrie privée de la santé.

        Cependant, je n’affirme rien, sinon une extrême méfiance. Et il y a de quoi.

          +14

        Alerter
        • Garibaldi2 // 23.03.2020 à 15h20

           »Reste à expliquer pourquoi une substance jugée anodine depuis presque un siècle devient du jour au lendemain « vénéneuse », en plein milieu de l’épidémie ».

          Il semble que vous savez lire mais que vous ne comprenez pas ce que vous lisez !

          Page 9
          Comparaison des RCP dans d’autres pays européens :
          Canada
          daté du 29 janvier 2018 : « Rubrique 4.6 Grossesse L’hydroxychloroquine franchit la barrière placentaire. Les données concernant l’utilisation de PLAQUENIL durant la grossesse sont limitées. On devrait éviter d’utiliser PLAQUENIL durant la grossesse. Il convient de noter que les amino-4 quinoléines à doses thérapeutiques ont été associées à des lésions du système nerveux central, en particulier d’ototoxicité (toxicité auditive et vestibulaire, surdité congénitale), d’hémorragies rétiniennes et d’anomalie de la pigmentation rétinienne chez le foetus. On a constaté des décès embryonnaires et des malformations oculaires chez la progéniture suivant l’administration de fortes doses de chloroquine à des rates gravides (voir la section TOXICOLOGIE, Toxicité liée à la reproduction et au développement). »

          Belgique : daté du 15 février 2018 « Rubrique : 4.3 Contre-indications – L’usage de Plaquenil pendant la grossesse doit être évité. Rubrique 4.6 Grossesse Il convient d’éviter d’utiliser l’hydroxychloroquine pendant la grossesse, sauf si le médecin estime que le bénéfice potentiel est supérieur aux risques potentiels. L’hydroxychloroquine franchit la barrière placentaire.

            +2

          Alerter
          • martin // 23.03.2020 à 17h33

            mais, vous parlez (comme le texte d’ailleurs), d’un danger lié à la grossesse.mais nous parlons ici de traîtement d’infections virales. Quel est le rapport?

            Il serait tout à fait possible de parer à l’un sans bloquer l’autre.

            Et encore plus si on rapporte cette « tendance » à certaines personne qui ont eu récemment la responsabilité de la promouvoir au sein de la recherche.

            Je maintiens que cette requalification du produit comme « vénéneux » demeure suspecte, surtout si on tourne les yeux vers une certain tendance récente de l’Inserm à privilégier les recherches coûteuses en ingénierie génétique (Ah! la valeur actionnariale!) au détriment d’une recherche thérapeutique plus simple et robuste (Ah! les malades!)

              +10

            Alerter
        • Rémi // 25.03.2020 à 13h04

          Venneneuse veux juste dire sauf erreur de ma part: A prescrire par un médecin. Cela parait-il choquant de consulter son médecin avant de prendre le produit?

            +0

          Alerter
      • El hiero // 23.03.2020 à 11h01

        Bien d’accord avec Garibaldi2, mais précisons bien : risque pour les femmes enceintes, et avec des traitements de longue ou moyenne durée à forte dose.
        Ce qui est bizarre c’est que cet arrêté arrive pile au moment ou les gens seraient tentés par l’automédication.

        Je suppute que dans les jours à venir on va bien chercher pour trouver d’autres poux dans la tête de ce médicament et dans celle du Pr Raoult, les querelles d’ego prenant souvent le dessus sur la raison et la vie des gens.

        Entre temps le commentaire de Martin est arrivé et je suis bien dans la même perspective.Cependant Sanofi assure pouvoir largement fournir le médicament, mais « attend le feu vert du gouvernement » (JT de 13h TF1 22/03/2020, contrairement au JT de 20h)

          +5

        Alerter
        • El hiero // 23.03.2020 à 11h06

          Si ça se trouve, c’était le Pr Raoult qui a piqué les bonbons de Jean Marc en CM2 en 1969

            +4

          Alerter
          • Garibaldi2 // 23.03.2020 à 15h27

            Toujours page 9 du document :

            Questions posées Avis relatif aux questions posées
            Etes-vous d’accord qu’au vu des données présentées, le libellé présenté par le laboratoire comme rassurant ne peut être accepté ?
            Avis majoritaires : oui à l’unanimité (6 votants)
            Avis minoritaires
            Au vu des libellés décrits dans les autres RCP de PLAQUENIL, êtes-vous d’accord pour revoir le niveau de recommandation et de se rapprocher des libellés décrits dans les autres pays ?
            Avis majoritaires : oui à l’unanimité (6 votants)
            Avis minoritaires

              +0

            Alerter
        • Leterrible // 23.03.2020 à 12h05

          Le problème , c’est qu’en dehors de l’hôpital sous contrôle strict des paramètres AVANT et APRES ce traitement (que j’espèrerais pour moi-même SI cesparamètres m’en donnaient le « feu vert » ..) , on est quasi sûr d’assister à ceci :
          https://edition.cnn.com/2020/03/23/africa/chloroquine-trump-nigeria-intl/index.html

            +0

          Alerter
          • martin // 23.03.2020 à 14h18

            Le problème est bien connu si j’en crois notre expert. Il y a un danger lié au surdosage, précisément ce qui est arrivé dans le cas que vous citez. Je crois que la dose « sûre » est évaluée, à Marseille, à 2 X 500 mg/ jour. Au delà, il y a des problèmes, en effet. Mais je ne suis pas expert. A vérifier.

              +2

            Alerter
            • L. Smarh // 27.03.2020 à 17h01

              Non, la « dose sûre » à Marseille est de 3×200 mg/jr + Azithromycine (un antibiotique). Et seulement au tout début de la contamination, si j’ai bien compris.

                +0

              Alerter
    • catherine // 23.03.2020 à 11h51
  • RV // 23.03.2020 à 09h48

    La financiarisation de l’économie et la casse du service public dans toute sa splendeur . . .
    entre 1997 et 2014 100 000 lits d’hôpital supprimés en France
    Jacques Chirac (1995-2007) – Nicolas Sarkozy (2007-2012) – François Hollande (2012-2017)
    source NouvelObs
    « Grippe : les hôpitaux en souffrance à cause des lits supprimés par Touraine ? »
    https://www.nouvelobs.com/sante/20170112.OBS3735/grippe-les-hopitaux-en-souffrance-a-cause-des-lits-supprimes-par-touraine.html
    Boris Manenti – publié le 12 janvier 2017
    faudrait compléter avec les années manquantes . . .

    Roselyne Bachelot a surement fait ce qu’elle dit dans cet entretien, il ne s’agit pas de voir le monde en noir et blanc, il n’en demeure pas moins qu’elle était ministre pendant la période de suppression dramatique de lits d’hôpital en France :
    – ministre de l’Écologie et du Développement durable entre 2002 et 2004, dans les gouvernements Raffarin I et II, sous la présidence de Jacques Chirac.
    – ministre de la Santé de 2007 à 2010 sous la présidence de Nicolas Sarkozy (gouvernements Fillon I et Fillon II) et ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale de 2010 à 2012 (gouvernement Fillon III).

      +12

    Alerter
  • Emile // 23.03.2020 à 09h48

    Je lisais ce matin des nouvelles d’un médecin hospitalier: Il a commencé à appliquer le protocole du Pr Raoult sans attendre. Coup de fil à des collègues, il font pareil. Visiblement, face au tsunami, plus grand monde n’écoute le ministère de la santé. Quand on a un patient en train de mourir, s’il y a une chance de le sauver on tente le coup.

      +1

    Alerter
  • Papygeon // 23.03.2020 à 09h53

    Il n’y a malheureusement pas que la pénurie de masques. L’aspect détection est aussi très important. Toutes les personnes qui sont amenées à circuler devraient être détectées, mais la aussi, la pénurie rôde..

      +12

    Alerter
  • martin // 23.03.2020 à 10h01

    Je manque un peu de calme (pfff, respirons) Il s’agît de l’Arrêté du 13 Janvier 2020, publié le 15, et je cite:

    Article 1

    Est classée sur la liste II des substances vénéneuses l’hydroxychloroquine sous toutes ses formes.

      +6

    Alerter
  • isary // 23.03.2020 à 10h01

    oui,il est probable que « ça va chauffer » comme vous le dîtes,

    Seulement voilà, »ils » vont tomber sur un OS(Objet Surprenant),

    Je ne connaissais pas ce Pr Raoult il y a encore 15 jours.J ‘ai regardé ses vidéos,lu ses in terviews(celle de la Provence hier était interessante),

    Ce Mr me parait appartenir à ce qu’il est convenu d’appeler les « philocognitifs »(ou Zébres comme on veut) si il est convaincu qu ‘il est dans le VRAI(valeur essentielle pour ces animaux là,avec le JUSTE)il ne lâchera pas,

    J’avais ,il y quelques mois,fait le même « genre » de remarques au sujet du « maître des lieux » OB dont je pense qu ‘il est fait des mêmes rayures, lorsqu’il s’est agi de défendre son blog face aux Décodeurs,

    Je nous souhaite un « heureux » safari au milieu de ces drôles de zèbres qui se révèlent d’autant mieux que l’ on évolue dans une situation chaotique ou la rigueur n’est pas la qualité première…

      +14

    Alerter
    • martin // 23.03.2020 à 10h28

      Outre le fait qu’il est ce qu’on nomme une sommité dans son domaine, on lui doit un excellent livre de philosophie des sciences publié en 2010, Dépasser Darwin, dans lequel il fait apparaître la faiblesse extrême du modèle darwinien (théorie synthétique) dès qu’il s’agît de microbiologie. C’est un livre extrêmement brillant, qui m’avait marqué à l’époque. Mais ce livre a eu le tort (Patrick Tort?) de déplaire dans « certains » milieux. Cependant, au vu du palmarès du zèbre en question, personne ne l’a attaqué directement.Mais dès qu’il a commencé à parler, mon oreille s’est dressée!

