Soutien à Paul Moreira, par Olivier Berruyer

(posté aux bons soins d’Internet),

Monsieur Moreira,

je tenais à vous apporter ici publiquement mon soutien pour votre documentaire sur l’Ukraine.

Soutien de principe : contrairement aux féroces blogueurs ukrainiens, je n’ai guère d’avis dessus, puisque, tout comme eux d’ailleurs, je ne l’ai pas vu.

Ceci n’est guère gênant, car, contrairement aux calomnies, je ne défends nullement les Russes (avec qui je n’ai aucun lien direct ou indirect, pas plus qu’avec qui que ce soit à l’est de Bastia), j’ai juste longuement cherché à éclairer, modestement mais très longuement, ce dossier – auquel je ne connaissais rien au moment de Maïdan.

Je vous confie au passage qu’il est quand même très agaçant de se dire qu’on est bien obligé de passer du temps, soir et week-end, à s’occuper de ça sur son blog personnel, alors que, je le rappelle, je ne suis pas journaliste, et que c’est non seulement leur métier, mais qu’en plus il y a de fortes aides publiques.

Ce qui est bien normal, car il n’y a pas de Démocratie sans Journalisme de Qualité. Hélas, le Journalisme de Qualité est décédé dans l’indifférence générale dans les années 1970-1980, comme tant d’autres choses.

Par chance, vous faites cependant partie des quelques rares exceptions (hommage aussi ici au très grand Denis Robert), et, ayant apprécié plusieurs de vos reportages passés, je vous soutiens simplement parce que vous êtes un journaliste intègre, et que je sais que votre reportage sera très très au-dessus de la soupe qui nous a été servie depuis 2013.

Sans doute certains points me feront tiquer, mais on est alors dans le cadre du débat normal – Hubert Beuve-Méry disait fort justement «L’objectivité n’existe pas. L’honnêteté, oui ! »

Ce qui nous manque, après, c’est 10 Paul Moreira, faisant 10 reportages sur l’Ukraine, qui auront des axes différents, et nous permettraient de mieux cerner la complexité de la situation.

Vous vous demandez dans un des extraits, à propos de la narrative vendue par les médias, “Mais d’où me venait cette légère impression de m’être fait avoir ?

J’ai eu envie de vous répondre : “Mais n’est-ce pas tout simplement de l’habitude ?”

Car il faut quand même bien arriver à la triste conclusion qu’en matière de politique internationale, la malinformation est quand même la règle.

Bien entendu, elle se devine plus ou moins aisément suivant les cas, mais on peut identifier quelques cas où sa présence est quasi-certaine ; les plus flagrants sont ceux où il y a un fort enjeu en matière de ressources ou de géopolitique, a fortiori si la zone est un sujet de tension avec la Russie ou la Chine.

Sa présence se détecte alors immédiatement lorsque le sujet est présenté avec un manichéisme débilitant, “les gentils contre les méchants” (et, par chance, on soutient toujours les gentils !!!), “les démocrates contre le Dictateur”, dans nuance, sans présentation des enjeux, etc.

Le cas ukrainien est donc sur ce thème un cas d’école (qui ne sera évidemment jamais enseigné en école de journalisme. D’ailleurs, comment se fait-il que la plupart des jeunes journalistes que je croise n’ont entendu parler ni de la Charte de Munich, ni de Noam Chomsky ? Mais on apprend quoi dans une école de journalisme ?? Cela me rappelle cette si belle citation de Bertrand Russell : “Les hommes naissent ignorants mais non stupides. C’est l’éducation qui les rend stupides.”)

 

Ensuite, intervenant avec honnêteté sur un tel sujet, vous ne pouvez qu’être confronté à la horde des chiens de garde, qui font montre d’ailleurs du plus beau visage de la nouvelle “Ukraine Démocratique” depuis qu’on y a chassé l’ignoooble Président PRO-RUSSE corrompu. On ne notera pas qu’il avait été démocratiquement élu ni que presque tous les élus ukrainiens sont corrompus, et que le nouveau Président est un milliardaire qui a été son Ministre (tout comme celui du Président précédent, son adversaire….).

Quand au journaliste du Monde en charge de l’Ukraine que vous égratignez à raison, je me permets de vous rappeler que son prédécesseur en poste en 2013/2014, avec qui j’ai débattu à Arrêts sur Images (mémorable !), à déclaré dans la chaine vidéo du Monde, plus de 15 jours après les évènements, que les manifestants à Maïdan n’étaient pas armés !!!

Il fallait oser, non ? Le bilan officiel du nouveau pouvoir pour les forces de l’ordre est pourtant de 1130 policiers blessés dont 200 par balle dont 17 morts !!

Un commentateur d’@si a formidablement résumé notre débat avec humour :

Un de mes deux haut-parleurs m’ayant lâché dans le fracas des missiles sol-sol, je n’ai capté que l’argumentation de Piotr Smolar:

– Faut arrêter le délire! Vous êtes intoxiqué par la propagande russe.
– …
– Il est faux de dire que le gouvernement de Kiev est illégitime et qu’il est composé d’aventuriers et de fascistes.
– …
– Bon, d’accord, il y a quelques ultranationalistes néonazis, mais ils ne sont pas au pouvoir.
– …
– Oui, OK, ils y sont, mais ils sont vraiment minoritaires dans l’opinion.
– …
– Bon, d’accord, ils y ont été portés par les acclamations de la foule, mais en tout cas, ils n’ont aucune influence sur la situation actuelle.
– …
– Bon, OK, ministre de la Défense, chef de la sécurité générale, procureur général, vice-Premier ministre, mais ils ont totalement abandonné leurs discours extrémistes.
– …
– Oui, d’accord, ils participent à des cérémonies à la gloire des Waffen-SS et leurs députés appellent publiquement à brûler les russophones, mais ça n’a absolument aucune conséquence sur les tensions régionales.
– …
– Bon, OK, mais de toute façon, on ne peut pas demander à la population de trancher, ça serait contraire à la Constitution!
– …
– Oui, d’accord, le pouvoir actuel n’est pas non plus légitime, puisque c’est un coup de force qui a chassé le président élu, mais il est quand même issu avant tout d’un grand mouvement populaire pro-européen.
– …
– Bon, OK, les oligarques corrompus que Maidan voulait chasser se sont réinstallés, mais ça n’a aucun rapport avec l’UE ou l’OTAN.
– …
– Oui, d’accord, peut-être que l’aide de la diplomatie euro-atlantique a été déterminante, mais… euh… faut arrêter le délire! vous êtes intoxiqués par la propagande russe….

Bref, à un moment, on ne peut plus présumer la bonne foi…

 

Arrêtons-nous donc sur ce merveilleux Comité Ukraine de Libération

Le Comité Ukraine de Libération

“Face à l’indifférence et à la guerre de l’information, ce blog propose des éclairages et des décryptages sur la vie d’un pays en révolution.

Il y a quelques mois, nous nous sommes rassemblés à la rédaction de la revue Esprit afin de discuter de l’Ukraine. La guerre avait éclaté en plein centre de l’Europe et nous étions alarmés par l’apathie de l’opinion. C’est pire aujourd’hui, alors que nous avons détourné les yeux vers la Syrie. Aussi voulons-nous ici parler de ce pays européen en péril”

Hmm, tout un programme. Et quelles sont les lumières qui vont nous “éclairer”  ? :

Bon, alors déjà, quand on voit Galia Ackerman, Antoine Arjakovsky et Marie Mendras, on se dit qu’on a le tiercé là.

C’est dommage, Bernard-Henri Lévy et Caroline Fourest auraient pu se libérer, on avait le quinté.

Ce club regroupe tout le meilleur du pays en termes de russophobie maladive – si ces gens critiquaient Israël comme ils critiquaient la Russie, ils seraient tous poursuivis depuis belle lurette, et la plupart interdits de médias.

Mais en l’espèce, c’est “Renaud Renardy (journaliste)” qui a pris la plume. Énorme :

Canal+ met en images le discours du Kremlin

La chaîne cryptée diffuse ce lundi 1er février un reportage qui prétend démasquer «les bandes armées d’extrême-droite» qui ont fait la révolution ukrainienne. Il comporte beaucoup d’erreurs factuelles et épouse sans nuance la vision véhiculée par les médias russes.

Par Renaud Rebardy

«Spécial »? Sûrement. Mais «investigation»? Pas du tout. Le reportage réalisé par Paul Moreira qui sera diffusé lundi 1er février au soir sur Canal +, dans l’émission qui porte ce nom, et consacré aux hommes qui ont fait la révolution ukrainienne, ne contient pas de révélation et aucun fait nouveau. Il compte en revanche pas mal d’erreurs factuelles, et semble nourri par une obsession anti-américaine.

Notez que le russophobe qui vous accuse d’américanophobie, c’est un peu comme un nazi qui vous accuse de racisme, vous devez-vous dire que vous vous rapprochez de la vérité…

Outre que je suis sûr que le reportage ne va pas très loin, c’est incroyable cette pensée : et au nom de quoi on ne pourrait d’ailleurs pas être “anti-américain”, ou plutôt “anti-gouvernement-ploutocratique-américain”, l’Américain de base, il veut juste payer moins d’impôt et réduire l’État, ce qui serait une TRES BONNE idée (le Tea-Party, espoir pour le monde ?). Peut-on faire le total du nombre de morts causés par les États-Unis et par la Russie depuis 1990 svp ? Pour les États-Unis, on est déjà à près de 4 millions de musulmans morts, selon l’ONG Prix Nobel de la Pais 1984. Et l’ancienne ministre des affaires étrangères de Clinton assume sans broncher 500 000 enfants morts (il y a très peu de pays où ça existe) :

Ou encore, si on s’est tapé des attentats en 2015, c’est parce que Daech existe, donc aussi, en partie, à cause des Américains qui ont attaqué l’Irak en 2003 sans écouter Chirac, et qui continuent de soutenir Arabie et Turquie, alors comme on dit “ça commence à bien faire” – fin du coup de gueule.

Sous le titre «Les masques de la révolution ukrainienne» il prétend faire découvrir les «milices incontrôlées d’extrême-droite» qui ont joué un rôle déterminant dans la révolution puis la guerre du Donbass. Il affirme que «derrière les gentils manifestants du Maidan», se trouvaient des groupes néo-nazis qui se sont armés, à la faveur de ces évènements et qui dictent aujourd’hui sa politique au nouveau pouvoir de Kiev. Il insiste longuement sur l’idée que les États-Unis ont volontairement fermé les yeux sur l’existence de ces groupes, parce qu’ils avaient besoin d’eux «pour bloquer Poutine».

Un peu comme le Congrès américain qui a voté la semaine passée la suppression de l’interdiction de financer des groupes néo-nazis en Ukraine, mais chuuuut.

Paul Moreira se rend au sein de l’organisation Pravy Sektor, puis du bataillon Azov. Il ne précise pas que les premiers sont des militants assez isolés et les seconds un régiment désormais totalement intégré au sein de l’armée ukrainienne.

Outre que c’est faux, quand bien même, quel est le rapport ?

Il revient longuement sur les évènements tragiques d’Odessa : la mort de manifestants pro-russes dans l’incendie de la maison des syndicats, le 2 mai 2014. Puis il participe au «Yes forum», à Kiev, où il croise des représentants américains venus exprimer leur soutien à la politique du nouveau gouvernement de Kiev.

Il conclut en que l’Ukraine est aujourd’hui un pays en proie au chaos, à la merci de bandes d’extrémistes armés et sous la coupe des Etats-Unis.

Mais QUI, QUI, QUI, pourrait bien croire ceci ?

Le ton est celui du commentaire plus que de l’exposé des faits. La nuance, on l’aura compris, n’a pas ici sa place.

Je ne commente même pas.

Chemin faisant, Paul Moreira commet quelques erreurs lourdes. Il affirme ainsi que le nouveau pouvoir ukrainien à voulu «interdire l’usage du russe» après la révolution de 2014. Or il n’en a jamais été question. Rappelons les faits : au moment de la révolution, certains députés ont voulu enlever au Russe son statut de langue officielle dans certaines régions de l’est. Et le président s’y est opposé. Personne n’a jamais voulu pénaliser les Ukrainiens qui emploient le russe dans leur vie quotidienne. Et le suggérer relève de l’ignorance ou de la volonté de désinformer.

Euh, ce n’est pas “certains députés”, c’est la majorité, la loi a été votée. Si ce n’est pas “le nouveau pouvoir ukrainien à voulu «interdire l’usage du russe»”, je ne sais pas ce que c’est…

De même, Paul Moreira présente Oleg Tiagnibok, le dirigeant du parti Svoboda, comme étant «issu de la mouvance néo-nazie». Il est un ultra-conservateur et un nationaliste. On peut le classer à l’extrême-droite. Mais cela ne fait pas de lui un admirateur d’Adolf Hitler. En réalité, il est plus proche d’un Viktor Orban, premier ministre de Hongrie, ou d’un Jaroslaw Kazczynski, le dirigeant du PiS, le parti au pouvoir en Pologne. On a le droit de ne pas l’aimer mais il n’est pas nécessaire de dresser un faux portrait de lui pour le combattre.

Le commentaire pratique aussi l’amalgame lorsqu’il présente la nouvelle ministre des finances Natalia Jaresko comme étant «une ancienne diplomate américaine», sans autre précision. La réalité est bien différente. Natalia Jaresko est en effet née aux États-Unis. Mais dans une famille ukrainienne de la diaspora. Elle a brièvement travaillé pour l’administration américaine. Elle est venue vivre en Ukraine dés 1993 et n’a plus quitté ce pays depuis. Elle y travaillait dans la finance. Elle n’est pas l’agent d’influence des Etats-Unis, mais plutôt l’incarnation du lien entre l’Ukraine et sa diaspora. Ces Ukrainiens de l’étranger, en effet, ont fui devant l’avancée des Soviétiques, dans les années 1920 ou après 1939. Ils ont vécu, dans l’exil avec le sentiment qu’ils devaient conserver les traditions. Ils ont espéré des changements dans leur pays d’origine. Ils se sont transmis cet espoir de génération en génération. Certains d’entre eux reviennent aujourd’hui, alors que des changements commencent à se produire. Natalia Jaresko en est l’illustration.

Euh :

6 ans au département d’État, dont 3 en tant que chef de la section économique de l’ambassade des États-Unis dans un des pays les plus corrompus du monde, avant de filer dans la finance, c’est une blague ?

Le plus dérangeant est que le reportage de Paul Moreira épouse au plus près la vision de l’Ukraine véhiculée depuis plusieurs années par le Kremlin. Il offre une illustration, dans un langage plus moderne et plus jeune, des thèses contenues dans les discours de Vladimir Poutine. Des reportages semblables à celui-ci, avec les mêmes images violentes, les mêmes déformations des faits, les mêmes commentaires, on a pu en voir des dizaines sur les chaines russes. Il est assez désolant d’être rattrapé, en France, par télé-Poutine.

Voilà, on y est, merci. C’est fabuleux comme l’aveuglement leur fait même perdre toute prudence. J’imagine, là-encore que c’est évidemment faux (la propagande du Kremlin est vraiment grossière, mais c’est le problème des Russes ça, le nôtre, c’est ce qu’on lit là). Mais ce qui est formidable, c’est ce nouveau crime de “Penser comme le Kremlin”, donc ce pseudo-journaliste écrit clairement que, partager l’analyse des Russes vous disqualifie, DONC que les Russes ont toujours et complètement tort, qu’il est impossible qu’ils aient raison.

Ce qui est exactement le contraire de la vision que doit avoir un journaliste, à savoir d’être neutre.

Ceci devrait lui valoir retrait de la carte de presse (qu’il écrive ce que bon lui semble, mais alors c’est “éditorialiste” ou “blogueur”, il salit la profession là), ou au moins mutation au Service Amérique du Sud (pour ne plus avoir d’affect avec son sujet).

P.S. Pour finir en beauté, revenons sur le “Paul Moreira présente Oleg Tiagnibok, le dirigeant du parti Svoboda, comme étant «issu de la mouvance néo-nazie». Il est un ultra-conservateur et un nationaliste. On peut le classer à l’extrême-droite. Mais cela ne fait pas de lui un admirateur d’Adolf Hitler. En réalité, il est plus proche d’un Viktor Orban

Rappelons qu’Oleg Tyagnibok, est leader et cofondateur du parti Svoboda, alias Parti Social National d’Ukraine :

Honoré en 2012 par le centre Simon Wiesenthal en tant qu’un des 10 pires antisémites mondiaux, en particulier pour son appel à purger l’Ukraine de 400 000 Juifs et Russes (Source : Centre Simon Wiesenthal) :

Honoré en 2010 de la médaille d’or des vétérans du bataillon de la Waffen SS Galicie (Source) :

(N.B. : vous noterez le respect du journaliste de ce grand journal ukrainien envers ce grand homme par le choix délicieux et judicieux de la photo)

Donc le type décoré de la Croix d’Or de la Waffen SS est juste “d’extrême-droite” ? Ca, c’est de la lumière…

Et encore, par chance, il n’a pas parlé de Yuri Mykhalchyshyn, l’idéologue de Svoboda :

Il anime le blog nachtigal88 – “Nachtigal” est le nom du bataillon ukrainien de la Wehrmacht qui a envahi l’Ukraine en juin 1941, “88” est un chiffre néonazi : le H est la 8ème lettre de l’alphabet, donc 88 = HH = Heil Hilter). Il y a par exemple traduit l’ABC national-socialiste de Goebbels :

Yuriy Mykhalchyshyn

Il a rédigé un livre en 2010, « Feu », recueil de textes de nationalistes ukrainiens mais aussi de traductions en ukrainien des « plus brillants intellectuels nationaux-révolutionnaires européens » – comme Joseph Goebbels, Ernst Röhm, Alfred Rosenberg, Otto Strasser…

Yuriy Mykhalchyshyn: Feu. Version 1.0

Tant de tolérance et de sodomisation de diptères pour défendre des types comme ça dans Libération, venant de soi-disant Grands inquisiteurs contre l’extrême-droite en France ne laisse pas d’étonner…

 

Monsieur Moreira, pour conclure

Merci donc pour vos lumières.

J’espère que vous poursuivrez, histoire de nous aider à ne plus ressentir l’intense sensation de se faire avoir tout le temps.

Ainsi, par exemple, sur la Libye : quand Patrick Haimzadeh, qui est un ancien diplomate à Tripoli et un des experts français sur ce pays, explique sur France Inter que :  

Dès le départ, l’objectif c’était effectivement de faire sauter Kadhafi. Al Jazeera avait dès le départ mis en place une cellule de désinformation, en tout cas pour relayer les paroles de libyens qui étaient en fait dans les studios d’Al Jazeera à Doha et qui ont évoqué notamment l’histoire des bombardements. Qui a été centrale, parce que l’histoire des bombardements c’est ce qui a été repris par Nicolas Sarkozy le 21 février, 4 jours après le début de l’insurrection, à Bruxelles, pour déclarer la logique de guerre contre Kadhafi. Mais les bombardements, il n’y en a jamais eu.

Rassurez-moi, c’est une GROSSE BLAGUE ?

 

Le dossier Syrien est vraiment chouette aussi :

1/ Le fait que la France ait reconnu comme représentant du peuple syrien un machin non représentatif composé en majorité de Frères Musulmans. Ce sont eux surtout qui disaient que Al-Nosra faisait du bon boulot et essayaient de protéger Al-Qaïda… On aura du mal à en avoir une image claire, car la soeur de la journaliste de Libération en charge du dossier Syrien en a fait partie. Cette responsable de la rubrique Syrie à Libération a aussi créé une association militant pour le renversement d’Assad : chapeau la déontologie… Mais comment diable ceci est-il autorisé ? Comment espérer être informé si les journalistes sont des militants politiques ?

2/ Le fait que la France ait livré des armes à des rebelles en Syrie, contrairement au Droit international, comme l’a reconnu François Hollande. Armes qui ont tué des centaines d’appelés du contingent Syriens, et qui se sont retrouvées pour la plupart dans les mains de djihadistes. Et on servi à tuer des milliers d’appelés du contingent syriens. (Source : Le Monde). Rappelons que l’ancien chef de la CIA au Moyen Orient a déclaré :

“Les États-Unis ont été incapables d’identifier le moindre groupe syrien dit « modéré » lorsque la guerre civile a débuté. L’Armée syrienne libre n’a jamais vraiment existé et il était impossible de savoir dans quelles mains les armes données par les États-Unis allaient finir. La racine du mal remonte bien à 2003, lorsque les États-Unis ont adopté cette doctrine du « changement de régime » par la force au Moyen-Orient. Elle n’a conduit qu’à la guerre civile et sectaire.”

(encore un anti-américain primaire, notez)

On continue d’ailleurs…

3/ Le fait que le gouvernement a caviardé le rapport qu’il a rendu public sur l’attaque au gaz en Syrie en 2003, supprimant les passages qui indiquaient qu’Assad pouvait être innocent (ce qui serait logique, notez, mais on ne cherche plus la logique des chose désormais), le tout pour qu’on bombarde la Syrie. Cette manipulation est clairement de la haute trahison, et devrait être traitée comme telle. (source : Malbrunot/Chesnot)

4/ La fait que la France ait refusé la proposition de collaboration d’Assad sur les djihadistes français en Syrie, comme Bernard Squarcini (ancien chef du Renseignement intérieur) en a accusé le gouvernement, avant que Le Drian confirme.

5/ Le rôle de nos alliés, les gouvernements Turc, Saoudien et Qatari (et de leurs proches) dans le soutien au terrorisme, le tout avec l’appui des États-Unis comme le New York Times vient de le révéler

6/ Vous aurez noté comme les médias ont voulu nous faire pleurer sur l’assassinat par les Russes du chef militaire de l’armée djihadiste de l’Islam ? (lisez ce papier, franchement)

7/ Moins certain, le fait que la France aurait peut-être participé à la préparation d’un coup d’État en Syrie en 2012 – ce qui mériterait une enquête sévère, après la Libye

Mais attention, si vous traitez ça, vous allez passer dans la catégorie supérieure : “Complotiste !!!”

 

Vous m’accorderez que le traitement de ces points par la presse a été très en-dessous du minimum acceptable…

J’y pense : j’aurais aussi pu vous parler de votre chtite consœur, la pôvre Ursula Gauthier, honteusement expulsée par les super-méchants Chinois (mon papier ici)

Si on ne peut plus écrire : “Dans une société qui a tendance à se sentir à part, voire mal aimée, et qui en retour n’éprouve que peu de sympathie pour le reste du monde, la force des réactions d’empathie a surpris les observateurs.”

Damned, nous qui étions si bien informés sur la Chine du coup… (vous notez que les Chinois expulsent très rarement des journalistes, et ben, pas de bol, pour une fois que ça arrive, ça tombe sur une Française, dites, quel hasard…)

 

Bref, pour conclure : plutôt que de répandre le malheur sur la planète, occupons-nous donc de ce qui se passe chez nous, il y a beaucoup à faire au niveau des Médias, des Libertés publiques, de la 1984-isation du pays et donc, de la Démocratie. Arrêtons de vouloir exporter cette dernière, importons-là plutôt ! (exemple : Proportionnelle avec primes de la plupart des autres pays européennes, Votations de la Suisse, et, oh, tiens, 50 % des députés des classes inférieures et moyennes comme dans la nouvelle constitution syrienne {article 60 : “Au moins la moitié des membres de l’Assemblée du peuple sont des ouvriers ou des paysans“}.)

Olivier Berruyer

67 réponses à [Recommandé] Soutien à Paul Moreira – et commentaires

Commentaires recommandés

natoistan Le 31 janvier 2016 à 04h17

Le trio de la pseudo (ex) gauche bobo caviardisée à savoir:Le Monde,L’OBS et Libé(combien de lecteurs..payants je précise?)
Perso je suis content j’ai deja convaincu plusieurs amis et amies de ne pas prolonger leur abo à ces torchons subsidiés avec notre fric.

CNR,presse française libre RIP.

  1. natoistan Le 31 janvier 2016 à 04h17
    Afficher/Masquer

    Le trio de la pseudo (ex) gauche bobo caviardisée à savoir:Le Monde,L’OBS et Libé(combien de lecteurs..payants je précise?)
    Perso je suis content j’ai deja convaincu plusieurs amis et amies de ne pas prolonger leur abo à ces torchons subsidiés avec notre fric.

    CNR,presse française libre RIP.


    • jean-marc Le 31 janvier 2016 à 12h59
      Afficher/Masquer

      Je propose pour après la Libération 😉 les mesures concrètes suivantes :

      – mise en place d’une assemblée constitante tirée au sort dans le corpus des Français de plus de 17 ans ayant entre autre pour rôle de régiger des articles concernant les MEDIA publics et leur régulation.
      Bien entendu, j’ai en tête et ailleurs un protocole très précis devant permettre à une telle assemblée de se constituer et de travailler de la manière la plus éclairée sereine indépendante et honnête possible.

      – parmis les apporteurs d’information s’adressant à cette assemblée pour éclairer ses choix, il devra y avoir notamment ceux qui plaident pour une suppression pure et simple de toute subvention appelées “aides” aux media de la part de l’Etat,

      ceux qui ont une vision large de l’écosystème informationnel incluant internet et entre autre les blogs pour penser les choses en terme de redistribution directe d’une quote part par exemple de l’impot sur le revenu

      ceux qui pourront exposer les enjeux en terme de séparation des pouvoirs et exposer clairement la catastrophe démocratique que constituent les modes de nomination des organes liés aux media et à l’information tels que le CSA, les rôles clés au sein du service public audiovisuel,

      etc etc etc


    • luc Le 31 janvier 2016 à 14h32
      Afficher/Masquer

      attention, le nombre de gens qui lisent le monde reste énorme, ils le lisent simplement gratuitement sur internet maintenant, ça diminue forcément le nombre de gens qui paient pour lire ce journal (de très mauvaise qualité)

      ne crie pas trop vite victoire, la transition est longue, longue, patience…

      (super récapitulatif de OB, dommage que ça ait tendance à rendre colérique, mais bon c’est comme ça, ça devient un exercice de self control…)


      • Sayo Le 01 février 2016 à 00h52
        Afficher/Masquer

        On peut encore lire Le Monde pour mettre un peu d’eau dans son vin. Lire une autre vision du monde afin de confronter son esprit critique au quotidien, sans les commentaires et surlignages d’OB pour “aiguiller”.

        Se contenter des sources d’informations nous confortant dans nos positions, c’est tourner en rond et à terme finir dans l’extrémisme.

        Bon cela n’empêche que lire Le Monde peut être éprouvant. On se surprend à relire des paragraphes entiers pour être sûr d’avoir bien lu. Et je ne parlerai même pas des commentaires des internautes…


    • V_Parlier Le 03 février 2016 à 23h07
      Afficher/Masquer

      Même un reportage diffusé sur Canal+ (pourtant du mainstream certifié conforme par excellence) est traité de cette manière par Libé (qui ne recule vraiment devant rien) pour trop de critiques envers les putschistes ukrainiens et Tiagnibok lui-même… Ce torchon est vraiment le pire de tous. Je ne peux plus en entendre parler sans avoir la nausée. Ils n’ont honte de rien, alors que personnellement je trouve que le reportage ménage encore trop la junte de Kiev! (et l’UE, même si c’est tout de même un bon début).


  2. Charles Michael Le 31 janvier 2016 à 07h07
    Afficher/Masquer

    Bravo, Olivier Berruyer,
    (je suppose que ce récapitulatif est de vous)

    J’y discerne une indignation proche de la colère, sentiment qui chez moi s’était transformé en rage, puis en mépris absolu contre ce mur de désinformation.

    Mais au dela du journalisme mensonge (télé-radios, presse) se pose la question des connivences et conformismes obligatoires, tout autant que celle du formatage des “esprits”. Il faut alors bien admettre l’aspect systématique, organisé, tous sujets, tous terrains aboutissant à la création donc d’un Système totalitaire.
    Ce système batti sur la distortion des faits, la pensée unique, la peur et la haine au besoin, après donc la précarité sociale instituée, veut maintenant nous placer dans un état d’urgence perpétuelle.


  3. anatole27 Le 31 janvier 2016 à 07h56
    Afficher/Masquer

    on oubliera pas de signaler le rôle particulier du Monde dans la contre information Maidanesque.

    Avec à la parade la rédactrice en chef Sylvie Kauffmann membre de l’ECFR
    francais et Piotr Smolar dont le père est membre de l’ECFR polonais et président de la fondation batory pologne (G.Soros)

    link to ecfr.eu

    link to ecfr.eu

    Objectivement sur l’affaire ukrainienne ces deux personnes ont travaillé pour des intérêts étrangers, à savoir la Pologne et les US, doit on poser la question de la déchéance de nationalité ?

    et cette question vaut pour toutes les personnes travaillant dans des think tank à la solde de washington ou autre milliardaire type Soros.


    • Lysbeth Lévy Le 31 janvier 2016 à 12h00
      Afficher/Masquer

      Merci Anatole, de plus Nathalie Jaresko elle même ministre parachutée ministre des finances en Ukraine a aussi violé la loi et est accusé de jouer les doubles jeux,ne dévoilant pas son rôle passé aux Usa, poursuivie par le tribunal fédéral américain dans le Colorado a engagé une procédure sur des accusations que Natalie Jaresko , mais cela date de 2014, dévoilé par le journaliste John Helmer :

      link to nakedcapitalism.com Ah faire des affaires en “inside” délits d’initiés en plus de travailler pour une puissance étrangère. Comment vont ils défendre leur prétendue “révolution populaire” contre un méchant président pro-russe, nos cher(e)s philosophes, journalistes du monde libre ?


  4. GLEB Le 31 janvier 2016 à 08h21
    Afficher/Masquer

    L’idée du papier du Comité Ukraine (une dizaine de personnes et dont au moins 5 philosophes de très gros calibre. Y’a quand même une sacrée quantité de “philosophes” depuis un certain temps) est de faire déprogrammer la diffusion du reportage.
    J’espère qu’il n’aura pas gain de cause ..
    Uniquement parce que ce comité dézingue le reportage (et d’ailleurs comment ont-ils pu le voir avant sa diffusion ?), il faut soutenir Paul Moreira et la diffusion de son travail sur une chaine de grande écoute.


    • kasper Le 31 janvier 2016 à 08h37
      Afficher/Masquer

      Déprogrammer un reportage ? L’empêcher de s’exprimer ? C’est pas très Charlie, ça…

      Il va falloir “traiter” ces gens.


      • Astatruc Le 31 janvier 2016 à 10h48
        Afficher/Masquer

        Il y a une pétition sur Avaaz, pour empêcher la diffusion….

        link to secure.avaaz.org

        EUHHHHHHHHHHH? Les mêmes qui défilaient pour la liberté “d’expression” de ch?


        • Olivier Berruyer Le 31 janvier 2016 à 11h33
          Afficher/Masquer

          “Reportage fallacieux, mensonger, faisant l’éloge du régime totalitaire russe en salissant l’Ukraine, pays attaqué par la russie. Cessons de soutenir les propagandistes payés par le Kremlin.”

          813 signatures…


          • Scrib Le 31 janvier 2016 à 15h58
            Afficher/Masquer

            Vous avez vu qui a lancer la petition ? Et faites la recherche de ce monsieur sur google… Allez voir sa publication facebook… Et vous aurez tout compris.

            Et non…. Ce n est pas absolument un “Charlie”…. (J aurais bien mis un lien vers fb mais avec le telephone c est un peu plus compliqué)


            • Alberto Le 01 février 2016 à 09h44
              Afficher/Masquer

              Et voilà l’univers en texte et photos de Andrïy Miroslav Tanchak :
              link to ok.ru


          • HELLEBORA Le 01 février 2016 à 01h40
            Afficher/Masquer

            Thème de la 27e Semaine de la presse et des médias dans l’école (21-26 mars) : ” La liberté d’expression, ça s’apprend !” (non, ce n’est pas une blague…)
            link to clemi.org


        • Braou Le 31 janvier 2016 à 12h10
          Afficher/Masquer

          Je suis allé voir cette pétition et ai fait un truc amusant que je vous encourage de faire aussi : En bas à droite il y a écrit “Signalez cette page comme inappropriée”.
          J’ai donc cliqué dessus et un onglet défilant est apparu avec plusieurs choix. J’ai pris “incitation à la haine”. 🙂


          • dm Le 31 janvier 2016 à 13h08
            Afficher/Masquer

            Très drôle, je n’avais pas vu ce message, je viens de le faire aussi. Comme raison, j’ai mis “injurieux”, je n’avais pas vu “incitation à la haine”.


          • condamy Le 31 janvier 2016 à 14h07
            Afficher/Masquer

            Moi aussi !!Il serait intéressant de faire une enquête sur ce qu’est réellement “AVaaz”.


            • Céd T Le 31 janvier 2016 à 19h54
              Afficher/Masquer

              Bonsoir,

              Lecteur assidu, je n’avais jamais posté, et là je peux répondre. A mon humble niveau j’avais fait une recherche sur Avaaz en Février 2012, postée sur ma page Facebook. Cela a certes 4 ans, mais les infos sont toujours vraies:

              Avaaz, qui sont ils ?

              Wikipedia: link to en.wikipedia.org

              Avaaz a été co-fondé par l’ONG MoveOn.org. ONG qui est en partie financée par Georges Soros (link to en.wikipedia.org). Ce brave homme finance depuis des années des “ONG” dont le but est de renverser des gouvernements n’allant pas dans le sens du calendrier néoconservateur (les fameuses révolutions colorées). Et co-fondé par l’ONG Res Publica, dont 2 des 3 membres fondateurs ont travaillé pour le département d’état US (link to therespublica.org).

              Le directeur d’Avaaz, Ricken Patel, co-fondateur de Res Publica, a travaillé pour MoveOn.org. Ainsi que pour l’International Crisis Group, dont Georges Soros siège au comité exécutif (link to crisisgroup.org), entre autres mondialistes. Mais il a aussi travaillé pour la fondation Rockfeller, la fondation Bill Gates, CARE International, prestigieuses ONG mondialistes.

              Avaaz a aussi l’habitude de sortir des pétitions qui vont aussi contre les intérêts OTAN/Europe/USA… A mon avis pour se faire une belle base de données de “dissidents”.

              Cédric


            • sadsam Le 31 janvier 2016 à 20h51
              Afficher/Masquer

              @condamy,

              Je crois me souvenir qu’il y avait eu des discussions sur Les crises concernant “Avaaz” il y a 18 mois environ.
              Les conclusions étaient tout à fait conformes à ce qui est dit aujourd’hui.


          • DUGUESCLIN Le 31 janvier 2016 à 19h01
            Afficher/Masquer

            J’ ai fait la même chose en signalant “incitation à la haine”.
            Mais comment savoir si ce signalement est transmis? Il n’y a pas d’accusé de réception.


          • AnnaS Le 31 janvier 2016 à 19h06
            Afficher/Masquer

            Excellente initiative. Je viens de le faire aussi. Depuis longtemps je pensais qu’avaaz cachait son jeu derrière la défense des abeilles et autres sujets du même genre.
            Ils se montrent là pour ce qu’ils sont.


  5. Surya Le 31 janvier 2016 à 08h39
    Afficher/Masquer

    La police de la pensée est en marche. Pour notre bonheur, les médias mainstream (libé, l’obs, l’express avec l’infâme type à l’écharpe rouge) sont en train de crever, bon débarras 🙂


  6. LBSSO Le 31 janvier 2016 à 08h39
    Afficher/Masquer

    Paul Moreira, ” Premières Lignes”. Vous connaissez ? Certainement.

    En 2006,après la fin du magazine 90 Minutes sur Canal+, Paul Moreira et Luc Hermann créent , PREMIERES LIGNES,une agence de presse spécialisée dans l’investigation.

    Arte : documentaires pour Thema ,Arte Reportage.:
    France 2: Infra Rouge ,diverses enquêtes pour Envoyé Spécial, CASH Investigation (Elise Lucet).
    France 3 : Docs Interdits , Pièces à Conviction .
    France 5: le Doc du Dimanche et Le Monde en Face.
    Canal +:Spécial Investigation.,90 Minnutes

    Je soutiens le documentaire sur l’Ukraine de M.Moreira.

    (et merci à Olivier ! )

    link to pltv.fr


  7. Laurence Le 31 janvier 2016 à 10h56
    Afficher/Masquer

    Cette semaine deux émissions intéressantes sur france-inter. Ça change…. Je vous mets le lien sur celle avec Paul Moreira.
    Émission france inter de ce jeudi 28 sur Paul Moreira.
    A partir de 42 minutes.
    link to franceinter.fr


    • HELLEBORA Le 01 février 2016 à 01h50
      Afficher/Masquer

      Précision sur l”émission de Laurent Goumarre : c’est à partir de 1h09 que Paul Moreira s’exprime


  8. Nicole Le 31 janvier 2016 à 11h01
    Afficher/Masquer

    C’est un vrai plaisir de lire ces explications et ce X iéme démontage de mensonges grossiers qui continuent â nous être assénés avec arrogance (voire mépris : cf Raphaël Glucksman et sa faćon de traiter tout le monde de débile mal informé…..). Continuez Olivier, merci , bravo à Monsieur Moreira .


  9. Benjamin Le 31 janvier 2016 à 11h12
    Afficher/Masquer

    Ok sur tout… Sauf sur Ursula Gauthier. 😉

    Ce que vous postez (son tweet réf à Mao) est juste la traduction en français de ce qui est dit par le général US McChrystal dans un article du Guardian, donc je vois pas trop où est le problème…

    Que ça chatouille les chinois c’est leur problème, mais perso je considère qu’en effet on dit trop en occident qu’ISIS est un groupe de cinglés fanatiques, alors qu’on sait très bien que se sont d’anciens hauts gradés de l’armée de Saddam Hussein, des gens très organisés et assez peu religieux à la base. Donc oui ISIS est un proto-Etat avec une vraie organisation. Ils sont passé à la vitesse supérieure par rapport à Al Qaeda.

    Quant à Mao, ben oui il faut s’intéresser à l’histoire du PCC, un parti qui ne représentait pas grand chose face au Kuomintang mais qui a réussit l’exploit de détruire le KMT à la faveur de la guerre contre les Japonais (je simplifie mais en gros faire semblant de s’allier au KMT contre les japonais mais saper le KMT de l’intérieur via infiltration, manoeuvres and co), l’utilisation de l’idéologie, du lumpenprolétariat et de l’opium pour se financer etc etc… Le comparatif peu déplaire en Chine mais n’est pas complètement idiot.


  10. josé Le 31 janvier 2016 à 11h18
    Afficher/Masquer

    O.B. nous dit « On se dit qu’on a le tiercé là.
    C’est dommage, Bernard-Henri Lévy et Caroline Fourest auraient pu se libérer, on avait le quinté. »

    Entièrement d’accord, on est dans le Grand-Guignol ; mais on a le choix. Avec Stéphane COURTOIS (historien) plus sérieux, on peut aussi faire le quarté….Avec sa docte parole, il est un peu partout comme historien :
    Lu Dans BiblioMonde :
    « Sa préface du Livre noir du communisme a été très critiquée par les coauteurs de cet ouvrage notamment pour les très fantaisistes chiffres des victimes et son parallèle fait avec la Shoah. L’anticommunisme hors d’âge de Stéphane Courtois l’a poussé à un soutien sans réserve de la politique américaine, y compris dans ses opérations les plus hasardeuses, comme l’invasion de l’Irak. Il appartient au Cercle de l’Oratoire et Institut d’Histoire sociale, deux collectifs d’intellectuels qui ont soutenu la politique internationale de Georges Bush »
    link to bibliomonde.com

    Sur Raymond AUBRAC :
    « L’historien du communisme Stéphane Courtois a souhaité nuancer le portrait d’Aubrac. Pour lui, Raymond Aubrac était « Un agent soviétique, mais pas au sens où il aurait travaillé pour les services d’espionnage de l’Union soviétique. Il était plutôt un membre important du réseau communiste international, un sous-marin communiste si l’on veut. »
    Read more at link to atlantico.fr


  11. Lysbeth Lévy Le 31 janvier 2016 à 11h24
    Afficher/Masquer

    Excellent article d’O. B, remettre l’église au centre du village, ou la vérité sur ces rails, voilà et bien sur, soutenir Paul Moreira, qui se fait agresser par les thuréfiraires de la “nouvelle” Ukraine, “banderiste et plétouriste”, deux assassins remis à l’ordre du jour (a quand une loi contre le révisionnisme historique ?) Bon on ne peux pas le faire mais la ré-écriture de l’Histoire pour faire oublier les crimes antisémites et les génocides commis lors de la der des der, est proprement immonde.

    Le journalisme “vrai” n’est plus depuis longtemps et ça ne choque pas grand monde dans ce milieu, a part quelques rares spécimen comme Mr Moreira bien sur..Et .la bagarre continue sur facebook

    link to facebook.com..

    et chez Benoit vitkine le chasseur de “complotistes” :

    link to facebook.com
    Heureusement de plus en plus de gens savent que les médias mentent éhontement et cherchent eux même la vérité.


  12. Eric83 Le 31 janvier 2016 à 11h30
    Afficher/Masquer

    Merci pour ce billet et merci à Mr Moreira pour toutes ses véritables investigations.

    Cet exemple de lynchage par le “système” d’un documentaire avant même sa diffusion démontre une fois de plus le déséquilibre des forces en présence.

    Mr Moreira, Mme Lucet et quelques autres sont bien esseulés face à la meute des chiens de garde du Ministère de la Pensée.

    Il est d’autant plus dommage que ce documentaire, comme les autres documentaires de “Spécial Investigation” passent sur une chaîne cryptée et en minimise d’autant l’audience.


  13. Goldoni Le 31 janvier 2016 à 11h30
    Afficher/Masquer

    Tout n’est qu’une question de moment… Les sanctions contre la Russie atteignent leurs limites et deviennent mêmes toxiques pour ceux qui les ont promues. Donc il est temps de rééquilibrer les plateaux de la balance. L’information peut donc se libérer un peu, seuls les agents d’influence continuent la narration justifiant ainsi leurs salaires.
    Vous verrez, que demain il sera possible de dire qu’Assad n’est pas le tueur que l’on disait ( Plus d’un 1/3 des morts de la guerre sont des combattants loyalistes -armée régulière ou milices). Dire la férocité des groupes djihadistes, est un devoir et ce que nous avons vécu en novembre à Paris n’est rien à côté de ce qui se passe là-bas!
    J’étais à Alep en décembre 2013 lors des massacres de l’hôpital Al-kindi, par les clones syriens d’Al Qaïda si lourdement équipés d’armes françaises (y aura t’il, bientôt, des journalistes sérieux pour dire,à leur côté, la présence de forces spéciales françaises?).
    Oui, Poutine avait raison, lors de l’assemblée générale de l’O.N.U quand se tournant vers les occidentaux il leur demande : comprenez vous ce que vous avez fait? Sauf qu’ils le savent très bien…
    Les morts d’Irak (Mme Albright près du million ?) ou de Syrie (300000 Mr. Fabius?), où sont les bouchers?
    Oui, les groupes d’extrême droite en Ukraine ont joué ce rôle de supplétif comme d’autre pour que s’accomplissent le sale boulot que ne peuvent plus faire les armées de l’Occident tant leur opinion publique ne le supporterait pas. Il reste la désinformation pour obtenir un consentement qui éclairé serait impossible.


    • Wilmotte Karim Le 31 janvier 2016 à 20h28
      Afficher/Masquer

      “comprenez vous ce que vous avez fait? Sauf qu’ils le savent très bien…”

      Ils comprennent parfaitement une partie de ce qu’ils ont fait et pourquoi.
      Ils ne maitrisent absolument pas l’ensemble des implications.


    • zitoun Le 31 janvier 2016 à 22h32
      Afficher/Masquer

      Au rayon Libération/Syrie, voir également ce dernier et magnifique article “le tourment décisif des frappes russes à Alep”


  14. Croft Le 31 janvier 2016 à 11h34
    Afficher/Masquer

    Je vous recommande en passant l’excellent bouquin de Paul Moreira : “les nouvelles censures”. Il a été le déclencheur de ma prise de conscience.
    Écrit en plus avec le style que le l’on retrouve dans ses reportages


    • Lysbeth Lévy Le 31 janvier 2016 à 13h55
      Afficher/Masquer

      Merci pour l’info, mais Paul Moreira avait bien eu quelques soucis a Canal + justement à cause de ces “reportages” assez “gênant” exemple là :

      link to webcache.googleusercontent.com

      Et lors d’un reportage sur les tueries contre des populations civiles, il a perdu son poste : link to archive.wikiwix.com

      L’enquête sur le juge Borrel prétendu “suicidé”, et d’autres autres “faits vus”embetants ont fait de Mr Moreira un journaliste trop “indépendant” ou “borderliner” selon les canons du “journalisme prostitué” qui sévit plus fort encore de nos jours..


  15. vincent Le 31 janvier 2016 à 11h55
    Afficher/Masquer

    J’ai donc regardé en entier l’émission d’arrêt sur image dans lequel vous débattez. Je vous félicite pour votre sang froid.

    Vos interventions ne sont pas dénuées de faiblesses. Lorsque vous présentez les photo de Maidan, ou la vidéo sur Odessa, vous ne citez pas les sources. Vous n’êtes pas journaliste, et n’êtes pas obliger de le faire, cependant pense que c’est important de le faire car cela permet de rendre votre argumentaire, ainsi que l’apport des faits, irréfutable. Sans cela, les gens peuvent aisément imaginer montage, ou fausse photo, ou propagande téléguidé par Moscou.

    Le point le plus intéressant est arrivé à la fin, malheureusement vous n’avez pu le développer, les Oligarques finançant Maïdan. Car là est le coeur du problème, au delà des questions politique et ethnique, c’est bien une question d’argent. Où clairement au nom du libre échange on permet un coup d’état, que même si l’ancien président a voulu jouer sur les deux tableaux, rien ne légitimait un putsch et un déséquilibre du fonctionnement du pays. Non seulement ces financiers sont approuvés par notre journaliste du “monde”, mais ils sont montrés comme les “anges” protégeant le peuple, alors que cela répond plus exactement à la mise en place d’un gouvernement néolibéral capitaliste qui s’impose au plus grand nombre et cela de façon totalement illégale. Il est où le droit du peuple à décider de lui même ce qu’il veut? Le peuple ce n’est pas les quelques riches qui ont financés le coup d’état.

    Je reviens aussi sur les propos de la journaliste en Russie, qui explique le fonctionnement de la propagande russe. Les mots deviennent vérités.


    • vincent Le 31 janvier 2016 à 11h55
      Afficher/Masquer

      D’abord, et vous l’avez bien démontré avec “pro-russe”, ce genre de pratique ne se limite pas qu’à la Russie, cela a bien cours en Europe, il suffit de recenser l’ensemble du vocabulaire répandu dans les journaux et les médias sur la Russie où la Chine “Pays violant les droits de l’homme, dictature, régime autoritaire,” pour qu’au citoyen lambda ces mots deviennent aussi des vérités alors que dans les faits la réalité est plus complexe et nuancée. La fameuse “nuance” du journaliste du monde. Paradoxalement absent chez lui sauf quand ça l’arrange, par exemple quand il nuance les néonazis.

      Deuxième élément c’est l’interprétation des conséquences des mots sur les Russes et les Ukrainiens.
      Nous sommes d’accords, l’homme en multitude recherche un guide, une voie à suivre, et n’est pas forcément dans les meilleurs dispositions pour porter un regard critique sur ce qui se passe. Les militants de partis politiques fonctionnent comme cela. Mais, au delà de cette dimension, à entendre la journaliste, les Ukrainiens et les Russes sont tous des décervelés qui automatiquement croient tout ce qu’on leur raconte. Ils sont donc incapables de poser un regard critique? On nous explique qu’ils ne doivent pas croire les mensonges de la propagande russe quand en même temps en France on nous explique que les grands médias disent la vérité et qu’il ne faut pas les mettre en doute. C’est ce que souligne Piotr, “Il y a aujourd’hui en France une suspicion des médias traditionnels”


      • vincent Le 31 janvier 2016 à 11h55
        Afficher/Masquer

        Coluche le disait il y a 30 ans : “Les journalistes ne croient pas les mensonges des hommes politiques, mais ils les répètent”. Alors ce n’est pas d’hier qu’on met en doute leur propos, et à raison d’ailleurs.

        Enfin je terminerai par l’exemple de ce “youtuber”, “Le Débrancheur” qui démontre comment France 2 manipule une information. Ce “youtuber” revisite l’Histoire et pose des questions pertinentes sur le financement du nazisme par exemple, avec à l’appui des dizaines d’ouvrages dans chacune de ses vidéos. Il ne prétend ni dire la vérité, ni apporter des solutions, mais il pose des questions qui ne sont habituellement pas abordées. Il est approché par un journaliste de “Envoyé spécial” qui veut faire un documentaire sur le scepticisme des Français à l’égard des médias. Il se prête au jeu et, dans la vidéo qui suit, il démontre comment France 2 transforme le documentaire de “scepticisme à l’égard des médias” à ” les adeptes du soupçon” Voilà de quoi faire un sujet sur la propagande en France.

        link to youtube.com

        Bonne continuation pour votre site.


  16. Eric Le 31 janvier 2016 à 11h56
    Afficher/Masquer

    Pour se rendre compte de la dérive des documentaires dans le manque d’objectivité en France, rien de tel que de revoir ce qu’on était encore capable de dire/produire/diffuser sur Arte il y a tout juste quelques années:

    – sur la Libye de Kadhafi en 2008
    link to puissantsetmiserables.fr

    – sur la manipulations des révolutions colorées pr la CIA des 2005 (doc prémonitoire)
    link to puissantsetmiserables.fr

    Il serait je pense inconcevable ne serait ce que d’envisager la rediffusion de tels documentaires de nos jours…


  17. Philippe Le 31 janvier 2016 à 13h10
    Afficher/Masquer

    Le russe était une langue régionale officielle depuis une loi de 2012. Les députés ukrainiens ont abrogé cette loi. Enlever le statut de langue officielle, ce n’est pas la même chose qu’interdire une langue. Ainsi, la langue officielle de la France est le français (article 2 de la Constitution). Le breton et le corse ne sont pas des langues officielles (donc ne sont pas utilisés dans des documents administratifs), mais ne sont pas interdits pour autant. Il me semble donc qu’il n’est pas judicieux de présenter comme équivalent (comme vous le faites dans vos commentaires), “interdire une langue” et “abroger le statut officiel d’une langue”, même si je vous accorde que cette abrogation n’allait pas dans le sens de l’apaisement. Veuillez m’excuser si vous avez déjà eu l’occasion d’aborder ce point précis sans que je m’en sois rendu compte.


    • antoniob Le 31 janvier 2016 à 18h46
      Afficher/Masquer

      néanmoins, vu l’importance du russe en Ukraine, langue historique première à Odessa ou Marioupole par exemple, mais aussi dominante à Kiev, le statut de langue co-officielle est une évidence.
      Pour comparer: au Canada le français est langue administrative officielle, tous les documents administratifs y compris au fin fond de l’Alberta, viennent aussi en français.
      Ou encore la Finlande: en raison de quatre siècles de colonialisme suédois, et malgré que la population suédo-finnoise ne soit que 10% ou 15%, le suédois est langue co-officielle obligatoire, enseignée à l’école. Dans les transports en commun à Helsinki même, dans les bus, sur le train urbain de ceinture, les noms des stations sont annoncées en finlandais et en suédois !

      De là, l’inanité éthique, l’absurdité logique, pour l’éssentiel de la presse officieuse, de ne pas mettre en cause, début 2014, cette première mesure du “nouveau” parlement ukrainien d’alors, de refuser un status co-officiel au russe. Une aberration totale.


    • Georges Le 31 janvier 2016 à 21h02
      Afficher/Masquer

      @ Philippe

      Les langues régionales ont été réprimées très fortement à l’école entre les deux guerres. La pression s’est un peu relâchée une fois le travail d’extermination effectué. Elles ont ensuite acquis un certain statut grâce à la pression de l’union européenne.

      Il y a de cela quarante ans en arrière, il y avait encore des entourloupes administratives pour mettre des bâtons dans les roues aux initiatives autonomes pour la langue (en particulier des écoles alternatives).

      Actuellement, la situation n’est plus la même, grâce aux pouvoirs des départements et des régions. Mais il y a seulement quelques mois, le sénat a refusé de ratifier la charte européenne pour les langues régionales.

      Le fait d’enlever le statut de langue officielle au russe, c’est interdire le russe (c’est l’interdire dans les échanges officiels, à la poste, lors des démarches administratives, éventuellement à l’école….).
      ________________
      Bravo à O.B ainsi qu’au journaliste P.Moreira.


      • Philippe Le 31 janvier 2016 à 21h51
        Afficher/Masquer

        Si je comprends bien votre propos, il se passerait en Ukraine avec le russe ce qui s’est passé en France avec les langues régionales sous la IIIe République ? Sauf que dans les écoles de la république, toute autre langue que le français était proscrite. En Ukraine, le russe n’est pas interdit à l’école. Après l’abrogation de la loi de 2012 sur les langues régionales, l’article 10 de la Constitution ukrainien stipule toujours que “La langue d’État de l’Ukraine est l’ukrainien.”, mais aussi que ” En Ukraine, le libre développement, l’usage et la protection du russe et des autres langues des minorités nationales d’Ukraine sont garantis.”
        Donc dire que “Le fait d’enlever le statut de langue officielle au russe, c’est interdire le russe” est une affirmation erronée.
        Des informations ici : link to axl.cefan.ulaval.ca


  18. georges glise Le 31 janvier 2016 à 13h30
    Afficher/Masquer

    total soutien à moreira, ce n’est pas de sa faute si les nazis sont de retour en ukraine!


  19. philv Le 31 janvier 2016 à 13h59
    Afficher/Masquer

    Lorsque Noam Chomsky, de passage a Bruxelles, a fait une conférence à l’Université libre de Bxl, le plus grand auditoire était “sold out” (je n’ai malheureusement pas pu y assister).
    Affirmer que les étudiants en journalismes ne connaisent pas l’auteur de “The manufacture of consent” me semble un peu péremptoire.


    • Olivier Berruyer Le 31 janvier 2016 à 14h24
      Afficher/Masquer

      “me semble un peu péremptoire.”

      J’ai testé plusieurs fois… Et vous ?


  20. Astrolabe Le 31 janvier 2016 à 14h05
    Afficher/Masquer

    Bravo Olivier. Soutien total aux gens qui ont vraiment envie de dire la réalité, à M. Moreira notamment. Dans cette liste de détracteurs, mis à part deux ou trois spécialistes, il y a des gens qui connaissent un peu ces pays, mais surtout par le biais de leur connaissance de la langue; leurs convictions sont malgré tout la haine de la Russie, de l’orthodoxie, etc . Leur connaissance du terrain, russe ou ukrainien est faible. Mais surtout ils ne supportent pas que leur affabulation soit contrariée. Leur rage contre un simple documentaire montre leur vraie nature. Ils rèvent sans doute encore d’une bonne croisade comme en 41. Quand je vois en plus les titres dont ils s’affublent (philosophe, politologue, historien, etc) je me marre. Bon j’arrête, je les connais trop bien.


  21. Lysbeth Lévy Le 31 janvier 2016 à 14h39
    Afficher/Masquer

    Ah ben pourtant certains ont bien vu des “SS ou nazis, faisant des enterrements de classes en Urkaine et bien avant le Maidan : link to leplus.nouvelobs.com de Louis Monnier prof à la retraite sur le Nouvel Obs.

    .Et le journal juif Alliance témoigne qu’un jeu a été créer spécialement pour s’amuser à tuer les juifs, ds homos, ou Poutine : link to www1.alliancefr.com


  22. Georges Clounaud Le 31 janvier 2016 à 14h42
    Afficher/Masquer

    Mon petit doigt me dit que certains journalistes viennent s’encanailler parmi nous pour sortir une tribune un dimanche midi. Ainsi monsieur Vitkine du Monde n’est pas content et il le fait savoir :

    link to lemonde.fr

    Après avoir accusé Paul Moreira de s’être pourvu de lunettes déformantes il annonce péremptoire :
    Il y a surtout une grande absente : l’agression russe contre l’Ukraine.

    Et bien Monsieur Vitkine nous attendons une réponse de votre part. Faites le même travail que M. Moreira pour nous présenter votre point de vue. On vous autorise même à avoir des œillères et de mettre des lunettes déformantes bleues et jaunes. Par contre nous voulons des témoignages, des faits entrecoupés, des images vérifiables montrant par exemple sans contestations possibles les colonnes de chars russes qui ont envahi et ensanglanté les plaines du Donbass, pas des on-dit ou des soi-disant faits dont les seuls sources sont le gouvernement de Poroshenko, un vrai travail de journaliste quoi !
    Chiche Monsieur Vitkine ?


  23. Agora Le 31 janvier 2016 à 14h52
    Afficher/Masquer

    Un petit mot d’éclaircissement sur la formation des journalistes… Pour être passé par une de ces écoles (ESJ Lille), je peux attester de l’absence, deux années durant, de tout débat de fond sur quelque sujet que ce soit organisé par l’équipe de formation. Priorité est donnée à la “mise en forme de l’information” via les différents médiums : presse écrite, TV, radio, agence. Vous apprenez, en gros, à formater un message, quel que soit ce message. Parallèlement, les intervenants des cours pratiques viennent eux-mêmes des médias dominants : France 2, TF1, France Inter, France Info, etc… De là à dire qu’ils reproduisent ce qu’ils mettent en œuvre au quotidien, il n’y a qu’un demi-pas que je franchis allègrement. Enfin, vous noterez que la plupart des étudiants qui fréquentent ces écoles sont, peu ou prou, des fils et filles à papa (cf le montant des frais de scolarité), biberonés à la lecture de Libé, Le Monde, etc, Vous comprenez mieux, maintenant, comment nous en sommes là ? François Rufin a très bien écrit sur le sujet…


    • HELLEBORA Le 01 février 2016 à 02h09
      Afficher/Masquer

      Pour rebondir sur François Ruffin et sur son film Merci patron qui va bientôt sortir, je ne peux que vous inviter à lire la dernière page du Diplo = l’article qu’en a fait Frédéric Lordon. Il donne carrément envie – link to legrandsoir.info


  24. Alae Le 31 janvier 2016 à 15h18
    Afficher/Masquer

    Chez les habitués européistes de l’anathème contre “la bête immonde dont le ventre encore fécond, etc”, soit on suppose un fractionnement inquiétant de l’intellect (ils voient des nazis partout, sauf là où il y en a), soit on leur suppose une cohérence intellectuelle, auquel cas, première conclusion : la bête immonde a un ventre certes encore fécond, mais en France, elle pond prioritairement à Libération, au Monde, etc.
    Seconde conclusion possible : celle de la protection d’intérêts géopolitiques sans relation avec une idéologie quelconque. Bref, de la bonne grosse propagande simpliste et manipulatoire à souhait, concoctée en toute connaissance de cause par des publicitaires promus journalistes. Autrement dit, des vendeurs de salades.
    Ce ne serait pas la première fois que des pays dits “démocratiques” recourent à des fascistes pour faire maintenir un ordre propice à leurs intérêts, propagande droit-de-l’hommiste à l’appui (voir la liste établie par William Blum, par exemple). Mais même si jusqu’ici, l’Occident n’a jamais manqué de plumes mercenaires, il serait bon que leurs articles portent la mention “publi-reportages”.

    Un grand merci à Paul Moreira de s’être inquiété de la résurgence du nazisme en Ukraine et des martyrs d’Odessa, et un autre grand merci à Olivier Berruyer de son soutien.


  25. Andrae Le 31 janvier 2016 à 19h18
    Afficher/Masquer

    Il y a eu bcp de documents videos consacrés aux massacres à Odessa.

    Par des You-tubeurs outragés, enragés, des locaux, et par d’autres bcp plus pros, internationaux et autres.

    > The Odessa Massacre What really happened (anglais) anonyme 2014, cité car typique des brefs:

    link to youtube.com

    un autre bref (24 minutes):

    link to youtube.com

    > Ce film, 1h 27, Ukraine Crisis Today: Banderschtadt/Бандерштат – Unmasking Ukrainian Fascism [Stoppt die Nazis] vaut la peine: (En Russe, s-t anglais)

    link to youtube.com

    > Il ya aussi la 6e partie de Roses Have Thorns, sur “The Odessa Massacre” s.t anglais, 1h 30.

    link to youtube.com

    Et encore des dizaines d’autres… Tous ces productions sont extrèmement populaires et régulièrement citées, y compris par les gens du cinéma, bon pas en France. Il semble que le genre a été découvert tardivement par un Francais? Desolée d’être sarcastique, mais il y a de quoi.


  26. Vareniky Le 31 janvier 2016 à 20h07
    Afficher/Masquer

    Les signataires de la tribune qui demandent, au nom de leur amitié avec l’Ukraine d’aujourd’hui, la non diffusion du reportage de Paul Moreira, sont pourtant les mêmes que l’on trouvait auparavant pour dénigrer systématiquement ce pays, qui avait le malheur de ne pas s’être détaché suffisamment rapidement de la Russie.
    Ils ne peuvent même pas imaginer les dégâts qu’ils ont pu faire sur l’Ukraine à l’époque.
    Ce sont eux que l’on retrouvait déjà sur France-Culture, France-Inter, le Monde, Libération pour dénoncer de façon délirante la pollution de Tchernobyl, la présence des isotopes radioactifs sur tout le tracé du Dniepr, pour dénoncer la prostitution tentaculaire, et la présence des mafias, l’absence de cohésion de la société ukrainienne, qui donnait l’impression qu’il fallait être masochiste suicidaire pour mettre les pieds sur ce sol maudit de leurs dieux.
    Et maintenant ce sont ces mêmes personnages qui a l’instar des poissons rouges oublient leurs paroles et récrivent l’histoire.


  27. zirgel Le 31 janvier 2016 à 20h24
    Afficher/Masquer

    link to info.kopp-verlag.de

    Olivier,
    Je viens de trouver un article de l’historien Eric Zuesse (il tient le ‘WASHINGTON’S BLOG”), où il parle notamment du putsch sanglant d’Obama en Ukraine ; l’article est en langue allemande sur le site info kopp online, et on le trouve en anglais sur le blog de l’auteur. Là, au moins, on appelle un chat un chat, pas question de tourner autour du pot.


  28. sadsam Le 31 janvier 2016 à 21h25
    Afficher/Masquer

    La programmation par Canal + du reportage de Moreira ne signifierait-elle pas que certains (haut placés) en Europe occidentale sont en train de commencer à changer leur opinion sur les dirigeants de Kiev ?

    Il y a ça et là des petits signes : arrêts rendus récemment par le tribunal de l’UE à Luxemboug sur les sanctions décidées contre des anciens hauts fonctionnaires ou ex ministres ukrainiens, critiques de l’ “eastern partnership” de l’UE, appels à mettre fin aux sanctions contre la Russie etc.

    Le fait qu’Olivier ait effectué un travail de pionnier concernant l’Ukraine va être reconnu au delà des limites de ce blog, me semble t il.


  29. Phil Bou Le 31 janvier 2016 à 21h43
    Afficher/Masquer

    Quand même hallucinant de voir un travail de Paul Moreira, destinataire de nombreux prix internationaux pour son travail, mis en pièces par des pseudo-journalistes qui n’ont rien fait de leur vivant… Que la honte les étouffe, tout simplement.


  30. theuric Le 31 janvier 2016 à 22h04
    Afficher/Masquer

    Il me semble aussi qu’il serait important de tenter quelques observations théoriques.
    Comme j’ai pu déjà le dire, la violence politique est signe de faiblesse, or, ce type de violence peut soit avoir d’origine le désir d’appropriation, soit la peur.
    Si nous retenons la peur comme étant l’élément constitutif de ces réactions journalistiques, la seule que je perçoive provient de l’affaiblissement continuel de l’empire U.S. et de la doctrine néolibérale.
    Ceci doublé de l’effondrement idéologique en cours commencé depuis 1989/1991 et la disparition du communisme et de la sociale-démocratie.
    Ceci expliquant la cécité face à l’existence de partis néonazis en Ukraine.
    Partant de cette idée, nous pouvons comprendre la déconnexion de cette équipe d’historiens et de philosophes d’avec la réalité puisque c’est cette réalité qui montre la prochaine disparition des U.S.A. au moins en tant qu’empire.
    Tordre la réalité est donc une façon inconsciente de tenter de faire persister l’existence U.S..


    • theuric Le 31 janvier 2016 à 22h44
      Afficher/Masquer

      D’ailleurs, si il vous fallait une preuve de ce que j’avance, comparez le temps passé par les journaux télévisuels lors de nos dernières élections et celui concernant les élections du prochain président U.S., dans 1 an.
      Je parlais de peur, le terme d’angoisse serait plus approprié.
      Je parierais même que le temps d’antenne consacré à la présidence U.S. sera supérieur au temps d’antenne pour notre présidentielle, tout confondu.
      Il est par ailleurs remarquable de voir combien les équipes politiques de nos partis officiels tentent de plus en plus à vouloir ressembler aux partis politiques officiels U.S., celui qui se fait appeler Les Républicains en venant même à la caricature.
      Comme il s’agit d’un processus collectif et inconscient, toute contradiction ne peut que leur être détestable puisque cela ne peut que faire remonter leurs angoisses, d’où ces réactions violentes.
      Qui sont-ils?
      Ceux ayant, il me semble, des liens affectifs, d’intérêt et/ou idéologiques d’avec les puissances d’argent


  31. HELLEBORA Le 01 février 2016 à 02h31
    Afficher/Masquer

    Paul Moreira ne peut pas ne pas avoir été en contact avec le chercheur de l’université d’Ottawa Ivan Katchanovski (cf tweet ci-après). Son enquête The ‘Snipers’ Massacre’ on the Maidan in Ukraine, est un travail qui n’a pas d’équivalent et qu’il affine sans cesse. Une enquête qu’il est possible de télécharger (79 p.). link to twitter.com : “Ukraine officials ask France TV Canal+ to cancel broadcast of its documentary about far right and Odesa massacre”
    Les pressions en provenance d’Ukraine semblent donc peser de tout leur poids : bit.ly/1WVUrio

    Voir aussi le tweet de T. Mariani : “1/2- Quand un ambassadeur (Shamshur Oleh) fait pression pour bloquer la diffusion d’un documentaire en France… 2/2… mais il est vrai que ces pressions avaient été efficaces ailleurs pour bloquer un autre film : @UKRinFRA “Nous saluons la décision responsable de la Mairie de Bordeaux et M.@alainjuppe d’annuler la projection d’un film “Crimée retour à la patrie”


  32. HELLEBORA Le 01 février 2016 à 02h44
    Afficher/Masquer

    J’avais vu cela passer mais je me demande si au final ce André Biletsky a finalement été reçu à Bruxelles (ce qui en soi est parfaitement choquant) … ?
    link to lacapitale.be
    Par ailleurs, s’il y en a qui parlent encore de “chars russes” mais qui nient que les US et l’OTAN arment officiellement le régime de Poroshenko , cette info les déniaisera : link to 24today.net


  33. RonRon Le 01 février 2016 à 12h42
    Afficher/Masquer

    Attention théorie du complot (même si ça ne parle pas de complot) :

    Bolloré a voulu censurer le reportage sur le crédit mutuel, France 3 (aka le gvt ?) l’a passé.

    Ce reportage ne gène pas Bolloré mais gène le gouvernement, il ne va pas se gêner de le diffuser.

    1 partout le balle au centre ?


    • V_Parlier Le 03 février 2016 à 23h15
      Afficher/Masquer

      Ce reportage ménage le gouvernement français et l’UE. Il n’accuse clairement que les USA et les néonazis de Kiev (sans faire allusion à Fabius, et seul l’épouvantail JMLP y passe). Donc si c’était a raison ça n’aurait pas présenté de grands risques pour Bolloré.


  34. STAN Le 01 février 2016 à 15h22
    Afficher/Masquer

    Mais No il y a pas de fasciste en Ukraine :
    link to youtube.com


  35. Lysbeth Lévy Le 02 février 2016 à 20h40
    Afficher/Masquer

    Pour mémoire en 2008 Michaël Prazan avait déjà un “autre avis” sur la question “ukrainienne” et c’est bon de le lire à l’heure actuelle, ou personne ne veux voir la vérité en face :

    link to lemonde.fr

    “L’Ukraine, “pays européen” ? Pas évident, par Michaël Prazan”” lui a bien vu les nazis, les marches des SS ou banderistes aux flambeaux, et rappelle la triste histoire du comportement de nombreux ukrainiens de l’ouest envers les juifs, ou polonais, russes.
    .Le boomerang dont pare Paul Moreira dans son film sur youtube, va t’il nous être renvoyé ?? ..


    • Louis Robert Le 02 février 2016 à 22h19
      Afficher/Masquer

      Le boomerang va-t-il nous être renvoyé?

      Avec un peu de recul, dans une perspective géopolitique large et dans le temps long, je crois que l’on peut affirmer, sans grand risque de se tromper, que c’est déjà fait…


Charte de modérations des commentaires