Les Crises Les Crises
21.mars.202021.3.2020 // Les Crises

« Les connards qui nous gouvernent » par Frédéric Lordon

Merci 3179
J'envoie

Source : Le Monde diplomatique, Frédéric Lordon, 19-03-2020

Bien sûr ça n’est pas moi qui le dis — ça non. C’est Claude Askolovitch. Plus exactement, Claude Askolovitch rapporte les propos d’un « ami pneumologue ». En même temps, on sent qu’il les endosse un peu. Ça n’est pas exactement lui qui le dit mais un peu comme si quand même. En tout cas, tous les papiers de la respectabilité sont dûment tamponnés : un journaliste de France Inter et d’Arte, on pourra difficilement plus en règle. Et donc tout d’un coup, sans crier gare, le voilà qui parle, ou laisse parler, de nos gouvernants comme de « connards ».

On se demande ce qui l’a piqué — en même temps il faut admettre : quand une vidéo appelée à demeurer dans la mémoire collective montre Agnès Buzyn, ci-devant ministre de la santé, déclarer fin janvier qu’évidemment le virus restera à Wuhan et qu’il n’y a aucune chance que nous en voyions jamais la couleur ; quand, jusqu’au 12 mars après-midi, le ministre Blanquer assène qu’il n’y a aucune raison de fermer les écoles (moi aussi, comme Claude Askolovitch, j’ai un ami : dans la classe de sa fille, sept cas positifs, mais pourquoi embêter les parents avec d’inutiles soucis de garde ?), et que le soir même la fermeture générale est annoncée ; quand, dans un tweet à ranger sur la même étagère que la vidéo de Buzyn, Macron, comme un hipster du 11e arrondissement qui aurait fait l’atelier poésie au collège, nous invite — le 11 mars –- : « Nous ne renoncerons à rien, surtout pas à rire, à chanter, à penser, à aimer, surtout pas aux terrasses, aux salles de concert, au fêtes de soir d’été, surtout pas à la liberté », pour le 12 fermer les écoles, le 14 laisser son premier ministre annoncer un début de confinement général, et le 16 morigéner la population qui continuait sur la lancée de l’exemple qu’il lui donnait depuis des semaines ; quand on se remet sous les yeux le tableau d’ensemble de ces ahurissements, on se dit en effet que tous ces gens se sont fait prendre soit par surprise, soit par connerie. Et que l’hypothèse de la surprise étant à l’évidence exclue, il ne reste que celle de la connerie — qui n’est pas une surprise.

Mais l’établissement des archives ne serait pas complet si l’on n’y ajoutait cette séquence, éloquente et synthétique entre toutes, de l’intervention de Martin Hirsch, directeur de l’AP-HP au journal de France 2 samedi soir : « Je supplie l’ensemble des Français d’appliquer les mesures annoncées ». Martin Hirsch, passé sans transition de la démolition à la supplication.

On s’est beaucoup moqué des soviétiques, de Tchernobyl et du socialisme réel, mais vraiment, le capitalisme néolibéral devrait prendre garde à ne pas faire le malin

La Supplication, c’est le titre d’un livre de Svetlana Alexievitch. Sur la catastrophe de Tchernobyl. Et c’est vrai qu’il y a du Tchernobyl dans l’air. Il va y avoir des « nettoyeurs ». C’est le nom qu’on donnait aux sacrifiés, ceux qu’on envoyait muni d’un linge sur la bouche et d’une paire de bottes, pelleter les gravats vitrifiés de radioactivité. Une aide-soignante sur Twitter publie le patron qui circule pour fabriquer « soi-même à la maison » des masques avec du tissu. On s’est beaucoup moqué des soviétiques, de Tchernobyl et du socialisme réel, mais vraiment, le capitalisme néolibéral, qui a déjà oublié son Three Mile Island et son Fukushima, devrait prendre garde à ne pas faire le malin. À l’hôpital en France en 2020, il y a pénurie de gel et de masques pour le personnel soignant — alors que des fractions considérables de la population devraient y avoir accès. Et l’on n’a sans doute encore rien vu : que se passera-t-il d’ici quelques semaines quand les hospitaliers laissés démunis, contaminés, vont commencer à tomber comme des mouches, et toute la structure du soin menacer de s’effondrer sur elle-même, les soignants devenant à-soigner — mais par qui ? Mais zéro-stock, zéro-bed : c’était la consigne efficace des lean-managers — les zéro-managers. À qui ne reste plus que la supplication.

Il y a les zéro-managers et, donc, il y a les epsilon-journalistes : ceux qui commencent à crier aux « connards » quand la catastrophe est là. C’est-à-dire un peu tard. D’autres gens criaient aux « connards », depuis longtemps même, mais, Dieu toute cette radicalité ! Toute cette violence ! La démocratie c’est le débat apaisé et loin des extrêmes (qui se touchent). À France Inter, sur Arte, au Monde et à Libération, la raison est le nom de la mission : la violence, c’est pour la populace bornée en ses passions jaunasses, ou les fous furieux de « l’ultra-gauche ». Et puis tout d’un coup, un jour : « connards ».

Le problème avec les grandes catastrophes — financières, nucléaires, sanitaires — c’est qu’il vaut mieux les avoir vues venir de loin. C’est-à-dire avoir pris le risque de gueuler « connards » quand tout allait bien, ou plutôt quand tout semblait aller bien — alors que le désastre grossissait dans l’ombre. L’armement, et le réarmement permanent de la finance, donc des crises financières, y compris après celle de 2007 : connards. La destruction de l’école, de l’université et de la recherche (notamment sur les coronavirus, quelle ironie) : connards. La démolition de l’hôpital public : ah oui, là, sacrés connards. Le surgissement des flacons de gel désinfectant dans les bureaux de vote quand même les personnels soignants en manquent : hors catégorie.

On peut jouer « l’immunité de groupe » avec la grippe saisonnière, par exemple, mais pas avec la peste. Où est le coronavirus entre les deux ?

Enfin « hors catégorie », c’est vite dit. Car, sur le front des connards aussi, la concurrence non faussée est féroce. Le Royaume-Uni, qui a les mêmes à la maison, est en train de découvrir la légère boulette de sa première stratégie basée sur la construction d’une « immunité de groupe » — soit, dans la perspective d’une épidémie récurrente, laisser délibérément infecter 50 à 60 % de la population pour y distribuer largement la formation d’anticorps, en vue de « la fois d’après ». Or, on peut jouer « l’immunité de groupe » avec la grippe saisonnière, par exemple, mais pas avec la peste. Où est le coronavirus entre les deux ? Un peu trop au milieu semble-t-il. Suffisamment en tout cas pour que jouer la « propagation régulée », au lieu du containment rigoureux, finisse par se solder en centaines de milliers de morts — 510 000 dans le cas britannique selon les estimations d’un rapport de l’Imperial College. Ici la philosophie conséquentialiste (1) a la main lourde, et l’esprit de sacrifice généreux — mais pour les autres, comme toujours.

Or l’organe complotiste de la gauche radicale, Le Figaro, nous apprendqu’il y a bien des raisons de penser que la première réponse du gouvernement français a été fortement imprégnée, sans le dire évidemment, de la stratégie sacrificielle de « l’immunité de groupe » — « certes, il y aura bien quelques morts, mais enfin c’est pour le salut futur de la collectivité ». Vient le moment où, à Paris et à Londres, on s’aperçoit que « quelques morts », ça va plutôt faire une montagne de morts. De là le passage un peu brutal de la poésie collégienne au confinement armé. De là également la légitime question de savoir à combien ça nous met sur l’échelle Richter ouverte de la connerie gouvernante.

On comprend, dans de telles conditions de fragilité morale, que le gouvernement ait besoin d’en appeler à la « guerre » et à « l’union nationale ». C’est qu’autoriser le moindre départ de contestation menace de tourner en incendie général. Au vrai, la solidarité dont Macron fait ses trémolos zézayants, et qui est en effet très impérieuse, n’entraîne nullement d’être solidaire avec lui — juste : entre nous. Dans ces conditions, rien n’est ôté du devoir de regarder et de la liberté de dire : « connards », s’il s’avère.

Mais le monde social est comme un grand système d’autorisations différentielles. Les droits à dire, et surtout à être entendu, sont inégalement distribués. Ce qui est dit compte peu, et qui le dit beaucoup. Par exemple, avertir aux « connards » tant que France Inter dit que tout va bien est irrecevable. Il faut que France Inter passe en mode « connards » pour que « connards » puisse être dit — et reçu. On a bien compris qu’ici France Inter était une métonymie. La métonymie du monopole epsilon-journaliste. Qu’on ne dessille que le nez sur l’obstacle. Mais alors hilarité garantie : en cette matinée de premier tour des municipales, CNews nous montre Philippe Poutou votant à Bordeaux où il est candidat, et l’on manque de tomber à la renverse en entendant la voix de commentaire rappeler que « Philippe Poutou représente un parti dont le slogan a été longtemps “Nos vies valent plus que leurs profits”, et je trouve que ce que nous vivons en ce moment est la mise en œuvre de ce principe ». Voilà, voilà. Ils étaient si drôles ces trostkystes avec leurs slogans, eh bien, justement, venus du fond de l’URSS de Tchernobyl (ânerie historiographique de première, mais c’est comme ça que ça se range dans une tête de journaliste). Ils étaient si drôles. Et puis voilà qu’ils ont raison. On dit les trotskystes, mais là aussi c’est une métonymie — symétrique du monopole d’en-face.

En-face, précisément, à part cette drôlerie, rien ou presque. Claude Askolovitch n’est pas France Inter — il le sera quand, ès qualités et en son nom propre, il dira « connards » au micro, même de la part d’un « ami », plutôt que sur son compte personnel de Twitter. À Libé, on était il y a peu encore secoué de sarcasmes à l’idée qu’on pouvait faire argument du krach boursier contre la réforme des retraites — ces Insoumis…. Au Monde, toute mise en cause d’ensemble du néolibéralisme dans la situation présente vaut éructations excitées au « Grand soir ».

Mais le propre des grandes crises, comme situations à évolutions fulgurantes, c’est que les opinions aussi connaissent des évolutions fulgurantes. Par exemple, à quelques jours de distance, on reprendrait volontiers le sentiment de Lilan Alemagna que la connexion krach/réforme des retraites faisait tant rire. Ou celui d’Abel Mestre maintenant qu’il a pris connaissance des articles de son propre journal sur les projections de mortalité et la situation progressivement révélée de l’hôpital, manière de voir comment il apprécie le degré de changement qu’il faut faire connaître à l’ordre social présent. L’ordre social qui donne du « héros » en verroterie symbolique aux personnels hospitaliers, mais leur fait envoyer des mails leur expliquant qu’une infection au coronavirus ne sera pas reconnue comme maladie professionnelle (des fois qu’entre deux gardes ils aillent se déchirer en discothèque) ; celui qui par la bouche de Martin Hirsch — encore — traite de « scrogneugneu » les médecins et infirmières qui ont dénoncé l’agonie matérielle de l’hôpital (présidée par lui), et ceci au moment même où il demande aux personnels retraités de venir reprendre le collier aux urgences, c’est-à-dire de rejoindre leurs collègues tous déjà positifs, Tchernobyl-style ; celui qui célèbre l’éthique du service public il-y-a-des-choses-qu’on-ne-peut-pas-confier-à-la-loi-du-marché, mais maintient le jour de carence pour ses agents malades ; celui qui sort les vieux à toute force dans l’espoir de sécuriser les majorités municipales du bloc bourgeois (©) ; celui qui produit des personnages aussi reluisants que, mais ça alors ! de nouveau Martin Hirsch — décidément à lui seul la synthèse ambulante du régime —, expliquant sur France Inter à des interviewers pourtant pas feignants de l’encensoir mais cette fois un peu estomaqués, qu’il y a des réanimations qui, que, comment dire… durent très longtemps, des deux trois semaines, alors que eh bien à la fin ça se termine plutôt mal, et du coup elles n’ont pas servi à grand-chose (les réanimations), en fait à rien, qu’on pourrait peut-être songer à débrancher un peu plus tôt, vu qu’il s’agirait de libérer le lit rapidement, rapport à zero-bed. Et maintenant, verbatim : « Lorsque les réanimateurs jugeront que la réanimation n’a pour effet que de prolonger que de huit jours, ils feront le rationnel (sic) de ne pas se lancer dans une réanimation dont la conclusion est déjà connue ». Mais le verbatim, c’est encore trop peu, il manque le bafouillement caractéristique de celui qui dit une monstruosité, un truc obscène, imprésentable, en sachant qu’il dit une monstruosité, un truc obscène, imprésentable. Parce que juger « d’une réanimation dont la conclusion est déjà connue », c’est, comme qui dirait, et d’ailleurs comme dit Ali Baddou, une « responsabilité terrible ». À quoi Hirsch répond, du tac au tac, que « la responsabilité terrible, c’est effectivement d’en faire le plus possible, d’être hyper-organisés, de convaincre les autres qu’il faut se mobiliser à fond » — au cœur de la question qui venait de lui être posée donc. Car on n’avait pas bien compris de quoi la responsabilité terrible est la responsabilité terrible : c’est de se serrer les coudes et d’être « mobilisés à fond » ! Disons, les choses : contre tout ça, la proposition de tout renverser et de tout refaire qui, sous le nom-épouvantail de « Grand soir » effraye tant Abel Mestre, est finalement des plus modérées, en fait minimale.

On planquera d’autant moins les morts que les médecins disent depuis des mois l’effondrement du système hospitalier, et que la population les a entendus

Mais le propre de tous les propagandistes de l’ordre présent, c’est que le sens du dégoûtant ne leur vient que tardivement — s’il leur vient. On ne sait jamais vraiment jusqu’où les dominants doivent aller pour leur arracher un début de revirement, un commencement d’interrogation globale. Mais peu importe : les « interrogations globales », d’autres qu’eux se les posent, plus nombreux et, le temps passant, de moins en moins calmes. Jusqu’ici, les morts du capitalisme néolibéral, entre amiante, scandales pharmaceutiques, accidents du travail, suicides France Télécom, etc., étaient trop disséminés pour que la conscience commune les récapitule sous un système causal d’ensemble. Mais ceux qui arrivent par wagons, on ne les planquera pas comme la merde au chat. On les planquera d’autant moins que les médecins disent depuis des mois l’effondrement du système hospitalier, et que la population les a entendus. De même qu’elle commence à comprendre de qui cet effondrement est « la responsabilité terrible ». L’heure de la reddition des comptes politiques se profile, et elle aussi risque d’être « terrible ».

En réalité, une pandémie du format de celle d’aujourd’hui est le test fatal pour toute la logique du néolibéralisme. Elle met à l’arrêt ce que ce capitalisme demande de garder constamment en mouvement frénétique. Elle rappelle surtout cette évidence qu’une société étant une entité collective, elle ne fonctionne pas sans des constructions collectives — on appelle ça usuellement des services publics. La mise à mort du service public, entreprise poursuivie avec acharnement par tous les libéraux qui se sont continûment succédés au pouvoir depuis trente ans, mais portée à des degrés inouïs par la clique Macron-Buzyn-Blanquer-Pénicaud et tous leurs misérables managers, n’est pas qu’une mise à mort institutionnelle quand il s’agit du service public de la santé— où les mots retrouvent leur sens propre avec la dernière brutalité. En décembre 2019, une banderole d’hospitaliers manifestants disait : « L’État compte les sous, on va compter les morts ». Nous y sommes.

Pour l’heure on dit « connards », mais il ne faut pas s’y tromper : c’est peut-être encore une indulgence. Qui sait si bientôt on ne dira pas autre chose.

En fait, tout ce pouvoir, s’il lui était resté deux sous de dignité, aurait dû endosser le désastre déjà annoncé en face du public, reconnaître n’avoir rien compris ni à ce que c’est que vivre en collectivité ni à ce que l’époque appelle. Dans ces conditions, il aurait dû se rétrograder au rang de serviteur intérimaire, de fait en charge de la situation, pour annoncer qu’il se démettrait sitôt la crise passée. Tout le monde a compris que ça n’est pas exactement ce chemin que « ceux qui nous gouvernent » ont l’intention d’emprunter. Disons-leur quand même que, sur ce chemin, ils seront attendus au tournant.

Source : Le Monde diplomatique, Frédéric Lordon, 19-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Scytales // 21.03.2020 à 20h44

Un président de la République ou un gouvernement digne de ce nom est au service du Peuple souverain pour préserver les individus qui le compose des dangers de ce monde et assurer leur bien-être et leur développement individuels et collectifs.

Ce président de la République et ce gouvernement forment un quarteron d’incompétents qui se servent du peuple pour assouvir leurs fantasmes narcissiques d’omniscience et de toute-puissance en exposant hommes, femmes et enfants à toutes les avanies, à tous les dangers et à toutes les prédations de ce monde.

81 réactions et commentaires

  • Scytales // 21.03.2020 à 20h44

    Un président de la République ou un gouvernement digne de ce nom est au service du Peuple souverain pour préserver les individus qui le compose des dangers de ce monde et assurer leur bien-être et leur développement individuels et collectifs.

    Ce président de la République et ce gouvernement forment un quarteron d’incompétents qui se servent du peuple pour assouvir leurs fantasmes narcissiques d’omniscience et de toute-puissance en exposant hommes, femmes et enfants à toutes les avanies, à tous les dangers et à toutes les prédations de ce monde.

      +104

    Alerter
    • Un homme contemplatif // 22.03.2020 à 00h46

      Ne mâchez pas vos mots. Ceux qui nous gouvernent sont des criminels qui devraient être jugés devant une cour pénale. Un collectif de plus de 600 médecins a porté plainte contre Buzyn et Philippe. Macron est lui intouchable.

        +62

      Alerter
      • Yves MICHEL // 22.03.2020 à 10h08

        Ah, porté plainte contre ceux qui sont atteignables ? Où ça ? Je signe !

          +3

        Alerter
      • Biloute // 22.03.2020 à 11h20

        Dépôt de plainte auprès de la Cour de justice de la République. N’est-ce pas cette Cour qui a jugé, entre autre, les affaires Fabius, Lagarde …..?

          +18

        Alerter
      • petitjean // 22.03.2020 à 12h05

        Voyons, voyons !
        ces plaintes, vous le savez très bien ne déboucheront sur rien ! C’est comme faire des pétitions, ça ne sert à rien !
        les nombreux scandales de la 5ème république n’ont conduit en prison aucun « responsables » politiques !
        La trahison est avérée depuis des décennies, qui donc a été jugé ?
        On peut se faire plaisir avec des mots mais, vous le savez, c’est vain
        Ce sont des intouchables, qui ont tous les pouvoirs…………..

          +15

        Alerter
      • Un homme contemplatif // 25.03.2020 à 00h57

        Pour le dépôt de plainte, c’est là :

        https://plaintecovid.fr/

          +0

        Alerter
    • Dominique Gagnot // 22.03.2020 à 07h51

      « Du point de vue capitaliste, les travailleurs et la planète ne sont que force de travail et ressources physiques, qu’il convient d’exploiter au moindre coût.
      Toute autre considération (destruction de l’écosystème, paupérisation…) est sans objet car ignorée du capitalisme » De même que les épidémies …

      « Comprendre la tragédie capitaliste, Imaginer le système d’Après! »
      PDF gratuit : http://bit.ly/tragédiecapitaliste (à diffuser autant que vous le pouvez…)

        +13

      Alerter
      • DenisG // 22.03.2020 à 09h37

        J’approuve totalement, à quoi j’ajouterais pour compléter le tableau « La stratégie du choc », ou le capitalisme du désastre, de Naomi Klein. C’est pourquoi le qualificatif de « connards », même s’il est réjouissant, ne me paraît pas éclairant : l’incompétence des irresponsables du gouvernement français s’explique d’abord par des choix politiques consistant d’abord à ne pas nuire au business au détriment du service de protection sanitaire public puis, à l’échelle de la BCE de renflouer les banques afin qu’elles puissent consentir du crédit plutôt que d’aider directement les états. Business as usual, autant que faire se peut (Pénicaud qui insulte les salariés en danger de contamination). Mais on n’a pas encore tout vu : le pire de la prédation en la matière est à venir (cf. la catastrophe de l’ouragan Katrina en Nouvelle Orleans de 2005). C’est pourquoi aussi ces irresponsables et leurs médias de propagande ont beau jeu, à présent que les ravages de l’épidémie se font sentir, d’accuser des comportements individuels, certes inciviques, égoïstes et odieux, plutôt que de reconnaître leurs insuffisances qui ont permis ces comportements scandaleux. Dernière en date : le recteur de l’académie de Nantes qui suggère aux enseignants et élèves confinés de se rencontrer dans des points relais de livraisons ouverts (commerces) pour échanger des documents de travail, incitant ainsi à violer les consignes elles-mêmes contournables. Il faut croire qu’il était sûr de son impunité, ce qui était le cas.

          +12

        Alerter
      • Eric83 // 22.03.2020 à 09h59

        OUPS, dans la série Covid19, on ne vous dit pas tout !

        EXCLUSIF . Coronavirus COVID19 : “vérifiez vos assurances vie”, une bombe lancée par un groupement de gendarmerie.

        « Le GGD, (le groupement de gendarmerie départemental) vous conseille de vérifier vos contrats d’assurance et notamment les bénéficiaires de vos assurances vie ».

        « Ce document, envoyé par mail et reçu par tout un escadron de gendarmerie, a fait un tel effet, qu’il a été publié sur un des groupes Facebook fermés auxquels seuls les gendarmes ont accès. »

        « Sur ce groupe fermé Facebook les commentaires effarés ont été tellement nombreux que la publication a été supprimée ce samedi 21 mars au soir, par le modérateur de ce groupe. Ce conseil a été perçu par les gendarmes comme une bombe. Dans la guerre contre le COVID19 il n’en fallait pas plus pour effrayer les troupes. »

        https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/exclusif-coronavirus-covid19-verifier-vos-assurances-vie-bombe-lancee-groupement-gendarmerie-1804398.html

          +7

        Alerter
    • Danielle VQ // 22.03.2020 à 12h43

      Je ne pense pas qu’ils soient incompétents, personnellement je les considère plutôt comme des ordures patentées

        +19

      Alerter
      • Jean neymar // 22.03.2020 à 13h49

        Les deux, en verite: l’un n’exclu pas l’autre.

          +15

        Alerter
  • Recits d’Yves // 21.03.2020 à 21h00

    Lordon est amer et comme je peux le comprendre. Nos aïeux, dans des maisons de retraites, moins prioritaires, « du coup », devront consentir au réalisme du En même temps. En même temps, libérer des lits en Ephad et alléger la note pour Bercy et les familles?
    20% nous dit-on, de sacrifiables trop âgés pour représenter quelques valeurs estimables. Surtout parmi ceux des vieux qui ne rapportent rien, et qui coûte un pognon de dingue.
    Il y a là l’opportunité de nous débarrasser d’une mémoire collective qui rappelle que le néolibéralisme n’est pas une fatalité et qu’EM, et je dois dire que de le penser, en homme de gauche, me laisser pantois, n’est rien face à De Gaulle.
    Rien mais avec rien, il va tuer indirectement des centaines de milliers de personnes.

    Et alors, j’ai peur que cet individu à la psychologie douteuse, daigne se présenter devant la Justice, surtout du Peuple en colère d’avoir trop souffert de ses errements monstrueux et de son cynisme meurtrier. Et que même, le moment venu, il considère qu’il est de son devoir de se maintenir au pouvoir pour les biens des « français qui sont l’avenir de l’Europe ». Ceux là même qui auront pu recevoir des soins, ceux là même qui sont un capital qui met la tyrannie en marche.

      +33

    Alerter
    • Janssens // 22.03.2020 à 08h16

      Nos aïeuls, en EHPAD, ils sont en train de crever de ne plus nous voir.

        +10

      Alerter
      • Starburner // 22.03.2020 à 09h40

        Pas seulement de ne plus nous voir. Ici à coté de Montbéliard, 7 personnes sont décédées à l’Ehpad dans les 2 dernières semaines (sur 80 ) . Personne n’en parle . Le journal régional et son site n’en parlent pas .Mes commentaires sont refusés. Pas d’enquête ou volonté de cacher les faits pour ne pas faire « paniquer » la population ?

          +11

        Alerter
  • Eric83 // 21.03.2020 à 21h13

    « Pour l’heure on dit « connards », mais il ne faut pas s’y tromper : c’est peut-être encore une indulgence. Qui sait si bientôt on ne dira pas autre chose. »

    Connard : insulte désignant quelqu’un qui se comporte de façon déplaisante ou déplacée, par manque d’intelligence, de savoir-vivre ou de scrupules.

    C’est une indulgence de journalistes pour masquer la réalité du comportement réel de nos gouvernants.

    La réalité, c’est que nos gouvernants n’ont pas des comportement de connards mais de criminels par négligence coupable.

    Et c’est un tribunal pénal qui les attendra au tournant.

    Quand au peuple, il n’aura que deux options quand « la foire sera finie et que les bouses seront comptées », la soumission totale ou son émancipation.

      +71

    Alerter
    • rolland // 22.03.2020 à 01h56

      Effectivement, la soumission totale ou l’émancipation !

      Il y a tout de même un hic, depuis notre naissance on nous écarte de ce que nous sommes au plus profond de nous et cette éducation a apparemment mené à ce que la plupart d’entre nous ne soupçonnent en rien qu’ils ne sont pas ce qu’ils sont.
      Quant à ceux qui se laissent guider par leur intuition ou tout du moins qui ne réfutent pas l’idée que nous ne nous connaissons pas nous-même, il semble que l’écrasante majorité de cette minorité ne veuille pas affronter la peur.

      La Peur de devoir reconnaitre que leur vie est un mensonge dont le plus important est basé sur le fait que nous n’avons pas le pouvoir/capacité et que de là nous devons nous en remettre à une gestion globale/étatique.

      Ce pouvoir pourtant nous l’avons en nous, pour nous changer nous-même et ainsi changer le voisin puis le monde, en dehors de tout pouvoir centralisateur.

      Etonnant qu’aujourd’hui encore au XXI siècle après 2000 années de faux que les pouvoir religieux quels qu’ils soient n’enseignent pas cela, comme devrait le faire tout courant spirituel honnête qui se respecte dans son oeuvre pour le bien commun.

      Peut-être faut-il dire que le grand écart avec un pied dans l’univers céleste et l’autre dans l’univers financier n’est pas propice à l’équilibre et ne le sera jamais.

      Il y a certainement un temps où le premier pas en religion pouvait aider à condition d’en sortir aussitôt.

      Aujourd’hui même cela ne vaut plus et ça semble très bien, le chemin spirituel est un chemin personnel, internet faisant office de béquille.

      Hors Sujet !!!! Quoique…

        +8

      Alerter
      • L’oncle H // 22.03.2020 à 07h20

        Bonjour,
        Vous écrivez » mensonge dont le plus important est basé sur le fait que nous n’avons pas le pouvoir/capacité et que de là nous devons nous en remettre à une gestion globale/étatique ».
        S’il y a un point crucial, c’est – oui – celui-là.
        Nous devons nous contenter.
        (d’ailleurs, un journal évoquait un sondage disant qu’à 93 %, nous sommes contents de la manière dont nous sommes gérés)
        Je note que, ces derniers jours, tant à Madagascar qu’en Nouvelle-Zélande, des territoires (petite ville, village) ferment leurs portes à qui n’est « pas d’ici ». OK.
        C’est du confinement collectif. C’est de l’appropriation collective du droit à décider.
        C’est tout de même autre chose que chacun chez soi, chacun pour soi, et « Chantons sur nos balcons, c’est pas con, Léon ».
        Mais la question sera : comment et quand décider de leur réouverture ? Sur la base de quelle information disponible pour tous et acceptée par tous ?
        Le tsunami d’informations que nous expérimentons n’est pas ce qui convient pour ça.
        Quelle autre forme ?
        Ne faut-il pas inventer des formes collectives – impliquant du face à face, …au besoin à 2 mètres, ok, mais face à face – de recherche (recherche : l’inverse de ce tsunami) et d’appropriation collective de l’information ?
        Ca ne s’inventera pas du jour au lendemain.
        Mais faut pourtant essayer.

          +3

        Alerter
        • rolland // 22.03.2020 à 10h48

          La moins mauvaise solution pour commencer serait sûrement de tester sérieusement ce qui pourrait être une médication efficace sur base de chloroquine, puisqu’il semble qu’elle ait cette vertu de lutter contre les virus…..espérons que ça soit la clé.

          Par contre au vu de ce que l’on peut constater en terme de mesures de sécurité/restrictions sans parler en France de la « loi état d’urgence sanitaire », et ayant les mots de J.Attali résonnant encore dans ma tête depuis 2009 et 2014 concernant une éventuelle pandémie, j’aimerais croire que leur souhait est d’arrêter ce mauvais rêve au plus vite, cela dit vous l’aurez compris j’ai actuellement ce doute qui me trotte dans la tête.

          Puis évidemment l’effondrement bancaire nous menaçant toujours de plus en plus, « ils » auront bien du mal à trouver ici ou là meilleur prétexte pour occuper les grands médias et la pensée collective. Finalement quoi de mieux pourrait servir à faire diversion au début d’un effondrement systémique, juste le temps d’en gagner suffisamment pour « améliorer » et prolonger les lois actuellement en cours……pour le bien de tous, toujours.

          Bref je divague je divague, je vais finir par me faire peur ! La Peur ? Bah au bout du compte ça devrait leur aller aussi alors, quoi de mieux que celle-ci pour manipuler les esprits à souhait ?!…..je divague, je divague…

          Mieux vaut que j’aille me coucher pour mette ça à plat !

            +5

          Alerter
      • Eric83 // 22.03.2020 à 09h42

        « depuis notre naissance on nous écarte de ce que nous sommes au plus profond de nous… ».

        Parfaitement exact, notre modèle de société et les croyances dont nous sommes imprégnés depuis notre plus jeune âge nous éloignent de notre Soi/Etre.

        Le premier pas essentiel consiste donc à retrouver le simple « Je suis » de Sri Nisargadatta Maharaj.
        « Tun n’es pas ce que tu crois être, cherche ce que tu es, observe le sens de « Je suis »…et non du je suis ceci ou je suis cela.

        « Le Soi n’est accessible ni par l’étude, ni par l’intelligence ni grâce aux commentaires entendus. C’est par le simple fait qu’on y aspire qu’on y parvient. »Le Soi, dans l’homme éclairé, révèle sa propre réalité. »

        Alors, sachons profiter de ces temps de confinement.

        Certains livres peuvent aider à clarifier ce que l’on ressent confusément, fugacement, intuitivement mais sans réussir à en appréhender l’essence.

        A chacun de trouver par lui-même l’ouvrage/les ouvrages qui sauront éclairer son propre chemin. Comme l’on dit, ce qui compte, c’est le premier pas.

        « Le XXI siècle sera spirituel ou ne sera pas ». André Malraux.

          +6

        Alerter
    • Czerny // 22.03.2020 à 10h49

      Une petite partie du « peuple » a montré la voie et a essayé de déloger ces criminels ,mais la grande majorité du « peuple » a regardé faire, bien au chaud ,se plaignant de la violence de ces GJ qui cassent le matériel urbain.Cette même majorité qui a fait le plein de PQ pour affronter un virus .Émancipation ? Lol !

        +18

      Alerter
      • rolland // 23.03.2020 à 10h53

        Ils ( GJ ) seront la « première » voie d’un éveil des consciences de la masse qui préfère ne pas se poser de question continuant à courber l’échine, et de cette autre partie du peuple qui en fait autant par peur de sortir du troupeau ou par peur de l’inconnu…
        ..Quoi qu’il en soit cette période infectieuse risque fort de ne pas seulement concerner la question sanitaire; je vois cela comme un mal pour un bien, dont ce dernier sera probablement celui de l’éveil des consciences d’une part de la population qui redoutait de se laisser aller à penser autrement que ce qu’impose le récit collectif.
        Plus le danger est sérieux et plus il nous est utile d’en ressortir le côté positif..

          +0

        Alerter
  • Phil // 21.03.2020 à 21h59

    Je vois cela d’un pays en voie de développement.
    Le gel est aux caisses au supermarché, on y trouve des gants et des masques.
    Du paracétamol on en trouve jusque dans les petits magasins très courant ici.
    Les flics ne disent rien si on se ballade le long de la rivière ou en forêt mais allument pour les attroupements.
    Des voitures passent pour les consignes aux habitants.
    Pas de pillages de magasins, hormis les distances de sécurité rien de changé.
    Des consignes de bon sens on été donné aux entreprises. Comme les journées non travaillées ne sont pas payées c’est l’état qui prend la relève. Plus d’école mais les repas gratuits sont à emporter.
    Les commerces alimentaires sont ouvert et comme ils vendent un peu de tout on ne manque de rien ou du moins pas grand chose.
    Tout les réunions, spectacles, voyages organisés sont supprimés.
    Au bout de 21 jours après le premier contaminé on en est à 72 infectés, pour l’instant tous étaient des malades chopés aux frontières depuis hier, 18 locaux c’est moins bon.
    L’état d’urgence a été prononcé le 16 mais ça faisant une semaine que les avions ne venaient plus d’Italie et que les contrôles sanitaires aux frontières étaient draconiens. Même une personne saine venant d’une zone à risques était assigniée a résidence et contrôlée.
    Le PIB pour 10 millions d’habitants est équivalent aux dépenses de santé françaises. Ce n’est pas toujours une histoire de moyens. Quand je vois coté France je vois une équipe de bras cassés ou de pieds nickelés aux commandes mais le terme connard va très bien aussi.

      +40

    Alerter
    • gotoul // 21.03.2020 à 22h11

      Merci de ce témoignage. De quel pays s’agit-il ?

        +7

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 22.03.2020 à 07h35

        Cuba ?
        « Cuba a dépêché en Italie une équipe de 52 médecins et infirmiers, dont certains forts d’avoir combattu la fièvre Ebola en Afrique, pour aider le pays européen le plus meurtri dans sa lutte contre le covid-19.

        La destination de cette équipe arrivée samedi en Italie est la région de Lombardie, la plus touchée par le coronavirus. En un mois, 4 825 personnes sont mortes en Italie en raison de cette pandémie.

        L’équipe composée de 36 médecins, 15 infirmiers et un administrateur, « est prête à travailler sans relâche pour soigner et affronter l’épidémie de covid-19 en collaboration avec les professionnels de la santé » d’Italie, a déclaré son chef, Carlos Ricardo Perez.

        Trente des membres de cette équipe ont lutté contre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014 à l’appel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a ajouté le chef de l’équipe lors d’une cérémonie avant leur départ de La Havane. » https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-cuba-envoie-en-italie-des-medecins-ayant-combattu-la-fievre-ebola-6788247

          +16

        Alerter
        • Eric83 // 22.03.2020 à 09h06

          La Chine vient également au secours de l’Italie, avec du personnel qualifié et des matériels, tout comme la Russie à partir d’aujourd’hui.

          L’UE a montré son véritable visage dans la gestion de cette épidémie et il est très, très, laid à voir.

          La Russie qui, de l’avis des vassaux néocons de l’UE et de l’Otan, aurait pour ambition d’envahir l’UE vient au secours de l’Etat de l’UE le plus en difficulté. Si cette volonté d’invasion était réelle, laisser prospérer la contagion du Covid19 eut été extrêmement facile, efficace, sans aucune dépense et surtout sans aucune guerre militaire…

          Gageons que le peuple italien se souviendra qui l’a abandonné et qui l’a aidé. Comme l’on dit, c’est dans les moments difficiles que tu comptes tes vrais amis !

          L’UE est maintenant prête à imploser et cette épidémie aura été le catalyseur qui manquait jusqu’ici.

            +21

          Alerter
          • Jean-François91 // 22.03.2020 à 10h58

            Le plus probable est malheureusement que dans quelques mois, quand la crise sera passée, les membres de l’UE, en chœur, revotent toutes sortes de sanctions et que le parlement de l’UE condamnent tous ces pays aidants pour gnagnagna atteinte aux droits de l’homme. Le FMI vient bien de refuser une aide financière d’urgence au Venezuela, prétextant que son président n’était pas reconnu « par la communauté internationale ». Et il y a qui dans la communauté internationale ? [pour info : Coronavirus : la Lombardie demande l’aide de la Chine, de Cuba et du Vénézuela; https://www.lesechos.fr/monde/europe/coronavirus-la-lombardie-demande-laide-de-la-chine-de-cuba-et-du-venezuela-1187398%5D
            Ils n’ont même pas honte ! Alors « connards » est effectivement une qualification faible.

              +11

            Alerter
        • Ellilou // 22.03.2020 à 14h22

          Quel Pays magnifique, quel peuple incroyable! Des quinze jours passés là-bas il y a deux ans je n’en ramène que des images et des souvenir pleins d’humanité, de beauté et d’intelligence. Peuple solidaire, malgré un blocus (ou embargo pour les plus tièdes…) qui en aurait soumis plus d’un, toujours aux avant-postes de l’aide: l’opération « milagro » qui depuis 2004 offre des opérations ophtalmologiques avec l’aide du Venezuela aux plus démunis de nombreux pays où cela serait impossible. Si je ne dis pas de bêtise, l’homme qui a tué Ernesto Guevara en aurait même profité https://www.legrandsoir.info/2-octobre-2007-2-bolivie-l-assasin-du-che.html.
          Maintenant, les anti-castristes primaires, lâchez-vous… 🙂

            +7

          Alerter
  • ManuUK // 21.03.2020 à 22h01

    Personnellement je trouvais son billet sur son analyse entre le krachs boursier et le corona virus beaucoup plus intéressant et plus pertinent : https://blog.mondediplo.net/coronakrach

    A lire de toute urgence !!

    « Dans la plupart des cas, les krachs proprement boursiers (c’est-à-dire n’impliquant que le compartiment des actions) sont davantage à grand spectacle qu’à grands effets. « 

      +8

    Alerter
  • Alligator427 // 21.03.2020 à 22h08

    Ce dont nous pouvons rêver serait que l’immunité de groupe décidée(*) par nos gouvernants leur revienne comme un boomerang. Et que plus de 66% de la population soit immunisée contre les discours libéraux des happy-few de la globalisation.


    (*) : les réactions tardives de nos gouvernants ainsi que leurs atermoiements successifs (élections, contradictions entre membres du gouvernement, …) laissent à penser que le projet initial de Macron était de laisser la contamination atteindre le seuil des 66%. Comme son homologue britannique qui a eu la franchise de l’affirmer.

    Aujourd’hui ce n’est malheureusement plus possible de protéger les personnes saines, c’est trop tard. Et on comprend alors pourquoi les tests sont toujours si bas en France : cela n’a plus aucun intérêt, même pour étaler dans le temps les contaminations.

    Le coup est parti, les tests ce sera pour après le pic pour vite remettre la population au travail.

      +20

    Alerter
    • Diegolerouge // 22.03.2020 à 08h43

      L’immunité de groupe n’a jamais été démontrée selon le Pr Raoult, infectiologue à l’IHU de Marseille, reconnu mondialement. Tapez son nom c’est passionnant.

        +5

      Alerter
  • douarn // 21.03.2020 à 22h15

    Juste pour ne prendre que cet exemple, l’abolition de l’ISF représente une perte de recette d’environ 3 milliards d’€. La pilule nous avait été faite avaler par l’argument : « 3 milliards, c’est pas grand chose vous savez dans les recettes de l’état ». En pourcentage c’est vrai :
    https://www.legifiscal.fr/actualites-fiscales/2168-recettes-fiscales-2018-detail-impots.html

    Mais comme il est très difficile de se représenter 3 milliards d’€, convertissons les milliards d’€ en hôpitaux. Tout le monde se représente ce qu’est un hôpital de belle taille, disons 50.000m2, pour en avoir fait l’expérience physique un jour :
    Coût de construction d’un hopital de 50.000m2 : ~100 millions d’€ HT (~2000€ht/m2 x 50.000)
    https://www.hopital.fr/Actualites/Combien-coute-un-hopital

    Donc, la suppression de l’ISF, cadeau fiscal fait aux plus aisés de notre pays, nous coûte la bagatelle de la construction d’au moins 25 hôpitaux par an… 25 hôpitaux par an, alors que l’on prend conscience de notre fragilité sanitaire, la suppression de l’ISF devient du coup beaucoup plus parlante.

      +31

    Alerter
    • Séraphim // 21.03.2020 à 23h08

      Faudrait tempérer ou compléter avec les coûts de fonctionnement. Et pas seulement : construire 25 hôpitaux par an pour y mettre quels médecins (7 ans de formation, de coût? ), quelles infirmières (idem, formation, coût)? Construire un hôpital n’est qu’une infime portion du coût d’un hôpital, problème bien connu dans les pays en développement

        +2

      Alerter
      • calal // 22.03.2020 à 08h28

         » Construire un hôpital n’est qu’une infime portion du coût d’un hôpital, problème bien connu dans les pays en développement »
        surtout quand ces personnels de sante migrent apres dans les pays developpes…

          +4

        Alerter
      • Jean-François91 // 22.03.2020 à 11h01

        D’accord, alors on aurait besoin de taper dans les 60 milliards annuels d’évasion fiscale.

          +7

        Alerter
        • Ellilou // 22.03.2020 à 14h27

          Selon le syndicat Solidaires Finances Publiques (première force syndicale unifiée de la DGFiP) la fraude fiscale est évaluée (tranche basse) à 80 milliards par an!

            +2

          Alerter
        • douarn // 22.03.2020 à 14h32

          Mon commentaire n’avait que pour seul objet de rendre tangible l’enormité que représentent 3 milliards d’€.

          On ne va pas construire 25 hôpitaux de grande dimension tous les ans. Une fois devrait suffire. Par contre les années suivantes, les 3 milliards d’€ par an de l’iSF pourraient servir à former les personnels sur l’ensemble de leurs cursus.

            +3

          Alerter
  • Bientôt 78 ans // 21.03.2020 à 22h38

    En marche, plus notre périple s’allonge, plus s’accumulent et s’accentuent les turbulences, plus s’intensifie notre jouissance d’entendre la voix étincelante de Lordon jugeant, sérieusement moqueur et rieur, le ridicule de ce Pouvoir nu comme un ver devant tous, si fier pourtant de croire parvenir à cacher sa nudité derrière sa minuscule feuille de vigne flétrie, trouée, dans un geste on ne peut moins pornographique… à peine Griveaux.

    « L’État compte les sous, on va compter les morts ». Nous y sommes… Déjà, nous avons appris à maîtriser les multiplications. La pédagogie, « y a qu’ça d’vrai! ».

      +17

    Alerter
    • Séraphim // 21.03.2020 à 23h12

      C’est exactement ça, Griveaux, avec ses images, a livré l’image fidèle de l’Etat

        +8

      Alerter
      • Narm // 22.03.2020 à 11h42

        des branleurs comme on dit

        branleur ■ Jeune homme (péj.) ; minable, personne inefficace, personne peu active (terme de mépris) ; jeune désoeuvré ; ■ petit voyou médiocre ou vaurien sans envergure ; petit délinquant

        mais propre sur eux

          +6

        Alerter
  • Kiwixar // 22.03.2020 à 00h12

    Très bon texte de Lordon. La conclusion (« ils seront attendus au tournant ») est timide, pas de quoi faire frissonner de peur les psychopathes qui nous gouvernent et les oligarques qui nous marchent dessus. C’est un peu le problème : depuis la fin de l’URSS, ces crapules n’ont plus peur de rien, d’autant qu’ils ont pris bien soin d’adapter la législation à leurs crimes pour ne plus être punis, et de nous féminiser pour qu’on ne soit plus trop sanguinaires, voire un peu trop compréhensifs (« oh les pauvres petits »).

    Le Tribunal d’Exception devra être constitué de procureurs carnassiers venus de leurs rangs, de statisticiens aptes à comptabiliser le nombre de victimes de leurs crimes (10.000 morts par an dûs à la pauvreté?), de fermiers habitués à plumer les oies (confiscation du patrimoine familial de ces oligarques), à couiquer les poules et à vider les entrailles. Il faudra être dissuasif pour les 7 prochaines générations, hélas.

      +30

    Alerter
  • clauzip12 // 22.03.2020 à 00h20

    la politique et l’action du président sont l’expression dans la continuité dans la considération qu’il a pour les citoyens,le dédain.
    Le laisser s’effondrer l’hôpital public était manifeste.Le retard dans la réaction à la pandémie,le manque flagrant de la protection des soignants aura pour conséquences de nombreux décès.Ce sera comptabilisé un jour.
    Il est un point dont je n’arrive pas à expliquer l’origine,la totale absence des cliniques privées dans l’hébergement et les traitements respiratoires.
    Arriver à l’effondrement du service public pour utiliser le privé en dernier ressort ,en sauveur?
    Je dois avouer qu’il me parait très difficile( malgré le ressenti malodorant du parti présidentiel)que les conséquences en nombre de décès aient pu etre oubliées par soucis d’application de idéologie néo libérale.
    Je pense au Chili victime d’un coup d’état en 1973,organisé par les USA, ayant entrainé 30 000 victimes et torture dont la mise en pratique de la politique néolibérale par Pinochet était dirigée des USA par Friedman
    Pour les utilisateurs,clients acquis définitivement,tant pour l’éducation payante que par les soins aux couts sans limites l’avenir est très sombres.Certes,moins d’impôts mais un payement individuel de tous les besoins fondamentaux de la vie.
    Attention citoyens,aucun scrupule,pas de morale ,votre vie va devenir totalement un marché ou vous ne pourrez rien dire,vous ne pourrez pas passer outre,mais devrez tout payer en permanence quel que soit le prix.
    Heureusement UE,USA… sont en cours d’effondrement.Accompagnez l’UE dans sa disparition!

      +3

    Alerter
  • pseudo // 22.03.2020 à 00h50

    /instant contradiction/… sauf que, en utilisant le propos de ce mr pour faire tout un article de ces sujets il cautionne ce qu’il dénonce en reproduisant le même comportement qui consiste à n’écouter que ceux que l’on veut quand cela nous arrange. Des gens qui crient à tord et à travers que ce gouvernement est une troupe de troubadours, on en trouve à la pelle tous les samedis. Ceux là peuvent continuer de s’égosiller, même la « dissidence » ne semble les entendre que d’un écho fade et lointain, sans l’âpreté du rugissement furieux de celui qui en plein le dos de tous ces connards imbus de leurs croyances à faire pâlir n’importe quel rabbin, curé ou imam.

      +2

    Alerter
  • rolland // 22.03.2020 à 01h01

    Etant donné que l’effondrement « total » prendra sans doute seulement quelques mois et qu’il sera occidentalo-planétaire, je me demande si les effets propagandistes en continu sauront encore, encore et encore, détourner la conscience collective des causes réelles, voulues puisque structurelles, de cet effondrement économico-systémique et civilisationnel qu’ils n’oseront jamais ne pas mettre sur le bon dos du coronavirus ?
    Les temps à venir vont être rudes et la traversée du désert sera longue, malheureusement je ne parle pas là en terme sanitaire…….Je ne peux voire les choses autrement, ce qui d’ailleurs me fait douter au vu de l’état du système économico-financiaro-bancaire avant l’épidemie du côté accidentel ou naturel de la chose.
    J’espère que l’histoire en tous cas parlera !

      +2

    Alerter
  • Matthieu // 22.03.2020 à 02h46

    Je suis bien d’accord, la pandémie de Corona virus manifeste au grand jour la mort du totalitarisme néolibéral, qui n’est que le fruit d’une idéologie du marché et de l’argent poussé jusque dans son impasse actuelle depuis non des décennies mais des siècles. A la liste de cette clique de parvenus au sommet de la traîtrise, vous en oubliez la perle. Ne l’avez-vous pas vue cette Borne, pilotant de main de maître et en toute discrétion l’avancement de la Loi d’Orientation des Mobilités. N’a-t-elle elle aussi mérité une place de choix dans cette petite clique de « connasses » mondialistes?
    Au crépuscule de ce vieux monde agonisant, le silence entourant cette LOM, adoptée par le parlement le 26 novembre 2019 sans aucun débat ni amendements déposés, me laisse songeur… C’est dire la porté du symbole. Une assemblée de pleutres pétrifiés. Et c’est de leur renoncement à débattre ou de la peur que la bride du pouvoir s’échappe d’entre leurs mains, c’est parce qu’ils ont raidi leur nuque, qu’ils ont osé l’impensable. Privatiser l’ensemble de nos mobilités quotidiennes.

      +3

    Alerter
    • Narm // 22.03.2020 à 11h48

      « De manière inédite, le Gouvernement lance en janvier 2018 un appel d’offres, remporté par le cabinet d’avocats international Dentons, visant à sous-traiter à une entreprise privée la rédaction de « l’exposé des motifs » du projet de loi et l’étude d’impact de la loi4. « 

        +0

      Alerter
  • Matthieu // 22.03.2020 à 03h03

    Revenons, sur ce projet de Loi dont personne n’a entendu parler. La ministre borne s’y est prise dès la première heure du quinquennat macron. A l’automne 2017, Hulot, la superstar des écolos organisait avec sa ministre déléguée aux transports les Assises nationales de la mobilité. Les discours de lancement et de clôture de ce dispositif de « concertation publique », disponibles sur la plateforme internet dédiée à l’événement sont édifiants.
    Le 26 novembre 2018 la LOM était présentée au conseil des ministres. L’événement n’a pas fait les gros titres, et pour cause… La France était frappée de stupeur face à l’irruption massive des Gilets Jaunes. Personne ne la vue venir celle là surtout à BFMWC ou à l’ENA-polytechnique et pourtant macron n’a pas pu s’empêcher d’ironiser sur ce mouvement qui vient de loin. Personne dans les cercles macroniens ne s’est ému de la répression violente des Gilets Jaunes. La ministre imperturbable a continué à vendre ces startups estampillées « sustainable mobility », et conduit toujours discrètement son agenda, jusqu’aux décrets d’application de la LOM, publiés le 26 décembre 2019… Joyeux Noël, hein!
    La LOM est le parachèvement final de cette mondialisation libérale totalement assujettie au pouvoir de l’argent.

    Voilà qu’un Corona virus qui ne connait ni frontière et n’a ni passeport contraint la planète au confinement. Tout déplacement est désormais sous contrôle et les autorités s’arrogeront bientôt le droit de dire si tel usager des transports est sain ou s’il doit être mis en quarantaine, voire éliminé! Bienvenue dans le meilleur des mondes…

      +4

    Alerter
  • Renard // 22.03.2020 à 07h56

    Il a dit à ses troupes:
    « Soyez fiers d’être des amateurs! »
    Et chaque jour il donne l’exemple.
    Je lui accordais jusqu’à ces temps-ci l’intelligence moyenne d’un directeur d’administration centrale. Mais au vu des derniers événements, il n’est effectivement pas impossible qu’il soit vraiment con.
    Et que ce soit pour cela qu’on l’ai choisi.

      +13

    Alerter
    • rolland // 22.03.2020 à 10h20

      Mr Attali avait dit que c’était quelqu’un de formidable : Quid de cette définition à ses yeux ?

        +1

      Alerter
  • François Lacoste // 22.03.2020 à 08h47

    Pour rester dans le ton,
    « …Pour l’heure on dit « connards », … » non, pour l’heure on dit coronnards!

      +3

    Alerter
  • pucciarellialain // 22.03.2020 à 08h57

    Certes, M. Lordon, fort bon papier. Mais qui a mis ces clowns au pouvoir? Oui, les médias, oui la propagande effrénée, mais… Et la jugeotte de nos concitoyens? Et qui aujourd’hui pour réunir en une force intelligente ceux qui voient bien que tout ça est une foutaise criminelle? Croyez-vous vraiment que ces gens « haut placés » et leur domestiques notamment les « agents » de presse auront à rendre des comptes dans un système politique et médiatique où l’argent et l’idéologie qui va avec s’est emparé de tous, ou peu s’en faut? Dans un contexte où l’individualisme, nouvelle religion made in USA, a créé une fracture puissante entre par exemple les GJ et ceux, ces idiots, qui croient faire partie des élites dans les grandes métropoles et ailleurs? Souhaitons donc que la folle sottise et la saloperie de ces nuls devra un jour se payer, mais doutons-en. Voir ces gouvernants et autres être ce qu’ils sont dit tout sur notre système éducatif et son pouvoir de formatage sur le long terme. Le pessimisme raisonné reste donc une vertu, celle de l’optimisme lucide.

      +7

    Alerter
  • dominiquemeribel // 22.03.2020 à 09h26

    L’OMS (Organisation du Massacre Sanitaire) après avoir exhorté les couillons a laisser grandes ouvertes les portes pour propager l’épidémie, l’OMS pour une fois exorte à faire test, test, test. Alors qu’avec le covid si les hopitaux s’écroulent avec 70% de contamination et 20% de cas graves qui ne seront pas traités donc pas mis ni sous oxygène ni sous respirateur, cela fera 70millionsx0.7×0.2=9millions de morts la première année. Le 1% à 3% de décès qui est seriné dans les médias est le taux de mortalité quand on arrive à mettre les cas graves sous oxygène ou sous respirateur, avec 9millions de cas graves tout s’effondrera, tous les cas graves iront direct dans les fours crématoires. Tous les systèmes d’analyse des centres de recherche type CNRS, Pasteur, Inserm et labos militaires doivent être mis à contribution pour tester la population. On ne doit pas laisser les malades avec toux et fièvre développer une forme grave de pneumonie qui sera très difficile et longue à soigner, ils doivent être mis sous chloroquine, interféron, anti protéase ou autres anti viraux. Les cas de pneumonies graves doivent être mis sous chloroquine, anti-viraux et si nécessaire sur anti arthtritique pour éviter la tempête de cytokines qui détruit les poumons.
    Texte très instructif:
    http://www.indiandefencereview.com/spotlights/is-nazi-china-emerging/0/
    AVEC POTENTIELLEMENT 9 MILLIONS DE MORTS SI RIEN N’EST FAIT, C’EN EST FINI POUR LA FRANCE

      +3

    Alerter
  • SanKuKaï // 22.03.2020 à 09h35

    J’aimerais sincèrement qu’ils soient attendus au tournant mais on les connaît maintenant. Dans la réalité ils feront ce qu’ils font depuis plus d’un an, ils enverront la police , en dénonçant la violence (qu’elle existe ou pas). Leur porte voix médiatiques appelleront encore à l’unité nationale et à mettre un coup de collier en supprimant tous les acquis sociaux comme annoncé :
    https://www.les-crises.fr/c-est-confirme-la-loi-urgence-coronavirus-va-revenir-sur-les-droits-aux-conges-les-35-heures-et-sans-date-limite/
    Les infirmières survivantes apprécieront.
    Nos gouvernants peuvent-ils renoncer à ce en quoi ils ont cru toute leur vie, meme devant les faits? J’ai peu d’espoir. Mes amis macronistes pensent que c’est une crise exceptionnelle, qu’elle est bien gérée et qu’il est facile de critiquer à postériori et que je devrais arrêter mon “militantisme” et faire unité (je cite: “même Mélenchon s’est calmé). Comme si les médecins Et infirmières qui hurlent depuis 1 mois, 1an n’existaient pas.
    La police affronte aujourd’hui en première ligne un ennemi microscopique bien moins facile que les gilets jaunes. Avec les GJ ils ne risquaient pas grand chose, là les LBD ne servent à rien. Vont-ils continuer à obéir jusqu’à la mort? Pour les mêmes raisons, j’ai peu d’espoir.

      +7

    Alerter
    • Jean neymar // 22.03.2020 à 14h06

      Récemment, Bruno GUIGUE a opportunément repris, en d’autres termes, la pensée dévoyée du Président Mao en rappelant que tout peuple désarme sera finalement vaincu.

        +3

      Alerter
  • Coolbabycool // 22.03.2020 à 09h36

    Sur tout ce qui concerne la destruction du service public, d’accord à 100%.
    Sur l’appréhension de la crise, son évaluation, sa « gestion », cela ne devait pas être si évident. Je n’aurais pas aimé être à la place des gouvernants (il est vrai qu’ils l’ont voulu et qu’ils sont responsables).
    D’un autre côté, il est évident que d’autres États ont beaucoup mieux fait : la Chine (c’est quand même impressionnant, la Chine communiste, si on mesure la trajectoire depuis sa libération nationale), la Corée du Sud et autres asiatiques (et la Russie, à ce qu’il semble). Manquent pas de raison (réputée occidentale), ces « gens-là »… Le basculement du monde ?

      +4

    Alerter
  • Pipo // 22.03.2020 à 09h39

    Ce ne sont pas des connards, ce qui pourrait les dédouanner des catastrophes qui vont arriver tant en pertes humaines qu’économiques, non, ils savaient, ils avaient l’exemple de la Chine, ils ont décidé de ne pas anticiper. Non, ces rejets qui nous asservissent ne sont pas des connards mais des sociopathes.

      +10

    Alerter
  • Denis // 22.03.2020 à 09h58

    « Les connards qui nous gouvernent » pléonasme un peu facile!
    Ils ont été élus par une partie du bon peuple qui leur trouve des qualités.
    Être étonnés me semble étonnant!
    Le plus difficile est de se désintoxiquer de ses beaux parleurs politiciens et
    chiens de garde confondus. C’est pas gagné! 🙂

      +3

    Alerter
  • politzer // 22.03.2020 à 10h23

    « le Covid-19 n’est qu’un coronavirus de plus », dédramatise-t-il. Même son de cloche à l’Institut Méditerranée Infection, à Marseille. « Depuis le début de l’année nous n’avons toujours pas détecté le moindre Covid-19 ici, mais nous avons diagnostiqué 2 500 infections virales au total, dont 500 coronavirus, d’autres souches. Et au total nous avons eu 16 morts, dont trois de la grippe, sans que cela ne dérange personne », glisse le directeur Didier Raoult.

      +2

    Alerter
  • Bayard // 22.03.2020 à 10h24

    Toutes sortes d’informations ont circulé à propos des masques de protection. C’est en Chine qu’ils sont fabriqués et nous en avions – soi-disant – un stock important en France. Mais, ces stocks seraient repartis vers la Chine pour aider les Chinois à se protéger, ce qui expliquerait que l’on en soit à présent dépourvu. Enfin, des commandes seraient passées auprès de fabricants français à petite dose bien sûr puisque non équipés pour des productions de masse.

    Je ne suis pas spécialiste, mais il me semble que les moyens de dépistage auraient permis d’isoler les foyers d’infection du virus, de soigner les individus infectés et de prendre des mesures de confinement localisées plutôt que nationales. Seulement, les moyens de dépistage sont coûteux pour l’État, alors mieux vaut prendre des mesures bureaucratiques (laissez-passer) qui ont déjà rapporté plusieurs centaines de milliers d’euros en verbalisation.

    Devant l’étendue des dégâts le terme de « connard » n’est plus tout-à-fait adapté, mais criminel comme le précise « Un homme contemplatif », ci-dessus.

      +4

    Alerter
  • politzer // 22.03.2020 à 10h25

    La stratégie du choc
    fabrication du consensus par la peur
    Où comment une catastrophe naturelle est transformée opportunément en catastrophe sociale
    On a d abord cru que nos gouvernants étaient une bande d incompétents par laxisme, pour avoir ignoré délibérément les tests de dépistage qui se faisaient en Chine et en Corée (grâce auxquels ils ont vaincu l’épidémie, en isolant les positifs et en les traitant à la chloroquine).Du coup, la pandémie s’est répandue dans l ‘hexagone et fait des victimes. Puis changement de stratégie du pouvoir: il y a péril en la demeure, on confine! Dans les medias qui suivent, on en fait des tonnes dans l’imminence du danger mortel. Du coup on vit dans la terreur en se calfeutrant. Dans l’apocalypse annoncée, une voix scientifique s’élève, contre les médecins incrédules qui critiquent l’utilisation de la chloroquine, (médicament utilisée avec succès comme antiviral, par le professeur Raoult), et la classe politique paniquarde qui les suivent. Cet expert mondial en virologie, s’étonne de l absence de tests de dépistage qui ont fait leurs preuves

      +3

    Alerter
  • politzer // 22.03.2020 à 10h27

    Le «Monde» est convoqué pour le discréditer, le gouvernement suit le journal puis fait marche arrière et mine de prendre Raoult au sérieux. Le temps passe et produit son premier bilan: près de 300 décès . Mais ce médecin qu’on ne peut plus marginaliser est «autorisé» à faire quelques « essais ». Déni de son travail de 30 ans sur 4000 patients guéris, qui déclare à contre courant que ce virus ne tuera pas davantage qu’une grippe saisonnière! Très peu d échos ne seront perçus par les masses; c est le but! La propagande alarmiste martelée sans répit s’est emparée de la population qui se croit faussement en grand danger. A présent que la « viande » est attendrie on peut passer au stade suivant: le gouvernement vous sauve la vie en vous confinant, mais il y a une contre partie. Il va falloir rattraper le temps perdu en immobilisation.

      +3

    Alerter
    • politzer // 22.03.2020 à 10h48

      Au hasard(sic): suppression de la 5e semaine de congés et des 35h! Et dire qu’on les prenait pour des imbéciles! C’était nous les naïfs. Raoult avait parlé dès le début. Il suffisait de prendre au sérieux cet expert, compétent et intègre! Interprétons: en haut lieu l’objectif n’était pas de soigner prioritairement les citoyens, mais de profiter de cette aubaine (la pandémie) afin de poursuivre la casse des acquis sociaux. Ils ne prendront peut être pas tout, en se donnant l’air de nous faire un cadeau, des congés par exemple. Quel rôle Buzyn a t elle joué ? faire passer une conduite criminelle pour de l’incompétence! Au final, la « viande » attendrie qui tremble de frousse, fait monter la cote du Chef d orchestre de 13%! «On» a vaincu grâce au confinement, maintenant qu’«on» a eu ce qu’on voulait, on va tester la population, distribuer masques et solution, et en sauveur, mettre progressivement un terme à cette stratégie finement exécutée!

        +7

      Alerter
  • politzer // 22.03.2020 à 10h28

    Au hasard(sic): suppression de la 5e semaine de congés et des 35h! Et dire qu’on les prenait pour des imbéciles! C’était nous les naïfs. Raoult avait parlé dès le début. Il suffisait de prendre au sérieux cet expert, compétent et intègre! Interprétons: en haut lieu l’objectif n’était pas de soigner prioritairement les citoyens, mais de profiter de cette aubaine (la pandémie) afin de poursuivre la casse des acquis sociaux. Ils ne prendront peut être pas tout, en se donnant l’air de nous faire un cadeau, des congés par exemple. Quel rôle Buzyn a t elle joué ? faire passer une conduite criminelle pour de l’incompétence! Au final, la « viande » attendrie qui tremble de frousse, fait monter la cote du Chef d orchestre de 13%! «On» a vaincu grâce au confinement, maintenant qu’«on» a eu ce qu’on voulait, on va tester la population, distribuer masques et solution, et en sauveur, mettre progressivement un terme à cette stratégie finement exécutée!

      +2

    Alerter
  • politzer // 22.03.2020 à 10h34

    Lordon en suivant Askolovitch se trompe lourdement , ce ne sont pas des « connards » mais des politiciens cyniques qui jouent sans état d âme avec la vie des citoyens pour prendre , jouïr du pouvoir et le conserver envers et contre tout! Leur alpha et omega c est d approcher le niveau de vie des milliardaires qu ils côtoient : leurs châteaux , la coke et le caviar à la louche, les prostituées de luxe, les voyages en jet privé, un subtil droit de cuissage, le droit de vie et de mort sur des citoyens ( Hallier, Bérégovoy, Grousouvres, Pelat,, etc. ) et des billets de 100€ ( plein le coffre et plein les poches !

      +7

    Alerter
  • Anouchka // 22.03.2020 à 10h41

    “Où se situe le virus entre la grippe saisonnière et la peste, probablement au milieu”… Ben non !
    Bien plus proche de la grippe saisonnière que de la peste.
    La peste pulmonaire c’est 100% de mortalité en 3 jours (si pas pris suffisamment tôt pour administrer un traitement antibiotique, qui, soit dit en passant, marche de moins en moins bien ces dernières années).
    Donc il faut quand même relativiser.

    En revanche, la comparaison avec la peste est intéressante. On dit par exemple que la révolution française a pu avoir lieu car à cette époque il n’y avait quasiment PLUS d’épidémies de peste du fait du remplacement du rat noir par le rat brun (ceux des égouts) moins sensible à la peste du fait de son mode de vie semi-acquatique.
    Plus d’épidémies de peste, donc plus de quarantaines, frein essentiel à toute forme de révolution. A bon entendeur…

      +1

    Alerter
  • Jerrick // 22.03.2020 à 10h59

    Chiffres de vendredi
    En Allemagne 25000 lits de soins intensifs, le double prévu dans les prochains jours – 15200 cas 47 décès
    En France 7000 – 10100 cas 372 morts
    En Italie 5000 – 41000 cas 2300 morts
    En Espagne ??? – 20000 cas 1000 morts (mais on doit être sur le même cas que les 2 pays précédents https://www.bastamag.net/En-Espagne-austerite-et-privatisations-detruisent-le-systeme-de-sante-publique)

    Cherchez l’erreur…

    Les sources
    https://www.rtl.be/info/monde/europe/coronavirus-en-allemagne-pourquoi-le-taux-de-mortalite-est-il-aussi-bas–1205159.aspx
    https://www.rtl.fr/actu/international/coronavirus-le-point-sur-la-situation-en-europe-qui-a-depasse-les-5-000-morts-7800286272

    Le palmarès. La France 19è. Vive la France !!!
    https://www.latribune.fr/economie/france/covid-19-la-france-n-a-que-trois-lits-en-soins-intensifs-pour-1-000-habitants-pour-mener-la-guerre-842488.html

    Puissent les décideurs de cette mise en danger généralisée des populations devoir répondre de leurs méfaits… profitons du changement de paradigme sociétal et géopolitique qui s’annonce pour tout renverser. Méfions nous de leur instincts fascisants et de leurs lois qui vont être votées mais qu’il faudra transgresser. La révolte ne sera que la conséquence logique du chaos que nos gouvernants auront provoqué.

      +2

    Alerter
  • politzer // 22.03.2020 à 11h07

    Pour Info : au Vietnam d’où j’écris aucun confinement . Pas un décès et deux rues seulement interdites de circulation à pied à ma connaissance, au centre ville plein de touristes chinois, coréens , européens. Mais à l’arrivée il y a 15 jours prise de température et questionnaire très fouillé. Pas un flic actif en vue . C est même un problème en cas d accident de la circulation. Et je circule bcp ds cette mégapole de 8 millions habitants. Ce matin au marché viet ça grouillait de monde , sans masque pour la plupart dont moi. Bref ça confirme pratiquement le jugement du professeur Raoult sur la relative innocuité de ce virus qui touche , on le sait, sélectivement les personnes très âgées, atteintes de surcroît de pathologies déjà présentes . On peut se procurer des masques et de la chloroquine ds n importe quelle pharma et il y en a à tous les coins de rue, très bon marché ! qq euros . Alors cessons de répandre la peur qui ne bénéficie qu’au pouvoir comme mode de gouvernement.
    Ho Chi Minh ville 17h07

      +6

    Alerter
  • Yvo // 22.03.2020 à 11h12

    Admettons : 200 000 morts âgées de plus de 65 ans grâce au confinement, l’immunité de groupe et quelques pathologies annexes. Les anglais tablent sur 560 000 morts selon le même process. Petit calcul : 2OO OOO morts x 1000€ de retraite mensuelle x 12 mois = 2,4 milliards d’€ d’économie par an. considérant que ces personnes auraient au moins vécus 10 ans de plus: vous imaginez ce pognon de dingue.
    Il n’y a pas de problème ce gouvernement sait parfaitement bien gérer cette crise. Un banquier est un banquier.

      +7

    Alerter
    • Narm // 22.03.2020 à 12h10

      les bases étaient des chiffres « fourchette haute »
      on le voit avec la chine et l’italie

      nous n’atteindrons jamais ces chiffres

        +0

      Alerter
  • Morne Butor // 22.03.2020 à 11h32

    Comme nous avons eu, au siècle dernier , un Conseil de la résistance, qui nous a donné la SS et les hôpitaux qui vont avec, pourquoi ne pas proposer un Conseil de la résilience qui saurait nous proposer un nouveau modèle de société plus viable sur la durée ? Proposez des noms. Moi je dirais : Jancovici, Servigne, Piketty…

      +1

    Alerter
    • Bientôt 78 ans // 22.03.2020 à 19h14

      Innovons radicalement: je propose Xi Jinping, Vladimir Poutine et Jin Liqun… avec Didier Raoult pour la santé.

        +2

      Alerter
  • Groumpf // 22.03.2020 à 12h09

    Lordon omet (encore une fois ?) comme toute la « gauche » française, de pointer le vrai responsable de la crise des services publiques et de l’application d’une politique ultra-libérale effrénée à savoir l’Union Européenne.
    Cette crise a pourtant montré au grand jour l’inutilité et même la nocivité de l’UE pour gérer les crises à tel point que les pays en grande difficulté vont chercher de l’aide en Chine ou à Cuba.
    A un moment donné il faudra que la « gauche » arrête ses rêves d’internationalisme et revienne sur terre et en tire les conclusions qui s’imposent.

      +4

    Alerter
  • Vincent P. // 22.03.2020 à 12h31

    Je m’étonne de ne voir aucun commentaire de « En passant » :
    Peut-être s’est-il senti visé par le titre de l’article, et dans un élan d’intelligence, décidé de faire profil bas ?
    Ou bien a-t-il renoncé a défendre la macronie sur ce site dont les lecteurs sont irrécupérables ?

      +6

    Alerter
  • Jean-Pierre Kayemba // 22.03.2020 à 13h50

    Changer les Hommes ne suffit plus: il faut renverser la table!

      +1

    Alerter
  • openmind // 22.03.2020 à 15h45

    Tout est bon dans le Lordon.
    Je rappelle que ce monsieur dont je relaie l’excellent article ci-dessus à tous mes proches, ne tolérait pas la venue de certains à nuit debout ce qui aurait pu faire un peu plus avancer le schilmblick à l’époque, il n’y a pas de fachos en France, c’est un leurre et c’est Jospin qui l’a dit.

    Donc, malgré le respect que je maintiens pour sa qualité d’écriture (pas mieux, j’avoue), il n’en demeure pas moins qu’il reste un coincé de gauchiste qui est incapable de dépasser sa fantasmagorie d’extrême droite et donc de réaliser l’union sacrée qui a pourtant lieu sous ses yeux, je ne vois pas de défiler au flambeaux depuis 1 semaine pourtant…en espérant que cela fera sauter les barrières que nous a imposé une certaine caste trop intéressée de conserver son pouvoir.

      +1

    Alerter
  • Crundchu // 22.03.2020 à 21h06

    « Connards » sans doute, mais pas con !
    Je suis un peu surpris que personne n’ai encore établi une relation directe entre le 49-3 de la loi sur les retraites et le calendrier des « aveux » de Madame Buzyn sur ses mises en garde au président et au premier ministre concernant les conséquences de l’épidémie.
    Si on reprend le « calendrier » des déclarations des mises en garde de Madame Buzyn on voit très bien que le premier ministre « sait » ce qui va se passer quand il met en œuvre le 49.3.
    La loi passée les intérêts de Blackrock sont sauvegardés donc tout va bien et vogue la galère…
    Donc pas si « con » que ça… J’ai un autre mot pour les qualifier mais ce site a une certaine tenue et ça risque de faire tache.

      +2

    Alerter
  • Nanker // 23.03.2020 à 18h47

    Alors comme ça personne n’allume Hirsch?

    Le type qui a commencé sa carrière médiatique en tenant la pèlerine d’un abbé Pierre plus très lucide, ce qui a permis à ce type de se forger une belle image « de gôche! ».
    Ensuite cet arriviste a pu arriver aux plus hautes marches des instances de santé d’où il a commencé un patient travail de sape : en 97 il entame avec le « bon docteur » Kouchner la destruction de ce système de santé que le monde entier nous enviait encore.

    2002 la droite revient? Pas de problèmes : Hirsch le pote de l’abbé Pierre se met en 2004 au service de… Fillon et la sape continue. Elle se poursuivra sous Sarko, puis (nouveau retournement de veste) sous l’homme de « gauche » Hollande.
    Ultime reniement : Hirsch vire macroniste… mais là je crains que ce ne soit la manoeuvre arriviste de trop vu les milliers de morts que le Corona va nous amener…

    Encore bravo l’artiste! Quoique ces derniers jours Hirsch, toujours à 50cm derrière Jupiter lors de ses apparitions publiques, semblait faire la grimace… Peur d’une mise en examen devant la « Cour de justice de la République »?

      +1

    Alerter
  • Sherrif du mont rosé // 24.03.2020 à 00h13

    Il va falloir que l’on médite sur notre rapport à cet instant particulier qu’est « la mort ».
    Le problème n’est pas pour celui qui est mort, mais bien pour ceux qui restent!

    De quoi a-t-on peur?
    Quelle souffrance veut-on éviter? celle de ressentir le déchirement de ce fil invisible qu’on appelle « attachement »?

      +0

    Alerter
  • riton // 24.03.2020 à 11h05

    Et pendant ce temps sur France Inter l’inepte Anthony Bellanger déversais son fiel sur les médecins cubains et les vilaines dictatures communistes du Vénézuela, de la Chine et de la Russie (pour cette dernière apparemment cet idiot n’est pas au courant de la chute du Mur de Berlin !).

      +0

    Alerter
  • Cool-Baba // 27.03.2020 à 19h18

    Le clou du « spec-tacle » macroniste étant, notamment qu’après avoir eu « la maladreSSe » de voter pour cette éminence grise d’Emmanuelle Macron, un « Foncedalle » des Chiffres, nous n’avons aucun chiffre, justement, non-biaisé sur le sujet; ni de FFP2 pour cause de « pénurie »…Gloire au capitalisme ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications