Tout d’abord, rappelons la condamnation sans équivoque du massacre barbare, et rendons hommage aux victimes

À aucun moment ce billet ne vise à excuser un acte d’une barbarie inhumaine. Il vise à réfléchir ensemble pour que cela ne recommence pas.

P.S. ayant reçu bcp de mails, j’ai retouché le billet pour axer plus sur la caricature elle-même…

J’ai enquêté sur un point qui agite les réseaux sociaux depuis 4 jours et quelques grands médias, à propos de la Une du dernier Charlie Hebdo, tiré à 3 millions d’exemplaires – soit probablement le plus gros tirage de presse depuis la Libération.

Daniel Schneidermann en parle d’ailleurs ce jour dans une intéressante chronique (pensez à vous abonner ici à Arrêts Sur Images, un des rares espaces de critique des médias sur le web, rapport qualité-prix imbattable ! (Publicité gratuite])

Alors moi, quand Schneidermann (à qui je passe mes amitiés au passage, ainsi qu’à l’équipe) me dit “Regarde attentivement !”, je regarde attentivement – surtout quand le web se pose plein de questions ! Découvrons cette rumeur…  🙂

Que voit-on sur la couverture ?

On y voit une caricature (à l’évidence) de Mahomet, de Luz :

On a beaucoup souligné que le fait de représenter de nouveau Mahomet avait été très mal pris dans le monde musulman :

========================================

==================================================

=================================================

Et bien sûr, nos médias boboïsants ne suivent pas, ils courent :

Voici d’ailleurs la page d’accueil du site de L’Express :

Bref.

Daniel nous dit donc ce matin :

“Cet objet, qui remet une thune dans le bastringue, c’est un bonhomme avec des yeux qui louchent, sorti de l’imagination et de la douleur de Luz. Personne, sur la couverture, ne nous dit qu’il s’agit de Mahomet”

C’est un argument acceptable, c’est vrai que ce n’est pas marqué (et c’est un argument que j’ai lu pas mal de fois sur le web)… Notez, cela n’était jamais marqué sur les autres non plus…

Après chacun jugera comment cela a été pris y compris dans notre presse – qui ne fait jamais hélas dans la finesse et la mesure…

Qu’a dit la presse ?

Notez, le dessinateur a hélas été clair

===================================================

===================================================

===================================================

===================================================

===================================================

Indices ?

Ce qui m’a interpellé c’est le peu de recul des médias sur cette couverture “historique”.

Même Daniel nous dit : “Cet objet, qui remet une thune dans le bastringue, c’est un bonhomme avec des yeux qui louchent”.

Oui, mais, comme il le souligne très bien dans son billet, il y a une vrai difficulté :

“Au total, un joli foutoir sémiologique, auquel chacun accordera le sens qu’il veut, du plus subtil au plus débile (les médias se faisant une joie, d’ailleurs, de tamtamiser les réactions les plus débiles). On n’a pas fini de rire.”

J’ai bien vu la conclusion ironique, mais, je me permets de repasser au 1er degré : on n’a hélas pas fini de pleurer à mon avis…

Car qu’y a-t-il sur la couverture ? : “Tout est pardonné” + Mahomet.

Une chose me gênait, sans que j’arrive à trouver quoi. C’est fait.

On avait un message de pardon, presque chrétien (sic.) donc extrêmement fort, avec une nouvelle caricature de Mahomet, donc une nouvelle provocation de Charlie Hebdo.

Cependant, si l’intention de provocation était bien dans leur esprit, je la trouvais bien réduite par rapport à ce qu’ils avaient fait par le passé, et donc dans ce dessin, “l’intensité négative” était assez loin finalement de “l’intensité positive” du pardon, après un acte barbare et inhumain.

Il y avait des indices :

Rester dans la droite ligne de la tradition du journal” ? Hmmm…

Démerdez-vous avec” : hmmm, bon, on en avait déjà plusieurs des caricatures, et des bien pires, donc bizarre, non ?

Le GROS indice est dans le Parisien :

“Mais il a fait marrer la rédaction du journal satirique, et c’est pour [l’auteur] l’essentiel.”

Comme ça “il a fait marrer” ?

“Ému”, je comprend. “Plu” ou “Renforcé la conviction”, je comprends. “Donné un clin d’œil”, je comprends.

Mais marrer ?

Je me demande s’il contient des choses assez drôles pour faire marrer la rédaction décimée là-dedans (vous imaginez son état d’esprit en ce moment… Il en faut des caisses d’humour ! [Compassion pour l’équipe à ce stade]) ? :

En fait, le web a une hypothèse– ce n’était pas bien dur en fait…

Le dessous de la couverture selon le web ?

Luz avait déjà fait plusieurs caricatures de Mahomet en 2012, dont on avait beaucoup parlé :

(regardez bien sa tête et son chapeau)

(regardez bien sa tête et son chapeau)

Et voici donc la caricature du numéro de cette semaine :

Vous remarquez que la forme de la tête et du chapeau sont vraiment différents des autres fois.

Retournons-la :

Hmmm ? :

Non toujours pas ? Ok, je vous aide :

C’est en tous cas ce que beaucoup ont vu… (j’ai testé auprès d’amis !)  🙂

On peut donc se demander si Luz a dessiné Mahomet en partant de deux “bites” (désolé, je dis “bite, puisqu’on parle de Charlie hebdo) – ça se voit assez bien sur le zoom, regardez :

Ce qu’en a dit le web

Il y a 3 jours, le web a un peu souligné le sujet, par exemple :

L’Internaute : Charlie Hebdo : la tête du prophète en forme de sexe ? Des musulmans indignés

=======================================================

20 Minutes : «Charlie Hebdo»: Deux pénis se sont-ils glissés dans la nouvelle Une représentant Mahomet?

=======================================================

RTL : “Charlie Hebdo” : le journal affiche-t-il deux pénis sur sa Une ?

=======================================================

Le Figaro : Blasphème et sexe en une : l’esprit Charlie Hebdo est toujours là !

“Pour le sémiologue Jean-Didier Urbain, l’esprit Charlie n’est pas mort, bien au contraire. En témoigne, le phallus caché en une. «On connaît depuis longtemps les astuces des caricaturistes et des peintres qui produisent une image dans l’image, cette seconde image ne se lit qu’au prix d’une certaine manœuvre ou manipulation. Par exemple le fait de retourner l’image. Ici ce n’est plus la tête du prophète qui apparaît à l’envers mais un phallus, le turban étant l’équivalent des testicules et le visage allongé du poète devient une verge.» Coïncidence? Maladresse? Il en doute.

«C’est une sorte de pied-de-nez caché, cela peut être involontaire mais ici cela m’étonnerait, c’est tellement l’esprit de Charlie ! Ça fait partie de son message profond: dénoncer des interdits, ce qui a rapport à la sexualité par exemple. Le rôle de Charlie étant un rôle iconoclaste: représenter des choses interdites en plus de casser des images. Montrer qu’une image en cache une autre, faire une critique, une satire…»

La caricature étant déjà provoquante par rapport à certaines représentations religieuses, le lecteur non aguerri n’y a pas cherché pas une seconde lecture. Voilà de quoi l’initier à Charlie!”

“L’Esprit Charlie” : les blagues de potaches qui se terminent (hélas) par 20 morts et des lois sécuritaires ?

On continue donc, forts de cette expérience ?

Pédigrée

Rappel : on parle de Charlie Hebdo !!!

Le problème c’est que le cœur de leur métier de faire des bites !!!! Ils glissent des bites comme d’autres glissent des quenelles !

Après, comment savoir si c’est fait exprès ou non ?

Est-ce comme ceci qu’il faut comprendre le :

  • “Rester dans la droite ligne de la tradition du journal”
  • “Mais il a fait marrer la rédaction du journal satirique.”
  • “Démerdez-vous avec !”

À propos des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo (je condamne ces caricatures), rappels :

 

Et Luz lui-même :

Ce qu’en dit Luz…

Au vu de la polémique naissante, on a posé la question à Luz il y a 3 jours :

“Comble du blasphème, certains ont vu dans la représentation de Mahomet un double phallus (retournez votre Charlie, voyez le nez et les yeux, le visage et le turban…) Luz dément dans un haussement d’épaules : « Je l’ai toujours dessiné comme ça. En tout cas, s’il a une paire de couilles sur la tête, il est super bien épilé. »”

Source : Libération

On a vu bien mieux comme démenti (non, il ne le dessinait pas exactement comme ça les précédentes fois – et cela voulait il dire qu’il y avait aussi des bites les autres fois ?), mais bon…

Dans la précédente version de ce billet, j’étais plus dur, car j’avais TRES peur qu’il finisse par réponde “oui oui, c’est évidemment fait exprès”, ce qui aurait jeté encore plus d’huile sur le feu. Au mieux c’est un incroyable hasard, doublé du fait que personne à la rédaction n’aurait vu ceci (!) mais au pire, ça restera private joke).

C’est le problème avec les hyper-provocateurs (eux ou Dieudonné) : cela devient très dur de leur accorder le bénéficie du doute en cas de polémique…

Soulagé sur ce point, et ne souhaitant pas nourrir plus avant la polémique, j’ai retouché avec plus de conditionnel mon billet.

À chacun de se faire son opinion, avec toutes ces informations.

J’accuse Charlie Hebdo (à propos de la caricature elle-même)

(cette partie ne concerne plus la double interprétation “bitesque”)

Tout d’abord, je tiens à rappeler que je condamne sans ambiguïté l’attentat (j’ai pleuré comme tout le monde en apprenant l’a mort de Cabu), RIEN ne peut justifier la violence et encore moins la mort.

Je ne suis déjà pas d’accord pour qu’on publie de nouveau une telle caricature de Mahomet (ne soutenant pourtant pas l’idée d’une interdiction par la loi – je sais, le sujet est complexe et discutable).

J’en suis désolé, mais je vous accuse d’être des irresponsables qui jettent de l’huile sur le feu en republiant des caricatures de Mahomet !

Ah, flute, c’est votre slogan :

Je vous accuse de jouer avec la sécurité et la vie de nos citoyens avec inconséquence, de semer la haine dans le monde (avec des “antiracistes” comme vous, les racistes peuvent partir à la pêche à la ligne !!!), de contribuer au chaos :

Un acte de guerre maintenant !!!! Mais je n’ai rien demandé moi !

Le tout avec votre logique : “Démerdez-vous avec !”

Le tout avec votre logique : de faire “marrer la rédaction du journal satirique, et c’est pour [l’auteur] l’essentiel.”

L’essentiel ???

Et pendant ce temps là, chez Al Qaeda

IMPORTANT : Ceci est un pastiche, visant à dénoncer ce qui peut servir à nos ennemis. Ceci n’est pas une apologie du terrorisme. Le terrorisme est évidemment condamnable et inacceptable. (‘tain fait faire gaffe avec ce régime de plus en plus répressif)

Comme des gens veulent nous faire du mal, normalement, ce qu’il faudrait faire, c’est réfléchir à la meilleure réponse à apporter pour DIMINUER les risques que cela recommence. Ce qui signifie en général CHANGER des choses dans nos politiques et comportements, puisqu’ils ont contribué à nous désigner pour cible…

Cela signifie donc “penser comme l’ennemi”, pour avoir une STRATÉGIE ne lui donnant pas de nouvelles cartes dans sa main.

Or, quels cadeaux directs a-t-on fait aux recruteurs d’Al-Qaeda depuis 10 jours ?

  • avoir plein de chefs d’État se précipitant à Paris pour 20 morts – alors qu’aucun n’a évidemment daigné aller à Gaza après le massacre de 1 500 innocents il y a 6 mois. “Gaza Capitale du Monde“, ce sera dans une autre vie…
  • avoir Sarkozy (qui a renvoyé la Lybie au Moyen-Age, avec des milliers de morts), Hollande (qui bombarde un nouveau pays tous les 6 mois), le secrétaire général de l’OTAN (qui bombarde actuellement l’Irak), un représentant de M. Guantanamo/torture/drones sans procès/500 000 morts en Irak
  • Netanyahou marchant avec eux (champion du monde là), ce qui obliga Abbas à venir (sérieusement, il a pensé quoi le Palestinien de base, qui a vu son pays bombardé en 2014, 1 500 proches tués, avec aucun soutien international, quand son leader a dû aller à Paris pour 20 morts ? Il ne s’agit pas de faire une comptabilité macabre, mais on ne peut totalement l’ignorer non plus – les pauvres enfants juifs tués par Merah n’ayant apparemment pas été assez nombreux pour déclencher un même mouvement en France)
  • avoir la France entière qui se mobilise, tous les médias en boucle, sur “Je suis Charlie” et non pas “Je condamne la violence”, DONC (désolé les morts ont un sens) Al Qaeda pourra dire que tous les Français endossaient et soutenaient les caricatures de bouse de Mahomet (RAPPEL : ce n’est JAMAIS honnête un communiquant, a fortiori pour recruter des terroristes)
  • avoir une Femen en France qui brule le Coran
  • et, re-champion du monde, 5 millions de Français se précipitant pour acheter un journal avec une caricature de Mahome (voire avec une tête-de-bites) en couverture, reprise partout.

Comme ils doivent nous remercier de nos erreurs grossières les barbares là-bas – les recrues vont affluer… Et notre sécurité dans tout ça ?

Sérieusement, cela intéresse-t-il quelqu’un d’empêcher les prochains attentats et le pays de se diviser, ou le but est-il juste de faire une psychothérapie collective après le drame qui nous a frappé sans se soucier des conséquences de la façon dont on la fait ?

J’écris tout ceci car J’AURAIS VOULU aller manifester et participer à un beau moment de communion nationale (que j’aime mieux que le concept “d’union nationale”, qui semble impliquer une absence totale de voix discordante, et donc une atteinte à la liberté d’expression… D’ailleurs quand un gouvernement parle d’union nationale, c’est en général durant des moments de guerre pour mobiliser l’opinion – et c’est donc SURTOUT le moment où il faut examiner et critiquer les paroles et actes dudit gouvernement…).

Mais pour cela, il aurait fallu que cette communion nationale existât.

Et pour cela, il aurait fallu débattre un minimum, faire la part des choses, réfléchir à la cause de la cause du drame, se dire les choses, choisir un beau slogan qui nous aurait rassemblés ( #ContreToutesLesViolences ? #EnMémoireDetoutesLesVictimes ? #ContreLesTerrorismes ? #TousFrançais ? #AimonsNousLesUnsLesAutres ? 🙂 etc.), voire même, même, demander des choses au gouvernement !

Et comme on n’a rien fait de cela, on a choisi le pire slogan – et le plus naturel apparemment, quoique #JeSuisMinute aurait eu un faible succès je pense, si c’est ce journal qui avait été attaqué – (trouvé en 30 minutes par un graphiste (sic.)), qui peine DONC à nous rassembler (et la presse s’en étonne !) et en plus qui jettera encore de l’huile sur le feu et aidera probablement nos ennemis… Quelle formidable occasion gâchée !

J’ai vraiment l’impression qu’il y a là 20 % de la France, boboïsante (ce n’est pas une insulte !), souvent pleine de belles idées, mais qui – comme Hollande se pensant chef du Monde pour un jour, alors qu’il ne l’est ce jour-là que du Monde Occidental (quelqu’un connait-il simplement l’existence des attentats de Bombay en 2008, avec 173 morts ?) – hélas semble se penser être LA FRANCE, et s’étonne brutalement, en se retournant, de voir que la France ne les a pas suivis – ne semblant même pas comprendre pourquoi…

======================================================

Une nouveauté sémiologique dans l’Obs : “être Charlie” – je ne savais pas qu’il y en avait une définition…

Et pendant ce temps là, toutes les haines augmentent à proportion des blessures : islamophobie, replis identitaires, craintes de l’autre, sentiment de rejets, etc. Haines terreau de toutes les violences…

Quand le gouvernement va-t-il enfin se désolidariser d’irresponsables – comme d’autres ont su le faire par le passé, soucieux de la cohésion nationale ?

Je condamne toutes les provocations manifestes, susceptibles d’attiser dangereusement les passions.” [Jacques Chirac, 08/02/2006]

Je reviens sur Daniel, qui écrit toujours dans le même billet de ce jour :

“[…] toute une flopée de hautes autorités musulmanes et talibanes, dans une flopée de pays, n’aiment pas la couverture du dernier Charlie. Y compris, par exemple, mon nouveau copain le roi Abdallah de Jordanie, qui défilait avec moi dimanche dernier, et aujourd’hui juge le comportement de Charlie « condamnable, irresponsable, et inconscient ». Si si, le même. Solidaire le dimanche, il dézingue le jeudi. Eh, Majesté, tu sais pourquoi t’étais là, dimanche ? On te les avait montrés, les dessins des irresponsables ? (Je me permets de te tutoyer, on a arpenté le boulevard Voltaire ensemble).”

Je me permets de faire remarquer que le petit souci – oh, 3 fois rien, mais le cœur de ma réaction – c’est que JUSTEMENT, non, “il ne savait pas pourquoi il était là dimanche”, ou plutôt, vous n’étiez pas là pour la même chose. Et qu’on ne peut s’étonner et reprocher le moindre malentendu, puisqu’il n’y à jamais eu le moindre commencement de début de verbalisation et encore moins de dialogue et de débat.

C’est le problème quand, bouleversés, on agit avec émotion sans réflexion (exemple dans un autre registre : comme quand on court défendre la Belgique envahie et qu’on tombe dans le piège des Allemands qui nous prennent à revers et nous hachent menu en 1940…).

Il était sans doute là pour condamner la violence contre des innocents, vous étiez-là pour soutenir le droit à blesser, chacun y voyant clair en son for intérieur – mais si ça reste à l’intérieur, il ne peut qu’y avoir des malentendus, justement… C’est pour cela qu’on a inventé la parole (et après le cerveau).

Et dimanche, Abdallah n’avait pas encore vu la caricature (voire les tête-de-bites ?), qui fait à mon sens assez peu pour la paix entre les hommes et femmes de bonne volonté… Et depuis, je pense en effet qu’il l’a “regardée attentivement”… 😉

Mais bon, je dis ça, je dis rien…

Bref, pour ma part, j’essaye d’être RES-PON-SA-BLE (oui, je sais, ce n’est pas “modeeeeeerne”) et de débattre. Peut-être que je me trompe dans ce que je dis, mais, au moins, j’essaye…

Et la fraternité bordel ?

Faut il rappeler cela à propos des caricatures de 2012 :

C’est le pire exemple d’extrémistes provoquant des extrémistes.” [Vygaudas Usackas, représentant spécial de l’Union européenne pour l’Afghanistan, JDD, 19/09/2012]

Pourquoi ne pas avoir écouté la voix d’outre-tombe de Wolinski ?

“[Delfeil de Ton, ancien figure de Charlie Hebdo] cite Wolinski, en 2011, après l’attaque : “Je crois que nous sommes des inconscients et des imbéciles qui avons pris un risque inutile. C’est tout. On se croit invulnérables. Pendant des années, des dizaines d’années même, on fait de la provocation et puis un jour, la provocation se retourne contre nous. Il fallait pas le faire”, avait déclaré le dessinateur. Et Delfeil de Ton, s’appuyant sur cette citation, embraye : “Il fallait pas le faire, mais Charb l’a refait”. Un an plus tard, l’hebdomadaire satirique publie un numéro “Charia Hebdo”. Un numéro qui n’a pas faire rire Delfeil de Ton, lequel “était malade” de se dire que Cavanna, qui ne bénéficiait pas de protection policière à la différence de Charb, pouvait être tué. Tout comme Wolinski.” [Arrêts Sur Images, toujours !]

Est-ce vraiment trop demander que de faire preuve d’un minimum d’empathie et de respect envers nos semblables ?

D’essayer – oh comme cela semble difficile à certains – de respecter les demandes raisonnables, afin de ne pas heurter inutilement les convictions ?

Par exemple :

  • en n’insultant pas gratuitement la mémoire de sœur Emmanuelle ?
  • en n’insultant pas gratuitement Mahomet ?
  • en n’insultant pas gratuitement la mémoire de la Shoah ?
  • en n’insultant pas gratuitement Boudha ?

Ce qui ne signifie nullement ne pas se battre pour la laïcité ou les excès dommageables des religions… Mais en dénonçant les actes des hommes, pas ceux de Dieux

Et je comprends mal d’ailleurs cette idée répandue partout de “liberté d’expression pour critiquer les religions”. Évidemment, mais où est la critique de la religion ??? On notera que Zemmour n’a aucun souci ! Il n’y a aucune expression dans ces “caricatures”, juste une volonté puérile de heurter en agitant un tabou, en brisant une chose sacrée pour l’autre. C’est tout un débat – mais au moins posons le clairement…

Car de toute façons, une liberté est toujours limitée – au moins par la liberté de l’autre. Ou s’arrêtent-elles, ou commencent-elles – tout un débat aussi.

Vous sentez-vous heurté par le fait de “brider votre liberté” en baissant le son de votre télévision ou chaine-hifi le soir pour ne pas gêner votre voisin ? Le problème n’est même pas légal : c’est une base du vivre ensemble. Vous savez que si vous ne le respectez pas, il ne vous respectera pas, et que vous entrerez dans une spirale sans fin, finissant par vous rendre la vie impossible…

Je pense vraiment qu’on a une partie de la population qui se pense élite, que je qualifierais de néoconservatrice de droite et/ou de gauche, pétrie d’un amour de la Liberté qui hélas est devenu intégriste – oubliant égalité et fraternité -, voulant une liberté :

  • économique absolue, sans régulation, qui menace désormais très gravement la stabilité de notre secteur bancaire et financier ;
  • diplomatique absolue, voulant à tout crin se mêler de tout ce qui se passe dans les autres pays – et non pas des seuls crimes à en effet empêcher, mais allant jusqu’à des tentatives de changement de régime et ) donner des leçons quant aux modes de vie -, qui menace désormais la paix et notre sécurité extérieure ;
  • de mode de vie absolue, comme on le voit avec cette théorisation du droit absolu à provoquer l’autre, qui menace notre sécurité intérieure et notre cohésion nationale…

Ne peut-on pas simplement condamner toute violence, physique ou morale ?

Ne peut-on pas simplement réfléchir à ses différentes sources (et donc à nos propres responsabilités), et au moyen d’en couper le robinet ?

Ne peut-on pas simplement essayer d’apaiser au lieu de diviser ?

ACTION :

RÉACTIONS :

===============================================================

===============================================================

===============================================================

===============================================================

===============================================================

===========================================

Allez en hommage aux dessinateurs inhumés aujourd’hui, et pour ne pas trop être père la morale, un petit dessin en hommage – à la maxime tellement adaptée…

 

Cabu, c’était bien la paix…

Il ne sert à rien d’humilier les gens, ni de déclencher la violence au nom de beaux principes. […] Observer des tabous, ce n’est pas forcément une régression, ce n’est pas un pas en arrière pour la liberté d’expression : c’est un pas en avant pour l’intelligence.” [Plantu, 10/2006]

Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.” [Martin Luther-King]

Moi je les aime bien :

P.S. Pour soulager le serveur, les commentaires de ce billet sont ici.

P.P.S. Ce sujet devenant lassant de bêtise, on essaiera de passer à autre chose lundi…

P.P.P.S : si quelqu’un a le dernier numéro du Nouvel Observateur d’il y a 2 jours et un scanner, merci de me contacter

j’avais TRES peur qu’il réponde “oui oui, c’est fait exprès”, ce qui aurait jeté de l’huile sur le feu. Au mieux c’est un incroyable hasard, doublé du fait que personne à la rédaction n’aurait vu ceci (!) mais au pire, ça restera private joke), et ne souhaitant pas nourrir plus avant la polémique, j’ai retouché avec plus de conditionnel mon billet. A chacun de se faire son opinion.

Les commentaires sont fermés.

Charte de modérations des commentaires