Source : Le Monde, Jean-Pierre Stroobants, 30.10.2016

Officiellement signé dimanche, le traité de libre-échange entre l’UE et le Canada devra maintenant être ratifié par les Parlements nationaux et régionaux des pays de l’Union.

Par Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen (avec les correspondants européens)

 

Marquée « pas de chance ». La signature officielle du CETA, le traité global de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, a dû être une fois encore retardée, dimanche 30 octobre, à la suite d’un incident technique survenu après le décollage de l’avion du premier ministre canadien, Justin Trudeau. L’appareil a dû rebrousser chemin pour être réparé. Et à son arrivée au Conseil européen, à Bruxelles, le dirigeant canadien a pu constater que l’euphorie n’était pas de mise : quelques centaines de manifestants avaient badigeonné de rouge la façade et le service d’ordre. Une dizaine de protestataires ont été appréhendés après avoir pénétré dans le sas de sécurité de l’immeuble.

C’est donc finalement sur le coup de 14 heures qu’a été entériné cet accord décrit comme « historique » par tous les participants au cours d’une réunion baptisée « sommet », davantage en raison de sa portée symbolique que de son contenu. Les chefs d’Etat européens étaient absents − ils avaient marqué leur accord par une procédure écrite à la fin de la semaine − et représentés par le président du Conseil, Donald Tusk.

L’opposition farouche de la Wallonie et de son ministre-président, Paul Magnette, avait entraîné un premier report de la réunion euro-canadienne, initialement prévue jeudi. Les institutions européennes voulaient dès lors faire absolument oublier au plus vite cet échec. D’où l’organisation très inhabituelle, un dimanche midi, de cette séance de signature, que rien ne justifiait vraiment. Hormis la volonté d’occuper, de part et d’autre, le terrain médiatique.

« Le libre-échange et la mondialisation protègent »

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

20 réponses à L’avenir incertain du CETA après la signature du traité, par Jean-Pierre Stroobants

Commentaires recommandés

kam Le 13 novembre 2016 à 01h48

Tout est dit dans cette phrase:
“M. Tusk juge, lui, que le débat engendré par M. Magnette a même été « profitable », forçant à délivrer des « informations crédibles » aux citoyens.”

Les termes « profitable » et « informations crédibles » résument bien le problème.

Profitable pour qui?

Si l’on précise que l’information est crédible, c’est qu’on n’y croit pas soi-même.

  1. kam Le 13 novembre 2016 à 01h48
    Afficher/Masquer

    Tout est dit dans cette phrase:
    “M. Tusk juge, lui, que le débat engendré par M. Magnette a même été « profitable », forçant à délivrer des « informations crédibles » aux citoyens.”

    Les termes « profitable » et « informations crédibles » résument bien le problème.

    Profitable pour qui?

    Si l’on précise que l’information est crédible, c’est qu’on n’y croit pas soi-même.


    • kasper Le 13 novembre 2016 à 06h25
      Afficher/Masquer

      Et aussi, le sous entendu direct de la phrase de Trudeau, c’est que sans l’intervention de la Wallonie aucune information credible n’aurait jamais été livrée aux citoyens…


    • Sceptique Le 13 novembre 2016 à 14h44
      Afficher/Masquer

      forçant à délivrer des « informations crédibles » aux citoyens

      Délivrer au citoyen des « informations crédibles » n’est donc pas quelque chose de naturel.


  2. Caliban Le 13 novembre 2016 à 02h13
    Afficher/Masquer

    « Le libre-échange et la mondialisation protègent, mais peu de gens le comprennent et le croient, a déclaré M. Tusk. Il faut les convaincre. »

    Arf … toujours ce souci de pédagogie. Décidément nos maîtres sont de bien piètres professeurs. Il faut dire que la classe entière a encore du mal à se reconcentrer suite aux dernières saillies drolatiques du péripatéticien polonais.

    Voir ici par exemple :
    http://www.lepoint.fr/europe/tusk-craint-qu-un-brexit-puisse-mener-a-la-fin-de-la-civilisation-occidentale-13-06-2016-2046356_2626.php
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_donald-tusk-le-ceta-pourrait-etre-le-dernier-traite-commercial-negocie-par-l-ue?id=9435460


  3. bluetonga Le 13 novembre 2016 à 03h30
    Afficher/Masquer

    A vrai dire, ce sont tous les grands traités commerciaux nord-américains qui ont pris du plomb dans l’aile depuis l’élection de Trump (qui a fait campagne en les désapprouvant) : NAFTA, TTIP et TPP.

    http://www.zerohedge.com/news/2016-11-11/obamatrade-dead-white-house-abandons-tpp-eu-halts-trade-talks-after-trump-victory

    On peut imaginer que nos pauvre et dociles dirigeants-vassaux européens sont très désemparés, et n’oseront plus bouger en attendant les nouvelles instructions. Le CETA risque de tanguer (et de couler) exactement de la même manière.

    Trump alors!


  4. Louis Robert Le 13 novembre 2016 à 04h30
    Afficher/Masquer

    De tous bords, mais quel enthousiasme débordant! Et que d’efforts, tout de même, pour faire croire aux citoyens que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes (possibles)! Après quoi on s’interrogera encore, sans doute, sur l’origine du “cynisme” des populations et sur la montée d’un soi-disant “populisme”!…

    — Comment, mais COMMENT en est-on arrivé là? C’est à n’y rien comprendre, vraiment. Vous comprenez quelque chose, vous? Ah! cette fichue démocratie…


  5. LBSSO Le 13 novembre 2016 à 08h24
    Afficher/Masquer

    Merci !J ignorais ce documentaire de France 5.

    La diffusion de ce reportage auprès de mon “réseau” aura plus de poids que tous mes racontars car France 5 apparaît comme une caution et non (malheureusement) les “gauchistes” ou de journalistes/chercheurs “peu connus”. Plus largement, utiliser également les propres sources du camp a priori “adverse” me semble très très efficace.

    Ex :
    -quand un gestionnaire de fonds s’oppose à un confrère sur BFM business: oui il est normal que l’Allemagne refuse le rachat de ses entreprises stratégiques par les chinois.Cela a du poids pour convaincre votre réseau .Ce n’est pas un souverainiste qui parle.
    -quand on ne vous croit pas que l’on nous a intoxiqué sur le libéralisme et que les américains sont protectionistes faîtes lire l’article de M Lemoine (Banque Rothschild) dans Challenges qui l explique et vous verrez.
    -quand vous citez un article du Monde à un ami concernant le CETA présentant les plus et les Moins de cette accord vous enfoncez un clou.
    -sur l’Ukraine j ai montré à des amis un long interview d ‘Alexandre Adler (Figaro) dénonçant l attitude US cela a eu (dommage !) plus de poids qu ‘OB.
    – J ai été agréablement surpris que certains commentaires ici puissent s’étonner qu un journaliste de TF1 (M Floquet) puiise dénoncer sur ce blog “une bien triste Amérique”
    -Etc..


  6. RGT Le 13 novembre 2016 à 09h59
    Afficher/Masquer

    « Je suis vexé qu’on ait pu penser que nous voulions sacrifier les droits des travailleurs »“.

    Ben voyons… Les choix populaires ne peuvent aller à l’encontre des décisions de la Kommission…

    Je propose que ce cher Jean-Claude aille faire un petit stage de 30 ans comme récureur de fosses septiques, payé 50% du prix minimum du “marché” bien sûr pour totalement respecter ses volontés philosophiques.

    Je suis prêt à lui fournir son premier emploi précaire avec une joie sans mélange.

    Bien sûr, pour satisfaire son idéal humaniste, je déterminerai à l’avance le temps nécessaire à cette opération et s’il le dépasse ce sera entièrement de sa responsabilité car il n’avait pas à faire la sieste sur son lieu de travail.
    Et il ne sera pas payé tant que le travail ne sera pas totalement terminé selon mes propres critères.

    Je suis certain qu’il piaffe d’impatience pour venir faire cette plongée salvatrice dans une économie libre, équitable et consentie par toutes les parties.


    • Fritz Le 13 novembre 2016 à 11h22
      Afficher/Masquer

      Ajoutons qu’en récurant les fosses septiques, Jean-Claude Juncker “n’aura rien cédé sur ses principales valeurs” : il sera même en contact quotidien avec elles.


    • lvzor Le 13 novembre 2016 à 18h30
      Afficher/Masquer

      Il a déjà l’instrument dont il se sert ad libitum et qu’il devra utiliser pour ce travail : sa langue.


      • RGT Le 16 novembre 2016 à 08h37
        Afficher/Masquer

        Il a déjà l’instrument dont il se sert ad libitum et qu’il devra utiliser pour ce travail

        Excusez-moi, j’avais compris en première lecture ad libidum” et j’ai immédiatement pensé que vous aviez quelques informations croustillantes sur l’utilisation qu’il fait de cet instrument en présence de “l’ex-future-première-femme-présidente-de-…”.

        Je suis désolé de cette méprise (Alzheimer sans doute) mais par contre si vous connaissez quelques faits pertinents je vous invite à les partager avec la communauté…

        Après Billou et Dominique, ces révélations permettraient à la presse de renouer avec des tirages conséquents permettant de se dispenser des aides de l’état.
        Ce serait salvateur pour la profession.


  7. LCH Le 13 novembre 2016 à 10h10
    Afficher/Masquer

    « Le libre-échange et la mondialisation protègent, mais peu de gens le comprennent et le croient, a déclaré M. Tusk. Il faut les convaincre. »

    Marché public avec le CETA
    Canada ouvre droit a 30%
    L’UE ouvre droit a 90%

    Donc nous donnons 90% pour avoir 30% !!

    Je vous épargne en multipliant par la population respective 😉

    La mondialisation protège non mais il nous prends pour des jambons

    Inversion des valeurs a la 1984


    • lvzor Le 13 novembre 2016 à 18h32
      Afficher/Masquer

      “Marché public avec le CETA
      Canada ouvre droit a 30%
      L’UE ouvre droit a 90%

      Donc nous donnons 90% pour avoir 30% !! ”

      Un peu de précision ne nuit pas :
      90% pour une population de 500 millions contre
      30% pour 35 millions
      (Les budgets pour les marchés publics sont globalement proportionnels aux populations concernées)


    • Feubeuh Le 14 novembre 2016 à 00h14
      Afficher/Masquer

      C’est faux. Les marché publics européens sont déjà ouvert à 90% au Canada. Et d’ailleurs cela n’est pas un des points de blocage de l’accord qui sont :
      – le règlement des différents
      – L’impact sur l’agriculture européenne ( 4160 tonnes de bœuf aujourd’hui importé sans douane, 46 000 avec Ceta, 5500 tonnes de porcs contre 70 000.


  8. Olympi Le 13 novembre 2016 à 10h25
    Afficher/Masquer

    « Le libre-échange et la mondialisation protègent »
    Quel est le coût en terme de changement climatique de la mondialisation ?
    Part des émissions mondiale de CO2 par le trafic maritime : 4,5%.
    Part des émissions mondiale de CO2 par l’aviation civile : 3%.
    Total : 7,5%.

    À cela il faut rajouter l’électricité bien plus polluante chinoise que française qui sert à produire les biens importés : la France émet 10 fois moins par kW produit que la Chine, l’Union européenne plus de deux fois moins, même l’électricité nord américaine est moins polluante.

    Alors oui Mme Michue est bien contente de pouvoir s’acheter un sèche cheveux pas cher, mais son petit fils le sera peut-être moins en 2100.

    http://www.planetoscope.com/co2/680-emissions-de-co2-par-le-trafic-maritime-mondial.html
    http://www.planetoscope.com/co2/1436-emissions-de-co2-par-l-aviation-civile.html
    https://www.lenergieenquestions.fr/france-etats-unis-chine-qui-emet-le-moins-de-co2-pour-sa-production-electrique-infographie/


    • lvzor Le 14 novembre 2016 à 05h03
      Afficher/Masquer

      “Alors oui Mme Michue est bien contente de pouvoir s’acheter un sèche cheveux pas cher, mais son petit fils le sera peut-être moins en 2100”

      C’est pas un problème, en 2100 son petit-fils n’aura plus de cheveux.


  9. Clauzip12 Le 13 novembre 2016 à 23h35
    Afficher/Masquer

    Mgr Tusk et consorts veulent nous faire croire que le meilleur moyen d’être en bonne santé…et riche c’est de vivre dans un état en ruine et exposé à tous les courants d’air !
    Bien sûr que l’on doit les croire avec la transparence sur le traité et sur les banques.
    UE=bankster ?qui peut en douter?


  10. Fritz Le 14 novembre 2016 à 00h21
    Afficher/Masquer

    “La grêle et le blizzard protègent, mais peu de gens le comprennent et le croient. Il faut les convaincre”, a déclaré M. Tusk depuis les Seychelles.
    “La guerre et l’invasion protègent, nous devons faire œuvre de pédagogie”, a renchéri M. Juncker en sirotant son quinzième whisky de la matinée.


  11. christiangedeon Le 14 novembre 2016 à 16h43
    Afficher/Masquer

    Ce qu’il y a d’incroyable dans ces histoires de CETA et de TAFTA,c’est qu’ils ont été “négociés” par des inconnus,non mandatés démocratiquement,qui ont “travaillé ” dans le secret le plus absolu ou presque,soutenus par d’autres non élus,comme Juncker et Tusk… il faut se rappeler qui a fondé l’Europe. Un quarteron de non élus,qui ont créé des “institutions ” non représentatives,et dont le but avéré est de détruire les états souverains. Les histoires de paix éternelle n’ont rien à voir là dedans,c’est du pipeau absolu. Nous ne sommes pas en paix avec l’Allemagne qui nous livre une guerre économique sans merci,à travers un dumping qui existe depuis la fin de la guerre…faut il rappeler que le salaire minimum reste encore aujourd’hui une fiction en Allemagne? Que ses fameuses statistiques de plein emploi sont juste un mensonge éhonté? Que l’Euro fort est une monnaie allemande,et que dans les institutions européennes,la France ne pèse plus rien?


  12. Krystyna Hawrot Le 14 novembre 2016 à 20h01
    Afficher/Masquer

    Une partie des syndicats allemands est favorable au TAFTA car certains salariés profiteront de l’export des produits allemands au Canada; Quand je l’ai appris au cours d’une conférence au Parlement Européen sur la situation sociale en Europe (organisée par la GUE NGL, j’étais invité par Konstantina Kouneva, députée bulgare et ancienne syndicaliste), je ne suis pas tombée de ma chaise. La solidarité des travailleurs européens a toujours été toute relative concernant l’Allemagne! La gauche allemande a même soutenu mordicus la directive Bolkestein/détachement pendant des années au pretexte que cela se pratique en Allemagne! En effet, en l’absence de SMIC il est légal en Allemagne d’importer des travailleurs d’une autre région à plus bas salaire que la région ou ils vont travailler! Et les Allemands ont imposé ce modèle à l’ensemble de l’Europe, car ce qui est bon pour eux seraient bon pour les autres!
    Ce sont certaines PME allemande qui vont perdre des marchés avec le TAFTA qui se sont révoltés et ont financé les luttes contre ce traité. Comme quoi, quoi qu’on fasse dans l’UE c’est toujours l’Allemagne qui décide.
    http://www.guengl.eu/news/article/press-conferences/gue-ngl-trade-union-conference-in-cooperation-with-trade-union-network-euro


Charte de modérations des commentaires