MH-17_top_secret

« Mettre en place une enquête internationale exhaustive et indépendante » sur le vol MH17 de Malaysia Airlines abattu au-dessus de l’Ukraine : c’était l’exigence exprimée par le Conseil de sécurité de l’ONU à travers sa résolution n° 2166 approuvée le 21 juillet 2014, autrement dit quatre jours après le tragique accident. Mais les faits montrent plutôt que l’enquête a depuis le début été organisée et menée sans donner aucune preuve d’indépendance et de transparence.

La délégation au Bureau de sécurité hollandais (Dutch Safety Board)

Le 23 juillet 2014, l’Ukraine a délégué à la Hollande, et plus précisément au Bureau de sécurité hollandais, la mission de conduire l’enquête sur les causes du désastre, en se basant sur un accord publié entre autres sur un site institutionnel hollandais. Le paragraphe 3 de l’accord prévoit clairement que le but de l’enquête déléguée n’est pas de rechercher les responsabilités ou d’attribuer la faute à untel ou untel, mais uniquement de prévenir d’autres incidents.

Le 9 septembre, le Bureau de sécurité hollandais a publié un rapport préliminaire, lequel, comme l’a montré le site Megachip, vient confirmer les problèmes de transparence de l’enquête (à cause d’une erreur de traduction entre le texte anglais et celui hollandais, et la tentative maladroite d’y remédier).

Le JIT et l’absence de la Malaisie

Lors de la réunion de l’Eurojust(*) le 28 juillet 2014, un groupe international d’enquête sur le désastre du MH-17 a été constitué ; ce JIT (Joint Investigation Team) comprend quatre pays : l’Ukraine, la Hollande, la Belgique et l’Australie. L’exclusion de la Malaisie en a surpris plus d’un. On ne comprend pas bien , en effet, pourquoi la Belgique, avec « seulement » 4 citoyens parmi les victimes) a été préféré à la Malaisie, étant donne la nationalité de la compagnie aérienne (Malaysia Airlines), la destination du vol (Kuala Lumpur) et le nombre de citoyens morts dans l’accident (43 Malaisiens). Suite à la réunion du 4 décembre, l’Eurojust a communiqué sur le fait que la Malaisie allait rejoindre le JIT, omettant de préciser que sa participation ne deviendra effective que lorsque la Malaisie signera un accord spécifique (jusqu’ici toujours pas officialisé), comme l’a révélé de son côté la police malaisienne.

L’accord secret du 8 août

Le 30 août 2014, Giulietto Chiesa et Pino Cabras ont révélé sur Megachip et PandoraTV.it l’existence d’un accord passé le 8 août entre les quatre États composants le JIT (Hollande, Ukraine, Australie et Belgique) ; cet accord prévoit un droit de véto sur la divulgation des informations et des résultats de l’enquête. À la mi-novembre, les autorités hollandaises ont fait jouer [cette clause] des accords secrets et ont repoussé les requêtes demandant la publication des résultats de l’enquête, requêtes présentées par deux parlementaires de la Chambre basse des États généraux de l’AIA (le chrétien-démocrate Pieter Omtzigt et le social libéral Sjoerd Wiemer Sjoerdsma). Le ministère hollandais de la Justice a motivé son refus par l’exigence de préserver la stabilité des relations internationales. Mais par la suite, le gouvernement hollandais a révélé certains détails sur le contenu de l’accord. En fait, le 22 décembre, en réponse aux questions parlementaires n° 2014D47806 signée par Omtzigt et Sjoersma qui demandaient si l’Ukraine disposait ou non d’un droit de véto dans le cadre de l’enquête pénale, le gouvernement, par l’entremise à la fois de son ministre de la Justice et de la Sécurité, du ministre des Affaires étrangères et du ministre de la Défense, a affirmé que les membres du JIT s’étaient engagés réciproquement à s’abstenir de fournir des informations sur l’enquête à l’extérieur du groupe, sauf s’il y a consensus sur le fait que la divulgation de ces informations ne porte pas atteinte à l’enquête elle-même (voir ici).

En pratique, il suffit que l’un des États membres du JIT ne soit pas d’accord pour que l’information ne soit pas rendue publique.

Il est probable que si la Hollande s’est sentie obligée le 22 décembre de reconnaitre cet état de fait – malgré ses réticences initiales -, c’est que quelques jours auparavant, le 26 novembre, le site hollandais RtlNieuws.nl avait publié une importante confirmation provenant des autorités australiennes. Dans une note du 15 octobre 2014, en effet, le gouvernement australien, à travers son Département des Affaires étrangères et du commerce, a affirmé que les quatre États membres du JIT avaient signé un accord de non-divulgation, lequel exige un consensus de toutes les parties avant que ne soient divulguées les informations sur l’enquête. RtlNieuws.nl a demandé au gouvernement hollandais des détails sur cette note du 15 octobre. En réponse, le 26 novembre, le ministère des Affaires étrangères et du Commerce a confirmé l’authenticité du document et de son contenu, confirmant l’existence de cet accord, qui ne peut cependant être rendu public.

Ce serait donc cela, l’enquête internationale « exhaustive et indépendante » sur le vol MH17 diligentée par l’ONU ?

Et à qui exactement profitent ce droit de véto et cette absence totale de transparence ?

Source : Enrico Santi, pour Megachip, traduit par Christophe pour ilFattoQuotidiano.fr

52 réponses à Vol MH17 : L’Australie confirme l’existence d’un accord secret de confidentialité sur les résultats de l’enquête

Commentaires recommandés

Gaïa Le 14 mars 2015 à 05h13

Si résultats de l’enquête avaient confirmé l’implication de la Russie, dans la seconde qui suivait il y aurait eu divulgation des résultats puisque les EU avaient déjà annoncé d’avance, et sans aucune preuve, la responsabilité russe pour consolider les sanctions économiques envers ce pays. Alors qui ménage-t-on d’autre pour garantir cette ” stabilité internationale entre États” si ce n’est le CONSENSUS des pays européens autour des EU face aux Russes concernant l’Ukraine et celui d’une majorité de citoyens européens qu’il faut surtout détourner du fiasco économique imposé par leurs dirigeants et l’UE.

  1. dissy Le 14 mars 2015 à 00h27
    Afficher/Masquer
    • Anne Le 14 mars 2015 à 11h36
      Afficher/Masquer

      Et aprés on va accuser les gens de “conspirationnistes”, s’ils se posent des questions.

      S’il y a bien une marque de fabrique pour les conspirations c’est quand il y a un “pacte secret” établi entre certaines parties…et là on ne peut pas trouver meilleur exemple.

      Conspiration du silence… Ce sont quels milieux qui sont spécialistes et usent de tels pactes ?


      • Enja Le 15 mars 2015 à 11h45
        Afficher/Masquer

        Je pense justement que cela est fait à dessein. Ces gens ont un mode opératoire que je résumèrerais ainsi :
        1 – On a les informations mais on ne les publie pas.
        2 – Les gens vont se poser des questions et envisager diverses pistes.
        3- On va qualifier ces pistes de farfelues et “complotistes” ou “conspirationnistes”.
        4 – Dans le même temps on continuera, avec l’aide des médias soumis, à propager ou laisser planer le soupçon sur c’est untel(en général notre adversaire).
        5 – La masse ne retiendra que cette présomption de culpabilité et s’en satisfera.
        6 – Cette présomption de culpabilité fera office de version “officielle” et toute autre analyse sera mise au placard et taxée de théorie du complot.

        C’est malheureusement une méthode qui a fait ses preuves.


  2. Emmanuel Le 14 mars 2015 à 01h17
    Afficher/Masquer

    “Le ministère hollandais de la Justice a motivé son refus par l’exigence de préserver la stabilité des relations internationales.” Là, j’ai l’impression qu’il y a des choses qui m’échappent : sont-elles si bien stabilisées que ça les relations internationales, ces temps-ci ? Il faudra que j’ouvre mon dictionnaire à “stabilité”.


    • Gaïa Le 14 mars 2015 à 05h13
      Afficher/Masquer

      Si résultats de l’enquête avaient confirmé l’implication de la Russie, dans la seconde qui suivait il y aurait eu divulgation des résultats puisque les EU avaient déjà annoncé d’avance, et sans aucune preuve, la responsabilité russe pour consolider les sanctions économiques envers ce pays. Alors qui ménage-t-on d’autre pour garantir cette ” stabilité internationale entre États” si ce n’est le CONSENSUS des pays européens autour des EU face aux Russes concernant l’Ukraine et celui d’une majorité de citoyens européens qu’il faut surtout détourner du fiasco économique imposé par leurs dirigeants et l’UE.


      • Nerouiev Le 14 mars 2015 à 13h02
        Afficher/Masquer

        La Russie sait obligatoirement qui est le responsable. Comme vous le dite, si c’était la Russie ça se saurait. Le temps joue plus pour les vrais coupables au détriment de la Russie. On ne peut que conclure que soit la Russie ne peut pas le démontrer, soit elle ne veut pas accuser, soit elle attend le bon moment et peut faire chanter en attendant. Dans le premier cas, la réciproque est également vraie et l’affaire finira dans l’oubli. Dans le deuxième cas, la Russie protège les relations à venir à savoir ses relations économiques avec l’Ukraine. Enfin dans le troisième cas c’est pour elle une façon de tenir tête sans utiliser les armes, comme pour la Crimée et on verra de temps en temps quelques messages forts de la part de Poutine.


        • ulule Le 14 mars 2015 à 20h25
          Afficher/Masquer

          Pepe Escobar à propos du livre de Joost Niemoller “MH-17: The Cover-Up Deal”
          “Le premier ministre néerlandais Rutte est ainsi devenu la marionnette de Kiev. L’enquête ne peut donc aboutir qu’à un résultat : ce sont les séparatistes qui ont fait le coup.
          “Les intérêts politiques ont toujours préséance sur la vérité. Le vol MH17 ne fera pas exception à cette règle.
          http://russia-insider.com/en/2015/03/09/4222


      • exvil Le 14 mars 2015 à 16h51
        Afficher/Masquer

        Votre raisonnement est le bon. C’est évident que par leur silence , l’Otan , l’Europe reconnaissent implicitement la responsabilité de l’Ukraine. Ils sont pas un peu dans la merde , excusez le mot .


  3. languedoc 30 Le 14 mars 2015 à 01h18
    Afficher/Masquer

    L’Ukraine, qui est probablement coupable, a donc le droit de mettre une chape de plomb sur les résultats de l’enquête? Mais c’est inadmissible. Si l’ONU ne fait rien, elle aura apporté la preuve définitive, qu’elle ne sert plus à rien.


  4. dissy Le 14 mars 2015 à 01h55
    Afficher/Masquer

    Liste complète des crimes de guerre répertoriés dans le Donbass par l’Ukraine(Junte).

    PDF Report: War crimes of the armed forces and security forces of Ukraine: torture of the Donbass region residents (English)

    pdf de 49 pages

    http://democracyfund.ru/userfiles/War%20crimes%20of%20the%20armed%20forces%20and%20security%20forces%20of%20Ukraine.pdf


  5. enquête-accident Le 14 mars 2015 à 02h42
    Afficher/Masquer

    “Le paragraphe 3 de l’accord prévoit clairement que le but de l’enquête déléguée n’est pas de rechercher les responsabilités ou d’attribuer la faute à untel ou untel, mais uniquement de prévenir d’autres incidents.”

    Il n’y a pas de scandale particulier ici, c’est la procédure normale. Tout accident d’avion donne lieu à une enquête dont le but est d’arriver à comprendre les circonstances purement techniques de l’accident, afin d’éviter qu’il ne se reproduise. Le problème des responsabilités civiles ou légales n’est pas du ressort de ces enquêtes, ce qui est quasiment toujours précisé en tête des rapports qu’elles produisent.

    Voir par exemple le site du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses, (= http://www.bea.aero/index.php =) qui est l’organisme français équivalent au Bureau de Sécurité hollandais mentionné dans l’article.

    Dès la page d’accueil il est bien précisé
    “L’enquête de sécurité qui a pour seul objet de prévenir les accidents et les incidents, comprend la collecte et l’analyse de renseignements, l’exposé des conclusions, y compris la détermination des causes et/ou des facteurs contributifs et, s’il y a lieu, l’établissement de recommandations de sécurité (Règlement européen 996/2010 article 2 alinéa 14).

    L’établissement des causes n’implique pas la détermination des fautes ou la détermination d’une responsabilité administrative, civile ou pénale (Règlement européen 996/2010 article 2 alinéa 04).”

    Et si l’on lit un de ses derniers rapports publiés, par exemple “Accident survenu le 24 juillet 2014 dans la région de Gossi au Mali […]”, dès la page 2 du pdf, avant même la table des matières, on a :
    AVERTISSEMENT
    L’objectif d’une enquête de sécurité sur les accidents et incidents d’aviation civile est d’établir les faits, les conditions et les circonstances de l’accident ou de l’incident afin d’en déterminer les causes probables de telle façon que les mesures appropriées puissent être prises pour empêcher qu’un autre accident ou incident du même type et les facteurs qui l’ont provoqué ne se reproduisent.

    Conformément à l’Annexe 13 à la Convention relative à l’aviation civile internationale, l’enquête de sécurité n’est pas conduite de façon à établir des fautes ou à évaluer des responsabilités individuelles ou collectives. Son seul objectif est de tirer de cet événement des enseignements susceptibles de prévenir de futurs accidents ou incidents.


    • Jérôme Le 14 mars 2015 à 12h02
      Afficher/Masquer

      @ enquête-accident

      Alors pourquoi, si la procédure est tout à fait “habituelle”, empêcher la publication dudit document qui lie les parties occidentales?


    • Grégoire Le 14 mars 2015 à 12h53
      Afficher/Masquer

      Et comment une enquête pourrait prévenir une destruction par un missile tiré d’un avion ou du sol ? Pour qu’un tel drame ne puisse pas se répéter mais qui s’est déjà produit… 1988, la marine américaine abat par erreur un avion iranien : 290 morts
      Le 3 juillet 1988, le vol 655 de la compagnie Iran Air décolle de Bandar Abbas en direction de Dubaï, aux Emirats arabe unis. Le vol doit être très court, les villes ne sont distantes que d’un peu plus de 200 kilomètres. Quelques minutes après le décollage, l’appareil est abattu au-dessus du golfe Persique par un navire américain qui patrouille dans le détroit d’Ormuz. Les 16 membres d’équipages et les 274 passagers, dont 66 enfants, périssent. 1983, l’armée soviétique confond un vol sud-coréen avec un vol espion : 269 morts
      Dans la nuit du 31 août au 1er septembre 1983, un Boeing 747 de la compagnie Korean Air Line (KAL), assurant la liaison entre New-York et Séoul, est abattu par un chasseur de l’Union soviétique au-dessus de l’île de Sakhaline, non loin du Japon. Il n’y a aucun survivant parmi les 269 personnes à bord. Le député démocrate américain Larry McDonald fait partie des victimes.
      En octobre 2001, c’est par erreur que l’armée ukrainienne abat un Tupolev-154 de la compagnie russe Sibir. L’appareil, qui assurait la liaison entre Tel-Aviv et Novossibirsk (Sibérie occidentale), explose en plein vol au dessus de la mer Noire à moins de 300 kilomètres des côtes de Crimée. Au total, 76 personnes, en grande partie des Israéliens, trouvent la mort. Une semaine plus tard, Kiev reconnait que la catastrophe est due au tir accidentel d’un missile ukrainien.

      Le 10 octobre 1998, des rebelles de l’est de la RDC abattent un jet de la compagnie Congo Airlines transportant 40 passagers. L’avion s’écrase dans une zone forestière aux abords de la ville de Kindu, située à 1 000 kilomètres à l’est de Kinshasa.

      Le 22 septembre 1993, des rebelles d’Abkhazie, région séparatiste de la Géorgie, prennent pour cible un avion de ligne de la compagnie Transair Georgia et tuent 80 passagers. La veille, ces mêmes rebelles avaient abattu un Tupolev-134 russe qui s’était abimé en mer Noire, faisant 28 victimes.

      Le 20 avril 1978, c’est un avion sud-coréen assurant la liaison Paris-Séoul transportant 110 personnes qui dévie de sa trajectoire et pénètre sans autorisation dans l’espace aérien russe. Touché par l’aviation soviétique, l’appareil est contraint d’atterrir en urgence sur un lac gelé près de Mourmansk, en Russie. La manœuvre coûte la vie à deux passagers.

      Le 3 septembre 1978, l’armée révolutionnaire du Zimbabwe (Zipra) tire un missile sur un appareil de la compagnie Air Rhodesia. Sur les 56 passagers, 18 survivent à l’atterrissage d’urgence, mais 10 sont abattus par la Zipra. Cinq mois plus tard, les rebelles frappent un autre vol de la même compagnie tuant les 59 passagers qui voyageaient à bord.

      Le 21 février 1973, un avion de ligne libyen, reliant Tripoli au Caire, rate l’aéroport de la capitale égyptienne à cause d’une mauvaise météo et d’un radar en panne. L’appareil dépasse le canal de Suez et entre au-dessus du désert du Sinaï alors occupé par Israël, violant l’espace aérien de l’Etat hébreu. La chasse israélienne fait feu. L’équipage perd le contrôle. Il n’y a que 5 survivants parmi les 113 personnes à bord.
      Aucune enquête n’arrivera à rendre l’homme respectueux de la vie d’autrui… et certainement pas les riches parasites qui pour conserver leurs privilèges sont prêt a tous les crimes les plus odieux. Installer le doute qu’inspire forcement une enquête dont les résultats resteront “secrets” (pour l’immense majorité) et malgré les théories improuvables qui vont naître, est plus efficace que d’affirmer et de prouver la vérité d’autant plus si le coupable n’est pas celui que les médias dénoncent sans preuve aucune au 21e siècle comme au moyen age. Ce n’est pas par souci de la vérité que les riches ont pris le controle des médias de masse, ce n’est pas par souci de la vérité que les politocards veulent interdire la liberté d’expression sur le net et ailleurs, un jour ils feront bruler les livres comme ils l’ont déjà ordonné dans périodes aussi obscures que dans celle qu’ils nous font subir. La Vérité fait évoluer l’homme le mensonge le fait régresser…C’est pour cette raison que seule les minorités trés riches ont droit de Savoir alors que nous les humbles nous n’avons que le droit de Croire depuis la domestication de l’homme.


      • Georges Le 14 mars 2015 à 21h23
        Afficher/Masquer

        @ Grégoire

        Merci pour ce rappel.

        Il me semble me souvenir que le massacre du Rwanda a été déclenché après qu’un avion transportant deux présidents ait été abattu.

        Si c’est le cas, il faudrait le rajouter à la liste que vous avez écrite.


      • JB Beuscart Le 15 mars 2015 à 15h49
        Afficher/Masquer

        Merci pour ce rappel fort utile.
        Mais il manque le drame du Boeing 747, vol KAL 007 des Korean Airlines, dans la nuit du 31 août au 1er septembre 1983.
        La procédure pourrait sembler similaire : avion civil détaché de son couloir, zone à haut risque, impact médiatique majeur à l’époque, enquête difficile, russes qui sont les dindons de la farce…

        Pour un très bon rapport détaillé sur les enquêtes menées sur environ 20 ans (date de l’article – qui essaie de reste neutre!), voici le lien:

        http://www.booklivres.com/file/1gK/un-boeing-au-dessus-de-tout-soup231on-aerostories-l-.html

        Cet épisode me fait vraiment penser au crash du MH17.


    • languedoc 30 Le 14 mars 2015 à 14h18
      Afficher/Masquer

      Il est habituel aussi de rendre public l’enregistrement des conversations pilotes/tour de contrôle, ce que l’Ukraine aurait dû faire, qu’elle n’a pas fait et ne fera pas, puisque cet enregistrement a été confisqué par le SBU.
      Donc, l’Ukraine fortement soupçonnée de ce crash, peut tout se permettre : dissimuler des preuves, en fabriquer à l’occasion, en falsifier d’autres et interdire la divulgation des résultats de l’enquête, sans que quiconque trouve ça anormal.
      Par contre, sans aucune preuve, la Russie a été accusée et sanctionnée.


  6. Arnold99 Le 14 mars 2015 à 05h23
    Afficher/Masquer

    Et pendant ce temps, le parlement européen donne à la Russie des leçons de démocratie et exige la transparence dans l’enquête du meurtre de Nemtsov.

    Sans doute 300 passagers, des gens ordinaires, valent moins qu’un politique!

    Double standard, vous avez dit double standard?

    P.S. je rappelle que des suspects ont été arrêtes moins d’une semaine après les faits. Pour ce qui est du MH 17 tout ce que nous savons c’est qu’il est pas tombé tout seul, qu’il a été abattu! Beau résultat de 6 mois d’enquête.
    Après un an d’enquête supplémentaire, on nous apprendra surement qu’il s’est écrasé et non qu’il a atterri.


    • François Marquet Le 14 mars 2015 à 13h54
      Afficher/Masquer

      L’union européenne ferait bien d’enquêter sur l’épidémie de suicides chez les députés du parti des régions en ukraine de l’est (7 morts en un mois) il est actuellement mauvais pour la santé d’avoir soutenu démocratiquement Yanukovich… Qui en parle dans nos media mainstream?


    • ISTINA Le 15 mars 2015 à 01h07
      Afficher/Masquer

      Sur la carlingue les photos ont été publiées, figurent de nombreux impacts de balles
      de mitrailleuses ce qui implique que le Crime a été commis par un Chasseur
      fourni pas les Soviets à Quiev aux temps des Amours Post Kroutcheviens !


  7. sergeat Le 14 mars 2015 à 06h24
    Afficher/Masquer

    Le temps de la justice est déjà un temps long, le temps des événements historiques est rapide, si en plus il y a des “accords de non divulgations” comment peut il y avoir une enquête impartiale de l ONU? J ai l impression que ce processus se retournera contre ses initiateurs mais ce sera trop tard,le mal aura été fait ,et bien entendu le monde “libre et démocratique” aura atteint son but .Le temps médiatique est encore plus rapide :on est passe de la non homophilie de Poutine à Sotchi, à MH17 ,puis à un dirigeant autiste,suivi d un milliardaire,puis un assassin de Nemtsov,….et la suite à la prochaine divulgation scandaleuse de l impartiale CIA.France que fait ta presse?


  8. Pascalcs Le 14 mars 2015 à 07h15
    Afficher/Masquer

    Il faut bien avoir en tête que la Malaisie n’est pas en odeur de sainteté avec les Néocons zuniens aux commandes de la crise Ukrainienne. Rappelons que toute la clique des “Übermensch”, Bush, Cheney, Rumsfeld, et autres sinistres figures, font l’objet de mandat d’arrêt en Malaisie car condamnés en 2012 par contumace pour crime de guerre par les tribunaux locaux. Il reste des pays courageux… Donc, pour la Malaisie, il nous pourra jamais y avoir rien d’autre qu’un insignifiant strapontin dans cette affaire contrôlée de A à Z par ….suivez mon regard.
    Au final, on peut espérer en savoir un peu plus lorsque tout cela n’aura plus grande importance. Mon estomac est serré pour les familles des victimes. Quelle attitude abjecte de la part de ceux qui se définissent comme grands de ce monde.


    • Alain C Le 14 mars 2015 à 07h23
      Afficher/Masquer

      Confier l’enquête aux assassins n’a jamais été une bonne méthode ….


  9. Joanna Le 14 mars 2015 à 07h34
    Afficher/Masquer

    “En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire” (G. ORWELL)

    Les citations concernant la vérité ne manquent pas.
    Si celle-ci finit par se vérifier ce sera bien :
    « Quand le mensonge prend l’ascenseur la vérité prend l’escalier, elle met plus de temps mais elle finit toujours par arriver »

    Mais la difficulté consiste à l’emporter sur les conséquences de la désinformation car :
    « La vérité étant ce qu’on croit, toute croyance établie constitue une vérité » (G. LEBON) …


  10. Iskander Zakhar Le 14 mars 2015 à 07h48
    Afficher/Masquer

    Même si la vérité éclate un jour, il restera toujours un doute dans certains esprits. Et puis, que s’est-il passé quand on a su qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive en Irak ? A-t-on traduit les responsables d’une “fausse guerre” en justice ? Les vrais coupables de cette monstrueuse affaire de Boeing abattu ne seront jamais punis, ou alors il ne s’agira que de lampistes. En parlant d’avion, le mystérieux crash de l’avion d’air Algérie est loin d’être clair, malgré la rapidité avec laquelle nous avons imputé le crime à la météo !


  11. Bordron Georges Le 14 mars 2015 à 07h53
    Afficher/Masquer

    On peut, avec un peu de réflexion, se demander qu’est-ce qui pouvait imposer à la commission d’enquête de se taire. Dans le contexte hystérique de l’époque, pouvons nous croire un instant que, s’il y avait eu la moindre preuve de la responsabilité des révoltés du Donbass, elle n’aurait pas été divulguée d’une manière ou d’une autre? A l’inverse, s’il y a eu silence absolu, nous pouvons en déduire dans quelle direction les indices assemblés ont dû conduire les membres de la commission d’enquête.


    • FL Le 14 mars 2015 à 09h20
      Afficher/Masquer

      Cet article nous indique-t-il que nous sommes en présence d’un complot destiné à cacher la réalité des faits et donc à cacher l’identité des responsables du dramatique accident?
      Qui dit complot, dit théorie du complot donc. En la circonstance concernant cet événement, il est étonnant qu’il n’y ait pas le concert habituelle des voix autorisées, les “sachants” qui savent, pour nous expliquer notre maladive attirance par la théorie du complot.
      Bizarre, le fait de les autorités indonésiennes ne soient pas dans le groupe d’enquête, bizarre que les autorités ukrainiennes aient un droit de véto sur la divulgation des résultats d’enquête.
      -Moi, j’ai dit bizarre, comme c’est bizarre …mon cher Kerry (John), comme c’est étrange…
      https://www.youtube.com/watch?v=Ku-ChVdBwDs


  12. Michel Ickx Le 14 mars 2015 à 08h50
    Afficher/Masquer

    Si le bloc BAO voulait donner l’occasion à ses opposants de développer toutes sortes de théories conspirationistes il n’aurait pas pu faire mieux. L’Australie étant championne de la désinformation et du Poutine bashing il n’est pas étonnant qu’elle participe à cette opération du silence sur l’enquête du vol MH17
    Mais c’est peut-être l’intention car devant tant de faits qui justifient les doutes envers la propagande “méchants-séparatiste-soutenus -par-le-criminel président Poutine-homosexuel-malade d’Aspenberger-et-fléau -situé-entre-le virus ébola-et-le Califat, nécésite cette confusion aditionnelle.
    Depuis que le slogan “théorie du complot”, véritable arme sémantique de destruction massive de tout raisonement de bon sens, est appliquée systématiquement au moindre doute concernant les turpitudes du pouvoir et du “secret d’état”, le bon public est gratifié de “complotiste” aussitôt qu’il ose douter d’une version officielle peu crédible.
    https://www.youtube.com/watch?v=CYtlfNlAjhk&list=PLHID5A81I9vCzR_8yxG0iivfNXTEss9IQ&feature=share&index=21
    Pour faire passer la version officielle Il suffit alors d’amalgamer toute les versions contraires, de la plus absurde, genre extraterrestres ou hologrammes, avec la plus sérieuse.
    Pour revenir à la version “c’est Poutine le coupable” on met en pratique la technique du bon Dr; Goebbels: plus le mensonge est gros, plus il a de chances de passer.
    Le secret de l’enquête, ajouté à la confusion des déclarations successives, permet de maintenir dans l’esprit d’un public désinformé par les “nouveaux chiens de garde”, la rumeur accusatrice initiale propagée immédiatement aprè l’événémént.
    Naturellement la presse propagandiste se gardera bien de publier certaines photos comme celles qui apparaissent au cours de l’interview de ce représentant de l’OSCE premier observateur sur les lieux.
    http://linkis.com/www.politis.fr/4SnyG
    Pendant ce temps les enquêteurs hollandais attendaient patiemment à Kiev en prétextant que le lieux était constament bombardés, ce qui était le cas, mais sans jamais préciser que c’était les troupes de kiev qui bombardaient et non les prorusses. pas étonnant que l’enquète soit maintenue secrète.


  13. GRANIER Le 14 mars 2015 à 11h07
    Afficher/Masquer

    http://www.thedailybeast.com/articles/2015/03/04/shards-of-truth-in-mh17-investigation.html
    Ce sont les néerlandais qui mènent l’enquête, pas les australiens qui y participent, de même que les russes.
    Toutes les preuves et tous les témoignages seront examinés :
    The main question remaining is: Which army launched the fatal rocket? “The most likely scenario is a Buk rocket, but we won’t exclude other scenarios,” said chief prosecutor Westerbeke. “It has been suggested that the plane may have been shot at from the air but we want to definitely exclude that possibility,” he said. “We are making good progress. We hope to find the culprits and I have good faith in that.”

    Autre passage important du texte :
    “The investigation includes Russian representatives, and the Dutch say they are hoping the final report, due out in October, will be based on consensus. But they said that even if there is a dissenting view about the conclusions, they will still be issued.”
    Même s’il y a des désaccords sur les conclusions, elles seront publiées.


    • Michel Ickx Le 14 mars 2015 à 11h32
      Afficher/Masquer

      Effectivement, les Austaliens ne mènent pas l’enquête, mais ils acceptent et confirme l’accord du secret sur l’enquête.


  14. Guillaume Le 14 mars 2015 à 13h06
    Afficher/Masquer

    Je pense qu’il faudrait prévenir Médiapart. Ils n’ont pas l’air d’avoir toutes les informations sur cette affaire.


  15. nourredine Le 14 mars 2015 à 13h24
    Afficher/Masquer

    Sachant que les usa n’ont plus l’or qu’ils declarent avoir et la Hollande qui est le pays majeur dans l’enquete du MH17, DONC J’en conclus que la Hollande a demandee le retour de son or des USA, ceci n’ont fait que d’aller voler celui de l’Ukraine et de rajouter la difference pour assouvir la Hollande et surtout qu’elle garde sa bouche bien fermee sur les resultats du massacre de cet avion.


  16. Pierre Le 14 mars 2015 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Cette affaire du MH 17 m’énerve au plus haut point. A l’heure où certains parlent de “valeurs humanistes”, d’un “monde nouveau”. Alors autant exiger sans relâche une DIPLOMATIE 2.0 non ! (c’est à la mode le 1.0 ou le 2.0 !!!) Rien, absolument rien ne justifie la “confidentialité” dans cette affaire pour préserver l’équilibre des relations internationales – ça c’est du “FOUTAGE de Gueule 4.0 x…!” Et tous les signataires de cet accord de confidentialité ne méritent qu’une chose s’ils osent aller jusqu’au bout dans cette démarche : la mise en accusation devant une Juridiction internationale et une condamnation sans appel exemplaire. Cette affaire est la manifestation la plus abjecte du cynisme de certains hommes politiques : faut-il rappeler que des personnes innocentes, hommes, femmes, enfants ont été abattus… Le ou les militaires au sol ou le pilote russe (s) ou ukrainien (s) peu importe qui ont déclenché le tir méritent des années de prison et les dirigeants politiques de tous bords impliqués dans la mise en oeuvre aussi. Le MH-17 mérite “mille fois” un “EURO -LEAKS” et que ce soit un officier ukrainien, russe ou de l’OTAN qui révèle la vérité sur cette “sale affaire”, il méritera de la part de l’opinion internationale, la plus haute distinction morale de “salubrité internationale”.


  17. GRANIER Le 14 mars 2015 à 15h24
    Afficher/Masquer

    C”est l’enquête dont le contenu doit être maintenu secret pendant son instruction, pas le résultat de cette enquête…
    “les membres du JIT s’étaient engagés réciproquement à s’abstenir de fournir des informations sur l’enquête à l’extérieur du groupe, sauf s’il y a consensus sur le fait que la divulgation de ces informations ne porte pas atteinte à l’enquête elle-même”
    Faut arrêter de fantasmer..


    • Georges Le 14 mars 2015 à 21h19
      Afficher/Masquer

      @Granier

      Je vous cite : “….faut arrêter de fantasmer”.

      Toutes les enquêtes, jusqu’à présent, ont été conclues rapidement dès qu’il y avait les boîtes noires disponibles.
      Et les enregistrement de la tour de contrôle ont été confisqués.

      La discussion porte sur le fait que cette non divulgation de résultats, dans le contexte actuel, est tout à fait anormale.

      Et connaissant certains éléments de la crise, il est évident qu’il est plus que sain de se poser la question du pourquoi, et ce faisant de se demander à qui cela peut bien profiter.

      Libre à vous de refuser de vous poser des questions et de faire une confiance béate à nos dirigeants occidentaux.


  18. Andrea Le 14 mars 2015 à 18h45
    Afficher/Masquer

    Tout le monde sait (amha) que le vol MH17 a été descendu par des chasseurs Ukrainiens, commandités par on ne sait qui, le Gvmt. de Kiev, une partie bien sur / une faction X agissant seule / un – des oligarches / des fous…et cela revient un peu au même car il est dur de distinguer! En plus, ceux-cis étaient peut-être commandités, ou aidés, encouragés, par des pouvoirs, acteurs, extérieurs.

    C’était clair dans les jours suivants, il suffisait d’examiner les photos des débris. Amha. Et je ne suis pas experte militaire. Chacun son avis bien sur…mais les réactions par la suite l’attestent..

    Le scénario des séparatistes du Donbass (lire, les pro-Russes, la Russie) utilisant un “BUK” a été actionné immédiatement. Personellement, j’ai senti que les pro-Kiev sautaient sur le truc, mais que en dehors de l’opportunisme médiatique généralisé, il y avait vraie confusion, des doutes.

    L’Occident (USA et les alliés Anglo, les Pays-Bas, la Belgique .. la Malaisie, détestée par les USA, dans une position difficile et trouble) sont donc sommés ou acculés à garder le secret et doivent tout faire pour noyer le poisson, faire disparaitre cette attaque meutrière et tragique de la conscience du public.

    Les investigateurs sont muselés, ils sont trop nombreux, ils ont vu, ils savent…Des manip, des mensonges extrèmes de la part des autorités présentent des dangers (> contestations..) donc il reste le secret auquel tout le monde se soumet, car c’est décidé par les Gvmts. et tous ceux qui sont impliqués doivent obéir, se plier, c’est est une obligation, rompre coute trop cher -> carrière, travail, réputation, famille, etc.


  19. culotte Le 14 mars 2015 à 18h46
    Afficher/Masquer

    ils n’en parlent pas à la télévision..est-ce normal ?


  20. Micmac Le 14 mars 2015 à 19h23
    Afficher/Masquer

    Je ne crois pas au BUK, avec le recul…

    C’est un gros missile anti aérien qui laisse derrière lui un panache de fumée visible à des dizaines de kilomètres. Et personne n’a rien vu…

    Par contre des tas de témoins ont vu un avion (voir deux, selon certains témoignages) suivre le Boeing….


  21. dissy Le 14 mars 2015 à 19h25
    Afficher/Masquer

    US Intel Stands Pat on MH-17 Shoot-down
    March 14, 2015

    Exclusive: Almost eight months after Malaysia Airlines Flight 17 was shot down over eastern Ukraine – creating a flashpoint in the standoff between nuclear-armed Russia and America – the U.S. intelligence community claims it has not updated its assessment since five days after the crash, reports Robert Parry.
    https://consortiumnews.com/2015/03/14/us-intel-stands-pat-on-mh-17-shoot-down/


    • Moses Le 16 mars 2015 à 09h08
      Afficher/Masquer

      Après le camp de concentration a Priština, les couveuses au Kuwait, les armes de Saddam, les attaques de Kadhafi aux manifestants pacifiques, l’attaque des Russes en Géorgie, …, vous pensez vraiment que c’est globalresearch qui manque de crédibilité? Vraiment? Vraiment?


  22. coinfinger Le 14 mars 2015 à 20h45
    Afficher/Masquer

    çà me semble entendu , sur le Mh17 , comme sur l’autre Mh ( je sais plus combien , en Indonésie ) c’est l’omerta . Pas de surprise . Maintenant dans l’opinion y en a toujours , la majorité qui sont à la traine , c’est pourquoi , je commente .


  23. grand-père Le 14 mars 2015 à 21h02
    Afficher/Masquer

    Je n’arrive pas à comprendre qu’on ne puisse même pas savoir si l’avion a été victime d’un autre avion ou d’un missile sol-air. Les dégâts ne doivent pas être les mêmes ?


  24. Archanonyme Le 14 mars 2015 à 21h52
    Afficher/Masquer

    La démocratie se meurt, l’ONU se meurt, le droit international se meurt. Mais ou allons nous ?


  25. JaySWD Le 14 mars 2015 à 23h55
    Afficher/Masquer

    Une merveille de contre-propagande pro-Russe,si on arrive à aller au delà de ce style pénible façon jeux vidéos,pour le reste,tout y est brillamment dit,mais qui aujourd’hui en France est prét à accepter cet état de fait?

    https://www.youtube.com/watch?v=if0eXbIprnw


  26. jean-marc Le 15 mars 2015 à 09h37
    Afficher/Masquer

    Pour une raison inconnue (en tout cas pour moi), je vois que tous mes commentaires se trouvent systématiquemnt “modérés” dans ce forum. Et pourtant ils sont toujours dans les sujets et n’ont rien d’offensif. Faut-il donc payer pour qu’ils ne soient pas “modérés” ?


  27. Yves Le 15 mars 2015 à 09h54
    Afficher/Masquer

    JE SUIS MH17


  28. Christophe Vieren Le 15 mars 2015 à 15h23
    Afficher/Masquer

    Pourquoi le journal Mediapart ne publie pas cette info, genre d’info qui généralement fait la une ?
    Je n’en ai trouvé trace que sur un des blogs, donc sans garantie (Segesta3756)


  29. Christophe Vieren Le 15 mars 2015 à 16h29
    Afficher/Masquer

    Je n’ai trouvé confirmation de tout cela sur aucun site “officiel” (= mainstream). Uniquement sur des sites indépendants “citoyens” (genre les moutons enragés, …)
    Quel crédit peut-on apporter à RTLNieuws.nl ? N’y a-t-il aucun autre organe de presse “mainstream” étrangers qui confirment tout cela ?
    C’est tout de même surprenant car cela démontrerait une conspiration pour quelque chose qui n’est pas si fondamental que cela, aujourd’hui en particulier. Le scoop en vaut la chandelle non ? Pour mediapart, c’est peut-être un peu risqué mais à l’étranger ? N’a-t-on pas un site australien (crédible) qui reprend cette confirmation de “l’Australie” ?


    • Christophe Vieren Le 18 mars 2015 à 12h25
      Afficher/Masquer

      Bon ben, j’en déduis que le complot est mondial et tous les grands medias du monde y participe. En effet personne n’est capable de me fournir une autre source de cette déclaration du gouvernement australien, alias “L’australie”, qui “confirmerait cet accord secret de confidentialité”
      A moins que, . . .


  30. Michel Loncin Le 16 mars 2015 à 09h24
    Afficher/Masquer

    “Et à qui exactement profitent ce droit de véto et cette absence totale de transparence ?”

    Comme dans le cas de l’assassinat de Nemtsov, brandissons le vieil adage policier : “Chercher à QUI le crime profite” … Et il profite assurément et prioritairement à l’un des QUATRE membres du “JIT” : l’UKRAINE !!!


  31. Moses Le 16 mars 2015 à 09h47
    Afficher/Masquer

    Les rebelles se sont aussi vantes d’avoir tiré sur le MH17, sauf que le fichier sonore etait trafiqué, comme les photos attestant la présence de l’armée russe au Donbass montrés au congrès des etats unis, que finalement étaient de la guerre de Géorgie…
    Moi j’attends les conclusions de l’enquête, mais je doute fort que l’enquête établira qui a tiré sur l’avion. Pourquoi pas les loyalistes ukrainiens, par erreur? Est-ce que les ukraniens ne se trompent jamais, ou ils ne savent même pas tirer avec les BUKs?
    En autre, si votre version est correcte, pourquoi les sanctions contre la Russie? Ce qui n’est pas établi c’est que la Russie a fourni des BUKs aux rebelles!


Charte de modérations des commentaires