Les Crises Les Crises
12.janvier.202012.1.2020 // Les Crises

Ray McGovern : Barr démolit publiquement l’inspecteur général pour avoir blanchi le FBI

,
Merci 68
J'envoie

Source : Consortium News, Ray McGovern, 10-12-2019

Barr s’est montré exceptionnellement critique à l’égard de la conclusion d’Horowitz selon laquelle il y avait de bonnes raisons de mener une enquête du FBI sur la campagne Trump et les liens présumés avec la Russie.

Lundi, le procureur général William Barr a dénigré les conclusions tant attendues de l’inspecteur général du ministère de la Justice, Michael Horowitz, concernant la conduite du FBI dans l’enquête sur les allégations d’ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016. Barr, en effet, a accusé Horowitz de blanchir une litanie de méfaits et de malversations avérés qui ont créé le « prédicat », ou la justification légale, de l’enquête sur le candidat puis président Donald Trump, soupçonné d’être de mèche avec les Russes.

En termes grammaticaux, il ne peut y avoir de phrase, pour ainsi dire, sans un prédicat. Trump était clairement l’objet de la phrase, et les détectives dirigés par le directeur du FBI de l’époque, James Comey, étaient les sujets en quête désespérée d’un prédicat. Horowitz a franchement dépeint le prédicat que le FBI exige pour une enquête de contre-espionnage comme devant répondre à un seuil très bas. La critique publique de son patron était inhabituelle. Pour le tenace procureur général, mener une enquête sérieuse sur la façon dont le FBI a traité l’enquête Trump-Russie est devenu un cas de non-lieu – pourrait-on dire sans retenue.

Lindsey fait la moue

Le rapport d’Horowitz est particulièrement accablant lorsqu’il révèle que le FBI a poursuivi l’« enquête sur la Russie » bien après que des preuves contradictoires et disculpantes aient clairement montré que, selon les mots inoubliables d’un haut fonctionnaire du FBI, Peter Strzok, il n’y avait « rien là ».

Horowitz

Comme le sénateur Lindsey Graham l’a dit hier, les enquêteurs du FBI ont continué à brûler les panneaux STOP à la poursuite d’un prédicat nécessaire, mais toujours insaisissable et peu crédible. Lors d’une conférence de presse, Graham a attiré l’attention sur la page 186 du rapport Horowitz pour souligner l’un des signes STOP les plus évidents dont les détectives du FBI auraient dû tenir compte, à savoir le fait que le FBI a appris en janvier 2017 que la principale source secondaire du « dossier » de Christopher Steele le désavouait comme étant inexact et exagéré – essentiellement une rumeur et une spéculation. Pas de problème : l’enquête du FBI s’est poursuivie.

Sans mâcher ses mots, Graham a qualifié l’enquête du FBI sur les liens présumés de la campagne Trump avec la Russie d’« entreprise criminelle » qui a déraillé. (Le conseiller spécial Robert Mueller n’a trouvé aucune preuve d’une telle conspiration.) Sparks s’envolera mercredi alors que Graham, président de la commission judiciaire du Sénat, approfondira l’affaire lorsque Horowitz témoignera devant la commission. Graham a souligné hier que l’objectif général est de s’assurer qu’une telle « entreprise criminelle » ne se reproduise pas.

Il a ajouté que l’une des façons d’empêcher que cela se reproduise est de s’assurer que « ceux qui ont voulu faire justice doivent en payer le prix ». Oh-oh. Je ne me souviens pas de la dernière fois où les dirigeants de la « sûreté de l’État » ont dû payer un prix.

Barr : « Les plus minces des soupçons »

Barr s’est montré exceptionnellement sévère avec la conclusion d’Horowitz qu’il y avait des raisons suffisantes pour monter une enquête du FBI sur la campagne de Trump et les liens présumés avec la Russie. Barr a publié une déclaration officielle affirmant que le rapport Horowitz « indique maintenant clairement que le FBI a lancé une enquête intrusive sur une campagne présidentielle américaine sur les plus minces des soupçons qui, à mon avis, étaient insuffisants pour justifier les mesures prises ».

Le procureur John Durham, que Barr a choisi pour diriger ce qui est maintenant devenu une enquête criminelle sur la façon dont cette « enquête intrusive » du FBI a été lancée, a publié sa propre déclaration officielle de désaccord, exprimant son opposition aux conclusions de l’inspecteur général quant à la justification de l’enquête et à « la façon dont l’affaire du FBI a été ouverte ». Durham a ajouté qu’il avait fait part de ce désaccord à l’IG le mois dernier. Dans sa déclaration d’hier, Durham a parlé non pas de soupçons, mais de preuves que son enquête en cours a déjà recueillies « auprès d’autres personnes et entités tant aux États-Unis qu’en dehors des États-Unis ».

Des preuves, pas seulement des soupçons

Barr et Durham ont tous deux choisi leurs mots avec soin, tout comme l’ancien directeur de la CIA, John Brennan, dans son témoignage au Congrès de mai 2017, au sujet de ses soupçons que la campagne de Trump ait pu être de connivence avec les Russes. Bientôt, les projecteurs seront probablement braqués sur Brennan et son témoignage soigneusement analysé, qui n’a pas été qualifié de prédicat pour une enquête (mais qui a quand même joué un rôle clé).

Le 23 mai 2017, Brennan a dit au Congrès :

« J’ai rencontré et je suis au courant d’informations et de renseignements qui ont révélé des contacts et des interactions entre des responsables russes et des personnes américaines participant à la campagne Trump qui m’inquiétaient en raison des efforts connus de la Russie pour suborner ces personnes. Cela m’a amené à me demander si la Russie était en mesure d’obtenir la coopération de ces individus. »

La couverture du témoignage de Brennan par CNN est encore plus révélatrice rétrospectivement (de la partialité de CNN).

Durham

De plus, Brennan a dit au Congrès qu’il ne s’occupait pas des preuves. C’est ce que le représentant républicain Trey Gowdy se demandait lorsqu’il a interrogé l’ancien directeur de la CIA, également le 23 mai 2017, sur les preuves qu’il avait fournies au FBI pour déclencher son enquête sur la collusion présumée entre Trump et la Russie.

Brennan a répondu : « Je ne fais pas dans les preuves. »

Le mieux que Brennan pouvait faire était de commencer par répéter sa déclaration bien rodée, contredite plus tard par le rapport de Mueller : « J’ai rencontré et je suis au courant d’informations et de renseignements qui ont révélé des contacts et des interactions entre des fonctionnaires russes et des personnes américaines impliquées dans la campagne Trump », ajoutant que « cela nécessitait une enquête plus approfondie du Bureau pour déterminer si oui ou non des personnes américaines conspiraient activement, en collusion avec des fonctionnaires russes. »

Le traitement médiatique

Se référant au rapport Horowitz hier, le professeur de droit John Turley a remarqué :

« Malgré ce rapport outrageusement accablant, une grande partie des médias se contentent de rapporter qu’Horowitz n’a pas jugé déraisonnable de commencer l’enquête, et ignorent une litanie de fausses représentations et de falsifications de preuves pour continuer l’enquête secrète. Rien n’a été trouvé pour soutenir ces allégations, et l’avocat spécial Robert Mueller a également confirmé qu’il n’y avait aucun fondement aux allégations de collusion et de conspiration répétées sans interruption pendant deux ans par de nombreux experts et membres du Congrès. »

Et pourtant, « démystifier » est l’enjeu essentiel. Ce matin, le New York Times titrait : « L’enquête du FBI sur la Russie révèle de graves erreurs mais démystifie le complot anti-trump ». Et un article « d’analyse » de Mark Mazzetti était intitulé : « Une autre enquête ne confirme pas les accusations de Trump. Donc, on passe à la suivante. »

Mazzetti écrit :

« Participer à une campagne chorégraphiée de tweets présidentiels, d’apparitions sur Fox News et de témoignages enflammés du Congrès pour créer des attentes sur la recherche de preuves d’une campagne de l’« État profond » contre Trump. Et puis, lorsque la preuve n’est pas apportée, fausser les résultats et se préparer à la prochaine occasion d’exécuter le scénario.

« Cette occasion est arrivée sous la forme d’une enquête du procureur du Connecticut [Durham] ordonnée cette année par le procureur général William P. Barr – et le président et ses alliés prédisent maintenant que ce sera l’opportunité de fournir des preuves accablantes que le FBI, la CIA, et même des alliés américains proches ont conspiré contre Trump lors des élections de 2016. »

Le rapport d’Horowitz, un « apéritif » ?

Mazzetti poursuit en exprimant des doutes « que Durham exhumera toute information qui changera fondamentalement la compréhension de ce qui s’est passé en 2016 ». Peut-être, peut-être pas. Il y a fort à parier que le Président Trump a une meilleure idée de la situation. Selon Mazzetti, Trump a récemment minimisé les attentes concernant l’enquête d’Horowitz – indiquant que ce n’était qu’un apéritif pour ce qui est à venir. « Je pense que le grand rapport à attendre sera le rapport Durham », a-t-il dit. « C’est celui que les gens attendent vraiment. »

Le président peut s’attendre à une vengeance de type enquête Mueller une fois l’enquête de Durham terminée. Si cela s’avère être le cas et que Trump soit acquitté par le Sénat après sa mise en accusation, comme prévu, il pourrait être en mesure d’y gagner encore quatre ans, ce qui donne à réfléchir.

Ray McGovern travaille avec Tell the Word, une maison d’édition de l’Église œcuménique du Sauveur dans le centre-ville de Washington. Il a été officier d’infanterie/renseignement de l’armée, puis analyste de la CIA pendant 27 ans. Il a préparé et présenté le rapport quotidien du président aux présidents Nixon, Ford et Reagan et, à la retraite, il a cofondé l’organisation Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS).

De plus, Brennan a dit au Congrès qu’il ne s’occupait pas des preuves. C’est ce que le représentant républicain Trey Gowdy se demandait lorsqu’il a interrogé l’ancien directeur de la CIA, également le 23 mai 2017, sur les preuves qu’il avait fournies au FBI pour déclencher son enquête sur la collusion présumée entre Trump et la Russie.

Brennan a répondu : « Je ne fais pas dans les preuves. »

Le mieux que Brennan pouvait faire était de commencer par répéter sa déclaration bien rodée, contredite plus tard par le rapport de Mueller : « J’ai rencontré et je suis au courant d’informations et de renseignements qui ont révélé des contacts et des interactions entre des fonctionnaires russes et des personnes américaines impliquées dans la campagne Trump », ajoutant que « cela nécessitait une enquête plus approfondie du Bureau pour déterminer si oui ou non des personnes américaines conspiraient activement, en collusion avec des fonctionnaires russes. »

Le traitement médiatique

Se référant au rapport Horowitz hier, le professeur de droit John Turley a remarqué :

« Malgré ce rapport outrageusement accablant, une grande partie des médias se contentent de rapporter qu’Horowitz n’a pas jugé déraisonnable de commencer l’enquête, et ignorent une litanie de fausses représentations et de falsifications de preuves pour continuer l’enquête secrète. Rien n’a été trouvé pour soutenir ces allégations, et l’avocat spécial Robert Mueller a également confirmé qu’il n’y avait aucun fondement aux allégations de collusion et de conspiration répétées sans interruption pendant deux ans par de nombreux experts et membres du Congrès. »

Et pourtant, « démystifier » est l’enjeu essentiel. Ce matin, le New York Times titrait : « L’enquête du FBI sur la Russie révèle de graves erreurs mais démystifie le complot anti-trump ». Et un article « d’analyse » de Mark Mazzetti était intitulé : « Une autre enquête ne confirme pas les accusations de Trump. Donc, on passe à la suivante. »

Mazzetti écrit :

« Participer à une campagne chorégraphiée de tweets présidentiels, d’apparitions sur Fox News et de témoignages enflammés du Congrès pour créer des attentes sur la recherche de preuves d’une campagne de l’« État profond » contre Trump. Et puis, lorsque la preuve n’est pas apportée, fausser les résultats et se préparer à la prochaine occasion d’exécuter le scénario.

« Cette occasion est arrivée sous la forme d’une enquête du procureur du Connecticut [Durham] ordonnée cette année par le procureur général William P. Barr – et le président et ses alliés prédisent maintenant que ce sera l’opportunité de fournir des preuves accablantes que le FBI, la CIA, et même des alliés américains proches ont conspiré contre Trump lors des élections de 2016. »

Le rapport d’Horowitz, un « apéritif » ?

Mazzetti poursuit en exprimant des doutes « que Durham exhumera toute information qui changera fondamentalement la compréhension de ce qui s’est passé en 2016 ». Peut-être, peut-être pas. Il y a fort à parier que le Président Trump a une meilleure idée de la situation. Selon Mazzetti, Trump a récemment minimisé les attentes concernant l’enquête d’Horowitz – indiquant que ce n’était qu’un apéritif pour ce qui est à venir. « Je pense que le grand rapport à attendre sera le rapport Durham », a-t-il dit. « C’est celui que les gens attendent vraiment. »

Le président peut s’attendre à une vengeance de type enquête Mueller une fois l’enquête de Durham terminée. Si cela s’avère être le cas et que Trump soit acquitté par le Sénat après sa mise en accusation, comme prévu, il pourrait être en mesure d’y gagner encore quatre ans, ce qui donne à réfléchir.

Ray McGovern travaille avec Tell the Word, une maison d’édition de l’Église œcuménique du Sauveur dans le centre-ville de Washington. Il a été officier d’infanterie/renseignement de l’armée, puis analyste de la CIA pendant 27 ans. Il a préparé et présenté le rapport quotidien du président aux présidents Nixon, Ford et Reagan et, à la retraite, il a cofondé l’organisation Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS).

Source : Consortium News, Ray McGovern, 10-12-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

relc // 12.01.2020 à 07h39

« un cas de non-lieu – pourrait-on dire sans retenue. »

« a case of no-holds-Barr-ed, one might say.

C’est un jeu de mot sur le nom du procureur (Barr) et l’expression « no-holds-barred » = sans imite, sans restriction

C’est donc « un cas où tout est permis », « un cas sans Barr-ière, pourrait-on dire »

11 réactions et commentaires

  • Vercoquin // 12.01.2020 à 06h55

    Je suggère de supprimer tout ce qui est écrit
    depuis la deuxième occurrence de:
    « De plus, Brennan a dit au Congrès »,
    jusqu’à la deuxième occurrence de:
    « (VIPS) ».

      +7

    Alerter
  • relc // 12.01.2020 à 07h39

    « un cas de non-lieu – pourrait-on dire sans retenue. »

    « a case of no-holds-Barr-ed, one might say.

    C’est un jeu de mot sur le nom du procureur (Barr) et l’expression « no-holds-barred » = sans imite, sans restriction

    C’est donc « un cas où tout est permis », « un cas sans Barr-ière, pourrait-on dire »

      +16

    Alerter
    • gracques // 12.01.2020 à 09h35

      Faut vous lancer dans la traduction d’articles pour les crises…..

        +9

      Alerter
      • Tatave // 12.01.2020 à 14h25

        Je le lui ai déjà proposé, mais sans résultat.

          +2

        Alerter
  • Jef // 12.01.2020 à 09h35

    Y a un bug. L’article est bon mais il y a tout un bloc de texte qui est répété

      +3

    Alerter
  • Fritz // 12.01.2020 à 09h44

    Tiens ? Ce soufflé conspirationniste n’est pas retombé ? Mais que fait Rudy ?
    Laissons les loups se dévorer entre eux.

      +9

    Alerter
  • Roger // 12.01.2020 à 09h54

    J’ai essayé d’y comprendre quelque chose…Je ne suis pas certain du résultat qui peut se résumer à l’expression consacrée par Ph.Grasset (Dedefensa.org) pour désigner le haut-lieu du pouvoir officiel US: « Washington-D.C-la -folle »…
    J’ai la conviction qu’avec tout ça, Trump à de grandes chances de faire un 2ème mandat!

      +7

    Alerter
  • RGT // 12.01.2020 à 09h58

    Il y en a qui ont vraiment rien à foutre pour justifier leurs rémunérations indécentes.

    Et c’est vraiment de la diversion pour ne pas reconnaître publiquement que les faits nauséabonds indiscutables rendus publics par des fuites (que je pense plutôt d’origine interne au parti « démocrate » par un ou des militant(s) sincère(s) et/ou écœuré(s) soient la cause réelle de la chute de la « maison Clinton ».

    Entre nous, s’ils pouvaient TOUS s’entre-tuer pour de vrai, la face du monde en serait changée.
    Cette pauvre planète serait enfin débarrassée de ses parasites les plus nuisibles.
    Et dans toutes les nations de toute cette planète d’ailleurs, ça ne vaut pas mieux ailleurs (du moins sur le long terme, les épisodes « Chavez » étant vite balayés par des « libérations » ou des « révolutions e couleurs »).

      +8

    Alerter
  • Eric83 // 12.01.2020 à 10h09

    “Ce n’est plus de cette manière que le monde marche réellement. Nous sommes un empire maintenant, poursuivit-il, et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité, judicieusement, comme vous le souhaitez, nous agissons à nouveau et nous créons d’autres réalités nouvelles, que vous pouvez étudier également, et c’est ainsi que les choses se passent. Nous sommes les acteurs de l’histoire. (…) Et vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous faisons” (1). ».Ces propos sont attribués à Karl Rove, ancien « stratège » de Bush Jr.

    La « Team Clinton-DNC-IS- médias MSM » profondément anti-Trump a manifestement mis en oeuvre la stratégie décrite ci-dessus avec le Russia-gate. La présidence de Trump a été pourrie pendant 3 ans mais la « fable » a été découverte…sans sanctions pour leurs auteurs…pour le moment.
    Pendant ce temps-là, une nouvelle « fable » apparaissait sur les écrans. Trump aurait tenté de corrompre le gouvernement ukrainien pour enquêter sur les agissements des Biden – père et fils – en Ukraine sous l’ère Obama.
    Grâce à cette fable, le DNC tente de destituer Trump pour une histoire manifestement fausse et relatée par un prétendu « dénonciateur »…agent de la CIA. Les ricains devraient écouter Audiard, « Les cons ça ose tout… », car Biden – VP d’Obama – s’est vanté publiquement d’avoir corrompu le gouvernement ukrainien sous l’ère Porochenko.

    Cette « fable » de destitution ayant toutes les chances d’échouer, une nouvelle fable est sans doute dans les cartons. A suivre…

      +13

    Alerter
  • Joblion // 12.01.2020 à 13h58

    Une remarque : « Predicate » (ici traduit par « Prédicat ») en anglais des État-Unis s’utilise dans le sens « pré-requis ».

      +5

    Alerter
  • Marc // 12.01.2020 à 17h43

    Pour continuer à suivre cette histoire il faut tout de même être sacrément atteint de mass mediatite

      +7

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications