Je vous propose cet article de Bruno Guigue afin de susciter le débat en commentaires…

Voter le 23 avril, pour quoi faire ? Si les élections servaient vraiment à quelque chose, disait Coluche, il y a longtemps qu’on les aurait interdites. Avant d’aborder les enjeux du futur scrutin, il faut sans doute en passer par cette cure de réalisme. Car, on le sait d’expérience, il n’y a pas grand-chose à espérer des élections, elles ont rarement changé le cours des événements, et elles se résument souvent à un rituel où le peuple s’imagine qu’il a le choix. Cette illusion de la démocratie formelle est entretenue par ceux qui en tirent bénéfice, le simulacre électoral ayant pour principal effet de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

A la limite, le processus électoral pourrait passer pour un acte de souveraineté si les dés du jeu politique n’étaient pas pipés. Il exprimerait la volonté du peuple si cette volonté pouvait se formuler, librement, au terme d’une délibération collective digne de ce nom. On peut toujours rêver qu’il en soit ainsi, mais ce n’est pas le cas. Les médias de masse sont les larbins du capital, le débat démocratique s’apparente aux jeux du cirque et la confrontation des idées est dénaturée par les intrigues politiciennes. Dans ces conditions, la question se pose : faut-il céder, une fois de plus, le 23 avril, au fétichisme du bulletin de vote ?

On dira aussi, à juste titre, que c’est le mouvement populaire, et non le scrutin électoral, qui a arraché les principales avancées collectives qui ont fait de la France un pays doté d’un indice de développement humain élevé. C’est vrai. Sans les grèves massives et les occupations d’usines de 1936 et 1968, la condition des couches populaires serait pire. Sans la démonstration de force de la classe ouvrière organisée, dans ce grand moment fondateur que fut la Libération, nous n’aurions ni sécurité sociale, ni services publics, ni droits des travailleurs.

Or sa puissante volonté de changement, dans ces circonstances historiques, le peuple l’a également manifestée dans les urnes. Avec un PCF à 28%, en 1945, le rapport de forces était favorable. Le patronat collabo rasait les murs, la droite était aux abois, Maurice Thorez était vice-président du conseil et l’ouvrier Ambroise Croizat, ministre communiste, créa la “Sécu”. Présidé par De Gaulle, ce fut le meilleur gouvernement que la France aie connu. Il accomplit les réformes de structure dont le pays avait besoin, ces mêmes réformes qui subissent les assauts des forces réactionnaires depuis un quart de siècle.

En accompagnant le mouvement des masses, il arrive donc que le vote lui donne une traduction politique. On peut toujours vanter les charmes du spontanéisme (il a sa noblesse), on peut dénoncer la mascarade électorale, mais s’abstenir au moment crucial revient à laisser l’adversaire dicter ses conditions. Voter ou ne pas voter, au fond, c’est surtout une affaire de circonstances, de conjoncture politique. La question n’est donc pas : faut-il s’abstenir aux élections ? Elle est plutôt : en s’abstenant le 23 avril, obtiendra-t-on un résultat plus intéressant qu’en allant voter ?

Comme disait Yvon Gattaz, père et prédécesseur de l’actuel président du MEDEF dans les années 70, on ne fait pas la même politique économique et sociale avec un PC à 10% et un PC à 25%. Si nous en doutons parfois, les détenteurs de capitaux, eux, le savent bien. Une élection n’est jamais qu’un moment d’un processus plus vaste, et même si l’essentiel se joue ailleurs, elle contribue à cristalliser un rapport de forces. En appliquant cette maxime patronale à la situation actuelle, on voit bien qu’un vote significatif en faveur de la « France insoumise » ferait peser la balance du bon côté. Car le programme de Jean-Luc Mélenchon, certes, n’a rien de révolutionnaire, sans mouvement social il est voué à l’échec, mais il ouvre des perspectives intéressantes.

A y regarder de près, c’est le seul programme qui entend consolider les défenses immunitaires de ceux qui vivent modestement de leur travail, qu’ils soient ouvriers, employés, artisans, paysans, fonctionnaires, chômeurs ou retraités. Ce n’est pas un programme communiste, loin de là, mais un projet keynésien de gauche, à contenu fortement redistributif, qui associe relance par la demande, investissement public et rétablissement des droits sociaux. Son financement au moyen d’une réforme fiscale audacieuse, à rebours des pratiques libérales, en fait un programme socialement progressiste.

Là où le bât blesse, c’est que ce projet n’est réalisable qu’en dehors de la zone euro, voire de l’UE, et que le candidat ne le dit pas clairement. Selon lui, le plan A consistera à renégocier le contenu des traités européens et on appliquera le plan B (sortie de l’UE) si cette négociation échoue. Or il faudrait parvenir à s’extraire du monde réel pour parier sur le succès d’une telle négociation. Elle supposerait en effet que 26 Etats, subitement, se mettent à satisfaire les demandes françaises. Cette fausse alternative est donc une erreur, car elle brouille le message du candidat et entretient le doute sur ses intentions.

Cette ambiguité est d’autant plus regrettable que Jean-Luc Mélenchon se réclame à juste titre d’un « indépendantisme français » et préconise la rupture de la France avec l’OTAN. Contrairement à MM. Fillon, Macron et Hamon, il prend au sérieux l’héritage gaullien, il milite pour une diplomatie souveraine et stigmatise le suivisme d’un François Hollande qui a mis la France à la remorque des intérêts américains. En refusant de prôner explicitement le Frexit, la « France insoumise », par conséquent, manque de cohérence politique.

Sur ce plan, c’est François Asselineau qui a raison. On ne peut restaurer la souveraineté nationale – condition expresse de la souveraineté populaire – qu’en rompant les amarres avec l’OTAN et avec l’UE. Il faut sortir de l’OTAN, cette machine de guerre dont la raison d’être est de servir les ambitions impérialistes de Washington. Mais il faut aussi rompre avec l’UE, car la fonction de cette instance supranationale est de soustraire la politique économique à la délibération démocratique. Ni plan A, ni plan B. La seule réponse, c’est le Frexit. Et le seul moyen d’y parvenir, c’est le référendum.

Marine Le Pen, dira-t-on, veut aussi restaurer la souveraineté nationale. Mais son programme renoue avec l’ADN droitier du FN dès qu’il s’agit d’expliquer ce qu’on entend faire, une fois au pouvoir, de cette souveraineté rétablie. Son programme n’inclut ni redistribution des revenus, ni nationalisation des banques, ni contrôle des mouvements de capitaux, ni rien qui fâche de près ou de loin les possédants. Le rétablissement du franc ne manque pas de panache, mais ce changement restera purement cosmétique s’il ne s’accompagne de réformes de structures. Marine Le Pen n’en a prévu aucune. Pas plus qu’il ne conteste les hiérarchies sociales, le FN n’entend faire plier les puissances d’argent.

Comme l’expérience l’a montré, le FN prétend défendre les travailleurs, mais il les abandonne en chemin lorsque l’oligarchie s’attaque à leurs droits. Lors des grèves contre la Loi-Travail, Mme Le Pen réclamait l’intervention de la police contre les grévistes. Si elle est élue, le discours à tonalité sociale de Florian Philippot ne résistera pas deux mois. Il est stupide de qualifier ce projet de fasciste. En fait, c’est un projet banalement réactionnaire. On ne peut mener une politique progressiste qu’en sortant de l’UE, c’est vrai. Mais ce n’est pas parce qu’on veut sortir de l’UE qu’on va mener une politique progressiste !

Son discours monomaniaque contre l’immigration, bien sûr, offre au FN une rente de situation électorale. Comme s’il suffisait de mettre fin aux flux migratoires pour créer des emplois, le FN répète cette formule magique comme un mantra. Caresser dans le sens du poil l’islamophobie ou la xénophobie ambiante, toutefois, ne fait pas une politique. On se demande si ses électeurs croient vraiment aux fabuleuses économies que permettrait de réaliser la suppression de la prétendue facture migratoire, tant la ficelle est grosse. Pour séduire l’électorat populaire, en tout cas, le parti a besoin d’entretenir cette mythologie vieille comme le monde.

Du coup, non seulement il oppose les Français entre eux, mais il les berne en leur faisant croire qu’il y a un trésor de guerre, quelque part, dont il suffirait de se saisir. La stratégie du bouc-émissaire, chez Le Pen, est à double emploi. Elle fournit un dérivatif aux hantises et aux frustrations des victimes de la mondialisation. Mais, en même temps, elle masque les incohérences d’un projet qui entend redistribuer aux ouvriers sans toucher aux intérêts des possédants. La mono-causalité immigrée réconcilie tout le monde ! Véritable martingale, elle permettra d’augmenter les salaires tout en baissant les charges, et de financer de nouvelles dépenses régaliennes sans augmenter les impôts sur les riches.

Cette quadrature du cercle lepéniste, au fond, est la figure inversée du cercle carré des eurobéats (Macron, Fillon, Hamon) qui veulent perpétuer à tout prix la tutelle des marchés sur les Etats. Marine Le Pen veut la souveraineté sans la redistribution tout en prétendant le contraire, ce qui est à la fois incohérent et réactionnaire. M. Fillon, lui, ne veut ni la souveraineté ni la redistribution, ce qui est à la fois cohérent et réactionnaire. M. Hamon veut la redistribution mais pas la souveraineté, ce qui est absurde. M. Macron veut tout et son contraire, et d’ailleurs il se moque des programmes. M. Mélenchon veut la redistribution, mais il devra imposer la souveraineté (plan B) pour y parvenir. Car une chose est sûre : les marchés ne lui offriront pas l’opportunité de temporiser.

Bruno GUIGUE

Source : Bruno Guigue, 13-03-2017

---

172 réponses à Voter, pour quoi faire ? Par Bruno Guigue

Commentaires recommandés

philouie Le 07 avril 2017 à 02h10

Personnellement je n’ai jamais voté. Cette année, je me suis engagé pour François A.sselineau.
Parce que je pense que c’est le seul qui a un projet structuré, donc réellement politique dans le sens de créer un cadre pour l’action.
Peut-être pas pour gagner les élections, mais au moins pour pouvoir se compter et créer des liens de résistances.

  1. TuYolPol Le 07 avril 2017 à 01h19
    Afficher/Masquer

    JLM se plie au jeu du plan A parce que le plan B sans plan A serait une vérité trop brutale. On n’a pas fait le deuil de l’Europe, à gauche, à cause de ce qu’elle a représenté d’idéal pacifique. Les années et les années de démonstration de la possession de l’outil UE par les forces de droite ne suffisent pas à tuer l’illusion.
    JLM joue donc sur la pédagogie, petit pas par petit pas, en commençant par une question sémantiquement neutre vis à vis de l’UE mais profondément signifiante, celle de la constitution et du pouvoir du peuple. C’est vraiment très bien vu, et ça n’épuise pas son discours pour ou contre l’affect résiduel pour une UE fantasmée. Asselineau tient une belle et indispensable place mais peu confortable.


    • gryzor Le 07 avril 2017 à 09h23
      Afficher/Masquer

      La vérité n’est jamais trop brutale.
      Corrolaire : les faits sont têtus.
      Le programme de Mélenchon compose avec la réalité, et c’est lui qui est brutal (“je vais violer les traités”, “j’imposerai la volonté de la France”) !


      • TuYolPol Le 07 avril 2017 à 09h49
        Afficher/Masquer

        Quand je parle de vérité trop brutale, j’entends “pour les électeurs” bien sûr.
        Les arguments de FA, je veux bien, mais là, on commence à parler de qui est le mieux placé en voix probables, non ? Il y a tellement de points communs, centrés sur la démocratie.
        C’est pas un peu le sujet maintenant, la grande évasion ? Le plan B ou le Frexit ?


        • Ernest Fleury Le 09 avril 2017 à 11h54
          Afficher/Masquer

          “Il n’y a qu’une seule manière de dire oui, c’est oui. Toutes les autres veulent dire non”, pour citer FA citant Talleyrand. Melenchon est globalement flou sur toutes ses propositions, mais il est particulièrement imbitable sitôt qu’il aborde cette question precise de la sortie de l’UE (le fameux plan B). Fondamentalement, Melenchon est pro-UE, et ça, il l’énoncé clairement à moules reprises. Voter Melenchon, c’est voter Tsipras; voter FA c’est voter pour la sortie claire de l’UE et de l’OTAN, [Modéré]


          • denis auroux Le 10 avril 2017 à 09h51
            Afficher/Masquer

            Flou? Lisez avec une certaine attention le programme “FI” à 3 euros non? ps: “moules reprises”??? Vous avez grand faim? Nous notons également que la France pèse le même petit poids que la Grèce, nous l’ignorions, merci de nous le faire savoir…


      • Fox 23 Le 07 avril 2017 à 14h09
        Afficher/Masquer

        M’sieu Gryzor, vous croyez que c’est bien de s’esbaudir devant un candidat à un poste de président qui garanti la validité des traités (voir la Constitution), tout en parlant de les violer ?
        C’est la démonstration qu’il n’a pas du tout envie que ça bouge, effectivement, la vérité n’est jamais trop brutale…


        • gryzor Le 10 avril 2017 à 17h59
          Afficher/Masquer

          Mon post visait à dénoncer la position de Mélenchon. Je ne soutiens pas ce candidat!

          Par “Composer avec la réalité” j’essayais de signifier “déforme la réalité”.
          Pardon si je manquais de clarté, c’est dommage si vous avez lu exactement le contraire de ce que je voulais dire !


      • dupuy Le 08 avril 2017 à 12h24
        Afficher/Masquer

        faux, il ne suffit pas de critiquer il faut avancer des arguments cohérent au programme de JLM. Si vous voulez combattre honnêtement commencer par ne pas propager de fausses idées. C’est une méthode contre-productive qui ne sert à personne.


    • Marcus Le 07 avril 2017 à 10h48
      Afficher/Masquer

      Si c’est juste une stratégie pour avoir plus d’électeurs en promettant de renégocier tout en sachant que c’est impossible je trouve l’approche assez contestable, et surtout ça ne correspond pas à JLM de mâcher ses mots.
      De plus même dans le cadre de plan B, il ne veut pas quitter l’europe, il veut en créer une autre, il reproche aux allemands de tout contrôler et veut donc faire une autre europe avec d’autres aux commandes.
      Mais est-ce qu’on ne va pas simplement finir par recréer les même travers dans cette “autre europe” que dans cette europe actuelle ?


      • joe billy Le 07 avril 2017 à 15h45
        Afficher/Masquer

        Mélenchon évolue et c’est positif.
        Il y a encore pas longtemps Mélenchon disait que vouloir sortir de l’UE était une idée maréchaliste. J’imagine qu’il a maintenant bien compris qu’il faudra sortir et qu’il n’y aura pas d’autres choix mais il sent l’idée peu populaire et n’ose pas l’annoncer clairement.
        Nombreux sont ceux qui parmi ses militants n’ont pas encore saisi l’extrême nécessité de se tirer de l’UE/€/Otan.


        • Gilles Le 07 avril 2017 à 17h28
          Afficher/Masquer

          ” Mélenchon disait que vouloir sortir de l’UE était une idée maréchaliste”

          SVP veuillez donner votre source, merci.


        • dupuy Le 08 avril 2017 à 12h34
          Afficher/Masquer

          Quelle arrogance de se croire au dessus des gens. Si il est est une catégorie qui est au courant du programme de JLM c’est bien les insoumis, celui-ci a été élaboré par tous, il est donc à la portée de tout un chacun. Il ne faut sous-estimer personne, en clair respectons les citoyens quels qu’ils soient.


        • gryzor Le 10 avril 2017 à 18h02
          Afficher/Masquer

          C’est tout le problème d’un candidat comme Mélenchon.
          Il exprime des positions volontairement floues et chacun (comme vous le faites) imagine ce qu’il en veut.

          Lisez son programme !
          De sortir de l’UE, il n’est pas question.
          Il est question de menacer de le faire.

          Pour moi, Mélenchon ne vaut pas mieux que Tsipras.
          D’ailleurs, il n’est pas anecdotique que Mélenchon ait toujours soutenu ce personnage!


      • lvzor Le 10 avril 2017 à 05h14
        Afficher/Masquer

        “…une stratégie pour avoir plus d’électeurs en promettant de renégocier tout en sachant que c’est impossible…”

        Renégocier, c’était aussi une promesse de Hollande, sans doute est-il utile de le rappeler….


        • Krystyna Hawrot Le 10 avril 2017 à 23h48
          Afficher/Masquer

          Mélenchon entretien encore le flou sur le plan B, parce que si on veut finir autrement que Tsipras/Varoufakis, il ne faut pas dévoiler sa stratégie urbi et orbi! De plus, il a besoin encore du PC pour gagner et le PC est dans les mains des européistes du Parti de La Gauche Européenne. Mélenchon a bien compris ce qui s”est passé avec Varoufakis, et je suis sûre que lui même ne croit pas à un plan A. Mais si jamais il est élu, l’hostilité des puissants sera telle que je ne suis pas certaine qu’il ne va pas flancher, n’étant pas entouré de foudres de guerre mais plutôt de gens jeunes qui cherchent à faire carrière et devenir ministre…


    • HERI Le 07 avril 2017 à 11h24
      Afficher/Masquer

      Mélenchon propose un plan B pour ne pas brusquer, dans un premier temps, les électeurs… Il est clair que son programme élaboré avec des citoyens est de loin le plus favorable au peuple…

      Choisissez bien…


    • fanfan Le 07 avril 2017 à 12h15
      Afficher/Masquer

      « Mélenchon – Minc – Social-democratie obsolète ? », Jean-Luc Mélenchon et Alain Minc au Forum Libération à Lyon en septembre 2009, à l’occasion des 20 ans de la chute du Mur.
      A 1:16:29 – Dette : « Qui va payer ? » …
      Conclusion – A 1:24:39 – Mélanchon : modèle alternatif au modèle social-démocrate proposé :
      1 – le partage des richesses,
      2 – la planification écologique (passer d’un modèle productif à un autre en l’organisant),
      3 – La refondation républicaine des institutions et de la société pour mettre au poste de commande les valeurs de Liberté-Egalité-Fraternité qui sont niées par le libéralisme,
      4 – la sortie du traité de Lisbonne
      https://www.youtube.com/watch?v=_liYk4MZSkA


  2. petite maison Le 07 avril 2017 à 01h28
    Afficher/Masquer

    Excellent article, pour ma part j’irai voter sans enthousiasme pour ne pas me retrouver au deuxième tour avec comme seul horizon ,Marine et Fillon, ou Marine et Macron, ou Fillon et Macron;ce qui, ne représentait aucun choix sauf cosmétique.
    Marine étant du néolibéralisme soupoudre de [modéré].
    Macron du néolibéralisme soupoudre de sociétal
    Fillon de néolibéralisme soupoudré de bien-pensance tendance [modéré].


  3. Enfait Le 07 avril 2017 à 01h34
    Afficher/Masquer

    Pour moi, déjà il y a pas de candidat miracle et d’ailleurs c’est pas ce qu’on demande. Il y a toutefois des candidats mieux que d’autres.

    De plus, tout programme est inutile si il n’y a pas de souveraineté. Cela élimine un certain nombre de candidats.

    Ensuite, il faut que le retour de la souveraineté soit crédible, préparé et rapide (pas du grand n’importe quoi à la Tsipras, Cameron etc.)
    Ensuite il faut que le candidat soit intègre et compétant.
    [modéré]
    Quant à l’idée de faire un référendum, je ferais remarquer que le traité de Lisbonne a été adopté sans cela donc bon. En plus si c’est annoncé clairement…

    Bref, il semble évident pour quel candidat je pense voter.

    En plus on a perdu assez de temps comme cela, l’Histoire veut du changement et la France raterait beaucoup à ne pas savoir entrer dans ce nouveau monde.


  4. Fritz Le 07 avril 2017 à 01h38
    Afficher/Masquer

    Bien sûr, que j’irai voter le 23 avril. J’hésite d’ailleurs entre deux candidats approuvés par Bruno Guigue. Et je reste fidèle au principe TSM, Tout Sauf Macron.
    Voter n’est pas une panacée, mais s’abstenir, c’est laisser un boulevard au candidat de l’oligarchie.


  5. atanguy Le 07 avril 2017 à 02h03
    Afficher/Masquer

    Si j’ai bien compris Bruno,si vous votez,et il faut voter,sinon c’est la droite qui continue! Il n’y a qu’un candidat qui peut avoir une chance de passer,c’est Mélanchon. Je pense que rompre avec l’UE – Son plan B – deviendra évident pour tous les travailleurs si il est élu, car toute l’Europe des nantis, des banques et autres voyous, se dressera contre lui et tout deviendra clair.
    Je veux voir ça! et voterai pour Méluche!


  6. Philouie Le 07 avril 2017 à 02h09
    Afficher/Masquer

    Personnellement je n’ai jamais voté. Cette année, je me suis engagé pour F. Asselineau.
    Parce que je pense que c’est le seul qui a un projet structuré, donc réellement politique dans le sens de créer un cadre pour l’action.
    Peut-être pas pour gagner les élections, mais au moins pour pouvoir se compter et créer des liens de résistances.


  7. philouie Le 07 avril 2017 à 02h10
    Afficher/Masquer

    Personnellement je n’ai jamais voté. Cette année, je me suis engagé pour François A.sselineau.
    Parce que je pense que c’est le seul qui a un projet structuré, donc réellement politique dans le sens de créer un cadre pour l’action.
    Peut-être pas pour gagner les élections, mais au moins pour pouvoir se compter et créer des liens de résistances.


    • Stéphane Grimier Le 07 avril 2017 à 12h15
      Afficher/Masquer

      Si vous ne voulez pas gagner les élections, et seulement vous compter, vous servez à merveille ceux qui le mettent en avant maintenant, alors qu’on vient de perdre 10 ans ou les mêmes le méprisaient et le laissaient à dessein dans l’ombre….

      S’ils le montrent maintenant (et demandez vous pourquoi…), qu’il a ses signatures, c’est qu’il sert maintenant parfaitement l’œuvre de division de l’opposition qui fera gagner encore une fois ceux qui nous entrainent par le fond.

      Attention, je ne dis pas qu’il a tord, loin de là. C’est beau, mais on a plus le temps de se faire plaisir comme on a l’habitude dans ce pays, et depuis trop longtemps. Il faut leur rentrer dans le lard, groupés dès le premier tour et fissa.

      Jouer et savoir qu’on va perdre, c’est du masochisme qui a trop duré.


      • K Le 07 avril 2017 à 20h42
        Afficher/Masquer

        Exact, ses idees sont certainement partagees par une grande partie de la population mais il plafone pourtant a 1%. Il fait les frais du vote utile.


      • Nondidjou Le 10 avril 2017 à 10h57
        Afficher/Masquer

        Je suis belge et je me mêle donc ici de ce qui ne me regarde pas… En fait si, ça me concerne un peu puisque j’aimerais qu’on en finisse avec l’UE et que de fait, cette fin ne viendra pas de Belgique. Viendra-t-elle de France? Je ne crois pas non plus, lorsque je lis ce débat. M. Grimier dit qu’il préfère voter utile (JLM), Philouie dit qu’il préfère voter selon ses convictions (FA) ce qui représente bien la division éternelle prévue par le système électoral. A chaque fois, c’est environ 70 à 80% des citoyens qui n’ont pas voté pour le gagnant, quelle belle démocratie vous (et nous aussi d’ailleurs) avez! En Belgique je m’abstiens de voter car nous n’avons aucun programme pour une sortie directe de l’UE. Vous en France avez la chance d’en avoir un, celui de FA. Et vous continuez encore et encore à vous diviser, je trouve ça triste…


    • TuYolPol Le 07 avril 2017 à 12h21
      Afficher/Masquer

      Pour se compter vraiment, il faut additionner FA et JLM.
      Faisons un bloc à tête chercheuse, c’est un tunnel qu’il faut finir de creuser.


      • philouie Le 07 avril 2017 à 14h27
        Afficher/Masquer

        J’ai dit n’avoir jamais voté, c’est dire le peu de cas que je fais de la démocratie et que je n’attends rien des élections.
        “Se compter” n’a rien d’arithmétique, il s’agit simplement de créer des relations de réseaux dans l’engagement partisan pour être prêt lorsque les choses sérieuses vont commencer.


        • denis auroux Le 10 avril 2017 à 09h58
          Afficher/Masquer

          Comme le “héros” du “désert des tartares” quoi… Ben, alors attendez…


          • philouie Le 10 avril 2017 à 19h58
            Afficher/Masquer

            Nous n’attendons pas puisque nous nous engageons.


    • Chapot65 Le 09 avril 2017 à 23h53
      Afficher/Masquer

      Aller dans le même sens , mais avec un programme de gauche , très complet , concocté democratiquement par toute une foule de citoyens , experts chacun dans leur partie, au profit de la france à travers on Peuple,
      c’est voter pour le coup efficace , car à ce jour il a une chance certaine ;
      … et donc c’est voter Jean-luc Mélenchon dès le premier tour…puis au deuxième !
      Prenez le temps de lire l”avenir en Commun…que vous pourrez complété si vous avez des idées…vous serez convaincu


  8. Kiwixar Le 07 avril 2017 à 02h28
    Afficher/Masquer

    Ca m’embête de faire ce commentaire contre un vote FA, mais 2017 est la dernière fois où le vote des Français peut influer sur le destin de la France en temps que nation. Le but n’est pas de « porter un projet », de faire 5% avec FA (pour qui j’ai beaucoup de respect), de voir Fillomacro gagner et de dire « on fera mieux la prochaine fois ». Le but est de gagner, de gagner en 2017 pas dans 5 ans, avec un souverainiste capable d’entraîner avec lui la très grande majorité de nos compatriotes (ce que MLP n’est pas capable) pour refonder notre pays.

    Comme dit atanguy ci-dessus, il n’y a qu’un candidat capable de passer, c’est Mélenchon. Ce n’est pas un vote utile, c’est un vote essentiel. JLM n’est pas parfait, mais c’est tout ce qu’on a.


    • briska Le 07 avril 2017 à 14h35
      Afficher/Masquer

      Mais non, ces deux candidats louvoient. Il est évident qu’une fois élus, il se rangeront devant l’ampleur des forces adverses sous les plis des renoncements, et autres compositions.
      Mme le Pen présente cet angle mort de l’extrême droite; élue, si elle se décide à combattre les intérêts, elle se verra taxée immediatement des plus infamants qualificatifs. Croyez vous qu’elle tiendra bon face à un traitement planetaire à la Trump ? Surtout si sa base de notables elus prend peur. Il est évident que ce petit monde va se déballonner.
      Quant à M. Mélenchon, un vieil habitué des combinaisons parlementaires, des son élection, je suis prêt a parier qu’il va repprendre les vieilles habitudes SFIO, c’est à dire combiner, passer des alliances, et l’on verra alors sans doute Hamon premier ministre sous un packaging “nouvelle gauche”, pour revivre 81/83, un moment “socialiste” alibi pour finir de nous convaincre qu’il n’y a pas d’alternative.


      • Amsterdammer Le 07 avril 2017 à 22h19
        Afficher/Masquer

        Vous préférez quoi?

        – voter pour la rupture avec un candidat souverainiste, sans la garantie que celui-ci tienne bon face aux tenants du système.

        – ou voter pour un tenant du système, avec la garantie de la poursuite du désastre.

        Autrement dit : vous voule tenter quelque chose, ou vous résigner et vous soumettre?


      • Briska Le 08 avril 2017 à 05h36
        Afficher/Masquer

        Ben non, il reste un troisième candidat, d’autant qu’il a eu la réponse la plus brillante sur les événements syriens.


    • MJL Le 07 avril 2017 à 16h14
      Afficher/Masquer

      Ok pour l’urgence d’élire, à tout prix, un souverainiste en 2017.
      A tout prix : qu’il s’agisse de JLM ou MLP.
      Front souverainiste contre Macron, Fillon, Hamon et consorts.


    • K Le 07 avril 2017 à 20h49
      Afficher/Masquer

      En quoi serait-ce la derniere occasion ?

      A part ca, je suis d’accord, on ne peut pas continuer de disperser les voix a l’infini au pretexte que les grands candidats ne sont pas assez purs.


      • Kiwixar Le 08 avril 2017 à 01h24
        Afficher/Masquer

        Dernière occasion : parce que la France est déjà en “état d’urgence” officiellement et de manière permanente, et que d’ici 5 ans une conjonction de crises (financière, pétrolière, économique, informative, électorale) mettra l’oligarchie dans l’obligation de mettre fin “temporairement” à la démocratie pour rétablir l’ordre (et sauver son pouvoir). La guerre sera une bonne manière de changer de sujet et d’imposer ça, et la propagande anti-russe actuelle a bien un but. L’Europe n’a plus d’hydrocarbures et plus d’argent.

        Déjà aujourd’hui, les élections 2017 peuvent être reportées légalement en cas d’empêchement d’un des candidats (exemple Fillon en taule). En cas de troubles graves (style Guyane) il n’y a pas d’élection et vous avez 15 ans de Macreux.


    • denis auroux Le 10 avril 2017 à 10h00
      Afficher/Masquer

      “c’est tout ce qu’on a”!!! Ce n’est déjà pas mal non?


  9. Catherine Le 07 avril 2017 à 02h32
    Afficher/Masquer

    Alors que c’est nous qui devrions choisir notre avenir, nous les 45 M d’électeur devrons choisir entre les avenirs qu’ont concoctés pour nous 11 candidats.
    Je veux, je veux, je veux ! (sous-entendu : pour vous, parce que je dois penser pour vous qui n’en êtes pas capable) combien de fois l’avons-nous entendu de la bouche des candidats lors du dernier débat.
    Ce système électoral est vicié, il ne satisfait plus, il ne pourra jamais plus satisfaire.
    D’autant plus que chacun de ces candidats par définition a forcément quelque chose de tordu à affirmer sans trembler, qu’il est le meilleur.
    J’ai toujours pensé que la part la plus détestable de l’égo était énorme dans ces démarches individuelles. Bruno Le Maire l’avoue, son échec aidant :
    “La politique, ça attire les névrotiques. On l’est tous. Ce n’est pas la politique qui rend névrotique, on l’est avant, on s’y retrouve. Les deux névroses les plus courantes en politique, c’est le narcissisme, évidemment, et la haine de soi. Le pouvoir, c’est la guérison de la haine de soi.”
    http://www.bfmtv.com/politique/bruno-le-maire-les-hommes-politiques-ils-sont-depressifs-ou-alcooliques-1131041.html
    Alors on fait quoi ?…
    Oui on peut ne pas voter, mais ça ne compte pas.


    • vert-de-taire Le 08 avril 2017 à 05h18
      Afficher/Masquer

      Le fait que presque tous les élus soient ceci ou cela ne change rien à l’affaire SI ..
      SI les principes démocratiques sont respectés.
      Donc si l’élu-e agit pour les citoyens, pour le pays.
      OR c’est bien ceci le problème, ils font comme ils veulent dès-lors qu’ils paraissent …
      la tromperie est la chose la plus facile à faire QUAND ..
      Quand il n’y a pas de contre-pouvoir ..
      C’est cet équilibre qu’il faut se donner.
      C’est ce que propose JLM FI dans le pouvoir de revocation de n’importe quel-le élu-e,
      c”est ce que propose JLM FI avec une ‘6eme république’.
      CQFD


  10. Fritz Le 07 avril 2017 à 02h55
    Afficher/Masquer

    Il me semble que si les “damnés de la Terre”, ceux de la France périphérique, allaient voter en masse le 23 avril au lieu de se laisser décourager par le discours “élections, piège à cons”, nous verrions la baudruche Macron éclater, au profit d’un deuxième tour Mélenchon – Le Pen.

    Ce serait l’occasion d’un vrai débat gauche-droite, dans le cadre souverainiste préalable au choix politique, ainsi qu’une juste revanche sur les élections manipulées (2007, 2012) où le deuxième tour se jouait entre les candidats OUI-OUI (Oui à Maastricht, Oui au TCE).


  11. Vincent P. Le 07 avril 2017 à 03h36
    Afficher/Masquer

    Excellent texte, merci !
    Je rejoins Kiwixar : c’est la dernière occasion pour nous de reprendre la main, après il y aura ou bien l’Empire ou bien la guerre.
    De même, j’ai un grand respect pour F.A, et l’intégrité voudrait qu’il mérite un bulletin.
    Mais il faut avoir à l’esprit que la masse des endormis vieillissants qui se contentent de télévision est encore certainement très majoritaire, et donc qu’effectivement le seul à même de suffisamment fédérer face au pire est vraisemblablement JLM, malgré son programme imparfait.
    Quant à ne pas voter, en ce moment crucial, c’est encore bien plus grave que de ne pas voter utile en n’ayant pas saisi l’enjeu.
    Quel exercice tout de même, que de prendre du recul en même temps que de vivre un moment de l’Histoire…


    • some Le 07 avril 2017 à 08h59
      Afficher/Masquer

      Ceci n’est pas voter. Ceci correspond à glisser un papier dans une boite, postiez vous une lettre ? La description que vous en donnez n’en donne pas mots.

      Ce que vous faites là c’est tous sauf voter.

      Ce que vous peignez là c’est rejouer ce théâtre d’ombres que nous avons déjà tellement bien connu en 2002, un candidat que l’on ne veut pas, sans véritable talents, que l’on lave plus blanc que blanc, juste parce qu’il est au bon moment au bon endroit. Cela me rappelle tellement l’élection de H, par ailleurs.

      Avec du recul, ce choix nous a t’il donné la satisfaction que les français recherchent?

      Voter ce n’est pas faire le jeu politique de ces politiciens.

      N’avons nous pas déjà lu maintes histoires comptant les faits d’armes d’untel aidant son adversaire, ou au contraire, poignardant sont frère. Valls n’est il pas le plus exquis des exemples, tout frais, tellement évident, tellement grossier.

      Choisir de voter ce qui vous semble juste, plutôt que d’accepter ce qui vous est proposé, c’est cela être démocrate et c’est cela voter!

      Toutes les autres manières de voter ne sont que des duplicata du geste et de la manière pour une démocratie de la manipulation, de la duplicité et du mensonge. Rappelez vous ces dernières années.

      A vous de choisir.


      • mat74 Le 07 avril 2017 à 16h44
        Afficher/Masquer

        Ne le prends pas mal SOME mais ton message me parait difficilement compréhensible.
        Pour ma part je me tâte encore à voter Mélenchon. J’étais persuadé de ne pas voter mais la perspective de Macron pendant 5 ans me terrifie. La souveraineté avant tout ! Mais sur sujet je suis pas sure de faire confiance à Mélenchon. En tout cas bravo pour l’article.


    • Patrick-Louis Vincent Le 07 avril 2017 à 10h14
      Afficher/Masquer

      Je crains, malheureusement, que nous ayons, après l’élection, ET l’Empire ET la guerre.


      • Kiwixar Le 07 avril 2017 à 13h32
        Afficher/Masquer

        ET l’Empire ET la guerre ET le deshonneur.


      • Narm Le 08 avril 2017 à 00h02
        Afficher/Masquer

        la guerre, ( j’allais dire, elle a déjà commencé) en fait, elle n’a jamais arrêté

        Trump fini par continuer ce que ces sal.p..ds de prédécésseurs ont fait et ce qu’hillary aurait fait

        en bref, on nous a vendu le macron (on peut inversé la phrase aussi)

        ceux qui pensent sérieusement qu’abstention ou voter autre chose que Melanchon ratent peut être la dernière chance. Peu après, la France ne sera finalement définitivement qu’une annexe


        • Patrick-Louis Vincent Le 08 avril 2017 à 08h53
          Afficher/Masquer

          Je parle de la vraie guerre, sur notre sol. Celle qui tue nos fils et nos compagnes, détruits nos villes et nos maisons, celle que nous n’avons plus connu depuis 72 ans, celle où veut nous entraîner les US via l’OTAN.


    • fanfan Le 07 avril 2017 à 13h04
      Afficher/Masquer

      Les États-Unis ont profité de la campagne d’intoxication lancée contre Damas après l’événement d’Idlib pour prendre pour cible une base aérienne de l’armée syrienne à Homs. Jeudi 6 avril au soir, entre 43 et 70 missiles Tomahawk ont été tirés depuis deux destroyers américains, qui venaient d’être déployés dans l’est de la Méditerranée.  Cette attaque au missile a ciblé la base aérienne de Shayrat d’où, d’après les Américains, les avions syriens ont lancé une attaque contre Khan Cheikhoun, mardi 4 avril.
      http://www.brujitafr.fr/2017/04/les-etats-unis-tirent-des-missiles-tomahawk-sur-une-base-aerienne-en-syrie.html


      • fanfan Le 07 avril 2017 à 15h50
        Afficher/Masquer

        Bruno Guigue, 7 avril 2017 – En Syrie, agression impérialiste à visage découvert
        https://www.legrandsoir.info/en-syrie-agression-imperialiste-a-visage-decouvert.html


      • Chris Le 07 avril 2017 à 16h26
        Afficher/Masquer

        Je croyais la Syrie tenue par Assad protégée par les S300/400 russes ?!


        • Patrick-Louis Vincent Le 07 avril 2017 à 16h51
          Afficher/Masquer

          Justement, si les Russes n’ont pas actionné le système de défense anti missiles, c’est que POUTINE a estimé qu’il ne fallait pas faire de surenchère.
          Les Russes ont été prévenu à l’avance de l’envoi des Tomawak. Les syriens ont été prévenus par les Russes et ont mis à l’abri une parti de leur aviation. Les Américains se sont aussi arrangé pour ne pas toucher les forces russes présentes sur les lieux.

          Il est possible que TRUMP ait voulu donner des gages à son opposition qui le soupçonnait de collusion avec POUTINE. Mais TRUMP ne veut de guerre ouverte avec la Russie comme la Russie ne veut pas de guerre ouverte avec les US.


          • Paola44 Le 07 avril 2017 à 17h37
            Afficher/Masquer

            Trump subit de la part de l’État profond un sacré bourrage de crâne, une énorme pression. je le crois de plus en plus manipulé. Ou tu laisses les Républicains néocons gouverner, ou c’est l’impeachment, j’ai l’impression qu’il en est déjà là. Je crains que pour la politique de détente avec la Russie, il faille repasser.. après la WWIII


        • fanfan Le 07 avril 2017 à 19h08
          Afficher/Masquer

          Karine Bechet-Golovko
          V. Poutine a déclaré que cette attaque constituait une atteinte à la souveraineté de la Syrie et une violation du droit international. Le Conseil de sécurité de l’ONU est convoqué pour une réunion d’urgence. Immédiatement, le ministère des affaires étrangères suspend son accord avec les Etats-Unis quant à la prévention des incidents aériens et la sécurité des vols lors des opérations en Syrie. Mais la diplomatie russe va plus loin et déclare que les Etats Unis se sont donnés les moyens, par l’attaque chimique d’Idlib, de justifier une attaque contre l’armée syrienne, bloquant ainsi son avancée.
          http://russiepolitics.blogspot.fr/2017/04/attaque-de-la-base-aerienne-syrienne-al.html


          • fanfan Le 07 avril 2017 à 19h17
            Afficher/Masquer

            Daesh en a profité pour attaquer la route Homs-Palmyre exactement au moment où l’aviation américaine bombardait en toute impunité les premières forces agissant contre les groupes terroristes
            S’il ne s’agit pas d’une lutte contre le terrorisme, la communauté internationale doit en tirer les conclusions qui s’imposent. Ce qu’elle ne fera pas, car cette “communauté internationale” est de facto inexistante aujourd’hui, depuis la fin des Etats souverains.
            Karine Bechet-Golovko


    • vert-de-taire Le 08 avril 2017 à 05h45
      Afficher/Masquer

      Que d’enfantillages !
      Un programme parfait n’a pas même de sens, on ne peut pas le définir sinon sous un point-de-vue lui-même contestable.
      Donc dire cela est simplement ne rien dire.

      Cela-dit, il suffit de regarder les programmes pour en comprendre les différences :
      inutile de reparler des réactionnaires Fillon Macron Lepen qui ne changeront rien à l’idéologie capitalo-financière qu’impose l’UE dans son Traité. Hamon idem, ne peut rien en restant dans le cadre, c’est au mieux du verbiage.
      FA et JLM raisonnent justes en disant, pour simplifier : la liberté d’un pays est basée sur sa souveraineté, c’est cette liberté qui seule, permet d’exercer-vérifier-respecter les principes démocratiques, une condition sine qua non.

      Donc il faut rompre avec les 2 grands dogmes (triviaux mais bien réels) de la finance :
      1) liberté des capitaux = vol manifeste, spoliation des populations,
      2) imposer le dumping social = soumission / esclavagisme des populations par le capital
      ces deux mesures du Traité de l’UE ne sont que l’expression du fonctionnement du capitalisme.

      Donc il faut changer cela ou rompre (sinon rien n’est possible – 60 ans de démonstration..).
      JLM propose de changer en s’appuyant, outre l’argumentaire principiel, sur le poids de la France.
      C’est un bon moyen d’entrer en matière car il est incontestable sur le plan des libertés !

      Comment cette proposition sera prise en compte est impossible à dire.
      Tout le monde convient que l’UE est non viable en l’état (idem de l’EURO).


  12. DUGUESCLIN Le 07 avril 2017 à 04h49
    Afficher/Masquer

    Les souverainistes sont probablement et même sûrement majoritaires en France.
    Hélas, l’attachement à des clivages nous empêchent de l’exprimer.
    Il y a quatre candidats prêts à rendre à la France sa souveraineté. JLM, NDA, MLP, FA.
    Puisqu’il existe un soit disant “front républicain”, pourquoi n’existerait-il pas un “front démocratique” souverainiste, comme une urgence? En attendant qu’un tel front se fasse, nous aurons toujours les mêmes au pouvoir.


    • Kiwixar Le 07 avril 2017 à 06h24
      Afficher/Masquer

      Donner des parrainages à FA et NDA (sans parler de Poutou et Arthaud) permet aux LR/PS/Macreux d’éviter que Melenchon soit président.


      • DUGUESCLIN Le 07 avril 2017 à 08h43
        Afficher/Masquer

        Les deux irréductibles (avec un électorat irréductible), Marine et jean-Luc ne peuvent gagner, ni l’un ni l’autre, sans la paix des braves, pourtant il y a urgence. Une fois la souveraineté re-conquise, ils auront le temps de se battre entre eux.


        • Narm Le 08 avril 2017 à 00h10
          Afficher/Masquer

          quelle paix des braves ? Hamon tout mou répète maintenant les discours de Tout mou premier
          Il est bien là pour torpiller le tout
          Faux mou, faux frondeur


  13. vincent Le 07 avril 2017 à 04h52
    Afficher/Masquer

    Completement d’accord avec cette analyse. Après avoir été partisan de Mélenchon pendant un certain temps, je me suis tourné vers Asselineau car je n’ai vraiment pas apprécié le flou artistique de ce dernier concernant son plan A, plan B, même si actuellement, c’est devenu un peu plus clair.

    De plus, Il y a une porte de sortie légale, et selon moi, dans une société civilisée, La loi a la primauté face à la force ou au chantage, sinon on n’a plus qu’a s’entre-déchirer au mépris de toute législation.

    Personnellement négocier les traités j’y crois pas une seconde. Et créer une nouvelle UE avec des Alliances, pourquoi pas, mais pourquoi chercher a s’évader en sciant les barreaux alors que la porte est grande ouverte ? Dans tous les cas son programme est inapplicable ds l’UE actuelle, et les sanctions risquent de coûter très cher, tant qu’on sera dedans. L’UE aura beaucoup de moyen de pression…

    Asselineau, nous propose une nouvelle fondation pour nous reprendre en main, ça en vaut la peine, même si 2 ans ça risque d’être long et tumultueux. C’est la raison pour laquelle il aura mon vote. Et je ne voterai pas utile Mélenchon, pour la simple raison, que voter utile, c’est utiliser le stratagème hypocrite que je reproche aux politiques, et c’est une auto-censure. La France aura la gouvernance qu’elle mérite, j’aurai voté en mon âme et conscience.


    • Gilles Le 07 avril 2017 à 14h50
      Afficher/Masquer

      Excellent !!! Au moins, vous pouvez être sur que votre vote ne servira strictement à rien!!

      préférez plutôt une promenade en forêt ou une partie de pêche!!


      • Philippe Le 07 avril 2017 à 19h28
        Afficher/Masquer

        Je ne comprend pas cette remarque! On reproche à nos politiciens de ne pas appliquer leurs programmes, de mentir pour se faire élire, etc… Et lorsqu’une occasion se présente de changer ca, il faudrait s’en abstenir par ce que les média nous disent qu’il n’a aucune chance?? Arrétez de propager de telles idées!! Si ces idées vous semblent les bonnes, votez pour lui!! Mais, s’il vous plais, arrêtez de nous imposer un “non choix” sous prétexte que seuls 5 candidats sont présidentiables. Ils sont 11.


        • Narm Le 08 avril 2017 à 00h18
          Afficher/Masquer

          vous avez le choix et chacun fera ce qu’il veut 😉

          se fier à ses idées et faire son choix, c’est très bien.
          Mais dire qu’il y a 11 présidentiables est une utopie. Il y a 11 candidats, c’est tout. Je donnerais cher pour voir Asselineau au deuxième tour en 2017 mais c’est impossible. Poutou, sait très bien, et le dit d’ailleurs, qu’il ne sera pas au second tour. Donc voter Poutou, ou Asselineau, si vous voulez changer les choses ne sert à rien. en tous cas, pour cette présidentielle.


        • vert-de-taire Le 08 avril 2017 à 05h56
          Afficher/Masquer

          Pourtant simple :
          JLM a un programme souverainiste – il s’y tiendra
          JLM a un programme keynesien – il s’y tiendra

          FA n’a qu’un programme souverainiste, c’est insuffisant, il faut de toute urgence agir, entrer en matière et surtout surtout ne pas laisser aux réactionnaires la possibilité ouverte (démocratique) de continuer à tromper le monde dans une soumission lamentable.
          Il faut un élan, une direction un objectif pour espérer un résultat.
          JLM démontre qu’un chemin est possible, il démontre qu’il est démocratique : sortir de la misère, sortir de la di-société … le pouvoir de la finance est rendu à la population.
          c’est clairement un programme démocratique qui s’en donne les moyens.

          Aucun candidat ne propose cela.
          Le choix est donc évident.


          • lvzor Le 10 avril 2017 à 05h43
            Afficher/Masquer

            Je suis curieux de savoir pourquoi JLM se tiendrait à son programme, ce que n’a jamais fait aucun “socialiste” depuis le Front populaire. Il faut une grande naïveté pour croire un seul instant qu’un individu qui s’aperçoit subitement qu’il s’est trompé après 30 ans de PS peut faire autre chose, s’il est sincère, que se faire oublier. Après Mitterrand (le virage à 180°), après Jospin (le gouvernement qui a le plus privatisé), après Hollande (sans commentaire), après Tsipras (bis), peut-on croire aux promesses de ces gens-là?


          • izarn Le 11 avril 2017 à 09h54
            Afficher/Masquer

            Avec des simplissismes issus des pseudos programmes des politicards qui racontent la meme chose depuis 40ans. Tout est évident!
            D’ou sortent les dividendes? En fait principalement de la planche à billet. Celle-ci fonctionne pour soutenir les banques et les produits financiers.
            De fait redistribuer consiste a faire de la planche à billet, mais dirigée vers le consommateur. Oui mais les entreprises peuvent-elles augmenter les salaires?
            Pour ça il faudrait que leurs revenus financiers augmentent encore, ce qui est limite de l’explosion finale atomique de la finance. Ou solution anti mélenchoniste, c’est a dire baisser les charges. Mais alors pour éviter la faillite des droits sociaux il faudrait la planche à billet pour soutenir une dette énorme, la baisse exagérée du franc, et finalement une hausse des prix généralisée. Avec au bout la faillite de l’Etat. Et appel au FMI…Bref résultat nul!
            Mélenchon semble sorti de la naphtaline de 1981…


    • Gérard Le 07 avril 2017 à 17h41
      Afficher/Masquer

      Par les temps qui courent, c’est le moment ou jamais d’être pragmatique.

      Malgré le respect que j’ai pour les idées de FA, vu d’aujourd’hui il n’a aucune chance au 1er tour.
      Je n’ai pas envie que la France agonise encore pendant 5 longues années avec du EM du FF ou du MLP .

      JLM est le mieux placé pour franchir ce deuxième tour et il aura mon vote au premier tour ainsi qu’au second tour


      • BouBou Le 07 avril 2017 à 18h49
        Afficher/Masquer

        Gerard les lepenistes disent la même chose…. Soyez honnête est sincère avec vous même, JLM a un programme de gauche, MLP a un programme de droite, leur electorat ne voteront jamais pour le programme de l’autre,
        hors il nous faut nous rassembler, et pour cela il faut être neutre, seul FA à la capacité de le faire, il aura mon vote


        • calal Le 07 avril 2017 à 18h58
          Afficher/Masquer

          pourquoi les uns ne voteraient pas pour les autres? au second tour ,il faut que les voix de ceux qui veulent sortir de l’union europeenne se rassemblent. je suis rouge brun,je n’aurai aucun probleme a voter jlm contre macron si c’est le second tour.pour sortir de l’ue.


          • vincent Le 07 avril 2017 à 20h04
            Afficher/Masquer

            Sauf que selon moi, JLM ne compte pas sortir de l’UE.

            Plan A = on renégocie les traités.
            Plan B = Plan A avec des alliances. ( créer une autre Europe ?)
            Il le dit lui même lors de sa conférence à Rome:
            https://www.youtube.com/watch?v=sektMcC_PAk&t=1018s

            Maintenant si Mélenchon avait vraiment voulu sortir de l’UE, il l’aurait clairement explicité dans son programme ce qui n’est pas le cas…
            Personnellement , ce flou m’a suffisamment agacé et est devenu rédhibitoire.

            Je ne me fie pas aux belles paroles lancées en l’air et aux allures de slogans marketing du genre ” L’Europe, on la change ou on la quitte ” surtout que je n’ai rien contre l’Europe, l’Europe c’est différent l’union européenne.

            De toute façon comme je l’ai mentionné précédemment je n’adhère pas à sa démarche de renégociation des traités. Si on est pas content on sort.


            • denis auroux Le 10 avril 2017 à 10h11
              Afficher/Masquer

              Ce n’est pas sortir absolument de l’UE, c’est refonder des traités au service des peuples non? Vous ne le voulez pas? Curieux et bien dommage… C’est bien l’Europe, à condition qu’elle soit équilibrée et tend vers le bien commun non?


    • denis auroux Le 10 avril 2017 à 10h08
      Afficher/Masquer

      “âme”!!! Amusant ce terme, et en personne réfléchie et lucide sans le mot curieux de “âme”? Conscience ok , mais âme”!!!


  14. nicolas Le 07 avril 2017 à 05h19
    Afficher/Masquer

    Voter pourquoi faire ?

    Pourquoi faire , je ne sais pas mais je peux vous dire moi pourquoi je me suis mis à voter sur le tard.

    A mon humble avis , nous souffrons d’un problème de système et donc je vote pour le faire imploser.

    Personnellement je souhaite un second tour Mélenchon / Le Pen car ce sera l’assurance d’en finir avec ce système qui propulse les plus mauvais et les plus malfaisants sur le devant de la scène.

    Je ne vote pas par conviction car personne ne correspond à mes idées ou du moins personne qui se présente ou qui est encore de ce monde.

    Philippe Seguin était pour moi ce qui se rapprochait le plus de ce que je pense mais aurait il fait un bon président dans des circonstances pareilles ? Je ne le sais pas.

    Je crois que c’est Montesquieu qui parlait de remplacement des élites par d’autres lors de grands boulversements.

    Donc effectivement on peut légitimement se poser la question.

    J’avais lu quelque part sur un blog une chose que j’ai trouvé très pertinente : il ne s’agit plus de voter pour la nième République mais de mettre en place la 1ère Démocratie.

    Pour moi le vrai sujet est là car ce système politique sans aucun contre pouvoir convient à de moins en moins de monde plus le temps passe.

    On nous demande notre avis tous les 5 ans pour mieux l’ignorer ensuite.

    Hollande en est le parfait exemple car élu avec un programme qu’il n’a jamais appliqué ou bien on peut parler du referundum de 2005 aussi ou bien de Mitterrand et du tournant de la rigueur.

    Pas sûr que ceux qui ont voté Mitterrand en 1981 ont été contents en 1983.


  15. astap66 Le 07 avril 2017 à 06h05
    Afficher/Masquer

    Pour ma part, faute de véritable mouvement communiste, je voterai Mélenchon, malgré les réserves que je peux avoir sur le manque de clarté de son programme vis à vis de l’UE: au moins, cette fois, il envisage clairement une sortie (“l’UE on la change ou on la quitte”).
    J’ignore cependant si les “marchés” lui laisseront le choix car ils risquent de se livrer à une attaque en règle s’il est élu et la sortie de l’UE et de l’Euro pourrait être plus rapide qu’il ne le croit…
    Et puis, on ne gouvernera pas de la même manière une France avec une “France insoumise” à 10% ou une “France insoumise” à 20%…


    • vert-de-taire Le 08 avril 2017 à 06h16
      Afficher/Masquer

      Juste.
      je partage.
      La difficulté sera de se donner les moyens de la souveraineté malgré les ‘autres’.
      les ‘autres’ étant les vendeurs de marchandises indispensables à la survie de la France.
      les ‘autres’ étant les forces réactionnaires voulant abattre l’émancipation des gens.
      on trouve là toute (ou presque) la bourgeoisie qui est de tous temps alliée et dindon du grand capital.
      On trouve là aussi bien de gens qui n’ont aucuns moyens de croire à un changement de condition, puisque pour la plupart des gens, il est quasiment impossible de se défaire les liens entre un système et leur vie – un fait historique, hélas.
      Le chemin de l’émancipation passe par des objets dont on ne parle jamais dans les médias,
      et quand ils existent ils sont détruits ou détournés.

      L’exemple type est le capital.
      Pour la plupart des gens, le capital est :
      – propriété d’une personne (un riche)
      – la juste récompense du riche, grace au rendement du …. capital

      Autrement-dit le capital serait origine et destination de la richesse.

      Alors que toute richesse n’est QUE LE PRODUIT DU TRAVAIL.

      le capital est le vol par le riche du produit du travail …
      le capital est devenu le pouvoir de choisir quelle société on construit..

      l’exact contraire de la démocratie.

      Avec JLM FI reprenons le pouvoir démocratique


      • izarn Le 11 avril 2017 à 10h22
        Afficher/Masquer

        L’origine du capital financier est désormais purement spéculative. Basé sur une production monétaire “ex nihilo” des banques.
        Bref si vous ruinez les banques votre papier monnaie est bon pour remplacer le rouleau des WC…
        On peut sauter sur sa chaise en criant “insoumi insoumi”, cela ne changera rien à l’affaire.
        Je croyais que depuis 2008, il avait des gens qui avaient compris le chantage des banksters sur les états…
        La crise n’a pas été résolue, et le pouvoir des banques n’a pas diminué mais augmenté. ce pouvoir la s’appelle le “Système”


    • Clash_Online Le 08 avril 2017 à 10h26
      Afficher/Masquer

      1. Mélenchon prône la désobéissance aux traités “dès son arrivée au pouvoir”
      => article 5 de la 5ème république: faire respecter les traités internationaux…
      => franchement quel crédit donner à la parole de la France au niveau international après ça puisque son président se contrefiche des traités signés ?
      2. Plan B de la FI : il faudrait faire une explication de texte parce que le niveau d’ambiguïté confine à du grand art :
      “Le plan A, c’est la sortie concertée des traités européens par l’abandon des règles existantes pour tous les pays qui le souhaitent et la négociation d’autres règles.”
      => il faut comprendre que la “sortie des traités européens” équivaut à ’abandonner les règles existantes’ et non pas à ’la sortie de l’union européenne’.
      “Le plan B, c’est la sortie des traités européens unilatérale par la France pour proposer d’autres coopérations.”
      => Pourquoi n’est-il pas écrit ‘le plan B consiste, en cas d’échec du plan A, à sortir de l’Union Européenne’ ?
      Par conséquent je comprends que le plan B non plus ne consiste pas à quitter l’Union Européenne mais formellement à ’abandonner de manière unilatérale les règles existantes’ donc à unilatéralement violer les traités… En toute rigueur (important lorsqu’on vise la présidence non ?), pour lever cette ambiguïté, le plan B devrait mentionner l’article 50 du TUE qui est la voie légale d’une sortie de l’Union Européenne. Par conséquent, la phrase suivante du programme de la FI “l’UE on la change ou on la quitte” est juste un slogan… puisque sans rapport avec la phrase explicitant ce qu’est le plan B.


  16. Xavier Le 07 avril 2017 à 06h17
    Afficher/Masquer

    Je revoterai quand on nous demandera où nous voulons aller et pas comment aller où les dirigeants le veulent.

    Concernant la perte de pouvoir, il faudrait s’interroger sur nos priorités individuelles : comment s’étonner que le pouvoir économique se soit emparé du pouvoir politique quand nous voulons toujours plus de confort ?

    Il faudra rendre à Cesar… ou courir après des chimères !


    • vert-de-taire Le 08 avril 2017 à 06h48
      Afficher/Masquer

      En effet, c’est oublier le principe premier de la démocratie.
      Le dirigeant est à notre service.
      Bon d’accord avec la 5eme il pouvait s’en abstraire.

      C’est justement ce que propose de changer le programme de JLM FI, forcer le dirigeant à rester au service des citoyens.
      Parmi les moyens : le referendum revocatoire. c’est clair et précis allez voir https://avenirencommun.fr/sept-axes-programmatiques/
      Ne pas voir cela est regrettable.
      ne pas tenter cela est une faute politique.


  17. calal Le 07 avril 2017 à 06h21
    Afficher/Masquer

    avec ce qui est en train de se passer aux usa,on voit que la politique revient sur le devant de la scene. la mondialisation aurait du nous apporter, comme l’europe, la paix et la prosperite d’apres les commerciaux qui nous l’ont vendu…
    voter me semble rester un espoir que changer les choses de maniere “evoluee”,”pacifique”, soit possible. et puis meme si on se trompe,ca dure que 5 ans. on a survecu a 5 ans de sarko puis a 5 ans de hollande.les belges ont eu 2 ans sans gouvernement…peut etre que voter avec ses achats est plus important que glisser un bulletin de vote dans une urne.
    Peut etre que ca sert a rien mais apres tout c’est GRATUIT.et c’est fois ci on a une bonne occasion de leur mettre un bon taquet derriere les oreilles…


  18. un passant Le 07 avril 2017 à 07h37
    Afficher/Masquer

    Vivre sans espoir et sans perspectives, c’est juste impossible. Si je devais voter – j’ai arrêté depuis 4 ou 5 ans, ce serait Mélenchon. Il a pris en compte l’exemple grec et maintenant le candidat de la FI a un plan B de sortie de l’UE. Soit. Avec quels moyens pour le mettre en oeuvre, si tant est qu’il le veuille ? Une majorité parlementaire ? Ce serait pour le moins très étonnant, même avec la dynamique de la présidentielle.
    astap66 a raison : sans une massive mobilisation populaire, rien ne verra le jour, mises à part quelques réformettes pour endormir le plus possible de ces classes potentiellement dangereuses. Les conditions d’une telle mobilisation peuvent-elles être réunies ? C’est peut être la bonne question. On est très très loin de 36 ou de 45 à ce niveau. Idéologiquement, on a pour l’instant perdu. Le tissu social est détruit ou peu s’en faut, les syndicats sont dans le même état que le monde du travail et le renouveau (colibris, amap, scop, zad, etc.) commence à peine à émerger.
    Seconde question : la mobilisation doit-elle être à la remorque d’une élection quelconque, alors que nous vivons de fait en dictature (cf Juncker : la démocratie et les traités…). Et zut, ce commentaire est trop long dit le logiciel 🙂


    • mat74 Le 07 avril 2017 à 17h00
      Afficher/Masquer

      Mais Non pas du tout trop long ton commentaire, très intéressant au contraire. Tout comme toi j’hésite à voter Mélenchon mais franchement Macron au commande : je me pardonnerai pas de ne rien avoir fait. Un dilemme comme toujours ces élections.


  19. Ardéchoix Le 07 avril 2017 à 08h12
    Afficher/Masquer

    Le vote, quelle franche rigolade .
    Nous sommes dans l’allégorie de la crotte de Platon, et les silhouettes sur le mur sont nos hommes politiques, les manipulateurs de marionnettes la finance.
    Notre système démocratique est mort depuis longtemps.
    Un texte de Élisée Reclus à Jean Grave
    http://www.homme-moderne.org/textes/classics/ereclus/jgrave.html


    • Ardéchoix Le 07 avril 2017 à 08h32
      Afficher/Masquer

      Heureusement, il nous reste l’humour ou presque.
      https://youtu.be/Qab09a7Hglw


    • Bruno Le 07 avril 2017 à 08h45
      Afficher/Masquer

      Je partage votre analyse. Cependant j’ai vécu dans des dictatures et cela ne fait pas le même effet qu’en France, qui demeure un pays de droits.


      • Ardéchoix Le 07 avril 2017 à 09h17
        Afficher/Masquer

        Je suis d’accord avec vous, mais en France nous sommes dans une dictature financière .
        3% , dettes, cac 40, paradis fiscaux, etc


      • Xavier Le 07 avril 2017 à 09h20
        Afficher/Masquer

        On agit en votant, donc pas d’inhibition de l’action et pas de frustrations… mais comme le rat qui se bat dans la cage, cela ne change rien à notre réalité, on l’oublie juste.
        http://www.youtube.com/watch?v=7WF_2EuTi38&sns=em


      • Alfred Le 07 avril 2017 à 11h18
        Afficher/Masquer

        Effectivement. Ne pas voter reste un caprice d’enfant gaté au raisonnement émotif et superficiel (désolé).
        Bien entendu nous ne sommes pas dans une démocratie. Bien entendu le destin du votant est d’être cocufié. etc ….
        Et alors ça vous arrache une jambe? Vous finirez par comprendre le jour où vous n’aurez plus droit à ce simulacre à quel point il contenait un pouvoir caché que nos maitres adoreraient nous enlever. C’est la seule chose qui les menace (bien plus qu’une guerre ou une révolution que l’on manipule tout aussi facilement qu’une élection, … votre sang en plus). L’élection ce n’est que l’expression pacifique de rapports de forces. Même lorqu’elle est truquée à 100% elle est significative. Et ce n’est qu’un des outils que nous avons. Il ne faut pas trop le surinvestir comme le font ceux qui “ne cautionnent pas”. Les vapeurs des uns et des autres n’ont pas d’importance. A la fin vous faites ou vous faites pas.


        • Ardéchoix Le 07 avril 2017 à 11h39
          Afficher/Masquer

          @ Alfred “Ne pas voter reste un caprice d’enfant gâté” vu que j’ai dépassé les 60 ans j’aurais préféré “Ne pas voter reste un caprice de vieux gâteux” .
          Amicalement.


          • Flizz Le 07 avril 2017 à 12h06
            Afficher/Masquer

            60 ans et enfant gâté, ça ne me parait pas incompatible.


            • Alfred Le 07 avril 2017 à 12h50
              Afficher/Masquer

              J’en ai plein dans ma ville: ça s’appelle des babyboomers. Ayant travaillé toute leur vie sans avoir à chercher de travail, avec pour certains une très très bonne retraite et un fort pouvoir d’achat, ils font monter les prix de l’immobilier dans ma région. Ils pensent qu’ils ont souffert parceque quand ils étaient jeunes chez le tonton (qui a fait la guerre d’Algérie (lui) ils devaient se laver à l’eau froide et les chiottes étaient t au fond du jardin (pas de bol le petit fils s’installe dans une yourte avec des toilettes sèches).
              Bon je trolle un peu. Ardéchois j’ai toujours du respect pour les plus âgés qui s’intéressent toujours à la politique et ne se résignent pas (même si on est pas d’accord). Je vous préfère à un djeune déjà mort qui voteraient Macron “le seul qui peut faire barrage” (vu à la TV). Pardonnez moi donc.


  20. astap66 Le 07 avril 2017 à 08h18
    Afficher/Masquer

    Une chose aussi: Dans l’histoire, les moments où le peuple est au pouvoir, ou plus exactement est suffisamment mobilisé pour contraindre le gouvernement officiel à lui obéir, ne durent jamais très longtemps. Pour les périodes que je connais (un peu) :
    – la commune de Paris en 1971 : 2 mois
    – les soviets en 1917: entre février et octobre 1917
    – les grèves de 36 : 2 mois
    – le CNR en 44 : 18 mois environ
    Mais les conséquences bénéfiques pour la population (y compris en Russie, où le peuple a pu accéder à l’éducation et à la santé), ont perduré de nombreuses années.
    Je pense qu’il est vain de tout attendre d’une élection mais elle peut par contre être un facteur de mobilisation.


  21. Milsabor Le 07 avril 2017 à 08h45
    Afficher/Masquer

    Bruno Guigue est un auteur habituel de LGS. Il a écrit un article sur le souverainisme qui met en valeur le souverainisme de JLM en comparaison aux autres candidats sauf FA qu’il amalgame à JLM en toute malhonnêteté. Les réactions des UPRistes en commentaires ont été censurées par LGS. Méfions-nous de ces belles plumes qui adoptent des postures différentes en fonction des publics auxquels ils s’adressent et qui peuvent dissimuler des comportements carrément sectaires.
    https://www.legrandsoir.info/la-souverainete-fantome-de-l-election-presidentielle.html


  22. Catalina Le 07 avril 2017 à 08h55
    Afficher/Masquer

    Bonjour à tous,
    Je suis entourée de gens qui me disent qu’ils ne font pas de politique, que la politique c’est ennuyeux, qu’ils n’y connaissent rien. Ces mêmes gens se demandent pour qui voter, je leur dit alors que “voter” est l’expression pure de la politique et aussi “comment donc peuvent-ils faire un choix” puisqu’ils n’y connaissent rien et que ça ne les intéresse pas. Faire de la pseudo-politique est malheureusement le lot de la majorité des Français qui ne voient de la politique que les 4 mois avant l’élection, les 4 ans et quelques mois restant leur étant totalement indifférents…..on dirait.


    • vert-de-taire Le 08 avril 2017 à 08h12
      Afficher/Masquer

      Observations justes

      C’est un choix des politiques, des politiciens, d’empêcher les initiatives d’éducation populaire, c’est à dire essentiellement d’éducation politique.
      Le choix de ne pas enseigner les régimes politiques et les fonctionnements possibles de la démocratie.
      Les gens ne peuvent pas savoir ce qui n’est pas.
      la démocratie est une invention perpétuelle,
      le capitalisme sa confiscation.

      http://www.scoplepave.org/l-education-populaire-monsieur-ils-n-en-ont-pas


  23. marie Le 07 avril 2017 à 09h12
    Afficher/Masquer

    Il me semble qu’aucun commentaire, pas plus que l’article lui-même ne remet en cause l’absolue nécessité d’un rapport de force, pour changer les choses en faveur d’une plus grande démocratie et d’une meilleure répartition des richesse. Une élection présidentielle est un outil parmi d’autres qui contribue à créer ce rapport de force parce qu’elle permet le débat et la prise de conscience. A propos des outils et en dehors du vote (je vote ils dégagent), lequel préconisez vous? insurrection, lutte armée, grève générale?
    FA ne peut échapper à cette problématique en répétant Frexit, Frexit Frexit : tout restera à faire .


    • Kiwixar Le 07 avril 2017 à 10h11
      Afficher/Masquer

      Je préconise la méthode employée par les chauffeurs de taxi pour toujours obtenir du gouvernement ce qu’ils veulent : menacer de bloquer les raffineries avec leur voiture. En 3h les supermarchés sont vidés, en 3j il n’y a plus à bouffer, y compris pour les forces de l’ordre.

      Lutter à pied est idiot : facile à scinder, matraquer et à encercler. Lutter en voiture et tout bloquer c’est mieux. Les forces de l’ordre sont aussi bloquées et les traítres qui nous gouvernent ne peuvent même plus se rendre au Bourget (ou à Varennes). Bon, je dis ça, je suis tranquille à Auckland où il n’y a ni CRS ni état d’urgence, hein.


      • Alfred Le 07 avril 2017 à 11h24
        Afficher/Masquer

        ça c’est la proposition que j’ai vu émerger de l’assistance dans de multiples AG lors de multiples mouvements: à chaque fois les professionnels de la lutte sur l’estrade devenaient blèmes et on passait à autre chose… pendant un temps j’ai vu des jaunes partout et j’ai arrêté toute participation à ce genre de cirque.
        Maintenant je ne dis pas qu’il ne faille pas insister t y revenir…


        • Kiwixar Le 07 avril 2017 à 12h17
          Afficher/Masquer

          Vu les résultats, les « professionnels de la lutte » ne seraient-ils pas des « professionnels de calmer la base » (i.e des vendus)?


          • s Le 07 avril 2017 à 12h38
            Afficher/Masquer

            La CFDT dépasse la CGT chez les travailleurs du privé, alors la base…


            • Alfred Le 07 avril 2017 à 12h57
              Afficher/Masquer

              Il n’y a plus de base parce qu’il y a eu trop de directions jaunes (c’est ce que ça veut dire: des pros du “calmage”).
              Faut pas s’étonner: quand les gens se sont mobilisés et ont perdu de l’argent pour des prunes il sont déçu mais ils peuvent y revenir. Quand ils ont l’impression d’avoir été menés en bateau par contre vous ne les rattraperez plus.


  24. yann Le 07 avril 2017 à 09h36
    Afficher/Masquer

    après le trauma de 2005, j’ai enquêté, découvert l’UPR, visionné moult vidéos, lu les traités européens pendant 1 an avant d’adhérer il y a 4 ans. FA donne un diagnostic précis puis propose des solutions claires, sans promettre la lune. Cela repose aussi sur le sentiment d’être français. Je ne connaissais pas ce type avant, par contre toutes les autres girouettes … OB a écrit “les faits sont têtus”, sa comparaison avec les chaussures est aussi claire, comme le lit de Procuste. Je voterai FA aux élections, non pas avec espoir, mais avec détermination. En quelque sorte, j’enlève le cran de sécurité. Je sais que s’il ne passe pas, la situation va dégénérer. Je vote d’abord pour dire que j’ai mal aux pieds, puis je vais enlever les chaussures comme pas mal de personnes et s’il le faut les lancer à la tête de tous ces camelots qui nous vendent des illusions.


    • Gilles Le 07 avril 2017 à 15h05
      Afficher/Masquer

      “Je sais que s’il ne passe pas, la situation va dégénérer”

      Vous vous posez une question alors que vous connaissez la réponse ? bizarre!!

      résultat: Asselineau = 0,5% Macron = élu donc catastrophe. Bravo!!!

      continuez votre enquête…….


      • yann Le 07 avril 2017 à 17h43
        Afficher/Masquer

        je ne me pose pas de question et, effectivement, je continue mon enquête càd mon éducation, et je pense ne l’arrêter qu’à ma mort.
        Je ne me pose pas de question car la situation est déjà catastrophique. Je vote FA au 1er tour et si absence de FA au 2nd, je m’abstiens, car tous les autres candidats amèneront aux mêmes résultats, lisez les GOPE… Les rodomontades de JLM ne m’impressionnent plus, je connais le personnage depuis 40 ans. Ce type ne m’a jamais rien appris.


      • Philippe Le 07 avril 2017 à 18h25
        Afficher/Masquer

        Et vous, peut être devriez vous commencer a enquêter sur les instituts de sondage… Pour comprendre comment vous vous faites berner… OB l’a pourtant encore démontré récemment avec Trump…
        Incroyable d’imaginer que des gens puissent encore croire les sondages sur ce genre de sujets alors qu’ils viennent sur ce site…


        • yann Le 07 avril 2017 à 20h26
          Afficher/Masquer

          étant ce jour d’humeur badine, je perds un peu de temps, non à répondre, mais à commenter votre commentaire. Je n’ai aucunement fait référence aux sondages dans mon propre texte. Je ne leur prête pas grand cas, les faits sont plus précieux que les conjectures, j’ai 100% de mon propre vote, ça va, je gère !
          Quant aux tartarinades de JLM, je vous conseille vivement le visionnage de cette vidéo instructive : https://www.youtube.com/watch?v=c2Dm-ahWqOs


          • Philippe Le 07 avril 2017 à 21h54
            Afficher/Masquer

            @Yann: mon commentaire s’adressait bien à Gilles, qui lui, fait référence au 0.5% d’intention de vote présumé pour FA annoncés par tous les sondages mainstream…


      • lvzor Le 10 avril 2017 à 06h16
        Afficher/Masquer

        “résultat: Asselineau = 0,5% Macron = élu donc catastrophe. Bravo!!!”

        J’ai une grande admiration pour les gens qui connaissent le résultat des élections avant qu’elles aient lieu, grâce aux sondages qui ne se trompent jamais, comme on le sait. D’ailleurs les 0.5% de FA c’est du béton, c’est tellement fiable qu’on ne peut les comparer qu’aux promesses de JLM.

        (au fait, puisque vous êtes apparemment pour le “vote utile” et que vous savez que FA avec ses 0.5% fera élire Micron, je suppose que vous ne vous dérangerez pas pour aller voter?)


  25. Gilles Le 07 avril 2017 à 09h41
    Afficher/Masquer

    une video auto-censurée par LCI sur le candidat du “vote utile”:

    https://www.youtube.com/watch?v=2fbRnoZU9PM


  26. Renaud QUILLET Le 07 avril 2017 à 09h57
    Afficher/Masquer

    L’analyse n’est pas inintéressante.

    Bon, pour 36, la Libération, etc., c’est assez l’Histoire revue et corrigée par le PCF…

    Mais si ça pouvait détourner de l’abstention ou des votes Arthaud, Poutou, Hamon, voire Macron, vers un vote Mélenchon quelques-uns de nos concitoyens, ce serait mieux que rien.


  27. Zevengeur Le 07 avril 2017 à 10h28
    Afficher/Masquer

    Contrairement à une opinion souvent exprimée, le vote inquiète beaucoup l’oligarchie ayant jusqu’à présent réussi à placer ses marionnettes au pouvoir.

    Cela est démontré par le battage médiatique en faveur de leur principal candidat Macron.

    Même s’il est démontré empiriquement que plus un individu est présent dans les médias mainstream, plus il récolte de bulletins, cela ne reste pas une science exacte comme l’ont démontré le Brexit et l’élection de Trump.

    Donc, aller voter est utile, ne pas le faire fait le jeu de l’oligarchie même si leur représentant est élu avec 10% seulement du nombre d’électeurs.

    Reconnaissons tout de même que sur les 11 candidats, nous avons une vraie pluralité.

    Le vote utile est une idiotie, car à la fin lorsque l’on fera le décompte, les pourcentages représenteront un véritable rapport de force même pour les 10 perdants.

    Et puis, en effet, si les français se bougent, une mobilisation ultérieure massive dans la rue reste une efficace possibilité de rattrapage !


    • Alfred Le 07 avril 2017 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Merci Zevengeur. C’est ce qu’il faut comprendre. Si les elections ne servaient à rien “ils” n’y mettraient pas d’efforts. C’est ce qu’il faut répondre aux simplets qui citent coluche à tout bout de champ. On remarque que ce sont d’ailleurs les mêmes qui prétendent que ce sont les elections qui ont porté Hitler au pouvoir (alors faut savoir y en a à qui ça a servi?) alors que c’est la conjonction du poids électoral, de l’appui de la haute bourgeoisie et… la décision du maréchal-président Hindenburg.
      Les élections seules ne suffisent pas mais elles sont une étape nécessaire à presque toutes les prises de pouvoir.


  28. Outis Le 07 avril 2017 à 10h33
    Afficher/Masquer

    Voter, ce n’est pas mettre un bout de papier dans une enveloppe …
    C’est aussi après, qu’il faut rester vigilant. Pour tous ceux qui préfèrent s’assoupir il y a évidemment un vaste choix de candidats.

    Pour les autres, il me semble clair que vivre ensemble n’est pas un choix, mais une obligation. Aussi avec les quelques-uns qui prônent la haine, l’esclavage ouvrier et autres mépris.

    Si certains maintiennent leur candidature à un moment où JLM pourrait arriver au 2e tour avec quelques désistement motivés, c’est qu’ils se trompent d’élection: c’est aux législatives qu’il faut se présenter. Ce qu’il faut préparer maintenant.

    La cas Hamon est particulièrement éclairant: il a été trahi tant de fois, qu’il ne devrait plus hésiter à trahir les traîtres et être l’homme historique qui a refondé le PS. Mais il se peut qu’il ne soit qu’un socialiste «fidèle».

    PS pour Diacrisis: le chèque est dans le tuyau 🙂


  29. Gilles Le 07 avril 2017 à 11h10
    Afficher/Masquer

    J’avoue que j’ai du mal à comprendre ce billet et certains commentaires.

    Je pense m’adresser à beaucoup des lecteurs de ce blog. Les élections qui arrivent désigneront un vainqueur !! OK ? Les problèmes qui nous préoccupent sont ceux posés par l’UE, par l’Euro, par le climat, par la politique étrangère, par la démocratie. OK ? Tous ces problèmes ne se résoudront pas en un coup de baguette magique : Il faut donc faire un choix ou alors cesser de s’apitoyer et aller jouer aux billes.

    En votant pour Asselineau (max 1% des voix), Hamon (politique étrangère pro-américaine et compromission avec l’UE assurée), ou pire encore pour Macron (ultra-libéral, ubérisateur de l’économie, pro-américain, pro UE, pro Medef, pro tout et n’importe quoi), rien ne changera et nous serons repartis pour 5 ans. (je ne parle pas de MLP, son programme raciste et xénophobe, inapplicable d’ailleurs, me faisant horreur ni de celui de Fillon qui serait à coup sur une catastrophe sociale et économique)

    Avant tout il faut préciser que le programme de JLM est une synthèse des propositions discutées au cœur du mouvement des insoumis pendant de long mois.

    Donc si vous voulez bien prendre en considération quelques items du programme de Jean-Luc Mélenchon qui me semblent déterminants et en phase avec l’esprit de ce blog:

    1. Démocratie et la 6° république: Dés son arrivée, il proposera que se réunisse une assemblée constituante composée pour partie de personnes primo-élues et de personnes tirées au sort. Cette nouvelle constitution sera soumise à referendum au plus tard dans les 24 mois suivant l’élection présidentielle. Dés son adoption, la 6° république sera déclarée et JLM remettra son mandat.
    https://avenirencommun.fr/univpop_programme/seance-1-6eme-republique/

    2. La planification écologique : La règle verte prônée par JLM prouve que le programme des insoumis est le plus écologiste de tous les candidats. Il y insère particulièrement le programme « Négawatt » qui permettra de sortir du nucléaire d’ici 2050. https://negawatt.org/Scenario-negaWatt-2017
    https://avenirencommun.fr/univpop_programme/seance-3-planification-ecologique

    3. La défense : Sortir de l’OTAN et redéfinir une politique indépendante au service de la paix.
    https://www.youtube.com/watch?v=vQ6VRi0smIo
    https://avenirencommun.fr/univpop_programme/seance-5-strategie-internationale

    4. La sortie « unilatérale » des traités Européens :
    https://avenirencommun.fr/univpop_programme/seance-4-question-europeenne
    https://www.politis.fr/articles/2017/03/video-jacques-genereux-et-thomas-piketty-debattent-de-leurope-36523

    5. L’urgence sociale :
    https://avenirencommun.fr/univpop_programme/seance-2-lurgence-sociale
    j’en profite pour vous recommander ce film :
    http://www.lasociale.fr


    • yann Le 07 avril 2017 à 11h56
      Afficher/Masquer

      Le simple fait que vous mettiez la mise en place d’une nouvelle constitution avant la sortie de l’UE et de l’euro est symptomatique de l’européisme latent de JLM. Vous croyez vraiment que c’est le moment pour des réformes institutionnelles. Réformes qui n’ont d’ailleurs jamais rien changé sur le fond puisque ce sont toujours les mêmes classes sociales qui finissent à terme par gouverner.

      La priorité c’est d’abord de sortir de l’euro et de l’UE. Avant de vouloir changer la France encore faudrait-il qu’elle soit toujours une nation. Elle n’en a plus les attributs, les principaux candidats sont même allés à Berlin pour se faire adouber par le vrai dirigeant du pays Angela Merkel. La souveraineté avant tout, le reste n’est qu’accessoire pour le moment.


      • Gilles Le 07 avril 2017 à 12h12
        Afficher/Masquer

        D’une part, l’un n’empêche pas l’autre. S’il est urgent de sortir de l’UE, il est aussi urgent de sortir de ce système politique.
        (les items ne sont pas classés par priorité)

        D’autre part j’affirme que le seul capable de mener à bien ce projet est JLM. Tous les autres candidats sont de la poudre aux yeux. Non pas parce qu’ils seraient insincères, mais tout simplement parce qu’ils n’ont aucune chance d’être élus.
        Donc tous les auteurs de billets en faveur de FA, voire de NDA sont des ardents défenseurs d’un système qui perdurera car ils laissent la porte ouverte ou à Fillon ou à Macron qui, vous pouvez en convenir, ne risquent pas de porter atteinte aux institutions européennes.
        Pour tous ces défenseurs de FA, j’en arrive à me demander pour qui ils “roulent” vraiment.


      • TuYolPol Le 08 avril 2017 à 12h14
        Afficher/Masquer

        FA a de bonnes idées et un bon argumentaire, mais là où il déconne, c’est quand il tape sur JLM. Qu’il ait défendu son approche jusqu’au plus près des élections, c’est bien. Mais je n’ai jamais entendu JLM semer des peaux de bananes à FA.
        Maintenant, nous sommes à quelques jours du premier tour, et le meilleur espoir est JLM. Pour ceux qui veulent que le peuple français reprenne son destin en main, seul un second tour JLM – Macron peut y conduire. Macron gagnerait contre MLP (j’ai bien compris que pour certains c’est un choix envisagé) car c’est le FN et autant son électorat est solide, autant son opposition est braquée. Quant à FA, il ne passera pas le premier tour, il ne faut pas rêver.
        Le souverainisme humaniste est incontestablement mené par JLM, avec un talent et un sens du rassemblement de plus en plus reconnus. [Modéré]


  30. Stéphane Grimier Le 07 avril 2017 à 12h20
    Afficher/Masquer

    “Marrant” les commentaires. Ils commencent à comprendre -alors que d’autres ont compris depuis plus de 10 ans- et donc en bons adolescents de la comprenette, ils vont allez voter FA, et comme d’habitude, nous, français, allons tous perdre……

    Ça va durer encore longtemps ce délire ? Ça me rend dingue!


  31. christian gedeon Le 07 avril 2017 à 12h53
    Afficher/Masquer

    Comme d’hab,ce genre d’article (tout est manipulé etc….)et donc voter ne sert à rien. Outre la drôle de description de la naissance de la sécu(ah bon,ce sont les communistes qui ont créé la sécu et les allocations?) et l’ode au PC d’antan(ah les belles grèves de 1936 qui ont si bien préparé notre désarmement,et notre “pacifisme ” face à qui vous savez,les congés payés étaient de toute façon à l’ordre du jour,n’est ce pas?). Le plus drôle étant de citer Gattaz père,grand allié de la CGT dans la destruction du patrimoine industriel français…bref,passons.Mais si les peuples sont mal représentés,cher Guigue,c’est parce qu’ils le veulent bien,n’est ce pas? Après tout,n’est pas eux qui rendent le vote “inutile “? Puisqu’ils votent “toujours pour les mêmes”?!Alors,soit les peuples sont majeurs,et votent quand il s’agit de voter,pour ceux qui pourraient bouleverser la donne,soit ils acceptent leur “esclavage” en votant toujours pour les mêmes acteurs,au sens propre du terme…non? Et après vae imbecillis…


  32. LBSSO Le 07 avril 2017 à 13h14
    Afficher/Masquer

    A “pisser dans un violon” (cf pictogramme du billet),je préfère :” Les sanglots longs des violons de l’automne”

    5 juin 1944, 21h15,la radio, quelques notes de la 5ème de Beethoven(*). Puis:
    ” Les français parlent aux français. Veuillez écoutez tout d’abord quelques messages personnels
    ” Les sanglots longs des violons de l’automne”, je répète, “les sanglots longs des violons de l’automne”, blessent “mon cœur d’une langueur monotone”, je répète blessent ” mon cœur d’une langueur monotone”.
    Ces vers de Verlaine sont un message codé pour les résistants.Le débarquement est imminent.

    Le message continuait par:”Messieurs, faites vos jeux”

    Alors accordons nos violons et débarquons-les.

    (*) en Morse est un « V » (= 5) comme Victoire


    • Gilles Le 07 avril 2017 à 14h34
      Afficher/Masquer

      “Alors accordons nos violons et débarquons-les.”

      je dirais même: “Dégageons-les”.


  33. fanfan Le 07 avril 2017 à 15h37
    Afficher/Masquer

    Rappel: Mélenchon s’est défendu depuis Maastricht avec véhémence en disant à plusieurs reprises et ce de manière très nette, qu’il regrettait son vote relevant d’une erreur d’analyse et qu’il l’avait exprimé sans bavure, notamment en votant non au traité de Lisbonne (TCE) en 2005.
    Les 22 et 23 avril 1998, il va à l’encontre de la position du parti et est l’unique sénateur du groupe socialiste à voter respectivement contre le projet de loi d’intégration de la Banque de France au système européen de banques centrales et contre la résolution sur le passage à l’euro.


    • Clash_Online Le 07 avril 2017 à 15h43
      Afficher/Masquer

      La position Plan A / Plan B est intenable :
      1. Le président de la république est le garant des traités internationaux selon l’article 5 de notre constitution
      2. Les traités européens (via la commission européenne) imposent des réformes qui touchent à l’ensemble du champ économique et social (Cf. GOPé et article 121 du TFUE).
      3. CQFD : un candidat dont le programme n’est pas en droite ligne des recommandations de la commission européenne, ne pourra pas appliquer son programme sous peine de trahir notre constitution
      4. Corrolaire : pour appliquer ce programme, il faut sortir de l’Union européenne -> Frexit (*)

      (*) Mélenchon (et d’autres candidats) propose de renégocier les traités européens (pour que ceux-ci soient en accord avec son programme). L’article 48 du TFUE stipule que l’unanimité des états membre de l’UE est requise pour changer les traités -> il faudrait que les 27 (28 – RoyaumeUni) Etats européens soit d’accord pour une Union Européenne à la française, puis que les parlements (ou le peuple -via référendum) de chaque Etats ratifient ce nouvel accord pour que celui-ci soit mis en place. Il faut donc 27 x 2 = 54 validations… autant dire que c’est impossible.


      • fanfan Le 07 avril 2017 à 19h50
        Afficher/Masquer

        Oui mais François Asselineau n’a guère de chance d’être élus !
        Ce que le maoïste Denis Kessler appelait à détruire ; c’est ce à quoi s’est attelé Emmanuel Macron et s’attelleront François Fillon et Emmanuel Macron.

        Les jours heureux: le programme du Conseil national de la Résistance
        https://blogs.mediapart.fr/laurent-mauduit/blog/020316/les-jours-heureux-le-programme-du-conseil-national-de-la-resistance
        Le programme du CNR vit encore dans nos vies quotidiennes et ne demande qu’à être étendu dans la dimension émancipatrice qu’il pose.
        CNR : Conférence Bernard Friot
        https://vimeo.com/89432496


      • fanfan Le 07 avril 2017 à 20h31
        Afficher/Masquer

        Oui mais FA a peu de chance d’être élu et il nous faut gagner 5 ans. Il faut nous rassembler autour de JLM pour être au second tour.
        Ce que le maoïste Denis Kessler appelait à détruire, ce à quoi s’est attelé Emmanuel Macron, il continuera de s’y atteler, lui ou François Fillon, s’il est élu ou ministre de Fillon.

        Le programme du CNR, n’a pas été une fin en soi, car non seulement il vit encore dans nos vies quotidiennes mais il ne demande qu’à être étendu dans la dimension émancipatrice qu’il pose. CNR.
        Conférence Bernard Friot https://vimeo.com/89432496


      • Barbe Le 08 avril 2017 à 10h00
        Afficher/Masquer

        Jlm veut changer, comme l immense maîtres Français, de constitution.
        Votre point un ne tient pas.


        • Clash_Online Le 08 avril 2017 à 10h34
          Afficher/Masquer

          Vous pensez que la constitution de la 6ème république n’indiquera pas que la France s’engage à respecter les traités internationaux??? c’est grave ça… comment pourrait-on ensuite reprocher après à un pays d’envahir un autre (“bof, le respect de la charte de l’ONU je m’en contrefiche”).


      • izarn Le 11 avril 2017 à 10h39
        Afficher/Masquer

        Proposer un nouveau traité, qui annule les dispositions du traité de Lisbonne pour en proposer bien sur de meilleures pour “construire l’UE”….Ce qui serait urgent vu les résultats catastrophiques de l’euro en dehors de l’Allemagne, et du problème migratoire. Qui n’est pas un problème xénophobe inventé par le FN, OK?
        Peut-etre qu’on n’est pas obligé de sauter comme un cabri sur sa chaise en criant “Insoumi, insoumi!” ou “Article 50, article 50!”
        Ca sent l’anarque, je vous dis…


  34. fanfan Le 07 avril 2017 à 15h57
    Afficher/Masquer

    La situation en Syrie dégénère, 60 missiles Tomahawk tirés contre une base aérienne… Moscou prévenu à l’avance. C’est énorme cette attaque chimique attribuée à al Assad, dans quel but un président gazerait sa population ? Et nous avons un Macron qui veut une intervention militaire en Syrie après l’attaque chimique. Nous voilà avec un « va t-en guerre » !
    «Médiapart», «Le Canard Enchaîné» et des magistrats visés par des menaces de mort, les deux médias, ainsi que quatre juges sont visés.
    Guyane, après 20 jours de crise, la situation devient de plus en plus tendue, les blocages se poursuivent, la population partagée.
    Enfin blanchi ! Fillon a été enfariné à Strasbourg.
    http://lesmoutonsenrages.fr/2017/04/07/vos-infos-news-liens-et-autres-du-7-avril-2017/#more-104021


  35. serge Le 07 avril 2017 à 17h13
    Afficher/Masquer

    Perso, je vote à chaque élection car, même si je suis (souvent) déçu du résultat, c’est quand même mieux quand on me demande mon avis ET que je peux l’exprimer. Maintenant, depuis VGE que j’ai subi puisque légèrement trop jeune pour être autorisé à voter (et je me rappelle bien ces années pourries), le constat est que je vote de plus en plus en réaction, ce qui n’est pas sain et traduit une dérive de gestion fort certaine vers le bordel généralisé. Maintenant, vu le glissement de plus en plus accéléré vers WW3 (trop d’armes donc usage nécessaire), une petite rupture sur le bord ouest de l’Europe géographique ne se verra pas peut-être pas…


  36. Owen Le 07 avril 2017 à 18h05
    Afficher/Masquer

    Finalement, les candidats qui restent prudents sur la décision de Trump de bombarder la base militaire syrienne, sont les souverainistes, ceux qui soutiennent cette décision sont les atlantistes. Tout s’emboite…

    Du côté des souverainistes, on rappelle l’Irak et la Libye, on constate que Trump prend seul la décision de bombarder où il veut quand il veut.

    Du côté des atlantistes, celui qui, bille en tête, réclame des représailles en Syrie contre Bachar El Assad, c’est… c’est… allez quoi !

    https://francais.rt.com/france/36563-syrie-frappe-reactions-candidats-présidentielle

    En tout cas, je sais contre qui je voterai absolument au deuxième tour.


  37. Suzanne Le 07 avril 2017 à 19h31
    Afficher/Masquer

    – Il semble que le souverainisme soit maintenant nécessaire.
    – France Insoumise a un programme correspondant à une sensibilité de vraie gauche : reprise en main du peuple, reconstruction, solidarité. La primaire socialiste a failli lui gâcher complètement la mise, mais ça s’atténue. Bien sûr que ce n’est pas parfait ! Mais au moins ça existe. Les autres programmes sont très très loin d’être parfaits aussi, si vous voulez mon avis. Cette critique de non perfection est un leurre pour favoriser la passivité. Et pourtant je suis loin d’être une fan du vote. Mais cette fois-ci pas de question, je vote, il faut. J’aurais bien voté FA aussi, merci à lui, mais je ne peux voter qu’une fois.
    – J’ai peur que la candidature Macron nous soit imposée. Je suis troublée par ces sondages qui changent bizarrement à la fin des débats, par exemple, je trouve que ça manque de transparence. Tout cela me paraît très flou et donc très dangereux.


  38. obermeyer Le 07 avril 2017 à 20h39
    Afficher/Masquer

    Même si la sortie de l’UE est un thème important , n’oubliez pas que ce n’est pas le seul : la transition énergétique , l’égalité homme – femme , la règle verte , la fin de l’ère atomique , l’avenir de ce que nous mangerons et respirerons , le système démocratique , la fin des privilèges , sont aussi importants à mes yeux que la sortie des traités européens . Je voterai JLM pour toutes ces raisons .


  39. fanfan Le 07 avril 2017 à 21h24
    Afficher/Masquer

    Emmanuel Macron ou le coup de Gracques électoral par Régis DESMARAIS
    https://irocblog.wordpress.com/2017/04/05/emmanuel-macron-ou-le-coup-de-gracques-electoral/
    L’ancien ministre de François Hollande est une « personne qui doit sa situation à quelqu’un et se fait son agent ». Le quelqu’un à qui M. Macron doit principalement sa création d’homme politique est une personne morale : l’association de loi 1901 dénommée les Gracques.
    Leurs objectifs se retrouvent dans la Bible des Gracques ou plutôt la Rhétorique des Gracques : “Ce qui ne peut plus durer”, ouvrage fondateur de la pensée Gracquienne publié chez Albin Michel en septembre 2011.
    https://irocblog.wordpress.com/2017/04/05/emmanuel-macron-ou-le-coup-de-gracques-electoral/


  40. fanfan Le 07 avril 2017 à 21h31
    Afficher/Masquer

    (suite) On peut extraire de cette pensée des Gracques les quelques points suivants :

    – Il n’est pas immoral de vouloir s’enrichir. L’argent que gagnent les riches n’est pas en général pris aux autres, mais créé par l’ingéniosité ou le risque.
    – Mettons fin d’urgence au tout-TGV et tout-TER. Développons donc le transport en autocars. (Ce que M. Macron a fait).
    – L’engagement durable en politique (d’un haut fonctionnaire) doit s’accompagner de sa démission de la fonction publique. (Ce que M. Macron a fait).
    – Réduire les dépenses de l’enseignement secondaire, très excessives comparées à l’ensemble des pays occidentaux : 9 milliards ; réduire les dépenses d’investissement : 4 milliards, les dépenses des collectivités (10 milliards en trois ans), les dépenses de gestion de la Sécurité sociale (quelques milliards sur 85) et des hôpitaux.


  41. fanfan Le 07 avril 2017 à 21h32
    Afficher/Masquer

    – Pour la France, le choix n’est pas entre la rigueur, le défaut ou la sortie de l’euro. Il est entre la rigueur sans défaut ou le défaut suivi par l’extrême rigueur.
    – Disparition du statut de la fonction publique (perspective qui fait hurler les agents titulaires de la fonction publique. (voir Ces lobbies qui bloquent la France, Le Figaro, 14 juin 2013) et qui est autrement plus considérable en termes d’impacts que la suppression sur 5 ans de 500 000 fonctionnaires, ramenant ainsi les effectifs du secteur public à ceux qui existaient sous Lionel Jospin).
    – la réforme fiscale, telle qu’elle est proposée « faire payer les riches », consiste à couper toutes les têtes qui dépassent au-dessus de 6000 Euros par ménage et par mois, de leur couper les allocations familiales et les crédits d’impôt pour la garde des enfants.
    – augmentation de la TVA et de la CSG.


  42. Suzanne Le 07 avril 2017 à 22h10
    Afficher/Masquer

    Il y a une autre raison pour laquelle il faut aller voter cette fois-ci.

    Le vote est une fin, la fin d’une longue période pendant laquelle on réfléchit à un programme, on en discute avec les autres, on s’engueule un bon coup avec ceux avec qui on n’est pas d’accord.
    C’est-à-dire que c’est la mise en scène pacifique et symbolique des conflits et de la violence sociale réelle qui existe forcément dans toute société d’humains, et dans les rapports sociaux.
    Si on n’a pas cette symbolisation de la violence, on a la violence réelle, monstrueuse, débridée.
    D’habitude, on nous fauche cet espace : les débats sont faussés, les vraies questions sont détournées, c’est superficiel. Mais cette fois-ci, oui, après le n’importe quoi, il y a eu de vrais débats, les deux émissions de discussion entre cinq candidats, puis onze, l’ont bien montré.
    Donc, OK, c’est commencé la campagne, la vraie. On discute, faut surtout pas oublier de se disputer, plus on le fera sans se mettre sur la gueule et de manière civilisée (même si énergique), moins il y aura de violence à l’arrivée. Et le vote c’est la fin de cette mise en scène, s’il n’existe pas tout cela aura été vain, et de la vraie violence pour de grave est à craindre (elle existe déjà, mais on me comprend, j’espère).


  43. sg Le 07 avril 2017 à 22h36
    Afficher/Masquer

    Il est intéressant de noter que bien que la plupart des commentateurs s’accordent sur la nécessité de quitter les superstructures (et donc sur le programme de FA), nombreux sont ceux qui utilisent l’argument du vote utile, ou “spoiler effect” en anglais. Vidéo hautement recommandée à ce sujet (par CGP Grey, 4’26):

    https://www.youtube.com/watch?v=3Y3jE3B8HsE&index=2&list=PL7679C7ACE93A5638

    Le vote utile n’est une nécessité que par le fait que notre système de vote ne soit pas proportionnel mais un simple Winner-take-all (=la plus grosse minorité l’emporte).

    C’est pour cela (en plus des limitations des super structures comme l’UE et l’OTAN) que les élections ne sont qu’une vaste supercherie, car toute véritable alternative politique est tout simplement impossible structurellement: le système même de vote choisi empêche l’expression de toute alternative.

    Il est donc évident qu’avant de tenter toute alternative, il est primordial de remplacer ce mode de scrutin, comme par exemple par le jugement majoritaire, une invention bien de chez nous et dont nous pouvons être fiers, étant la première à outrepasser les limites théoriques du théorème d’impossibilité d’Arrow:

    https://sciencetonnante.wordpress.com/2016/10/21/reformons-lelection-presidentielle/

    À quand une mobilisation pour attaquer le fond du problème: notre mode de scrutin?


    • sg Le 07 avril 2017 à 22h37
      Afficher/Masquer

      Aussi, je vous invite à soutenir le projet de DataGueule sur la démocratie, il ne reste que 12 jours pour le financer: https://www.kisskissbankbank.com/la-democratie-n-est-pas-un-rendez-vous?ref=recent


      • sg Le 08 avril 2017 à 12h45
        Afficher/Masquer

        Pour compléter, même si le vote utile est un effet mécanique du mode de scrutin que l’on a actuellement, je ne compte pas le suivre.

        Quant bien même les structures nous limitent, il y a toujours des opportunités d’en sortir, ou au moins de ne pas le cautionner.

        Je voterai donc au premier tour pour le candidat de mon 1er choix (FA), même si beaucoup n’y croient pas. Je ne pense pas qu’il puisse arriver 1er au premier tour, mais 3e n’est pas impossible, voire 2e si la plupart des sympathisants rejettent le vote utile.

        S’il arrive 2e, au deuxième tour cela sera fortement intéressant à suivre, sinon une place inférieure sera quand même un coup de semonce, et au moins j’aurais essayé et j’aurais suivi mes convictions, et non pas celles d’autres par dépit (de choisir le moins pire).

        Question de pragmatisme, et de point de vue.


    • sg Le 09 avril 2017 à 13h25
      Afficher/Masquer

      Je complète au sujet du vote utile (spoiler effect): son impact n’existe que lorsque deux conditions sont remplies:

      1. il faut que l’offre des candidats soient similaires (pour que les votants se divisent).
      2. que les sondages soient fiables.

      Si l’une des deux conditions au moins n’est pas remplie, le vote utile perd sa substance.

      Pour le 1, le vote utile n’est donc pas un mécanisme global, il impacte les candidats de façon différente. [modéré]

      Pour le 2, je vous renvoie à cette superbe vidéo de Leierkastenmann Ysabeau: «Il était une fois… les instituts de sondage»

      https://www.youtube.com/watch?v=VHKNZo0Oco8

      Pour résumer, les instituts de sondages ont de nombreux biais méthodologiques (voire des aberrations et du p-hacking) ainsi que des conflits d’intérêts extravagants. En plus de ça, une pratique se répand: le nudging, qui consiste à sciemment modifier les sondages pour modifier l’opinion publique dans le sens des intérêts de leurs clients. D’ailleurs, l’institut de sondage du gouvernement français actuel, BVA, a été récompensée sur ça.


      • sg Le 09 avril 2017 à 20h25
        Afficher/Masquer

        Addendum suite à modération (on se demande pourquoi, alors que je prenais un candidat précis comme analyse de cas — je pensais que c’était autorisé exceptionnellement ici vu les épanchements d’autres…).

        Pour le 1, le vote utile n’impacte donc que les candidats qui ont une offre similaire. Vous remarquerez que les médias, ou les candidats concurrents, utilisent très souvent l’argument du rapprochement idéologique: tel concurrent est proche de tel autre, voire propose la même chose.

        Ce n’est pas seulement pour faire un “package” à dénigrer d’un coup (“faire d’une pierre deux coup”), mais aussi pour s’assurer de semer le trouble dans l’esprit des électeurs: si deux candidats proposent la même chose, pour qui voter?

        C’est là que le vote utile intervient: n’importe qui de raisonnable sera tenté, entre des candidats à l’offre similaire, de voter pour celui qui aura le plus de chances de gagner, même si son offre est sensiblement moins bien, voire contraire aux attentes des électeurs sur des points de moindre importance.

        C’est pour cela qu’il est essentiel pour les candidats d’amalgamer leurs opposants, et aux électeurs d’au contraire discerner les caractéristiques individuelles de chaque candidat 🙂

        (et anecdote: individualiser le jugement sur chaque candidat est la base du jugement majoritaire, c’est ce qui permet de dépasser le théorème d’impossibilité d’Arrow!)


  44. Cyrina Le 07 avril 2017 à 23h24
    Afficher/Masquer

    C’est quand même fou ça, personne ne parle du plus important ! Le truc qui m’a fait me pencher sur le discours de Méluche, c’est qu’il propose la 6ième République, convocation d’une constituante et refondation des institutions. Le type nous promet une révolution pacifique et … on regarde passer le train. Après, je sais bien qu’aux élections, comme pour le loto.


    • sg Le 08 avril 2017 à 12h53
      Afficher/Masquer

      Réformer les institutions ne sert qu’à court terme: tôt ou tard, il y aura des incompétents, voir le Principe de Peter: https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Peter

      Ce n’est ni les hommes ni les institutions auxquels il faut accorder toute sa confiance, mais bien dans la structure afin de garantir la représentativité du peuple: mode de scrutin proportionnel (tel que le jugement majoritaire), reconnaissance des votes blancs, 1ère démocratie (et non pas 6e république), etc.

      Une structure promouvant la représentativité et des comportements altruiste est bien plus à même de pousser les hommes à donner le meilleur d’eux-mêmes, plutôt que des institutions qui n’offrent aucune garantie dans le temps.

      Nos ancêtres qui ont écrit (et ceux ayant modifié) la Constitution l’avaient bien compris.


      • Cyrina Le 08 avril 2017 à 20h11
        Afficher/Masquer

        Je suis bien d’accord, mais comment l’obtient-on cette structure, concrètement ?


        • sg Le 09 avril 2017 à 20h14
          Afficher/Masquer

          On informe les gens de ces possibilités, et on descend dans la rue 🙂

          (j’aurais bien dit de voter pour un candidat qui propose de telles modifications structurelles mais aucun ne les propose… On se demande bien pourquoi, qui donc pourrait bien préférer garder son métier et sa carrière plutôt que de faire ce qui est juste? 😉 )


        • Philippe Le 10 avril 2017 à 12h20
          Afficher/Masquer

          @cyrina: Je dirais, tout d’abord, en sortant de cette abération qu’est l’UE. Car elle bloque toute possibilité de réforme qui n’est pas dans les GOPE…
          Une fois cela réalisé, il sera alors possible de mettre en place un référendum pour organiser cette nouvelle (ou retour à une ancienne je ne sais pas?) république.


          • sg Le 11 avril 2017 à 17h56
            Afficher/Masquer

            Oui je suis d’accord, je pense que l’expression de la souveraineté populaire est limité par trois facteurs, dans l’ordre: 1. les super-structures telles que l’Union Européenne et l’euro, qui empêchent l’indépendance économique (et maintenant politique), 2. le mode de scrutin, qui ne représente pas proportionnellement (voire pas du tout) la volonté de la majorité, 3. la république, qui impose une représentation qui supplante la souveraineté du peuple.

            Pour résumer, bien que 1 (l’UE) empêche tout changement, le 2 (mode de scrutin) biaise les réponses du peuple, et le 3 (république au lieu de démocratie directe) empêche le peuple de rédiger les questions.

            Tant que ces trois aspects ne seront pas changés, le peuple ne pourra jamais que répondre à des questions formulées par d’autres, c’est-à-dire un carcan d’où l’on ne peut sortir.


  45. fanfan Le 07 avril 2017 à 23h49
    Afficher/Masquer

    Tu ne liras pas l’analyse ci-dessous. Elle est trop longue. Trop bien documentée. Trop intelligente.
    Pire : elle va t’obliger à réfléchir, à penser, à trancher…
    ++++ L’heure est grave.
    Ce qui se prépare en France à l’occasion de ces élections présidentielles peut être qualifié de coup d’État, tant les séquences collent exactement à la définition qu’en font des spécialistes.
    Par la manipulation de l’opinion publique et la maîtrise des structures de l’État, des hauts fonctionnaires, des hommes politiques, des élus et des journalistes véritables mercenaires au service des patrons de grandes entreprises multinationales et de la finance internationale tentent de soumettre le peuple français à un destin qu’il ne s’est pas choisi. De gauche à droite, du PS au Centre, contre le restant de l’échiquier politique une minorité s’apprête à prendre le pouvoir en France. Lire la suite…
    https://networkpointzero.wordpress.com/2017/03/24/2017-le-coup-detat/


    • Narm Le 08 avril 2017 à 00h49
      Afficher/Masquer

      je l’ai déjà lu
      on en est bien tristement là
      très peu d’alternative


  46. Albert Le 08 avril 2017 à 01h04
    Afficher/Masquer

    Voter Macron est assez confortable. On est sûr qu’il y aura des forces, des institutions, des puissances pour réaliser son programme. Voter Mélenchon est moins confortable. On est sûr que ces mêmes forces, institutions, puissances dresseront un mur contre le programme de l’avenir en commun. si je vote Macron je peux dormir pendant cinq ans, si je vote Mélenchon j’ai intérêt à ne pas fermer l’oeil.


    • Narm Le 08 avril 2017 à 01h28
      Afficher/Masquer

      si vous votez pour macron, vous votez pour l’europe de la misère, le démantellement de nos institution et la vente de tout ce que l’on peut encore vendre.
      Alstom, aéroport de toulouse ….. après les autoroutes de sarko

      macron : https://www.youtube.com/watch?v=1xjq2qV5geU
      et son programme mystique


  47. pepeben Le 10 avril 2017 à 10h55
    Afficher/Masquer

    pour moi le système d’election était indispensable par le passé car nous n’avions pas la capacité technique de faire un referendum sur tous les sujets.
    Maintenant c’est techniquement possible (internet) :
    => donc plus besoin de “politicien”
    => dilution du pouvoir donc dilution de la corruption et donc les lobbies seront moins efficace (d’en un premier temps)
    => contrepartie risque de “fraude” Electronique (plus importante que les fraudes actuelle? )
    => rendre le vote obligatoire
    => prendre en compte le vote blanc (afin d’éviter un choix hitler/ staline)


    • izarn Le 11 avril 2017 à 11h03
      Afficher/Masquer

      Tu votes dans un état qui n’a plus de pouvoir économique, pas plus une autorité sur ses propres armées?
      On va faire mumuse en referendum électronique? Pour régler le calibre des oeufs et des tomates?
      C’est du foutage de tronche ou tu es sérieux?


Charte de modérations des commentaires