Les Crises Les Crises
11.avril.202011.4.2020 // Les Crises

Une station de ski autrichienne a contribué à la propagation du Covid-19 en Europe – Par Chams Iaz

Merci 5
J'envoie

Source : Le Temps, Chams Iaz, 25-03-2020

Les touristes qui se sont adonnés aux festivités organisées dans les bars d’Ischgl ont certes partagé un bon moment, mais aussi leur salive. La station est considérée comme l’un des principaux foyers de propagation

La police contrôle les voitures à la sortie de la vallée de Paznaun, le 13 mars 2020. — © AFP

Une station de ski autrichienne a contribué à la propagation du nouveau coronavirus dans plusieurs pays européens. C’est ce que révèle un article publié ce 24 mars sur le site d’information américain Cable News Network (CNN). Une situation entraînée par les autorités locales, qui ont préféré maintenir les activités touristiques plutôt que d’appliquer des mesures sanitaires strictes.

Ischgl, situé dans la région tyrolienne du Paznaun, est un village renommé pour sa station de sports d’hiver dont les pistes ont été arpentées par des célébrités telles que Bill Clinton, Paris Hilton, ou encore Naomi Campbell. Lui et ses voisins attirent chaque saison plus de 500 000 visiteurs. Depuis ce lundi 23 mars, Ischgl attire l’attention pour une autre raison. Cette station se trouve au centre d’une enquête menée par les autorités autrichiennes suite à des «soupçons de mise en danger de personnes par négligence», a déclaré le parquet d’Innsbruck, capitale du Tyrol, à CNN. Le bureau du procureur a ajouté qu’il examinait la possibilité qu’une entreprise de restauration n’ait pas signalé un test positif au coronavirus d’un de ses employés pourtant réalisé à la fin du mois de février.

Cracher des balles avec sa bouche

Si le village est pointé du doigt, c’est parce que des pays ont signalé que, parmi les cas recensés sur leur territoire, plusieurs citoyens avaient contracté le virus en Autriche. C’est le cas du gouvernement danois qui a indiqué que sur plus de 1400 cas, 298 d’entre eux revenaient d’Autriche. «En comparaison, seuls 61 cas sont liés à un voyage en Italie», précise CNN. L’institut norvégien de la santé publique a confirmé ce 20 mars que 862 de ses 1742 cas avaient été contractés à l’étranger, dont 549 en Autriche. Les médias allemands ont annoncé qu’environ 300 cas ont été retracés précisément jusqu’à Ischgl, dont 200 rien que dans la petite ville d’Aalen qui a d’ailleurs créé une adresse électronique à l’intention de ses citoyens revenant de ce village autrichien. A ce sujet, le ministre de la Santé de l’Etat allemand du Bade-Wurtemberg a prononcé, ce 17 mars lors d’une conférence de presse, une phrase percutante: «Notre problème ne s’appelle pas l’Iran, c’est Ischgl.»

Les autorités sanitaires islandaises ont également eu connaissance de huit personnes infectées par le nouveau coronavirus dans cette station. Interrogé par le média américain, Jan Pravsgaard Christensen, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de Copenhague, a remonté la piste de l’agent pathogène. «Au début, nous ne comprenions pas comment un tel nombre de cas avaient pu apparaître, raconte-t-il. Nous nous sommes rendu compte qu’ils avaient échangé leurs salives en jouant au beer pong.» Ce jeu d’alcool américain se joue en équipes autour d’une table sur laquelle deux pyramides de dix gobelets sont disposées à ses extrémités. Chacun lance à tour de rôle une balle de ping-pong. Si elle atterrit dans un gobelet, un membre de l’équipe adverse doit alors boire son contenu. Dans l’établissement autrichien, le jeu consistait à cracher des balles de leur bouche dans des verres à bière. Les balles étaient ensuite réutilisées par d’autres personnes.

Des mesures tardives

Malgré un avertissement officiel du gouvernement islandais envoyé le 4 mars, les autorités autrichiennes ont laissé les activités touristiques se poursuivre. Trois jours plus tard, un barman de 36 ans a été testé positif au Covid-19. «Vingt-deux de ses contacts ont été mis en quarantaine, dont 15 ont depuis eux aussi été testés positifs», relève CNN. Le 10 mars, le gouverneur du Tyrol, Günther Platter, a déclaré en conférence de presse que tous les nouveaux cas confirmés dans la province étaient liés à un seul établissement et à l’un de ses barmen. Il s’agit d’un bar populaire, Le Kitzloch, d’une capacité de 100 personnes. Son propriétaire, Bernhard Zangerl, s’est défendu le 16 mars auprès d’un site d’information allemand, T-online, que «ses employés devaient également avoir contracté le virus auprès de quelqu’un» et qu’il était «audacieux d’essayer de mettre cela sur le dos d’une seule entreprise».

Les bars de la station de ski d’Ischgl ont été fermés ce jour-là et le village a finalement été mis en quarantaine totale le 13 mars. Seulement, le délai d’attente de cette prise de position a eu des conséquences sanitaires importantes. «Il est impossible de déterminer le nombre de personnes qui ont été infectées par ces touristes une fois rentrés chez eux, dans des pays de toute l’Europe», souligne Jan Pravsgaard Christensen. Mais aussi en Autriche, comme le rappelle France 24. Un anesthésiste de l’Hôpital de Salzbourg, une ville située à la frontière de l’Allemagne, était porteur du virus à son retour de vacances à Ischgl et s’est présenté à son travail. Il a ainsi contaminé une centaine de collègues, placés en isolement, «privant le plus grand centre de soins de la région d’une main-d’œuvre critique en ces temps de crise», pointe le média français.

Source : Le Temps, Chams Iaz, 25-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

1 réactions et commentaires

  • jean-pierre Georges-pichot // 11.04.2020 à 10h33

    Et nous, on nous fait chier si on va faire un tour à vélo en forêt !

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications