Les Crises Les Crises
31.janvier.201731.1.2017 // Les Crises

[Vidéo] Dominique de Villepin dans “Hier, aujourd’hui, demain”

Merci 1
J'envoie

Source : Youtube, Dominique de Villepin, 17-11-2016

Sur le plateau, Frédéric Taddeï reçoit l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin pour son livre «Mémoire de paix pour temps de guerre», la philosophe Claudine Cohen pour «Femmes de la préhistoire», les historiens Alain Corbin et Georges Vigarello pour «Histoire des émotions» et la philosophe Catherine Larrere pour «Révolutions animales». Sur le thème «Economie, travail, impôts : ils combattent les idées reçues», l’animateur donne ensuite la parole à l’économiste Eloi Laurent, qui publie «Nouvelles Mythologies économiques». Il débat avec les journalistes Julien Brygo et Olivier Cyran, auteurs de «Boulots de merde» et l’avocat fiscaliste Thierry Aschrift, auteur de «Tyrannie de la redistribution». Enfin, l’historien d’art Hector Obalk évoque la publication de son livre «Michel-Ange, le premier livre d’art en BD».

Source : Youtube, Dominique de Villepin, 17-11-2016

Commentaire recommandé

Duracuir // 31.01.2017 à 08h25

Les intellos français ont un facheux problème avec la traduction d’expression anglaise. Par exemple, le fameux taxe haven, à savoir havre fiscal s’est transformé en paradis fiscal ce qui n”a rien à voir.
Et là, on transforme bullshit job en “boulot de merde”. C’est complètement fallacieux. Boulot de merde signifie désagréable ou pas interessant, alors que bullshit ne veut en aucun cas dire “merde” mais veut dire poliment “sornettes”, mensonges. Quand vous raconter quelque chose à un yankee et qu’il vous dit e”bullshit” ça veut dire qu’il pense que vous raconter des conneries, des mensonges ou des choses fausses. bullshit job signifie, boulot bidon, quasi fictif, boulot qui fait croire qu’il a une utilité alors qu’il n’en a aucune. Et là aussi, ça change tout le sens. Surtout quand on voit que ces boulots bidons sont souvent les mieux payés.

24 réactions et commentaires

  • Duracuir // 31.01.2017 à 08h25

    Les intellos français ont un facheux problème avec la traduction d’expression anglaise. Par exemple, le fameux taxe haven, à savoir havre fiscal s’est transformé en paradis fiscal ce qui n”a rien à voir.
    Et là, on transforme bullshit job en “boulot de merde”. C’est complètement fallacieux. Boulot de merde signifie désagréable ou pas interessant, alors que bullshit ne veut en aucun cas dire “merde” mais veut dire poliment “sornettes”, mensonges. Quand vous raconter quelque chose à un yankee et qu’il vous dit e”bullshit” ça veut dire qu’il pense que vous raconter des conneries, des mensonges ou des choses fausses. bullshit job signifie, boulot bidon, quasi fictif, boulot qui fait croire qu’il a une utilité alors qu’il n’en a aucune. Et là aussi, ça change tout le sens. Surtout quand on voit que ces boulots bidons sont souvent les mieux payés.

      +50

    Alerter
    • anatole27 // 31.01.2017 à 16h26

      @duracuir pourrait il m’expliquer (en Français) la différence entre Havre Fiscal et Paradis Fiscal
      car que ce soit pas pareil je veux bien mais en quoi ?

      car si j’en crois l’analyse des experts (en anglais) il y en a de trois types

      – les vertueux (anglo-saxons)
      – les non-vertueux (européens)
      – les autres

      http://www.historyandpolicy.org/policy-papers/papers/history-of-tax-havens

        +4

      Alerter
      • Duracuir // 31.01.2017 à 16h29

        Un hâvre n’est qu’un refuge. Si vous ne voyez pas de différence entre refuge et paradis….

        Mais la méprise vient du mot anglais , haven, heaven.
        Haven, hâvre
        heaven, paradis.

          +7

        Alerter
    • anatole27 // 31.01.2017 à 16h39

      Quand au “BULLSHIT JOB” ce n’est pas la définition de BULLSHIT + la définition de JOB, ce serait trop facile, parce qu’à ce jeu un Boulot de Merde c’est un Boulot + de la Bouse de vache

      Donc j’ai trouvé les définitions suivantes :

      1) A place where supervisors and managers kiss the asses of people over them and rub the people who work under them the wrong way
      http://www.urbandictionary.com/define.php?term=bullshit%20job

      2) it’s not clearly defined, but it’s the opposite of “pursu[ing] their own projects, pleasures, visions, and ideas.

      http://www.nakedcapitalism.com/2013/08/the-rise-of-bullshit-jobs.html

      Du coup je me demande pourquoi les gens ont plussé ce commentaire,

      1) première hypothèse : ils ont pensé que @Duracuir avait l’air de s’y connaitre dans la langue de l’empire et que donc il avait forcément raison.

      2) deuxième hypothèse : c’est des trolls londoniens qui ont plussé parce qu’ils sont payés pour

        +10

      Alerter
  • Sébastien // 31.01.2017 à 08h56

    Je ne sais pas si c’est typiquement français de sortir périodiquement de la naphtaline des figures dites intellectuelles ou paternalistes pour endormir la population: hier Philippe Seguin ou Raymond Barre, aujourd’hui Dominique de Villepin ou Alain Finkielkraut, quand ce n’est pas Dany le Rouge (respectons l’équilibre et la pluralité LOL…).
    Finalement, en dehors de l’écume, la politique est un long fleuve tranquille. Certains diront un mouroir.

      +18

    Alerter
    • Scytales // 31.01.2017 à 10h26

      Accabler Philippe Séguin du qualificatif de paternaliste ayant pour vocation d’endormir la population est une attitude qui apparaît quelque peu incongrue compte tenu de ce que furent ses plus importantes prises de position politique.

      Pour preuve, le discours du 5 mai 1992 que Philippe Séguin prononça devant l’Assemblée nationale pour s’opposer au projet de révision de notre Constitution devant permettre la ratification du traité de Maastricht instituant l’Union européenne :

      https://www.youtube.com/watch?v=_oN-DxnGPZQ

      Rétrospectivement, jamais discours politique prononcé ce dernier quart de siècle par un homme politique français n’aura été aussi visionnaire et prémonitoire. Énoncées en 1992, pratiquement toutes les prédictions de Philippe Séguin sont devenues les réalités tragiques de 2017.

      Loin d’endormir la population, Philippe Séguin aura tout fait pour lui ouvrir les yeux.

        +37

      Alerter
      • Luc // 31.01.2017 à 15h29

        @ Scytales

        D’accord pour ce discourt de 1992 qui est mémorable et tout à son honneur (et très connu aussi). Mais à part cet instant de lucidité, quoi d’autre pour redorer le blason de Philippe Seguin ?…. pas grand chose en vérité.

          +4

        Alerter
        • tepavac // 01.02.2017 à 22h56

          Il est vrais que maintenant un politique doit être bling bling pour se voir reconnu par les lucioles.
          C’est sans doute l’époque qui veut cela, “être béatement ébloui et jamais éclairé”

            +2

          Alerter
      • Sébastien // 31.01.2017 à 16h15

        Merci au modérateur d’avoir supprimer mon droit de réponse et ma tentative de préciser ma pensée.
        C’est aussi un profil “particulier” ce genre d’activité. Je dis ça, je dis rien, hein.

          +0

        Alerter
    • Florent // 31.01.2017 à 21h23

      Villepin sorti de la naphtaline et qui endort la population? Il faut avoir un peu plus de sens de l’histoire et de jugeotte: parler de culture de guerre entretenue par les médias (bien pire à mon avis qu’en 1914) et d’une volonté d’une certaines élite de “résoudre” la révolte sociale qui arrive par le “dérivatif” de la guerre montre au contraire une grande lucidité. Je vous conseille sur ce dernier point la conférence intéressante de Jacques Pauwels:
      http://www.librairie-tropiques.fr/2016/11/la-grande-guerre-de-classe-par-jacques-pauwels.html
      les conférences de cette librairie sont souvent un régal intellectuel, tout comme la nouvelle émission de Taddei. Merci à Olivier pour cette découverte.

        +2

      Alerter
  • Denis Monod-Broca // 31.01.2017 à 09h54

    Puisque Fillon est disqualifié, le voici le candidat de la droite : Villepin !

      +15

    Alerter
  • Boris // 31.01.2017 à 10h07

    Bonjour,

    Je recommande de pousser le visionnage jusqu’à 1H15 avec la venue, entre autre, de Eloi Laurent.

    Bonne journée

      +4

    Alerter
  • Gérard // 31.01.2017 à 13h07

    Merci Olivier pour cette vidéo

    hormis le 1er sujet, intéressant en soi, mais entendu par ailleurs,

    les autres jusqu’au dernier sont des bouffées d’air frais de culture et d’idées, certains sont trop courts, dommage.

    Eloi Laurent, voilà un économiste qu’on aimerait écouter plus longtemps sur les nouvelles mythologies économiques, dans le même sujet l’avocat fiscaliste libertarien frôle le burlesque par ses raisonnements, malheureusement ce sont ceux qui anime les ultra libéraux de la planète.

      +5

    Alerter
    • Jacques // 01.02.2017 à 16h43

      Pendant qu’en face, les “ultra” socialistes de la planète lisent Piketty, qui prône un impôt mondial duquel personne ne peut échapper. Et dans le même temps, hurlent contre la venue d’un “nouvel ordre mondial”.

        +1

      Alerter
  • Denis Monod-Broca // 31.01.2017 à 15h19

    Assez de -ons, vive le -in !

    Les toujours mécontent ont le Front,
    Les adeptes du grand soir, Mélenchon,
    Certains avaient rêvé de Peillon,
    Les dits socialistes ont choisi Hamon,
    Les souverainistes restent avec Aignan-Dupont,
    Si la droite ne peut plus, pauvre Pénélope, suivre Fillon,
    À tous ces -ons elle pourrait substituer enfin un -in
    Et, coup de génie, désigner Villepin !

      +4

    Alerter
  • PierreH // 31.01.2017 à 15h30

    A mon grand regret je vais me joindre à la longue litanie des “c’est bien mais ça ne va pas au bout”… Les sujets sont passionants et complexes, le traitement que leur réserve Taddei par contre me laissent vraiment perplexe.
    On dirait que ce qui plaît à Frédo, c’est de prendre le contre-pied total de nos vieux biais sociétaux (pour “choquer le bourgeois” ??), quitte parfois à affirmer des choses bizarres. En particulier l’image de la femme (préhistorique en l’occurence) c’est vraiment fascinant (à mon avis), mais quand j’entends: “oui car pour toutes les espèces c’est la femelle qui choisit le mâle”, je tique… Les lions mâles s’entretuent pour la domination, je n’ai pas souvenir qu’il consultent les femelles. Femelles qui leur laissent “la part du lion” après avoir chassé elles-même les proies et qui les regardent tuer leurs petits du mâle précédent vaincu. Tout ça par servitude volontaire sûrement…
    De même on balance arbitrairement qu’au départ hommes et femmes avaient les mêmes capacités physiques, ce que déjà on ne constate pas chez les tous autres grands singes, mais on émet même l’hypothèse que les hommes ont “selectionné” les femmes les plus menues. J’avoue que j’aimerais voir les preuves et indices historiques (c’est possible mais ça n’a rien d’évident).

      +5

    Alerter
    • PierreH // 31.01.2017 à 15h44

      Sans trop élaborer puisqu’apparemment je fais long, une autre chose qui m’a fait bondir: “Oui heuuuu, la part des emplois qui peuvent être COMPLETEMENT automatisés est très faiiibleuuuh, pas de raison d’en faire tout un foin”…
      Non mais si mon boulot peut-être automatisé à 50%, le type croît que mon patron va garder la même “mass salariale” ? Il embauchera deux fois moins pour le même boulot… C’est sûr que si on ne regarde QUE les boulots qui peuvent totalement être automatisés, tout va bien se passer… Peut-être qu’il devrait interagir un peu plus avec des entreprises cet intervenant ?

      Dernière chose: Taddei a toujours un libertarien intégriste à sortir de son chapeau, ça donne des débats un peu hallucinants mais au final l’impression qu’on n’a pas discuté en profondeur de cette espèce d’idéologie un peu “adolescente” qui se sent oppressée en permanence (par l’Etat, par “la majorité”, par tout ce qui représente un minimum d’autorité, autorité forcément “illégitime” par définition, etc…). Comme elle propose de raser gratis (“supprimez toute régulation et tout ira mieux pour TOUT LE MONDE”), c’est toujours délicat de débattre avec ces libertariens…

        +3

      Alerter
    • Sébastien // 31.01.2017 à 16h13

      Ce n’est pas Frédéric Taddeï qui décide. Demandez à Patrick Cohen plutôt.

        +6

      Alerter
  • Duracuir // 31.01.2017 à 16h31

    Pis j’ai un gros problème avec Villepin. Pour moi, c’était le grand homme de l’ONU en 2003 …. jusqu’au privatiseur scandaleux des autoroutes en 2006. Désolé, mais ça, j’ai trouvé ça répugnant.
    Quoique les socialos n’aient pas remis en cause la concession quand ils ont pu…
    ça étonne quelqu’un?

      +8

    Alerter
    • RGT // 31.01.2017 à 19h27

      Vous me l’ôtez de la bouche.

      Par contre, tous nos chers “grands politiciens” ne connaissent absolument rien aux affaires de l’état et sont au pire complices, au mieux instrumentalisé par les “grand énarques” qui ne roulent que pour leurs copains ou leur future carrière dans le “privé”.

      Le pire nid de vipères de la république se situe bel et bien à Bercy avec ces “grands commis de l’état” qui possèdent le fameux “verrou de Bercy” permettant à leurs copains de passer au travers des mailles du filet, puis ensuite de proposer des “solutions miracles aux politiciens incompétents ou naïfs qui seront adoptées sans rechigner.

      Entre deux “super jobs” dans les entreprises du caca-rente ils viennent se “ressourcer” dans les ministères en intriguant pour obtenir les faveurs de leurs futurs employeurs…

      S’ils n’étaient pas de si dignes personnages on comparerait leurs actions avec celles du “plus vieux métier du monde”.

      Avant d’élire un guignol qui se contente de bonimenter pour sa paroisse, ils serait nécessaire de commencer à faire le ménage dans les ministères, ce qui ne tarderait par à être comparé à des “purges staliniennes” par tous les grands défenseurs de la “démocratie”.

      Joseph, reviens !!!
      Juste le temps de t’occuper des ministères et ensuite on te laisse profiter de ton repos éternel.

        +10

      Alerter
    • tepavac // 02.02.2017 à 00h21

      la vente du pays en pièces détachées, comme des entreprises, remonte à 1972.
      On le constate sans en comprendre le mécanisme. Mais la chose est bien là et réelle.

        +1

      Alerter
  • René Fabri // 01.02.2017 à 11h02

    Les émissions intellectuelles sur France 2 ont de moins en moins de temps d’antenne.

    L’émission de Frédéric Taddeï “Ce soir ou jamais” était quotidienne au début, puis hebdomadaire après la première réforme de Delphine Ernotte, avant d’être remplacée par l’émission “Hier, aujourd’hui, demain”, qui est mensuelle.

    La nouvelle directrice de France 2, Caroline Got, a annoncé les évolutions prochaines, qui consistent principalement à multiplier par deux le nombre de “fictions” d’ici 3 ans et d’avoir plus de “documentaires événementiels”, bref d’offrir du rêve et de l’émotion instantanée à la place de l’information et de la réflexion.

      +9

    Alerter
  • Nanker // 01.02.2017 à 16h22

    “Pis j’ai un gros problème avec Villepin. Pour moi, c’était le grand homme de l’ONU en 2003 …. jusqu’au privatiseur scandaleux des autoroutes en 2006. Désolé, mais ça, j’ai trouvé ça répugnant”

    Y a pas que vous… Villepin c’est aussi l’homme de tous les coups tordus de la chiraquie : la déstabilisation de Sarkozy avant 2007, le micmac sanglant de Bouaké en Côte d’Ivoire (2003) sans oublier l’hilarante et foireuse dissolution de 1997.

    Depuis 2007 et son retrait de la vie politique Villepin c’est un homme devenu avocat, qui gère des millions essentiellement grâce à la générosité très intéressée des monarchies pétrolières wahhabites du Golfe.

    Ca fait beaucoup… mais on préfère ne voir en DDV que l’auteur du discours à l’ONU.

      +5

    Alerter
  • Jean-Paul B. // 02.02.2017 à 21h38

    Bonjour,
    complètement hors sujet, mais quel organe de presse va enfin enquêter et nous révéler tout sur l’identité des soutiens financiers du jeune et soi-disant candidat anti-système, Emmanuel Macron.
    Par exemple que M. Patrick Drahi, patron de SFR Presse (Libération, L’Express, RMC, BFMTV) et aussi exilé fiscal en Suisse, a envoyé aux frais de SFR (?) son meilleur lieutenant, M. Bernard Mourad, pour épauler la campagne de son candidat libéral préféré?
    Nous savons tous qu’une information objective (gros mot!) ne peut pas nuire à la démocratie, pourtant nous constatons que les journalistes du Groupe SFR Presse ne font pas beaucoup pour aider leurs lecteurs-citoyens à comprendre “qui défend quoi” et ce pour leur permettre de choisir en toute connaissance de cause?

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications