Les Crises Les Crises
31.décembre.201931.12.2019 // Les Crises

Patrick Lawrence : L’intérim de l’auto-illusion américaine sur la Bolivie

Merci 182
J'envoie

Source : Consortium News, Patrick Lawrence, 25-11-2019

Lire ce qui vient d’arriver à Evo Morales dans la presse grand public c’est entrer dans une galerie des glaces.

Dans quelques années, peut-être dans une génération, il sera permis de décrire la démission d’Evo Morales d’il y a deux semaines comme ce qu’elle était : un coup d’État que les États-Unis ont préparé comme ils en ont préparé des dizaines d’autres depuis qu’ils sont devenus une superpuissance en 1945. La reconnaissance n’aura pas d’importance à ce moment-là. Les événements en question seront confortablement éloignés dans le temps. Les responsables de la destitution du président bolivien seront soit à la retraite, soit décédés. Les États-uniens n’auront trompé aucun Bolivien, car cet automne sera gravé dans leur mémoire, mais les États-uniens se seront encore une fois trompés eux-mêmes.

C’est souvent ainsi que Washington écrase les aspirations démocratiques des autres en renversant des dirigeants légitimement élus et en les remplaçant par des personnalités – généralement corrompues, souvent dictatoriales, par définition antidémocratiques – à son goût. Il a fallu des décennies pour que les États-Unis reconnaissent le coup d’État dirigé par la CIA en 1953 contre le gouvernement Mossadegh en Iran : Le président Barack Obama l’a fait (sans s’excuser) en 2009. Quarante-cinq ans plus tard, Bill Clinton a passé une demi-journée au Guatemala pour exprimer ses regrets au sujet du coup d’État qui a fait tomber le président Jacobo Árbenz en 1954.

C’est ce qui nous attend maintenant dans le cas de la Bolivie – une longue période d’auto-illusion, qui ne se termine que lorsque la vérité fait peu de différence et que la responsabilité ne peut plus être imputée.

Evo Morales de Bolivie en 2008. (Joel Alvarez, Wikimedia Commons)

Voici un extrait de ce que Bill Clinton, alors président, a déclaré à Guatemala City en mars 1999. Il s’est exprimé peu après que la Commission de clarification historique du Guatemala – un nom qu’il faut aimer – eut conclu qu’en déposant Árbenz, les États-Unis étaient responsables des violations des droits de l’homme qui ont suivi pendant 36 ans de guerre civile :

« Il est important que j’affirme clairement que le soutien aux forces militaires ou aux unités de renseignement qui se sont engagées dans une répression violente et généralisée du type décrit dans le rapport était incorrect. Et les États-Unis ne doivent pas répéter cette erreur. Nous devons et nous continuerons à soutenir le processus de paix et de réconciliation au Guatemala. »

La malhonnêteté & ses conséquences

Il s’agit d’une déclaration d’une malhonnêteté manifeste, et il est essentiel de reconnaître non seulement la malhonnêteté de Clinton, mais aussi ses conséquences. Celles-ci ont une incidence directe sur la question de la Bolivie.

Clinton a affirmé explicitement que le coup d’État d’Árbenz était une injustice qui ne se reproduirait pas. Ce qui a été fait dans le passé était mal, mais le mal a pris fin : Ceci est un bon résumé de son message. Ayant suivi la tournée de Clinton en Amérique centrale à l’époque, je reste convaincu qu’il s’est adressé aux États-uniens au moins autant qu’aux Guatémaltèques lorsqu’il a fait les remarques qui viennent d’être citées. Certains d’entre nous sont intervenus violemment dans un autre pays et ont causé beaucoup de souffrances, nous a-t-il dit, à nous les Nord-américains, mais nous ne sommes pas ces gens. Ils sont partis maintenant et nous sommes meilleurs qu’ils ne l’étaient.

L’ancien président Bill au Guatemala exprimant ses regrets pour le coup d’État qui a fait tomber le président Jacobo Árbenz en 1954. (capture d’écran YouTube)

C’est le message implicite de toutes les excuses que les responsables américains présentent occasionnellement pour des méfaits qui sont mis à l’abri dans le congélateur de l’histoire. On y trouve la grande illusion de l’innocence actuelle de l’Amérique. Et c’est par cette illusion que les États-Unis répètent régulièrement l’erreur mentionnée par Clinton, toujours certains que leurs injustices se situent dans un passé pour lequel les Américains vivant dans le présent ne portent aucun fardeau de culpabilité.

Que devons-nous penser des excuses que l’Amérique présente aux autres, compte tenu du bilan avant et après l’une ou l’autre de ces expressions de regret ? Rien qu’en Amérique latine, l’« erreur » guatémaltèque de 1954 s’est répétée, avec ou sans succès, à Cuba (1961, baie des Cochons), au Chili (1973), au Nicaragua (1981-1990, insurrection Contra) et au Honduras (2009). Washington tente depuis des années de répéter son erreur au Venezuela et tente actuellement de le faire à nouveau au Nicaragua. Dans le cas du Venezuela, les sanctions ont déjà réussi à déstabiliser l’économie du pays.

Nous venons de la voir commettre cette erreur en Bolivie. John Bolton, dans son célèbre discours de la « troïka de la tyrannie » il y a un an, a mis Cuba dans le même sac que le Venezuela et le Nicaragua. Le conseiller à la sécurité nationale de Trump, qui a maintenant quitté ses fonctions, a promis sans hésiter des coups d’État dans ces trois pays.

Le passé est mauvais, d’accord, mais le mal n’est pas passé.

La lutte pour la liberté d’expression

Le président démocratiquement élu du Guatemala, Jacobo Árbenz. (Wikimedia Commons)

Le langage est le champ de bataille dans le cas bolivien, comme dans tous les autres cas semblables dans le passé. C’est comme ça que ça doit être. La lutte pour un langage clair et net vaut la peine d’être menée. C’est en nommant honnêtement les choses et les événements que nous nous débarrassons de nos illusions d’innocence. C’est la première étape essentielle si l’Amérique veut modifier sa conduite ruineuse à l’étranger. Échouer dans ce domaine, c’est protéger contre tout examen les pratiques illégales d’une puissance hégémonique désordonnée.

Nos médias nous ont offert un spectacle remarquable de contorsions verbales et d’esquives pour éviter d’utiliser le terme « coup d’État » dans la description des événements de La Paz à partir du 20 octobre, lorsque Morales a été élu pour un quatrième mandat, et du 10 novembre, lorsque son haut commandement l’a forcé à s’exiler. « Y a-t-il eu un coup d’État en Bolivie ? » a demandé The Economist après que Morales eut demandé l’asile au Mexique. « Coup d’État n’est pas le bon mot », a protesté le journal néolibéral fiable Foreign Policy comme si c’était une réaction. C’est le même journal qui a publié un article mi-2018 intitulé « C’est l’heure pour un coup d’État au Venezuela ».

Lire la presse grand public sur la Bolivie, c’est entrer dans une salle des miroirs. Le renversement violent d’un président élu a porté un coup à la restauration de l’ordre et de l’état de droit. Les fondamentalistes chrétiens d’origine européenne, racistes dans l’âme et méprisant explicitement la majorité indigène de Bolivie, sont des « démocrates » dignes de notre soutien. Le premier président indigène de Bolivie, très populaire pour avoir sorti un pourcentage impressionnant de Boliviens de la pauvreté, était un « dictateur tyrannique » détesté.

Cette touche orwellienne est courante – et se retrouve régulièrement dans la presse américaine. Lorsque le général meurtrier Abdul-Fattah al-Sisi a pris le pouvoir en Égypte lors d’un coup d’État il y a six ans, John Kerry, en tant que secrétaire d’État américain, l’a applaudi pour avoir « restauré la démocratie ». Pour faire bonne mesure, le secrétaire d’État a ajouté : « L’armée n’a pas pris le pouvoir. »

Des îlots de couverture responsable

Le président bolivien Evo Morales et le vice-président Álvaro García Linera en 2006 en train de cirer les chaussures des cireurs de chaussures. (Wikimedia Commons)

Des récits précis et responsables des événements entourant l’éviction de Morales sont parfaitement disponibles, même s’ils apparaissent au milieu d’une mer de désinformation. Le reportage de The Grayzone sur la Bolivie cet automne est sans égal. La semaine dernière, Fairness and Accuracy in Reporting, FAIR, a réalisé une interview très informée et instructive avec Alex Main du Center for Economic and Policy Research à Washington.

Ces publications rendent la vérité sur les événements en Bolivie facilement lisible. Il n’y a pas eu de « changement drastique » dans le décompte des voix à la fin du processus électoral, comme l’a prétendu l’Organisation des États américains contrôlée par les États-Unis. Il n’y a pas eu non plus d’interruption suspecte dans les rapports officiels des résultats finaux, comme l’a également allégué l’Organisation des États américains contrôlée par les États-Unis. Plusieurs des personnages clés du coup d’État ont des liens étroits avec Washington ; certains, dont Williams Kalimán Romero, le commandant des forces armées remplacé depuis lors au moment du coup d’État, ont été formés à WHINSEC, la base d’entraînement militaire de l’État américain de Géorgie connue auparavant (et de façon tristement célèbre) sous le nom d’École des Amériques.

Comme ailleurs – le Venezuela et l’Ukraine en sont des exemples récents – Washington soutenait les partis politiques de droite et les groupes d’opposition de la « société civile » avant même que Morales n’accède au pouvoir en 2006. La première tentative de coup d’État perpétrée contre lui par les États-Unis a eu lieu deux ans plus tard.

Avons-nous une preuve prima facie de l’implication de Washington dans le coup d’État contre Morales ? Elle est rarement disponible dans de telles circonstances. Comme dans beaucoup d’autres cas, il faudra peut-être attendre les historiens et la déclassification des dossiers des relations étrangères. Ce qui s’en rapproche le plus dans le cas de la Bolivie est un ensemble de 16 enregistrements audio publiés le 10 novembre par El Periódico, une publication indépendante du Costa Rica. Ces derniers semblent enregistrer les principaux comploteurs de coups d’État qui planifient des actions contre le gouvernement Morales et, dans l’un d’eux, ils discutent du soutien qu’ils reçoivent des sénateurs Marco Rubio, Ted Cruz et Bob Menendez – qui ont tous pris part à des interventions antérieures en Amérique latine.

Les enregistrements sont ici avec des résumés en anglais de chaque enregistrement, et ici dans la version originale de El Periódico. La provenance, la chaîne de traçabilité, l’identité de ceux qui ont fait les enregistrements et de ceux dont les voix sont enregistrées : rien de tout cela n’est clair. El Periódico n’a pas répondu aux questions envoyées par courrier électronique. Mais étant donné la conformité de ces enregistrements avec les procédures établies lors des coups d’État américains (comme la fuite d’un enregistrement concernant le coup d’État en Ukraine) et la formidable accumulation de preuves circonstancielles convaincantes, ils ne peuvent être rejetés en attendant les vérifications nécessaires.

Ce qui vient de se passer en Bolivie s’est produit au Guatemala il y a 65 ans, 66 en Iran, et ainsi de suite. Les coups d’État ont été menés plus ou moins de la même façon, sans même une mise à jour des procédures. Aujourd’hui comme par le passé, la plupart des États-uniens ignorent ce qui a été fait en leur nom – et, par-dessus le marché, restent indifférents à leur ignorance. Il s’agit d’un échec médiatique autant que moral. Lorsque Bolton promet ouvertement des coups d’État dans toute l’Amérique latine, et que des magazines libéraux comme Foreign Policy applaudissent de tels plans en gros titres, nous devons conclure que dans notre phase d’impérialisme tardif, nous sommes une nation anesthésiée.

Washington vient de briser le long effort de la Bolivie pour sortir de la pauvreté, pour prendre le contrôle de ses ressources et de son destin, et pour échapper à des siècles d’exploitation aux mains des Occidentaux. C’est honteux. Le consentement silencieux de la plupart des Américains après de nombreuses décennies de leçons non apprises l’est tout autant.

Patrick Lawrence, correspondant à l’étranger depuis de nombreuses années, principalement pour l’International Herald Tribune, est chroniqueur, essayiste, auteur et conférencier. Son plus récent livre s’intitule « Time No Longer : Americans After the American Century » (Yale). Suivez le sur Twitter @thefloutist. Son site web est Patrick Lawrence. Soutenez son travail via son site Patreon.

Source : Consortium News, Patrick Lawrence, 25-11-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

M.Smith // 31.12.2019 à 08h27

Dans « Morales » il y a « Morale », « Trump » cela ressemble à « Tromper ». Au-delà du jeu de mots les USA (dans leur politique étrangère) sont vraiment une nation exceptionnelle, exceptionnellement merdique. Le compte en banque des plus riches prime sur des vies humaines innocentes.

11 réactions et commentaires

  • M.Smith // 31.12.2019 à 08h27

    Dans « Morales » il y a « Morale », « Trump » cela ressemble à « Tromper ». Au-delà du jeu de mots les USA (dans leur politique étrangère) sont vraiment une nation exceptionnelle, exceptionnellement merdique. Le compte en banque des plus riches prime sur des vies humaines innocentes.

      +32

    Alerter
    • Philippe // 31.12.2019 à 09h03

      C’est le même mode d’emploi depuis 1945… Croyez-vous vraiment que Trump y soit pour quelque chose?

        +9

      Alerter
    • azuki // 01.01.2020 à 01h10

      Jeux de mot en Français. Pour les USA, la consonance de Trump c’est super vendeur et fait partie de son succès… contrairement au nom d’origine de sa famille que un de ses ancêtre a fait changer et qui ne serait pas passé du tout : Drumpf

      Si j’ai bien compris c’est aussi ce nom qui l’a en partie sauvé d’une faillite définitive puisqu’au moment des bilans les banques on constaté que son nom qui claque donnait beaucoup de valeur a ses biens et que ça coûtait moins cher de le renflouer en gardant son nom que de tout liquider. pour caricaturer, essaye de vendre du Chanel sous la marque Tati…

      Bref, ce jeu de mot a une portée très limitée.

      https://blogs.mediapart.fr/dominic77/blog/050616/de-quoi-drumpf-est-il-le-nom

        +1

      Alerter
  • lecrabe // 31.12.2019 à 11h35

    Merci pour cet article qui établi la vérité des événements.
    Dans le cas de la Bolivie comme dans beaucoup d’autres, la vérité est une étincelle à rechercher dans la lumière crue des projecteurs de la propagande impérialiste. Et ce n’est pas évident, la puissance de cette dernière n’est plus à démontrer et on a vu ici même en France des informateurs honnêtes se faire piégés dans ses toiles (je pense ici à tatiana ventose notamment mais aussi à divers médias « de gauche »).
    Même si le flot du mensonge ne s’arrête pas, il est remarquable qu’aujourd’hui la vérité est toujours à portée de main pour ceux qui veulent la connaître (Assange, Snowden, Daesh, etc, etc), une piètre consolation pour tous les citoyens épris d’humanisme et de justice, mais un espoir pour l’avenir.

      +4

    Alerter
  • Fabrice // 31.12.2019 à 11h50

    Ce que l’on peut aussi remarquer c’est que les américains bien qu’officiellement n’ayant pas pratiqué le colonialisme (si on oublie les Philippines, Puerto Rico,…) s’est comporté avec l’Amérique Centrale et du Sud comme nous avec l’Afrique après la décolonisation en déstabilisateur et faiseur de roi pour pouvoir piller à loisir sans les inconvénients de la gouvernance directe des peuples et faire les vierges outragées si l’homme de paille avait la main un peu lourde.

      +25

    Alerter
  • Alain // 31.12.2019 à 12h52

    Il ne faut pas mettre les choses exclusivement sur le dos des Américains, les Européens sont féaux, complices et imitateurs. Et les population européennes sont tout aussi indifférentes aux saloperies faites par leurs représentants élus démocratiquement

      +9

    Alerter
  • pie vert // 31.12.2019 à 13h40

    Les américains ont probablement des responsabilités dans de nombreux coups tordus du monde actuel.
    Mais à la lumière de l’histoire passée et actuelle de notre pays,de notre continent…les responsabilités sont largement partagées avec les autochtones des pays en question. De nombreux pays d’Amérique du sud souffrent d’une absence de sens commun avec une forte division sociale, aussi la bourgeoisie est très enclin à se jeter dans les bras de l’oncle Sam pendant que la gauche reste bloquée dans un vieux logiciel castriste qui effrai l’autre partie du pays et c’est un désastre perpétuel qui profite largement aux puissances étrangères jouant de ces divisions : Américains aujourd’hui, Chinois demain, Soviétiques et cubains hier jouent de cette situation pour assoir leur pouvoir; sans négliger les barons de la drogue qui profitent aussi de cette faiblesse étatique et l’aggravent.
    Une leçon : la souveraineté et la bonne gouvernance des peuples pour leurs intérêts ne doivent JAMAIS être négociable, nous avons perdu les 2 en 40 ans, sans sursaut (assez improbable) : la Bolivie, le Vénézuéla ou l’Ukraine sont notre futur. Regardez comment la bourgeoisie regarde les GJ ici, ne préfèrent-ils pas déjà l’étranger lointain au peuple voisin ?

      +7

    Alerter
  • Louis Robert // 31.12.2019 à 14h23

    Bolivie: un coup d’état qui « n’en fut pas un »… comme au Honduras, etc. La liste est interminable, dès lors superflue.

      +3

    Alerter
  • RGT // 31.12.2019 à 15h28

    S’il n’y avait QUE la Bolivie…

    En fait, tout pays qui refuse de confier les clés de son « garde-manger » (de TOUTES les ressources qu’il possède) aux « marchés financiers » pour que ces derniers « l’optimisent » risquent de se retrouver avec un coup d’état.

    Que ce coup d’état soit organisé par les USA, un membre de l’OTAN ou autre.

    De toutes façons, les populations du pays agresseur n’ont pas leur mot à dire, ni ses dirigeants.
    De tous temps les états n’ont servi qu’à réaliser le « bon plaisir » de ceux qui, officiellement ou officieusement en détenaient le véritable pouvoir.
    Au temps des monarchies exclusives le monarque seul (et son entourage revendiqué) bénéficiait de cet immense privilège.

    Mais ce temps est révolu et désormais le « chef de l’état » n’est plus qu’un pantin entre les mains d’intérêts bien plus puissants, même s’il est un dictateur revendiqué.

    Depuis un peu plus de deux siècles les seuls qui mènent la danse sont les détenteurs de puissance financière qui font et défont les gouvernements au gré de leurs perspectives de profits.

    D’où d’ailleurs un acharnement de la « communauté internationale »® à l’encontre des états qui souhaitent prendre une « autre voie » et qui deviennent immédiatement des « états voyous » qui doivent être combattus jusqu’à leur destruction totale.

    Les exemples ne manquent pas, seul le « chevalier blanc » de la finance change mais l’objectif final est strictement le même.

      +8

    Alerter
    • azuki // 01.01.2020 à 01h15

      @RGT c’est ce qu’on appelle la concurrence libre et non faussée en langage ultra-libéral «de Washington» :

      Libre : Je suis libre de tout te piquer.
      Non faussée : Tu n’a pas le droit de te défendre pour respecter ma liberté.

      cqfd

        +4

      Alerter
  • cording // 01.01.2020 à 18h30

    Que ce soit en France ou aux US la parole des Présidents n’engage que ceux qui la reçoivent…ou qui y croient.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications