Pour Jean-Pierre Chevènement, en ce qui concerne l’Ukraine, “le pire n’est pas inévitable“. Le président d’honneur du MRC suggère d’imaginer “une Ukraine neutre «à l’autrichienne», fédérale ou en tout cas fortement régionalisée” dotée d’une “économie assainie avec le concours de tous les partenaires (Union européenne, FMI, Russie)”. Mais, ajoute-t-il, “encore faut-il l’inscrire dans une perspective historique qui ne rejette pas la Russie hors de l’Europe”.

« Ce qui est révolution pour les uns est coup d’Etat pour les autres » – Vadim Ghirda/AP/SIPA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La crise ukrainienne est, à coup sûr, la plus grave survenue en Europe depuis la fin de la guerre froide et l’implosion de l’Union soviétique. Ralliée aux valeurs occidentales et ayant, sans guerre, dissous son empire en 1991, la Russie estime, non sans quelques bonnes raisons, n’avoir pas été payée de retour. Les thérapies de choc libérales qui lui furent administrées dans les années 90 conduisirent à l’effondrement de moitié de son PNB et à une réelle paupérisation de la majorité de ses citoyens. L’Otan s’étendit bien au-delà des limites connues au moment de la réunification allemande. Quant au problème de la « troisième Europe », comme dit Georges Nivat, c’est-à-dire des pays européens appartenant à l’ex-CEI (Communauté des Etats indépendants) et des minorités russes dispersées en son sein, il ne fut tout simplement pas pris en considération. La seule chose qui ait intéressé l’Occident a été le contrôle de l’arsenal nucléaire soviétique, confié par commodité à la Russie. Depuis lors, celle-ci et l’Occident ne se racontent pas la même histoire.

Certes, l’Union européenne a bien conclu des «partenariats» assortis de maigres crédits (programme Tacis) avec ses « voisins proches », partenariat dit « stratégique » avec la Russie et « oriental » pour les autres, au premier rang desquels l’Ukraine. Mais celle-ci n’est pas tout à fait un partenaire comme les autres, par sa taille, sa population (45 millions d’habitants), son histoire et son économie étroitement intriquée à celle de la Russie. C’est ici que la géopolitique s’en mêle : Zbigniew Brzezinski, dans un livre de 1998, le Grand Echiquier, écrivait sans fard que le seul moyen de s’assurer que la Russie ne puisse plus reconstituer son empire était de soustraire définitivement l’Ukraine à son influence. Certes, depuis lors, les Etats-Unis se sont aperçus que l’empire qui montait à l’horizon n’était pas la Russie, mais la Chine. M. Brzezinski a donc mis de l’eau dans son vin. Il s’est prononcé récemment, comme M. Kissinger d’ailleurs, pour une « finlandisation » de l’Ukraine, entre l’Union européenne et la Russie. Tout le monde à Washington ne partage pas cet avis : M. McCain et le vice-président, Joe Biden, sont venus à Kiev pour soutenir le mouvement de Maïdan. Le gouvernement américain appelle à des sanctions renforcées contre la Russie après l’annexion de la Crimée, d’autant plus qu’elles toucheraient essentiellement l’Europe et fort peu les Etats-Unis.

Le courant néoconservateur demeure puissant aux Etats-Unis et trouve des relais en Europe. En 2006 déjà, l’administration Bush avait proposé d’inscrire l’Ukraine et la Géorgie dans une procédure de préadhésion à l’Otan (le MAP). Le moins qu’on puisse dire est que les vingt dernières années n’ont pas été mises à profit pour développer le partenariat stratégique entre l’UE et la Russie. Celui-ci, en 2012, se trouvait enlisé par manque de volonté politique. Quant au projet d’accord d’association préparé avec l’Ukraine, il n’a donné lieu à aucune concertation préalable avec la Russie.

Chacun voit midi à sa porte. Pour les institutions de Bruxelles, quoi de plus normal que l’Europe cherche à exporter ses normes libérales, ses standards écologiques et ses valeurs «démocratiques» ? Pour Moscou, c’est le Drang nach Osten (Marche vers l’Est) qui reprend sous une autre forme. Derrière l’UE, la Russie devine l’Otan. Le messianisme des uns nourrit ainsi le nationalisme obsidional des autres.

L’Ukraine d’aujourd’hui pose un problème majeur : celui de l’intrication tissée par l’histoire de son appareil productif avec celui de la Russie. Mais, au lieu de confier à des experts le soin d’étudier comment on pourrait créer, par étapes, l’espace de libre circulation de l’Atlantique au Pacifique pourtant prévu par le partenariat stratégique, Bruxelles propose à Kiev un accord d’association imprégné de l’idéologie de la concurrence, au risque de transformer l’Ukraine en une nouvelle RDA (sans cependant le filet de sécurité jadis offert à cette dernière par l’Allemagne occidentale). Que les manifestants de Maïdan aient été pour la plupart des démocrates, je veux bien le croire, encore que remplis d’illusions sur la manne financière que l’Europe était prête à leur accorder. Ils n’en reste pas moins que le service d’ordre était confié à des formations d’extrême droite, Svoboda et Pravy Sektor, aux pratiques violentes et à l’idéologie trouble.

Les russophones de l’Est ont pu à bon droit s’estimer provoqués par la destitution inconstitutionnelle d’un président, certes corrompu, mais élu démocratiquement, ainsi que par l’adoption par la Rada (Assemblée nationale) d’une loi supprimant le russe comme langue officielle, loi, il est vrai, non promulguée. Ce qui est révolution pour les uns est coup d’Etat pour les autres. Les Ukrainiens de l’Ouest et ceux de l’Est n’ont pas la même histoire ni la même mémoire. Elle est anticommuniste à l’Ouest, antifasciste à l’Est. Souvent ils ne se réclament pas de la même religion. La prise en gage de la Crimée a constitué, du point de vue de la Russie, une réponse à Maïdan et une correction historique de la décision arbitraire de Khrouchtchev en 1954, prise sans consultation des populations et en méconnaissance de leur caractère historiquement russe. L’accord de Genève passé le 14 avril entre l’Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l’Union européenne entérine le fait, en ne le mentionnant pas, mais elle ne le reconnaît pas en droit.

L’application stricte de l’accord de Genève est seule de nature à ouvrir la voie à une solution politique à la crise ukrainienne. Il s’agit de se mettre d’accord sur le principe d’une réforme constitutionnelle qui devra suivre immédiatement l’élection du 25 mai. Un accord avant cette date est possible sur quelques principes simples : à l’Etat central les prérogatives régaliennes (politique extérieure, défense, justice, police nationale), aux régions des exécutifs élus compétents pour l’éducation, la langue, la culture, le développement économique (avec un levier fiscal et la police locale).

Il n’est pas raisonnable de renvoyer à une nouvelle Rada, qui ne pourra être élue au mieux qu’à l’automne, l’élaboration d’une simple loi de décentralisation. Dans leur déclaration commune du 10 mai 2014, la chancelière d’Allemagne et le président de la République française ont clairement demandé « le lancement dans les prochains jours d’un processus de réforme constitutionnelle comprenant un calendrier court et un processus de consultation inclusif ». Force est de constater à ce jour, lundi 19 mai, que le « dialogue national » exigé par Angela Merkel et François Hollande, « avant le 25 mai, entre les représentants du gouvernement ukrainien et ceux de toutes les régions d’Ukraine », n’a pas été engagé par le gouvernement de Kiev qui s’est borné à un « long soliloque ». Cette obstruction à l’application de l’accord de Genève du 14 avril est extrêmement grave. En refusant le dialogue avec les populations de l’Etat ukrainien, le gouvernement de Kiev ne répond pas aux ouvertures qui viennent d’être faites par Moscou. Vladimir Poutine, en effet, n’a pas légitimé les référendums d’autodétermination du Donbass. Serguei Lavrov, son ministre des Affaires étrangères, a déclaré « respecter la volonté exprimée par les populations », mais a souhaité que « la mise en œuvre se fasse à l’intérieur de l’Ukraine par l’organisation d’un dialogue national ». L’attitude inconséquente du gouvernement de Kiev fait penser à celle de M. Saakachvili, le président géorgien, en 2008. Elle l’expose à un isolement dramatique.

Dans la crise ukrainienne, deux récits antithétiques s’opposent sur le terrain comme dans les chancelleries. Aveuglés par une russophobie d’origine essentiellement idéologique, la plupart des médias français n’en ont repris qu’un seul. Quiconque veut avancer un jugement argumenté et nuancé, pour sortir d’une logique d’affrontement profondément contraire aux intérêts de la France et de l’Europe, est aussitôt rejeté dans les ténèbres d’un nouvel « empire du Mal ». Les propagandistes d’une nouvelle guerre froide en Europe ont diabolisé Vladimir Poutine, qui se prête quelquefois – il est vrai – à l’exercice. Vladimir Poutine peut bien dire qu’il veut construire la Russie comme une grande nation moderne et respectée : il est clair, pour la plupart des commentateurs, qu’il veut en réalité rétablir l’URSS. Ainsi, la nature essentiellement nationale de son projet échappe-t-elle au sens commun. Si aucun mémorandum sur la future réforme constitutionnelle n’est validé d’ici à l’élection du 25 mai, c’est-à-dire demain, les scénarios du pire se rapprocheront (guerre civile, risque de partition, nouvelle guerre froide, entièrement artificielle, au cœur de l’Europe).

Il est temps de faire entendre une parole raisonnable. Le pire n’est pas inévitable : une Ukraine neutre « à l’autrichienne », fédérale ou en tout cas fortement régionalisée, une économie assainie avec le concours de tous les partenaires (Union européenne, FMI, Russie avecs un prix du gaz abaissé) est la solution. Encore faut-il l’inscrire dans une perspective historique qui ne rejette pas la Russie hors de l’Europe. Selon la formule de Talleyrand, ce serait plus qu’une faute, une erreur. Ce serait ouvrir pour l’Europe tout entière une nouvelle ère d’instabilité.

Il est temps de reprendre politiquement le contrôle de la crise ukrainienne en replaçant sa solution dans le cadre d’un grand projet paneuropéen de développement et de paix… Plus que jamais, souvenons-nous de Jaurès : « Le courage, ce n’est pas de laisser aux mains de la force la solution des conflits que la raison peut résoudre ; car le courage est l’exaltation de l’homme et ceci en est l’abdication… Le courage, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. » Sur l’Ukraine, il est temps que la raison reprenne ses droits sur une russophobie aveugle : c’est de la paix et de l’Europe qu’il s’agit !

* Jean-Pierre Chevènement est sénateur du Territoire de Belfort, président d’honneur du MRC.

>>> Tribune parue dans Marianne daté du 23 mai

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

83 réponses à [Reprise] Ukraine : il est temps qu’une parole raisonnable se fasse entendre, par Jean-Pierre Chevènement

  1. pikpuss Le 17 août 2014 à 02h23
    Afficher/Masquer

    Voilà un homme sage qui tient compte des réalités sans esprit partisan… Serait-ce notre Jean Jaurès ?


    • ploi Le 17 août 2014 à 15h16
      Afficher/Masquer

      En tout cas, il est l’un des très rares hommes politiques français à avoir une vraie hauteur de vue et autre chose à proposer que des slogans débiles dans un but carriériste.

      “Le Figaro Magazine : La question même de la nation doit-elle être posée pour la France ?
      Jean-Pierre Chevènement : On n’efface pas comme cela une nation, même si la nôtre connaît une réelle éclipse depuis la fin de la Première Guerre mondiale. La France est alors entrée dans une crise de longue durée. La paix de Versailles a d’emblée été fragilisée par le refus des Etats-Unis d’abord d’honorer la garantie donnée par Wilson à Clemenceau, ensuite de ratifier le traité de Versailles et enfin d’entrer à la Société des nations (SDN). Saignée à blanc par la Grande Guerre, la France, déjà démographiquement affaiblie, a sombré dans un pacifisme à courte vue, à droite comme à gauche. Les Français se sont détournés de la République pour aller chercher des exemples à Moscou, à Rome ou à Berlin. L’effondrement de 1940 a sanctionné la division de la France contre elle-même autant que son isolement diplomatique. Le coup aurait pu être fatal, et c’est à De Gaulle, comme en son temps à Jeanne d’Arc, que nous devons la survie de la France.

      La parenthèse gaullienne s’est refermée quand un jeune Président a expliqué à la France qu’elle ne représentait plus que 1 % de la population mondiale. Les accords de la Jamaïque (1976) ont instauré le dollar comme monnaie mondiale, tandis que le franc s’accrochait au mark, monnaie trop forte pour une économie française aux pôles de compétitivité encore mal assurés. L’abandon de l’Etat stratège a suivi dans les années 80. Avec la réunification allemande et l’élargissement à l’Est, la France a perdu sa position centrale en Europe. L’abandon de notre souveraineté monétaire en 1992 s’avère avoir été un choix désastreux. Une monnaie surévaluée plombe aujourd’hui notre économie. La Ve République a peu à peu tourné le dos à l’intention première de De Gaulle de soustraire le gouvernement à l’influence des partis. La situation s’est retournée au point qu’aujourd’hui la logique des partis domine l’Etat. Même si l’on glose sur l’arrivée du FN au premier tour de la présidentielle, la victoire au second tour reviendra encore en 2017 à l’un des deux partis dits de gouvernement. Mais dans ce système dont le FN est lui-même partie prenante, l’intérêt de la France se perd. Notre pays a désappris à penser mondial, en oubliant que la France est d’abord l’aînée de la grande famille des nations humaines et non pas seulement une nation occidentale parmi d’autres.”

      (http://www.chevenement.fr/La-France-est-elle-toujours-une-nation_a1652.html)


      • Citoyen Le 17 août 2014 à 20h40
        Afficher/Masquer

        Merci de cette info.

        J’ignorais que les USA avaient – déjà – saboté l’Europe dès la 1ere GM.
        Ainsi que la SDN comme aujourd’hui l’ONU.

        Cela éclaire la situation actuelle, résultante du même sabotage depuis la 2GM.

        Consolider les conflits européens. Diviser pour régner sans partage et avec la collaboration de … (choississez vous-mêmes les noms..)

        En effet, De Gaulle… saboté aussi. Evidemment.

        A l’instar d’un autre intervenant ici (sous article Ukraine je crois) je me demande quel a été le degré d’intervention USA dans préparation Mai 68?

        (Et divers attentats contre DeGaulle aussi.. sous couvert d’autres factions)
        (Pour rappel, De Gaulle a éjecté l’OTAN auparavant..)

        Quelqu’un a des sources-infos pertinentes sur liens pour Mai68 et ses icônes bien médiatisées évidemment?

        (C-Bendit promu et devenu eurodéputé.. gesticulatoire l’Eurooooooooooope, l’Euroooope, c’est curieux pour un révolutionnaire ..”orange”?
        Promouvant une pseudo personnalité morale à un organisme international inter-gouvernemental commercial uniquement basé sur capitalisme,c’est étrange)


  2. Jay SWD Le 17 août 2014 à 03h16
    Afficher/Masquer

    JPC égal à lui-mème,brillant!!
    Texte au final ds la droit ligne de son dernier bouquin,”1914-2014,l’Europe sortie de l’histoire?”.Bouquin à lire absolument tant l’analyse de la situation de l’UE est brillante,un travail d’historien et une réflexion de Politique…..puisque il est sans doute le dernier correspondant à cette définition en France…
    Un bémol tout de mème,texte de mai 14,et malheureusement rien de ce qu’il préconise n’a été appliqué.
    Néanmoins il me semble que Scooterman1er l’a nommé comme reprsentant de la France ds le cadre de discussion avec la Russie sur l’Ukraine…..


    • boduos Le 17 août 2014 à 12h00
      Afficher/Masquer

      Oui bien sur,JPC a 100% raison.
      Mais en vieux routier de la politique,il sait aussi que d’autres ont un projet politique invariable de domination alors que notre vieille Europe n’a pour horizon et pour occupation qu’une vague organisation fédérale,Europe à laquelle on délèguerait le nettoyage des écuries d’Augias que les nations, ou ce qu’il en reste, n’osent pas faire chez elles par électoralisme .Le village des 50 000 lobbyistes logés à Bruxelles va d’ailleurs s’en charger ,sachant que le noyau de ce village est constitué des multinationales corruptrices et des atlantistes .(pas plus glorieux que notre électoralisme)
      JPC devrait assortir chacun de ses discours du rappel de l’omniprésence dans chaque négociation internationale,chaque traité de “paix” ,chaque intervention humanitaire ou militaire,chaque anticipation de révolution orange, chaque affaiblissement de l’autre ,par tous les moyens les plus machiavéliques procède du même objectif récurent,obsessionnel de domination.
      Un exemple,et pardonnez moi la comparaison:les australiens qui étaient envahis de lapins nuisant à leur culture ont inventés la myxomatose pour éradiquer ces rongeurs.
      de la même manière ,les anglo-saxons ont crée l’EI sauf que là ,il ne s’agit plus de lapins!
      JPC qui a démontre par ses prises de position claires par le passé devrait nous montrer decrire la lune que son doigt indique,qu’a-t-il a perdre désormais? regardez de Villiers!
      JPC pourrait aussi démontrer que la Russie est grignotée de partout :EI (puis Kazakhstan)Syrie ,Tchétchénie,Géorgie ,Ukraine,Turquie,…que les semblants de frappe en Irak n’a pour but que d’éviter l’intervention de l’Iran auprès des chiites irakiens,que la déstabilisation de la Russie par l’Ukraine n’est qu’une facette d’une stratégie tous azimuts.
      Si on peut conclure ,tout projet ,aussi tordu soit-il ,l’emportera sur l’absence de projet .
      Ainsi,poutine qui a un contre-projet monétaire (brics,eurasia..) aura cet avantage sur l’Europe qui garde le cul entre deux chaises.


  3. ioniosis Le 17 août 2014 à 06h41
    Afficher/Masquer

    jean pierre chevènement , nous expose la position de ce qu’aurait du être celle de la FRANCE ,

    en tant que puissance souveraine .


  4. Norton Le 17 août 2014 à 07h56
    Afficher/Masquer

    Gaulliste de gauche…
    Chevènement,comme Cheminade,a un pied dans le Gaulisme,un pied dans le PS,…un grand écart peu commode pour avancer…
    Malgré de beaux discours,ils restent dans l’incantation alors que la seule référence au général de Gaulle qui vaille,devant notre incapacité diplomatique,est celle de notre indépendance nationale,largement au delà des clivages partisans…


    • DUGUESGLIN Le 17 août 2014 à 08h41
      Afficher/Masquer

      Grand écart relatif. Le clivage gauche droite est maintenu artificiellement. Ceux qu’on appelle souverainistes, parfois aussi patriotes, se rejoignent dans bien des domaines. De Gaulle n’était pas dans le camp des oligarques mondialistes. Il a été le premier a nommé des communistes au gouvernement issu de la résistance. Pourtant De Gaulle était considéré comme issu de la droite. Il a néanmoins dénoncé le “peuple dominateur”, il est sorti de l’OTAN, il a nationalisé les entreprises d’intérêt publique.
      Alors que Sarkozy censé être issu de la droite a fait l’inverse et que Hollande censé être issu de la gauche confirme la soumission aux USA.
      Les camps ne sont plus les mêmes.
      Les gens conscients de plus en plus se rejoignent et se soucient de moins en moins du clivage devenu artificiel gauche-droite.
      Il est temps de re-formuler les définitions.


      • SQP Le 17 août 2014 à 15h51
        Afficher/Masquer

        Il est triste de voir que le débat n’existe plus sur ces questions majeures.

        J’ai eu longtemps une image dégradée du général à cause de la bande de crapules qui se réclament de son héritage. Pourtant sur les questions géopolitiques, il me semble qu’une bonne première approche pour les intérêts français est souvent de commencer par cette question essentielle :

        What would jesus do ? ou plutôt : Qu’aurait fait de Gaulle ?

        Nous sortir de ce merdier, pour commencer, et certainement botter quelques culs chez nous, et fustiger quelques attitudes chez d’autres.

        Discours du général de Gaulle de Phnom Penh
        http://www.ina.fr/video/CAF94060215


  5. FifiBrind_acier Le 17 août 2014 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Chevènement ne demande pas la sortie de l’ UE, ni de l’euro, ni de l’ OTAN.
    Il croit même que l’euro est une monnaie unique…, et voudrait réindustrialiser la France, sans remettre en place le contrôle des capitaux. Il rêve.

    http://www.sudouest.fr/2011/11/17/vers-une-monnaie-commune-555142-710.php


  6. benji Le 17 août 2014 à 08h37
    Afficher/Masquer

    que les dirigeants européens responsables de la mise à l’index de la russie cessent d’être à la botte des usa et tout retournera dans l’ordre ;


    • anne jordan Le 17 août 2014 à 16h25
      Afficher/Masquer

      Trop tard !
      en admettant qu’ils le veuillent ( euh??? ), ils ne le peuvent :
      http://www.wsws.org/en/articles/2014/08/14/pers-a14.html

      cet article explique comment U.S.A et Israel ont mis en place une police répressive en cas de désordres urbains ( style Ferguson , en ce moment même ) ; nos dirigeants sont tenus par les couilles , eux qui – comme Valls – nous avertissent que la rentrée sera …. combative ! ( je signale que l’article émane des SOCIALISTES AMERICAINS )


  7. Bardamu Le 17 août 2014 à 09h12
    Afficher/Masquer

    Chevènement a toujours des propos intéressants et les quelques livres que j’ai lu de lui le sont tout autant.
    Hélas on reste dans le discours et il est trop souvent aligné sur le PS.
    J’ai bien peur que son influence soit quasi nulle. Il est de plus complètement sourd aux problèmes environnementaux.
    Il faut le conjuguer au passé.


    • samuel Le 17 août 2014 à 09h59
      Afficher/Masquer

      Sa mise à l’écart pourrait venir d’une pensée ou d’une réflexion moins semblable à la leur sur le moment, comme pour d’autres partis politiques. Il exerce certes pas une grande influence, mais son propos n’est pas si déraisonnable, d’ou sa mise au placard par les premières instances Atlantistes.

      Il aurait une forte influence il serait pas moins jugé par un plus grand collectif préférant se vouer uniquement corps et Ame aux seuls intérêts mondialistes, il est bien évident que leur voix n’est pas celle de celui préférant la souveraineté pour chaque pays perdu, car je vois bien déjà où cela mène.


      • Bardamu Le 17 août 2014 à 10h16
        Afficher/Masquer

        Ce que vous dites est exactement ce qui arrive à Mélenchon qu’on pense ce qu’on veut du bonhomme et de la stratégie.
        Il aurait été bien plus efficace et visible dans une position de rupture radicale.
        Quitte à être mis à l’écart autant que ça serve un peu…


        • papy Le 17 août 2014 à 17h31
          Afficher/Masquer

          Mon post précédent n’a pas passé la modération.
          Il ne s’agissait qu’un pur constat en plus du parallèle avec Mélanchon.

          A 75 ans, le gars est sénateur et membre du siècle, un pur produit du système.
          En pur pragmatique, j’attends des actes des gens qui nous gouvernent pas des bavardages.


          • pierre9459 Le 17 août 2014 à 20h27
            Afficher/Masquer

            Je ne porte pas Mélenchon dans mon coeur, mais il me semble qu’il n’est PAS membre du siècle.
            Si c’est faux, apportez en la preuve et en effet, beaucoup de choses pourront alors s’expliquer. Mais affirmer une chose sans en apporter la preuve, ça s’appelle diffamation !


            • Bardamu Le 17 août 2014 à 20h34
              Afficher/Masquer

              Papy parlait de Chevènement.
              Mélenchon est plus jeune.


            • Van Le 18 août 2014 à 01h19
              Afficher/Masquer

              tient une preuve pour Mélenchon

              https://www.youtube.com/watch?v=CR8yMM1ATMI

              et pour Chevènement je respecterai toujours le grand ministre de la défense qu’il était mais pas l’homme qu’il est devenu .


  8. Macarel Le 17 août 2014 à 09h22
    Afficher/Masquer

    Il est temps de reprendre politiquement le contrôle de la crise ukrainienne en replaçant sa solution dans le cadre d’un grand projet paneuropéen de développement et de paix… Plus que jamais, souvenons-nous de Jaurès : « Le courage, ce n’est pas de laisser aux mains de la force la solution des conflits que la raison peut résoudre ; car le courage est l’exaltation de l’homme et ceci en est l’abdication… Le courage, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. » Sur l’Ukraine, il est temps que la raison reprenne ses droits sur une russophobie aveugle : c’est de la paix et de l’Europe qu’il s’agit !

    Tout à fait d’accord, mais avec les gens à la manoeuvre à la tête des USA,de l’UE, et en Ukraine même, l’on peut être légitiment inquiet quant au triomphe de la raison.


    • Daniel Le 17 août 2014 à 10h50
      Afficher/Masquer

      La raison ne triomphe plus du coté des dirigeants européens. A cet égard la crise ukrainienne nous a été particulièrement révélatrice : l’idée même de souveraineté des États européens reste un mythe comme bien d’autres. Plus que jamais nos gouvernements se profilent en tant que bons et loyaux serviteurs des conservateurs étasuniens par les biais de leurs Présidents de pacotille (Bush, Obama…). Leurs manigances ne servent qu’à leurs propres intérêts impérialistes au grand détriment des intérêts de paix et unification européens, c’est une réalité asservissante mais qui n’a aucun effet sur la raison de nos dirigeants. Par des raisons de peur ou de complicité ?


  9. Monertov Le 17 août 2014 à 09h34
    Afficher/Masquer

    …” La crise ukrainienne est, à coup sûr, la plus grave survenue en Europe depuis la fin de la guerre froide et l’implosion de l’Union soviétique.” Les 350 000 morts et les 2 millions de déplacés du conflit yougoslave n’ont laissés aucune trace dans l’esprit de JPC .J’ai arrêté de lire après cette introduction .


    • Wilmotte Karim Le 17 août 2014 à 23h04
      Afficher/Masquer

      Le conflit Yougoslave (excepté les évènements de l’aéroport de Pristina) n’ont jamais mis en danger la sécurité européenne ou mondiale. C’était terrible pour les populations qui l’ont vécu mais les risques de dérapages n’étaient pas de la même nature.


  10. vanderperren Le 17 août 2014 à 09h41
    Afficher/Masquer

    Personnellement, j’en ai vraiment marre de ces dirigeants qui croient que la voie de la ‘raison’ peut encore triompher. Pour moi il s’agit tout simplement de la veulerie, de la lâcheté des européens.
    Comment croire qu’une solution sage peut encore être trouvée alors que des dirigeants ont accepté de prendre des sanctions contre l’intérêt de leur peuple sous base de fausses preuves.
    Le vol mh117 a, selon toute vraisemblance, été abattu par l’armée ukrainienne. Les services secrets des pays européens le savent. Comment croire que l’Est de l’Ukraine voudra encore vivre avec l’Ouest après tant de morts, de destructions et de haines accumulées? Les USA et leurs sbires européens ont refusé la fédéralisation de l’Ukraine proposée par Lavrov, vont-ils l’accepter parce que l’armée ukrainienne piétinne?
    On a changé d’époque, ce que visiblement beaucoup de gens ne comprennent pas. Le capitalisme est dans une impasse, dans sa phase finale d’auto-destruction. Les ressources s’amenuisent et la population mondiale croît encore. L’Ukraine est le préambule à une lutte qui ne va cesser de s’amplifier à travers le monde.


    • jacqueline Le 17 août 2014 à 10h59
      Afficher/Masquer

      “Comment croire que l’Est de l’Ukraine voudra encore vivre avec l’Ouest après tant de morts, de destructions et de haines accumulées?”

      Oui, ça prendra plusieurs générations. ( voir l’ Irlande )


      • Jeanne L. Le 17 août 2014 à 12h34
        Afficher/Masquer

        Je rappelle tout de même qu’après la guerre civile en Espagne les républicains (ceux qui n’ont pas été liquidés) ont été obligés de vivre plus de 40 ans sous le régime fasciste du Caudillo Francisco Franco.
        Que la répression était féroce nonobstant les touristes sur les plages avec la protection des bases américaines de l’OTAN.
        Et qu’on ne pouvait plus parler en public, l’euskara par exemple ni en Navarre, ni au pays basque.
        Les régimes fascistes sont malheureusement assez “durables” une fois établis surtout s’ils sont à certains moments et après certaines crises économiques la seule solution pour la survie du capitalisme en certains lieux.


        • Wilmotte Karim Le 17 août 2014 à 23h06
          Afficher/Masquer

          Si Franco n’avait pas fait de coup d’état, comment l’URSS aurait-elle pu imposer ses vues à au Front Populaire?


        • languedoc 30 Le 18 août 2014 à 01h14
          Afficher/Masquer

          Votre savoir sur la guerre d’Espagne et pour le moins surprenant, encore un petit effort et vous allez nous affirmer que, Franco était le De Gaulle espagnol qui a sauvé l’Espagne du communisme.


    • Kira Le 17 août 2014 à 12h12
      Afficher/Masquer

      Voila une vision claire, il faut arreter de rever sur le rafistolage possible de l’épave nommé ukraine.


  11. Alain Le 17 août 2014 à 09h45
    Afficher/Masquer

    La situation sur le terrain n’est pas claire mais à part l’unité ukrainienne qui s’était retrouvée acculée à la frontière, l’armée ukrainienne a l’air de progresser. Combien de temps pourra-t-elle tenir le rythme, cela dépend de la logistique et de ce qui se passera à Kiev à l’automne quand la population verra que sa situation est pire que l’année passée. En attendant il est probable que les va-t-en guerre du style de la Pologne ont encore du matériel et des munitions d’origine soviétique qu’ils doivent livrer; les munitions OTAN ne sont pas utilisable avec les armes russes


    • jacqueline Le 17 août 2014 à 12h05
      Afficher/Masquer

      “L’armée ukrainienne est en train de progresser.”

      Ils ont gagné un peu de terrain, mais à quel prix ? A ce rythme, dans huit jours ils n’ont plus personne. On peut toujours envoyer des munitions quand il ne reste plus de soldats pour combattre. Un commandant résistant, s’adressant à Porochenko ( et indirectement aux jeunes qu’il invite à le rejoindre ) : envoyez des munitions on se fera un plaisir de vous les prendre et de vous tirer dessus.

      Je n’imaginais pas que la résistance tiendrait aussi bien. Moins nombreux , ils ne peuvent pas les prendre en face à face, pour garder quelques km² de champs. Chaque fois qu’ils se déplacent , ils sont à la merci d’une embuscade derrière chaque buisson.. A la fin de la journée ça fait – 30 chars et camions, plus des morts, des blessés, des déserteurs.

      Sur une vidéo ils montrent une petite équipe de “Motorola”: une dizaine de personnes pas plus. Ils sont arrivés là dans deux voitures civiles, avant de s’enfoncer dans les bois. Le chef , un “vieux baroudeur expérimenté ” juste avant l’intervention ( ils se préparent à attaquer un groupement de chars en position ), c’est un vrai “coach” ! ça m’a plus fait penser au foot avec DD qui explique et motive ses joueurs, qu’à une hiérarchie militaire. Chacun sait ce qu’il doit faire et ils affichent une totale confiance en leur chef qui a vu lui la situation. Cette confiance leur donne une certaine sérénité. Ils se battent pour défendre leur famille leur ville, d’autres pour défendre une cause juste.

      Dans le camp d’en face c’est tout le contraire. Les gens ne savent même pas pourquoi ils se battent ? pour l’Ukraine ou pour les oligarques ? C ‘est un bordel sans nom dans le commandement. Ils ne peuvent pas gagner.


    • erde Le 17 août 2014 à 13h27
      Afficher/Masquer

      Certes la situation n’est pas claire, car les partisans mènent plus une guerre de guérilla, ors l’armée ukies n’est pas préparée à ce genre de combat, mis à part quelques groupes d’extrême droite et des mercenaires étrangers.

      sur le blog ” histoire et soiété” les soldats ukrainiens revenant du Donbass parlent trop et sont placés dans des asiles psychiatriques.

      Je cite :
      “Les soldats de l’armée ukrainienne qui arrivent chez eux du Donbass sont mis dans les hôpitaux psychiatriques pour avoir osé dire la vérité sur la réalité.

      “Il ne s’agit pas d’un ou deux cas, il y a beaucoup de gens spécialement de la brigade Zhytomyr la Brigade aeromobile 95. Le fait d’avoir vu dans le Donbass réellement ce qui s’y passe et de commencer à protester auprès des commandants, ou certains disaient la vérité aux reporters, ou appelaient chez eux. Ces personnes sont envoyées de force dans des hôpitaux psychiatriques et sont transformées en “malade mentaux “. Donc personne ne les écoute en tant que personnes avec un certificat de l’hôpital psychiatrique. Il y a déjà eu plusieurs de ces cas.”

      http://youtu.be/myL5clqTHyM

      Source : http://histoireetsociete.wordpress.com/

      Comme l’explique Jacqueline ci-dessous tout est question de motivation pour gagner une bataille et les gens du Donbass sur ce point sont les meilleurs.

      Ce qui est révoltant c’est le presque silence des médias français sur la guerre civile en Ukraine en comparaison des évènement de Gaza.
      Alors je me pose toujours la question du pourquoi ?
      Pourtant les pertes civiles humaines semblent plus importantes dans le Donbass d’près les chiffres de l’ONU et du CICR.
      Il s’agit bien d’une forme d’épuration ethnique des “pro-russes” et de massacres perpétrés par l’extrême droite sur des civils femmes et enfants compris aux portes de l’Europe, ce qui devrait en toute logique alerter les journalistes honnêtes pour qu’ils relatent les dangers menaçant tous les peuples d’Europe.

      Bon dimanche quand même !


  12. madeleine Le 17 août 2014 à 09h48
    Afficher/Masquer

    bonne question !
    comment négocier en tant que personne raisonnable avec des personnes manifestement dysfonctionnel et névrotique (voir le genre de personnalités qui dirigent le monde)


    • samuel Le 17 août 2014 à 10h21
      Afficher/Masquer

      Le déni est la chose la plus courante, et cela quelque soit la croyance de chacun. C’est possible, mais cela demande de bousculer le protocole, de réduire le nombre de néocons au Sénat comme un peu partout, c’est pourquoi il ne peut y avoir de véritable dialogue dans ces conditions, ont-ils bien toujours la tête sur les épaules ? Ils vous disent qu’il y a reprise, mais dans le même temps ils prennent des décisions ou sanctions, qui les enferment dans les mêmes jeux de rôles d’hier.


  13. Alain Le 17 août 2014 à 09h49
    Afficher/Masquer

    Des analystes danois ont estimé que l’union européenne et la Russie ne peuvent supporter leurs sanctions mutuelles que 3 mois avant d’avoir de sérieux problèmes. Si c’est vrai dans 3 mois la solution politique que tout le monde connaît (reconnaissance de l’annexion de la Crimée, finlandisation et fédéralisation de l’Ukraine, règlement de la question du gaz) sera enfin mise en oeuvre.


    • VladP Le 18 août 2014 à 01h04
      Afficher/Masquer

      …fédéralisation de l’ukraine… Sauf le Novorossia qui n’acceptera plus JAMAIS d’être dans le même pays que le banderastan.
      Et ce sont EUX qui poseront leurs conditions: en ce moment même, ils ont 3 nouveaux chaudrons qui sont entrés en productions intensive de ferrailles de blindés entremêlées de nazis du banderastan.
      Ce qui signifie que si ces derniers veulent encore être quelques-uns pour pouvoir aller s’amuser entre eux à kiev, il faut que le porc-aux-chocos se dépêche de retirer ceux qui restent encore en un seul morceau.
      Ah oui! Personne n’a encore relevé que la Transcarpathie a déclaré faire cessession de l’ukraine et devenir indépendante car ils ne veulent pas être complices du génocide que les nazis de kiev mènent au Donbass.
      En réalité l’ukraine n’existe déjà plus et les nazis du banderastan son en quête de PQ en action…
      Et le porc-aux-chocos itou! 🙂


  14. lukianoff Le 17 août 2014 à 10h23
    Afficher/Masquer

    Oui mais son interview date du … 19 mai 2014, nous sommes le 17 août 2014 = une éternité en politique …

    Depuis, il y eut le MH-17 de la Malaysia Airlines et le conflit s’est durci dans le Donbass qui, à mon sens, va se transformer en une sorte de guerre de tranchées ou une drôle de guerre, en attendant un dénouement qui recueille l’adhésion de toutes les parties, c’est pas encore gagné …

    Ne désespérons pas que la sagesse l’emporte finalement : hélas, ce sera au prix d’un alourdissement du nombre de victimes, comme dans nombre de conflits …

    L’homme n’est pas encore prêt d’être (rapidement) sage, il lui faut encore passer par la phase de guerres aussi idiotes qu’inutiles et coûteuses …

    Mais tout comme nombre de personnes raisonnables, il est clair que la responsabilité de l’Occident (je parle d’Obama et de ses 28 caniches) est écrasante dans ce conflit …


    • samuel Le 17 août 2014 à 16h03
      Afficher/Masquer

      “Mais tout comme nombre de personnes raisonnables, il est clair que la responsabilité de l’Occident (je parle d’Obama et de ses 28 caniches) est écrasante dans ce conflit …”

      C’est justement cela qui cause le plus grand déshonneur de l’Occident, le Canada n’est pas non plus blanc comme neige dans cette histoire, sans doute que la distance y aide à voir plus clair.
      Mais tout cela n’est qu’une grande cabale depuis le début, et qui de toutes façons finira par se retourner contre les premiers intérêts économiques de Occident plus ou moins en panne.

      Des fois j’aurais voulu maîtriser le Français, mais il s’avère que vous autres de part et d’autres dans vos divers courants de pensée, ne soyez pas plus entendus dans vos réflexions et autres analyses. Néanmoins tout ce qui aura pu se dire la veille, servira de témoignage contre tous ces gens les plus adorateurs à la parole de leur Maître à la maison blanche, ce grand imposteur démocrate ou autre à mes yeux. Si c’est bien sur l’humanité en réchappe dans toute sa diversité ce qui m’étonnerait, surtout à travers déjà les premières variables totalitaires du moment et leur première sélection de l’espèce humaine dans les sociétés, c’est bien leur monde.

      Et il semblerait que depuis que la crise prenne de l’ampleur, ils ne savent plus quoi dire aux opinions, mais se hâtent tout de même dans leur conduite et pour se faire bonne conscience
      de répandre plus de médisance et de barbouzes, mais c’est en vain qu’ils tendent leurs filets à l’ouest, dans l’idée de vouloir mieux faire tomber la Russie avant eux.

      Et disent mais non, mais non, comme nous n’aurons jamais à en payer le prix fort dans les premières sanctions. Puisqu’à l’évidence ils prennent bien partout leurs ordres de conduite chez les plus renards de nos sociétés, cette croissance qui leur ait si cher de défendre, mais qu’ils font bien tout dans les premiers événements pour la faire partir en fumée. Et parce qu’ils complotent depuis toujours en fait, tout cela les perd, les aveugle, ainsi ils tomberont grandement un jour, à vrai dire sur quoi se lamentent-ils déjà dans les premières choses.


    • Jacques Le 18 août 2014 à 16h17
      Afficher/Masquer

      le conflit s’est durci dans le Donbass qui, à mon sens, va se transformer en une sorte de guerre de tranchées ou une drôle de guerre, en attendant un dénouement qui recueille l’adhésion de toutes les parties, c’est pas encore gagné …

      C’est peut-être une guerre de tranchées, mais les civils n’en peuvent plus de risquer leur vie. Beaucoup de personnes laissent tout sur place et quittent la région. La majorité pour aller en Russie.

      Bientôt, cette région ne sera plus qu’un champ de guerre. Les ressources des séparatistes ne sont pas infinies, tandis que les Ukrainiens peuvent compter sur le soutien de l’Europe et des USA. L’issue me parait toute tracée : une fois que tous les Russophones civils auront quitté la région pour aller en Russie, l’armée pourra “nettoyer” la zone et les séparatistes restants.
      Le gouvernement de Keiv aura eu ce qu’il voulait : une Ukraine sans Russophones. En bonus, ils pourront récupérer en toute légalité tous les biens laissés par ceux qui sont parti !


      • Jacques Le 18 août 2014 à 21h20
        Afficher/Masquer

        … et le fils du vice-président américain pourra exploiter le gaz de schiste en toute tranquillité !


  15. Umlandt Gerhard Le 17 août 2014 à 10h59
    Afficher/Masquer

    “concours de tous les partenaires (Union européenne, FMI, Russie)”

    Pas la Russie!


  16. Umlandt Gerhard Le 17 août 2014 à 11h03
    Afficher/Masquer

    “L’application stricte de l’accord de Genève est seule de nature à ouvrir la voie à une solution politique à la crise ukrainienne.”

    Mais ce que l´Union européenne fait, nous présente an guerre.


  17. Kiwixar Le 17 août 2014 à 11h20
    Afficher/Masquer

    D’après Flavius Josephus (1er siècle ap. JC), l’Ukraine, c’est Magog :
    = http://commons.m.wikimedia.org/wiki/File:Josephustable_3.svg =


    • lm bernard Le 19 août 2014 à 09h23
      Afficher/Masquer

      Et d’après Fabius (XXIème siècle ap.JC),l’Ukraine c’est déma-gog


  18. Vasco Le 17 août 2014 à 12h36
    Afficher/Masquer

    Oui une région que l’on regarde avec méfiance depuis longtemps, il semblerait.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Magog_(Bible)

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Scythes


  19. ISTINA Le 17 août 2014 à 13h21
    Afficher/Masquer

    POUTINE il est clair, pour la plupart des commentateurs, qu’il veut en réalité rétablir l’URSS.
    ********************************************************************************************************************Lorsque quelqu’un les gène, c’est systématiquement un Nazi, un Fasciste Quant à eux;
    ces moralisateurs ils sont blancs comme neige mais, avec de noirs desseins.
    L’U.R.S.S A FINI PAR IMPLOSER pourquoi ? Ce qui a échappé à beaucoup, les Citoyens
    Russes étaient fatigués d’avoir à leur charge une flopée de Républiques qui pesaient lourd
    sur leurs revenus ! là, la véitable raison de la dissolution de l’URSS, mêmes raisons qui
    conduisirent de Gaulle à donner l’Indépendance aux Colonies et à se débarrasser de l’ALGERIE ! sous prétexte de cette fumisterie d’accords d’EVIAN !
    Une Preuve ? ou même plusieurs.
    Les néo inquisiteurs, Ils ont démoli la Yougoslavie et surtout quasiment détruit la Serbie à l’aide de bombardements Massifs. là aussi les Serbes ne possédaient pas d’Armes de
    destructions massives, c’étaient les Américains qui les détenaient !
    Bombardé et envahi l’Irak à deux reprises, quelques temps après l’avoir poussé à attaquer l’Iran .
    L’Iran qui, en retenant Prisonniers les Diplomates Américains, avait ridiculisé le plus Puissant
    Pays du Monde .
    Pouvoir Américain.
    Bombardé l’Aphghanistan après avoir aidé les Islamistes contre l ‘ U.R.S.S .
    Cela leur est revenu au travers de la figure avec Ben Laden un Saoudien excusez du peu !
    Aidé les Frères Musulman en Egypte.
    Attaqué la Libye non, en l’envahissant mes avec 100 Missiles de Croisière.
    Aidé au massacre rituel de Khadafy les derniers Sites de Pétrôle et Gaz trés prometteurs
    accordés à la Russie via l’ex-Chancelier Schroeder chargé de Gazprom.
    C’était insupportable pour ces Moralisateurs au point de matraquer Massivement la Libye.
    Aidé les insurgés Sunnites contre la Syrie Baasiste (( à savoir Socialiste )) comme l’Irak
    , éradiquations des CHIITES sous grave Guerre Civile aidée par l’Occident en Syrie. plus l’Irak un des plus gros producteurs de Pétrole; comme par hasard ?Ils vont les libérés soyons
    en certains !-
    -Se sont mèlés en Ukraine de couvrir un coup d’Etat en cela aidant des Nazis maintenant au Pouvoir.
    A l’heure où l’avion de la Malysian line explosait en vol, pour ne pas changer car, ils ont de la
    suite dans leurs accusations ils accusaient Poutine d’en être l’auteur! La Russie a fourni les
    Preuves l’innocentant elle est bien la seule, les autres ont mis la pédale douce mais, ont
    lancé une troisième vague de sanctions. Qui peut le moins, peut le plus !
    Depuis n’avez-vous pas l’impression que la Russie est victime d’une néo Inquisition ?
    Ils accusent Poutine de semer la discorde en Ukraine alors que ce sont, le Ministre des Affaires
    étrangères des U.S.A, le Vice Président U.S.A? le Chef Suprême de la C.I.A qui se sont déplacés à KIEV pour appuyer les membres du Coup d’état Nazis et non Fascistes.


  20. bocanegra Le 17 août 2014 à 13h56
    Afficher/Masquer

    …très bien mais personne ne l’écoute à gauche ni à droite ! nous disons qu’il est une grande voix certes mais bon une fois que l’on a dit ça on fait quoi ? on attend l’hiver car c’est en hiver que les choses vont bouger et salement pour les ukrainiens, ils vont se retrouver cul nu et ventre à l’air et c’est la russie qui règlera le problème car un peu de chaleur “humaine” pas chère arrangera tout. les ricains feront passer leur tafta et la fête à bras continuera pour les peuples-consommateurs de l’ue que nous sommes, rien d’autre ! le marche ou crève fédéral, la schlague européenne va faire très mal sur nos petits derrières d’hommes encore blanc ! l’illusion d’une civilisation aura passé sur nous comme le souffle d’une mère qui picole un peu trop …cela dit lire chevènement reste une forme de plaisir car il a les idées claires, il a la logique de celui qui sait et en face nous avons la logique du pragmatique, de celui qui va de l’avant . le vieux incarne involontairement les idées d’avant, à chaque fois qu’on le voit on voit un vieil homme …no country for the old man ! film à revoir ou à voir ce we s’il pleut encore un peu 🙂


  21. Sara Le 17 août 2014 à 14h03
    Afficher/Masquer

    “La crise ukrainienne est, à coup sûr, la plus grave survenue en Europe depuis la fin de la guerre froide et l’implosion de l’Union soviétique”.
    Entre l’implosion de l’Union soviétique et la crise ukrainienne il y a bien eu la guerre civile en ex-Yougoslavie, alors peut-être ne parlons-nous pas de la même gravité, mais la dislocation de la Yougoslavie fut tout de même le plus grand massacre d’Europe depuis la seconde guerre mondiale.


  22. toff Le 17 août 2014 à 14h04
    Afficher/Masquer

    JPC a rason sur la majorité des points : une fédéralisation de l’Ukraine serait la solution, on le sait.

    Il est un des rares politiques, dans ce pays, qui a réellement compris la situation, ce texte le prouve. Rien que pour cela bravo à lui!

    Cependant suis-je le seul que cela dérange quand il évoque les “partenaires” de cette nouvelle Ukraine fédéralisée, aux rangs desquels le FMI, qui est, rappelons-le, le bras armé de la politique ultra libérale de l’école de Chicago, à la Milton Friedman, politique qui rappelons-le nous a mis dans la panade actuelle? Je trouve que cette proposition est un peu le “ver dans le fruit”…. dommage.


  23. bluetonga Le 17 août 2014 à 15h02
    Afficher/Masquer

    Légèrement décalé, mais sur le thème quand même, une analyse russe de l’impact effectif des sanctions européennes :

    http://www.espritcorsaire.com/?ID=421/Jean-Pierre_Arrignon/

    De nouveau, much ado about nothing. En fait, ce qui est intéressant, c’est l’impuissance progressive des occidentaux face aux défis actuels. Leurs mesures sont cosmétiques, leur dégénérescence inéluctable. Le seul vrai problème, c’est que nous ne reprendrons le contrôle de nos démocraties qu’après que le voile de mensonges et de propagande ne se soit déchiré sous la pression des événements – et en espérant qu’il ne faille pas passer par la case crash bancaire,, effondrement de la société civile, troubles et émeutes.

    C’est peut-être ce qui commence à apparaître timidement dans divers organes de presse mainstream (CNN et l’affaire des missiles balistiques ukrainiens, le UK Telegraph qui montre la guerre dans le Donbass, Figarovox qui se fend d’une critique du Russia Bashing…)


    • anne jordan Le 17 août 2014 à 16h33
      Afficher/Masquer

      ” effondrement de la société civile , émeutes etc.. ”
      OUI ! @bluetonga
      exactement ce que prévoient les dirigeants U.S , ( avec l’appui magnifique des Israéliens )
      http://www.wsws.org/en/articles/2014/08/14/pers-a14.html

      ou comment réprimer des émeutes en centre urbain surpeuplé !


  24. Janna Le 17 août 2014 à 15h17
    Afficher/Masquer

    http://www.opednews.com/articles/1/The-Latest-in-the-New-Cold-by-Mike-Whitney-Assad_Brics_Cold-War_Iran-140813-449.html (anglais)

    Mike Whitney (journaliste et écrivain américain) : Dans la nouvelle guerre froide, je mise sur Poutine .

    http://ukraina.ru/analytics/20140817/1010196333.html (russe)
    .


  25. languedoc 30 Le 17 août 2014 à 15h29
    Afficher/Masquer

    D’ici 1 mois ou 2, le problème sera peut-être en voie de règlement, mais pas parce que le Donbass sera tombé, mais parce qu’il aura tenu bon et qu’il n’y aura pas d’autre solution pour Kiev que de négocier.Le problème c’est que l’on ne sait pas ce que les insurgés sont prêts à accepter. Veulent-ils vraiment l’indépendance ou dans un premier temps une large autonomie? En attendant d’en arriver là, il faut qu’ils tiennent bon, leur avenir en dépend.


  26. petitjean Le 17 août 2014 à 16h31
    Afficher/Masquer

    “Tribune parue dans Marianne daté du 23 mai”

    mais nous sommes le 17 août !

    à quoi sert ce viel article ???…………………….


    • anne jordan Le 17 août 2014 à 16h35
      Afficher/Masquer

      à nous montrer que dès le mois de Mai , nous aurions dû descendre dans la rue , et -ou – inonder les merdias de nos rappels à l’ordre !


    • MICHEL R Le 17 août 2014 à 21h32
      Afficher/Masquer

      tout à fait;ce discours date du 19 mai….
      3 mois après, on en sommes nous ? le désastre dans le DONBASS
      conclusion :les paroles de nos hommes politiques ne sont que de belles paroles dans une coquille vide hélas
      “Force est de constater à ce jour, lundi 19 mai, que le « dialogue national » exigé par Angela Merkel et François Hollande, « avant le 25 mai, entre les représentants du gouvernement ukrainien et ceux de toutes les régions d’Ukraine », n’a pas…” etc ,etc.


  27. petitjean Le 17 août 2014 à 16h35
    Afficher/Masquer

    Chévenement ??

    mais qu’a-t-il fait de concret pour la France ? J’insite : de concret !

    il parle plutôt bien , mais à part ça ?

    Il n’ignore rien du projet de l’oligarchie, mais se garde bien de le dire. Lui aussi fait semblant car il est membre de cette oligrachie.


  28. petitjean Le 17 août 2014 à 16h48
    Afficher/Masquer

    j’ai l’impression que Chévènement a oublié les évenements dramatiques qui se sont déroulés dans l’ex Yougoslavie ?

    Evénements dramatiques “grâce” à notre allié américain…………comme en Ukraine !

    Chevénement n’a jamais rien fait

    un problème de mémoire lié à son âge peut être………………….


  29. madeleine Le 17 août 2014 à 16h59
    Afficher/Masquer

    Article sur les millions d’euros alloués à l’Ukraine par la Commission de l’UE

    http://www.eureferendum.com/blogview.aspx?blogno=85112


  30. Macarel Le 17 août 2014 à 17h45
    Afficher/Masquer

    Vous avez aimé Pascale Joannin, vous allez adorer Marie Mendras spécialiste de la politique étrangère russe au CNRS.

    Sur France inter, journal de 13h00, vers 6minutes 40secondes.

    http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=953062


    • samuel Le 17 août 2014 à 18h13
      Afficher/Masquer

      Non merçi sans façons, je préfère mieux apprendre à sécuriser correctement un pc. Car elles médisent et papotent souvent contre Poutine à la radio, mais savent souvent pas mieux cuisiner de meilleurs propos sur les ondes, alors quand une spécialiste au CNRS sur l’autre visage des USA.


    • purefrancophone Le 17 août 2014 à 20h00
      Afficher/Masquer

      J’ai rarement entendu autant de mensonges dans quelques paroles !!!!!!!
      Cette femme devrait aller faire un tour dans ces villes de l’est de l’Ukraine ; elle verrai que ce n’est pas “désagréable ” de subir les combats , mais catastrophique!!
      Elle pourrai vérifier si il y a des soldats Russes sur place ainsi que de l’armement Russe récent et non pas de l’ancienne U.R.S.S. !!
      Elle pourrait demander aux populations civiles si elles souhaitent aller vers la Russie ou rester dans l’Ukraine .
      Je pense qu’elle aurait une excellente formation sur le terrain !!!!


      • Ardèchoix Le 17 août 2014 à 20h31
        Afficher/Masquer

        J’ai écouté cette dame , au cnrs et à science pot ils trouvent que c’est “désagréable” de se faire bombarder . Pauvre femme . J’ai la haine, nos impôts servent à payer ce genre de personnage .


  31. PascalC Le 17 août 2014 à 18h09
    Afficher/Masquer

    Bonjour à tous,

    Je vous signale une analyse de l’affaire de la colonne russe qui aurait pénétré dans le territoire ukrainien et aurait été détruite par les forces kievistes, sur le site des moutons qui s’informent :

    http://lesmoutonsenrages.fr/2014/08/17/kiev-a-t-il-monte-un-false-flag-concernant-la-soit-disant-colonne-armee-russe-detruite-dans-lest-du-pays/#more-67894

    Il semblerait que le journaliste qui aurait aperçu cette colonne l’aurait vue sur le territoire russe, à une dizaine de km de la frontière… et non pas franchir la frontière comme indiqué dans un premier tweet du journaliste (reprise à l’envie par les grands médias occidentaux). Un deuxième tweet plus nuancé, corrigeant le premier, n’a lui, jamais été repris par la presse.

    Bien à vous,

    Pascal


    • Michel Roissy Le 17 août 2014 à 19h28
      Afficher/Masquer

      de toute façon, vu l’armée de pieds nickelés ukrainienne qui se fait sévèrement étriller pas les rebelles, si une colonne russe était entrée en Ukraine, c’est elle qui aurait fait des dégâts, pas l’inverse !


  32. madake Le 17 août 2014 à 18h13
    Afficher/Masquer

    Ce qui est effarant, et montre bien la cécité collective européenne.
    Et rappelle la parabole de la grenouille dans la casserole, qui chauffe,
    c’est que l’UE aussi est une cible, la stratégie US est d’envenimer les relations russo-européennes, il compte en tirer dèjà entre autres les bénéfices suivants :
    affaiblissement de la Russie
    affaiblissement et soumission de l’UE
    signatures accélérées des TAFTA/TTIP et TISA par l’UE se jetant dans les serres économiques de l’aigle pour fuir la griffe de l’ours.

    Dans tous les cas, la dernière chose dont on besoin les USA, c’est une Europe forte, stable et prospère commerçant avec la Russie.
    Hélas.


  33. jo Le 17 août 2014 à 19h13
    Afficher/Masquer

    Les pro-russes auraient abattu un avion de chasse ukrainien, un Mig-29 à Lougansk !
    http://allainjules.com/2014/08/17/ukraine-un-avion-de-chasse-ukrainien-un-mig-29-abattu-par-les-pro-russes-a-lougansk/


    • ok Le 17 août 2014 à 21h43
      Afficher/Masquer

      On en est à 3 pour aujourd’hui. 2 SU-25 et un Mig-29.


  34. madake Le 17 août 2014 à 19h13
    Afficher/Masquer

    C’est bien dans l’air du temps où la primauté du scoop dévore le fond,
    la forme
    et la vérité.
    Repose en paix, Vérité, toi dont personne de veut.


  35. richard lavigne Le 17 août 2014 à 19h36
    Afficher/Masquer

    Tout ce qui manque, c’est de comprendre que ce sont les américains qui sont la cause de ces
    problèmes en Ukraine.

    Le 10 août dernier, l’ex sénateur américain RON PAUL et candidat à la présidence américaine, affirmait que ” AMERICA STARTED THE UKRAINE CRISIS ” L’AMÉRIQUE A COMMENCÉ LA CRISE UKRAINIENNE.
    VOIR http://WWW.RONPAULINSTITUTIONAL.ORG, organisation à but non-lucratif.
    Le 10, il a aussi écrit que : “US SANCTIONS ON RUSSIA MAY SINK THE DOLLAR” Les sanctions US à la Russie peuvent couler le dollar. et
    US SEND HUMANITARIAN BOMBS TO IRAK, AS IT WARNS RUSSIA AGAINST HUMANITARIAN AID TO UKRAINE” Les USA envoient des bombes ‘ humanitaires”
    en IRAK et ordonnent à la Russie de ne pas envoyer de l’aide humanitaire en Ukraine.

    You tube montrait bien le sénateur américain McCain, avant Maidan, serrant la main du responsable des néos-nazis d’Ukraine . Les USA avaient envoyé la CIA, le FBI, et autres comme les mercenaires américains.
    Il est visible de constater que les USA, continue a vouloir contrôler le monde, avec ses 150 bases,
    et continuent à vouloir ajouter des bases dans tous les pays d’Europe dont les pays voisins de la Russie.
    L’Otan, une entreprise formée par les américains s’ajoute aux craintes de la Russie de voir les américains l’empêcher de croître normalement.
    Et maintenant, RON PAUL, CONSTATE LES EFFETS DANGEREUX DE LA VOLONTÉ AMÉRICAINE DE TOUT CONTRÔLER EN EUROPE.

    iL N’Y AURA PAS DE SOLUTION, DE PAIX, TANT QUE L’EUROPE N’AURA PAS SANCTIONNÉ L’UE, L’OTAN ET N’AURA DIT À Obama, L’Europe C’EST NOUS.


  36. richard lavigne Le 17 août 2014 à 20h06
    Afficher/Masquer

    Pour faire suite à mon commentaire de 19.36 hres, l’adresse du site de RON PAUL

    est: http://www.ronpaulinstitute.org.

    mes excuses


  37. jo Le 17 août 2014 à 20h12
    Afficher/Masquer

    Et dire qu’Obama a reçu le prix Nobel de la paix !!!!!!!

    Pour le moment aucun média du gouvernement !! n’a retransmis l’information de Reuters qui est lisible là
    https://fr.news.yahoo.com/un-mig-29-ukrainien-abattu-par-les-s%C3%A9paratistes-092054556.html
    et
    https://fr.news.yahoo.com/un-mig-29-ukrainien-abattu-par-les-s%C3%A9paratistes-092054556.html


  38. Christophe Le 17 août 2014 à 21h06
    Afficher/Masquer

    Je vous encourage à lire cet article :

    http://www.avanti4.be/analyses/article/russie-ukraine-nous-avons-besoin-d-une

    ça parle de la gauche radicale qui est divisée, en Russie, à propos du conflit ukrainien.

    Une remise en perspective intéressante même si … sur ce coup, Poutine me semble moins guerrier qu’Obama.


  39. Igor Le 17 août 2014 à 21h25
    Afficher/Masquer

    Pourquoi sur ce blog parle-t-on souvent de Bandera et personne ne parle du général Vlassov http://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_Vlassov ni de l’emprunt russe http://www.fiscalonline.com/Les-porteurs-d-emprunts-russes,5337.html ?


  40. Noam Le 17 août 2014 à 22h14
    Afficher/Masquer

    Après un dîner de gamberge avec géopolitique à donf, on a trouvé une solution pour l’Ukraine. La voilà :
    1. Les USA quittent l’OTAN,
    2. Les russes entrent dans l’OTAN,
    3. Et on partitionne l’Ukraine en plusieurs paradis fiscaux.

    Et le tour est joué…


  41. Jourdon Le 17 août 2014 à 22h32
    Afficher/Masquer

    Compte tenu de l’évolution très rapide de l’opinion en France pour s’intéresser davantage au pays l’Ukraine dans le cadre du destin européen à notre génération et à notre siècle; je risque ci-après proposer mes “repères” (déclenchés par l’ouverture très équilibrée sur le sujet…] – en aucun cas ni des propositions ni même des suggestions – pour accompagner l’article de l’Ancien Ministre de la Défense, remarquable selon moi de clarté et d’équilibre.

    Il y aurait encore une certaine “finlandisation” de la situation faite à l’Ukraine, en lien avec l’espace eurasien ou eurasiatique (un jour il faudra discuter de cette dialectique; aussi…]; ceci serait du au fait que depuis plus d’une décennie de “partenariat stratégique” entre l’UE et la Russie, en fait ce projet de partenariat semblerait ne pas avoir beaucoup avancé… et surtout pas très concrètement peut-être parce que l’UE continuait de se méfier de la Russie:…

    Mr. CHEVENEMENT suggère plutôt de proposer comme schéma à l’Ukraine un concept de neutralité “à l’autrichienne” plutôt que “à la finlandaise”; cette terminologie me semble particulièrement heureuse du fait notamment de sa précision. Sans doute s’agit-il de nuance mais ici cela me paraît celle qui convient!

    Par contre je ne crois pas tellement à une forme de décentralisation par exemple en matière fiscale. En revanche j’adhère tout-à-fait à la conclusion de Jean-Pierre CHEVENEMENT selon laquelle UE, FMI et Russie doivent discuter pour améliorer l’organisation souhaitable…


  42. Jacques Le 17 août 2014 à 22h51
    Afficher/Masquer

    Chevènement fait la synthèse de tout ce qu’un lecteur du blog “les crises” pouvait savoir, sous une forme acceptable à des téléspectateurs moyens, mais ce texte date de mai, depuis la guerre civile s’est déployée, une véritable purification ethnique l’a accompagnée, l’économie ukrainienne a accentué sa chute, réparer les dégâts ne va pas être simple. On annonce aujourd’hui 17 août une rencontre de quatre ministres, russe, ukrainien, allemand et français pour organiser un cessez-le-feu, sans doute est-ce la suite des difficultés de l’armée ukrainienne sur le terrain, du nouvel avion de chasse abattu par les rebelles. Leur résistance et l’affaiblissement de l’armée de Kiev donnent le meilleur espoir de paix.


  43. Bardamu Le 17 août 2014 à 23h33
    Afficher/Masquer

    On se fout de ce que dit Chevènement, on laisse le BHL bêler ses élucubrations au nom de la France, mais là c’en est trop :
    Le projet d’exporter deux parcs du Puy-du-Fou en Russie, dont l’un en Crimée, porté par l’ancien eurodéputé Philippe de Villiers, fait scandale. Sur BFMTV, la députée PS Sylviane Bulteau annonce qu’elle va saisir le cabinet de Laurent Fabius.


  44. VladP Le 18 août 2014 à 01h28
    Afficher/Masquer

    La Suisse s’est construite d’elle même. Des Cantons ont décidé de se mettre ensemble pour résister à des seigneurs extérieurs et au clergé. JAMAIS une partie de la Suisse n’a eu seulement l’ombre de l’idée d’éradiquer toute la population d’une de ses régions au motif qu’elle était de langue ou de religion différente.
    Au contraire! La Suisse s’est constituée sur une base de tolérance, de respect et d’acceptation de l’autre dans toute ses différences.
    À cause de ça, l’ukraine ne sera jamais une autre Suisse.
    Certaines parties se contitueront en un Etat fédéré qui se rattachera, ou pas, à la Russie, d’autres se rapprocheront, ou pas, de la Hongrie ou de la Roumanie, et d’autres encore de la Pologne. Et après cela, il restera une ukraine croupion, dévastée, ruinée et endettée jusqu’au cou qui tombera à la charge de l’ue et ce sera bien fait! C’est ça, l’avenir de l’ukraine, et ce seront aux européens de se débrouiller avec leur créature nazie.


  45. Hellebora Le 18 août 2014 à 14h46
    Afficher/Masquer

    Pour info et suivi au quotidien de l’actu Ukraine : l’excellente Paula Slier qui pendant un temps a couvert Gaza, est retournée à Donetsk. Suivez ses précieux tweets !
    https://twitter.com/PaulaSlier_RThttps://twitter.com/PaulaSlier_RT


  46. Hellebora Le 18 août 2014 à 19h16
    Afficher/Masquer

    Le bon lien vers le compte T de la journaliste Paula Slier (actuellement à Donetsk) : https://twitter.com/PaulaSlier_RT


  47. Zzef Le 19 août 2014 à 15h40
    Afficher/Masquer

    Toujours surpris de voir que les hommes politiques sont plein de bon sens et de pragmatisme quand ils ne sont pas aux affaires !
    Confiez lui un ministère et vous ne le reconnaitrez plus … Le pouvoir doit réellement rendre aveugle.
    Mais je ne suis pas dupe, je sais bien que se sont les lobbies qui contrôlent le monde politique.


  48. Iskander Zakhar Le 20 août 2014 à 14h57
    Afficher/Masquer

    Jean-Pierre Chevènement est un homme atypique, un des derniers à avoir une vision nationale pour la France, pas seulement dictée par l’ambition personnelle. Cet article est ancien, mais il est prémonitoire. Le “Che” a raison : les faits actuels le confirment. Et malheureusement, la lâcheté de nos dirigeants europens conduit à des morts innocentes aux confins de l’Ukraine !


Charte de modérations des commentaires