J’ai failli publier un article bien plus dur, aux vu des révélations d’hier, mais comme un gros doute subsiste, il sera plus modéré.

Le contexte

Je dois dire un mot sur le Directeur du Trésor et sur la Direction générale du Trésor. C’est la direction fondamentale du ministère de l’économie. Elle réalise de nombreuses missions, comme :

  • élaborer les prévisions économiques pour la France et son environnement international et assurer l’analyse et le conseil sur les politiques macroéconomiques et les questions économiques et financières européennes, en particulier en matière de coordination des politiques économiques ;
  • gérer la trésorerie et la dette de l’État ;
  • participer à l’élaboration et à la mise en œuvre de la régulation des institutions financières  […] ainsi que de la politique de régulation de l’épargne de l’investissement et des marchés financiers et de la politique de financement des entreprises et du logement…

C’est donc d’elle que dépend la régulation financière du pays. C’est le haut lieu de la pensée néolibérale en France, comme l’a courageusement dénoncé Montebourg, avant de se faire piétiner par un  Moscovici sans amour propre – on ne touche pas à l’aristocratie !

Son directeur est presque un ministre-bis sur ces questions, et il influe énormément le ministre. Avec un autre Président, c’est lui qui aurait la charge de préparer une loi de séparation des activités bancaires, une taxe sur les transactions financières, une lutte drastique contre la spéculation, un renforcement de la réglementation, etc…

Or, j’avais signalé à la toute fin de ce billet cette information issue de deux brèves du Canard enchaîné du 30/10/2013 :

Agents doubles à Bercy

“Depuis des semaines, Hollande comme Ayrault ont de sérieux doutes sur la loyauté de certains hauts fonctionnaires de Bercy. Ils se demandent si une partie de leurs malheurs ne viendrait pas d’une sorte de double jeu que pratiqueraient ces personnes nommées par la précédente majorité.

Ils en veulent pour preuve ces fuites de Bercy lors de la préparation du budget, qui ont amené l’Élysée à en anticiper la présentation avec deux semaines d’avance. Des fuites qui concernent des projets authentiques, mais aussi bidons.

“Pendant dix ans, la droite a placé ses hommes aux postes clés” a tristement constaté Hollande, la semaine dernière.

Pas sûr que cela suffise à expliquer tous ces cafouillages…”

Purges en vue à Bercy

“Du coup, Hollande s’est mis en tête de resserrer les boulons à Bercy. Et, pour commencer, il veut remplacer au plus vite les directeurs du Budget et du Trésor, à la tête des plus importantes administrations.

Plus facile à dire qu’à faire : voilà déjà six mois que l’Élysée et Matignon cherchent un remplaçant à Julien Dubertret, nommé en 2011 à la Direction du Budget par Fillon, dont il avait été le conseiller à Matignon. Mais “Mosco” et Cazeneuve ne parviennent pas à s’accorder sur le nom d’un successeur.

Hollande a bien choisi Denis Morin, le dircab de Marisol Touraine, mais celle-ci rechigne car elle a déjà dû se séparer il y a un an d’un premier directeur de cabinet.

Viendra ensuite le tour de Ramon Fernandez, le directeur du Trésor nommé sous Sarko.”

Je moquais alors l’incapacité à trouver un remplaçant un minimum compétent à ces deux personnes dans l’entourage du pouvoir.

Je m’imaginais surtout dénoncer à l’occasion le départ de M. Fernandez vers une de nos grandes banques – cas hélas désormais fréquent…

J’étais bien loin du compte…

La vrai/fausse ? rumeur

Le Canard enchainé d’hier indiquait :

“A défaut de s’attaquer aux ministres de Bercy, le chef de l’État est tombé d’accord avec le Premier Ministre pour virer les directeurs de deux des plus grosses administrations de la citadelle, à savoir le Budget et le Trésor. L’opération devrait avoir lieu rapidement, sans doute au Conseil des ministres du 4 décembre.

Le Directeur du Budget, Julien Dubertret, et celui du Trésor, Ramon Fernandez, devraient laisser respectivement leur place à Denis Morin et François Villeroy de Galhau. Le premier est l’actuel directeur de cabinet de Marisol Touraine, le second est directeur général délégué de la BNP et ancien dircab de DSK.”

Le Monde suivait rapidement :

“L’exécutif devrait prochainement annoncer le remplacement du directeur du Trésor, Ramon Fernandez, par François Villeroy de Galhau, ainsi que celui du budget, Julien Dubertret, par Denis Morin, selon les informations du “Monde”, confirmant celles du “Canard enchaîné”.”

Le démenti

Le sujet a rapidement buzzé, mais François Villeroy de Galhau a opposé un démenti via les Echos :

“François Villeroy de Galhau, actuel directeur général délégué de BNP Paribas et ancien haut fonctionnaire, a en revanche démenti quitter ses fonctions. « Je découvre cette rumeur. C’est la n+1-ième rumeur me concernant. Elle n’a pas plus de crédibilité que les n précédentes, qui se sont toutes avérées sans fondement », a-t-il déclaré.”

Le gouvernement est resté dans le flou :

“A l’issue du conseil des ministres, la porte parole du gouvernement Najat Vallaud Belkacem a pour sa part été plus évasive. « Il n’y a ni confirmation ni infirmation, ce n’était pas à l’ordre du jour du Conseil des ministres » a déclaré la porte-parole, interrogée lors de son point-presse hebdomadaire sur ces éventuels changements. « Ce sont pour l’instant des supputations », a-t-elle assuré.” [Les Echos]

Mobilisons-nous !

Confier la Direction du Trésor à BNP-Paribas revient à confier le ministère du Budget à Jérôme Cahuzac la lutte contre l’alcoolisme aux alcooliques.

Indépendant de la probité de l’homme que je ne critique pas, on ne peut laisser un soupçon pareil peser sur un tel poste – les Romains avaient même un adage disant que “la femme de César ne doit pas pouvoir être soupçonnée. Et pour avoir vu les agissements de ce Monsieur à l’œuvre durant la réforme bancaire, je peux dire – en restant vague pour ne pas risquer la diffamation – que si j’avais, certes après une soirée vraiment très très très très arrosée, décidé de confier le Trésor à un banquier, il ferait partie des 2 ou 3 noms que j’écarterais immédiatement.

Il a donc démenti – assez mollement, sans indiquer que le poste ne l’intéressait pas -, un peu comme une entreprise dément une fusion juste avant une fusion.

Quoi qu’il en soit,  pour que le Canard sorte cette information, et que le Monde la ressorte en indiquant “confirmer” les propos du Canard, c’est que les journalistes ont forcément eu confirmation de personnes très haut placées à Bercy, Matignon et/ou l’Élysée. Ce n’est pas juste une rumeur sortie d’on ne sait où…

Et donc, que cela se fasse ou pas, on est sûr d’une chose : de très hautes personnes de l’appareil d’État ont en tous cas songé à le nommer, ce qui est gravissime, et constitue pour moi une forfaiture. Personnes n’ayant clairement pas le moindre sens de ce qu’est un symbole.

Et ces symboles sont bafoués en permanence, comme le rappelle La Tribune dans ce papier – hélas bien loin d’être exhaustif…

Une telle nomination serait – je pèse mes mots – catastrophique pour l’État. Déjà que la proximité est incroyablement forte, comme je l’ai montré dans ce billet circonstancié, on livrerait ici directement les clés de ce qu’il reste d’État aux banques.

Cette situation qui remet à l’ordre du jour la problématique du pantouflage – déjà dénoncé sous Sarkozy avec l’affaire Pérol – et nous oblige donc à une grande vigilance, mais aussi à une mobilisation pour lutter contre ces dérives anti-républicaines.

Je vous propose donc de vous mobiliser via la pétition dans le billet suivant… C’est vraiment très important de faire buzzer ce sujet – autant suspendre le blog si un tel homme arrive aux commandes. 🙁

P.S. désolé pour ce dernier dessin, qui me vaudra un Point Godwin – mais je n’ai pu résister…

28 réponses à [Forfaiture ?] Banquarchie, la suite…

  1. Ankou Le 21 novembre 2013 à 06h44
    Afficher/Masquer

    Et tout ça ne va pas modifier la très mauvaise perception que les français ont des “Politiques”.

    Pas le courage de prendre le dessus sur les hauts fonctionnaires et continuer d’être aux ordres, pieds et poings liés, de la Finance.

    Il faut changer le “System” qui n’est pas modifiable en l’état, depuis la chute du mur et ses conséquences désastreuses.


  2. Flury Guy Le 21 novembre 2013 à 08h18
    Afficher/Masquer

    Sur ma page du Monde, j’avais lancé cette question de l’incompatibilité et le soupçon qui pourraient entacher la nomination de FVdG. BNPP qui par son DGD prend les rênes d’une des très grandes directions du Minefi.Je n’étais pas allé aussi loin qu’Olivier, mais je crois qu’il a raison. On s’aperçoit, avec ces directions du Minefi que les hauts fonctionnaires sont loyaux dès lors que le Ministre suit leurs recommandations qui elles sont très clairement marquées de leurs convictions qui elles sont, concernant ces deux personnages, nourries à la doxa libérale. Alors, en juin 2012, on nous a fait le cinéma de la compétence qu’on ne trouvait pas ailleurs que réunie sur la tête de Monsieur R.Fernandez, et comme d’habitude, la gauche a eu peur de son ombre et a conservé RF à son poste.
    De cette affaire, je retiens aussi que Pierre Moscovici a été le meilleur élève des ces deux directeurs, je me suis d’ailleurs étonné qu’il ne fasse pas partie de la charette et surtout , de grâce, qu’on ne lui donne pas un fromage à la Commission Européenne, on ne ferait que déplacer le problème de la faiblesse de cet homme aux convictions invertébrées.
    Je retiens aussi que le chantier de la moralisation de la vie publique devient vraiment un sujet brûlant, là aussi différé par le gouvernement en dépit de ses engagements. le conflit d’intérêt, çà concerne les petites gens, les petits fonctionnaires qui se font payer des petits cadeaux mais il y a en France une sorte de classe composée de hauts fonctionnaires, de dirigeants d’entreprises, d’hommes et de femmes de l’ombre, de conseillers qui par nature sont honnêtes et ne peuvent pas aller contre l’intérêt général même quand ils sont pris les pieds dans le tapis, c’est que dans ces cas, c’est la piétaille qui ne comprend rien. Pour revenir aux hauts fonctionnaires aux postes clefs, l’exigence de loyauté devient insuffisante, je crois qu’il faut exiger de l’allégeance à l’intérêt général et vite, mettre en route le chantier de la moralisation de la vie publique. Et qu’on ne vienne pas nous bassiner avec des arguments de règlements de compte car on pourrait aussi inventer le délit de sabotage.


  3. Tikehau Le 21 novembre 2013 à 08h31
    Afficher/Masquer

    La cooptation est le mode de renouvellement de la gouvernance des “élites” sur la plèbe.

    En politique, dans la gestion des administrations publiques, dans les banques (dans …) la consanguinité des “élus” au sommet de la hiérarchie est manifeste.

    A l’image de notre président, qualifié dans les medium de bête politique à sang froid, notre société ne laisse plus de place aux sentiments (humains ?) dans l’exercice du pouvoir.

    Décadence et chute de Rome …


    • Jmeransaigne Le 21 novembre 2013 à 12h12
      Afficher/Masquer

      La consanguinité amène de lourds handicaps, ces gens sont tellement déconnéctés de la vraie vie qu’ils sont devenus des “handicapés” que l’on devrait soigner, loin, très loin des instances décisionnaires.
      Il est clair que sans aucune honte, ces “handicapés” là, travaillent à notre misère.
      Quand je pense qu’ils vont de nouveau hausser les impôts et que pendant ce temps-là, ils ferment les yeux sur leurs “amis” dans les paradis fiscaux, je crie à la désobéissance civile:puisque les nantis ont une imposition à 2%, ne payez vous-mêms que 2% et pas un sou de plus!!
      ps:j’utilise le terme handicapé uniquement parce qu’il présuppose une incapaçité et non pas de manière péjorative.


  4. petouille Le 21 novembre 2013 à 09h05
    Afficher/Masquer

    pour financer le blog , il serait temps de proposer des sacs à vomir , non pas pour la qualité des articles , encore moins en raison de l’engagement, mais bien sûr en rapport aux révélations qu’il expose


  5. BOURDEAUX Le 21 novembre 2013 à 09h20
    Afficher/Masquer

    Mais qu’y a-t-il d’absurde dans ce type de nomination ? Le renforcement de la collusion banque-état ? Mais elle existe déjà dans les faits, il est logique qu’elle finisse par prendre forme chez les responsables des banques et de l’état. Olivier a passé beaucoup de temps à nous démontrer que la cavalerie budgétaire avait mis complètement l’état dans les mains de ses prêteurs, dont les banques sont l’intermédiaire incontournable. Partant de ce constat, je ne vois pas ce qu’il y a de choquant à ce que l’état cherche la complicité des représentants de l’organe vital de sa survie. En résumé, ce type d’évènement n’est pas, à mon avis, une marche supplémentaire gravie vers le pourrissement de l’état, mais la continuité naturelle et inévitable de ce pourrissement qui prend sa source dans l’endettement perpétuel. Comme je l’ai déjà dit, l’état ne vit plus AVEC ses dettes, il vit DE ses dettes, donc des banques qui alimentent la perfusion. Lorsque vous devez votre survie à quelqu’un, faut-il s’étonner qu’il finisse par s’inviter à votre table pour en dérober l’argenterie ?
    Pardon à Olivier de le dire ainsi, mais je suis persuadé qu’aux yeux d’un Mosco, et en toute bonne foi, ce type de nomination est logique, puisqu’il lui parait bon de tout faire pour que la cavalerie puisse continuer. Donc, la bonne pétition, c’est : 1° : les systèmes pyramidaux sont interdits dans les cours d’école, ils doivent l’être aussi à Bercy.
    2° : Un procès doit être fait à tous les ministres du budget, les premiers ministres et les présidents de la république depuis au moins 20 ans, puisque les systèmes pyramidaux sont interdits depuis très longtemps.


    • Jean Robin Le 21 novembre 2013 à 09h35
      Afficher/Masquer

      Depuis 40 ans. L’histoire du fiasco actuel commence avec Pompidou.


  6. Jean Robin Le 21 novembre 2013 à 09h31
    Afficher/Masquer

    Merci à OB. Dans ce blog on met vraiment les mains dans le cambouis! Vu l’ambiance de l’époque j’ai un peu l’impression de rejoindre le maquis en sifflotant : “Ami entends tu le vol noir ….”


  7. step Le 21 novembre 2013 à 09h45
    Afficher/Masquer

    ah je sais pas pourquoi, j’avais parié hier que l’info n’allait pas tomber dans l’oreille d’un sourd ce matin.


  8. reneegate Le 21 novembre 2013 à 11h26
    Afficher/Masquer

    François Pérol associé gérant de la banque Rothschild était secretaire général adjoint de l’élysée sous Sarkosy
    Emmanuel Macron associé gérant de la banque Rothschild est secretaire général adjoint de l’élysée sous Hollande.
    Je viens de faire un copier/coller. Il faut cesser de perdre notre temps à s’étonner et dénoncer ce qui est une forfaiture.
    Enorme différence dans ce copier/coller : le mensonge.
    Ce gouvernement représente le capitalisme néo libéral le plus dur. Ils sont le coeur du système et les français (grace aussi à vous) commencent à le savoir.


    • Jean Robin Le 21 novembre 2013 à 12h05
      Afficher/Masquer

      Il est clair que lorsque la taille critique des français qui se sentent trahis, sera atteinte, la réponse sera terrible.


      • Jmeransaigne Le 21 novembre 2013 à 12h19
        Afficher/Masquer

        Bonjour,
        Je suis dubitatif, en effet, autour de moi, les gens ne parlent pas de ça ni de rien d’autre d’ailleurs sauf du dernier téléphone mis sur ce (p—-n )de marché)
        D’ailleurs, c’est dingue, on n’entend plus que ça, le marché, le marché, comme si c’était quelqu’un!!je suis las de toutes ces manipulations, je suis las de voir avec quel aplomb la cavalerie change de poulain, ces gens me font vomir.


    • BOURDEAUX Le 21 novembre 2013 à 12h30
      Afficher/Masquer

      La question n’est même plus de savoir si un gouvernement est libéral, neo-machin ou socialiste, mais s’il est composé d’honnêtes gens ou de fripouilles. Il y a une constante qui rend ces différenciations dérisoires, c’est quand TOUS les partis « de gouvernement » passent leur temps à dire à la population : « élisez-moi, je dépenserai 120, je ne vous prendrai que 100 et les 20 qui manquent, surtout je n’en parle pas , on va gérer ça avec nos camarades de promo qui bossent à la BNP », vous avez alors affaire à proprement parler à des fripouilles. Et un pays dont les élites utilisent à leur profit l’ignorance de la majorité au lieu de tenter de la corriger ne mérite plus le nom de démocratie. Chaque français a été amené à choisir depuis 40 ans (j’ai corrigé, jean Robin ) entre le père Noel de gauche et le père Noel de droite, persuadé qu’il a , lui, voté pour le vrai…


      • BabarMillésimé Le 21 novembre 2013 à 20h17
        Afficher/Masquer

        Fripouille ou honnêtes gens, encore faudrait-il qu’ils aient du pouvoir. Mitterrand disait à sa femme. qu’il avait “gagné le gouvernement mais pas le pouvoir”, et déjà c’étaient les mêmes qui le tenaient. Sauf qu’ils ont fait plein de petits depuis… prêts à défiler dans les rues. Qui a le blé a le pouvoir.


    • Steve.C Le 25 novembre 2013 à 14h26
      Afficher/Masquer

      De toute façon, il n’y a meme pas besoin d’etre journaliste ou bien placé pour découvrir les nombreux “conflits d’intérêts”. Par exemple sur la légitimité de la dette, j’ouvre le site de l’AFT (Agence France Trésor). http://www.aft.gouv.fr/rubriques/comite-strategique_77.html
      Et la surprise, qui découvrons nous pour gérer la dette Francaise:

      Président
      M. Jacques de LAROSIÈRE
      Ancien gouverneur de la Banque de France et conseiller du Président BNP Paribas

      Membres
      M. Peter R. FISHER
      Co-responsable de la gestion obligataire chez BlackRock
      Ancien sous-secrétaire du Trésor américain

      M. Jean-Louis FORT
      Ancien secrétaire général de la Commission bancaire

      M. Francesco GIAVAZZI
      Professeur d’économie à l’université Bocconi (Milan)

      M. Jean-Pierre HALBRON
      Ancien Directeur général adjoint d’Alcatel

      M. Emmanuel HAU
      Membre du directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild

      M. Assaad J. JABRE
      Membre du conseil d’administration d’Ecobank Transnational Incorporated
      Membre du conseil consultatif de la SID (filiale de la BID)

      M. René KARSENTI
      Président exécutif de l’International Capital Market Association

      M. Ng KOK SONG
      Directeur général de Government of Singapore Investment Corp.

      M. Bertrand de MAZIERES
      Directeur général des Finances à la Banque européenne d’investissement (BEI)

      C’est comme, si mon propre banquier avait le droit de souscrire des crédits à ma place et d’en influencer le taux…


  9. Hagen Le 21 novembre 2013 à 13h10
    Afficher/Masquer

    « Les institutions passent par trois périodes : celle des services, celle des privilèges, celle des abus. »
    de François René de Chateaubriand


  10. papps Le 21 novembre 2013 à 14h12
    Afficher/Masquer

    Je suis dubitatif sur l’impact d’une pétition. Il serait également efficace que tous les gens sensibilisés à ces problèmes et qui sont dans une banque systémique changent tout simplement de banque 🙂
    Malheureusement, la plupart des gens se moquent complètement de ces problèmes (quand on voit la mobilisation sur certains autres sujets type mariage pour tous, c’est juste hallucinant)


  11. Jean Robin Le 21 novembre 2013 à 15h29
    Afficher/Masquer

    La crise économique laisse place à une crise de confiance. Nous vivons semble t-il une prise de conscience pour des problèmes gérer (et créer) jusqu’ici par nos dirigeants. Sans pouvoir juger de son ampleur véritable. Je pense qu’il faut rester confiant. Les élites sont perdues mais le peuple trouve toujours son chemin.


  12. pyrrhogaster Le 21 novembre 2013 à 15h41
    Afficher/Masquer

    J’avais eu de sérieux doute sur la loyauté de Bercy quand le Conseil Constitutionnel avait censuré l’impôt à 75%. Ce nouvel impôt sur le revenu s’appliquait à chaque contribuable et non au foyer fiscal ce qui n’était pas compatible, selon le CC, avec l’ensemble de notre législation fiscale.

    Or cette mesure avait surement été imaginée par la Direction de la législation fiscale qui s’était montré soit gravement incompétente soit déloyale en tendant sciemment un piège au ministre.

    Je m’étais étonné de l’absence de réaction du gouvernement. Elle aura seulement un peu tardé.


  13. Danyves Le 21 novembre 2013 à 15h45
    Afficher/Masquer

    Quand le Bottin Mondain l’emporte sur le classement de sortie de l’ENA :

    Ramon Fernandez (administrateur civil) – Wikipédiafr.wikipedia.org/…/Ramon_Fernandez_(administrateur…‎Translate this page

    Ramon Fernandez, né le 25 juin 1967 à Paris (15e) est un haut fonctionnaire français, appartenant au corps des administrateurs civils. Il est directeur général du Trésor depuis mars 2009.

    Biographie Fils des écrivains Dominique Fernandez et Diane Jacquin de Margerie, et petit-fils du critique collaborationniste Ramon Fernandez et du diplomate Roland de Margerie, Ramon Fernandez est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris. Énarque (promotion 1993)1, il en sort dans le corps des administrateurs civils et intègre la Direction du Trésor comme adjoint au chef du bureau E1 (énergie, transports et urbanisme) (1993-1994) puis du bureau B1 (marché financier) (1994-1997)2.

    Après avoir travaillé au Fonds monétaire international (FMI) comme administrateur suppléant en 1997 et au Service du contrôle d’État au Ministère de l’Économie et des finances en 1999, il retrouve la Direction du Trésor la même année3,à la tête du bureau D2 (énergie, télécommunications et matières premières) (1999-2001) puis du bureau B1 (épargne et marché financier) (2001-2002). Durant cette période, il est vice-président de la Caisse nationale des télécommunications (2000-2001) et siège aux conseils d’administration du CEA (1999-2001), du Bureau de recherches géologiques et minières et des Charbonnages de France (1999-2001), de la Compagnie nationale du Rhône, de l’Entreprise de recherches et d’activités pétrolières et de Framatome (2000-2001). À la même époque de 1999 à 2001, il est maître de conférence à l’ÉNA2.


  14. Jmeransaigne Le 21 novembre 2013 à 18h37
    Afficher/Masquer

    ben, il est occupé le môssieur.Je pense que puisqu’il n’a pas la capçité de de se dédoubler, il aurait du percevoir des salaires partiels, eh, oui, obligatoirement, il ne peux pas “cumuler” 4 temps pleis ou 5 !ah?si?
    Bon,
    Je ne sais pas pourquoi on attend 2017 pour stopper le cumul des mandat, le temps qu’ils mettent leurs sous en sécurité????
    J’aimerai faire de l’humour, mais par pudeur pour ceux qui se demandent comment ils vont vivre dignement ces 9 derniers jours de Novembre, je n’en ferai rien.


    • BabarMillésimé Le 21 novembre 2013 à 19h26
      Afficher/Masquer

      Jmeransaigne, je crois pouvoir dire que ces mecs du Trésor siègent simplement dans ces CA comme représentants… du Trésor.
      Renseignez vous.


      • Jmeransaigne Le 21 novembre 2013 à 19h55
        Afficher/Masquer

        Bonjour,
        Vous avez raison, ils siègent…et ne percoivent pas de salaire


  15. BabarMillésimé Le 21 novembre 2013 à 19h14
    Afficher/Masquer

    Bonjour. Loin de moi la volonté de dénoncer la stigmatisation du pantouflage et des connivences multiséculaires entre haute administration et milieux d’affaires hexagonaux et dans le cas présent je n’ai aucun moyen de sonder coeurs et âmes des François Villeroy de Galhau et autres prétendants aux postes stratégiques en question.
    Mais je lis depuis quelques semaines des articles sur Gary Gensler, bête noire des gros et gras acteurs sur les marchés spéculatifs des commodities et autres manipulateurs de libor depuis qu’Obama l’a placé à la tête du CFTC et je n’ai pas trouvé de critiques du Gary en question à même de me faire douter du bien-fondé de sa réputation de pit-bull de Chicago à New York ou Londres.
    Et d’où sort-il notre Elliot Ness des contrebandiers de swaps and Futures, des distillateurs d’indices frelatés? Goldman Sachs, évidemment. Et dans la famille des Goldman boys plutôt le genre chat maigre, braconnier sans foi ni loi, que notre fab Fab national à coté c’est soeur Emmanuelle.
    Reste à savoir si on a l’équivalent en magasin dans quelque dernier étage de La Défense… et surtout combien de temps il survivrait dans la jungle de Bercy.
    Qui est “Bercy-compatible” et réellement dangereux pour la phynance ? Euhhh…


  16. François78 Le 22 novembre 2013 à 07h37
    Afficher/Masquer

    Celui qui s’en veut de ne pas avoir bossé à la BNP n’a pas bien analysé le bilan de Merkel, ni celui de Hollande et quelques uns de ses prédécesseurs.


  17. orgent Le 22 novembre 2013 à 08h42
    Afficher/Masquer

    “autant suspendre le blog si un tel homme arrive aux commandes”. C’est au contraire dans une telle adversité que ce blog serait absolument vital pour informer nos concitoyens. Vous qui citez souvent Hessel, savez que l’indignation est le terreau nécessaire aux grands actes politiques.


  18. norbert Le 22 novembre 2013 à 13h54
    Afficher/Masquer

    Les banques centrales injectent de la monnaie les banques tiennent les ETATS les ETATS organisent la sociocratie = fin de l’entreprise


  19. BabarMillésimé Le 22 novembre 2013 à 14h37
    Afficher/Masquer

    Bon, c’est pas l’tout ça, les pétitions d’opposition; qui verriez-vous Olivier à la place de Ramon Fernandez ?


Charte de modérations des commentaires