03Source : Youtube, Frédéric Lordon, 20-11-2016

capture-decran-2016-11-07-a-13-53-55

Frédéric Lordon était l’invité d’HEC Débats le 21 septembre 2016

Sociologue et économiste, fin connaisseur de la pensée de Spinoza, Frédéric Lordon est connu pour ses prises de position intellectuelles et politiques. Membre du collectif des Economistes Atterrés, figure éminente du mouvement Nuit Debout, il vient se confronter à un public qu’il connait bien, puisqu’il est lui-même titulaire du MBA HEC !

Après avoir présenté succinctement sa vision du salariat comme rapport d’aliénation, il évoque tour à tour le mouvement Nuit Debout et l’avenir de la gauche et du capitalisme en général.

Cette conférence constitue une bonne introduction à sa pensée et intéressera tous ceux, détracteurs ou partisans, qui s’intéressent au sens de la politique et à l’avenir de la démocratie.

Source : Youtube, Frédéric Lordon, 20-11-2016

51 réponses à [Vidéo] Frédéric Lordon à HEC Débats – Conférence – Présidentielles 2017, Nuit Debout, Capitalisme

Commentaires recommandés

Gilles bernadou Le 03 décembre 2016 à 05h44

Merci pour le lien!
Juste pour resituer le débat, pour avoir moi même été étudiant ESCP, ce qui équivaut a la même chose que HEC, le problème de ces étudiants avec le recul est leur total manque de maturité aussi bien citoyenne, encore moins politique. La raison en est simple: on nous dit qu’on fait partie de l’élite destinée aux plus hauts postes de la nation(on nous le répétait en permanence), et que par conséquent il nous faut apprendre les codes et les outils qui vont nous permettre d’y accéder: il faut rentrer dans le moule!
Nous étions donc de braves petits moutons a 18 ans tout emoustilles d’acceder au club prestigieux de nos aines, sous les yeux fiers de nos parents et des amis…qui peut résister a des promesses de la sorte?
Évidemment, un sujet sensible comme la création monétaire par exemple est un sujet bani…si vous voyez ce que je veux dire.
Surtout tout ce qui pourrait remettre en question le système des aines est bani des programmes soigneusement élaborés par ceux qui payent, c’est a dire les entreprises qui financent les CCI….
Donc, vous ne pouvez pas vous attendre a autre chose, le contraire est absolument impossible.
C’est seulement après des années d’évolution a l’intérieur du système que vous ne pouvez en comprendre les mécanismes profonds, et encore a partir d’un certain niveau, si vous vous posez des questions et si vous vous donnez la peine de faire un minimum de recherches…

  1. Nico Le 03 décembre 2016 à 03h00
    Afficher/Masquer

    Le compte-rendu rédigé par Martin Perraudin et Eddy Zanoutene de politHEC vaut le coup d’oeil (http://polithec.fr/wordpress/wp-content/uploads/2015/12/hec-debats-lordon.pdf).

    La nullité intellectuelle des étudiants d’HEC qui organisent ce débat est remarquable. Entre amusement et provocations, ils semblent prendre du plaisir à se confronter à quelqu’un qu’ils considèrent comme un simple agitateur un peu allumé. Il n’y a rien à faire pour eux.


    • Gilles bernadou Le 03 décembre 2016 à 05h44
      Afficher/Masquer

      Merci pour le lien!
      Juste pour resituer le débat, pour avoir moi même été étudiant ESCP, ce qui équivaut a la même chose que HEC, le problème de ces étudiants avec le recul est leur total manque de maturité aussi bien citoyenne, encore moins politique. La raison en est simple: on nous dit qu’on fait partie de l’élite destinée aux plus hauts postes de la nation(on nous le répétait en permanence), et que par conséquent il nous faut apprendre les codes et les outils qui vont nous permettre d’y accéder: il faut rentrer dans le moule!
      Nous étions donc de braves petits moutons a 18 ans tout emoustilles d’acceder au club prestigieux de nos aines, sous les yeux fiers de nos parents et des amis…qui peut résister a des promesses de la sorte?
      Évidemment, un sujet sensible comme la création monétaire par exemple est un sujet bani…si vous voyez ce que je veux dire.
      Surtout tout ce qui pourrait remettre en question le système des aines est bani des programmes soigneusement élaborés par ceux qui payent, c’est a dire les entreprises qui financent les CCI….
      Donc, vous ne pouvez pas vous attendre a autre chose, le contraire est absolument impossible.
      C’est seulement après des années d’évolution a l’intérieur du système que vous ne pouvez en comprendre les mécanismes profonds, et encore a partir d’un certain niveau, si vous vous posez des questions et si vous vous donnez la peine de faire un minimum de recherches…


      • calal Le 03 décembre 2016 à 09h09
        Afficher/Masquer

        c’est surtout amha parce que comme l’a dit lordon et todd,les cadres superieurs commencent a subir la pression de la concurrence salariale mondialisee. Toujours pareil, un coup de pied au cul ou au portefeuille reveille plus que des mots.
        todd a bien dit que l’election de trump etait du au fait que les 45-55 ans aux usa voyaient leur esperance de vie baisser…
        est ce que la valeur ajoute que vous cadre sup produisez est superieur a celle des 10 ingenieurs indiens que le capital pourrait se payer avec votre salaire?


        • Gilles bernadou Le 03 décembre 2016 à 13h31
          Afficher/Masquer

          Pour vous éclairer, ce n’est pas tout a fait comme cela que ça marche…
          Un cadre sup ne se “remplace” pas, ou un chef d’entreprise ne se remplace pas lui même; au pire il échoue et est vire, ou il dépose le bilan de son entreprise.
          Il s’agit d’un niveau stratégique et non de coût.
          A ce niveau la, le coût n’est pas le problème, il s’agit de loyauté par rapport a des objectifs ou concept creatif définis en accord avec le board ou avec les clients.


      • jp Le 03 décembre 2016 à 09h13
        Afficher/Masquer

        parmi les tous premiers codes qu’on ma fait acquérir dans mon enfance est que regarder sa montre trop souvent est très impoli. Ce qui me sidère est que l’attitude du brun montre qu’il est très très bête (pas sûr que son QI atteigne 100), carrément inculte (il a l’air de ne rien comprendre à ce Lordon dit) avant d’^tre immature.
        Donc comment rentre-t-on à sciences po ? pas par concours là c’est visible, c’est donc un club privé où on rentre par cooptation, dans un système réellement “méritocratique”, il aurait dégagé du système scolaire à 16 ans.


        • gracques Le 03 décembre 2016 à 10h42
          Afficher/Masquer

          C’est pas science po , mais HEC ….
          Je ne sais pas comment on “integre” HEC , mais pour l’ESCP ( écoles financées par les Chambres de Commerces et Industries) …. c’est cher.


        • veritéici Le 03 décembre 2016 à 11h00
          Afficher/Masquer

          De manière général la sélection en France se fait comme suit :

          – Grande école d’ingénieur (i.e la seul vrai élite) : uniquement sur le talent
          – École de commerce : sur l’argent des parents. “s’être donner la peine de naître” comme dirait Beaumarchais.

          C’est un fait que personne d’honnête ne peut remettre en cause.

          D’ailleurs à l’international les ingénieurs français ont plus de capacités à être embauché (parce que ils ont un vrai savoir recherché) que les écoliers de commerce (car ils sont juste dans un réseau et on ne recherche pas tellement le peu qu’ils savent. Or le réseau existe pas ou bcp moins à l’étranger en moyenne).


          • Gilles bernadou Le 03 décembre 2016 à 13h22
            Afficher/Masquer

            Non, vous faites erreur.
            Ce n’est pas l’argent des parents; les miens n’en n’avait pas beaucoup.
            50% sont finances par la CCI Paris et le reste bourse et je bossais l’été et a temps partiel.
            Et je n’étais pas le seul.
            Admission sur concours après 2 ans en préparer: 300 de pris sur 6000 qui se présentent en gros.


          • Korg Le 03 décembre 2016 à 14h07
            Afficher/Masquer

            N’importe quoi…

            Le bataillon des élèves qui arrive dans les 10 meilleures écoles de commerce viennent de classes prépa. Personne n’entre dans ces écoles avec de l’argent seulement, et les concours sont très loin d’être simples.

            Dans ma prépa, le seul élève qui est arrivé à HEC était boursier.

            C’est d’ailleurs un scandale que les écoles de co soient aussi chères alors que nous passont un concours national.

            Les écoles d’ingénieurs forment une élite technique comme peu de pays en ont. Mais , comme les écoles de commerce, elles ne stimulent en aucun cas l’esprit critique.
            Et je ne vous parle pas des conséquences gravissimes en France des managers issus des écoles d’ingé, qui ont un sens des relations humaines bien souvent pire que celui des gens venant d’école de co.

            C’est tout le système de formation des “élites” qui est à revoir en France.


      • Korgman Le 03 décembre 2016 à 13h57
        Afficher/Masquer

        Bonjour,

        Etant moi même dans une “bonne” école de commerce (GEM), je ne peux qu’accréditer vos propos. On constate un terrible manque d’esprit critique et une formation qui ne fait rien pour l’encourager.

        Il faut savoir que l’immense majorite des étudiants d’ecole de commerce en sort sans avoir le début du commencement d’une connaissance en macroéconomie.

        Les écoles de commerce sont des machines à créer une “élite” soumise. Et beaucoup des élèves (pas tous) sont des caricatures prétentieuses et égoïstes.


        • geedorah Le 03 décembre 2016 à 14h46
          Afficher/Masquer

          le manque d’esprit critique c’est quelque chose qu’on travaille dès le plus jeune âge …
          c’est dès le collège qu’on devrait les instruire à ce sujet… mais ce n’est pas le but des écoles … et encore moins de l’école publique…

          bon w-e à tous


      • Caliban Le 03 décembre 2016 à 22h19
        Afficher/Masquer

        @Gilles & Korgman

        Merci pour vos témoignages (qui rendent optimiste malgré tout).

        Par curiosité, est-ce que dans vos “recherches” vous auriez croisé les ouvrages de Bourdieu ?

        Parce que Spinoza … cela me semble assez tiré par les cheveux, notamment pour parler des “affects” inégalement distribués dans la population.


  2. shaolin Le 03 décembre 2016 à 06h05
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Pour quelqu’un qui met Henri Laborit, et ses successeurs dans cette voie, au centre de sa réflexion, Lordon est une bouffée d’oxygène!

    Le capitalisme est intrinsèquement une relation de domination asymétrique, dans un monde de concurrence généralisée qui touche de plus en plus de domaine, autant dire que c’est pas demain la veille que les comportements solidaires vont prendre la main sur l’individualisme.

    Henri Laborit les mecs! allez jeter un oeil, il vous fera descendre de votre piedestal, celui que vous vous refusez de voir…. La claque!


    • geoffrey Le 03 décembre 2016 à 12h29
      Afficher/Masquer

      j’ai lu Laborit : c’est bien mais ça ne casse pas 3 pattes à un canard…

      c’était un marxiste honteux, comme Sartre. Tjrs cette mode détestable d’associer communisme et capitalisme, avers et revers d’une même pièce.

      ce n’est pas parce qu’il y a “3 poils de cul qui dépassent” que le communisme est au niveau du capitalisme – les enfants au travail forcé, c’est pas les coco’, tout de même…

      Geof’, neo-coco’


      • shaolin Le 03 décembre 2016 à 13h43
        Afficher/Masquer

        Bonjour Geoffrey,
        j’aimerai bien savoir ce que tu as lu de Laborit… Ce qui m’a plu chez Henri, c’est de comprendre que nous ne sommes pas (totalement?) libre de nos pensées et comportements, et que ces derniers sont tributaires de notre environnement… Ce qui rejoint Lordon et Spinoza: pour changer les comportements, il faut d’abord changer le système! Un système qui créera des affects positifs sur la solidarité, la tolérance, tout ça… Au contraire du nôtre qui valorise la compétition, donc marcher sur les autres… Bon, c’est éminemment plus complexe et profond!

        Mais voilà, on part d’une réflexion ontologiste pour imaginer le système “idéal”, car après tout, comment imaginer les systèmes politique, économique, tout ça tout ça… sans comprendre la base du tout:un être humain!


        • shaolin Le 04 décembre 2016 à 16h10
          Afficher/Masquer

          Bonjour Geoffrey,
          tu dis “Et je pense qu’il faut d’abord changer l’individu – théorie de l’homme nouveau de Guevara – avant de changer la société ”

          Le truc, ce que dit Lordon je pense, c’est que pour changer l’individu, il faut d’abord changer certaines structures de la société, que ces structures génèrent de nouveaux affects (donc émotions, sentiments, donc comportements), la culture (indispensable) ne permet pas à elle seule de changer l’individu… Toujours cette histoire de l’oeuf et la poule! quel est le déterminant originel du changement?

          Et ne pas critiquer les régimes socialistes de l’Histoire, c’est se condamner à répéter les mêmes erreurs, il faut savoir faire la part des choses…

          J’ai un paquet de bouquin à lire, on verra si j’ai le temps d’oser, mais merci pour le conseil…


  3. Midoso Le 03 décembre 2016 à 09h41
    Afficher/Masquer

    J’aime bien les étudiant d’HEC. Salut brushing moi c’est brushing !
    C’est les mêmes qui 10 ans plus tard vous pondent des plan de Transfo, des Hub sur le cloud, qui vous somme d’être corporate et prone la compliance.
    Je fais le parcours et je reviens vers vous ASAP.


  4. gracques Le 03 décembre 2016 à 10h56
    Afficher/Masquer

    Le truc , c’est que MELENCHON est tres sensible a la pensee de ces deux là et a lire son blog SAPIR n’est pas loin non plus….. mais se sont des intellectuels et se laisser “embrigader” par un politique qui use de son image personnelle ,en toute connaissance de cause , il s’est expliqué la dessus , ce n’est pas leur tasse de thé , indépendance oblige.
    il ne faut pas oublier le discrédit attaché a la figure de “compagnon de route du PC” attaché aux intellos depuis 40 ans.
    La dimension , “culte de la personnalité” ou pouvoir personnel ecartelle la gauche de gauche actuellement , entre ses théoriciens qui s’en méfient et ses praticiens qui y voient un outils utile pour mener des batailles.
    En outre TODD, que j’adore, a un certain orgueil ou détachement , a la fois de classe et d’intellectuel ( dont je pense il est parfaitement conscient ) qui l’empêche de “fricoter” avec un “énergumène” comme Mélenchon.


  5. Pinouille Le 03 décembre 2016 à 12h05
    Afficher/Masquer

    C’est une erreur de penser que ces étudiants sont des crétins qui n’ont eu qu’à payer pour intégrer HEC. Il faut réussir des concours, donc travailler dur et construire une certaine culture générale.
    Il est indéniable qu’avoir des parents cadres et riches, ça aide (trop). Mais ça ne fait pas tout.

    Le fait d’inviter F Lordon à HEC est le signe d’une ouverture d’esprit indéniable.
    Personnellement, j’ai trouvé que les questions posées étaient pleines de bon sens. Les dernières montrent une culture aiguisée dont peu peuvent se targuer à 25 ans.

    A la limite, on pourrait reprocher à ces jeunes:
    – l’allure (certes le brushing n’aide pas) et sa symbolique
    – un manque de vécu dans les classes ouvrières (problème d’étanchéité)


    • Caliban Le 03 décembre 2016 à 22h25
      Afficher/Masquer

      “Le fait d’inviter F Lordon à HEC est le signe d’une ouverture d’esprit indéniable.”

      Yep, c’est même pour cela qu’ils l’invitent. Faire une démo 🙂
      L’esprit d’ouverture sera réel quand il y aura des cours sur le marxisme à HEC.


  6. Pinouille Le 03 décembre 2016 à 12h07
    Afficher/Masquer

    Ce qui m’a le plus frappé dans cette conférence, c’est le décalage irréconciliable entre les questions plutôt pragmatiques (cf leur formation) des étudiants et les réponses ultra conceptuelles de F Lordon.

    C’est pour moi le signe – plus ou moins admis par F Lordon – de l’incapacité d’adapter les théories de gauche à l’économie telle qu’elle est aujourd’hui. Et c’est bien là le vrai problème. Et je serais heureux d’être convaincu du contraire.


    • Milsabor Le 03 décembre 2016 à 14h13
      Afficher/Masquer

      “l’incapacité d’adapter les théories de gauche à l’économie telle qu’elle est aujourd’hui”
      Vous avez zappé un morceau de l’exposé essentiel sur le “Réel” et le réalisme. L’économe telle qu’elle est aujourd’hui est le produit du cadre institutionnel historiquement déterminé qui l’a créée. A l’intérieur de ce cadre institutionnel, effectivement, il n’y a pas d’alternative. Ce cadre institutionnel lui-même est le produit d’interventions politiques que l’on peut dater par des personnes que l’on peut nommer. Donc si ce cadre déterminant a été créé, il peut être modifié. Il faut changer le cadre. Pour changer le cadre il faut récupérer l’autonomie institutionnelle aliénée dans la superstructure européenne en recouvrant la souveraineté. CQFD.


      • lois-economiques Le 03 décembre 2016 à 20h36
        Afficher/Masquer

        Si vous voulez changer les comportements, changez les structures qui déterminent ces comportements.

        Frédéric Lordon


    • yack2 Le 03 décembre 2016 à 16h10
      Afficher/Masquer

      Je n’ai pas vu de décalage entre le pragmatisme et le conceptuel……j’ai vu la petitesse de point de vue de nos futures élites et (que l’on soit d’accord ou pas) la présentation conceptuelle d’un grand ensemble cohérent dans sa présentation…..l’image du puzzle dans son ensemble( voir même la boîte) et la pauvre petite pièce du puzzle perdue sous l’armoire….
      A part quelques questions de la salle qui rassurent en montrant l’intérêt de certains pour le cadre idéologique ,les autres sont confinés dans du superficiel,du prêt à mâcher idéologique…..la séquence finkelkraut est édifiante de ce point de vue….Des resucées médiatiques contre une argumentation(discutable et discutée) d’ensemble…..sans aucune possibilité de rapprochement,même argumentaire.
      Une telle vidéo montre que le problème de notre temps ,avant toute chose,est la formation de nos élites…Très très inquiétant!


    • Crapaud Rouge Le 03 décembre 2016 à 18h16
      Afficher/Masquer

      J’ai aussi été frappé par “le décalage irréconciliable entre les questions plutôt pragmatiques (cf leur formation) des étudiants et les réponses ultra conceptuelles de F Lordon.”, mais j’y vois autre chose que vous. Les étudiants cherchaient manifestement à éviter les idées abstraites, (probablement pour en arriver à l’efficacité “indépassable” du capitalisme), mais Lordon, n’ayant pas envie de se laisser dicter le niveau du débat, a répondu “sur son terrain”.


  7. Gérard Le 03 décembre 2016 à 13h05
    Afficher/Masquer

    Lordon est comme d’habitude impérial, (même si ca n’engage que moi 😉 )
    en espérant que les lumières qu’il a distillé lors de cette conférence ont créées quelques circonvolutions supplémentaires “utiles” dans les cervelles tendres de cette future partie de l’élite française.


  8. Louis Robert Le 03 décembre 2016 à 13h20
    Afficher/Masquer

    Spectacle navrant, en 2016, de ces jeunes gens vieillis avant l’âge par ce sentiment aigu de leur importance que le seul ton de la voix trahit déjà. Monde à part des animaux dominants, de la classe de ces Grands Singes nés pour faire la loi.

    Le philosophe Alain: ” Le spectacle des Importants m’a toujours donné l’idée de les cribler de flèches.”

    Mais il y a pire encore.

    Panagiotis Grigoriou: pour eux, ” “les moments fort difficiles” surviennent lorsque le peuple ose dire ‘NON’ aux ordres…” (“À nos amis Italiens”)

    http://www.greekcrisis.fr/2016/12/Fr0555.html#debh

    OXI, Brexit, élection de Trump, etc. … on devine déjà les surprises que réserve demain aux diplômés de l’Ecole des Importants?

    Les observant, candidats à l’œuvre aujourd’hui, faut-il s’en attrister? J’en vis plusieurs quitter les lieux sourire aux lèvres… cherchant un regard complice.


    • Gilles bernadou Le 03 décembre 2016 à 13h47
      Afficher/Masquer

      Ne vous inquiétez pas, ils vont perdre de leur superbe en 2017 quand ils devront aller traire les vaches pour bouffer…remise a zéro.
      Quand aux bobos, ceux la auront disparu sans qu’ils comprennent pourquoi.
      Car ce qui nous attend, c’est pas du brushing; les vivants envieront les morts nous prédisent les livres.
      Et c’est exactement ça.


  9. yack2 Le 03 décembre 2016 à 13h21
    Afficher/Masquer

    Bonjour la gueule de nos futures élites…..des caricatures….le passage Finkelkraut un bijou!
    Tout y est!


  10. Karl Le 03 décembre 2016 à 16h04
    Afficher/Masquer

    Je suis étudiant dans cette école et ait assisté à cette conférence incroyable. Lordon y a été magistral, et la bêtise crasse des deux interviewers m’avait profondément choqué. Heureusement que le public était un peu plus éclairé (cf. les questions posées à la fin). Les commentaires sur Youtube ne s’y trompent d’ailleurs pas.
    Malgré la honte que je ressens à l’idée d’être associé aux deux crétins méchés en costume qui “posent des questions” à Lordon, il y a aussi un côté assez fascinant dans cette vidéo : la déliquescence des “futures élites de la nation” y est exposée de manière brute, sans aucun filtre. Ces deux gugus ont réussi à cristalliser dans leur personne et leur comportement tout ce qui fait la puanteur des jeunes gosses de riches imbus d’eux-mêmes qui peuplent cette école où l’on vous sert tous les jours une espèce de soupe néolibérale-managériale-multiculturelle-transhumaniste avec pour seul horizon le statut social et les k€ promis aux petits lieutenants dociles du grand capital.

    Chapeau bas à ces deux-là, au moins les gens sont définitivement informés sur la nature de 80% des gens sortant d’HEC.


    • yack2 Le 03 décembre 2016 à 17h05
      Afficher/Masquer

      J’adhère totalement au point de vue de Karl,étant arrivé au même ressentiment…..Plutôt que d’être désolé ,je suis inquiet de la caricature des 2 gugus présentateurs…..de toute la violence sociale qu’ils représentent ,qu’ils génèrent …qu’ils vont générer…..
      Je suis en colère que l’on puisse dire sans être hué…..Que l’on soit passé à côté de” nuit debout”…comme à côté d’une merde de chien….de n’y avoir vu que des alcooliques….
      L’humiliation est mauvaise conseillère….Quand Lordon disait que la loi El connerie pouvait être un point de basculement….ces 2 là nous rapprochent dangereusement de ce point ….Ce jour là ,j’ai peur qu’ils aient à courir plus vite que Finkelkraut


    • 4KBlademaster Le 03 décembre 2016 à 18h17
      Afficher/Masquer

      Je vous recommande très vivement le livre de Paul Jorion intitulé Misère de la pensée économique, qui explique notamment les mécanismes (dont les processus de sélection) qui rendent plus difficile la remise en cause de l’enseignement “libéral” par les étudiants.

      Petite précision sur les associations qui organisent les débats dans ces écoles : Les étudiants de l’association recrutent d’autres étudiants nouvellement arrivés en fonction de leur carnet d’adresse (ce qui augmente la probabilité pour l’association de se faire mousser en invitant des invités prestigieux). Conséquence : Les étudiants les plus nantis et particulièrement coupés des réalités sont précisément ceux qui ont la charge de l’organisation des débats…

      Malgré tout on peut quand même se féliciter de voir les grandes écoles de commerce multiplier les invitations pour des gens a priori très hostile au système dominant établi.

      Si vous avez aimé celle-ci, aller jeter un œil à l’intervention de Lordon et des économistes atterrés à l’essec qui date de quelques années. Lordon est en grande forme et y est très applaudi :

      https://www.youtube.com/watch?v=Hy7LJ4FHBQM


    • Anatole Le 03 décembre 2016 à 21h58
      Afficher/Masquer

      Comment alors faites-vous pour supporter d’y rester ?
      N’avez-vous donc aucune fierté, pour rester ne serai-ce qu’une minute de plus dans ce moule à connards ?


      • Karl Le 04 décembre 2016 à 15h19
        Afficher/Masquer

        Merci à vous, yack2, pour ces références. Je ne manquerai pas d’y jeter un coup d’oeil.

        Pour répondre à votre question Anatole, à laquelle il serait très long de répondre en détails, sachez que le fait d’intégrer cette école a été le résultat de plusieurs années d’études acharnées pendant lesquelles j’ai du faire énormément de sacrifices, à une époque où je ne me posais pas toutes les questions que je me pose aujourd’hui. Cela représente aussi un endettement important (12000€ l’année, contrairement aux écoles d’ingénieurs quasi gratuites), et je ne suis pas suffisamment bien loti pour pouvoir me permettre de foutre en l’air un tel investissement en temps et en argent. Comme le dirait un Lordon, mes conditions matérielles d’existence immédiate ne me le permettent pas, car in fine il faut bien que je sois capable de bouffer.

        Et malgré tous ces aspects négatifs, on rencontre tout de même en ce lieu des personnes fascinantes avec un véritable esprit critique, ce qui finit par vous faire penser que “vous n’êtes pas seul” et qu’il vaut mieux être avoir vu de prêt comment fonctionne ce système pour ensuite être en mesure de mieux le combattre. C’est une expérience sociologique fascinante.

        J’espère que ces justifications vous satiferont.


      • Louis Robert Le 05 décembre 2016 à 00h44
        Afficher/Masquer

        “Comment faites-vous?”

        C’est en effet la question essentielle, fondamentale.

        En appui, cette affirmation de Chris Hedges, empruntée à Hannah Arendt: “La conscience morale n’affirme pas “Cela est mal ou mauvais”, mais bien “Je ne peux pas”. Voilà qui rejoint la sagesse taoïste, viscérale, d’un Chuang Tse.

        ———-

        “The Myth of Human Progress and the Collapse of Complex Societies”

        http://www.truthdig.com/report/item/chris_hedges_jan_27_column_transcript_collapse_of_complex_societies_2014012


    • lilitte Le 04 décembre 2016 à 16h04
      Afficher/Masquer

      D accord et bien dit .Mais ce qui me choque aussi , c est qu’ apparement à hec on ne connait pas la parité !!! Aucune jeune femme n’ a eu voix au chapitre sauf celle qui passait le micro !!!
      Pas très modernes ces petits mecs !!! A moins que dans ce milieu bourgeois les femmes se consacrent à la sainte famille fillonesque !!!Debout les filles , jetez moi les serre tête et les foulards hermès .Clichés , je sais mais j en ai vu beaucoup en 2015 déambuler dans la manif des quartiers riches ; pas à la bastille
      Oui la lutte des classes existe et ce sont les oligarques qui la gagnent en ce moment .


  11. Stella 2B Le 03 décembre 2016 à 16h51
    Afficher/Masquer

    Ce qui est remarquable chez Frédéric London, c’est son excellente pédagogie qui fait de ses auditeurs, même les plus ignorants en matière d’économie, des citoyens éclairés.
    Il ne faut pas oublier que toutes les écoles, y compris médecine, sont des labyrinthes dans lesquels les cerveaux de nos étudiants sont formatés à l’aune des principes libéraux et capitalistes.
    Dans ce démoniaque travail de sape, n’oublions pas le rôle effrayant de la télévision, soupe insipide que peu d’entre nous évitons à nos enfants, pourtant l’unique solution pour leur permettre une démarche de réflexion personnelle vraiment singulière.
    Monsieur London, merci!


  12. openmind Le 03 décembre 2016 à 22h14
    Afficher/Masquer

    Vous semblez tous oublier que aussi hautes que sont vos exceptionnelles capacités intellectuelles qui vous ont permis d’arriver à de si hauts postes dans la finance ou moins prestigieux, le simple commerce ou le monde de l’entreprise, vous n’êtes que les sujets de ceux qui décident de la créations monétaire, même Macron qui doit être au dessus de vous tous n’est que le laquais de ses maîtres.
    ” Donner moi le pouvoir de créer la monnaie et je me fiche de ceux qui font les lois” M.A Rothschild
    Car l’économie qui est tout sauf une vraie science est soumise aux délires mathématiques de ceux qui tentent de la diriger jusqu’à l’absurde et lorsque le réel reprend ses droits ça donne les révoltes des pauvres gens qui crèvent des politiques financières inhumaines. Alors on provoque une bonne guerre pour calmer tout le monde et s’il le faut, on lâche quelques mesures: retraite, sécu, congés payés mais ça c’était quand on avait besoin des hommes


  13. openmind Le 03 décembre 2016 à 22h20
    Afficher/Masquer

    mais le Capital dans sa phase terminale, n’en aura plus besoin et les émeutes seront de plus en plus violentes des 80% contre les 20% encore nécessaire pour faire tourner ce monstre froid déshumanisé. Alors le moment de la grande révolution selon Marx arrivera et l’abolition de l’esclavage capitaliste pourra être envisagé pour revenir à un communisme originel d’enracinement en espérant que l’anéantissement atomique n’est pas réduit à néant notre pauvre espèce…


  14. nico Le 03 décembre 2016 à 23h01
    Afficher/Masquer

    Je ne regarderai pas cette vidéo car Lordon est un bobo pseudo marxiste de laboratoire du Marais totalement hors sol.

    Néanmoins , je voulais faire un commentaire à propos de la photo qui illustre cet article car j’ai éclaté de rire.

    Cette photo résume parfaitement , je pense , cette vidéo …

    Un révolutionnaire d’opérette en pull cachemire col en V qui disserte avec deux jeunes cons en costard avec une belle montre qui se croient déjà les maîtres de l’univers , le tout accoudé sur une table sponsorisée par une marque de champagne , et qui sont écoutés par une assemblée d’une fameuse école de commerce dont un de leur ” illustre ” représentant est actuellement locataire de l’Elysée …

    Je ne sais pas si c’est voulu ou pas mais cette image résume parfaitement le marasme intellectuel français.
    Et je ne peux m’empécher de faire le lien avec les précédents articles sur le Noam Chomsky gate qui a eu lieu chez nous , en France , ce pays qui explore de plus en plus loin les vastes espaces d’une dimension parallèle découplée totalement de la réalité …


    • lois-economiques Le 04 décembre 2016 à 21h48
      Afficher/Masquer

      Un révolutionnaire d’opérette en pull cachemire col en V

      On attaque une personne selon ses vêtements !
      Rien sur le fond tout sur l’habit censé dévoiler le moine.
      Et de plus en avouant qu’il nécoutera même pas la dite personne discourir.
      Misère de la pensée !


      • lois-economiques Le 05 décembre 2016 à 22h31
        Afficher/Masquer

        Un seul extrait de discours que vous critiquez.
        Du concret, encore du concret, toujours du concret.
        Le reste c’est rien, du vide, du néant autant sur le fond que la forme.


  15. Catalina Le 03 décembre 2016 à 23h25
    Afficher/Masquer

    ‘Un révolutionnaire d’opérette en pull cachemire col en V ‘

    C’est un peu réducteur, nan ?
    Soyez beau joueur et de bonne foi, il dit plusieurs choses très intéressantes et personnellement j’aime mieux l’écouter que le lire, je le trouve moins pédant. J’ai été agréablement suprise à l’écoute de cette vidéo.

    :O)


    • nico Le 04 décembre 2016 à 01h43
      Afficher/Masquer

      Non ce n’est pas réducteur.

      Ce ce qu’il est effectivement.

      Un type qui fait du verbiage de laboratoire qui n’a aucun sens réel dans la vraie vie.

      Vous ne le voyez pas , ce n’est pas de ma faute , après tout si vous aimez refaire le monde dans une litanie sans fin qui ne mène à rien … Libre à vous.


      • Gérard Le 04 décembre 2016 à 11h55
        Afficher/Masquer

        Nico, sans vouloir t’offenser :-),
        tout ce qui ce qui existe dans ta vraie vie est le produit de la pensée humaine ; du téléphone que tu utilises, aux pâtes que tu manges, aux chaussures que tu portes, jusqu’aux systèmes politiques que tu subis, ou pas,
        donc introduire le fait qu’une pensée (qu’elle quelle soit et même si pour toi c’est du verbiage) n’a rien à voir avec “un sens réel dans la vraie vie” est un contresens.
        Les idées, les pensées, produisent toujours des choses qui ont du sens dans la vraie vie.


      • lois-economiques Le 04 décembre 2016 à 13h50
        Afficher/Masquer

        Les attaques ad hominem ne dévalorise que ceux qiui les porte.

        Je vous propose un “petit excercice”.

        Sortez moi une seule phrase de son intervention et vous la critiquer “comme une litanie sans fin” (ce qui soit dit en passant est “énorme comme critique” pour quelqu’un qui n’a même daigné écouter la dite “litanie”, ce qui pose votre personnage….la vacuité totale de la pensée).

        Une critique sur le fond et pas sur la personne.

        En êtes vous capable ?


  16. Pinouille Le 04 décembre 2016 à 10h47
    Afficher/Masquer

    “Les réponses conceptuelles sont très importantes. Sans elle, on subit, on ne comprend pas et on se couche devant le “réel””
    vs
    “Un type qui fait du verbiage de laboratoire qui n’a aucun sens réel dans la vraie vie.”

    Bon ben je crois que le désaccord est établi 🙂 Est-il irréconciliable?

    Toute théorie ne pèse pas bien lourd tant qu’elle n’a pas été confrontée à l’épreuve du réel. C’est une règle de base en science: https://www.youtube.com/watch?v=1c1jZQ9Bkq0&index=10&list=PL8kpTYGNfAcbcbHO_jt9NYHP1KefT4Nfp

    C’est un peu plus délicat quand il s’agît d’idéologies, car elles ne peuvent pas se prêter à des expériences de laboratoire.


  17. Tutu Le 04 décembre 2016 à 19h20
    Afficher/Masquer

    La star Lordon fanfaronne et brille de mille feux, ce qui est bien excusable devant un public de congénères issus d’un entre soi de convenances.
    Il ne peut comprendre que la gauche, qui n’est pas de rupture, ne peut être que de droite, qu”elle s’appelle gauche de la gauche ou de droite et du centre, elle est la gauche du capital. Il a sans doute lu Marx, mais en a oublié les enseignements premiers:
    “Le communisme n’est pour nous ni un état qui doit être créé, ni un idéal sur lequel la réalité devra se régler. Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel”

    http://democratisme.over-blog.com/


  18. ThomasM Le 07 décembre 2016 à 09h38
    Afficher/Masquer

    “Dans une économie monétaire à travail divisé, nul n’est capable de pourvoir par soit même, au réquisit de sa reproduction matériel.”

    Lordon… il y a tellement d’intellectuels, d’économistes, plus inéligible que lui et tout aussi intéressant…

    Il parle comme on écris, sont plaisir d’écrire (et de scander) des beaux textes, le rend beaucoup trop cryptique pour moi, du coup chaqu’une de ses conférences me fatiguent plus qu’elles ne m’informent.

    C’est personnellement ce qui m’agace avec lui, je n’ai pas beaucoup de chose à lui reprocher sur le fond de son discourt, mais sa forme est tellement “élitiste” qu’il en devient insupportable !


Charte de modérations des commentaires