        +11

      Alerter
    • Karim Wilmotte // 23.03.2020 à 10h48

      Le problème, c’est quand le zèbre se plante quand même.
      S’il y a des procédures de validation scientifique lourde, c’est par pour faire chier Raoult.
      C’est parce que c’est nécessaire.

        +4

      Alerter
      • françois marquet // 23.03.2020 à 11h45

        Mais puis qu’on est en guerre, dixit Macron, il faut évaluer le rapport coût-bénéfice en urgence pour avoir moins de morts. Léthalité du Covid 19 versus effets secondaires du traitement Plaquenil+ Zithromax!
        Bien sûr, l’essai sur 24 patients de Marseille était fait trop vite, et hors de certaines règles. Mais les résultats sont si significatifs qu’il a tout de même été publié, dans l’intérêt de la communauté internationale. Et si la publication des résultats a forcé la main au ministre pour inclure l’hydroxychloroquine dans l’essai essai européen Discovery, qui s’en plaindra?
        Et au passage, une étude chinoise qui respecte les procédures de validation, publiée sur le prestigieux NEJM a montre que le Kaletra (Lopinavir–Ritonavir) n’est pas efficace. Pour autant, l’essai Discovery incluera 800 patients traités au Kaletra seul. Sympa pour eux!
        https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2001282
        Concernant le Plaquenil vous attendriez 15 jours(au mieux!) les résultats d’une étude pour vous faire traiter, avec un produit très bien maîtrisé, alors qu’on sait que c’est entre 8 et 10 jours après les premiers symptômes du Covid 19 que la pneumonie peut arriver, et dans ce cas que les lésions pulmonaires seront durables?
        Moi pas.

          +14

        Alerter
        • Leterrible // 23.03.2020 à 12h14

          @f.m.
          Votre commentaire est parfait.

          Ajout : …  » Concernant le Plaquenil vous attendriez 15 jours(au mieux!) les résultats d’une étudePOUR VOUS FAIRE TRAITER… »
          ((j’ai mis les majuscules pour bien faire saisir l’impérieuse nécessité des précautions AVANT, PENDANT et APRES ce traitement (Hydroxychlo.. + Azithr..) )) En hôpital donc… !!

            +1

          Alerter
      • Owen // 23.03.2020 à 13h37

        Pour l’instant, Raoult présente 24 patients parmi lesquels le virus a totalement disparu en 6 jours pour 75% d’entre eux. Tout à coup, vous ignorez ce que sont les mathématiques ?
        Peut-être qu’il ment ? Possible. Alors l’exécutif aurait pu envoyer une équipe experte pour en faire la vérification in situ. Le gouvernement cherche un traitement ou n’en cherche pas ?

        Il faut laisser mourir pour honorer les règles d’un protocole trop long et trop lourd ? Au début des années SIDA les labos n’ont rien trouvé comme réponse et on a laissé aux médecins le protocole compassionnel. Ils ont fini par rassembler la tri-thétapie, empiriquement, que le temps a validité car ce traitement tenait contre le maladie.

        Chercher le traitement qui convient à un patient, c’est le travail d’un médecin. Étonnant non ? Apparemment, oui pour le gouvernement, puisque les autorités sanitaires prennent appui sur l’arrêté du 13 janvier pour INTERDIRE aux médecins d’administrer la chloroquine aux contaminés du coronavirus.
        Et tout le monde sait que Raoult n’est pas un lapereau de trois semaines, il sait conduire une analyse coûts/risques d’un traitement.

        Cohérence du gouvernement ?
        On se contente du porte-parole qui explique aux confinés qu’elle ne sait pas mettre un masque et que c’est très dur de ne pas mettre le doigt dans le nez ?

          +8

        Alerter
        • Garibaldi2 // 23.03.2020 à 15h40

          Il n’y a aucune interdiction de prescrire de l’hydroxychloroquine (qui n’est que l’un des 2 composants du traitement de Didier Raoult). L’arrêté implique précisément qu’elle ne peut être délivrée que sur ordonnance. Le médecin doit s’assurer que sa patiente n’est pas enceinte, utilise un moyen de contraception; que son patient utilise un moyen de contraception (celui de sa partenaire), afin d’éviter que le foetus soit victime d’une génotoxicité de l’hydroxychloroquine.

          Page 7 du document dont j’ai donné l’url :

           »En 2015-2016, les autorités japonaises ont identifié le potentiel génotoxique de la primaquine. A partir de cette information et sur l’hypothèse d’un effet de classe pour les aminoquinoléines, Sanofi a effectué une revue de la littérature et de sa base de pharmacovigilance et a déposé une demande de modification de l’information de sa spécialité contenant de l’hydroxychloroquine, PLAQUENIL »

            +1

          Alerter
          • Owen // 24.03.2020 à 19h01

            Olivier Véran est en train de rendre un arrêté pour lutter contre les prescriptions de l’hydroxychlorodrine par la médecine de ville.
            https://www.youtube.com/watch?time_continue=120&v=eL018OpVp_E&feature=emb_title
            Seuls les services hospitaliers pourront décider de le prescrire pour les formes sévères du coronavirus.
            Ce sont des patients qui sont en réanimation, avec les poumons déjà ravagées. L’hydroxychlorodrine ne sert pas à réanimer les poumons, mais à débarrasser le virus, cela se prescrit donc en début de maladie pour que ce soit utile avant qu’elle ne s’aggrave.

              +2

            Alerter
        • Karim Wilmotte // 24.03.2020 à 01h33

          « Pour l’instant, Raoult présente 24 patients parmi lesquels le virus a totalement disparu en 6 jours pour 75% d’entre eux. Tout à coup, vous ignorez ce que sont les mathématiques ? »

          Ben, justement, je connais un peu les stats. Vous pas, à l’évidence.
          (et ce sans reprendre tout le reste ce qui fait que cette étude n’a pas grande valeur).

            +1

          Alerter
    • Bientôt 78 ans // 23.03.2020 à 10h53

      Dans notre cage, ces créatures d’exception sont les INDOMPTABLES qui, vers la fin, comme Socrate, sereinement causent toujours vérité, justice et au-delà, la coupe de ciguë à la main… et, la fin venue, puisqu’il le faut, la vident d’un trait.

      Cette scène était destinée à appartenir au patrimoine mondial de la sagesse humaine.

        +2

      Alerter
  • Jean-François91 // 23.03.2020 à 10h09

    … et d’autant plus « brusquement » que ces substances sont utilisées et prescrites depuis 70 ans !

      +4

    Alerter
  • Ark // 23.03.2020 à 10h22

    Ne pas oublier que Roselyne BACHELOT a aussi fermé beaucoup de lits (qui vont manquer) et a aussi instaurer la tarification à l’acte (dont l’effet ne semble très positif)…

      +3

    Alerter
    • Malbrough // 24.03.2020 à 09h35

      + les forfaits journaliers et la bouffe dégueulasse (suppression des cantines locales, au profit de « traiteurs » industriels).
      Et tout ça pour faire des économies .
      Au fait on parle d’hydroxychloroquine , mais pourquoi ne parle t’on pas de la quinine, précurseur et simple plante ?

        +0

      Alerter
  • OFJ // 23.03.2020 à 10h28

    Mais pourquoi n’avoir que des masques jetables, et pas des masques en tissu, lavables, que chaque français pourrait stocker chez lui ?
    Parce que cela arrange certains de continuer à en vendre en permanence ?
    Voir l’initiative d’une entreprise de la Loire, https://ltc-jacquard.com/

      +0

    Alerter
    • xc // 23.03.2020 à 11h09

      Comment savoir si le masque sort en bon état d’utilisation du lavage ? Surtout après plusieurs ? Il s’agit quand-même d’arrêter de très fines gouttelettes.

        +0

      Alerter
      • Charles // 23.03.2020 à 11h43

        Ce n’est pas la panacée, mais le masque va arrêter 90% des goutelettes et surtout vous saurez que vous portez vos mains à la bouche. Il ne faut pas baisser sa vigilance, mais c’est un signal pour vous et pour les autres.

        Avant les masques en papier, dans le passé jusque très récemment, le personnel soignant avait des masques en tissu.

          +3

        Alerter
    • JBB // 25.03.2020 à 00h07

      Vous pouvez faire la même remarque pour le PQ, les mouchoirs ou les couches.

        +0

      Alerter
  • martin // 23.03.2020 à 10h35

    Du moins, ça mérite examen, sachant que le Big Pharma, tout au moins certaines de ses composantes, préférerait nettement mettre sur le marché une molécule nouvelle, qui, non encore tombée dans le domaine public, permettrait de plus gros profits. Mais attendons de voir!

      +0

    Alerter
  • cording // 23.03.2020 à 10h55

    « On s’en sortira » certes, c’est vrai mais à quel prix et de combien de morts. La politique sanitaire qui a suivi la sienne est quasiment criminelle et il n’est pas du tout infondé de demander déjà des comptes en justice à ceux qui nous ont gouvernés pour mise en danger de la vie d’autrui. Il y a un article du Code pénal à ce sujet.

      +3

    Alerter
  • JFG // 23.03.2020 à 11h10

    J’espère qu’avant de quémander des aides auprès de l’État, d’autres entreprises prendront la même décision:

    Soucieux d’atténuer l’effet de la crise du coronavirus sur sa trésorerie, le constructeur aéronautique européen a annoncé lundi avoir « reçu l’aval » de son conseil d’administration pour « retirer la proposition de dividende 2019 de 1,80 euro par action qui représente une valeur totale d’environ 1,4 milliard d’euros ».

    Même si la portée est symbolique…..

      +1

    Alerter
  • Bernardo // 23.03.2020 à 11h11

    Je pense qu’une partie des masques commandés seront réservés aux politiques. Ils se sentent si importants et indispensables. Ils ne se trouvent jamais assez récompensés de leur soit-disant dévouement. Mais est-ce le dévouement et le « don de sa personne à la France » qui expliquent la course aux places, le népotisme, les prébendes et les scandales financiers à répétition? Reprenons le pouvoir à cette oligarchie.

      +2

    Alerter
    • Catalina // 23.03.2020 à 14h52

      je pense que cette clique a déjà tout ce qui lui faut, c’est congénital chez eux de se servir avant tout le monde d’où notre dette irremboursable, perso, je veux un audit sur les dépenses de l’état mais la corruption sera telle qu’il y aura un tsunami de colère populaire, ça ne risque pas d’arriver; la transparence n’existe pas pour tous ces parvenus.

        +4

      Alerter
  • Arcousan09 // 23.03.2020 à 11h13

    Elle ne manque pas d’air cette ex-ministre … Ou bien c’est un trou de mémoire ou un début Alzheimer
    Si l’hôpital est en état de décomposition avancée c’est quand même bien lié aux lois qu’elle a promulguées entre autre celle sur la tarification à l’acte …. fermeture programmée de milliers de lits ….
    Le patient qui arrive à l’hôpital est le bienvenu car il rapporte du fric …
    Mais il faut qu’il dégage au plus vite car il coûte du fric …
    Les directeurs d’hôpitaux ont même embauché des personnels pour éplucher les dossiers des malades afin d’y dénicher la possibilité de gratter un peu d’argent mais à coté ils se sont débarrassés du maximum de personnels soignant … Tout le monde sait que l’administratif tout puissant est plus intéressant que le soignant dans un hôpital …. NON ???

      +13

    Alerter
    • Myrkur34 // 23.03.2020 à 16h37

      Pour illustrer votre propos et la tendance néo-libérale qui amène partout les mêmes désastres.

      En 2008-2009, Roselyne Bachelot défend la Loi portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, parue au Journal officiel de la République française le 22 juillet 2009. Cette loi reprend les propositions contenues dans le rapport Larcher remis en avril 2008, qui entérine entre autres la généralisation de la tarification à l’activité. La loi HPST modifie la gouvernance des établissements publics de santé, crée les agences régionales de santé, et s’accompagne d’une réorganisation de la carte hospitalière.

        +3

      Alerter
    • Arcousan09 // 24.03.2020 à 09h41

      Et l’ex ministre dite « socialiste » Touraine … elle aussi elle botte en touche sur sa responsabilité dans la destruction de l’hôpital …
      L’art de gouverner c’est l’art d’être ………………………. un irresponsable

        +2

      Alerter
  • pseudo // 23.03.2020 à 11h15

    pendant la débacle on parle peu de ce qu’il se passe outre mer. 2 Trillion par ci, 4 Trillion par là. Elon musk et jeff bezos quidemande chacun 5 Milliards etc etc. Les lobbyistes, même durant l’épidémie, et en fait, particulièrement durant la débandade, s’empresse de demander ceci ou cela au prétexte de sauver l’économie. La socialisation des pertes sera incommensurable.

      +8

    Alerter
  • Charles // 23.03.2020 à 11h40

    « On a parié que cela ne se reproduirait pas et on a perdu. »

    ??? Tous les spécialistes disent qu’il est évident qu’il y aura encore et encore des pandémies, c’est normal, c’est naturel. La seule chose, c’est leur dangerosité.

    Si tu as parié que ça ne reproduirait pas, tu n’es pas à ta place en tant que gestionnaire. Un gestionnaire ne parie pas sur un inéluctable qui n’aura pas lieu, un gestionnaire met en place des mesures pour être prêt quand l’inéluctable est là.

      +6

    Alerter
  • JFG // 23.03.2020 à 11h43

    Déclaration le 25 Février:
    La chloroquine, un antipaludique bien connu, permettrait de traiter efficacement le Covid-19 selon des chercheurs chinois. Une annonce amplifiée par le Pr Didier Raoult selon lequel cela sonnerait « la fin de partie » pour l’épidémie de coronavirus.
    Presque un mois avant que les autorités sanitaires se décident à tester son utilisation…Elles étaient moins regardantes
    concernant le Médiator ( affaire lancée en 2007 par Irène Frachon aboutissant à une interdiction en 2009) ou la Dépakine alors que le processus vital des patients n’était pas engagé.

      +11

    Alerter
  • Emilium // 23.03.2020 à 12h18

    J’ai honte pour les-crises de publier ça. Je dis ça parce que je suis déçu et que j’ai l’habitude d’un standard exigeant pour les publication ici. Franchement c’est pas sérieux…

      +1

    Alerter
  • Charles // 23.03.2020 à 12h46

    Hé, vous autres, aidez-moi à diffuser en masse ceci :

    Nous, le peuple de France, exigeons :

    Des statistiques précises journalières ET cumulatives, incluant systématiquement l’âge (par tranche de 10 ans), les morbidités éventuelle et la profession, ces statistiques étant présentées sous forme de tableau TOUJOURS DE LA MÊME FAÇON. Ces statistiques doivent donner par jour et en cumulé :

    – Le nombre de morts,
    – Le nombre de cas en réanimation en cours,
    – Le nombre de personnes sorties de réanimation,
    – Le nombre de personnes testées par jour (et sur combien de personnes différentes, avec âge et co-morbidité des personnes testées, et par département),
    – Le nombre de cas graves non pris en charge,
    – Le profil des cas graves,
    – Le nombre de lits en soins intensifs occupés et libre, le nombre de lits normaux occupés et libres pour la France et par département,
    – Le nombre de personnels soignants en réanimation, contaminés, en quarantaine (suspicion) et décédés, ainsi que la répartition selon les catégories (médecin/infirmier/secrétaire…), par âge, sexe, morbidité,
    – Le nombre de caissiers, d’éboueurs, de policiers, de femmes de ménage (techniciens de surface) et de conducteurs de transport en commun contaminés, en réanimation et décédés.

      +11

    Alerter
  • Charles // 23.03.2020 à 12h46

    Ces statistiques doivent être publiées chaque jour à la même heure et librement accessibles sur internet. Elles doivent être facilement importables dans divers logiciels à des fins d’exploitation pour les citoyens et pour les chercheurs. Les données anciennes doivent rester facilement accessibles. La présentation doit être claire, la manière d’y accéder doit être facile.
    Aucune entrave à la constitution de ces statistiques et à leur consultation ne sera tolérée.

      +4

    Alerter
    • Charles // 23.03.2020 à 12h47

      Nous, le peuple de France, exigeons également que vous répondiez aux questions suivantes et en donnant toutes les preuves officielles étayant la véracité de vos réponses :
      – La France a-t-elle des véhicules de désinfection (et combien) ? A-t-elle les produits désinfectants pour désinfecter les rues (et combien de litres) ? Et combien faut-il de litres pour désinfecter une ville de 10.000 habitants ? Comptez-vous désinfecter les villes ?
      – Le gouvernement va-t-il réquisitionner les cliniques privées et le matériel de soin privé nécessaire pour faire face à l’épidémie ?
      – La grippe saisonnière fait rage (la France était en rouge la semaine dernière) : est-ce normal pour la saison ? Comment savez-vous qu’il ne s’agit pas du Coronavirus si ces personnes ne sont pas testées ?

        +6

      Alerter
      • Charles // 23.03.2020 à 12h47

        – Comment se fait-il que les hommes politiques, les stars et les sportifs soient testés malgré le très faible nombre de tests actuels ? Surtout quand ils ne manifestent pas de symptômes ? Allez-vous mener une enquête devant ce qui semble être une rupture d’égalité devant la loi et une appropriation indue de ressources précieuses qui auraient pu sauver des personnes plus malades ? Quelles sanctions allez-vous prendre tant à l’égard des personnes testées que des personnels qui ont fait ces tests s’il est avéré que l’état physique (peu ou pas de symptômes) de ces personnes ne justifiait pas ces tests (selon vos propres consignes) ?
        – Le gouvernement peut-il nous dire pourquoi la France est incapable de réquisitionner les usines pour les détourner de leur fonction pour produire des tests et des masques ? Est-ce à dire que la 7e puissance économique n’a ni les ingénieurs ni les outils industriels à cet effet ? En particulier, l’armée, le CNRS et les universités françaises n’ont-ils pas les spécialistes pour adapter l’outil existant ?

          +9

        Alerter
  • Charles // 23.03.2020 à 12h47

    – À quoi va servir la surveillance par GPS si la population n’est pas testée et s’il n’y a pas un traçage systématique des personnes que les contaminés ont croisées ? Quelle utilité comptez-vous faire de ces données en l’absence de traçage et de tests ?
    Nous, le peuple de France, estimons que, puisque nous sommes en guerre contre le Covil-19 et que le président de la République en sa qualité de chef des armées, mène la bataille, tout examen des actions du président de la République, du gouvernement et des responsables actuels doit être effectué devant un Tribunal militaire et jugées selon le Code de Justice militaire.
    Parallèlement, nous, le peuple de France, nous réservons le droit de créer nous-mêmes un tribunal populaire pour rendre notre propre jugement selon des critères que nous définirons nous-mêmes et serons souverains quant aux décisions relatives aux responsabilités de chacun, citoyens ordinaires y compris. Nul responsable jugé ne saurait échapper aux peines prononcées.

      +9

    Alerter
  • Denis // 23.03.2020 à 13h32

    Je suis inquiet!

    Vous rendez vous compte?

    Cuba aide l’Italie. Cuba petit pays qui survit sous un embargo depuis des décennies
    de la part du BAO. Cuba va-t-il aidé son grand voisin qui veut le détruire?

    La Russie de Poutine, ce dictateur sanguinaire, qui envoie des avions de matériel et des médecins en Italie.

    Où est l’U.E.? Silence radio! Bruxelles ne répond plus! Strasbourg coulé!

    Je ne parle pas de l’OTAN , qui nous protège du péril rouge….ou vert, on ne sait plus.

    Mais où va-t’on?

    Heureusement notre grand leader (young) a choisi pour notre plus grand bonheur!

    Confinons les « moins que pas grand chose »! Sinon PV payable de suite.

    On ne teste que les bien atteints ou friqués parce que ça coûte un bras.

    Pas de masque: trop cher. On connaît la suite.
    On compte les morts! Et pas tous, il y en a qui sont « hors jeu ».

    Certains résistent: à Marseille, on me dit qu’un groupuscule de gaulois réfractaires
    sont sur le front et combattent pendant que d’autres débattent et gèrent leur carrière.

    Les temps changent! Mais les humains, non?

      +20

    Alerter
  • Garibaldi2 // 23.03.2020 à 15h51

    En 1968 la France s’est retrouvée à l’arrêt total pendant 6 semaines. Après les accords de Grenelle ça a été un boom de consommation, et ce sera le cas à la fin de cette crise. Les gens, et en particulier les riches qui se sont rendus compte qu’un billet de 100€ ne fait pas un bon masque anti-virus, auront tellement eu les chocottes qu’ils vont dépenser sans compter.

    Les bourses ayant été bien rincées, les fonds de pensions vont devoir faire preuve d’imagination pour honorer leurs engagements !

    Attendez le cac40 à 3500 points pour acheter !

      +6

    Alerter
    • Jérôme // 24.03.2020 à 00h25

      Mais non pas 6 mois. 3 mois. Ce qui est suffisant pour provoquer un cataclysme jamais vu depuis la défaite de 1940 et les années d’occupation.

      En tout cas, vous pouvez vous dire que la retraite par capitalisation et les fonds de pension seront aussi lessivés qu’en 1945. La solidarité va redevenir une idée à la mode, y compris chez tous ceux qui se croyaient premiers de cordée mais qui ne l’étaient pas pour les trois quarts d’entre eux.

        +2

      Alerter
  • Brice // 23.03.2020 à 16h46

    Ce qui manque à ce que dit R. Bachelot c’est le « pourquoi » .
    Pourquoi a-t-on détricoter tous ces budgets ?
    Et là s’arrête son honnêteté intellectuelle car si elle va plus loin dans son raisonnement elle tombera sur…suivez mon regard..les directives européennes qui demandent sans cesse moins de dépense publique.
    Voilà Mme Bachelot l’origine des problèmes actuels, il serait bien maintenant de l’admettre non ? Sinon, on va rester là où nous en sommes et demain sera comme hier.

      +2

    Alerter
  • DenisG // 23.03.2020 à 17h56

    Bachelot se met en scène, elle accuse les morts (politiquement) pour mieux couvrir les fautes du gouvernement actuel et « en même temps » se dédouaner + noyer le poisson en anecdotes. Elle ne répond pas à la seule question qui vaille : pourquoi les moyens de protection sanitaire ont-il été drastiquement diminués avant, pendant et après son ministère ? A-t-elle jamais à aucun moment de sa fonction (pour le moins) dénoncé cette politique de saccage du service public de la santé ? Jamais ! Au contraire, elle en était et en est toujours chaudement partisane.
    Ci dessous : une excellente(et courte) analyse de la stratégie hypocrite de camouflage des gouvernants faillis et dangereux.
    http://cadtm.org/Et-maintenant-on-culpabilise-les-citoyen-ne-s

      +5

    Alerter
  • tchoo // 23.03.2020 à 18h15

    AH la gestion de stock!
    Problème très pregnant, parce que cela peut très vite plomber une entreprise à la fois quand le stock est trop important et lorsque aussi il ne l’est pas assez.
    Source d’immobilisation important de capitaux, ce n’est pas pour rien que nos sociétés modernes ont préférer avoir celui ci sur les routes ou sur les mers, car il coute moins cher (entrepot plus petit, retard de règlement (payé à réception ou à 60 ou 120 jours de la réception)
    et en matière de santé, si on applique les mêmes recettes que les gestionnaires comptables, voila à quoi on arrive.
    Définitivement, la gestion d’un pays ne peut pas être confiée aux comptables, déjà que c’est une hérésie pour une entreprise.
    La comptabilité est un outil de gestion et pas le contraire, et nous avons confié la gestion de notre pays a des comptables

      +3

    Alerter
  • serge // 23.03.2020 à 19h55

    Soyons réalistes sur l’état de nos institutions. On croule sous les agences de santé (INVS, HAS, ARS, Ministère…) qui paient grassement des centaines d’experts, tant internes qu’externes voire même internationaux, pour faire des projections et évaluer des scénarios. Au même titre que les entreprises, les PCA (plan de continuité d’activité) sont devenus communs et connus, ceci justement pour se préparer à tout avec diverses priorités. Et actualisés en fonction des changements de règlementation, de personnels, de fournitures, de périmètre, etc… Et là, on vit en direct live que « tout ce pognon de dingue », même pas celui de ces fameux stocks qui existent mais qui n’existent pas (on se demande qui s’occupe des sous-totaux du tableur), n’a servi à rien, nada, que dalle… vu que l’on finit comme un pays du tiers-monde; confiner et fermer les yeux sur les morts, RIP, pas de chance, pas au bon endroit, pas au bon moment. C’est cela le plus triste…
    J’étais sur le pont pour le H1N1 pendant que Mme Bachelot était au gouvernement, à dérouler mon petit PCA pour ma tôle. Qu’elle ait approvisionné des trucs, plus ou moins utiles, est certain. Mais comme d’hab avec l’Etat français, largement trop tard. Heureusement que l’étendue de ce virus à l’époque est restée très en dessous des risques, sinon elle était autant dans la merde que Buzyn/Veran et consort maintenant. Effectivement, il y a de la rage mais pas pour tous ces ploucs qui sont censés s’occuper de nous. Pour nous…

      +5

    Alerter
  • Jérôme // 23.03.2020 à 20h22

    J’ai un souvenir très précis de cet épisode. J’avais à l’époque soutenu le choix de R Bachelot précisément en disant que 1,5 milliard d’euros, c’était cher mais c’était le prix de l’assurance tous risques. Et qu’à l’ère du principe de précaution, sa décision était logique.

    J’avais pourtant tort sur un point essentiel : 1,5 milliard d’euros, c’est une goutte d’eau ! C’est 100 à 200 fois moins que ce que va nous coûter l’épidémie de Covid-19 sur le seul plan économico-financier.

    Cette crise emporte condamnation sans appel de la gestion à la petite semaine et de la politique d’économies de bout de chandelle, autrement dit des mesures à la con.

      +3

    Alerter
  • Philou // 23.03.2020 à 21h00

    Dans les années 70, le maire de Fudai, un petit village du nord-est du Japon, avait fait l’objet de vives critiques de la part de ses administrés pour avoir imposé la construction d’un barrage bien trop puissant (16 m de haut, 30 millions de dollars, 8 ans de construction), barrant complètement la petite vallée encaissée et isolant le village de son littoral. Le 11 mars 2011, quand le tsunami a frappé les côtes du Tôhoku, causant plus de 22 000 morts et disparus plus une catastrophe nucléaire en prime, le petit village et ses 3000 habitants ont été totalement épargnés. Depuis, les habitants, y compris ses plus féroces opposants, viennent régulièrement fleurir la tombe de M. Wamura, décédé plusieurs années avant la catastrophe…
    https://www.youtube.com/watch?v=XhxlBGzNyzk

      +1

    Alerter
  • fanfan // 23.03.2020 à 22h00

    Morandini Live du 23/03/2020 : Maitre Fabrice di Vizio.
    Intégrale ici: https://dailymotion.com/video/x7svyyi

      +0

    Alerter
  • fanfan // 23.03.2020 à 22h32

    L’ordonnance du Conseil d’Etat n° 439674 du 22 mars 2020 : vers un confinement renforcé dans les 48 heures
    https://hms-avocats.com/lordonnance-du-conseil-detat-du-22-mars-2020-vers-un-confinement-renforce-dans-les-48-heures/

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications