Les Crises Les Crises
31.décembre.201931.12.2019 // Les Crises

Julian Assange : ce que nous savons. Par Viktor Dedaj

Merci 486
J'envoie

Je vous propose de finir l’année avec ce coup de gueule de Viktor Dedaj, sur le scandaleux cas Assange

Source : Le Grand Soir, Viktor Dedaj, 20-12-2019

Nous savons que : Julian Assange est un citoyen australien. La société de publication qu’il a co-fondée (Sunshine Press) est domiciliée en Islande et leur site Wikileaks est hébergé.. euh… quelque part.

Nous savons qu’Assange n’a violé aucune loi d’une juridiction dont il dépendait. Aucune. Jamais. Nous savons en effet qu’il n’a jamais été accusé de viol en Suède (si vous avez l’impression du contraire, débrouillez-vous avec votre source d’information préférée). Nous comprenons donc que « l’enquête préliminaire » interminable d’une procureure suédoise n’a jamais été qu’une opération de rabattage du gibier Assange vers le piège états-unien.

Nous savons aussi que Julian Assange n’a jamais été sous une juridiction US. Et donc qu’une « extradition » de Julian Assange vers les Etats-Unis ne sera pas une décision de justice en application de je ne sais quelle loi, mais bel et bien l’aboutissement d’une opération d’enlèvement par les Etats-Unis d’un journaliste étranger, enlèvement décidé et préparé de longue date et sous couvert d’un « droit » qui a été bafoué de bout en bout dans cette affaire. Nous savons donc que ce qui se prépare contre lui n’est pas une « extradition »mais un enlèvement, un kidnapping, une « remise forcée ».

Nous savons que les Etats-Unis prétendent malgré tout lui infliger 175 ans de prison au nom d’une loi (Espionage Act de 1917) et dans la cadre d’un grand jury qui interdit à l’accusé d’invoquer ses motivations et qui ramène les droits de la défense à zéro.

Nous savons maintenant que ses moindres faits et gestes et ceux de ses visiteurs à l’ambassade étaient espionnés et que ses privilèges client/avocat et patient/médecin ont été violés et que toutes ces données communiqués – ainsi que tous ses effets personnels – aux Etats-Unis.

Nous savons qu’Assange ne purge actuellement aucune peine (oui, vous avez bien lu (*) ) mais est en « détention préventive », qu’il est maintenu en isolement dans une prison de haute sécurité. Nous savons aussi qu’il est gravement malade et qu’il n’est pas soigné. Nous savons donc qu’Assange est volontairement maltraité par les autorités britanniques, un traitement que le rapporteur spécial de l’ONU – après un examen médical du prisonnier effectué par des spécialistes en la matière – assimile à de la torture. Nous savons que sa vie est littéralement en danger.

Nous savons que l’administration pénitentiaire ne lui accorde que peu de contacts avec ses avocats, très peu de visites, aucun contact avec les autres détenus, et qu’il ne peut consulter les éléments de « preuves » présentés contre lui et n’a aucun moyen matériel pour préparer un semblant de défense.

Nous avons vu lors d’auditions surréalistes qu’il est si mal en point qu’il arrive à peine à prononcer son nom et sa date de naissance et où la juge Vanessa Baraitser affiche ouvertement son mépris pour lui et ses avocats et prend – au vu et au su de tous – ses instructions auprès des représentants des Etats-Unis présents dans la salle. Nous avons même vu un greffier demander au prisonnier de confirmer sa nationalité… suédoise (pour vous donner une idée du sérieux avec lequel cette affaire est menée).

Nous savons qu’Assange est un des journalistes les plus primés du 21ème siècle. Nous savons qu’il a encore reçu 3 titres de reconnaissance journalistique alors qu’il se trouvait en prison. Nous savons qu’il a été nominé sept fois au prix Nobel de la Paix. Nous savons que le patron de la Fédération Internationale de Journalistes (qui dit représenter 600.000 professionnels du métier) a pris position en faveur d’Assange. Nous savons que les trois principaux syndicats de journalistes français ont rédigé une lettre ouverte à Macron au sujet d’Assange. Nous savons que plusieurs centaines de journalistes à travers le monde ont signé une pétition récente pour sa libération, etc.

Nous savons aussi qu’Amnesty International doit avoir de la merde devant les yeux pour ne pas reconnaître un prisonnier politique torturé au cœur de Londres. Nous savons depuis longtemps que Reporters Sans Frontières se couvre les yeux, les oreilles et la bouche chaque fois que les Etats-Unis sont en cause.

Nous avons compris que les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) exercent une censure discrète sur toute communication relative à Assange et/ou Wikileaks, en limitant drastiquement sa diffusion.

Et nous savons que de tout cela, vous n’en saurez rien.

Car nous savons que les « grands » médias ont décidé de limiter au maximum leur couverture de « l’Affaire Assange » et ne laissent passer les informations qu’au compte-goutte…

Nous savons par exemple qu’un grand quotidien (« progressiste ») britannique comme The Guardian peut publier un article à charge contre Assange, inventé de toutes pièces. Nous avons constaté que les autres « grands » médias n’en tiennent pas rigueur à leur confrère (Tiens, finalement, la solidarité au sein de la profession existe bien !)

Nous savons qu’une journaliste du Monde est capable de vous regarder droit dans les yeux et de dire sans scrupules un truc comme « Assange n’a que ce qu’il mérite parce qu’il a fait perdre Hillary Clinton ». L’argument débile par excellence. Chez un journaliste. Horreur assurée. Cheveux dressés sur la tête garantis.

Bref, Nous savons maintenant que les « grands » médias sont en grande majorité animés par ce qu’il faut bien appeler des salauds.

Nous savons que les médias dits alternatifs – incroyable mais vrai – qui se mobilisent pour Assange (et Wikileaks) sont encore trop rares. Les autres pensent probablement pouvoir ignorer ou ne pas être concernés par l’affaire – ou sont encore (comble de l’ironie) sous l’influence de la propagande mainstream.

Mais nous savons aussi que les années de calomnies et de mensonges déversés sur lui et son organisation commencent à faire long feu et que la montée en puissance de la solidarité avec Julian Assange connaît depuis quelques mois une progression fulgurante. Hier encore, les appels et interventions en sa faveur – journalistes, médecins, personnalités, responsables politiques, ONU – se comptaient en dizaines, et aujourd’hui se comptent en centaines, en milliers. Le silence médiatique n’est pas encore brisé, mais il commence à se fissurer. Ce combat est parti de trop loin pour ne pas se donner des raisons d’espérer, alors ne lâchons rien. Avec ce combat, et le reste, 2020 pourrait bien être une bonne année pour la justice

Viktor Dedaj
qui pense que c’est le procès des médias qu’il faudrait faire

(*) après son enlèvement de l’ambassade d’Equateur, le 11 avril 2019, J. Assange fut immédiatement condamné pour avoir « violé les conditions de sa libération en résidence surveillée » (bracelet à la cheville et signalement quotidien à un poste de police) – violation commise lorsqu’il a demandé l’asile politique à l’Equateur en Juin 2012 (décision contestée par des juristes dans la mesure où demander l’asile est un droit fondamental – et ce n’est pas comme si on ne savait pas où il était). Il fut condamné à la peine maximum pour un tel délit (qui n’en était pas vraiment un) qui se solde généralement en GB par une simple amende. JA était libérable à la moitié de la peine mais la juge a refusé sa libération et décidé sa détention préventive jusqu’au procès d’ « extradition ». Le tout dans une prison de haute sécurité, sans contacts et sans soins.

MAJ 20/12/2019 : premier recul de la « juge » Vanessa Baraitser. Le procès en extradition pourra durer « 3 ou 4 semaines » au lieu des « 4 ou 5 jours » qu’elle prétendait imposer.

25 députés allemands, italiens et européens annoncent qu’ils assisteront au procès dit d’extradition.

En complément : Nils Melzer : « Julian Assange montre les symptômes des victimes de tortures psychologiques. »

Source : Le Grand Soir, Viktor Dedaj, 20-12-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

M.Smith // 31.12.2019 à 07h50

Assange est une des pierres de touche pour juger de la valeur des journalistes et des médias mais aussi des politiques (puisque le 4e pouvoir n’est plus que celui de lécher la main de son maître).
Espérons que 2020 soit l’année du retournement des fusils, non plus contre ceux qui dénonce les scandales mais contre ceux qui les produisent. Ce qui est la lecture correcte de : Malheur à celui par qui le scandale arrive !

37 réactions et commentaires

  • M.Smith // 31.12.2019 à 07h50

    Assange est une des pierres de touche pour juger de la valeur des journalistes et des médias mais aussi des politiques (puisque le 4e pouvoir n’est plus que celui de lécher la main de son maître).
    Espérons que 2020 soit l’année du retournement des fusils, non plus contre ceux qui dénonce les scandales mais contre ceux qui les produisent. Ce qui est la lecture correcte de : Malheur à celui par qui le scandale arrive !

      +64

    Alerter
    • medmed // 31.12.2019 à 08h15

      Je n’ai plus d’espoir en la liberté d’expression en occident. Une année on pense toucher le fond, mais l’année suivante et encore pire. Jusqu’où iront-ils ? Ou plutôt jusqu’où resterons-nous passifs ?
      L’éveil des consciences qui permettrais de donner un grand coup pied dans la fourmilière n’est hélas pas pour demain. Ils sont trop puissants, nous sommes trop moutons.
      Oui, je sais, je suis pessimiste.

        +24

      Alerter
      • Bouddha Vert // 31.12.2019 à 22h43

        Si vous connaissez un espace dans le monde plus prometteur pour la liberté d’expression, je suis preneur.

        La liberté d’expression a toujours eut des limites, sans vouloir passer pour un affreux cynique il ne me semble pas qu’un journaliste, où que ce soit, qui joue avec les dessous du pouvoir n’est jamais mis sa carrière, sa réputation, sa vie en jeux.

        Hormis les dissidents politiques qui trouvent un soutient stratégique, il faut être un bisounours pour arracher la moustache du tigre, menacer celles du lion et de l’ours en espérant être soutenu par les troupeaux de ruminants, fussent-ils des buffles.

        Si tous les Hommes étaient carnassiers, nous ne serions certainement plus.

        Assange a joué comme Giordano Bruno je lui souhaite le même courage, des soutiens efficaces pour une fin moins tragique.

          +3

        Alerter
        • medmed // 01.01.2020 à 08h19

          Fut un temps ou l’occident était un espace de libre expression bien plus prometteur ou le mot journaliste avait un sens.
          Ce n’est pas plus cas aujourd’hui. Il y a plusieurs manières d’étouffer la vérité. La manière brutale des dictatures et la manière infiniment plus vicieuse et cynique à l’occidentale, mais bien plus efficace, car elle laisse croire que la vérité (la vraie) est dite, ce qui est faux. On nous saupoudre par ci par là d’un soupçon de vérité, mis rien de plus, sinon nous serions tous demain dans la rue.
          Il n’y a pas meilleur exemple que celui d’Assange pour démontrer dans quelle fange se sont vautrés les médias occidentaux.

            +17

          Alerter
          • Bouddha Vert // 01.01.2020 à 19h29

            Je ne sais à quelle époque vous faites allusion.
            Quant à la manière d’étouffer la vérité, vous estimez qu’il en est de plus élégantes que d’autres, soit!
            Cependant, je ne vois pas en quoi la manière « à l’occidentale » serait plus vicieuse et cynique qu’une autre, il est vrai que Khashoggi aura souffert peut être un peu moins longtemps…

            Les affaires d’état nécessites une forte dose de pragmatisme avec une nécessaire gestion de forces contraires, orthogonales incompatibles avec « la vérité », Machiavel a merveilleusement énumérer les qualités qu’il faut développer pour assurer le pouvoir d’un état et cela n’est pas un conte de fée.

            Il n’en reste pas moins que la parole doit rester libre pour que les pouvoirs s’en trouvent contraints.

              +2

            Alerter
            • medmed // 01.01.2020 à 22h45

              La méthode Assange est tellement plus raffinée, que Salamane passe pour un guignol à côté..

                +2

              Alerter
            • Rémi // 02.01.2020 à 10h16

              Disons que la manière de faire à l’ancienne en Occident avec le petit soupson de Vérité et un bon choix des sujets est en train de se déliter. Le quatrième pouvoir a désormais avec internet trop de concurrence et sa parole perds sa sacralité. Bientot l’oligarchie le balancera car il ne lui servira plus à rien. Le monde n’en sera pas un endroit meilleur, mais tout ces « grands » journalistes pointant à pole emploi cela fera du bien.
              Mes plus mauvais voeux à la presse mainstream pour 2020.

                +2

              Alerter
    • Francois Marquet // 31.12.2019 à 11h30

      « Retourner les fusils » pourrait commencer par retourner la carte bleue: bien réfléchir avant d’acheter anglais ou de passer un week-end à Londres. Ce n’est pas un appel au boycott (interdit et modérable) mais à l’exercice du libre arbitre de chacun issu d’une réflexion citoyennne (encore autorisée)

        +38

      Alerter
      • Narm // 01.01.2020 à 13h16

        ah ben je l’avait loupé ou oublié celui là. l’appel au boycot est interdit. Merci de le rappeler.
        Dans tous les cas, pour raison personnelle, je n’achète aucun produit provenant de ces « nations » 😉

          +5

        Alerter
  • D’Aubrac // 31.12.2019 à 08h46

    Dans le silence sépulcral du Parti du Bien, de sa presse, de ses réseaux, de ses têtes (de gondoles) pensantes , de ses fondés de pouvoir politiques, de ses marionnettes culturelles…
    Un silence vertigineux.

      +13

    Alerter
  • Denis Monod-Broca // 31.12.2019 à 09h38

    Nous regardons de haut la Justice japonaise, que Carlos Ghosn vient de fuir, car elle condamne, à 99,4% parait-il, les prévenus qui lui sont présentés, sans chercher vraiment à connaître la vérité sur ce qu’ils ont fait.

    Dans le cas d’Assange, la Justice britannique est pire encore que la Justice japonaise. Non seulement elle n’a que faire de la vérité mais elle n’a que faire de la justice, torturant avant de juger.

    Mais où sont donc passés magna carta et habeas corpus ?!?…

      +44

    Alerter
  • René Fabri // 31.12.2019 à 09h39

    Merci pour cet article, qui rappelle des points essentiels :

    – Julian Assange n’a commis aucun délit, et il n’est ni anglais ni américain.

    Si jamais, il obtenait l’asile politique en France, ce serait normal et merveilleux en même temps.
    En échange, je suis prêt à … retirer mon gilet jaune. Chiche !

      +28

    Alerter
    • vert-de-taire // 01.01.2020 à 11h26

      **Si jamais, il obtenait l’asile politique en France, ce serait normal et merveilleux en même temps.
      En échange, je suis prêt à … retirer mon gilet jaune. Chiche !**

      AH non, la liberté ne se négocie (marchande) pas !

        +6

      Alerter
    • Rémi // 02.01.2020 à 10h18

      Le département Francais de l’Océania ne peut répüondre favorablement à votre demande. Les éléments indiscipliné du département francais ont été purgés après 2003 aucun manquement ne sera toléré de la part de la nouvelle équipe.

        +0

      Alerter
  • ScorpionBleu // 31.12.2019 à 09h45

    En effet M. Smith, Assange n’a commis aucun délit, mais a accompli son métier d’informations au mépris de l’omerta !
    Encore une fois, la puissance des impuissants détruit un homme libre, brillant, visionnaire et courageux.
    L’horreur et l’injustice de l’histoire d’Assange témoignent de la bassesse des politiciens et en particulier de la soi-disant Gauche de tous les pays, de la lâcheté et de la nullité de l’ensemble de ceux et celles qui osent s’appeler encore journalistes, mais aussi du manque de pugnacité et de conscience des militants et de l’indifférence, de l’individualisme des citoyens tout court.
    En son temps, les grattes papier de tous les médias se sont jetés sur les informations apportées par Assange qui ont fait gonfler le chiffre d’affaires de la presse, ensuite la peur les a fait passer sur l’autre rive.
    Rien ne change dans l’histoire de l’humanité et pourtant des hommes se lèvent encore.

      +38

    Alerter
    • vert-de-taire // 01.01.2020 à 12h31

      **L’horreur et l’injustice de l’histoire d’Assange témoignent de la bassesse des politiciens et en particulier de la soi-disant Gauche de tous les pays, de la lâcheté et de la nullité de l’ensemble de ceux et celles qui osent s’appeler encore journalistes, mais aussi du manque de pugnacité et de conscience des militants et de l’indifférence, de l’individualisme des citoyens tout court.**

      Ces gens sont en guerre, il ne sont pas ‘bas’ ; ils croient défendre quelque-chose, une mangeoire, de la reconnaissance (manière d’exister aux yeux des autres), une classe sociale (pour ceux qui comprennent ce que cela signifie).

      Ils luttent contre ceux qui osent penser par eux-mêmes qui se mettent à refuser le consentement
      c’est à dire la dictature du capitalisme par sa prédation de la propriété privée qui permet tout : exploitation du travail et dévastation de la planète.

        +5

      Alerter
  • catherine // 31.12.2019 à 09h53

    Bravo pour ce coup de gueule.

    Je me sens terriblement impuissante.

    Il nous faut joindre nos pensées et les lui envoyer pour le soutenir.

    Un revirement de cette situation en 2020 pourrait laisser espérer que le monde évolue dans le bon sens.

    C’est pour ça qu’il faut que ça arrive.

    Bon bout d’an à toutes et tous.

      +25

    Alerter
  • Myrkur34 // 31.12.2019 à 09h55

    Ce qui est important pour L’Australie en ce moment, c’est de faire coûte que coûte son feu d’artifice géant pour le changement d’année,qui va juste ajouter dans l’atmosphère de Sidney des centaines de kilos de particules supplémentaires comme s’il n’y en avait déjà pas assez…..

    CE pays et la décence , çà fait deux .

      +18

    Alerter
  • sergeat // 31.12.2019 à 10h26

    Pour comprendre le système de justice nord américains je conseille de lire le livre de Frédéric Pieruci: »le piège américain » mis en prison aux USA pour menacer Kron et vendre la partie stratégique de Alstom aux US en accord total avec Macron:c’est un système à points chaque action supposée vous donne droit à des années de prison dans le cas de Pieruci par exemple le fait d’avoir reçu comme tous les cadres un bonus de 700 euros est considéré comme de la corruption et les points supplémentaires sont cinq ans de prison à rajouter à 20 ans.
    Aux US vous ne pouvez que vous auto-accusé coupable même quand vous este innocent pour être sûr d »avoir une peine réduite.Ceci au niveau économique imaginez alors quand cela devient politique même notre pseudo quatrième pouvoir s’écrase,et continue à nous bourrer le crane sur le « rêve »américain.
    Monsieur Assange sera détruit et le monde continuera à aller voir les super héros US de Hollywood.

      +14

    Alerter
    • Sybillin // 01.01.2020 à 18h46

      j’allais citer comme vous « le piège américain « de F Pierucci et dans ce livre tout est dit …c’est pire qu’en Chine vous êtes condamné d’avance, inutile de vous défendre…vous perdez votre temps et votre argent. Pour Assange qui est un héros seule une mobilisation mondiale du type de celle contre l’apartheid en Afrique du Sud pourrait infléchir le cours des événements. Mais hélas pour lui Assange ne sert plus ses confrères avec ses informations et il est devenu inutile…on va pleurer un bon coup…mais le laisser tomber.

        +4

      Alerter
  • René Fabri // 31.12.2019 à 10h37

    Excusez-moi d’abuser de la bonté de ce blog fantastique en rédigeant un deuxième commentaire, mais cela m’attriste tellement qu’Assange soit enfermé depuis si longtemps sans espoir de sortie. Alors, je cherche sans arrêt ce que l’on pourrait faire pour l’aider.

    Soyons honnête en espérant que les décideurs le soient aussi.
    Assange n’a commis aucun délit selon la loi de son pays, mais il est vrai qu’il a publié des informations confidentielles et gênantes pour une partie de l’armée et de l’administration américaine..
    Il a un peu agi comme un espion. Soit.
    Alors, ne serait-il pas possible d’organiser un échange d’espions ?

    En Ukraine, vient d’avoir lieu un échange de prisonniers. Si même ces frères ennemis arrivent à faire ça, pourquoi serait-ce impossible entre les anglo-américains et le reste du monde ?
    Au passage, puisque ce blog est lu par des personnes intéressées par l’Ukraine, j’aimerais signaler que cet échange de prisonniers est une bonne nouvelle. Je vous laisse vous renseigner sur les personnes libérées.

      +13

    Alerter
  • jules Vallés // 31.12.2019 à 11h05

    Tiens, c’est bizarre, après lecture de cet article, j’ai comme une envie de vomir, mais en «  »même temps » », je n’éprouve guère de surprise sur la sincérité ,l’honnêteté et la réalité de nos sociétés «  »démocratiques » »
    Dans la société du spectacle, le vrai est un moment du faux (guy Debord)

      +21

    Alerter
  • METZGER // 31.12.2019 à 11h32

    L’affaire Assange n’est qu’une affaire de corruption des juges. Ils invoquent tous avec acrimonie une indépendance de façade, et cachent leurs corruption idéologique et leur appartenance financière derrière la pompe, la solennité et le décorum d’un théâtre qui ne trompe plus personne : à côté d’hommes et femmes politiques responsables mais pas coupables, une caste d’intouchables, une aristocratie hautement coupables mais jamais responsables, car il est impossible de les mettre en cause et d’obtenir de les voir en prison : les magistrats. Au royaume uni, au Japon et en France. Je soutiens totalement le système judiciaire. J’accuse seulement les êtres humains qui la peuple d’être au dessus des lois. Intouchables. Si la juge Vanessa Baraitser était sous le coup de poursuites judiciaires, comme on pourrait l’attendre d’une vraie démocratie, nous ne serions pas là à nous morfondre sur le sort de ce pauvre Julien Assange. Mais quand il s’agit d’attaquer un juge, la lâcheté semble de mise. Merci pour cet article !

      +18

    Alerter
    • clauzip12 // 06.01.2020 à 23h51

      Le président Hollande dans le livre »ce qu’un président ne devrait pas dire »(que je n’ai pas lu totalement) définissait la magistrature judiciaire par un terme peu élogieux.
      Je ne le reproduit pas,je ne peux être responsable en prenant à mon compte des termes qualificatifs que je n’ai pu vérifier.
      Néanmoins,s’agissant de propos du magistrat suprême qu’il n’ a pas dédit d’une part et qu’il a déterminé par sa propre expérience du pouvoir d’autre part,je suis amené à penser qu’il a eu matière et faits l’ayant amené à sa conviction.
      Exigeons une justice éthique ,sereine,républicaine,indépendante et doutons toujours et rappelons nous que les hommes du système néolibéral dans lequel nous sommes sont là où il sont pour être achetés.
      La loi du marché

        +0

      Alerter
  • Louis Robert // 31.12.2019 à 13h26

    1. « Nous savons donc que ce qui se prépare contre lui n’est pas une «extradition» mais un enlèvement, un kidnapping, une « remise forcée ».» — Dans ladite interminable « lutte contre le terrorisme », cette réalité politique, extra-judiciaire, ce crime d’état a depuis longtemps un nom: « extraordinary rendition ».

    2. Cette parodie judiciaire « dans le cadre d’un grand jury qui interdit à l’accusé d’invoquer ses motivations et qui ramène les droits de la défense à zéro », elle est examinée par ces messieurs avocats lors d’une réunion portant sur le cas Edward Snowden, dans « Citizenfour », documentaire de Laura Poitras. Conclusion: ce n’est qu’une question politique, et non plus juridique.

    ***

    Dévoyés, nos systèmes électoral, juridique, pénal, financier, économique, politique, médiatique etc., nos institutions ne sont plus qu’imposture, réalités purement verbales elles-mêmes dépourvues de sens, nulles et sans effets appropriés, inutiles, futiles, vaines, gisant vidées de leur raison d’être.

    « Le vieux monde se meurt, le nouveau est lent à apparaître, et c’est dans ce clair-obscur que surgissent les monstres. » (Gramsci)

    Les justes poursuivis, enfermés, réduits au silence, persécutés, la masse humaine constamment et partout épiée, espionnée, réprimée, massacrée, les dérèglements de la Nature multipliés, 2020 sera l’année du franchissement des points de non-retour, de la prise de conscience aiguë d’assister à la fin d’un monde, notre « fake world ».

    Au-delà, en gestation, un nouveau monde demande à naître qui, dans les ruines fumantes de l’ancien, bientôt naîtra.

      +7

    Alerter
  • Florent L. // 31.12.2019 à 13h56

    Heureusement qu’assange s’est planqué au RU et pas en France, sinon il aurait eu un accident de voiture malheureux ou se serait defenestre

      +4

    Alerter
    • RGT // 01.01.2020 à 16h25

      Et s’il s’était réfugié en Russie il serait sans doute libre, comme Edward Snowden, mais son exil aurait alors été interprété comme la « preuve irréfutable » qu’il était un « espion à la solde de Moscou ».

      Bref, tous les arguments sont valables pour casser un homme qui par sa soif de vérité devient automatiquement très gênant pour les « élites ».

      « Quand on veut se débarrasser de son chien, on prétend qu’il a la rage ».

        +7

      Alerter
  • marire // 31.12.2019 à 14h33

    Cher Julian,
    Je vous souhaite une très bonne année !
    Que 2020 soit l’année de votre libération et celle de la manifestation de la vérité.
    Que tous ceux qui prétendent représenter des états libres et démocratiques, les hommes politiques, les journaux bien-pensants, les organisations internationales qui déclarent défendre les droits de l’homme, que tous reconnaissent votre totale innocence dans les faits dont vous a accusé la nation suédoise.
    Que tous avouent qu’ils se sont laissés abusés par les mensonges et les accusations venant du pays qui domine la zone occidentale et qui n’autorise personne à dévoiler les horreurs des guerres qu’il mène dans le monde.
    Que tous les peuples réclament votre liberté et la libération de la parole que vous portez.
    Nous vous sommes extrêmement reconnaissants pour tout le travail que vous avez fourni en faveur de la vérité.
    Je vous souhaite pour 2020 de retrouver la liberté, votre famille et vos amis.
    Je nous souhaite pour 2020 un monde où tous seront libres de dire la vérité, même celle qui ne plait pas aux puissants.

    George Orwell: “The further a society drifts from truth, the more it will hate those who speak it.”
    Plus une société s’écarte de la vérité, plus elle va haïr ceux qui la disent;”

      +19

    Alerter
  • .Josy // 31.12.2019 à 16h24

    Le nouveau monde pour l’instant ,en occident , est un vieux monde qui perd tous ses atouts :éducation , justice , santé , retraite , salaires décents, protection sociale .La décrépitude des fameuses valeurs que l’on agite sous notre nez pour les éliminer s’inscrit dans le paysage .Souhaitons nous une année vraiment neuve où les politiques malfaisantes de nos valets d’oligarques seront mises à bas et leurs concepteurs révoqués , mis à pied .

      +8

    Alerter
  • lon // 31.12.2019 à 16h50

    Jamais la Gôche sociale-libérale ne se sera autant révélée que dans le cas Assange , prête à toutes les veuleries , toutes les renonciations et tous les reniements , et qui choisit en outre de salir l’accusé pour soulager sa mauvaise conscience , comme le dernier magistrat et le dernier gardien de camp de régimes totalitaires que la Gôche se plait à dénoncer à longueur d’années .

      +5

    Alerter
    • Anfer // 01.01.2020 à 01h09

      La gauche, c’est la défense du travail contre le capital.
      Ce que vous décrivez, c’est une droite masqué.

      Il y en a marre de ces contresens de langage.

        +7

      Alerter
      • jean-pierre.georges-pichot // 01.01.2020 à 09h37

        Le concept de « gauche » est une arnaque. Il y a des mouvements révolutionnaires et des mouvements contre-révolutionnaires. Des partis issus et contrôlés par des classes sociales conscientes : et certains furent historiquement ouvriers et paysans, ou au moins résolument démocrates : au dix-neuvième siècle les républicains en France, les garibaldiens en Italie, les chartistes en Angleterre ; au vingtième siècle, les spartakistes en Allemagne, les communistes en France, les anarchistes en Espagne. Ceux là ont toujours trouvé en face d’eux « la gauche », c’est à dire un système sournois de récupération de leurs forces ensuite retournées contre eux. Ebert massacrant le peuple à Berlin, Thiers massacrant les communards, Blum s’alignant sur les conservateurs anglais au service de Franco et s’employant à éteindre la révolte populaire contre l’austérité en juin 36. Mitterrand nationalisant en 81 « pour montrer à quel point c’était con », c’est à dire à seule fin d’engager en 83 la campagne de privatisations-trahisons qui n’a plus cessé depuis. La « gauche », c’est ça. C’est le rabatteur électoral de la droite et de l’extrême-droite. C’est un moyen qu’a la bourgeoise possédante de faire en sorte que les votes populaires servent les intérêts de l’oligarchie dans une conjoncture où le rapport de force ne semble pas autoriser la mise en sommeil d’un système électoral. Mais vous aurez peut-être remarqué que, comme en 1940, la bourgeoisie n’a plus besoin de « gauche » aujourd’hui.

          +9

        Alerter
        • Narm // 01.01.2020 à 13h16

          vous venez d’énumérer la fabrique de « la gauche », une « opposition » qui conviendra parfaitement aux « libéraux » et et sur laquelle on pourra tirer à boulets « rouges »

            +4

          Alerter
        • RGT // 01.01.2020 à 16h48

          Déjà au milieu du XIXème siècle Proudhon dénonçait les « socialistes » (lui qui avait été, avant d’être anarchiste, l’un des pères fondateurs de la politique vraiment sociale).
          De même, il a refusé de « rejoindre » (se soumettre à) Marx dans son mouvement « communiste » car il sentait arriver l’arnaque de régimes totalitaires à venir.

          De plus, Proudhon était imprimeur indépendant, et ne se gênait pas pour dénoncer les turpitudes du pouvoir, ce qui lui a valu pas mal d’ennuis, entre autres d’être embastillé pendant que le « Divin Hugo » troussait « à la DSK » les soubrettes dans son exil doré de Jersey.

          La « gôôôche », dès qu’elle se « rassemble » pour former un parti politique « respectueux de la légalité » ne peut que finir dirigée par des « élites » qui ne pensent qu’à leur propre intérêt et se foutent royalement (c’est le cas de la dire) des intérêts de ceux dont elle caresse le cul en leur promettant monts et merveilles.

          Comment voulez-vous que ces types (Mélenchon en tête) prennent l’idée saugrenue de s’opposer RÉELLEMENT à ceux qui leur fournissent une soupe onctueuse à volonté ?
          Comment voulez-vous que ces sinistres individus qui passent l’essentiel de leurs journées à contempler leurs courbes de popularité en étant entourés de « conseillers » se prononcent enfin contre un système qui leur garantit un niveau de vie princier sans qu’ils n’aient besoin de « mouiller leurs chemises » ?

          Ne comptez donc surtout pas sur le fait qu’un membre autoproclamé de « l’élite » ou un « journaliste » dont la carrière est liée à une soumission sans bornes jette un « pavé dans la mare » et soutienne Assange ou n’importe quel individu ou association qui puisse nuire à ses « mécènes » ou aux « institutions » qui lui permettent de vivre plus que confortablement.

          La VRAIE corruption se situe bien là : Seuls ceux qui suivent sagement le courant sont récompensés et ont le droit de s’exprimer en public.

          Les gilets jaunes en sont la meilleure preuve.

            +6

          Alerter
  • Marie // 01.01.2020 à 16h07

    Assange a bien moins de chance que Ghosn, qui lui a réussi à s’évader, au nom des injustices dont il ferait l’objet, selon lui. Et Assange, quelles infractions et corruption peut on lui reprocher? Sa détention n’est elle pas illégale; Trump pourrait faire un geste, car c’est bien grâce à Assange qu’il a conquis son titre.

      +2

    Alerter
  • Gildas. // 01.01.2020 à 16h21

    Ça en fait des commentaires pour défendre Julien assange, dans le principe c’est une bonne chose. Cependant, croyez vous vraiment que la majorité veut prendre sa défence ? Les moutons qui ne veulent que leur petit confort sont très nombreux. Défendre J. Assange est certe moral, mais la grande majorité se complet très bien dans le politiquement correct et la médiocrité qui va avec.

      +1

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 01.01.2020 à 19h31

      La majorité du « grand public » NE CONNAIT PAS J.Assange et son horrible situation, car les médias en parlent très peu et partiellement.
      C’est pourquoi, depuis presqu’un an, le Comité.Free.Assange.Belgium (pluraliste, ouvert à tou-te-s) manifeste à Bruxelles, chaque premier lundi du mois devant l’ambassade du RU, et chacun des autres lundis, de 17 à 19h, sur la place de la Monnaie, en distribuant des tracts aux passant-e-s pour les informer, leur proposer de signer une pétition pour sa libération et leur expliquer à quel point cette affaire les concerne(liberté d’expression, droit à l’information pour CHACUN-E).
      De plus, il compile toute l’information à ce sujet sur une page Facebook(page ouverte, il n’est pas nécessaire d’ouvrir un compte pour la lire) qui, jusqu’à présent, n’a pas encore été censurée. On y trouve, notamment, le témoignage de l’avocat belge de Julian et les prises de position favorables de la Ligue des Droits Humains/Belgique francophone et de députés représentant le parti Écolos et le PTB.
      Merci à toutes les personnes solidaires de nous faire une petite visite(en ligne ou sur place, un de ces prochains lundis) et de répandre l’information au sujet de J.Assange au maximum, afin que le procès en vue de l’extradition aux USA, fin février, ne se déroule pas dans l’ignorance générale.

        +6

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications