Les Crises Les Crises
17.janvier.202017.1.2020 // Les Crises

Alain Chouet nous dit : “Les Etats-unis ont besoin de ce type de conflit”

Merci 124
J'envoie

Source : Proche & Moyen-Orient, 06-01-2020

L’Humanité : Qui était le général Qassem Soleimani et était-il aussi puissant qu’on le dit ?

Alain Chouet : Il était une figure très populaire en Iran, y compris parmi les opposants au régime. C’est un mélange de Robin des Bois, d’Otto Skorzeny (1), d’Erwin Rommel, avec une dimension politique en plus. Il fait partie des premiers gardiens de la Révolution, de ceux qui ont participé à la prise d’otages de l’ambassade américaine, et c’est un héros de la guerre Iran / Irak. Il a, aux yeux de l’opinion publique iranienne, contribué à rendre honneur et fierté au pays. On a beaucoup tendance à négliger la dimension extrêmement nationaliste des Iraniens. C’est vrai que 70% de la population aujourd’hui n’a connu ni la guerre ni la révolution et que les jeunes en ont marre de ce régime où tout est interdit et réprimé, mais il reste une dimension nationaliste sur laquelle jouent les ayatollahs et les pasdarans, qui resserre les rangs autour d’un pouvoir pourtant largement contesté. Plus l’Occident essaie de tordre le bras aux dirigeants de la République islamique, plus ces derniers en appellent à les soutenir, au nom de la défense de la patrie en danger.

Qassem Soleimani était-elle une figure familière pour les services de renseignement, avant sa médiatisation liée à la guerre en Syrie et contre l’Etat islamique ?

Oui, parce qu’il était un de ceux qui ont très largement contribué à la création et à la montée en puissance du Hezbollah au Liban, et de différents groupes militaro-politiques favorables à l’Iran, en Irak ou en Syrie.

On raconte aussi que ce serait lui qui aurait convaincu Bachar al-Assad d’ouvrir ses frontières afin d’acheminer des jihadistes sunnites en Irak en 2003 pour combattre les forces américaines…

C’est une fumisterie très en vogue dans les chancelleries occidentales et en particulier au Quai d’Orsay. Les Syriens, avec qui j’étais toujours en relation à l’époque et jusqu’en 2010, n’ont pas ouverts en grand leurs frontières aux islamistes. Lorsqu’un certain nombre de Talibans ou de membres d’Al Qaida ont fui en Iran l’invasion américaine de l’Afghanistan en 2001, les dirigeants de la République islamique avaient essayé de les « négocier » avec Washington. Et lorsque les Américains ont sèchement refusé, ils les ont effectivement laissé partir en Irak faire le djihad. Les Syriens, de leur côté, ont fait ce qu’ils ont pu. Et la majorité des djihadistes sont en réalité passé en Irak par la Turquie, ce qu’on oublie systématiquement de rappeler. C’est la même logique lorsqu’on accuse Bachar al-Assad d’avoir relâché des islamistes dans la nature au moment du soulèvement de 2011, il ne faut pas oublier que cela s’est produit sous la pression des Américains, des Anglais, des Français, des Saoudiens et des Qatariens, qui exigeaient la libération de tous les prisonniers politiques. Sauf que 90% des prisonniers politiques en Syrie, c’était des islamistes ou des djihadistes. Evidemment, ça ne fait pas de Bachar al-Assad un ange. C’est un voyou et un prédateur, mais il ne faut pas tout mélanger.

Qassem Soleimani a récemment accordé une interview à la télévision d’Etat en Iran, dans laquelle il raconte comment il a passé la guerre entre Israël et le Liban en 2006 aux côtés du Hezbollah. Quel est le sens de cette confession ?

Evidemment, c’était une manière pour lui de revendiquer une forme de paternité dans la victoire contre Israël. Le Hezbollah, c’est la carte des Iraniens pour être présent sur les dossiers palestiniens et libanais, pour ne pas en laisser le monopole aux Arabes sunnites. Qassem Soleimani a participé depuis le début à la formation des combattants du Hezbollah. Des officiels américains prétendent que Qassem Soleimani préparait une attaque de grande envergure qui aurait pu coûter la vie à de nombreux citoyens américains en Irak… C’est encore une vaste fumisterie. Et les Iraniens n’ont pas besoin de ça : Il y a suffisamment de ressentiment contre les Etats-Unis en Irak ou ailleurs pour qu’il soit nécessaire d’organiser des attaques de ce genre. Même en Arabie Saoudite, cela se fait tout seul !

Quel rôle a-t-il joué, à la fois dans le sauvetage du gouvernement de Bachar al-Assad et dans la lutte contre l’Etat islamique ?

La lutte contre l’Etat islamique s’est faite aussi bien en Irak et en Syrie. Son principal rôle a été d’enrôler le Hezbollah et de le détourner de la lutte contre Israël au profit de Bachar al-Assad. Pour les convaincre d’y aller, et cela leur a coûté très cher, il fallait toute l’autorité des Ayatollah iraniens et des chefs des Pasdarans.

Pourquoi, selon vous, Donald Trump a-t-il décidé d’éliminer Qassem Soleimani ?

Il était devenu aussi bien au Yémen qu’en Syrie ou en Irak, le moteur de la politique extérieure iranienne, et cela inquiétait beaucoup les Israéliens. Qassem Soleimani menaçait régulièrement les Etats-Unis et Israël, mais ces menaces relevaient essentiellement de la pure rhétorique pour ne pas en laisser le monopole aux sunnites. Cet assassinat s’inscrit aussi dans l’agenda de Donald Trump, qui assure à ses électeurs que même si il n’envoie plus les « boys » se faire tuer, il sait défendre les intérêts de l’Amérique autrement.

Quelles sont les capacités de riposte de l’Iran ? La République islamique peut-elle mener des actions de représailles sur le sol américain ?

Les Iraniens ne sont pas assez stupides pour opérer des représailles directes et s’exposer à une riposte américaine. Ils enverront leurs partisans irakiens. Et que ces derniers se fassent massacrer ensuite ne leur posera aucun problème. Je vois mal les Etats-Unis attaquer l’Iran de manière frontale sous prétexte que des Irakiens leur ont fait des misères. Les dirigeants de la République islamique sont comme les soviétiques dans les années 70 : leur plus grande peur, c’est un conflit ouvert, parce qu’ils savent très bien qu’ils seront balayés en cas de guerre conventionnelle. Il leur faut des conflits de type asymétrique. Par contre, envahir l’Iran ne sera pas une promenade de santé, car contrairement à l’Irak de Saddam Hussein, ce n’est pas la dictature d’un seul homme. Ils sont extrêmement bien organisés et motivés, et prêts à se battre pour défendre leur pays. C’est un système politique cohérent et complet qui repose sur un nationalisme et une fierté extrêmement forte. Ces gens là se battront pied à pied et feront trop de morts chez les Américains pour que ce soit supportable par l’opinion publique. Ce n’est pas tout d’avoir une supériorité technologique, ensuite il faut aller au sol et occuper le terrain.

Pour vous, il est exclu pour les Etats-Unis d’envisager des raids aériens sur Téhéran ou sur des cibles militaires en Iran ?

Ce n’est pas exclu, mais cela mène à quoi ? Tactiquement, il n’y a aucun bénéfice à tirer d’une telle opération.

Donald Trump met forcément en danger les troupes américaines stationnées au Proche et au Moyen-Orient, qui ont déjà subi une dizaine d’attaques à la roquette depuis le mois d’octobre. Ne prend-il pas le risque de s’aliéner sa propre armée en cas de riposte de l’Iran ?

Non, je ne crois pas. Et je ne n’imagine pas des représailles coûtant la vie à des milliers de soldats américains. Les Iraniens savent très bien l’impact émotionnel que provoque le retour de quelques cercueils aux Etats-Unis. Quant à l’appareil militaro-industriel américain, il a besoin de ce type de conflit pour se perpétuer. Quelques morts de temps en temps, cela redonne un coup de manivelle à la mécanique et justifie le fait que les Etats-Unis maintiennent une présence militaire dans 74 pays dans le monde.

(1) Otto Skorzeny était un officier allemand et commando SS connu pour ses missions audacieuses réalisée pour le compte de l’Allemagne nazie.

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen-Orient, 06-01-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 17.01.2020 à 06h51

J’ai bien lu l’entretien d’Alain Chouet, mais sauf distraction de ma part, il ne rappelle pas que l’assassinat d’un officiel étranger, invité dans un pays tiers, relève du terrorisme. Avant même de répondre à ce type d’agression, les pays civilisés doivent prendre acte de ce fait, et rompre toute relation politique, économique et humaine avec les deux pays qui pratiquent régulièrement le terrorisme : l’un est en Amérique, l’autre au Proche-Orient. La grosse brute et le petit morveux.

Ah, j’allais oublier l’avis éclairé d’un grand philanthrope et diplomate français :
« Soleimani, il a mérité 25 fois qu’on le tue, il fut l’instigateur de nombreux massacres et je ne le pleure pas »
« [Barack Obama] Il aurait dû frapper la Syrie et Assad en août 2013. Tout était prêt, nous étions prêts »
« L’Europe, l’Europe, l’Europe, ce devrait être notre réponse aux problèmes du monde »
https://francais.rt.com/international/70151-soleimani-a-merite-25-fois-qu-on-tue-confie-bernard-kouchner-point

30 réactions et commentaires

  • Fritz // 17.01.2020 à 06h51

    J’ai bien lu l’entretien d’Alain Chouet, mais sauf distraction de ma part, il ne rappelle pas que l’assassinat d’un officiel étranger, invité dans un pays tiers, relève du terrorisme. Avant même de répondre à ce type d’agression, les pays civilisés doivent prendre acte de ce fait, et rompre toute relation politique, économique et humaine avec les deux pays qui pratiquent régulièrement le terrorisme : l’un est en Amérique, l’autre au Proche-Orient. La grosse brute et le petit morveux.

    Ah, j’allais oublier l’avis éclairé d’un grand philanthrope et diplomate français :
    « Soleimani, il a mérité 25 fois qu’on le tue, il fut l’instigateur de nombreux massacres et je ne le pleure pas »
    « [Barack Obama] Il aurait dû frapper la Syrie et Assad en août 2013. Tout était prêt, nous étions prêts »
    « L’Europe, l’Europe, l’Europe, ce devrait être notre réponse aux problèmes du monde »
    https://francais.rt.com/international/70151-soleimani-a-merite-25-fois-qu-on-tue-confie-bernard-kouchner-point

      +65

    Alerter
    • Jérôme // 17.01.2020 à 07h02

      C’est vrai. Mais d’autres s’en sont chargés. Par exemple Caroline Galacteros dans ce remarquable article :
      http://galacteros.over-blog.com/2020/01/iran-usa-l-elimination-de-soleimani-acte-de-guerre-direct-de-washington-contre-un-etat-souverain.html

      Le point fondamental, c’est l’unilatéralisme américain par lequel ce pays impérialiste se reconnaît le droit de faire ce qu’il refuse aux autres pays de faire.

        +25

      Alerter
      • François Marquet // 17.01.2020 à 10h46

        Un autre indigné: Benjamin Ferencz, procureur à Nuremberg et qui a aujourd’hui 99ans (!), commente «l’élimination» de Suleimani dans le NYT:
        https://www.nytimes.com/2020/01/15/opinion/letters/us-iran-killing.html
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Benjamin_Ferencz

          +9

        Alerter
      • Ecofil // 17.01.2020 à 14h02

        Le droit d’ingérence promu par Mr Kourchner est un droit autoproclamé d’une justice qui se voudrait meilleur que toute autre. Ce qui ne peut être le cas car chaque pays est une nation spécifique en rien pareil à un autre et notre mode occidental qui est hyper loin d’être parfait se voudrait alors rédempteur (de quoi?) . Et encore faudrait-il avoir l’ambition de ses moyens et assurer le bon déroulement des choses après chaque intervention reconnue utile (?), ce qui se révèle à chaque fois être un immense fiasco. De là, au vu de la récurrence installée de ces interventions, à supposer que quelques intérêts financiers, géostratégiques etc soient veritablement les maîtres à penser, il n’y a qu’un pas et qui est largement et vite franchi. Tous ces discours sont franchement hypocrites car masqués derrière des principes humanitaires bien utiles pour cacher les véritables desseins, les véritables enjeux en cause…!!!

          +4

        Alerter
    • Jean // 17.01.2020 à 07h05

      “La grosse brute et le petit morveux” font la loi dans la cour d’école tandis que l’instituteur, en congé maladie, n’est pas remplacé.

      PS : C’est que mon “bon” monsieur, en aout 2013, les occidentaux ont découvert qu’ils n’avaient plus les moyens de s’imposer par la force sans risquer de se faire ridiculiser par la Russie.

        +15

      Alerter
      • tepavac // 17.01.2020 à 22h37

        ” en aout 2013, les occidentaux ont découvert qu’ils n’avaient plus les moyens de s’imposer par la force”

        Pourquoi en 2013

          +0

        Alerter
        • Jean // 18.01.2020 à 02h46

          @tepavac

          C’est en aout 2013 qu’une attaque de grande envergure sur la Syrie a été stoppée au dernier moment, en dépit des protestions de François Hollande, par Obama… les américains venaient de découvrir que la technologie russe de guerre électronique(brouillage/occultation) étaient supérieur à la leur.
          Nous ne sommes peut être pas passé loin, à ce moment là et dans l’insouciance générale, de la troisième guerre mondiale.

            +12

          Alerter
    • Traroth // 17.01.2020 à 08h17

      Il n’y a pas de définition consensuelle du terrorisme. Le droit international, en particulier, ne le définit pas. Est-ce que faire exploser des gens qui ne vous ont rien fait est du terrorisme ou pas, voila la question. Chacun appréciera…

        +2

      Alerter
      • ATLAS // 17.01.2020 à 08h47

        tiens, personne n’ose parler de l’autre fouteur de “M” de la région , je veux parler d’Israel et de son premier ministre le despote d’une théocratie corrompue à tous les niveaux

          +20

        Alerter
      • Fritz // 17.01.2020 à 10h55

        Le point de vue des puissances aériennes (la grosse brute et le petit morveux) :
        Placer une bombe : c’est du terrorisme (sauf si elle est placée par l’Irgoun de M. Begin)
        Larguer une bombe : ce n’est pas du terrorisme

          +19

        Alerter
  • Jean // 17.01.2020 à 06h56

    “Quant à l’appareil militaro-industriel américain, il a besoin de ce type de conflit pour se perpétuer. Quelques morts de temps en temps, cela redonne un coup de manivelle à la mécanique et justifie le fait que les Etats-Unis maintiennent une présence militaire dans 74 pays dans le monde.”

      +13

    Alerter
    • RGT // 17.01.2020 à 08h28

      Pour mémoire, le dernier discours de Dwight Eisenhower avant de quitter ses fonctions de président des USA : https://www.youtube.com/watch?v=bJIn3Gbm2GY

      Ses craintes se sont hélas avérées totalement fondées.

      Pourtant, en tant que général auréolé de gloire il aurait dû être satisfait de cette évolution…
      S’il n’avait pas eu (comme notre “Grand Charles” ‘ailleurs qui haïssait les conflits et qui avait opté pour une défense nucléaire juste suffisante pour sanctuariser la France, pas pour menacer ses voisins) une conscience aiguë des horreurs causés par les conflits armés.

      Les seuls qui soient favorables aux conflits (sauf en cas d’agression bien sûr) sont ceux qui en vivent confortablement assis dans leurs bureaux cossus en soutenant ou en planifiant des opérations dans lesquelles ils ne risquent pas le moindre traumatisme (si ce n’est de se faire jeter par la population excédée par ces manigances, mais la propagande veille) ou les psychopathes qui participent aux combats pour assouvir leur soif sanguinaire.

      Tout homme normal qui participe à un conflit pour préserver SES PROCHES (pas le “machin” qu’on appelle l’État a une haine féroce contre toute forme de conflit.

      Les russes sont experts en armement, mais la cause de cet “engouement” ne réside pas dans leur souhait d’asservir le monde, juste de se protéger contre les invasions de leurs voisins “turbulents” qui durent depuis des siècles et des siècles.

      Je vous conseille de regarder le film soviétique Requiem Pour Un Massacre ( Idi i smotri) de 1985 sur la “libération” de la Biélorussie par les nazis. https://fr.wikipedia.org/wiki/Requiem_pour_un_massacre
      Après le visionnage, vous comprendrez que certaines “réticences” apparaissent chez les slaves concernant les décisions de l’UE concernant la ré-écriture de l’histoire nazisme/communisme.
      Ce film est férocement opposé à la guerre.

      Chose “étrange”, le seul moyen de voir ce film consiste à aller le “pirater” sur les réseaux P2P car il a totalement disparu des étals des “propositions légales”. Je vais me prendre une volée de bois vert de la part d’HADOPI pour “incitation au vol de propriété intellectuelle”.

        +14

      Alerter
  • Jean // 17.01.2020 à 07h49

    Toujours dans la cour d’école, la grosse brute colle une beigne à l’étranger pas catholique puis rameute sa bande en leur disant qu’il cherche la bagarre, le morveux est témoin.

    “La Maison-Blanche a menacé de droits de douane supplémentaires la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne si ceux-ci n’enclenchaient pas une procédure contre l’Iran pour violation de l’accord sur le nucléaire. Une information que la ministre de la Défense allemande a confirmé ce jeudi 16 janvier.”

    Source : https://fr.sputniknews.com/international/202001161042915857-taxes-sur-les-voitures-ou-alignement-sur-la-politique-iranienne-des-us–les-europeens-sous-pression/

      +12

    Alerter
    • LibEgaFra // 17.01.2020 à 09h43

      Intéressante jurisprudence: un, je me retire d’un accord; deux, l’autre partie est tenue de continuer à respecter cet accord.

      Pile je gagne, face tu perds.

        +16

      Alerter
  • basile // 17.01.2020 à 08h24

    « Bachar un voyou et un prédateur » ? ça mérite des précisions.

    A moins que ce soit pour ne pas être accusé de bacharophilie ? On perd ses entrées sur les plateaux télé pour moins que ça. On connait le refrain, quand chacun se sent obligé de commencer une phrase par : je ne suis pas un admirateur de X, mais faut reconnaître que ….

    Bizarrement, ce genre de précautions de langage concerne toujours les pays jugés comme non démocratiques

    on se souvient de la phrase très imprudente de Trump dans l’euphorie de son élection : « Poutine m’a envoyé une lettre formidable ». Depuis, il ne cesse de chercher à convaincre du contraire .

      +12

    Alerter
    • François Marquet // 17.01.2020 à 08h49

      Bien d’accord avec vous. On aimerait savoir en quoi cet ancien ophtalmo londonien est un voyou et un prédateur. Et ce n’est pas parce que les média dominants l’ont répété de nombreuses fois que c’est vrai. Son père Hafez avait quelques répressions brutales sur la conscience. Mais concernant Bachar, j’aimerais savoir quels sont les faits prouvés qu’on peut lui reprocher au vu du droit international (pas les attaques chimiques bidon SVP) Un sujet pour les-crises?

        +33

      Alerter
      • LibEgaFra // 17.01.2020 à 09h53

        “Son père Hafez avait quelques répressions brutales sur la conscience.”

        Et justifiées quand on s’intéresse à ce qui s’est passé. Les FM ne sont pas exactement des enfants de choeur. Et quand le petit morveux évoqué par Fritz fait la même chose avec ses FM tout le monde applaudit.

        El Assad est plus intelligent et plus cultivé que Trump, Macron, et Johnson réunis. L’intellectuel et les voyous résume la situation: il n’a jamais menti, ni agressé, ni volé le pétrole d’un autre pays, lui.

          +28

        Alerter
        • Ovuef2r // 17.01.2020 à 21h20

          Pour Trump et Macron oui. Pour Boris Johnson je serais plus réservé. Même avec des erreurs réciter de mémoire, en grec ancien, les 36 premiers vers de l’ Énéide n’est pas à la portée du premier (par)venu (pour le comparer aux 2 autres).

            +7

          Alerter
  • PoissonPilote // 17.01.2020 à 08h28

    “l’individu n’a pas de droit a la vie en dehors de ça productivité, il ne sert a rien si il ne produit pas pour le Reich”

    “Campagne de stérilisation de
    400 000 individus non productifs”

    “200 000 fusillades”

    Les influences nazies du management moderne.

    France Culture 2020
    Johann Chapoutot,
    professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne
    (spécialiste d’histoire de l’Allemagne, auteur “Libres d’obéir :
    le management, du nazisme à la RFA” Éd. Gallimard).

    https://youtu.be/04LT2GUMpgs?t=16m30s

      +4

    Alerter
    • SanKuKaï // 17.01.2020 à 11h16

      Résultats cocasses aujourd’hui : l’Allemagne a un problème démographique majeur, elle se dépeuple et doit faire appel à l’immigration.

        +2

      Alerter
  • PoissonPilote // 17.01.2020 à 08h29

    “shadow banking”
    (Banques parallèle de
    92 000 milliards de dollars)
    France Culture (Dec. 2017)

    “Alors que le FMI s’inquiète de la dette chinoise, Pékin a décidé de s’attaquer au « shadow banking ». Le « shadow banking » c’est ce qu’on appelle aussi la finance de l’ombre ou finance fantôme, un système différent du système bancaire classique, qui menace la stabilité financière mondiale.”

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/le-shadow-banking-la-face-cachee-des-banques

      +6

    Alerter
  • PoissonPilote // 17.01.2020 à 08h33

    Terroriste en cols blanc?
    2006 – 30 000 inspections
    2018 – 18 000 inspections
    2019 – 600 agents d’État supprimés pour inspecter les sites à risque du type AZF…

    – PRINCIPE DE PRECAUTIONS retiré de la constitution et remplacé par INNOVATION.
    – AUTOCONTROLE mis en avant dans tous les domaines.

    https://m.facebook.com/lavraiedemocratie/videos/398976741014070/

      +16

    Alerter
    • Cornelius // 17.01.2020 à 12h39

      Mais voyons, c’est bien connu, le Marché sait parfaitement s’auto-reguler avec efficacité. Pas besoin de normes ou de lois qui sont une entrave à la libre entreprise et à la concurrence libre et non faussée. Laissons les premiers de cordée nous montrer la voie !

        +5

      Alerter
  • PoissonPilote // 17.01.2020 à 08h33

    “On est en train de sélectionner les gens les plus dangereux”
    – Albert Jacquard , 1994.
    Spécialiste de génétique des populations, il a été directeur de recherches à l’Institut national d’études démographiques et membre du Comité consultatif national d’éthique

    https://www.les-crises.fr/albert-jacquard-on-est-en-train-de-selectionner-les-gens-les-plus-dangereux/

      +8

    Alerter
  • Lysbeth Levy // 17.01.2020 à 08h50

    Encore une action criminelle des Usa et Israel, car ce pays s’est vanté d’avoir “aidé ” a tuer le général Soleimani : https://www.haaretz.com/israel-news/israeli-intel-helped-the-united-states-to-take-out-soleimani-report-says-1.8382401 Et certains disent que l’EI est “réconfortée” de ce meurtre ; https://www.rt.com/news/477991-isis-praise-soleimani-assassination/
    Il est clair qu’ils voudraient réactiver leur “plan” contre la Syrie laique d’Assad. Il n’y pas eu assez de morts ? De destructions ? Tout ça pour du gaz et du pétrole déjà vendu en sous main par la Turquie Israel par le biais des Kurdes. On a des fous au pouvoir quand donc seront ils balayé par une révolte populaire ou un coups d’état ??

      +13

    Alerter
  • Lusituationniste // 17.01.2020 à 12h26

    Un peu de propagande à l’œuvre par le cher et vaillant Brice Couturier : https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/le-tour-du-monde-des-idees-du-jeudi-09-janvier-2020
    “Omar Youssef Souleimane montre magistralement comment le régime a cyniquement libéré de prison les islamistes les plus dangereux afin qu’ils se mêlent aux manifestants, dans le but de discréditer le soulèvement. Les démocrates révolutionnaires, tout en se méfiant d’eux, ont dû les ménager. Ils cherchaient à s’attirer les bonnes grâces des monarchies du Golfe, pour voir leur mouvement relayé par les réseaux de télévision qu’elles contrôlent.” Le titre du paragraphe : “déconstruire la propagande” !

      +9

    Alerter
    • Science Surprenante // 17.01.2020 à 19h01

      ““Omar Youssef Souleimane montre magistralement comment le régime a cyniquement libéré de prison les islamistes les plus dangereux”

      Voui, à la demande expresse de la Ligue arabe. Il a compris trop tard de quoi il retournait. Qui alors était cynique?

      On se rappelle aussi le Timisoara bis:

      https://arretsurinfo.ch/le-rapport-cesar-ou-le-marecage-de-la-propagande-antisyrienne/

      Car il faudra m’expliquer: il restait donc des prisonniers dans les prisons syriennes?

      Et qui a systématiquement participé à la propagande mensongère contre le gouvernement syrien au profit des terroristes? Le Monde. Au four et au moulin, comme lorsqu’il s’est agi de “prouver” que le gouvernement syrien (pardon: le “régime” ou le “boucher Baaachaaaarrrr” ou “l’homme qui ne méritait pas d’être sur Terre” [(c) Fabius]) utilisait des armes chimiques. Ils étaient quasiment sur place pour mieux mentir.

      Ça, c’est du “journalisme” d’action (terroriste donc).

      Voui, et pendant ce temps, les régimes US et leurs alliés (dont la France donc…) assassinent, volent, massacrent, sans avoir à rendre de comptes. Ils mériteraient un tribunal de Nuremberg, non?

      On me glisse à l’oreille que la nuit où un avions de ligne a été abattu, il y avait des F35 qui n’étaient pas si loin de l’Iran…

        +6

      Alerter
  • Catalina // 17.01.2020 à 18h13

    Iran-USA : l’élimination de Soleimani, “acte de guerre direct de Washington contre un État souverain”

    http://galacteros.over-blog.com/2020/01/iran-usa-l-elimination-de-soleimani-acte-de-guerre-direct-de-washington-contre-un-etat-souverain.html
    Article très intéressant de Caroline Galactéros

      +4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications