1ère partie de la longue vidéo que nous avons réalisée pour le blog, et qui présente les fameuses 28 pages – enfin, fameuses aux États-Unis, car en France, vu nos médias…

Vous aurez demain l’émission 60 Minutes, que des millions d’Américains ont vue…

I. La 1ère Vidéo

(La même sur un autre site si vous avez un souci de lecture…)

===========================================================

II. Le script de la vidéo

Voici le script de la vidéo précédente, pour disposer des sources facilement.

1/ Prologue

Le 11 Septembre 2001, 3000 personnes décèdent suite aux attentats-suicides qui se produisent en plein New-York.

h.sharifi20130426040031680

Drew-10_a_206006b


« 11 Septembre 2001 : Discours de George W. Bush » (source : INA)

De 0’47 à 1’06

George W. Bush : « Les recherches sont en cours afin d’identifier ceux qui sont derrière cet Axe du Mal. J’ai demandé à toutes nos ressources de renseignement et de police de trouver les responsables et de les traduire en Justice. Nous ne ferons aucune distinction entre les terroristes qui ont commis ces faits et ceux qui les ont protégés. »


« 21 Septembre 2001 : Discours de George W. Bush » (source : YouTube)

De 0’36 à 0’50

George W. Bush : « Notre peine s’est transformée en colère, et notre colère en détermination. Que nous livrions nos ennemis à la Justice, ou que nous fassions Justice nous-mêmes, Justice sera faite. »


« Richard Clarke témoigne de la réaction du gouvernement le 12 septembre 2001. » (source : Viméo)

Richard Clarke a été le Coordinateur national pour la sécurité et le contre-terrorisme aux États-Unis de 1998 à 2003, dans les gouvernements Clinton et Bush.

De 41’49 à 42’56


« 22 juillet 2004 : Rapport officiel de la Commission du 11 Septembre »

« Il ne semble pas qu’un gouvernement autre que celui des Talibans ait soutenu Al-Qaïda financièrement avant le 11 septembre, même si des sympathisants au sein de certains gouvernements ont pu fermer les yeux sur les activités de collecte de fonds d’Al-Qaïda

L’Arabie saoudite a longtemps été considéré comme la source principale de financement d’Al-Qaïda, mais nous n’avons trouvé aucune preuve que le gouvernement saoudien en tant qu’institution, ou de hauts responsables saoudiens aient financé individuellement l’organisation. »
et

« À ce jour, le gouvernement américain n’a pas été capable de déterminer l’origine de l’argent utilisé pour commettre les attentats du 11 septembre. Mais en définitive, c’est un point qui a une faible importance pratique…. »

Ensuite :

« Ce rapport a fait l’objet de très fortes controverses dès le début, l’Administration Bush refusant de témoigner sous serment, et le public critiquant des nominations comportant de nombreux conflits d’intérêt. Beaucoup d’associations de familles des victimes ne furent pas satisfaites des conclusions. »

911Commissioners

« Cette commission n’eut qu’un budget initial de 3 millions de dollars, finalement porté tardivement à 14 millions.

À titre de comparaison, les enquêtes sur les explosions des navettes Challenger (1986) et Columbia (2004) bénéficièrent d’un budget de 75 et 50 millions de dollars, et 40 millions de dollars furent alloués à l’enquête sur l’affaire Clinton-Lewinsky.

La Maison Blanche voulait imposer un délai de 12 mois pour que la Commission finalise son enquête. Le temps imparti fut en définitive porté à 16 mois. »


« En 2006, Le vice-Président de la Commission d’enquête sur le 11/09, Lee Hamilton, se plaignit des conditions de leur enquête (source : Xenomorph)

Première moitié de la vidéo

Lee Hamilton : « Plusieurs éléments nous laissent penser que nous avons été créés pour échouer. Nous avons eu très peu de temps – et ce malgré la prolongation obtenue. Nous n’avons pas eu assez d’argent… […] Ils avaient peur qu’on pende quelqu’un, qu’on le montre du doigt… »

Dans la même interview

Lee Hamilton : « Il y avait beaucoup de sceptiques à ce moment-là, qui ne voulaient pas que la commission se crée. Les politiques n’aiment pas que quelqu’un examine le passé pour voir s’ils ont commis des erreurs. […] Beaucoup de personnes se sont fortement opposées à ce que nous faisions. Nous avons eu beaucoup de difficultés à accéder aux documents et aux personnes. Nous connaissions l’histoire des commissions ; personne n’y a prêté beaucoup d’attention. Il y avait donc toutes sortes de raisons de penser que nous avions été mis en place pour échouer. »


« Bush et la coopération avec la Commission 911 » (source : Viméo)

De 36’52 à 37’03

George W. Bush : « Nous avons apporté toute notre coopération aux Présidents Kean et Hamilton ».

Thomas Kean : « Nous avons réclamé des documents que nous n’avons pas obtenus. Et maintenant, c’est trop tard. ».


« Cependant, dès 2002, un Rapport parlementaire américain sur l’activité des services de renseignement en lien avec les attaques du 11 septembre fut publié.

report_png

« Mais, l’administration Bush décida d’en censurer 28 pages qui traitaient du financement et de l’aide aux terroristes. »

report_classified

« Bien que 46 Sénateurs sur 100 (dont Hillary Clinton et John Kerry) aient demandé la déclassification en 2003, l’administration Bush refusa.

Les langues se délièrent donc peu à peu… »

2/ Les témoignages

1. Stephen Lynch, député démocrate du Massachusetts, 10 septembre 2015 (source : 28Pages.org)

De 1’54 à 2’17

« Ces pages donnent les noms de personnes et d’organismes qui, je crois, ont été complices des attaques du 11 septembre. Ils ont été les animateurs de ces attaques. Ils sont clairement identifiés… Comment ces gens ont été financés, où ils ont été logés, d’où venait l’argent, les filières utilisées et les connexions entre certains de ces individus.

2. Thomas Massie, député Républicain du Kentucky, 12 mars 2014 (source : 28Pages.org)

« Les familles méritent de connaitre cette information. Cela fait une décennie – plus d’une décennie en fait, 13 ans – que cet événement est arrivé, et nous avons eu un récit, une narrative, dans les médias et dans la presse, et donc dans la conscience collective américaine, de ce qui est arrivé ce jour-là. Mais je ne pense pas que nous soyons pleinement informés, et nous ne serons pas pleinement informés avant que tout le monde ne puisse lire ces 28 pages. »

« En écho aux propos du député Lynch, sachez que si je suis là pour les familles, je suis aussi là pour le futur de notre pays : nous devons décider comment empêcher qu’un autre événement du type 11 septembre ne se reproduise. Tant que vous n’aurez pas eu l’image complète de ce qui est réellement arrivé, avec la vision des services de renseignement, comment pouvez-vous participer à ce débat ? Comment pouvons-nous savoir que ce que nous faisons va bien empêcher qu’un autre 11 septembre ne se produise ? Et comment pouvons-nous savoir que des actions que, peut-être, nous aurions réalisées différemment, pourraient être des réactions excessives ? »

« Mais je veux aussi parler de l’expérience de se retrouver dans ce souterrain et de lire ces 28 pages. Cela se passe dans une pièce insonorisée, où vous êtes escorté dedans, où vous êtes escorté dehors, et où il est interdit de prendre des notes. Mais c’est vraiment quelque chose, c’est un vrai choc quand vous les lisez. Quand je les ai lues, et nous avons tous eu notre propre expérience, j’ai dû m’arrêter toutes les deux pages afin de simplement absorber, et essayer de réorganiser ma compréhension de l’histoire des 13 dernières années et des années qui ont mené à cela. Ceci vous oblige à tout repenser. Et donc, je pense que l’ensemble du pays doit passer par là ; cela va être difficile et cela pourrait être gênant, mais cela ne justifie pas de cacher la vérité au peuple américain. »

« Je veux en finir avec deux appels : je veux dire à tous les membres du Congrès qui n’ont pas lu ces 28 pages, qui ont la capacité d’aller lire ces 28 pages, de le faire pour vos électeurs. Il y a 435 circonscriptions dans ce pays ; chaque membre du Congrès a besoin de voir ces 28 pages. Puis, je les encourage à soutenir la proposition de loi de dé-classification des députés Jones et Lynch, comme je l’ai fait. »

« Et enfin, le dernier appel que je veux lancer, est à destination de ceux qui refusent de rendre publics ces documents : vous devez tenir votre propre conférence de presse, vous devez répondre aux questions, et expliquer pourquoi vous voulez garder ces 28 pages secrètes. À mon avis, aussi choquantes que soient ces 28 pages, et bien qu’elles aient notablement modifié ma compréhension de ce qui est arrivé, je ne pense pas que ce serait nuire à notre sécurité nationale que de les rendre publiques ; cela donnerait également aux familles les réponses qu’elles méritent. »

3. Walter Jones, député Républicain du Kentucky, 12 mars 2014 (source : Peter Boyles)

De 10’46 à 11’00

« Je confirme [les propos du député Massie]. Il y avait 28 pages, et il m’a probablement fallu une bonne heure et demie pour les lire, parce que j’ai dû en relire certaines parties que je n’arrivais pas à croire. »

4. Walter Jones, député Républicain de la Caroline du Nord, 12 septembre 2013 (source : International Business Times)

« J’ai été absolument choqué par ce que j’ai lu. Ce qui était surprenant c’est que ceux à qui nous pensions pouvoir faire confiance m’ont vraiment déçu. Cela n’a rien à voir avec la sécurité nationale en soi ; il s’agit plus de relations internationales. L’information est essentielle à l’amélioration de notre politique étrangère et devrait donc être disponible pour le peuple américain.

Si les pirates de l’air du 11 Septembre ont reçu une aide extérieure – en particulier d’un ou plusieurs gouvernements étrangers – la presse et le public ont le droit de savoir ce que notre gouvernement a fait ou n’a pas fait pour traduire les responsables en justice. »

5. John F. Lehman, ancien ministre de la Marine, ancien membre de la Commission d’enquête sur le 11 septembre, Témoignage sous serment, 2013

De 0’42 à 1’40

« J’ai personnellement lu les 28 pages classifiées… À mon avis, en aucun cas la publication de ces pages ne mettrait en jeu ni ne nuirait à nos intérêts de sécurité nationale. Au contraire, je crois que la divulgation de ces 28 pages du rapport d’enquête conjoint aiderait grandement les décideurs et le public à mieux comprendre un grand nombre des menaces auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui. »

6. Rick Nolan, député Démocrate du Minnesota, 14 avril 2016 (source : MPR News)

Journaliste : « Pourquoi ce document a-t-il été classé secret quand le rapport sur le 11 Septembre du Comité du renseignement du Congrès a été publié en 2002 ? »

Rick Nolan : « Eh bien c’est la grande question. Et honnêtement, j’estime que cela n’a rien à voir avec la sécurité nationale, mais plutôt avec le fait que cela aurait embarrassé beaucoup de personnes. Très franchement, j’ai d’abord été alerté de ce sujet par des électeurs de ma circonscription, qui l’avaient appris par Internet. Et comme je ne fais pas une confiance aveugle à Internet, j’ai décidé d’enquêter par moi-même.

Et j’ai appris que l’ensemble des 28 pages avaient été classifiées, et qu’elles détaillent qui a en réalité financé les attaques du World Trade Center et du Pentagone, et qui est responsable du financement des attaquants. J’ai en conséquence entamé le processus pour pouvoir obtenir l’autorisation de lire ces 28 pages. Et la lecture en a vraiment été dérangeante. »

De 1’56 à 3’11

« Je peux dire qu’il y a une description très détaillée de qui a financé la plupart des attaquants – et vous savez que 15 des 19 pilotes étaient saoudiens, c’est public –, et les informations dans ces 28 pages sont assez détaillées : qui leur a fourni l’argent, ce qu’étaient ces comptes, quelles quantités d’argent, qui en étaient les bénéficiaires…

Ce ne sont pas des hypothèses. Je peux confirmer qu’il n’y a aucun doute que la rhétorique qui a précédé l’attaque américaine et la guerre contre l’Irak était terriblement fausse. Le peuple américain a le droit de savoir ceci, qui pose de sérieuses questions sur la guerre et la paix, sur ce qui a couté des milliers de milliards de dollars, qui a mis en jeu la vie de soldats américains et de patriotes, c’est sérieux.

Le peuple américain ne peut pas décider ce qui est juste ou non, si on ne lui dit pas toute la vérité… »

7. Byron Dorgan, ancien sénateur démocrate du Dakota du Nord, 12 avril 2016 (source : KF Go)

De 2’08 à 2’31

« J’ai lu les 28 pages et j’ai quitté la pièce. Ces 28 pages sont vraiment très importantes pour que les Américains puissent comprendre et savoir exactement ce qui s’est passé le 11 Septembre, et qui est responsable, qui a aidé à financer, etc. Il est donc très important de publier enfin ces pages. »

De 2’41 à 3’12

Journaliste : « Pourquoi le peuple américain est-il laissé dans le noir ? Ne devrions pas avoir le droit de savoir ce qu’il y a dans ces 28 pages, afin de savoir ce qu’il s’est vraiment passé. »

Byron Dorgan : « Sans ces informations, le peuple américain ne dispose pas de toute l’histoire. Il a un rapport de la commission d’enquête sur le 11 Septembre, sur ce qui s‘est passé, mais le peuple américain n’a pas toute l’Histoire, car ces 28 pages sont classées secrètes. »

De 5’10 à 5’39

Byron Dorgan : « Rappelez-vous du film Jerry Maguire : « Suivez l’argent ». Voilà ce que fait ce rapport. En fin de compte, qui a financé, qui a aidé, qui a organisé, qui était impliqué, à quel niveau ? Mais cette partie du rapport a été rendu secret, ce qui fait que le peuple américain ne peut pas le voir. C’est dommage, car je pense que la transparence est toujours la meilleure politique… »

De 8’51 à 9’12

Byron Dorgan : « Il y a beaucoup de mystification. Cela a été classifié délibérément par ceux qui pensaient qu’il y aurait des dommages, d’une manière ou d‘une autre, si le peuple américain voyait ces 28 pages. C’est absurde. Il n’y aurait aucun dommage, il y aurait un savoir conséquent pour tout le monde afin de savoir ce qui s’est exactement passé, qui a attaqué notre pays. »

« La célèbre émission d’enquête américaine 60 minutes s’est intéressée à ces 28 pages le 10 avril 2016 (à suivre…) »

[A suivre]

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

72 réponses à [28 pages] 1ère vidéo : L’Histoire des 28 pages – et leur contenu…

Commentaires recommandés

caliban Le 25 avril 2016 à 03h39

En résumé :
• des officiels saoudiens ont financé les attentats. Peut-être pas seuls. Et les 28 pages donnent des noms.
• les millions de tués et de déplacés en Irak et en Afghanistan ont été pilonnés pour d’autres raisons que la lutte contre le terrorisme

En conservant secrètes ces 28 pages, le gouvernement américain cherche à gagner du temps afin de pouvoir réécrire l’histoire : encore quelques films hollywoodiens sur le sujet, financés par le Pentagone, et tout sera pardonné.

  1. silk Le 25 avril 2016 à 03h26
    Afficher/Masquer

    en fait, comme nombreux étaient à le penser, les autorités US ont caché que les participants à cet attentat ont reçu de l’argent saoudien (plus ou moins gouvernemental) afin de garder de bonnes relarions avec l’arabie saoudite et de l’autre coté les autorités ont complètement instrumentalisé le 11 septembre afin d’attaquer les pays sur leur liste (qui n’avaient rien à voir avec cet attentat).
    Si le peuple le savaient il comprendrait qu’on l’a pris pour un con afin d’obtenir son assentiment pour faire des guerres de l’énergie .


    • chb Le 25 avril 2016 à 21h09
      Afficher/Masquer

      Le plus gros complot de cette affaire ne serait-il pas celui qui a bâillonné la presse ?
      Extraordinaire que de ces 28 pages aujourd’hui si célèbres, aucun journaliste en 15 ans n’ait eu l’occasion d’en faire fuiter les bonnes feuilles.
      J’avoue que, de mon point de vue, toute l’histoire des enquêtes sur le 11 septembre proclame un ratage (ou un alignement) de l’essentiel des médias.


      • V_Parlier Le 26 avril 2016 à 20h32
        Afficher/Masquer

        Je vais même plus loin. je pense que si cette affaire éclate aujourd’hui aux USA (plus que chez nous d’ailleurs), c’est parce-qu’on l’a laissée éclater. Les USA ont probablement changé de stratégie par rapport aux saoudiens alors que, pour ce qui s’est passé y a 14 ans, j’en viens même à me demander finalement, moi aussi, s’il n’y avait pas une réelle complicité entre les deux gouvernements, tant un tel “pardon”, même pour du fric, est trop gros pour passer.

        Plus que la révélation, c’est le fait que tout était su et a été couvert qui est le plus frappant!


  2. caliban Le 25 avril 2016 à 03h39
    Afficher/Masquer

    En résumé :
    • des officiels saoudiens ont financé les attentats. Peut-être pas seuls. Et les 28 pages donnent des noms.
    • les millions de tués et de déplacés en Irak et en Afghanistan ont été pilonnés pour d’autres raisons que la lutte contre le terrorisme

    En conservant secrètes ces 28 pages, le gouvernement américain cherche à gagner du temps afin de pouvoir réécrire l’histoire : encore quelques films hollywoodiens sur le sujet, financés par le Pentagone, et tout sera pardonné.


    • Julian Le 25 avril 2016 à 09h46
      Afficher/Masquer

      Vous avez parfaitement raison de noter le rôle crucial d’Hollywood dans l’écriture de l’histoire officielle.

      Le cas emblématique est celui de la 2ème guerre mondiale. Comparés aux 9 millions de soldats soviétiques morts (voire 11 selon d’autres sources) : moins de 300.000 américains ont été tués sur le théâtre d’opérations de l’Europe de l’Ouest.

      N’empêche, grâce à Hollywood, dans les têtes, ce sont les USA qui ont gagné la guerre.


      • groucho Le 25 avril 2016 à 11h32
        Afficher/Masquer

        Les morts civils ne comptent pas ?
        Parce que du coup on arrive à 26 millions de soviétiques mais toujours que 300 000 américains (plutôt d’ailleurs sur l’ensemble de tous les fronts, pas seulement en Normandie) puisqu’il n’y a pas eu d’opérations militaires sur le sol américain…

        La vérité historique, c’est plutôt que c’est bien l’URSS qui a vaincu militairement le Reich et au prix fort, mais que ce sont les Etats-Unis qui ont gagné la guerre, puisque ce sont eux qui ont tiré les marrons du feu…

        Quant à Hollywood, il n’y a pas grand chose sur le front principal de la seconde guerre mondiale, à savoir le front germano-soviétique, et pour cause : les américains n’y étaient pas ! Mais c’est du cinéma… qui n’a pas nécessairement de prétentions historiques. A mon avis, il y a plus grave : l’URSS et les pays de l’Est ont complètement été gommés de la culture occidentale. Encore aujourd’hui dans wikipédia : il n’y a par exemple quasiment rien sur le cinéma de ces pays, comme s’il n’y en avait jamais eu…


        • Prométhée Enchaîné Le 26 avril 2016 à 11h38
          Afficher/Masquer

          Belle remarque ! Il y a également un documentaire Arte sur la façon dont la CIA a lutté contre l’URSS par la promotion de la culture moderne (mais pas que) occidentale. Celui-ci, contrairement à celui sur l’Histoire de la CIA, se trouve encore sur YouTube.


      • SanKuKai Le 25 avril 2016 à 13h13
        Afficher/Masquer

        Je crois que c’est un peu plus que 9 millions.
        Et pour ceux qui l’ont manqué, voici le dossier détaillé sur les perceptions de la victoire contre le nazisme :
        https://www.les-crises.fr/la-fabrique-du-cretin-defaite-nazis/


      • Djinno Le 26 avril 2016 à 06h12
        Afficher/Masquer

        Tout à fait d’accord sur le rôle de Hollywood. Les USA ont parfaitementintégré les théories d’Edward Bernay sur la manipulation de masse.

        Je me permets un rectificatif à propos des victimes de la 2° guerre mondiale.
        Russie : morts militaires entre 8,8 et 11,7 millions / morts civiles entre 13,5 et 15,7 millions.
        USA : morts militaires 416 800 / morts civiles 1 700.

        Les près de 500 000 morts russes du siège de Stalingrad surpassent donc le nombre total de victimes américaines sur tous les fronts. Mais lorsqu’on tente de faire état de ces chiffres, on se voit répondre sur les victimes de Staline.


    • Olympi Le 26 avril 2016 à 23h07
      Afficher/Masquer

      Point 3. les États Unis ont un allié très peu fiable qu’est l’Arabie Saoudite.
      Ce qui pourrait expliquer l’envie de Bush d’envahir l’Irak, et l’envie d’Obama de traiter avec les Iranien, pour se donner des marges de manœuvre. En réserve pétrolière Irak + Iran = Arabie Saoudite.

      Un jour, les saoudiens s’en mordront les doigts. Quand j’étais allé au Qatar, j’avais été frappé par la fierté vide de fondement des Qataris. Les étrangers sont présent dans le seul but de leur prendre le plus d’argent possible. Et je m’imaginais cette cité de grattes ciel tomber en ville fantôme après la fin du pétrole et sous le réchauffement climatique..


  3. Kiwixar Le 25 avril 2016 à 05h18
    Afficher/Masquer

    “W” avait annoncé la couleur : “Si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes contre nous”.
    – Arabie Saoudite 2001 : avec “nous” (si pétrole pas cher)
    – Irak 2001 : contre “nous”
    – Arabie Saoudite 2016 : contre “nous” (pas assez malléable?)

    Je ne comprends pas trop ce qu’ils comptent faire avec ces 28 pages… Considérer que c’est un acte de guerre et envahir (pillonner) l’Arabie Saoudite? Ca me paraît douteux : tant d’années après, ces pages “made in USA” sont-elles plus crédibles que la fiole de pisse de Colin Powell à l’ONU? Dégommer les Séoud pour mettre des dictateurs militaires interchangeables à la place? Réorienter la politique extérieure US? Dans quel sens?

    Je trouve que c’est un peu comme les Panama Papers : ça n’a ni queue ni tête, et ne répond pas à la création d’une narrative claire avec un objectif donné. C’est peut-être le reflet de la mosaïquification de la politique extérieure US avec plein de petits centres de pouvoirs qui font chacun des trucs antagonistes de leur côté, comme des poules dans un poulailler, et qui tombent sur un couteau.


    • Crapaud Rouge Le 25 avril 2016 à 07h31
      Afficher/Masquer

      Oui, mais il faut dire aussi que l’histoire avait démarré sur une absurdité : on fait une enquête fouillée pour identifier les coupables, (que l’on promet solennellement de châtier), et puis, une fois identifiés, on refuse de révéler leurs noms ! Ni queue ni tête parce que le mensonge est si gros qu’il en vient à impliquer l’administration : Bush avait promis “la vérité”, les citoyens découvrent le mensonge, et ils n’aiment pas ça.


      • Papagateau Le 25 avril 2016 à 15h42
        Afficher/Masquer

        Il est plus facile d’obtenir l’approbation des peuples en leur promettant la vérité et la justice, qu’en leur promettant le mensonge et l’injustice.

        Mais pourquoi avons- nous confiance en eux ?
        Mais pourquoi avons- nous confiance dans les médias ?

        Mais parce que les médias nous dissent d’avoir confiance. C’est simple.


    • francois marquet Le 25 avril 2016 à 09h14
      Afficher/Masquer

      Ca pourrait amener les états-unis à siphonner le fond souverain de l’Arabie Saoudite à titre de dommages et intérêts…
      Les saoudiens ont joué les idiots utiles, et c’est terminé. Question: les Saoudiens arriveront-ils à sortir leurs avoirs des US avant qu’un juge ne les bloque?


      • Horzabky Le 25 avril 2016 à 12h13
        Afficher/Masquer

        “Le royaume saoudien menace les États-Unis de vendre pour 750 milliards de dollars en bons du Trésor américain, soit la dette américaine, si les 28 pages censurées du rapport de la commission d’enquête des attentats du 11 septembre 2001 sont finalement publiées.”

        http://www.985fm.ca/actualites/nouvelles/l-arabie-saoudite-menace-les-tats-unis-771270.html

        Rien qu’avec ça, on sait déjà tout ce qu’on a besoin de savoir…

        On ne peut tirer qu’une seule conclusion : de très hautes personnalités saoudiennes sont compromises. Au niveau du public que nous sommes, peu importe de connaître les noms, qui ne nous diraient rien.

        Ils se tiennent tous par la barbichette…

        Un farceur de talent (ou les services secrets de certains pays…) va bien finir par créer des “28 pages” factices, et les laisser “fuiter” sur Internet, façon Panama Papers…


        • Bigtof Le 25 avril 2016 à 14h45
          Afficher/Masquer

          Les avoirs saoudiens seront sans doute saisis par la justice US, raison pour laquelle ils menacent de les rapatrier..
          Pour autant, les carottes sont sans doute cuite pour les USA, puisque Pekin a annoncé un nouveau Yuan avec parité or, avec interdiction d’échange contre le dollar.
          Que va devenir le dollar, et plus encore, que vont devenir tous les investissements libellés en $ ?
          Fin de partie ?


        • Alain NICOLAS Le 25 avril 2016 à 16h24
          Afficher/Masquer

          Evidemment qu’il faut publier les noms des individus cités dans les 28 pages ! C’est dingue de dire que “les noms ne nous diraient rien ” ! A vous et à moi, OK, mais il y a plein de personnes qualifiées qui feraient les portrait des gens impliqués.
          Cela dit, la,menace de vendre les bons du Trésor américain, ce n’est pas très sérieux :
          si les saoudiens faisaient ça, non seulement ils reconnaîteraient de facto leur participation dans le 11 septembre, mais ils seraient au moins aussi perdants, dans le concert international, que les USA !
          Non-non : il FAUT publier ces listes…


        • MatMat Le 04 mai 2016 à 19h15
          Afficher/Masquer

          “Le royaume saoudien menace les États-Unis de vendre pour 750 milliards de dollars en bons du Trésor américain, soit la dette américaine”…

          A ce qu’il me semble, la dette américaine se monte aujourd’hui à 19.266 milliards de dollars et des poussières (source US National Dept Clock : http://www.usdebtclock.org). Ce qui expliquerait peut-être leur volonté de mettre la main d’une manière ou d’une autre sur des avoirs saoudiens qui traineraient par-ci, par-là…


      • Pierre Le 25 avril 2016 à 17h25
        Afficher/Masquer

        A mon avis, dévoiler ces 28 pages c’est ouvrir la boite de Pandore. Si cela met en évidence les relations perverses entre l’Arabie Saoudite et le gouvernement US de l’époque (en gros, à la botte de l’industrie du pétrole), on risque de commencer à se demander jusqu’à quel point les Rumsfeld, Cheney et autres pontes de l’administration Bush peuvent être éclaboussés par cette histoire. En effet, il n’y a pas que ces 28 pages qui posent problème dans ce rapport officiel sur les évènements du 9/11. C’est bien pourquoi on ne veut surtout pas les déclassifier.


      • Pierre Bacara Le 26 avril 2016 à 07h32
        Afficher/Masquer

        Les saoudiens ont joué les idiots utiles, et c’est terminé

        Pour savoir si c’est terminé ou pas, peut-être faut-il chercher quand cela a commencé.

        Pour le savoir, voici quelques mots-clés :

        Jeddah
        USS Quincy
        14 février 1945
        roi Ibn Séoud (ou Saoud)
        président Franklin D. Roosevelt
        pétro-dollars
        fonds d’investissements


    • Crapaud Rouge Le 25 avril 2016 à 11h01
      Afficher/Masquer

      “Ni queue ni tête” parce que toute l’histoire est un tissu d’énormités, en particulier les arguments mis en avant pour envahir l’Irak et “punir” Saddam Hussein. Mais “le système” n’est plus à une énormité près, il semble aussi bien capable de les digérer toutes que de les provoquer. Le contraste est saisissant avec la Russie qui, pour un seul avion abattu, a littéralement banni la Turquie de ses partenaires. A cette aune, lequel, des US ou de la Russie, est le plus “puissant” ? Le système US peut se permettre les pires mensonges, mais peut-il se permettre de punir un vrai coupable, en l’occurrence l’Arabie Saoudite ? Surpuissance/impuissance répète de Defensa…


      • chb Le 25 avril 2016 à 19h05
        Afficher/Masquer

        Le “vrai coupable” serait l’Arabie saoudite ? Alors que ce pays est complètement dépendant de Washington… Depuis la guerre contre les communistes, en Afghanistan, où les saoudiens ont co-financé la création d’al Qaeda (permettant aux USA de ne pas paraître vraiment impliqués), ils sont cul et chemise dans une série d’opérations fumeuses. Peut-on sérieusement croire que des vilains wahhabites seraient les vrais maîtres du monde et feraient un enfant dans le dos à l’oncle Sam ? Il me semble que, sauf pour les bateaux de guerre, les Etats Unis sont quasiment indépendants pour leurs besoins en pétrole.
        La connivence américaine jusqu’à ce jour est patente, en particulier sur ces 28 pages établies sous le contrôle de Graham, du Pentagone etc.


  4. Nerouiev Le 25 avril 2016 à 07h15
    Afficher/Masquer

    Pas mal de sénateurs connaisseni le contenu de ces 28 pages, mais apparemment rien n’a fait changer leur comportement dans leur gouvernance. On risque donc de voir se distiller au compte goutte l’ensemble de son contenu comme une vérité bien connue sans aucun effet sur les mentalités. Des vérités toutes aussi chocantes apparues après coup comme la fiole de Collins Pauwell n’ont empêché ni l’Ukraine ni la Syrie de faire douter qui que ce soit à grande échelle sur la noblesse de ces événements. Il restera encore l’effondrement du bâtiment 7 pour entretenir la théorie du complot.


  5. Homère d'Allore Le 25 avril 2016 à 08h08
    Afficher/Masquer

    Si les 28 pages deviennent publiques un jour, les “élites” françaises vont être bien ennuyées.

    Elles devront choisir entre leurs maîtres US et les séoudiens qui les ont habitués à recevoir de bonnes grosses enveloppes…

    Cornélien !


  6. Jusdorange Le 25 avril 2016 à 08h29
    Afficher/Masquer

    Point stratégique les copains : Sommes-nous d’accord pour dire que l’élection de Clinton serait la pire des choses et qu’il faut tout faire pour l’empêcher d’arriver au pouvoir ? Si oui, alors il serait sans doute judicieux de faire en sorte que ces 28 pages soient dévoilées avant l’élection de novembre. Si le peuple américain découvre l’implication des Saoudiens dans le 9\11, alors Clinton sera affaiblie selon moi, vu qu’elle bénéficie de l’argent des Saoudiens.

    En dehors même du contexte des élections, la révélation de ces documents pourraient avoir des conséquences significatives sur les relations contre-nature que les E-U et autres entretiennent avec les pétro-monarchies du Golfe.

    Et en dehors même de toute considération politique, la découverte de la vérité est une fin en soi.

    Par contre j’ai pas d’idée sur comment opérer. Si vous avez des idées (pétition, troll des sites ricains etc…) n’hésitez pas, je reviendrais plus tard dans la journée.


    • Alain NICOLAS Le 25 avril 2016 à 16h43
      Afficher/Masquer

      Une pétition lancée depuis la France, ça serait pas mal si elle n’est pas perçue comme une leçon
      de morale et de justice que nous serions bien mal venus de donner aux américains et à d’autres !

      Elle le serait forcément…

      Par ailleurs, marre de l’Arabie Saoudite à tous points devue… J’ai rendu ma Légion d’Honneur à Hollande il y a un mois parce que Hollande l’avait remise à un prince saoudien ! Alors, modestement et symboliquement, ne représentant que moi-même, français, je pourrais la lacer, cette pétition…


      • Jusdorange Le 25 avril 2016 à 22h33
        Afficher/Masquer

        Il y a déjà une pétition sur le net :
        https://www.change.org/p/barack-obama-declassify-the-28-pages

        Sauf que : 1) elle n’a que 36 soutiens. 2) le texte de présentation cible directement l’Arabie Saoudite. Une présentation devrait tout simplement évoquer le dévoilement des documents, sans supposer ce qu’ils contiennent ( oui je sais que les soupçons sont forts mais présomption d’innocence tout de même, c’est plus propre).

        Si quelqu’un sait pourquoi cette pétition en ligne n’a que 36 signatures, alors que le sujet connaît un regain d’intérêt récemment, j’aimerais bien savoir.

        Quant à la perception du Français donneur de leçon, je partage votre opinion, il faut composer avec le sentiment “anti-français” et préférer provoquer une pétition d’origine américaine, plutôt que la faire nous-mêmes.

        La solution la plus simple pour l’instant selon moi : poser un commentaire comme “declassify the 28 pages” sur un espace à forte visibilité et poser le lien ci-dessus vers la pétition.


        • Jusdorange Le 27 avril 2016 à 02h01
          Afficher/Masquer

          Oui c’est probablement peine perdue, mais vu que le coût est minime ( ça prend 10 secondes) , c’est déjà ça. Le but est de créer de la visibilité, après ce sera à l’opinion publique, et à ceux qui la font, de se positionner par rapport à cette question : faut-il rendre publique ces 28 pages ?

          Je ne vois pas comment on peut répondre “non” à cette à cette question sans passer pour le dernier des salauds. Si la question émerge en ces termes dans le débat public, les défenseurs de la confidentialité perdront beaucoup de crédit. Ce sera au moins ça de gagné.


    • atanguy Le 25 avril 2016 à 22h18
      Afficher/Masquer

      “elle bénéficie de l’argent des Saoudiens”
      Avez-vous des preuves de ce que vous avancez? Merci de les communiquer.


      • Jusdorange Le 25 avril 2016 à 23h44
        Afficher/Masquer

        Non je n’ai pas de preuves, je n’ai pas enquêté, d’autres l’ont fait à ma place.

        Le jeudi 18 décembre 2008, William Clinton révèle la liste des donateurs de la fondation Clinton. Le New York Times commente ainsi : ” À elle seule, l’Arabie Saoudite a fait des dons estimés entre 10 et 25 millions de dollars” ( ” Saudi Arabia alone gave to the foundation $10 million to $25 million”).

        http://www.nytimes.com/2008/12/19/us/politics/w19clinton.html?_r=0

        Il existe beaucoup d’articles issus de la presse qui traitent de ce conflit d’intérêt. Je vous invite à les consulter, et vous en viendrez à la même conclusion que moi : il existe un faisceau d’indices assez important pour considérer que Mme Clinton puisse\ait pu infléchir sa politique en fonction des intérêts de ceux qui la soutiennent financièrement, dont l’Arabie Saoudite qui est un des plus gros contributeurs de la fondation.

        Les Saoudiens ne sont toutefois pas les seuls à la soutenir.


        • Trazibule Le 05 mai 2016 à 21h22
          Afficher/Masquer

          Les politiciens ne sont pas féru de reconnaissance, même si l’Arabie finance Mme Clinton plus par peur de son rival je pense, que par connivence avec ses idées, cela ne signifie pas que Clinton sera forcément leur servante. Voyez comment Sarkozy a remercié Kadhafi d’avoir eu la générosité de financer sa campagne présidentielle ! Tout ce que j’ai lu et regardé sur le 11 septembre m’a paru extrêmement louche. Le mensonge, l’illogisme ou la déformation apparaissent à propos de chaque détail, et curieusement si vous exprimez vos doutes, on vous réponds par du mépris sans argumentation. Cette histoire finira-t-elle par révéler sa vérité ? Vu les milliards en jeu je ne pense pas que l’éthique puisse un jour jouer un rôle en faveur de la transparence.


      • Alberto Le 26 avril 2016 à 08h57
        Afficher/Masquer

        Stephen Walt, professeur d’Affaires internationales à Harvard, a fait cette recherche. Il a communiqué à l’International Business Times la liste des donateurs de la Fondation Clinton, dont Bahrain, Brunei, Koweit, Oman, Qatar, Arabie saoudite.

        http://www.ibtimes.com/clinton-foundation-donors-got-weapons-deals-hillary-clintons-state-department-1934187


  7. Lea_ Le 25 avril 2016 à 08h33
    Afficher/Masquer

    « J’ai lu les 28 pages et j’ai quitté la pièce. Ces 28 pages sont vraiment très importantes pour que les Américains puissent comprendre et savoir exactement ce qui s’est passé le 11 Septembre, et qui est responsable, qui a aidé à financer, etc. Il est donc très important de publier enfin ces pages. »

    “« Je confirme [les propos du député Massie]. Il y avait 28 pages, et il m’a probablement fallu une bonne heure et demie pour les lire, parce que j’ai dû en relire certaines parties que je n’arrivais pas à croire. »”

    Qu’est ce qu’il les a empêché de divulguer dans les médias ce qu’ils ont lu ?? Il existe bien les médias indépendants aux States, non ? Pourquoi tourner autour du pot ?


    • Homère d'Allore Le 25 avril 2016 à 08h47
      Afficher/Masquer

      Léa. Je crois que révéler le contenu d’un document classifié est un crime fédéral.

      Voilà la raison pour laquelle Dorgan “tourne autour du pot.”


    • Kiwixar Le 25 avril 2016 à 08h48
      Afficher/Masquer

      “Qu’est ce qu’il les a empêché de divulguer dans les médias ce qu’ils ont lu?”

      La certitude d’aller en prison. C’est ce qui permet de complètement verrouiller le secret d’un événement :
      – les victimes signent un accord de confidentialité en échange du versement de leurs indemnités
      – selon leur habilitation, les militaires sont tenus au secret
      – le congressman peut lire certains documents en certifiant qu’il n’en divulguera pas le contenu
      – les lanceurs d’alerte doivent se réfugier dans des ambassades ou en Russie et devenir célèbres rapidement pour éviter un “accident”


      • Macarel Le 25 avril 2016 à 09h51
        Afficher/Masquer

        Tiens pour le TAFTA, c’est un peu pareil pour accéder aux documents. Entendu ce matin sur FC. Les parlementaires européens ont accès aux documents de la négociation en cours, mais seulement dans une pièce sans fenêtres, ils n’ont pas droit à garder leur portable, et s’engager à ne rien divulguer de ce qu’ils ont vu quand ils ressortent.
        Ah, comme elle est belle la démocratie, dans notre sphère euro-atlantiste ultra-libérale !
        Ah, qu’elle est belle la transparence, qu’il est beau le débat public au fond !
        Ah, comme il est bon de maintenir les peuples dans l’infantilisme, et après de se plaindre qu’ils votent “mal” dès que l’occasion leur en a été donné.

        http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/02/22/20002-20160222ARTFIG00044-traite-transatlantique-la-transparence-sous-haute-surveillance.php


      • Eric83 Le 25 avril 2016 à 10h20
        Afficher/Masquer

        On peut pas dire que le courage étouffe les personnes qui ont eu accès à ces 28 pages.

        Quand des élus, des parlementaires, représentants du peuple, ont des informations classifiées ou non sur des attentats qui ont fait des milliers de morts, des milliers de blessés, ont-ils le droit de se taire ? Pour ma part, la réponse est non.

        Qu’aurait pu faire un gouvernement face à une ou des personnes venant exposer au peuple des documents permettant de connaitre la vérité sur les attentats et ses commanditaires ?
        A priori rien sauf à s’opposer à la véhémence du peuple américain.

        Quel est le but de la divulgation – éventuelle – de ces 28 pages…en 2016 pour des évènements datant de 15 ans ?

        Celle-ci aurait elle un lien avec le fait que Obama ait décidé de mettre fin en 2016 à l’embargo sur l’Iran – embargo qui était une initiative US – au grand dam de l’Arabie Saoudite ?


      • jacquocrqant Le 25 avril 2016 à 10h38
        Afficher/Masquer

        Peut-être qu’ils risquent la prison mais demain ils peuvent perdre leur facultés ou être condamnés médicalement et se mettre à tout déballer. Un secret partagé par deux personnes n’est déjà plus un secret. Ce suspens ne me dit rien de bon. Il pourrait servir d’étouffoir à la vérité voire de prétexte pour continuer leurs exactions au moyen orient et plus si affinités. .


    • Lea_ Le 25 avril 2016 à 19h33
      Afficher/Masquer

      Et à tous ceux qui m’ont répondu
      Ca, j’ai bien compris (risque d’emprisonnement).
      Sauf que: s’il y avait ces 7 députés qui avaient dévoilé ce “secret”, ils auraient provoqué l’éclatement d’une vraie affaire d’Etat qui certainement aurait conduit à la poursuite des dirigeants d’alors pour haute trahison. Vu la tragédie du 11 septembre, le peuple américain n’aurait pas accepté les poursuites pénales contre ses représentants, j’en suis sûre.
      Parfois, pour des choses d’une telle importance, il vaut mieux être Jean Moulin et non traître à sa Nation.


      • Lea_ Le 25 avril 2016 à 23h54
        Afficher/Masquer

        Je pense pas être naïve. Il ne faut pas oublier que pour la première fois les Américains furent MASSIVEMENT attaqués chez EUX, sur leur PROPRE territoire et ça change tout.


  8. Lysbeth Lévy Le 25 avril 2016 à 09h02
    Afficher/Masquer

    Cette histoire des 28 pages qui tiennent en haleine les politiciens à l’image d-un “schibbolleth” est une grosse arnaque, qui permet aux responsables, initié(e)s d’avoir du temps devant eux. Cela fait bientôt 14 ans que la vérité devrait éclater, hors quiconque émet “un avis” différent, et surtout qui accuse le pouvoir d’avoir sacrifié la vie de milliers de gens sans parler des militaires sur le terrain sont immédiatement accusé de “complotisme” ou sommé de “s’amender”.

    Même en France on en est là pour exclure le fait que l’état est un assassin comme les autres, il peux conspirer etsacrifier son peupl pour effectuer des juteux contrats.
    Et là le crime est énorme, quand ont sait le nombre de pays détruit depuis avec la guerre perpétuelle ou de prévention.

    Jamais avant le 9/11 il n’y a eu autant de guerre que depuis ce jour là. Fukushima avait écrit la fin de l’Histoire, or c’était le début d’un autre plus sanglante que pendant la guerre froide.


    • Macarel Le 25 avril 2016 à 09h41
      Afficher/Masquer

      Francis Fukuyama a écrit la fin de l’histoire. Mais Fukushima aura peut-être écrit le début de la fin du nucléaire civil ?


  9. Macarel Le 25 avril 2016 à 09h32
    Afficher/Masquer

    Il faut que les peuples sortent de l’âge infantile, notre civilisation technicienne et thermodynamique a un besoin vital des énergies fossiles pour se perpétuer. Sans quoi ce serait le grand effondrement, et plus rapidement que l’on pourrait le penser. Lors du 9/11 c’étaient des gens faisant partie du gigantesque lobby des énergies fossiles qui étaient au pouvoir aux USA.
    Il ont avant tout protégé leurs intérêts, en mentant s’il le fallait, un point c’est tout.
    Le complexe militaro-industriel, est le moyen de protéger ces intérêts sur la scène internationale. Les médias de masse, sont le moyen de maintenir les population dans l’infantilisme, afin de pouvoir mieux les manipuler, en ne jouant que sur leurs émotions.
    Attaquer l’Irak était prioritaire pour le lobby des énergies fossiles, même si les vrais organisateurs de l’opération ne se trouvaient pas en Irak. Car l’Irak est un atout majeur en terme d’énergies fossiles, sur le grand échiquier mondial de la course à l’approvisionnement énergétique. Tout comme cela a été le cas plus tard pour la Lybie. Les gouvernements, font appel à des cabinets de communicants, pour habiller de vertu toutes ces interventions, rappelons nous l’interview de la fille de l’ambassadeur du Koweit.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_couveuses_au_Kowe%C3%AFt


  10. Kiwixar Le 25 avril 2016 à 10h12
    Afficher/Masquer

    Cette menace de divulguer les 28 pages, c’est peut-être un ultimatum des US pour forcer les Saoudiens à continuer à vendre leur pétrole en dollars. Si les Saoudiens font mine de le vendre en autre chose (euro ou or ou yuans), ils divulguent alors ces documents, permettant (comme le suggère F Marquet ci-dessus) à un juge zunien de bloquer TOUS les avoirs Saoudiens aux Etats-Unis, voire même chez les vassaux (UE). Ca doit faire un sacré paquet de pognon.


    • Alae Le 25 avril 2016 à 13h10
      Afficher/Masquer

      “Cette menace de divulguer les 28 pages, c’est peut-être un ultimatum des US pour forcer les Saoudiens à continuer à vendre leur pétrole en dollars.”

      Pas possible, à mon sens. Les Saoudiens, qui vivent sous protection mafieuse des USA depuis des lustres et qui, en conséquence, jouissent d’une impunité totale (voir Yémen) n’ont aucun intérêt à vendre leur pétrole en d’autres monnaies que le dollar. Comme l’a dit très justement Donald Trump (pour une fois que ce n’était pas une bêtise), “Si ce n’était pas grâce à nous, l’Arabie Saoudite ne tiendrait pas un quart d’heure”.
      Quant à la menace de divulgation des 28 pages, elle ne vient pas de l’administration Obama, qui justement, se trouve prise dans une tempête. Après avoir refusé de signer quoi que ce soit contre les Saoudiens et menacé d’opposer son veto à toute tentative de déclassification, Obama s’est retrouvé sous le tir croisé de l’opinion publique et de l’opposition de plusieurs membres du Congrès (dont la très respectée Tulsi Gabbard), qui soutiennent le projet de loi de déclassification des 28 pages.
      Aux dernières nouvelles, Obama compterait s’en tirer en divulguant quelques-unes des 28 pages (voir Zerohedge en date d’hier, “White House Set To Release Secret Pages From Sept 11 Report”).


    • Durand Le 25 avril 2016 à 16h30
      Afficher/Masquer

      Je pense que le deep-state garde ça sous le coude pour servir de prétexte à l’envahissement militaire de l’Arabie Saoudite, à la destruction des Saoud et à la mise en place d’une administration américaine, pour récupérer de bon droit le pouvoir géostratégique énorme de la production pétrolière, comme de la position géographique de ce territoire.

      Il n’est pas certain non-plus que les 28 pages contiennent des preuves formelles de l’implication des Saoud.
      Il se peut que d’autres documents, secrets ceux-là, soient publiés comme “preuves formelles récemment découvertes” de cette implication, pour justifier l’écrasement des Saoud si besoin était…
      L’absence de ces preuves formelles à l’époque justifiant, aux yeux du public, l’erreur de l’intervention en Irak…


      • Pierre Le 25 avril 2016 à 19h22
        Afficher/Masquer

        Je me demande juste pourquoi les US voudraient “dézinguer” les Al-Saoud. La seule raison qui m’apparaît serait que l’Arabie Saoudite refusant de réduire sa production pétrolière, cela met en grave difficulté l’industrie du pétrole de schistes aux US. Avez-vous d’autres arguments allant dans ce sens ?


        • Dura Le 25 avril 2016 à 22h50
          Afficher/Masquer

          Pierre,
          Sans chercher beaucoup on trouve de nombreux arguments qui vont dans le sens du votre…
          Plus globalement, l’Arabie Saoudite étant une pièce maîtresse dans la géostratégie américaine, si les américains possèdent des preuves irréfutables de l’implication des Saoud dans les attentats, ils disposent alors d’un moyen de pression absolu sur le royaume, puisque ces preuves justifieraient à elles-seules de sa destruction…
          Et pourquoi-pas l’annexion pure et simple du territoire et l’installation de bases importantes ?


          • Durand Le 25 avril 2016 à 23h02
            Afficher/Masquer

            Pierre,

            Ceci dit, Poutine a peut-être déjà proposé une porte de sortie aux Saoud… Apparemment, la chute des prix du brut ne le dérange pas plus que ça !…
            Il a aussi l’avantage de plomber le secteur “schiste” américain…
            Et Poutine ne défend QUE la sécurité des Russes…, s’il traite avec les Saoud, il affaiblit les américains… Pour lui, c’est tout ce qui compte.
            Dans l’immédiat, on voit mal les Russes protéger l’Arabie d’une annexion US, mais sait-on jamais ?
            Je suppose qu’ils ne s’opposeraient pas à la chute des Saoud, qui ont par ailleurs quelques ennemis dans le royaume…
            Les ennemis de mes ennemis…


            • Pierre Le 25 avril 2016 à 23h44
              Afficher/Masquer

              Oui effectivement protéger l’Arabie Saoudite serait une stratégie efficace pour Poutine, mais difficile à mettre en oeuvre car la Russie est alliée aux chiites Iraniens, qui sont les ennemis jurés des Al-Saoud, et de plus les relations entre les Al-Saoud et la Russie ne sont pas au beau fixe non plus (euphémisme). Et effectivement les cours (encore bas) du pétrole ne semblent pas gêner la Russie. @Dura le problème des américains si ils annexent l’Arabie, c’est qu’ils vont se retrouver face à une guérilla qui, à mon avis, leur otera tout les bénéfices de cette action (rappelons l’incurie militaire américaine au sol) et de cette pièce maîtresse dans leur jeu, sans compter ce que les Saoudiens pourraient balancer sur les américains. Je pense que votre hypothèse du moyen de pression est la plus vraisemblable.


        • fouineur Le 26 avril 2016 à 17h48
          Afficher/Masquer

          Peut être trouverez vous des éléments d’explications au travers de la carte du Lieutenant-Colonel Ralph Peters publiée dans le Armed Forces Journal en juin 2006, ou l’on constate un projet de fractionnement de l’Arabie Saoudite : http://brilliantmaps.com/new-middle-east/


  11. noDJ Le 25 avril 2016 à 15h27
    Afficher/Masquer

    Super montage, merci.
    Maintenant il vous faut faire une petite interview de G.W. Bush en le mettant en face de ses contradictions et de ses mensonges.
    G.W. si tu nous lis tu contactes Olivier, OK man 😉

    Pourquoi ces 28 pages ne sont-elles toujours pas déclassifiées ?
    Peut-être un élément de réponse :
    “Ryad a en effet averti l’administration Obama et divers membres du Congrès qu’elle vendrait des «centaines de milliards de dollars de titres américains si le Congrès adoptait un projet de loi qui permettrait de rendre responsable le gouvernement du Royaume arabe devant les tribunaux américains de leur éventuel rôle lors des attaques du 11 septembre 2001», écrit le New York Times”.
    Source : https://www.letemps.ch/economie/2016/04/17/doha-un-accord-table-iran-absente
    Si ces 28 pages mettent en cause l’Arabie saoudite il sera difficile pour le gouvernement américain de s’opposer à toute procédure de la part des familles, pour ne pas parler de la nécessité politique d’autres représailles.
    Bref on est pas près de les lire ces 28 pages (j’espère me tromper).


    • chb Le 25 avril 2016 à 19h23
      Afficher/Masquer

      Ce sont les USA qui ont commencé à menacer, sur la base peu claire d’un soupçon qui serait secrètement contenu depuis 13 ans
      dans un dossier fait par leurs services, sous la présidence à l’époque d’un Graham qui a changé d’avis plusieurs fois sur la déclassification.
      Comme le signalent plusieurs commentateurs ci-dessus, les avoirs séoudiens peuvent être soudain confisqués par les tribunaux grâce au JASTA ! L’Iran, des banques françaises et qques autres ont déjà pâti de décisions de cet acabit.


  12. Guillaume Le 25 avril 2016 à 21h49
    Afficher/Masquer

    Ce n’est pas le mauvais pays, c’est le pays le plus proche avec lequel les US ne s’entendent pas.
    Ça permet:
    1. De faire croire à leur opinion qu’ils attaquent les bons. (C’est tellement loin que là ou juste à côté c’est un peu pareil)
    2. D’en profiter pour péter la gueule à ceux qui ne veulent pas faire des affaires. Ca doit être la vision US des droits de l’homme d’affaire…


    • Pierre Le 25 avril 2016 à 22h53
      Afficher/Masquer

      Heu… j’ai pas bien compris… auriez-vous la gentillesse d’expliciter votre propos ? (bien que je comprenne sur le fond où vous voulez en venir)


  13. MARC DOUZIECH Le 25 avril 2016 à 23h36
    Afficher/Masquer

    Après l’ explication de texte de Tonton Vladimir en Syrie, les Saoud commencent à devenir les amis encombrants de l’ Empire. Les réserves de pétrole du Golfe sont déjà sur la pente descendante. Ces 28 pages tombent plutôt bien:quand on a pressé le citron, faut jeter la peau.


    • Lea_ Le 25 avril 2016 à 23h57
      Afficher/Masquer

      “Les réserves de pétrole du Golfe sont déjà sur la pente descendante.”
      C’est pour cette raison que les saoudiens vont créer le plus important fonds au monde de 2 000 milliards $.
      Ils pourront faire des emplettes en Europe…


      • chb Le 26 avril 2016 à 21h19
        Afficher/Masquer

        Ca fait un max de sous en effet. Mais encore faut-il qu’ils vendent Aramco, dont les perspectives et donc la valorisation sont un peu dévaluées avec le prix du brut sous le tapis et les décisions chinoises sur le yuan !
        J’ai vu par ailleurs que les saoudiens possèdent 7 % des actifs US (était-ce dans le documentaire de Michael Moore, Farenheit 9/11 ?). Supposant que les coups de ventre en cours n’aboutissent pas à un gel de ces avoirs, les 2000 milliards sont largement dépassés.


        • Amy Le 26 avril 2016 à 21h48
          Afficher/Masquer

          Oui je crois qu’à l’époque Michael Moore parlait de 6% dans son documentaire.


          • Vinnie Reb Le 04 mai 2016 à 22h31
            Afficher/Masquer

            Non, je confirme, Michael Moore parle bien de 7%. C’est d’ailleurs intéressant de voir que son intuition de départ – qui était quand même étayée – affirmait l’attitude étrange de son gouvernement vis-à-vis des ressortissants saoud qui avaient pu quitter les USA alors que tous les avions étaient cloués au sol…
            Etrange en effet.
            Michael Moore évoque aussi les liens troubles et puissants entre la famille Ben Laden et la famille Bush, notamment à travers un conglomérat militaro-industriel, le Carlyle Group. Qui avait une réunion très importante le jour des attentats, le 11 Septembre. Là aussi, étrange.


  14. vincent Le 26 avril 2016 à 00h29
    Afficher/Masquer

    Pour ceux qui ont vu le documentaire 11/9, le nouveau Pearl Harbour, est ce que vous pensez que ce rapport de 28 page peut répondre à quelques unes des 50 questions posées par le réalisateur? Il y a tout de même une série d’incohérence et de fait assez troublant, dont je pense que ce rapport n’y répond qu’en partie ou trop peu

    Dans l’attente de vos réponses.


    • Alain NICOLAS Le 26 avril 2016 à 00h37
      Afficher/Masquer

      On commence par publier les 28 pages, et après, on voit et on réagit.


    • Yanka Le 27 avril 2016 à 08h10
      Afficher/Masquer

      Certaines questions seraient peut-être résolues, mais certainement pas toutes. Je vois mal 28 pages même denses tout expliciter. Par contre, de nouvelles questions pourraient se poser dans le débat public (et non plus seulement dans un documentaire) : celle de la complicité directe de Bush et sa clique. Et là, je ne sais pas si les États-Unis sont prêts à nettoyer leur propre écurie d’Augias. Sans compter que cela soulèverait une autre problématique internationale : la guerre en Irak et ses conséquences, ses morts par centaines de milliers, qui devraient en toute logique être imputés aux anciens dirigeants américains via une comparution devant le TPI.


      • Alain NICOLAS Le 27 avril 2016 à 12h44
        Afficher/Masquer

        OK. N’empêche… Les écuries d’Augias ont bel et bien été nettoyées, si mes souvenirs sont bons.
        Ok, par un demi-dieu difficile à trouver aujourd’hui quelque part sur notre planète. Encore que…
        Le principe que je défends (et suis loin d’être le seul !), c’est que, quelles que soient les conséquences sur les uns et sur les autres, il faut crever cet abcès invraissemblable. Et si Bush est associé, de près ou de loin (et plutôt de près semble-t-il), il serait immoral et même anti-démocratique
        et anti-presque anti-toutes nos valeurs qu’il échappe à une sanction exemplaire. Lui et ses accolytes co-responsables de milliers de morts aux USA et ailleurs.
        Non, aucun argument ne justifie, à mon sens, la non-sanction d’un président américain, sans doute plus stupide qu’assassin (et encore, c’est à voir !) pour une faute aussi énorme.


        • chb Le 27 avril 2016 à 19h31
          Afficher/Masquer

          Too big to fail.
          Je crois que c’est Chomsky qui a dit quelque part que TOUS les présidents américains, s’ils avaient pu être confrontés à un tribunal impartial, auraient mérité de lourdes peines. L’actuel locataire de la Maison blanche, avec ses drones distribuant la mort en violant les règles internationales, et ses cibles déterminées par routines informatiques très compliquées mais pas fiables, et ses prisonniers de Guantanamo (et ailleurs?) en dépit des droits élémentaires des êtres humains etc, ne fait pas exception à cette règle. Nos chefs européens non plus, probable.


          • Vinnie Reb Le 04 mai 2016 à 22h37
            Afficher/Masquer

            “Nos chefs européens non plus, probable.”

            Pas probable, c’est sûr, vu qu’ils sont les caniches des gouvernements US.
            Hollande et d’autres (voir sur Wikipedia) ont fait partie du programme “Young Leaders” de la French American Foundation. Ce programme repérait les futurs décideurs politiques et les “atlantisait”. En somme, un investissement pour l’avenir. On voit ce qu’il en est aujourd’hui : ces mêmes dirigeants soutiennent le TAFTA et les aventures otanesques.


  15. Ago Le 26 avril 2016 à 07h13
    Afficher/Masquer

    Je me demande comment vont réagir les journalistes qui naguère auraient conspué cet article sur la base habituelle … d anti americanisme primaire….. ça doit beaucoup transpirer dans certaines rédactions.
    Je salue votre courage.
    La seule façon de maintenir les pétrodollars serait une mise au pas militaire de l Arabie Saoudite ? L otan / usa ? On se battrait contre une armée dotée d armes françaises ?
    [Modéré]


  16. Olysh Le 26 avril 2016 à 13h28
    Afficher/Masquer

    Il n’y pas de politique, seulement des rapports de force.

    L’attentat du 11 septembre commandité par le gouvernement saoudien est une pression exercée sur le gouvernement US pour qu’il les débarrasse enfin de leur ennemi. Et que le sunnisme puisse rayonner.

    C’est le même levier qui a été utilisé par les militaires algériens dans les années 90 pour mettre la pression au gouvernement français pour que celui-ci les soutienne. Après les attentats, le gouvernement français s’est exécuté.


  17. Ailleret Le 26 avril 2016 à 21h50
    Afficher/Masquer

    Remarquable, l’aveu de Lee Hamilton : « nous avons été créés pour échouer ». Cette lucidité mérite une assez large publicité… On imagine mal une telle franchise de la part d’Earl Warren concernant la commission qu’il présidait sur l’assassinat de John Kennedy.


  18. Alain NICOLAS Le 27 avril 2016 à 00h58
    Afficher/Masquer

    Je pense la même chose : qui est derrière tout “ça” ? Quels sont les structures et les individus qui les commandaient qui ont tout organisé, d’après ce que je lis ?
    Et que l’on ne me réponde pas que cela ne nous regarde pas car de ces énormes conneries de Bush (?) et de son administration sont nés d’énormes problèmes planétaires.
    Ce que je demande, et pas mal d’autres avec moi, c’est de connaître les noms des responsables. Ou alors, que l’on nous dise officiellement qu’il est impossible de les connaître, au lieu de mettre en avant le fait que ces pages ne sont accessibles qu’à quelques happy few.
    Car nous sommes en face, si tout cela n’est pas un canular, d’un scandale d’une ampleur sans doute
    jamais vue…
    Une action collective est elle envisageable pour avoir de telles réponses ?
    La pétition en cours, initiée aux USA en 2015 et que j’ai fait signer par une centaine de personnes en France n’avait reçu, encore ce matin, que 60 signatures !!! Il y a de quoi être paranoïaque…


    • chb Le 27 avril 2016 à 14h27
      Afficher/Masquer

      La pétition Change.org “Declassify the 28 redacted pages of the 9/11 Commission Report!” apparaît chez moi avec 51 soutiens ce 27 avril à 14 h. Elle en avait 60 hier ?
      Pittoresque !
      Si c’est bien la même page que vous avez consultée, eh bien change.org utilise des cookies plus perfectionnés que ce à quoi je m’attendais. En même temps, ce site qui s’intitule “plateforme mondiale pour le changement” et se fait fort de mobiliser l’opinion à votre place, ce n’en est pas moins une entreprise commerciale, et du coup elle emploie les moyens qui lui permettent de fonctionner au mieux dans l’environnement que l’on connaît.
      O tempora o mores : Catilina a fait nombre d’émules.


Charte de modérations des commentaires