Les Crises Les Crises
2.avril.20152.4.2015 // Les Crises

ALERTE Grèce

Merci 0
J'envoie

J’ai hésité à rédiger ce billet, mais bon…

J’ai discuté cette semaine avec plusieurs spécialistes du dossier grec, y compris des personnes ayant rencontré des ministres de Syriza.

Les conclusions étant inquiétantes, je les partage avec vous.

I. Le problème insoluble

Voici les contraintes actuelles :

1. l’Europe a prêté des sommes folles à la Grèce

2. la Grèce ne peut pas rembourser

3. si la Grèce annonce officiellement un défaut, l’Europe perd des sommes folles, la BCE saute et obligera à des recapitalisations dantesques, ce qui entrainera probablement la fin de l’euro

4. l’Europe veut imposer des programmes de lourde austérité néolibérale à la Grèce

5. ces politiques sont le contraire du programme de Syriza, qui ne peut céder

6. si l’UE cède, d’autres pays du Sud demanderont les mêmes annulations de dette que la Grèce, et ce sera la fin de l’euro

En résumé :

  • si la l’UE cède, c’est la fin de l’euro ;
  • si l’UE ne cède pas : si la Grèce cède, c’est l’explosion politique en Grèce
  • on ne peut rester dans une position où UE et Grèce ne cèdent pas – c’est la situation temporaire actuelle

Reste à savoir dans ce jeu de poker qui cèdera le premier. (oui, ça semble sans issue, mais c’est normal, vu que l’euro n’a jamais été viable… !)

La réponse que j’attendais de mes contacts est qu’il semble bien que les Grecs ne cèderont pas. Ils sont europhiles, mais ils ont compris que l’Europe veut qu’ils baissent leur pantalon, ce qui serait un suicide politique pour une politique délirante et de souffrance du peuple grec qui a déjà lourdement donné.

La logique de base voudrait évidemment alors que l’UE cède, mais elle a 3 raisons de ne pas le faire :

  1. par principe néolibéral et bêtise (mauvaise raison)
  2. pour que cet exemple ne contamine pas d’autres pays (bonne raison – sauf que si la Grèce ne cède pas, ça explose)
  3. pour tuer l’euro en jetant la faute sur la Grèce, ce qui pourrait être une stratégie cachée allemande (je n’en sais rien, mais ce serait alors une bonne raison).

Conclusion : Il semble donc qu’il y a 70 % de chances qu’on s’oriente vers un Grexit brutal, d’ici 2 ou 3 semaines – sauf si l’UE cède, mais ce qui aura aussi des conséquences politiques difficiles.

Comme Sapir l’explique, et comme le disait Romaric Godin (relire ce papier d’avant hier), le temps presse :

II. Que faire ?

Pas grand chose hélas… Pour le moment, croiser les doigts et attendre d’y voir plus clair :

  • l’un ou l’autre pourrait finalement céder ;
  • le Grexit pourrait être contrôlé ;
  • du temps pourrait être gagné.

 

Par ailleurs, et même si ce site n’a nullement pour but (c’est un métier) ni envie de donner des conseils financiers, je me bornerais à quelques conseils de prudence élémentaire en ces temps dangereux :

1. si vous avez moins de 50 000 € de placements financiers, ne vous inquiétez pas trop, ça devrait assez bien se passer même en cas de remous ;

2. ne laissez pas plus de 50 000 € dans une banque universelle systémique qui a de grosses expositions sur la finance de marché (bref, à défaut d’avoir une séparation légale des activités bancaires, séparez vous-même votre épargne 🙂 )

Le risque du pays est concentré sur les 4 premières banques ici (parties en rouge) :

Sont donc beaucoup moins risquées des structures comme par exemple, la banque postale, le crédit mutuel, le crédit coopératif, d’autres petites banques, les livrets d’épargne des crédits municipaux (monts de piété), etc.

3. sortez rapidement des marchés actions et obligations – surtout vu les niveaux stratosphériques atteints. ATTENTION, c’est un conseil pour une gestion “de bon père/mère de famille”, pour préserver votre épargne. Dans une optique spéculative, rester investi pourrait générer encore plus de gains – ou de pertes !

4. n’achetez pas d’immobilier, sauf peut-être si vous êtes CERTAINS de garder le bien 20 ou 30 ans, et encore… En revanche, c’est le bon moment pour vendre à mon avis. ATTENTION, c’est un conseil pour une gestion “de bon père/mère de famille”, pour préserver votre épargne. Dans une optique spéculative, acheter pourrait générer encore plus de gains – ou de pertes !

5. il n’est pas stupide de disposer de 5 % à 10 % de son patrimoine sous forme d’or physique, mais c’est à voir comme une assurance en cas de gros problème. En effet, ce marché est volatil et peut susciter des gains ou des pertes en capital. (perdre 10 % de 5 % de son capital reste acceptable dans ce domaine). Réfléchissez et soyez prudents, surtout si vous ne pouvez pas le stocker sans risque.

À suivre !

P.S. inutile de m’écrire, je ne donnerai pas de conseils personnalisés…

P.P.S. et ne vous moquez pas de moi si en juin la Grèce est toujours dans l’euro, je signale juste un risque important, je ne suis pas Madame Soleil… 🙂

219 réactions et commentaires - Page 2

  • Nico // 02.04.2015 à 16h31

    Et sinon, quelqu’un pourrait-il expliquer à un Béotien comme moi quel risque il y a à investir dans l’immobilier dans les six prochains mois?

      +0

    Alerter
    • Surya // 02.04.2015 à 17h04

      risque réel de moins value + absence de liquidité du marché.

        +1

      Alerter
    • xma // 02.04.2015 à 17h21

      Je vais répéter ce que j’ai entendu, j’y connais rien c’est plus pour donner des pistes. Les gens n’auront plus de sous et les prix de l’immobilier vont s’effondrer un jour ou l’autre comme c’est arrivé il y a 10 ans en Allemagne ou au Japon. En gros les prix sont au plus haut et la bulle va éclater. C’est arrivé dans plein de pays riches mais pas encore en France. Si ce n’est pas pour habiter autant acheter quand c’est bas.

      Sinon un des risques auquel je crois qu’O.B. pense c’est que l’Etat va devoir lever des impôts donc l’immobilier sera plus taxé. Aujourd’hui l’Etat s’endette, la dette c’est une promesse que plus tard l’Etat lèvera des impôts. Donc à un moment il faudra lever ces impôts pour régler la dette.

      Et puis il y a le dernier risque, si c’est vraiment le bazar, dérive autoritaire, saisie des biens immobiliers tout ça.

        +6

      Alerter
      • nourredine // 02.04.2015 à 18h15
      • mianne // 02.04.2015 à 19h21

        Les prix sont au plus haut ? Cela dépend où . Dans les villes moyennes et les villages du centre de la France, les logements ne trouvent plus preneur depuis quelques années , pas même en location . Des centaines de milliers de logements confortables et pas chers restent vacants un peu partout et les prix ont parfois chuté de 50%.

          +1

        Alerter
        • V_Parlier // 03.04.2015 à 11h29

          Dans le centre de la France c’est avant tout un problème d’emploi (je ne reviendrai pas sur la délocalisation, etc…). Les gens comme moi ne sont pas encore prêts pour une vie austère en semi-surviving, il leur faut donc encore un emploi pour aller habiter dans cette région (pourtant très belle, il est vrai). Et comme il n’y en a pas…

            +0

          Alerter
    • ricard’eau // 02.04.2015 à 17h50

      Car tu risques de te trouver avec un bien que tu n’arrivera plus a vendre si tot si la grece sors de la zone euro, et une devaluation de 30 a 40% de la valeur de ton bien immobillier

      D’ailleurs c’est deja un peu le cas il y a que a regarder sur castorus.com les biens meme en dessous du pix moyen au m2 voir meme tres en dessous ne se vendent pas ou tres mal.

      Apres 30ans d’endettement il aura des decenies de desendettement et ca comence a se faire ressentir

        +2

      Alerter
    • Agora // 02.04.2015 à 19h30

      Bonsoir Olivier,

      Vous mettez en garde contre les grandes banques françaises. Quid des autres, les banques en ligne, en particulier ?

      Par ailleurs, acheter un bien immobilier en ce moment, avec des taux bas, est une bonne affaire. Quel est le risque pour l’acheteur en cas d’effondrement systémique, ou simplement d'”hair cut” ? Une remontée des taux ? Si les taux sont fixes, où est le problème ?

      Pardon si mes questions semblent naïves, je ne suis pas expert.

        +0

      Alerter
      • Surya // 02.04.2015 à 19h53

        on achète pas un taux.

          +2

        Alerter
        • agora // 02.04.2015 à 21h25

          Meaning ? Le risque d’acheter se situe où, si le taux est fixe ? On rembourse normalement. S’il est variable, on se fait rincer. Si la banque coule…il se passe quoi ?
          C’est bien d’alerter les gens, encore faudrait-il être un poil plus clair.

            +2

          Alerter
          • Surya // 03.04.2015 à 07h42

            Vous dites qu’il faut acheter de l’immo car les taux sont bas.

            J’ai une vieille Fiat à vendre pour 50000€. C’est pas parce que vous allez prendre un crédit à 0,5% que pour autant c’est une bonne affaire….

              +5

            Alerter
          • Flolo // 03.04.2015 à 20h57

            Le risque que pointe Olivier est, me semble-t-il, celui d’un effondrement du marché immobilier (consécutivement à la dégradation de la situation des banques qui, alors, ne prêteraient plus, ou très cher, trop cher…). Dès lors, acheter un bien immobilier avant la chute des prix risque de vous mettre dans la difficulté en cas de revente…disons au moins dans la prochaine décennie !

              +1

            Alerter
    • seb // 04.04.2015 à 19h47

      On a tous perdu 25% de pouvoir d’achat au niveau mondial à cause de la baisse de l’euro.
      Ton immobilier tu vas l’acheter en euro et sa valeur en euro va plonger comme tout le reste.

      Pour info la valeur du “smic” net en euro corrigé de la paire eur/usd, est passé de 1150€ à 900€. En moins d’un an les smicards ont perdu 250€ par mois.

        +0

      Alerter
  • téléphobe // 02.04.2015 à 16h32

    Ce qui fait et fera tenir cet édifice bancal et criminel c’est l’avidité, le besoin d’avoir toujours plus (PLUS, PLUS) !
    Le monde sera meilleur quand les riches voudront tout donner aux pauvres et que ces derniers refuseront ;o)

      +9

    Alerter
  • Louis Robert // 02.04.2015 à 16h36

    Au-delà des risques personnel$, nous devons voir que la Grèce est un cas type (un “test case”): pour le pouvoir totalitaire en marche, il s’agit en l’occurrence de faire le point, d’apprendre jusqu’où il peut désormais aller dans l’intransigeance, s’affairant frénétiquement à enchaîner, à piller et à ruiner les nations et les peuples. Ce faisant, Big Brother veut aussi, si possible, donner une leçon exemplaire aux nations et aux peuples que tente la rébellion contre l’Empire et ses complices. — Oui, par moments, on croit se trouver en présence du Dieu d’Ézéchiel, sur le point de se déchaîner sur cette “engeance de rebelles”.

    Rappel, James Petras: “Les élites dirigeantes, financières et entrepreneuriales, d’Europe et des USA ont prospéré par les crises et la dépression, en imposant des coupes budgétaires dans les secteurs sociaux, les salaires et les traitements. Admettre un échec en Grèce aurait des répercussions en Amérique du Nord et en Europe, REMETTANT EN QUESTION LEURS POLITIQUES ÉCONOMIQUES, LEUR IDÉOLOGIE ET LA LÉGITIMITÉ DES DIRIGEANTS.” (je souligne)

    Ce n’est pas exagérer d’affirmer que l’enjeu est littéralement une question de vie… ou de mort.

    +

    Ces “élites” corrompues sont allé trop loin, beaucoup trop loin. Considérant avec quel profond mépris elles les (nous) ont traités, depuis tant d’années, (comme ce sera du reste notre cas dans peu de temps) les Grecs n’ont vraiment plus rien à perdre, si ce n’est leurs chaînes. À terme donc, en majorité, ils ne céderont pas; ils refuseront de plus en plus violemment le pillage perpétuel, la ruine, l’esclavage, la lente agonie, la mort muette, et le suicide.

    “Le totalitarisme, a fait remarquer George Orwell, ne charactérise pas tant une ère de foi qu’une ère de schizophrénie. “Une société devient totalitaire quand sa structure se révèle manifestement artificielle,” écrivait Orwell. “Dès lors, sa classe dirigeante a perdu sa fonction propre mais réussit à s’accrocher au pouvoir par la force ou par la fraude.” Nos élites ont eu recours à la fraude. Tout ce qui leur reste, c’est la force.”

    Chris Hedges, “Zero Point of Systemic Collapse”

    link to adbusters.org

    Nous voici donc de retour au même point de départ. Encore une fois, nous devons déterminer “qui servira et qui mangera”.

    Leonard Cohen:

    “It’s coming from the sorrow in the street,
    the holy places where the races meet;
    from the homicidal bitchin’
    that goes down in every kitchen
    to determine who will serve and who will eat. ”

    http://www.azlyrics.com/lyrics/leonardcohen/democracy.html

    Comme toujours, il ne s’agit pas d’une question d’argent, mais bien d’une question de pouvoir. Il faut savoir dire “NON” au pouvoir… et surtout faire comprendre que c’est désormais sérieux, comme toute question de vie… ou de mort.

    “Under which king, Bezonian? speak, or die.”

    (Shakespeare: The Second Part of King Henry the Fourth — Act V. Scene III)

    http://www.bartleby.com/70/2853.html

      +2

    Alerter
  • 1Direct // 02.04.2015 à 16h39

    Heureusement qu’Olivier a publié son article le 2 avril !!

    Cela étant, Monsieur Soleil, Olivier, ne nous dit pas si il est sûr que les événements se produiront ou si son doute n’est “que” sur quand cela se produira et quel en sera la portée.

    Par contre à la lecture des réaction on peut constater une certaine peur (légitime?) de nos compatriotes pour leurs “pactoles”.

      +1

    Alerter
    • ig // 02.04.2015 à 16h59

      Ben oui, ici ce sont des sans dents qui ont peur de l’avenir de leurs quelques milliers d’euro mis de côté pendant des années.
      Les autres, ils sont déjà dans les paradis fiscaux ou ont investi en Nouvelle Zélande dans des méga fermes….

        +2

      Alerter
    • 1Direct // 03.04.2015 à 14h47

      C’est cette “inquiétude”, au demeurant légitime pour les simples communs, est maintenue par nos gouvernants comme ceux des autres pays principalement ceux du sud.
      Cela permet de continuer leur “petit bonhomme de chemin” avec le soutien des populations ou au pire une contestation muette.
      L’égocentrisme de tous et la/les peur(s) attisées font toujours le bonheur des oligarchies en place.
      Donc quelque soit les politiciens élus rien ne changera. Ils continueront à avancer vers les objectifs et maintiendront leur dogmes sans opposition.
      A moins que, conséquence d’une de leurs erreurs ou directement de leurs postulats erronés, ne provoque un crash fatal.
      Problème:
      Nous nous paierons cash les conséquences bien avant que eux se privent de quoi que ce soit.

        +2

      Alerter
  • ig // 02.04.2015 à 16h45

    Dedefensa s’intéresse aussi à la Grèce aujourd’hui, replaçant sa problématique intra européenne dans une nouvelle dimension bloc BAO/Russie-Brics.
    Très intéressant,brillant comme toujours, et qui ouvre de nouvelles perspectives.

    http://www.dedefensa.org/article-les_inconnus_de_moscou_02_04_2015.html

      +2

    Alerter
    • languedoc 30 // 02.04.2015 à 19h45

      En effet, excellent article et, si en plus de sortir de l’Euro et de l’UE, les grecs sortaient de l’OTAN, quel choc! Il est là leur plan B.
      Je fais le pari que l’Europe va trouver une solution honorable pour la Grèce. Les américains vont faire pression sur Bruxelles pour l’obliger à lâcher du lest, afin que les grecs ne se jettent pas dans les bras des russes et des chinois.

        +3

      Alerter
      • Crapaud Rouge // 02.04.2015 à 22h46

        L’Europe, “trouver une solution honorable pour la Grèce” ? Elle ne peut pas le faire sans se désavouer. Vous confondez avec un compromis provisoire pour “gagner du temps”.

          +0

        Alerter
  • crapette // 02.04.2015 à 16h47

    bon j’espère que ce n’est pas un signe, impossible de faire un retrait exceptionnel sur mon compte boursorama ce soir, d’habitude ca passe sans souci mais là même le service client ne peut rien me dire !!!

      +1

    Alerter
  • Un naïf // 02.04.2015 à 16h58
  • moi // 02.04.2015 à 17h19

    Cher M. Berruyer, je vous trouve un peu “catastrophiste” sur ce coup. Il me semble que Jacques Sapir nous explique au contraire qu’une rupture grecque ne poserait pas de gros problème.

    Vous dites que l’UE a prêté “des sommes folles” à la Grèce. Or, la dette grecque est d’environ (je crois ) entre 300 et 400 milliards d’euros. Ca peut sembler certes beaucoup, mais c’est moins que le QE que vient de lancer la BCE (qui doit faire plus de 1100 milliards). D’autre part il existe un mécanisme européen de stabilité (le MES) qui doit être doté, je crois, de 700 milliards et qui est justement là pour éviter une crise liée à l’insolvabilité d’un membre de la zone euro.

      +3

    Alerter
    • Zasttava // 02.04.2015 à 19h51

      Votre propos sent l’ironie… Mais admettons : si les marchés ne sont pas du genre à paniquer, pourquoi sont-ils en ce moment du genre à ne prendre aucun risque ? Pourquoi les entreprises s’endettent-elles pour racheter leur propres actions ? Pourquoi les particuliers se ruent-ils vers les marchés d’actions ? Pourquoi confisquer l’argent des déposants aisés avec des taux négatifs ? Et enfin, pourquoi limiter les retraits et dépôts de cash “par mesure de sécurité blabla” ?

      Tout ça me parait fou, oui fou, au sens premier et populaire du terme.

        +1

      Alerter
  • jean sur // 02.04.2015 à 17h29

    Merci Olivier pour cette alerte qui semble tout à fait justifiée. Le Grexit serait un gigantesque scandale à l’échelle de l’eurozone, surtout pour tous les politiques qui nous ont menés – contre notre gré- dans ce fiasco. Ainsi Mme Merkel devrait rendre compte de la perte d’au moins 172 milliards: 70 milliards au titre des prêts bilatéraux et des cautions au FESF et 102 milliards au titre des balances Target2 ( Handelsblatt du 20 mars)
    Attachons nos ceintures !

      +1

    Alerter
  • José // 02.04.2015 à 17h50

    Que de prédictions catastrophiques…

    Je parierais volontiers que d’ici 10 ans le monde n’aura changé en rien.

      +1

    Alerter
    • Kiwixar // 03.04.2015 à 08h27

      “Je parierais volontiers que d’ici 10 ans le monde n’aura changé en rien.”

      2025 ? 10 ans après le pic pétrole conventionnel et 5-7 ans après le pic pétrole général? La production de pétrole aura baissé de manière conséquente (voir le principe de la “falaise de Sénèque”). On pourra convaincre la Belgique de se déplacer à l’huile de frite, et la Chine à l’huile de coude. Bien sûr, ils seront d’accords, parce que la Chine a 2.6 milliards de coudes, et que c’est une super idée.

        +0

      Alerter
    • Louis Robert // 03.04.2015 à 19h56

      Sans doute comme durant la dernière décennie?…

      Je comprends que vous vous exprimiez au conditionnel. C’est plus prudent.

        +0

      Alerter
  • coinfinger // 02.04.2015 à 18h25

    Je ne comprends pas cet article . Y a pas de quoi sonner le tocsin . A moins que j’ai loupé un épisode , le cas Grec est résolu , pour les banques et les particuliers , la dette a été rachétée ce me semble pour ce qu’il en reste , certes conséquent par des états en particulier France et Allemagne . Par des processus assez alambiqués , soit .
    Maintenant si entre temps les banques ont fait joujou avec les dérivés sur la dette Grecque et autres friandises pour banques d’affaires , c’est leur responsabilité , et aux déposants aussi . Les déposants devraient avoir compris depuis le temps , que leur argent ne leur appartient pas .
    Il existe sans doute quelques demeurés ou séniles , mais en principe on ne met pas les gens sous tutelle .
    Ensuite le Grexit , çà ne peut étre qu’une bonne nouvelle , pour tout le monde , sauf si c’est pas voulu par Tsypras , et qu’il n’ait pas de plan B . Il est largement tant d’en finir avec cette fiction de l’Euro . Encore qu’on en serait loin , plus exactement il serait temps de commencer à en finir . C’est quoi sur le fond sinon un remake de l’Occupation en temps de paix avec collabos ‘démocrates’ .

      +3

    Alerter
  • RiFiFi // 02.04.2015 à 18h48

    Personne ne m’a répondu, alors je redemande 🙂
    Que conseillez vous pour les économies s’il ne faut pas les laisser a la banque? au coffre fort?

      +0

    Alerter
    • nourredine // 02.04.2015 à 20h01

      Achetez des diamants!!! c’est parer t’il le meilleur ami !!! si vous ne me croyez pas alors demandez a votre femme!!!

        +1

      Alerter
    • Zasttava // 02.04.2015 à 20h02

      Rififi :

      Personne ne dit de ne RIEN laisser à la banque, SAUF si votre épargne est conséquente et que votre banque s’appelle CA, BNP ou SocGen !
      Il faut avoir en banque, donc en monnaie scripturale, le minimum qui permet vos prélèvements et virements.
      Ce que tous les bloggeurs sérieux en matière financière et patrimoniale disent en ce moment : DIVERSIFIER !

      En gros, ayez du cash chez vous en EUR et USD, ayez de l’or (l’ultime monnaie depuis 6000 ans…) genre 1 once de Kruggerand par exemple, des conserves de légumes chez vous, du tangible sans dettes (un terrain, une maison, un appart), une ou plusieurs voitures de collection (car ce marché commence à être porteur.), diversifier les placements de votre contrat assurance-vie si vous ne pouvez pas encore tout récupérer…etc.

      Ah, et un jerrican de 20L de carburant permet d’assurer au cas où 😉

        +1

      Alerter
    • P. Peterovich // 03.04.2015 à 11h43

      Si vous voulez les garder en cash la seule solution, c’est le coffre bancaire. C’est le seul moyen sérieux de conserver des espèces. D’une part, vous ne pourrez jamais rivaliser avec la sécurité d’une salle des coffres ; d’autre part, vous avez normalement une couverture d’assurance si un vol par effraction devait malgré tout se produire (attention de bien lire les conditions de location).

        +0

      Alerter
  • coinfinger // 02.04.2015 à 18h51

    Un mot sur ‘le choc des civilisations’ . Le titre c’est déjà un sophisme , parce que de civilisation y a plus qu’une , depuis plusieurs siécles , la civilisation occidentale . Il eut fallut dire plutot choc des cultures .
    A ce sujet autant il est exhorbitant de vouloir incorporer l’Ukraine dans l’Europe , implicitement l’Europe occidentale , pour ne pas dire Atlantique , autant c’eut du l’étre pour la Grece ( mais aussi la Bulgarie , Roumanie …) . , parce que ce n’est pas la méme culture . Les Grecs sont beaucoup plus proche des Russes que de nous .
    Le mythe des Grecs ancétre de la civilisation occidentale est aussi fictif que nos ancétres les Gaulois . Les Grecs d’aujourd’hui n’ont rien à voir culturellement avec nous , comme d’ailleurs ils n’ont rien à voir avoir les habitants de ces contrées à l’age Antique .
    Une indication , suffit de lire Homére , il arréte pas Homére , Athéna aux yeux verts , le blond Achille , etc , y a beaucoup de blonds aujourd’hui en Gréce , à part ceux venus en force avec les Slaves ?

      +0

    Alerter
    • coinfinger // 02.04.2015 à 19h00

      C’est comme si les Américains disaient nos ancétres les Indiens …Z”auraient l’air con .

        +2

      Alerter
      • coinfinger // 02.04.2015 à 19h20

        Aute mauvaise idée , les grecs d’aujourd’hui parleraient la méme langue , que les Antiques .
        Pourquoi y a des spécialistes pour traduire les oeuvres Antiques alors , et certains dialectes Grecs anciens toujours incompris ?
        Autre aspect : César dit de lui : Veni , vedi , vici : traduction il est venu , il a vu , il a vaincu .
        En Français supposée langue latine , vous parlez comme çà ? çà vous fait pas étrange qu’il ne connaisse pas le ‘je’ , César , tout César qu’il est ? C’est pas un autre monde çà , celui d’appartenir à une famille ( faudrait dire tribut ) , avant de s’appartenir à soi ?
        C’est une autre culture , çà , une autre maniére de vivre son corps !

          +0

        Alerter
    • master t // 02.04.2015 à 21h57

      une civilisation, ce n’est pas AVANT TOUT un modele culturel particulier?

        +0

      Alerter
  • blitzel // 02.04.2015 à 18h54

    ” tuer l’euro en jetant la faute sur la Grèce, ce qui pourrait être une stratégie cachée allemande (je n’en sais rien, mais ce serait alors une bonne raison).”

    – C’est bien cela ce qui m’inquiète !…..
    Quand un avion s’écrase il y a toujours un pilote et celui qui commande ! n’ y voyez pas là de référence quelconque à des faits………….etc.
    L’Allemagne est celle qui donne les jetons, et le croupier s’exécute. Seulement la roue ne peut plus tourner. Y a plus que deux couleurs, le blanc et le noir et les deux mènent à la faillite.
    Echec et mat.

      +1

    Alerter
  • moi // 02.04.2015 à 19h07

    “pour tuer l’euro en jetant la faute sur la Grèce, ce qui pourrait être une stratégie cachée allemande”
    Merkel a pourtant déclaré que les Grecs n’avaient plus de moyen de chantage car une sortie de l’euro de la Grèce ne serait pas systémique.

      +0

    Alerter
    • dissy // 02.04.2015 à 23h28

      Mieux vite y faire rentrer l’Ukraine,la c’est la totale(rires)..

        +0

      Alerter
  • philchau // 02.04.2015 à 19h41

    Humm, si on doit vendre son immobilier, on risque de dépasser les 50 000 euros fatidiques de dépôt …
    On se retrouve coincé de toute façon …

      +1

    Alerter
  • valette // 02.04.2015 à 20h01

    Bonjour, warren buffet est d’avis 100% contraire a votre a propos des conséquences d’un grexit sur la zone euro.
    C’est quoi votre track record ?

      +0

    Alerter
  • Rose du sud // 02.04.2015 à 20h02

    Je n’y connais rien de rien dans la finance, par contre j’ai toujours aimé la physique et je sais que si on gonfle on gonfle sans s’arrêter progressivement un ballon de baudruche, tout d’un coup ça fait pouet; et même pas pouet, pouet!

    Alors je ne possède presque plus rien malgré mes sérieuses économies de digne enfant de la guerre et j’attends de RIRE de voir la tête que feront les riches de riches des paradis maintenant perdus!
    Mais peut-être que les riches de riches seront très intelligents et ne voudront pas gonfler trop au dernier moment et c’est moi qui finalement serait partie tranquillement avec seulement le sourire béat de ceux qui attendent l’impossible car ce serait vraiment trop BEAU pour être VRAI.
    En attendant je lis le site “les crises” cela entretient bien mon sourire.

      +2

    Alerter
  • lucas // 02.04.2015 à 20h28

    Je trouve l’hypothèse selon laquelle:

    -l’Allemagne ne veut plus de l’Euro
    -et elle se sert de la Grèce comme fusible pour en sortir sans en payer le prix symbolique
    vraiment pertinente et je m’étonne de ne pas la voir formulée ailleurs que sur ce site.

    Je me pose deux questions simples:

    1- L’Allemagne a-elle un intérêt objectif à voir la monnaie unique perdurer pour les 5 ou 10 prochaines années?

    2- Quels bénéfices pourrait-elle retirer d’une réapparition du Mark?

    J’ai tendance à penser que les dirigeants Allemands ne sont pas comme les dirigeants français:
    Ils pensent à long terme, de façon raisonnée et avec comme horizon l’intérêt de leur pays (ce qui n’est peut-être pas la même chose que l’intérêt de leur population mais passons…).
    Donc répondre à ces deux question doit être suffisant pour savoir ce que veut vraiment l’Allemagne.

      +2

    Alerter
  • Sumbawa // 02.04.2015 à 21h00

    La Grèce fait défaut.
    la Grèce sort de l’Euro.
    Les pays de la Zone Euro prennent tous une part des dettes pour sauver la BCE et le système.
    La dette de chaque pays est multiplié par X.
    On a sauvé les banques et le système.
    Les banques nous demandent de rembourser les dettes qu’on a contracté auprès d’elles pour les sauver et exigent des réformes pour que l’on puisse payer.
    On nous dit qu’on doit payer parce que si on en est là c’est de la faute des grecs qui eux gérer mal .
    Bref même manœuvre quand 2008 mais coefficient X.

    Pensez vous que cela peut être une hypothèse crédible ?

      +1

    Alerter
    • dissy // 02.04.2015 à 23h24

      Malheureusement oui et on se demande s’ils n’ont pas choisi flamby pour cela..sacrifice et PS devenant le PASOK?Ensuite retour des ‘autres’ ou gouvernement d’Union Nationale..pour la 145ème fois sauver l’Euro et la seconde les banques.
      Le SMIG est à 54 dollars à KIEV il y a encore de la marge…

        +0

      Alerter
  • vincent // 02.04.2015 à 21h17

    le crédit agricole a titritisé les crédit immobilier des particuliers afin d’obtenir des fonds je présume

      +1

    Alerter
  • Roulio // 02.04.2015 à 21h23

    Bonjour,

    Je vous poste la réaction d’un copain…

    “Je n’y crois pas à ce billet.

    Un seul exemple ? Le CA est engagé à hauteur de 400 M€ sur la dette Grecque… Soit 1/8 de ses bénéfices… Et encore la dette est concentrée dans de l’investissement privé (les armateurs pour l’essentiel) et rien dans le secteur public.

    Les dettes de la Grêce ? 3% du PIB de l’Europe… Une goutte d’eau sèche comparée au 13000 milliards de $ de la dette Américaine.

    Définitivement, je n’y crois pas.”

    Et du coup je ne sais pas trop quoi en penser, ni quoi lui répondre…

      +2

    Alerter
    • Surya // 02.04.2015 à 21h45

      Dans le billet il n’est pas questions des expositions des banques sus nommées à la Grèce mais de l’éventuelle tempête sur les marchés 🙂

      D’ailleurs l’exposition du CA sur la dette grecque n’est pas de 400 millions mais de 0 (il reste juste moins d’une dizaine de filiales consolidées)

        +0

      Alerter
    • 1Direct // 03.04.2015 à 15h22

      SI je comprends vos dires.
      Pour faire simple, les états ont rachetés quasiment toutes les dettes grecques (de leurs banques grecques qui ont prêté à l’état grec) directement ou via la BCE afin de sauver le système bancaire grec et nos banques.
      Vous parlez de produits dérivés.
      Sous entendez-vous que ces dettes grecques rachetées se seraient “miraculeusement” retrouvées incluses dans le circuit de “nouveaux” produits dérivés?

      Là les mots me manquent si ils ont osés.
      Ce serait comme ajouter des produits pourris dans d’autres produits pourris pour qu’ils pourrissent encore plus vite. Si vous permettez la métaphore.

        +0

      Alerter
      • Surya // 03.04.2015 à 15h38

        C’est pas “inclus” dans des produits dérivés. Les grandes banques sont exposés aux marchés dérivés. Si la grèce sort de l’€ et/ou de l’UE, ça va (peut-être) secouer sur les marchés. Tirez en les conclusions que vous voulez 🙂

          +0

        Alerter
      • 1Direct // 03.04.2015 à 15h58

        Merci,
        Donc une perte de confiance des marchés sur tout le système obligataire de l’UE.
        Merci pour la réponse car cela eut été dommage de pourrir ces “pov’ ” produits dérivés. 😉

          +0

        Alerter
      • Roulio // 03.04.2015 à 21h02

        Merci pour toutes ces précisions, ce n’est pas évident de comprendre tous les détails quand on n’est pas un pro !

          +0

        Alerter
  • master t // 02.04.2015 à 21h49

    “Ainsi, pour éviter la faillite de son pays avant que la Seconde Guerre Mondiale en Europe ne fasse remonter les finances américaines , Roosevelt a-t-il confisqué l’or physique détenu par les citoyens américains par le Citizens’ Gold Confiscation Act du 5 avril 1933 (toujours valable en cas de crise) qui rendait brutalement illégale la possession d’or physique . Après avoir été encouragés à acheter de l’or pendant des années, les citoyens américains ont dû remettre leur or à l’Etat en échange d’un splendide certificat en papier”

    Avec de l’or physique… non tracé vous n’aurez qu’à l’écouler sur le marché noir comme pendant et apres la 2eme guerre mondiale ou l’etat en quasi faillite avait eu recours a la répression financiere:

    “Alors que le cours officiel (bloqué) de la Banque de France était de 274,49F pour un Napoléon, en juin 1940 le même Napoléon s’échangeait au cours officiel du marché parallèle à 825F, en novembre 1940 il atteignait 1000F, puis 1400F fin décembre 1940. Le Napoléon terminait l’année 1945 au delà de 4000F pour ensuite culminer à 6500F pendant l’année 1946.”

    La vraie difficulté actuelle est que les achats au comptoir sont tracés depuis 2011… et que le recours au cash se voit appliquer un corralito (facon Argentine) sur les comptes de dépot.

    Les malins auront acheté par fractionnement avant l’année “big brother”.

      +2

    Alerter
  • Medhi // 02.04.2015 à 22h46

    “si la Grèce annonce officiellement un défaut, l’Europe perd des sommes folles, la BCE saute”
    Question technique : Il existe certainement des subterfuges de type “émission de dette perpetuelle” permettant de rouler la dette grecque et pour la BCE de ne pas déprécier trop brusquement d’importants volumes de créances sur la Grèce. Il est certainement possible de cette manière de faire porter des creances imaginaires par la BCE pendant 50 à 100 ans, non?

      +1

    Alerter
    • moi // 03.04.2015 à 07h07

      oui, ce serait possible, mais l’UE réclame des politiques d’austérité à la Grèce en échange de son aide. Et c’est là que ça coince.

        +1

      Alerter
  • dissy // 02.04.2015 à 23h20

    Impression des Drachmes en préparation et défault vis à vis du FMI.

    Greece draws up drachma plans, prepares to miss IMF payment
    ‘We are a Left-wing government. If we have to choose between a default to the IMF or a default to our own people, it is a no-brainer,’ says senior Greek official

    http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/11513341/Greece-draws-up-drachma-plans-prepares-to-miss-IMF-payment.html

      +0

    Alerter
  • Alae // 02.04.2015 à 23h46

    Hors sujet, extrait de l’article de ce jour de Dedefensa “Donc, selon Le Point du 25 mars 2015, voici Brzezinski exposant ses préoccupations complètement nourries à la narrative du bloc BAO sur les intentions agressives de la Russie : «La Grèce, amie de la Russie, pourrait retarder voire “paralyser” par son veto la réponse de l’Otan à une violation de sa défense collective, estime Zbigniew Brzezinski, l’une des voix influentes de la politique étrangère américaine. Après l’annexion de la Crimée en 2014, la Russie risque de jeter son dévolu sur la Moldavie, la Géorgie et l’Azerbaïdjan, après quoi les Baltes et la Pologne, pays membres de l’Alliance atlantique, pourraient “devenir une cible”, a déclaré M. Brzezinski dans une interview mercredi au quotidien polonais Dziennik Gazeta Prawna.”

    C’est officiel : Zbigniew Brzezinski est fou à lier !

      +5

    Alerter
    • dissy // 03.04.2015 à 04h08

      Il a oublié la Grèce,la Lune et Jupiter.

        +3

      Alerter
    • 1Direct // 03.04.2015 à 15h33

      Soit c’est de la sénilité soit, plus bêtement, de l’intox, de la propagande.
      J’opterais plutôt pour la 2éme possibilité pour ne pas dire évidence.

        +0

      Alerter
      • Crapaud Rouge // 03.04.2015 à 16h35

        Propagande, évidemment. Aussi stupides soient-ils, ces propos présentent le grand mérite de “rafraîchir la mémoire” sur la conduite à tenir envers la Russie. En conclure que “Zbigniew Brzezinski est fou à lier” ne rime à rien, il faut lire au 2ième degré.

          +0

        Alerter
  • Pablo75 // 03.04.2015 à 00h32

    Cela me rappelle les billets et les débats apocalyptiques dans le blog de Jorion en 2009. L’explosion était alors imminente, c’était impossible que tout ne s’effondre pas, et pourtant… Cette crise a repoussé toutes les limites théoriques, tout le monde s’est trompé dans ses prophéties, personne comprend rien – comme certains économistes lucides l’avouent. La dette grecque c’est combien par rapport au PIB de l’UE? Et si ce qui se passe en Grèce va liquider l’euro, ce qui se passe en Espagne (beaucoup plus grave quand on connaît les vrais chiffres), quand ça explosera, ça va liquider quoi? Tout le système financier mondial?

      +3

    Alerter
  • Philippe // 03.04.2015 à 01h17

    Il y a pourtant une solution mais tellement évidente que personne n’y pense …

    Investir massivement en Grèce pour faire rebondir leur économie et donc leurs revenus pour augmenter leur solvabilité … En plus, le tout peut être financé par le QE de Mario …

    Bien à vous.

      +2

    Alerter
  • Patrick Luder // 03.04.2015 à 05h54

    Je ne comprends pas pourquoi on ne peut pas accepter que la Grèce est en faillite …

    … et reconnaître que la faute est à imputer à ceux qui lui ont prêté trop d’argent.

      +1

    Alerter
    • 1Direct // 03.04.2015 à 15h44

      Par dogme sectaire.
      Parce que cela remettrait en cause leur “religion” néo-libéral totalitariste;
      Parce que cela pourrait (mais peu probable) faire contagion dans les pays du sud de l’UE (Portugal en 1er, Espagne … Irlande).
      Ces derniers pourrait être tenté de faire pareil.
      Mais c’est pays sont “politiquement” ficelés donc au pire ils pourraient demander un remboursement à échéance à … la saint Jamais.
      A mon avis, ces éléments ne sont que des excuses de l’UE.
      Le risque que les pays du sud demandent la même chose (faillite, sortie de l’Euro remboursement à “long terme” …) est, en l’état, inexistant car sauf coup d’état (démocratique?) dans l’un d’eux, les hommes de main de l’UE occupent tout les postes de décision.
      Idem en Italie et en France

        +1

      Alerter
  • douarn // 03.04.2015 à 08h03

    Bonjour
    En 2005, un responsable d’agence du CA se faisait des gorges chaudes de me dire que le CA était virtuellement le premier propriétaire foncier de France (emprunts immo, emprunts agricoles). Quelqu’un saurait il me faire une critique de ce que me disait ce fanfaron et exposer qu’elles seraient les conséquences si le CA venait à s’écrouler. J’ai bien peur que les actifs (immo, terres agricoles, exploitations agri, IAA, …) ne servent à renflouer les créanciers menant à une perte de souverainté inédite sur nos outils de production alimentaire
    Merci

      +1

    Alerter
  • David // 03.04.2015 à 08h58

    Par contre je ne comprends pas pourquoi il faudrait dans l hypothèse d un grexit vendre son immobilier.. Pourquoi? Pour ensuite se faire voler l argent sur le compte bancaire ? Et pourquoi ne pas plutôt depenser une partie de son épargne pour. Acheter de l immobilier ? Ca rapportera toujours des loyers, quelle que soit la monnaie , non ?

      +0

    Alerter
    • P. Peterovich // 03.04.2015 à 11h53

      La réponse est déjà donnée plus haut. Le problème est que les prix de l’immobilier sont trop élevés par rapport à la dégradation de la situation économique. Il va s’opérer une correction (mais comme toujours, la question est de savoir précisément quand). Et quand elle interviendra, il vaudra mieux ne pas devoir revendre 50 quelque chose que l’on aura acheté 100, surtout si les 100 ont été empruntés…

      Quant à dépenser son épargne pour acheter, c’est une question d’arbitrage des risques de perte : si vous considérez que vous avez une haute probabilité de perdre toute votre épargne, autant acheter si vous pensez que vous ne courrez qu’une chance sur deux de perdre 50 p.c. de votre investissement…

      Ce qu’il faut absolument éviter, c’est d’emprunter en comptant sur les revenus locatifs pour rembourser… et compte tenu des prix de l’immobilier, il n’y a pas beaucoup de gens qui puissent le faire…

        +0

      Alerter
  • olivier imbert // 03.04.2015 à 11h20

    jusqu’où cela fait question cette circulation financière là y compris en impôts sur le capital, douanes et balances des paiements..les paiements concernent partiellement les mouvements de capitaux partiellement et principalement inverses au mouvement comptable des balances des commerces, surtout en neutralisant les agrégats monétaires, ce qui n’est pas le cas c’est là que se fait le gain impérialiste ou colonialiste car sinon l’impôt se paie là où le propriétaire dans l’état nation ou le propriétaire national, y compris en utilisant le capital pour payer ses salariés sur son territoire existe…On n’est pas dans la comptabilité binaire( in put out put ou nombre négatif et nombre positif import export simple quoi…) et donc effet avec ou sans l’euro, la livre, la couronne, le franc ou la drachme(? est-ce cela leur truc aux grecs et leurs paniers respectifs de réserves de diverses sortes si peu créateur; disons émetteur( car si c’est le travail abstrait moyen en Europe ou en France ou en Grèce, comme ses profits aussi qui sont moyennisés ou compensés) de crédits calculés en fonction des besoins en investissement ou consommation commerciale un peu anticipée, un peu en ajustement par inflation lente( il s’agit de la vitesse de circulation de la masse monétaire) ou rapide, alors la Grèce peut juste rompre avec son système bancaire dont els groueps français devenant en attente de leur “emprunt russe” et en effet en pratiquant la réorientation de ses relations économiques et financière internationale, comme l’argentine ou le brésil, avec la chine et la russie, sans doute un peu la corée et le vietnam et l’afrique du sud zimbabwe et angola ou Zambi comprise…car même chez les marxistes orthodoxe quadn le batiment ou le btp travaux publics cela va le reste cela circule. est-ce que cela va mieux? sur ce sujet?

      +0

    Alerter
  • P. Peterovich // 03.04.2015 à 11h36

    Les choses se précisent :

    http://www.nakedcapitalism.com/2015/04/greece-plans-miss-imf-payment-issues-drachma-threat.html

    http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/11513341/Greece-draws-up-drachma-plans-prepares-to-miss-IMF-payment.html

    En résumé :
    – 8 avril : visite de Tsipras à Moscou
    – 9 avril : échéance d’un prêt FMI
    – 10 au 13 avril : week-end prolongé de Pâques, fermeture des banques

    et 14 avril : retour de la drachme ?

      +0

    Alerter
  • Agora // 03.04.2015 à 14h41

    A Surya : n’importe quoi.

    1 – je ne dis pas qu’il FAUT investir dans l’immobilier, je m’interroge sur le risque d’un emprunt dans une perspective de taux fixe, OU de taux variable, OU de crise systémique.

    2 – Le comparatif entre une vieille bagnole achetée à crédit et un achat immobilier en dit long sur votre confusion mentale. Un achat immobilier possède une valeur d’usage LEGEREMENT différente de votre Fiat pourrie.

      +2

    Alerter
    • Surya // 03.04.2015 à 15h40

      Un taux bas ne justifie pas un mauvais investissement. Par conséquent l’argument “il faut acheter car les taux sont bas” (ce que vous avez écrit) est inepte.

      Rappel : “Par ailleurs, acheter un bien immobilier en ce moment, avec des taux bas, est une bonne affaire.

        +1

      Alerter
      • P. Peterovich // 03.04.2015 à 20h40

        Les taux bas, cela me fait bien rire…

        Les particuliers ne sont pas des Etats et ils n’empruntent pas à un taux zéro, a fortiori un taux négatif. Aujourd’hui, un taux fixe 20 ans va osciller entre 2 et 3 %. Avec une inflation nulle, voire négative, cela fait un taux réel de 2 à 3 %.

        Dans les années 80, on empruntait à 15 % avec une inflation à 13 %…, soit un taux réel de 2 %…

          +1

        Alerter
  • NeverMore // 03.04.2015 à 15h58

    “tuer l’euro en jetant la faute sur la Grèce, ce qui pourrait être une stratégie cachée allemande”

    Pas si cachée que çà.

    Rappelez vous du jeu Merkel-Sarkosy, où Sarkosy a toujours cédé ; les circonstances étaient moins impératives, mais l’esprit y était déjà.

    Et je ne parle pas des échecs de Hollande-Dagobert dans sa prétention à vouloir “réorienter” Merkel.

    L’Allemagne, Merkel, veulent sortir de l’Euro, c’est quasiment certain, mais ils ne sont pas pressés et ne veulent pas en prendre l’initiative.

      +0

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 03.04.2015 à 16h11

    Nouvel article de Romaric Godin (http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-comment-tsipras-a-renverse-la-situation-466309.html) qui me fait regretter d’avoir oublié une remarque sur ce billet, à savoir que, si l’UE risque gros, alors la Grèce dispose aussi d’un moyen de pression. On en serait donc là actuellement : “Alexis Tsipras a, en tout cas, placé la chancelière dans une situation difficile : ou prendre le risque politique d’un défaut grec ou prendre le risque politique d’une aide « sans réformes » à la Grèce.“. L’auteur termine par des louanges sur Alexis Tsipras dans lequel il voit un nouveau “Fabius Cunctator, le général romain qui usa les Carthaginois victorieux d’Hannibal durant la deuxième guerre punique“. Et il ajoute : “Le premier ministre grec n’est certes pas assuré de remporter la victoire, mais il a prouvé qu’il était un des rares dirigeants européens à pouvoir tenir tête, sur le plan tactique, à Angela Merkel.

      +1

    Alerter
  • maya // 03.04.2015 à 18h05

    Pas d’immobilier, pas d’actions ou d’obligations, pas d’assurance vie, pas d’argent dormant sur les comptes… que reste t il ? La doublure du matelas ? Même cela est impossible puisqu’on ne peut pratiquement plus sortir d’espèces des banques.
    Moralité : nous sommes immergés dans un piège bien huilé.
    La seule solution semble être la sortie la plus rapide possible de cette toile d’araignée qu’est la communauté européenne par l’art 50 ?

      +0

    Alerter
    • Yves.JM // 04.04.2015 à 02h05

      Sincèrement l’article 50 on s’en tamponne. Ce ne sera pas la première fois qu’un pays s’assoie sur un traité ! On sort, point/barre !!!

        +1

      Alerter
  • coinfinger // 03.04.2015 à 20h02

    http://www.ifrap.org/europe-et-international/grece-quand-le-public-refuse-la-solidarite-avec-le-prive
    Je vous livre çà sur la Gréce , çà sort des discours convenus et rapelle qu’il y a du ménage à faire en Gréce proprement dite .
    Premiérement parce qu’ils ne sont certainement pas parvenus à la situation actuelle par hasard , ensuite parce , si tant est que tout celà soit vrai , ce devrait étre au programme de Syriza de s’en occuper , quelque soit l’issue . Et tous celà me semble hélas trés plausible . On peut aisément faire un paralléle avec la France et pas seulement .
    l

      +0

    Alerter
  • Shal // 03.04.2015 à 20h54

    Finalement, c’est peut-être ce Week-End…..

    Je viens de tenter de faire un virement sur ma banque (CMB).
    Voici le message :

    “ATTENTION Week-end de Pâques : fermeture des systèmes d’échanges interbancaires du 03 avril au 07 avril 2015 au matin.
    Les ordres de virements saisis sur la période seront émis en date du 7 avril 2015.”

      +1

    Alerter
  • Yves.JM // 04.04.2015 à 02h02

    Je ne crois pas que le grexit fasse sauter l’€. La BCE fera le necessaire pour recapitaliser les banques. Comme d’habitude.

      +0

    Alerter
  • Libor // 04.04.2015 à 19h30

    J’ai lu plusieurs articles disant que le but de la troika, outre de dicter ses dogmes ultralibéraux, était de remplacer les crédits consentits par les banques privées par des crédits de l’UE et du FMI, couverts donc en définitive par nous, modestes contribuables. Du coup ces banques “systémiques” devraient être beaucoup moins exposées à un défaut de la Grèce non ?

    Voir
    http://www.marianne.net/on-renfloue-grece-sauver-les-banques-francaises-allemandes-100231807.html
    http://www.troikawatch.net/fr/cest-quoi-la-troika/

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications