Les Crises Les Crises
14.novembre.201614.11.2016 // Les Crises

[USA] Le duel Talal Saoud / Trump

Merci 13
J'envoie

Connaissez-vous Al-Walid ben Talal ben Abdelaziz Al Saoud ?

talal-m

C’est un prince né en 1955, membre de la dynastie Al Saoud, fils du prince Talal ben Abdelaziz Al Saoud et petit-fils du roi Ibn Saoud, fondateur de l’Arabie saoudite ainsi que Riyad es-Solh, l’un des pionniers de l’indépendance du Liban et le premier Premier Ministre du Liban indépendant.

Diplômé en administration des entreprises du Collège de Menlo, Californie, en 1979, il a créé en 1979 sa société Kingdom Holding Company spécialisée dans la construction et l’immobilier, avant d’élargir ses investissements à de nombreux secteurs et d’entamer une carrière d’investisseur international.

En 2013, sa fortune est évaluée par Bloomberg LP à 26 milliards de dollars, au 20e rang mondial, c’est donc un homme d’affaires important qui détient des parts dans de nombreuses multinationales – gros actitionnaire de Citygroup, Apple, AOL; Twitter, il détient notamment l’hôtel George V à Paris et 17,3% d’Eurodisney. Il est également l’un des constructeurs d’une tour qui doit devenir la plus haute du monde, plus de 1 000 mètres au-dessus de la ville de Jeddah. (Sa page Wikipedia)

I. Le clash Talal Saoud / Trump

Eh bien le 11 décembre 2015, après les propos de Trump sur les musulmans et l’Arabie Saoudite, le prince Al-Walid ben Talal s’est senti obligé de donner son avis :

walid-trump-1
“@realDonaldTrump vous êtes une honte, non seulement pour le GOP (parti républicain), mais aussi pour toute l’Amérique. Retirez-vous de la course pour l’élection présidentielle américaine, jamais vous ne l’emporterez”.

Et on voit qu’avec 30 000 retweets, il n’est pas passé inaperçu…

Mais le plus amusant, c’est que Trump ne s’est pas laissé démonter, et lui a répondu avec son art consommé de la Diplomatie

walid-trump-2
“Cet abruti prince @Alwaleed_Talal veut contrôler nos politiciens US avec l’argent de papa. Il ne pourra pas le faire quand je serai élu”.

Éloquent, non ? 🙂

walid-trump-10

Eh bien sans soutenir Trump, j’aimerais bien pour ma part qu’on ait des dirigeants qui parlent comme ça aux Saoud…

Mais l’histoire n’est pas tout à fait finie…

II. Le compte Twitter de Talal Saoud

En préparant ce billet, j’ai recherché les tweets, et donc parcouru le compte de Alwaleed Talal.

Il tweete très peu, cela a été simple : 220 tweets au total, la plupart en arabe.

Quelques-uns sont en anglais, en voici la majorité. Une léchouille à Obama :

walid-trump-3

De nouveau une attaque de Trump, avec une demande à un candidat Républicain de devenir vice-président d’un autre (!!!) :

walid-trump-4

Une léchouille à son ami Bill gates (il fait dans la philanthropie) :

walid-trump-5

Là un tweet après l’attentat de Nice (mais il serait mieux que les huiles de ce royaume moyenâgeux ne fricotent pas avec les terroristes…) :

walid-trump-6

Et là, surtout, sur quoi on tombe le 22 septembre 2016 ?

walid-trump-7

Mais ce n’est pas tout, le 30 septembre 2016, rebelote :

walid-trump-8

Eh oui, Jack Lang l’a décoré Chevalier des Arts et Lettres (pour l’ensemble de son oeuvre twittesque j’imagine…) – bien occupé not’ Président, entre les journalistes et les coupeurs de têtes… :

(je vous jure, je n’ai pas trié, il n’y a aucune autre photo de lui dans un autre pays que la France…)

Bref, j’arrêté là, je vais m’énerver sinon…

III. Épilogue

En tous cas, je termine, car j’imagine que le Prince a une certaine peur des drones, car il a tweeté une dernière fois le 9 novembre, après l’élection de Trump :

walid-trump-9

“Président élu @realDonaldTrump, quels qu’aient été nos différends passés, l’Amérique a parlé, félicitations & meilleurs vœux pour votre présidence”.

Chapeau les artistes !

al-walid-ben-talal-ben-abdelaziz-al-saoud


PRÉCISION : Rappelons que le but de ce site est de publier des analyses et des articles d’horizons variés afin d’élargir le champ d’information et de réflexion de ses lecteurs, dans le but de les aider à se faire eux-mêmes leur propre opinion. Les publier ne signifie nullement qu’ils reflètent systématiquement notre pensée, mais simplement que les arguments avancés sont suffisamment sérieux pour être entendus ou bien qu’ils permettent de savoir ce qui se diffuse sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas parce que les grands médias prennent parti que nous devons en faire autant, bien au contraire. Nous ne « soutenons » donc en rien Donald Trump mais cherchons à comprendre et à penser ce phénomène généralement analysé avec partialité. Enfin, nous vous rappelons l’importance de vous informer avec esprit critique auprès de multiples sources dont vous aurez validé la fiabilité.

Commentaire recommandé

Silk // 14.11.2016 à 02h17

Les relations incestueuses ou plutôt de subordination (décorer tout les princes avec nos médailles nationales) nous fait honte à tous.
Et évidemment quasiment aucun journal francais ne fait son travail. Honteux là aussi.
Merci Olivier.

23 réactions et commentaires

  • Silk // 14.11.2016 à 02h17

    Les relations incestueuses ou plutôt de subordination (décorer tout les princes avec nos médailles nationales) nous fait honte à tous.
    Et évidemment quasiment aucun journal francais ne fait son travail. Honteux là aussi.
    Merci Olivier.

      +136

    Alerter
    • Arcousan09 // 14.11.2016 à 10h50

      Comment voulez vous que la presse, ou les médias en général, fasse un travail d’information.
      Le seul espace de liberté que leur laisse les propriétaires financiers c’est de ne pas faire de vague et surtout de chanter sur tous les tons de la gamme les louanges de politiciens aussi inféodés qu’eux sinon plus ….
      La voix de son maitre !!!!
      Quand à la légion du déshonneur à un lapideur coupeur de tête, quand à l’admission aux droits de l’homme de l’Arabie qui les bafoue à chaque minute qui passe et à l’éviction de la Russie … tout est dit.
      Ce milieu des élites est vraiment pourri encore plus que je ne l’imaginais jusqu’à ce jour ….

        +32

      Alerter
      • RGT // 14.11.2016 à 20h01

        L’Arabie saoudite restera-t-elle longtemps à la tête du “Conseil des Droits de l’Homme” dans le “machin” comme l’appelait De Gaulle ?

        M’est avis, comme ça, qu’un petit “coup d’état” risque fort de lui retirer cette prestigieuse fonction un fois que le sanguinaire pit bull aura pris ses fonctions (s’il ne reçoit pas un pot de fleurs en tungstène tombé malencontreusement d’une fenêtre entre temps).

        J’ai comme dans l’impression que nous allons pouvoir élargir notre vocabulaire en prenant connaissance de toutes les gracieuses amabilités fleuries qui seront échangées sur les divers médias dans les prochains mois.

        Je sens que je vais améliorer ma connaissance de cette langue concernant les divers noms d’oiseaux qui peuvent être échangés entre personnes calmes, cultivées et modérées.

          +5

        Alerter
  • Ruiz // 14.11.2016 à 02h36

    Au moins il a su être respectueux une fois l’homme élu, ce qui n’est pas même le cas de notre président et de l’ensemble de notre establishement… Tristesse..

      +20

    Alerter
  • de Bernardy // 14.11.2016 à 05h07

    C’est un champion hors catégorie du RETOURNEMENT DE DJELLABAH !

      +36

    Alerter
  • Gilles bernadou // 14.11.2016 à 05h35

    Merci Olivier.
    Très représentatif de notre molland et de sa vision du monde; il préfère decorer les coupeurs de tête plutot que les sans dents….on le savait, mais c’est bien d’enfoncer le clou!

      +40

    Alerter
  • Homère d’Allore // 14.11.2016 à 07h11

    Pour se réconcilier avec Trump, Talal Saoud devrait commencer son prochain entretien en discutant de décoration intérieure.

    On peut trouver quelques points communs dans les goûts respectifs de ces deux hommes concernant le mobilier et le papier peint…

    http://immobilier.lefigaro.fr/article/visitez-le-luxueux-penthouse-de-donald-trump-a-manhattan_11ce34e8-df91-11e5-a4da-fc5ca188cd22/

      +21

    Alerter
  • Fritz // 14.11.2016 à 07h12

    Je n’ai rien contre ce prince saoudien, bien qu’il soit prince et saoudien. Mais la réplique de Donald Trump est excellente ; rapprochée du mutisme de nos médias concernant la visite à Paris d’al-Walid ibn Talal, elle devient révélatrice.
    Nos fameuses “valeurs” auraient-elles la couleur des pétrodollars ?
    Oups ! J’oubliais, interdit d’en parler… État d’urgence oblige !
    “Il faut protéger notre démocratie” (Manuel Valls).

      +50

    Alerter
  • Vidal // 14.11.2016 à 08h11

    La raison d’hier était que Trump ne puisse jamais devenir président, la raison d’aujourd’hui est qu’il se pliera. Cette homme surprise risque quand même de le rester quelques temps.

      +8

    Alerter
  • nico // 14.11.2016 à 09h19

    Olivier je pense que vous avez fait une erreur.

    Vous avez dit le ” prince ” au lieu de dire l’héritier d’une famille de dictateurs sanguinaires , homophobes , misogynes , bafouant les droits humains primaires.

    Je ne vois aucune famille royale à l’horizon lorsque je regarde ces gens , tout comme je ne vois aucun président lorsque je regarde certains dirigeants africains en place depuis 40 ans …

    Quant à Hollande , il est comme tous ses congénères , il a des principes à géométrie variable.
    Ses principes s’arrêtent là ou commencent la vente d’armes , d’Airbus et les puis de pétrole et autres mallettes bien garnies de papiers verts.

    Je tenais donc à rectifier ces propos …

      +27

    Alerter
    • LS // 14.11.2016 à 10h55

      Les rois, empereurs… sont autodésignés quand il ne le sont pas par filiation.
      Les exemples d’élection sont rare, peut être Hugues Capet en France et encore …

      Ils n’ont aucune autre légitimité et la droiture morale (ou sont absence) de l’individu ne caractérise en aucune façon le statut, donc je ne vois pas pourquoi ne pas les désigner de rois, prince ou mafieux.

      Pour ce qui concerne les présidents africain, ils sont généralement élus dans un contexte étatique que je ne peux qualifier de républicain, ce sont donc des présidents,. Encore une fois, la droiture morale de l’individu est hors sujet. Le problème est que les citoyens vote selon l’origine ethnique des candidats sans quasi autres considérations. C’est le système démocratique choisi qui pose problème. A ce propos, on peut signaler que le phénomène commence à émerger en France.

        +6

      Alerter
      • nico // 14.11.2016 à 12h52

        Quand on est président depuis 40 ans dans un pays soit disant républicain alors on est un dictateur

        Quand on se dit prince alors qu’on vient d’une tribu qui a été la plus sanguinaire et corrompue pour prendre le contrôle d’un territoire alors on est de la mafia.

        Voilà après permuter des vérités par des mots savants , ça Molière l’a déjà fait dans les précieuses ridicules …

        C’est un peu si vous voulez comme quand une maire d’une capitale d’un pays en forme d’hexagone appelle des centres de drogués , les centres de consommation à moindre risque …

          +4

        Alerter
        • RGT // 14.11.2016 à 20h24

          Il est tout à fait possible d’être dictateur et président d’une république.

          Une république n’a JAMAIS été une démocratie.

          Une république est une structure étatique, et il n’y a aucun lien entre cette structure et le respect des aspirations des peuples.
          Ceux qui prétendent le contraire sont des pipeaucrates.

          Nous en avons d’ailleurs une flagrante démonstration au Pays des droits de l’Homme avec la “loi travail” passé au forceps à grands coups d’article 49.3.

          L’article 49.3 est 100% républicain et permet à l’oligarchie de passer ses décisions aux forceps en s’asseyant allègrement sur l’opinion des peuples.

          De même que le reniement du référendum de 2005 par le Parlement Démocratique Représentant du Peuple souverain”.

          Ces deux exemples devraient vous permettre de comprendre qu’une ripoux-blique se fout royalement de l’opinion du peuple et de manière totalement constitutionnelle et légale.

          La Corée du nord est aussi une république, et démocratique en plus…

          A contrario, L’UE n’est pas une république, c’est une technocratie.
          Vous pouvez donc vous brosser pour aller quémander de la démocratie, ce n’est pas dans du tout leurs attributions.

            +6

          Alerter
        • RGT // 14.11.2016 à 20h53

          appelle des centres de drogués , les centres de consommation à moindre risque

          Là, c’est différent.

          Le trafic de drogue est un business colossal à l’échelle planétaire et permet de “fluidifier” les flux financier des très grosses banques qui servent accessoirement de “lessiveuses”.

          J’avais d’ailleurs lu (je ne me souviens plus où, c’est assez vieux, mais c’était très sérieux, pas “complotiste”) que la crise de 2007 avait été grandement amortie au niveau des grandes banques par les immenses réserves financières des diverses mafias.
          Sans ces énormes réserves TOUTES les banques auraient explosé les unes après les autres.

          Comme des intérêts financiers colossaux sont en jeu on ne va surtout pas aller tuer la poule aux œufs d’or.

          Et la prohibition des drogues permet deux effets “collatéraux” sympathiques :
          – La mise sur le marché de produits hautement frelatés aux formules fortement addictives et toxiques.
          – Des marges bénéficiaires monumentales qui entraînent ensuite une criminalité totalement incontrôlable (mais profitable, donc on s’en fout).

            +5

          Alerter
        • RGT // 14.11.2016 à 20h54

          La “légalisation” des drogues n’est certes pas une panacée, loin de là, mais à choisir elle serait largement moins néfaste que le statu-quo actuel.
          – Les drogues pourraient, par exemple, être commercialisées dans des pharmacies spécialisées (bonjour les blindages) et délivrées à prix réel (peanuts) sur ordonnance de médecins spécialistes et formés pour accompagner les drogués (qui sont surtout des victimes, ne l’oublions pas) et leur administrer des produits ayant pour objectif sur long terme une suppression totale de l’addiction.
          Les produits commercialisés par les “pharmacies” seraient des produits contrôlés et garantis sans agents addictifs ni toxiques ajoutés. Il pourrait aussi être possible d’ajouter dans les “doses” des agents de sevrage ou de limitation (voire de suppression) des effets addictifs.

          La recherche sur les produits permettant de supprimer l’addiction est … inexistante !!!
          Et pourquoi d’après-vous ?
          Business is business et on ne va surtout pas favoriser des recherches qui pourraient supprimer le principal attrait des drogues.
          Comme pour le tabac, le produit n’est pas la drogue, c’est l’addiction. C’est bien elle qui fait “marcher le commerce”.
          Alors on envoie les consommateurs en prison pour “faire semblant” de lutter contre le phénomène.

            +3

          Alerter
        • RGT // 14.11.2016 à 21h01

          Si déjà les consommateurs potentiels étaient mieux dans leur peau ils seraient beaucoup moins nombreux.

          Et si de plus on supprimait l’addiction il n’y aurait plus aucun problème.

          J’ai bien fumé quelques “bédos” dans ma jeunesse (comme la majorité de ma génération) mais je n’ai jamais été “accro”.

          En plus, ça me rendait malade avec des nausées horribles (moins que l’alcool auquel je suis fortement allergique), donc ça calme aussi.

          Ce qui m’a surtout évité de faire des conneries, c’est que j’étais “bien dans ma peau” sans avoir recours à des paradis artificiels.

          Ce qui est de moins en moins le cas des jeunes aujourd’hui, et on comprend aisément pourquoi vu leurs perspectives d’avenir.

          Continuons donc la prohibition et l’incarcération des consommateurs.
          Au moins ça donne “bonne conscience” et c’est une action que la morale approuve.

          Et surtout ça permet de de continuer les “petites affaires rentables” en toute tranquillité.

            +1

          Alerter
  • christiangedeon // 14.11.2016 à 10h50

    Les indignations me font sourire! Comme si on découvrait le poids de l’argent! J’ose dire,quitte à faire hurler,que je n’ai rien contre ce prince,ni contre ses acolytes. Ils jouent leur jeu,et utilisent tous les moyens à leur disposition. C’est de la realpolitik. Les vrais responsables condamnables sont les corrompus,et pas les corrupteurs…parce que nul n’est obligé d’accepter d’être corrompu,n’est ce pas? le prince Talal est dans son rôle et défend les intêrets de sa nation(sic!).Qu’on relise les écritures diverses et variées…le corrompu est toujours,toujours le coupable.Parce qu’il a fait un choix,celui d’être corrompu…

      +7

    Alerter
    • Balthazar // 14.11.2016 à 20h44

      Excellent raisonnement. Mis en pratique par le FBI pour arrêter de pseudo-terroristes islamistes sur le sol américain.
      Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à chercher sur le net le reportage de Envoyé Spécial à ce sujet.

        +1

      Alerter
      • christiangedeon // 16.11.2016 à 17h32

        Oui, peut être. Mais mon propos était de pointer avec force que le livre de Chesnot et Malbrunot aurait surtout dû s’intituler nos chers corrompus. Je dis et je répète que les fameux “émirs ” sont dans leur rôle,et essayent par tous les moyens de faire pencher la balance en leur faveur. Ils font leur politique et à cet égard ne peuvent être critiquables si l’on se place du point de vue cynique de la realpolitik… en ce sens le titre malheureux du livre a des relents…un peu racistes quand même,même si telle n’était pas l’intention de ses auteurs…les salauds sont les corrompus!Et ceux là sont des nôtres…on peut leur mettre la main au collet et les condamner comme ils devraient l’être…Emirs,toutes mes excuses pour ce titre idiot!

          +0

        Alerter
  • Max // 14.11.2016 à 11h40

    Il faut lire le livre :
    https://www.amazon.fr/gp/product/2749924871/ref=ox_sc_sfl_title_4?ie=UTF8&psc=1&smid=A1X6FK5RDHNB96
    Nos très chers émirs, de messieurs Christian Chesnot et Georges Malbrunot,
    Pour avoir un simple aperçut de l’état de dépendance et même de servage de nos politiciens vis-à-vis des émirs.
    Sur ces élections, plus que la victoire de D Trump c’est surtout la défaite de Hilary Clinton que j’ai apprécié.

      +10

    Alerter
  • Nimorln // 14.11.2016 à 13h39

    “Président élu @realDonaldTrump, quels qu’aient été nos différends passés, l’Amérique a parlé, félicitations & meilleurs vœux pour votre présidence”.

    “Le comédien a de l’esprit, mais peu de conscience de l’esprit. Il croit toujours à ce qui lui fait obtenir ses meilleurs effets, — à ce qui pousse les gens à croire en lui-même !

    Demain il aura une foi nouvelle et après-demain une foi plus nouvelle encore. Il a l’esprit prompt comme le peuple, et prompt au changement.

    Renverser, — c’est ce qu’il appelle démontrer. Rendre fou, — c’est ce qu’il appelle convaincre. Et le sang est pour lui le meilleur de tous les arguments.

    Il appelle mensonge et néant une vérité qui ne glisse que dans les fines oreilles. En vérité, il ne croit qu’en les dieux qui font beaucoup de bruit dans le monde !”

    Nietzsche, les mouches de la place publique, Ainsi parlait Zarathoustra.

    Jacques Dutronc a écrit une chanson assez connue sur le même thème.

      +3

    Alerter
  • Jusdorange // 14.11.2016 à 19h37

    Cher Olivier,

    Pouvez-vous faire une synthèse concernant les relations américano-saoudienne depuis la fin de la seconde guerre mondiale ? Et surtout : quelles bénéfices les E-U tirent-ils de cette alliance ?

    J’ai une petite idée sur la question, mais cela reste imprécis.

    Que pensez-vous que Trump va faire de cette relation ?

    Il semble peu favorable au Saoud, mais il n’en a pas non plus fait un axe de campagne alors qu’il parlait régulièrement de lutter contre l’islam radical. Il est pourtant évident qu’on ne peut prétendre lutter contre les musulmans ultras tout en ignorant les États qui les soutiennent.

    Ceci m’invite à penser que Trump ne va pas renverser l’ordre stratégique des E-U au Moyen-Orient sur ce point, peut-être parce que le bénéfice de l’alliance saoudienne l’emporte sur les coûts pourtant considérables tant diplomatiquement que par rapport à l’opinion publique américaine.

    Cela voudrait dire que ce bénéfice est vraiment important, d’où ma question initiale.

      +0

    Alerter
  • john // 14.11.2016 à 20h10

    https://www.youtube.com/watch?v=pt5wRp4PUqE
    il y avait déjà un reportage sur lui de zone interdite.
    Délirant quand des pauvre malheureux lui lise des poémes pour que sa seigneurie dédaigne leur
    prêter écoute.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications