Les Crises Les Crises
27.septembre.201427.9.2014 // Les Crises

[Reprise] Géopolitique de l’humiliation, par Jacques Attali

Merci 7
J'envoie

Bon, je ne partage pas tout, surtout sur la Turquie dans la forme actuelle de l’UE, mais ce n’est pas le coeur du sujet, et, sur le fond, on se sent vraiment moins seul…

Dans les relations entre les gens, comme entre les nations, l’humiliation peut conduire à des actes insensés, à des guerres inextinguibles.

Il est donc essentiel de ne pas humilier les autres, de les respecter ; et, si l’humiliation a eu lieu, si le contact est rompu, de le renouer, au moins aussi longtemps que l’humilié est encore accessible au dialogue et qu’il n’est pas devenu un ennemi irréductible, que seule la force peut empêcher de nuire.

Ainsi, en 1919, humilier l’Allemagne, par l’imbécile Traité de Versailles, a conduit à la victoire du nazisme, qu’il fallut combattre. De même, en 1995, humilier la Turquie en lui refusant l’entrée dans l’Union Européenne la précipite aujourd’hui dans les bras d’un islamisme pour l’instant encore modéré, et peut en faire un jour un ennemi. De même, après la 2ème guerre du Golfe, démanteler l’armée de Saddam Hussein a conduit des milliers de soldats et d’officiers d’une armée totalement laïque et parfaitement formée, à constituer depuis quelques mois les cadres d’un soi-disant Califat Islamique, prétendant aujourd’hui rassembler tous les musulmans humiliés du monde, dans un combat mortel contre l’Occident. De même encore, entretenir un rapport de force brutal et humiliant entre Israël et la Palestine, maintient les uns dans l’illusion de gagner la guerre et les autres dans celle de nourrir leur désir de détruire l’Etat hébreu.

Enfin, aujourd’hui, humilier la Russie, en prétendant l’isoler du reste du monde, sous prétexte qu’elle n’a pas accepté que les russophones d’Ukraine y soient traités comme des citoyens de seconde zone, peut conduire à en faire un ennemi qu’il faudra un jour combattre. Il est en particulier stupide pour les Polonais de tout faire pour isoler la Russie, comme cela l’avait été pour la France de tout faire pour isoler l’Allemagne dans les années 1920.

Une troisième guerre mondiale serait la conséquence naturelle de la poursuite de cette géopolitique de l’humiliation. On entend déjà, à Washington et à Moscou, s’exprimer les pires points de vue nationalistes, conspirationnistes et bellicistes, qui conduiront au pire, par le simple engrenage de la bêtise et du ressentiment.

Bien des gens, ici ou là, verraient en effet d’un bon œil une tension internationale devenant si forte qu’elle permettrait d’enrayer les terribles engrenages de la crise financière , de donner du travail aux industries de la défense et de spolier en passant les épargnants, par des impôts ou un rééchelonnement de la dette publique, au nom des soi-disant nécessités de la défense de la patrie en danger.

En particulier, les Etats-Unis, éloignés géographiquement des futurs champs de bataille, et qui n’ont presque plus besoin des sources d’énergie du Moyen Orient ou d’Asie centrale, jouent dangereusement avec une telle stratégie, qui peut les aider à dépasser leur crise financière, alors qu’elle serait suicidaire pour les Européens, qui s’y laissent pourtant stupidement entraîner.

Pour que tout cela ne dégénère pas, il est urgent que l’Occident adopte avec les Arabes, les Turcs et les Russes, la même attitude qu’avec l’Allemagne en 1945 : les considérer, ne rompre aucun contact avec eux, les maintenir dans les cercles du pouvoir, leur proposer des projets communs. Et en particulier, avec les Russes, interrompre un boycott qui ne nuit qu’à l’Europe ; et les associer à l’effort de guerre contre un islam radical qu’ils affrontent tous les jours dans le Caucase.

La France pourrait, devrait, oser proposer un tel revirement de doctrine. Encore faudrait-il pour cela qu’elle ait le courage de rompre avec le suivisme des autres Européens, comme elle l’a fait en d’autres occasions, et de prendre la tête d’une géopolitique du respect, même au prix d’une provisoire solitude.

Jacques Attali, 15/09/2014

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

45 réactions et commentaires

  • christophe // 27.09.2014 à 06h57

    Difficile de ne pas être d’accord avec certains éléments de l’analyse… En effet. Néanmoins, je n’oublie pas qu’une des spécialités d’Attali est d’annoncer la catastrophe, de critiquer quelquefois le cercle du pouvoir… sans jamais renoncer à celui-ci. Et à la prochaine révolution, il retourne sa veste…

      +1

    Alerter
    • Emmanuel // 27.09.2014 à 08h22

      Tu me le retire de la bouche, Christophe ! N’empêche qu’il faut apprécier sa sortie, car il a encore une certaine résonance médiatique : cela fait circuler davantage ces arguments et nous en avons bien besoin…

        +0

      Alerter
    • GLEB // 27.09.2014 à 12h14

      Un petit hommage de Dutronc Jacques, le bien “prénommé” …
      http://www.youtube.com/watch?v=M6SsRZ0fSNY

        +0

      Alerter
    • V_Parlier // 27.09.2014 à 15h29

      C’est vrai qu’Attali est souvent l’homme aux milles avis, le Talleyrand des temps modernes. Mais aujourd’hui est un bon jour et ses propos sont tout à fait sensés!

        +0

      Alerter
      • Gérard Couvert // 28.09.2014 à 00h36

        Le Talleyrand dites-vous .. je ne vois pas le bas de soie.

          +0

        Alerter
        • samuel // 28.09.2014 à 13h12

          les crédits populaires ont de biens meilleurs taux de recouvrements, par conséquent leurs intérêts devraient être faible….
          Ah la logique, on ergote (ou on performe) toujours un peu dans le vide.

            +0

          Alerter
        • step // 30.09.2014 à 11h13

          le bas de soie est passé de mode, mais son contenu lui à reçu une promotion à cette époque.

          Pour info cette citation n’est pas prouvée. C’est parmi les “mots” qui ont été créés pour résumer une pensée qui ne s’est probablement jamais exprimée ainsi. Des relations ambiguës entre napoléon et son inamovible ministre des affaires étrangères. Nuisible indispensable.

            +0

          Alerter
    • gerard Colin // 29.09.2014 à 11h06

      Attali – monsieur Yaka. Yaka arreter la guerre, yaka faire une gouvernance mondiale, yaka donner du travail aux chomeurs, yaka appliquer mes cent mesures pour creer 1 million d’emplois et si elles ne marchent pas, c’est parce qu’on ne les pas toutes appliquees. Il critique la guerre en Ukraine pour faire passer ses idees discretement: adhesion de la Turquie a l’UE, collaboration etroite avec les arabes et assimiles (comme si on ne cooperait pas actuellement). Qu’il nomme des mesures concretes puiqu’il demande a la France d’imposer un revirement de doctrine: sortie de l’OTAN et creation,enfin, d’une PSED sans les USA, le Canada et les pays non-membres de l’UE, soutien officiel a South Stream, partenariat avec la Russie avec injonction aux pays de l’Est de cooperer ou de sortir de l’UE parce qu’il y en a marre de ces polonais, lettons et autres baltiques qui contraignent 650 millions d’europeens a assumer leur pauvre complexe d’inferiorite.

        +0

      Alerter
      • Tuncel // 01.02.2015 à 14h08

        Peut-être , mais en tout cas , il était nécessaire . Voyons depuis l’arrivée au pouvoir de l’akp , la Turquie ne s’est jamais aussi bien portée , et de plus dans la pire des conjonctures économiques internationale . Le tout avec ses propres moyen , car contrairement aux autres pays d’Europe qui profite des avantages de la CEE .
        Je suis un kemaliste et je le resterai , j’adore la laïcité et la république comme une dévotion , mais je voterai pour l’AKP de Erdogan qui œuvre et qui a le mieux servit la Turquie depuis les 30 dernières années .
        Selon les prestigieuses universités britannique dont sont issu la classe politique anglaise , l’Europe va demander à la Turquie son entrée après 2020 . Aujourd’hui la Turquie prête de l’argent à travers FMI , et chaque jours qui passe , on lui demande d’investir d’avantage et il est le premier pays d’Europe et le 2 ème au monde , a apporter son aide aux démunis.

          +0

        Alerter
    • orly kasanji // 26.02.2015 à 00h06

      j. attali le maitre dans la pensee et dans la pratique.la source de la loi Macron

        +0

      Alerter
  • ioniosis // 27.09.2014 à 08h07

    ce qui est dit dans cet article , à dèja été dit maintes fois , attali prend le “train ” avec quelques mois de retard , mais cela vaut mieux que de le regarder passer !

      +0

    Alerter
    • Marcel // 27.09.2014 à 09h59

      Je suis en complet accord.
      La position de Gorbachev est aussi très intéressante :
      http://english.pravda.ru/russia/politics/05-09-2014/128460-gorbachev_about_ukraine-0/

        +0

      Alerter
      • Nerouiev // 27.09.2014 à 11h55

        Merci pour le lien. Gorbachev n’apporte rien de nouveau. Il est marié à une américaine et vit aux USA et en tant qu’ancien président Russe (URSS) et de surcroît Nobel de la paix on aurait pu s’attendre à plus de puissance dans ses propos. En 1991 il a mis tous les Russes dans la dèche et ils s’en souviennent encore. Il oublie une chose importante c’est l’origine du bazar actuel qui vient d’une volonté des USA et pire, forçant l’Europe à leur donner raison et à se joindre à eux. Sans cet absolutisme il y aurait une Ukraine fédéralisée et un commerce à l’Ouest et à l’Est. J’insiste, il y a une origine et une volonté à ce conflit et proposer d’arrêter de se battre est un peu léger me semble-t-il, c’est faire semblant d’ignorer la cause.
        N’empêche que le discours d’Attali commence à sonner juste et s’il était un peu plus gonflé il devrait le dire plus fort.

          +0

        Alerter
        • Omar // 28.09.2014 à 00h33

          Gorbatchev n’a pas mis les Russes dans la dèche. Lors de la perestroika, il a demandé à l’occident de l’aider à passer en douceur du régime communiste à (selon ce qul avait en tête)une social-démocratie à la scandinave… Tous les Occidentaux (US Et Europe) qui ne cessaient de l’appuyer par de belles paroles, lui ont fait un bras d’honneur megamaousse, lui demandant d’appliquer à la Russie un régime semblable à celui de Pinochet au Chili… Des réformes néo-libérales d’une rare brutalité… On sait ce qui s’est passé par la suite… Eltsine et son coup d’État lorsque la douma a refusé… Le parlement fermé et la Russie soumise à une cure libérale destructrice et d’une violence inégalée à ce jour dans l’histoire… Avec le soutien de Clinton et de l’Europe… Tout ça est repris et analysé plus en détail dans le livre de Naomi Klein “La stratégie du choc” que je vous invite à lire si vous ne connaissez pas… 50 ans d’histoire occidentale revisitée… C’est depuis la lecture de ce livre que j’ai fermé mes abonnements à la presse mainstream du Genre l’Im-Monde ou Libé…
          Bien à vous.

            +0

          Alerter
  • Marie Genko // 27.09.2014 à 09h32

    Le fond du discours d,Atatli est juste, mais je ne crois pas une seconde que la Turquie s’islamise parce qu’elle a été humiliée par l’U E

    De même, l’immense partie de bluff engagée contre la Russie risque a terme de mettre l’Europe dans une position humiliante et non l’inverse.

      +0

    Alerter
    • BLN // 27.09.2014 à 09h59

      Pour la Turquie, je pense qu’Erdogan n’a jamais eu l’intention d’adhérer à l’UE. Les négociations lui ont juste permis de neutraliser les kemalistes.

        +0

      Alerter
      • Gérard Couvert // 28.09.2014 à 00h39

        Bien sur qu’il avait l’intention d’adhérer ! comme toujours, ici s’oublie la prégnance de l’islam et de son projet de conquête universelle.

          +0

        Alerter
  • Alkali // 27.09.2014 à 10h25

    Je ne saurais dire si ces propos d’Attali sont de l’opportunisme prévoyant ou une façon, vu l’évolution de la situation, de couvrir son cul pour l’avenir, mais étant un bon soldat du média-système, il est éminemment suspect.
    Je m’en rapporterais donc à l’adage ” ce que tu es crie si fort que je n’entends pas ce que tu dis…”

      +0

    Alerter
  • christophe // 27.09.2014 à 10h32

    A propos d’une éventuelle adhésion de la Turquie… N’oublions pas qu’Attali est un partisan de la gouvernance mondiale :

    “Gouvernance : Terme issu du vocabulaire de l’entreprise et qui s’est progressivement imposé dans la langue de nos hommes politiques comme un synonyme de sagesse. La fonction réelle de ce mot est d’enlever à la politique tout contenu sérieux en l’assimilant à de la pure et simple gestion de patrimoine. A l’image de nombre d’anglicisme qui s’immiscent dans le vocabulaire du français courant, il joue un rôle fondamental dans la dépolitisation de la politique, reléguant celle là à une querelle d’expert dont l’électeur profane et ignare ne saurait que valider, après coup, les conclusions pour conserver l’illusion qu’il vit en régime démocratique.”

    Source : http://penseecrime.wordpress.com/2008/11/24/gouvernance/

      +0

    Alerter
  • lon // 27.09.2014 à 10h39

    Attali est assez cohérent depuis le début face à la crise ukrainienne, faut lui laisser ça .
    La situation est suffisament grave comme cela sans qu’on rejette les voix de la raison d’où qu’elles viennent : Un parlement croupion comme le parlement européen prenant des positions aussi stupides et suicidaires démontre bien le degré de servilité et de bêtise à laquelle est arrivée la classe politique européenne . L’alignement quasi total des médias sur une ligne dure avec blocage des infos non-conformes . Un Leclerc du blog Jorion qui fait acte grossier d’allégeance à la ligne otanienne alors que rien ne l’oblige à le faire . Tout cela pue l’avant-guerre.

      +0

    Alerter
  • Kiwixar // 27.09.2014 à 11h28

    L’UE fait mariner la Turquie depuis 20 ans… le jour où celle-ci évoquera la possibilité de rejoindre l’Union Douanière Eurasienne, l’UE retournera sa veste et la fera entrer dans le club en 3 semaines. Mais pas sûr que la Turquie veuille encore : l’attrait de l’UE a bien pâli avec tous ces pays en faillite, et quel intérêt de perdre sa souveraineté au profit du Politburo de Bruxelles?

    “les considérer, ne rompre aucun contact avec eux, les maintenir dans les cercles du pouvoir, leur proposer des projets communs”

    L’arrogance suprématiste de cette phrase… l’Occident est le nombril du monde, le centre du pouvoir, rien de valable ne peut se faire sans l’Occident aux commandes, tout le monde veut rejoindre le club élitiste de l’UE… On a l’impression de lire une analyse d’il y a 30 ans… Pourtant, les cercles du pouvoir me paraissent bien fermes en Russie avec tout ce pétrole, ce gaz, ces ressources minières. Et bien puissants en Chine, avec cette puissance industrielle et scientifique. Il faudrait que quelqu’un se dévoue pour informer Attila que le XXe siècle est terminé.

      +0

    Alerter
    • guyomette // 27.09.2014 à 23h57

      A la lecture du billet d’Attali, j’ai aussi eu cette vague mais persistante impression de quelqu’un qui commençait à avoir un peu la trouille… Et du coup qui retourne sa veste. Mais est-il encore temps. C’est cela qui fait peur.

        +0

      Alerter
  • bocanegra // 27.09.2014 à 12h13

    tout mettre sur le dos ” de l’imbécilité du traité de versailles” …c’est bien de l’attali ! juste ridicule une fois de plus …je me demande ce que cet article qui enfonce des portes ouvertes fait ici ? inutile de relayer ce genre de personne pseudo ” très intelligente” qui dit tout et son contraire.

      +0

    Alerter
  • reneegate // 27.09.2014 à 12h20

    voici ici détaillée la mauvaise foi d’Attali : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-paul-richier/070914/fact-checking-jacques-attali-est-il-fiable.
    Enfin même si nous pourrions être d’accord cette fois ci, il ne faut pas oublier que l’humiliation a permis de manipuler les peuples dans l’intention de les mener à la guerre. Cependant le projet derrière (de faire la guerre) venait de consortium économiques et financiers internationaux (de cartels : Annie Lacroix-riz http://www.historiographie.info/videov2.html#tropic ) avec l’intention d’accroitre leur hégémonie, de casser les salaires et les avancées sociales afin d’accroitre leurs profits. L’humiliation n’est qu’une arme et ceux qui la manipulent sont souvent ceux qui l’ont provoquée. Ne comptez pas sur l’européiste, mondialiste Attali pour lever le voile sur cette historiographie qu’il a soigneusement contribué à censurer même si il en reprend ici une partie de l’écume.

      +0

    Alerter
  • languedoc 30 // 27.09.2014 à 12h32

    Attali dit ce que nous disons sur ce blog depuis des mois. Tant mieux, un de plus ne fait pas de mal, nous sommes si peu nombreux. Humiliée pourquoi le serait-elle? La Russie a pris ce qui lui appartenait, elle a aidé qui méritait de l’être, les sanctions elle fera avec, elle en a vu d’autres. Je trouve qu’au milieu de ce délire paranoïaque elle s’en est bien sortie.

      +0

    Alerter
  • Antoine // 27.09.2014 à 12h35

    Tiens, Attali vient de lire le dernier bouquin de Bertrand Badie, “Le temps des humiliés”. C’est dommage de résumer une thèse sans en citer l’auteur…
    Il sent le vent tourner et veut pouvoir dire “j’vous l’avais bien dit !” quand les médias vont changer d’argumentaire sur la Russie dans deux mois…

      +0

    Alerter
  • Zasttava // 27.09.2014 à 12h36

    Et bien pour ma part, même si je n’ignore pas qui est Jacques Attali, même si j’ai vu et lu, comme vous, des propos de lui qui m’ont fait bondir, même s’il fait partie de cette élite qui ne reconnait jamais ses erreurs, qui croit tout savoir…etc, et bien là pour le coup, je suis ravi que quelqu’un d’écouter et d’influent comme lui délivre un tel message. Et je ne crois pas qu’il s’agisse d’un retournement de veste opportun, en témoigne la précédente reprise sur ce blog de son discours.

      +0

    Alerter
  • chatard // 27.09.2014 à 15h29

    Hier soir, Dominique de Villepin était l’invité de Tadei. Il a dénoncé la “guerre contre le terrorisme” étant donné que le terrorisme est souvent une réaction à la guerre. Attali semble être sur la même ligne. Attali, de Villepin: Ouf, on se sent moins seul effectivement. J’ai vraiment été déçu par la réaction de Finkielkraut qui, faute d’argumenter contre le positionnement de Villepin, s’est contenté de le salir sur BFM.

      +0

    Alerter
    • Pong // 27.09.2014 à 15h57

      Vous attendez encore quelque chose de Finkielkraut, vous ?

        +0

      Alerter
    • sadsam // 27.09.2014 à 23h31

      @merci Olivier et Chatard

      L’article d’Attali permet effectivement de se sentir moins seul. Je ne sais pas pour vous mais parfois en lisant les journaux ou en écoutant des conversations autour de moi, je me demande si je n’ai pas rêvé en voyant Mme Noland ou bhl sur la place de l’indépendance à Kiev.
      L’émission de Tadei était vraiment intéressante. Je vais chercher celle de Villepin et de Finkelkraut mais de ce dernier je n’attends vraiment rien.

        +0

      Alerter
      • chatard // 01.10.2014 à 22h01

        La vidéo ou finkielkraut attaque violemment le pacifisme de Villepin est ici (vers 13.5 minutes: “villepin est l’exécuteur des basses oeuvre de la chiraquie et bénéficie du soutien de médiapart mais pas des journalistes honnêtes…”):

        http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/alain-finkielkraut-l-invite-de-ruth-elkrief-1209-314163.html

        Zemmour a déclaré que la guerre contre le terrorisme était absurde. Donc ça nous fait 3 pacifistes: Villepin, Attali, Zemmour. C’est peu pour une démocratie en bonne santé…

        “Je continue à considérer que cette guerre à l’état islamique est grotesque, est inutile, est vaine et en plus est contre productrice. Ça fait 15 ans que l’on bombarde l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, et qu’à chaque fois le pire est au rendez vous. A chaque fois on prétend défendre la civilisation contre la barbarie, à chaque fois on prétend lutter contre un mélange d’Hitler et de Belzébuth, et à chaque fois on a pire après. Donc il faut peut-être arrêter et se poser des questions : pourquoi ça ne marche pas.
        Eric Zemmour”

          +0

        Alerter
  • David D // 27.09.2014 à 15h34

    Non, Attali a dit depuis longtemps qu’on n’aurait pas dû se mêler de l’Ukraine, mais il a sorti une phrase invraisemblable : “si on continue, après Poutine, on aura un nouveau Hitler!” Cela m’avait un peu étonné, mais bon!
    Sur le Traité de Versailles, il est dans l’opinion de la doxa et gobe la perfidie allemande qui a traité cela de diktat, plutôt que de me battre en vain sur le sujet, je peux conseiller deux lectures : Georges Bonnet, le Quai d’Orsay sous Trois Républiques, dans ce premier livre je me souviens que l’auteur tente quelque peu de se justifier pour son pacifisme, mais il y avait des choses intéressantes, et puis surtout André-François Poncet, ne pas confondre avec le fils qui lui n’est pas bon à mon sens, il a sorti un vieux livre sans doute dur à dénicher aujourd’hui : De Versailles à Potsdam, La France et le problème allemand contemporain, 1919-1945, livre paru en 48
    C’est avec de tels ouvrages qu’on comprend que l’accusation de diktat par les allemands ne tient pas
    Attali, c’est la divulgation d’infos sensibles avec Verbatim et il est cité dans l’Angolagate (vente d’armes), de la phrase suivante qui vaut d’être citée, je retiens le début qui est très juste, mais la proposition principale m’interpelle : Enfin, aujourd’hui, humilier la Russie, en prétendant l’isoler du reste du monde, sous prétexte qu’elle n’a pas accepté que les russophones d’Ukraine y soient traités comme des citoyens de seconde zone, peut conduire à en faire un ennemi qu’il faudra un jour combattre.” Pourquoi “peut conduire à en faire un ennemi qu’il faudra un jour combattre” ? A quelle échéance cela renvoie-t-il ?

      +0

    Alerter
    • ioniosis // 27.09.2014 à 19h54

      @david Attali à une bonne mémoire de La crise de 1929 qui n’avait pu être oubliée et résorbée que grâce à la 2e guerre mondiale 10 ans plus tard, avec au passage la ruine des épargnants américains et allemands.

      Et c’est face à la faillite du système néocons-libéral qu’ils ont choisis la guerre comme à l’époque des années 30/40 , afin de “divertir” le peuple des vrais responsables de la crise, créer un ennemi commun, générer de la peur, et mettre en place des mesures liberticides pour contrôler encore plus les individus et éviter toute opposition., générer les guerres dont la plus proche est l’Ukraine mais aussi la syrie, irak, Lybie, Mali, Palestine etc…la russie ?

      Pourquoi la russie ? Parce qu’elle participe à la mise en place des brics , un système financier alternatif, pour survivre à la chute du système financier occidental

      . Les taux d’intérêts tendent vers 0, seule façon de faire perdurer le système d’argent-dette. Si les taux remontent, le système entier s’effondrera

      . Cela ne suffisant pas, les banques centrales créent de la monnaie de manière massive, afin d’éviter la faillite des banques et des états. 

      Par conséquent l’euro est déjà en train de s’effondrer, même face à une monnaie de singe qu’est le dollar.

      Le dollar et l’euro en déliquescence , est intolérable pour une oligarchie repue de plusieurs siècles du pillage de la planète , mais aussi de leur propre pays.: c’est pourquoi comme en 39 , la guerre est leur seul échappatoire .

      la russie faisant partie des brics est la cible idéale bien que trés coriace.

        +0

      Alerter
  • Jean // 27.09.2014 à 16h07

    “La Turquie pourrait envoyer des soldats en Syrie. Erdogan ouvre la porte à une prochaine participation de son pays à la coalition militaire réunie par les USA”

    “en 1995, humilier la Turquie en lui refusant l’entrée dans l’Union Européenne la précipite aujourd’hui dans les bras d’un isla”

    Si elle suit les USA, alors tout est possible…
    Pour accentuer le choc des civilisations voulu par les même atta, une Turquie similaire à l’Iraq ça aiderait bien.

      +0

    Alerter
  • Varenyky // 27.09.2014 à 16h32

    Les réflexions de Jacques Attali portent sur la Russie et mis à part les néo-conservateurs américains qui peut être en désaccord avec ce texte?
    Mais, je ne trouve aucun mot sur le Président Vladimir Poutine, qui depuis son discours de Munich en Février 2007 prône l’établissement d’un monde multipolaire bien à l’opposé de l’idéal de gouvernement mondial envisagé par Jacques Attali.
    Je crois qu’il faut aussi lire les mots qui ne sont pas présents dans ce texte.

      +0

    Alerter
  • zarnunsen // 27.09.2014 à 17h14

    “On entend déjà, à Washington et à Moscou, s’exprimer les pires points de vue nationalistes, conspirationnistes et bellicistes, qui conduiront au pire, par le simple engrenage de la bêtise et du ressentiment.”

    Et aussi en France.

      +0

    Alerter
    • Leterrible // 27.09.2014 à 18h05

      “…Et aussi en France….” !!!!!!!!!
      Et par des personnalités importantes d’un gouvernement dit “de gauche”…!

      On peut relier cette réflexion à la situation ( de guerre) actuelle…et s’interroger sur la passivité générale en ces circonstances , cet acquiescement nonchalant du “public” visible(ou plutôt montré). Et pourtant la très longue et très fouillée tirade de Dominique de Villepin rappelée plus haut ( “chatard” -15h29 ) clairement anti-participationiste( en tout cas dans la forme protozoaire actuelle ) valait la peine d’être entendue et , amha , réécrite par Olivier à partir d’un enregistrement sollicité parmi les lecteurs-contributeurs de ce blog.
      L’argumentaire pro-participant d’Hubert Védrine apparaissant quelque peu faiblard pour une fois!

      Evidemment , la conciliation des deux points de vue s’est finalement faite sur la base d’une hypothèse d’avenir ( de probabilité d’occurrence nulle) : ” après la guerre et l’éradication du mal , nous , civilisés-rééducateurs , prendrons soin de sécuriser , reconstruire avec des milliers d’homme restant en place pour vingt à cinquante ans à partir de budgets infinis disponibles.”…..

        +0

      Alerter
  • jules // 27.09.2014 à 18h09

    Jacques Attali se trompe de victimes : ce n’est pas l’UE qui perd son temps à « humilier » la Russie ; mais, d’une part, les USA qui essayent de générer beaucoup de profits (ou d’apurer des pertes colossales) en se foutant de la gueule de leurs « alliés » européens et, d’autre part, les politiciens européens et américains qui traînent la dignité de leurs populations respectives dans la boue. De surcroît, en les envoyant pour de bon à la casse, mais pas nécessairement sur un champ de bataille.

    Vengeance…

      +0

    Alerter
  • poilagratter // 27.09.2014 à 20h39

    Attali pourrait aussi se demander plus généralement s’il n’y a pas un lien entre les mouvements terroristes qui se développent un peu partout, et l’humiliation provoquée par le Système qui écrase les pauvres.
    Mais non, puisqu’il défend le Système… Ou est la barbarie???

      +0

    Alerter
  • Patrice // 27.09.2014 à 22h28

    Quels sont les hommes politiques ou autres figures qui sont “anti-russe” ou “pro-sanctions”? Parce que de Attali à Védrine en passant par Villepin DSK Chevènement Fillon etc ils sont plutot sceptiques pour ne pas dire opposés à la politique actuelle UE envers la Russie… Quelqu’un aurait fait un pointage? Parce que j’ai l’impression que entre ceux qui disent que l’UE fait une erreur, ceux qui disent il ne faut pas exagérer, ceux qui disent il ne faut pas couper les ponts …. il ne reste plus grand monde.

      +0

    Alerter
  • juni palacio // 28.09.2014 à 00h00

    Bravo à Olivier Berruyer d’avoir osé publier ce texte.
    En France, on aime bien étiqueter les gens à vie sans se soucier de ce qu’ils disent au fond.
    Attali peut être exaspérant , il reste souvent intéressant. ce qui est loin d’être le cas de la plupart bavards qui commentent ce blog

      +0

    Alerter
  • social21eme // 29.09.2014 à 11h58

    Pour une fois qu’il a des paroles allant dans la bonne direction. Encouragement et reconnaissance.

      +0

    Alerter
  • zebulon // 30.09.2014 à 23h59

    Pour que la France retrouve une voix, il faudra qu’elle assume son alignement sur la doxa de l’union. Si les urnes confirment la politique suivie depuis huit ans , alors nous pourrons bêler à l’unisson.

    Sinon il faudra faire face solitairement aux défis qui nous attendent.

    J’aimerais rappeler comment l’union bancaire européenne raisonne, il y a déjà longtemps l’harmonisation des marchés bancaires nécessitait la création d’un calendrier commun.
    Alors on fit se réunir les experts financiers de chacun des pays concernés et chacun vint avec son calendrier et les discussions commencèrent. Il se trouva qu’il n’y avait qu’un seul jour férié commun entre tout ces pays. Le nouvel an ! Et c’est ainsi que la première version du calendrier Target, ne comporta qu’un seul jour férié. Par la suite il s’avéra trop coûteux de faire fonctionner des établissements alors qu’il n’y avait pas de transactions donc on rajouta quelques jours fériés, pour faire des économies.

    Si vous êtes étonnés des réformes stupides qu’on vous propose à longueur de journées, dites vous bien que les banques ont réellement un avis sur tout (comme dans les pubs), et attali en tant qu’ancien banquier n’est pas le dernier.

    Un signe d’espoir , tous les raisonnements financiers se retournent comme des chaussettes, donc sachez en tirer profit.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications