Dans la série, “la voix de la Russie”, voici la très intéressante intervention du ministre russe à l’ONU – afin que chacun puisse se faire son opinion sans le filtre déformant des médias…

Merci au travail acharné des traducteurs ce week-end, qui nous permet de l’avoir en français avant même la version anglaise 🙂

Discours du ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Sergueï Lavrov à la 69ième session de l’Assemblée générale des Nations Unies, à New York, le 27 septembre 2014

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Aujourd’hui apparaît de plus en plus clairement la contradiction entre d’une part, la nécessité d’actions collectives de partenariat dans l’intérêt de l’élaboration de réponses appropriées aux défis communs et, d’autre part, le désir pour un certain nombre de pays de dominer, de restaurer la mentalité archaïque de la confrontation des blocs s’appuyant sur une discipline de caserne et sur une logique préjudiciable : « nous — les autres ». L’alliance occidentale avec, en tête, les États-Unis, qui se posent comme défenseurs de la démocratie, de la primauté de la loi et des droits de l’homme dans des pays tiers, agit directement à l’inverse sur la scène internationale, en rejetant le principe démocratique de l’égalité souveraine des États, tel que fixé par la Charte des Nations Unies, et en essayant de décider pour tout le monde ce qui est bien et ce qui est mal.

Washington a proclamé ouvertement son droit d’utiliser la force militaire de façon unilatérale et n’importe où pour la défense de ses propres intérêts. L’intervention militaire est devenue la norme, même en dépit du fait que toutes les opérations de force menées par les États-Unis au cours de ces dernières années se sont terminées de façon piteuse.

De rudes coups ont été portés à la stabilité internationale : bombardement de la Yougoslavie par l’OTAN, intervention en Irak, attaque de la Libye, échec en Afghanistan. Ce n’est que grâce à des efforts diplomatiques intenses que l’agression contre la Syrie en 2013 n’a pas eu lieu. On ne peut s’empêcher de penser que les diverses « révolutions de couleur » et autres projets visant le remplacement des régimes indésirables n’ont pour but que de provoquer le chaos et l’instabilité.

Aujourd’hui, l’Ukraine est devenue la victime de cette politique. La situation révèle la persistance de défauts profonds, systémiques dans l’architecture existante de la zone euro-atlantique. L’Occident a mis le cap vers une « structuration verticale de l’Humanité » en fonction de ses propres standards, qui sont loin d’être inoffensifs. En proclamant leur victoire dans la « guerre froide » et l’avènement de la prétendue « fin de l’Histoire », les États-Unis et l’Union européenne ont entrepris d’élargir leur espace géopolitique sans prendre en compte l’équilibre des intérêts légitimes de tous les peuples d’Europe. Nos partenaires occidentaux n’ont pas entendu nos avertissements répétés sur l’inacceptabilité de la violation des principes de la Charte des Nations Unies et de l’Acte final d’Helsinki, ils se sont dérobés à chaque occasion de faire en commun un travail sérieux en vue de créer un espace unique de sécurité égal et indivisible et de coopération de l’Atlantique au Pacifique. La proposition russe d’étudier un traité de sécurité européenne a été rejetée. On nous a carrément déclaré que des garanties juridiquement contraignantes en matière de sécurité ne peuvent être obtenues que par les membres de l’Alliance atlantique, qui entre-temps a continué à se déplacer vers l’Est malgré les promesses du contraire données précédemment. Le passage instantané de l’OTAN à une rhétorique hostile, à la réduction de la coopération avec la Russie même au détriment des intérêts propres des pays occidentaux, à l’intensification supplémentaire de l’infrastructure militaire aux frontières russes a mis en évidence l’incapacité de l’alliance à changer son code génétique mis en place à l’époque de la « guerre froide ».

Les États-Unis et l’Union européenne ont soutenu le coup d’État en Ukraine, ils se sont mis à justifier sans discernement toutes les actions des autorités autoproclamées de Kiev, qui avaient choisi comme cap politique d’écraser par la force la partie du peuple ukrainien qui avait rejeté les tentatives d’imposer à l’ensemble du pays un ordre anticonstitutionnel et voulait défendre ses droits à sa langue maternelle, à sa culture et à son histoire. C’est justement cette offensive agressive contre ces droits qui a contraint les habitants de Crimée à prendre leur destin en main et à faire leur choix en faveur de l’autodétermination. Cela a été un choix totalement libre, quoi que puissent inventer ceux qui sont les premiers responsables du conflit interne en Ukraine.

Les tentatives de déformer la vérité, de masquer les faits par des accusations sans fondement ont été entreprises à tous les stades de la crise ukrainienne. Rien n’est fait pour identifier et sanctionner les responsables des événements sanglants de février sur le Maïdan, des massacres de masse à Odessa, Marioupol et dans d’autres régions de l’Ukraine. L’épouvantable catastrophe humanitaire causée par les actions des forces de sécurité ukrainiennes dans le sud-est du pays a été délibérément minimisée. Ces derniers jours ont été révélés de nouveaux faits horribles, quand des charniers ont été découverts près de Donetsk. En contradiction avec la résolution 2166 du Conseil de sécurité des Nations Unies, on tarde à mener une enquête approfondie et indépendante sur le crash de l’avion de ligne de la Malaisie sur le territoire ukrainien. Les coupables de tous ces crimes doivent être identifiés et traduits en justice. Sinon, il sera difficile d’espérer une réconciliation nationale en Ukraine.

La Russie est sincèrement intéressée à la restauration de la paix dans le pays voisin, quiconque connait un peu l’histoire des relations profondes et fraternelles entre les deux pays doit en être conscient. La voie menant à un règlement politique est connue : en avril dernier déjà, Kiev a pris l’engagement dans la déclaration de Genève signée par la Russie, l’Ukraine, les États-Unis et l’Union européenne, d’entamer sans attendre un dialogue national avec toutes les régions et les forces politiques en Ukraine afin de mettre en œuvre la réforme constitutionnelle. La réalisation de cet engagement permettrait à tous les Ukrainiens de se mettre d’accord sur la façon de vivre ensemble en accord avec leurs traditions et leur culture, elle permettrait à l’Ukraine de revenir à son rôle organique de maillon, entre les différentes parties de l’espace européen, ce qui suppose sans conteste la préservation et le respect de son statut de pays non-aligné, neutre. Nous sommes convaincus qu’avec de la bonne volonté, en arrêtant de soutenir le « parti de la guerre » à Kiev, qui essaie de pousser les Ukrainiens dans l’abîme de la catastrophe nationale, la sortie de la crise est à portée de main.

Une voie pour la surmonter a été ouverte avec la conclusion de l’accord de cessez-le-feu dans le sud-est de l’Ukraine sur la base des initiatives des Présidents Petro Porochenko et Vladimir Poutine. Avec la participation de représentants de Kiev, de Donetsk, de Lougansk, de l’OSCE et de la Russie, sont en train d’être décidées les modalités pratiques de la mise en œuvre cohérente de ces accords, y compris la séparation des parties, le retrait des armes lourdes des forces militaires ukrainiennes et de l’organisation de la surveillance par l’OSCE. La Russie est prête à continuer d’aider activement à faire avancer le règlement politique dans le cadre du processus de Minsk, qui a fait ses preuves, et dans le cadre d’autres formats. Mais il doit être clair que nous le faisons au nom de la paix, de la tranquillité et du bien-être du peuple ukrainien, et non pour satisfaire les ambitions de quiconque. Les tentatives de faire pression sur la Russie, de l’obliger à renoncer à ses valeurs, à la vérité et à la justice, n’ont aucune chance d’aboutir.

Je vais me permettre un rappel de faits historiques pas tellement éloignés. Comme condition à l’établissement des relations diplomatiques avec l’Union soviétique en 1933, le gouvernement des États-Unis a exigé de Moscou des garanties de non-ingérence dans les affaires intérieures des États-Unis et l’engagement d’éviter toute action visant à modifier la structure politique et sociale de l’Amérique. À l’époque, Washington redoutait le virus révolutionnaire, et ces garanties ont été mises en place dans les relations entre l’Amérique et l’Union soviétique sur la base de la réciprocité. Il serait peut-être bon de revenir à cette question et de reproduire l’exigence du gouvernement américain de l’époque à l’échelle universelle. Pourquoi ne pas adopter une déclaration de l’Assemblée générale sur l’inadmissibilité de l’ingérence dans les affaires intérieures des États souverains, sur la non-reconnaissance des coups d’État comme méthode de changement de pouvoir ? Il est temps d’exclure complètement des relations internationales les tentatives de pression illégales de certains pays sur d’autres. L’exemple de l’embargo américain contre Cuba démontre de façon évidente l’absurdité et la contre-productivité des sanctions unilatérales.

La politique des ultimatums, la philosophie de la supériorité et de la domination ne répondent pas aux exigences du XXIe siècle : ils entrent en conflit avec les processus objectifs de formation d’un ordre mondial démocratique multipolaire.

La Russie propose un ordre du jour fédérateur et positif. Nous avons toujours été et serons ouverts au dialogue sur les questions les plus difficiles, aussi insolubles qu’elles puissent paraître au premier abord. Nous serons prêts à chercher des compromis et l’équilibre des intérêts, à accepter un échange de concessions, mais seulement si le dialogue est honnête, respectueux et équitable.

Les accords de Minsk en date du 5 et du 19 septembre sur les voies de sortie de la crise ukrainienne, le compromis sur les délais d’entrée en vigueur de l’accord d’association entre Kiev et l’UE sont de bons exemples à suivre, tout comme la volonté enfin déclarée de Bruxelles d’entamer des négociations sur une zone de libre-échange entre l’UE et l’Union Douanière de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan, comme proposé par le président Vladimir Poutine en janvier de cette année.

La Russie a toujours préconisé l’harmonisation des projets d’intégration en Europe et en Eurasie. L’harmonisation des orientations politiques et des délais d’une telle « convergence des intégrations » serait une véritable contribution au travail de l’OSCE sur le thème « Helsinki plus 40 » [Référence aux Accords d’Helsinki, signés en 1975, ndt]. Un autre axe important de ce travail devrait être l’instauration d’un dialogue pragmatique et désidéologisé sur l’architecture militaro-politique dans la zone euro-atlantique, afin que non seulement les membres de l’OTAN et l’OTSC [Organisation du Traité de la Sécurité collective, rassemblant la Russie, 5 républiques ex-soviétiques + les observateurs], mais également tous les pays de la région, y compris l’Ukraine, la Moldavie, la Géorgie, se sentent dans un état de sécurité égal et indivisible et ne soient pas placés devant un faux dilemme: « soit avec nous, soit contre nous. »

Nous ne pouvons pas admettre de nouvelles lignes de démarcation en Europe, d’autant plus que dans le contexte de la mondialisation, ces lignes peuvent devenir une ligne de partage entre l’Occident et le reste du monde.

Il faut le dire honnêtement : personne n’a le monopole de la Vérité, personne n’est plus en mesure d’ajuster les processus mondiaux et régionaux à ses besoins propres.

Aujourd’hui, il n’existe pas d’alternative à un consensus sur les règles d’une gouvernance mondiale durable dans les nouvelles conditions historiques, dans le plein respect de la diversité culturelle et civilisationnelle du monde et de la multiplicité des modèles de développement. Parvenir à un tel consensus sur chaque point sera difficile, probablement éprouvant. Mais la reconnaissance de ce que, dans chaque État, la démocratie est « le pire des régimes — à l’exception de tous les autres » a mis également beaucoup de temps à se frayer un chemin jusqu’à ce que Winston Churchill n’émette son jugement. Il est temps de réaliser que cet axiome est incontournable également dans les affaires internationales, aujourd’hui caractérisées par un énorme déficit démocratique.

Bien sûr, certains devront briser des stéréotypes multiséculaires, abandonner leurs prétentions à l’« exceptionnalisme éternel ». Mais il n’y a pas d’autre solution. Les efforts solidaires ne peuvent être construits que sur les principes du respect mutuel et de la considération des intérêts réciproques, comme cela se fait, par exemple, dans le cadre du Conseil de sécurité de l’ONU, du « G 20 » , des BRICS et de l’OCS [Organisation de Coopération de Shanghaï, ndt].

La théorie sur les avantages du travail d’équipe est confirmée dans la pratique : c’est le progrès dans le règlement de la situation autour du PNI [programme nucléaire iranien, ndt], la réussite de la démilitarisation chimique de la Syrie. D’ailleurs, en parlant des armes chimiques, je voudrais obtenir une information honnête sur l’état des arsenaux chimiques en Libye. Nous comprenons que nos collègues de l’OTAN, après avoir bombardé ce pays en violation de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, ne voudraient pas « remuer » le chaos qu’ils ont eux-mêmes créé. Cependant, le problème des arsenaux chimiques libyens hors contrôle est trop grave pour fermer les yeux. Je pense que le Secrétaire général des Nations Unies doit faire preuve de responsabilité dans cette affaire aussi.

L’essentiel aujourd’hui est de considérer les priorités globales et de ne pas les rendre otages d’un ordre du jour unilatéral. La gestion des conflits nécessite urgemment l’abandon du deux poids, deux mesures. En général, tous s’accordent à dire que la tâche principale consiste en une opposition ferme aux terroristes qui tentent de prendre le contrôle de zones de plus en plus vastes en Irak, Syrie, Libye, Afghanistan, dans le Sahara et au Sahel. S’il en est ainsi, alors ce problème ne peut pas être sacrifié à des schémas idéologiques ou à des règlements de compte personnels. Les terroristes, quels que soient les slogans derrière lesquels ils s’abritent, doivent rester hors la loi.

Dans le même temps, bien sûr, la lutte contre le terrorisme doit s’appuyer sur la base solide du droit international. Une étape importante dans cette lutte a été l’adoption unanime d’une série de résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, y compris récemment sur la question des combattants-terroristes étrangers. Au contraire, les tentatives d’agir en contradiction avec la Charte des Nations Unies n’aident pas au succès des efforts conjoints. La lutte contre les terroristes sur le territoire de la Syrie doit être menée en coopération avec le gouvernement syrien, qui a clairement affirmé qu’il était prêt à le faire. Damas a déjà prouvé par son action sa capacité à agir avec la communauté internationale et à respecter ses engagements dans le cadre du programme de l’élimination des armes chimiques.

La Russie a demandé dès le début du « printemps arabe » de ne pas laisser ce dernier à la merci d’extrémistes et de créer un front uni pour lutter contre la menace croissante du terrorisme. Nous avons mis en garde contre la tentation de prendre comme alliés presque tous ceux qui se déclaraient adversaires d’Assad, fussent-ils « Al-Qaïda », « Djebhat an-Nousra » ou autres « compagnons de route » du changement de régime, y compris l’État islamique, qui est maintenant au centre de l’attention générale. Comme on dit, mieux vaut tard que jamais. La Russie n’en est pas à sa première contribution réelle à la lutte contre l’État islamique, ainsi que d’autres formations terroristes de la région. Nous effectuons des livraisons à grande échelle d’armes et de matériel militaire à l’Irak, à la Syrie et à d’autres pays de la région MENA et nous continuerons à soutenir leurs efforts visant à éliminer les terroristes.

La menace du terrorisme nécessite une approche globale, si nous voulons éradiquer ses causes et ne pas être condamnés à réagir uniquement aux symptômes. L’État islamique est seulement une partie du problème. Nous proposons d’organiser, sous les auspices du Conseil de sécurité des Nations Unies, une étude en profondeur des menaces extrémistes et terroristes dans l’espace MENA et dans leur intégralité. Une approche complète implique la prise en compte des conflits de longue date, principalement le conflit arabo-israélien. Le problème palestinien en suspens depuis de nombreuses décennies reste largement reconnu comme l’un des principaux facteurs d’instabilité dans la région, du fait qu’il permet aux extrémistes de recruter de plus en plus de djihadistes.

La mise en commun des efforts pour l’application des décisions de l’AG et du Conseil de Sécurité de l’ONU en ce qui concerne la lutte contre le virus Ebola est une autre nécessité criante. Nos médecins travaillent déjà en Afrique. Nous prévoyons une livraison supplémentaire d’aide humanitaire, d’équipement, de matériel médical, de médicaments, d’équipes d’experts pour aider le programme des Nations Unies en Guinée, au Libéria, en Sierra Leone.

L’Organisation des Nations Unies, créée sur les ruines de la Seconde Guerre mondiale, entre dans l’année de son soixante-dixième anniversaire. Nous avons tous le devoir de célébrer l’anniversaire de la Grande Victoire, et de rendre hommage à tous ceux qui sont morts au nom de la liberté et du droit de chaque peuple à déterminer son propre destin.

Les leçons de cette terrible guerre, tout comme le cours général des événements dans le monde actuel, exigent d’unir nos efforts, d’oublier les intérêts unilatéraux, les cycles électoraux nationaux quand il s’agit de faire face à des menaces globales pesant sur l’humanité tout entière, il ne faut pas permettre que l’égoïsme national l’emporte sur la responsabilité collective.

Source : Sergueï Lavrov, Ministère russe des Affaires étrangères, 27/09/2014 – Traduction collective par les lecteurs du site www.les-crises.fr (souligné par nous)

110 réponses à Discours du ministre russe des Affaires étrangères à l’ONU

  1. V_Parlier Le 29 septembre 2014 à 17h29
    Afficher/Masquer

    Lavrov, homme patient parmi les prétentieux, sera-t-il écouté un jour ?


    • Crapaud Rouge Le 29 septembre 2014 à 23h23
      Afficher/Masquer

      V_Parlier, je pense que vous avez fait un contresens, “parmi” signifie “faire partie d’un ensemble”, c’est-à-dire que vous rangez Lavrov “parmi les prétentieux”. Cependant, si c’est bien ce que vous vouliez exprimer, alors vous vous trompez du tout au tout. Avoir de grandes et belles idées n’est pas toujours prétentieux.


      • V_Parlier Le 29 septembre 2014 à 23h41
        Afficher/Masquer

        Entouré en grande partie de prétentieux condescendants (en ce lieu qu’est l’ONU), si vous préférez. Là était ma pensée.


        • Van Le 02 octobre 2014 à 19h24
          Afficher/Masquer

          c’est vrais que dire des vérités et prêcher le droit internationale et l’équilibre des force et le droit des peuple dans un monde de mensonge et de crime effectivement cela peut paraitre prétentieux chez des d’esprits corrompus .


      • David D Le 30 septembre 2014 à 01h55
        Afficher/Masquer

        Parmi ne signifie pas forcément “faire partie d’un ensemble”, une femme parmi les fleurs, oui pour la galanterie, mais un chien parmi les fleurs, le chien n’est pas une des fleurs!


      • Fendjir Le 30 septembre 2014 à 09h08
        Afficher/Masquer

        “Homme patient parmis…” signifie qu’il est l’exception au groupe.


      • Crapaud Rouge Le 30 septembre 2014 à 12h52
        Afficher/Masquer

        L’expression “un borgne parmi des aveugles” ne pose pas de problème, parce qu’un borgne n’est pas un aveugle. De même avec “une femme parmi les fleurs” car une femme n’est pas une fleur. Mais avec “un homme patient parmi les prétentieux”, je pense aussitôt à quelqu’un qui pourrait être à la fois patient et prétentieux… (Tout cela dit sans esprit critique, bien sûr, c’est juste pour le plaisir de la langue et de la précision.)


        • David D Le 30 septembre 2014 à 14h03
          Afficher/Masquer

          oui, toute langue contient des ambiguïtés, c’est le cas ici, on peut lire de deux façons différentes! “parmi” ça ne veut rien dire d’autre qu’au beau milieu, c’est son sens de base, après selon ce que tu dis ça peut être inclusif ou disjonctif, mais ça c’est un effet de sens!
          Un autre truc, “parmi” n’est pas toujours suivi d’un pluriel, on peut écrire “parmi la mousse”, et les poètes utilisent parfois le singulier après “parmi”


    • Nérée Le 30 septembre 2014 à 08h10
      Afficher/Masquer

      Je ne comprend pas pourquoi les russes tendent encore la main aux occidentaux : les dirigeants atlantistes n’arreteront pas leur folie avant d’avoir, ou renversés tout ceux qui ne sont pas d’accord avec eux, ou déclenchés une guerre mondiale; La raison en est simple : les Usa en sont à 70 000 milliards de dette nationale (officiellement 18 000 et pour la France 2000 milliards), ils sont sur le point de se crasher misérablement comme tous ceux qui les ont suivis.
      La guerre contre le terrorisme d’avant comme celle actuelle, ne doit duper personne, le but est de faire tomber la Syrie d’une manière mesquine et détournée. Ils en profitent pour livrer encore plus d’arme à l’opposition et pour bombarder les sites gaziers et pétroliers afin d’empecher les Syriens de les récupérer des mains des Djihadistes.
      Quand à la France, ces filières djihadistes que le gouvernement prétend combattre, il les a mis lui même sur pied depuis Sarkozy et prolongé sous Hollande, qui a publiquement dit qu’il fallait aider les terroristes pour faire tomber Hassad. Manque de bol, lorsqu’ils se sont fait torcher par le regime Syrien, ils sont allésau Mali s’en prendre aux interets français, d’ou l’inervention de l’armée française : la gestion politique française est lamentable et se fait au détriment du contribuable !


      • zipzap Le 30 septembre 2014 à 15h18
        Afficher/Masquer

        Il y a une main tendue, mais aussi un poing levé !
        Le texte est clair dans ce propos.
        Un vrai pacifiste doit toujours tendre une main, même au milieu du fracas des bombes, même et surtout s’il est en train de gagner la bataille. Car les vaincus ne sont jamais pacifiste, c’est toujours au vainqueur de mettre en oeuvre les conditions de la paix.
        Si le discours de Lavrov est sincère, et je le crois sincère, c’est un bon discours alors que le sort des armes et des allaince se retourne en faveur de la Russie, avec les USA qui s’engluent sans retour depuis douzes ans.


    • mitch Le 01 octobre 2014 à 14h00
      Afficher/Masquer

      La lutte contre les terroristes sur le territoire de la Syrie doit être menée en coopération avec le gouvernement syrien, qui a clairement affirmé qu’il était prêt à le faire. Damas a déjà prouvé par son action sa capacité à agir avec la communauté internationale et à respecter ses engagements dans le cadre du programme de l’élimination des armes chimiques.

      La Syrie est l’alliée de la Russie…

      L’Organisation des Nations Unies, créée sur les ruines de la Seconde Guerre mondiale, entre dans l’année de son soixante-dixième anniversaire. Nous avons tous le devoir de célébrer l’anniversaire de la Grande Victoire, et de rendre hommage à tous ceux qui sont morts au nom de la liberté et du droit de chaque peuple à déterminer son propre destin

      J’ai fait un copié/collé pour être sûr de pouvoir relire…Coupures de gaz provenant de Russie vers l’Ukraine en plein hiver, bordel en Tchétchénie, expropriations et dilapidation des fonds à Stocchi. C’est sûr, il a des c., le pappy.


      • Nicolas Le 01 octobre 2014 à 14h45
        Afficher/Masquer

        “Coupures de gaz provenant de Russie vers l’Ukraine en plein hiver, bordel en Tchétchénie, expropriations et dilapidation des fonds à Stocchi. C’est sûr, il a des c., le pappy.”
        C’est en lisant des trucs comme ça qu’on se rend vraiment compte des ravages de l’alcool.


  2. DUGUESGLIN Le 29 septembre 2014 à 17h33
    Afficher/Masquer

    Intervention claire juste et compréhensible. Puisse M. Lavrov être entendu à l’ONU et dans le monde.


    • mitch Le 01 octobre 2014 à 14h03
      Afficher/Masquer

      La lutte contre les terroristes sur le territoire de la Syrie doit être menée en coopération avec le gouvernement syrien, qui a clairement affirmé qu’il était prêt à le faire. Damas a déjà prouvé par son action sa capacité à agir avec la communauté internationale et à respecter ses engagements dans le cadre du programme de l’élimination des armes chimiques.

      Bravo Bachar.


  3. Nicolas Le 29 septembre 2014 à 17h39
    Afficher/Masquer

    On est balèze quand même 🙂 Pour moi c’est toujours “un éternel exceptionnalisme”, pas ” l’« exceptionnalisme éternel » “. À part ça, ça va 🙂
    Dommage que personne ne l’écoute, Serge, parce qu’il dit des trucs pas bêtes.


    • Alae Le 29 septembre 2014 à 20h18
      Afficher/Masquer

      Mais si, Nicolas, il y en a qui écoutent. Moi, j’ai écouté Sergueï Viktorovitch hier, avec la traduction simultanée de l’ONU (oreillette droite du casque sur l’oreille pour entendre la version anglaise). Bravo pour le travail de traduction, parce que la voix d’une jeune femme, si bonne traductrice soit-elle, par-dessus celle de Lavrov, ça perturbe.
      Et puis comme ça, je copie-colle et je garde, merci.
      Quel bonheur, un discours de politicien qui tient debout… Décidément, en ce moment, les Russes donnent leçon sur leçon. Et sans faire la morale, ouf !


      • Slavyanka Le 30 septembre 2014 à 02h21
        Afficher/Masquer

        Moi aussi j’ai vu cette vidéo hier et j’imagine bien que la version anglaise était difficile à écouter car Lavrov parlait très vite et la jeune femme avait du mal à suivre et à poser sa voix en lisant la traduction.
        Sergueï Lavrov est un grand diplomate, dans ce discours il prouve une fois de plus son intelligence et sa clairvoyance.


    • Kiwixar Le 29 septembre 2014 à 22h07
      Afficher/Masquer

      Je crois plutôt qu’il est écouté comme l’oasis au milieu du désert, à mesure que les Zuniens s’enfoncent en tordant de plus en plus de bras de plus en plus fort… Vu que la voix de la France a complètement disparu, la voix de la Russie (qui en plus a la force militaire, énergétique et un dirigeant “gaullien”) peut inspirer de nombreux pays et dirigeants clé (Erdogan entre autres).

      Si vous êtes dirigeant d’un pays d’avenir, êtes-vous attiré par l’occident en faillite (ah, la bouffonnerie du plafond de la dette), avec des dirigeants arrogants, qui mentent tout le temps et dont les capacités militaires commencent à faire rire (F35, navire Aegis “éteint” par les Russes en Mer Noire)?


      • VladimirK Le 30 septembre 2014 à 03h46
        Afficher/Masquer

        Ah le F-35… je me souviens, il y a 5-6 ans, les autorités australiennes reconnaissaient que le F-35 était une nullité qui ne faisait pas le poids face aux avions achetés par la Malaisie, l’Indonésie, etc. mais que malgré tout, c’était l’avion qui leur fallait.

        En fin de compte, la Nouvelle Zélande peut s’estimer heureuse avec son armée de l’air équipée de Boeing 757, Beech King Air et autres hélicoptères de transports… ça coûte moins cher à entretenir, et ce n’est pas moins utile que des chasseurs.


        • Kiwixar Le 30 septembre 2014 à 05h33
          Afficher/Masquer

          Au-delà de la qualité de l’avion et de sa “furtivité” (pour les radars des années 1980), il y a le problème du coût unitaire. Il me semble que le F-16 avait justement été conçu pour être par cher (par rapport au F-15) et donc permettre de compenser la supériorité numérique du Pacte de Varsovie.

          Avec le F-35, l’Occident risque de se retrouver à 1x F-35 contre 25 chasseurs chinois au prix de la Twingo. J’exagère bien sûr, mais l’idée est là, quelque soit la supériorité d’une arme, il faut quand même penser à la quantité, et imaginer que l’adversaire a le temps de concevoir des réponses adaptées, notamment les armes anti-électronique contre un avion complètement dépendant à son ordinateur de bord.

          Concernant la furtivité d’un avion, à nouveau sans être expert, il me semble que la réponse est dans la reconnaissance optique (qui a fait énormément de progrès, voir la reconnaissance des visages) combinée à la puissance électronique embarquée. Donc concevoir un missile dirigé initialement par des gros radars moderne au sol (capables de détecter le F-35) puis en approche finale la reconnaissance optique du missile prend le relais.

          Donc beaucoup d’argent pour un avion qui sera vraiment médiocre dans tous les domaines, y compris la furtivité. C’est le problème des US, où les “cerveaux” deviennent lawyers, banquiers ou traders, au lieu de faire ingénieur (métier délocalisable).


          • VladimirK Le 30 septembre 2014 à 11h27
            Afficher/Masquer

            Et oui, là où les américains ont dépensé des milliards pour développer la furtivité, les russes ont dépensé des millions pour la détecter.

            Quant à la reconnaissance visuelle, la formule magique, c’est la transformée de Fourier : vous faites la transformée de Fourier d’une image représentant une forme, vous obtiendrez un nuage de points ; vous faites la transformée de Fourier de la même forme, sous une autre échelle, décentrée, vous obtiendrez le même nuage de points, et donc si les deux transformées concordent, vous avez deux fois la même forme, et pas besoin de calculs informatiques compliqués.


          • Alae Le 30 septembre 2014 à 11h40
            Afficher/Masquer

            C’est bien pire que ça. Le F35 a des failles qui en font un projet mort-né. D’abord son coût astronomique : sa conception, jusqu’ici, aurait coûté 400 milliards de dollars, ce qui en fait l’arme la plus chère de toute l’histoire mondiale de l’armement.
            Chaque unité coûterait, en gros, 128 millions de dollars, c’est à dire deux fois son prix annoncé.
            link to f35baddeal.com
            link to f35baddeal.com
            Et ce n’est pas tout: à ce prix-là, à cause d’erreurs basiques de conception, il n’est même pas au niveau minimum d’efficacité. Des avions plus anciens russes ou chinois sont capables de bien meilleures performances.
            Selon des experts américains effondrés, “The F35 can’t turn, can’t climb, can’t run”
            link to f35baddeal.com


            • gil Le 30 septembre 2014 à 19h43
              Afficher/Masquer

              Amusant, sur la fiche Wikipedia du F35, on apprend :

              Piratage informatique

              Le 21 avril 2009, le Wall Street Journal révélait que des hackers avaient pénétré dans les réseaux protégés de l’administration américaine et avaient réussi à dérober des centaines de téraoctets d’informations confidentielles portant sur le F-35. Cette information a fait l’effet d’une bombe dans la presse ainsi que dans la blogosphère spécialisée. Selon les premières informations circulant alors, les hackers seraient d’origine chinoise, et bien que les autorités le démentent formellement, ceci serait en rapport avec les cyberattaques permanentes dont seraient victimes les infrastructures américaines, et, au-delà d’elles, celles des principaux alliés occidentaux, depuis le début du XXIe siècle. Les informations portaient sur les systèmes électroniques du chasseur, sur son informatique embarquée et ses systèmes de furtivité. Pour cette raison, le programme serait menacé dans ses fondements, puisque, disposant des informations adéquates, les contre-mesures seraient d’autant plus simples à mettre en œuvre.

              link to fr.wikipedia.org


            • Kamfrenchie Le 01 octobre 2014 à 00h02
              Afficher/Masquer

              l’intérêt du F35 c’est qu’il permet de faire vivre le complexe militaire américain et de mettre les pays membres du projet en Etat de dépendance vis à vis des USA.
              Il y a des articles à ce sujet, dont un sur le site de l’UPR


          • DLG Le 02 octobre 2014 à 06h15
            Afficher/Masquer

            Pour ce qui est de la furtivité, c’est une cause perdue…
            Les concepteurs de radars et de materiaux furtifs sont des mêmes entreprises/laboratoires, si ce n’est pas les mêmes personnes (pour la théorie au moins).
            Un nouveau matériaux a peine trouvé, on sait comment le détecter, au moins en théorie, la technique suivra (précède en général d’ailleurs, sinon comment savoir qu’on a trouvé un nouveau truc….).
            Par ailleurs, il est plus facile de faire des radars, qui sont les produits d’un travail ingénierie somme toute assez classique, que de créer des nouveaux matériaux furtifs…
            Beaucoup plus malin, les armes anti-radars, on détruit (ou a minima on perturbe) l’infra de détection de l’ennemi en temps reel (missile anti-radar, brouillage destructif ect…) . Il sait qu’on est la, c’est tout, il peut rien faire….
            Le furtif c’est de la flute, je rappel qu’un f117 us c’est fait plomber la gueule en yougoslavie ou en serbie de memoire, pas vraiment les technologues du coin niveau radar pourtant… Au regard du prix unitaire, j’en connais qui ont eu mal aux fesses et qui se sont fait méchamment remonter les bretelles à la maison….
            C’est, comme l’a dit un intervenant, un excellent moyen de faire tourner le complexe militaro industrielle cependant (f22, f35, b2, f117 ect….).
            Mais les résultats suivent pas. Le seul truc intéressant c’est le masquage local des émissions de l’avion pour brouiller les radars des missiles (émissions de chaleurs des moteurs, EM du radar ect… ) car bcp moins évolués (a usage unique…) et performants. Obliger a avoir des stations sol vulnérables, couteuses, lentes, bref, chiantes.
            Au final, les us ne savent plus faire de bon avion, mais des fers a repasser High-Tech…
            link to portail-aviation.com


    • mitch Le 01 octobre 2014 à 14h07
      Afficher/Masquer

      La lutte contre les terroristes sur le territoire de la Syrie doit être menée en coopération avec le gouvernement syrien, qui a clairement affirmé qu’il était prêt à le faire. Damas a déjà prouvé par son action sa capacité à agir avec la communauté internationale et à respecter ses engagements dans le cadre du programme de l’élimination des armes chimiques

      Sauf que là, euh…Tout le monde à dû s’endormir, donc il a pu la placer. En gros, “bravo Bachar, tu lutes contre le terrorisme.” Euh, j’ai bien lu ou quoi?


  4. isidore Le 29 septembre 2014 à 17h43
    Afficher/Masquer

    Bravo pour cette traduction . Avant que ne soit en Anglais ! çà aussi c’est un signe des temps que nous vivons .
    J’approuve ses positions , j’eu aimé entendre un tel discours de la part d’Obama .
    Deux phrases cependant m’interpellent , la premiére , au début insiste sur la ‘démocratie’ entr’états . Créant ainsi une séparation entre rapports entre états et rapports au sein des états . Cela prend un aspect défensif , alors que les interventions Us ne sont pas favorable à la démocratie , contrairement aux intentions déclarées . Ne serait ce pas là une culpabilité Russe en l’occurence déplacée . Une concession inutile . Il se reprend plus loin .
    La deuxiéme est sur le code ‘génétique’ , çà veut dire quelque chose ? N’eut il pas fallut alors plutot , tant qu’à étre dans le bio , parler de l’age des néocons , comme ex.s de la guerre froide , en mal de reconversion ?


    • Nicolas Le 29 septembre 2014 à 17h55
      Afficher/Masquer

      pour la “démocratie”, c’est une vaste question… Pour le code génétique, c’est son expression. Après tout oui, ça a un sens. Le code génétique c’est ce qu’on hérite de ses parents qui qui décide en partie de ce qu’on est. Les parents de l’OTAN étaient des russophobes pathologiques et a été conçue pour lutter contre la Russie.


  5. purefrancophone Le 29 septembre 2014 à 17h45
    Afficher/Masquer

    Merci pour cette transcription du discours du Ministre RUSSE.
    Depuis des décennies que les responsables Américains font des erreurs de jugement sur les tensions dans le monde , comment ne pas en tirer des leçons et se retenir de prendre de nouveau position avant de correctement analyser les problèmes , les situations , les Pays , leur histoire et les peules .
    En ce qui concerne la Syrie , les Américains n ‘ont toujours pas compris que partout où ils interviennent c’est ensuite le K.O. !!!!
    Ils ont tentés en Ukraine mais là , ils sont tombés sur un os !!!!
    Ne jamais oublier ce qu’ils ont fait aux indiens !!!!!!!!


    • tocquelin Le 29 septembre 2014 à 20h37
      Afficher/Masquer

      si les américains savent ce qu’ils font :créer et étendre le chaos pour maintenir les peuples dans la pauvreté et l’exploitation


    • benoit Le 29 septembre 2014 à 20h54
      Afficher/Masquer

      N’ont il pas compris ? Ou en ont ils au contraire besoin afin de justifier leur budget militaire et leur interventionnisme ? Budget qui, rappelons le, représente environ 40% des dépenses militaires de la planète. Et qui bien sur ne s’use que si on ne s’en sert pas.


      • ramdani Le 29 septembre 2014 à 23h27
        Afficher/Masquer

        ceux sont les européens qui n’ont pas encore compris que les USA les menent par le bout du nez.Ils suivent ,suivent,suivent.


    • gracues Le 30 septembre 2014 à 19h46
      Afficher/Masquer

      Chaos et non KO ….. quoique survivre au Chaos sans etre KO , coup de chance !


  6. Patrick-Louis Vincent Le 29 septembre 2014 à 17h50
    Afficher/Masquer

    Bravo! M. Lavrov est vraiment un homme de grande valeur. Son discours est gaullien, et finalement très proche de celui de Dominique de Villepin. Place à la diplomatie, dit-il. Je ne suis pas sûr que Hollande ait bien entendu !


    • -Marc- Le 30 septembre 2014 à 11h04
      Afficher/Masquer

      Oh, soyez certain qu’il a très bien entendu tout cela. Mais n’oubliez pas qu’Hollande est un de ces “young leaders” de la “french-american foundation”, et qu’à ce titre il est lié à Washington par des moyens qui nous échappent mais dont nous pouvons aisément imaginer la solidité.


  7. purefrancophone Le 29 septembre 2014 à 17h53
    Afficher/Masquer

    A écouter !!!
    link to youtu.be


  8. tagadatsointsoin Le 29 septembre 2014 à 18h11
    Afficher/Masquer

    Merci à tous ceux qui ont contribué à cette très belle convergence contributive et à Mr Sergueï Lavrov, Ministère russe des Affaires étrangères en Russie : en relisant le discours de celui-ci (en français bien sûr) me sont revenues la très grande humanité et la non moins grande dignité qui ressortaient du discours de Mr Villepin à l’ONU il y a quelques 20 ans maintenant. Celui-ci d’ailleurs, n’avait pas besoin de parler au nom du peuple français pour que ce peuple se sente grandit par lui et, dans sa grande majorité, adhère à son discours, fier d’être français et qu’un ministre apporte un plus à l’Assemblée de l’Onu. A nouveau donc, un très beau moment à vivre ; et merci encore pour tous ceux qui, dans cette affaire nous ont ouverts les yeux à une lecture saine et objective des faits – laquelle se confirme véridique de jour en jour – car, personnellement, j’avoue que je n’en aurai pas été capable sans cette aide généreuse et faute d’esprit suffisamment “critique”.


  9. Nerouiev Le 29 septembre 2014 à 18h16
    Afficher/Masquer

    Beau travail ! merci à tous ceux qui ont permis sa publication en français.
    Lavrov toujours égal à lui-même dans son calme, sa patience et sa compétence, n’a pas mâché ses mots pour être on ne peut plus clair et entier. On dirait que son discours est aussi là pour dire officiellement ce que nous cachent les médias. C’est pourquoi je pense qu’on n’en verra que de petits extraits dans la presse ou à la télé cachant encore ce qu’on ne veut pas dire pour justifier le conflit.


  10. zebulon Le 29 septembre 2014 à 18h31
    Afficher/Masquer

    Lorsque les discours sont cohérents avec les actes, on s’aperçoit plus simplement de leurs valeurs.

    Certains diplomates stagiaires ne vont guère tarder à supporter les conséquences de leurs errements.

    Le rappel suivant est particulièrement pertinent pour les ingérents du marketing stratégique:

    “en 1933, le gouvernement des États-Unis a exigé de Moscou des garanties de non-ingérence dans les affaires intérieures des États-Unis et l’engagement d’éviter toute action visant à modifier la structure politique et sociale de l’Amérique”


    • Subotai Le 29 septembre 2014 à 23h20
      Afficher/Masquer

      Je ne sais pas comment ils vont le prendre mais c’est clairement un avertissement aux dirigeant US.

      Comprenez: Jusqu’à maintenant nous avons respecté notre engagement à ne pas faire comme vous à votre détriment. Nos propositions dans ce discours (à l’ONU) est notre dernier avertissement et votre dernière chance, avant qu’on lache les démons sur votre continent.

      Comprenne qui pourra…


  11. tchoo Le 29 septembre 2014 à 18h38
    Afficher/Masquer

    Merci, merci aux traducteurs
    Vous êtes formidable
    nous permettre de prendre connaissance de ce discours, dont on ne verras trace dans aucun organe de presse de chez nous et un bien précieux que vous nous offrez
    soyez-en remercier
    Excellent discours de Lavrov
    on est pas obligé d’être à 100% d’accord avec lui pour approuver


  12. grob Le 29 septembre 2014 à 18h45
    Afficher/Masquer

    Merci aux traducteurs, pour ce discours et plus generalement pour tout votre travail !


  13. anti bobo endimanché Le 29 septembre 2014 à 18h46
    Afficher/Masquer

    c’est soft comparé à ça

    link to youtube.com


    • chios Le 30 septembre 2014 à 09h47
      Afficher/Masquer

      En effet, elle se défend bien, la petite Kirshner….et elle parle au nom de tous les autres petits.
      Aussi l’idée de démocratie entre Etats…multilatéralisme ETc.
      Tous sur la même longueur d’onde, mais pour combien de temps?
      Les EU toléreront ils encore longtemps la dérive de leur “back-yard”?

      J’ai toujours pensé que l’espagnol serait une langue “universelle” bien plus commode que l’anglais.


  14. dvd Le 29 septembre 2014 à 19h01
    Afficher/Masquer

    Beaucoup de posts pour parler d’erreurs états-uniennes, cela me fait sourire.
    Quand oserons-nous enfin ouvrir les yeux sans chercher à voir le “mal” ou le “bien”, le “gentil” ou le “méchant” mais juste en admettant que les USA ont depuis toujours pris pour principe le réalisme et l’objectif la domination mondiale alors qu’ils n’étaient qu’un très jeune et petit pays démographiquement !

    Ce faisant il ont attiré les “winners” du monde entier, ces fameux expatriés que nos “élites” pleurent.
    Le réalisme, quand il pousse les USA à mettre “à l’abri” de nombreux scientifiques nazis après la guerre devient incontestablement un cynisme qui devrait nous faire réfléchir à la nature de notre “amitié” avec ce pays qui n’a de projet que le bien-être dans ses frontières.

    Les USA n’en sont pas pour autant les “méchants” car nous essayons tous d’en faire autant avec beaucoup de retard. Il est certain que tant qu’on n’essayera pas de comprendre ce qui motive profondément les hommes, leur déterminisme biologique qui les pousse à la dominance, on changera peut-être le nom du dominant mais certainement pas le système de dominance.


    • nono Le 29 septembre 2014 à 23h07
      Afficher/Masquer

      “Tant qu’on n’aura pas diffusé très largement à travers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l’utilisent et tant que l’on n’aura pas dit que jusqu’ici cela a toujours été pour dominer l’autre, il y a peu de chance qu’il y ait quoi que ce soit qui change.”
      Henri Laborit.


      • Luc Le 30 septembre 2014 à 16h18
        Afficher/Masquer

        Merci à vous tous et particulièrement au traducteur de ce discours. Le Ministre Russe est à l’abri. Sankara pensait et disait pareil. Il a même crié “la patrie ou la mort”. On l’a tué. les hommes disparaissent, mais leurs idées demeurent. Vous tous vous demeurerez dans nos esprits.


    • Bouddha Vert Le 30 septembre 2014 à 01h44
      Afficher/Masquer

      Bonsoir,

      A mon sens les “erreurs étatsuniennes” sont, en particulier, leur volonté de maintenir le monde dans un état bipolaire, avec les gentils USA et tous ceux qui sont pas avec comme les “méchants”.
      Leur armée d’empire sert également à assoir leur point de vue.

      Sergueï Lavrov propose un monde multipolaire, avec les BRICS, c’est d’ailleurs la seule raison de cette poussée Otaniste vers l’est de l’Europe, adieu Empire Américain, vive le choix éclairé.

      En fait Lavrov prévient le monde, tout doucement, qu’il est en train de changer et qu’il suffit de le dire pour que cela soit.

      Merci pour le travail de tous et celui de OB, un régal que j’ai plaisir à partager.


  15. Negrello Le 29 septembre 2014 à 19h03
    Afficher/Masquer

    Discours posé, clair et précis loin des propos hystérique tenus par des gens que nous connaissons bien telles que J Kerry, H Clinton, V Nuland, B Obama, François 1er, BHL, C Fourest, P Joannin, le CNRS…………..

    Les Russes veulent à tout prix éviter l’affrontement, car il pourrait être sanglant.
    C’est de la sagesse et de la maturité dont on a besoin. Ils en ont même si cela ne fait pas d’eux des anges. Ne soyons pas naïf non plus.
    Comme, je l’ai souvent écrit, je ne veux pas de la guerre comme mode de résolution de nos problèmes.
    Je pense qu’il y a d’autres moyens, à la condition de le vouloir.

    Trois réflexions:
    Soit il s’est inspiré des analyses et commentaires du site d’Olivier.
    Soit les analyses et commentaires du site sont de haut niveau.
    Discours à transmettre avec délectation aux médias mainstream en avant première.

    C’est tout à l’honneur du travail d’Olivier et des gens qui l’aident.


    • le moine obscur Le 29 septembre 2014 à 19h28
      Afficher/Masquer

      Je pense que les russes essaient de préserver l’ordre mondial actuel même si imparfait car au moins il y a le conseil de sécurité pour bloquer certaines choses. Si l’ONU “saute” ce que semble vouloir les étasuniens et les dirigeants inféodés, ce sera le chaos et la loi de la jungle. La patience et la sagesse russes sont incroyables mais il me semble clair que les étasuniens perçoivent cela comme de la faiblesse. Il faudra donc tôt ou tard aux russes, aux chinois et autres partisans d’un monde multipolaire montrer aux étasuniens la ligne rouge à ne pas dépasser. Il est vraiment dommage que les européens ne démontrent pas plus de sagesse et de clairvoyance dans ces affaires graves.


      • Nerouiev Le 29 septembre 2014 à 20h03
        Afficher/Masquer

        L’Europe n’est pas assez forte et il lui manque beaucoup, en particulier les minéraux et l’énergie mais aussi une puissance militaire organisée. Alors elle reste accrochée à ce qu’elle connait le mieux sans juger, comme un enfant à ses parents.


    • Kiwixar Le 29 septembre 2014 à 21h40
      Afficher/Masquer

      Les Russes souhaitent d’autant plus éviter l’affrontement que le temps joue pour eux, et ils vont à leur tour commencer à attirer l’élite mondiale :
      – énergie
      – territoire immense
      – ressources
      – proche de l’Asie et de la route de la soie 2.0
      – libertés par rapport à l’Age des Ténèbres en train d’être mis en place en Occident
      – Chine et Brics, et ras-le-bol mondial des cowboys menteurs comme des arracheurs de dents
      – réchauffement climatique

      A propos du pétrole, ils viennent de découvrir en Arctique des réserves de la taille du Golfe du Mexique, ce qui devrait repousser le pic pétrolier russe… et renforcer la frénésie anti-russe des Zuniens, “qui leur feront a guerre jusqu’au dernier Européen”.


  16. PYTHEAS Le 29 septembre 2014 à 19h04
    Afficher/Masquer

    Quel beau discours!
    Et que vive Assad, seul anti-djihadiste capable de résister à cette monstruosité.
    “Il est temps d’exclure complètement des relations internationales les tentatives de pression illégales de certains pays sur d’autres” : exemple l’Ukraine. On rêve de tant de duplicité


  17. Vasco Le 29 septembre 2014 à 20h02
    Afficher/Masquer

    Oui j’imagine que cela n’a pas du être facile à traduire entre ces deux langues aux structures si différentes mais néanmoins riches.


  18. bruno Le 29 septembre 2014 à 20h24
    Afficher/Masquer

    quand j’écoute Lavrov et quand j’écoute nos politiciens français,je me dis qu’on a affaire à des “Mickey” et que nos politiciens français sont à des années lumières pour pas dire des minables de ce que doit être une politique étrangère en plus de respecter autrui.
    ce qui est loin d’être le cas…la France est tombée bien bas.
    lamentable et consternant.


    • Negrello Le 29 septembre 2014 à 21h03
      Afficher/Masquer

      Il en est de même entre Poutine et Scooter 1 er.

      Le 1 er est sûr de lui, à l’aise, précis, pertinent, a de l’a propos et maîtrise parfaitement l’entretien avec G Bouleau et JP Elkabbach.
      Les questions ne sont pas préparées à l’avance. Il a du répondant.

      Scooter 1 er est tout le contraire. Il lit ses discours d’une manière déplaisante, sans charisme et même en lisant il fait des lapsus.
      A sa décharge, chaque fois qu’il parle en extérieur, il pleut. Il a même les éléments contre lui, pas de chance.

      Lors de son dernier discours, il pleuvait même dans les salons de l’Elysée, pas de chance
      link to tempsreel.nouvelobs.com (à 16 h 40)
      Même à l’intérieur, il n’est plus protégé.

      Que faut-il en penser?


      • achriline Le 30 septembre 2014 à 10h21
        Afficher/Masquer

        Sans compter le début de son mandat quand son avion avait été foudroyé alors qu’il se dirigeait vers l’Allemagne pour faire acte d’allégeance envers Angela.
        Les Dieux sont décidément contre lui, c’est un signe 😉


  19. akpoonne Le 29 septembre 2014 à 20h28
    Afficher/Masquer

    Un vrai grand Diplomate, pas d’attaque directe mais claire malgré tout, des termes bien choisis, Dieu que nous sommes loin de nos guignols Enarques


  20. alain Le 29 septembre 2014 à 20h43
    Afficher/Masquer

    Bonjour’
    Merci a tous pour votre travail journalier’ bravo !!!!!


  21. Patrick Andre Le 29 septembre 2014 à 20h44
    Afficher/Masquer

    la video “Allocution de S.E. M. Sergey V. Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie lors du Débat général de la 69e session de l’Assemblée générale de l’ONU”

    link to youtube.com


  22. Daniel Le 29 septembre 2014 à 20h47
    Afficher/Masquer

    Sergueï Lavrov a une toute autre carrure que des Kerry, Fabius, Van Rompuy, Barroso, Victoria Fuck the Nuland, Ashton, Cameron…. qui ne sont capables que de manier insultes, grossièretés et mensonges pour couvrir leurs hypocrisies malveillantes et meurtrières, pour ne pas dire plus !
    Lavrov a tout dit sans pourtant le dire nominalement, et ce malgré toutes les provocations US contre son pays, admirable !
    Son discours est une vraie leçon d’Histoire et de Diplomatie. En France comme en Europe il n’y a personne égal à un Sergueï Lavrov, il me semble.


  23. Grumeau Couillasse Le 29 septembre 2014 à 20h52
    Afficher/Masquer

    beau discours, quel diplomate et patati… entre les lignes ça sent le patata – le patatras. Je ne vois pas l’impérialisme se plier à la raison, il faut s’attendre à un sérieux coup bas une fois de plus, pourvu qu’il ne nous soit pas fatal.


    • benoit Le 29 septembre 2014 à 21h09
      Afficher/Masquer

      L’évocation par S. Lavrov de la disparition d’un arsenal chimique libyen et du laisser-faire occidental sur le sujet ne peut qu’inquiéter. Si l’on lit bien entre les lignes diplomatiquement exemplaires du discours de M. Lavrov, on ne peut en effet s’empêcher de penser au prochain false-flag. Sera-ce une attaque chimique sur NY, Londres ou Paris ? Avec un ennemi bien utile (et bien inoffensif sur le plan strictement militaire : quelques dizaines de chars, pas d’aviation), mais dont “l’action” (pour laquelle ou l’aurait un peu “aidé”) permettrait, par pure aubaine, de justifier une intervention de troupes au sol à proximité de la frontière ouest avec l’Iran ?


      • Alain Le 29 septembre 2014 à 22h19
        Afficher/Masquer

        Bien vu. Cette histoire d’armes chimiques ne date pas d’hier, alors la parenthèse dans son discours n’est certainement pas là par hasard.
        La question est de savoir si Lavrov a des tendances paranoïaques ou des infos que nous n’avons pas…


        • Wilmotte Karim Le 29 septembre 2014 à 22h37
          Afficher/Masquer

          Il est au moins certain qu’il a des infos que nous n’avons pas.


    • Crapaud Rouge Le 30 septembre 2014 à 00h09
      Afficher/Masquer

      il faut s’attendre à un sérieux coup bas une fois de plus” : si vous pensez à un “false flag”, c’est évidemment possible mais pas certain. En revanche, il est certain que la politique visant à “isoler” la Russie va se poursuivre, Merkel ayant déjà déclaré que l’UE ne pouvait pas annuler les “sanctions”, (link to french.ruvr.ru), et la France ne pouvant pas livrer les Mistral.


  24. Timothée Le 29 septembre 2014 à 21h10
    Afficher/Masquer

    Le discours de Lavrov ne me semble pas à destination des US et de leurs alliés. C’est un discours à destination des BRICS.

    C’est pour cela qu’il est important.


    • Kiwixar Le 29 septembre 2014 à 21h49
      Afficher/Masquer

      A destination des 180 pays qui ne font pas partie du bloc occidental (US, Europe, Australie, NZ).


  25. Jacques Le 29 septembre 2014 à 21h20
    Afficher/Masquer

    Merci de nous faire connaître ce discours, presque en simultané. Calme, maîtrise, maturité, responsabilité, réalisme. Quel contraste avec celui d’Obama, à la même tribune!


  26. Anne Le 29 septembre 2014 à 21h24
    Afficher/Masquer

    Ce discours est celui d’un Gand homme d’Etat, il est passionnant, clair et il est porté par des valeurs culturelles et civilisationnelles que l’on aimerait entendre plus souvent…. Et aussi chez nous.
    La Russie a des hommes d’Etat d’un très haut niveau. M.Poutine n’est pas du tout un despote solitaire comme on voudrait nous faire croire, mais il est entouré d’hommes de grande culture et de grande énergie, animés d’une vision pour l’humanité que l’on aurait aimé voir de la part de nos propres dirigeants.
    Le dernier et récent discours d’Obama à l’ONU est démonstratif : une banalité une nullité consternante, niveau 0.
    L’Occident ferait bien de comprendre que dans son propre intérêt il faut écouter la Russie, que ce qu’elle a à dire est utile au monde et à l’humanité entière.
    L’Occident est dépourvu d’hommes de cette trempe, les marionnettes de bas niveau qui nous servent de dirigeants nous font honte.
    Les valeurs occidentales sont perverties par des gens trompeurs et égoïstes les valets des lobbies qui pervertissent nos institutions.
    Il faut que nous, les peuples d’Occident fassions comprendre à nos dirigeants que nous ne voulons pas qu’en notre nom,soient menées des actions barbares dont, dans l’avenir nous aurons à répondre et qui sont menés en notre nom par des gens qui n’ont pour valeur humaine que l’argent et la puissance brutale.

    Ce n’est pas parceque la crise capitaliste de 2008, dont nous sommes loin d’être remis (et dont sont directement et sans contestation possible responsables notre système bancaire et nos gouvernements ) et dont les victimes sont les peuples tous pays confondus, qu’il faut que par une fuite en avant, pour soit disant sauver nos systèmes économiques, nous fuyons,sous la direction des USA dans le grand n’importe quoi, et dans les actions politiques criminelles dignes des satrapes de l’Empire Perse (du temps d’Alexandre le Grand …quelle régression ….)

    Dans les guerres tous azimut, sous la houlette des néoconservateurs sans moralité qui détiennent le pouvoir aux USA à l’heure actuelle, par des guerres et des actions totalement inconsidérées et dépourvues de toute morale et de tout pragmatisme, et qui surtout font d’innombrables victimes et d’innommables destructions…USA UE si votre idéal civilisationnel est celui des mensonges,des bombardements des crimes et des actions maffieuses de vos oligarques alors les peuples du monde entier vont vous rejeter.


  27. Kiwixar Le 29 septembre 2014 à 21h58
    Afficher/Masquer

    Merci aux traducteurs et à ce site, qui nous permet de prendre connaissance d’autres points de vue que la bouillie pour rats qu’on nous sert (la globalisation est bonne pour vous, les OGM c’est plus à manger, le Politburo de Bruxelles est bon, on peut être pauvre vendre 1 rein et vivre sur l’autre, l’euro c’est plus d’emplois, la surveillance c’est la sécurité, si vous n’avez rien à vous reprocher vous ne voyez pas de problème à être surveillés, la souveraineté des nations c’est désuet car l’UERSS protège, pas besoin de se soucier du pic pétrolier, on ira piller la Russie d’ailleurs il n’est pas légitime d’avoir un pays si… GRAND).


  28. languedoc 30 Le 29 septembre 2014 à 22h06
    Afficher/Masquer

    Excellent discours. Dire leur quatre vérités aux étasuniens et à leurs amis occidentaux, à la tribune des nations unies, a dû faire un bien fou à Lavrov et aux russes. Je trouve ce texte jubilatoire. Poutine, Lavrov, quel tandem tout de même.


  29. Lithan Le 29 septembre 2014 à 22h30
    Afficher/Masquer

    Une intervention de Sergei Lavrov à la télévision Russe à propos de la crise en Ukraine et des relations entre la Russie et l’U.E.
    Un entretien d’une très grande classe, dans lequel Lavrov démontre bien, si il y’a encore besoin de le prouver, qu’il connaît bien ses dossiers et est d’une limpidité incroyable dans ses propos.

    link to youtube.com


  30. Evgeniy Le 29 septembre 2014 à 22h45
    Afficher/Masquer

    Merci pour ce travail de traduction d’une grande rapidité!

    Pour information, la version anglaise était déjà sur le site du MAE russe, qui est très réactif dans la traduction en anglais des interventions du ministre Lavrov. Si ça peut vous aider à l’avenir tant mieux!

    Voir ici : link to mid.ru


    • Olivier Berruyer Le 30 septembre 2014 à 00h44
      Afficher/Masquer

      elle est sortie peu avant ce billet, elle n’était pas dispo ce we 🙂


  31. Le Belge Le 29 septembre 2014 à 23h02
    Afficher/Masquer

    C’est un très beau discours, Lavrov mène la politique de son président, mais à l’instant les évènements se bousculent à Kharkov, la statue de Lénine est tombée et un bon millier de fascistes (casseurs) déboulent sur la ville …

    link to bendeko.blogspot.com


    • Timothée Le 29 septembre 2014 à 23h45
      Afficher/Masquer

      L’organisation de la lutte armée est la seule solution pour les populations russophones en Ukraine. Depuis les bombardements dans le Donbass, cette vérité crève les yeux. Mille fascistes ou cinquante mille, cela ne change rien.


  32. blusky Le 29 septembre 2014 à 23h06
    Afficher/Masquer

    Merci pour ce travail !
    Il permet la comparaison avec le discours d’Obama, à la même assemblée ONU :

    Hypocrisie et contre-vérités habituelles, mâchées et recrachées à volonté.
    Tohu-bohu et pensée binaire…

    L’ordre mondial instauré après la guerre rejette le fascisme et l’agression.
    La Russie défie cet ordre. LOL
    Elle est coupable du conflit ukrainien, qui a fait des milliers de victimes. LOL
    Les séparatistes ont refusé l’accès au site du crash pendant plusieurs jours. LOL
    L’Amérique et ses alliés aident l’Ukraine à développer la démocratie et l’économie. LOL
    La Russie croit que la force fait le droit, alors que l’Amérique croit que c’est le droit qui fait la force. LOL
    Le peuple doit pouvoir choisir lui-même son propre avenir. LOL
    Si la Russie arrête son agression, nous pourrons résoudre ensemble les problèmes, dans le respect et l’intérêt réciproques. LOL

    link to businessinsider.com


  33. Crapaud Rouge Le 29 septembre 2014 à 23h32
    Afficher/Masquer

    Attaque en règles contre les US. Nul doute que la Chine appréciera. C’est un appel solennel pour inviter toutes les nations à réfléchir sur le long terme et ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier. Cette offensive diplomatique est aussi le signe, inquiétant, que les Russes ressentent un besoin urgent d’appuis. Sans doute anticipent-ils une pression croissante des Occidentaux pour les “isoler”.


    • Kiwixar Le 30 septembre 2014 à 02h23
      Afficher/Masquer

      A propos de la Chine, ils sont moins “vocaux” contre les US, mais ils n’en pensent pas moins, et depuis longtemps, c’est la raison pour laquelle ils essaient depuis longtemps de constituer des systèmes alternatifs aux systèmes occidentaux (carte UnionPay, normes télécommunication, etc.).

      Par contre, comme leurs exportations dépendent grandement de l’appétit des Occidentaux, ils agissent de manière très feutrée, et sont sans doute ravis de voir la Russie prendre le flambeau de l’alternative, ce qui leur permet d’aller eux-aussi vers les systèmes alternatifs (paiement, transactions bancaires, dédollarisation, puces, etc.) sans trop s’exposer aux représailles.


      • jp Le 30 septembre 2014 à 02h47
        Afficher/Masquer

        “sans trop s’exposer aux représailles”.
        Du coup, dans le contexte actuel, les récentes manifs d’étudiants à Hong Kong peuvent ressembler à un nouveau Maïdan non ?


        • Kiwixar Le 30 septembre 2014 à 05h41
          Afficher/Masquer

          L’action étudiante de Hong Kong me paraît bien naïve.
          Il suffit pour le gouvernement de débrancher internet pendant 1 journée pour que tous ces étudiants deviennent fous, ou de couper l’électricité pendant 1/2 journée pour que les Hong Kongais descendent dans la rue taper sur ces étudiants avec des bâtons.

          Les Hong Kongais ont trop d’ARGENT à perdre avec des troubles pour tolérer longtemps une revendication discutable (aucune démocratie avant 1997 quand c’était Britannique). La Chine a des troupes à Hong Kong.


  34. jp Le 30 septembre 2014 à 02h38
    Afficher/Masquer

    Un vrai discours d’un vrai diplomate, pas de langue de bois, ça donne envie de changer de nationalité, les politichiens français me font honte.


  35. dvd Le 30 septembre 2014 à 07h24
    Afficher/Masquer

    Lavrov parle d’une vision mondiale mais non mondialisée, il parle de dominance à éviter au profit de multipolarité.
    Autant de points compatibles avec la vision de Laborit.

    Si cette problématique vous intéresse, le site http://www.nouvellegrille.info a pour objectif de vous faire connaitre sa grille de lecture, mieux nous connaitre afin de pouvoir trouver le “PGCD” (Plus Grand Commun Dénominateur”) sociétal, étape préalable à une démarche comme celle d’Étienne Chouard sur la réécriture de la constitution.


  36. kronfi Le 30 septembre 2014 à 08h41
    Afficher/Masquer

    Je note dans ce tres bon discours, une chose essentielle, et non mis en gras dans la traduction, et qui d’un point de vue militaire pourrait changer la donne.

    “Nous effectuons des livraisons à grande échelle d’armes et de matériel militaire à l’Irak, à la Syrie et à d’autres pays de la région MENA et nous continuerons à soutenir leurs efforts visant à éliminer les terroristes.”
    Lorsqu’un TRES GRAND DIPLOMATE comme Lavrov, indique armer A GRANDE ECHELLE, la syrie et l’Irak, je pense que ce ne sont pas des mots creux. et que sans doute l’echelle est encore plus haute et plus grande. Car si il advenait la tres mauvaise idee a l’administration americaine, de profiter des frappes contre EI, pour abattre Bashar, nous assisterions , a une confrontation DIRECTE entre les USA et la Russie.


  37. chios Le 30 septembre 2014 à 08h57
    Afficher/Masquer

    Pour mettre ce discours dans son contexte.
    Un article passionnant de Karel Van Wolferen sur le Japon.
    Comment un gouvernement réformiste “échoua”, qui voulait de bonnes relations avec la Chine.
    pour le remplacer par un Abe qui s’applique à la provoquer.
    Parallèle évident avec ce qui se passe en Europe quelques années plus tard…
    Pourquoi cela marche si bien
    “In Europe we can detect a certain degree of subconscious nostalgia for the Cold War. After all, it supplied for almost everyone of my generation, and the one after it, a fairly trustworthy handrail to steady oneself in moments of geopolitical turbulence. We grew up with the political epistemology it created; the source of knowledge about what was ultimately good or bad.

    Hence it is easy to sit idly by while an even later and even less worldly-wise generation of politicians at the top responds to the seduction of a power that once represented the good guys, and was the main architect of the relatively peaceful and relatively stable post-World War II international order. It is seductive for Europeans to sit back and allow that power to continue taking the lead. Shared values, and all that sort of thing. How can one argue against such a perspective on planetary political reality today?”
    Nostalgie inconsciente pour les “valeurs” si simples de la guerre froide…
    link to unz.com

    Un autre de DSK, qui donne sa vision des deux megatraités en préparation, l’Atlantique et le Pacifique, et de ses conséquences pour la chine la Russie et l’ Europe (en russe, soustitres allemands.)
    link to youtube.com


  38. YpLee Le 30 septembre 2014 à 09h25
    Afficher/Masquer

    Merci au traducteurs !! vraiment !

    Ce discourt dois faire date. J’espère qu’il sera entendu et compris par tous et surtout par les européens.

    Maintenant ce qui serait interessant au plus haut point c’est de connaitre les réactions des pays membres (surtout EU et BRIC).


  39. ROBLEX Le 30 septembre 2014 à 09h45
    Afficher/Masquer

    Merci aux contributeurs du sites.
    L EUROPE est foutu parait il, face aux russes et aux chinois, et c’est sur tout les plans.


  40. Léa Le 30 septembre 2014 à 10h31
    Afficher/Masquer

    Sur la page Facebook de soutien à la Novorossia :

    “le leader de l’opposition russe Alexel Sakhnin ( Front de Gauche ex communistes ) a passé 9 jours en Ukraine pour voir de ses propres yeux !!! l’Ukraine …. “c’est un véritable fascisme en Urkraine, une guerre civile sans intervention russe, les médias Russes disent la réalité”….et c’est un opposant qui le dit !!!!

    “Это реальный фашизм” – активист Болотной рассказал об увиденном на Украине
    http://www.hotnewsportal.ru
    Российский оппозиционер оказался в шоке от происходящего. После своей девятидневной дневной поездки по Украине российский оппозиционер Алексей Сахнин,…”

    link to en.wikipedia.org


  41. reneegate Le 30 septembre 2014 à 10h33
    Afficher/Masquer

    Fabius ne doit pas comprendre grand chose. Les phrases sont complexes, des idées développées et argumentées, le discours est motivé et sincère.


  42. achriline Le 30 septembre 2014 à 10h38
    Afficher/Masquer

    Poutine, Lavrov deux hommes de grande valeur pour la Russie et par extension, grâce à leur modération, je l’espère pour le monde.
    Ah ! si nous avions des hommes de cette trempe en France.


  43. step Le 30 septembre 2014 à 10h49
    Afficher/Masquer

    diable, un discours politique qui n’a pas comme principal ressort la peur. S’en est presque perturbant !

    On ne peut qu’être d’accord avec ce qui est dit, dans la mesure ou se n’est pas une posture liée à la défensive russe de leurs intérêts. La pensée est en tout cas plus construite et fait appel à des sphères intellectuelles habituellement inusitées par nos politiques: La collaboration, le compromis.

    Face à des politiques qui jouent sur le registre de la pulsion et de pour masquer leur propre incapacité à dessiner à avenir concevable, j’ai l’impression en lisant cela de revenir à une époque ou l’avenir se concevait, alors qu’actuellement il se dessine par la fuite des avenirs jugés non souhaitables.


  44. RV Le 30 septembre 2014 à 11h22
    Afficher/Masquer

    Ce discours, probablement un moment important dans l’histoire de l’ONU et de l’humanité finalement. La qualité des propos du MAE russe me conduit à cette réflexion :
    Nous vivons actuellement une crise mondiale occident/reste du monde dont l’issue incertaine pourrait soit débouché sur une catastrophe, soit se révéler salvatrice pour l’équilibre des différentes sociétés humaines.
    Pour aborder ce genre de crise, il faut beaucoup de recul, du bon sens et ne pas tomber dans la précipitation. Je pense que la société russe peut apporter beaucoup à ce sujet.
    En effet, ayant personnellement connu l’URSS, m’étant marié en Russie en nov 1991 juste après le push, ayant vécu les 9 années suivantes ( l”ère Elstine”) de profonde crise économique et même sociétale ( je me souviens d’amis de 25 ans n’ayant aucune envie de fonder un foyer et d’avoir des enfants dans ce monde, ça fait froid dans le dos), puis l’épanouissement progressif depuis les années 2000, je remarque l’approche des russes aujourd’hui sur les choses.
    Oh ils ne sont ni plus intelligents ni plus bêtes que les autres, ni plus gentils ni plus méchants, … mais ils savent d’abord se souvenir, puis tirer les leçons du passé. Le système soviétique s’est arrêté de lui même, comme un feu qui n’a plus de combustible, puis l’absence de repères à fortement marqué la société russe. Tout cela les a rendus plus mûrs pour remonter la pente ces 15 dernières années.
    Ils sont héritier d’une grande et longue histoire, très riche (comme les français d’ailleurs) et ont su en tirer une certaine sagesse qui aujourd’hui ressort dans les différentes positions politiques prisent au niveau mondial, et que l’on voit bien apparaitre dans ce discours de S.Lavrov.
    Voilà, ceci livré a votre réflexion, lecteurs de ce site web remarquable …
    Merci à Olivier et aux contributeurs très actifs !


  45. Joseph Le 30 septembre 2014 à 12h01
    Afficher/Masquer

    Bonjour
    Cette déclaration de S Lavrov qui n’a produit aucun commentaire dans nos média est révélatrice de leur médiocrité. Même pas un titre!
    Un grand merci aux traducteurs, je ne manquerai pas de continuer à soutenir le blog d’Olivier

    PS: pas doué pour les langues j’aurais aimé avoir une aussi belle traduction du discours d’Obama


  46. master t Le 30 septembre 2014 à 12h22
    Afficher/Masquer

    ” Nous avons tous le devoir de célébrer l’anniversaire de la Grande Victoire, et de rendre hommage à tous ceux qui sont morts au nom de la liberté et du droit de chaque peuple à déterminer son propre destin.”… De la part d’un russe, c’est plutot etonnant comme citation puisque la liberte n’existait tout simplement pas en URSS, Staline avait surfé sur le nationalisme et la fibre patriotique dont il avait auparavant sciemment tranché les liens. Pour perdre quelque chose, il eut fallu la posseder!.

    Au delà de cette remontrance, force est de constater que Lavrov tente de dépasser les conditions idéologiques des protagonistes europeens, en ne se faisant guère d’illusion sur l’abandon de ” leurs prétentions à l’« exceptionnalisme éternel “… la référence ultime, c’est l’américanisme! Américanisme qui est le moteur mettant en branle le mécano-politique europeen. La nécessité de dépasser les inférences logiques US comprises dans un cadre culturel/conceptuel qui n’appartient pas originellement à la culture de la “vieille Europe”, c’est comme vouloir ramener à la verité contradictoire d’une realite les membres “illuminés” d’une secte. Malgré le fait qu’il n’y a “pas d’autre solution”.


  47. GUNSBOURG Le 30 septembre 2014 à 12h33
    Afficher/Masquer

    Je me joins aux remerciements , en commentaire j’ai envie de dire simplement : “Ite, missa Est”


  48. kenny Le 30 septembre 2014 à 14h52
    Afficher/Masquer

    Bien beau discours de Lavrov, dont j’ai toujours admire les qualites diplomatiques.

    Les torts americains et de l’occident n’etant plus a demontrer, surtout sur ce site ou tout le monde sait de quoi on parle, je reste quand meme avec un gout de peur dans la bouche.

    Parce que la seule alternative au monde americain semble etre le soutien a la Russie, a la Chine… et malgre tout, me viennent en tete des notions politiques pas tellement proches des miennes, tien-anmen, tchetchenie (flase flag russe), assad…
    Lavrov denonce a juste titre les ingerences de l’ouest. Mais je ne suis pas naif, tout le monde joue au meme jeu, les russes comme tout le monde (ex KGB et maintenant FSB sont probablement les meilleurs espions du monde; Litvinenko, Ioutchenko me viennent en tete comme ca pele mele)
    L’ordre doit il passer par des dictatures?

    L’echec – ou plutot la derive – patente de nos democraties semble indiquer qu’on n’a plus guere le choix qu’entre de vraies-fausses democraties et des pays qui n’en seront jamais vraiment.

    Au final je ne me sens pas plus rassure.

    Un monde multipolaire et juste serait souhaitable, je pense qu’il sera malheureusement tout aussi dangereux qu’un monde sous domination americaine.

    Bref, je ne suis pas tres optimiste.

    En tous cas il est clair que l’ouest a completement perdu la guerre de la communication et des esprits.


  49. kenny Le 30 septembre 2014 à 14h53
    Afficher/Masquer

    PS je me joins a tout le monde pour dire merci, au moins, de nous donner acces a l’autre versant des choses. Ce matin sur France24, on parlait du discours de Netanyahou… dois je commenter?


  50. bm607 Le 30 septembre 2014 à 17h53
    Afficher/Masquer

    Voila les suites pratiques du discours, en menace d’action (musclée) de la Russie :
    link to rt.com

    “Two to three years would be enough time for Russia to switch to international settlements to the ruble, Andrey Kostin, head of Russia’s second-biggest bank VTB, said.”
    Trad : Deux à trois ans serait une durée suffisante pour que la Russie passe à des règlements internationaux en roubles, a déclaré Andrey Kostin, chef de la deuxième plus grande banque russe VTB.

    Il parle également de SWIFT.

    Information intéressante en elle-même, et aussi en ce qu’elle sous-entend de menaces de “contre-mesures” suite au comportement agressif $+€.

    Par contre on imagine mal les américains laisser un tel clou dans leur chaussure (effet de contagion et risque de suivi par d’autres pays…) sans réagir.

    Et puis encore un autre, au passage ;
    link to french.ruvr.ru
    La Russie et la Chine créent leur bourse du diamant

    Au cas où on n’aurait pas compris.


    • Nicolas Le 30 septembre 2014 à 18h07
      Afficher/Masquer

      @bm607: Les Russes ne sont pas les seuls à réduire l’utilisation du dollars. Il y a de plus en plus d’accords pour utiliser les monnaies nationales dans les échanges. La Chine pousse dans ce sens aussi. Il me semble qu’il y a déjà un accord dans ce sens entre la Chine et la Suisse, et entre la Chine et le R-U. La place du dollars dans les échanges internationaux devrait commencer à doucement se réduire dès l’an prochain (si ça n’a pas déjà commencé).



Charte de modérations des commentaires