Les Crises Les Crises
16.août.201416.8.2014 // Les Crises

[Vidéo] Du poison dans l’eau du robinet

Merci 80
J'envoie

L’eau qui coule des robinets français est souvent contaminée, à l’insu des citoyens. Dans le Centre, en Normandie ou en Charente, elle regorge de pesticides ou de nitrates. Les autorités le savent mais délivrent des dérogations permettant de distribuer de l’eau contaminée. En Auvergne, les habitants boivent de l’eau blanchie avec de la poudre d’aluminium. Depuis quelques années, des scientifiques et des citoyens tentent de se faire entendre pour dénoncer ces dangers. Partout en France, l’eau potable charrie des résidus médicamenteux comme des hormones ou des antidépresseurs.

80 réactions et commentaires

  • Poullin // 16.08.2014 à 04h40

    “l’eau blanchie avec de la poudre d’aluminium” c’est un peu plus compliqué que ça. Pour rendre l’eau non turbide, on flocule soit avec de l’aluminium soit avec du fer, pas d’autre solution pour le moment.
    Les petites communes ont en général de l’eau de moins bonne qualité que dans les grandes villes qui ont plus de moyens.
    Je ne suis pas scientifique mais ma fille étant ingénieure en eau et environnement, on a beaucoup discuté de ce sujet entre autres et ce que je sais me permet de dire que ce documentaire est alarmiste pour rien car c’est trop tard : environ 80% des rivières sont polluées en France, des nitrates partout et par ex de l’uranium dans la Loire.
    Malheureusement on ne peut pas faire mieux pour avoir une eau plus saine, sauf arrêter de polluer et payer très très cher pour dépolluer, ce que personne ne veut (ni les agriculteurs ni les consommateurs).
    L’eau en bouteille n’est pas idéale non plus car 1) n’est pas exempte de pollution et 2) les bouteilles en plastique ne sont pas inertes non plus.

    “L’écologie ça commence à bien faire” a dit Sarkozy. Le problème est qu’il reflète ce que pense la majorité.

      +1

    Alerter
    • Macarel // 16.08.2014 à 19h22

      Je sens un état d’esprit amer, comme celui de Yves Paccalet dans son livre “L’humanité disparaîtra, bon débarras!” ou celui de Gilles Châtelet dans “Vivre et penser comme des porcs”

        +0

      Alerter
    • bobi // 16.08.2014 à 22h37

      J’adore, au 5ème degré, le “c’est alarmiste pour rien parce que c’est trop tard….”
      alors yopla boum, on se fait une réédition de “la grande bouffe” du génial Marco Ferreri en claquant en sachant pourquoi:
      “mange la bonne purée sinon tu ne va pas mourir (sic)”

        +0

      Alerter
  • jp // 16.08.2014 à 05h01

    j’ai écrit un commentaire mais il a sauté ou j’ai fait une fausse manip ?

    en conclusion : ce documentaire est alarmiste et n’apporte rien à mon avis sauf pour ceux qui ont été sourds et aveugles depuis 50 ans.
    80% des rivières en France sont polluées et il faudrait de très (trop) gros moyens pour avoir de l’eau potable. A commencer par ne plus polluer : avis aux agriculteurs, industriels et consommateurs qui ne veulent pas se restreindre.
    Pour rassurer un peu : l’eau des grandes villes est moins “sale” car les stations ayant de plus gros moyens (sont plus riches) et nettoient plus.
    Sinon pour l’aluminium : c’est ça ou du fer pour floculer, les 2 sont nocifs comme le sont les bouteilles en plastique, les conduites en plomb ou en pvc.
    “l’écologie ça commence à bien faire” a dit un président français.
    On paiera l’eau de plus en plus cher, on fait déjà des guerres pour l’eau et les multinationales genre Veolia Saur ne sont pas des philanthropes.
    cf le site “les eaux glacées du calcul égoïste”
    Je suis désolée mais militante écolo devenue très amère. Ma seule réussite : une fille ingénieure en eau et environnement qui m’a expliqué quelques moyens de traiter l’eau.

      +0

    Alerter
    • piotr // 16.08.2014 à 11h56

      un osmoseur (portable ou pas), cela vous paraît-il une solution efficace ?

        +0

      Alerter
      • Jean // 16.08.2014 à 15h20

        L’osmoseur n’est valable que dans certaines situations comme l’aquariophilie, mais pas pour une utilisation sporadique de quelques litres pour la boisson ou la cuisine.
        Ne pas oublier que les osmoseurs sont sensibles :
        – A l’encrassement sédimentaire, donc besoin de pré-filtration adaptée.
        – Aux bactéries si débit trop faible, donc besoin de pré-filtration adaptée.
        – Au chlore qui rend les membranes poreuses, donc besoin de pré-filtration adaptée.
        – A une trop faible pression, donc besoin d’une pompe spéciale pour booster.
        Donc beaucoup de consommables/pièces d’usure à remplacer… Ça a un coût !

        Les distillateurs sont bien plus appropriés dans ce cas.
        Pas d’entretien et l’on peut mettre aussi bien directement l’eau du robinet, ou d’un puis, ou d’une rivière.
        C’est bien pour cela que les chinois utilisent préférentiellement les distillateurs que les osmoseurs.
        En plus ils sont moins onéreux à l’achat (72 à 109 eur) en comparaison des osmoseurs avec pompe booster (147 eur).

          +0

        Alerter
        • Buveur d’eau // 18.08.2014 à 14h53

          72 € ??
          Où ça se trouve, svp ? Je ne vois que des produits hors de prix, même sur le net.
          Merci d’acance.

            +0

          Alerter
  • rémy // 16.08.2014 à 07h53

    l’eau en bouteille , une eau qui reste longtemps stockée dans du plastique ne peut être aussi bonne

    et aussi vivante qu’à la source. la bouteille plastique pose un problème écologique :

    sa fabrication , son transport ,son recyclage, et la destruction de millions de ces bouteilles plastiques.

    la solution la plus appropriée et la moins coùteuse sur le long terme est la purification de l’eau de réseau par le charbon actif ( charbon +argent réalisé par traitement
    intrasurfacique , ) à savoir pour donner un ordre d’idée que si on déployait toutes les surfaces utiles d’1gramme de charbon ,la surface totale déployée correspondrait environ à un 1/2 terrain de foot =2500 m2;
    quel effet ce charbon peut avoir si utilisé correctement ?
    pas d’imprégnation chimique , pas de rejet pour nettoyage de l’eau ,supprime les traces de :
    chlore , pesticides,colorants,hydrocarbures,nitrate,métaux lourds,éléments dissous:médicaments.
    détruits:germes ,virus, bactéries.
    garde les minéraux, préserve le PH ,l’oxygène contenu dans l’eau.
    voilà une alternative sérieuse et écologique.

      +0

    Alerter
    • barre-de-rire // 16.08.2014 à 12h07

      vous êtes au courant quand même que l’eau du robinet dite potable vous avez sauf preuve du contraire pas de toilettes sèches… vous vous lavez chez vous… vous lavez le linges et la vaisselle et nettoyez tout dont les voitures avec…

      alors dire “ho mon dieu elle est pas propre bouh hou hou” alors que vos gosses boivent toutes les merdes à bulles et gaz mais certainement pas de flotte en bouteille et encore moins celle du robinet…

        +0

      Alerter
  • rémy // 16.08.2014 à 08h04

    rajout
    la purification de l’eau de réseau se fait à l’échelle d’une maison , d’un immeuble , mais pas à l’échelle d’une ville, donc c’est une démarche individuelle , citoyenne et écologique , dont notre santé , ceux de nos proches (enfants) et celle de notre planète la terre.

      +0

    Alerter
    • jp // 16.08.2014 à 09h02

      l’épuration des eaux et la purification de l’eau sont 2 choses différentes. La 1ère concerne l’eau qu’on rejette, elle n’est pas potable mais doit être un minimum nettoyée avant d’être relarguée dans la nature.

      La purification s’applique à l’eau du robinet pour la rendre potable.

      Vous pouvez purifier chez vous mais si vous lavez votre voiture sur votre pelouse, vous polluez l’eau de tous ceux qui habitent en aval.

        +0

      Alerter
    • Tatare // 16.08.2014 à 10h19

      “la purification de l’eau de réseau se fait à l’échelle d’une maison , d’un immeuble…”

      Et comment fait-on ? A part se faire fourguer un système de filtration à 3000€ totalement inefficace ?

        +0

      Alerter
      • rémy // 16.08.2014 à 16h18

        il y a des systèmes efficaces et reconnus scientifiquement , mais pas de noms sur le blog

          +0

        Alerter
      • jp // 16.08.2014 à 16h28

        la phytoépuration est effectivement chère à installer mais rentable sur le long terme si on intègre le coût des vidanges de fosse septique.

          +0

        Alerter
        • Al1 // 17.08.2014 à 14h13

          @ jp : où avez vous vu que la phytoépuration est chère à installer ??? Vous êtes payé pour dire ça ?

          C’est ce qu’il y a de moins cher, à condition de passer aux toilettes sèches évidemment (et mes chiottes m’ont coûté 20€) ! Ah non il y a aussi la pédo-épuration, c’est encore mieux, et vous arrosez vos fruitiers !

          C’est l’occasion de visionner la conférence gesticulée de la SCOP Le Pavé “l’eau ça chie”
          https://www.youtube.com/watch?v=aZOJsL0xf5w

          Des solutions il y en a, arrêtons de blablater, et passons à l’action ! Banzaï !!!

            +0

          Alerter
          • jp // 18.08.2014 à 08h59

            Quand on survit avec une mini-retraite ou un Rsa, on ne peut pas se payer d’installation de phytoépuration.
            Je dis ça je dis rien : j’habite en ville dans une barre/cage à lapins et bois l’eau du robinet hyper chlorée.

              +0

            Alerter
            • Al1 // 18.08.2014 à 12h09

              OK vous faites une double erreur :
              – On ne parle de phytoépuration que pour le traitement des eaux usées, pas pour assainir l’eau du robinet.
              – Quand on se pose la question de phytoépuration ou pas c’est qu’on est propriétaire. Pour l’assainissement de ma maison on voulait m’imposer un système de filtre à sable, anti-écolo et couteux, plus de 8000€. Avec 3000€ j’ai fait faire le drain + fait creuser une mare + la phytoépuration. Je sais maintenant qu’on peut faire avec beaucoup moins cher (pédo épuration). Le tout étant de ne pas chier dans l’eau potable, une épuration écologique est éminemment moins coûteuse.

                +0

              Alerter
  • Nicolas // 16.08.2014 à 08h20

    L’affaiblir seulement, tuer n’est pas rentable pour les pharmacos.

      +0

    Alerter
  • Docteur Schweitzer // 16.08.2014 à 08h25

    La consommation d’eau en bouteille plastique expose à l’absorption de perturbateurs endocriniens (PE) responsable de l’augmentation massive des cancers hormonodépendant (sein et prostate) et cela principalement en France, ça c’est sûr. Il y a des PE dans tous les plastiques alimentaires…, spécialement lorsqu’ils sont chauffés.
    En revanche dire que l’aluminium est LA cause de la maladie d’Alzheimer est un raccourci extrêmement réducteur, son origine étant multifactorielle : âge, hérédité, environnement etc…

      +0

    Alerter
  • Serge // 16.08.2014 à 08h28

    Sans doute, mais l’eau en bouteille est beaucoup plus chère et je ne suis pas sur qu’elle ne contienne pas d’autres saletés

      +0

    Alerter
  • esope // 16.08.2014 à 08h40

    Certes. Mais toutes les activités humaines sont polluées comme l’eau. Elles le sont par des intérêts particuliers. Les régulateurs institutionnels que sont les politiques sont plus préoccupés de leurs impacts partisans, claniques ou électoraux, que de veiller à des questions sanitaires collectives.

    Ceci dit, le problème de la gestion de l’eau potable est absolument crucial. Il commence à y avoir un début d’amorce de prise de conscience. Ce qui est primordial, c’est la tendance évolutive. Quelle était la qualité moyenne de l’eau potable il-y-a cinquante ans, vingt ans, dix ans ? Le phénomène présente une inertie considérable. Nous ne disposons de statistiques détaillées sur le sujet que depuis que le problème préoccupe suffisamment. Par ailleurs, pour des régulateurs qui ne s’inquiètent que de résultats électoraux à la prochaine échéance, les mesures qui ne pourront faire valoir leurs effets que bien des années après leur mise en œuvre ne présentent aucun degré d’urgence. Selon l’adage, on s’habitue à tout.
    Dans le passé, quand l’eau était puisée dans la mare, dans la rivière, au mieux au puits ou à la source sans aucun contrôle autre que gustatif, sa qualité sanitaire était-elle meilleure ? Les épandages de fumier, les décharges incontrôlées existaient déjà. Il n’y avait pas de stations de recyclage des déchets ou d’épuration. Les matières fécales étaient abandonnées dans la nature ou envoyées à la rivière. Des épidémies gravissimes survenaient.
    Les polluants chimiques ont pris la place des polluants naturels.

    Néanmoins, d’autant plus que les mesures préventives et correctives ont des effets très différés, il faut d’urgence prendre en compte le problème. Merci d’ajouter votre voix, ici aussi, à celle des minoritaires qui regardent l’avenir avec un autre regard que celui des régulateurs institutionnels. A défaut de leurs réactions, il faut une prise de conscience collective.

      +0

    Alerter
    • jp // 16.08.2014 à 08h51

      je suis d’accord avec vous sur le retard de la prise de conscience.
      Un point technique : la mare est une mini-station d’épuration, on n’y puise pas de l’eau potable.

        +0

      Alerter
  • Patrick Luder // 16.08.2014 à 09h10

    Alarmons-nous … mais surtout, surtout …
    surtout continuons de polluer tous et partout,
    sans soucis particulier => c’est tellement facile !

    Soit nous prenons nos responsabilités, soit nous continuons de faire les veaux, en mugissant …

      +0

    Alerter
    • Thomas // 16.08.2014 à 13h54

      + 1

      (sans compter que le stress a une place de choix, dans ce qu’il est coutume de nommer “plurifactoriel”….)

        +0

      Alerter
  • Nerouiev // 16.08.2014 à 09h30

    L’eau en France est relativement bien suivie, analysée et contrôlée à la fois pour les cours d’eau et l’eau du robinet. Nous avons pour cela une organisation des Agences de l’eau, une par bassin versant soit 6 au total. Entre parenthèse, à redécouper la France, la façon la plus naturelle aurait été ces six bassins.
    Ces Agences unique au monde, par leur principe des redevances industrielles et les aides en retour ont permis un progrès énorme. Mais les principes ont évolué ces dernières années et la transparence des résultats, voire les contrôles, pourraient être affectés.
    Je vous donne ci-après un lien pour vous informer de l’état des cours d’eau :
    http://eau-evolution.fr/doc/articles.php?lien=eau_carte_qualite_france_riviere_pesticide_micropolluant
    Le Français est très attentif à la pollution des eaux mais beaucoup moins à la pollution de l’air ; c’est l’inverse pour les Allemands.
    En tout cas il ne faut pas considérer que l’eau à boire du robinet mais toute son utilisation dans la chaîne agricole et son impact sur les aliments.

      +0

    Alerter
  • Alex // 16.08.2014 à 09h44

    Je trouve tout ça très alarmiste, comme tous les reportages télé savent le faire.
    Je connais certaines personnes liées à l’agrologie et l’étude des sols / eaux, je peux vous dire que la France se comporte vraiment bien, voire même fait du zèle vis a vis des normes écologiques et sanitaires. Les seuils de tolérance de certains produits sont basés sur des facteurs biologiques connus sur lesquels on applique en plus une large marge de sécurité supplémentaire. De plus la France a pour habitude de vérifier les normes étrangères et de s’aligner toujours vers les plus fortes. Donc pour le coup, je me vois en désaccord avec cette vision. Bien évidement le fait de confier des services qui se doivent d’être publics à des entreprises privées amènent encore et toujours au fléau moderne : l’intérêt financier.
    Je pense qu’il faudrait plutôt mettre l’accent sur les polluants multi-facteurs : en parlant d’aluminium, vous savez que vous en mangez régulièrement dans le pain ? La pollution est partout dans notre alimentation, vouloir l’éliminer c’est en vérité s’attaquer à toute la logique de la société de consommation.

      +0

    Alerter
  • C Balogh // 16.08.2014 à 10h14

    Bien sûr Sébastien et la Russie devrait être sanctionnée!!
    🙂

      +0

    Alerter
  • drazig // 16.08.2014 à 10h32

    J’ai entendu dire que la pilule contraceptive était aussi source de pollution! Qu’en est-il?

      +0

    Alerter
    • Sébastien // 16.08.2014 à 12h58

      En effet, de nombreuses substances (oestrogènes etc…) modifient le métabolisme des animaux des milieux marins. Et une pollution de plus, une.

      Pour les diverses solutions de filtrage et récupérations de l’eau, les sites dits “survivalistes” proposent des réflexions et techniques à étudier sérieusement.

      Je ne propose pas de liens, cet univers est vaste et chacun peut y trouver son compte.

        +0

      Alerter
    • jp // 16.08.2014 à 16h56

      la pilule contraceptive n’est pas le pire, je ressens toujours un poil de sexisme quand je lis ça.
      Les hormones naturelles sont aussi rejetées dans l’eau et “polluent” de la même façon. Les polluants d’origine parapharmaceutique les plus nombreux sont les antalgiques type paracétamol.
      J’aimerais bien qu’on mesure ce que rejettent les patients sortant des hôpitaux après chimiothérapie et traitements ou examens radio-nucléaires.

        +0

      Alerter
      • Tatare // 16.08.2014 à 20h32

        “J’aimerais bien qu’on mesure ce que rejettent les patients sortant des hôpitaux”
        “Les hormones naturelles sont aussi rejetées dans l’eau et “polluent” de la même façon”

        Avez-vous regardé la vidéo ?

          +0

        Alerter
  • Kiwixar // 16.08.2014 à 10h53

    On a fait creuser un puits, 250 m.
    12,000 NZD = 8000 EUR.

      +0

    Alerter
    • rémy // 16.08.2014 à 16h25

      mais l’eau du puit est’elle potable à tout moment de l’année , où faut’il un purificateur

      d’eau ? pour certains puits c’est nécessaire.

        +0

      Alerter
      • jp // 16.08.2014 à 18h05

        non l’eau de pluie n’est plus potable.
        http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/qr/d/sante-eau-pluie-elle-potable-49/
        La Direction générale de la Santé (DGS) rappelle en effet que l’eau de pluie n’est pas potable, et que son usage doit être limité à l’alimentation des chasses d’eau et au lavage des sols.

          +0

        Alerter
      • Kiwixar // 16.08.2014 à 22h08

        Dans notre cas, elle est buvable directement, avec un rapport d’analyse, un goût et une transparence parfaite. Par précaution (2 analyses, mais on ne fait pas une analyse tous les mois), on a quand même mis un filtre 1 micron + charbon au robinet de la cuisine.
        Et on fait bouillir l’eau pour la boisson. On aurait pu mettre un filtre UV pour cette fonction, mais c’est un coût et de la plomberie, sans compter qu’il faut changer la lampe tous les ans.

        Toujours mieux que l’eau en bouteille (plastiques), et que l’eau de pluie qu’on avait avant (les oiseaux et les gouttières).

        C’est l’intérêt des gouvernements de garder les gens connectés au réseau, facile à débrancher en cas de troubles sociaux ou autres (exemple Novorussia). Donc ils vous diront toujours que l’eau de pluie c’est pas bon, et que les puits c’est euh interdit ?

          +0

        Alerter
  • bidule // 16.08.2014 à 11h03

    La question a été posée au Sénat :

    http://www.senat.fr/questions/base/2010/qSEQ10101056S.html

      +0

    Alerter
  • Alae // 16.08.2014 à 11h16

    Il y a deux réactions possibles à ce type de news (pollution, OGM)

    1) se replier sur soi-même. Dans ce cas de figure, on avance des idées de type filtration personnelle, culture de légumes bio dans son jardin, etc.

    2) Penser à l’avenir et à la collectivité. Se réunir en assoces pour faire pression sur les pouvoirs publics et exiger que l’Etat fasse correctement le boulot pour lequel il est grassement payé par le contribuable (c.f, le contrat social).

    Bravo à ceux qui choisissent la deuxième option.

      +0

    Alerter
    • caro13 // 16.08.2014 à 13h55

      Je pense qu’on peut faire les deux.

        +0

      Alerter
  • Goldfinger // 16.08.2014 à 12h09

    Bonjour,

    Et voilà une raison de plus pour laquelle les “producteurs” / vendeurs d’eau en bouteille vont encore continuer à faire de plantureux profits.
    Jusqu’à ce que les consommateurs moyens n’aient plus le moyens [sic] de se la payer !

    Donc au minimum il faut utiliser une cruche avec cartouche filtrante (Brita / Saey) pour l’eau de boisson (y compris café, thé et potage … en plus cela vous évitera de devoir détartrer votre perco trop souvent 😉 ).

    Par contre je ne connais pas l’impact écologique de ces cartouches. S’il est “acceptable” par rapport à l’eau en bouteille c’est à mon avis la solution de court terme à adopter.

    Mais le mieux, serait effectivement de prendre le problème à la racine donc bien en amont de sa … source 😉

    Très cordialement

      +0

    Alerter
    • rémy // 16.08.2014 à 16h34

      ce système de carafe filtrante , fonctionne par filtre à charbon actif imprégné de sels d’argent.
      le charbon actif est connu pour ses propriétés filtrantes. l’argent pour ses propriétés
      anti-bactéries . l’inconvénient , est que le système ne fonctionne pas pour toute l’eau de la maison,
      et aussi qu’il faut changer les cartouches au moins une fois par mois.
      c’est limité ,maisc’est un premier pas.

        +0

      Alerter
  • Ludo_T // 16.08.2014 à 12h19

    Depuis mi-juillet, la consommation d’eau dans mon village est interdite : trop de nitrates.
    c’est la première fois en 20 ans !
    Personnellement, je n’en buvais pas. Mais j’ai bien conscience que boire de l’eau en bouteille plastique n’est pas une solution (pour ma santé et pour la santé de la planète).

    Quand j’étais petit, il y avait la consigne pour les bouteilles d’eau en verre, c’était lourd pendant les courses mais certainement moins nocif pour tout le monde.

    J’avais pensé installer un récupérateur d’eau de pluie, mais pour arriver à quelque chose de buvable, financièrement on oublie… et de toute façon, il y a les chemtrails !

    https://www.youtube.com/watch?v=r2ogD8vqICI (22mn51) Reportage sur France3

    http://www.youtube.com/watch?v=dWy2zGLwyZo (34mn52) Condensé sur les Chemtrails et la maladie de Morgellons

    http://www.youtube.com/watch?v=_J2VmmmQP0w (1h37mn) Documentaire complet sur le sujet

    http://www.acseipica.fr/

      +0

    Alerter
  • rastignac // 16.08.2014 à 12h41

    j’habite dans une commune ou il y a une source d’eau minérale et bien sur sur le captage une usine d’embouteillement . Un robinet était laissé quand même accessible aux habitants de la commune.
    premiere contrainte ils ont mis un robinet à pression “tres costaud’ avec juste un filet qui coule. “Avantage” se faire les muscles de l’avant bras pour maintenir le robient ouvert..

    mais cela ne n’a pas suffit pour diminuer l’engouement……..ils l’ont supprimé, les voitures stationnant le temps du remplissage génant les camions qui venaient se charger en palettes d’eau en bouteille……..

      +0

    Alerter
  • Fabrice // 16.08.2014 à 13h21

    Une excellente émission qui vient de passer sur arte :

    Nestlé et le business de l’eau en bouteille

    http://www.toutelatele.com/nestle-et-le-business-de-l-eau-en-bouteille-une-enquete-minitieuse-proposee-par-arte-62410

    où l’on voit fort bien que le malheur des pays ne pouvant plus accéder à l’eau de source se font exploiter pendant que les pays sources sont sacrifiés.

    J’ai toujours dit que notre trésor était l’eau alors quand on parle de gaz de schiste et le risque pour les nappes phréatiques que cela implique on croit rêver.

      +0

    Alerter
    • Sebastien Debrulle // 16.08.2014 à 17h47

      Merci également.
      Je prépare justement un article sur mon blog concernant les eaux en bouteille.
      J’analyse les étiquettes et j’essaie de prévoir le meilleur choix.
      Finalement, ce n’est pas si simple que ça.
      Je regarderais ce documentaire, si vous avez d’autres sources (oh.. joli jeu de mots 🙂 ), faites suivre !

      Sébastien Debrulle

        +0

      Alerter
  • jacqueline // 16.08.2014 à 13h43

    Les carafes filtrantes, c’est pas génial.

    http://www.katadyn.com/fileadmin/user_upload/katadyn_products/Downloads/Selection_Card_Filter_Technologie_Vergleich_FR.pdf

    C ‘est une grande préoccupation chez les survivalistes ( en plus du stockage en fûts alimentaires pas très chers ).

    L’idéal est un double filtre par gravité :

    – charbon actif pour les produits chimiques ( cartouche ou granulés à remplacer tous les six mois )

    – céramique 0,2 µ pour les bactéries. ( nettoyable )

    ici un modèle pour à Six personnes : qui coute dans les 260 €

    http://katadynch.vs31.snowflakehosting.ch/fileadmin/user_upload/katadyn_products/Downloads/Factsheet_Drip_FR.pdf

    http://forumsurvivalisme.com/viewforum.php?f=63

    Pour la maison ( en installation fixe ) on trouve aussi des cartouches filtrantes et du charbon actif, mais le filtre le plus fin à 5 µ , il est fait pour enlever le sable et autres saloperies laisse passer des bactéries.

    http://www.gdaa-clairodouce.com/contents/fr/d5_filtres-cartouches-charbon-actif_01.html#p75

    Pour éliminer les virus ( et bactéries ) il faut un filtre UV placé derrière un autre filtre à charbon + céramique grossier car il n’élimine pas les produits chimiques, ni le sable et particules en suspension.

    http://www.une-eau-pure.com/traitement-de-l-eau/traitement-eau-uv-ultraviolet.html

      +0

    Alerter
    • jacqueline // 16.08.2014 à 13h50

      Pour la réserve d’eau, j’ai un lac de 3,6 milliards de m3 à coté 🙂

        +0

      Alerter
      • samuel // 16.08.2014 à 16h43

        Ca se voit elle s’y connait la jacqueline dans la filtration de la flotte, mais la mauvaise eau des médias vous ne pourrez jamais la filtrer avec tous les meilleurs filtres en céramique, pour ça que les gens deviennent un peu amorphes, se transforment en zombis. Moi aussi j’ai une petite réserve de flotte, et mon lac à moi c’est mon bac à linge.

          +0

        Alerter
        • jacqueline // 16.08.2014 à 17h28

          “mais la mauvaise eau des médias vous ne pourrez jamais la filtrer avec tous les meilleurs filtres en céramique, pour ça que les gens deviennent un peu amorphes, se transforment en zombis”

          Hélas !

            +0

          Alerter
          • samuel // 16.08.2014 à 19h49

            Mais encore vous avez de la chance, car en ville les gens n’ont plus trop ce coté là, alors les derniers bons moments divertissant du monde Occidental.

              +0

            Alerter
  • DrFumanchu // 16.08.2014 à 14h29

    Il existent d’autres technologies pour la production de l’eau potable, qui sont pratiquées depuis presque 25 ans en France. La microfiltration et l’ultrafiltration utilisant des membranes sémiperméables permettent une clarification totale de l’eau et une rétention des bactéries et virus. Les technologies membranaires sont utilisées à l’échelle urbaine. Il existent également des unités transportables pour des zônes en manque d’eau potable.
    L’osmose inverse est notamment utilisée pour le dessalement d’eau de mer.

      +0

    Alerter
  • OP // 16.08.2014 à 14h30

    Comme paysan , je peux affirmer que l’ agriculture emploie des produits phytosanitaires très dangereux pour l’ Homme.
    Il faudrait que les agriculteurs soient adhérents à la Confédération paysanne ou une asso de bio
    et cesse d’être sous l’ influence de la FNSEA.
    ce qui n’ est pas gagné !
    La fnsea , avec son argent ( venant des lobbies agro alimentaires ), est très puissante au près des politiques.
    Les citoyens sont ils prêts à manger bio , pour avoir une eau saine ?

      +0

    Alerter
    • vincent // 17.08.2014 à 18h43

      Je suis tout à fait d’accord, la FNSEA a beaucoup trop de pouvoir en France et ne permet pas de faire évoluer le débat sur l’eau auprès des pouvoirs publique. Tant que les branches AGRO des firmes BASF, Bayer, Syngenta… continueront à exercer leurs activités, il y aura du lobbing à Bruxelles afin que de nouveaux produits pesticides soient mis sur le marché.
      Quant à la dépollution d’eaux contaminés par les pesticides…les process industriels sont à la fois TRES cher et nécessite beaucoup d’énergie…résoudre le problème prendra plusieurs générations…

        +0

      Alerter
  • Zgen // 16.08.2014 à 15h46

    Dans la majorité des cas, la microfiltration associant céramique et charbon actif semble le meilleur compromis pour la filtration domestique. Ce n’est qu’un compromis… si nous voulons garantir à l’avenir un accès pour tous à une eau de qualité, il faut changer de modèle de développement et cesser de polluer nos ressources en eau.

      +0

    Alerter
  • Zgen // 16.08.2014 à 15h53

    Les dispositifs de traitement de l’eau du robinet resprésente un business à part entière qui trouve ses racines (et par conséquent, fonde ses arguments marketing !) sur les craintes et inquiétudes des individus face à une qualité de l’eau du robinet toujours plus décriée.

      +0

    Alerter
    • rémy // 16.08.2014 à 16h42

      ce sont les progrés scientifiques qui ont permis de détecter par exemple les résidus médicamenteux,

      ce qui demande un purificateur d’eau , mais un purificateur n’est ni un adoucisseur ,
      ni un osmoseur.

        +0

      Alerter
  • fanfan // 16.08.2014 à 17h17

    LA BIBLE…
    Je vous conseille d’aller sur le site d’Anne Spiteri (polytechnicienne, a longtemps travaillé dans le domaine de l’eau).
    Un site très riche d’informations, un constat accablant, désinformation sur l’état des eaux :
    http://eau-evolution.fr/index.php

    Un nouveau paradigme pour l’eau potable et l’assainissement (1) : un modèle non durable qui a atteint ses limites
    http://eau-evolution.fr/doc/divers.php?lien=eau_potable_assainissement_impact_modele
    Un nouveau paradigme pour l’eau potable et l’assainissement (2) : les contraintes pour un nouveau modèle
    http://eau-evolution.fr/doc/divers.php?lien=eau_potable_assainissement_environnement_protection
    Un nouveau paradigme pour l’eau potable et l’assainissement (3) : la description du nouveau modèle
    http://eau-evolution.fr/doc/divers.php?lien=eau_potable_assainissement_durable_paradigme
    Un nouveau paradigme pour l’eau potable et l’assainissement (4) : la réalisation et l’innovation technologique
    http://eau-evolution.fr/doc/divers.php?lien=eau_potable_assainissement_toilettes_seches
    Un nouveau paradigme pour l’eau potable et l’assainissement (5) : les réalisations et expérimentations collectives récentes dans le monde
    http://eau-evolution.fr/doc/divers.php?lien=eau_potable_assainissement_changement_climatique

    Qualité de l’eau : le témoignage choc d’Anne Spiteri, 23 juillet 2011, par Marc Laimé – eauxglacees.com,
    http://www.eauxglacees.com/spip.php?page=imprimer&id_article=994

    L’eau, toujours source de vie ? L’état réel des eaux et des données sur l’eau
    http://eau-evolution.fr/doc/articles.php?lien=eau_vie_etat_rivi_nappe_sediment_wwf_pestic_nitrate_micropol
    « Un document indépendant réalisé avec le soutien du WWF-France sur l’état réel des milieux aquatiques continentaux (eaux et sédiments des rivières, eaux souterraines) et sur la problématique de la surveillance et de l’évaluation de l’état des eaux considérées avant tout ici comme espace et source de vie.
    Ce document de 50 pages synthétise l’ensemble des articles du site citoyen Eau-Evolution élaborés à partir des données brutes publiques de 1971 à 2007, première année de la surveillance de la directive cadre européenne sur l’eau (DCE).
    Il porte un intérêt tout particulier sur la pollution chimique et sur les aspects globaux et cumulés des dégradations.
    Téléchargez la synthèse complète : L’EAU, TOUJOURS SOURCE DE VIE ? L’état réel des eaux et des données sur l’eau (8 Mo)
    http://eau-evolution.fr/doc/eauevolution_synthese2011.pdf

    “Information ou désinformation sur l’état des eaux (5) : une publication Irstea de décembre 2012 massacre la description de la contamination par les pesticides”
    http://eau-evolution.fr/doc/divers.php?lien=eau_contamination_pestic_methode_soes_irstea_ifen

    Etc.

    Appel de Montpellier : http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/appel-de-montpellier-passer-%C3%A0-un-niveau-sup%C3%A9rieur-d-alerte-et-de-pr%C3%A9vention-pour-limiter-les-risques-sanitaires-et-%C3%A9cologiques-des-pesticides

      +0

    Alerter
  • chris // 16.08.2014 à 18h53

    Je viens de boire de l’eau du robinet, je voudrais dire que .. arghhhh, rrrrooooo, arrghhhhh, au secours !

      +0

    Alerter
  • Macarel // 16.08.2014 à 19h35

    S’empoisonner à petit feu, ou faire tout péter d’un coup ?

    J’avais lu dans un document qui commence à dater (de 2004), que chaque habitant de cette planète dispose pour sa destruction personnelle de 4 camions semi-remorque de TNT, équivalent explosif. Une grenade puissant contient 15g de TNT. En d’autres termes, chaque personne sur Terre, nourrissons compris, est menacée par l’équivalent d’une escadrille de 40 bombardiers forteresses volantes de la deuxième guerre mondiale.

      +0

    Alerter
    • Macarel // 16.08.2014 à 19h40

      Nous avons, avec la science et la technique au service d’un mode de vie productiviste et consumériste, ouvert la boîte de Pandore. Maintenant, et c’est le cas de le dire il nous faut boire le calice jusqu’à la lie.

        +0

      Alerter
      • samuel // 17.08.2014 à 09h06

        A moins que “l’humanité” la plus évoluée, c’est à dire la plus déformée par tout cela ne se transforme en Dark Vador ou une étoile noire, comme ça les élites de l’empire pourront toujours y échapper. Mais tôt ou tard les grands artifices de langage font plus de ravages.

          +0

        Alerter
  • Saabaïdii // 16.08.2014 à 20h07

    Bonsoir,
    En vrac:
    J’ai le privilège de résider dans le département ayant pu bénéficier des plus grandes largesses
    en terme de dérogations sur la qualité de l’eau (Seine et Marne), ce dont les habitants de ce département, et des autres, se passeraient très volontiers.
    Les effets à long terme des différentes molécules incriminées sur les organismes vivants (liens ci-dessous) ne sont que très “imparfaitement” connus faute de budgets pour mener des études approfondies très complexes et quand la chose publique en comprend l’impérieuse nécessité.

    D’ailleurs, pourquoi serait-ce aux entités publiques de financer la démonstration poussée de la nocivité ou de l’innocuité de milliers de molécules synthétisées par des multinationales dont on connait les objectifs .Souvenons nous de l’étude du Pr.Séralini.

    De mémoire, il existe environ 23000 molécules synthétiques couramment utilisées par les différents secteurs industriels, dont à peine 1% a donné lieu à des études sérieuses.(Je retrouverai mes sources).Sans parler de leurs effets combinatoires encore moins étudiés.
    C’est dire que l’Eau, source et constituante de la Vie, transporte ou stocke une belle quantité de ces molécules ou de leurs métabolites à des niveaux de concentration et de nocivité variables dans le temps et l’espace .Sujet donc particulièrement complexe et préoccupant.

    Quelques liens intéressants en première approche:
    http://www.observatoire-pesticides.gouv.fr/
    http://www.france-libertes.org/LA-CARTE-DES-DEROGATIONS#
    http://www.senat.fr/rap/l02-215-2/l02-215-241.html
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Triazine

      +0

    Alerter
  • zevengeur // 16.08.2014 à 22h15

    Le problème de la qualité de l’eau de boisson est un vrai sujet.

    Pour l’eau du robinet, il est clair qu’à de rares exceptions près (*), elle n’est pas fiable.
    Cette dernière est “nettoyée” dans des stations qui ne retirent pas tout, en particulier :
    – les nitrates
    – les pesticides
    – les résidus de médicaments et autres molécules chimiques parasites
    – etc
    Lorsque l’on reçoit le relevé d’analyse annuel, on le constate aisément.
    Pour avoir une idée du taux de pesticides qui n’est pas mesuré, on peut regarder celui des nitrates. La norme admet un taux maxi de 50mg/litre ce qui est énorme, un taux supérieur à 1 ou 2 mg/l ne ne peut être induit que par la pollution humaine.
    Donc, si le taux de nitrates dépasse allègrement les 10mg/l, on peut supposer que celui des pesticides est également très élevé.
    En effet, nitrates et pesticides sont les 2 substances de base de l’agriculture intensive.

    Dans ce cas, ne pas boire l’eau du robinet et se tourner vers l’eau en bouteille.
    Mais pas n’importe laquelle car 90% des nappes phréatiques étant polluées en France, l’eau qui en est issue ne vaut pas mieux que celle du robinet.

    Préférer l’eau de montagne captée à plus de 1000m, vous constaterez que systématiquement, le taux de nitrates est très faible sur toutes ces eaux (<1) : CQFD !

    Au sujet des PE présents dans le plastique des bouteilles, le risque est réel, mais on ne peut pas faire mieux à moins d'habiter en montagne…

    (*) eau de montagne directement pompée pour alimenter le réseau

      +0

    Alerter
  • Hellebora // 17.08.2014 à 00h21

    “Au sujet du plastique dans les bouteilles”, le bisphénol A sera interdit dans plusieurs contenants alimentaires à partir de janvier 2015. Actuellement, on n’en est encore aux biberons…. les industriels ont eu largement le temps de se préparer ! http://www.service-public.fr/actualites/003099.html

    Et pour mémoire, certains plastiques sont à proscrire autant que faire se peut (sigles 1, 3, 6, 7…) :
    http://www.pointsdactu.org/article.php3?id_article=1840

      +0

    Alerter
  • Laeti // 17.08.2014 à 02h27

    Bonjour!

    Quelqu’un a-t-il vu les travaux du Docteur Masaru Emoto?
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Masaru_Emoto

    Je Vous invite à en prendre connaissance ainsi que les découvertes en physique quantique qui démontrent comment nous influons sur notre environnement…

    “On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré.”
    Albert Einstein

    Il me semble que ça vaut le coup de se renseigner sur ces différentes “démonstrations” et éventuellement de changer nos façons de penser et gérer certaines situations…

    La Science évolue et grâce à internet nous pouvons accéder à ces “nouvelles” connaissances. A Nous de tester ou de rejeter selon nos ressentis.
    L’essentiel est de se donner au moins une chance de connaître ces alternatives proposées.

    Certains d’entre nous pensent que les pierres des pyramides ont été taillées au marteau et au burin et c’est très bien ainsi…qu’en est-il du reste de la population?
    Où voulons-nous où choisissons-nous de nous situer?
    Que choisissons-nous d’apprendre,de connaître,de transmettre?
    Que choisissons-nous de faire de nos connaissances?

    Il me semble qu’il est essentiel que chacun se donne une chance de voir plus que ce que l’on veut bien nous montrer et de choisir ce en quoi il/elle veut mettre son énergie.
    faire nos propres choix et pas ceux qui nous sont imposés…

    Je ne suis pas scientifique, juste curieuse parce que j’Aime la Vie, j’Aime les gens et j’Aime nos différentes façons de vivre les choses.

    Quelle chose merveilleuse que la diversité en tous Humains et en toutes choses !

    Je Vous souhaite de belles découvertes

    Laeti

      +0

    Alerter
  • KOMETA // 17.08.2014 à 07h22

    Choquant mais pas surprenant, car quelque part certains finfins pourraient bien se dire : “Ok, de toute façon il y a l’eau en bouteille. Moins cher que de décontaminer l’eau du robinet “. Et toc ! Pouvez laver avec, mais pas question de la boire. Et si t’as pas un rond… ben sèche !

    Ben voyons donc… pas possible. Eh ! Ce genre de ‘raisonnement’ ne me surprendrait pas du tout.

    Évidemment une fois l’eau du robinet ’empoisonée’, l’eau en bouteille devient plus essentielle. Heureusement qu’il y en a.

    Toutefois on ne peut s’empêcher de penser que… Des bouteilles d’eau ? Sapistri ! C’est pas dans les reportages sur le tiers monde que l’on voit ça normalement ?

    Pourquoi faire simple, quand…

      +0

    Alerter
  • Barmassa // 17.08.2014 à 10h17

    Le charbon végétal activé a un puissant pouvoir d’adsorption des substances toxiques, au niveau de l’estomac et des intestins. En consommer régulièrement peut peut-être nous protéger de la consommation d’une eau polluée ?

      +0

    Alerter
    • zevengeur // 17.08.2014 à 21h54

      Absorbtion de charbon pour “nettoyer” :
      Très partiellement car certaines substances comme les métaux lourds (ex : mercure) viennent se loger à des endroits non accessibles par le charbon absorbé oralement, par exemple : cerveau…

        +0

      Alerter
  • dany2 // 17.08.2014 à 10h50

    L’irradiation des aliments est un sujet peu connu du grand public et
    l’eau en bouteille est concernée.Il existe une eau réputée qui change de nom quand elle est vendue en boutique diététique et dans ce cas-la’ n’est pas ionisée.
    http://www.silver47.eu/irradiation.html

      +0

    Alerter
  • petitjean // 17.08.2014 à 16h17

    C’est bien de se préoccuper de la qualité de l’eau. Et avec le principe de précaution inscrit dans la constitution on se demande ce qu’attendent les pouvoir publics ?????……..

    Mais, à propos de boisson, ne pourrait-on se préoccuper aussi des boissons genre sodas et jus de fruit industriels que des milions de français ingurgitent chaque jour en quantité considérable ?

    Regarder les caddies des clients des grandes surfaces…………………………

      +0

    Alerter
  • laurain // 17.08.2014 à 17h27

    Il est dommage de s’égarer sur tous les sujets, ukraine …. economie et l’eau du robinet. cela devient brouillon et l’on ne peut maitriser tous les sujets. Ce dernier est un sujet politico- économique ( pression de la peste verte: ultra-gauche verte et des lobby écologistes à vertue mondialiste) basé sur la vision que l’on veut de notre pays, premier producteur de denrée alimentaire (arme stratégique) Mr Berruyer ne vous égarez pas , gardez votre ligne irréprochable de vouloir connaitre la vérité et ne mettez pas de chapitre uniquement pour faire vivre votre blog

    je vous conseil la lecture du docteur LHIRONDELLE qui a expliquez notamment la problématique nitrate qui n’est en rien un poison, mais bien au contraire ( rappel une salade 500mg … de NO3)
    tout ceci sert simplement à faire fonctionner nos strates administratives et à gaspiller l’argent publique dans des investissements de dé pollution

      +0

    Alerter
  • Tapia // 18.08.2014 à 12h21

    Bonjour,

    Au delà de l’impact chronique sur l’environnement dû à la prolifération et la consommation des êtres humains, notre modèle de gestion de l’eau domestique est irrationnel mais par son inefficacité permet à tout les secteur des entreprises de l’eau de fonctionner.

    Le fait de se servir de l’eau comme conducteur de déchets (chasse d’eau et ce qui s’en suit) répond à notre confort (ne pas voir/sentir le caca) mais nettoyer de l’eau que l’on a sciemment salie est ruineux et pas efficace (médicaments, produits chimiques…).

    C’est un modèle que nous cherchons parfois à implanter dans des pays en développement.

    Je travaille dans le domaine de l’eau et un de mes amis ingénieurs travaillant pour le réseau d’eau d’une grande ville (Bordeaux) me dit qu’avec le taux de remplacement du réseau d’assainissement actuel, on aura fini dans…mille ans! Ce qui veux dire que ces systèmes sont des systèmes pour riches (ou pour sociétés de traitement de déchets) et que même pour nous ils vont défaillir de plus en plus. J’ai eu les mêmes commentaires aux Etats-Unis pour la ville de Philadelphie où une partie de réseau d’assainissement est toujours en céramique et fuit un peut de partout.

    Pour finir je recommande le site Eautarcie animé par un professeur Tchèque enseignant en Belgique
    et qui approfondit ces idées.

    Victor Hugo dans les misérables fait un rappel historique sur la création des égouts de Paris mais conclut que cela est bien coûteux pour polluer la rivière avec de la m… alors que la m… est une richesse dans le sol (et une nuisance dans l’eau).

    Bonne journée

      +0

    Alerter
  • Candide // 18.08.2014 à 13h12

    … désolé, j’avais oublié le lien…

    Juste un lien Universitaire vieux de deux ans déjà, montrant que Arte utilise toujours les mêmes recettes…

    http://blogs.univ-poitiers.fr/n-yeganefar/2012/12/31/peurs-et-consequences/

    (voir en fin du billet).

      +0

    Alerter
  • Ljotunn // 18.08.2014 à 18h03

    Je complèterai ceux qui appellent (justement) à une dédramatisation avec ce petit lien vers le site de l’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS), qui publie la revue Science et pseudo-sciences :

    http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2228

    Il semblerait donc que le taux de nitrate par pollution agricole soit en train de baisser, le pic ayant été enregistré dans les années 1990. Les scientifiques prévoient que la baisse se poursuivra sur les décennies à venir, car les nitrates mettent longtemps à s’éliminer en milieu aqueux.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications