On reste estomaqué par la conclusion…

Source : Richard Hiault, pour Les Echos, le 15 novembre 2015.

« Beaucoup d’efforts ont été entrepris depuis ces deux dernières années avec, notamment, le vote de la loi sur le renseignement. Malheureusement, nous n’avons pas voulu mettre le renseignement au service du judiciaire », estime ol’ex-juge d’instruction au pôle antiterroriste de Paris Marc Trévidic

Marc Trevidic, vice-président du TGI de Lille, ex-juge d’instruction au pôle antiterroriste de Paris, donne son analyse sur les attentats qui ont fait 129 morts vendredi à Paris.

Les Français doivent-ils s’attendre à d’autres attentats de même type que ceux de vendredi soir ?

De même mode opératoire ou pas, d’autres attentats sont à prévoir. Nous sommes entrés dans une logique d’affrontement avec l’Organisation Etat islamique (OEI) qui ne s’attend pas à la fin des bombardements. La France va les frapper plus durement et l’OEI réagira encore plus fort par des frappes sur notre territoire. Nous sommes dans cette logique désormais.

Quelles sont les mesures que doit prendre le gouvernement dans les prochaines heures ?

Le gouvernement a déjà décrété l’état d’urgence. C’est une réponse forte qui permet, par exemple, d’effectuer des perquisitions 24 heures sur 24 sans mandat judiciaire. En allant au-delà, en construisant des centres de rétention à l’instar de ce qu’ont fait les Etats-Unis avec Guantanamo, le gouvernement risque de sortir des principes républicains. Ce serait contraire à la Constitution française et à la Convention européenne des droits de l’homme. Il est impossible, en France, de s’engager sur cette voie.

Ne tombons pas dans la sur-réaction qui consisterait à interner toutes les personnes susceptibles d’être radicalisées. Nous risquerions de précipiter un mouvement de bascule où des musulmans modérés, sous prétexte d’avoir le sentiment d’être persécutés, emprunteraient la voie d’une radicalisation certaine. C’est ce qu’ont cherché les islamistes d’Al Qaida par le passé, et l’OEI aujourd’hui.

Le renseignement français est-il à la hauteur ? En terme d’effectifs ou financiers ?

Beaucoup d’efforts ont été entrepris depuis ces deux dernières années avec, notamment, le vote de la loi sur le renseignement. Malheureusement, nous n’avons pas voulu mettre le renseignement au service du judiciaire. Le système n’a pas été conçu en ce sens. Nous faisons face à un goulet d’étranglement : quand près de 2.500 personnes travaillent au renseignement, en face, il n’y a que 150 personnes du côté judiciaire. Ce déséquilibre signifie, en clair, que les juges n’ont pas les moyens de traiter les renseignements qui leurs sont transmis.

Il est vital de renforcer les effectifs des magistrats et des enquêteurs de police judiciaire. Il importe de doubler les effectifs du département judiciaire de la DGSI. Cela permettra notamment d’éviter la situation actuelle où seulement la moitié des personnes qui se sont rendues en Syrie pour des raisons terroristes sont aux mains de la justice. Le reste circule librement en France parce que nous n’avons pas les moyens nécessaires de traiter leur dossier.

Au nom de la sécurité intérieure, faut-il restreindre les libertés individuelles, au risque d’être liberticide ?

Evoquer cette question revient à s’interroger sur l’internement, dans des camps de type Guantanamo, de personnes soupçonnées d’être dangereuses. Mais comment faire une distinction entre un radical non violent et un radical prêt à commettre des attentats ? Nous n’avons pas une échelle de Richter du radicalisme.

De tels camps seraient inutiles. L’état d’urgence est déjà une réponse suffisamment forte à ce stade. A mes yeux, ce ne sont pas les lois qui manquent, mais les moyens évoqués précédemment.

La France doit-elle revoir de fond en comble sa politique étrangère ?

Le problème qui se pose est d’imposer à certains pays un minimum. Je pense en particulier à la Turquie, compte tenu de l’ambiguïté de ses relations avec l’OEI. Côté syrien, la France n’a pas besoin d’un revirement et d’annoncer qu’elle soutient Bachar Al-Assad pour frapper l’OEI.

Plus largement, la France n’est pas crédible dans ses relations avec l’Arabie saoudite . Nous savons très bien que ce pays du Golfe a versé le poison dans le verre par la diffusion du wahhabisme. Les attentats de Paris en sont l’un des résultats. Proclamer qu’on lutte contre l’islam radical tout en serrant la main au roi d’Arabie saoudite revient à dire que nous luttons contre le nazisme tout en invitant Hitler à notre table.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

41 réponses à Marc Trevidic : « D’autres attentats sont à prévoir »

Commentaires recommandés

Georges Clounaud Le 18 novembre 2015 à 07h34

L’intervention de Marc Trividic au 20h de France 2 de samedi déjà mise en ligne dimanche ici (sauf erreur de ma part) et où il envoyait déjà du lourd a été visionnée par plus 1,72 millions de personnes.

https://www.youtube.com/watch?v=Oz0WKTmmTxs

Les choses changent et la perception par les citoyens français de nos “amis” saoud, ricains et de “l’exceptionnelle” politique extérieure de nos gouvernements successifs depuis 2003 va enfin être conforme à la réalité.
La fabrique du consentement devra rapidement s’adapter pour nous faire avaler des couleuvres. Mais méfions-nous la bête est coriace.
Dans ce chaos ambiant, il est tout de même réjouissant de constater qu’internet et les réseaux sociaux ne servent pas uniquement à recruter des djihadistes. Leur pouvoir de ré-information est en train de s’affirmer.
Merci Monsieur Trividic, merci Olivier pour votre travail et celui de votre équipe.
La solution démocratique passera par la société civile et non par nos politiques corrompus par l’argent des multinationales, des saouds, et autres quataris. Les médias mainstream devront également s’adapter et faire correctement leur travail ou disparaitre.
Derrière les fumées des explosions une petite lumière semble apparaitre. Cette petite lueur n’est pas seulement celle qui s’échappe des multiples bougies allumées à la mémoire des victimes des attentats. Faisons tout pour qu’elle continue de se diffuser.

  1. Jay SWD Le 18 novembre 2015 à 04h29
    Afficher/Masquer

    Et ça vaut aussi pour le Quatar,Mr le Juge??


    • Julie Le 18 novembre 2015 à 10h53
      Afficher/Masquer

      Le Qatar est le seul pays avec l’Arabic Saoudite dont la religion officielle est en effet le Wahhabisme. Sans Wahhabisme saoudien, les Qataris seraient aussi important que les Amish.


      • tachyon Le 18 novembre 2015 à 16h55
        Afficher/Masquer

        Sauf que les Amish n’ont pas de pétrole…
        Qatar : PIB par habitant le plus élevé du monde ; les revenu du pétrole et du gaz représentent les 2/3 des recettes.
        Le Qatar a donc plein d’argent et l’argent est …. le nerf de la guerre.


        • Leterrible Le 18 novembre 2015 à 22h39
          Afficher/Masquer

          Pour le Qatar , voir la mise au point de:

          SEBLEB Le 18 novembre 2015 à 09h04
          dans le fil suivant : http://www.les-crises.fr/la-prochaine/

          Bien écrit et ça a l’air sincère…


        • ulule Le 18 novembre 2015 à 23h47
          Afficher/Masquer

          Le Qatar n’existe que par Exxon-Mobil (ex Standard Oil ) et est totalement inféodé aux Rockefeller.


  2. Bruno Le 18 novembre 2015 à 05h53
    Afficher/Masquer

    Il ne mâche pas ses mots le bonhomme !

    Le Qatar (j’y vis en ce moment) ne défend pas une idéologie bien glorieuse. De fait, ses travailleurs œuvrent dans des conditions ultra précaires, avec un droit du travail a minima (!). En bref et pour faire simple, le Qatar n’est pas un état de droit. Je dirais un peu comme Singapour. Pour ces raisons, le Qatar doit rester simplement un fournisseur de gaz et pas « un partenaire cool », auquel on fait des courbettes et auquel on vend la France et ses banlieues à la découpe. Cela est choquant idéologiquement et dangereux.

    Cependant, le Qatar est essentiellement OPORTUNISTE. C’est un peu le Sarkosysme du Middle East. Un coup à gauche, un coup à droite, selon d’où le vent tourne. Et il y a des faits : au Qatar, les femmes conduisent, se baladent en débardeur et en short, on (expat. ET qatariens) boit dans les restaurants… Cela ne plait certainement pas à toutes les familles qatariennes, mais ça se passe comme cela au Qatar.

    Le comparer à l’Arabie Saoudite c’est aller vite en besogne.


    • LBSSO Le 18 novembre 2015 à 07h23
      Afficher/Masquer

      Bonjour Bruno,

      je comprends bien le sens de votre post.
      Toutefois, la question n’est pas de savoir qui de l’Arabie Saoudite ou le Qatar est “le plus respectueux” des droits de l’homme en les comparant.

      Il s’agit de déterminer si le Qatar a des responsabilités et si oui lesquels .

      Il y a semble t-il beaucoup d’ États dans cette affaire dramatique de Syrie où “les femmes conduisent, se baladent en débardeur et en short, on (….) boit dans les restaurants…” qui n’en sont pas pour autant insoupçonnables …


    • Le Russe Le 18 novembre 2015 à 07h30
      Afficher/Masquer

      Oui, ce que Marc Trevidic répète ici sans langue de bois, il l’a déjà dit par ailleurs, mettant le Qatar dans le lot. Les mots sont forts et justes, mais la résonance bien trop tardive…
      Qu’il soit remercié quand même pour son courage (qui peut en inspirer d’autres), tant il est vrai que cette vertu devient une denrée bien rare en terre de France.

      A propos du Qatar, j’ai lu récemment un commentaire très péremptoire disant en substance que le Qatar était la “propriété” d’ExxonMobil… N’ayant jamais regardé cela de plus prêt, j’ai été un peu intrigué, et curieux.
      Quelqu’un a t’il quelques liens sérieux à ce sujet ? Merci


    • DLG Le 18 novembre 2015 à 07h35
      Afficher/Masquer

      Pour la comparaison Qatar-Singapour (j’y vis en ce moment) faudrait pas exagérer, Singapour est certes un état “fort” et relativement autoritaire, mais de là à le comparer au Qatar il y a un pas que je ne franchirais pour rien au monde. Et Singapour est un état de droit, aucun doute à ce sujet.


  3. Patrick Luder Le 18 novembre 2015 à 06h10
    Afficher/Masquer

    La politique internationale est démunie de tout sens éthique. Les moteurs des relations internationales ne sont ni le respect de nos propres pays ni le respect des autres nations. Les moteurs des relations internationales ne sont que stratégie financière, stratégie énergétique et stratégie politique … autant dire que le monde n’est pas prêt d’aller vers l’équité et la vision à long terme nécessaire à la paix.


  4. atanguy Le 18 novembre 2015 à 06h32
    Afficher/Masquer

    Il serait relativement facile d’obliger les dirigeants d’Arabie et des pays du golfe pour qu’ils cessent leur support aux islamos-facistes. Pour cela il suffit de les attaquer la ou ils sont le plus sensibles, comme tout bon capitaliste: Leur finance. Ainsi leur demander une taxe de solidarité sur toutes leurs exportations a destination de l’Europe,dans le même temps ils devront fermer toutes les écoles coraniques ou ils enseignent la haine et préparent les jeunes arabes a être des meurtriers. Ça semble un peu utopique mais il faut prendre l’initiative maintenant que l’opinion se pose des questions sur comment arrêter le terrorisme. En fait beaucoup de musulmans haïssent ces royautés qui préfèrent investir dans les pays européens au lieu de développer leur propre pays.


    • rouille Le 18 novembre 2015 à 10h48
      Afficher/Masquer

      nous avons effectivement, et ce depuis longtemps, la possibilité de remplacer les besoins en pétrole par des produits à base de végétaux comme l’amidon de mais, la cellulose, etc… et l’essence pas la distillation du charbon ou bien les bio carburants… et le développement de l’énergie solaire pour la production d’électricité (le nombre de toits inutilisés en France couvrirait nos besoins)… On mettrait immédiatement les pétro-monarchies à genoux… On préfère cependant courber l’échine et vendre à la découpe des pans entiers de notre patrimoine…


      • Alecton Le 18 novembre 2015 à 15h37
        Afficher/Masquer

        En l’absence de technologie disruptive permettant le stockage de l’énergie electrique, il n’est pas possible aujourd’hui, de garantir la stabilité des fréquences et tensions transitant dans nos réseaux sans faire appel au nucléaire (voir le scandale de l’utilisation du thermique au charbon en Allemagne pour répondre à cette problématique incontournable). Il n’est pas techniquement possible de se passer de nucléaire et de pétrole aujourd’hui. Néanmoins, rien ne nous contraint à soutenir ces régimes et à leur permettre d’investir chez nous de la sorte.


  5. Adriana Le 18 novembre 2015 à 06h59
    Afficher/Masquer

    Si ces champs d’internements voient le jour , je crains le pire.
    D’abord,les gens “S ” ne le savent même pas.
    Et comment est -il attribué ces fiches, sur quels critères ? Qui le fait? Basé sur quel faits? C’est orwelien tout cela.
    C’est juger criminel avant le crime.
    On a déjà vu où ça mène des champs de rétention.
    Dans le immédiat , Il faut plus de moyens humains, d’accompagnement et pas de ces choses.
    La réponse réussie pour lutter contre la terreur passe par le mantien ferme de l’état de droit.
    Qu’on ose proposer des champs de rétention , quand on a déjà vu leur résultats concrets dans l’histoire, me choque terriblement.
    Ou va-t-on la France?


  6. Julian Le 18 novembre 2015 à 07h18
    Afficher/Masquer

    Dans certaines circonstances très graves on entend des voix assurées, avec des propos clairs, compréhensibles par tous, exprimant avec précision et force la réalité, tragique ou sordide ou sanglante.

    Elles éclairent. Elles disent le sens. Elles permettent à chaque intelligence de s’exercer mieux à affronter le réel.

    Ces voix sont des torches au plus profond de la nuit.

    La voix du juge Trévidic est une de ces voix. Indispensable.


  7. Alberto Le 18 novembre 2015 à 07h24
    Afficher/Masquer

    Pour le Qatar et l’Arabie saoudite la France est un paradis fiscal légal. Nos sénateurs et députés l’ont voté. Grâce à Mitterrand, Sarkozy et Hollande, ces deux pays démocratiques ne paient pas d’impôts sur les bénéfices immobiliers.
    Il est réconfortant de savoir que la France verse de l’argent à l’Etat Islamique par leur intermédiaire.
    http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/949-PGP.html
    http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/949-PGP.html


  8. Adriana Le 18 novembre 2015 à 07h29
    Afficher/Masquer

    Poutine au G20, vient d’affirmer que 40 états financent le Etat islamique, et quelque uns se trouvent même au sein du g20.
    Qu’il la fasse publique cette liste !!!
    C’est un impératif !


  9. Georges Clounaud Le 18 novembre 2015 à 07h34
    Afficher/Masquer

    L’intervention de Marc Trividic au 20h de France 2 de samedi déjà mise en ligne dimanche ici (sauf erreur de ma part) et où il envoyait déjà du lourd a été visionnée par plus 1,72 millions de personnes.

    https://www.youtube.com/watch?v=Oz0WKTmmTxs

    Les choses changent et la perception par les citoyens français de nos “amis” saoud, ricains et de “l’exceptionnelle” politique extérieure de nos gouvernements successifs depuis 2003 va enfin être conforme à la réalité.
    La fabrique du consentement devra rapidement s’adapter pour nous faire avaler des couleuvres. Mais méfions-nous la bête est coriace.
    Dans ce chaos ambiant, il est tout de même réjouissant de constater qu’internet et les réseaux sociaux ne servent pas uniquement à recruter des djihadistes. Leur pouvoir de ré-information est en train de s’affirmer.
    Merci Monsieur Trividic, merci Olivier pour votre travail et celui de votre équipe.
    La solution démocratique passera par la société civile et non par nos politiques corrompus par l’argent des multinationales, des saouds, et autres quataris. Les médias mainstream devront également s’adapter et faire correctement leur travail ou disparaitre.
    Derrière les fumées des explosions une petite lumière semble apparaitre. Cette petite lueur n’est pas seulement celle qui s’échappe des multiples bougies allumées à la mémoire des victimes des attentats. Faisons tout pour qu’elle continue de se diffuser.


    • Eric83 Le 18 novembre 2015 à 09h20
      Afficher/Masquer

      Je m’associe à vos remerciements à OB et son équipe ainsi qu’à un héros des temps modernes, Marc Trévidic, qui a un sacré courage et une ténacité hors pair.

      Cela fait des années qu’il alerte les pouvoirs publics sur les risques que font courir nos gouvernements va-t-en guerre au peuple français.

      Dans son interview du 30/09 à Paris-Match, l’ex-juge avait clairement alerté sur ce qui allait se produire et qui s’est traduit par les attentats meurtriers du 13/11.

      Pourquoi n’avait-il pas alors, début octobre, été invité sur les plateaux des JT après son article aussi stupéfiant alarmant ???

      En revanche, France 2 l’a invité le 14/11 APRES les attentats et Pujadon intervention sur France 2.

      “Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire” disait Orwell.


    • Eric83 Le 18 novembre 2015 à 10h33
      Afficher/Masquer

      Je m’associe aux remerciements que adressez à OB et à son équipe pour le travail d’information et d’éveil qu’ils réalisent pour nous, lecteurs et commentateurs.

      Concernant Marc Trévidic, qui pour moi, est un héros des temps modernes, lanceur d’alerte, intègre, courageux et à la ténacité hors pair – révolutionnaire selon Orwell* -, il devrait occuper une des plus hautes fonctions dans un gouvernement de la France digne de ce nom.

      L’interview donnée par M. Trévidic le 30/09 à Paris-Match intitulée ” La France est l’ennemi numéro un de l’Etat Islamique” était édifiante et alarmante.

      Début octobre, elle aurait dû faire l’effet d’une bombe médiatique et…rien… pas de relais des médias, pas d’invitation aux JT, pas de réactions des politiques, des « élites », des « intellectuels », de la société civile…rien.

      Le 13/11 des attentats meurtriers ont lieu en France, 129 morts, plus de 350 blessés.

      Et, le 14 novembre, LE LENDEMAIN des attentats, M. Trévidic était invité sur France 2 et fait rarissime voire unique sauf pour chef d’Etat peut-être, plus de 10 minutes lui ont été données sans aucune intervention des autres invités !!!

      Son exaspération, sa colère, son dépit étaient palpables et il a balancé « du lourd » – mais pas aussi lourd que la conclusion de son interview du 15/11 dans les Echos – et la mine déconfite des autres invités et de D. Pujadas en disait long sur leur gêne toute aussi palpable à une heure de grande écoute.

      Pourquoi l’inviter après les attentats alors qu’il avait sonné l’alerte depuis longtemps ?
      Les medias-système ne sont pas des contre-pouvoirs de l’Etat mais sont les propagandistes du pouvoir néolibéral.

      * En ces temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire”.


    • Georges Clounaud Le 19 novembre 2015 à 07h04
      Afficher/Masquer

      En voulant regarder le nombre de vue de cette vidéo ce matin, j’ai constaté que le chiffre de vue que j’ai annoncé est faux. Il y avait hier 1,072 millions de vue et ce matin 1,114 millions.
      Je tiens à vous présenter mes excuses pour cette coquille. Cela ne change cependant en rien le fond de ma pensée.


  10. Pirot Le 18 novembre 2015 à 08h07
    Afficher/Masquer

    Pour une fois un peu de liberté d’expression dans ce pays…Et de courage. C’est là qu’on perçoit la chape de plomb qui s’est abattue sur notre ploutocratie. Ces pseudos medias qui ne font jamais de vagues. Tout pour le soft power américain et la propagande guerrière atlantiste. Pas demain qu il sera invité par la presse écrite subventionnée pour développer ses idées.Et au passage Fuck BHL, Sarkozy, Soros, Philippe Val, Fourest etc. comme dirait Mme Nuland


  11. toff de aix Le 18 novembre 2015 à 08h41
    Afficher/Masquer

    A part le petrole, et les différentes ressources minieres et energetiques,qu est ce qui morive reellement nos gouvernants ? Certainement pas les droits de l’homme…le probleme est que nous arrivons au bout de cette schizophrenie : soit nous continuons cette politique mortifère,dans le but de faire perdurer ce modele de civilisation de consommation de masse, et du coup nous nous mangeons de plus en plus d’attaques, de réfugiés, de déstabilisation… soit…nous l’abandonnons, et nous risquins de voir ce joli modèle, qui est allé trop loin, s’effondrer malgre tout…

    Choix difficile n’est il pas ?


  12. adrien Le 18 novembre 2015 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Dans un tribunal populaire qui jugerait la trahison des dirigeants de son pays, il faudrait leur poser la question de Poutine à la tribune de l’ONU le 28 septembre dernier, qui s’adressait à la bande des Quatre dirigeant la croisade en Orient : ” Avez vous au moins conscience de ce que vous avez fait ? ” .
    Visiblement, non, puisqu’ils ont choisi d’intensifier la réponse guerrière ,comme Bush leur modèle : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2015-11-16-Paris .
    ” On ne combat pas le terrorisme avec des armes . On le prive de ce qui le nourrit : la misère, l’injustice, l’arrogance des puissants “. Chomski .


  13. peoplearestrange Le 18 novembre 2015 à 12h52
    Afficher/Masquer

    L’implication du Qatar et de l’Arabie ? Oui bon, rien de neuf sous le soleil. L’info est relayée depuis quelques temps par quelques politiques (Mélenchon,NDA) et Alain Chouet l’évoquait déjà il y a 5 ans au début de la guerre de Syrie.
    Ce qui me paraît bien plus important, c’est le petit couplet de Marc Trévidic sur les Etats Unis. A tel point qu’on sent un instant de flottement de sa part à la fin de son intervention, genre “j’en ai déjà trop dit, je continue? j’arrête?”.


  14. Charlie Bermude Le 18 novembre 2015 à 13h01
    Afficher/Masquer

    La politique est une affaire de choix . Choix , çà veut dire , contradictoires en eux mémes et aussi entre eux . Autrement dit il n’existe pas de combinaisons de bons choix .
    Illustration . Séoud et Qatar nous achétent des rafales . Avions garants de notre indépendance et/ou de profits . Mais Séoud et Qatar soutiennent cette créature maléfique qu’est l’EI qui nous fait tant de mal au Liban et en Syrie ( alliés problématiques et de longue date – avant les Croisades- et au delà du Moyen Orient , Libanais en Afrique et Méditerranée , donc pas seulement gaz et pétrole). L’inconvénient : les attentats , mais ce sont aussi l’opportunité de régler quelques problémes internes . Bons choix , mauvais choix ? Sinon : le repli , faire comme Louis XI , bonne figure à son pire ennemi , lorsqu’il nous invite à comtempler le massacre de nos meilleurs amis , pour ensuite le vaincre définitivement ? ou le repli résigné .


  15. Hellebora Le 18 novembre 2015 à 13h28
    Afficher/Masquer

    L’AFP aujourd’hui, à 13h16 : L’opération antiterroriste de Saint-Denis nous confirme que “nous sommes dans la guerre” (Hollande)
    W-T-F !?? Cette antienne qu’on entend quasiment depuis 22 heures samedi devient extrêmement louche, je trouve. L’avenir proche nous dévoilera ce qu’elle renfermait – beaucoup de mauvais, ça, c’est certain…


    • Alecton Le 18 novembre 2015 à 15h41
      Afficher/Masquer

      L’enjeu est clairement ici le maintient de la pression afin de faire voter par l’assemblée le maintient de l’Etat d’urgence.
      Hors, pas d’État de Droit dans un État d’urgence, pas de liberté individuelle, pas d’élection régionale non-plus. Nous sommes à l’aube d’un putsch temporaire (enfin je l’espère…). Monsieur Trevidic l’a aussi dénoncé comme la plupart des juges et juristes de ce pays.


  16. BEYER Michel Le 18 novembre 2015 à 16h45
    Afficher/Masquer

    Peut-être suis-je victime de trop de films policiers, ou de bouquins policiers? Mais je m’interroge sur “l’amateurisme” apparent de terroristes qui semblent pourtant bien entraînés.
    Pour l’affaire “Charlie-Hebdo”, ce sont des pièces d’identité qui traînent. Cette fois-ci, ce sont des téléphones portables, dont même un béotien comme-moi sait qu’il est facile de suivre la trace.
    Que cache ce supposé “amateurisme”?


    • peoplearestrange Le 18 novembre 2015 à 21h40
      Afficher/Masquer

      On a le droit de poser cette question.
      De même que celle-ci: comment se fait-il que la France, alliée objective de Daech sur le terrain puisque à la pointe du combat anti-Assad, puisque alliée de l’Arabie et du Qatar apparemment pourvoyeurs de fonds et d’armement de daesh, comment se fait-il donc que la France se retrouve ennemie n°1 de cette organisation? N’y-a-t’il pas une contradiction?
      J’entends évoquer à longueur de pages sur ce site et quelques autres les concepts de stratégie du choc, de gouverner par le chaos, de fabrique du consentement etc, mais au final nous retombons systématiquement sur des explications simplistes du genre ” tout çà c’est le fait de barbares avides de pouvoir et de sang bénéficiant de la complicité d’hommes politiques occidentaux corrompus et incompétents.” Ne faudrait-il élever le niveau de notre réflexion et de notre analyse un niveau au-dessus et envisager que tout effet intelligent a une cause intelligente?


  17. Jean Erbenger Le 18 novembre 2015 à 17h10
    Afficher/Masquer

    Je ne peux pas resister à vous communiquer cette réponse de Poutine à une journaliste US qui l’interrogeait sur le terrorisme :

    ” To forgive to terrorists is up to God, but to send them to him is up to me”

    et la jounraliste US de commenter :
    – “I know that Putin isn’t exactly a “good guy,” but my word do I love these quotes from him. They’re both awesome and hysterical. He’s a world leader who is really a movie character. “To forgive the terrorists is up to god, to send them to him is up to me.”
    Who talks like that ? PUTIN DOES !”


  18. bats0 Le 18 novembre 2015 à 17h13
    Afficher/Masquer

    Étonnant ce juge Marc Trevidic, de dire sans langue de bois, ce que beaucoup de nos dirigeants politiques savent forcément déjà, mais, qui pour des raisons, je dirais, personnelles, ne divulgues jamais de tels faits.
    Je suis en complet accord avec lui concernant la Turquie, par laquelle transite le pétrole issus des territoires de OEI.
    Je viens de regarder la vidéo indiquée par Georges Clounaud sur les déclarations du juge Marc Trevidic; actuellement il y a 1 050 878 vues seulement (par rapport au 65 millions c’est peu; comme on en parlait l’autre jour sur la file”A qui la faute ?”, c’est à se demander si le peuple français se sent concerné par son avenir; je ne le pense pas actuellement, tant qu’il a le dernier modèle de sa voiture préféré, son dernier iPhone, etc…).
    De toute façon nos hommes politiques ne sont pas à la hauteur : lorsque fût élu F Hollande, je disait comment les français ont pu élire un tel homme politique, alors qu’il ne sait, sans subvention, comment gérer sa commune (Tulle).
    De toute façon, il faut se faire une raison, ce ne sont pas ces acteurs ratés qui prennent réellement les décisions; ce sont ceux qui dirigent dans l’ombre) : pour faire court, actuellement Total est en train d’implanter des raffineries au plus près de la production du pétrole (dans les pays concernés), et sous peu il fermeront toutes les raffineries en France, qu’ils n’ont plus besoin (double emploi).
    Une connaissance qui a implanté des systèmes de sécurité dans la villa d’un ancien cadre (haut placé dans l’ancienne société Elf), lui avait confirmé, que lorsqu’ils (dirigeants) ont besoin de certaines interventions de l’état, ils ne demandent pas, ils exigent… Pas la peine de faire un dessin.
    De toute façon, nous avons besoin des matières premières qui ne sont pas dans nos sous-sols (ou alors trop peu intéressantes financièrement à exploiter), et ce sont donc ceux, qui contrôlent le mieux ces exploitations commerciales, et/ou industrielles, qui seront les mieux servis, et pourront exiger des moyens nécessaires pour arriver à leurs fins, quelques soient les négociations.
    C’est un peu comme l’organisation Bielderberg, dont les dirigeants tiennent la finance, et les conglomérats industrielles, qui dirigent le monde occidental. Nos différents hommes politiques et dirigeants de grandes sociétés françaises qui sont appelés annuellement, afin de donner leur avis concernant notre politique interne, et autres paramètres techniques sociétaux de notre pays, sont bien au courant de ces faits, mais rien ne sort de ces réunions. De plus ceux qui devraient au moins donner leur opinion concernant cette organisation, apparemment, ne la connaissent pas : https://www.youtube.com/watch?v=VyHKFU7FJHM

    Décidément, la France, quelque soit l’époque, prend toujours de mauvaises décisions : se rappeler le découpage des territoires de la Palestine en 1947, dans lequel, elle a une lourde part de responsabilité.

    [Moderation] Le lien vidéo que vous partagez n’est pas accessible dans tous les pays


    • bats0 Le 18 novembre 2015 à 17h18
      Afficher/Masquer

      Trop court le temps nécessaire pour faire des modifications sur le commentaire; désolé pour les nombreuses fautes d’orthographe, la prochaine fois, je ferai un brouillon sur un traitement de texte.


  19. Jonas061 Le 18 novembre 2015 à 18h01
    Afficher/Masquer

    Vous voulez une présentation synthétique, partiale et objective de ce qu’est Dech?
    Vous n’avez qu’à visionner la magnifique démonstration diffusée aujourd’hui au JT de 13h de TF1.
    Je sais que ce blog n’a pas pour politique de se faire l’écho de la propagande atlantiste véhiculée par ce grand média. Pourtant, je pense que chacun devrait mesurer à quel point le français lambda non informé se fait intellectuellement entuber par cette chaine aux ordres.
    Aussi, je vous retranscrits les seuls éléments que TF1 a choisi de retenir pour présenter le mouvement de Daech (la vidéo est en lien ci-dessous et dure un peu plus de deux minutes):

    -Un encadrement militaire assuré par d’anciens officiers de Saddam Hussein
    -Bachar Al Assad est accusé d’avoir laissé Daech s’installer en Syrie. La preuve: depuis 2 ans, il les a rarement affrontés directement et n’a pas bombarder leur centre de commandement à Raqqa
    Leur argent vient:
    -du pillage des banques et des sites archéologiques
    -de la contrebande du pétrole (on précise que la coalition a bombardé plusieurs camions citernes à l’est de la Syrie)
    Ceux qui les combattent en premier lieu:
    -la coalition menée par les USA
    -la minorité de combattants kurdes sur le terrain

    Source: http://lci.tf1.fr/jt-13h/videos/2015/daech-ses-dirigeants-son-fonctionnement-ses-opposants-8685333.html


  20. peyo Le 18 novembre 2015 à 18h52
    Afficher/Masquer

    Merci à ce juge qui fait honneur à la justice de la République. Pujadas n’en revient pas.


  21. Andrae Le 18 novembre 2015 à 18h54
    Afficher/Masquer

    Trevidic, citation du post:

    Côté syrien, la France n’a pas besoin d’un revirement et d’annoncer qu’elle soutient Bachar Al-Assad pour frapper l’OEI.

    Donc il est du coté de Fabius-Hollande, dans le sens de la contradiction générale, maintenant ‘contre’ IS / Daesh (ou autres acronymes) au moins pour le public, car comment faire autrement, et encore et encore, néanmoins, perpetuellement, contre Assad.

    Il ne peut pas admettre que la Syrie est victime d’attaques ‘terroristes’, décimation du pays, instrumentés et payés par les USA, avec l’aide du Royaume-Uni, la France, l’Arabie Saoudite, d’autres, etc. Il ne mentionne pas les USA, mais les sales Islamistes retrogrades, ‘terroristes’ (en fait des serviteurs des US totalement perdus), Arabie Saoudite p. ex.

    Si la Syrie combat, depuis 4 ans, les ‘terroristes’ type IS/Daesh/etc, il est toujours impossible de s’allier avec le Gvmt. qui lutte contre, avec des dizaines, et plus, de milliers de morts.

    Pour le reste son discours c’est les mantras des complices (gauche et droite confondus), presque copiés des Américains après 9/11. Il ne met jamais en cause la narrative centrale, cad. les sanguinaires meurtiers djihadistes, il n’y a aucune analyse, aucune remise en question, et il appuie, tout en disant que c’est ‘dur’ (vu les lois etc., pas de Gitmo chez nous, c’est trop cruel…) la repression, le controle, etc. c’est nécessaire (il ne le dit pas ouvertement) mais difficile en l’occurence.. Et d’ou vient IS/Daesh? Huh? C’est un sujet inabordable.

    Bwwahhh! C’est de l’agiatation media soft, il veut se faire voir, et ca marche.


  22. Bernard Le 18 novembre 2015 à 20h20
    Afficher/Masquer

    Bonsoir à tous,

    Ingénieur Honoraire SNCF, j’ai participé à de nombreuse marches d’essai dans les débuts des années 80, et même un peu avant, pour préparer l’ouverture de la ligne à grande vitesse Paris Lyon qui a eu lieu le 27 septembre1981, si mes souvenirs sont bons.

    J’étais d’ailleurs le chef de bord de l’un des 7 TGV officiels lors de l’inauguration avec le Président Mitterand (le 22/09/1981) et le Transal affrété par Antenne 2 n’a pu suivre le TGV qui allait trop vite.

    J’ai ensuite participé à des marches d’essai à plus de 400 km/h.

    Je n’ai jamais connu ni entendu parler d’un déraillement, ou même d’un incident grave, lors de ces marches d’essai.

    Il me paraît curieux que le premier accident de ce type survienne au lendemain des attentats de Paris.

    On doit être nombreux, au sein des cheminots à se poser cette question, en particulier chez les anciens du matériel roulant ou de la voie et ce, même si la SNCF est en pleine évolution, et pas dans le bon sens.

    Mais y a t il quelque chose qui va dans le bon sens en France…

    Ayant quitté l’hexagone il y a environ 15 ans, je ne suis pas au courant des dernières évolutions de l’enquête mais les dires du conducteur seront confirmés (ou infirmés) par l’examen de la bande graphique.

    Et il faudra peut être en tirer les conclusions qui s’imposent…

    Je me souviens encore de l’époque (vigie-pirate) où nous accompagnions le premier TGV commercial du matin entre Dijon et Paris, lequel TGV commercial avait été précédé par une rame vide de balayage pour être sur qu’aucune bombe n’avait été déposée sur la voie.

    Je peux vous assurer que personne ne brillait dans ce TGV du matin, pas plus le personnel d’accompagnement que les clients.

    Que ce soit entre Paris et Dijon ou entre Paris et Lyon, le long de la LGV, il n’ y aurait rien de plus facile (pour une équipe de spécialistes entrainés et motivés) que de saboter la voie ou de shooter un TGV en ligne, à l’aide d’un MANPAD.

    Espèrons que nos terroristes n’y ont pas pensé…

    Pour revenir aux déraillements, je vous livre ci après un article de presse sur le déraillement du train 53 à Velars sur Ouche, le 23/07/1962.

    Dans les années 70, j’étais instructeur au centre de formation SNCF de Dijon et j’ai eu comme élève le contrôleur du train déraillé, lequel avait d’ailleurs été gravement blessé. Pour lui, comme pour d’autres cheminots, il aurait très bien pu s’agir d’un attentat.

    En effet, ce jour là, le MISTRAL était en retard et le 53 a circulé dans l’horaire du MISTRAL.

    C’est donc le MISTRAL qui aurait du dérailler s’il avait suivi son horaire normal.

    Le MISTRAL, train drapeau de la SNCF était il visé ???

    Ca, on ne le saura jamais !!! comme pour l’accident d’Eckwersheim, je le crains.

    LA CHALEUR est suffocante en ce lundi après-midi de juillet 1962 lorsque le train express 53 en provenance de Paris approche la gare de Dijon-ville. Il doit faire un arrêt de quelques minutes avant de repartir pour Marseille, puis Vintimille en Italie. L’histoire en avait décidé autrement ; l’express 53 ne devait jamais arriver à destination. Il est 15 heures 19 minutes précisément lorsque la locomotive, une 2D2 de 144 tonnes, aborde à près de 140 km/h en voie descendante le viaduc qui enjambe la Combe-de-Fins, proche du petit village de Velars-sur-Ouche. Le second wagon de tête brise alors son attelage et entraîne dans le déraillement, inexorablement, 13 des 19 voitures que compte le convoi. « Le train tangua, j’entendis un craquement puis ce fut la catastrophe », se souvient un rescapé. La voiture numéro 7, une seconde classe bondée de passagers, brise la balustrade du viaduc et s’écrase violemment 50 mètres plus bas dans le ravin. Heureusement, elle n’entraîne aucun autre wagon dans sa chute meurtrière. L’alerte est aussitôt donnée par le chef de train resté lucide. Le plan Orsec est déclenché en moins d’une heure et un hôpital de campagne est organisé sous le viaduc. Personne ne manque à l’appel. La majorité des médecins dijonnais – dans un formidable élan de solidarité – se rendent sur place pour participer au sauvetage. Les pompiers, premiers sur les lieux, sortent difficilement de la voiture maudite ce qu’il reste des passagers. Au milieu du sang, des lambeaux de chair et des amas de tôle, ils sortent miraculeusement un jeune homme indemne, qui sera le seul à avoir cette chance. Au fil des minutes le bilan s’alourdit. 10 morts, 15 morts, 26 morts. Une rumeur circule. Elle court, elle enfle jusqu’au cœur de Dijon : « Le Chanoine Kir était dans le train. Il fait partie des victimes». Rumeur vite démentie. Le Chanoine, effectivement en déplacement à Paris ce jour-là, avait décidé de prendre le train du soir. A Dijon et dans les villages avoisinants, les sirènes des pompiers alertent la population qui ne tarde pas à venir voir ça de plus près, dans une curiosité presque malsaine. Les autorités auront bien du mal à canaliser les badauds qui affluent de toutes parts. En fin d’après-midi, vers 18 heures, tous les corps sont évacués. Il faudra l’intervention de deux grues de 50 tonnes pour évacuer le cercueil de métal. Le bilan est lourd, très lourd : 39 morts et 47 blessés. Une question occupe alors tous les esprits: Que s’est-il passé ?
    A peine le convoi déraillé, les experts de la SNCF se rendent sur place pour déterminer les causes exactes de cette catastrophe ferroviaire, la plus meurtrière depuis 1949. L’ironie du sort veut qu’à 800 mètres de là, 74 ans plus tôt, en 1888, un train avait déjà déraillé dans des circonstances quasi-identiques. L’accident avait fait 9 morts. Plusieurs thèses sont alors évoquées. La vitesse tout d’abord. Etait-elle excessive ? D’après les témoignages recueillis à l’époque, rien ne permet d’affirmer que le conducteur ait roulé à tombeau ouvert. Et puis des tests de vitesse effectués par le passé dans le secteur même de l’accident avaient permis de rouler à près de 180km/h. On parle aussi d’un glissement de terrain. Théorie écartée après que des prélèvements du sol aient été pratiqués. L’erreur humaine, privilégiée un temps, ne semble pas tenir. Quant à l’hypothèse de l’attentat commandité par l’OAS (Organisation armée secrète), elle semble relever du fantasme.. Rapidement, une explication est donnée. Elle sera d’ailleurs retenue dans le rapport d’enquête définitif de la SNCF. D’après les experts, les rails se seraient déformés sous l’effet de la chaleur. Ce que confirme le conducteur de l’express 53 qui dit à l’époque avoir « vu les voies s’écarter à la sortie de la courbe ». Les détracteurs – à l’époque – affirment qu’il est impossible, même au beau milieu du Sahara, que la voie puisse se déformer ainsi sous l’effet de la chaleur, d’autant plus d’ailleurs que les rails incriminés ne souffraient pas d’une exposition, d’un ensoleillement total. L’enquête, malgré tout, en restera là.


  23. gelmad Le 18 novembre 2015 à 20h28
    Afficher/Masquer

    Il faut savoir que les opérations qui se sont déroulé à St Denis ce matin l’ont été dans le cadre de la procédure judiciaire normale sous l’autorité du procureur de Paris, c à d , hors du cadre “état d’urgence”. Même si cette mesure, “d’état d’urgence”, n’avait pas été prise, cette opération aurait eu le même développement avec le même résultat !

    Ce n’est bien évidemment pas le cas de ce qui s’est passé dans le reste de la France qui a été réalisé dans ce cadre “d’état d’urgence”.

    Je pense qu’il est utile de la préciser car les media n’en font pas état !


  24. frenchpaddy Le 19 novembre 2015 à 11h46
    Afficher/Masquer

    Et se faire rémunérer grassement des conférences bidon par le Qatar, vous qualifiez ça comment ?


Charte de modérations des commentaires