Les Crises Les Crises
24.mars.202024.3.2020 // Les Crises

« Reconstruire une société qui protège et fixer des limites à la mondialisation » – Par Jean-Michel Naulot

Merci 454
J'envoie

Source : Le JDD, Jean-Michel Naulot, 21-03-2020

Jean-Michel Naulot, ancien membre du collège de l’autorité des marchés financiers et auteur d' »Eviter l’effondrement » (Seuil), estime dans cette tribune que les dirigeants politiques ne devront « pas craindre de fixer des limites à la mondialisation » lorsque la crise du coronavirus sera surmontée.

Voici sa tribune : « L’Histoire a montré comment une petite partie de l’élite a parfois fait basculer le monde vers le précipice. La première moitié du XXe siècle en comporte de multiples exemples. Avant la Première Guerre mondiale, l’état-major allemand manœuvre pour déclencher les hostilités entre ­l’Autriche-Hongrie et la Serbie, amorçant ainsi le ­processus guerrier. Dans l’entre-deux-guerres, quelques fanatiques de l’étalon-or tentent de maintenir un système économique, autrefois excellent, mais rendu inapplicable par l’ampleur des déséquilibres nés de la guerre et de la crise financière de 1929. Tout au long des années 1930, une classe politique dépassée, ­attachée à la stratégie militaire des fortifications, conduit la France vers la déroute du printemps 1940.

Par contraste avec ces années noires suivront les Trente Glorieuses, une période au cours de laquelle les dirigeants politiques auront la sagesse de ne pas déclencher le feu nucléaire et donneront la priorité au développement économique sous la conduite d’un État-providence ­protecteur et planificateur. Mais, depuis les années 1980, un coup d’arrêt a été donné à ce bel élan. Le néolibéralisme a fait son apparition. Sous prétexte d’aller plus loin dans le libéralisme, on a, à coups de serpe, détruit l’ordre mondial. À intervalles réguliers, de gigantesques bulles financières se sont ainsi ­développées. Des événements graves sont venus les faire éclater. Ainsi en est-il de la pandémie actuelle.

Lors de la crise de 2008, les dirigeants occidentaux avaient dit : « Plus jamais ça! » Mais, une fois les marchés repartis à la hausse, ils n’ont pas changé de cap

En dépit des alertes, une élite sourde et aveugle a continué à tirer notre société vers le pire. Mise à mal de l’État-providence, argent gratuit, déréglementation et mondialisation débridée ont eu pour effet de fragiliser la sphère financière, de creuser les inégalités sociales à un niveau historique, d’accroître à l’extrême la dépendance entre nations, de délocaliser l’industrie au mépris des salariés et de la planète. Lors de la crise de 2008, tous ces éléments étaient déjà présents. Les dirigeants occidentaux avaient dit : « Plus jamais ça! » Mais, une fois les marchés repartis à la hausse, ils n’ont pas changé de cap.

La crise qui vient d’éclater va peut-être, enfin, nous ouvrir les yeux. Le chef de l’État français redécouvre l’État-providence alors que nos hôpitaux sont au bord de la rupture. Les banques centrales se rendent compte qu’elles sont assez démunies face à la panique financière. Les dirigeants occidentaux critiquent la face noire de la mondialisation, par exemple la fabrication en Chine de 80% des antibiotiques américains et de 90 % de la pénicilline française. Ils nous invitent à « repenser la chaîne de valeur », une élégante expression pour dire qu’il serait temps de relocaliser notre industrie.

Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les dirigeants occidentaux devront écouter les peuples

Le libéralisme qui dope la croissance, la mondialisation qui permet de maximiser les profits quel qu’en soit le coût social et environnemental, les banques centrales qui font tourner la planche à billets pour séduire les marchés financiers, les créateurs de start-up qui s’enrichissent et font ruisseler les richesses, les rêveurs qui considèrent que la France est une nation sans frontières, tout cela semble subitement remis en question. Nous revient en mémoire le film sublime de Visconti Mort à Venise, dans lequel on voit un monde de luxe et d’insouciance qui s’en va avec la ­progression d’une épidémie de ­choléra venue d’Asie…

Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les dirigeants occidentaux devront écouter les peuples, leur redonner la parole, réformer pour de bon la finance, reconstruire une société qui protège et ne pas craindre de fixer des limites à la mondialisation. »

Source : Le JDD, Jean-Michel Naulot, 21-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Evariste // 24.03.2020 à 07h14

Propos très mesurés et de grand bon sens, mais j’aurais écrit le dernier paragraphe comme ça: « Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les peuples devront demander des comptes à leurs dirigeants et imposer, par la force collective qu’ils constituent, une organisation de leurs sociétés qui garantisse l’impossibilité pour des castes financières ou autres de confisquer le pouvoir et de dévoyer la démocratie » (plus facile à dire qu’à faire bien entendu).

141 réactions et commentaires

  • laref // 24.03.2020 à 07h08

    https://www.rts.ch/play/tv/emission/19h30-signe?id=6454722
    téléjournal suisse hier soir

    à 23:50 min.

      +25

    Alerter
    • tepavac // 24.03.2020 à 09h23

      Ha ouais elle est bonne celle là, merci les Suisse pour cet humour décapant de vérité, à partir de la 22 eme minute, Macron qui remercie la solidarité Européenne et les images qui suivent.

      Sur le coup je remarque que les lecteurs ne regardent pas les liens, ou peu, alors qu’ils sont souvent les plus instructifs pour comprendre le sens du message, sinon vous auriez eût bien plus de pouce.
      C’est comme ceux qui ne lisent pas les billets..
      C’est désolant.

        +11

      Alerter
      • Marie Pan-Pan // 24.03.2020 à 14h01

        Oh c’est cultissime ! allez petit résumé des meilleurs répliques de ce Letta professeur à Sciences Po’:
        – l’UE va tirer des leçons: plus de protection civile, avec des instruments au niveau central européen beaucoup plus forts et une coordination dans les mains de la présidence européenne plus forte.
        – tout ça pour être capable d’amener l’aide avec le drapeau européen SINON c’est la porte ouverte à l’égoïsme et au nationalisme!
        – Monsieur Letta pense que l’Europe va gagner parce qu’il est un éternel optimiste, et parce que à la fin les frontières sont dans la tête, et parce que à la fin les gens vont comprendre ça.
        – il est trés important qu’il se passe des choses…concrètes, que l’aide arrive, selon ce professeur.
        – si les chinois nous aident c’est pas qq chose contre l’Europe ET en plus il y a une proportion to-ta-le-ment différente: leur aide est importante mais l’essentiel ce sont les 750 milliards d’euros de QE de la BCE.
        Et comme monsieur Letta le dit ces milliards « qui fassent le boulot ».
        On appréciera le journaliste qui insiste, titille parce que lui, je pense, a compris l’inverse de ce que lui répond ce GRAND européen.

          +11

        Alerter
        • L’illustre inconnu // 24.03.2020 à 15h48

          C’est sûr que les gens en réanimations seront ravis de savoir que les milliards vont leur éviter de mourir.
          Sans rire, la planche à billet c’est facile, du matériel médical et des soignants c’est plus compliqué… La réalité tout le monde la connait.

          Merci au Professeur Italien pour ce moment.

            +11

          Alerter
          • placide // 24.03.2020 à 18h41

            On ne peut imprimer du personnel hospitalier et des appareils respiratoires? Comme c’est dommage.

              +9

            Alerter
      • ramanujan // 24.03.2020 à 20h41

        L’EU a envoyé à la Chine dès le début de la crise dans ce pays plus de 86 tonnes de matériels sanitaires (l’arrivée de cette aide n’a pas été filmé par la télévision chinoise..télévision très présente en Italie..) et l’Italie ainsi que plusieurs autres pays bénéficient d’une aide financière sans limite de la BCE.

        On ne peut inventer du matériel médical qui n’est pas suffisant et présent en Europe.

          +2

        Alerter
    • barbe // 24.03.2020 à 09h28

      Merci du lien : gros déni de la part d’Enrico Letta ; il a beau dire « les frontières sont dans nos têtes »… je voudrais actuellement retourner voir des membres de ma famille en Italie, mais je ne peux pas…

        +15

      Alerter
      • tepavac // 24.03.2020 à 09h56

        Nous en sommes tous là, heureusement il y a encore le mobile et internet
        Bon courage

          +3

        Alerter
  • Evariste // 24.03.2020 à 07h14

    Propos très mesurés et de grand bon sens, mais j’aurais écrit le dernier paragraphe comme ça: « Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les peuples devront demander des comptes à leurs dirigeants et imposer, par la force collective qu’ils constituent, une organisation de leurs sociétés qui garantisse l’impossibilité pour des castes financières ou autres de confisquer le pouvoir et de dévoyer la démocratie » (plus facile à dire qu’à faire bien entendu).

      +68

    Alerter
    • Alexandre B // 24.03.2020 à 09h53

      Exactement, le précédent de 2008 montre très bien que sitôt la peur passée, et malgré l’évidence de notre déclassement, nos élites feront en sorte que tou redevienne comme avant.

        +25

      Alerter
      • Mona Redmoor // 27.03.2020 à 19h14

        Alexandre B Vous êtes loin de la vérité. Le Covid et son confinement tombent à point. La digitalisation de l’humain va faire un bond en avant : bienvenue à la télé-vie (travail, enseignement, administration, etc) c’est le quaternaire qui enfin va connaître son big bang – le tertiaire va implosé, les services vont être réduits à un filet de postes sans compter les cohortes de télétravailleurs exploités hors-sol déjà en place depuis deux décennies, initiées par la téléphonie. Ils ne vont pas revenir à comme avant, ils vont pousser plus loin. Tout était déjà mise en place, le COVID ne va pas détraquer les choses, il va les catalyser – et au passage augmenter les fossés, la classe moyenne va être ponctionnée un peu plus et venir augmenter les masses de démunis et précaires, mais monitorée (évidemment) elle le sera en bon ordre, tenue en laisse numériquement.

          +1

        Alerter
      • Mona Redmoor // 27.03.2020 à 19h14

        Alexandre B Vous êtes loin de la vérité. Le Covid et son confinement tombent à point. La digitalisation de l’humain va faire un bond en avant : bienvenue à la télé-vie (travail, enseignement, administration, etc) c’est le quaternaire qui enfin va connaître son big bang – le tertiaire va implosé, les services vont être réduits à un filet de postes sans compter les cohortes de télétravailleurs exploités hors-sol déjà en place depuis deux décennies, initiées par la téléphonie. Ils ne vont pas revenir à comme avant, ils vont pousser plus loin. Tout était déjà mise en place, le COVID ne va pas détraquer les choses, il va les catalyser – et au passage augmenter les fossés, la classe moyenne va être ponctionnée un peu plus et venir augmenter les masses de démunis et précaires, mais monitorée (évidemment) elle le sera en bon ordre, tenue en laisse numériquement.

          +1

        Alerter
    • RGT // 24.03.2020 à 10h17

      Imposer par la force collective à une caste financière (ou toute autre caste qui détient le pouvoir)..

      Vous rêvez, l’histoire nous a prouvé depuis que l’humanité à « choisi » (qu’on lui a imposé) de confier son destin aux « grands hommes » le SEUL pays qui ait réussi à virer (partiellement) ses castes dirigeantes sans bain de sang monumental a été l’ex-URSS.
      Parce que celui qui avait le pouvoir entre ses mains (Gorbatchev) était un homme qui avait sincèrement compris l’horreur du système qu’il devait diriger et qu’il est arrivé au pouvoir suite à des circonstances exceptionnelles (mort en série des gérontocrates qui tombaient comme des mouches, effondrement d’un système totalement corrompu, etc.).

      Et il a été immédiatement remplacé par le « divin » Eltsine la picole qui a remplacé ce système par un autre encore pire, les oligarques n’ayant pas été mis au pas.

      C’est con mais croyez-vous que ces « élites » se laisseront dépouiller de leurs acquis sans se battre jusqu’à la mort ?
      De toutes façons, s’ils perdent leurs acquis ils iront crever sous les ponts car ils sont incapables de survivre dans un monde différent de celui dans lequel ils prospèrent.

      Et de plus, une fois « l’ancien régime » tombé il faudra se montrer encore plus vigilant car combien de révolutions ont ensuite été détournées par des « élites » qui ne pensaient qu’à l’intérêt de leur propre caste au détriment des autres castes qui ne devaient être là que pour les servir.

      Les opportunistes sont légion et profitent systématiquement de toute aubaine pour dépouiller les autres.

        +25

      Alerter
      • Pump // 24.03.2020 à 14h39

        Vous devriez lire ceci
        https://blogs.mediapart.fr/danyves/blog/130315/l-effondrement-de-l-urss-l-historique-de-la-trahison-de-gorbatchev-et-eltsine
        (Et les aveux de Gorbatchev lui-même dans son discours à l’université de Turquie)

          +6

        Alerter
        • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h17

          euuuh… Franchement, lire que le système URSS « était viable et pouvait durer indéfiniment » m’a fait carrément sourire.Très complotiste, cet article. L’emploi de la date d’anniversaire de George Bush en est un typique exemple.

            +0

          Alerter
      • ouvrierpcf // 27.03.2020 à 12h09

        pour RGT réponse Parce que celui qui avait le pouvoir entre ses mains (Gorbatchev) était un homme qui avait sincèrement compris l’horreur du système qu’il devait diriger et qu’il est arrivé au pouvoir suite à des circonstances exceptionnelles (mort en série des gérontocrates qui tombaient comme des mouches, effondrement d’un système totalement corrompu, etc.).

        ah bon ? selon quelles sources , quels éléments concrets ? Moi qui ait lu Le socialisme trahi les causes de la chute de l’Union Soviétique livre de Roger keeran professeur histoire Empire State college USA et Thomas Kenny économiste (américain ) édition DELGA en post face Contrairement aux idées reçues c’est bien la renonciation aux principe essentiels du socialisme sous GORBATCHEV et non pas le socialisme lui même qui a provoqué la crise finale

          +0

        Alerter
      • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h11

        « sans bain de sang monumental »…. Boudiou, va falloir rectifier votre commentaire, l’élimination des castes dirigeantes en URSS ne s’est pas faite sans l’usage de la Tcheka et des Camps du Goulag !

          +0

        Alerter
    • jean-pierre Georges-Pichot // 25.03.2020 à 08h22

      Lorsque la crise sera finie, les Martiens enverront une sonde sur la Terre pour savoir si il y a eu de la vie dans un passé lointain.

        +0

      Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h08

      ce n’est pas faute d’avoir réclamé et manifesté sans cesse en ce sens. Les Gilets Jaunes devront être mieux considérés à l’avenir… (mais je rêve, là).

        +0

      Alerter
  • Denis Monod-Broca // 24.03.2020 à 07h25

    C’est dit et bien dit.
    Reste à donner force aux mots, à croire en la parole et à la pensée qu’elle permet.

      +4

    Alerter
  • Simplet regardant la montée du fascisme // 24.03.2020 à 07h38

    Voilà la solution: plus d’Europe! A la lecture de ceci, vous comprenez qu’il est vraiment urgent que rien ne change.
    https://www.rts.ch/info/monde/11189893–cette-crise-va-etre-decisive-pour-le-futur-de-l-union-europeenne-.html
    Contaminez les tous. Dieu reconnaîtra les siens.

      +22

    Alerter
    • tepavac // 24.03.2020 à 08h59

      Bah oui, le syndrome de Stockholm, pour vous soigner faites appel à votre bourreau.

      Pas étonnant, il professe à science-po à Paris, et il ose dire, « j’espère que la commission européenne prendra conscience »
      C’est peut être bien à lui de prendre conscience, si elle n’a rien fait avant, ni pendant, pourquoi le ferait-elle après.

      D’autant plus, que le billet d’hier, dédié à Roseline Bachelot et incidemment sur la dissolution de l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS) à été voulu par cette même commission européenne(soit dit en passant, c’est ce qui à remplacé nos gouvernements dans les prises de décision par ce qu’ils nomment les « directives »).

        +19

      Alerter
      • Actustragicus // 24.03.2020 à 11h14

        C’est fascinant comme les eurosceptiques refusent d’admettre qu’entre la mafia bruxelloise et le repli nationaliste il existe une évidente troisième voie… c’est au changement de régime européen que nous devons travailler, pas à son effacement : si la population européenne dans son ensemble tenait entre ses mains la réalité du pouvoir – via l’élection de représentants à la fois pleinement souverains et pleinement responsables (suffrage direct, référendum, etc.) – l’Union travaillerait à la fois de manière efficace et dans l’intérêt de la population.

        Évidemment, comme pour tout changement de régime, il ne faut pas attendre des dirigeants actuels qu’ils se sabordent – Louis XVI n’allait pas voter sa propre exécution ; mais pour filer la comparaison avec 1789, ce n’est pas parce qu’on devait mettre fin au régime monarchique qu’il fallait revenir à l’éclatement féodal.

          +4

        Alerter
        • barbe // 24.03.2020 à 11h47

          On n’a déjà pas de démocratie au niveau national, alors je vous laisse imaginer le reste…
          une seule solution au marasme ambiant : que les gens votent les lois et les grandes directives qui les engagent… on parle de société bloquée, parce que nos dirigeants ne vont pas dans le même sens que ceux qui travaillent.

            +6

          Alerter
          • Actustragicus // 24.03.2020 à 12h12

            « On n’a pas de démocratie au niveau national » : je n’ai jamais dit le contraire – c’est bien pourquoi il est illusoire de prétendre qu’en revenant au niveau national nous retrouverons la démocratie que l’UE nous aurait volée : le Royaume-Uni post Brexit ne sera probablement pas plus démocratique qu’avant.

              +2

            Alerter
            • barbe // 24.03.2020 à 13h02

              C’est faux :
              il y a une marche qu’on a raté.
              Etablir la démocratie au niveau local : municipal, régional ET national. La fuite en avant de la construction de l’ue n’a servi qu’une toute petite partie : fonctionnaires ne payant pas l’impôt, évadés fiscaux, évasion technologique…
              Partie de gens qui ne voulaient absolument pas rester entre soi, entre compatriotes ayant à partager la même condition, à partager les richesses et les conditions de travail…

                +5

              Alerter
            • Actustragicus // 24.03.2020 à 14h02

              @ barbe
              Je ne dis pas autre chose… est-ce que les gens lisent les posts avant d’y répondre ?

                +0

              Alerter
            • Cornelius // 24.03.2020 à 15h35

              Je ne vois pas bien sur quoi vous vous basez pour dire que « le Royaume-Uni post Brexit ne sera probablement pas plus démocratique qu’avant ».

              J’observe humblement que le peuple britannique a souverainement décidé en 2016 de quitter l’Union zéropéenne. Et Boris Johnson a fait de ce choix démocratique une réalité, après moult péripéties, j’en conviens volontiers.

              Pour rappel, le peuple français a souverainement choisi en 2005 de dire NON au Traité établissant une Constitution pour l’Europe. Résultat ? Le traité inique de Lisbonne de 2008, voté par notre beau Parlement.

              Loin de moi l’idée de vouloir faire l’éloge du Royaume-Uni, mais il me semble que certains pays ont encore les moyens et l’envie de prendre leur destin en main.

                +8

              Alerter
        • LibEgaFra // 24.03.2020 à 12h04

          Vous rêvez, il n’y a pas de « population européenne. Comme en Suisse, le suffrage direct PROPORTIONNEL et le référendum ne sont possibles que grâce à une souveraineté locale, ici les cantons. L’esprit jacobin et parisien excluent une telle possibilité déjà en France, alors au niveau de l’ue…

          Quel éclatement féodal? Cela faisait longtemps que cet « éclatement » n’existait plus en 1789. Fritz, merci de confirmer.

          NB: même un département français est déjà plus grand qu’un canton suisse. Et voyez comment la souveraineté des cantons s’exprime en Suisse. Quand l’autorité centrale dysfonctionne, ceux qui sont sur le terrain savent prendre leurs responsabilités. Voir le vidéo dont le lien est fourni dans le premier commentaire.

            +3

          Alerter
          • Actustragicus // 24.03.2020 à 12h35

            Bien sûr que si, il y a une « population » européenne : c’est l’ensemble des individus habitant sur le territoire européen – je n’ai jamais parlé de « peuple européen » comme vous semblez vouloir me faire dire (?)

            Je n’ai pas non plus vanté le jacobinisme à la française : il me semble au contraire que chaque échelon territorial devrait être souverain sur son propre territoire, pour les lois concernant son propre territoire… la ville pour les lois d’intérêt municipal, la région pour les lois d’intérêt régional, l’Europe pour les lois d’intérêt européen, etc.

            Et bien sûr que l’éclatement féodal n’existait plus en 1789 ! Louis XIV (et d’autres) avait suffisamment travaillé pour ça… je n’ai jamais prétendu le contraire là non plus. A la fin du XVIIIe, l’autorité royale était déjà bien centralisée, de même que l’autorité européenne de nos jours.
            La question était de savoir qui devait prendre les décisions de dernier ressort (càd qui était le souverain : le monarque ou la population ?), et non s’il fallait revenir à un échelon décentralisé – ce qui n’aurait rien résolu au problème de la souveraineté.

            De la même façon, revenir à l’échelon national (vs. européen) ne résoudra aucunement le problème du manque de démocratie (càd de souveraineté populaire), nous le constatons tous les jours.
            Et, non, la question n’est pas vraiment plus difficile à l’échelon européen qu’à l’échelon local – sauf pour une histoire de langue commune, bien sûr.

              +2

            Alerter
        • Mona Redmoor // 24.03.2020 à 14h54

          Actustragicus j’ai bien lu votre post et vos réponses en scolies que vous avez faîtes. Jeune européiste que j’ai été – je ne le suis plus – même à changer de forme et à plus de démocratie directe (eurodéputés de façade aujourd’hui), l’UE resterait cette construction continentale, et par son échelle de nature impérialiste. En l’occurrence elle est le Cheval de Troie de l’impérialisme actionnarial des happy few, elle fait la promotion de tout ce qui va dans leur sens, casse les valences au sein des vieux Etats, finance entre autres via la Fondation Copieters les ethnonationalismes régionaux (Corse, Catalogne, Ecosse etc) en leur faisant miroiter des mannes que les vieux Etats ne seraient plus en capacité de leur offrir. L’UE a été le fer de lance des délocalisations, de l’essor du numérique, de la dématérialisation; elle use aussi versant bonne conscience (droits minoritaires et écologie en tête de gondole) pour stigmatiser et finalement à brandir le risque fasciste, elle est fasciste elle-même. Une coopération réelle d’entr’aide européenne oui, une UE centralisée technopolaire hors sol NON!

            +12

          Alerter
        • Véro // 24.03.2020 à 19h31

          Mais à quoi cela pourrait-il bien servir puisqu’on a déjà ce système au sein de chaque Etat ?
          Et il est illusoire de croire qu’une démocratie peut exister pour l’UE, c’est trop grand, et chaque pays a sa propre culture en particulier sa propre langue. On peut toujours tourner les choses et les retourner dans tous les sens, une seule langue, c’est essentiel pour que la démocratie puisse exister.
          En plus, on nous vante sans arrêt les mérites de la décentralisation. Pourquoi vouloir un échelon centralisateur au-dessus des Etats ?
          Il est bien plus judicieux de faire en Europe une communauté d’Etats indépendants, mais très liés sur le plan diplomatique, sur le plan commercial, ou sur la recherche… On est plus fort quand on est plusieurs.

            +3

          Alerter
        • tepavac // 24.03.2020 à 19h42

          « si la population européenne dans son ensemble tenait entre ses mains la réalité du pouvoir….  »

          hé bien Actustragicus, nous serions exactement dans la situation dans laquelle nous pataugeons.
          Simplement parce que 50 ans d’abrutissement ont conduit une grande partie de la population à ne pas saisir, ni le rôle des institutions, ni nos lois fondamentales, ni l’intérêt collectif et encore moins une passion pour nos idéaux communs. vous en doutez, alors comment expliquez-vous l’élection de tous ces schpountz au gouvernement.
          Parce qu’il y en a de folklorique, on ne peut pas faire semblant de pas les voir et d’ignorer ce que la signature de leur autorité confère aux actes ministériels!

            +3

          Alerter
    • Cornelius // 24.03.2020 à 15h39

      Il faudra bien que quelqu’un, un jour, propose une bonne fois pour toutes de trancher le nœud gordien.
      Sortie de l’euro. Sortie de l’Union européenne. Sortie de l’OTAN. Est-ce que cette solution sera sans douleur ? Non, bien sûr que non, mais c’est le prix à payer pour que la France ait encore un destin. Sans cela, la France continuera de n’être qu’un bouchon chahuté au grès des courants, sans aucune prise sur rien.

        +7

      Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h18

      « test grandeur nature de la solidarité européenne », voilà un truc qui doit faire rire jaune les Grecs….

        +0

      Alerter
  • sergeat // 24.03.2020 à 07h40

    « reconstruire une société qui protège »,tant que le monde financier et capitalistique avait un contre exemple à ses portes en Europe:l’URSS,les créateurs de richesse(les ouvriers,…) étaient à peu près respectés et protégés.
    Mais l’éclatement de l’URSS et la dislocation des pays de l’Est ont permis une captation de richesses par les capitalistes des états occidentaux (sauf en Russie où ces hold-up ont été captés par des nationaux)et par une oligarchie bureaucratique(ancien du PC,secrétaire des pionniers…qui détenaient des devises occidentales).
    L’exemple le plus emblématique de mon avis a été pour moi l’ allemagne de l’Est qui a été dépouillée par ses frères de l’Ouest.
    Voyant que les peuples se laissaient dépouiller sans trop de problème,les occidentaux ont commencé à délocaliser,puis à jouer sur le différentiel salarial pour rogner de plus en plus les salaires.
    Enfin les financier ont cru à « la fin de l’histoire » de Francis Fukuyama qui a poussé le monde enfin en paix à travailler en flux tendu,…..

      +20

    Alerter
    • Renard // 24.03.2020 à 18h05

      Je ne nie pas ce que vous avez écrit mais j’ajoute que dépouillement des peuples occidentaux a été rendu possible par l’amélioration des techniques de manipulation mentale de masse à travers la création de la technique dite du story-telling par des communicants français dans les années 80.
      Le premier utilisateur de cette technique de manipulation révolutionnaire a été François mitterand, puis ce sont les USA qui ont importé cette méthode et elles s’est imposé dans le monde.

      Voir ici https://www.dailymotion.com/video/x3te2vv

      Le niveau de démocratie est inversement proportionnel au niveau de technique de manipulation de masse dont disposent les puissants.

        +1

      Alerter
      • Mona Redmoor // 24.03.2020 à 18h57

        heu!! Dès les années 20 avec le neveu de Freud voir Propaganda (Arte). Retournement de l’électorat de Wilson élu anti-guerre pour venir en 1917 en Europe, Tabagisme des femmes, breakfast américain inventé de toutes pièces pour les producteurs de porcs vendeurs de saucisse, la pub avec caution scientifique de types en blouses blanches, produits laitiers etc Il est mort dans les années 90 fier comme bar-tabac de son concours à la connerie mondiale.

          +2

        Alerter
        • Renard // 25.03.2020 à 05h30

          Oui c’est lui qui a initié la propagande moderne mais il n’en est pas le dernier théoricien..
          On n’arrête pas le progrès ! Y compris dans la manipulation de masse.

            +0

          Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h22

      « reconstruire une société qui protège », c’est presque la teneur du discours de Macron. Celui-là même qui a comme doctrine de détruire « l’Etat-providence » (en fait, la République Sociale inscrite dans notre Constitution) ce qui est une haute trahison, et qui a oeuvré à démolir le service public de santé.
      J’aimerai que Covid19 soit la goutte qui fait déborder le vase, un « Gilets Jaunes phase II »…

        +0

      Alerter
      • Mona Redmoor // 29.03.2020 à 19h45

        Là c’est vous qui rêvez! Les GJ ne sont pas prêts à sortir de leur hantise de la structuration, alignés sur la transgression individualiste contre l’autorité patriarcale qui a nourri les générations depuis le BabyBoom.

          +0

        Alerter
        • Lonewolf // 29.03.2020 à 23h50

          C’est bien pour ça que j’ai écrit « j’aimerai » ; je suis tout à fait conscient que le mouvement en est resté, hélas, à une « phase I » sans prendre la maturité nécessaire pour passer à une indispensable phase II : structuration, formalisation, fédération. Pour autant, mon « attente » ne concerne pas strictement les GJ, mais une plus large proportion de population.

            +0

          Alerter
          • Mona Redmoor // 30.03.2020 à 11h44

            « j’aimerai-s » alors ! Signe des temps, le futur et le conditionnel sont confondus – de plus en plus! Spécieux me direz-vous, peut-être mais pas que.

              +0

            Alerter
            • Lonewolf // 30.03.2020 à 14h07

              oui, spécieux. Je fais cette faute systématiquement.

                +0

              Alerter
  • François Lacoste // 24.03.2020 à 07h42

    L’état providence! Mais enfin de quelle providence parle-t-il?
    Qui paye les salaires des fonctionnaires, infirmières, médecins, enseignants, policiers, militaires, ministres etc…sinon l’ensemble des français, qui paie les grande infrastructures?
    La providence dont il parle se sont les impôts et les taxes payées par les français, c’est une partie de la richesse produite par tous ceux qui produisent la richesse, c’est à dire nous tous.

    Quant à la délocalisation, ce n’est rien d’autre que la destruction-liquidation de l’industrie du pays; parce que la réalité de la désindustrialisation c’est: plus d’industrie = plus d’ouvriers => plus de salaires bien trop élevés à payer, plus de grèves, plus de problèmes…et in fine beaucoup plus de profit pour ceux qui importent et vendent.
    Quand aux banques la démonstration va être refaite, pour la n’ fois, qu’elles savent tendre la main à « l’état providence » (comme il dit, et qui pour le coup l’est vraiment) mais pour se sauver du désastre dont elle sont responsables.

    Cette personne parle avec les mots du patronat.
    Et nous, nous entendons, tout doit changer pour que rien ne change. On connait la musique.

    Merde!

      +39

    Alerter
    • Jean // 24.03.2020 à 09h16

      @François Lacoste

      Ceux qui ont créés nos problèmes croient encore pouvoir s’en sortir pour continuer comme avant… mais le cygne noir du coronavirus nous a projeté dans le monde d’après. A nous d’inventer les principes sur lesquelles l’immense majorité d’entre-nous peut s’entendre. Le premier d’entre-eux devrait être : Nous ne vous laisserons plus nous déposséder de l’exercice réel de notre citoyenneté.

        +14

      Alerter
    • sainsaulieu gerard // 24.03.2020 à 10h11

      Vous concluez vos propos lumineux par un juron de dépit et d’impuissance. Ils ne lâcheront rien à moins que … Là se pose l’emploi de la violence. Y sommes-nous prêts. J’ai 83 ans et je ne vois pas affronter la violence officielle qu’ils déchaînerons contre nous.
      Quand pourrons-nous réfléchir ensemble sur les actions réalistes à mener pour vaincre et changer nos vies, ensemble ?

        +4

      Alerter
      • Catalina // 24.03.2020 à 15h29

        sainsaulieu gerard /

        ça a commencé avec les Gilets Jaunes et ça continue, partout des gens échangent pour réfléchir, écrire, ils travaillent. Les choses ne changent pas d’un coup, il faut du temps, une idée ne meurt jamais et l’élan collectif était là et l’est encore malgré les circonstances.
        Cette crise le renforce sauf pour ceux qui sont si fanatiques que même s’ils voyaient ce gouvernement crever des yeux ; tuer ; handicaper ; gérer n’importe comment une crise sanitaire grave, ils ne changeraient pas d’idole.

          +1

        Alerter
      • Astarté // 24.03.2020 à 18h03

        Couard!

        Le NOM qui vient c’est de toute manière la mort pour nombreux humains et l’esclavage pour d’autres. Bientôt ils vont saisir les 30% de notre territoire le moins contaminé et le plus beau, et vive le Phoenix comme monnaie mondiale. A moins de plusieurs centaines de millions d’euros vous êtes considéré comme un déchêt car faible et pas assez intelligent.

          +1

        Alerter
      • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h33

        Difficile de répondre à cette question. Je trouve le phénomène « Gilets Jaunes » extrêmement instructif à cet égard. Emanation d’une volonté purement populaire uniquement conduite par un comportement citoyen (et non par un parti et/ou un syndicat), immédiatement réprimée et avec la plus grande violence (disproportionnée car châtiant une non-violence générale), sujette à toute les propagandes médiatiques négatives (ce sont des extrémistes de droite, ou de gauche, des délinquants, des violents, des black-block, des révolutionnaires violents, etc…) puis une fois bien massacrés on les a fait disparaitre des médias, et lorsqu’on en parle par hasard, c’est comme un phénomène du passé. Le déni total de la vox populi. Cete violence-là fait suite à la violence sociale ayant mené à cette émergence. Demain ? Les CRS seront toujours là, prêt à lécher la main du Maitre et à briser les corps des autres.

          +0

        Alerter
    • fanfan // 24.03.2020 à 10h27

      Romain MIGUS – « Comparons les deux pays : Le Venezuela, la France et le Coronavirus »
      Dès l’annonce de la pandémie, et sans attendre son expansion, le président vénézuélien décrète l’urgence nationale, le confinement et la fermeture des lieux publics…
      https://www.legrandsoir.info/le-venezuela-la-france-et-le-coronavirus.html
      https://www.youtube.com/watch?v=1EbFNvgtq2E&feature=emb_logo

        +1

      Alerter
      • Catalina // 24.03.2020 à 15h35

        on voit de suite que macron est plus humain que Maduro, mais ? qui en doutait ?
        ;o)
        ben oui, c’est affreux :
        Le 22 mars, une semaine après le confinement, le président Nicolas Maduro, annonce de nouvelles mesures. Il décrète :

        La suspension des loyers pour les PARTICULIERS et les commerçants durant 6 mois
        L’interdiction des licenciements jusqu’au 31 décembre 2020
        La suspension des factures d’eau et d’électricité pendant 6 mois
        La suspension des remboursements d’emprunt à la consommation ou hypothécaire
        La massification du programme public de distribution d’aide alimentaire à domicile (CLAP)
        La généralisation des bons d’ajustement salariaux (revenu universel)
        L’État prend en charge les salaires des PME pendant 6 mois
        Des crédits d’État pour les entreprises des secteurs santé, alimentation, pharmaceutiques, hygiène.

        Je sais pas vous mais moi je suis persuadée que maduro est un dictateur !
        Pour les multinationales uniquement, bien sûr, il ose décider et respecter les gens ?? Mais c’est un populopathe !
        enfin, faites votre propre idée.
        ;o)

          +7

        Alerter
        • Catalina // 24.03.2020 à 15h40

          Merci infiniment Fanfan
          un fabuleux exemple de gestion de cette crise, Un oscar pour le Venezuela !
          Dès les premiers jours, une grande enquête est lancée à travers l’application internet du Système de la Patrie. Le 23 mars, 10.965.969 Vénézuéliens avaient répondu au recensement sanitaire de l’État. 21.801 Vénézuéliens ont déclaré ressentir des symptômes grippaux. En retour, 13.808 médecins sont mobilisés (vénézuéliens pour la plupart, mais aussi cubains comme en Italie) pour aller réaliser un diagnostic des plaignants à leur domicile. Au jour du 22 mars, 17.550 personnes ont ainsi été auscultées. 77 personnes ont été diagnostiquées positives au Covid 19, et ont été transférées dans des centres de soins prévus à cet effet. Alors que les assurances privées refusaient de couvrir les frais médicaux lié au Covid 19, l’État vénézuélien prendra en charge gratuitement chacun des patients. Leurs familles ou proches avec qui les personnes infectées partageaient le confinement ont été mises en isolement pendant 14 jours afin de déterminer si elles ont été contaminées. Il n’y a pour l’instant aucun décès lié au Covid 19 au Venezuela.
          24 mars 2020

            +6

          Alerter
        • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h38

          Les actions du Vénézuela ne s’entendraient en France qu’avec un Etat fort (économiquement) c.a.d. où les services publics sont valorisés, en bonne situation, et où l’ensemble des prestations essentielles ne sont PAS privatisées. La France n’a – moins que jamais – rien de socialiste ; les énergies et l’eau, par exemple, sont sous le pouvoir du privé….

            +0

          Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h27

      le vocable « Etat-providence » est effectivement mal choisi. Il sous-entend un excès de générosité, un « perçu à tort », un abus. Les élites et le patronat ne se sont pas privés de jouer sur l’ambiguité. Alors qu’en fait il ne s’agit que de désigner le fait que notre Constitution affirme un République Sociale, où personne n’est laissé en chemin, où tout le monde a droit à une sécurité sociale, un logement et un travail. J’en profite pour rappeler que la France est en violation permanente de sa propre Constitution mais aussi des règlements internationaux en matière de Droits de l’Homme, en matière de police, de logement, etc..

        +0

      Alerter
  • tepavac // 24.03.2020 à 07h54

    « Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les dirigeants occidentaux devront écouter les peuples »

    J’aime bien Naulot, mais il aurait dû au moins regarder la seconde partie d’un excellent reportage diffusé par Arte.
    Il attribue aux réalistes de la bonne gouvernance, une nature rêveuse alors même que son discours est un songe éveillé.
    En 36 les Allemands ne voulaient pas croire que leur gouvernement étaient un très mauvais gouvernement, corrompu, voleur de façon industrielle, criminel en assassinant en masse, parce que simplement la plus part des personnes ne regardait que cet infime espoir mit en avant par les politiques d’alors, de pouvoir sortir de leur misère en acceptant les promesses du régime nazi.
    ils ont vu pourtant que leur gouvernement à agressé l’Autriche, puis la Tchécoslovaquie, puis la Pologne, puis la Belgique, la France, la Grèce… rien ni à fait, préférant se faire les complices silencieuses, bavant même sur les biens convoités de leur voisin.

    Aujourd’hui rien n’a changé, on à beau savoir que c’est à cause de la kommandantur du bidule européen, qui est elle même est sous l’autorité du pays le plus indigne sur terre, mais rien n’y fait, le rêve et l’espoir prédominent, alimenté par un fleuve de film hypnotique vantant les mérites de leur condition et par des mises en scène de tribun télévisuel chaque jour renouvelé…

    https://www.youtube.com/watch?v=rx4GVRDX45k

    Je suis là, assis sur la pierre tiède de la tempérance, entre les excités qui veulent tout casser et les rêveurs qui tendent l’autre joue, je me demande si je suis seul et comment dans cette masse reconnaitre mes semblables…

      +20

    Alerter
    • Pinouille // 24.03.2020 à 09h36

      Vous n’êtes pas seul, mais abandonnez tout espoir de trouver vos semblables tempérés parmi les commentateurs de ce site. Ils sont partis. Je peux attester qu’ils étaient majoritaires, avant.
      D’un autre côté, il n’est peut-être pas toujours nécessaire de reconnaître et rejoindre ses semblables. N’échanger qu’avec ceux qui vous ressemblent vous enferme dans une bulle cognitive. Ce qui est amha le principal danger de notre temps –> Il est plus que jamais indispensable de s’efforcer en toutes conditions de penser contre soi-même.

        +4

      Alerter
      • Anouchka // 24.03.2020 à 11h29

        Et c’est quoi selon vous, dans le cas présent, etre « tempéré »?

          +1

        Alerter
        • tepavac // 24.03.2020 à 20h15

          Dans le cas présent, c’est ne pas être « extrémiste », c’est comme souvent dans vos propos, être percutante mais sans créer d’animosité.

            +0

          Alerter
      • tepavac // 24.03.2020 à 12h18

        Merci Pinouille, je vous suis grès de vos pensées amicales.
        Rassurez-vous, je ne suis en rien déprimé, ni perdu et encore moins abattu. Je ne m’adressais pas aux commentateurs du site, pour lesquels, je suis au contraire très attaché, surtout pour ceux avec qui je suis en désaccord, la raison en est simple, la créativité, l’intelligence vient toujours de la contradiction de deux opinions, d’au moins deux points de vue sur un sujet…
        Mais aussi, parce qu’ils sont entiers, parce qu’ils osent s’indigner et même si parfois nous émettons des âneries dans la forme, nous savons que le fond est juste.

        Non, c’est seulement un sentiment ressenti en au regard des médias, des responsables politiques, de la violence d’état dans toutes ses formes. Et puis en définitive, de notre incapacité collective à surpasser un « mode » de vie carnassier, cannibale, qui se perpétue, au moins, depuis que les humains se transmettent l’histoire.
        Pourtant avec internet et la diffusion de l’information, la conscience sociale aurait dû évoluer, s’élever. Chacun de nous voit bien les énergumènes qui sont au pouvoir, la duplicité de cette soit disant union Européenne, du cirque politico-médiatique, avec des bonimenteurs de foire d’un côté et des béni-oui-oui de l’autre.
        Enfin parce que nous le savons presque tous ici, la fin de cet épisode morbide risque fort bien de nous faire entrer dans un cycle encore plus douloureux et très incertain.
        Bon courage à tous

          +5

        Alerter
        • Catalina // 24.03.2020 à 15h56

          Bonjour,
          Internet est jeune, cela fait un peu plus de 10-15 ans seulement qu’il est généralisé dans tous les foyers.
          Si je dis des bêtises, qu’on me reprenne.
          ET voyez-vous, je pense justement que cet échange en expérience vécue immédiate de connaissances, d’expériences, etc, a fait naître une prise de conscience qui a donné les gilets jaunes et beaucoup de revendications dans le monde, pour une fois la télé était détrônée parce que nous choisissons nos propres programmes non limités à ce qu’elle offre et que l’homme a cette qualité d’être curieux et de ne pas aimer être pris pour un idiot, en général.
          10 ANS seulement pour avoir accès à autre chose que la pensée unique, c’est court. Il y a un temps pour tout.

            +3

          Alerter
          • Mona Redmoor // 24.03.2020 à 17h05

            D’accord avec vous pour le Venezuela, mais pas du tout pour internet; quel que soit le contenu d’ailleurs; outil de revendication, de pensée multiple etc. Le numérique, le virtuel, la dématérialisation, et la bulle individuelle existentiel hors sol que cela forme est le fer de lance de la destruction de l’humain. Oui on est là à échanger sans se connaître; à se faire plaisir à dire ce qu’on pense chacun dans son coin sans parler ni connaître ses propres voisins, finalement interdépendants de lointains inconnus même pour nos émotions et notre pensée comme nous le sommes déjà pour nos besoins fondamentaux et matériels (médicaments fabriqués en Chine à 90% sont l’exemple du moment) et finalement esclaves de l’actionnariat de haut vol et esclavagistes des plus pauvres (travailleurs détachés et migrants illégaux pour le proche; pauvres parmi les quels des enfants Chine, Afrique etc pour le lointain).

              +3

            Alerter
          • tepavac // 24.03.2020 à 20h27

            Bonsoir Catalina,
            Pour internet, vous avez raison mais seulement pour les personnes ayant déjà une certaine culture générale les poussant à améliorer leur conviction. C’est aussi le cas pour les jeunes esprits ayant un penchant pour les sciences, mais pour la majorité de ceux qui restent et qui vont bientôt nous succéder, c’est seulement une fenêtre sur le divertissement personnel.

              +1

            Alerter
          • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h50

            Non, internet est largement disponible et abordable en France depuis 1995, Windows95 et Wanadoo. Donc au moins 25 ans !

              +0

            Alerter
        • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h49

          Tout est encore à faire en matière d’éducation populaire. Car je suis persuadé que c’est une des clés pour que la démocratie vive véritablement.

            +0

          Alerter
    • LibEgaFra // 24.03.2020 à 12h13

      « En 36 les Allemands ne voulaient pas croire que leur gouvernement étaient un très mauvais gouvernement »

      En 1936 les Allemands n’avaient aucune raison de croire que leur gouvernement était mauvais. Vous oubliez la crise de 1929 et leurs conséquences pour l’Allemagne.

        +3

      Alerter
      • tepavac // 24.03.2020 à 12h35

        Je ne l’oubli en rien, nous sommes en plein dedans et c’est pourquoi je le rappel. Si nous ne prenons garde, si nous n’empêchons pas la panique, c’est l’instinct qui prendra le dessus.

          +1

        Alerter
      • Casimir Ioulianov // 24.03.2020 à 14h03

        Heu non , les allemands avaient déjà pas mal de raisons de se méfier en 36 . Dès 33 les mecs ont commencé à interner tout ce qui était un peu trop à gauche en camps … en 34 il y a eut du rififi avec les gens débauchés par l’organisation Todt quand ils ont réalisé que leur gouvernement était pas prêt à allonger , la même année : nuit des longs couteaux , tu parles d’une politique … En 35 c’est les lois de Nuremberg ; nan, on a beau dire ; ça reniflait l’humanisme.
        Je sais que Mein Kampf a pas été un succès de librairie dès sa sortie en 1925, mais dire que les allemands ne savaient pas c’est archi-faux. Beaucoup ne voulaient pas voir la situation pour ce qu’elle était vu qu’on leur présentait ça comme un « miracle économique Allemand » et ceux qui avaient des doutes voulaient pas finir à Dachau. C’est un peu comme chez nous, beaucoup savent qu’ils condamnent leur gosses , mais tant qu’ils en profitent ils ne sont pas prêts à aller se faire crever un oeuil par la Milice Castanerienne.
        Que faire ? votez rouge. Les patrons lâchaient du pognon quand le PC était à 30% … maintenant que les fachos sont à 30% les patrons lâchent les chiens. La peur doit changer de camp.

          +14

        Alerter
        • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h57

          J’approuve entièrement l’analyse et le commentaire sur les allemands dans les années 30. Par exemple, la mère de mon père a quitté l’Allemagne au tout début de cette période, et une fois mon père en France, il n’a jamais voulu y revenir. A 20 ans (1935) il faisait sa demande de nationalité française. Ils savaient déjà. Les gens d’obédience juive savaient. Si on transpose à aujourd’hui, nous savons tous par exemple que si on manifeste on va se faire frapper et gazer MEME SI on reste totalement pacifique, respectueux du tracé, de l’horaire et des forces de l’ordre ; alors beaucoup renoncent. Pourtant, on est en France et au 21ème siècle…

            +0

          Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h47

      Ne t’inquiètes pas, nous sommes foule. Mais il est difficile de s’exprimer, difficile encore plus d’agir (avec effet). Nous savons que la plupart des « spécialistes » et des théoriciens sont en fait totalement « hors sol ». Nous savons aussi qu’en vérité ce qui est au pouvoir, c’est le cynisme et le mépris. Déjà, au départ, on a oublié une chose essentielle : les dirigeants sont là pour représenter et SERVIR, non pour fixer à la masse leurs propres visions personnelles. en tout cas dans les Etats se revendiquant Républiques (res publica : non personalem).

      PS : je ne suis pas persuadé que la population allemande de 1936 était si librement capable de discernement, ni même de se positionner « contre » ce qui advenait. Sous Hitler comme sous Pol Pot ou Kim Jung truc, c’est encore plus difficile d’être le vulgum pecus…

        +0

      Alerter
  • Dominique Gagnot // 24.03.2020 à 08h00

    Soyons clairs et précis :
    Une réelle démocratie supposerait que les ressources premières et le contrôle de la monnaie reviennent à la collectivité. Les puissants perdraient ainsi leur domination et nous serions enfin libres de gérer ces ressources non plus pour maximiser leur profitabilité, mais pour restaurer la planète et sauver ses habitants dans un système qui, par ailleurs, pourrait être libéral.

    (extrait de : http://bit.ly/tragédiecapitaliste )

      +11

    Alerter
    • sainsaulieu gerard // 24.03.2020 à 10h26

      Mais il ne lâcherons rien sans qu’on leur tape dessus. Mais qui est « on » ?

        +3

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 24.03.2020 à 13h41

        « on » = les puissants, de par leurs propriétés.
        Il « suffit » donc de transférer leurs soi-disant propriétés aux collectivités (…) pour les rendre impuissants. Evidemment, le peuple doit auparavant prendre le pouvoir, car hélas nous ne sommes pas en démocratie (voir Etienne Chouard)

          +2

        Alerter
        • tepavac // 24.03.2020 à 21h10

          Vous ne pourriez hériter que d’un tas de pierre, de quelques centrale électriques nucléaires, mais sans les pièces de rechange puisque Alstom ne nous appartient plus, quant au pétrole, vous seriez obligé d’entrer en guerre, non contre ceux qui l’extraient de leur sol, mais contre ceux qui le gèrent…

          Encore, je ne parlerais pas des technologies dont ils détiennent tous les brevets, ni de l’industrie du médicament, ni de l’armement puisqu’on nous en à dépossédé.
          Bref il restera une coquille vide.

          La seule façon de refaire le monde serait de rendre soudainement obsolète et simultanément toutes les technologies, du 19eme, 20eme et 21eme siècle. Sauf que là l’Europe serait immédiatement la proie d’une revanche implacable de toutes les pacifications libérales qui se trouvent juste de l’autre coté de la Méditerranée et qui seraient ravis de nous inculquer les droits de l’homme, la démocratie et la libre concurrence non-faussé selon le modèle de leurs convictions…
          Mais comme aujourd’hui nos institutions et surtout nos administrations sont gangrenées dans leur plus hautes instances par les youg leaders( ce n’est pas moi qui le dit c’est quelques préfets), alors toute cette discussion est inutile.
          Faut trouver une autre solution, et puis c’est au plus jeunes de trouver la voie de leur destin.

            +0

          Alerter
          • Dominique Gagnot // 25.03.2020 à 04h49

            Il est probable en effet que notre « niveau de vie » retournerait à celui des années 50/60, avec des connaissances en plus.
            Mais au moins serions nous libres de (re)développer le pays comme le peuple le souhaiterais (et non plus selon ce que souhaitaient les grands propriétaires!) , avec les moyens du bord.

            Comme après chaque guerre, il faut nettoyer l’administration de l’état et des grandes entreprises, et reconstruire.

            D’autres nations nous rejoindraient, ajoutant leurs ressources aux nôtres, dans un mode de développement bien différent de l’actuel… Voir la 2èm partie de http://bit.ly/tragédiecapitaliste (Imaginer le système D’Après!)

            Evidemment, on pourrait aussi se faire envahir… mais le coronavirus ayant rebattu les cartes, il y a une extraordinaire opportunité.

              +1

            Alerter
  • Gilles // 24.03.2020 à 08h08

    « reconstruire une société qui protège » Hum, hum …..

    Pascal Champvert, président des EHPAD, Macro-compatible, au journal de france2 hier soir:
    « Il faut prendre des mesures strictes de confinement, sitôt qu’un cas de coronavirus est détecté » heu !! ce ne serait pas mieux avant ?…

    « Il peut y avoir en quelques heures, 5, 10 ou 20 décès : c’est ainsi….. »
    https://actu.fr/grand-est/cornimont_88116/coronavirus-deces-20-residents-dun-ehpad-vosges_32495955.html
    C’est sur, ça ne dérange pas trop : les listes d’attentes pour des futurs hébergés sont si longues.

    « Après la crise, nous serons au côté du président pour prendre les mesures qui s’avéreront nécessaires »
    C’est pas beau cette réaction ? Vraiment, un gars sur qui on peut compter , non?

    Rien à voir, mais je profite de ce billet pour dire que j’ai les plus grands doutes sur la sincérité du nombre de décès en France.
    Le 20/3, 450 décès, hier soir 860 : des chiffres bien trop « ronds » ?
    Le 21/3 562 décès soit 112 de plus que la veille. Et à nouveau le 22/3 674 décès soit 112 de plus que la veille. Coïncidence ? Bizarre, Bizarre

      +12

    Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 17h00

      bah, les déclarations médiatiques, le travail très approximatif des « journalistes » sur le devant de la scène, c’est pas fiable du tout.
      « Après la crise, nous serons au côté du président…. » Il faudrait plutôt penser que c’est le président actuel qui devra être mis de côté !

        +0

      Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 24.03.2020 à 08h17

    De toute façon le neo libéralisme ne peut pas exister sans complications dans une société domestique .Ce serait comme laisser le loup au milieu des brebis . Soit tout le monde a accès de la meme manière aux libertés octroyées par le libéralisme , et c’est la loi de la jungle , parce que Darwin , la main du marché , le chaos , c’est ça ! Et c’est la loi du plus fort sans limites d’actions ! Soit on met des limites et ce n’est plus le libéralisme , c’est une société domestique . Quoiqu’il en soit ,libéralisme ou pas je ne laisserais jamais un prédateur venir dans mon jardin bouffer mes poules !

      +2

    Alerter
    • RGT // 24.03.2020 à 10h52

      « Quoiqu’il en soit ,libéralisme ou pas je ne laisserais jamais un prédateur venir dans mon jardin bouffer mes poules ! »

      Petite réflexion philosophique :

      Pensez-vous sincèrement que les principales intéressées (les poules) préfèrent être dévorées par vos soins que par l’infâme renard ?

      Vous reproduisez à votre échelle un schéma totalement néo-libéral-capitaliste dans lequel les ouvriers sont remplacés par des gallinacées.

      Les seuls qui ne soient PAS dans ce schéma sont les chasseurs-cueilleurs qui ne possèdent rien d’autre que ce qu’ils peuvent transporter avec eux afin d’assurer leur survie.

      À partir du moment où vous décidez de vous approprier définitivement une caverne pour votre usage personnel vous mettez un pied dans le capitalisme. À moindre mesure mais vous le mettez.
      Et prouvez-moi que mon raisonnement est faux.

      Une fois le doigt dans l’engrenage vous inventez les religions et le reste pour dominer les autres dans votre intérêt personnel.

      Que les autres soient de votre espèce ou non.
      Puis avec l’habitude ça devient culturel et le cœur des vierges vient s’époumoner devant les horreurs commises par les humains, sans pour autant remettre en question la cause réelle de ces horreurs.

      Les profiteurs font largement plus de victimes que le Covid-19.
      Mais comme ce dernier ne rapporte rien à « l’économie » il faut se mobiliser pour l’éradiquer.

      Une fois la crise passée tout repartira comme avant jusqu’à la prochaine fois.
      Un p’tit coup d’enfumage, la nécessité de « reconstruire » après la « victoire » et les poissons rouges auront oublié la cause de ce désastre.

      Et vous continuerez à chasser les renards pour être le seul à massacrer « vos » poules.

        +5

      Alerter
      • nulnestpropheteensonpays // 24.03.2020 à 11h58

        capitaliste oui, libérale non ! Bien que je m’octroie les mêmes libertés que les grandes entreprises , a savoir je fais ce que je veux , avec ma couverture morale .Qui est très simple ,ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse , mais moi je rajoute sauf aux crapules et là c’est open bar ! Quand je dis crapules , c’est ceux qui profitent des autres par exemples , par la force de l’argent , physique , la ruse etc .La société domestique implique forcément la propriété ou alors c’est accepter de vivre tous dans des clapiers ou des fermes industrielles .Et ç permet plusieurs types de libertés selon son environnement , ses capacités .Après je dis pas que la propriété ne puisse pas être en collectivité restreintes , et c’est sur je ne suis pas vegan , depuis que je sais que meme les plantes sont sensibles … Si il y a 20 places dans la cavernes vous en faites entrer 30 comment vous , ou 100 ?

          +1

        Alerter
      • LibEgaFra // 24.03.2020 à 12h24

        « À partir du moment où vous décidez de vous approprier définitivement une caverne pour votre usage personnel vous mettez un pied dans le capitalisme. »

        Votre « définition » du capitalisme me laisse perplexe. Le capitalisme permet d’extorquer de la plus-value. Il faudra m’expliquer comment cela est possible avec votre caverne à usage personnel. Car dans ce cas le chasseur-cueilleur est déjà un capitaliste avec son arc et ses flèches à usage personnel.

          +3

        Alerter
      • tepavac // 24.03.2020 à 13h40

        « À partir du moment où vous décidez de vous approprier définitivement une caverne pour votre usage personnel vous mettez un pied dans le capitalisme. À moindre mesure mais vous le mettez.
        Et prouvez-moi que mon raisonnement est faux. »

        Comme souvent, vos interventions sont percutantes.
        Vous avez raison RGT, mais encore faut-il en déloger l’ours qui s’y repose. Mais encore peut-on appeler ceci du capitalisme?

        Nous sommes face à du vampirisme, une spoliation généralisée que les malins ont anoblie en lui donnant une connotation politique. La vérité c’est que tout le monde s’en rend compte, mais que par soumission, parce qu’au fond la masse à trop d’inertie, les gens font semblant de le croire.

          +2

        Alerter
      • SuperDupont // 25.03.2020 à 00h10

        Assez d’accord avec ça. Le pire ennemi de la poule, c’est le fermier.

          +0

        Alerter
      • ouvrierpcf // 27.03.2020 à 12h29

        pour RGT c’est beau comme on peut philosopher sur l’appropriation des moyens de production !

        À partir du moment où vous décidez de vous approprier définitivement une caverne pour votre usage personnel vous mettez un pied dans le capitalisme. À moindre mesure mais vous le mettez.
        Et prouvez-moi que mon raisonnement est faux.

        Marx( un petit philosophe anodin ) lui n’a pas imposé son point de vue mais permis de faire discuter échanger et mettre au point une autre façon de s’auto diriger et et même après la chute de l’ex URSS sur les exploiteurs les exploités sur les propriétaires mais pas des cavernes des moyens de production
        si le cueilleur chasseur s’approprie une caverne c’est bien en exploitant soit sa ou ses femmes ses copains pour tirer un bénéfice des chasses sa caverne ne lui servira à tirer aucun bénéfice tintant et résonnant
        en quoi un chasseur ramenant son gibier pour le partager avec sa femme ses femmes ses enfants ou les enfants sans mère et père vivant capitalise ? Il le fait si il récolte du blé qu’il échange 6 mois après contre 2 poulets au lieu d’un le jour de la récolte l récolte assurée par …ses femmes

          +0

        Alerter
      • Lonewolf // 29.03.2020 à 17h02

        Quand on mutualise les cavernes de façon à ce que tout le monde puisse dormir à l’abri, ce n’est pas du capitalisme… 😉

          +0

        Alerter
  • Berrio // 24.03.2020 à 08h23

    Voyons comment un homme qui ne pense qu’à l’humanité envisageait les crises sanitaires déjà en 2005
    Y’a Bon dollars mon Yankee
    https://m.youtube.com/watch?v=6Af6b_wyiwI

      +2

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 24.03.2020 à 08h50

    Les pays qui évoluent vers l’auto-suffisance sont moins exposés à la crise financière mondiale et au covid 19 que les pays interdépendants qui ont transféré leur responsabilité vers une gouvernance mondiale qui décide des grandes orientations de la planète tant sur le plan économique que culturel et social. Cette gouvernance qui se veut invisible s’arroge les pleins pouvoirs. Les pays qui veulent conserver le droit de choisir leur destin sont dénigrés et considérés comme des pays totalitaires.

      +18

    Alerter
  • gotoul // 24.03.2020 à 09h11

    Des voeux pieux mais malheureusement irréalistes ! Les requins sont déjà en ordre de bataille ( depuis l’ile de Ré ou ailleurs ) pour organiser une nouvelle curée. ( avis perso bien entendu )

      +2

    Alerter
  • SuperDupont // 24.03.2020 à 09h12

    Clausewitz dirait probablement aujourd’hui que l’économie, c’est la continuation de la guerre par d’autre moyens.
    Evariste parle de caste…mais il ne faut jamais oublier l’échelon fondamental qui est géopolitique et qui commande tout.

    La financiarisation de l’économie a servi essentiellement la volonté de puissance américaine qui, munie de sa planche à billet et par l’intermédiaire de fonds divers et variés gavés de dollars frelatés, s’est emparé d’une partie non négligeable des fleurons de l’économie française avec la complaisance de la bourgeoisie d’affaire français (on parle de 50% du CAC 40…entre les mains de fonds dont la plupart sont dirigés par un chairman qui a une bannière étoilée dans son salon) Il ne s’agit pas d’une globalisation. Il s’agit d’une globaméricanisation.

    Ce coronavirus pourrait éventuellement siffler la fin de la récrée…

    Mais il est à craindre que toute cette affaire ne fasse qu’accélérer le processus décrit précédemment et que la paix sanitaire revenue, les affaires ne reprennent de plus belle avec des entreprises françaises encore plus faibles. Occident globaméricanisé contre Chine, voilà l’affaire des 30 prochaines années…

    Ce virus, s’il n’a pas raison de nous, ne fera qu’accélérer le processus à l’œuvre depuis août 1971.

      +7

    Alerter
    • tepavac // 24.03.2020 à 09h30

      Depuis Aout 1971, en France certainement après le départ du Gl de Gaulle, mais déjà…
      En 52 dans les salles de cinéma…
      https://www.youtube.com/watch?v=SGvxi_zW75M

        +5

      Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 17h12

      N’oublions pas que cette guerre que vous décrivez n’est pas seulement américo-chinoise. En troisième position du pouvoir économique mondial, après ces deux impétrants, il y a….les 10 premiers plus riches fortunes de la planète. Ces individus sont à même d’imposer leur poids à presque toutes les autres nations. Leur fortune pèse plus que les PIB du Japon (3ème officiellement) et de l’Allemagne (4ème) additionnés !!! La globalisation est en réalité une main-mise sur le globe dans moins de 20 mains.

        +0

      Alerter
  • Lili // 24.03.2020 à 09h30

    Connaissez-vous Arthur Keller, spécialiste des risques systémiques et des stratégies de résilience ?
    Il analyse finement l’état de notre monde et où il va, afin que l’on comprenne qu’il ne faut pas modifier le système (mortifère) mais bien changer de système :
    https://www.youtube.com/watch?v=tBkff857Ju4&t=33s

    Il réagit à la crise que nous connaissons et l’analyse comme étant une crise systémique :
    https://www.youtube.com/watch?v=9CSuuEdpEuI

    Il est temps d’agir pour préparer l’après et pas seulement pour « fixer des limites à la mondialisation ».

      +3

    Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 17h15

      Il est clair que tout est fait et dit pour qu’il ne soit surtout pas touché aux fondamentaux du néo-libéralisme et à la mondialisation de l’économie.
      C’est un peu comme la réforme des retraites, à l’envers. On ne cherche surtout pas des solutions là où il y en aurait, parce que ça dérange ces mêmes fondamentaux ; on préfère tout rayer de la carte et inventer un bitza fumeux.

        +0

      Alerter
  • JFG // 24.03.2020 à 09h35

    Privatisation des bénéfices:
    En ce printemps 2020 marqué par les crises sanitaire et boursière, les entreprises européennes commencent à distribuer à leurs actionnaires les quelques 359 milliards d’euros de dividendes, correspondant aux gains 2019. (Boursorama)
    Socialisation des pertes:
    Désormais, si l’on fait les comptes, les interventions de la BCE vont se chiffrer à 1053 milliards d’euros sur les 9 mois restants de 2020, soit près de 117 milliards d’euros engagés par mois. En effet, à ces 750 milliards s’ajoutent un programme de rachat de 20 milliards d’euros par mois engagé depuis décembre et les 120 milliards d’euros déjà débloqués pour la crise du coronavirus, le 12 mars. ( Le Parisien)
    Vous cherchez les gagnants de la pandémie: avec 359 milliards, il va y avoir de bonnes affaires à faire à la fin de celle-ci sur les marchés boursiers……
    Même si je caricature un peu…..

      +9

    Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 17h17

      et moi je me dis que je ne vois toujours pas arriver les euros par centaine de milliers de la part des Arnaud, Lagardère et consorts, en ces temps dramatiques de pandémie. Mais il est vrai, une cathédrale peut-être choper le Covid19 ?

        +0

      Alerter
  • Mona Redmoor // 24.03.2020 à 09h47

    Ils se suivent, s’enfilent comme des perles les papiers des Naulot, Supiot et autres vieux redresseurs de torts, qui après avoir faits longue et belle carrière dans l’establishment – l’Université en est – ils arrivent au bord du gouffre à nous souffler « Pas bien! Il faut changer ». Et comme c’est leur dernier souffle, eh bien on doit s’en contenter – pas de solution, pas de feuille de route. En fait dans le système on a le droit de se tromper toute une vie, mais on n’osera pas émettre une alternative hors système – de peur de se tromper!!! La facilitation technologique du déplacement et l’avide optimisation des gains qui s’y est engouffrée à mener d’une société ouverte à la béance d’une atomisation humaine. Environnement détruit, risques sanitaires pandémiques sont des conséquences secondaires (!!!), d’abord et ce qui détermine tout c’est l’humain, et ce système a détruit les avancées sociales et est en passe de détruire les fondements communautaires élaborés depuis des millénaires – le numérique et l’individualisme existentiel en sont les leviers les plus puissants.

      +10

    Alerter
    • barbe // 24.03.2020 à 13h09

      Je vous trouve injuste avec Alain Supiot. Très critique, depuis longtemps, du cours de choses.
      A quoi faites vous référence?

        +0

      Alerter
      • Mona Redmoor // 24.03.2020 à 13h22

        Naulot, Supiot, là sur l’épidémie http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html, ou encore Raoult qui est tout même du sérail aussi – l’establishment universitaire, les CRnS de la Science et de la Pensée qui sont les cautions scientifiques du système, idem pour la Culture. Être critique me dîtes-vous à propos de Supiot. Très bien. Et qu’a-t-il fait personnellement pour se faire vraiment entendre et pour actionner quelque chose. Quand a-t-il pris un risque pour sa carrière, son bien-être personnel? Quand on connaît les mécanismes de clientélisme, de réseaux etc dans ces milieux, vachards, sans scrupules et à tendance depuis des décennies à privilégier l’incompétence, et les laborieux de montage de dossiers, excusez-moi je ne pense pas qu’il ait trop insister sur sa critique. Le Roi s’amusait du bouffon critique, l’utilisait même contre ses ennemis. Alors ces mentors (je fais exprès d’utiliser ce terme pour le mot autre qu’on peut y lire !) qui étalent leur très beaux CV, longs et prestigieux dans cette société dont ils se font les cassandres, je m’en méfie comme du … Covid!

          +6

        Alerter
        • ouvrierpcf // 27.03.2020 à 13h56

          mona redmond

          ou encore Raoult qui est tout même du sérail aussi – l’establishment universitaire, les CRnS de la Science et de la Pensée qui sont les cautions scientifiques du système, idem pour la Culture.

          justement aucun ministre aucune personnalité du dit Sérail n’ assisté à l inauguration du Centre de recherche universitaire de Marseille du prf RALOULT (en 2018) il est tout sauf caution du sérail

            +0

          Alerter
  • Agora // 24.03.2020 à 10h19

    « Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les dirigeants occidentaux devront écouter les peuples ». Jean-Michel Naulot est trop mignon. Comment lui expliquer ? On n’en prend pas tout à fait le chemin… La stratégie du choc parfaitement décrite par Naomi Klein est parfaitement à l’œuvre ici :
    https://www.youtube.com/watch?v=rhzqAnpb9cA&feature=emb_title

    Les cadavres n’ont même pas eu le temps de refroidir que Pénicaud part en éclaireur pour défoncer (un peu plus) le droit du travail en France. Ils nous veulent pauvres, soumis, ignorants. Mais l’ignorance, c’est la force, non ? 😉
    Vous êtes confinés, vos avoirs aussi. Pour votre sécurité, vous n’aurez plus de liberté.

      +15

    Alerter
    • LibEgaFra // 24.03.2020 à 12h39

      « Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les dirigeants occidentaux devront écouter les peuples ».

      Donc jusqu’à présent les dirigeants n’ont pas écouté les peuples! Et… c’est démocratique, ça?

      Ah oui, bien sûr, parce que les gouvernements qui écoutent leur peuple, eux, sont des dictatures, comme la Chine et la Russie, donc…

        +3

      Alerter
      • Lonewolf // 29.03.2020 à 18h04

        Quand les peuples demandent à être écoutés, on ne les écoute jamais. Le merveilleux exemple des Gilets Jaunes montrent combien l’expression populaire du refus est considérée… Rebelote avec la crise de la réforme des retraites. Et vous croyez qu’une pandémie y changerait quelque chose ?

          +0

        Alerter
        • Mona Redmoor // 29.03.2020 à 18h12

          Non seulement cela ne va rien y changer, mais au contraire! [modéré] le système attendait un évènement de cette nature pour justifier un reboot (bancaire etc); le virus aura bon dos pour prendre la responsabilité et le confinement va faciliter les choses. Cette loi martiale (appelons un chat un chat) qui met la société à l’arrêt, va justifier un nouveau renflouement des banques et de serrer un peu plus la vis des précaires et des classes moyennes renvoyées dos à dos. Le numérique, le virtuel, la déshumanisation et le hors sol également rebooster pour ne plus revenir en arrière sur la désagrégation de l’enseignement et des services publics désormais orientés vers le tout dématérialisés – télétravail, téléservices, télé-enseignement et la mise à distance physique alimenté par la peur de la mort (virus!) ne pouvait pas mieux tomber!

            +1

          Alerter
          • Lonewolf // 29.03.2020 à 23h46

            c’est clairement ce qui nous pend au nez…

              +1

            Alerter
    • nulnestpropheteensonpays // 24.03.2020 à 13h53

      « vos avoirs aussi « vous vene zde mettre le doigt sur un truc là ! avec la cris e, l’auraient ils vu venir? du coup confinement , etat d’urgence sanitaire…Merde j’ai pas envie d’y croire …

        +0

      Alerter
      • Agora // 27.03.2020 à 14h41

        Oui, si vous en avez, des avoirs. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Si c’est le cas, sachez que les morts économiques seront bien plus nombreux que les morts du virus (rappel : la grippe a tué 60 000 personnes à l’hiver 2016-2017).
        L’effondrement en cours risque de déboucher sur la crise systémique redoutée : montagne de dettes (privées, publique) => défauts de paiement en cascade => risque de collapse des banques qui ont prêté => renflouement des banques en tapant directement dans vos avoirs (l’arsenal est déjà prêt, y a plus qu’à appuyer sur le bouton, le moment venu). Quant à la garantie des 100 K€ : vous pouvez vous la carrer. Elle sautera en 10 secondes chrono, compte-tenu des cacahuètes qui la composent au regard de l’énormité des sommes à rembourser (1500 milliards d’encours en France, par exemple, pour 3 milliards inscrits au fonds de garantie des dépôts. Faites le calcul).
        Conclusion : débancarisez-vous fissa fissa…

          +0

        Alerter
  • mikatypa // 24.03.2020 à 10h34

    La Suisse et les Pays-Bas ont fait le choix du non confinement pour ne pas étouffer l’économie. C’est le choix assumé de l’immunité collective avec sa mortalité massive mais ne concernant majoritairement que les classes non productives. C’est la tentation aussi du Royaume-Uni et des Usa… tous pays protestants !
    Je ne sais pas quoi déduire de ce fait si ce n’est que le bilan pourra être fait de façon spectaculaire et sans contestation dans quelques semaines… en comptant nos morts.

      +1

    Alerter
    • LibEgaFra // 24.03.2020 à 12h42

      La Suisse compte certainement sur son infrastructure hospitalière, certainement l’une des meilleures du monde. Pour le moment elle se paie le luxe d’héberger des malades français.

        +2

      Alerter
  • Myrkur34 // 24.03.2020 à 10h51

    https://bracingviews.com/2020/03/22/quick-thoughts-on-the-coronavirus-crisis/#comments

    https://www.youtube.com/watch?v=sEhyRSLpwjs&feature=emb_title

    Comparatif vigueur/téléprompteur/conviction entre Sanders et Biden.

    Question: Il se passe quoi si Biden meure après sa nomination de juin ?

      +0

    Alerter
    • Bientôt 78 ans // 24.03.2020 à 16h25

      On peut déjà en déduire que pour ces génies, humanistes s’il en est, les richesses et le Pouvoir importent davantage que les êtres humains, voire que la vie. Ils sont du même acabit que ces créatures qui ont inventé les armes qui tuent, en laissant les immeubles, les infrastructures etc…. intacts. La lie de la terre!

        +1

      Alerter
      • Lonewolf // 29.03.2020 à 18h07

        ben oui, faut pas rester naif, la lutte est incessante pour conserver ses acquis (sociaux), et la guerre est imminente pour récupérer ceux qui nous sont volés.

          +0

        Alerter
  • cording // 24.03.2020 à 11h20

    Plus qu’une limitation de la mondialisation c’est la démondialisation signalée par Jacques Sapir qui va connaître un considérable accélérateur voire une fin.

      +1

    Alerter
  • Jean-Pierre Kayemba // 24.03.2020 à 11h29

    Comment concilier ceci :
    « Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les dirigeants occidentaux devront écouter les peuples, leur redonner la parole, réformer pour de bon la finance, reconstruire une société qui protège et ne pas craindre de fixer des limites à la mondialisation  »
    avec cela ?
    « Lors de la crise de 2008, les dirigeants occidentaux avaient dit : « Plus jamais ça! » Mais, une fois les marchés repartis à la hausse, ils n’ont pas changé de cap ».

    Les Gilets-jaunes n’ont pas eu raison du macronisme et de ses avatars, les syndicats non plus; il n’est plus improbable que le coronavirus ébranle fortement tout le système comme après les première et deuxième guerres mondiales.

      +2

    Alerter
  • Jean-Charles // 24.03.2020 à 12h40

    Tester toute la population pour marquer les positifs, négatifs, symptomatiques, asymptomatiques et et tracer finement chaque individu au moyen des téléphones portables sous réseu 5G, afin de réduire la contamination d’autres?
    Quid de l’anonymat des données acquises?
    L’isolement individuel et social en acte est un mauvais début. De ce pas, quelles autres améliorations bienvenues que celle précitée?
    Cui bono?

      +0

    Alerter
  • Pegaz // 24.03.2020 à 13h36

    Des pistes pour l’après

    Ils parlent au nom de la démocratie, mais dans la pratique ils la nient, ils l’exorcisent, ils la suppriment. Ils cherchent constamment à récupérer, esquiver, corrompre, mystifier, usurper et manipuler la démocratie pour briser son énergie et arrêter ses potentialités.
    https://diem25.org/manifeste-version-longue/

    CORONAVIRUS – «Le monde d’après doit commencer maintenant»
    https://www.youtube.com/watch?v=h_ui_GyftDE

      +2

    Alerter
  • Bientôt 78 ans // 24.03.2020 à 16h08

    «  Reconstruire une société »?

    N’en doutez pas,TOUT sera bientôt non pas à reconstruire mais bien à construire à neuf, tout autrement… après un degré de destruction, matérielle et spirituelle, que, manifestement, on n’imagine pas, ne voulant surtout même pas y penser. Mais c’est parti!

    À suivre… Avons-nous même le choix de passer outre, comme si de rien n’était?

      +0

    Alerter
  • D.R. // 24.03.2020 à 16h21

    L’auteur, sans doute avec sincérité (c’est là le problème) pense que les dirigeants politiques et économiques prennent de l’expérience et peuvent, d’eux mêmes, corrigés leurs erreurs!
    Après la crise vont-ils reconstruire un système hospitalier qu’ils ont eux-mêmes détruits ? Bien sûr que non. Parce que leur argument pour la destruction était : « ça coûte trop cher ». Qui peut croire qu’ils vont revenir sur ce choix ?
    Qui peut croire que le capital acceptera de nouveau de payer l’impôt ? Après guerre le capital n’avait guère le choix. « On ne vous a pas beaucoup vu à Londres » aurait dit le Général De Gaule. On ne les avait pas beaucoup non plus dans la résistance ! Donc, le capital était pour la victoire de l’Allemagne, il a perdu la guerre, il a du accepter un impôt redistribution. Ce fut les trente glorieuses !
    Mais depuis les années 70/80 il a gagné la bataille et le mot d’ordre devient « tout pour moi, rien pour le peuple » !
    Certains voit une issue dans la démocratie. Mais vous avez remarqué que des élections démocratiques ont porté au pouvoir successivement Sarkosy, Hollande, Macron. N’ont-ils pas fait la même politique anti-populaire ?
    Comment croire que les choses vont s’inverser d’elles-mêmes ?
    Le peuple n’a que ce qu’il prend !

      +6

    Alerter
  • Macarel // 24.03.2020 à 19h01

    « Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les dirigeants occidentaux devront écouter les peuples. »

    Point de vue naïf. Les dirigeants qui nous ont mené à la déroute actuelle, ne sont pas formatés pour
    écouter les peuples. Ils sont persuadés de détenir la vérité, ils font des actes de contrition en plein milieu
    d’une crise comme celle que nous traversons, mais dès celle-ci passée, ils reviennent à leurs fondamentaux doctrinaires.

    Il faudra donc que les peuples leur arrache le pouvoir et les mette hors d’état de nuire, ainsi qu’à tous
    leurs valets ou laquais médiatiques. C’est une guerre, mais pas celle dont parle le Prince Président Macron,
    c’est une guerre entre eux et nous. Car combien de victimes de la pandémie actuelle resteront sur le carreau
    du fait des politiques anti-sociales et destructrices de nos « outils de santé publique » qu’ils mènent par pure
    aveuglement idéologique du « tout marché » depuis 30 ou 40 ans ? L’égoïsme, la cupidité, la rapacité, sont inhérents à leur idéologie, sûrement pas la solidarité, l’entraide et la générosité.
    Alors, c’est très bien de sortir aux balcons tous les soirs à 20h00 pour applaudir nos personnels de santé qui sont en première ligne, et oeuvrent du mieux qu’ils peuvent, pour sauver des vies, dans des conditions indignes d’un pays dit développé, mais à 19h00 il faudrait sortir pour siffler les irresponsables et illuminés qui ont créé la situation dramatique que connaît aujourd’hui notre système de santé public !

      +4

    Alerter
  • Denis // 24.03.2020 à 19h56

    C’est beau! Presque de la poésie.

    J’ai versé une larme pour ces pauvres dirigeants qui feraient leur méa culpa
    après la fin de la pandémie. Tiens, tiens! Pourquoi pas pendant?

    Imaginons le procès de Nuremberg. C’est pas ma faute M’sieur le Président,
    j’ai obéi aux ordres! Flûte, zut! C’est la réalité de cette engeance.
    Incapables d’assumer leur actions maléfiques.

    Il faut les dégager, tous!
    Et les confiner sur une île lointaine où ils pourront expérimenter sur eux mêmes
    leur beaux principes.
    Car , nous le savons tous, les mêmes causes auront les mêmes effets.

      +2

    Alerter
    • edrick d’Estroy // 25.03.2020 à 21h47

      les Kerguelen… c’est beau l’hiver..et y a plein de cailloux a casser… 🙂

        +1

      Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 18h14

      L’arrière-pays de Magadan pour tout le monde 😉

        +1

      Alerter
  • MFelixTartine // 24.03.2020 à 20h08

    N’en déplaise aux apôtres de la mondialisation heureuse et aux maastrichiens bon teint, aux destructeurs de forêts primaires et aux pourfendeurs des protections sociales, aux chantres de la spéculation et aux soldats de la rationalisation des coûts, nous assistons en direct à l’écroulement du système néo-libéral, débuté il y a tout juste 40 ans sous l’ère Thatcher-Reagan.
    J’y vois un parallèle avec la fin de l’illusion communiste, qui, elle, aura duré 70 ans.
    L’incendie de Notre Dame est à l’ahurissante crise du Covid-19 ce que Tchernobyl fut à la non moins brutale chute du Mur de Berlin: le symbole annonciateur d’une crise systémique qui referme une parenthèse. Comme le socialisme avant lui, à bout de souffle, le néo-libéralisme forcené a vécu. Ses étendards atlantistes « dérégulation, liberté, démocratie » font maintenant face à ceux de l’URSS : « progrès des forces productives, collectivisme, amitié entre les peuples » ; Ternis, usés, édentés, les systèmes se regardent avec l’amertume de ceux qui ont échoué dans leur vie.
    Car, aussi nobles soient les intentions philosophiques de l’une comme de l’autre, il va falloir désormais, admettre qu’aucune de ces deux doctrines n’est parvenue à déployer un système opérant et viable à terme -sauf peut-être pour le profit d’une petite oligarchie.
    Au-delà des dogmes, cette constatation appelle sans doute une voie médiane, qu’il nous incombe dès aujourd’hui d’imaginer et construire.

      +0

    Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 18h21

      « … admettre qu’aucune […] -sauf peut-être pour le profit d’une petite oligarchie. » Mais c’est justement le but !! Faire des riches plus riches encore, et le moins possible en nombre. Regardez le nombre de milliardaires sur la planète en 2000, et comparez avec la même chose en 2018. Progression hallucinante. Enfin, ramenez ça au fait que 1% de la population mondiale contrôle 47% de la richesse mondiale totale, pendant que 70% de la population mondiale ne contrôle que 3% de la richesse totale…
      Etant donné le volume des fortunes constituées, et constatant les faits actuels, non le système néo-libéral ne s’écroule aucunement. Il n’a au contraire jamais été aussi puissant. Ce ne sont pas eux qui paient la casse….

        +0

      Alerter
  • rem4s // 24.03.2020 à 22h27

    bah la LREM ils reconstruisent. Ils commencent déjà:

    https://www.latribune.fr/economie/france/la-duree-du-travail-portee-jusque-60-heures-par-semaine-dans-certains-secteurs-843216.html

    Vafalloir tout bloquer en sortant de confinement…. et se faire accuser de ruiner le pays et blabla et blabla

      +2

    Alerter
    • edrick d’Estroy // 25.03.2020 à 21h51

      cette opportunité était trop tentante…
      Lois Hartz 1 a 4 enfin applicable pour la France et sans manif possible…
      Le panard pour nos dirigeants suceurs de casques a pointes…
      le pied pour le corps politique…

        +0

      Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 18h22

      Là, je me demande si ils ne sont pas en train d’amener doucement le vent de la révolution….

        +0

      Alerter
      • Mona Redmoor // 29.03.2020 à 19h46

        Tout le contraire steppenwoolf! Et si les gilets jaunes devaient faire poids il faudrait qu’ils sortent de la contamination régressive de la transgression du père qui leur a été inculquée justement par leurs pires ennemis: la gauche caviar qui comprend l’extrême gauche dont l’anarchisme existentiel; un représentant bon teint actuel est M.Bégaudeau, bobo impénitent qui crache sur son miroir et qui a mal à son papa.

          +1

        Alerter
        • Lonewolf // 29.03.2020 à 23h59

          Moi c’est Lonewolf. Steppenwolf c’est « Born to be wild » ou bien « Summer in the City ». Je n’ai pas ces talents-là… ;-D
          J’ai fait cette réflexion parce que là, on commence à toucher à l’essentiel. On frise la contrainte par corps. La loi Elle Conneries avait déjà violenté les seuils maxi de travail quotidien et hebdomadaire, au point de rendre la vie quotidienne harassante. Si des mesures si excessives sont appliquées aujourd’hui, alors que les travailleurs concernés sont déjà largement en tension, il va y avoir des conséquentes rapidement palpables sur l’état physique et mental des personnes concernées. Je crains que des mouvements se produisent sans qu’il soit nécessaire de parler de cout de la vie ou de réforme des retraites.

            +0

          Alerter
          • Mona Redmoor // 30.03.2020 à 00h08

            Je pensais surtout au seul roman potable de Hermann Hesse 🙂
            Je reste sceptique malgré la tension que vous soulignez très justement – et malgré le prix à la pompe qui descend 🙂
            elle va y être mais rien n’assure une structuration. Et tous les timorés vont être encore plus mobilisés pour reconduire les maîtres qu’ils savent être les garants de leurs bas de laine. Maintenant si les banques explosent en plein vol et que la classe moyenne supérieure perd elle aussi ses billes, là ça peut commencer à chanceler.

              +0

            Alerter
  • Renaud // 24.03.2020 à 22h34

    Suite à un article de Contreinfo sur l’économie américaine.
    C’était sur un site animé par Philippe Barbrel, ce site a, hélas, aujourd’hui disparu depuis un certain nombre d’années.
    Ci-après, c’était en février 2009.

    La violence de la crise fait resurgir la « tentation protectionniste » dans de nombreux pays, à commencer par les USA. Les économistes y sont tous opposés et mettent en garde contre cette solution qui, disent-ils, avait aggravé la crise dans les années 1930. Mais n’y a-t-il pas un abus de langage dans le fait de stigmatiser de ce terme à connotation fortement négative tout effort visant à protéger la cohérence des sociétés en définissant des règles gouvernant l’interaction avec le monde extérieur ? Renaud Laillier suggère de s’ inspirer du modèle du vivant pour penser cette contradiction.

    Par Renaud Laillier, 7 février 2009
    Lorsque le terme apparaît sous leur plume, on ne sait jamais exactement ce à quoi « pensent » les libéraux quand ils revendiquent d’agir « mondialement ». Mais avec la crise, on a vu de quoi il retournait…

    Cela devrait servir de leçon. Pour autant, il ne s’agit pas d’ériger le protectionnisme en un nouveau principe d’autorité. Les pays peuvent parfaitement pratiquer un protectionnisme implicite sans que cela ne se traduise par des entraves.
    (suite message suivant)

      +0

    Alerter
  • Renaud // 24.03.2020 à 22h37

    (suite du message précédent)
    Le paradigme de la cellule biologique et de son fonctionnement fournit le modèle du vivant qui devrait le mieux convenir à tous les pays et espaces économiques. Il faut une paroi (alias une frontière) pour que la cellule puisse vivre et se développer avec tous les moyens nécessaires. Ce sont les parois qui aident le mieux à respirer et échanger et non leur absence comme on tente de nous le fait croire faussement.

    La globalisation telle qu’elle est pratiquée nous entraîne partout à la ruine en faisant en sorte d’abolir ces « parois », que certains milieux dirigeants mondialistes qualifient d’obsolètes et d’obstacles désormais inutiles. Ce qu’elles ne sont sûrement pas.

    Le modèle biologique naturel indique l’inverse. Cette absence de « peau » détruit de l’intérieur les défenses immunitaires saines des sociétés ainsi exposées à tous les flux, sans proportion ni contrôles aucun ou presque. Avec pour résultat un nivellement par le bas des énergies créatrices et l’accélération de l’entropie sur les plans économiques, sociaux, financiers, culturels et de civilisation et, bien sûr, environnementaux et de l’écosystème.
    (suite au message suivant)

      +1

    Alerter
  • Renaud // 24.03.2020 à 22h40

    (suite et fin des 2 messages précédents)

    D’ailleurs, la préservation de l’environnement implique, de toutes façons, un protectionnisme minimum. Il faut préserver les structures, comme on préserve les maîtres-murs, les serrures et les huis en architecture. Ceci est valable pour les États-Unis, dont l’emprise sur le monde doit cesser, tout comme pour chaque nation du monde.

    C’est ainsi que le vrai progrès avancera. C’est aussi et surtout de cette façon que sera assuré le progrès que chacun peut espérer à son échelle : en renforçant toutes les sociétés, en retenant et développant localement le maximum de créativité et donc de richesses.
    Le mondialisme, c’est l’entropie accélérée.
    (fin du message de 2009)

    « Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les dirigeants occidentaux devront écouter les peuples »
    Ah oui? Lire ci-dessus, c’est clair, ils n’ont pas écouté les peuples.

      +2

    Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 18h26

      « …c’est clair, ils n’ont pas écouté les peuples. » Ils n’ont pas vocation à le faire, ils n’ont pas envie de le faire, ça va à l’encontre de leurs intérêts. J’ai beau me triturer les méninges (en ai-je ?….) je ne vois pas en quoi une crise sanitaire pourrait inciter des dirigeants à écouter les peuples. J’irais presque jusqu’à dire : « au contraire ! ».

        +1

      Alerter
  • Ernesto // 25.03.2020 à 01h10

    « La voie médiane », c’est la troisième voie, celle qu’ont voulu incarner Blair, Renzi et tous les « sociaux démocrates » adeptes d’un prétendu « socialisme démocratique ». Force est de constater que eux aussi, n’ont pas fait mieux que les autres, et leur échec est patent. La première chose à faire est de se débarrasser du capitalisme qui est en train de détruire l’homme et la nature. Mais le capital ne rendra pas gentiment les clés du camion (cf Lordon « vivre sans »). Il faudra pour y parvenir lui opposer une force macroscopique d’égale magnitude que seule, la multitude conscientisée, organisée et déterminée est en mesure de représenter. Après « le grand soir », il faudra penser aussi aux »petits matins » (cf Ludivine Bantigny), et là, tout reste à inventer.

      +1

    Alerter
  • Ernesto // 25.03.2020 à 01h48

    Un grand penseur Marxiste, le philosophe Lucien Sève, vient de décéder à 93 ans du coronavirus. Pour lui, le communisme, « ce mouvement réel qui abolit l’état présent » (Marx), n’a jamais été mis en oeuvre, pas plus dans l’ex URSS qu’ailleurs.Et pourtant, ce qu’il appelle « la visée communiste », n’a jamais été autant d’actualité, autant urgente à définir et à construire pour enfin offrir un espoir émancipateur aux peuples de la planète. Car c’est bien le peuple, dans toute sa diversité, lui seul qui incarne  » cette France qui tient l’avenir serré dans ses mains fines » (Jean Ferrat), celle de 36, de 45, de 68, de 95, de 2OO3, des gilets jaunes, du mouvement social contre la réforme des retraites, de la lutte qui sera victorieuse contre le COVID 19 à travers ses personnels soignants et ses travailleurs qui continuent de produire au bénéfice de tous malgré les risques…

      +3

    Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 18h30

      Les capitalistes et le patronat ont réussi à diaboliser quelque chose qui n’a jamais vraiment existé dans la réalité. Grace aux dictatures et aux régimes totalitaires appliqués « au nom du » socialisme ou du communisme, ils ont eu des arguments – plein de vacuité mais – frappants… Alors que si l’on y regarde bien, l’humanité n’a jamais eu vraiment le choix ; elle a disposé de beaucoup de temps et d’espace pour faire une quantité astronomique d’erreurs monumentales, mais à notre époque l’étau se resserre sévèrement (et les néo-libéraux le savent parfaitement…).

        +0

      Alerter
  • Vercoquin // 25.03.2020 à 06h45

    « Lorsque la crise sanitaire sera surmontée, les dirigeants occidentaux devront écouter les peuples, leur redonner la parole, réformer pour de bon la finance, reconstruire une société qui protège et ne pas craindre de fixer des limites à la mondialisation. »
    Faut pas rêver !
    C’est incroyable, comment peut-on être aussi naïf ? inconscient ?
    Nos oligarques ont une doctrine et ils n’en bougeront pas.
    Même si Micron a montré quelques signes …. Les lobbies du système seront toujours là pour le faire rentrer dans le rang.
    La perversité des gros financiers ne se retourne pas d’un coup de baguette magique.
    Je nous souhaite bonne chance quand même.

      +2

    Alerter
  • JBB // 27.03.2020 à 00h07

    Quand certains pays ( comme nous) on a peu prés 0 matières premières dans leur sol, et que d’autres importent la moitié de leur nourriture, je pense que la démondialisation risque de poser quelques problèmes …

      +0

    Alerter
    • Lonewolf // 29.03.2020 à 18h31

      Vous confondez systèmes politiques et commerce ?

        +0

      Alerter
  • jc // 27.03.2020 à 17h21

    Moi je pense qu’une véritable démocratie bottom-up (girondine si on veut) est non seulement viable, mais aussi souhaitable. Je développe ça sur le forum du site Dedefensa: PFD (Principe fondamental de la Démocratie), fragmenté en une dizaine de commentaires (Je fais de la pub pour le site, pas pour ma prose…)

      +0

    Alerter
  • Lonewolf // 29.03.2020 à 16h05

    Je suis quand même sidéré de voir combien les « grands » (grands pouvoirs médiatiques, économiques, culturels) sont déracinés des réalités du terrain. Ceux qui ont démembré le service public, asphyxié les personnels soignants, diminué le nombre des établissements PUBLICS de santé, étranglé les budgets, démunis les spécialistes des outils et matériels nécessaires et changé la doctrine de la protection sociale, sont ceux-là même qui vont aujourd’hui nous faire la leçon du « quoi faire en cas de crise sanitaire »… Ceux qui ont appuyé, validé, étayé les thèses ayant amené notre pays dans une situation telle qu’il ne peut efficacement et correctement faire face à cette crise sont prêt à nous distiller des leçons au sujet de ce qu’il va falloir décider et mettre en pratique ensuite. LE TOUT, dans un sens ou l’autre, A NOTRE CORPS DEFENDANT. Si on écoutait un peu plus les VRAIS spécialistes (ceux qui vient la vraie vie, Gilets Jaunes symboliquement en tête) du quotidien de la Nation, on se passerait de beaucoup de soucis sociaux et de tergiversations improductives ; et surtout, il n’y aurait pas à gloser tant sur « l’élite déconnectée »..

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications