Les Crises Les Crises
23.septembre.201423.9.2014 // Les Crises

[Reprise] Ah, au fait, Poutine a tiré du nucléaire ce week-end

Merci 0
J'envoie

Le ministre de la défense ukrainien, le Colonel-Général Valery Geletey, vient d’effectuer un voyage en Pologne, chez les amis. Des journalistes l’accompagnèrent, pour recueillir précieusement ses confidences. L’une d’elles concernait l’aéroport de Lougansk, où des forces ukrainiennes avaient tenu bon contre l’encerclement des forces de Novorussia, avant, semble-t-il, d’en être délogées. C’est alors que Geletey expliqua la perte de l’aéroport par le fait que les Russes vinrent à l’aide de Novorussia en amenant un mortier 2S4 Tyulpan, avec au moins deux obus à charge nucléaire de 3 kilotonnes, puisqu’effectivement, toujours selon les précisions du Colonel Général, ils utilisèrent deux obus nucléaires de 3 kilotonnes, forçant la défaite ukrainienne dans cette bataille. «S’il n’y avait eu les Tyulpan [et les deux obus nucléaires, cela va de soi], nous aurions pu tenir l’aéroport pendant des mois et personne n’aurait pu nous en déloger». Voilà… Cela aurait dû être le Fort Alamo de la vaillante armée de Kiev-la-vertueuse mais l’immonde Poutine, bousculant toutes les règles de la civilisation et envahissant l’Ukraine une fois de plus, façon-Stealth, a tiré du nucléaire. Il y avait Hiroshima et Nagasaki (dont la destruction pourrait bien avoir été manipulée in vitro par une action de désinformation prémonitoire du futur bébé Vladimir Vladimirovitch), il y a désormais sur le banc de l’infamie Lougansk et ses deux obus de 3 kilotonnes.

L’affaire a fait tout petit bruit tant on a admis ici et là, en-dessus et en-dessous, etc., que son ridicule était tel qu’il risquait d’emporter à peu près tout des miettes de cohérence et de bon ordre qu’on retrouve encore dans l’Ukraine de Kiev, éparses, dispersées, orphelines… Russia Today n’a tout de même pas résisté, le 21 septembre 2014, à nous en faire un compte-rendu où le sarcasme côtoie les yeux grand ouverts d’ébahissement…

«The allegations, by Col. Gen. Valery Geletey, were first reported by Roman Bochkala, one of the Ukrainian journalists accompanying the minister in his recent trip to Poland. “So Russia did use tactical nuclear weapons against Ukrainian troops,” the journalist wrote on his Facebook page, citing Geletey’s words.

»The nuclear weapons in question are rounds for 2S4 Tyulpan self-propelled mortars. The journalist reported the minister as saying that Russia supplied some of those to rebel forces and used at least two 3-kiloton nuclear rounds in the battle for Lugansk airport. “If it were not for the Tyulpans, we could have been holding the airport for months and nobody would have ousted us from it,” the general was cited as saying…»

• Réactions diverses chez les Russes, de l’incrédulité à l’ironie, et jusqu’à la défense du ministre ukrainien (“non, il nous paraît impossible qu’un général ait dit une chose pareille…”).

«The allegations understandably provoked a small media storm in Ukraine and even comments from the Russian Defense Ministry, which expressed doubt that a general could actually have said it. If the minister did say all that, the Russians joked, then “the Ukrainian security service should investigate what the Polish friends slipped into Geletey’s glass.” “Speaking seriously, Geletey’s habit of justifying the failures of the punitive operation in southeastern Ukraine with the alleged actions of the Russian armed forces start to resemble paranoia,” the Russian ministry added…»

• Devant les premières réactions suivant ses affirmations, le Colonel Général ukrainien a songé à rétropédaler. Ses explications sont embrouillées, difficilement compréhensibles sinon inaudibles. Elles ont au moins l’avantage de donner du crédit à cette succulente et étrange histoire postmoderniste, dans la mesure où lorsqu’un ministre dément, essentiellement à Kiev, c’est que l’histoire impliquée nous a rendu compte d’une vérité par inadvertance. Impitoyable avec ses explications, Russia Today prend tout de même la peine de réduire à bien peu de chose l’argumentation “nucléaire” du ministre («The minister apparently is not completely honest, since direct access is not required to collect evidence of a nuclear detonation, even a small one»).

«The Ukrainian general himself later denied the nuclear allegations, saying that the journalist had misinterpreted his words. “Everyone knows that Russia is de facto using Ukrainian territory as a testing range for its new weapons,” Geletey wrote on his Facebook page. “What else than for testing did the Russians send 2S4s into our territory?” “I stress that only competent specialists armed with special equipment may test whether or not a nuclear or any other weapon that we don’t know of was used. In particular they need to take radiation samples on the ground. Unfortunately, we cannot do that because Lugansk airport is currently under control of the terrorists and the Russian military,” he added…»

• Les déclarations du ministre ont attiré des réactions à Kiev même, du côté du ministère de l’intérieur, sous la rubrique “à force d’être ridicule, le ministre de la défense va finir par ridiculiser l’Ukraine aux yeux de la Russie et du reste du monde”. Il semble en effet que le Colonel-Général, nommé à la va-vite en mai dernier pour tenter de redresser la situation militaire, n’en soit pas à son coup d’essai, du moins aux yeux du ministère de l’intérieur. Il s’agit d’une confirmation parmi d’autres, derrière le ridicule de l’affaire, de dissensions sérieuses au sein de la direction à Kiev.

«If anything, the defense minister and the journalist, who misreported his words, have given ammo to critics of Ukraine, said Anton Gerashchenko, an aide to Interior Minister Arsen Avakov. “Why would anyone make such statements that can be easily checked and proven false?” he wrote on his Facebook page. “In the end Russia and the entire world will now ridicule us. Too bad, it’s nothing new for us.”

»The two Ukrainian ministries involved in the military campaign against rebel forces in the east have been trading accusations lately. The latest round of bickering this week came after Geletey said in an interview that “there were no real heroes” among the commanders of the Interior Ministry’s National Guard, who are now seeking seats in parliament. Avakov responded with a demand for an apology from his fellow minister.»

Cet épisode représente, dans son outrance même, un excellent symbole de la situation en Ukraine-Kiev, d’une part par rapport au sérieux qu’on peut attribuer aux représentants de la direction, d’autre part par rapport à la stabilisation-confusion de la situation dans la partie du pays “sponsorisée” par le bloc BAO. Mais il s’agit d’abord de distinguer dans quelle mesure le procédé de la narrative, passant ici de la “fantasy-narrative” (l’“invasionStealth” et le reste) déjà largement utilisée à la “narrative-ridicule”, finit par coûter de plus en plus cher à ceux qui l’utilisent, dans un gracieux mouvement d’inversion selon le grand art de la surpuissance du mensonge engendrant l’autodestruction par le mensonge. Il y a là une limite de capacité et de validité à déterminer, c’est-à-dire une limite de mesure du mensonge qui doit être appréciée en fonction des possibilités que la situation puisse ou non l’absorber, et si cette possibilité est dépassée les dégâts engendrés pour celui qui les émet. La sortie du Colonel-Général a notamment provoqué cette réaction cynique d’une source européenne indépendante, dont on pourrait observer qu’elle allie dans ses jugements fatalisme et ironie méprisante : «Il faut savoir bâtir des scénarios-bidons dans les limites des possibilités et de la crédibilité, si l’on veut parvenir à susciter un engagement des alliés extérieurs, même les plus crédules, ou même simplement maintenir leur niveau d’engagement… Il faut être vague, lancer des accusations difficilement vérifiables, donc difficilement niables, et vraiment la sortie du ministre de la défense, qu’il ait été ou non mal compris, est à cet égard complètement contre-productive.»

La question du mensonge dans la partie qui se joue en Ukraine devient un cas de plus en plus délicat pour la direction de Kiev, de plus en plus Kiev-guignol, et de plus en plus divisée à mesure qu’on approche des élections, avec une opposition farouche entre le président Porochenko, qui aurait parfois des velléités d’arrangement de la situation, et son premier ministre Yatsenouk, qui est plutôt de la partie extrême alimentée par les neocons et tous leurs relais de type “société civile” ou centre d’agitation type-Soros. Dans ce cadre général, le Colonel-Général Geletey, recruté en hâte en mai dernier comme on l’a dit et ainsi insuffisamment rôdé au jeu de billard à multiple bandes qu’est la politique à Kiev-guignol avec les multiples influences du bloc BAO, fait plutôt figure d’“électron libre” un peu irresponsable, prenant la licence du mensonge, que ce soit indirectement et presque toujours sans conscience réelle de ce qu’il déclenche, pour un jeu sans limites ni bornes d’équilibre et recherche d’une certaine apparence de cohérence. La sortie “nucléaire” de Geletey, qu’elle ait été exprimée comme telle ou bien interprétée par un journaliste parce que Geletey laissait la place à l’interprétation, montre que le poids du mensonge en politique, notamment par le biais de la “narrative-ridicule”, risque de mettre dans l’embarras même les forces les plus disposées à soutenir cette politique dans le cadre d’une communication russophobe à outrance. Même l’outrance, et nous dirions même “surtout l’outrance” a ses règles, ce que Geletey semble ignorer ; plus l’on ment outrageusement, plus l’on est tenu à une grande rigueur morale dans l’observation des règles opérationnelles de la chose.

Depuis le mois de mars où le courant de la narrative antirusse avait de la tenue, jusqu’au paroxysme de la destruction du vol MH17 en juillet, la narrative antirusse, passant à la phase-fantasy puis à la phase-ridicule, est en train de perdre son efficacité et sa puissance d’impact. C’est une orientation dangereuse. Lorsqu’on monte des narrative à ce point mensongères, effectivement, une tension psychologique extrêmement forte est nécessaire, pour étouffer dans l’intellect des protagonistes divers toute velléités l’esprit critique, pour ne pas prendre le risque de passer pour un constructeur de fausses-vérités de situation, notamment auprès de certains segments du système de la communication puis auprès des électeurs quand il s’agit d’hommes politiques qui tiennent à leur onction démocratique vertueuse et régulière. Des “coups” comme celui du Colonel-Général avec ses obus poutiniens de 3 kilotonnes, avec cette allure de tragédie si énorme qu’on croirait une tragédie-bouffe (de l’italien buffo, pour “ridicule”), font brusquement tomber la tension, faisant passer la gravité tragique qui compose habituellement le masque de carnaval des réunions de l’OTAN, en un éclat de rire nerveux qu’on n’arrive plus à retenir. Il y a un risque sérieux de “dérapage”, comme on dit dans les salons de la politique politicienne et parisienne ; il y a le risque très préoccupant que, soudain, la vérité de la situation apparaisse plus crédible, plus “vendable”, voire plus sexy (cela pour la presse-Système), que les déclarations des ministres amateurs du type Kiev-guignol. Il s’agit là d’un sérieux problème stratégique qui devrait déclencher une réflexion approfondie à l’OTAN et une revue critique de la doctrine de défense du Monde Libre Postmoderniste.

… Effectivement l’OTAN, exactement l’OTAN, – où existent quelques spécialistes de la narrative qui pourraient servir de coaches aux ministres-guignols de Kiev. C’est le cas du général Breedlove, de l’USAF, détaché comme proconsul de la Pax Americana auprès de l’OTAN, comme SACEUR et commandant en chef des forces alliées en Europe. Sur Strategic-Culture.org, le 22 septembre 2014, Finian Cunningham nous rapportait la dernière sortie de Breedlove, – un excellent exemple de l’art consommé de la “fantasy-narrative”, exercée par un vrai professionnel. Au Colonel-Général Geletey, ci-devant ministre de la défense de l’Ukraine démocratique, d’en prendre de la graine.

«Given the appalling humanitarian situation in eastern Ukraine, an observer would think that all reasonable parties should be striving to bolster the chances of success for any ceasefire initiative. Moscow has evidently demonstrated its political commitment. But not, it seems, Washington or its General Breedhate. The American military commander was speaking at a NATO military conference in the Lithuanian capital, Vilnius, on Saturday just hours after the latest peace plan was unveiled in Minsk. The General dismissed the ceasefire as being “there only in name” and he repeated unsubstantiated claims that Russian forces were operating in Ukraine. That’s hardly a constructive attitude.

»As German newspaper Deutsche Welle reported, the Four-Star General “could not pinpoint how many” or where exactly these alleged Russian soldiers are operating in eastern Ukraine. “The fluidity of movement of Russian forces and Russian-backed forces back and forth across [the Ukrainian] border makes it almost impossible to understand the numbers,”said the General with telling, and conveniently, vague assertion. “The ceasefire is still there in name, but what is happening on the ground is quite a different story,”Breedlove added.»

P Grasset, 22/09/2014

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

37 réactions et commentaires

  • Fatigué des pov’taches // 23.09.2014 à 01h11

    Nous de toute façon en France on s’en fout pass’que les radiations, elles s’arrêtent toujours à la frontière ! (Si si, on est comme qui dirait blindé…)
    Alors l’autre guignol-colonel-général (etc) avec ses 3 miteux kilotonnes, il va pas nous impressionnés. Mais j’ai bien l’impression qu’il doit pas carburer à l’eau de source celui-là.

      +0

    Alerter
  • dupontg // 23.09.2014 à 01h19

    les militaires coincés dans l’aeroport de Donetz ne doivent pas en mener large avec ce genre de rumeur qui doit de propager dans l’armée ukie

      +0

    Alerter
  • Kiwixar // 23.09.2014 à 02h19

    Au train où les Ukrainiens s’enfoncent, ils vont bientôt (re-)découvrir l’anthropophagie.

    On nous avait bien prévenus pour le Traité de Maastricht : “l’Europe, c’est plus de paix, plus d’emplois, plus de croissance… et plus de nourriture saine…”

      +0

    Alerter
    • rectif // 23.09.2014 à 08h43

      Ça doit être ce qu’ils appellent “l’autre Europe”… c’est vrai qu’elle est vraiment autre, celle-là. Carrément venue d’ailleurs.

        +0

      Alerter
  • Van // 23.09.2014 à 02h31

    qu’est-ce qui fait en Pologne si son histoire est vrais il devrai l’exploiter au conseil de sécurité pour ramener la cavalerie , cest plus grave que l’histoire du MH17 ???
    je crois que les deux obus russes quil a vu cetait les 2 bouteilles de vodka quil a vidé la veille de son voyage 😉 .

      +0

    Alerter
  • vérité2014 // 23.09.2014 à 02h32

    Le dernier article de R Parry:

    High Cost of Bad Journalism on Ukraine

    http://consortiumnews.com/2014/09/22/high-cost-of-bad-journalism-on-ukraine/

      +0

    Alerter
  • Oiseau-Fou // 23.09.2014 à 02h46

    Oh, la vache !!! Deux “obus” nucléaires de 3 kilotonnes!??? Mais bon sang, c’est évident! Tout au moins aussi évident qu’une sardine peut boucher le port de Marseille.
    Vraiment celui qui a laisser fuiter cela doit impérativement se lancer dans le comique. L’endroit est toujours intact? Aucune retombée? Aucune radiation? Les eaux sont toujours buvables? Combien de morts? Deux “OBUS” nucléaires? Pas des missiles? Pourquoi pas des arbalètes atomiques guidées laser ou des lance-pierres à neutrons avec tire bouchons intégrés et hélices incorporées. On rigole bien avec eux.
    Il faut être c.. pour oser dire une chose pareille, parce que si cela était vrai, les médias en auraient fait leur choux gras et surtout Moscou aurait réagit en retirant leur soutient du moins morale. De plus l’Otan serait sur les dents (peut-être est-ce le but finalement)…
    Je pense plutôt que Kiev qui ne sait plus quoi inventer, jette des fausses infos en espérant qu’il reste au moins quelque chose dans les esprits, des miettes. Mais le problème est que ces mêmes esprits sont vaccinés.

      +0

    Alerter
    • Léa // 23.09.2014 à 09h35

      Des vues des dégâts à l’aéroport ( sur “air-défense.net) .

      Toutes les vitres ne sont pas cassées par deux bombes de 3 kilotonnes ????

      http://www.air-defense.net/forum/topic/18353-ukraine-ii/page-583

        +0

      Alerter
      • Oiseau-Fou // 23.09.2014 à 15h45

        J’ai regardé votre lien, il me semble que l’aéroport a besoins d’un bon nettoyage.
        Cela dit, deux “obus” de 3 kilotonnes ne laisseraient aucun bâtiment debout. Autour de l’épicentre, l’onde de choc se propagerait sur plusieurs kilomètres balayant tout sur son passage, vies humaines et animales comprises.
        Une seule arme de destruction massive peut laisser les bâtiments intacts, c’est la bombe à neutron. Tout ce qui est composé d’eau, même dans les cours d’eau, le vivant brûle de l’intérieur puisque le conducteur est l’eau. Donc aucun témoin vivant.
        Le problème est que ce serait réellement trop visible, des corps calcinés ça se remarque et surtout ce genre de bombe laisse des traces mesurables aussi.

          +0

        Alerter
    • bobi // 23.09.2014 à 16h21

      Il a sûrement confondu avec des obus à uranium “appauvri” bien connus pour leur usage immodéré en Irak. A partir du moment où il y a de l’uranium, même 238, c’est du nucléaire. Pour la pollution générée, on pourrait lui donner raison si la bêtise n’était pas aussi crasse. Et comme on disait en 14, on s’en fout, on vaincra parce que nous sommes les plus forts!

        +0

      Alerter
    • idobox // 23.09.2014 à 19h12

      Les obus nucléaires, ça existe vraiment. La plupart des pays les a remplacés par des missiles courte-portée, mais c’est pas une invention.
      C’est une arme tactique (pas stratégique), destinée à détruire des colonnes de blindés ou des bunkers, et à interdire l’accès à une zone pour cause de radiation. Les puissances sont faibles, vu que l’objectif est de détruire les troupes ennemies, pas des villes entières.

      Après, il est évident que ce type d’arme n’a pas été utilisé.

        +0

      Alerter
    • Manu // 25.09.2014 à 13h15

      “Deux “OBUS” nucléaires? Pas des missiles? Pourquoi pas des arbalètes atomiques guidées laser ou des lance-pierres à neutrons avec tire bouchons intégrés et hélices incorporées. On rigole bien avec eux.”

      Ce sont des mortiers lourds de 240 jusqu’à 15-20km. Ca tire du simple explosif à l’incendiaire, bombe guidée laser, et aussi du nucléaire.

        +0

      Alerter
  • vérité2014 // 23.09.2014 à 02h55

    Poutine a eu l’essentiel de ce qu’il voulait en Ukraine.

    Putin Is Getting Most Of What He Wants In Ukraine.

    That is why European officials were in despair when news of the delay emerged from the three-way talks between Ukraine, Russia and European Union. “It is Munich 1938,” one said. Yet Ukraine did not have much choice. Russia threatened the renewal of military action and a complete economic blockade if Ukraine did not postpone implementation.

    Read more: http://www.businessinsider.com/putin-is-getting-most-of-what-he-wants-in-ukraine-2014-9#ixzz3E5x7g4Np

      +0

    Alerter
  • C Balogh // 23.09.2014 à 06h06

    “Le diplomate américain George Kennan a exprimé cette perspective lors d’une interview en 1998, peu après que le Sénat américain ait approuvé la première étape de l’élargissement de l’OTAN. «Je pense que les Russes réagiront progressivement d’une manière tout à fait défavorable et cela aura une incidence sur leurs politiques», déclara-t-il. «Je pense que c’est une erreur tragique. Il n’y avait aucune raison d’agir ainsi. Personne ne menaçait autrui.»”

    http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4377

    La responsabilité de l’Occident dans la crise en Ukraine
    par John J. Mearsheimer*

      +0

    Alerter
  • Patrick Luder // 23.09.2014 à 07h42

    Les seules limites du mensonge sont l’absurde et le ridicule.
    Dans tout conflit il n’y a pas une vérité, mais plusieurs à écouter.
    C’est bien l’incompréhension qui est la mère de tous les conflits …
    Tout ce ceci pour différencier le conflit (plusieurs protagonistes) avec l’agression pure et à sens unique, motivée par le profit et la destruction totale de l’autre.

      +0

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 23.09.2014 à 09h10

    Un mensonge aussi ridicule ça la fiche mal, certes, mais l’incident sera vite oublié, personne n’ayant intérêt à s’appesantir dessus. Bien plus grave cet état de “paix” qui semble s’être installé dans le Donbass à la faveur du cessez-le-feu. Cette solution qui n’en est pas une permet aux Ukies de bombarder chaque jour Donetsk, et favorise, dans le camp des rebelles, les manœuvres politiques au détriment des opérations militaires. La reprise des combats, qui surviendra tôt ou tard, promet d’être difficile.

      +0

    Alerter
  • fabien775 // 23.09.2014 à 09h16

    Les liens qui renvoient sur des sites en anglais, ça commence à ma gaver un peu. Beaucoup ici ne sont pas bilingue comme beaucoup de français moyens.

      +0

    Alerter
    • Léa // 23.09.2014 à 09h29

      D’accord, mais à défaut d’autres sources, ça permet à d’autres, anglophones, de vérifier sa fiabilité.

      Si c’est le Sun ou le gouvernement américain, ou ses dindes ???

        +0

      Alerter
    • Heirani // 23.09.2014 à 09h46

      Cet outil: https://translate.google.fr permet de traduire les pages.
      Il vous suffit d’indiquer les langues et de copier coller l’adresse de la page a traduire. (URL)
      A noter que l’outil est incorpore d’office dans le navigateur de Google, Chrome.

      La traduction n’est pas encore parfaite, mais c’est parfaitement comprehensible. Et puis, imaginez si le blog ne citait que des sources francaises… On se retrouverait avec de l’immonde a toutes les sauces.

        +0

      Alerter
      • LeDahu // 23.09.2014 à 12h31

        Yandex et bing sont aussi dispo. Franchement si on a un envie de comprendre, il y a plein de moyens! Oui c’est un autre click a faire mais bon sang, si on veut des infos neutres il faut mettre le nez dans l’assiette.

          +0

        Alerter
    • Globule rouge // 23.09.2014 à 12h06

      D’accord avec Fabien775, Mr berruyer, si “vous” traduisez des articles anglais en francais, ca serait peut etre bien aussi de le faire avec des articles francais qui usent de longue citation en anglais sans traduction..

        +0

      Alerter
  • ISTINA // 23.09.2014 à 09h16

    La tactique chez les U.S, n’a pas changé, ils commencent par une campagne
    de dénigrement de la cible, suivie d’une campagne de criminalisation et, au
    final ce sont les missiles de croisières et frappes aériennes puisque l’opinion
    du Peuple Américain du Nord est fatiguée par toutes ces guerres improductives
    déclenchées par les Faucons et autres Militaro – Industriels. Opinion opposée aux
    interventions militaires Outre-Mer à savoir outre Océans Atlantico-Pacifique !

    J’oubliais, entre temps il pratiquent dernièrement les sanctions comme la S.D.N des années
    Trente.
    Le côté loufoque est que, les membre de l’OTAN et de l’U.E, la piétaille, prennent
    unanimement le train en marche, plus ou moins effectivement; sauf chez MERKEL et
    chez HOLLANDE qui eux et elles feignent d’y croire et surenchérissent en bombant
    le torse ce qui leur donne allures Guerrières et d’annoncer en boucle; la veille:
    La France n’a pas peur ! Ben voyons, les engagements Gauchistes en France,
    tournent en général en eau de boudin.
    1940, souvenez vous-en !
    -NOUS VAINCRONS PARCE QUE NOUS SOMMES LES PLUS FORTS !

    -Débarquement temporaire à Narwick de la demi-Brigade de la Légion Etrangère;
    – LA ROUTE du FER est COUPEE !
    -En réalité, la Suéde, menacée, inquiête autorisa la traversée de son Pays par la Wehrmacht

    -Chanson célèbre en boucle à la Radio ex T.S.F, NOUS IRONS PENDRE NOTRE LINGE
    SUR LA LIGNE ZIEGFRIED.
    Et ce furent les lendemains qui déchantèrent; les Politiciens se dispersant comme
    volées de moineaux, refilant le Bébé dans le coma au Vieillard de 84 ans à qui,
    ils refilèrent tous leurs Péchés !
    -A ceux qui n’ont pas vécu cette époque, qu’ils l’apprennent, notre allié l’immense Empire
    Britannique nous laissa tomber comme une veille paire de chaussettes usées en
    réembarquant sa petite armée 200.000 Hommes à DUNKERQUE nous refusa l’appui de
    son Aviation et; Churchill s’opposa à ce que la France signe l’Armistice.
    Résultats, Deux Millions de soldats Français pris en otages en Allemagne.
    Contrairement à ce que d’aucuns l’affirment, l’Armistice est une négociation mettant fin
    à des combats et non une Capitulation comme annoncé à la B.B.C. le 18 Juin 1940
    et ensuite !

      +0

    Alerter
  • PhilDeFer // 23.09.2014 à 10h22

    2 obus de 3Kt ? 6 Kt donc ? La moitié de la puissance de la bombe A qui a explosé à Hiroshima ? Doit y avoir des traces… 🙂

      +0

    Alerter
    • LeDahu // 23.09.2014 à 12h35

      et aussi il y un réseau de satellites de détection nucléaire… OTAN l’aura su très très vite! mais silence radio dont infos bidon.

        +0

      Alerter
  • Maurizio // 23.09.2014 à 12h42

    Mais le Colonel-Général Valery Geletey est vraiment le ministre de la défense ukrainien ?

    http://rt.com/news/170308-ukraine-minister-oath-pen/

    Moi ? Je ne rien signé !

      +0

    Alerter
  • Andrea // 23.09.2014 à 16h54

    Oui, et ils ont instauré un contrôle des capitaux (jsp si mentionné dans les articles.) On devine que ces contrôles seront très séléctifs! (pas pour les copains..)

    Pour la situation économique, il ne pourront plus vraiment la cacher, la camoufler avec quelques chiffres lancés ici et là, comme s’il s’agissait d’une récession en Italie. Cad. l’image d’un ‘pays normal’ qui ‘a des problèmes avec le terrorisme à l’Est’, présentée au public, ne sera plus credible. Bien sur les USA savent tout cela.

    La situation est si grave que les effets en cascade – pas juste un ralentissement, la fermeture de quelques mines, etc. – vont gripper et tout d’un coup créer d’autres événements (défaut, crash de la monnaie, nouvelle insurrection, etc.) Kiev ne paye plus les salaires (enseignants, police, etc.) au Donbass depuis des mois. Ces gens vivent avec des bribes d’aide humanitaire, vielles conserves, partage des produits moissonés à la fin de l’été. A l’Ouest, tous seront écrasés par les ‘taxes’ tout azimut, les jobs manquant, les hommes décédés, laissant famille, la ‘lustration’ – une masquarade politique pour destituer les opposants dans tous les corps, politique, médical, énergie, universités, Gvmts. locaux, etc.

    Et tout cela sans même mentionner le problème de l’énérgie! – gaz de la Russie, charbon en arrêt (il sert à produire de l’électricité), achat de pétrole, etc.

      +0

    Alerter
  • erde // 23.09.2014 à 17h34

    En attendant , là-bas au Donbass, point de trêve et les massacres continuent,.
    Il ressort que dans les villes et villages désertés par les forces de la junte ukrainienne, les milices fascistes à la solde de certains oligarques ont bien pratiqués des tortures et assassinats sur des populations civiles et dans une moindre mesure des vols et rackets en tous genres.
    Selon des sources en Novorussia, ces mercenaires n’ont aucune envie d’abandonner le combat, bien que la trêve ait été décidée pour protéger ,les intérêts d’une minorité de personnes et non pas pour défendre les populations locales.
    Une lutte politiques interne à la Novorussia fait rage entre les militaires qui désirent éliminer les nazis de leur territoire et les “politiques” toujours corrompus et à la solde des puissances financières.
    Idem du coté ukrainien….
    Alors c’est une véritable imbroglio où l’on peine à se retrouver, un sac de noeud dont on ne sait pas encore une fois dénoué, s’il l’est un jour , ce qui en résultera.

      +0

    Alerter
  • laurentdup // 23.09.2014 à 19h10

    Je viens de faire le calage de la carte sur Kharkiv. Si cela s’avère vrai…en attendant personne n’en parle…Est-ce un tournant!?

    http://militarymaps.info/

      +0

    Alerter
  • perceval78 // 23.09.2014 à 21h42

    Poutine aurait dit a Porochenko qui l’a répété (bouh le vilain rapporteur) , la russie veut envahir la Pologne,les pays baltes et la roumanie , presse tout ce qu’il y a de plus systeme
    =
    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/russia/11106195/Putin-privately-threatened-to-invade-Poland-Romania-and-the-Baltic-states.html
    =

      +0

    Alerter
  • bm607 // 23.09.2014 à 22h05

    En tout cas Poutine, s’il n’attaque pas l’Ukraine à coup de charges atomiques, “joue” pas mal en ce moment à “je montre mes muscles, donc ne la ramenez pas trop” : il vient de “mettre en scène les plus grands exercices militaires post-soviétiques en Extrême-Orient, impliquant 100 000 militaires et une vaste gamme de matériel : 1500 tanks, 120 avions 1500 pièces d’artillerie.”
    http://rt.com/news/189900-kamchatka-military-drills-shoigu/

    Avec quelques précisions “anodines” dans le texte de RT :
    “….les intercepteurs supersoniques MiG-31 ont pratiqué avec succès l’élimination d’une attaque par des missiles de croisière à basse altitude. Le Président de l’Académie des problèmes géopolitiques, Konstantin Sivkov, a déclaré à l’agence de presse RIA Novosti: “L’US Air Force n’est pas formée à de telles tâches, alors que les autres pays ne possèdent pas des avions qui pourraient faire quelque chose de semblable.”…”

    A bon entendeur, see you !

      +0

    Alerter
  • grog // 24.09.2014 à 08h29

    Bonjour à tous,

    Plutôt que d’écouter les bêtises dangereuses de ce “colonel général” (ce grade existe-t-il dans d’autres armées du monde, ou est-ce une spécificité ukrainienne?), les Français feraient mieux d’écouter de la musique russe, comme par exemple “PACHKA CIGARET” cet excellent morceau de VICTOR TSOI, l’enfant prodige du rock russe !

    Ouvrez les oreilles, par ici :

    http://leblogdegrog.blogspot.ru/search/label/RADIO%20DATCHA

      +0

    Alerter
  • chios // 24.09.2014 à 13h43

    Je ne sais trop où poster, car les articles sur l’Ukraine se font rares…

    J’ai lu quelques textes de la partie pro ukraine, et ils sont en mode défaitiste…

    Du “daily beast”, En Ukraine,l’hiver arrive.
    Plein d’inexactitudes…mais le ton est donné
    http://www.thedailybeast.com/articles/2014/09/23/in-ukraine-winter-is-coming.html?via=desktop&source=twitter

    “We would not let our brother Slavs freeze to death, but it is time for the Ukrainians to grow serious and get rid of Poroshenko’s criminal team in power, otherwise life in Ukraine will be a nightmare.”

    On ne va pas laisser nos frères mourir de froid, mais il faut qu’ils se débarassent de Porochenko, sinon, leur vie deviendra un cauchemar.

    “The pie becomes smaller and independent players grow more aggressive,” said Konstantin Cherepanov, an analyst with UBS bank. With days growing colder both Ukraine and European nations hope for a resolution to the dispute with Russia at the gas talks that are scheduled to restart in Berlin on Sept. 26.

    L’avis d’une banque, UBS, avec des considérations “de marché”.
    Les “conversations sur le gaz reprendront le 26 09 à Berlin

    Un article d’un site allemand, pro-west…
    https://ip-journal.dgap.org/en/blog/eye-europe/end-deterrence

    un extrait:
    “the somber consensus at the IISS conference in Oslo this year was that the whole post-World War II system of deterring international bullies is at risk. The West is now in the unhappy position of talking loudly about the inviolability of borders, but carrying only a tiny twig to enforce this precept. Swedish Foreign Minister Carl Bildt talked of “a sense of feeling vulnerable” in a Europe that thought its soft power of reconciliation and integration since 1945 had banned change of borders by force on this once bloody continent.

    The default conclusion at the conference was that all the West can do now to help whatever rump Ukraine emerges is to pour enough money and on-the-ground advisers on economic and institutional reform into it to prevent a slide into a failed state. This gives small comfort to the beleaguered Ukraine and President Petro Poroshenko.”

    ELIZABETH POND, a Berlin-based journalist, is the author of “The Rebirth of Europe.“ She has covered Ukraine for over 30 years.

    Tout ce qu’on peut faire, c’est d’injecter du cash et du conseil sur place pour prévenir ce qui reste de l’Ukraine dans “état failli” Failed State…

    En chemin pas mal d’infos intéressantes…

    Et en passant, un lien vers la conférence qui a tant déprimé notre journaliste, et qui a été signalée par Perceval, avec son et mon “ennemi” Heissbourg, dont je connaissais la voix, sans connaître le nom, et qui m’a paru ce jour là à part quelques erreurs manifestes, fort raisonnable.(Sauf sa conclusion, pas d”armes, mais du fric.)

    J’ai vu avec plaisir un Carl Bildt, au premier rang dans l’assistance et ayant obtenu la faveur d’intervenir en premier, complètement désavoué par le ton posé et raisonnable des autres intervenants

    http://www.iiss.org/en/events/gsr/sections/global-strategic-review-2014-281a/saturday-keynote-a3c3..

      +0

    Alerter
  • Jean Sérien // 24.09.2014 à 13h57

    Quelques remarques au sujet de la traduction: “stealth” signifie “furtif” (souvenez-vous l’avion furtif Stealth ATF dont les médias avaient bcp parlé à l’époque de la 1ère guerre du Golfe en 1991). Donc, au lieu de “façon Stealth”, il faut écrire “furtivement”. De même “Stealth invasion” = invasion furtive (ces fameux milliers de soldats russes insaisissables).

    Par ailleurs, “narrative” = récit, présentation des faits (ou “manière de présenter les faits”)

      +0

    Alerter
    • Pavlo // 24.09.2014 à 22h54

      L’auteur maîtrise très bien la langue française, ces mots ne sont pas là par ignorance, encore moins par influence. Il s’agit plutôt de l’ironie, ou dirions nous du foutage de gueule: l’auteur utilise les mots anglais pour souligner que ce qu’ils recouvrent n’est plus vraiment le concept de départ, mais quelquechose d’autre, pas toujours clairement définissable d’ailleurs, mais invariablement baroque et grotesque.

      Autrefois les Etats faisaient des récits afin de presenter leur vision des faits (ou leur version de leurs mensonges). Mais le “bloc BAO” n’en est plus là désormais, il fait maintenant des “narrative”, des récits tellement absurdes qu’ils se contredisent de façon interne, et qui acquièrent une vie propre (non pas en tant que supports d’une politique, mais au contraire la politique du bloc BAO derive des dites “narratives”).

      Il en va de même pour l’utilisation de “stealth”.
      Diverses armées ont effectivement des engins dits “furtifs”; mais la “narrative” ukrainienne concerne une invasion russe “stealth”: il ne s’agit pas là de la classique technologie furtive (dont l’armée russe dispose par ailleurs), mais d’une technologie bien plus avancée, acquise sans doute via des contacts entre le KGB et les Romuliens, voire les Klingons. En effet, cette technologie permets non de dissimuler un engin, mais des divisions entières, leurs traces sur le sol (levitation?), et même de faire disparaître les épaves lorsqu’elles sont détruites.

      Il en va ainsi pour nombre de concepts.
      Par exemple, il existe la liberté, la démocratie, la loi; à ne pas confondre avec “freedom”, “democracy” et “law”.

      Le grand malheur des anglophones étant qu’ils ne peuvent pas faire cette distinction entre le concept de base, et sa deformation monstrueuse, puisque dans leur langue c’est le même mot qui est utilisé.

        +0

      Alerter
  • Timothée // 26.09.2014 à 19h27

    Du nouveau sur les soldats Russes tués et Elena Vasiliyeva : https://www.youtube.com/watch?v=IpiR6rslVOM

      +0

    Alerter
  • Pierrefitte // 26.09.2014 à 19h45

    Bonsoir Olivier et Co

    Première intervention sur ce site que je suis assidument et avec grand intérêt, simplement pour relayer une info lue sur le Saker et concernant le retournement d’Obama sur la Russie. Il y est expliqué que le président américain aurait conseillé à Poroshenko de discuter avec Poutine, ce dernier se révélant un allié non négligeable dans la nouvelle guerre contre l’EI, sans oublier le revirement des états membres de l’Otan suite au contre sanctions économiques russes ( en résumé).

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications