Au moins, on peut se permettre des leçons de Démocratie au monde entier…

popularite des executifs

Le communiqué du sondeur russe VTsIOM est ici.

“VTsIOM est devenu très respecté par les académiciens et les journalistes tant en Union soviétique qu’à l’Ouest pour son objectivité et professionnalisme.” - Wikipedia

Ici un autre sondage russe sur la Crimée. 91 % des répondants sont en faveur de l’adhésion de la Crimée à la Russie. Ici, 89 % des Russes pensent que “La Crimée, c’est la Russie”, contre 7 %.

Edit : mea culpa, Poutine est à 80 % de bonnes opinions dans le dernier sondage Levada… “60% des Russes (contre 43% début 2014) estiment que la Russie évolue dans la bonne direction, 26% (41% en janvier dernier) sont d’un avis contraire”

Je reprends quelques graphiques de chez Abadie :

“A un moment ou l’ensemble de notre presse bien-pensante s’indigne des agissements de sa tête de turc favorite, Vladimir Poutine, et où l’ensemble des dirigeants occidentaux se répandent en leçons de morale et de droit sur la décision des Criméens de rejoindre la Russie (avec 81% de taux de participation et 95% de “oui”), je tenais simplement à vous soumettre ces quelques graphiques : Je préfère les faits aux grands discours moralisateurs (surtout lorsqu’ils sont unanimes), et ces faits indiquent pour moi que cet homme n’est pas forcément aussi mauvais qu’on voudrait nous le faire croire !

Rappelons que Vladimir Poutine est arrivé au pouvoir en Russie à la fin de l’année 1999, et qu’il y est resté depuis (y compris pendant l’intermède Medvedev), le trait rouge que j’ai ajouté sur les graphiques indique le début de l’ère Poutine, les documents proviennent du site tradingeconomics.

L’arrivée de Poutine s’est traduite notamment par :

  • Un doublement du PIB / habitant (en monnaie constante), et la fin d’une longue période de récession.
  • Une balance des paiements courants devenue fortement et structurellement excédentaire. – Une inflation revenue à un niveau normal (après des taux dépassant parfois les 100% dans les années 90)
  • Un niveau d’activité de la population en hausse régulière.
  • Une dette publique passant de 90% à moins de 10% du PIB en seulement 7 ans.
  • Un taux de pauvreté réduit de plus de 50%.

Le président russe n’est évidemment pas un saint (comme tout dirigeant politique), et il y a sans doute des progrès à faire sur le plan des droits civiques en Russie. Malgré tout, je pense qu’au vu de son bilan, Poutine mérite d’être qualifié de “grand dirigeant” (un des tous derniers en Europe), pour avoir réussi à redresser son pays, qui n’était qu’un champ de ruines à son arrivée. “

 

Tiens, petit moment d’embarras à la fin de la conférence de presse d’Obama hier, personne n’a applaudi ces ridicules propos…

104 réponses à Popularité : je dis ça, je dis rien…

  1. nouche Le 26 mars 2014 à 01h02
    Afficher/Masquer

    il y avait aussi eu un sondage des britanniques sur les institutions, on avait l’UE dans les toutes dernieres places, juste devant coree du nord, iran et arabie saoudite.

    link to news.yahoo.com


    • davaosmile Le 26 mars 2014 à 09h36
      Afficher/Masquer

      Ce qui prouve la fiabilité impressionnante de ce genre de sondage ….


      • step Le 26 mars 2014 à 11h25
        Afficher/Masquer

        pourquoi le sondage serait non fiable ? C’est peut être que le résultat n’est pas celui attendu !

        En général quand on est fiévreux, il y a toujours bizarrement quelqu’un qui suggère que c’est un problème de thermomètre…


      • nouche Le 26 mars 2014 à 14h40
        Afficher/Masquer

        ah les sondages, effectivement il faut eviter de batir une politique dessus
        Hors justement tous nos occidentaux, defenseurs de la revolution a Kiev, se basent sur des sondages faits en Ukraine pour nous marteler que les neonazis au pouvoir ne sont pas dangereux avec 10% d’intention de votes.
        Doit-on leur rappeler l’histoire, Hitler en 33 avait tous les sondages contre lui.

        Sinon il se trouve que de nouveaux sondages sur Poutine sont sortis aujourd’hui, et il explose des records de popularite, 80%
        link to fr.ria.ru
        dire qu’il etait au plus bas en fin 2013, dixit le figaro, avec 61% :
        link to lefigaro.fr

        il faut bien sur rappeler l’abscence de liberte de la presse en russie pour expliquer en grande partie ces sondages merifiques, mais il y a eu aussi les evenements a Kiev, les neonazis, les declarations russophobes, cela ressere une nation derriere son leader. C’est ce qu’ont essaye de faire les leaders de l’occident ces derniers temps en nous agitant la menace rouge, sans grand succes, surement du au fait que c’est tres factice.


        • Boutros Ouardi Le 27 mars 2014 à 18h06
          Afficher/Masquer

          L’absence de liberté de la presse en Russie ? Encore une tarte à la crème anti-russe, qui, à force de répétition, fini par prendre la forme d’une vérité.
          Non pas que la liberté y soit totale, mais nos médias français sont au moins aussi corrompus. Je pense en fait, qu’il le sont davantage.

          Il n’est qu’a constater le déchainement de propagande, et je pèse mes mots, anti-russe de la part du journalisme français pour être fixé.
          D’un autre coté, les agissement criminels, et je pèse mes mots, des États-Unis en Ukraine sont simplement non évoqués par la presse “libre” allant du Figaro à Libé en passant par Le Monde.


  2. casper Le 26 mars 2014 à 01h50
    Afficher/Masquer

    En même temps le 76% de Poutine, il a été mesure comment et par qui?

    Cela dit je ne remet pas en question la nullité des 3 autres.


  3. Erstam Le 26 mars 2014 à 02h23
    Afficher/Masquer

    Moi aussi je voudrais plus de précision sur le sondage!

    Soit dit au passage, afin de toucher le maximum de personne et de faire de l’information correcte, je pense qu’il est nécessaire de limiter les “informations” donnant l’impression que le site “Les crises” est pro-poutine, comme ce sondage sans sources et très partisan.
    J’ai une totale confiance dans votre volonté d’informer de manière neutre, Oliver, mais il faut se rappeler une propriété fondamentale de l’esprit humain: il change sa façon de voir en fonction de l’opinion du groupe (car l’humain est un animal social). Dans un environnement médiatique où Poutine est décrit comme un monstre et où remettre en question l’UE est assimilé à soutenir Poutine, il est essentiel de se montrer aussi neutre que possible.
    Sinon, les lecteurs potentiels viendront, regarderont 5 secondes, jugeront que ce site est un “site complotiste pro-russe” et le jetteront à la poubelle. L’information n’a de valeur que si elle est partagée.


    • Crapaud Rouge Le 26 mars 2014 à 07h08
      Afficher/Masquer

      Ca veut dire quoi “pro-poutine” ? Il est vrai que, pour l’instant, je n’ai trouvé ici aucune critique de Poutine, mais l’on voit bien que la Crimée ce n’est pas la Tchétchénie… En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’il est impossible d’être “pro-occidental” ou “pro-UE”. Lisez ça link to olivierdemeulenaere.wordpress.com:
      Lors de la sélection, l’employeur a réparti les postulants en trois groupes et leur a montré un billet de 50 euros :

      “Le billet fera partie du salaire de celui qui arrive à le prendre”,

      a-t-il annoncé avant de le laisser tomber au sol. Clio a soudainement vu se jeter autour d’elle des candidats avides, du billet mais surtout du poste. Elle a reçu des coups dans les jambes, les bras, la tête… Résultat ? Lésion d’une vertèbre dorsale…

      Les responsables n’ont même pas eu la décence d’appeler une ambulance alors que la jeune femme ne pouvait plus se lever. Finalement, c’est grâce à l’aide d’une amie qu’elle a pu se rendre à l’hôpital. Après un arrêt maladie de presque un an, elle vient de porter plainte contre l’entreprise, qui, entre temps, a changé de nom et d’adresse.

      Imaginez une seconde que la même scène se soit produite en Russie : la “presse-système” se serait déchaînée contre ce pays de sauvages !


      • Erstam Le 26 mars 2014 à 08h43
        Afficher/Masquer

        Pro-poutine, ça veut dire que si vous parlez avec des gens dans la rue de la situation en Ukraine et que vous remettez en cause la parole de l’UE/USA, les gens ne vont pas vous dire:
        “Vous êtes quelqu’un qui s’informe, c’est bien.”
        A la place, on vous dira: “Vous êtes pas russe vous par hasard, pour tenir un discours pareil.”

        Quand on s’intéresse au marketing, on découvre que c’est l’image et non le produit qui fait vendre. Je connaissais un site superbement bien fait sur le nucléaire, dont l’auteur (japonais) a malheureusement mit une photo de Ultraman criant “Vive le Japon” en guise d’image de présentation. Pour avoir lu ce site, je peux vous assurer qu’il était très bien documenté. Et bien aucune des personnes à qui je l’ai conseillé ne l’a lu parce que: “Ben, Ultraman ça fait pas très sérieux.”

        Le cerveau humain est fait de sorte que l’inconscient nous rend plus ou moins permébale aux informations qu’on reçoit en fonction de notre passif, de l’environnement social et d’une chiadée d’autres paramètres qui font l’objet d’études poussées de la part d’instituts de recherches financés tant par le public que le privé depuis plus d’une cinquantaine d’années (lisez donc Neuro-esclaves). Avant de juger le contenu, les gens jugent la boîte (vous et moi pareil) et c’est pour ça que les meilleures informations partent à la poubelle sans même être lues.

        En résumé, diffuser l’information n’est rien si personne ne la lit. Et si vous voulez que plus de 5% de la population lise le site “Les crises”, il faut l’enrober de manière à le présenter comme un outil de référence en matière d’information et non pas comme ce que les gens risquent de croire: un site de désinformation pro-poutine.

        Et si vous n’êtes pas convaincu, reprenez les coms de tous les articles sur l’Ukraine précédents, il y a au moins un com par page qui accuse Olivier d’être pro-russe. Preuve que l’emballage n’est pas assez soigné.


        • Jéjé Le 26 mars 2014 à 09h29
          Afficher/Masquer

          Donc par exemple, si tu avais été allemand lorsque l’Allemagne était en guerre contre le reste du monde, tu te serais contenté des informations dispensées par Goebbels, et surtout tu ne serais jamais allé lire les informations des alliés? Tu diras ce que tu veux, il y a beaucoup d’informations sur ce site qu’on ne trouve nulle part dans la presse occidentale. Ainsi que le préambule du blog l’explique, il s’agit d’une contre-offensive au biais forcément pro-occidental de notre presse (comme dans toute guerre). D’ailleurs si tu lis bien certains posts de ce blog tu verras combien la presse occidentale nous incite à haïr sans limite les russes, et même pourquoi pas, à aller faire la guerre pour “libérer” la Crimée. Tu seras sans doute l’un des premiers à t’engager je suppose??


          • Erstam Le 26 mars 2014 à 10h25
            Afficher/Masquer

            Moi, m’engager? Non. De la même manière que les 5% de français (à la louche) qui se renseignent. J’aime la vérité autant que toi.
            Mais les 95% de gens qui lisent des mensonges eux s’engageront. Et à 5 contre 95, on se fera broyer.

            C’est une guerre de la vérité contre le mensonge. Le mensonge utilise des armes de marketing massif. Alors que la vérité se bat au couteau. J’ai peut-être écris maladroitement (carrément vu que personne ne m’a comprit ^^’).


        • Le Kaiser Le 26 mars 2014 à 09h41
          Afficher/Masquer

          En même temps, si c’est le marketing qui t’intéresse, change de site. Les gens qui lavent leur cerveau tous les jours avec la télé, ce n’est pas les faits qui les intéressent, c’est les couleurs, les odeurs, les messages subliminaux. Des girouettes qui ne pisseront jamais contre le vent. Bref laisse les gens de les-crises.fr faire leur boulot d’information, moi c’est ça qui me plait.


      • Olivier Berruyer Le 26 mars 2014 à 10h09
        Afficher/Masquer

        “je n’ai trouvé ici aucune critique de Poutine”

        Vous exagérez un peu, mais bon, sur cette affaire, il n’a que 10 % des torts…

        Après, il y a de quoi le critiquer sur plein de sujets, mais :
        1/ je n’ai pas que ça à faire
        2/ quitte à passer du temps, je parlerais plutôt de nos amis, les barbares d’Arabie Saoudite ou du Quater, ou l’Égypte et ses 500 condamnations à mort de la semaine, ou, mieux, la Chine reçue avec un tapis rouge aujourd’hui même à Paris… Mais attention, c’est pour du bizinesse !


        • Erstam Le 26 mars 2014 à 10h21
          Afficher/Masquer

          Bon, bon, bon…
          Je crois que je n’ai pas été clair dans mon message et que vous ne l’avez pas compris. Je vais le résumer.

          Si un homme honnête présente la vérité de manière maladroite, il ne sera pas écouté.
          Si un homme fourbe présente un mensonge de manière adroite, tout le monde le croiras.

          J’ai lu récemment qu’il y a maintenant plus de communicant en relation publique aux USA qu’il n’y a de journalistes. Moralité, il faut se battre avec les armes de l’adversaire. Et utiliser la com contre ceux qui utilisent la com.


          • Surya Le 26 mars 2014 à 10h59
            Afficher/Masquer

            Sur ce blog, il me semble que la politique a toujours été de ne pas prendre les lecteurs pour des abrutis ;)


            • Erstam Le 26 mars 2014 à 11h06
              Afficher/Masquer

              Et j’en suis très reconnaissant à Olivier. ^^’

              Non mais en fait je parle de com alors que moi même je n’arrive pas à vendre mes idées. Je pense que je vais aller me coucher. :-D


        • Goldfinger Le 26 mars 2014 à 11h42
          Afficher/Masquer

          Bonjour Olivier,

          Votre réponse est très posée, cohérente, brève mais pas lapidaire.

          Je suis d’accord à 99,99 % (je garde les 0.01% en réserve par esprit critique ;-) )

          Très cordialement.


      • step Le 26 mars 2014 à 11h28
        Afficher/Masquer

        @crapaud

        tiens j’ai écris dans le billet suivant, quelque chose de très similaire dans l’esprit, et sans t’avoir lu. Amusant !


  4. Emmanuel Grenier Le 26 mars 2014 à 05h28
    Afficher/Masquer

    Même réaction que les précédentes, autant je trouve excellente l’idée de la comparaison et de l’infographie, autant la question de la validité des 76% a surgi après qq secondes.


  5. fabien775 Le 26 mars 2014 à 05h43
    Afficher/Masquer

    Je suis un peu d’accord avec les autres commentaires, si en Occident nous ne sommes plus vraiment en démocratie, la Russie reste encore un moins bon exemple et je ne crois pas que Poutine est les mains très propres.


    • FL Le 26 mars 2014 à 09h09
      Afficher/Masquer

      C’est bien de mettre en doute un sondage qui pour commencer, n’est par définition qu’une probabilité et gardons à l’esprit que le terme “popularité” n’est pas un qualificatif particulièrement précis et quantifiable.
      Il reste cette comparaison qui est l’occasion de comparer (encore une fois, merci Olivier).

      Ainsi, je peux comprendre l’admiration sans limite que porte le peuple Américain (des Etats-Unis d’Amérique) à leurs représentants au parlement. Ce sont pour la plus part, les lobbyistes et les défenseurs acharnés des intérêts des malheureux riches du 1% supérieur menacés dans leurs bonnes consciences par la pauvreté des vrais pauvres de leur pays

      Je peux comprendre l’enthousiasme des Français pour leur chef suprême qui par exemple, à sa manière, franche, dit toujours et très exactement ce qu’il pense ou va faire. Il suffit de considérer l’inverse (fonction 1/x) de ce qu’il dit pour savoir ce qu’il fait ou ferra…
      Quand à ce qu’il ne dit pas mais qu’il fait, c’est l’équivalent en mathématique, d’une division par zéro!

      Je peux comprendre l’amour du peuple Américain (des Etats-Unis d’Amérique) pour leur président qui ne dit pas ce qu’il fait mais le fait bellement avec constance et application.
      En effet, il endette son pays toujours plus pour protéger l’accroissements de la richesses déjà la plus “Babellienne”, du 1% (déstabilisant plus que dangereusement l’économie mondiale), il maintient en activité Guantanamo la démocratique, il soutient toutes sortes d’humaines dictatures quand il ne les met pas en place (Egypte récemment, Venezuela bientôt), il utilise avec délicatesse ses drones tueurs au Pakistan et ailleurs (hors de toutes légalités) et pour finir il espionne (jusqu’au fond des chiottes, c’est le cas de le dire et avis aux lecteurs dans les toilettes), les êtres humains dans leur entièreté ou presque pour connaitre le font de nos pensées de citoyens et de nos désirs de consommateurs…

      Alors bien sûr Poutine…, qui reprend le contrôle pour son pays, des richesses minières et énergétiques de la Russie au dépend des “capitaux” occidentaux (qui pensaient les avoir définitivement, bien mal acquises, lors de l’effondrement de l’URSS), Poutine le nouvel Hitler, qui défend les intérêts stratégiques de la Russie face à la “botte” OTANniène, Poutine le nouveau Staline, qui réintègre une région (plus Russe que Luxembourgeoise tous de même), Poutine le mafieux, qui donne le goût du future à son pays comme à Sotchi (comme si en France nous n’avions pas utilisés les mêmes stratagèmes, rappelons-nous; Killy-Goitschel et consorts et les stations Alpines), Poutine, Poutine, Poutine…ad nauséum

      Conclusion: les Russes sont assez grands pour savoir ce qui leur convient, les Ukrainiens aussi, à condition de ne pas attiser les braises…
      Quand à nous, occupons nous de nos affaires qui n’étant pas si bonnes que ça, méritent toute notre attention.


    • Theoltd Le 26 mars 2014 à 09h44
      Afficher/Masquer

      Des faits. Lorsque vous dites “je ne crois pas que Poutine ait les mains très propres” vous émettez seulement un jugement du type: “Ce type est Arabe ou noir, je ne pense pas qu’il soit honnête.”
      Des tas de personnes autour de moi raisonnent exactement de la meme façon, mais quand on leur demande d’ennoncer un fait qui appuyerait cet argument que Poutine est un type pas très honnête, ils n’en trouvent pas. De la meme façon est pris ce sondage: On le lit avec un a priori que la Russie n a pas d’Instituts de sondages, et que s’ils en ont, ils ne sont pas fiables.
      (A propos de la Russie, il y e a qui disent encore d’ailleurs URSS !)
      Non, la Russie a connu une croissance incroyable ces 20 dernières années. Moscou a complètement changé, avec des Buildings modernes et des bars accueillants. Il y a des instituts de sondage tout aussi fiable que les nôtres, a vous de juger ce que cela veut dire pour vous.
      Il est clair qu’une très grande majorité de la Population le soutient. (J’ai travaillé 5 ans en Russie, et j’y ai de très nombreuses relations)
      Ce que vous devez comprendre dans cette histoire, c’est que des le début, l “Europe et les Etats Unis sont dans le mauvais camp dans cet histoire.

      1/ En fomentant les troubles qui ont conduit au renversement d’un président élu et notamment en tentant de forcer la main a une signature qui ipso facto signifiait un départ des troupes russes de Crimée, alors que la Russie avait légalement jouissance de La Crimée jusqu’en 2047, ce qui a justifié l’opération Russe.

      2/ En signant un accord avec la Russie et l’Ukraine, dans la Nuit qui a precede la fuite du président, seul accord légal qui aurait permis une stabilisation de la situation puis bafouant depuis cet accord en reconnaissant le gouvernement installé au pouvoir par la force.

      3/ En refusant systématiquement des enquêtes sur les tireurs de Maidan, enquetes réclamées par la Russie.

      4/ En critiquant Poutine de manière indigne (a propos du referendum en Crimée) tout en n’instaurant pas de son coté des ‘ELECTIONS en UKRAINE, par peur du résultat.

      Avec de tels comportements, il est clair que POUTINE s’érige en défenseur des valeurs démocratiques, par rapport a ce que sont devenus les nôtres.

      Et pour finir oui, nous on a de l’info, les pauvres russes eux, sont soumis a propagande. Les povres! Ils sont vraiment arriérés ces peuples. Vivement qu’on les bombarde.


      • niethil Le 26 mars 2014 à 10h52
        Afficher/Masquer

        “Il est clair qu’une très grande majorité de la Population le soutient. (J’ai travaillé 5 ans en Russie, et j’y ai de très nombreuses relations)”

        Je suis d’accord, le chiffre de 76% n’est absolument pas étrange, c’est plus ou moins ce à quoi je me serais attendu si c’était moi qui avait fait faire le sondage.


        • Theoltd Le 26 mars 2014 à 11h04
          Afficher/Masquer

          Oui, via ses amis, via Facebook, via internet on peut sentir si quelque chose est populaire ou pas. Ca vous etonne?
          Par exemple, ici, de sondage donnent une très bonne popularité a Fabius, pourtant, parmi les gens avec qui je travaille, les commerçants avec lesquels je discute, je ne ressens pas cette adhésion.
          Vous savez, il faut savoir observer ce qui se passe dans notre proche entourage, pour comprendre ce qui se passe dans un horizon plus lointain.
          Ca n’a aucune valeur mathématique bien sur. Ni les sondages d’ailleurs, régulièrement
          mis en défauts lors des élections….


    • Dany Le 26 mars 2014 à 12h58
      Afficher/Masquer

      Sans doute, Vladimir Poutine n’est pas parfait, mais je trouve que dans cette situation , il a eu une attitude très pondérée et qui mérite le respect. Heureusement qu’il n’est pas entré dans l’engrenage dans lequel l’UE et les USA essaient de l’entraîner! Pourvu que la solution diplomatique puisse être la voie choisie. Hélas, quand on voit que la Russie a été exclue du G8, ce n’est pas vraiment ce qui se profile!


  6. Bruno Le 26 mars 2014 à 06h09
    Afficher/Masquer

    Les sources sont citées, VTsIOM pour le sondage Poutine.
    VTsIOM est devenu très respecté par les académiciens et les journalistes tant en Union soviétique qu’à l’Ouest pour son objectivité et professionnalisme. voir Wikipedia
    link to fr.wikipedia.org


  7. toutouadi Le 26 mars 2014 à 06h20
    Afficher/Masquer

    Mickey et dieu sont aussi très populaires !!
    Je ne vois pas en quoi la popularité a quelque chose à voir avec la démocratie !!


    • GROS Le 26 mars 2014 à 07h37
      Afficher/Masquer

      En occident, on a dans l’idée que Démocratie = c’est bien ; et que tout le reste = c’est mal. (on a du mal à accepter que puisse exister d’autres systèmes qui seraient probablement plus adaptés à d’autres pays).
      De même : populaire = c’est bien, et impopulaire = c’est mal.
      Ainsi par association d’idée : populaire = c’est bien = démocratie.

      Ce raisonnement a des airs de syllogisme, et c’est sûr que ça vaut ce que ça vaut.

      L’illustration la plus flagrante de cette tromperie intellectuelle, c’est qu’aujourd’hui la démocratie a remplacé le christianisme dans les croisades contemporaines : l’occident s’assoit bien comme il faut sur les principes même de la démocratie et la dénature, mais la met en avant pour envahir de nombreux pays et commettre des massacres sous prétexte que cela est nécessaire à apporter la bonne parole de la démocratie. (et s’accaparer quelques richesses pétrolières au passage, faut pas déconner non plus. Autant joindre l’utile à l’agréable…)
      Pas si différent de l’époque où on brandissait la bonne parole du christianisme pour aller piller quelques pays au moyen orient, alors même que, sur ces valeurs, il y avait largement de quoi balayer devant notre porte à domicile.

      Finalement, les mentalités des gouvernants n’ont pas tant changé que ça depuis le moyen âge…


      • Crapaud Rouge Le 26 mars 2014 à 08h00
        Afficher/Masquer

        Rien à ajouter, c’est parfait. Mais j’ajouterai quand même un indice : le saccage de Constantinople par les Croisés (link to fr.wikipedia.org). C’est bien l’idéologie de l’époque, (la foi), qui compte, pas les faits réels : “Le message du clergé est conçu pour rassurer et encourager les Croisés. Leur argument selon lequel l’attaque de Constantinople est d’ordre spirituel s’appuie sur deux thèmes. Tout d’abord, les Grecs sont des traîtres et des assassins, car ils ont tué leur seigneur, Alexis IV. Le langage ecclésiastique incendiaire utilisé affirme que « les Grecs sont pires que les Juifs », et ils invoquent l’autorité de Dieu et du pape à prendre des mesures.

        Pour l’Irak de Saddam Hussein ça donnerait ceci:

        “Le message de Bush est conçu pour rassurer et encourager les Occidentaux. Son argument selon lequel l’invasion de l’Irak est d’ordre démocratique s’appuie sur deux thèmes. Tout d’abord, Saddam Hussein est un dictateur et un assassin, car ils a gazé toute une ville d’opposants Kurdes. Le langage occidental incendiaire utilisé affirme que « Hussein est le nouvel Hitler », et il invoque l’ONU à prendre des mesures.” (Le pire, c’est que je n’invente rien, Bush l’a vraiment dit, c’est ici link to rense.com)


        • Kiwixar Le 26 mars 2014 à 10h09
          Afficher/Masquer

          Comme aujourd’hui, c’était le pognon plus que la foi : la 4e croisade a été détournée sur Constantinople par les Vénitiens, qui se sont octroyé les 3/4 du butin et 1/4 des territoires.
          + Les Franj avaient à coeur de venger leurs ancêtres Troyens (le mythe de l’origine troyenne des Français est déjà bien établi au 13e siècle, les parisii qui fondèrent Lutèce devaient leur nom à Pâris, fils de Priam).


      • toutouadi Le 26 mars 2014 à 08h29
        Afficher/Masquer

        Oui, tout à fait, la démocratie ne se décrète pas et s’impose encore moins, elle se bâtie.
        Si la démocratie ne peut que se pérenniser dans un environnement universaliste, les luttes d’émancipation des peuples passent souvent par des phases nationalistes.

        On ne doit pas confondre le nationalisme en tant que moyen de transition et de lutte et le nationalisme comme but ultime d’assouvissement.
        Tout comme on ne doit pas confondre l’internationalisation des marchés (globalisation) au bénéfice d’une minorité et l’internationalisation d’une économie constitutionnalisée au profit de la collectivité et des générations futures.


      • toutouadi Le 26 mars 2014 à 09h13
        Afficher/Masquer

        Accréditer et défendre Poutine sous prétexte qu’il s’oppose, avec une certaine légitimité, à nos fausses démocraties et nos vrai oligarchies, c’est du délire !!


        • Theoltd Le 26 mars 2014 à 10h19
          Afficher/Masquer

          Le défendre de quoi au juste?
          A oui c’est vrai, il est naturellement accusé. C’est dans les gènes.


  8. Kiwixar Le 26 mars 2014 à 06h54
    Afficher/Masquer

    Ce serait bien d’avoir la définition de popularité (opinion favorable?) dans chaque cas. Autant la bonne popularité chez lui de Poutine ma parait plausible (la qualité de vie des Russes s’est bien améliorée en 16 ans), autant je suis sceptique sur le chiffre d’Obama. Beaucoup d’electeurs démocrates ont du voter pour lui pour éviter un republicain tout en etant tres decus par sa politique bushienne voire pire (drones, nsa). Il n’est pas exclu qu’il soit au niveau de Hollande.


  9. Norton Le 26 mars 2014 à 07h18
    Afficher/Masquer

    Sources:VTsIOM,NBC,ITele,gallup,…s’est écrit dessus,non?


  10. C Balogh Le 26 mars 2014 à 07h25
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Devant la manipulation médiatique de l’Occident(Poutine est un monstre) il est nécessaire à mon sens de “remettre l’église au milieu du village”, je crois que c’est le but de cet article,
    Cordialement.


  11. JPH2293 Le 26 mars 2014 à 07h37
    Afficher/Masquer

    Ah, c’est vrai que le taux de popularité dans un pays gangrené par la corruption où l’opposition y est encore muselé, le taux de popularité est représentatif… de quoi au fait ? Je ne vois pas vraiment le rapport entre popularité et ce qui se passe en Crimée.
    Triste de voir un très bon blog passer d’un euroscepticism argumenté à un poutinism (pardonnez moi) un peu incompréhensible…


    • step Le 26 mars 2014 à 11h41
      Afficher/Masquer

      il y a une différence entre le “poutinisme” et l’anti “anti-poutinisme”. Mais effectivement il faut avoir une logique moins binaire que celle pratiquée en diplomatie ces 30 dernières années (ie la théorie boushiste (tiens je m’y met mois aussi) du “si t’es pas un gentil (ie un allié) t’es un méchant”).

      Bigre si on avait appliqué cette doctrine on aurait été un pole de “l’axe du mal” pendant toute la période gaulliste.


  12. reneegate Le 26 mars 2014 à 08h46
    Afficher/Masquer

    Si ce sondage reflétait l’opinion de la population européenne il serait très encourageant car la preuve que le bashing anti poutine depuis sotchi ne marche pas. Cependant je reste septique sur le panel. Il est vrai aussi, que la diplomatie russe est tellement pondérée et cohérente en comparaison avec la notre ….


  13. Bernard Le 26 mars 2014 à 08h47
    Afficher/Masquer

    il ressort de ce graphique ,que les impopulaires se servent des guerres pour mobiliser leur opinion a leur avantage , vieille technique du pouvoir pour détourner l’attention de leurs échecs.


  14. Laurent Le 26 mars 2014 à 08h50
    Afficher/Masquer

    Ça doit être les mêmes sondages qu’on a de temps en temps pour savoir si on approuve la politique du président.


  15. Ivan Le 26 mars 2014 à 08h56
    Afficher/Masquer

    En même temps, je trouve qu’on est aujourd’hui mieux informé en lisant RIA novosti que l’AFP…
    Les temps changent.


  16. FLURY Le 26 mars 2014 à 08h58
    Afficher/Masquer

    C’est bien çà, je dis rien…


  17. Epsilon Le 26 mars 2014 à 09h17
    Afficher/Masquer

    Bon, vous savez ce que valent les sondages d’opinion non? Ce sont les médias qui font les opinions, et donc, selon vous, la légitimité. Aujourd’hui Sarkozy suivrait la même politique que Hollande, il serait peut-être à 40% car soutenu par sa clique.


  18. toutouadi Le 26 mars 2014 à 09h36
    Afficher/Masquer

    Poutine a mit la Russie en coupe réglée pour son plus grand bénéfice, celui de son cercle et de ses rêves de grandeurs, tout comme les marchés nous assouvissent pour leurs plus grands profits !!
    On ne veut pas de maître, ni avec des pectoraux saillants ni avec des cravates accordées aux costumes.


    • C Balogh Le 26 mars 2014 à 09h53
      Afficher/Masquer

      Bonjour Toutouadi,
      Je suis comme vous et je ne veux pas de maitre.Mais les faits sont têtus, qui dans l’histoire du monde fait de l’expantionnisme acharné?
      Je n’ai pour ma part pas vu la Russie d’aujourd’hui mettre à feu et à sang la moitié du globe pour l’avaler, entière ou déchiquetée…..
      Et pourtant, j’aurai des raisons d’en vouloir à l’ex Union soviétique, qui je le rapelle n’existe plus.


    • Olivier Berruyer Le 26 mars 2014 à 10h19
      Afficher/Masquer

      “Poutine a mit la Russie en coupe réglée pour son plus grand bénéfice, celui de son cercle et de ses rêves de grandeurs, tout comme les marchés nous assouvissent pour leurs plus grands profits !!”

      Une chance que l’UMP et le PS n’aient pas mis le pays en coupe réglée au bénéfice d’une caste ! ;)


      • toutouadi Le 26 mars 2014 à 10h29
        Afficher/Masquer

        L’un ne justifie pas l’autre, sinon il faudrait défendre le FN qui s’oppose aux PS et à l’UMP !!


        • Olivier Berruyer Le 26 mars 2014 à 10h54
          Afficher/Masquer

          Ah, le point Godwin FN, merci…

          Ou alors défendre le droit d’avoir des partis équilibrés, de bon sens, défendant l’intérêt général, qui s’opposent aux PS et à l’UMP. Ce qui est impossible dans le cadre non démocratique actuel…


    • toutouadi Le 26 mars 2014 à 10h36
      Afficher/Masquer

      Correction d’un contre-sens: assouvissement –> asservissement


    • step Le 26 mars 2014 à 11h43
      Afficher/Masquer

      “ni avec des cravates accordées aux costumes.” Je comprend mieux pourquoi Hollande n’arrive pas à s’imposer en france….


  19. Funambule Le 26 mars 2014 à 09h47
    Afficher/Masquer

    Amusant de voir comment certains remette en cause la cote de Poutine.
    Il reste toujours ce réflexe de croire qu’il n’y a que de par chez nous que tout est bien fait, sans partit pris ni traficotage des chiffres etc.
    Personne n’a demandé comment on été réalisé les sondages pour Hollande and co. Non c’est partit bille en tète sur la remise en cause des 76%.
    Normal, pour nous, il est inconcevable d’avoir cette cote de popularité sans bidouillage.
    Et puis, c’est la Russie quoi, faut pas déconner. Ya qu’en occident que… Que quoi au juste ?

    Nous sommes tellement imbus de nous même que je crois que si, demain, on annonce que les Aliens on débarqués en ouzbequistan, ça fera rire toute la communauté internationale: Tout le monde sais qu’ils ne peuvent débarquer qu’aux States.


    • Steve.C Le 27 mars 2014 à 14h40
      Afficher/Masquer

      Puis si on arrive a justifier que le sondage est fiable en Russie, la dernière cartouche des “endormis médiatiques” sera de vous dire “oui mais avec la propagande qu’ils subissent, c’est normal…”. La je répond par une citation d’Adrien Abauzi “oui mais vous en regardant la presse occidentale, vous avez fait une suspension consentie de votre incrédulité”!


  20. albert Le 26 mars 2014 à 09h48
    Afficher/Masquer

    Le billet (et d’autre remarque dans les billets précédent) veut nous faire croire que le niveau de démocratie en france est inférieur à celui de la russie.
    Les 2 arguments avancés (popularité des dirigeants et désinformation) sont exacts, mais ils ne permettent pas à eux seul de juger le niveau de démocratie.

    Ca serait sur une bonne blague, si ce n’était pas du sophisme, aussi mesquin que celui qui est dénoncé


    • Olivier Berruyer Le 26 mars 2014 à 10h16
      Afficher/Masquer

      “Le billet (et d’autre remarque dans les billets précédent) veut nous faire croire que le niveau de démocratie en france est inférieur à celui de la russie.”

      Vous délirez là ?


    • step Le 26 mars 2014 à 11h58
      Afficher/Masquer

      tenir compte des aspirations populaires (ce qui a en général tendance à accroitre la popularité, bizarrement) et être en démocratie sont deux notions bien distinctes. Une régime de type dictatorial peut très bien tenir compte des aspirations populaires, et une démocratie peut très bien les ignorer royalement (hum…l’exemple est assez facile à trouver… un indice : 2005).

      Il ne faudrait pas voir à confondre structure (d’un régime politique) et action (d’un régime politique). On peut très bien avoir une clé à la main et s’en servir en tant que tournevis, et avoir un tournevis dans la main et s’en servir pour faire sauter un loquet !

      A titre personnel, je préfère la clé pour ouvrir la serrure, la logique est sensée être plus simple entre la structure et l’objectif, idem pour les régimes politiques. Le monde réel n’est malheureusement pas aussi simple et la novlangue qui appèlle “démocratie” des républiques, est mortifère pour bien des concepts !


    • JCC Le 26 mars 2014 à 20h28
      Afficher/Masquer

      Justement… Dites nous ce qui vous fait penser que nous sommes en démocratie en France davantage qu’ailleurs. Puis décrivez nous en quoi être une démocratie nous autorise à imposer notre choix aux autres peuples…


  21. C Balogh Le 26 mars 2014 à 10h05
    Afficher/Masquer

    Nous rentrons gentiment dans le duel que l’on veut nous faire gober, de nouveau, c’est L’ouest ou l’Est.En tous cas, dans cette affaire de l’Ukraine, il me semble clair, je me répète mais, que ce chef d’Etat nous a évité une guerre en Syrie, et qu’il nous évite(pour l’instant) la guerre mondiale.
    C’est tout ce qui m’intéresse.
    Après, il est tout de même clair que notre république est loin d’être une démocratie.Nous ne sommes pas obligés de comparer avec la Russie.(nous avons si peu d’élements, des témoignages russe, par exemple)
    Je pense que pour rester objectifs, nous pourrions essayer de trouver le nombre d’émigrés venant de russie parce que la vie là-bas ne respecte pas les droits de l’homme.
    Combien y a t-il eut de demandes d’asile résultant de la politique venant de la Russie?
    Ne tombons pas dans le piège typiquement made in USA de l’ingérence.


    • Kiwixar Le 26 mars 2014 à 10h53
      Afficher/Masquer

      Avec l’UERSS, vous êtes en train de vous retrouver du mauvais côté du nouveau rideau de fer, avec un Politburo, des apparatchiks et de l’alcool frelaté… Côté est, au moins il y aura du gaz pour se chauffer et du pétrole pour se bouger. ;-)


  22. strauss Le 26 mars 2014 à 10h33
    Afficher/Masquer

    Autant votre travail sur maidan, ses dérives gouvernementales actuelles et le rôle de l’ue et des américains était essentiel, autant avec vos derniers articles vous vous enfoncez dans une caricature qui met en péril votre travail précédent. Quel intérêt ces sondages sans fondement ? pourquoi revenir au discours de Poutine ? Il est évident que le gouvernement actuel de Kiev, non élu et nationaliste, est en train de mener l’ukraine à une catastrophe, mais vous ne pouvez tout de même pas nier que les russes en profitent pour faire eux aussi une politique agressive et dangereuse tout menant chez eux une politique répressive.
    J’ai trouvé dans ces 2 textes des éléments qui me paraissent intéressants. Les avez vous lus ?
    link to blogs.mediapart.fr
    link to blogs.mediapart.fr


    • Olivier Berruyer Le 26 mars 2014 à 10h53
      Afficher/Masquer

      “Quel intérêt ces sondages sans fondement ?”

      J’en vois un, et ils ont du fondement – enfin, autant que tous les sondages…

      “Politique agressive et dangereuse”

      J’ai du mal à voir uen agression, mais bon. Cela pose tant de problèmes que ça que les types de Crimée décident pour la première fois de leur avenir ?

      Cela aurait dû être mieux fait, mais l’Occident n’avait qu’à négocier avec Poutine, au lieux de mener des actions talibanesques.

      Moi, je vis dans un pays où mes dirigeants, élus, sont venus me dire que des nazis n’étaient pas d’extrême droite, et qu’un gouvernement putschiste était légitime. J’ai donc perdu une bonne partie de mon droit d’ouvrir ma bouche pour critiquer les choses imparfaites que font d’autres pays…


    • Kiwixar Le 26 mars 2014 à 11h06
      Afficher/Masquer

      L’intérêt de comparer dans 1 même graphe la popularité des dirigeants est de mettre le doigt sur l’énorme popularité de Poutine dans son pays, par rapport à la propagande occidentale qui le présente comme un “dictateur monstrueux le couteau entre les dents prêt à tout y compris annexer le Guatemala et napalmiser le Vatican”.
      Réfléchissez donc sur ce que Poutine a apporté à la Russie pour être aussi populaire, et relisez les articles de Sapir décrivant la situation du pays après Eltsine.

      L’intérêt de lire le discours de Poutine est d’avoir son point de vue non-filtré non-déformé par les médias occidentaux. A nouveau, réfléchissez un peu sur la situation des médias dans votre pays.
      + Imaginez un instant l’hystérie de ces medias si la Russie avait une centaine de bases militaires entourant les USA, et qu’ils essayaient un coup d’Etat au Canada avec des nazis interdisant aux Québécois de parler français…


  23. Julien Le 26 mars 2014 à 10h35
    Afficher/Masquer

    Y a t-il quelque chose à déduire de ce graphique ? S’il n’y a pas d’information, j’en déduis qu’il doit y avoir un message ? Quel est-il ?

    Olivier, ce qui m’a plu dans les-crises, et dans vos livres, que j’ai particulièrement apprécié et dont j’ai fait une promotion acharnée, c’était un bel effort d’objectivité, voire de neutralité, qu’on trouve peu, voire pas du tout ailleurs. C’est ce souci qui vous distinguait fondamentalement des autres.

    Hélas depuis quelques temps, et bien avant l’affaire russe, mon sentiment est que ce n’est plus cette préoccupation qui vous gouverne.

    Les pamphlétaires ne manquent pas sur le web, et de tous bords. En choisissant de les rejoindre vous vous fondez dans la masse et vous perdez ce qui faisait de cet endroit un endroit à part.

    Après, je n’ai pas la prétention de vous dire quoi faire, libre à vous bien sur de faire évoluer ce blog comme vous en avez envie bien sur… Voilà juste ce que j’en pense en toute amitié.


    • Olivier Berruyer Le 26 mars 2014 à 10h48
      Afficher/Masquer

      “c’était un bel effort d’objectivité”

      Ben, il est pas objectif ce graphique ?

      “voire de neutralité, ”

      Ben, j’essaie de l’être… Vous pouvez accepter l’idée qu’on puisse avoir gravement tort dan cette histoire ?

      “Y a t-il quelque chose à déduire de ce graphique ?”

      Oh, peut-être que quand on a 9% ou 17 % de popularité, et qu’on reçoit des dictateurs, on devrait avoir “l’arrogance modeste”… ;)

      Merci en tous cas… Vous aurez plus de faits la semaine prochaine, j’y travaille…


      • Julien Le 26 mars 2014 à 11h22
        Afficher/Masquer

        “Ben, il est pas objectif ce graphique ?”

        Vous êtes sans doute le mieux placé pour le savoir : le contexte importe autant que la véracité des chiffres.
        A mon sens, tendre vers l’objectivité c’est tout sauf présenter des données sans commentaire. Et puis “Je dis ça, je dis rien” c’est justement une expression qui annonce la subjectivité assumée.
        On pourrait aussi discuter de la valeur des cotes d’opinion, et de leur signification, mais c’est une autre débat.

        “Ben, j’essaie de l’être… Vous pouvez accepter l’idée qu’on puisse avoir gravement tort dans cette histoire ?”

        Complètement, et d’ailleurs je vous rejoint dans la plupart de vos conclusions à ce sujet. Mais je ne cherche pas forcément à lire une tribune qui va dans mon sens, enfin pas ici du moins. Surtout si cette tribune commence à utiliser des moyens qui ne sont pas dignes de son auteur. ;)

        “Oh, peut-être que quand on a 9% ou 17 % de popularité, et qu’on reçoit des dictateurs, on devrait avoir “l’arrogance modeste”…”

        La real politik se fout bien des droits de l’homme (malheureusement) et autres cotes de popularité (heureusement ?), vous le savez bien. Rien de nouveau sous le soleil…


        • Surya Le 26 mars 2014 à 11h30
          Afficher/Masquer

          Personnellement ce n’est pas qu’on soutienne des néo nazis qui me choque; mais c’est que ceux qui le font vont ensuite se drapper dans une respectabilité qu’ils n’ont pas. Il suffit de voir le décalage entre le comportement des gouvernants sur l’affaire Ukrainienne et le grotesque “pacte républicain” qu’on nous a vendu dans les médias hier pour faire barrage au FN.


          • Julien Le 26 mars 2014 à 12h14
            Afficher/Masquer

            Je suis bien d’accord avec ce constat et les incohérences que vous soulignez (encore que j’ai un peu plus de mal à ne pas être choqué par le soutien aux néo nazis).

            Mais encore une fois, on est dans le jeu classique de la realpolitik. Non pas que j’approuve, mais il ne faut pas tout mélanger : tout ça n’a rien à voir avec Hollande et sa cote de popularité (que je suis bien loin de défendre également, ayant plutôt une sensibilité de gauche).

            Mettre en perspective cet indicateur avec les manœuvres géopolitiques du moment est à mon avis une erreur, à moins de penser qu’un dirigeant populaire à forcément raison (ou “ha sempre ragione”, tiens, un godwin transalpin, ça change), et qu’un impopulaire a tort, ce qui pour moi s’apparente à la pire des démagogies.
            Les plébiscites, les dirigeants à plus de 80% d’opinions favorables, et les mouvements enthousiastes à la gloire du cher dirigeant, c’est plutôt du côté des régimes autoritaires que ça se situe en général.

            Le jeu de la realpolitik, qui est tout simplement celui de la géopolitique, tous les dirigeants impliqués le jouent, et Poutine en aucun cas moins que les autres, populaires ou pas.
            S’il y a quelque chose à remettre en cause c’est ça, c’est le cynisme de ces règles du jeu, et pas le fait qu’untel soit au dessus ou en dessous de x% “selon les sondages”, franchement, on s’en fout et ça pollue le débat.


  24. Dami1 Le 26 mars 2014 à 10h41
    Afficher/Masquer

    Vu l impopularité de Hollande je me demande quand est ce que l UE va nous aider à le renverser.


  25. Theoltd Le 26 mars 2014 à 10h43
    Afficher/Masquer

    A Strauss:

    Politique agressive?
    Avez vous regardé la carte des installations de l’Otan?

    Répressive chez eux?
    Interessant, vous avez des faits? Vous avez longtemps vécu en Russie?
    De quand date votre dernier voyage?
    Ou alors avec vous une idée virtuelle de la vie en Russie?
    (rassurez vous, c est très répandu ici)

    Revenez ici avec des arguments et on en reparlera.


  26. Macarel Le 26 mars 2014 à 10h44
    Afficher/Masquer

    Poutine, n’est assurément pas un grand démocrate, mais ce qui est certain, c’est qu’il tire sa force de nos faiblesses.
    Plus particulièrement de l’affaiblissement des valeurs dont nous nous réclamons, et que souvent nous imposons par la force à des pays qui nous intéressent surtout de par l’intérêt géostratégique qu’ils représentent pour “nous”.
    Si un tel pays, coopère, alors nous fermons les yeux sur les turpitudes de ses dirigeants, et du régime souvent peu démocratique qui est le sien : exemple l’Arabie Saoudite, le Quatar, et autres pays riches en pétrole, en gaz, ou autres ressources qui sont indispensables au maintien de notre mode de vie gaspilleur, et surtout aux profits de “nos” actionnaires.
    Si un tel pays, ne coopère pas, on le range dans l’axe du mal, et on organise une croisade de “la communauté internationale du monde libre” pour le ramener à de meilleurs sentiments. Concrètement nous le bombardons, en brandissant l’étendard de la démocratie.
    De toute façon, pour maintenir “notre” mode de vie, confortable et énergivore, il nous faut, soit détruire l’environnement et/ou soumettre les contrées qui regorgent encore de ces ressources qui sont vitales à nos économies.
    Poutine, qui disons le clairement est un autocrate, est à la tête d’un pays qui regorge encore de pétrole, de gaz, et d’autres ressources qui nous sont indispensables, il le sait.
    Mais, il est aussi, chose incompréhensible, par des libéraux européens pour qui la nation est un concept du passé, un nostalgique de la Grande Russie. Et il ne joue pas le jeux de la gentille coopération avec “nous”, c’est surtout pour cela qu’il est diabolisé.
    S’il coopérait gentiment, avec nous, on fermerait les yeux, même mieux, il pourrait être loué.
    Tout comme Pinochet, qui bénéficiait de l’amitié de Reagan, et de l’affection de Maggie.
    Ce qui marque le plus le déclin de l’occident, c’est son cynisme, qui ne peut plus être caché derrière la façade de valeurs universelles, que “nous” ne respectons que lorsque cela nous arrange.


    • FL Le 26 mars 2014 à 11h38
      Afficher/Masquer

      Vous dites; “Mais, il est aussi, chose incompréhensible, par des libéraux européens pour qui la nation est un concept du passé, un nostalgique de la Grande Russie.”

      En effet, pour les libéraux la nation est un concept du passé, hors mis les Etats-Unis d’Amérique qui sont La NATION.

      Quand à savoir si Poutine est un autocrate c’est un peu comme si on ce posait cette question à propos de Charles de Gaulle, la question est plutôt de savoir pourquoi y a t-il un autocrate en ce moment en Russie. Cela dit dans un cadre historique et non pas passionnel.


      • Macarel Le 26 mars 2014 à 12h22
        Afficher/Masquer

        @FL

        C’est pour cela que j’ai précisé “libéraux européens”, j’aurais dû dire européistes…

        J’ai dit autocrate, mais pas dictateur…

        Et effectivement, la question à se poser est : “pourquoi un retour du nationalisme grand russe ?”

        Parce que entre autre, en face il y a une Nation particulièrement agressive et expansionniste, les USA. D’autant plus agressive et paranoïaque, qu’elle sent que sa prééminence est menacée.

        Nous sommes d’accord !

        Dans ce jeux là, les européens, ou plutôt les européistes jouent le rôle des “idiots utiles”

        Mais l’Europe s’est suicidée en 14-18, puis en 39-45, et elle parachève sont suicide par l’application stupide et masochiste d’une politique dogmatique néo/ordo-libérale qui est en train de l’asphyxier et de la disloquer.


        • FL Le 26 mars 2014 à 14h24
          Afficher/Masquer

          @ Macarel
          Votre réflexion sur le suicide de l’Europe me porte à réfléchir.
          L’Europe telle que vous l’appréhendez me semble être un objet bien particulier puisque vous l’imaginez se suicidant à répétition, y réussissant à chaque fois, puis renaissant, tel un personnage mythologique destiné à nous convaincre de la nature vaine du concept d’Europe, en même temps que de la nécessité de sa quête inlassable.
          Certainement la nature dense de sa population, sa diversité linguistique, culturelle et tous ce qui caractérise son inhomogénéité explique bien que l’Europe soit ce qu’elle est.
          Elle est belle et riche de cela, en même temps que lourde de cette malédiction suicidaire.
          Comme vous le laissez entendre, le suicide de l’Europe prend des aspects bien différents selon les conditions du moment.
          Cette fois ci, aujourd’hui, il semble que ce soit en ayant créé un organisme, la communauté Européenne, non réfléchi dans son entier mais par petits morceaux servant des intérêts particuliers et seulement eux; marché commun, monnaie commune, lois et règlementations communes, conseil européen, commission, parlement, etc., qui bien que formant le tout ne semblent pas avoir été imaginé (ni décidé par les peuples évidement) comme éléments d’un ensemble d’ordre supérieur que l’on devrait appeler le pays Europe.
          Sans compter que le parlement ne peut pas voter de loi directement et que par conséquent la représentation démocratique est extrêmement limité pour ne pas dire nul et l’autocratie-démocratique la règle.
          Le suicide par réaction auto-immune adviendra-t-il?…rapidement?


      • Olivier Berruyer Le 26 mars 2014 à 15h27
        Afficher/Masquer

        “Quand à savoir si Poutine est un autocrate ”

        Sans doute… Mais nous on a un Scootocrate…. :)


        • step Le 26 mars 2014 à 16h36
          Afficher/Masquer

          …qui fonce vers le priapisme: 10 ans plus jeunes tous les 10 ans, va falloir augmenter la médication.

          On ne parle jamais assez des risques de la fonction présidentielle.


    • step Le 26 mars 2014 à 12h15
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord macarel. Plus que la “grande russie”, c’est un autocrate qui ne conspue pas l’état nation. Chez nous la nation c’est la guerre/un machin historique/un handicap au business (choisir en fonction du politique). Donc forcément il n’a pas la même grille de lecture géopolitique que nous jusqu’à ce jour :

      option a : C’est des russes, ils ont un intérêt stratégique externe ou interne, je peux les prendre avec leur bénédiction, je prend.

      option b : C’est pas des russes, ou il y a des pas russes entre eux et nous ou ils sont russes mais veulent pas de la russie, je passe mon chemin.

      C’est vrai que c’est perturbant. Et les intérêts des multinationales occidentales, dans tout ça !!


    • albert Le 26 mars 2014 à 16h06
      Afficher/Masquer

      “libéraux européens pour qui la nation est un concept du passé”

      Est-ce que vous pouvez expliquer cette affirmation? Ou est-ce que vous utiliser le mot “libéraux” comme un gros mot sans rapport avec sa réelle signification?

      Pour les autres que ça interesse, le libéralisme admet parfaitement la necessité d’un etat.


      • step Le 26 mars 2014 à 16h43
        Afficher/Masquer

        Ou est-ce que vous utiliser le mot “libéraux” comme un gros mot sans rapport avec sa réelle signification?

        libéralisme dans son acception courante, si ça peut éviter de heurteur votre sensibilité. La signification gnostique qu’utilise les théoriciens libéraux entre eux risquerait de faire bien des contresens dans beaucoup des usages qui sont fait de ce mot, on est bien d’accord. On est sur un site d’information du public, le libéralisme dont “les médias” parlent, c’est l’acception courante, pas le tout beau tout propre sorti des bouquins d’économie théorique.


        • JCC Le 26 mars 2014 à 20h39
          Afficher/Masquer

          Le libéralisme n’est pas démocratique. Le peuple ne veut pas fatalement que tout soit “libre” (surtout lorsque cela ne s’applique finalement qu’à ceux qui ont les moyens financiers de l’être)


  27. M. S. Le 26 mars 2014 à 10h54
    Afficher/Masquer

    lundi soir sur arte j’ai regardé 28 minutes:

    “Face à Poutine : l’Europe doit-elle compter sur Obama ?”
    (encore visible sur leur site: link to arte.tv )

    l’occasion d’exercer l’auto-défense intellectuelle que ce blog nous aide à développer.
    il faut dire que la première partie de l’émission avec Pascal Lamy le messie de la mondialisation était un bon échauffement.

    Qu’apprend-on ?

    Poutine: “il est imprévisible”, “il ne cligne jamais des yeux”, “sa chanson préférée des Beatles est Yesterday”, “il a un portrait du tsar Nicolas 1er dans son bureau”, etc…

    Obama: on a droit à une vidéo de sa femme qui joue au ping-pong en Chine, et une de Barack qui raconte au Ellen DeGeneres Show que comme Michelle n’est pas là, il y a des chaussettes qui traînent partout (-> ah il est juste ordinairement sexiste, ça le rend d’autant plus sympathique !)

    c’était assez risible.
    par contre le politologue Dominique Moïsi (groupe Bilderberg), qui semble surexcité depuis le début, finit par lâcher une bribe de vérité vers la fin:

    “si il y a une chose à faire, c’est utiliser cette crise pour lancer une politique européenne de l’énergie; la meilleure défense pour nous, c’est de devenir de plus en plus indépendants de la Russie en matière énergétique.” – “concrètement ? gaz de schiste ?” – “ça veut dire nucléaire pour les allemands, gaz de schiste pour les français, ça veut dire l’énergie américaine, ça veut dire… ça veut dire plein de choses !”

    plus clair que ça, c’est difficile.


  28. Theoltd Le 26 mars 2014 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Macarel, je n’ai rien a ajouter.
    Seulement une chose: Poutine est peut être un autocrate (quand je vois la façon dont se passent nos élections, et le choix que nous avons des candidats, qui ne sont représentatifs que de notre système, j’ai du mal a penser qu’ils ne sont pas la partie emmergée d’une Autocratie – mais passons) il faut bien comprendre qu’une démocratie a l’Européenne est impossible en Russie. Car aussitôt, des candidats en masse soutenus par les occidentaux se pointeraient pour faire main basse sur les richesses du pays. Alors, on a un mal pour un bien: Un type peut être pas trop démocrate selon nos critères (je dis peut être car je ne sens pas la différence et dans la rue, factuellement il y a moins de contrôles de police, moins de pression policière que chez nous- le business est plus facile, le droit a la propriété mieux respecté que chez nous) mais capable de défendre les intérêts de son pays.


  29. Tulane Le 26 mars 2014 à 11h07
    Afficher/Masquer

    Pour ce qui est de la Russie, il faut aller sur ce site
    link to translate.google.com|fr&hl=fr&ie=UTF8
    pour avoir les chiffres non manipulés par le gouvernement, le 76% passe à 69%, mais Hollande s’en satisferait !
    Levada était l’ancien patron de VTsiom, qui l’a quitté quand Putine a fait une OPA dessus


    • Olivier Berruyer Le 26 mars 2014 à 11h34
      Afficher/Masquer

      Ouf merci, on voit l’étendue des l’énorme manipulation – proche de la marge d’erreur…


  30. Theoltd Le 26 mars 2014 à 13h20
    Afficher/Masquer

    Et puis un truc important a dire quand meme:

    76 % soutiennent Poutine

    Ca ne nous dis pas ce que pensent les 24 % restants.

    Ce sont pas forcement 24% qui voteraient pour BHL!

    Une bonne part d’entre eux ne soutiennent pas Poutine, car ils trouvent qu’il est trop mou!

    (voir les nostalgiques du communisme, très présents dans le pays)


    • FL Le 26 mars 2014 à 14h34
      Afficher/Masquer

      Poutine trop mou! qu’en pense Flamby?


    • nono Le 26 mars 2014 à 19h27
      Afficher/Masquer

      “Une bonne part d’entre eux ne soutiennent pas Poutine, car ils trouvent qu’il est trop mou!”
      Exact.
      Je vois que devant le rouleau compresseur US et ses 1200 bases militaires, la résistance de Poutine et de quelques autres, gêne encore et toujours nos gentils citoyens d’occident.
      Bah… Les cerveaux sont lavés et l’ignorance des causes qui les déterminent est telle que, comme le dit Charles Baudelaire dans sa préface aux fleurs du mal, “je suis tombé ce matin sur quelques feuillets publiques et aussitôt une charge de vingt atmosphères s’est abattue sur moi et je me suis arrêté devant l’inutilité d’expliquer quoi que ce soit à qui que ce soit.”
      Bravo pour le boulot monsieur Berruyer.


  31. M. S. Le 26 mars 2014 à 15h39
    Afficher/Masquer

    le gros moment de solitude quand on est le seul à applaudir Obama :)
    link to youtube.com
    (fin de la conférence de presse d’Obama au sommet nucléaire de la Hague)


  32. raloul Le 26 mars 2014 à 17h31
    Afficher/Masquer

    Bonjour!

    Effectivement il faut être prudent avec les sondages, tous les sondages… Pour ma part, je me fie si possible plus volontiers à mon expérience personnelle. J’ai eu l’occasion à quelques reprises de travailler avec des Russes, émigrés en Europe, intégrés en Europe et tout à fait en accord avec les idéaux européens. J’ai été très étonné, de prime abord et en discutant avec eux, de remarquer qu’ils étaient d’assez fervents supporters de Poutine, bien que très critiques envers le pouvoir et en particulier la corruption. J’étais sûr de rapidement pouvoir les convaincre de reconsidérer leur opinion, mais rien n’y fit, en en approfondissant le sujet j’ai compris qu’il faut replacer le personnage dans l’histoire de la Russie récente, je veux dire depuis la fin de l’URSS.

    Il faut comprendre la décénnie chaotique et terrible qui s’est abattue sur le pays entre 1990-2000 (en gros). Il faut se rappeler que la nostalgie pour l’époque communiste (périodes de terreur mises à part) était alors bien plus forte que ce qu’on a pu imaginer ici. Il faut bien voir quel genre de ploutocrates déchéants étaient au pouvoir avant Poutine, quelles crises violentes le pays a traversées avant de retrouver certains équilibres sous le régime poutinien. C’est en discutant avec des Russes que j’ai pu mesurer par moi-même quelle figure historique Poutine représente aux yeux de son peuple. Personnellement, je ne l’admire pas et je continue de penser qu’il est très critiquable, mais il est régulièrement élu par les Russes, et il vaut la peine de s’intéresser aux motivations des Russes à élire un tel personnage. C’est un peu court de jeter toute la faute sur une presse qui serait “muselée” (vu le traitement du cas ukrainien par ici je resterais circonspect à ce sujet…), sur un régime qui serait “autoritaire”, etc… Encore une fois, le régime poutinien est très critiquable, mais essayez de discuter avec des Russes pour tenter de comprendre le contexte historique et leurs motivations avant de juger…


    • JCC Le 26 mars 2014 à 20h42
      Afficher/Masquer

      Désolé de vous dire que vous êtes atteint de Hollandite ou de parti socialite…


      • raloul Le 27 mars 2014 à 18h12
        Afficher/Masquer

        Bonjour!

        Je ne comprends pas le sens de votre réponse, navré. Je ne suis pas français, donc heureusement peu susceptible d’être atteint de hollandite, si ça peut vous rassurer.

        Si je me méfie des sondages, c’est en raison du fait que derrière les sondages il y a toujours des gens qui paient et les commandent, et par ma nature méfiante j’ai tendance à supposer que les résultats en subissent une influence. Je ne crois plus à l’information neutre et objective, désolé également; je constate trop de manipulations dans tous les sens et tous azimuts pour accorder encore quelque crédit à cette fable.

        Seul le domaine scientifique me semble encore parfois à l’abri, mais je crois que malheureusement les sondages politiques échappent en général à une méthodologie scientifique vraiment rigoureuse. Enfin, s’ils restent les moins pires indicateurs de tendances à notre disposition, discuter de Poutine directement avec des Russes est aussi un assez bon moyen de prendre la température, que je ne peux que vous recommander…


  33. Theoltd Le 26 mars 2014 à 18h03
    Afficher/Masquer

    Celle la, je me permets de la remettre, pour que tout le monde la relise: (merci a KIWIXAR) car y a pas plus vrai:

    “Imaginez un instant l’hystérie de ces medias si la Russie avait une centaine de bases militaires entourant les USA, et qu’ils essayaient un coup d’Etat au Canada avec des nazis interdisant aux Québécois de parler français…”

    C’est plus parlant que beaucoup de discours….


  34. C Balogh Le 26 mars 2014 à 20h10
    Afficher/Masquer

    La corruption?elle est partout!chez nous, Jérôme, ministre du budget quand même!et toutes les mises en examen, et Sarko avec la vieille rentière de l’O—l, et les affaires de vente d”armes, et les éléctions truquées, et les comptes truqués, et les délits d’initiés, et les dessous de table?mais non, en France, il n’y a pas de corruption……
    Pour ma part, je n’attendais que d’avoir des témoignages de la vie en Russie, Theold qui y voyage, qui y a des amis n’a pas l’air de témoigner d’un régime répressif.Mais c’est vrai qu’en france, on a pas vu de blogeur à l’amende ni menacés de prison……


  35. nono Le 26 mars 2014 à 22h05
    Afficher/Masquer

    Un peu long mais savoureux. Qui s’exprime?…
    « [...] nous avons voulu placer notre débat de censure dans le cadre des graves décisions que le Président de la République vient de prendre à l’occasion du sommet de l’OTAN à Bucarest. Deux décisions majeures : l’une sur l’engagement de nos forces en Afghanistan, l’autre sur le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN. Chacun ici, au-delà de sa sensibilité politique, ne peut nier l’importance de ces choix, ne peut contester les changements d’orientation qu’ils annoncent. Chacun mesure la portée, sur notre politique étrangère comme sur notre stratégie de défense, de tels choix. Il ne s’agit pas d’une inflexion, d’une correction. Il s’agit bien d’une double rupture : rupture dans l’usage de nos forces en Afghanistan, rupture dans le consensus sur l’OTAN établi dans notre pays depuis 1966. Dans toute démocratie digne de ce nom, de tels arbitrages auraient été rendus après un vaste débat dans le pays, et un vote solennel au Parlement. Au lieu de cela, c’est à Londres, devant le Parlement britannique, que le chef de l’État a révélé l’envoi de renforts en Afghanistan. C’est à Bucarest, jeudi dernier, que Nicolas Sarkozy a confirmé la réintégration de notre pays dans les structures militaires de l’OTAN.
    « On nous dit, monsieur le Premier ministre, que ce serait en échange de l’acceptation d’un pilier européen au sein de l’OTAN, alors même qu’aucune preuve – aucune – ne nous a été apportée, seulement quelques mots dans un communiqué des États-Unis, au sortir du sommet de l’OTAN, et auxquels la présidence française s’est accrochée pour bien faire comprendre qu’elle avait obtenu là une concession de taille. Eh bien, je vous l’affirme : cette décision de revenir dans le commandement militaire de l’OTAN est fâcheuse ! [...] »
    « Car si notre pays renonçait à son autonomie de jugement au sein de l’Alliance, c’est l’ensemble de l’Europe – pas simplement la France – qui se trouverait en situation d’alignement sur les États-Unis. Et que vaut l’argument sur la contrepartie offerte en termes de reconnaissance de l’Europe de la défense ? C’est un jeu de dupes ! Les États-Unis ne peuvent donner aucune garantie tout simplement parce que l’Europe de la défense ne dépend pas d’eux. L’Europe de la défense dépend des Européens eux-mêmes. Il revient aux Européens de décider quelle sera leur défense, leur politique. »
    « Quels sont les pays européens qui bloquent toute initiative de défense en Europe ? Précisément ceux qui veulent que la France revienne dans l’OTAN. Alors, il y aura bien une défense de l’Europe, mais pas une Europe autonome de la défense : voilà la différence ! On peut faire protéger l’Europe par d’autres, par le parapluie américain. Ce qui est en cause, ce n’est pas seulement protéger l’Europe, c’est lui donner un contenu politique, une politique étrangère et une politique de sécurité communes. »
    « L’OTAN est dans une fuite en avant, ses missions l’éloignent de ce qu’elle est et doit rester – une alliance militaire – pour la faire devenir l’organisation politique de l’Occident. Ce que le président Bush veut faire de l’OTAN – et pas simplement lui – c’est une « ligue de démocraties », selon la formule de Mc Cain, le candidat républicain. » […] « L’OTAN, dans ce schéma, deviendrait le bras armé d’un bloc occidental dont la mission principale serait de défendre partout les valeurs de l’Occident. »


  36. toutouadi Le 27 mars 2014 à 14h45
    Afficher/Masquer

    J’aimerais bien connaitre les indices de satisfactions envers les dirigeants de la Chine, du Qatar, de l’Arabie saoudite ou de certains hommes politiques à leurs réélections, comme Berlusconi ??

    Indexer le niveau de démocratie sur le taux de satisfaction me consterne !!


    • Olivier Berruyer Le 27 mars 2014 à 14h53
      Afficher/Masquer

      Vous avez raison : à 9 % de satisfaction, notre système “démocratique” marche parfaitement bien ! NE CHANGEONS RIEN !

      J’oublie toujours que les non-énarques sont cons et ne comprennent pas ce qui est bon pour eux…


      • toutouadi Le 27 mars 2014 à 15h27
        Afficher/Masquer

        J’ai le souvenir de réactions plus fines et subtiles !! Décidément tout fout l’camp mon brave messieurs !! :)


  37. Benjamin Franklin Le 27 mars 2014 à 15h01
    Afficher/Masquer

    Pourquoi les deux dernières phrases du billet d’Abadie n’ont-elles pas été citées également ?

    “Il nous montre qu’une politique associant souverainisme et libéralisme économique (le taux d’impôt sur le revenu est de seulement 13% et celui sur les sociétés de 20% en russie) peut donner de bons résultats…Et que les criméens n’ont sans doute pas choisi la Russie sous l’effet de la contrainte, mais qu’il s’agit d’un vrai vote d’adhésion.”

    Elles sont assez clairement sujettes à débat, mais c’est d’autant plus nécessaire de les ajouter.


    • Olivier Berruyer Le 27 mars 2014 à 15h05
      Afficher/Masquer

      Parce qu’on ne va pas mélanger 50 sujets… :)


      • Benjamin Franklin Le 27 mars 2014 à 18h30
        Afficher/Masquer

        Bin, si on veut invoquer les performances économiques de Poutine comme étant l’origine de sa popularité, à un moment il faut bien évoquer le sujet.
        Ou alors on admet que le maintien de sa popularité malgré la stagnation du niveau de vie des russes depuis 5 ans tient peut-être en partie aussi de sa propagande, plus efficace que celle des trois autres bras cassés en tous cas.


    • Surya Le 27 mars 2014 à 16h00
      Afficher/Masquer

      Il faudra aussi rappeler que comparer des taux d’impôts sans comparer les assiettes en dit long sur le niveau d’ “expertise” de l’auteur (on dirait du hashtable). Si le taux d’IS est à 33% et va passer à 37, c’est parce que la base fiscale est ridiculement faible; là ou les autres pays on des taux plus faibles mais une assiette correspondant à notre EBE et non au RCAI (rappeleons qu’en France jusqu’à 3 millions d’€ de charges financières celles-ci sont déductibles à 100% de l’IS)


      • Benjamin Franklin Le 27 mars 2014 à 18h31
        Afficher/Masquer

        C’est pour ça que j’ai dit “assez clairement sujettes à débat”. Le père Poutine a rétabli l’état de droit dans ses premières années au pouvoir, ça a grandement contribué au redressement économique russe. Maintenant, faudrait qu’il comprenne que pour dépasser le stade de pays émergent, il faut aussi réduire la corruption et faire tourner l’économie avec autre chose que l’argent du pétrole et du gaz.


        • Surya Le 27 mars 2014 à 23h14
          Afficher/Masquer

          Je pense qu’il n’y a pas trop de débat sur le fait que la corruption plombe l’économie d’un pays ;)


          • Benjamin Franklin Le 27 mars 2014 à 23h48
            Afficher/Masquer

            Le droit des entreprises et la législation bancaire sont toujours catastrophiques en Russie, ce qui décourage très fortement l’entreprise et l’investissement vu les risques institutionnels. Les russes n’ont pas confiance dans leurs banques (enfin, surtout leur banque quasi-unique, contrôlée par la banque centrale) et n’épargnent pas pour investir chez eux. Le Kremlin est toujours fourré dans des centaines d’entreprises jugées “stratégiques”.

            Vu ses énormes besoins en investissements, la balance commerciale excédentaire de la Russie n’est pas du tout un signe de bonne gestion. C’est comme en Chine : l’épargne intérieure est tellement gaspillée que les locaux préfèrent la sortir du pays dès qu’ils peuvent. Et vu le faible appétit bancaire des russes, l’inflation ne serait pas aussi élevée si leur banque centrale ne faisait pas de la m…


  38. David Le 28 mars 2014 à 12h50
    Afficher/Masquer

    Beaucoup s’étonne du résultat du sondage de poutine, on oublie les quelques graphiques économique plus bas qui sont quand même vachement corrélé.
    Franchement, demain en France un gus prends le pouvoir et en l’espace de 10/15 ans réduit la dette de manière significative, le chômage, augmente le pouvoir d’achat du peuple (le double quasiment!), stabilise l’inflation, la situation économique, redonne un prestige diplomatique, peut importe se qu’on en pense, se qu’on en dise, m’est avis que 80% d’opinion favorable ce serait le minium…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>