Les Crises Les Crises
5.mars.20155.3.2015 // Les Crises

Les journalistes tués en Russie + comparaison mondiale des Homicides

Merci 64
J'envoie

Propagande classique à l’occasion de l’assassinat sordide de Boris Nemtsov :

Les meurtres de journalistes en Russie

On a donc eu 315 journalistes tués en Russie – ce qui est exact.

Ce chiffre de 1,3 journaliste tué par mois interpelle évidemment fortement.

Mais analysons le plus en détail :

On constate qu’une bonne partie concerne des accidents ou des morts où le journaliste n’était pas spécifiquement visé. Analysons la tendance :

On voit donc que la situation – pour très difficile qu’elle reste – est en nette amélioration depuis 10 ans (le gros pic correspond à la guerre en Tchétchénie).

“Étrange”, je n’ai jamais entendu dire que Eltsine faisait assassiner les journalistes qui le dérangeaient…

Poursuivons sur les seuls homicides :

On constate que dans une grande partie des homicides, le journaliste n’a pas été tué en tant que journaliste, mais en tant que passant, ou victime de personnes alcoolisées, etc.

Voici donc la donnée sur les meurtres où le journaliste a été victime de son métier (ou dans les cas où on ne sait pas) :

On observe que la situation (totalement non satisfaisante) est tout de même sensiblement différente de la narrative.

Rappelons également que la plupart de ces meurtres ont eu lieu dans le Caucase ou dans des régions périphériques, où les mafias restent puissantes, et n’apprécient nullement des articles de ces journalistes courageux.

Voici donc le bilan final :

On est donc à une quarantaine de meurtres de journalistes en 20 ans.

Espérons qu’on finira à arriver à 0 (sans que les journalistes ne deviennent des clones de Pujadas…).

Point sur les homicides

Voici quelques données sur les homicides :

Le taux d’homicide par grande zones :

L’utilisation des armes pour tuer :

Taux d’homicide régional :

Taux d’homicide régional en Europe :

Voici l’évolution en synthèse pour la Russie, comparée à d’autres (dont la population noire aux États-Unis) :

J’ai du coup fait un petit calcul :

  • on arrive de 1993 à 2013 à un taux d’homicides cumulé en Russie de près de 500 pour 100 000 habitants ;
  • la Russie a à peu près 145 millions d”habitants sur la période
  • il y a donc eu la bagatelle de 725 000 meurtres en Russie en 20 ans (sic !)
  • dont 315 journalistes, soit 0,045 % ;
  • or 0,045 % de 100 millions de russes actifs, cela fait 45 000 personnes
  • je n’ai pas trouvé le nombre de journalistes en Russie, mais il ya environ 40 000 cartes de presse en France, j’imagine qu’il y en a au moins autant en Russie.

En conclusion, cela signifie donc que, globalement, la mortalité générale des journalistes en Russie ne semble finalement pas très différente de la moyenne – en première approche…

Ce qui n’enlève rien au fait que la quarantaine de journalistes ciblés en raison de leur métier est inacceptable – mais personne ne se demande combien de comptables, de gérants de PME, de contrôleurs des impôts russes, etc. ont été tués durant la période en raison de leur métier…

Ce phénomène est surtout un symptôme du drame traversé par la société russe dans les années 1990-début des années 2000 – et que les Russes ne veulent évidement pas revivre…

Mais évidemment, cela ce nacre pas avec la narrative officielle, peu de chance que vous lisiez ceci dans votre journal… (quant au JT…)

Edit : j’ai fait le calcul :

P.S. : on note la très forte baisse des homicides en Europe (attribuée en bonne partie aux progrès des soins aux victimes et des enquêtes) et donc en France, qui a un des taux les plus bas au monde.



Commentaire recommandé

Eg.O.bsolète // 05.03.2015 à 09h01

A l’arrivée de Poutine au pouvoir le ratio de dette par rapport au PNB était de 100% et il redescendu à 10% en 2006. Comment ne pas avoir du respect pour cette gestion en bon père de famille qui permet à tout un peuple de reprendre son destin en main ?

En Occident on a ni ressource ni idées mais on a une grande gueule et on est menaçant.

66 réactions et commentaires

  • Nerouiev // 05.03.2015 à 07h57

    C’est très courageux OB et en même temps très instructif d’étayer cette question récurrente dans la presse Occidentale. L’alcoolisme (son expansion) et les dépressions ont été en même temps un problème lors du changement de régime. L’exemple des oligarques hyper riches et arrogants face à des hommes tout à coup obligés de s’assumer en a tourné énormément vers la dérive et le crime dont beaucoup ont fait les frais, journalistes compris ; d’autant que pendant la période Eltsine la corruption était à son comble et la police tout particulièrement. Avant de progresser il faut d’abord enrayer la dérive et c’est ce que l’on constate.

      +25

    Alerter
    • reneegate // 06.03.2015 à 07h04

      Et sous Etsine il n’y avait pas que l’alcool mais aussi l’héroine (afghanistan) et tous les dérivés jusqu’à la drogue dite “crocodile”. La CIA qui a un sacré pédigré en la matière en Amérique du Sud, avec la mafia Russe c’est un cocktail pour homme solide. Vodka est à prendre comme générique.

        +2

      Alerter
  • Paul Auster // 05.03.2015 à 08h12

    Si le nombre des homicides baissent en Europe, celui des suicides augmente ! En France, près d’1 décès sur 50 est le fait d’un suicide ! Le nombre annuel de suicide dépasse les 10 000 et le nombre de tentative atteint les 160 000 (cf. par exemple : http://www.docbuzz.fr/2013/09/25/123-la-crise-ses-subprimes-a-tue-augmentation-de-12-des-suicides-chez-les-jeunes-hommes-europeens-de-15-24-ans/ ; http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/11/11/kill-the-bill-crise-de-la-dette-et-hausse-des-suicides-en-europe/ ou encore http://www.infosuicide.eu/pointdevue/statistique/index.htm) ! A part çà tout va bien dans ce beau monde si enviable où règnent la finance et ses pratqiues les plus abjectes, la corruption et ses impacts destructeurs sur la confiance, … et du mensonge institutionnalisé en mode de gouvernement et d’information ! Et on ose encore parler haut et fort, les yeux dans les yeux, de République, et mieux encore, de ses valeurs si universelles et de ses principes inaliénables … Le salon de l’agriculture est terminé ! Il va falloir rapidement traiter les Français autrement que comme des veaux que l’on mène au concours bovin avant de les emmener à l’abattoir !

      +34

    Alerter
    • Yann // 05.03.2015 à 08h43

      C’est quand même moyen de faire dire à des chiffres des choses qu’ils ne disent pas, surtout sur ce fil en particulier… Quand je clique sur votre dernier lien, je vois que le nombre de suicides passe de 10957 en 2000 à 10524 en 2011, ce qui n’est pas vraiment une augmentation (surtout si on passait ça en nombre de suicides par habitant, avec l’augmentation de la population la baisse serait encore plus sensible). Effectivement on était à 10266 en 2007, mais déjà de nouveau à 10522 en 2008, alors que la crise économique n’avait pas vraiment commencé. On n’observe pas non plus d’augmentation des suicides chez les jeunes, contrairement à ce qui se passe apparemment dans le reste de l’Europe.

      Il y a par contre une classe d’âge (55/64 ans) chez qui il y a une augmentation importante, de 1227 en 2000 à 1845 en 2011. Là il y a sûrement de vraies questions à se poser.

        +15

      Alerter
  • Carabistouille // 05.03.2015 à 08h21

    C’est ça le journalisme dans l’empire du chaos, sous les mots, la merde.

      +10

    Alerter
  • lanQou // 05.03.2015 à 08h51

    Excellent article.
    Juste une question sémantique: quel apport de l’anglicisme “narrative” par rapport aux substantifs français “narration” ou “récit” ?

      +9

    Alerter
    • Alae // 05.03.2015 à 11h40

      A lanQou, “quel apport de l’anglicisme “narrative” par rapport aux substantifs français “narration” ou “récit” ?

      Question intéressante. Les trois mots ne recouvrent pas les mêmes concepts. Une narration (le mot existe en anglais aussi, avec un sens similaire au mot français) est juste un récit, la façon de le raconter.
      Une narrative est un récit spécialement remanié pour véhiculer un message politique, voire un message politique transmis par un récit de pure fiction. Exemple : “Poutine est méchant”, une accusation sans aucune preuve uniquement lancée pour justifier une politique agressive envers la Russie.
      Je ne crois pas que les mots “narration” ou “récit” puissent convenir. Pire, je n’ai pas l’impression qu’il y ait de traduction satisfaisante au mot “narrative” en français (à part “récit de propagande mensongère”, un peu long et peu précis, puisque ceux qui propagent ces “narratives” peuvent être tout à fait inconscients de leur caractère mensonger). Ce qui semble bien nous condamner à un anglicisme.

        +8

      Alerter
      • Deres // 05.03.2015 à 12h08

        C’esla mode du “story-telling” actuel. Cela consiste à reprendre les événements passés et à les montrer sous la forme d’un histoire ayant une cohérence et une progression logique vers un fin prévisible. Par exemple, après une élection victorieuse, on va raconter l’histoire sous une forme mettant en valeur les qualités et les bonnes décisions du vainqueur et menant logiquement à sa victoire inéluctable. On passera donc évidemment sur les défaites, les erreurs et les coups de blues ..

          +5

        Alerter
      • David D // 05.03.2015 à 17h09

        Le mot “narrative” est du jargon que la moyenne des gens ne comprend pas ! D’ailleurs, moi quand je lis “narrative”, “gouvernance”, “transitivité du dire”, je ne comprends pas spontanément ce que je lis, le jargon est une apparence de rigueur, il donne l’illusion d’employer un mot qui consacre une science, mais ça ne vaut rien et c’est extrêmement néfaste ! Le jargon entre dans les écoles avec au collège “mélioratif” au lieu de “laudatif”, au lieu de “valorisant”, histoire d’avoir le symétrique de “péjoratif” ! Le mot “mélioratif” n’est pas un mot de français correct avec une histoire derrière lui !
        On enseigne encore “cadre spatio-temporel” /spatio-temporel c’est un mot qui a un sens précis en sciences physiques avec la théorie de la relativité, il n’est pas normal de l’employer pour définir le temps, le moment sinon, et le lieu du récit, il faut continuer à dire où et quand ça se passe, le temps et le lieu, et non parler de cadre spatio-temporel du récit, mais ce jargon est imposé à l’école, avec schéma narratif, schéma actanciel, actants, élément perturbateur /sic/, élément de résolution /sic/ ! La “transitivité du dire”, c’est du charabia pour dire qu’un texte ou une parole parle du monde réel, au lieu de s’enfermer dans sa bulle !
        On se sert du suffixe féminin pour passer de “déterminations” à “déterminités”, mais si vous comprenez instinctivement ce que ça veut dire, vous être très forts ! Et le pire, c’est que ces suffixations nouvelles s’accumulent rapidement dans un texte! Les mots abstraits aux contours imprécis prolifèrent de même !
        Moi, “gouvernance” et “narrative”, ça rend ce que je lis complètement flou ! Je pense qu’il y a une mode avec le mot “narrative”, mais j’espère que ça va passer !

          +4

        Alerter
        • bluetonga // 05.03.2015 à 19h29

          D’un autre côté, c’est vraiment un drame si la langue française incorpore un mot anglais de temps en temps? Vous voulez aussi remplacer flirt, jogging, baskets, jeans, football, dribbler, caddie, building, charter, et tutti quanti (tiens, et les ritals, ils s’y mettent aussi)?

          Le terme narrative est utilisé dans le contexte du journalisme anglo-saxon comme une méthode de communication qui répond à un scénario et surtout un message stéréotypé. La narrative correspond à une stratégie et poursuit un objectif. C’est une méthode d’action, avec un but précis. Elle est l’apanage d’une presse sous influence. Sous cette forme insidieuse, propagandiste, c’est un phénomène relativement récent qui mérite bien un terme propre.

          Les langues sont vivantes. Elles évoluent. De nouveaux mots, c’est comme de nouveaux gènes. Ça enrichit le pool (oups) plutôt que ça ne l’appauvrit.

            +4

          Alerter
          • David D // 06.03.2015 à 02h20

            Non, il faut intégrer de nouveaux mots, mais il faut faire attention à l’introduction de mots abstraits aux contours flous et imprécis, ce qui est le cas du mot “narrative” sur lequel Olivier Berruyer a répondu par un “je dirais”, je salue ce qu’il fait, mais je ne vais pas souscrire à ce jargon qui m’a moi-même contaminé au départ ! Il pollue le travail et la pensée de pratiquement tous les gens qui écrivent depuis quarante ans au moins ! Si on écrit, c’est pour être compris, si on veut informer, on dit clairement les choses ! En plus, c’est laid : la narrative !

              +1

            Alerter
          • lanQou // 08.03.2015 à 15h50

            Non, ça n’est pas vraiment un drame, tant qu’on sait de quoi on parle, ce qui est le cas pour le jogging ou les baskets, la pizza et les loukoums, peu sujets à tergiversation sur l’objet qu’ils dénomment.
            En revanche, quand le mot est importé “par le haut” (les médias) et qu’il désigne un concept un peu plus complexe que “football”, je pense qu’il est sain de s’interroger, a minima.
            Merci donc de ne pas tenter de faire passer cette remarque pour ce qu’elle n’est pas ce qui relève soit d’une certaine ingénuité, soit d’un certain trollisme.
            Le problème c’est que “narrative” ne me semble en rien “nouveau” dans les concepts que vous évoquez: “La narrative correspond à une stratégie et poursuit un objectif” quelle différence avec “propagande” qui est presqu’aussi vieux que la presse.
            Les emprunts du dominé au dominant sont des processus bien connus pour s’approprier la valeur intrinsèque supposée du dominant à peu de frais. Voici pourquoi vous avez tant de locution anglo-américaine dans votre langue vivante et que vous avez si peu de mots brésiliens, russes, chinois ou iraniens… Le “softpower” (voyez, j’aime aussi les anglicismes) n’est pas un gadget pour yuppies… c’est une arme d’acculturation largement théorisée et mise en pratique.

              +1

            Alerter
      • lanQou // 05.03.2015 à 18h14

        Merci pour vos divers éclaircissements et appréciations à la lumière desquelles il semble bien que “narrative” ne soit qu’un cache sexe de ce qui s’appelle précisément propagande.

        Certes cette propagande peut être propagée de bonne foi par certains médias, mais cela seulement parce qu’il n’en sont pas les auteurs (et sont donc abusés au même titre que ceux qu’ils abusent): la propagande étant généralement élaborée dans les agences de presse ou de communication, les cellules de communication gouvernementales ou institutionnelles, les groupes de réflexion idéologiques (“think tank”) ou encore le huis clos des salles de rédaction.

        Il n’en reste pas moins que ces substituts de langages, en anglais (“propaganda” ) comme en français, ont surtout pour but je crois d’éviter le terme propagande auquel est agrégé tout un corpus culturel extrêmement négatif (et pour cause!).
        Il me semble donc que “narrative” est lui-même un élément de langage, de propagande, visant à masquer la propagande sous une acceptation technique tout en dédouanant ceux qui en usent de l’intention manipulatoire, en d’autres mots: à ripoliner la propagande à pépé pour en faire un récit possiblement erroné (par insuffisance, naïveté, complaisance) mais pas malintentionné.

        C’est je crois faire une (trop) belle fleur aux médias en leur prêtant cette naïveté (ce qui peut être vrai pour certains journalistes, voire beaucoup) qui ne dénonce pas la manipulation volontaire à l’origine de ces récits de prêt-à-penser.
        Vous noterez d’ailleurs que de leur côté, nos médias n’hésitent pas une seconde à parler de propagande russe, et non pas de “narrative”, réservant ce terme à la propagande occidentale.

          +4

        Alerter
    • Corbito // 05.03.2015 à 12h02

      Certes. Je souscris tout de même à la remarque de lanQou en faveur de l’usage du français. Les mots ne manquent pas : “récit”, “roman”, “rideau de fumée”, “enfumage”, “propagande”, “illusion”, “histoire”, “légende (urbaine ou noire)”, “mythe”, “geste”…

      N’ajoutons pas à la misère du monde en nommant mal les choses.

      Superbe billet en tous cas, bravo !

        +16

      Alerter
      • David D // 05.03.2015 à 18h35

        La traduction de Vincent reste dans le jargon, mais gagne en clarté “ligne narrative officielle”! La notion de “narrative” veut reprendre l’idée de récit ou fiction, mais en y ajoutant l’idée d’interprétation qu’on impose aux gens!
        Traditionnellement, on parle plutôt de thèse officielle, version des faits, interprétation officielle, vérité consensuelle, etc ! Récit orienté, récit subjectivant, on repart dans le jargon ! Ce n’est pas vrai qu’il est difficile de traduire “narrative”, c’est juste que l’habitude est telle de recourir au jargon qu’on a besoin d’un petit temps de réadaptation, mais il suffit de rédiger en écartant d’emblée le jargon et très vite on va se rendre compte qu’on arrive encore à s’exprimer clairement en français !
        Là, on veut une traduction littérale en un seul mot dans une phrase qui a été immédiatement pensée avec ce fameux mot de “narrative”, alors on croit que c’est galère de s’exprimer en français, mais pas du tout !

          +4

        Alerter
    • Vincent // 05.03.2015 à 14h23

      Le mot “narrative” est toujours un adjectif féminin en Français.
      Vous pourriez écrire “la ligne narrative officielle” à la place de “la narrative officielle”.

      Sinon, le mot français pour “narrative” est bien “narration”, en sachant que celle-ci peut très bien être vraie comme erronée, fantasmatique ou réaliste, être diffusée de bonne foi comme de mauvaise foi.

        +7

      Alerter
  • Eg.O.bsolète // 05.03.2015 à 09h01

    A l’arrivée de Poutine au pouvoir le ratio de dette par rapport au PNB était de 100% et il redescendu à 10% en 2006. Comment ne pas avoir du respect pour cette gestion en bon père de famille qui permet à tout un peuple de reprendre son destin en main ?

    En Occident on a ni ressource ni idées mais on a une grande gueule et on est menaçant.

      +50

    Alerter
  • arthur78 // 05.03.2015 à 09h03

    On trouve le detail du rapport RSF ici

    http://index.rsf.org/#!/index-details

    je trouve bien qu’ils prennent maintenant en compte les : nets citoyens

    je trouve dommage que l’on n’ait pas accès aux données brutes. je m’explique dans leur sondage ils utilisent 7 critères :

    1 pluralisme
    2 independance media
    3 env.autocensure
    4 cadre legal
    5 transparence
    6 infrastructures
    7 exactions

    Ces données n’apparaissent pas dans le tableau téléchargeable.

      +3

    Alerter
  • Astrolabe // 05.03.2015 à 09h15

    Très bonne analyse d’OB. J’ajouterai, pour avoir vécu 14 ans dans cette région au cours de la période concernée (1990 – 2010) que la criminalité dans tous les domaines a été incroyablement élevée.
    Parmi les dizaines de journalistes que j’ai rencontrés (écrit, télé, radio), 80% au moins n’étaient absolument pas des professionnels, n’avaient aucune formation, faisaient quelques piges et cherchaient surtout (par tous les moyens) à se caser dans des journaux connus. Et les rédactions ou même les pros étaient très heureux de trouver des “naïfs” pour aller faire les poubelles de tel ou tel mafieux en prenant tous les risques sur eux (petites filatures, photos “volées”, etc). Malheureusement, tout au long des années 90, il y a eu beaucoup d’affaires qui se sont mal terminées.

      +25

    Alerter
  • Marianne // 05.03.2015 à 09h21

    A propos de “narrative” : en fait la traduction serait plutôt la “fiction”. Mais on voit bien, me semble-t-il ce qui manque dans ce dernier terme pour parler de ces constructions délibérément bancales se prétendant être une vision totale de la réalité, à des fins idéologiques et manipulatoires. Euhhh… toute correction est bienvenue :))

      +6

    Alerter
    • cepamoi // 05.03.2015 à 10h37

      Le mot propagande résume bien …

        +6

      Alerter
  • V_Parlier // 05.03.2015 à 09h37

    Olivier, une analyse parfaite et claire!
    Juste ma remarque personnelle à propos de la baisse du taux d’homicide en général (France incluse): Ca peut aussi s’expliquer par les soins et les services de premiers secours devenus plus performants (les victimes peuvent être grièvement blessées mais survivent, donc ce n’est pas classé comme homicide). En effet j’ai du mal à imaginer qu’on vive de nos jours une telle période d’apaisement.

      +7

    Alerter
  • step // 05.03.2015 à 10h20

    autant l’analyse est bonne autant :

    “On voit donc que la situation – pour très difficile qu’elle reste – est en nette amélioration depuis 10 ans.”

    Me parait un peu facile surtout avec l’arrondi 10 ans = poutine qui vient après.

    Or il y a une forte mortalité au début du mandat de poutine. et la courbe grise “moyennante” n’en tiens pas compte. Même si ces morts semblent être “non liées” au métier, quel est la raison de cette très forte mortalité dans les premières années de poutine… parce que je vois d’ici les esprits chagrins qui vont expliquer que une fois “place nette faite”, on peut se permettre de moins tuer.

      +8

    Alerter
    • Jean Sérien // 05.03.2015 à 11h01

      @step: les premières années de Poutine correspondent, si mes souvenirs sont bons à la guerre en Tchétchénie. Ceci explique peut-être cela…

        +8

      Alerter
      • Grégoire // 05.03.2015 à 13h02

        Il me semble que les deux guerres en Tchetchenie 94/ 99 ont commencé sous Boris Eltsine….

          +5

        Alerter
    • step // 05.03.2015 à 13h09

      @ jean : non. Trop tard pour la première trop tôt pour la seconde, mais surtout ce ne serait pas des décès non liés au métier.

      @ullule: certes mais je ne vois pas bien la causalité entre le payement des impôts par les gouvernements régionaux et une vague de décès de journalistes. Il manque un explication du climat social de ces années de restructuration pour examiner les responsabilités de cette extinction (mafia, flambée générale de la criminalité, reprise en main par le pouvoir central ?). Il manque un graphique de la criminalité en général (hors journalisme) si l’on veut constater (ou non des spécificités) ou constater que cette vague de décès est non spécifique et propre à la chienlit générale post eltsinienne.

      @olivier: Dois-je me sentir visé (et vexé) ? Peut importe que l’on donne à penser à des ânes, un travail en déconstruction d’une narrative doit être (beaucoup) plus solide que celui qui à construit la narrative, il faut donc enfoncer les portes, même celle qui nous plaisent pas. Sur ce sujet, celle qui indique assez clairement que le pic de morts de journalistes par assassinat, est au début de l’ère poutine le mérite même si c’est pour faire remarquer que ce pic n’est le ratio d’une hausse de la criminalité générale appliquée à la population journalistique.

        +4

      Alerter
      • arthur78 // 05.03.2015 à 14h32

        si je puis me permettre de lancer un petit loup @step, j’ai remonté la source,
        TF1 la donne

        1 TF1
        2 journalists-in-russia
        3 (cf colonne de droite) entre 2000 et 2004
        4 lien inexistant
        5 lien inexistant

        1) http://lci.tf1.fr/monde/europe/315-journalistes-tues-en-russie-en-20-ans-un-site-internet-donne-8572358.html

        2) http://www.journalists-in-russia.org/

        3) http://www.gdf.ru/digest

        4) http://www.cjes.ru/bulletins/?lang=eng (lien inexistant)

        5) http://www.ifj.org/assets/docs/104/092/b4ec068-fe7585c.pdf (lien inexistant)

        je vais donc sur reporters sur frontieres pour trouver des infos :
        index.rsf.org et pas de bol ca s’arrete a 2002

        Donc je dis pas qu’il y a pas de morts en Russie, mais je constate que les sources sont un peu incompletes et que donc ton raisonnement ne tiens pas tant qu’on les as pas.

        Ensuite, même s’il y a une augmentation pourquoi serait elle imputable a Poutine ?
        cette année il y a une augmentation de 900% des meurtres de journalistes en France, il n’est venu à personne l’idée que c’était Hollande le responsable .

          +7

        Alerter
        • arthur78 // 05.03.2015 à 14h39

          autre raisonnement par l’absurde, la Lituanie a acquis son indépendance en 1991, on a assisté a une montée en fleche des taux de suicide dans les années qui ont suivi, doit on en déduire qu’elles sont dus au gouvernement démocratique en place à bruxelles ???

          http://en.wikipedia.org/wiki/Suicide_in_Lithuania

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Lituanie#La_Seconde_R.C3.A9publique_.28depuis_1990.29

            +5

          Alerter
          • arthur78 // 05.03.2015 à 14h41

            raisonnement par l’absurde bis repetita, le taux de suicide baisse en russie a partir de l’arrivée de Poutine

            http://www.who.int/mental_health/media/russ.pdf

            doit on en conclure que c’est parce que les gens n’avaient même plus la force de le faire ?

              +9

            Alerter
        • step // 06.03.2015 à 14h41

          j’ai bien compris l’argument, et les exemples, je ne suis pas là pour dire qu’il y avait un lien avec poutine, mais que cette période temporelle de 2000 à 2003 mérite d’être creusée pour l’expliquer.

          quand au lien entre les morts de charlie et la politique de hollande (en particulier au proche orient), on peut sans se forcer faire quelques liens…

            +0

          Alerter
          • arthur78 // 06.03.2015 à 17h40

            ce n’est pas ce que dit la version système

            France Inter ‏@franceinter 13 janv.
            @FHeisbourg : Les terroristes nous ont attaqué pour ceux que nous sommes, et pas pour ce que la France fait dans le monde

              +0

            Alerter
    • Francisco // 05.03.2015 à 14h23

      Bonjour
      OUI, mais vous n’y êtes pas (vous vous obligez à faire le grand écart). Soit vous cherchez l’égocentrisme humain (et alors il vous faut plonger dans la science de la neuro-physiologie actuelle du cerveau humain), soit vous défendez des valeurs sociales (bonnes ou mauvaises importe peu)!
      Donner des infos n’est pas l’objet de ce que vous êtes vraiment (à tort ou à raison, chacun doit faire avec).
      Comme disait Oscar Wilde “soyez vous-même, car les autres sont déjà pris” … car c’est cela qui vous rend “aimable”!
      Christian

        +4

      Alerter
      • arthur78 // 05.03.2015 à 21h04

        je ne connaissais pas cette citation @francisco…excellent !

          +0

        Alerter
  • Bertrand // 05.03.2015 à 11h27

    Merci pour cette excellente mise au point.
    Justement, le journaliste Graham Phillips vient de subir 4 heures d’interrogatoire serré à l’aéroport de Londres : http://gaideclin.blogspot.fr/2015/03/nouvelles-du-monde-libre-le-journaliste.html

      +12

    Alerter
    • Alae // 05.03.2015 à 11h55

      “le journaliste Graham Phillips vient de subir 4 heures d’interrogatoire serré à l’aéroport de Londres”

      Il s’y attendait, et blague déjà au sujet des officiels” très polis, souriants” qui l’ont interrogé pendant quatre heures de rang. Graham Phillips est capable de sourire sous des tirs de mortier, alors ce ne sont pas quelques clowns déguisés en forces de l’ordre qui peuvent lui faire peur (Oui, je suis ouvertement admirative. Ce gars relève l’honneur de son pays, la Grande-Bretagne, à lui tout seul !) 🙂

        +18

      Alerter
      • Lithan // 05.03.2015 à 12h48

        Par contre, je suis ouvertement choqué par le traitement qui lui a été réservé à son arrivée à Londres par la police britannique… 4hrs d’interrogatoire ?? Mais pourquoi au juste ? Il est allé dans le Dombass pour informer les citoyens sur ce qu’il se passe là-bas ! C’est son métier qui vaut ça, non ? Informer. Grand naïf que je suis, je ne comprend pas pourquoi cet accueil musclé… Les Britanniques, grand défenseur de la liberté d’expression partout dans le monde, n’essaieraient quand même pas d’envoyer un message caché aux journalistes qui auraient le tord de ne pas être ‘du bon côté de l’Histoire’ quand même !!

        Sans déconner, mais pour qui roule notre nos institutions ? Comment se fait-il que des types qui reviennent de Syrie après avoir fait le djihad et s’être distingué dans une barbarie sans commune mesure soient mieux traités lors de leur retour sur le sol national ??
        On n’essaierait quand même pas de nous faire croire qu’un journaliste qui filme les séparatistes pro-russe de l’est ukrainien est plus dangereux qu’un islamiste ?

        Sinon, peut-être un bel exemple de propagande à venir, dans nos salles de cinéma.
        Le nouveau film de Jérôme Enrico, intitulé “Cerise”, parle d’une jeune fille envoyé en pension chez son père en Ukraine, en pleine révolution du Maïdan. L’héroïne du film va se ‘découvrir’ au cours de ces tragiques événements…

        https://www.youtube.com/watch?v=-SZqxt3vqHI

        Sortie en salles le 1er Avril. A suivre….

          +13

        Alerter
        • step // 05.03.2015 à 13h14

          “qu’un journaliste qui filme les séparatistes pro-russe de l’est ukrainien est plus dangereux qu’un islamiste”. Bien sûr que si, le premier on peut éventuellement s’en servir (comme les officines US se sont servir de ben laden contre les russes) puis l’abattre comme un chien quand il devient nuisible, et souder le bon peuple derrière cette perspective.

          Le deuxième risque de désolidariser le bon peuple des intérêts de ses dirigeants par la rupture de narrative qu’il induit. Il est directement nuisible, et pire, on a pas de motif très vendable pour l’abattre.

            +16

          Alerter
          • ulule // 05.03.2015 à 17h51

            IL est considéré comme un “Putin apologist” ou un “stooge of Moscow”…

              +0

            Alerter
    • ulule // 05.03.2015 à 14h27

      Eléments d’explication:

      ‘Because I work for RT’: Graham Phillips deported from Ukraine
      Published time: July 25, 2014http://rt.com/news/175676-ukraine-deport-rt-contributor/

      ‘Why I’m Not Banned from Ukraine – 7 Reasons’, grahamwphillips August 13, 2014
      I took expert advice on my ‘ban’ from Ukraine, in London. Here’s the 7 reasons I don’t consider myself banned.
      https://gwplondon.wordpress.com/2014/08/13/why-im-not-banned-from-ukraine-7-reasons/

      Réponse de Graham Phillips au Foreign Office:
      ‘UK’s FCO Act on my Complaint against Ukraine’, grahamwphillips, August 15, 2014
      https://gwplondon.wordpress.com/2014/08/15/uks-fco-act-on-my-complaint-against-ukraine/

        +5

      Alerter
    • anne jordan // 05.03.2015 à 22h32

      Bertrand , pourriez vous m’éclairer sur le rôle de Goncharenko ?
      vu sur le bas de page de cet article :
      http://reseauinternational.net/le-meurtre-de-nemtsov-a-t-il-ete-vain-le-maidan-russe-tourne-a-la-manifestation-patriotique/
      de même si vous avez des infos précises sur la grande marche patriotique de Dimanche , merci !

        +0

      Alerter
  • Olposoch // 05.03.2015 à 11h47

    Nemstov à été assassiné dans la rue, en sortant du restaurant, se promenant à pied sans protection, par des hommes en voiture qui le cherchaient et l’ont trouvé… en quoi ce sénario neccessite-t-il une organisation millimétrée qui ne peut avoir été réalisé que par des agences hautement entraînées, et donc le FSB (parce que sinon il y a complot)? Une voiture volée et 4 bastos dans le dos, c’est malheureusement d’une banalité confondante, et il doit bien y avoir quelques marseillais flattés de quitter leur condition de petite frappe de la mafia pour se voir considéré au niveau d’agent spécial de sa majesté…

    Sinon le McCain du jour.
    Euh.. le Guetta du jour pardon:

    Le fonctionnaire de la radio d’état pousse encore les limites, n’ayant, lui, par définition, aucune opposition à affronter…

    Donc Beguetta ce matin dresse aux cerveaux disponibles (Quelques minutes après, Cohen et une membre quelconque du gvt parlaient d’adapter aux nouveaux moyens de “consommer” l’information, les jeunes déserteraient-ils France Inter? malgré Nagui?) un portrait Halluciné de Boris Nemstov, ou l’on comprend quand même quelle perte cela doit être pour le peuple russe…

    “et ce n’est pas de n’importe quel opposant dont le Kremlin est maintenant débarrassé”…

    D’abord Boris Nemstov est “l’artisan de la privatisation (…) de ce partage des richesses nationales entre hommes de l’ancien appareil communiste et nouveaux chevaliers d’industrie” (on avait un mot pour cela, “oligarques”, mais Beguetta est créatif) “qui fut le plus grand hold-up de l’histoire…” (de l’histoire d’avant 2008 peut-être, même pas sûr, l’histoire c’est chiant, la colonisation, les guerres tout ça…)…

    “tout comme il y avait eu de rares (sic) communistes soviétiques qui croyaient au communisme, il y avait également eu d’authentiques libéraux dans l’entourage de Boris Eltsine ” (euh donc des minoritaires idéologiquement naïfs???)

    “sincèrement convaincus que la liberté du marché, et la liberté tout court n’allaient pas l’une sans l’autre” (merci de nous préciser l’origine de cette vérité incontournable des lois de la nature)

    “Nemstov était l’un d’entre eux, mais lorsque l’ère Poutine” (l’ère Hollande anyone?) “est venu démentir ses certitudes” (si on pouvait sortir des croyances et des certitudes, perso, la réalité est autrement concrète…), “il était passé à l’opposition avec tout autant de volontarisme” (bah tiens, abandonner la politique pour faire ses preuves dans la vraie vie, ça motive) “il pourfendait la corruption” (des autres) “il dénonçait l’annexion de la Crimée et l’ingérence des troupes russes en Ukraine orientale” (si avec ça chaque jour les auditeurs disponibles n’ont pas imprimé les bons logos…)

    “il était tout entier opposant à Vladimir Poutine” (son parti nommé “Union des forces de droite” fera 0,97% aux législatives de 2007, en 8èmé position derrière le “parti agrarien de Russie”, les opposants principaux étant les communistes avec 11,7%… mais bon)

    “avec lui l’opposition disposait de sa seule figure d’envergure nationale” (avec 0,97% donc…)

    “cela aurait suffit à en faire un homme dangereux” (rappel: pas candidat aux élections en 2012)

    “Il était le seul opposant à pouvoir être pris au sérieux par les grandes fortunes russes” (les oligarques, pardon les chevaliers d’industrie) “par cet argent qui s’inquiète toujours plus de l’aventure ukrainienne” (relire, c’est l’argent qui s’inquiète, les peuples, les gens tout ça… who cares…)

    “les pirates des années 90 sont devenus des grands noms de la banque et de l’industrie, il n’aspiraient plus maintenant qu’à être reconnus et intégrés par leurs pairs occidentaux” (où l’on nous confirme que nous, les occidentaux, vivons un même système mafieux au mains d’oligarques)

    “et certainement pas à voir la Russie se refermer sur elle-même ou pire encore, voguer vers la Chine (Si les BRICS et pire encore se referment sur eux, ne courrons-nous pas le risque, nous les 1/7 de la population mondiale, d’être refermés dehors?)

    “il y a aujourd’hui une rupture entre Poutine et l’argent russe, qui se sent trahi par ce président” (l’argent est vivant, se sent trahi, n’aime pas Poutine, le peuple russe, lui, le soutient, alors que Poutine n’a jamais prétendu que son adversaire-c’est-la-finance…)

    “Boris Nemstov, libéral grand teint et héros des classes moyennes” (et pouf-pouf, apparaissent les classes moyennes à la rescousse des oligarques, du classique) “aurait pu, un jour devenir la carte politique (des grandes fortunes)…” (un jour…)

    “ce n’est plus les services de sécurité et l’argent mais les services de sécurité et l’église” (RIP la grammaire française) “qui œuvrent ensemble à restaurer la grande Russie (les russes ayant toujours désiré une petite Russie faible et soumise, quitte à s’allier avec ces religieux de pas notre religion à nous) en la refondant sur l’absolutisme et le traditionalisme” (l’argent, lui, est moderne et démocratique).
    Bouquet final:
    “S’il prenait vraiment l’envie aux grandes fortunes de s’allier aux classes moyennes pour contrer Vladimir Poutine, le sort de Boris Nemstov est venu leur dire ce qui les attendrait alors”

    Donc Beguetta commence son sermon avec l’affirmation qu’on ne connaitrait jamais les donneurs d’ordre, et 3 mn plus tard, il a trouvé le coupable…
    Et généralement, les chroniques sont toujours construites de la même façon (enfin celles que j’écoute, je ne suis pas assidu).
    D’abord je commence par donner les arguments qui pourraient être susceptibles de ne pas coller avec ma vision des choses (en langage clair, les faits, la réalité), ensuite je brode autour et je passe la dernière minute à affirmer ce que je crois être la réalité, qui ressemble très fort aux éléments de langage choisis par “l’occident”.

    lien plus bas…

      +22

    Alerter
    • Rémi Laffitte // 05.03.2015 à 15h42

      Jusqu’à il y a deux ans j’écoutais France Culture tous les matins. Et tous les matins je m’énervais. Je suis alors passé à France Inter. Deux jours après j’ai arrêté. Je n’écoute plus la radio le matin et depuis je suis (presque) tous les matins de bonne humeur.
      dans le cas ou vous souhaiteriez continuer à souffrir je vous recommande Brice Couturier sur FC. Il est au top.

        +15

      Alerter
      • ulule // 05.03.2015 à 18h05

        Moi aussi et le pompon sur France Cul c’est le matin, le 7/9, avec Brode-Couture insupportable de suffisance !

          +3

        Alerter
  • Olposoch // 05.03.2015 à 11h51
    • languedoc 30 // 05.03.2015 à 18h23

      Il semble étonné notre ami Guetta que l’assassin de Nemtsov n’ait pas encore été retrouvé, tout en nous assurant qu’il ne le sera jamais.
      Et pourtant, il aura fallu à la justice française 33 ans pour identifier les assassins de la Rue des rosiers. 33 ans vous vous rendez compte?
      Et puis, il y a ces morts mystérieuses, si, si, il n’y a pas que chez les russes : Grossouvre, Bérégovoy, Boulin, J. de Broglie etc….Connaîtra-t-on un jour la vérité?
      Il a fallu plus de 8 mois aux anglais, après avoir pris connaissance du contenu des boites noires du MH17, pour nous dire, ce que tout le monde savait : que le crash avait été provoqué, rien de plus. Je pense que nous allons attendre très longtemps les informations supplémentaires. Là, il ne s’agit pas de l’assassinat d’une personne mais de 298.
      Avant de donner des leçons aux autres, on balaie devant sa porte.

        +4

      Alerter
      • Christophe Vieren // 15.03.2015 à 11h42

        Dulcie September militante anti-appartheid, assassinée en 1988 à Paris. Mehdi Ben bArka (enlevé en 1965 à Paris). Certes cela commence à dater.

          +0

        Alerter
  • Zarathousthra // 05.03.2015 à 12h06

    Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques.

    Mark Twain

    C’est tout le problème de ce genre de statistique livré brut, ça ne veut rien dire d’autre que : il y a des homicides de journaliste en Russie. Il y a aussi des homicides de journaliste en France. Imaginons qu’il y en ait eu 63 en France en 20 ans (je n’en sais rien mais imaginons), c’est peu ? c’est beaucoup? vous commencez à paniquer?

      +5

    Alerter
  • Rouget // 05.03.2015 à 12h47

    La société russe reste très violente. Pas seulement les meurtres mais aussi l’alcoolisme, viols, etc.

    Bonne nouvelle : tout est en baisse ! Comme le faisait remarquer Todd, la mortalité infantile de la Russie et la Biélorussie est désormais égale voire plus faible qu’aux Etats-Unis !

      +17

    Alerter
  • Gaïa // 05.03.2015 à 15h11

    Reste que les journalistes qui prennent des risques ont beaucoup plus d’outils et de soutiens pour se protéger que le citoyen ordinaire. Rien que les mesures d’austérité imposées à des pays comme la Grèce ont fait augmenter le taux de mortalité dû aux suicides et homicides de 27,6 en 2009. Mais les malheurs imposés aux populations innocentes par le 1% des prédateurs de cette planète ne font jamais la une des journaux et sont encore moins chiffrés. Parle-t-on assez du taux de suicide des agriculteurs en France qui ont perdu tout espoir dans l’UE actuelle?

      +13

    Alerter
  • coinfinger // 05.03.2015 à 15h19

    Si ils pôuvaient nous en assassiner quelques uns , ici , çà améliorerait leurs statistiques , et peut étre , nous , notre sort .

      +5

    Alerter
  • Olposoch // 05.03.2015 à 17h59

    propaganda suite…
    Quand Victoria “fuck the EU” Nuland doit assumer, y’a comme du mou dans la corde à nœuds…
    “yes or no?”
    https://www.youtube.com/watch?v=B62rt_zM00M&feature=youtu.be

      +0

    Alerter
  • VladimirK // 05.03.2015 à 18h02

    Cela ressemble à l’analyse faite par Alexandre Latsa, avec qui j’ai du mal à partager certaines opinions, mais qui est assez calé en ce qui concerne la Russie, et qui au moins se donne la peine d’argumenter (voir son analyse du phénomène Pussy Riots)

    http://alexandrelatsa.ru/2014/04/7-mythes-sur-la-russie-de-poutine-lurss-2-0/

      +1

    Alerter
  • DidierF // 05.03.2015 à 18h15

    Un détail. Vous écrivez “Mais évidemment, cela ce nacre pas avec la narrative officielle, peu de chance que vous lisiez ceci dans votre journal… (quant au JT…)” Je propose de remplacer “nacre” par “cadre”.

    Une évidence. Vous montrez clairement qu’un nombre isolé n’est pas une information, i.e. les mesures peuvent mentir.

    Une question : D’où vient la haine occidentale contre les Russes ? Je n’ai qu’une hypothèse pour y répondre. Les Russes ont une vision du monde distincte du script écrit pour eux par Bruxelles, Londres et Washington. Ils osent agir selon leur vision du monde. Cela est intolérable pour nos élites. Autrefois, cela se nommait guerre de religions.

    Ce qui se passe maintenant m’apparaît aussi absurde que les guerres de religions du XVIe en Europe.

      +6

    Alerter
    • Johann // 07.03.2015 à 16h06

      “D’où vient la haine occidentale contre les Russes ?”

      De leur volonté d’accéder aux fantastiques richesses de la Russie au détriment du peuple russe qui doit être colonisé par les multinationales.

        +1

      Alerter
  • coinfinger // 05.03.2015 à 18h34

    D’aprés Le Figaro , le secrétaire adjoint de l’Otan , aurait dit que les soldats Russes ‘se font actuellement décimér à l’Est de l’Ukraine ‘ , c’est vraiment n’importe quoi . Ils disent n’importe quoi , et le Figaro reprend ….C’est grave s’ils en sont là . A moins d’une sérieuse épuration dans leurs rangs , ils sont cuits .

      +3

    Alerter
  • Julien // 05.03.2015 à 18h34

    Propagande de guerre ordinaire de la Tribune et d’Arté :
    La Russie bascule-t-elle dans la dictature ?
    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20150305tribdf429122f/la-russie-bascule-t-elle-dans-la-dictature.html

      +2

    Alerter
  • Vénus // 05.03.2015 à 18h41

    Et combien de militaires et d’autres personnes désespérées se sont suicidés lors de la péréstroïka? personne n’en parle…

      +0

    Alerter
  • Andrea // 05.03.2015 à 20h22

    Super analyse..

    Une clé, O. B: …. mais personne ne se demande combien de comptables, de gérants de PME, de contrôleurs des impôts russes, etc. ont été tués durant la période en raison de leur métier…

    C’est toujours pareil. Si on se focalise sur des chiffres isolés – suicides à France Telecom p. ex. (ce qui n’enlève rien au fait que la pression extrème et le harcèlement au travail devrait être stoppé), etc. les gens sont horrifés, avec raison. Mais les comparaisons adéquates manquent, ne sont pas mises en avant, calculées.

    Entre temps, d’autres statistiques sont trivialisées, ou passées sous silence, type, femmes tuées par des hommes (versus le contraire), nombre de morts en Ukraine, Iraq, Syrie, etc.

    Et les journalistes sont très exposés, ils voyagent, ils bougent, ils (elles) sont actifs, ils ne sont pas juste chez eux ou derrière le guichet de la banque, ils rencontrent plein de monde, sont dans la rue la nuit, etc.

    Ou du moins c’est l’image du journaliste intrépide et avide d’aventure, de découverte, de reportage ‘cru’, bête rare aujourdhui, la plupart sont des fonctionnaires et scribes soumis derrière des écrans dans des lieux secures, ils tricotent des articles à partir des dépeches d’agences et une inspiration ‘personelle’… Encore une dimension non-calculabe…

      +1

    Alerter
  • rototo // 05.03.2015 à 21h18

    enorme : le guardian vient de faire son Elle avec un publireportage sur les valeureuses combattantes ukrainiennes :
    http://www.theguardian.com/world/2015/mar/05/ukraine-women-fighting-frontline#comments

    …et c’est decidement pas de bol parce qu’eux aussi sont apparemment “mal” tombés (il y a de ces facheuses coincidences quand même… ^^ ) , la photo avec la camionnette, ils auraient pu faire gaffe au 1488, ça fait tache pour des combattantes de la liberté…

    je la remets là au cas où le guardian noterait sa bourde et la virerait fissa :
    http://i.imgur.com/vcUKsX7.jpg

    et le 1488 pour ceux qui connaissent pas :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fourteen_Words
    http://www.urbandictionary.com/define.php?term=1488

      +4

    Alerter
  • Alain V // 05.03.2015 à 21h29

    Avec Charlie Hebdo, le nombre de journalistes tués en France a augmenté considérablement cette année…

      +3

    Alerter
  • Clara // 05.03.2015 à 23h58

    A propos de journalistes, celui-ci a la langue bien pendue :

    https://www.youtube.com/watch?v=jwPw8yEho4g

    Christoph Hörstel – Wikipedia

    c’est passé sur la RT allemande.

      +0

    Alerter
  • pravochka // 06.03.2015 à 15h58

    Un texte que j’avais écrit en mars 2012 en réponse à un commentaire sur LeFigaro :
    **********************************************************************************************
    Sur les journalistes assassinés en Russie

    Il n’est pas rare de lire articles ou commentaires de lecteurs fustigeant le nombre de journalistes assassinés en Russie sous Poutine. Sans nier la gravité du problème, quelques chiffres pour (re)mettre les pendules à l’heure, tirés du très complet site http://journalists-in-russia.org/ (qui m’a l’air assez factuel – toute critique étayée à ce sujet est la bienvenue).

    Le chiffre cité le plus couramment – quelques 379 journalistes – est celui des journalistes disparus ou morts de mort violente (assassinats, mais aussi balles perdues, accidents ou actes terroristes) depuis 1993. Donc affirmer, comme le fait par exemple un certain Raboliot11 sur le forum du Figaro, que ce nombre correspond aux “journalistes assassinés sans que leurs auteurs ne soient inquiétés” est une fumisterie.

    En réalité, que ce soit sous Poutine ou Medvedev, il y a eu en tout et pour tout TROIS cas de journalistes assassinés en raison de leur activité de journaliste (ou possiblement en raison de cette activité) pour lesquels l’enquête a été arrêtée (dans tous les cas, une enquête a été ouverte). Cas dont on a d’ailleurs fort peu entendu parler en France me semble-t-il :

    1 Yury SHCHEKOCHIKHIN, journaliste, assassiné le 03/07/2003 (Central clinical hospital, Moscow)
    2 Eduard MARKEVICH, rédacteur en chef, assassiné le 19/09/2001 (Reftinsky, Sverdlovsk Region)
    3 Vladimir KIRSANOV, rédacteur en chef, assassiné le 17/05/2001 (Kurgan).

    Trois de trop, me direz vous, mais sans minimiser la gravité de ces faits, on est très loin des 379 cas dénoncés ! Plus généralement, la liste complète des journalistes assassinés en lien avec leur activité journalistique est la suivante (respectivement pendant le mandat de Medvedev et les deux mandats de Poutine) :

    1 15/12/2011 Hadjimurad KAMALOV, directeur de journal, Makhachkala, Daghestan
    2 15/07/2009 Natalya ESTEMIROVA, journaliste, Gazi-Yurt, Ingouchie
    3 19/01/2009 Anastasia BABUROVA, journaliste, rue Prechistenka, Moscou
    4 02/09/2008 Telman ALISHAYEV, journaliste, Makhachkala, Daghestan
    5 31/08/2008 Magomed YEVLOYEV, rédacteur en chef, Nazran, Ingouchie

    1 07/10/2006 Anna POLITKOVSKAYA, journaliste, rue Lesnaya, Moscou
    2 28/07/2005 Magomed VARISOV, journaliste, Makhachkala, Daghestan
    3 01/07/2004 Maxim MAXIMOV, journaliste, St Petersbourg
    4 09/06/2004 Paul KLEBNIKOV, rédacteur en chef, rue Dokukin, Moscou
    5 03/07/2003 Yury SHCHEKOCHIKHIN, journaliste, hôpital central, Moscou
    6 07/01/2003 Vladimir SUKHOMLIN, journaliste, rue Narofominskaya, Moscou
    7 29/04/2002 Valery IVANOV, rédacteur en chef, Togliatti, région Samara
    8 19/09/2001 Eduard MARKEVICH, rédacteur en chef, Reftinsky, région de Sverdlovsk
    9 17/05/2001 Vladimir KIRSANOV, rédacteur en chef, Kurgan
    10 16/05/2000 Igor DOMNIKOV, journaliste, rue Pererva, Moscoi
    11 01/02/2000 Vladimir YATSINA, photographe, Tchétchénie

    Cela fait déjà beaucoup, pas besoin d’aller déterrer ceux qui ont trop bu avant de conduire ou se sont pris une balle perdue à Grozny. A côté des trois cas où l’enquête a été close, les autres cas sont soit en cours d’investigation (par exemple pour les célèbres Estemirova et Politkovskaya), soit on été jugés. Notez que dans bien des cas, la notice du site web montre que le gouvernement est hors de cause (le plus célèbre étant peut-être Klebnikov, dont bizarrement on a fort peu entendu parler en France malgré sa nationalité américaine).

    Outre ces cas liés au travail de journaliste, il faut ajouter les cas possiblement liés au travail de journaliste : il y en a eu 10 sous Medvedev (majoritairement des opposants au wahhabisme tués au Daghestan – plus vraisemblablement tués par les amis d’Anne Nivat que par un Poutine en Burqa !) et 7 sous Poutine. Et dans tous ces cas les auteurs ont été ou sont “inquiétés” (jugement prononcé ou enquête en cours), pour reprendre le terme de raboliot11.

    En conclusion, sans être idyllique, loin de là, la situation du journalisme en Russie est tout de même tout autre que celle qu’on nous dépeint souvent dans nos chers médias français.

      +2

    Alerter
  • Thomas // 08.03.2015 à 00h31

    Merci encore pour votre excellent travail de déchiffrage de la propagande des médias de masse.

      +2

    Alerter
  • Marcus // 24.03.2015 à 15h18

    Chapeau bas une fois de plus, voilà le boulot que l’on attend de la presse professionnelle.

    Il y aurait 300.000 journalistes à temps plein en Russie (probablement plus qu’il y a 20 ans)
    http://windowoneurasia2.blogspot.fr/2015/02/60000-of-russias-300000-journalists.html

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications