Source : WikiLeaks, le 16 février 2017.

Des services d’espionnage humain (HUMINT) et numérique (SIGINT) de la CIA ont tenté d’infiltrer tous les grands partis politiques français dans les sept mois précédant l’élection présidentielle de 2012. Ces révélations sont contenues dans trois ordres de mission publiés aujourd’hui par Wikileaks comme contexte aux prochaines séries « Vault 7 » de la CIA. Sont nommément ciblés le PS, le FN, l’UMP, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn.

La CIA pensait que l’UMP n’était pas assurée de la réélection de Nicolas Sarkozy. Des demandes spécifiques ont été faites au sujet de son parti, dont : l’obtention des “Plans stratégiques de l’élection” de l’UMP, les alliances et les ruptures en cours dans l’équipe dirigeante de l’UMP, les réactions de membres de l’UMP aux stratégies de campagne de Nicolas Sarkozy, les discussions au sein de l’UMP au sujet de toutes les “ce qui était perçu comme une possibilité de perdre le pouvoir” après l’élection, les tentatives de changement de la mission idéologique du parti et enfin les discussions à propos du soutien de Sarkozy à l’UMP et à “l’importance qu’il accorde au maintien de la domination du parti”. Des instructions spécifiques chargeaient les officiers de la CIA de découvrir dans des discussions privées de Sarkozy ce qu’il pensait “des autres candidats” ainsi que la manière dont il interagissait avec ses conseillers. Le fait que Sarkozy se soit lui-même nommé “Sarkozy l’américain ne l’a pas protégé de l’espionnage américain durant les élections de 2012 ou sa présidence.

L’ordre de mission “Plan stratégique électoral des candidats et des partis politiques de l’opposition” qui a ciblé François Hollande, Marine Le Pen et d’autres membres de l’opposition nécessitait d’obtenir les stratégies électorales des partis d’opposition, d’obtenir des informations sur les dynamiques internes du parti et sur ses leaders en devenir, des efforts pour influencer et mettre en œuvre des décisions politiques, l’aide de hauts fonctionnaires, de figures du gouvernement ou d’hommes d’affaires, des vues sur les États-Unis, des efforts pour atteindre d’autres pays dont l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Libye, Israël, la Palestine, la Syrie et la Côte d’Ivoire, ainsi que des renseignements sur le financement du parti et du candidat.

Deux parties de l’ordre de mission : “Quels politiques promeuvent-ils afin d’accélérer la croissance économique de la France” et “Quelles sont leurs opinions sur le modèle allemand d’amélioration de la balance extérieure” résonnent avec la consigne d’espionnage américain de la même année. Cette demande nécessitait d’obtenir des détails sur chaque contrat d’exportation de 200 millions de dollars ou plus. La lettre de mission demandait de déterminer l’attitude des candidats face à la crise économique européenne, à partir de leur position sur la crise de la dette grecque, et de la vulnérabilité de l’État français et des banques face à un défaut grec, et des “propositions et recommandations spécifiques” sur l’attitude à adopter face à la “crise de l’euro-zone”.

Les lettres de mission de la CIA publiées aujourd’hui sont classifiées et réservées à des yeux américains seulement (“NOFORN”) du fait de “sensibilités amicales”. Les ordres exigent que les informations collectées soient destinées à soutenir les activités de la CIA, de la section européenne de l’agence de renseignement de défense (DIA), ainsi que la section de recherche et de renseignement du ministère américain des affaires étrangères. L’Opération s’est déroulée durant 10 mois, du 21 novembre 2011 au 29 septembre 2012, notamment durant l’élection présidentielle française d’avril et mai 2012, et plusieurs mois après la formation du nouveau gouvernement.

Vous pouvez télécharger le document complet ICI.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

25 réponses à [WikiLeaks] La lettre de mission de la CIA pour l’élection présidentielle française de 2012

Commentaires recommandés

Fabrice Le 22 avril 2017 à 05h10

Amusant quand on commence à entendre que la présidence 2017 va probablement être piraté par la Russie, on ne voit personne relever que nos élections ont déjà été piraté par les USA.

Mais bon on entendra que c’est pas la même chose, si les USA l’on fait c’était pour notre bien car c’était sous l’aval d’un Nobel de la paix alors que là ce serait sous la coupe de la Russie et de son dictateur !

Vous vous rendez compte que si on ne faisait pas la différence, ce serait 2 poids 2 mesures ma brave dame ! Le camp du bien peut combattre le mal par le mal son classement auto-proclamé du bon côté l’amnestie d’office de tout crime. ? ???

  1. Homère d'Allore Le 22 avril 2017 à 00h48
    Afficher/Masquer

    Pourquoi viser Strauss-Kahn “dans les sept derniers mois” avant l’élection de 2012 alors qu’il était déjà totalement hors course ?


    • Tonton Poupou Le 22 avril 2017 à 12h34
      Afficher/Masquer

      c’est pas la bonne question.
      La bonne question est : L’affaire Strauss-Kahn est elle une des résultantes de l’ingérence américaine dans l’élection française de 2012. Remémorez vous le mode opératoire, le lieu et les circonstances de l’événement.


      • Yamael Le 22 avril 2017 à 15h52
        Afficher/Masquer

        Oui je me suis toujours dit que cette affaire tombait pile poil au bon moment pour mimolette, car sans ça il aurait eu 0 chance d’y parvenir. Rajoutons à ça le fait qu’il n’est pas vraiment protester quand on a su les écoutes de la NSA…

        Je dois devenir conspirationniste moi!


        • Tonton Poupou Le 22 avril 2017 à 16h31
          Afficher/Masquer

          Yamael
          avec les complots voyez vous, il y a deux écueils :
          1° En voir partout.
          2° En voir nul part.


          • Richard Bouillet Le 22 avril 2017 à 17h07
            Afficher/Masquer

            “Il est aussi faux de ne voir de complot nulle part que d’en voir partout” disait Frédéric Lordon. J’ajouterais qu’il est particulièrement malhonnête de prétendre qu’il n’en existe pas dans les domaines de la politique et des affaires.


      • Thanos Le 22 avril 2017 à 16h47
        Afficher/Masquer

        Pour l’affaire DSK on ne saura jamais, en revanche, des éléments concrets d’ingérences US en France sont clairement visibles a posteriori grâce à Wikileaks. Lisez les contenus des cables de Charles Rivkin et Mark Taplin ambassadeurs US en France, c’est assez édifiant, le soft power en action. Ces 2 ambassadeurs ont dressé des “plans” socio-politiques à réaliser en France, dont la quasi intégralité ont été réalisés sous Hollande (“plans” réalisé avant l’élection 2012 – “gouverner c’est prévoir”). Vous pourrez constater que ces objectifs US ont été réalisés par des ministres français (tous young leader) en dehors de toute promesse électorale et touche à des domaines “profonds” et inattendus comme la réformes des programmes scolaires (remise en cause du “roman national”, réforme des programmes d’histoire, remise en cause du principe de laïcité, remise en cause du processus de sécularisation religieuse etc…) avec en parallèle empowerment des “minorités”, création de médias communautaires, financement d’associations communautaires/culturelles (l’une des plus grandes a pour administrateur un attaché d’ambassade US) – svt en lein avc financements Open Society. Vous remarquerez que Taplin était aussi en poste en Ukraine juste avant la “révolution orange”… Les US formatent aussi notre “substrat sociétal” mais cela n’intéresse personne au Monde ou à Libé


  2. Lili Le 22 avril 2017 à 01h21
    Afficher/Masquer

    OK. Intéressant mais pas nouveau. et y a pas que la pratique et les méthodes de la CIA. dont l’infiltration chez nous date depuis la fin de la 2me guerre mondiale. nous n’avons aucun mystère pour eux comme nous n’en avions pas pour l’URSS. Pour y avoir été impliquée ..l’URSS pratiquait ce sport à nul autre pareil ! Il n’y eut que VGE qui leur posait problème ( à partir de 74)….non seulement ils n’avaient rien anticipé mais ils ne l’attendaient simplement pas à la tête de l’état français . l’entourage de VGE et lui-même leur étaient un terrain vierge, contrairement aux autres partis (PC cela va s’en dire and co puisqu’ils les contrôlaient) français dont les gaullistes où ils étaient infiltrés comme au sein de tous les rouages de l’état français (y compris celui de la Défense), de l’éducation nationale aux institutions financières et bancaires (la banque du Nord notamment leur servait de relais pour transfert de sous vers le PC) d’associations culturelles, étudiantes et autres… Il suffit de changer le dates et les noms dans le document wikileaks .. le scénario est le même. En fait maintenant que j’y pense, ce serait intéressant de connaitre les objectifs ou l’objectif réel de ces révélations…


    • calal Le 22 avril 2017 à 09h02
      Afficher/Masquer

      oui,en 2017 soit presque 20 ans apres l’an 2000, personne ne devrait s’etonner que chaque nation a des services de renseignements qui regardent ce qui se passe ailleurs…c’est l’art de la guerre.on envoie toujours des eclaireurs devant pour ne pas etre surpris et pouvoir prevoir.


    • Bonsensiste Le 22 avril 2017 à 09h46
      Afficher/Masquer

      Faux, bien avant la fin de la 2 ème, mais pour ce que j’ai pu troubver aux archives, depuis au moins le début de la 2ème GM durant laquelle IBM, Coca Cola, Ford ont contribué du coté Allemand durant toute la guerre et apres !
      Money is Money, life is nothing without money !


      • lili Le 22 avril 2017 à 15h43
        Afficher/Masquer

        L’Allemagne est le second territoire US en Europe.


    • Nanita Le 22 avril 2017 à 12h56
      Afficher/Masquer

      Moins que les services secrets Israéliens qui étaient chez eux !


  3. Seraphim Le 22 avril 2017 à 03h55
    Afficher/Masquer

    C’est nouveau au sens où c’est prouvé et rendu public. Et c’est récent. A l’heure où des candidats à l’élection présidentielle suivante, soumise, 5 ans seulement après, vraisemblablement aux mêmes conditions, font des allégations sans preuves et probablement sans fondement, d’une ingérence de la Russie dans le processus électoral français, ces “révélations” remettent les pendules à l’heure. Des tas de choses ont déjà été “révélées”, jusque récemment, et de façon très rigoureuse:
    http://www.telegraph.co.uk/business/2016/04/27/the-european-union-always-was-a-cia-project-as-brexiteers-discov/
    Mais pendant cette campagne on a constamment moqué les candidats “conspirationnistes” en phase avec ces révélations. Sauf ceux, bien sûr, qui incriminent la Russie. Un document authentique fera-t-il taire les sarcasmes?


  4. Fabrice Le 22 avril 2017 à 05h10
    Afficher/Masquer

    Amusant quand on commence à entendre que la présidence 2017 va probablement être piraté par la Russie, on ne voit personne relever que nos élections ont déjà été piraté par les USA.

    Mais bon on entendra que c’est pas la même chose, si les USA l’on fait c’était pour notre bien car c’était sous l’aval d’un Nobel de la paix alors que là ce serait sous la coupe de la Russie et de son dictateur !

    Vous vous rendez compte que si on ne faisait pas la différence, ce serait 2 poids 2 mesures ma brave dame ! Le camp du bien peut combattre le mal par le mal son classement auto-proclamé du bon côté l’amnestie d’office de tout crime. ? ???


    • RGT Le 22 avril 2017 à 11h34
      Afficher/Masquer

      Vous faites erreur : Déjà en 2012 c’était Poutine qui avait piraté la CIA pour manipuler l’élection française.

      Nos “Grands Amis Américains” ne se seraient JAMAIS permis de faire de tels actes abomiffreux.

      Donc si nous avons eu la présidence Hollande c’est à cause des russes !!!

      CQFD 🙂 🙂 🙂


    • Manaflar Le 22 avril 2017 à 11h38
      Afficher/Masquer

      En l’occurrence non, ce n’est pas la même chose. Il s’agit ici d’ordres pour la collecte d’information. On ne trouve aucune indication dans le document de missions visant à influencer l’élection, et encore moins à la trafiquer.

      Donc que le “piratage russe” soit réel ou non, je veux bien que l’on s’indigne des 2 poids 2 mesures, des pailles et des poutres etc., régulièrement misent en avant par les articles de ce blog, mais ici les effets ne sont pas comparables.

      Cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas d’autres “programmes” d’un service fédéral américain qui ait eue pour mission d’influencer la campagne électoral; mais ce n’est pas ce document qui prouve une ingérence quelconque.


      • Fabrice Le 22 avril 2017 à 13h08
        Afficher/Masquer

        Manaflar, vous noterez sur mon intervention semi-humouristique que ce que je dénonce c’est qu’on accuse la Russie avant les élections sans preuve alors que là avec un début de preuve sur des actes passés rien alors que les Etats-Unis ont avoué contrains et forcé avoir déjà espionné nos dirigeants sans qu’un seul journaliste ne demande des représailles identiques aux russes, bien que tous ces éléments qui s’accumulent prouvent un processus généralisé d’intervention dans les décisions d’un peuple soi-disant amis (la France et autres).

        Donc nous pouvons nous permettre de dénoncer le traitement qu’il est fait des informations. Il est un peu facile à la mode du décodex de contester ce post ou les commentaires qui en découle, sans apporter un élément qui apporterait une contre preuve à ce document souligné par Olivier.


  5. Bonsensiste Le 22 avril 2017 à 09h39
    Afficher/Masquer

    Personnellement je sais cela depuis l’occupation Japonaise en Indochine ou les Patti, puis Donovan ont tout fait pour torpiller la paix !
    Idem en Algerie Puis ensuite en Europe avec le Salopard belge nommé Spaak et son complice Français Jean Monnaie ( faute volontaire) !
    Les USA doivent etre puni, de manière même légale aurait pu dire de Gaulle en commençant par exemple a sortir l’ONU de cet endroit malsain et CRIMINEL ?


  6. bats0 Le 22 avril 2017 à 09h59
    Afficher/Masquer

    Avec de pareilles “révélations”, comment peut-on faire confiance aux US (ce soit disant pays “ami” (peut-être pour certains, comme NS, et encore, mais sûrement pas du peuple, qu’il semble mépriser, ou, en tout cas se méfier, quel qu’il soit))?
    Comment ils considèrent l’amitié, et surtout comment se comportent ils avec leurs pays “amis”, s’ils se permettent d’espionner les futurs dirigeants de l’état ? Dans quel but, agissent ils de telle manière ?
    Trop de questions à se poser, pour pouvoir considérer leur amitié comme un acte de totale sincérité envers un pays qui a participé à la construction de leur propre pays. Ça sent trop le vice de pareilles attitudes.


  7. ceyal Le 22 avril 2017 à 10h08
    Afficher/Masquer

    Rien de neuf dans cet article : pas de quoi en faire un faire un fromage
    Les espions d’un pays X espionnent un pays Y, quelles que soient les valeurs de X et Y


    • V_Parlier Le 22 avril 2017 à 16h41
      Afficher/Masquer

      Alors qu’on laisse tous les X espionner et influencer tous les Y et qu’on arrête de nous parler de l’ingérence de la Russie dès que sa presse expose ses préférences. Comme ce n’est pas le cas, il est bon d’insister et d’enfoncer les portes ouvertes.


  8. Caliban Le 22 avril 2017 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Les Etats-Unis étant le pays le plus détesté de la planète, il semble logique qu’ils s’interrogent sur les opinions des leaders étrangers (ou potentiels leaders).

    Là où cela devient un peu étrange c’est que la CIA se mette à “prospecter” non seulement sur le plan diplomatique, mais également sur le plan de la politique économique.

    La CIA est mise au service des firmes américaines, qui le leur rendent bien. C’est peut être ça l’ultra-libéralisme : non pas la disparition de l’Etat, mais sa mise au service des intérêts privés.


  9. GAD Le 22 avril 2017 à 11h51
    Afficher/Masquer

    Bah oui et alors? Franchement rien de bien grave. Ils se renseignent ! Tout le monde fait pareil. Puis on y ajoute une couche nécessaire de discrétion. Ce n’est pas classé secret défense mais noforn… ça n’a pas l’air bien méchant. Ils n’y a pas de preuve qu’ils essaient d’influencer le résultat…


  10. Loncin Le 22 avril 2017 à 12h29
    Afficher/Masquer

    À part cela on accusait la RUSSIE de se mêler des élections en France !
    QUI VEUT TOUT DIRIGER ET IMPOSER SES VUES ,Y COMPRIS PAR LA FORCE ( DONC …. “COUPS D’ÉTATS, GUERRES ….) , QUI ???


  11. Dominique Le 22 avril 2017 à 14h50
    Afficher/Masquer

    « Deux parties de l’ordre de mission : “Quels politiques promeuvent-ils afin d’accélérer la croissance économique de la France” »

    Il y a une erreur de formulation qui transforme complètement la phrase en anglais et qu’il faut corriger. Inutile, en revanche, de conserver ce message.

    « Significantly, two CIA opposition espionage tasks, “What policies do they promote to help boost France’s economic growth prospects?” »

    Quels politiques, ça veut dire quels [hommes] politiques. Dans le texte anglais, c’est quelles politiques, ce qui est complètement différent.


  12. Koui Le 24 avril 2017 à 08h21
    Afficher/Masquer

    J’aimerai savoir si la France espionne les partis américains, les président américains, les multinationales, forme les futurs hommes d’état us et subventionne des ONG aux USA, par exemple, les partisans de la laïcité ou les ecologistes. J’en doute. Notre relation est totalement desequilibree.


Charte de modérations des commentaires