Je vous propose aujourd’hui la traduction exclusive d’un document majeur : la dépêche du 13/10 de l’agence de presse chinoise Xinhua traitant des États-Unis. Contrairement aux reprises presse, comme Le Monde ou Les Echos, précisons qu’il ne s’agit nullement “d’une agence de presse”, mais “de l’agence de presse” officielle chinoise. C’est bien un message envoyé directement par le gouvernement chinois.

Pékin, 13/10/2013 (Xinhua) — Alors que les hommes politiques américains échouent à trouver un accord viable pour refaire fonctionner normalement les institutions politiques dont ils sont si fiers, c’est peut-être le bon moment pour une planète abasourdie de commencer à envisager la construction d’un monde désaméricanisé.

Ayant émergé de la Seconde Guerre Mondiale en tant que nation la plus puissante au monde, les États-Unis n’ont depuis eu de cesse que de bâtir un empire mondial en imposant leur ordre mondial, alimentant la croissance en Europe et encourageant des changements de régimes dans des pays qu’ils considéraient comme inamicaux.

Avec leur puissance économique et militaire apparemment inégalée, les États-Unis ont déclaré qu’ils avaient des intérêts nationaux vitaux à protéger dans presque tous les coins du globe, et se sont habitués à s’ingérer dans les affaires d’autres pays et régions bien loin de leurs rivages.

Alors que le gouvernement américain s’échine à vouloir faire croire au monde qu’il est le champion de la morale, il s’autorise secrètement des pratiques aussi audacieuses que torturer des prisonniers de guerre, cibler des civils lors d’attaques de drones et espionner les leaders politiques et économiques mondiaux.

Sous le régime de ce qu’on appelle la “Pax Americana”, nous n’arrivons pas à forger un monde où les Etats-Unis aideraient à désamorcer la violence et les conflits, à réduire la pauvreté et les déplacements de population et apporteraient une paix réelle et durable.

En outre, au lieu d’honorer avec responsabilité ses devoirs de leader mondial, Washington, avec en tête ses propres intérêts, a abusé de son statut de superpuissance et a accru le chaos dans le monde en transférant à l’étranger les risques de son système financier, “en attisant les tensions régionales dans des différends territoriaux et en menant des guerres injustifiées sous des prétextes fallacieux basés sur des mensonges éhontés.

Le résultat est que le monde est encore en train de chercher comment s’extirper d’un désastre économique dû à la voracité des élites de Wall Street, alors que les meurtres et les bombes sont le quotidien du peuple irakien des années après que Washington se soit vanté de l’avoir libéré du joug d’un tyran.

Plus récemment, le blocage qui paralyse de façon cyclique à Washington tout accord bipartisan sur le budget fédéral et le relèvement du plafond de la dette menace de nouveau les importantes réserves en dollars de nombreux pays et angoisse fortement la communauté internationale.

Il faut mettre un terme à de tels périodes d’inquiétude, où les destinées d’autres pays se trouvent dans les mains d’une nation hypocrite, et un nouvel ordre mondial doit être mis en place, dans lequel toutes les nations, pauvres ou riches, petites ou grandes, verront leurs intérêts vitaux respectés et protégés sur un pied d’égalité.

Dans ce but, plusieurs pierres angulaires doivent être posées pour construire ce monde désaméricanisé.

Pour commencer, toutes les nations doivent se plier aux principes de base du Droit international, ce qui implique de respecter la souveraineté des pays et de cesser de se mêler des affaires intérieures des autres.

En outre, l’autorité de l’Organisation des Nations Unies dans le traitement des points chauds mondiaux doit être reconnue. Cela signifie qu’aucun pays n’a le droit de mener toute forme d’action militaire contre les autres sans mandat de l’ONU.

En dehors de cela, le système financier mondial doit également adopter certaines réformes importantes.

Les économies de marché des pays émergents et des pays en développement ont besoin de faire entendre leur voix dans les institutions financières internationales, ce qui inclut la Banque mondiale et le Fond Monétaire International, de façon à mieux refléter les transformations du paysage économique et politique mondial.

Ce qui induit une réforme-clé : la mise en place d’une nouvelle monnaie de réserve internationale, qui doit être créée pour remplacer le dollar américain, afin que la communauté internationale puisse définitivement se tenir à l’écart des retombées de l’agitation croissante de la politique intérieure des États-Unis.

Bien entendu, le but de ces changements n’est pas de d’écarter complètement les États-Unis – ce qui serait d’ailleurs impossible -, mais plutôt d’encourager Washington à jouer un rôle bien plus constructif dans les affaires mondiales.

Et parmi toutes les options, nous suggérons que les élus américains commencent en premier lieu à sortir de cette pernicieuse impasse.

Liu Chang, agence Xinhua

P.S. : voici le nombre mensuel de morts en Irak…

En ce moment en Irak, c’est donc l’équivalent d’un “11 septembre” tous les mois…

103 réponses à [Traduction exclusive] L’échec fiscal des USA justifie un monde désaméricanisé

  1. Achille Tendon Le 22 octobre 2013 à 06h17
    Afficher/Masquer

    Et au niveau de l’apport constructif dans le concert des Nations, les Etats-Unis feraient bien de revoir leur stratégie au plan financier et cesser d’imposer leur diktat par organisations parasites interposées:

    http://tinyurl.com/nz8f7aj

    Et se conformer aux standards préconisés en la matière !!!


  2. Yves Le 22 octobre 2013 à 07h27
    Afficher/Masquer

    s’il s’agit de remplacer un leadreship par un autre leadership, quel intéret?


    • jard Le 22 octobre 2013 à 09h35
      Afficher/Masquer

      Eh bien, s’y préparer! Nous sommes un peuple tellement stupide que nous nous sommes soumis aux USA, puissance en affaiblissement.


    • François78 Le 22 octobre 2013 à 09h42
      Afficher/Masquer

      “s’il s’agit de remplacer un leadreship par un autre leadership, quel intéret?” ???

      C’est le contraire qui est dit, je cite.

      Droit international, souveraineté, ONU, participation (droits de vote) à la banque mondiale, au FMI, communauté internationale …

      Pour comprendre un texte, n’hésitez pas à le lire et le relire, un fois, deux fois, trois fois … (ou plus, il ne faut pas désespérer).

      S’il est vrai comme on l’entend partout que la chine veut à jute titre réduire le rôle du Dollar, on peut être sûr que contrarement à la rumeur, elle ne se voit pas assumer seule le poids de la gestion d’une monnaie de réserve.


      • Yves Le 22 octobre 2013 à 18h46
        Afficher/Masquer

        Qui dit que je n’ai pas lu le texte? Sauf qu’il me semble que l’on n’est pas obligé de croire ce qui est écrit. Et il me semble que dans la réalité, la Chine cherche l’hégémonie (ex. : production des terres rares, achat de terres arables partout dans le monde, …).
        Donc, il me semble utile de se poser des questions sur les arrières pensées de ce texte.


        • dupontg Le 23 octobre 2013 à 05h44
          Afficher/Masquer

          en ce qui concerne les terres rares et le pseudo monopole de la chine ,il y a eu un excellent article d’arte ce WE sur fortune à lire…
          Ca permet de mieux comprendre la propagande ambiante.
          Les terres rares ne sont pas rares et il y en a partout dans le monde…Mais c’est tres polluant et on prefere laisser la chine se salir en esperant que les manip du marché permettront d’en acheter pour pas cher…

          Quant aux achats de terres arables…..
          On ne peut acheter que ce qui est à vendre..
          Le probleme ne vient peut etre pas de la Chine mais plutot des lois locales qui autorisent ce genre d’actions..


          • yvan Le 25 octobre 2013 à 15h06
            Afficher/Masquer

            Hhmm… A priori, personne ne comprend trop bien ce qui se passe en Chine.

            Déjà, pour rappel :
            – en début 2009, les US ont été obligés de calmer les dirigeants chinois en menaçant de révéler les montants de leurs comptes off-shore.
            En effet, la Chine, vu la cata ambiante du secteur bancaire, expliquait judicieusement que le multilatéralisme était la seule solution pour éviter, à l’avenir, ce genre de situation.
            Bien entendu, le multilatéralisme est un mot banni du dico hégémonique US.
            – de façon plus générale, les dirigeants “communistes” chinois ont PROMIS à leur peuple que tous vivraient communément comme des ricains s’ils bossaient dur.
            Et comme TOUS les pays en 2009-2010, ils ont fortement relevé le niveau de leurs troupes de “sécurité intérieure”, tout simplement en constatant que la crise allait saigner les peuples.

            Là, il est clair que l’ensemble des dirigeants de la planète a maintenant peur des réactions populaires, et cela est logique. Sauf que dans le cas de la Chine, il n’y aura PAS moyen de réprimer plus, car c’est déjà le cas, puis, les dirigeants chinois COMPTENT sur les dirigeants ricains pour essayer de continuer le statut-quo le plus longtemps possible. (ça LEUR rapporte)
            Soit, cet article de l’organe du parti n’est en réalité qu’une vaste propagande destinée à donner le change.
            Rien de plus.


      • HM Le 23 octobre 2013 à 02h54
        Afficher/Masquer

        Avec le recul américain en Syrie face à Poutine et la non exploitation de cette fenêtre de tir pour attaquer l’Iran, le constat est amer pour Israël. Car ce conflit aurait pu aboutir à l’éclatement de la Syrie en ses régions d’origine 1920-24 ( les sandjaks de Damas et d’Alep, l’État alaouite, l’État du djebel druze et le sandjak turque d’Alexandrette ). Il aurait pu régler la question iranienne, la question du gazoduc Qatari et celle du Léviathan. Il va falloir désormais compter avec l’axe Chine Russie Iran Irak Syrie Liban et avec l’Organisation de Shanghai ! Dur Dur pour l’Occident car Moscou en a profité pour déverser des armements sophistiqués ( dont les fameux S300 destinés à interdire l’espace aérien ) !


    • jducac Le 22 octobre 2013 à 11h24
      Afficher/Masquer

      @ Yves Le 22 octobre 2013 à 07h27

      S’il s’agit de remplacer un leadership par un autre leadership, quel intéret?

      Parce que le monde évolue du fait de la compétition qui existe depuis toujours, y compris entre les leaders ; l’élimination se faisant en général parmi ceux qui se traînent en queue de peloton.

      C’est très difficile de se maintenir à une place leader de premier rang. Surtout que la position de leader peut amener à se laisser vivre pour jouir des avantages que procure cette situation privilégiée. C’est cet abus de position dominante qui autorise l’ascension de ceux qui, en étant au second rang, arrivent à se hisser au premier. Ils y arrivent en poursuivant leurs efforts de progression vers plus d’efficacité, souvent obtenue par plus de travail intelligent et moins de consommation stupide.

      Certes on peut, comme dans l’éducation nationale en France, prôner pendant un certain temps, le nivellement par le bas et tenter de gommer l’existence de leaders quitte à entraîner l’ensemble des élèves vers la queue de peloton dans le classement Pisa. A force de ne pas inciter à son propre dépassement par le travail, afin de ne pas dépasser les autres, on finit par gagner…. sa mise au chômage.

      http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2013/10/21/10001-20131021ARTFIG00501-le-bilan-mitige-des-classes-sans-note.php

      Les régimes socialo communistes en prônant l’égalitarisme à grande échelle, sur une longue période, ce qui a conduit à des millions de morts en ex URSS en Europe de l’Est, en Chine et ailleurs, ont fini par se trouver déclassés et en retard d’évolution par rapport à leurs concurrents idéologiques. Tirant les leçons de leurs erreurs, ils ont pragmatiquement changé leur doctrine en adoptant celle mise en application par l’Occident pour mieux être en mesure de le dépasser et se placer à leur tour, en position de leaders potentiels.

      La question est de savoir bien choisir celui qui, placé en tête, offre le meilleur profil d’entraîneur pour que ceux qui le suivent ne se retrouvent pas dans le lot des relégables, des déclassés, des éliminés.


      • Christophe Vieren Le 22 octobre 2013 à 20h31
        Afficher/Masquer

        Sauriez-vous imaginer d’autres voies que le néolibéralisme et le soviétisme ?
        Suggestion : ne cherchez pas dans le Figaro (= Socpresse = Dassault), le néolibéralisme lui convient.


      • Christophe Vieren Le 22 octobre 2013 à 20h34
        Afficher/Masquer

        @jducac : entre le néolibéralisme et le soviétisme, ce serait donc le néant ?
        Ne cherchez pas dans le Figaro (= socpresse = Dassault) la réponse. Pour le Figaro la réponse est évidemment OUI. Cherchez plutôt dans la presse alternative et les libres penseurs.


      • MarcDS Le 23 octobre 2013 à 13h05
        Afficher/Masquer

        Sauf que prendre comme référence le classement Pisa, c’est encore une fois utiliser les critères du Marché pour évaluer l’éducation…


        • Wilmotte Karim Le 02 novembre 2013 à 19h53
          Afficher/Masquer

          La Finlande y est “bien classée”.
          La Finlande s’est inspirée de la RDA et a mis en place un enseignement ultra-égalitaire.

          Le marché valide l’égalité! 😉


  3. Galuel Le 22 octobre 2013 à 08h10
    Afficher/Masquer

    Ce qui est vrai entre les pays est vrai à plus forte raison entre les individus.

    Si les pays ont compris qu’il était néfaste d’être inféodé à une monnaie avec un centre d’émission arbitraire et illégitime, comment les individus eux-mêmes ne le comprendraient-ils pas ?

    Des hommes voulant se libérer de tout système monétaire où la monnaie serait émise par certains individus, certains groupements d’individus, à l’avantage des uns et au détriment des autres, peuvent adopter une monnaie dont l’émission ne se fait que sur la base des individus eux-mêmes, une monnaie fondée sur un Revenu de Base inconditionnel comme crédit mutuel symétrique entre-eux. http://www.creationmonetaire.info/2013/06/definition-dune-monnaie-libre.html


  4. Jacques Coeur Le 22 octobre 2013 à 09h16
    Afficher/Masquer

    Ce serait bien d’avoir le nom des personnes qui ont contribué à l’article. D’une part, parce que la qualité du blog, si elle avant tout le résultat de l’intense activité d’Olivier, est aussi le fait d’un gros travail collaboratif. D’autre part, parce qu’il peut être satisfaisant pour ces personnes de voir leurs efforts reconnus. Enfin, parce que cet aspect de collaboration et d’entraide est, me semble-t-il, une valeur défendue par le site.


    • Christophe Vieren Le 22 octobre 2013 à 20h35
      Afficher/Masquer

      J’approuve


      • Surya Le 22 octobre 2013 à 23h36
        Afficher/Masquer

        Je crois que le “propriétaire” du blog a dû sous traiter la gestion de celui-ci depuis longtemps 😉


  5. Clive Le 22 octobre 2013 à 09h50
    Afficher/Masquer

    Les discours… Celui de Sarkozy à Toulon, de Hollande au Bourget, Obama, et donc la Chine et le FMI etc…
    Les oligarchies savent ce qu’elles construisent et ont les moyens de savoir les discours qu’il faut tenir, alors de temps en temps on avance un pion verbal, mais aucun de ces discours n’est suivi d’effets, car les agendas sont autres…
    Pendant que Valls fait semblant de découvrir l’espionnage d’ampleur, la Chine fait pire que les USA en Afrique…


    • step Le 22 octobre 2013 à 10h05
      Afficher/Masquer

      tout à fait … mais dans le discours verbal, qui est le témoin des rapports de force géopolitique, la chine vient de mettre les US mat.


      • Clive Le 22 octobre 2013 à 11h21
        Afficher/Masquer

        Nooope…
        Juste un pion
        Les US vont créer une 2e dame et un 3e fou, qu’ils placeront ou bon leur semble…
        Et la Chine va découper une tour en 4 pour en faire 4…


        • step Le 22 octobre 2013 à 13h12
          Afficher/Masquer

          votre jeu d’échec a l’air plus marrant que le mien !


  6. toto Le 22 octobre 2013 à 10h12
    Afficher/Masquer

    Attention, il ne faut pas non plus faire croire que c’est un evenement sans precedent de la part de la Chine.
    Des depeches de ce type ont déja ete emise dans le passé, par le meme auteur d’ailleurs.
    Il est intéréssant de voir en revanche que la traduction de la dépeche du 13/10/2013 ne figure a priori pas sur le site franco-canadien de Xinhua

    french.news.cn/monde/2012-09/13/c_131848870

    Les politiciens américains doivent cesser leurs ingérences contreproductives(COMMENTAIRE)
    Publié le 2012-09-13 18:38:32 | French. News. Cn Taille du texte

    Par Liu Chang

    BEIJING, 13 septembre (Xinhua) — En fermant les yeux sur les actions irresponsables et provocatrices du Japon qui cherche à “acheter” les îles chinoises Diaoyu, certains législateurs américains ont accusé effrontément la Chine d’avoir attisé les tensions dans la région.

    Mercredi, la présidente du Comité des affaires étrangères de la Chambre des représentants, Ileana Ros-Lehtinen (républicaine), a montré la Chine du doigt sans fondement, en affirmant que la Chine était une “brute de cours d’école” à l’égard de ses voisins maritimes et cherchait à dominer la région.

    Non seulement de tels propos n’apporteront-ils rien de bon aux relations déjà tendues entre Beijing et Tokyo, mais ils encourageront le gouvernement japonais et d’autres pays de la région ayant des différends maritimes avec la Chine à prendre davantage de mesures susceptibles de nuire à la stabilité et à la paix dans la région de l’Asie-Pacifique.

    Les Philippines ont rebaptisé unilatéralement mercredi une partie de la mer de Chine méridionale, en la nommant “mer des Philippines de l’Ouest”, qui comprend des eaux entourant quelques îles chinoises, ce qui constitue une grave violation de la souveraineté de la Chine.

    En fait, il ne serait pas nécessaire d’utiliser des technologies complexes pour déterminer quel pays est à la fois juste et raisonnable dans ces différends territoriaux régionaux. Il existe beaucoup de textes et documents historiques qui peuvent prouver de manière efficace que ces îles et eaux appartiennent à la Chine.

    Par conséquent, la seule raison pour laquelle une poignée de politiciens américains demeurent opposés à la propriété légitime de la Chine sur ces îlots est qu’ils choisissent délibérément de le faire.

    En fait, depuis le démantèlement de l’Union soviétique, Washington considère la Chine comme un compétiteur potentiel pour ses soi-disant intérêts stratégiques et à son “leadership” autoproclamé dans la région de l’Asie-Pacifique.

    Cependant, inquiets par l’émergence rapide de la Chine sur la scène internationale, les Etats-Unis veulent encore obtenir une part importante du marché élargi et lucratif de la Chine, au profit de leurs entreprises.

    La Chine pourra certainement voir à travers les calculs de Washington, et une telle politique à deux volets de confinement et d’engagement à l’égard de la Chine ne pourrait jamais assurer des relations sino-américaines stables et constructives.

    De plus, depuis des générations, certains politiciens américains essaient de se faire du capital politique en attaquant la Chine.

    La Chine a fait savoir au monde entier qu’elle ne recherchait pas l’hégémonie régionale. Elle se concentre sur le développement de son économie et sur l’amélioration des conditions de vie de son peuple. Par conséquent, la Chine n’a aucune raison de saper la stabilité de la région.

    Parallèlement, résoudre les différends maritimes dans la région à travers des pourparlers bilatéraux constitue une politique ferme que la Chine pratique depuis longtemps.

    Néanmoins, cela ne signifie pas que la Chine tolère toute offense étrangère en ce qui concerne sa souveraineté. La Chine a la volonté et la capacité de préserver son intégrité territoriale.

    Les politiciens américains devraient s’abstenir de faire des remarques irresponsables qui ne serviraient à rien, sauf à attiser les tensions. Washington doit répondre à l’appel de la Chine pour jouer un rôle constructif dans la région de l’Asie-Pacifique.


  7. Nanker Le 22 octobre 2013 à 10h19
    Afficher/Masquer

    Depuis les années 80 les USA ne sont plus qu’un vampire qui suce la substance vitale des autres pays. Les dirigeants étrangers (France Allemagne entre autres) s’en sont accommodé car le gigantesque déficit commercial US représentait pour eux des emplois et des exportations.

    Mais aujourd’hui le Roi ricain est nu est apparaît pour ce qu’il est : une grosse tumeur politique et économique qui handicape l’évolution naturelle du monde et l’équilibre des rapports de force.

    Le vampire a encore une carte dans son jeu : se refaire une santé (provisoire?) en allant sucer le sang des Européens, par l’intermédiaire du traité US/EU négocié secrètement depuis plusieurs années.
    Si nous laissons Barroso et M. Schutz signer ce diktat nous sommes MORTS!


    • Baton Le 22 octobre 2013 à 11h18
      Afficher/Masquer

      “Si nous laissons Barroso et M. Schutz signer ce diktat nous sommes MORTS!”

      Exact! Il serai intéressant de voir quelques articles a ce sujet sur le blog. Car le “Grand marché transatlantique” n’est pas médiatisé alors qu’il grave dans le marbre l’alliance UE/USA sans concertation des peuples qui y seraient, sans nul doute, totalement opposé.


      • Paul Pote Le 25 octobre 2013 à 17h55
        Afficher/Masquer

        Ne vous inquiétez pas: on nous consultera sûrement par référendum 😉


    • MarcDS Le 23 octobre 2013 à 13h13
      Afficher/Masquer
  8. raloul Le 22 octobre 2013 à 11h18
    Afficher/Masquer

    Bonjour!

    Oui il est temps de songer à proposer et baser les politiques européennes une autre vision du monde que l’impérialisme états-unien et la vassalisation que celui-ci implique.
    C’est un ultimatum que nous devons poser à nos “zélites”: changer de paradigmes ou disparaître, car seuls les plus malins qui proposeront une telle vision auront une chance de se faire élire dans quelques années. A moins que le système de propagande européen ne bascule dans la violence institutionnelle généralisée, telle qu’on a pu la voir à l’oeuvre en Grèce lorsque le peuple grec a voulu prendre littéralement d’assaut le parlement. Ou à moins que l’endoctrinement soit tel que, même lorsque le krach obligataire états-uniens aura lieu, la majorité de la population européenne ou du moins ses “représentants” préfère sauver “l’ami américain” plutôt que ses propres fesses…

    Au-delà de l’épiphénomène des surveillances éléctroniques des U.S.A., cette question soulevée par l’agence Xinhua mérite enfin d’être empoignée par nos poules mouillées de politiques:
    “Alors que le gouvernement américain s’échine à vouloir faire croire au monde qu’il est le champion de la morale, il s’autorise secrètement des pratiques aussi audacieuses que torturer des prisonniers de guerre, cibler des civils lors d’attaques de drones et espionner les leaders politiques et économiques mondiaux.”

    Car c’est un mensonge massif totalement hallucinant, une propagande digne du pire doubletalk orwellien, qui sert de discours public à la politique étrangère américaine depuis 1945. L’anéantissement du Sud-Vietnam, le génocide du peuple vietnamien et l’usage d’armes chimiques dans des proportions ignobles? C’est selon le gouvernement U.S. pour apporter la liberté, la démocratie, lutter contre le communisme, blabla…
    Ce seul exemple devrait suffire pour que les U.S.A. soient condamnés internationalement pour crimes de guerre, génocide, et d’autres violations manifestes de toutes les lois et conventions en temps de guerre.
    Cet exemple affreux n’est malheureusement pas un cas isolé, très loin de là. Il faudra bien qu’un jour les U.S.A. rendent des comptes, et osent examiner lucidement leur histoire récente, qui est une succession d’agressions militaires et de manoeuvres de domination plus ou moins discrètes et réussies du reste du monde.

    Quand on est conscient de ce contexte et ce double langage, le récent dossier syrien montre à quel point nous devons regretter d’avoir des gouvernants aussi minables, veules, et totalement indignes de la fonction, sans plus aucune valeur crédible, sans discours construit autre que la prose de toutous fanatisés.

    Au moins, en France vous avez eu De Gaulle… A quand à nouveau une personnalité susceptible d’élaborer un discours alternatif, crédible, non manichéen, qui ait enfin une vision globale, qui propose une réelle représentation des intérêts de la majorité de la population?


  9. Jean Robin Le 22 octobre 2013 à 11h41
    Afficher/Masquer

    J’avoue que parler monnaie et quantité de monnaie m’ennuie. Ce qui m’intéresse c’est la quantité de richesse créée et la méthode de répartition de cette richesse. Les chinois se plaignent d’avoir des dollars dont la valeur risque de périmer ? On leur a mis un revolver sur la tempe pour les acheter? non!

    Seul le mode de répartition du gâteau, qui entraine une surraccumulation et une concentration des richesses est l’origine du problème.
    Pour ma part mon regard est tourné vers ces confiscateurs oisifs, qu’ils soient américains ou chinois et que l’on nomme rentier. Cette minorité d’accumulateurs compulsifs qui agrandissent sans limite leur patrimoine privé en privant une immense majorité.
    Je me fous de l’ONU du FMI de la Banque mondiale et de M3. Je me concentre sur les alternatives de fonctionnement de ce moteur de l’économie, petit moyen ou grand, qu’est l’entreprise. Car c’est bien en son sein que se décide le partage. La société anonyme est une relique barbare.


    • Sapir y'a pas pire Le 22 octobre 2013 à 12h18
      Afficher/Masquer

      Les “confiscateurs oisifs” ? Vous voulez dire par exemple les méga fonds de pension publics et autres fonds souverains géants japonais, norvégiens, hollandais, américains, chinois, etc, qui gèrent et font gérer leurs dizaines de milliers de milliards de dollars de réserves où et comme bon leur semble autour de la planète, j’imagine ? La RENTE majuscule en somme. Plus anonyme y’a pas.


      • bizbee Le 22 octobre 2013 à 12h32
        Afficher/Masquer

        D’accord, sauf qu’entre “oisifs” et “fond de pension”, on doit pouvoir tracé une limite entre un capital fruit d’activités passées (capital partagé) et la rente purement financière sur ce capital…

        Deutéronome 23:18
        ” 19 Tu ne prêteras point à intérêt à ton frère, ni de l’argent, ni des vivres, ni quoi que ce soit qu’on prête à intérêt.
        20 Tu pourras prêter à intérêt à l’étranger, mais tu ne prêteras point à intérêt à ton frère; afin que l’Éternel ton Dieu te bénisse en toute chose à laquelle tu mettras la main, dans le pays où tu vas entrer pour le posséder. ”

        Ou quand la fraternité s’arrête à la frontières des nations…


        • step Le 22 octobre 2013 à 13h15
          Afficher/Masquer

          l’étranger peut aussi être “celui que l’on ne connait pas”. En gros si tu as confiance (ta famille, en principe) tu prête à taux 0 (normal, pas de prime de risque et le deutéronome ne s’est peut être pas penché sur l’inflation), mais si tu connais pas, tu as le droit d’être méfiant et de t’assurer contre le risque de non remboursement par l’intérêt.


          • bizbee Le 22 octobre 2013 à 13h51
            Afficher/Masquer

            oui step,
            en fait je reprenais l’ex des fonds de pensions; de manière générale, tout capital mutualisé (souvent à l’échelle national) dont les gestionnaires spéculent.
            C’est le cas de tout “bien public”. Ce qui fait qd mm bcp (cf dettes)… et à une échelle plus large que la famille et les proches.


        • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 14h33
          Afficher/Masquer

          Bonjour bizbee,
          notez bien : souverain et pension
          C’est équitable, non ?
          ps : step, avez-vous une idée d’où viendrait les 90% d’une inflation….


          • bizbee Le 22 octobre 2013 à 14h37
            Afficher/Masquer

            Bonjour Olivier,

            tu peux développer?


          • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 15h24
            Afficher/Masquer

            “on doit pouvoir tracé une limite entre un capital fruit d’activités passées (capital partagé) et la rente purement financière sur ce capital”, vous avez très bien résumé.
            Parce qu’il ne faut en effet ne pas confondre le départ et la destination sans prendre le bon chemin, comme vous le soulignez. Quelques fois, il y a des pertes en cours de route qui sont ni souveraines, ni pensionnées. 🙂 C’était un clin d’oeil amical.
            ps : je ne peux pas mieux faire, et il faut que j’évite les polémiques trop longues (car en effet, inutiles, mal comprises et parfois sans doute agaçantes). Votre post était donc approprié en la circonstance.


          • bizbee Le 22 octobre 2013 à 17h26
            Afficher/Masquer

            y a pas de soucis, c’est juste que je n’arrive pas toujours à vous suivre… 😉
            Votre pensée est parfois trop méandrique pour moi…


    • jducac Le 22 octobre 2013 à 14h06
      Afficher/Masquer

      @ Jean Robin Le 22 octobre 2013 à 11h41

      Je me fous de l’ONU du FMI de la Banque mondiale et de M3. Je me concentre sur les alternatives de fonctionnement de ce moteur de l’économie, petit moyen ou grand, qu’est l’entreprise.

      Je vous approuve dans l’intérêt que vous portez à l’entreprise. On a beaucoup trop, notamment en France, négligé de mettre en valeur les bienfaits de l’entreprise en tant qu’entité de production de richesse, fruit d’une mise en action conjointe du capital, du travail, et de l’esprit d’entreprise.

      Hélas, par suite de l’idéologie portée par Marx il y a un siècle et demi, laquelle à été surtout diffusée par la voie des syndicats de travailleurs et par les agents de l’éducation nationale (se pensant hors d’entreprise), principalement depuis qu’on a conduit de plus en plus de jeunes gens de classes modestes à faire des études en philosophie et en sciences économiques et sociales, tout a été fait pour dénigrer les bienfaits du capital (capitaliste) et de l’entrepreneur (chef d’entreprise=patron) et le travail en entreprise.

      C’est tellement vrai que notre nouveau gouvernement, surtout constitué d’éléments n’ayant pas connu l’entreprise, s’est décrédibilisé en début d’exercice en s’en prenant abusivement au monde de la finance (capital) et a celui des chefs d’entreprise (Mittal, Peugeot etc…)

      Mais l’entreprise n’est qu’une structure de coopération parmi beaucoup d’autres, plus grandes, dans lesquelles elles sont incluses au sein de territoires plus ou moins vastes au niveau local, régional, national, mondial. Ces « grandes entreprises » que l’on ne nomme pas ainsi sont plus ou moins performantes selon le souci qu’elles portent à favoriser la collaboration harmonieuse entre les trois entités complémentaires que sont le capital, le travail et l’esprit d’entreprise.

      En sus de ces structures de tailles diverses, les entreprises se forment à partir des individus, lesquels sont en eux-mêmes de petites structures se constituant grâce à un capital génétique, plus ou moins travailleur et plus ou moins animé par un esprit d’entreprise, laissant à chacun la responsabilité de vivre et se développer plus ou moins, en exploitant ses propres possibilités d’échange avec son environnement, quitte à changer environnement, ce que font de plus en plus de jeunes Français.

      C’est simple, tout est dans tout et réciproquement. L’entreprise constitue un bon modèle du vivant.


      • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 20h49
        Afficher/Masquer

        Bonsoir jducac,
        Diviser pour mieux régner ! Avez-vous été déjà propriétaire de votre propre entreprise pour oser affirmer ceci ?
        En réponse à : “de plus en plus de jeunes gens de classes modestes à faire des études en philosophie et en sciences économiques et sociales, tout a été fait pour dénigrer les bienfaits du capital (capitaliste) et de l’entrepreneur (chef d’entreprise=patron) et le travail en entreprise.” C’est une attaque indirecte et à la hauteur de votre personne. Vous n’étiez pas obligé mais vous jubilez gratuitement.. Je vais devoir amortir, contrôler et faire preuve de compassion. Votre gentillesse vous honore.
        Un entrepreneur ne peut-il pas faire parti aujourd’hui des classes modestes ? Vous n’avez aucune une expérience de l’entreprise personnelle ! Par contre de dirigeant d’un groupe….
        Enfin, vous allez faire rire les agents secrets des services de l’enseignement !
        Vous parlez de quels types d’entreprises ou d’enseignements lorsque vous prenez position ?


        • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 20h55
          Afficher/Masquer

          C’est vrai que le capital a toujours été mis à mal !
          Par contre, l’humain, non ?
          ps : pour le précédent post, ce fut pour ma part un choix et non une contrainte (mais ils n’ont pas tous cette chance). Lorsque l’on ouvre les yeux…


  10. Lisztfr Le 22 octobre 2013 à 13h20
    Afficher/Masquer

    La plus veille civilisation du monde n’est pas plus maline que la plus récente, c’est tout. Rien à dire sur cette dictature, ni sur ce texte de propagande qui ne se réclame du droit international que pour faire valoir ses propres intérêts, tout en opprimant ses minorités. La même chose vaut pour l’ami Poutine.


  11. Patrick Luder Le 22 octobre 2013 à 13h25
    Afficher/Masquer

    Attention : Presse chinoise = manipulation de l’opinion publique!

    Attention : le taux de change artificiel dont bénéficie la Chine provient d’une bonne part des bons du trésor américain, acheté avec un Yuan imprimé gratuitement et utilisé en $$$ pour acheter énergies et matières premières, d’abord en directe puis à contrats à terme (conditions d’achats sur 10 ou 20 ans). Si la Chine se désintéresse soudainement de cette filière gratuite pour faire ses emplettes , c’est qu’elle sent bien qu’il n’y a bientôt plus rien encore à acheter.

    Attention : N’oubliez pas que les Chinois sont les plus grands commerçants de tous les temps, que la politique et les jeux de pouvoir ne les intéresse pas outre mesure que de faire de bonnes affaires …

    La Chine à l’ambition de restaurer la grandeur de son peuple (sic), soit monter en puissance économique quasiment au niveau occidental …


    • bizbee Le 22 octobre 2013 à 13h55
      Afficher/Masquer

      On pourrait croire à la sincérité du texte, jusqu’à une contradiction évidente:

      “toutes les nations doivent se plier aux principes de base du Droit international, ce qui implique de respecter la souveraineté des pays et de cesser de se mêler des affaires intérieures des autres.”

      Donc le droit international, pour les chinois, c’est chacun fait comme il l’entend… Ben dans ce cas c’est bien ce que fond les US, et ce que feront les chinois…


    • jducac Le 22 octobre 2013 à 15h52
      Afficher/Masquer

      @ Patrick Luder Le 22 octobre 2013 à 13h25

      La Chine à l’ambition de restaurer la grandeur de son peuple (sic), soit monter en puissance économique quasiment au niveau occidental …

      Dans un monde où l’on prône la liberté, est-ce illégitime que le pays le plus peuplé de la planète ambitionne de restaurer la grandeur de son peuple, lequel a beaucoup apporté au reste de l’humanité avant de se mettre en retrait pendant plusieurs siècles ?

      http://chine-imperiale.blogspot.fr/2013/01/les-grandes-inventions-sous-les.html

      Chacun n’est-il pas libre de fixer son niveau d’ambition, surtout que sa puissance économique n’est acquise que grâce au travail de son peuple qui, pour enrichir et faire progresser son pays consent à travailler plus et à consommer moins que ceux qui voudraient lui donner des leçons ?

      http://www.le-cartographe.net/index.php/dossiers-carto/asie/92-chine-politique-dexpansion-agricole-a-letranger

      Grâce au travail de son peuple la Chine achète ou loue aussi des terres en Afrique pour lui permettre de se nourrir. Cela peut choquer. Mais est-ce plus mal que ce qu’ont fait les USA en achetant la Louisiane à la France et d’autres territoires au Mexique ?

      Ce que possède la Chine et les Chinois y compris certains grands vignobles en France et peut être bientôt, une partie de Peugeot, n’a pas été volé ni conquis par la violence.


      • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 16h10
        Afficher/Masquer

        Bonjour jducac,
        “….les USA en achetant la Louisiane à la France…”, hep là ! Ils n’ont pas acheté dans le but de…
        La France l’a vendu pour obtenir de l’or, nuance. Et savez-vous à quoi celui-ci pouvait-il servir ? Quel était l’objectif ? Envahir la GB, certainement pas ! C’est l’histoire de la guerre napoléonienne et de la France mais surtout l’histoire de la dette particulière (devenue par miracle légitime)….D’ailleurs presque 50 ans plus tard, les US ont eu le même problème face aux anglais.
        Oui, en matière de dettes, il y a le général et le particulier.
        ps : je ne rentrerai pas dans le débat, ni les détails (un bon livre d’histoire pourrait faire l’affaire), je recadre juste le contexte. C’est vrai que l’histoire a une fâcheuse tendance à être raconter par les vainqueurs.


        • jducac Le 22 octobre 2013 à 16h35
          Afficher/Masquer

          @ olivier69 Le 22 octobre 2013 à 16h10

          C’est l’histoire de la guerre napoléonienne et de la France mais surtout l’histoire de la dette particulière (devenue par miracle légitime)….

          Bonjour et merci pour cette info ! Pour ne pas rester dans les généralités, avez-vous un ou des noms ?


          • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 18h28
            Afficher/Masquer

            « Il n’y a qu’un seul pouvoir en Europe, il se nomme….. »
            Sinon, le « colonial scrip » pourrait ressembler à une image de dette générale.
            Fin de la conversation.


        • Grub Le 22 octobre 2013 à 17h51
          Afficher/Masquer

          Vendre la Louisiane n’était pas une si mauvaise idée géopolitiquement parlant. Nul doute que les USA auraient acquis ce territoire d’une manière ou d’une autre.

          Cela fait de la France, il me semble, le seul pays d’importance a n’avoir pas été en guerre contre les États-Unis si l’on excepte l’opération Torch en Afrique du nord contre les forces de Vichy.
          A vérifier 🙂


      • Yves Le 22 octobre 2013 à 18h55
        Afficher/Masquer

        Au XIXe, l’Europe (surtout l’Angleterre) a “conquis” la Chine en l’inondant d’opium. Au XXIe, la Chine “conquiert” l’occident en l’inondant d’IPad, … Dans les deux cas de figures, je crains que les peuples conquis, ne cultivent un ressentiment éternel. Cà risque de ne pas faire avancer la civilisation…


    • Achille Tendon Le 22 octobre 2013 à 19h40
      Afficher/Masquer

      Relisez Sun Tzu et vous verrez que les CHYnois sont d’abord des guerriers, même en affaires !!!


      • Quintus Le 22 octobre 2013 à 19h53
        Afficher/Masquer

        Relisez Sun Zi et vous comprendrez que les meilleurs guerres sont celles qui se gagnent sans combattre.


  12. yoananda Le 22 octobre 2013 à 15h18
    Afficher/Masquer

    Je l’avais annoncé il y a 4 ans … l’air de rien.

    http://yoananda.wordpress.com/2009/03/24/alerte-la-fin-du-dollar-a%C2%A0sonnee/

    Mais je doute que les US ne cède sans qu’il n’y ait de drame.


  13. totor Le 22 octobre 2013 à 15h50
    Afficher/Masquer

    J’aime pas trop Charles Gave et son dénigrement systématique de l’État mais là, c’est vraiment intéressant:
    http://www.lecontrarien.com/2013/10/22


    • yoananda Le 23 octobre 2013 à 12h31
      Afficher/Masquer

      C’est Charles Sannat et non pas charles Gave, mais son texte reste intéressant, qui que ce soit qui l’ait écrit.


  14. Lisztfr Le 22 octobre 2013 à 16h45
    Afficher/Masquer

    Bonaparte : déclaration solennelle du 13 mai 1804 « L’Europe peut me rendre cette justice que je ne me mêle des affaires intérieures d’aucun Etat »

    Lévinas : ” La politique doit pouvoir toujours être contrôlée et critiquée à partir de l’éthique. ”

    Conclusion, l’argument de la non-intervention est employé par n’importe qui, et à tort parce qu’il ne peut se justifier dans l’absolu. En revanche l’argument de Lévinas est toujours vrai parce que le droit est fondé sur l’éthique. Cette éthique peut justifier qu’on intervienne le cas échéant dans les affaires d’un autre Etat. D’ailleurs un Etat n’est qu’une entité juridique, en fait il existe des peuples, et l’Etat Chinois ne se prive pas d’intervenir chez les Tibétains par exemple. Donc cette déclaration est purement pro domo.


    • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 18h01
      Afficher/Masquer

      “D’ailleurs un Etat n’est qu’une entité juridique”, belle réduction relative. Dans l’absolu, l’état (la souveraineté) c’est le peuple….L’économie de ce principe est étrange.
      A moins que l’interventionnisme ne soit l’emploi de n’importe qui ? Ce que je doute…
      ps : pour Bonaparte dans l’absolu ou le relatif, je ne pense pas que l’on puisse le considérer comme n’importe qui…


      • Wilmotte Karim Le 22 octobre 2013 à 23h05
        Afficher/Masquer

        La souveraineté existait avant le peuple, non?


        • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 23h19
          Afficher/Masquer

          Y aurait-il des passages de l’histoire que j’aurai imaginé ?
          Rien n’est constant, ni linéaire, ni identique sauf notre imagination….
          Est-ce la poule ou l’oeuf ?


          • Wilmotte Karim Le 24 octobre 2013 à 18h23
            Afficher/Masquer

            Je n’ai pas lu entièreté de l’article, mais il me semble correct : http://fr.wikipedia.org/wiki/Souverainet%C3%A9#Typologie_classique

            La souveraineté n’est pas nécessairement populaire. C’est le fondement de la démocratie “moderne” mais l’état lui préexiste. Et ce n’est pas le peuple qui fait naitre la souveraineté puisqu’au départ il n’est absolument pas question de souveraineté populaire ni de peuple (il me semble que les sujets ne sont pas le peuple au sens où nous l’entendons).


          • olivier69 Le 25 octobre 2013 à 18h08
            Afficher/Masquer

            Bonjour Karim,
            Un état a une connotation statique (“fige le temps”).
            Les meneurs n’existent pas sans le groupe et inversement. Les rapports prennent des formes différentes en fonction du développement. Pour l’histoire (la dynamique), il y a la nature des constitutions par ex.
            Les lumières….


          • Wilmotte Karim Le 25 octobre 2013 à 22h59
            Afficher/Masquer

            Que l’État ait changé de forme n’empêche pas son existence.


          • olivier69 Le 26 octobre 2013 à 09h13
            Afficher/Masquer

            Pourquoi vous cherchez à le faire disparaître ?
            Alors que les aspirations démocratiques s’élèvent ?
            Désordre assuré.


  15. medomai Le 22 octobre 2013 à 17h38
    Afficher/Masquer

    Bonjour Olivier,

    Merci pour cette traduction. Si j’avais le temps, je vous proposerais celle du texte d’un certain Andy Xie de “Rosetta Stone Advisors Ltd” sur le site Caixin. Ce monsieur exprime assez clairement et froidement le point de vue analytique chinois sur l’Europe et les USA. Je ne cite qu’une toute petite partie de l’article disponible sur :

    http://english.caixin.com/2013-10-14/100591569.html?p1

    “Today’s globalization is led by multinational companies that produce wherever the cost is the lowest and sell wherever the price is the highest. It is quite different from the previous wave of globalization before World War II. The current wave of globalization is driven by manufactured goods. As capital and materials are priced the same globally, the only driving factor for today’s globalization is really the cost of labor.”

    Les objectifs chinois sont d’ailleurs très clairement exposés :

    As labor costs are low in emerging markets and selling prices are high in developed markets, manufacturing activities inevitably flow to the former from the latter. The progress in information technology is making more and more jobs moveable. A decade ago the impact of globalization was mostly on blue-collar factory workers. Today management and research and development jobs are also moveable. […] The squeeze on the white-collar middle class is intensifying with further progress in IT. Most white-collar jobs within a large corporation involve collecting and analyzing information. The latest technologies use computers to perform such functions. If some work cannot be done by computers, they can be easily outsourced to anywhere in the world. In the 1990s, Western economies gave up on factory jobs and shifted to white-collar jobs that prospered on adding value to low-cost manufacturing in emerging economies. Hence, goods have been sold at five to ten times the ex-factory price. This enormous gap has allowed so many white-collar jobs to exist.

    E-commerce is likely to destroy most such white-collar jobs. (je souligne)

    The impact from globalization on developed economies is intensifying, threatening to unhinge them.”

    Il ya un aspect que Mr Xie ne relève pas : les jobs des “blue collars” tout le monde s’en foutait, ils n’avaient aucun soutien politique réel chez les “élites”. Les “white collar jobs” c’est autre chose. Tous les dirigeants politiques, financiers, industriels occidentaux comptent dans leur famille des “white collars”. ça va être une autre paire de manche, Mr Xie, d’utiliser l’égoïsme occidental et l’appât du gain pour ruiner cette classe sociale là et trouver des emplois pour les masses de jeunes diplomés chinois à la peine…

    Autre point, la parfaite conscience de l’importance fondamentale de l’agriculture, de l’auto-suffisance alimentaire des individus ou des familles, et des paramètres géographiques et anthropologiques de l’économie, qui fait totalement défaut aux stratèges occidentaux :

    “The United States had a small government until the New Deal during the Great Depression. The country’s vast amount of land allowed Americans to become self-sufficient farmers during most of its existence. In Asia and Europe, the Malthusian force made farming a back-breaking job for just enough food to survive. As the United States was new to agriculture, it was always underpopulated. Hence, individualism was economically viable and became rooted. This is the economic case for anti-big government sentiment prevalent in the United States. Industrialization transformed the population into an urban setting that was making a living from working for complex business organizations and unconnected to land. Hence, most people are not self-sufficient and need help when their luck is down. That need was most apparent during the Great Depression. When one-fourth of the labor force was unemployed, the unemployed could not all be responsible for their situation. Some government help was justified. Franklin Delano Roosevelt rose to the occasion, launching a social security program and introducing fiscal stimulus.”


  16. BA Le 22 octobre 2013 à 21h27
    Afficher/Masquer

    La vidéo dure presque 35 minutes, mais c’est une vidéo très importante :

    “Sans Lendemain”

    http://www.youtube.com/watch?v=a0J2gj80EVI


    • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 22h21
      Afficher/Masquer

      Bonsoir BA,
      le lien avec “Merck” ne vous gène pas ?
      Un de mes premiers exposés en physique était la pétroléochimie. Pourquoi, croyez-vous qu’une tomate nécessite 4 litres de pétrole ? Pourquoi existe-t-il une volonté occidentale de mondialisation et de libre échange dans ce cas (cf la conso de la Chine) ? Les révolutions technologiques ne sont pas des illusions mais des convoitises…
      Le problème est notre approche de l’environnement, la guerre des statuts sociaux, et non forcement une histoire de quantités disponibles. En général, par expérience, on crée des manques et des problèmes seulement lorsqu’une solution est déjà trouvée (la propriété). Comment expliquez-vous le gaspillage, l’obsolescence,…
      Pour ma part, c’est comme si l’ère du charbon avait été pensée pour une temporalité infinie. Je comprends pourtant votre inquiétude (métaphysique et légitime) mais…
      Le commentaire parle du bois, du charbon du nucléaire primaire, de l’éthanol mais c’est déjà dépassé.
      Ps : bon, et bien , il n’y a plus qu’à se mettre une balle. Par humanisme et charité ! Ou plutôt d’accepter l’eugénisme par solidarité : le sacrifice….
      Je regarde toujours la source de mes info (comme le “club de Rome”, qui finance notamment ?). Elle a une signification.


      • yoananda Le 22 octobre 2013 à 22h43
        Afficher/Masquer

        le gaspillage : externalité.
        l’obsolescence : un avantage économique.
        étrange cette tournure d’esprit très répandue qui voudrait que le monde réel n’ai plus aucun poids dans les événements …

        je sais moi, mais quand la récolte est mauvaise dans le jardin… je n’ai pas de quoi me nourrir pour l’hiver. C’est aussi simple que ça. Même chose à l’échelle mondiale. Quand on a brûlé tout le meilleur bois le plus facile a couper, on va chercher celui qui est plus loin et si on coupe trop vite, il ne repousse pas assez vite, et si on est plein a le faire, on fini par tout bousiller …

        c’est arrivé plein de fois dans l’histoire, pourquoi on serait maintenant immunisé ?


        • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 22h57
          Afficher/Masquer

          Le gaspillage est égal à une perte de bois par l’art et la manière (les combustions en fonction de la pratique, attiser le feu pour aller plus vite ou économiser sa durée en exploitant son foyer, cf mon post récent à jducac)). De même, le jardin se gère sur plus d’une saison (la conservation)….
          Enfin, l’homme ne sait pas arrêter à l’empire romain. Les pratiques ont juste pris une nouvelle forme.
          ps : Qui est capable de financer les deux camps d’une guerre ? Le peuple ?
          Ce qui me choque, c’est que personne ne prend conscience qu’en matière militaire et énergétique, il n’y a pas plus secret et convoitise. Et que lien avec une multinationale n’est pas révélateur…
          Les marques pourront ainsi remplacer la culture.


          • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 23h11
            Afficher/Masquer

            La culture du bois, des tomates et des consciences….
            Chacun pour soi ! L’anticipation est l’arme des avertis (le progrès technique). Le catastrophisme devient l’image d’une attente populaire face à son impuissance (l’immobilisme).


          • BA Le 22 octobre 2013 à 23h23
            Afficher/Masquer

            Le problème de notre planète :

            Stocks en quantité limitée, MAIS population qui explose.

            Voilà.

            C’est ça, le problème.

            Par exemple : le pétrole est en quantité limitée, les métaux sont en quantité limitée, les terres fertiles sont en quantité limitée, etc, etc.

            MAIS la population mondiale explose :

            Evolution de la population mondiale, de 10 000 avant Jesus Christ jusqu’en 2000 :

            http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b7/Population_curve.svg

            Et après l’an 2000 ?

            Comment va évoluer la population mondiale jusqu’en 2050 ?

            Mercredi 1er octobre 2013 :

            La population mondiale avoisinera les dix milliards en 2050.

            La population mondiale atteindra 9,731 milliards d’habitants en 2050, selon une étude de l’Institut français d’études démographiques (INED) publiée mercredi.

            Avec 1,65 milliard d’habitants, l’Inde sera le pays le plus peuplé devant la Chine.

            Le cap des six milliards de Terriens avait été dépassé en 1999, et il aura fallu douze ans pour atteindre les sept milliards en 2011. En 2013, la population mondiale se monte à 7,141 milliards.

            Le taux de fécondité mondial est de 2,5 enfants par femme en 2013 – contre 5 en 1950 – avec de fortes disparités régionales selon l’étude, notamment entre les deux extrêmes que sont le Niger (7,6 enfants par femme) et la Bosnie-Herzégovine (1,2 enfant par femme).

            L’Afrique concentrera environ un quart de la population mondiale en 2050, affirme l’INED, qui prévoit que 2,435 milliards de personnes vivront sur le continent africain en 2050, plus du double du 1,1 milliard enregistré en 2013.

            Europe en déclin.

            Avec un indice de fécondité de 1,6 enfant par femme, l’Europe continentale sera la seule zone à connaître un recul de sa population, qui passera de 740 millions d’habitants en 2013 à 726 millions en 2050, d’après l’INED.


          • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 23h30
            Afficher/Masquer

            Enfin, lorsque l’on entend que la faiblesse de la durée de vie d’un produit est un avantage (obsolescence), nous verrons ce qu’en penseront nos enfants.
            Ils n’auront pas besoin d’instructions….
            BA ? regardez le taux de fécondité des pays qui consomment le plus (environ 1,5 en europe et US soit inférieur à 2) c’est à dire 80% des ressources (c’est mathématique). Et même en Chine, c’est à dire une réduction drastique de la popumlation la plus consommatrice. Ensuite, tout dépend de ce que l’on désire comme mode de consommation…


          • BA Le 22 octobre 2013 à 23h42
            Afficher/Masquer

            Nous serons 10 milliards d’habitants en 2050.

            Je me demande bien comment on va s’en sortir.


          • olivier69 Le 22 octobre 2013 à 23h55
            Afficher/Masquer

            Je ne crois pas aux projections ! Trop de paramètres ne sont pas pris en compte.
            La population consommatrice (comme malthus et ricardo avec leur fin du monde) avec 80% consommé est en phase de réduction (même avec l’immigration). parce qu’ un taux de 1,5, veut dire une diminution de 25% de la population consommatrice minimum.
            En plus, les famines, si il y a rareté comme annoncée vont impacter indéniablement les populations les plus fécondes et les plus pauvres. Leur potentiel croissance n’est pas forcément une possible croissance : c’est une donnée intégrée à postériori dans les projections (la potentialité et non la possibilité). C’est une analyse qui s’inscrit dans l’état des choses et non dans l’avenir des choses.
            Enfin, l’espérance de vie chute fortement dans certaines couches de la population des occidentaux (jusqu’à 45 ans).
            ps : qu’est-ce qu’on fait ? Une sélection humaine ? On anticipe en proposant un versionnage amélioré du parasitisme dans les consciences cher à nos élites ? Non, nous restons solidaires et humbles. Rassure-toi et prend déjà soin de ton entourage sans mauvais coup.


          • BA Le 23 octobre 2013 à 00h00
            Afficher/Masquer

            Mon pronostic :

            Avec 10 milliards d’habitants en 2050, l’espèce humaine s’adaptera de trois façons :

            1- les famines

            2- les épidémies

            3- les guerres.

            http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b7/Population_curve.svg


          • olivier69 Le 23 octobre 2013 à 00h17
            Afficher/Masquer

            Oui, l’espèce humaine, nous sommes bien curieux.
            Ainsi la guerre est la première chose que l’on doit combattre.
            Ensuite, les épidémies sont imprévisibles. On ne peut rien se reprocher. Elles frappent et malheureusement, nous sommes victimes. Enfin, la famine, c’est une histoire d’égoïsme…
            Si tu as des enfants comme moi, alors préservons les, des réalités obscures.
            N’oublie pas, ils sentent les sentiments qui transpirent sans les déresponsabiliser pour autant….
            ps : ce genre de message est anxiogène et pas forcément scientifique. Ne tombe pas dans le piège afin de conserver ton énergie.
            Notre pays a des ressources (et notamment humaines) si il s’en donne les moyens !


          • BA Le 23 octobre 2013 à 08h53
            Afficher/Masquer

            Mais comment voulez-vous faire avec :

            – des ressources limitées

            – une population mondiale qui explose

            http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b7/Population_curve.svg

            Hein ?

            Comment voulez-vous faire ?

            Quant au message anxiogène, il n’y a qu’à fermer l’Institut National des Etudes Démographiques, puisque c’est l’INED qui vient juste de publier cette étude : nous serons 10 milliards d’habitants sur la planète en 2050.

            Et il n’y a qu’à enfoncer notre tête dans le sable, comme une autruche, en attendant que tout s’arrange.


            • tagadatsointsoin Le 13 octobre 2014 à 20h36
              Afficher/Masquer

              à BA, à olivier69, et à tous les “chercheurs de solution”,

              “Mais comment voulez-vous faire avec :

              – des ressources limitées

              – une population mondiale qui explose ?”

              – on peut lire, utilement, je crois, le libre de M. Benasayag, ” De l’engagement dans une période obscure” (edition “le passager clandestin” – 2011). c’est une lecture exigeante, certes …, mais si on ne veut pas faire l’autruche c’est un préalable intéressant et même incontournable, me semble-t-il !


          • toutouadi Le 23 octobre 2013 à 11h00
            Afficher/Masquer

            @olivier

            “ps : ce genre de message est anxiogène et pas forcément scientifique.”

            En tant qu’apiculteur, donc très sensible aux problèmes de biodiversités, je te garantie que la réalité écologique actuelle est bien plus catastrophique que la majorité des gens ne se l’imagine.

            “ps : qu’est-ce qu’on fait ? ”

            Changer notre model économique, passer d’une économie rentière financée par le secteur privé à une économie mutualisée (crédit socialisé) c’est le seul moyen pour redonner la mains au monde politique.

            Vu ce qui se passe à l’heure actuelle, le mot “politique” pourrait légitiment ressembler à un gros mot, cependant il ne faut pas oublier qu’il est actuellement issu et mis en place par des intérêts privés afin de servir des intérêts privés mais l’autonomie financière du corps social pourrait éventuellement lui redonner ses lettres de noblesses.

            Extrême droite et libéraux ont un intérêt commun, celui de corrompre, discréditer et déliter le monde politique c’est à dire en final; escamoter le pouvoir de décision du corps social, bref de bannir la démocratie.
            Malheureusement pour l’instant ils y réussissent plutôt bien.


          • toutouadi Le 23 octobre 2013 à 11h46
            Afficher/Masquer

            Actuellement, si le corps social résiste encore un peu c’est grâce au formidable tissu associatif et à la volonté et ténacité de certaines petites mains tel-que les infirmières, assistantes sociales, instituteur, inspecteurs du travail, et même de certains juges et procureurs etc…
            Tous éloignés des discours pontifiants et imbéciles sur la productivité, la croissance, le profit, les chocs civilisationels, l’islam, les roms, l’insécurité et maintenant le nec plus ultra “le sentiment d’insécurité” (sic) etc…


          • olivier69 Le 23 octobre 2013 à 12h34
            Afficher/Masquer

            Bonjour toutouadi,
            “En tant qu’apiculteur, donc très sensible aux problèmes de biodiversités”, alors je dénonce Merck et vous me dites qu’en tant qu’apiculteur, leur message est valide ? Vous cautionnez l’industrie chimique ? C’est le monde à l’envers…..
            Quel est le rapport avec le message anxiogène d’une éventuelle surpopulation et la diversité ? Ce n’est pas la future surpopulation potentielle qui fait disparaître la diversité ! Mais les comportements actuels….Est-ce que le documentaire dénonce des méthodes d’extractions ou d’abus de transformations ? Sue ce principe, alors nous serons toujours trop nombreux quelque soit le nombre.
            Et notamment la production (industrie chimique, pesticides, engrais chimiques,…) !
            Rassurez-vous, il n’y a pas besoin d’être apiculteur (j’avoue avoir un faible pour mes amis api, certains ne connaissent rien à la nature cependant) pour se soucier de l’environnement. Je peux vous dire qu’un pêcheur, ou un simple ramasseur de champignons, un chasseur, un promeneur peut être soucieux de son environnement.
            Bonjour BA,
            et bien, il n’y a qu’à mettre en boucle votre documentaire fabriqué indirectement par l’industrie chimique “merck” ! Parce que pour moi, Il ferait peut-être déjà mieux de changer leurs pratiques et modes de production avant tout. Ah, les projections mathématiques ! Qu’est-ce qu’elles ne permettent pas ? Mais leur validité…..
            ps : Parlez “surpopulation” finit par attiser des comportements guerriers. J’en connais qui vont être contents ! Vive la guerre pour les ressources avec le même modèle de production….


          • jducac Le 23 octobre 2013 à 14h11
            Afficher/Masquer

            @ toutouadi Le 23 octobre 2013 à 11h00

            En tant qu’apiculteur, donc très sensible aux problèmes de biodiversités, je te garantie que la réalité écologique actuelle est bien plus catastrophique que la majorité des gens ne se l’imagine.

            Je partage tout à fait votre avis, même si je ne suis pas un spécialiste des abeilles.

            Ce qu’il convient de voir, c’est que pour les hommes, tout comme pour les abeilles, la vie n’est possible et ne se perpétue que si l’énergie pour l’alimenter est en quantité suffisante au regard de la population à nourrir. Si vous ne laissez pas suffisamment de miel à votre ruche pour passer l’hiver, vous perdrez une partie de vos abeilles, quitte même à les perdre en totalité.

            Il serait d’ailleurs intéressant de savoir comment, en pareil cas, s’opère la sélection entre les abeilles qui survivent et celles qui succombent. Il y a-t-il un tirage au sort, un vote démocratique, se mangent-elles entre-elles ?

            Certaines s’entendent-elles pour conserver pour elles seules, dans leur coin, un minimum vital en se restreignant pour survivre le plus longtemps possible, alors que d’autres, dans d’autres ruches, se laissent aller à un bien vivre en se disant : profitons en, reproduisons nous le plus possible, accueillons dans notre ruche les abeilles des autres ruches, puisque nous sommes nées pour vivre et consommer, la survie de notre espèce ne nous concerne pas ?

            Changer notre model économique, passer d’une économie rentière financée par le secteur privé à une économie mutualisée (crédit socialisé) c’est le seul moyen pour redonner la mains au monde politique.

            N’êtes vous pas en train de vous faire de douces illusions ?

            Ne voyez vous pas que beaucoup d’entre nous, ne sont que de pauvres abeilles immatures et attardées, qui conservent elles, leurs mâles et leurs ainés dont on ne sait plus, depuis mai68, extraire d’eux ce qu’il y a de plus précieux, leur sagesse et leur vision de bon pères de famille.
            http://www.lunedemiel.tm.fr/francais/07.htm

            Ne voyez-vous pas que depuis très longtemps des apiculteurs gèrent au mieux, pour leur propre compte, les ruches dans lesquelles vous œuvrez pour vivre ?

            Mais pour ce qui est de la survie et bien que vous croyiez vous être affranchis de votre statut d’esclaves en accédant à la démocratie, c’est la corporation des apiculteurs qui décide des ruches à abandonner vu leur piètre efficacité, ou à déplacer pour mieux rentabiliser leurs investissements et leur capital, afin de mieux assurer ainsi, leur propre survie. Car eux ont compris depuis longtemps, qu’il faut sauvegarder le capital pour vivre et survivre.


          • toutouadi Le 23 octobre 2013 à 17h18
            Afficher/Masquer

            @jducac

            “N’êtes vous pas en train de vous faire de douces illusions ?”

            C’est possible en effet.


      • Sapir y'a pas pire Le 23 octobre 2013 à 12h38
        Afficher/Masquer

        On en apprend de belles grâce à M. Olivier69. QUATRE LITRES DE PÉTROLE POUR UNE TOMATE DANS VOTRE ASSIETTE ! Soit pratiquement deux euros de brent par tomate, soit 200 euros au kilo et 20 000 euros à la tonne… Mangez des tomates. C’est qui les cocus Olivier69 ? Les producteurs de tomates ou les producteurs de pétrole ? On frise les sommets dans l’assertion ridicule là.


        • Sapir y'a pas pire Le 23 octobre 2013 à 12h52
          Afficher/Masquer

          Le lecteur attentif aura corrigé de lui-même : 20 euros de pétrole brut HT dans le kilo de 10 belles tomates à la sauce de M. Olivier 69,..


          • olivier69 Le 23 octobre 2013 à 13h00
            Afficher/Masquer

            Et vigneron,
            on n’est pas sur un site de rencontres mais pour débattre….
            Alors, tout le monde peut observer le caractère agréablement efficace de vos interventions.
            Je ne me cache pas derrière plusieurs pseudo ! Sapir y a pas pire, sapireperade,…..
            Les attaques sur la personne sont votre style perfide. Rappelez-vous comment cela s’est passé la dernière fois ! Et c’est compréhensif…
            Mettez plutôt de l’eau dans votre vin.


          • Sapir y'a pas pire Le 23 octobre 2013 à 14h22
            Afficher/Masquer

            Je vous demande pardon ? Pouvez-vous tenter au moins de vous exprimer clairement, s’il vous plait M. Olivier 69 ? En décomposant par exemple vos quatre litres de pétrole par tomate plutôt que me parler de viticulture (???)…


            • olivier69 Le 23 octobre 2013 à 14h24
              Afficher/Masquer

              Mr Vigneron,
              Déjà « 4 litres de brut » n’est pas équivalant à 20 euros (5 euros du litre ? même à la pompe, personne n’a jamais vu ce ratio). C’est vraiment grave de ne pas savoir faire une division mais pire :
              Explications : Les serres sont chauffées et le transport nécessite du carburant à différents échelons (distributions primaires jusqu à finales, offreurs et demandeurs).
              Un baril, c’est environ 160L de brut. Lors de la transformation, il reste environ 75L lors du raffinage dans le cadre de la production de tomates (et non pas de routes, …).
              Soit un ratio de 2,15. Ensuite, il faut en terme de prix faire des appréciations (puisque c’est l’argumentation contradictoire) !
              Soit une taxe de 80% et la marge du pétrolier : Donc, à 110 $ le baril de 160L de brut, nous avons environ 50 $ pour 75L pour la tomate après le raffinage. Soit 0,65 $ environ du litre. Ensuite il faut encore diviser par 5 (X 0,2) pour la taxe soit 0,13 $ du litre et avec la marge du pétrolier dans le cycle distribution primaire et de transformation, nous avons un coût inférieur à 0,1 $ du litre ! Soit 4L de brut extrait et destiné à la tomate à largement moins de 0,4 $ !
              C’est bien en terme de prix, que vous ouvrez le débat ?
              Alors peut-être même à 0,3 $. Et je n’ai même pas parlé de la distribution secondaire jusqu’à l’assiette (transport du conso, les sacs plastiques, la vétusté des matériels utilisés à base de pétrole pendant le cycle achat/vente,..) car dans ce cas, il faudrait encore soustraire (les coûts partagés) si l’on parle en terme de prix…Ce que je me suis gardé de faire pour ne pas rentrer dans la polémique et l’illusion.
              Ccl : Il est difficile d’apprécier la quantité réelle de pétrole nécessaire pour consommer un produit si l’on ne tient pas compte des externalités globales, des différents contextes,…
              Bref, de l’ensemble des paramètres ! Je constate que beaucoup d’intermédiaires se rincent…..
              Au lieu d’agresser constamment, faites quelques cours de Maths pour équilibrer avec votre grandeur orthographique.


          • Sapir y'a pas pire Le 23 octobre 2013 à 14h52
            Afficher/Masquer

            Monsieur Olivier 69, je vous serais gré de ne pas me confondre avec un de vos interlocuteurs habituels (j’imagine…) et de revoir votre règle à calcul. J’ai tout d’abord bien dit quatre litres de brut soit deux euros par kilo de tomate puisque – relisez vous – vous avez bien écrit que chaque tomate nécessitait quatre litres de pétrole. Quatre litres de pétrole (brent) font bel et bien deux euros hors taxes et tous vos calculs ne changeront rien à l’absolue inanité de votre affirmation. Personne n’a besoin de sortir sa machine à calculer pour se rendre compte que vous dites ce qui vous passe par le tête, en l’occurrence des sornettes.
            Ps : vos calculs sont, nécessairement, abracadabrantesques.


            • olivier69 Le 23 octobre 2013 à 15h10
              Afficher/Masquer

              “20 euros de pétrole brut HT dans le kilo”, Dans le kilo de quoi ? Puisque que vous intervenez ?
              C’est juste histoire de contredire ! Permettez-moi de vous dire que vous avez un style vulgaire.
              Je peux même vous dire que j’ai été honnête dans le prix du litre. Puisque j’aurai bien pu faire une division de 2,15 pour le ratio du prix entre les 160L brut et les 75L extrait, soit le reliquat non comptabilisé que représente la transformation (car il faut 344L de brut pour faire 160L destiné à la tomate, et par conséquent, les 184L restants sont utilisés pour d’autres destinations et auraient pu très bien être valorisés dans le calcul).
              ps : “Personne n’a besoin de sortir sa machine à calculer pour se rendre compte que vous dites ce qui vous passe par le tête, en l’occurrence des sornettes. Vos calculs sont, nécessairement, abracadabrantesques.”, vous allez encore continuer longtemps, vigneron ? Bien évidemment, c’est votre nature…..
              Mais 10 tomates le kilo, vous parlez des tomates cerises, peut-être ?


          • olivier69 Le 23 octobre 2013 à 15h26
            Afficher/Masquer

            Allez, pour lui faire plaisir, je vais quantifier !
            Soit 5 tomates le kilo mais en intégrant le ratio des 2,15 puisque mr est tatillon. alors nous aurions un coût inférieur à 0,70 $ et je n’ai pas encore retranché les emballages, les quantités liées aux matériels utilisés à base de pétrole (de la distribution secondaire à l’assiette) jusqu’à la consommation. C’est l’usage du pétrole jusqu’à l’assiette et dans tout, qui détermine la quantité nécessaire…Vous le comprendrez lorsque la pénurie frappera. Mais peut-être que vous découvrez que le pétrole est partout ? Lisez un bon livre de pétroléochimie, c’est juste un conseil.
            ps : vous parlez “prix”, je parle “quantité” ! Vous avez un problème de lecture mais surtout d’expressions.
            Pour ma part, je travaille à corriger mes erreurs.


        • Sapir y'a pas pire Le 24 octobre 2013 à 10h54
          Afficher/Masquer

          Je vois que mes messages on ne pourrait plus courtois ne passent décidément pas… J’en appelle au bon sens. Ainsi, peut-on, sans réaction significative autre que la modération du contradicteur, laisser dire et redire sur un blog aussi sérieux que le coût énergétique total D’UNE TOMATE serait de quatre litres de fuel quand les études les plus radicales indiquent au maximum (cas des tomates primeur hollandaises hors-sol) une “énergie grise” équivalente à un litre de fuel au kilo ? Quant au coût du litre de fuel évalué à 0,15 € et le poids moyen des tomates à 200g pour tenter de rendre plus ou moins économiquement cohérent une telle absurdité, je laisse cela au bon plaisir des humoristes ou à la consternation de ceux qui remplissent péniblement (ou aimeraient remplir) leurs cuves de fuel à 900 € les mille litres…


          • olivier69 Le 24 octobre 2013 à 14h10
            Afficher/Masquer

            Bonjour,
            Pourquoi, j’ai parlé en terme de quantités ? Vous m’auriez demandé poliment ! Maintenant :
            Production unitaire journalière de tomates : 300 millions de kilo par jour X 10 soit 3 Milliards de tomates journalières produites (avec 10 tomates du kilo)
            Consommation journalière de pétrole brut en litre : 80 millions de barils par jour X 160litres (1 baril) soit 12,5 Milliards de litres journaliers consommés environ.
            Division élémentaire : 12,5/3 soit 1 tomate produite pour une consommation proche de 4 litres de brut !
            Rappel : Une société qui fonctionne principalement avec le pétrole voit son cadre (df) contraint par la donnée principale (message médiatisé) : la consommation de brut ! Sa contrainte constitue un domaine de définition (un angle) pour toutes les productions de biens et services (tomates comprises). La future surpopulation imaginée et non réelle et effective n’est pas la donnée de base (voir explication plus haut). C’est pourquoi, j’insiste avant tout sur les méthodes employées et les messages diffusés par les multinationales au présent.
            La comparaison pour connaître le besoin en litre de brut par unité de produit, c’est la consommation journalière en litre de brut divisée par la production unitaire journalière d’un bien. C’est un simple constat mathématique élémentaire et conjoncturel…..
            Mais pas forcément temporel ! Un autre angle peut consister à regarder la population (mais alors regardons les taux de fécondité actuel et projetons la pénurie sur la population la plus féconde et pauvre !).
            Question : si l’on divise par 2 la quantité de pétrole, puis par 4, puis par 8 (la rareté), puis… alors faudra-t-il faire la même chose sur la population afin de maintenir un niveau de vie des possédants et leurs conditions de production ? Qui ne veulent évidemment pas changer leur façon de voir le capital humain et les principes de la production (leur richesse) ! L’obsolescence est un avantage, les gaspillages sont de simples externalités ? Les multinationales n’ont apparemment pas envie de changer leurs méthodes d’enrichissement (par la production) mais plutôt de prévoir des changements en appauvrissant les populations (par la consommation au minimum) ! C’est la fermeture des robinets (financiers notamment pour l’économie et mais pas pour la spéculation) après l’arrosage…..
            Ccl : crise systémique contrôlée, préparée, organisée dans le cadre de la préservation des statuts (l’usufruit de la propriété). Alors la surpopulation en 2050 ? Et l’histoire nous a montré qu’ils iraient jusqu à la guerre (les moyens) pour justifier leur fin. Géopolitique…..

            NB : En 2013, la TICPE s’élève à 0,428 4 € pour un litre de gazole et 0,606 9 € pour un litre d’essence sans plomb 95 et 98. À une époque où le pétrole était bon marché, la part totale des taxes (TIPP et TVA) a représenté jusqu’à 80 % du prix du “super”. La hausse du prix des carburants hors taxes augmente bien le produit de la TVA, mais en revanche n’augmente pas la recette de la TICPE. Nous remarquerons que la hausse du prix du pétrole est parallèle à celle des bénéfices des pétroliers (les marges) ! Le consommateur, lui, voit son prix final bondir.

            Le « bridge » entre la macro et la micro, c’est la différence de perception ! Vous achetez le kilo de tomate à un prix « micro-économiquement » mais il coûte réellement différemment « macroéconomiquement » ! La monnaie masque les coûts temporels et spatiaux. Ainsi, je ne parle pas en « prix » mais en « coût » en général. Et je n’achète pas forcément un prix mais une quantité ! Chacun, sa vision….
            Ps : Un autre environnement avec moins de pétrole ne veut pas dire forcément, pas de tomates mais seulement moins de litres à la tomate par exemple. C’est un autre cadre (df). La tentation est de détourner le message de la rareté sur la population sans se demander si les conditions de production et de répartition ne conduisent pas à la pénurie….Les multinationales sont responsables de cette dérive (externalités négatives) !

            Mon approche a été volontairement provocatrice mais je ne suis pas le seul, semble-t-il :
            http://www.enerzine.com/10/14170+la-production-mondiale-de-petrole-pourrait-croitre-de-20-pct-dici-2020+.html

            Enfin, étant conscient que je ne vous convaincrez pas ! Mon message, je le dois davantage à BA qui est restée courtoise jusqu’au bout.


          • olivier69 Le 24 octobre 2013 à 14h18
            Afficher/Masquer

            Maintenant, si vous connaissez les marges des pétroliers avant la mise en baril puis lors du cycle complet de la distribution, alors je suis preneur !
            Ainsi, nous pourrions nous faire une idée précise du coût réel d’un litre de raffiné…
            ps : ce qui est intéressant, c’est que vous parlez d’un litre et d’énergie grise ! Et bien, je m’abstiens d’en porter un jugement sur le goût de ma tomate et de sa contenance…


          • Sapir y'a pas pire Le 24 octobre 2013 à 17h22
            Afficher/Masquer

            Mon Dieu ! Excusez moi Olivier69, je vous en prie, mais je n’ai pu lire que quelques lignes de votre “réponse”. Quand j’ai – très vite – compris votre manège, je me suis frotté les yeux et laissé choir…
            Vous croyez vous en sortir en allant rapporter la production de tomate journalière mondiale avec la production pétrolière journalière ? Et la production de chou à choucroute, sans oublier les pommes, les poires et les scoubidous ? M’enfin, vous m’aurez fait rire un peu, soyez en remercié.


          • olivier69 Le 24 octobre 2013 à 17h55
            Afficher/Masquer

            Oui, je l’espère….
            un festin gargantuesque !
            Les inégalités viennent d’où, d’après vous ? Le gaspillage généré par le modèle de production et de redistribution n’est pas à l’origine de cette débâcle ? Et je n’ai parlé que de la tomate (soit actuellement ½ par personne par jour ou ¼ à l’horizon projeté en 2050) ! Alors, en effet, imaginez pour les autres productions de biens ! Dans un tel contexte, les besoins en pétrole qui conditionnent notre société me paraissent grotesques…A-t-on vraiment besoin de produire autant pour constater un tel échec ? Les solutions ne sont pas quantitatives mais bien qualitatives à ce stade de développement. Le libre-échange ne veut pas dire qu’il doit être désordonné mais raisonné. Je pense qu’une taxe sur la distance (le kilométrage parcouru, un exemple parmi tant d’autres) lors des échanges pourrait réorganiser de façon plus efficiente la production. Tout en préservant, le concept de libre-échange, nous pourrions responsabiliser l’acte de consommation et de production.
            Alors le chacun pour soi, la tête dans le guidon ? A ce stade, ne rien changer constitue un suicide collectif à l’échelle du temps !
            Ce n’est pas un problème de « prix » mais de quantités produites (l’art et la manière) mais aussi redistribuées (cycles courts). La quantité de population n’a rien à voir là dedans….
            De même, nous découvrons avec la marchandisation de l’humain des comportements extrêmes :
            http://www.romandie.com/news/n/Un_couple_chinois_vend_son_enfant_pour_s_acheter_un_iPhone49181020131302.asp?


          • bizbee Le 25 octobre 2013 à 18h19
            Afficher/Masquer

            “Production unitaire journalière de tomates : 300 millions de kilo par jour X 10 soit 3 Milliards de tomates journalières produites (avec 10 tomates du kilo)
            Consommation journalière de pétrole brut en litre : 80 millions de barils par jour X 160litres (1 baril) soit 12,5 Milliards de litres journaliers consommés environ.
            Division élémentaire : 12,5/3 soit 1 tomate produite pour une consommation proche de 4 litres de brut !”

            CQFD!!

            Parce qu’il est bien connu que le consommation de pétrole est entièrement dédiée à la tomate…


          • olivier69 Le 25 octobre 2013 à 18h35
            Afficher/Masquer

            Bonjour bizbee,
            En effet, la quantité de tomates produites (qui probablement ne vous choque pas) est une image bien sombre du gaspillage qui se cache derrière cette orgie financière (le monde de la chimie et du pétrole). Nos mondialistes et amateurs du libre-échange n’en ont que nenni ! Mais qui donc pourrait bien manger autant de tomates à la journée ? Alors, le reste !
            http://www.planetoscope.com/fruits-legumes/1266-production-mondiale-de-tomates.html
            ps : je peux vous faire la même avec la salade !
            Votre dernière phrase suggère un aveuglement ? La portée des messages…


          • bizbee Le 25 octobre 2013 à 19h02
            Afficher/Masquer

            “Votre dernière phrase suggère un aveuglement ? La portée des messages…”

            Elle suggère surtout qu’après avoir dit une ânerie aussi énorme, vous alliez vous retrancher derrière “la portée des messages”.

            Vous avez raison, continuez, le ridicule de tue pas.


          • olivier69 Le 25 octobre 2013 à 19h18
            Afficher/Masquer

            Oui bizbee,
            C’est votre droit ! Comme c’est le mien de dénoncer les théories sur la “surpopulation” (il me semble d’ailleurs que vous y adhérez). Les eugénistes se cachent aujourd’hui derrière une idéologie du mondialisme. Ce qui permet aux ânes de suivre, c’est de ne pas comprendre qu’ils n’annoncent pas leur intention au grand jour ! Vous me direz, nous les comprenons…..
            solution pour surpopulation : même type de message !
            http://www.romandie.com/news/n/Un_couple_chinois_vend_son_enfant_pour_s_acheter_un_iPhone49181020131302.asp?


          • olivier69 Le 25 octobre 2013 à 19h36
            Afficher/Masquer

            « Le problème de notre planète : Stocks en quantité limitée, MAIS population qui explose. », si cela n’est pas une ânerie à nous faire avaler ! Le 22 octobre 2013 à 23h23 par BA et surtout en réponse à la vidéo postée. Alors, le ridicule consiste à ne pas lire l’ensemble des interventions (parce que là, c’est le silence) et ne pas comprendre la nature d’une réponse.
            Sinon, l’aveuglement ou le dénigrement sont aussi pratiques comme mode opératoire…..Chacun sa façon de voir les choses. Peu glorieux en effet ! Ne pas parler de l’industrie chimique et pétrolière n’est pas sérieux. Des conditions du libre-échange encore moins !
            ps : Vous intervenez bien pour nous dire que nous sommes trop nombreux, je me trompe ?


    • liv Le 22 octobre 2013 à 23h09
      Afficher/Masquer

      A montrer aux enfants et aux adultes peu instruits.


    • Jmeransaigne Le 23 octobre 2013 à 17h06
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      Notre choix doit donc se porter vers des modes de vies moins énergétivores.Cela est ardu mais non impossible.Il faudra mettre en place des cellules de crises d’hystéries mais ça devrait aller….


      • raloul Le 24 octobre 2013 à 09h03
        Afficher/Masquer

        Bonjour!

        Oui comme (ré-)apprendre à faire ses propres conserves pour l’hiver, par exemple. Acheter les tomates du coin quand c’est la saison et les conditionner. C’est pas très difficile, il faut des bocaux, une ou deux grandes casseroles, et ça tient facilement une année sans congélateur.

        Si on se renseigne, il y a plein de façons de consommer et de vivre qui sont largement moins gaspilleuses que le mode de vie stupide qu’on nous serine à longueur d’année, ou plutôt: dont on nous bourre le crâne jusqu’à devenir complètement idiots, au sens profond du terme (bien que ces comportements soient considérés comme “normaux”, du genre: acheter une tomate qui fait 2000 km pour être acheminée…).

        Parfois je me dis que mes grands-parents, ou du moins mes arrières-grands parents, ont connu des modes de vie qui, s’il peuvent paraître rudes et difficiles, n’en étaient pas moins pleins d’intelligence, de pragmatisme et d’une certaine débrouillardise qui peuvent nous inspirer. Seuls les blaireaux attachés à leur petit confort de parfaits consommateurs apathiques et lobotomisés sont susceptibles d’être pris d’hystérie lorsque la frustration dûe à la fin du gaspillage généralisé et de la destruction aveugle de notre écosystème frappe à la porte…

        C’est plus intelligent et lucide de basculer vers une économie durable de façon voulue et maîtrisée, plutôt que subie et anarchique…


  17. Sapir y'a pas pire Le 23 octobre 2013 à 15h57
    Afficher/Masquer

    [ Modérateur – Veuillez rester courtois. ]


  18. Theold Le 24 octobre 2013 à 11h24
    Afficher/Masquer

    Si quelqu’un pouvait sortir un petit graphique entre le cours du dollar et le declenchement des crises boursiere, (subprime, dette européenne) mon petit doigt me suggere qu’un cours du Dollar au plus bas coincide justement avec ces crises. Aujourd’hui on est a 1.38. Quel est le seuil fatidique? 1.45?


Charte de modérations des commentaires