Suite de notre grande série sur les 28 pages – rappel :

Évidemment, la tempête créée par l’émission 60 Minutes n’allait pas cesser avec l’émission…

Surtout avec le chantage saoudien à 750 milliards

Observez quelques réactions dans cette vidéo, principalement de Bob Graham, leader de ce combat pour la Vérité… Rappelons que c’est l’ancien gouverneur de Floride (l’équivalent du Président de la France dans l’UE donc), puis Sénateur ayant présidé la Commission sénatoriale du Renseignement, et ayant Présidé la Commission d’enquête parlementaire sur le 11 Septembre…

I. La 3e Vidéo

II. Le script de la vidéo

Voici le script de la vidéo

« Bob Graham, 11 avril 2016 » (source : YouTube)

694940094001_4841571877001_9ee9cd23-b01e-46f8-99a9-a6cafefd5bb1

De 2’30 à 5’22

Bob Graham : « Il a été dit publiquement que ces 28 pages traitent des personnes qui ont financé le 11 Septembre, et pointent du doigt l’Arabie saoudite. »

Journaliste : « Quand vous lisez cette phrase du rapport de la Commission d’enquête sur le 11 Septembre : “Nous n’avons trouvé aucune preuve que le gouvernement saoudien en tant qu’institution, ou de hauts responsables saoudiens aient financé individuellement l’organisation », ne vous dites-vous pas qu’il y a de gros trous, comme des responsables saoudiens moins hauts placés, ou le gouvernement n’agissant pas en tant qu’institution ? »

Bob Graham : « Une autre chose qui rend ceci encore plus confus est que le concept d’immunité souveraine ne concerne pas que le roi, qu’on ne pourrait pas attaquer s’il faisait quelque chose de mal. L’Arabie saoudite l’a aussi utilisé concernant les organisations de charité, les fondations privées, les organisations religieuses, qui ont toutes été mises sous le parapluie de l’immunité souveraine. Ainsi, le fait de savoir où cesse le gouvernement et où commence la société saoudienne est très vaseux. »

Journaliste : « Ceci explique leurs motivations pour essayer d’obscurcir les faits, mais quelles sont les nôtres ? Pourquoi les Etats-Unis ne déclassifient-ils pas ces informations pour nous permettre de connaitre la vérité, que nos alliés étaient en fait derrière ces attaques ? »

Bob Graham : « Megan, c’est pour moi inexplicable. Il y a des raisons qui permettent de comprendre pourquoi sous l’administration Bush, on aurait voulu empêcher la publication, comme le fait qu’on avait besoin de beaucoup de renseignements et d’assistance de la part de l’Arabie saoudite après le 11 Septembre, ou que la famille Bush avait de proches relations avec la maison des Saoud depuis trois générations. Mais pourquoi l’administration Obama a-t-elle continué cette politique alors qu’il y a désormais de nombreuses preuves, et pas seulement ces 28 pages mais aussi d’autres éléments, qui impliquent les Saoudiens dans le 11 Septembre ?

Pour moi, ceci n’est pas seulement irrespectueux envers le peuple américain, qui n’est pas autorisé à disposer de la transparence sur ce qu’a fait son gouvernement en son nom, alors qu’il n’y a aucun risque de sécurité nationale. C’est aussi que j’estime que cela augmente notre vulnérabilité, parce que cela permet aux Saoudiens, qui constatent l’absence de sanctions envers eux, de continuer à financer des activités terroristes, et d’entraîner la prochaine génération de terroristes dans des mosquées et des écoles madrasas qui sont toutes financées par l’Arabie saoudite. »


« Bob Graham, 13 avril 2016 » (source : NewsMax)

maxresdefault

De 0:55 à 1’42

Bob Graham : « En fin de compte, je pense que les Saoudiens, compte tenu de ce qu’ils savent qu’ils ont fait le 11 Septembre, ont interprété le message de l’absence de réaction des États-Unis comme une forme d’impunité : « Nous pouvons faire tout ce que nous voulons, les Américains ne nous sanctionneront jamais ». Cela les a encouragés à continuer de soutenir ces organisations extrémistes : les madrasas, qui enseignent l’intolérance et la haine, les imams et les mosquées, qui prêchent afin d’inciter les adultes à s’engager dans le djihad, et des organisations comme ISIS (Daech) et al-Qaïda.

Journaliste : « [PAS DE RÉACTION AUX PROPOS SUR DAECH !] Une autre raison pour l’intérêt autour de tout ceci est… »

De 2’33 à 2’56

Bob Graham : « Je crois que les Saoudiens ont été au cœur du réseau qui a soutenu les 19 pirates du 11 Septembre. Pour moi, il est hautement impossible de croire que 19 personnes dont la plupart ne parlaient pas anglais, dont la plupart ne s’étaient jamais rendues aux États-Unis avant, aient pu réaliser un complot aussi compliqué sans assistance externe. »

De 3’30 à 4’22

Bob Graham : « Le FBI a réalisé une enquête avec les forces de polices locales sur cette famille (de Sarasota) après le 11 Septembre, et ils ont écrit un rapport. Le FBI a ainsi publiquement déclaré au peuple américain que ce rapport constituait une enquête complète et définitive, qui traitait de tout. Sa conclusion était qu’il n’y avait aucun lien entre cette famille et les pirates de l’air.

Mais tous les éléments qui ont été mis à la disposition des Commissions d’enquête sur le 11 Septembre ont montré qu’aucune de ces trois déclarations n’était vraie. Et pourtant, les preuves de tout ceci se trouvaient dans les documents que le FBI détenait et refusait de rendre publics pour le peuple américain. »


« Le 16 avril, le New York Times publie une révélation fracassante : – les Saoudiens menacent désormais les États-Unis » (source : NY Times)

saudi_usa_debt

« L’Arabie saoudite a indiqué à l’administration Obama et aux membres du Congrès qu’elle vendra des centaines de milliards de dollars d’actifs américains détenus par le royaume si le Congrès adopte un projet de loi qui permettrait au gouvernement saoudien d’être poursuivi devant les tribunaux américains pour tout rôle joué dans les attaques du 11 Septembre 2001. […]

Adel al-Jubeir, le ministre saoudien des Affaires étrangères, a personnellement transmis le message du royaume le mois dernier lors d’un voyage à Washington, en indiquant aux parlementaires que l’Arabie saoudite serait contrainte de vendre jusqu’à 750 milliards de dollars en titres du Trésor et d’autres actifs aux États-Unis avant qu’ils ne soient mis en danger d’être gelés par les tribunaux américains. »


« Le New York Daily News est un des plus importants journaux quotidiens américains, avec un tirage supérieur à 700 000 exemplaires. Le Daily suit généralement une ligne éditoriale modérée. »

Le 17 avril 2016, il réagit à la menace saoudienne avec un titre peu tendre : « ORDURE ROYALE ! »

daily_new_royal_scum

« Les familles du 11/09 scandalisées par le chantage à 750 milliards de l’Arabie saoudite »

Pour aller plus loin : Vu des Etats-Unis : Riyad menace de provoquer l’effondrement de l’économie américaine (Courrier International).


« Le même jour sur CNN » (source : CNN)

screen-shot-2016-04-16-at-2-36-10-pm

De 0’05 à la fin

Journaliste : « Mais jusqu’à la publication de ces pages, et à une transparence totale sur ce qui est arrivé, les paroles ne sont qu’une promesse vide faite aux victimes du 11 Septembre et à leurs familles.

Je suis maintenant rejoint par un acteur clé de cette controverse, Bob Graham, l’ancien gouverneur de Floride ; il a présidé la commission sénatoriale du renseignement, et coprésidé la commission d’enquête parlementaire sur le 11/09. Pourriez-vous réagir à la nouvelle de cette menace saoudienne ? »

Bob Graham : « Michael, je suis furieux, mais pas surpris. Les Saoudiens savent ce qu’ils ont fait le 11 Septembre, et ils savaient que nous savions ce qu’ils avaient fait au moins aux plus hauts niveaux du gouvernement américain. Et ils agissent ainsi parce que nous n’avons eu aucune réaction à leur complicité dans le meurtre de 3 000 Américains. Avec un sentiment d’impunité, leur laissant penser qu’ils pouvaient faire tout ce qu’ils voulaient sans sanctions. Et maintenant cette impunité s’est étendue à leurs tentatives de lobbying aux plus hauts niveaux de la Maison-Blanche et du Congrès pour empêcher leur passage devant les tribunaux dans le but de savoir s’ils étaient des co-conspirateurs – c’est scandaleux ! »

Journaliste : « Complicité, est un mot terriblement fort dans votre bouche. Mais pourquoi diable l’administration Obama est-elle en train de réaliser un lobbying pour soutenir les Saoudiens dans cette controverse ? »

Bob Graham : « Je ne peux pas répondre à cette question. J’estime qu’elle doit être posée. J’espère que cette révélation, ainsi que celle que nous avons eue plus tôt cette semaine, comme quoi le gouvernement était en train de terminer l’analyse de la possibilité de déclassifier les 28 pages, finira par motiver l’administration à changer de politique, et qu’elle dise que son premier devoir est de protéger les citoyens des États-Unis, et dans ce cas précis, les citoyens qui ont subi les pertes bouleversantes du 11/09, et pour lesquelles ils n’ont reçu aucune justice. »


« Le 11 avril 2016, réaction de Josh Earnest, Porte-parole de la Maison-Blanche » (source : YouTube)

De 46’25 à 46’54

Journaliste : « Est-ce que le Président soutient la publication de ces pages ? »

Josh Earnest : « Je ne sais pas si le Président a lu ces 28 pages. Je peux vous dire que le Président soutient fermement le fait d’être le plus transparent possible, mais il pense aussi que les responsables de la Sécurité nationale ont aussi un important rôle à jouer pour s’assurer que les secrets soient protégés si c’est nécessaire. Je ne sais donc pas si le Président a émis une opinion sur ce cas particulier, mais nous pouvons vérifier ceci.»


« Le 12 avril 2016… » (source : YouTube)

De 27’04 à 27’11

Journaliste : « À quel point le Président s’intéresse-t-il à la déclassification de ces 28 pages du rapport conjoint sur le 11 Septembre ? »

De 28’09 à 28’12

Josh Earnest : « Je ne peux pas vous dire si le Président a ou n’a pas lu ces 28 pages… »

De 28’30 à 28’53

Journaliste : « Vous avez dit que vous ne pouviez pas me dire s’il les avait lues. Lui a-t-on demandé ? Lui avez-vous demandé en personne ? Y a-t-il jeté un coup d’oeil ? Cela fait la Une actuellement… Il est pourtant inlassablement curieux. J’imagine qu’il y a accès, donc il les a probablement vues, non ? »

Josh Earnest : « Je… – Je ne sais pas s’il l’a fait ou non…

Vous n’avez pas eu l’occasion de lui demander ?

Je ne lui ai rien demandé à propos de ceci. »

Journaliste : « J’apprécierais si vous aviez l’occasion, j’aimerais vraiment savoir… »

Josh Earnest : « J’ai une longue liste de questions pour lui aujourd’hui… (Rires) »


« Le 14 avril 2016… » (source : YouTube)

De 45’16 à 45’40

Journaliste : « Sur votre liste, vous aviez les 28 pages du rapport sur le 11 Septembre – vous avez dit dans les deux derniers jours que vous n’aviez jamais demandé au Président s’il avait lu ou demandé à lire ces pages. Vous êtes-vous depuis lors renseigné sur ceci ? »

Josh Earnest : « Je n’en ai pas parlé avec lui. »

Journaliste : « Allez-vous le faire, ou y a-t-il des raisons pour que vous ne le fassiez pas ? »

Josh Earnest : « Je vais voir si je peux obtenir plus d’informations là-dessus. Cela n’a simplement pas fait partie des choses dont j’ai parlé avec lui. »


« Le 18 avril 2016… » (source : YouTube)

De 20’25 à 20’40

Journaliste : « Reparlons des 28 pages du rapport sur le 11 Septembre. Vous avez dit la semaine passée que vous vous renseigneriez afin de savoir si le Président avait lu ces pages. Je me demande si vous avez pu obtenir une réponse, et s’il soutient la publication de ces pages ? »

Josh Earnest : « Je ne sais pas s’il a lu ces pages ou non. »

De 21’10 à 23’30

Journaliste : « Quelle est votre réponse aux familles du 11 Septembre qui estiment que, en s’opposant au projet de loi Schumer-Cornyn [pour poursuivre des États terroristes], l’administration se range aux côtés de l’Arabie saoudite et non pas des victimes ? »

Josh Earnest : « Eh bien, nos préoccupations au sujet de cette loi ne sont pas liées à son impact sur notre relation avec un pays en particulier. En fait, notre préoccupation concerne un principe important du droit international. La notion d’immunité souveraine est en jeu et ceci fait partie des choses qui ont des conséquences plus importantes pour les États-Unis que pour tout autre pays.

La préoccupation que nous avons est simplement ceci : cela pourrait soumettre les États-Unis et nos contribuables et les membres de nos services et nos diplomates à des risques importants si d’autres pays devaient adopter une loi similaire. Permettez-moi de vous donner un exemple. De toute évidence, les États-Unis sont impliqués chaque jour dans une grande variété d’opérations de secours humanitaires dans plusieurs pays à travers le monde.

Si certaines personnes étaient mécontentes de la façon dont les opérations de secours humanitaires ont été menées, vous pouvez imaginer que quelqu’un dans un pays lointain pourrait déposer une plainte contre les États-Unis pour nos opérations de secours humanitaires.

Cela, encore une fois, pourrait mettre les États-Unis et nos contribuables en risque. Cela pourrait aussi mettre en risque les membres individuels des services américains qui sont aussi souvent impliqués dans ces opérations humanitaires à risque. Voilà pourquoi ce principe de l’immunité souveraine est d’une importance cruciale. Il permet aux pays de résoudre leurs différends par la voie diplomatique et non par les tribunaux dans un ou l’autre pays.

Nous continuons à croire que les préoccupations que nous avons avec l’Arabie saoudite peuvent être traitées par la voie diplomatique. Bien sûr, ils sont un important partenaire de lutte contre le terrorisme aux États-Unis.

Il y a plusieurs domaines dans lesquels nous travaillons en étroite collaboration – d’essayer de résoudre la situation en Syrie jusqu’à affaiblir et finalement détruire Daech, de la lutte contre al-Qaïda au Yémen à la lutte contre les actions malveillantes de l’Iran dans la région. Ce sont tous les domaines où les États-Unis et l’Arabie saoudite travaillent efficacement ensemble d’une manière qui fait avancer nos intérêts communs. »

Petit aparté : « Opérations humanitaires américaines “à risque” ? »

Nick-Ut---Petite-fille-brulee-au-napalm-2

Vietnam : Petite fille brulée au napalm

xF5MNWe

Bombe en Afghanistan

kunduz-m

Hôpital de Kunduz, Afghanistan

Images de torture en Irak

пытки-в-военных-тюрьмах-США-23

пытки-в-военных-тюрьмах-США-8

пытки-тюрьмах-США-23

пытки-тюрьмах-США-26

De 28’41 à 30’06

Josh Earnest : « Et depuis le 11 Septembre, nous avons vu une sincère préoccupation de la part des Saoudiens à lutter contre ceux qui cherchent à propager des idéologies extrémistes. Nous reconnaissons, et désormais, les Saoudiens le reconnaissent aussi, à quel point elles sont dangereuses. Et les États-Unis et l’Arabie saoudite travaillent maintenant ensemble pour contrer ceux qui cherchent à faire progresser ces idéologies. Et nous le faisons d’une manière qui démontre la capacité de nos deux nations à coopérer, en particulier sur les questions qui sont importantes pour la sécurité nationale des citoyens de nos deux pays. »

Journaliste : « Les Saoudiens ont menacé de vendre des centaines de milliards d’actifs américains si la loi était adoptée. Est-ce que le Président va répondre à ceci ? »

Josh Earnest : « Je ne sais pas si que cette question va venir dans leurs réunions, en partie parce que je suis convaincu que les Saoudiens reconnaissent, tout autant que nous le faisons, notre intérêt commun à préserver la stabilité du système financier international. »

Journaliste : « Mais l’administration – je veux dire, quelle est la réponse à cette menace ? »

Josh Earnest : « Eh bien, encore une fois, je me sens confiant en vous disant que les Saoudiens reconnaissent l’intérêt commun que les États-Unis et l’Arabie saoudite ont à protéger la stabilité du système financier international. »

Journaliste : « L’administration ne prend pas en compte cette menace ? »

Josh Earnest : « Je pense que j’ai été assez clair en répondant à votre question. »

De 27’22 à 27’47

Journaliste : « Je souhaiterais revenir à l’Arabie saoudite. Est-ce que le Président posera son veto à la loi permettant aux proches des victimes du 11 Septembre qui poursuivraient le gouvernement saoudien ou d’autres entités étrangères qui seraient directement impliquées dans les attaques du 11 Septembre ? »

Josh Earnest : « Eh bien, Suzanne, étant donné la longue liste des préoccupations que j’ai exprimées à propos du recul de ce principe fondamental du droit international, il est difficile d’imaginer un scénario dans lequel le Président signerait le projet de loi tel qu’il est actuellement rédigé. »

Sources officielles : Maison Blanche, 11/04, Maison Blanche, 12/04, Maison Blanche, 14/04, Maison Blanche, 18/04.


« Le 18 avril 2016, Obama réagit à la polémique sur les 28 pages » (source : CBS News)

De 01’40 à 3’40

Journaliste : « Venons-en à un sujet qui est actuellement dans les nouvelles, les 28 pages du rapport sur le 11 Septembre. Les avez-vous lues ? »

Barack Obama : « Vous savez, j’ai une idée de ce qu’il y a dedans. Mais la déclassification est un processus que nous menons en général avec la communauté du renseignement et Jim Clapper, notre Directeur du renseignement national, est en train de s’en occuper pour s’assurer qu’un élément publié ne va pas compromettre un important intérêt de sécurité nationale des États-Unis.

Il y a des tonnes d’informations qui apparaissent constamment. Certaines d’entre elles sont brutes et non vérifiées. Certains d’entre elles sont… »

Journaliste : « Et certaines peuvent être dans les 28 pages…. »

Barack Obama : « Et une partie d’elles peuvent être dans les 28 pages. Je n’en sais rien. Mais le point est qu’il est important qu’il y ait un processus ordonné où nous évaluons cela, parce que ce qui peut finir par arriver est que vous déversiez sur le public tout un tas de choses dont personne ne sait à quel point elles sont crédibles, si elles ont été vérifiées ou non, et que cela finisse par créer des problèmes. »

Journaliste : « Mais le souci, c’est que cela dure depuis longtemps ! »

Barack Obama : « Eh oui. »

Journaliste : « Depuis très longtemps ! »

Barack Obama : « Ce que je reconnais, et nous espérons que ce processus va désormais aboutir assez rapidement. »

Journaliste : « Et que pensez-vous de ce projet de loi au Congrès qui va permettre aux familles de poursuivre le gouvernement saoudien [pour terrorisme] et d’autres gouvernements dans d’autres circonstances ? »

Barack Obama : « Exactement. J’y suis opposé à cause de cette deuxième partie de votre phrase, et que ce n’est pas seulement une question bilatérale États-Unis – Arabie saoudite. Cela concerne la façon générale dont les États-Unis gèrent leurs interactions avec d’autres pays. Si nous accordons la possibilité que les particuliers et les États-Unis puissent commencer à systématiquement poursuivre d’autres gouvernements, nous ouvrons alors la voie à ce que les États-Unis puissent être continuellement poursuivis par des particuliers dans d’autres pays. »


Le meilleur pour la fin :

« Après les attentats de janvier 2015, le sénateur Bob Graham avait souhaité prévenir les Français dans le Figaro, le 2 février 2015 » (source : Le Figaro)

figaro_28pages

Bob Graham : « Ce rapport montre la participation directe du gouvernement saoudien dans le financement du 11 Septembre. Nous savons au moins que plusieurs des 19 kamikazes ont reçu le soutien financier de plusieurs entités saoudiennes, y compris du gouvernement. Le fait de savoir si les autres ont été soutenus aussi par l’Arabie saoudite n’est pas clair, car cette information a été cachée au peuple américain. On nous dit que cela ne peut être fait pour des raisons de sécurité nationale, mais c’est exactement le contraire.

Publier est important précisément pour notre sécurité nationale. Les Saoudiens savent ce qu’ils ont fait, ils savent que nous savons. La vraie question est la manière dont ils interprètent notre réponse. Pour moi, nous avons montré que quoi qu’ils fassent, il y aurait impunité. Ils ont donc continué à soutenir al-Qaida, puis plus récemment dans l’appui économique et idéologique à l’État islamique.

C’est notre refus de regarder en face la vérité qui a créé la nouvelle vague d’extrémisme qui a frappé Paris. »

« Georges W. Bush annonce la fin des opérations spéciales en Irak » (source : YouTube)

De 11’45 à 12’48

Georges W. Bush : « La libération de l’Irak est une avancée cruciale dans la campagne contre le terrorisme. Nous avons supprimé un allié d’al-Qaïda et coupé une source de financement du terrorisme. Et une chose est certaine : aucun réseau terroriste n’obtiendra d’armes de destruction massive du régime irakien, parce que le régime a disparu. »

De 13’37 à 14’58

Georges W. Bush : « Notre guerre contre le terrorisme se poursuit selon les principes que j’ai clairement énoncés à tous. Toute personne impliquée dans la perpétration ou la planification d’attaques terroristes contre le peuple américain devient un ennemi de ce pays et une cible de la justice américaine. Toute personne, organisation ou gouvernement qui soutient, protège ou abrite des terroristes est complice de l’assassinat d’innocents et tout aussi coupables des crimes terroristes. Tout régime criminel qui a des liens avec des groupes terroristes et cherche ou possède des armes de destruction massive est un grave danger pour le monde civilisé et aura affaire à nous. »


« Georges W. Bush : Mission accomplished » (source : YouTube)

De 0’36 à 0’39


« John Guandolo, ancien agent du FBI ayant travaillé sur le 11-Septembre et sur des dossiers liés à al-Qaïda »

John-G

« L’ambassadeur saoudien Bandar finança deux des pirates de l’air du 11 Septembre à travers un tiers. Il devrait être traité comme un suspect terroriste, tout comme le devraient être d’autres membres de l’élite saoudienne, dont le gouvernement américain sait qu’ils financent actuellement le jihad mondial. »


« Le 13 septembre 2001, le Prince Bandar est reçu sur le balcon Truman de la Maison-Blanche par George W. Bush, Dick Cheney et Condoleezza Rice – probablement pour aider des Saoudiens à fuir les États-Unis… »

a772_bandar_bush_cheney_2050081722-8697


« Farenheit 911 »

De 20’05 à 20’38
De 21’05 à 21’29
De 22’53 à 23’00


« Le danger, ce n’est pas ce qu’on ignore, c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas. » [Mark Twain]

« Tout chef sera un détestable tyran si on le laisse faire. » [Émile-Auguste Chartier dit Alain].

« On avait parfaitement compris, longtemps avant George Orwell, qu’il fallait réprimer la mémoire. Et pas seulement la mémoire, mais aussi la conscience de ce qui se passe sous nos yeux, car, si la population comprend ce qu’on est en train de faire en son nom, il est probable qu’elle ne le permettra pas. C’est la raison principale de la propagande. » [Noam Chomsky]

45 réponses à [28 pages] 3e vidéo : Les réactions politiques aux révélations de 60 Minutes

Commentaires recommandés

DUGUESCLIN Le 02 mai 2016 à 04h39

L’immunité souveraine comme principe incontournable est valable pour l’Arabie Saoudite, mais ne l’a pas été pour l’Irak et la Libye et ne l’est pas pour la Syrie.
Les princes non élus bénéficient de l’immunité souveraine, les présidents élus n’en bénéficient pas.

  1. DUGUESCLIN Le 02 mai 2016 à 04h39
    Afficher/Masquer

    L’immunité souveraine comme principe incontournable est valable pour l’Arabie Saoudite, mais ne l’a pas été pour l’Irak et la Libye et ne l’est pas pour la Syrie.
    Les princes non élus bénéficient de l’immunité souveraine, les présidents élus n’en bénéficient pas.


  2. PatrickLuder Le 02 mai 2016 à 04h48
    Afficher/Masquer

    … et d’après vous, qui finance l’Arabie Saoudite au travers de l’or noir, hein ???


    • jacquart&jacaton Le 02 mai 2016 à 05h19
      Afficher/Masquer

      Je crains que cela ne dépasse et de très loin, l’Arabie Saoudite et son financement…


    • Bruno Le 02 mai 2016 à 08h55
      Afficher/Masquer

      “Qui finance l’Arabie Saoudite au travers de l’or noir” ?

      Reponse : Vous-même, nous-même en faisant notre plein d’essence ou en allant passer notre petit week-end « sacré » au Maroc.

      Cela tombe bien, puisque notre hypocrisie sans limite nous pousse par ailleurs a parfaitement accepter les pollutions chez les autres et surtout pas chez nous.

      Tout est entierement de notre faute et il ne tient qu’a nous de changer cela.


  3. Louis Robert Le 02 mai 2016 à 06h40
    Afficher/Masquer

    “Regardez-vous, commandants. Vous n’êtes pas ce que vous pensez que vous êtes et je le sais.”

    (Lettre attribuée au Colonel Ted Westhusing, éthicien à Westpoint, volontaire en Irak; s’y serait suicidé – officiel –, y fut assassiné — présumé)

    http://w41k.com/16346


  4. Fabrice Le 02 mai 2016 à 06h47
    Afficher/Masquer

    Au Final si on regarde Les saoudiens financent les terroristes qui provoquent les attentats du 11 septembre pas de réaction, les financiers provoquent la crise économique de 2008 pas de réaction.
    Les gaz de schiste provoquent des pollutions et des tremblement de terre dans toutes les zones d’exploitations pas de réaction.

    Au final je me demande si les USA et les gouvernements qui les suivent aveuglément ne sont pas autodestructeur, ou masochistes pour une récompense (le pétrole pour deux des cas cités, et l’argent) sont prêt à prêt à subir les pires avanies.


  5. Bigtof Le 02 mai 2016 à 07h11
    Afficher/Masquer

    Dans un document du département d’État US des années 90, une carte du moyen orient redêcoupé montrait la future partition des pays de la zone.
    Outre le khalifat occupant la zone qu Daesh a essayé de s’attribuer avec l’aide évidente des USA et de ses alliés, l’Arabie Saoudite, dans ce document, est coupé en deux ou trois parties : d’un côté, la Mecque et le reste du pays, et de l’autre la partie qui possède tous les champs pétrolifères donnant sur la mer rouge.
    Cette campagne anti Saoud peut être un parfait prélude à une crise qui précipiterait la partition de l’Arabie Saoudite et la récupération des puits par les Majors US.
    Bref, tout se déroulerait “selon le plan”…


    • gracques Le 02 mai 2016 à 09h26
      Afficher/Masquer

      Ben …. pourquoi ne pas avoir commencé en 2001 alors ?
      pourquoi mettre la pression maintenant, 15 ans après et pas faire éclater le scandale et invoquer la légitime défense en 2001 ?


      • Chris Le 02 mai 2016 à 12h44
        Afficher/Masquer

        Je suppose qu’en 2001, les majors n’avaient pas encore maitrisé les techniques de fracking ? et/ou que comparé au brut saoudien/OPEP, l’exploitation n’étant pas assez rentable ?


  6. Ailleret Le 02 mai 2016 à 07h31
    Afficher/Masquer

    « Vous savez, j’ai une idée de ce qu’il y a dedans. […] Et une partie [de ces informations] peuvent être dans les 28 pages. Je n’en sais rien. »

    Signé : Barack Obama, président de « la plus grande démocratie du monde ».

    La patience de ce maître du monde ne va quand même pas jusqu’à lire 28 pages. D’où le désarroi de son porte-parole, Josh Earnest : « Je ne peux pas vous dire si le Président a ou n’a pas lu ces 28 pages ».
    Pfff, lire 28 pages, quelle corvée, quand on est un président aussi cool…

    Et quel complotiste, ce Bob Graham, ex-gouverneur de Floride, ex-président de la Commission sénatoriale sur le Renseignement et ex-président de la Commission parlementaire sur le 11 Septembre… Chez nous, il aurait été interdit d’antenne.


    • Amsterdammer Le 04 mai 2016 à 19h27
      Afficher/Masquer

      Ah non, la plus grande démocratie du monde, en population, c’est l’Inde.

      En superficie, c’est le Canada.

      Par contre, les USA sont clairement la ‘démocratie’ la plus violente du monde, en interne comme en externe.


  7. mathieu Le 02 mai 2016 à 08h54
    Afficher/Masquer

    On parle des saoudiens mais on oubli leurs soutient, qu’ils soient politiques ou économiques. Les bush, cheney, rumsfeld and co ne devraient-ils pas être eux-aussi jugés pour haute-trahison? Après tout, dans un vrai régime démocratique, le peuple pourrait révoquer et traduire en justice ses représentants. chuuuut!!! puisqu’on vous dit que les etats-unis sont la plus grande démocratie du monde!!


  8. Eric83 Le 02 mai 2016 à 09h06
    Afficher/Masquer

    Sidération me semble le terme le plus approprié pour décrire ce que je ressens en écoutant Obama – relayé par son pitoyable porte-voix.

    Est-ce un cauchemar ou est-ce la réalité ? Suis-je bien en train d’écouter le président des Etats-Unis qui laisse entendre au peuple américain qu’il n’a pas lu 28 pages d’un rapport déterminant – et pas seulement pour les blessés et les familles des victimes – sur les attentats du 11/9 qui ont fait près de 3 000 morts ?

    Manifestement, cette négligence et cette désinvolture face à des événements qui ont eu des répercussions catastrophiques pour des millions de personnes dans le monde, doivent être beaucoup, beaucoup moins grave qu’un président qui a des relations sexuelles avec une stagiaire, puisqu’aucune procédure de destitution n’a été engagée contre Obama.


    • gracques Le 02 mai 2016 à 09h33
      Afficher/Masquer

      Oui mais si j’en crois nos journaux télévisés d’hier ou avant hier , nous avons eu un très intéressant reportage sur l’humour absolument irrésistible d’Obama lors dd ses interventions publiques…. de bien belles images….


    • Pascalcs Le 03 mai 2016 à 02h39
      Afficher/Masquer

      Vous ne pouvez pas croire une seule seconde qu’Obama ne connaisse pas le moindre détail des 28 pages…bien sûr qu’il les connaît. Toute cette discussion est du théâtre de kabuki.


  9. Téji Le 02 mai 2016 à 09h17
    Afficher/Masquer

    “Si nous accordons la possibilité que les particuliers et les États-Unis puissent commencer à systématiquement poursuivre d’autres gouvernements, nous ouvrons alors la voie à ce que les États-Unis puissent être continuellement poursuivis par des particuliers dans d’autres pays.”
    Barack Obama
    Il est sans doute très conscient des risques que ces particuliers pourraient faire courir aux USA et leurs représentants…
    Il a tout dit en 1 phrase !


    • dgrfv Le 02 mai 2016 à 09h59
      Afficher/Masquer

      En fait je ne comprend pas cette phrase. Les fond vautours ont porté plainte avec succès contre l’état souverain d’Argentine devant des tribunaux étatsuniens (qui se sont déclarés compétents).

      Double standard ?


      • Chris Le 02 mai 2016 à 13h02
        Afficher/Masquer

        Initialement, les Argentins ont fait la monumentale erreur de choisir les USA comme for juridique pour leur bonds/obligations… d’où la suite.


      • tepavac Le 02 mai 2016 à 17h38
        Afficher/Masquer

        “Double standard” , non!
        simplement une “compétition” naturelle entre les intérêts individuels et ceux de la collectivité.
        est-ce la logique des uns contre celle des autres ?;
        même pas, puisque ce “conflit” est inhérent aux individus eux-mêmes et ce dans presque la totalité du règne animal faisant partie de la catégorie à reproduction “sexuée”.

        Ne pas comprendre la différence fondamentale entre l’individu et le Citoyen, c’est s’ignorer soit même.
        Ne pas rechercher de solution entre les intérêts personnel et ceux de la collectivité, c’est aboutir fatalement à un conflit majeur.
        C’est ce qui arrive actuellement, au “nom des Droits de l’Homme on massacre allègrement les Droits du Citoyen.


  10. Eric83 Le 02 mai 2016 à 09h24
    Afficher/Masquer

    Fable est le terme qui me vient à l’esprit en écoutant Obama et son porte-voix au sujet du risque que des citoyens et des gouvernements étrangers puissent attaquer le gouvernement US si les US autorisaient les citoyens américains à ester en justice contre le gouvernement saoudien.

    Il nous est dit qu’aujourd’hui, la loi américaine protège le gouvernement saoudien comme tout autre gouvernement étranger de procédures en justice. Tous les pays au monde ont-ils adopté cette loi américaine ? Si tel n’est pas le cas, des gouvernements étrangers peuvent donc déjà intenter des procédures contre le gouvernement US.

    Lorsque les US décrètent unilatéralement – suivis très vites par les vassaux occidentaux – des embargos contre des Etats comme la Syrie, l’Iran, la Russie, sans que ces pays commettent d’attentat aux US, pourquoi les citoyens et les gouvernements de ces Etats n’auraient-ils pas le droit d’intenter des procédures contre le gouvernement US ?

    Lorsque les US “gèlent” des avoirs d’Etats étrangers – Iran et Russie dernièrement – sous des prétextes fallacieux-, ne s’agit-il pas de procédures contre des Etats étrangers et donc contre les peuples étrangers ? La loi américaine sur l’impunité des Etats serait elle à géométrie variable ?


  11. gracques Le 02 mai 2016 à 09h30
    Afficher/Masquer

    Et les 13 millions de saoudiens encore plus stupides que l’américain moyen sont envoyés ad patres pour la faute de leur gouvernants …. sans parler du coup de la nervosité naissante en Chine ou Russie parés un tel tapage à leur porte ….. sans dec ?


  12. gracques Le 02 mai 2016 à 09h37
    Afficher/Masquer

    Justement , seuls les états peuvent reprocher aux autres États leurs comportement souverains c’est un principe quasi universel de droit international .
    Cette loi irai à l’encontre de ces principes et surtout pour ait permettre à des intérêts privés d’aller à l’encontre de politiques publiques étrangères parfaitement légitimes. …
    Ceci étant très comique quand même que ce mécanisme soit rejeté par le gouvernement US en matière de politique et envisage en matière économique à travers le tafta.


    • tepavac Le 02 mai 2016 à 18h26
      Afficher/Masquer

      effectivement, c’est le coté schizophrénique qui apparait au final du premier mensonge;

      déguiser des prédations en des interventions “humanitaires”

      Alors à trop vouloir justifier une guerre au nom des Libertés individuelles, ils finissent par se perdre dans le développement de leurs contradictions.

      Mais bon, temps et tant que certains doutent du sort, que certains autres réservent à notre planète, au demeurant, la seule que nous ayons…


  13. Eric83 Le 02 mai 2016 à 09h47
    Afficher/Masquer

    Le patron de la CIA opposé à la déclassification du rapport de 28 pages. What a surprise !

    https://fr.sputniknews.com/international/201605021024678721-11-septembre-desclassifaction-secret/


    • step Le 02 mai 2016 à 14h26
      Afficher/Masquer

      y a un autre rapport sur un certain assassinat qu’on attend depuis plus longtemps. Ah dallas et ses bibliothèques, ses pentes herbeuses…


  14. Furax Le 02 mai 2016 à 10h35
    Afficher/Masquer

    A votre place, j’aurais une appréciation beaucoup plus pessimiste de la manoeuvre. Lindsay Graham, comme d’ailleurs son camarade John Mac Cain, fait partie des prétendus républicains modérés qui sont en fait des néocons bellicistes.

    Le fait que Graham soit à la manoeuvre, avec des 28 pages papers où il ne serait question, comme par hasard, que des responsabilités au sein de la diplomatie et de l’appareil d’Etat saoudiens, sans que soient identifiés les acteurs et responsables américains, me paraît assez suspect.


    • Alae Le 02 mai 2016 à 11h11
      Afficher/Masquer

      Furax, le Graham des 28 pages s’appelle Bob et est un ancien sénateur démocrate.
      Ce n’est pas le républicain néocon Lindsay Graham.

      Le Lindsay Graham à qui vous vous référez s’oppose à la déclassification, comme tous les néocons.
      https://twitter.com/28pages/status/627535639265673216


      • Furax Le 02 mai 2016 à 13h14
        Afficher/Masquer

        Au temps pour moi !

        reste le caractère plus que douteux de pages qui ne ciblent que les saoudiens.


    • Olivier Berruyer Le 02 mai 2016 à 13h30
      Afficher/Masquer

      le souci, c’est surtout quand on confond l’ancien sénateur de Floride Bob Graham, démocrate, candidat à la primaire démocrate de 2004

      https://en.wikipedia.org/wiki/Bob_Graham

      avec lindsey graham, actuel sénateur républicain de Caroline du sud, candidat à la primaire républicaine de 2016

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Lindsey_Graham

      sans rancune, hein… 😉


  15. Owen Le 02 mai 2016 à 13h16
    Afficher/Masquer

    Une bonne méthode de questionnement parmi ces journalistes devant le porte-parole du gouvernement, (et déjà vue ailleurs, notamment au Pentagone). Ne jamais accuser, jamais suggérer, ni même dénoncer. Demander ce qui a été fait ou pas fait et pourquoi. Puis dans cette conférence de presse, pourquoi cela n’a pas été fait. Puis qu’est-ce qu’il faut faire pour que. Puis pourquoi vous ne l’avez pas fait alors que vous aviez dit…

    Autrement plus inextricable que la question qui accuse à laquelle on peut répondre “vous rapportez une version, voici la mienne” et noyer le sujet, au pire dans une polémique.

    Si le gouvernement finit par avouer la responsabilité Saoudienne de l’attentat, la suite viendra logiquement: “Alors pourquoi les US ont attaqué l’Irak si les terroristes ont été soutenus par l’Arabie Saoudite”.

    Et là ça va commencer à brûler dans la maison Bush. Puis dans celle d’Obama qui a menti au américains pour soutenir les intérêts du prédécesseur.


    • Benjamin Le 02 mai 2016 à 13h36
      Afficher/Masquer

      L’Irak n’a pas été attaquée en 2003 pour répondre aux attaques du 11 septembre, qui pour moi a plus été un événement permettant de plonger le peuple américain dans la peur et de faire passer leurs lois liberticides ainsi que de les préparer psychologiquement aux futurs guerres qu’ils allaient mener au moyen orient afin de faire passer la pillule à leurs citoyens. Rappelez vous à l’annonce de la mort de Ben Laden : https://www.youtube.com/watch?v=x7_picOHSjk

      L’irak a été attaqué via le casus belli qui est la fabrication de fausses preuves de la présence d’armes chimiques et de destruction massive.


      • Owen Le 02 mai 2016 à 14h45
        Afficher/Masquer

        Les fausses photos des armes de destruction massives et la fiole de Powells ont été présentées à l’ONU. Mensonges utilisés pour convaincre et mouiller les pays attaquants dans une coalition.

        Pour le peuple américain, il s’agissait de lier la destruction des tours à l’Irak accusée d’être un nid à terroristes, en l’occurrence à Al Qaida qui a mis en œuvre l’attentat. Voyez la première vidéo de cet article à 18:00. Revoyez Fahrenheit 9/11 et l’incessante répétition des discours contre l’Irak et la demande aux services internes d’argumenter l’Irak comme agresseur.

        Après, c’est une question de méthode. On a affaire, ici, à des journalistes et des enquêteurs comme Bob Graham qui demandent aux autorités de justifier ce qu’ils ont fait. C’est une chose que d’affirmer que le gouvernement Bush a laissé faire l’attaque des tours ou a agressé l’Irak pour des raisons fallacieuses, c’en est une autre de coincer les autorités pour qu’elles le disent elles-mêmes au peuple américain et au monde.


  16. vincent Le 02 mai 2016 à 14h44
    Afficher/Masquer

    Il y a un petit aspect complexe d’Oedipe quand on voit Bush faire son discours. Je pense à la scène où Oedipe condamne le coupable inconnu du meurtre de Laios, à travers un discours fort et répressif, “il ne devra être reçut nulle part, chasser de toute les villes, et répondre de ses crimes”

    Oedipiens dans le sens où Oedipe se condamne lui même, et Bush condamne lui même son administration complice tout en faisant l’ignorant.

    Rappelez moi, c’est le Dalaï Lama qu’on a invité pour son anniversaire la dernière fois, y a pas un soucis d’ordre moral? A moins que le Dalaï Lama tant chéri dans nos contrées, ne soit pas vraiment celui qu’il prétend être.


  17. fouineur Le 02 mai 2016 à 17h43
    Afficher/Masquer

    On nous prépare la prochaine guerre visant la Full Spectrum Dominance, qui passe par le remodelage du grand moyen orient. Il n’est pas nouveau que l’Empire (hé oui, nous faisons bien partie d’un empire, et en tant que Gaulois ce n’est pas la 1ère fois), finisse par lâcher les marionnettes qu’il a mises en œuvre et se retourne contre elles. Le cas de Saddam Hussein qui a commencé comme homme de main de la CIA, est édifiant sur ce point (homme de main de la tentative d’assassinat de Qasim en 1959 et coup d’état de 1963 avec l’aide de la CIA aboutissant à l’arrivée au pouvoir du parti Baas).


    • Pierre Le 02 mai 2016 à 23h19
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord avec vous. Les pays d’Europe, en particulier ceux de l’est qui accueillent les forces de l’OTAN à bras ouverts feraient bien de s’en inspirer, et l’Europe de l’ouest également, car nous serons proches du théâtre des opérations en cas de conflit ouvert USA/Russie (ce qui n’est malheureusement pas à exclure). La Finlande a fait preuve d’intelligence diplomatique à ce sujet: http://reseauinternational.net/la-finlande-prefere-lamitie-avec-la-russie-a-ladhesion-a-lotan/


  18. fanfan Le 02 mai 2016 à 18h10
    Afficher/Masquer

    Hors sujet : diffusion par Greenpeace de documents confidentiels sur le traité de libre-échange transatlantique (TAFTA) téléchargeables ici : http://ttip-leaks.org/


  19. LA ROQUE Le 02 mai 2016 à 20h50
    Afficher/Masquer

    Le livre “la face cachée du 11 septembre ” de Eric Laurent met en lumières toutes les bizarreries de
    l ‘évènement . Et son livre et sortie en 2004 !
    Et tout n ‘est pas encore dit dans les médias Américains, il suffit de se procurer le livre pour en savoir plus.


  20. Jonas061 Le 02 mai 2016 à 21h44
    Afficher/Masquer

    Les graves lacunes des services de sécurité (CIA, FBI, FAA, NEADS, NORAD,…) ont déjà largement été démontrées par le rapport de la Commission d’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001. Cela n’a pourtant entraîné aucune sanction ni excuse publique de la part des responsables concernés.
    Comble du comble, certains ont même été montés en grade à la suite des évènements. Souvenez-vous par exemple que Condoleeza Rice, qui était conseillère à la Sécurité Nationale de Bush en 2001, a été promue au poste de Secrétaire d’Etat en 2004.
    Certains hauts représentants de l’armée américaine, qui étaient en poste le 11 septembre, ont également été promus en dépit de la négligence ou de l’incompétence dont ils ont fait preuve ce jour là (voir par exemple le Vice-Amiral Charles Leidig ou encore le Chef d’Etat-Major Richard Myers).
    Tout ça pour dire qu’il y a peu de chance pour que le gouvernement des Etats-Unis accepte de reconnaître sa part de responsabilité dans cette affaire…
    Pour le reste, j’ai bien peur qu’il en soit de ces fameuses révélations sur l’existence d’une éventuelle complicité saoudienne comme pour les nombreux indices qui, peu après les attentats, indiquaient très clairement l’existence de délits d’initiés sur les actions d’United Airlines: tout cela finira par faire l’objet d’un non-lieu où d’un pseudo rapport d’enquête destiné à étouffer l’affaire sans faire de vague…


  21. Alabama Le 02 mai 2016 à 21h57
    Afficher/Masquer

    Cela fait longtemps que je m’interroge pourquoi aucun pays, ni organisation international n’a pas fait la démarche dans le sens de poursuivre en justice Bush pour l’intervention sans preuves en Irak… La réponse etait que personne n’ose le faire avec ” la puissance mondiale”…. Sauf que au vue de cette article la Puissance Mondiale est plutôt L’Arabie Saoudite!!!! C’est elle qui dicte la conduite à tenir. J’ai envie d’ajouter: Les américains ont le president qu’ils méritent, (tout comme nous). C’est au peuple de rappeler qu’il y a des devoirs vis à vis d’eux… Pour cela il existe la Constitution. Sinon s’est du papier toilette…


    • Pascalcs Le 03 mai 2016 à 02h47
      Afficher/Masquer

      La Malaisie l’a fait. W et l’abominable Cheney ne peuvent pas y poser les oies sans risque d’être arrêtés et inculpés pour crimes de guerre.


      • Alabama Le 03 mai 2016 à 08h06
        Afficher/Masquer

        J’ai appris quelque chose, merci. Je remarque tout de même qu’il s’agit pas de pays ” Occidentale” Suffit il d’un seul pays pour assurer la paix dans le monde? Mais les bien pensant démocrates me dirons ” on est trop nombreux sur terre il faut des guerres”… Sauf que jouer à ce jeu nous reviendra à la figure un jour avec une violence inouïe… Je crois toujours au retour de bâton.


  22. Alabama Le 03 mai 2016 à 08h56
    Afficher/Masquer

    Poursuivre L’Arabie Saoudite pour le gouvernement américain est de signé l’arrêt de mort à la puissance de Dollars( pétro-dollar )Êt non seulement pour eux… mais tous ceux qui ont choisi le dollars comme monnaie “Sur” Cependant les États-Unis perdent l’image de puissance Démocratique … leur seul joker est de juger Bush pour intervention en Irak sans preuves ( pas besoin de relever les 28 pages pour cela)… Mais ils sont tellement cons qu’ils y pensent même pas. La guère de communication va être dure à gagner pour eux. J’ajoute que je comprend la haine qu’ils gardent pour le pétrole russe et la politique des russes de ne pas vouloir entrer dans leur jeu.


  23. Alexk Le 03 mai 2016 à 15h22
    Afficher/Masquer

    L’immunité juridictionelle des états se base sur le droit coutumier, une tentative de codifier celà à été faite par les nations unies mais cette convention n’a pas été ratifiée par suffisament de pays pour être effective. Les tribunaux s’y refèrent toutefois comme un texte reprenant l’état du droit coutumier internationnal sur la’question.
    Le texte est disponible ici en francais
    http://treaties.un.org/doc/source/RecentTexts/French_3_13.pdf


Charte de modérations des commentaires