On raconte un peu tout et n’importe quoi sur les réseaux Gladio – l’Histoire étant comme souvent bien plus moche que ce que sait le Français moyen, mais moins que ne le fantasment les plus craintifs…

Bien comprendre le phénomène est aussi une façon de lutter contre le conspirationnisme, cancer de la raison. Oui, il y a parfois des complots, limités, connus, admis par les historiens, NON, nous ne sommes pas gouvernés par des psychopathes criminels qui veulent tous nous tuer. Il faut donc garder raison, et être très rigoureux sur les faits, en exigeant toujours des preuves solides, de la part d’individus honnêtes.

On parle en fait plus précisément des cellules stay-behind (littéralement : restés derrière), qui étaient des réseaux clandestins coordonnés par l’OTAN. Implantées dans seize pays d’Europe de l’Ouest, ces cellules visaient à combattre une éventuelle occupation par le bloc de l’Est, se tenant prêtes à être activées en cas d’invasion par les forces du Pacte de Varsovie. La plus célèbre de ces cellules, et la première à avoir fait l’objet de révélations, est le réseau italien, nommé Gladio.

L’existence de ces cellules n’est révélée au grand public par les médias qu’en 1990.

Je vous propose pour commencer une petite série ce reportage d’Emmanuel Amara passé sur France 5 en 2011 “1950-1990 Le scandale des armées secrètes de l’OTAN” :

“Alors que l’Europe est progressivement scindée en deux blocs à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Américains et les Britanniques mettent en place des armées secrètes, des réseaux appelés «Stay Behind», destinés à réagir en cas d’invasion soviétique. Mais alors même qu’une attaque russe devient improbable, ces réseaux ne seront jamais démantelés. Ils sont même à l’origine d’actes de terrorisme et responsables de la mort d’innocents civils. A chaque fois que la gauche menaçait d’accéder au pouvoir, ils ont usé de la force et sont intervenus dans les processus démocratiques nationaux. Parfois, ils ont été protégés par les forces de police et les services de sécurité pour préserver leur capacité de combat.”

Licio Gelli, chef de la loge P2 en Italie

Licio Gelli, chef de la loge P2 en Italie

À suivre…

43 réponses à [Vidéo] 1950-1990 Le scandale des armées secrètes de l’OTAN (Gladio)

Commentaires recommandés

francois Marquet Le 13 novembre 2016 à 09h04

Comment ça ça n’a pas servi? ça a servi à éviter l’avènement démocratique du communisme dans certains pays, notamment l’Italie. Par des actions tel l’attentat de la gare de Bologne: https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_de_la_gare_de_Bologne. Bref à attiser la peur du rouge.
Aujourd’hui, le rouge n’est plus rouge mais on attise toujours la peur: affaire Litvinenko, MH17 etc, avec les mêmes méthodes.

  1. Vladimir K Le 13 novembre 2016 à 05h06
    Afficher/Masquer

    Je devrais sans doute avoir honte, mais j’ai découvert le réseau Gladio/Stay Behind grâce à un film norvégien très étrange : Norwegian Ninja… d’autant plus étrange qu’il est basé sur une histoire vraie (enfin, pas l’histoire des ninjas en question, mais tout le reste du film)

    Voici un extrait :

    https://www.youtube.com/watch?v=hXUrqYvumm0


  2. Henri Tanson Le 13 novembre 2016 à 07h54
    Afficher/Masquer

    Étonnant de réaliser combien l’Histoire, quand elle est connue, devient dangereuse…

    d’un côté, l’ennemi c’est le bolchevisme, communisme, et de l’autre, quelques décennies plus tard, l’islamisme.

    Les dominants ont toujours besoin d’un adversaire pour justifier leur domination…


    • V_Parlier Le 13 novembre 2016 à 10h15
      Afficher/Masquer

      Bof, avec tous les “rebelles” que la France a “élevés” un peu partout dans le monde (y compris en France d’ailleurs), ils n’ont pas du avoir besoin de ça. Il fallait juste attendre que ça se produise, c’est moins risqué (si toutefois c’était leur but, car notre gouvernement est tellement incompétent qu’il ne l’avait peut-être pas prévu après tout…).


    • Xavier Le 13 novembre 2016 à 10h19
      Afficher/Masquer

      Oui, à défaut d’un vrai projet commun de société, les dominants écrivent une histoire commune, et dans les histoires, les plus efficaces pour regrouper le peuple sont celles avec les méchants…

      On peut constater que nos “valeurs”, par exemple celle de “compassion pour les victimes”, ne s’expriment que si elles valident l’histoire utile aux dominants, un exemple d’hier avec l’éviction des “Eagles of Death Metal” évincés des cérémonies au Bataclan car leur statut de victime ne suffit pas au système, ce qu’il recherche c’est l’écriture d’une seule version : http://actu.orange.fr/france/bataclan-les-eagles-of-death-metal-interdits-d-acces-CNT000000x8Egv.html


    • stef1304 Le 13 novembre 2016 à 10h58
      Afficher/Masquer

      Le réseau Gladio.
      Il semblerait qu’on lui doive l’assassinat de Pier Paolo Pasolini…
      Un des esprits italiens les plus lucides des années 70, quant au monde qui était en train d’advenir, à Mai 68 en France, etc… et un des artistes les plus conséquents dans sa résistance à ce qui n’était pas encore appelé le système.
      J’espère que les historiens, à travers l’étude des archives, pourront un jour nous donner le fin mot sur ce destin tragique.
      Extrait :
      https://www.youtube.com/watch?v=PtZCcwScGBE
      A noter l’approche subtile et profonde de l’artiste dans sa description de la télévision… et de son impact sur la société italienne traditionnelle (classe politique, comme ouvriers…).


      • Jules Le 13 novembre 2016 à 18h26
        Afficher/Masquer

        Grand merci pour le lien.
        Pasolini, a décortiqué, sans concession, sans aucune complaisance, les mécanismes du “fascisme-consumériste” à l’œuvre en Europe de l’ouest dès le début des années 60.

        Je ne peux que conseiller la lecture de ses analyses, écrites quelques années et mois précédant sa mort, réunies dans “Écrits corsaires”. Elles stupéfient par leur actualité, leur pertinence, leur virulence et éclairent parfaitement, 40 ans après, la violence du fascisme-marchand de notre temps.

        On notera que la contribution de cet immense artiste et intellectuel au dévoilement des processus de nos aliénations collectives, trouve très peu d’échos parmi les Juges de la Norme morale et de la Pensée Correcte qui peuplent nos tribunaux ordinaires : presse, médias audio et télé, université, petite phalange des “experts”.
        Allez savoir pourquoi, Pasolini n’est pas précisément le maitre à penser de nos BHL, Cohen-Bendit, Joffrin et autres prêcheurs de la bonne parole….


  3. J Le 13 novembre 2016 à 08h18
    Afficher/Masquer

    Au moins dans le principe (anticiper une occupation soviétique), où est le scandale ? C’est facile, après-coup, de dire que puisque ça n’a pas servi ça ne servait à rien.


    • Malbrough Le 13 novembre 2016 à 09h02
      Afficher/Masquer

      Sauf que c’était de la pure paranoïa .
      L’URSS n’avait pas pour but de conquérir l’Europe de l’ouest .
      La “révolution universelle” n’était pas le but de Staline.
      Par contre mettre sous tutelle des états qui avaient pactisé avec les nazis , y compris la RDA avec la Prusse militariste , dont étaient issus la plupart des généraux nazis ,punir , et protéger ses frontières d’une nouvelle agression genre Barbarosa de 1941, “guerre totale et d’extermination” qui avait engendré tant de victimes et de malheurs sur son territoire , ça avait un sens .
      Mais si vous pensez que la guerre froide , avec ses excès , avait un sens libre à vous .


      • J Le 13 novembre 2016 à 11h05
        Afficher/Masquer

        Parce que bien sûr la Pologne, par exemple, avait pactisé avec les nazis. Et bien sûr l’URSS n’a apporté aucun soutien aux divers PC de l’Europe de l’ouest. Et bien sûr aussi, les déclarations d’intention des dirigeants soviétiques devaient être prises pour argent comptant.


        • Karim Wilmotte Le 13 novembre 2016 à 13h53
          Afficher/Masquer

          Effectivement, la Pologne avait pactisé avec les nazis (récupérant une partie de la Tchécoslovaquie après Munich) et refusant le droit de passage soviétique pour une guerre préventive contre le Reich (la Pologne a une certaine tradition germanophile qui s’est régulièrement révélée suicidaire).

          Et Staline et l’URSS voulaient un glacis défensif contre une nouvelle guerre menée par l’Allemagne, puis par l’OTAN. Les textes sont clairs, peu sujet à débat.

          L’URSS a ainsi maintenu la souveraineté finlandaise… sous réserve que la Finlande reste neutre.
          L’URSS a proposé et obtenu la finlandisation de l’Autriche, et en conséquence s’est retiré de sa zone d’occupation.
          L’URSS, conformément aux accords de Yalta, n’a pas bougé d’un demi-pouce lors de la guerre civile en Grèce.

          Le pacte de Varsovie est fondé en réponse à l’OTAN.
          La création de la RDA fait suite à celle de la RFA (et puis du refus d’une solution à l’Autrichienne pour l’Allemagne).

          Les archives montrent que les états majors de l’Otan savaient pertinemment que l’URSS ne voulait pas la guerre, sous aucun prétexte. L’URSS sort de la guerre avec plus de 25 millions de morts, une famine causée par les destructions de la guerre et un pays a largement reconstruire.

          Même récemment, Poutine proposait la finlandisation de l’Ukraine: la Russie/URSS depuis 1921 veut faire disparaitre les armées d’invasion sur sa frontière.


      • informaticien Le 13 novembre 2016 à 13h00
        Afficher/Masquer

        Ce n’était pas de la pure paranoïa. J’ai parlé avec d’ancien communistes en France.
        Ils se préparaient aussi. ils avaient les plans des centres de communication, de distribution d’énergie etc. des caches d’armes aussi. (je n’ai pas de preuve, mais je crois la personne qui me l’a dit)
        Et cette personne a été très déçue que le parti a Moscou n’a pas donné l’ordre de commencer la révolution, surtout en mai 68.
        Il était fier d’avoir fait parti d’une organisation réellement préparée a agir.


        • Joséphine Le 13 novembre 2016 à 13h24
          Afficher/Masquer

          je ne sais pas ce que vous à dit cette personne et si elle dit vrai, mais dans vos propos:
          – vous commencez par parler de plusieurs anciens communistes
          – ensuite une seule personne
          – enfin, Moscou n’aurait donne aucun ordre
          ce que j’en déduit donc c’est qu’au final les coco francais se sont fait leur film, et que Moscou n’a rien demandé.


        • Cr2O3 Le 13 novembre 2016 à 18h47
          Afficher/Masquer

          Ce fait paraît maintenant établi historiquement avec l’ouverture des archives soviétiques concernant la structure progressive de cellules locales en Europe de l’ouest. Les allusions de Guareschi sont donc validées (notamment le récit du tank “détourné” par Peppone, “au cas où”, et présenté à Don Camillo comme “machine agricole”).


        • lvzor Le 13 novembre 2016 à 20h52
          Afficher/Masquer

          “…cette personne a été très déçue que le parti a Moscou n’a pas donné l’ordre de commencer la révolution, surtout en mai 68.”

          En 68 le PCF et le CGT se sont TOUT DE SUITE rangés contre le mouvement.
          Les deux Georges (Pompidou et Séguy) ont oeuvré de conserve rue de Grenelle pour neutraliser aussi bien de Gaulle que les grévistes.
          Votre fiction est assez bancale…


          • Garibaldi2 Le 13 novembre 2016 à 22h52
            Afficher/Masquer

            En mai 68 le PCF est légitimiste, il refuse de prendre d’assaut la maison de la radio. Le seul qui parle à ce moment de vacance du pouvoir (”le pouvoir est vacant”) c’est Mitterand.

            Les caches d’armes du PCF ça me fait bien rigoler !


            • Karim Wilmotte Le 13 novembre 2016 à 23h58
              Afficher/Masquer

              En même temps, en France, quand le pouvoir semble absent de la capitale, qu’il en sort… souviens toi de la Commune!

              Je doute que les militaires putchistes (à peine quelques années auparavant) et De Gaule auraient fait autre chose qu’un nettoyage sanglant.

              Et accessoirement, la France aurait été complètement sous le joug germano-américain (et je ne vous parles par de la loi travail…).


      • Pierre Bacara Le 13 novembre 2016 à 16h37
        Afficher/Masquer

        L’éclatement de la guerre froide

        Si la guerre froide éclate, c’est relativement à l’Allemagne. Moscou veut une allemagne “stérilisée”, Washington veut au contraire une grande puissance allemande, économique d’abord, mais aussi capable d’imposer sa volonté à l’Europe de l’Ouest dans le sens des intérêts états-uniens, en jouant subtilement la carte des intérêts allemands eux-mêmes. La rupture est progressivement consommée, d’abord avec la disparition du “Sphinx” – Roosevelt, auquel succède constitutionnellement un Truman énergique, organisé mais très agressif ; puis avec l’affaire du pont aérien de Berlin.

        Cette rupture politique est une guerre d’influence kaléidoscopique dont les stay behind sont l’une des très nombreuses facettes. Aucun des deux camps ne veut attaquer l’autre mais chacun des deux a peur que l’autre l’attaque et bâtit en conséquence un limes de chars, d’avions mais aussi d’agents actifs, de toutes sortes et à tous les niveaux.


      • Pierre Bacara Le 13 novembre 2016 à 20h52
        Afficher/Masquer

        […] Trotski, partisan de la révolution […]

        Décidément… Je voulais dire : “[…] partisan de la révolution internationale […]”

        Mes plates excuses pour cette dyslexie par omission.


    • francois Marquet Le 13 novembre 2016 à 09h04
      Afficher/Masquer

      Comment ça ça n’a pas servi? ça a servi à éviter l’avènement démocratique du communisme dans certains pays, notamment l’Italie. Par des actions tel l’attentat de la gare de Bologne: https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_de_la_gare_de_Bologne. Bref à attiser la peur du rouge.
      Aujourd’hui, le rouge n’est plus rouge mais on attise toujours la peur: affaire Litvinenko, MH17 etc, avec les mêmes méthodes.


      • josé Le 14 novembre 2016 à 09h42
        Afficher/Masquer

        Vous pouvez ajouter aussi ALDO MORO et sa fin tragique.
        Même attribué aux brigades rouges, il a servi à empêcher le PCI d’arriver aux responsabilités gouvernementales.


    • politzer Le 13 novembre 2016 à 10h12
      Afficher/Masquer

      C était juste un prétexte ! Personne n y a jamais cru sauf les naïfs manipulés.


    • bluetonga Le 13 novembre 2016 à 11h56
      Afficher/Masquer

      Tout est question de mesure et d’emploi. Le problème des réseaux gladio est qu’ils opéraient de manière supra-nationale, en dehors de tout contrôle démocratique. Et ça, c’est un problème pour la démocratie, non?

      Ça devient carrément perturbant quand ces mêmes réseaux, qui recrutent systématiquement dans les milieux d’extrême-droite et para-militaires, reçoivent l’ordre d’organiser des false flags comme le seraient l’attentat de la gare de Bologne (85 morts, 200 blessés) ou les tueries du Brabant wallon en Belgique (28 morts), de manière à “recentrer” la politique des gouvernements nationaux.

      Allô, démocratie? Répondez, démocratie!


      • Karim Wilmotte Le 13 novembre 2016 à 13h55
        Afficher/Masquer

        Jusqu’à preuve du contraire, on a pas de preuve pour les tueries du Brabant wallon.
        Des suspicions très forte, mais aucune preuve.


  4. JMT97400 Le 13 novembre 2016 à 08h22
    Afficher/Masquer

    J’ai oublié des liens:
    concernant les deux cafés citoyens des 8 et 22 février 2011 sur “Le Vrai pouvoir du Vatican”
    http://aid97400.lautre.net/spip.php?article1187 et http://aid97400.lautre.net/spip.php?article1201
    voir les liens cités sur ces pages et notamment http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/Lectures/Vatican.html et http://godieu.com/doc/jeanleduc/vatican_argent_pouvoir.html où l’on retrouve Lico Gelli, Michele Sindona, l’IOR, etc ….

    à prolonger par le LBSJS74 : Les élites françaises vues par Annie Lacroix-Riz du 14 Février 2012 (http://aid97400.lautre.net/spip.php?article1228) où le Vatican est encore épinglé pour ses pratiques politiques sulfureuses avant, pendant et après la 2ème Guerre Mondiale.


  5. Lysbeth Levy Le 13 novembre 2016 à 09h21
    Afficher/Masquer

    tien ça tombe bien je suis en train de finir mon livre sur les “tueurs fous du Brabant” qui étaient eux aussi liés à l’extrême droite, l’Otan, le milieu, et des victimes vraiment inutiles.https://fr.wikipedia.org/wiki/Tueries_du_Brabant. Etrange comme s’entrecroisent le milieu, militaires, extrême droite, l’OTAN l’innéficacité de la police, avec en prime les affaires de pédophilie non résolues car ce sont des “grands” élus, élites qui sont “touchées” dans ce cas la ..Bref ça fout les jetons ! Quand donc l’Otan reconnaitra ses crimes, nombreux, juste pour avoir crée une stratégie de la tension bien que Sibel Edmond (elle n’est pas la seule) elle parle aujourd’hui de “Gladio B” quand il s’agit des attentats terroristes attribués aux “islamistes” de nos jours. https://wikispooks.com/wiki/Operation_Gladio/B Aurais t’elle raison ? Quand on voit que les effets finissent par se retourner contre les populations en terme de dégâts collatéraux sur la liberté, les lois sur le renseignements, la surveillance ?…


  6. Nanker Le 13 novembre 2016 à 10h11
    Afficher/Masquer

    “Au moins dans le principe (anticiper une occupation soviétique), où est le scandale?”

    Bien sûr mais au fil des ans l’opération Gladio a tourné à l’entreprise terroriste (surtout en Italie) : on posait des bombes dans les banques les gares puis on mettait ces massacres sur le compte de l’extrême-gauche. La fameuse “stratégie de la tension”…
    Pour certains ce sont les USA qui étaient derrière tout cela, pour d’autres la marionnette (le Gladio italien) a échappé au marionnettiste de Washington : la gladiateurs italiens ont commencé à faire n’importe quoi pour régler – entre fascistes et communistes – de vieux comptes datant de 1944…

    A noter qu’en France le chef de Gladio pour la région lyonnaise était un certain François de Grossouvre.


    • politzer Le 13 novembre 2016 à 10h17
      Afficher/Masquer

      Pas pour “règler des comptes” mais pour empêcher la réalisation d un compromis
      historique entre la démo chrétienne et le pci. Cf les mémoires de Cossiga et l assassinat d Aldo Moro
      Il faut lire un peu amigo ! Tout cela est de notoriété publique!


  7. RGT Le 13 novembre 2016 à 10h17
    Afficher/Masquer

    Ce genre de magouille glauque a existé depuis que les humains ont décidé (ou ont été décidés) de se soumettre à des autorités centralisées.

    Ne cherchez pas plus loin la cause principale de ces manipulations nauséabondes.

    Et surtout ne vous étonnez pas si de temps en temps de telles affaires ressortent (bien plus tard bien sûr, nos dirigeant ont “heureusement changé” depuis)…

    Tant que certaines personnes détiendront entre leurs mains plus de pouvoir que tous les autres humains réunis ça continuera dans l’allégresse et il ne sera pas possible de changer quoi que ce soit.

    Il serait peut-être temps de se réveiller et de réfléchir aux causes réelles de nos problèmes ne croyez-vous pas ?

    Je ne détiens pas de solution miracle (et je ne tiens surtout pas à imposer mes idées) mais je sais ce qui est hautement nocif pour moi-même et pour la majorité de mes congénères.

    En attendant, n’oubliez surtout pas de “Voter Utile” pour éviter les “Trumperies“…


  8. Farah Le 13 novembre 2016 à 10h52
    Afficher/Masquer

    ” ces cellules visaient à combattre une éventuelle occupation par le bloc de l’Est, se tenant prêtes à être activées en cas d’invasion par les forces du Pacte de Varsovie”. Cette phrase fait croire qu’il s’agit de se préparer à une invasion militaire de l’URSS mais on ne voit pas très bien à quoi pourraient servir quelques cellules terroristes si l’OTAN est vaincu.

    Mais si on comprends par “forces du pacte de Varsovie” : les services secrets, les organes de propagande (service culturel des ambassades) et le softpower soviétique là on voit l’utilité d’un réseau terroriste.


  9. stef1304 Le 13 novembre 2016 à 11h14
    Afficher/Masquer

    Je rêve que “the Donald”, par ses coups de boutoirs anti-système, d’une façon ou d’une autre, finisse par casser l’OTAN, cette machine infernale du bloc BAO, cet outil de malheur des peuples (voir ce qui s’est passé en Libye, etc…) et notre HONTE, depuis que Sarkozy leur a vendu le pays, en même temps que ce qui restait de notre politique étrangère.
    .
    Source : https://www.qwant.com/?q=trump%20nato&t=videos
    (pour suivre l’évolution des débats publics, voir les dates de chacune des vidéo).

    Ps – IMPORTANT
    La réaction de l’UE et de l’OTAN à l’élection de Trump
    Compte rendu médiatique superficiel :
    https://fr.news.yahoo.com/video/l-otan-interroge-sur-la-164716868.html
    Décryptage de Philippe Grasset
    http://www.dedefensa.org/article/le-bloc-bao-contre-trump
    l’article demande un effort de lecture, mais il vaut le détour par la pertinence et l’originalité des perspectives qu’il propose.


  10. Homère d'Allore Le 13 novembre 2016 à 12h50
    Afficher/Masquer

    Philippe Grasset a quelques bonnes analyses mais elles sont toujours entachées de saillies du genre “de type sataniste” lorsqu’il veut qualifier le “Système”.

    Nul besoin d’y voir l’oeuvre du Malin. Le pognon se suffit à soi-même pour expliquer le “Système”.


    • Xavier Le 13 novembre 2016 à 13h28
      Afficher/Masquer

      Oui, d’ailleurs un système se décrit par les règles qui s’y appliquent et par les contrôles extérieurs : l’idée de niveau d’organisation.

      Comme le niveau d’organisation “au dessus” de l’Homme est difficile à imaginer on y met beaucoup de fantasmes.

      Peut-être faut-il traduire ce que “satanisme” signifie au fond pour la personne qui l’a exprimé : “qui nie l’humanité ou sa sacralité” plus qu’une vision religieuse ?


    • Mr K. Le 13 novembre 2016 à 14h09
      Afficher/Masquer

      Le pognon ne pense pas.

      On peut voir la tendance à la fascination du mal chez l’homme expliquée par l’action d’un agent extérieur : le diable, mais aussi comme une tendance “naturelle”, contagieuse, intrinsèque à l’homme.

      Si bouffer du curé a été vraiment nécessaire en France pour casser un pouvoir appuyant un système de domination, on a peut-être une tendance un peu trop pavlovienne au rejet systématique.


  11. Georges VALGEORGES Le 13 novembre 2016 à 14h55
    Afficher/Masquer

    Je suis heureux que ce blog mette (enfin) en avant cette période de l’histoire.
    Je comprends également qu’il aurait été contre-productif d’en parler avant car c’était certainement se faire accuser de blog complotiste.

    Concernant les falses flags, ce n’est pas nouveau, les anarchistes américains en ont déjà été les victimes le 1er mai (Ah ? Le 1er mai…) 1886, voir ce très intéressant reportage (je n’ai pas bien compris qui l’avait commandité, RTS, LCP et/ou ARTE), c’est entre 20 et 30 minutes.
    https://www.youtube.com/watch?v=Z18YFMIR_cI

    Cette vidéo étant régulièrement supprimée, je pense que ça doit probablement gêner quelqu’un… Qui ? Pour la retrouver : Ni Dieu ni Maître, une histoire de l’Anarchisme.

    « Ce qui fait le malheur des braves gens, ce n’est pas leur bêtise ou leur manque d’analyse, c’est leur insondable capacité à oublier qui leur fait du mal. »
    Aphorisme Valgeorgien….;-)


  12. Renard Le 13 novembre 2016 à 16h29
    Afficher/Masquer

    L’assassinat d’Aldo Moro est particulièrement représentatif des méthodes machiavélique de la CIA, et de la haute intelligence des gens qui élaborent ces plans.

    Assassinat d’Aldo Moro donc, le chef de la droite kidnappé et exécuté par un groupuscule d’extrême gauche, les brigades rouges, que viendrais faire la CIA la dedans ?

    Et bien il se trouve qu’Aldo Moro était ouvert au projet de “compromis historique” proposé par Enrico Berlinguer, chef du parti communiste de l’époque, qui prévoyait une entrée de quelques communistes au gouvernement mais surtout la continuation des politiques keynésiennes, à une époque où le néo-libéralisme triomphant allait débarquer.

    Aldo Moro aurait donc pu tout faire foirer et bloquer l’entrée du néo-libéralisme en Europe (les politiques keynésiennes étant largement plus efficace, tout le monde se serait rendu de l’arnaque que représentait le néo-libéralisme par comparaison avec l’Italie).

    Ils ont donc noyauté les brigades rouges pour assassiner Aldo Moro, il faisait ainsi d’une pierre deux coups : permettre l’entrée du néo-libéralisme en Italie et donner une sale image à l’extrême gauche.


  13. Pierre Bacara Le 13 novembre 2016 à 16h53
    Afficher/Masquer

    François-Xavier Verschave et les stay behind.

    En 2004, François-Xavier Verschave, alors président de l’association Survie, publie un livre : Noir Chirac, qui contient un dense chapitre de dix-huit pages entièrement consacré aux stay behind. On y retrouve entre autres, pêle-mêle – peut-être un peu trop – les incoutournables Klaus Barbie, Reinhard Gehlen, René Bousquet et autres Paul Touvier, mais aussi Allen Dulles, François Mitterrand, Silvio Berlusconi… Pour la petite histoire, le livre, à sa sortie, est mis en avant en de très nombreux exemplaires à l’entrée même de la FNAC Montparasse – autre temps… François-Xavier Verschave, combattant anti-Françafrique, était un expert du sujet mais maîtrisait vraiement mal la géopolitique des Etats-Unis, et le ci-devant chapitre s’en ressent. Néanmoins, il est une précieuse source d’élements de recoupement, même si leur interprétation par l’auteur nécessite, naturellement, une seconde analyse.


  14. lvzor Le 13 novembre 2016 à 21h09
    Afficher/Masquer

    “j’en doute, puisque toutes les enquêtes menées sur ces armées secrètes n’ont jamais abouti (ce qui est tout de même en soi très inquiétant)”

    Difficile que les enquêtes aboutissent quand ce sont les valets des commanditaires qui auraient pour fonction de réunir les preuves à charge…


  15. Pierre Bacara Le 13 novembre 2016 à 22h20
    Afficher/Masquer

    HORS SUJET (PEUT-ETRE) URGENT : PURPLE REVOLUTION

    A Olivier, à toutes et à tous,

    En vitesse : vendredi, Viésti (sérieux) a publié les premiers éléments indiquant le démarrage d’une révolution de couleur aux USA : la révolution violette (Purple Revolution), présentant des URLs de sites américains. Hier samedi, Zerohedge emboîte : http://www.zerohedge.com/news/2016-11-11/clintons-and-soros-launch-americas-purple-revolution. Aujourd’hui, vu un titre en français au sujet d’une extension du phénomène à l’Allemagne, pas le temps de le retrouver.

    A vos moteurs de recherche, à vos contacts aux Etats-Unis.

    Feu de paille ? Pas feu de paille ? Combat d’arrière-garde ? Action planifiée d’avance ? Qui risquerait de provoquer un backfire contre ses instigateurs, faisant basculer des partisans des Clinton dans le camp Trump ? Pas le temps de commenter en détail.


  16. sg Le 13 novembre 2016 à 22h31
    Afficher/Masquer

    Merci de parler de ce sujet qui me fascine beaucoup étant donné l’envergure du projet et le peu d’information qu’on en a, même à ce jour (la plupart du public n’a aucune connaissance de ces réseaux de l’OTAN ni de ce qu’ils ont fait).

    Dans un registre plus léger, la dernière sortie de Jean-Michel Aphatie:
    http://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/jean-michel-aphatie-en-plein-71196
    Non relevé par la presse, à 1:18.30 : “la presse n’est absolument pour rien dans l’état actuel de la politique française”, ou comment se dédouaner de toute responsabilité de son métier.


  17. silk Le 13 novembre 2016 à 23h46
    Afficher/Masquer

    Merci beaucoup pour ces liens.
    En espérant que ça ne gâche pas la série préparée par Olivier, ça fera une liste de lecture permettant d’approfondir le sujet.


  18. Nanker Le 14 novembre 2016 à 10h57
    Afficher/Masquer

    “Il faut lire un peu amigo”
    Je vous renvoie le “compliment”… Celui-ci vous l’avez lu?
    https://www.amazon.fr/Nous-avons-tu%C3%A9-Aldo-Moro/dp/2352280125


  19. lehmann Le 14 novembre 2016 à 15h59
    Afficher/Masquer

    lire « numero zero » d’Umberto Ecco : c’est pointu et plein d’humour . Le complot sans complotisme


Charte de modérations des commentaires