Les Crises Les Crises
2.janvier.20202.1.2020 // Les Crises

Le rôle des États-Unis dans la crise du Liban n’est pas reconnu – Par As`ad AbuKhalil

Merci 455
J'envoie

Source : Consortium News, As`ad AbuKhalil, 04-12-2019

La plus grande partie de la classe dirigeante corrompue du Liban sont des clients des États-Unis et de l’Arabie Saoudite, pas de l’Iran. Mais ce fait est trop peu commode pour que les médias occidentaux le soulignent, écrit As`ad AbuKhalil.

De toutes les causes sous-jacentes de la crise actuelle du Liban, le rôle des États-Unis reste le moins reconnu, non seulement par les médias occidentaux mais aussi par ceux du Liban.

Faites une recherche Google sur « la crise du Liban » dans la rubrique « nouvelles » et vous ne trouverez probablement aucun titre mentionnant les États-Unis. Une recherche plus ciblée sur « l’ingérence américaine dans la crise du Liban » fait apparaître un article de Reuters qui présente l’idée, non pas comme une prémisse naturelle, mais plutôt comme une accusation isolée. « Le Hezbollah accuse les États-Unis de s’ingérer dans la crise du Liban. »

Dans la mesure où une quelconque référence à l’histoire récente serait évoquée par les médias, on dira que le Liban a toujours été un lieu d’intervention étrangère et que le système communautariste a invité, depuis le XIXe siècle, divers mécènes extérieurs. Mais le rôle des États-Unis éclipse tous les autres – et de loin. La diffusion des câbles diplomatiques de WikiLeaks en provenance du Moyen-Orient a révélé à quel point l’ancien ambassadeur américain Jeffrey Feltman était le véritable leader du Mouvement du 14 mars, qui est la coalition pro-saoudienne qui s’est formée (du jour au lendemain) après l’assassinat de Rafiq Hariri en 2005.

L’ancien ambassadeur des États-Unis Jeffrey Feltman lors de son témoignage au Congrès, le 19 novembre 2019. (capture d’écran YouTube)

Le rôle des États-Unis au Liban est prédominant depuis la Seconde Guerre mondiale. La crise de Suez de 1956 – lorsque le Royaume-Uni, la France et Israël ont attaqué l’Égypte et que le président Dwight Eisenhower les a forcés à se retirer d’Égypte – a marqué la reconnaissance européenne du fait que les États-Unis avaient hérité des rôles de la France et du Royaume-Uni au Levant.

Les États-Unis ont joué un rôle important dans la crise libanaise de 1958 (une mini guerre civile, en fait) et ont défendu leur client de droite, le président Kamil Sham`un. Ce même président allait plus tard – en tant que chef de milice – recevoir le soutien des États-Unis pendant les années de guerre civile de 1975-82, comme le relate James Stocker dans son récent livre, « Sphères d’intervention ». Après la fin du mandat de Sham`un en 1958, les États-Unis ont conclu un accord avec le président égyptien Gamal Abdel Nasser sur l’accession du général de l’armée libanaise Fu’ad Shihabi à la présidence.

Les instruments de la politique américaine pendant la guerre froide

Le gouvernement libanais et ses services de renseignement ont également servi d’instruments de la politique étrangère américaine pendant la guerre froide. Les archives de Farid Shihab, qui a dirigé l’appareil de sécurité publique libanais pendant de nombreuses années au Liban, montrent à quel point les services de renseignement libanais espionnaient les communistes locaux, manifestement sur ordre d’une puissance extérieure.

Les États-Unis tenaient à préserver le système capitaliste libanais. Ils ont soutenu l’adoption de la loi sur le secret bancaire libanais dans les années 1950, qui permettait aux services de renseignement occidentaux d’utiliser les banques libanaises et d’importer des capitaux des pays arabes socialistes. Cette loi sur le secret bancaire a également permis à des politiciens corrompus de stocker les fortunes volées dans les coffres de l’État sans avoir à rendre de comptes.

Avec leur soutien aux milices de droite, les États-Unis ont également été impliqués dans la guerre contre la gauche au Liban et, après 1967, dans la guerre commune avec Israël contre le mouvement de résistance palestinien au Liban.

Nous en savons maintenant beaucoup sur le rôle majeur que les États-Unis ont joué du côté des milices communautaires de droite des Phalanges et des Tigres pendant la guerre civile grâce encore au livre « Sphères d’intervention » de James Stocker.

L’intérêt de Washington pour le Liban a diminué après 1984, lorsque les forces américaines ont été contraintes de se retirer après avoir échoué à soutenir le régime des Phalanges d’Amin Gemayyel, qui avait été installé à la présidence par l’invasion israélienne de 1982. Les États-Unis ne se sont pas retirés complètement du Liban, mais leur réseau clandestin dans le pays a été durement touché par l’enlèvement en 1984 de William Buckley, un chef d’antenne de la CIA.

En 1990, les États-Unis et le régime syrien ont conclu un accord par lequel le président syrien Hafez Al-Assad a eu les mains libres au Liban. En retour, Al-Assad a poussé le Liban à participer à la Conférence de Madrid et, plus tard, aux pourparlers bilatéraux libano-israéliens à Washington, tandis qu’Israël maintenait son occupation du Liban.

Pendant cette période, les États-Unis ont maintenu une forte présence au Liban par le biais d’un réseau de politiciens locaux corrompus. (Nul autre que l’ancien ambassadeur Feltman y a fait allusion dans son témoignage au Congrès il y a deux semaines, lorsqu’il a déclaré que la guerre contre la corruption au Liban entraînerait la perte de personnes avec lesquelles les États-Unis avaient travaillé pendant des années). Certains de ces hommes politiques corrompus, comme le célèbre Walid Joumblatt, connu pour son manque de principes, ont servi de multiples puissances étrangères : la Libye de Kadhafi, le régime syrien, les pays du Golfe et les puissances occidentales. Mais la majeure partie de la classe dirigeante corrompue du Liban est cliente des États-Unis et de l’Arabie saoudite, et non de l’Iran – mais ce fait est trop peu commode pour être souligné dans les médias occidentaux.

Pressions sur la présidence de Lahoud

Les États-Unis ont gardé leurs distances avec Emile Lahoud après qu’il fut devenu président en 1998. Contrairement à son prédécesseur, Elias Hraoui, Lahoud n’était pas corrompu et il s’est fait le champion de la résistance libanaise contre l’occupation israélienne du Liban.

Les États-Unis ont répondu à l’administration de Lahoud par une combinaison de mesures et de méthodes. Ils ont refusé d’autoriser les compagnies aériennes libanaises (MEA) à voler vers les États-Unis, maintenant cette autorisation comme un moyen de pression pour forcer le Liban à conclure un accord de paix humiliant avec Israël. (Les États-Unis ont forcé le Liban à signer un traité de paix avec Israël en 1983, mais celui-ci a été abrogé les années suivantes, et les États-Unis espèrent depuis lors un autre traité).

Les États-Unis ont également refusé à l’armée libanaise toute aide militaire (qui ne viendrait – bien qu’avec une technologie militaire insignifiante et dépassée – qu’après 2005). Ils ont également parrainé, de manière pas très discrète, l’opposition libanaise à la domination syrienne au Liban, tout en continuant à soutenir l’occupation et l’agression israéliennes au Liban. Vers la fin de l’administration de Bill Clinton, après l’échec des États-Unis à négocier un accord de paix israélo-syrien, les États-Unis ont également exprimé plus d’hostilité envers le Liban et le rôle de la Syrie dans ce pays.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo visite le chantier de construction de la nouvelle ambassade des États-Unis au Liban, le 23 mars 2019. (Département d’État/Ron Przysucha)

Après l’administration de George W. Bush, le Liban est devenu un centre d’intérêt renouvelé de la politique américaine au Moyen-Orient. Un nouveau complexe d’ambassade d’un milliard de dollars est en construction au Liban et les États-Unis maintiennent une présence militaire sous forme d’assistance à l’armée libanaise.

L’aide militaire américaine à l’armée libanaise a considérablement augmenté depuis l’assassinat de Hariri parce que l’armée libanaise est devenue beaucoup moins favorable à la résistance libanaise contre Israël.

Après l’assassinat, la coalition pro-saoudienne et pro-américaine du 14 mars est devenue la force politique dominante au Liban après les élections parlementaires de 2005, que les États-Unis ont voulu hâter pour relancer les gains politiques du mouvement du 14 mars, ennemi de l’opposition dominée par le Hezbollah. En outre, l’assassinat a provoqué une rupture dans les relations saoudi-syriennes, car la Syrie a été initialement tenue pour responsable, avant que les États-Unis et leurs alliés ne choisissent le Hezbollah comme coupable. Cela a permis de mieux synchroniser les Saoudiens, sur le plan politique, avec les États-Unis et Israël. Cela a conduit à une pression accrue contre le Hezbollah et toute résistance militaire à Israël.

Les États-Unis ont calculé que leur aide à l’armée libanaise convaincrait le peuple libanais que l’armée est compétente pour servir de seul défenseur du Liban. Bien sûr, ce projet de propagande américaine était difficile à vendre. D’une part, les États-Unis n’ont jamais fourni à l’armée libanaise d’armes efficaces. Au lieu d’équiper l’armée de l’air du pays, ils ont fourni des avions Cessna qui sont utilisés en Californie pour pulvériser les cultures. Pendant ce temps, l’armée libanaise est restée sur la touche lors de l’agression israélienne, laissant les forces du Hezbollah défendre le pays.

La guerre des États-Unis contre le Hezbollah

Des partisans du Hezbollah et du Mouvement Amal à moto sur la Place des Martyrs à Beyrouth, le 25 novembre 2019. (Nadim Kobeissi, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)

La guerre des États-Unis contre le Hezbollah – et par conséquent contre l’ensemble du Liban – s’est considérablement intensifiée après 2006, lorsque Israël a subi une défaite militaire humiliante face aux volontaires du Hezbollah. Le coup porté à la doctrine militaire israélienne (de victoire rapide et décisive) a été si sévère que les États-Unis sont devenus désespérés d’affaiblir le Hezbollah et par conséquent la capacité du Liban à se défendre contre l’agression israélienne.

Les États-Unis n’ont cessé de renforcer les sanctions contre le Liban et le gouverneur de la banque centrale du Liban, Riad Salamé (qui est devenu le symbole de la corruption et de la mauvaise gestion financière libanaise) a servi d’outil pour le programme sioniste du département du Trésor américain. Les États-Unis ont forcé Salamé à fermer deux grandes banques au Liban – en 2011 la banque libano-canadienne et plus tôt cette année, la banque Jammal Trust, l’une des rares banques appartenant à des chiites au Liban – sous prétexte que ces banques servaient les intérêts du Hezbollah.

Les députés du Hezbollah n’ont pu déposer leur argent dans aucune banque libanaise, et Salamé, ainsi que l’élite bancaire, se sont vantés de leur stricte obéissance aux ordres des États-Unis.

Les États-Unis punissent le Liban d’autres façons, par l’intermédiaire de ses régimes clients dans le Golfe. L’Arabie saoudite a puni le Liban pour le Hezbollah en interdisant aux citoyens saoudiens de s’y rendre, et Bahreïn et les Émirats arabes unis ont suivi le mouvement. (L’Arabie saoudite n’a levé l’interdiction que récemment). En outre, l’aide du Golfe au Liban s’est pratiquement tarie. En 2016, les Saoudiens ont retiré 3 milliards de dollars d’aide à l’armée libanaise – annoncés par le roi Abdallah – très probablement sur l’insistance d’Israël et des États-Unis.

Dans la crise actuelle, les régimes du Golfe ont observé en silence parce qu’ils n’ont pas reçu l’ordre d’agir pour sauver le Liban (comparez cela à la façon dont les EAU et l’Arabie Saoudite se sont précipités pour sauver les fortunes financières de l’Égypte sous le général Abdel Fattah el-Sisi et celles du général Omar al-Bashir du Soudan dans sa dernière année). Les États-Unis veulent que le Liban souffre et la récente audience du Congrès sur le Liban a montré très clairement que Washington veut orienter les manifestations contre le Hezbollah.

Mais les États-Unis jouent un jeu risqué. Le Hezbollah peut s’adapter à un effondrement de l’ordre politique et financier au pouvoir. Mais pour les intérêts américains, qui ont travaillé à construire et à soutenir cet ordre pendant des décennies, ce serait un coup dur.

As`ad AbuKhalil est un professeur libano-américain de sciences politiques à l’Université d’État de Californie, Stanislaus. Il est l’auteur du « Dictionnaire historique du Liban » (1998), de « Ben Laden, l’Islam et la nouvelle guerre américaine contre le terrorisme » (2002) et de « La bataille pour l’Arabie saoudite » (2004). Il twitte en tant que @asadabukhalil

Source : Consortium News, As`ad AbuKhalil, 04-12-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 02.01.2020 à 07h30

Le mouvement du 14 mars (2005) était une quasi-révolution de couleur, manipulée par les Américains, les Saoudiens et les Français (Chirac voulait se rapprocher à tout prix de l’Oncle Sam, après s’être partiellement opposé à la guerre d’Irak). La créature de ces trois puissances, Fouad Siniora, n’a pas vraiment protégé son pays lorsqu’il a été bombardé par Tsahal, durant l’été 2006.

Lorsque le rapport Mehlis (ONU) a été publié en octobre 2005, accusant la Syrie et la présidence libanaise d’avoir organisé l’assassinat de Rafic Hariri, France Inter a escamoté le point de vue des pays accusés (« des réactions indignées, comme on pouvait s’y attendre ») pour donner longuement la parole à son correspondant à … Washington. Lequel a repris sans aucune distance les accusations américaines, qui ô surprise, coïncidaient avec celles du rapport Mehlis.

13 réactions et commentaires

  • Fritz // 02.01.2020 à 07h30

    Le mouvement du 14 mars (2005) était une quasi-révolution de couleur, manipulée par les Américains, les Saoudiens et les Français (Chirac voulait se rapprocher à tout prix de l’Oncle Sam, après s’être partiellement opposé à la guerre d’Irak). La créature de ces trois puissances, Fouad Siniora, n’a pas vraiment protégé son pays lorsqu’il a été bombardé par Tsahal, durant l’été 2006.

    Lorsque le rapport Mehlis (ONU) a été publié en octobre 2005, accusant la Syrie et la présidence libanaise d’avoir organisé l’assassinat de Rafic Hariri, France Inter a escamoté le point de vue des pays accusés (« des réactions indignées, comme on pouvait s’y attendre ») pour donner longuement la parole à son correspondant à … Washington. Lequel a repris sans aucune distance les accusations américaines, qui ô surprise, coïncidaient avec celles du rapport Mehlis.

      +20

    Alerter
  • Fritz // 02.01.2020 à 07h40

    Elles sont belles, ces images de soldats américains débarquant sur les plages :
    https://www.alamyimages.fr/photos-images/american-landing-in-lebanon-1958.html
    Normandie 1944 ? Non : Liban 1958.
    14.000 fantassins et marsouins appelés par le président-milicien Chamoun…
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_de_1958_au_Liban

      +8

    Alerter
    • christian gedeon // 02.01.2020 à 10h58

      Hola moussaillon! Le président milicien comme vous dites est avec son successeur Fouad Chéhab,chacun dans son rôle,l’un des deux meilleurs présidents libanais. La tentative d’intégration par la force du Liban à la RAU,brève et défunte république arabe unie(sans rire),au moyen d’un coup de force « sunnite « (à l’époque) a été empêchée par sa résolution sans faille. Chéhab avait joué son rôle,en tandem,en ne faisant pas intervenir l’armée libanaise,décision juste à l’époque, qui a préservé l’unité libanaise,mais qui devait avoir des conséquences très lourde par la suite,car établie en doctrine,face à l’agression palestinienne.Cas de figure que Fouad Chéhab n’avait pas envisagé et pour cause. Fritz,vos commentaires sont souvent avisés. Celui là est vraiment hors de propos.

        +3

      Alerter
      • Fritz // 02.01.2020 à 12h04

        Merci pour votre éclairage sur Camille Chamoun. Mais de là à faire appel à une armée étrangère, qu’elle soit américaine (1958) ou syrienne (1976)… Je ne suis pas libanais, mais je placerais Fouad Chéhab au-dessus de Chamoun. Quant à l’agression/invasion palestinienne au Liban, elle a été facilitée, convenez-en, par le roi Hussein de Jordanie, et par un État voisin dont le nom m’échappe… Ça commence par I, ça se termine par L.

          +8

        Alerter
        • christian gedeon // 02.01.2020 à 15h23

          Israël et la Jordanie n’ont certes pas aidé. Il n’en demeure pas moins vrai que choisir un des plus petits pays du monde pour aller conquérir Israël en passant par Beyrouth,Jounieh et damour n’était pas forcément une idée brillante.généralement quand vous recevez quelqu’un chez vous,vous attenbez un comportement correct de sa part.

            +3

          Alerter
  • M.Smith // 02.01.2020 à 09h12

    Et dire qu’ en 1957, un an avant les ingérences de la nation indispensable, le Liban était qualifié et décrit comme la Suisse du Moyen-Orient :
    https://www.monde-diplomatique.fr/1957/11/A/22376

    « Beyrouth, la capitale du Grand-Liban, enchante les voyageurs par son panorama, surplombant la mer des innombrables toitures rouges de ses maisons superposées en gradins. C’est, aujourd’hui, une cité aux avenues larges, aux édifices somptueux. C’est dans ce port, qui est un centre politique, intellectuel et commercial, que l’Occident et l’Orient s’interpénètrent de la façon la plus heureuse. Parallèlement à ses aspects de civilisation occidentale, Beyrouth offre au touriste, dans les ruelles et les maisons de ses vieux quartiers, dans l’exiguïté et l’animation de ses souks, l’image fascinante de la vie orientale. »

      +10

    Alerter
  • calal // 02.01.2020 à 09h23

    Le moyen orient redevient une poudriere a la faveur de la fin de l’hegemonie mondiale du capitalisme occidental financier.les causes,les enjeux et les lieux de frictions sont nombreux: petrole,gaz,oleoduc,gazoducs,route de la soie pour le commerce venant de chine,gisements en mer mediterranee dans des eaux constestees pour israel/palestine, turquie/grece/chypre, tensions entre erdogan et la lybie,l’iran,israel et les petromonarchies…

    nous avons une situation explosive de l’autre cote de la mediterranee…

      +3

    Alerter
  • lole // 02.01.2020 à 10h09

    Après l’administration de George W. Bush, le Liban est devenu un centre d’intérêt renouvelé de la politique américaine au Moyen-Orient. Un nouveau complexe d’ambassade d’un milliard de dollars est en construction au Liban et les États-Unis maintiennent une présence militaire sous forme d’assistance à l’armée libanaise.

    WTF ?

    1 Milliard ?

      +4

    Alerter
  • christian gedeon // 02.01.2020 à 11h07

    Je suis pensif… certes,les US ont « interêt »(très relatif) à mettre en difficulté le Hezbollah et l’Iran et donc la Syrie,au Liban.Cependant,il serait bien,je crois,que toutes les ingérences extéérieures soient traitées sur un pied d’égalité. Et pour le Liban,il faudrait établir un inventaire à la Prévert pour les lister. Syrie,Iran,Arabie saoudite,Israël etc,pour les voisins….il y faudrait quelques pages. Le mieux serait qu’on foute la paix au Liban. Il a largement payé son écot à toutes les « causes « possibles et imaginables au Proche et Moyen Orient,et compte sur son son sol 2 millions de reéfugiés de tous poils pour 4 millions de Libanais,sur un territoire grand comme le département du Var(qui dit mieux?). Le poison du syndrôme « libanais  » s’est étendu à la Syrie,à l’Irak,à la Lybie,au Yémen pour ne citer que les principaux.Sans faire dans le biblisme acharné ,la Bible avait déjà mis en garde contre l’atteinte « à la gloire du Liban « . Petit pays,grandes conséquences.

      +5

    Alerter
  • Louis Robert // 02.01.2020 à 12h34

    Je dirais plutôt:

    1. Le rôle de la France dans la crise du Liban n’est pas reconnu.

    2, Il n’y manquait que Carlos Ghosn. Maintenant, c’est fait et rendu public fort savamment.

      +2

    Alerter
    • Kokoba // 02.01.2020 à 16h27

      Ne vous en faites pas pour ce cher Carlos.

      Je viens d’entendre que s’il venait en France, il ne serait pas extradé.
      Haaaa ,la France, pays des droits de l’homme.
      Enfin, surtout pays des milliardaires et oligarques.

      Offrir un asile à un pauvre milliardaire, Oui.
      Mais offrir un asile à un Julian Assange, vous n’y pensez pas…

        +9

      Alerter
      • calal // 02.01.2020 à 19h39

        si ca se fait,ca sera honteux…m’enfin avec un president-employe de banque et des citoyens qui votent pour ca…

          +6

        Alerter
    • christian gedeon // 04.01.2020 à 10h45

      Carlos Ghosn est citoyen libanais(aussi!). Dernière blague libanaise: le livre Guinness des records attribue un nouveau record à Carlos Ghosn. C’est le premier libanais à se « réfugier  » au Liban au lieu de chercher à le quitter.

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications