Voici un important papier de Robert Parry, un des plus célèbres et respectés journalistes d’investigation américains. C’est lui qui a mis à jour l’affaire du financement des Contras en 1985…

Le drame aérien incite à de nouveaux jugements

Le président Obama et les « anti-diplomates » du département d’État expriment une vive colère contre la Russie après l’écrasement du vol 17 de la Malaysia Airlines dans l’espace ukrainien. Néanmoins, des analystes américains du renseignement doutent d’un scénario populaire du type « c’est la faute des Russes ».

Par Robert Parry, le 19/07

Malgré les doutes internes à la communauté de renseignement américaine, le gouvernement Obama et les médias nationaux américains continuent d’accuser les rebelles ukrainiens et le gouvernement russe d’avoir tiré sur l’appareil de la Malaysia Airlines. Situation semblable à celle de l’été dernier concernant l’attaque au gaz sarin toujours non élucidée en Syrie.

Dans les deux cas, plutôt que de laisser une délégation d’experts indépendants enquêter, le très agressif département d’État du président Obama et les principaux médias américains ont simplement décidé de désigner leurs opposants dans ces deux crises – Bachar el-Assad en Syrie et le président russe Vladimir Poutine en Ukraine – comme les coupables. Pourtant, certains analystes du renseignement américain ont exprimé leur désaccord par rapport à cette sagesse conventionnelle instantanée.

Concernant la destruction de l’appareil malaisien jeudi, j’ai été informé que plusieurs analystes de la CIA se référant à des photos de reconnaissance satellite américaine suggèrent que le missile anti-aérien qui a détruit le vol 17 a été tiré pas des troupes ukrainiennes à partir d’une batterie gouvernementale, et non par des rebelles prorusses en lutte contre le régime de Kiev depuis le départ du Président Viktor Ianoukovitch le 22 février.

Selon une source informée des résultats provisoires, les soldats aux commandes de cette batterie semblent porter des uniformes ukrainiens et pourraient avoir été en état d’ébriété, considérant ce qui ressemble à des bouteilles de bière dispersées sur le site. Mais la source a précisé que ces informations ne sont pas complètes et qu’on ne peut de fait pas écarter une responsabilité de la part des rebelles.

Une information contraire a été donnée par le Washington Post et d’autres médias américains. Samedi, le Post a rapporté que « vendredi, les responsables américains ont déclaré qu’une évaluation des renseignements préliminaires indiquait que l’avion a été détruit par un missile SA-11 sol-air tiré par les séparatistes. » Mais l’objectivité de l’administration Obama, qui a fermement soutenu le régime de coup d’État, est en cause ainsi que les raisons précises de ses affirmations.

Même avant les évènements du 22 février, des responsables séniors de l’administration, incluant l’assistante au secrétariat d’État Victoria Nuland et l’ambassadeur d’Ukraine Geoffrey Pyatt, encourageaient ouvertement les protestants recherchant le renversement de Ianoukovitch. Nuland est allée jusqu’à distribuer des cookies aux protestants et discuter avec Pyatt qui devait être nommé après le départ de Ianoukovitch.

Après que Ianoukovitch et les membres de son gouvernement s’enfuirent devant la foule des contestataires et les attaques des militants néo-nazi, le département d’État américain a rapidement déclaré « légitime » du nouveau gouvernement et s’est félicité de la nomination du favori de Nuland, Arseniy Iatsenyouk, comme nouveau premier ministre.

À mesure que se déroulent les événements, l’administration Obama a toujours pris le parti du régime de Kiev et à enfoncer Moscou, y compris pendant la sécession de la Crimée en vue de rejoindre la Russie et lors des attentats sanglants visant la minorité russe à Odessa et ailleurs.

Et, depuis jeudi, quand le vol de la Malaisie a été abattu tuant 298 personnes, le gouvernement ukrainien et l’administration Obama ont désigné du doigt les rebelles et le gouvernement russe, sans même attendre les résultats d’une enquête sérieuse qui ne commence que maintenant.

Un des arguments de l’administration américaine a été que le système de missiles anti-avions BOUK, qui a apparemment été utilisée pour abattre l’avion, était « de fabrication russe. » Mais cet argument est plutôt ridicule puisque presque toutes les armes militaires ukrainiennes sont de « fabrication Russe ». L’Ukraine, après tout, faisait partie de l’Union soviétique jusqu’en 1991 et a continué à utiliser du matériel militaire principalement russe.

On n’a pas plus expliqué pourquoi le gouvernement américain pouvait affirmer que le missile était un SA-11 alors qu’il existe d’autres versions du système de missiles BOUK.
Une analyse orientée [ou biaisée]

Pratiquement tout ce que les responsables américains ont dit semble conçu dans le but de porter les soupçons sur les Russes et les rebelles – et de dédouaner les forces gouvernementales. Se référant à plusieurs reprises à la sophistication du missile SA-11, l’ambassadeur américaine des Nations Unies Samantha Power a déclaré « Nous ne pouvons pas exclure l’assistance technique russe. » Mais cette formule signifie implicitement que l’administration ne peut pas l’exclure non plus.

Pourtant, en lisant entre les lignes des comptes rendus de la presse américaine, on peut discerner les lacunes relatives à l’influence russe supposée dans la tragédie de jeudi. Par exemple, Craig Whitlock du Post a rapporté que le général de l’Air Force Philip M. Breedlove, commandant américain des forces de l’OTAN en Europe, a déclaré le mois dernier que « Nous n’avons pas encore vu de véhicules [russes] de défense aérienne à proximité de la frontière. »

Étant donné l’ampleur de ces systèmes de missiles BOUK et le fait qu’ils doivent être transportés sur des camions, il serait difficile de les soustraire à la surveillance aérienne intensive des États-Unis sur la frontière entre l’Ukraine et la Russie au cours des derniers mois.

Le Post a signalé que « le contre-amiral John Kirby, le secrétaire de presse du Pentagone, a indiqué que les responsables de la défense ne pouvaient pas apporter de preuves précises qu’un système de missile SA-11 sol-air avait été transporté de la Russie en Ukraine orientale ».

En d’autres termes, le mystère n’est toujours pas résolu. Il se peut que les rebelles – face aux bombardements intensifs de l’armée de l’air ukrainienne – ont demandé aux Russes de leur fournir des armes anti-aériennes plus perfectionnées que les missiles lancés à l’épaule que les rebelles ont utilisés jusqu’à présent pour abattre des avions militaires ukrainiens.

Il est possible, aussi, qu’un détachement rebelle ait pris l’avion civil pour un avion militaire ou même que quelqu’un dans l’armée russe ait lancé la fusée fatidique sur l’avion à partir de l’espace aérien russe.

Mais le gouvernement russe et les rebelles contestent tous deux ces scénarios. Les rebelles disent qu’ils n’ont pas de missiles qui peuvent atteindre l’altitude de 10.000 mètres où se situait l’avion de la Malaysia Airlines. Outre leur non-participation à la tragédie, les Russes affirment que l’armée ukrainienne dispose de systèmes antiaériens BOUK en Ukraine orientale et que le radar d’une batterie était actif le jour de l’accident.

Le Ministère de la Défense russe a déclaré que « L’équipement russe a détecté le 17 juillet l’activité d’un radar Koupol, déployé au sein d’une batterie BOUk-M1 près de Styla [un village à quelque 30 kilomètres au sud de Donetsk] », selon un rapport de la chaîne RT.

Ainsi, il n’est pas exclu qu’une unité militaire ukrainienne – peut-être un groupe mal supervisé – ait tiré le missile intentionnellement ou par accident. Pourquoi l’armée ukrainienne aurait-elle intentionnellement visé un avion volant vers l’est, vers la Russie reste cependant un élément difficile à comprendre.
Propagande répétée ?

Mais peut-être la question la plus importante est que le gouvernement Obama et le corps de presse des États-Unis devraient arrêter de porter des jugements trop hâtifs. C’est comme s’ils étaient obsédés à tenir un rôle dans la « guerre de l’information » – c’est-à-dire à justifier les hostilités contre des nations adversaires – plutôt que d’informer de façon responsable le peuple américain.

Nous avons vu ce phénomène en 2002-03, lorsque la quasi-totalité du corps de presse de Washington grimpa à bord du train de propagande du président George W. Bush dans sa guerre d’agression contre l’Irak. Ce schéma s’est en partie répété l’été dernier quand on s’est précipité pour porter un jugement dans l’affaire de l’attaque au gaz sarin dans la banlieue de Damas, en Syrie, le 21 août.

Bien que les preuves fussent incertaines, il y avait une forte tendance à supposer que le gouvernement Assad était derrière l’attaque. Tout en accusant l’armée syrienne, la presse américaine a ignoré la possibilité que l’attaque puisse avoir été une provocation perpétrée par les rebelles djihadistes radicaux qui espéraient que la puissance aérienne des États-Unis pourrait changer le cours de la guerre en leur faveur.

Plutôt que de soigneusement étudier les preuves complexes, le Département d’État et le secrétaire d’État John Kerry ont essayé de pousser le président Obama à décider rapidement de bombarder des cibles gouvernementales syriennes. Kerry a prononcé un discours belliqueux le 30 août et l’administration a publié ce qu’elle a appelé une « évaluation gouvernementale » censée prouver les accusations.

Mais ce document de quatre pages ne contenait aucune preuve tangible de ces accusations et il est vite devenu évident que le rapport avait exclu des opinions divergentes que certains analystes du renseignement américains auraient jointes à un document plus formel établi par la communauté du renseignement.

Malgré l’hystérie guerrière de responsables à Washington, le président Obama a rejeté la guerre au dernier moment et – avec l’aide du président russe Vladimir Poutine – a été en mesure de négocier un règlement de la crise dans laquelle Assad a rendu les armes chimiques de la Syrie tout en niant être impliqué dans l’attaque au gaz sarin.
La presse grand public des États-Unis, en particulier le New York Times, et certaines organisations non gouvernementales, telles que Human Rights Watch, ont continué de pousser le thème de la culpabilité du gouvernement syrien. HRW et le Times ont fait équipe pour une histoire importante qui visait à montrer les trajectoires de vol des deux missiles de sarin en charge le routage vers une base militaire syrienne loin 9,5 km.

Pendant un moment, ce rapport a été traité comme la preuve indéniable contre Assad, jusqu’à ce qu’il soit avéré qu’une seule des roquettes contenait du sarin et sa portée maximale n’était que d’environ deux kilomètres.

Bien qu’il ait eu conscience des lacunes dans ces dossiers, le président Obama a soutenu les faucons du département d’État quand il a lu un discours à l’Assemblée générale des Nations-Unies le 24 septembre, dans lequel il a déclaré : « C’est une insulte à la raison humaine et à la légitimité de cette institution de suggérer que quelqu’un d’autre que le régime Assad puisse être responsable de cette attaque “.

En se penchant sur le discours d’Obama, j’ai été frappé par sa désinvolture lorsqu’il a menti. Il savait mieux que presque tout le monde que certains de ses analystes des services de renseignements doutaient de la culpabilité du gouvernement syrien. Pourtant, il a suggéré que toute personne qui n’était pas partisan de la guerre était folle.
Depuis, le journaliste d’investigation Seymour Hersh a révélé d’autres éléments de preuve indiquant que l’attaque au gaz sarin aurait en effet pu avoir été provoquée par les rebelles afin de pousser Obama de l’autre côté de la ‘ligne rouge’ qu’il avait tracée : il ne pouvait tolérer l’utilisation d’armes chimiques.

Maintenant, nous assistons à une répétition dans laquelle Obama comprend les doutes sur l’identité de qui a tiré le missile qui a abattu l’avion de ligne malaisien, mais repousse les soupçons d’une manière propre à attiser l’animosité envers la Russie et le président Poutine.

Obama peut penser que c’est une stratégie intelligente parce qu’il montre une posture forte quand beaucoup de ses ennemis politiques le dépeignent comme faible. Il se protège lui-même en quelque sorte dans le cas où les rebelles russes ethniques ou l’armée russe seraient responsables de la tragédie. Il peut se justifier en ayant été de l’avant en faisant les accusations.

Mais il est dangereux de créer d’une hystérie collective envers une Russie qui possède sur l’arme nucléaire. Comme nous l’avons déjà vu en Ukraine, les événements peuvent échapper à tout contrôle de façon imprévisible.

La secrétaire adjointe Nuland et les autres faucons du département d’État ont probablement pensé qu’ils construisaient leur carrière en encourageant le coup d’État du 22 février – et ils pourraient bien avoir raison, tout du moins pour ce qui est de leur l’avancement dans la hiérarchie à Washington. Mais ils ont aussi déterré la hache de guerre (depuis longtemps enterrée) entre les Ukrainiens ‘ethniquement purs’ à l’ouest et les Russes ethniques dans l’est.

Ces tensions – nombreuses et remontant à la Seconde Guerre mondiale et même avant – sont devenues des haines inextinguibles avec des centaines de morts des deux côtés. La méchante petite guerre civile ukrainienne a également rendu possible l’horreur de jeudi.

Mais d’encore plus grandes calamités pourraient se produire si les ‘anti-diplomates’ du département d’État réussissent à rallumer la guerre froide. L’écrasement du vol 17 de la Malaysian Airlines devrait nous servir d’avertissement quant aux dangers de la surenchère internationale.

Source : Consortiumnews.com. Traduit par Vincent pour www.les-crises.fr

Le drame aérien incite à de nouveaux jugements

40 réponses à [Traduction] Le drame aérien conduit à nouveau à des jugements hâtifs, par Robert Parry

  1. PA.Québec Le 22 juillet 2014 à 03h39
    Afficher/Masquer

    Merci de cette traduction. Quelques coquilles cependant.

    ” Vladimir Putin” : s.v.p. c’est Poutine en français (sinon c’est plutôt insultant!) et Bachar el-Assad…

    “la foule de protestants”, ce ne sont pas des catholiques uniates? (manifestants, opposants, contestataires, protestataires)


  2. VladimirK Le 22 juillet 2014 à 04h02
    Afficher/Masquer

    L’Ukraine a de quoi faire des bombes sales, si cela dégénérait, c’est toute l’Europe qui prendrait.

    N’oublions pas non plus que Tchernobyl n’est pas très loin.

    Maïdan v1 luttait contre la corruption, et voulait virer un président “truand”, ils ont gagné un président truand, corrompu et sanguinaire.


    • barre-de-rire Le 24 juillet 2014 à 00h39
      Afficher/Masquer

      oui enfin c’est pas à cause du peuple non plus. le mouvement de départ est légitime, c’est la CIA qui par derrière encule tout le monde et installe sa marionnette comme un chien dépose sa merde sur le trottoir avant de se barrer sans vergogne. désolé pour le langage, c’est pas dirigé contre vous mais la formulation tant quand même le sous entendu ” si y avait pas manifesté Ianoukovytch serait encore en place ” donc … en voyant le panel de possibilités aussi faut quand même faire attention à la formulation.

      j’ajouterai que kiev n’a plus la liberté d’agir, du tout. tout mouvement est issue d’une autorité supérieure émanant des usa. si jamais les usa lâchent l’Ukraine, l’Europe ne bougera pas et on verrait la Russie se voir autoriser à régler le problème, le plus gros de la logistique se serait pas européen donc résolution à moindre frais. pourquoi ca ne peut pas arriver ? le 17 juillet, jour du crash… les 30 milliards de dollars pour ingérence en Russie et renverser poutine ont été voté au congres, texte n° 2277 qui date en 1° jet de janvier 2014… ca fait un moment que c’est prévu de foutre le bordel en Russie. c’est l’étape finale du projet initial des 7 en 5 ans qui a dévié au fil du temps à cause de l’échec syrien. d’ailleurs le plan était prêt depuis 91…

      un conflit direct = guerre entre les blocs. alors il suffit de jouer avec un intermédiaire, l’Ukraine est le champ de bataille, à gauche, US/EU à droite, RUSSIE/BRICS

      effectivement, c’est une guerre par procuration. faut l’accepter. et le mh17 c’est une tentative foireuse de tirer la couverture à soi et accabler l’adversaire.

      est ce que cela va en rester là ? certainement pas.
      ” si cela dégénère l’Ukraine peut elle s’en prendre à l’europe ? ”
      non, certainement pas.

      une bombe sale, la communauté internationale va avoir un autre discours qu’avec un avion de ligne… un avion, 300 personnes, c’est que 300 personnes, une bombe sale, si c’est paris londres ou berlin, meme une petite ville, c’est rayer une zone de la carte pour 2000 ans, la réponse est pas la même, paris et londres ont la bombe atomique, si preuve se démontre post attentat que ça vient de l’Ukraine même, les états sachant pertinemment qu’ils cautionnent les intérêts des usa… (qui sont aussi les leurs, mais bon, à l’arrivé de l’hiver…on va en reparler… parler guerre et gaz en été à la plage c’est pas le bon moment ) alors dans ce cas ça signifiera qu’après les sanctions bancaires, les tirs sur avion civils, l’arrêt du dollar et la mise en quarantaine embargo total est décrété instantanément.

      c’est une série de mouvement qui ne peuvent pas se produire, c’est trop risqué, sont déjà pas foutu de faire un false flag sur un avion de ligne alors une bombe sale… non, impossible.


  3. bm607 Le 22 juillet 2014 à 04h17
    Afficher/Masquer

    Pas beaucoup de choses vraiment nouvelles dans cet article, mais certains rappels et précisions pas forcément inutiles (la faiblesse d’obama qui l’oblige à paraître fort à grands coups de déclarations tonitruantes, les exemples de doutes de certaines personnalités, rappel sur le gaz sarin en Syrie…)

    Mais c’est tout de même rassurant de voir qu’il existe encore des journalistes intègre, même aux états-unis, ce qui ne doit pas être toujours facile dans son grand et beau pays liberticide… pardon, épris de libertés.

    A ce titre il mérite d’être repris ici et sa prose d’être appréciée à sa juste valeur.


    • Alan brouille Le 22 juillet 2014 à 10h56
      Afficher/Masquer

      “”Mais c’est tout de même rassurant de voir qu’il existe encore des journalistes intègre, même aux états-unis, ce qui ne doit pas être toujours facile dans son grand et beau pays liberticide… pardon, épris de libertés.

      A ce titre il mérite d’être repris ici et sa prose d’être appréciée à sa juste valeur.””

      Il y aura toujours des gens bons et honnêtes, intègres et objectifs, dans tous les pays et de beaucoup de tendances.

      Le problème est la visibilité qu’ils réussissent à obtenir, par soutien ou par force.
      Mais la lisibilité n’est pas toujours au rendez-vous


  4. blusky Le 22 juillet 2014 à 04h19
    Afficher/Masquer

    Wall Street Journal présente, en résumé, la conférence du ministère russe :

    link to online.wsj.com

    c’est plus précis que la presse française,
    mais il serait intéressant d’avoir la transcription complète…

    “Earlier on Monday, Lt. Gen. Makushev said that the two Russian radar stations near Russia’s border with Ukraine observed the presence of the second aircraft over a period of four minutes on the day of Flight 17’s crash. These stations couldn’t identify the aircraft because it mostly likely wasn’t equipped with the system of secondary identification of aircrafts, “which is characteristic of fighter jets,” he said.

    Lt. Gen. Makushev said that Russian radars could only spot the aircraft at the point of its ascension because the on-duty radars only detected objects at above 5,000 meters. Russian radars spotted the unidentified plane patrolling in the vicinity of Flight 17, “controlling the development of the situation,” he said.

    The defense ministry also said it registered the Su-25 fighter jet ascending within close range of several civil aircrafts, including the Malaysia Airlines jet.

    Another top military official, Lt. Gen. Andrei Kartapolov, said at the same news conference that the jet came as close as 1.8 miles to Flight 17, which is well within the range of the air-to-air missiles it is usually equipped with.

    Lt. Gen. Makushev also showed satellite photos allegedly showing several Buk-M1 ground-to-air missile systems in the area close to where the plane crashed. The systems, he argued, could only belong to the Ukrainian military. The Buks were spotted in Luhansk and Donetsk by Russians, Lt. Gen. Kartapolov said, in the days leading up to the crash.

    Ukrainian officials have said its own Buk systems were well out of range, and have accused Russia of giving the rebels a Buk system, which then shot down the airliner. Russia denies this.

    Public tracking website Flightradar24 followed Flight 17 from its departure from Amsterdam through to its final moments over Ukraine. The aircraft was observed to be roughly 10 miles north of the L980 jetway that was a part of its filed flight plan. Such a deviation isn’t unusual, though, and can be affected by weather.

    Similarly, Lt. Gen. Makushev said the Malaysia Airlines plane deviated from its course by close to 9 miles near Donetsk but then attempted to return to its course, crashing shortly after. Russian radars spotted the Flight 17 rapidly descending 32 miles away from the Russian border, Russian officials said.

    He said Russia is prepared to hand all of the information it has to the European authorities, which included satellite imagery and data from its own radar.

    Russian defense ministry officials also claimed that a U.S. satellite was spotted at the time of the Flight 17 crash and asked that the U.S. release the satellite images from that time. The U.S. didn’t immediately comment on the claim. “


    • PA.Québec Le 22 juillet 2014 à 04h56
      Afficher/Masquer

      J’avais répondu à ceci, je pensais ! Message évaporé ?


    • PA.Québec Le 22 juillet 2014 à 04h58
      Afficher/Masquer

      En français :

      Moscou publie des photos et des cartes

      Le ministère russe de la Défense a annoncé avoir mis en ligne des photos et des cartes relatives au crash du Boeing malaisien qui a fait 298 morts le 17 juillet.

      “Tous les documents ont été publiés sur le site officiel du ministère russe de la Défense (link to mil.ru)”, a indiqué le service de presse du ministère.

      Parmi les documents figurent des cartes de déploiement des missiles sol-air de l’armée ukrainienne dans la région de Donetsk, des données recueillies par le centre régional de Rostov du Système russe de la navigation aérienne, des statistiques sur le nombre de radars ukrainiens en service dans la zone du crash du 15 au 20 juillet, ainsi que des images satellite montrant les positions des postes de lancement de missiles sol-air ukrainiens.

      Le Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur s’est écrasé le 17 juillet dans la région de Donetsk (est de l’Ukraine). L’avion avec 283 passagers et 15 membres d’équipage volait à 10.050 mètres d’altitude. Les autorités de Kiev accusent les forces d’autodéfense populaire de Donetsk d’être à l’origine du crash, mais les insurgés affirment ne pas disposer de systèmes capables d’abattre un avion à cette altitude.

      link to fr.ria.ru


    • PA.Québec Le 22 juillet 2014 à 04h58
      Afficher/Masquer

      En français :

      Moscou publie des photos et des cartes

      Le ministère russe de la Défense a annoncé avoir mis en ligne des photos et des cartes relatives au crash du Boeing malaisien qui a fait 298 morts le 17 juillet.

      “Tous les documents ont été publiés sur le site officiel du ministère russe de la Défense (link to mil.ru)”, a indiqué le service de presse du ministère.

      Parmi les documents figurent des cartes de déploiement des missiles sol-air de l’armée ukrainienne dans la région de Donetsk, des données recueillies par le centre régional de Rostov du Système russe de la navigation aérienne, des statistiques sur le nombre de radars ukrainiens en service dans la zone du crash du 15 au 20 juillet, ainsi que des images satellite montrant les positions des postes de lancement de missiles sol-air ukrainiens.

      Le Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur s’est écrasé le 17 juillet dans la région de Donetsk (est de l’Ukraine). L’avion avec 283 passagers et 15 membres d’équipage volait à 10.050 mètres d’altitude. Les autorités de Kiev accusent les forces d’autodéfense populaire de Donetsk d’être à l’origine du crash, mais les insurgés affirment ne pas disposer de systèmes capables d’abattre un avion à cette altitude.


    • PA.Québec Le 22 juillet 2014 à 05h03
      Afficher/Masquer

      Toujours de Fr.ria.ru

      Kiev devrait expliquer à quelles fins un avion de combat ukrainien évoluait dans le couloir aérien réservé aux vols de l’aviation civile peu de temps avant le crash du Boeing malaisien, a déclaré le chef du commandement opérationnel de l’Etat-major général de l’Armée russe Andreï Kartapolov.

      “A quelle fin cet avion de combat volait-il dans le couloir aérien de l’aviation civile pratiquement en même temps et au même niveau qu’un appareil civil? Il est souhaitable qu’une réponse soit apportée à cette question”, a indiqué le responsable lors d’un point de presse à Moscou.

      Selon lui, un chasseur ukrainien Su-25 se trouvait à une distance de 3 à 5 kilomètres du Boeing malaisien qui s’est écrasé plus tard. M.Kartapolv a souligné que le Su-25 est capable de détruire des cibles aériennes à cinq kilomètres de distance.

      (pas moyen de passer des hyperliens apparemment, mon message disparaît dans l’éther du cyberespace.)

      En passant, je ne lis plus beaucoup la presse anglo-saxonne dans ce dossier: on lit la même chose en français dans les médias du Canada ou de l’Europe occidentale.


    • PA.Québec Le 22 juillet 2014 à 05h03
      Afficher/Masquer

      (suite)

      Kiev devrait expliquer à quelles fins un avion de combat ukrainien évoluait dans le couloir aérien réservé aux vols de l’aviation civile peu de temps avant le crash du Boeing malaisien, a déclaré le chef du commandement opérationnel de l’Etat-major général de l’Armée russe Andreï Kartapolov.

      “A quelle fin cet avion de combat volait-il dans le couloir aérien de l’aviation civile pratiquement en même temps et au même niveau qu’un appareil civil? Il est souhaitable qu’une réponse soit apportée à cette question”, a indiqué le responsable lors d’un point de presse à Moscou.

      Selon lui, un chasseur ukrainien Su-25 se trouvait à une distance de 3 à 5 kilomètres du Boeing malaisien qui s’est écrasé plus tard. M.Kartapolv a souligné que le Su-25 est capable de détruire des cibles aériennes à cinq kilomètres de distance.

      (pas moyen de passer des hyperliens apparemment, mon message disparaît dans l’éther du cyberespace.)

      En passant, je ne lis plus beaucoup la presse anglo-saxonne dans ce dossier: on lit la même chose en français dans les médias du Canada ou de l’Europe occidentale.


    • nourredine Le 22 juillet 2014 à 17h40
      Afficher/Masquer

      Voici la video
      link to youtube.com


  5. casper Le 22 juillet 2014 à 04h25
    Afficher/Masquer

    “les soldats aux commandes de cette batterie […] pourraient avoir été en état d’ébriété, considérant ce qui ressemble à des bouteilles de bière dispersés sur le site.”

    Ils peuvent voir ca par satellite !? Non pas que je mette en doute ce qui est dit, j’y connais rien, mais si c’est vrai, c’est quand meme flippant.


    • Nicolas Le 22 juillet 2014 à 07h25
      Afficher/Masquer

      Dans les années 80, je me souviens d’un reportage qui expliquait qu’un satellite pouvait sans problème lire une plaque d’immatriculation, ou faire la différence entre un melon et une pastèque…

      Combien de progrès en 40 ans d’après vous?


      • Huhu Le 22 juillet 2014 à 14h56
        Afficher/Masquer

        Sans doute pas beaucoup: la diffraction n’a pas été abolie par le progrès.

        link to fr.wikipedia.org

        Comme vous le voyez, avec un télescope de 1m, à 200 km (altitude minimale atteinte temporairement par les satellites espions), on peut voir des détails au maximun de 13cm. Et cela sans tenir compte de la turbulence…

        Le choix d’un miroir de 1m n’est pas un hasard: c’est de l’ordre de ce que l’on connait pour les systèmes d’observation satellitaire.


        • Badaboum Le 23 juillet 2014 à 02h46
          Afficher/Masquer

          Bonjour,
          à priori 6 pouces soit 10 centimètres semble être atteint pour les satellites.
          A noter que les vieux KH-11 avait un mirroir de 2,3 mètres et le KH-12 un de 3 mètres (Résolution angulaire : 0,08″ ; Altitude : 290km)
          Les satellites ne peuvent par encore lire la marque des bières.

          sources (anglais):
          link to skeptics.stackexchange.com
          et Wikipedia KH-12


          • Huhu Le 23 juillet 2014 à 22h18
            Afficher/Masquer

            Oui, c’est mon ordre de grandeur. Donc on ne descends pas en dessous de 10cm.


    • ANNA Le 22 juillet 2014 à 08h39
      Afficher/Masquer

      C’est le membre de OSCE -Michael Bociurkiw , qui le dit !
      Regardez sa biographie ! Son père était membre des Banderas en Ukraine, durant la 2 guerre mondiale.


    • LaM Le 22 juillet 2014 à 10h00
      Afficher/Masquer

      Question:

      Est-il facile de manipuler des images satellites ? Avec des images autant pixelisées ça doit pas être si compliqué si ?


    • rogger58 Le 22 juillet 2014 à 10h21
      Afficher/Masquer

      reveillez vous casper! cela fait bien longtemps que les satelittes peuvent (presque) tout voir et tout entendre, a conditions qu’ils soient “pointés” la ou ce qu’il se passe, se passe…


    • chris Le 22 juillet 2014 à 11h35
      Afficher/Masquer

      Ils peuvent voir sans problèmes quel journal vous êtes en train de lire avec un satellite.


  6. VladimirK Le 22 juillet 2014 à 04h34
    Afficher/Masquer

    Les américains n’ont plus les moyens de faire une guerre conventionnelle, alors ils se rabattent sur la guerre de l’information, c’est moins cher


    • VladP Le 23 juillet 2014 à 07h52
      Afficher/Masquer

      Et surtout, ils font le maximum pour que ce soient “les autres” qui fassent leurs guerres à leur places et ailleurs que chez eux.


  7. PA.Québec Le 22 juillet 2014 à 04h38
    Afficher/Masquer

    (J’ai envoyé quelques corrections par courriel, si possible les intégrer.)


  8. DLG Le 22 juillet 2014 à 04h42
    Afficher/Masquer

    link to fr.ria.ru

    Si quelqu’un pouvait traduire les infos mises en ligne par les russes, ce serait pas mal, a priori cartes et stats sur l’utilisation des radars des systèmes Buk ukies.

    A voir, ca reste ria novosti hein…


  9. samuel Le 22 juillet 2014 à 07h59
    Afficher/Masquer

    ” Selon une source informée des résultats provisoires, les soldats aux commandes de cette batterie semblent porter des uniformes Ukrainien et pourraient avoir été en état d’ébriété, considérant ce qui ressemble à des bouteilles de bière dispersés sur le site. ”

    Quoi de mieux que l’alcool et une bonne cuite, pour mieux oublier les nombreuses exactions faites la veille envers des civils. Une bonne bière Américaine ou Allemande, un peu de colle et hop on reprend le chemin des armes pour la démocratie et les droits de l’homme, pourquoi certains préfèrent déserter ?


    • Lutfalla Le 22 juillet 2014 à 08h37
      Afficher/Masquer

      J’habite près de la frontiere allemande.

      Nos voisins très pragmatiques n’ont pas renoncés au système des bouteilles en verre consignées ; Aussi l’eau minerale y est vendue dans des bouteilles qui ont le même format que les bouteilles de verre.

      Il est possible que ce soit la même chose plus à l’est.


  10. Alan brouille Le 22 juillet 2014 à 11h03
    Afficher/Masquer

    N’oublions pas non plus les mercenaires américains, qui même s’ils ne se droguaient pas ou ne buvaient pas, auraient l’esprit assez dérangé et vicieux pour tirer un bon coup, sur ordre de leurs supérieurs.
    Autant de civils d’un coup, avec autant d’enfants , quel carton et quelle manne pour la propagande!


  11. social21eme Le 22 juillet 2014 à 11h47
    Afficher/Masquer

    Une Vrais analyse politique.
    Pourquoi Obama ne s’entoure pas de vrais analystes comme ce Bonhomme!


  12. caroline Porteu Le 22 juillet 2014 à 12h11
    Afficher/Masquer

    Deux nouveaux articles essentiels sur consortium news
    en date des 20 et 21 juillet

    Kerry’s Latest Reckless Rush to Judgment


  13. caroline Porteu Le 22 juillet 2014 à 12h21
    Afficher/Masquer

    Avec en particulier cette conclusion :
    Which is why Kerry’s outbursts on Sunday could be so harmful to any pursuit of the truth. By clearly pointing the finger of guilt away from the Kiev regime and toward Moscow, Kerry has made it much harder for any intelligence analyst to assess the evidence without fear of some painful consequences.

    Qu’on peut synthétiser par : Par ses affirmations sur la culpabilité présumée de Moscou, , Kerry rend beaucoup plus complexe toute analyse et recherche de la vérité par ceux qui en ont la charge


  14. Guy Fawkes Le 22 juillet 2014 à 12h37
    Afficher/Masquer

    D’après un expert: La preuve de Kiev évoquant la responsabilité de la milice pour le vol MH17 est truquée:

    link to fawkes-news.blogspot.fr

    Qui a abattu le Boeing ? La Russie donnne sa version des faits:

    link to lecourrierderussie.com

    Ministère de la défense Russe: Un jet de l’armée Ukrainienne SU-25 détecté près du vol MH17:

    link to infolibre.tv

    Avec tout ça, il apparaît clairement que le seul responsable est Kiev, dans le cas contraire, il ne se serait pas amusé à créer de toute pièce un enregistrement pour incriminer les séparatistes et la Russie.


    • Guy Fawkes Le 22 juillet 2014 à 12h44
      Afficher/Masquer

      La propagande occidentale a la dent dure et tient pour l’instant tête à la vérité. Selon ce sondage, sur 150 000 votants, 48%pensent que c’est la faute des russes:

      link to lefigaro.fr


      • yh Le 22 juillet 2014 à 22h40
        Afficher/Masquer

        c’est donc 52 % qui ne le pensent pas ou qui doutent.
        Je pensais la situation bien plus catastrophique.


      • VladP Le 23 juillet 2014 à 07h46
        Afficher/Masquer

        Un poncif:
        Les sondages sont la forme moderne du mensonge.

        Une réalité:
        Le Figaro n’est rien de plus qu’un rouleau de PQ pré-sali (les mouton sont pré-salés).


  15. Goldfinger Le 22 juillet 2014 à 13h01
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Un certain nombre d’Américains courageux commencent enfin à demander à leurs gouvernants un peu plus de prudence et d’impartialité.

    Ce n’est pas l’immense majorité mais ce fait mérite néanmoins d’être souligné. Espérons que ces INDISPENSABLES réflexion et esprit critique feront tache d’huile.

    link to 24hgold.com

    Mais pour cela il faudrait des médias GRAND PUBLIC de qualité … et ce n’est pas demain la veille !

    Une pensée émue pour toutes les innocentes victimes de l’infinie bêtise de leurs CONgénères.

    Très cordialement,


  16. perceval78 Le 22 juillet 2014 à 16h02
    Afficher/Masquer

    John Kerry du temps ou il soutenait Robert Parry sur l’affaire des Contras
    =
    Vers 6s : la fin justifie les moyens … c’est du marxisme …
    link to youtube.com
    =
    Un nouvel article de Parry aujourd’hui sur Kerry :
    =
    link to consortiumnews.com
    =
    Pour Info Robert Parry avait obtenu le Prix George Pock en 1984 pour son travail sur les contras, cette année c’est Greenwald,Poitras,Snowden qui l’ont eu
    =
    link to youtube.com
    =
    Historique des Laureats
    =
    link to liu.edu
    =


  17. Crapaud Rouge Le 22 juillet 2014 à 22h49
    Afficher/Masquer

    Tout va mal !

    1) Les “Ukies” reprennent du poil de la bête, Novorossia est en mauvaise posture. Cf. link to vineyardsaker.fr : “Des zones civiles et industrielles où il n’y a pas la moindre présence d’installations ou de troupes de l’armée de Novorossia sont prises pour cibles, comme le sont les infrastructures telles que celles du gaz, de l’eau et des services électriques.

    2) Mobilisation en Ukraine, cf. link to french.ruvr.ru : “Des informations similaires viennent d’Ivano-Frankovsk: 1 400 personnes doivent être informellement mobilisées dans cette ville d’ici le 25 juillet. Les villages devront envoyer dans l’armée 40 hommes chacun. Les plans de mobilisation dans la région d’Odessa ne sont pas moindres: 20 000 habitants de cette région seront envoyés dans le Donbass.

    3) Diplomatie de comptoir, indécente et arrogante. Cf. link to vineyardsaker.fr : On dit à Poutine : “Soyez courageux, avouez !

    4) L’Ukraine va privatiser à tour de bras. Cf. link to french.ruvr.ru : “L’idée maîtresse du plan de privatisation globale annoncé a été implicitement formulée par Kolomoïski : reprivatiser, exproprier les oligarques liés d’une façon ou d’une autre à Viktor Ianoukovitch et remettre leur propriété aux personnes proches de Porochenko, d’Iatseniouk et, bien sûr, de Kolomoïski en personne.


  18. Cyd Le 23 juillet 2014 à 10h51
    Afficher/Masquer

    Un article NY Times qui donne des arguments sur un élément acqui pour vrai par tous mais non étayé par aucun élément factuel jusqu’à présent, la destruction du Boing par un missile, et non par un probleme technique, ou même par une valise-piégé

    En résumé, l’épave de l’avion, montre sur toute sa surface de tres nombreux trous de taille identique avec les bords retournés vers l’intérieur de la carlingue. Ces trous s’expliqueraient facilement par les billes (certains sites de défense parlent de cubes) contenues dans le missile, venant de l’avant, pour détruire l’avion en explosant à proximité

    Par contre, “l’expert” consulté ne peut donner le modele du missile. La question de savoir si c’est un missile sol-air (et de quel type) ou air-air (et de quel type) reste ouverte

    Surement qu’en inspectant l’épave, des éléments de la charge de shrapnel seront retrouvés et donneront des réponses

    link to nytimes.com


  19. Placide PRCF Le 23 juillet 2014 à 14h15
    Afficher/Masquer

    Robert parry en a remis une sérieuse couche dans un article du 21 juillet démontant :

    1) le mécanisme de la propagande par John Kerry et les médias pour empécher une enquète sérieuse et indépendante

    2) en révélant de sources militaire américaine que le missile aurait été tiré par l’armée ukrainienne

    Le PRCF a publié une traduction de cet article sur son site (nombreuses info sur l’ukraine et bien d’autres sujets sur ce site)

    link to initiative-communiste.fr


Charte de modérations des commentaires