Les Crises Les Crises
2.octobre.20202.10.2020 // Les Crises

Amnesty International dénonce un « système destiné à réprimer » les manifestants en France

Merci 683
J'envoie

Source : FranceTvInfo – 29/09/2020

Lire l’article complet sur FranceTvInfo

Dans un rapport accablant intitulé « Arrêtés pour avoir manifester – La loi comme arme de répression des manifestants pacifiques en France« , l’ONG documente des dizaines de cas de manifestants pacifiques « arrêtés arbitrairement » durant la mobilisation des « gilets jaunes » ou celle contre la réforme des retraites.

Amnesty International dénonce un système destiné à « réprimer » des personnes qui, souvent, n’ont pas commis d’infractions. Dans ce document de 56 pages, l’ONG recense des dizaines de cas de manifestants pacifiques « arrêtés arbitrairement » et « victimes d’acharnement judiciaire », selon elle, durant la mobilisation des « gilets jaunes » ou contre la réforme des retraites.

« Les violences lors des manifestations sont une préoccupation légitime, mais il y a une volonté politique de faire des exemples et dissuader les gens de descendre dans la rue », affirme Marco Perolini, chercheur pour l’ONG. Les infractions, souvent formulées « de manière trop vague », amènent la justice à prononcer des sanctions « disproportionnées » contre des manifestants pacifiques, estime-t-il.

Pour lire le rapport complet d’Amnesty International, cliquez ICI


France : Comment des milliers de manifestants pacifiques ont été arbitrairement arrêtés et poursuivis

Source : Amnesty France – 29/09/2020

Lire l’article complet sur Amnesty France

Depuis fin 2018, en France, la répression des manifestations a été d’une ampleur inédite. Manifester pacifiquement expose au risque de violences policières, mais aussi à celui de finir en garde-à-vue. En effet, les autorités ont instrumentalisé des lois contraires au droit international pour verbaliser, arrêter arbitrairement et poursuivre en justice des gens qui n’avaient commis aucune violence. Enquête.

Depuis 2018, des milliers de personnes ont été verbalisées, interpellées, arrêtées et poursuivies en justice pour des activités pacifiques qui n’auraient pas dû être considérées comme des infractions. Parmi elles, des manifestants, mais aussi des journalistes ou observateurs des droits humains ont notamment été pris pour cible.

Des lois contraires au droit international ont été utilisées de manière massive, et une nouvelle loi, dite « anticasseurs » a été promulguée. Et c’est encore sur ces lois que s’appuie le nouveau Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO) du ministère de l’Intérieur.

Les autorités françaises ont aussi profité de la crise du Covid-19 pour restreindre un peu plus le droit de manifester de façon disproportionnée. Des restrictions post confinement qui s’inscrivent dans la continuité d’une situation inquiétante. Les arrestations et les poursuites à répétition ont eu un effet négatif sur le droit à la liberté de réunion pacifique en France.

Trois ans après la promesse électorale d’Emmanuel Macron de protéger le droit de se réunir pacifiquement, le droit de manifester pacifiquement est soumis à une attaque sans précédent.

Utiliser la loi de manière abusive contre les personnes qui prennent part à des manifestations n’est pas aussi visible que les violences policières. Mais c’est une autre forme de violence avec des effets tout aussi dévastateurs pour les personnes et le droit de manifester. Les autorités françaises doivent cesser de transformer les manifestants en délinquants et modifier toutes les lois qui portent atteinte au droit de se réunir pacifiquement.

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Vercoquin // 02.10.2020 à 07h37

Pourquoi l’ONG Amnesty International ne parle-t’elle pas des Black-blocks ?
Difficile de manifester pacifiquement quand les hommes en noir et casques de moto s’imposent en tête de manifestation.
L’ONG Amnesty International participe à l’amalgame entretenu par le gouvernement et les médias de la pensée unique.
Le gouvernement tabasse et éborgne les gilets jaunes pacifiques et laisse les black blocks vandaliser et détruire les biens publics et privés.
L’ONG Amnesty International ne serait-elle pas liée par des financements à certains gouvernements ?
L’ONG Amnesty International ne serait-elle pas liée par des financements à certaines personnes privées ?

Je suis anti-Macron et j’assume.
Je suis souverainiste et j’assume.
Je suis de gauche (celle d’avant 1983) et j’assume.
Je suis donc complotiste puisque c’est le nouveau point Godwin.
C’est simple tout débat est interdit.

34 réactions et commentaires

  • Vercoquin // 02.10.2020 à 07h37

    Pourquoi l’ONG Amnesty International ne parle-t’elle pas des Black-blocks ?
    Difficile de manifester pacifiquement quand les hommes en noir et casques de moto s’imposent en tête de manifestation.
    L’ONG Amnesty International participe à l’amalgame entretenu par le gouvernement et les médias de la pensée unique.
    Le gouvernement tabasse et éborgne les gilets jaunes pacifiques et laisse les black blocks vandaliser et détruire les biens publics et privés.
    L’ONG Amnesty International ne serait-elle pas liée par des financements à certains gouvernements ?
    L’ONG Amnesty International ne serait-elle pas liée par des financements à certaines personnes privées ?

    Je suis anti-Macron et j’assume.
    Je suis souverainiste et j’assume.
    Je suis de gauche (celle d’avant 1983) et j’assume.
    Je suis donc complotiste puisque c’est le nouveau point Godwin.
    C’est simple tout débat est interdit.

      +56

    Alerter
    • Docmachin // 02.10.2020 à 09h58

      Si on parle des black-blocks, il faut aller jusqu’au bout et constater que ce sont les auxiliaires de la police qui les programme et les encadre, qu’ils sont projetés sur le terrain par le ministre de l’intérieur afin de transformer les pacifistes en casseurs aux yeux de l’opinion publique et de justifier la répression policière, laquelle a pour but de décourager les manifestations à venir par la terreur, ainsi que de décrédibiliser les mouvements de protestation en général.
      Tout cela est bien rôdé et parfaitement contrôlé.

        +45

      Alerter
    • medmed // 02.10.2020 à 10h02

      Et oui, ainsi va ce monde.
      Concernant les Black-blocks, il est quand même surprenant de voir qu’aucune arrestation n’a eu lieu alors que le groupuscule est parfaitement connu de la police. Mieux, beaucoup au vu ces vidéos ou les casseurs courent se réfugier ou se changer dans les cars des flics. Étrange…
      Et c’est le black out total dans les médias concernant ses casseurs. D’où viennent-t-ils, qui sont-ils. Je n’ai vu aucune enquête sérieuse et d’envergure envers ces Black-blocks. Des fantômes qui surgissent a chaque manifestation d’envergure qui pourrait gêner le gouvernement.
      Et a chaque fois les médias ne parlent plus que des casseurs et oublient les revendications des manifestants.
      À qui profite les black-blocks ? C’est la seule question qui a un intérêt.
      La seule réponse que j’ai. Pas aux manifestants. Il est maintenant facile de conclure…

        +44

      Alerter
      • Rémi // 02.10.2020 à 10h32

        En fait judiciairement il faudrait lacher les black Blocks.
        Non je ne suis pas fou.
        Judiciarement il faudrait lancer une action contre le prefet Lalleman.
        Un: Pourquoi avoir autoriser une manif dans un endroit ou il y avait des travaux. Il faudrait engager sa responsabilité sur le disfonctionnement de ses services qui a conduit à des dommages.
        Deux: Ce même jour pourquoi la police n’est pas parvennue a intervenir sur le monnument alors que toute la presse a eu le temps de s’y rendre.
        Un vrai procés sur le sujet reserverait surement de magnifiques surprises et ne ferait aucun bien á la carriére de monsieur Lalleman.
        Tant que plusieurs de ces gens ne seront pas tombée ils continuerons à servir les excés du prince.

          +11

        Alerter
      • marées // 03.10.2020 à 12h12

        Élément au dossier :
        Déclaration de Xavier Raufer (bien connu), criminologue (Atlantico.fr, 18 mars 2019) :
        1) Qui sont-ils ?
        « A Paris et autour (92, 93, 94) opère la DRPP, Direction du renseignement de la préfecture de police, très affutée sur son territoire. L’auteur est formel : la DRPP connaît un par un les deux ou trois cents pires Black blocks et peut les cueillir au nid avant toute émeute (dans les beaux quartiers ou des squats…) puis les isoler quelques heures ; les codes en vigueur le permettent.(…)
        Enfin, l’Europe du renseignement existe : quand trente émeutiers allemands, belges ou italiens, vont à Paris se joindre à la « fête », un signalement est fourni. Ces alertes donnent des itinéraires, l’immatriculation des véhicules, etc. (les « indics », toujours…). Là, un barrage filtrant règle le problème. »

        Pourquoi ne pas les arrêter ou les relâcher aussitôt ? Réponse du même :
        « la Mairie de Paris et les gouvernements Hollande-Macron doivent s’en prendre à eux-mêmes. (…) Ici règne la connivence : ces anarchistes sont leurs fils ou les copains de ceux-ci ».

        Connus mais du même cercle aisé (étiquettes bidons de gauche ou de droite) et utiles. Donc protégés.
        Donc il s’agit de viser ceux qui organisent le désordre en amont et aval : les mêmes.

          +2

        Alerter
    • SanKuKai // 02.10.2020 à 12h03

      Ils ont bon dos les Black-Blocks (les vrais, pas ceux que Coluche appelle les « appariteurs »).
      Le rapport parle des lois et du système judiciaire, les black blocks ne sont donc pas concernés puisque les gens qu’on retrouve dans les tribunaux sont le plus souvent des gens comme vous et moi, sans casier judiciaire, inconnus de la justice mais très en colère. Pour rappel un homme de 29 ans a pris 5 ans ferme pour avoir incendié un péage. En prison ils sont appelés, à juste titre, les « prisonniers politiques » par les autres détenus.
      Ensuite, ce qu’il faut comprendre c’est que même s’il n’y avait aucun Black-Block, aucune violence, des manifestations parfaites et des millions de personnes dans les rues, les médias du pouvoir trouveraient autre chose pour dénigrer ou minimiser. Essayer de les convaincre est vain, la propagande n’est pas et sera jamais de votre/notre coté.
      La toute petite minorité de black-blocks ont des méthodes différentes des votres et que vous rejetez, c’est un fait, mais rappelez vous qu’ils sont malgré tout de votre coté de la barricade. Mettre en avant la violence de cette minuscule minorité pour faire oublier la violence 1000 fois plus importante de la minorité qui est au pouvoir c’est le travail des médias, pas le votre.
      Et au moins avec ce rapport d’Amnesty International, ils mettront peut-être l’information en page 27 mais ils auront du mal à tirer sur le messager.

        +19

      Alerter
      • BOURDEAUX // 02.10.2020 à 13h28

        Je suis surpris de lire que les black block « sont malgré tout de votre coté de la barricade ». Car de deux choses l’une, soit ils ne sont pas téléguidés, et alors ils sont donc de pures idiots utiles à l’autorité politique et objectivement hostiles à ce qu’on peut appeler les « protestations », soit ils sont l’incarnation de cette bonne vieille méthode consistant à greffer des agents provocateurs dans un mouvement populaire afin de justifier le déclenchement d’une répression. Dans les deux cas, je constate que ces gens, en mettant les centres-villes à sac chaque samedi, ont très vite fait oublié la question originelle du mouvement : où passe le pognon ?.

          +10

        Alerter
        • SanKuKai // 02.10.2020 à 14h01

          « Il ont très vite fait oublié la question originelle du mouvement : où passe le pognon ? »

          Parmi toutes les informations suivantes (et je pourrais en ajouter des milliers d’autres) lesquelles vous paraissent les plus importantes:
          – 100 milliards d;euros (au moins) de fraude fiscale annuelle,
          – 15000 morts par an lié au chomage et á la précarité,
          – Les concessions d’autoroutes sont prolongées via l’attribution de tronçons de route nationales,
          – Des innocents, non violents ont les yeux crevés et des mains arrachées,
          – 20 mecs habillés en noir ont brulé une voiture et lancé des pavés sur les forces de l’ordre.

          Et voyez quelle information est mise en avant.
          Je veux pas entrer dans un débat violence vs non violence, ce n’est pas le sujet. Vous pouvez considérer les black-blocks comme vous voulez mais, au final, ils sont insignifiants.
          Le fait d’oublier la question initiale n’est pas de leur fait mais du votre (si c’est le cas) et de ceux qui veulent que vous l’oubliiez.

            +9

          Alerter
          • JLR72 // 05.10.2020 à 19h51

            Oui ils sont insignifiants mais, comme le souligne très justement Bourdeaux, ils deviennent les idiots utiles de Macron, du gouvernement et des médias mainstream qui n’en attendaient pas tant.
            Nos opposants se moquent de savoir si les black blocks sont une toute petite minorité, ils représentent pour eux une opportunité pour salir la révolte légitime des GJ.
            Cela me fait penser à Mélenchon lors de l’épisode des perquisitions. Il avait ici une opportunité en or pour dénoncer les manœuvres politiques de Macron et d’entretenir cette narration tout au long de son mandat; mais son emportement irraisonné a eu l’effet totalement inverse. Nombre de personnes de mon entourage se sont détournés du mouvement pour cette raison.
            Soyons plus intelligents, plus stratèges qu’eux, jouons avec eux à leur propre jeu et surtout, ne leur offrons pas le bâton pour se faire battre.

              +1

            Alerter
            • SanKuKai // 06.10.2020 à 10h26

              Des idiots utiles il y en aura toujours. Il y en a dans la police par exemple et ceux lá sont armés.
              Et s’il n’y en a pas, les médias en trouveront ou occulteront. Si Mélenchon n’avait pas braillé, l’info aurait paru pendant une journée puis ses dénonciations (justifiées) passeraient en page 27.
              Si nous avons cette conversation á propos de 3 pekins habillés en noir qui jettent des cailloux c’est parce que dans tous les médias la première question posée est : « Condamnez vous les violences? ».
              99.99% des GJ sont pacifistes. Si vos amis ont décidé de mettre la question essentielle posée par BOURDEAUX (« où passe le pognon ? »), au second plan, ce sont bien vos amis les responsables de leur changement d’opinion, ce sont bien vos amis les idiots utiles du pouvoir. Pas le mouvement dont les revendications ont très peu changées, ni la centaine de black-blocks aussi idiots soient-ils.
              Mon opinion est simplement que ce n’est pas la peine d’attendre que les médias fassent du prosélitisme pour le mouvement, ou soient simplement honnêtes, cela n’arrivera pas. Des bâtons il en trouveront toujours. Parler des black-blocks c’est prendre l’os que les médias nous ont donné á ronger et les aider á nous battre avec.

                +1

              Alerter
    • Ulrich // 02.10.2020 à 17h18

      « Difficile de manifester pacifiquement quand les hommes en noir et casques de moto s’imposent en tête de manifestation. »

      Rassurez-moi, vous parlez bien de la BAC ?

        +18

      Alerter
      • RGT // 03.10.2020 à 10h44

        Casque de moto qui sont « normalement » strictement interdits et impossibles à introduire sur les lieux de manifestations…

        Avec des fouilles au corps qui interdisent strictement toutes les protections individuelles afin que les tonfas, les LBD, les grenades de désencerclement et les grenades lacrymogènes (et autres joyeusetés) puissent avoir un effet maximal sur les manifestants…

        Ensuite, il ne faut pas s’étonner si certains participants (ou observateurs) tiennent des propos « complotistes » sur les « dérapages » dans les manifestations.

        De plus, les « casseurs » et les « black blocks » sont parfaitement identifiés par la police et il serait très facile de les « intercepter » à la sortie des trains ou à proximité des lieux des manifestations…
        Qu’on ne vienne pas me conter des fables concernant le respect de la « liberté de manifester », certains manifestants totalement pacifiques ayant été arrêtés ou étant interdits de sortir de leurs logements suite à des décisions judiciaires.

        Une manifestation 100% pacifique est un véritable désastre pour un « gouvernement démocratique », sauf si bien sûr elle vient « défendre » une décision gouvernementale contre les « assauts de la peste brune ».

        Pour pouvoir en toute « légitimité » cracher sur une manifestation il faut qu’il y ai des dégradations et beaucoup de sang.

          +3

        Alerter
  • war is coming // 02.10.2020 à 08h18

    Soros contre Macron?Le vente tourne pour Manu?

      +0

    Alerter
  • Darras // 02.10.2020 à 09h39

    Loin de moi l’idée d’oser critiquer une décision de justice mais à 24h de différence:
    Un gilet jaune Nîmois, enfermé en prison pour avoir manifesté en pleine interdiction( le même jour que les 20000 traoristes…) avec mandat de dépôt, passe en appel, la présidente trouve qu’il parle trop fort et interrompt le procés et le renvoi en prison. Il s’appelle Roland Veuillet.
    Le lendemain un lascar comparaît pour violences conjugales, menaces de mort contre sa femme et les flics. En plein procés il avait menacé de mort à nouveau sa femme et l’avocat mais aussi le président du tribunal. 1 an avec sursis

      +34

    Alerter
  • christian gedeon // 02.10.2020 à 10h16

    Ah…Amnesty international qui ne voit que ce qu’elle veut voir…allons quoi soyons sérieux deux secondes. Encore un petit pas et Soros deviendra une réference sur les Crises.Sans compter le petit bout d’écriture « inclusive « . ..ça dérive ferme en ce moment,non?

      +12

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 02.10.2020 à 16h11

      Ainsi donc, vous considérez l’écriture inclusive(même utilisée minimalement) comme une « dérive »? Dérive de quoi? Du patriarcat traditionnel, atavique et généralisé qui règne depuis l’aube des temps « civilisés », en particulier sur la manière de s’exprimer de la plupart des francophones, selon moi… Bienvenue et révolutionnaire, donc!

      En tant que manifestante obstinée, depuis plus de 50ans, convaincue de la pertinence de l’action d’occupation de l’espace public par tous les peuples opprimés afin de dénoncer et tenter de se libérer du joug des « Puissants », je ne peux que me réjouir de la présente position d’Amnesty International contre les interdictions de manifester, si opportunément utilisées par les pouvoirs politiques dans le cadre de l’actuelle « crise sanitaire ».
      Même si, comme vous, je pense que cette organisation, au financement obscur et douteux, « …ne voit que ce qu’elle veut voir… ».

      Sérieusement et cordialement parlant, écrivant.
      Michelle

        +5

      Alerter
      • christian gedeon // 03.10.2020 à 18h35

        Chère Michelle, je trouve cette écriture tout simplement laide. Que diable vient faire le patriarcat là dedans? Les mots au masculin ont un féminin, les mots au féminin ont un masculin et les mots neutres sont neutres. Ça ne fait pas de moi un male chauvinist pig, je crois. Bien à vous.

          +3

        Alerter
        • Grd-mère Michelle // 04.10.2020 à 14h37

          @Christian Gedeon: Non , cela ne fait pas de vous un « …mâle chauviniste pig… », j’en suis persuadée.
          Mais le patriarcat est cause de beaucoup d’autres méfaits que les seules ignominies « cochonnes » récemment dénoncées dans une campagne médiatique ne s’embarrassant pas des subtilités qui caractérisent la réalité.
          Tout comme la langue anglaise utilisée désormais mondialement, de par la volonté de domination du Grand Marché, d’une idéologie commerciale qui inféode toutes les politiques et doctrines, et comme toutes les langues, notre belle et riche langue française, si soucieuse des subtilités, nous construit mentalement et nous prédispose à nous intégrer dans la société.
          Imaginez-vous que, depuis l’enfance et CHAQUE JOUR, vous n’auriez entendu et lu que « bonjour à toutes », les « manifestantes », les « citoyennes », les « élues », les « représentantes », etc…, ne vous sentiriez-vous pas quelque peu exclu de ce monde représenté de manière exclusivement féminine, et peu disposé à y adhérer, à y prendre vos responsabilités, alors que votre masculinité y est omise, niée?
          Selon moi, la principale laideur qui déforme monstrueusement la réalité diverse de la vie, c’est le mensonge, surtout quand il est utilisé pour « dresser » les peuples à se soumettre à des « dirigeant-e-s » égoïstes, prétentieux-ses et mégalomanes, ceux et celles qui se croient, se veulent, supérieur-e-s aux autres.

            +0

          Alerter
      • Subotai // 04.10.2020 à 05h53

        «  »Ainsi donc, vous considérez l’écriture inclusive(même utilisée minimalement) comme une « dérive »? «  »
        —————-
        Non, comme une connerie.
        L’écriture comme le langage doit répondre à la nécessité de clarté de la communication.
        « Salut à tous! » est simple et clair : salut à tout ceux qui sont présents, mâles, femelles, chiens, chats et compagnie…
        « Tous » en français signifie tout le monde, pas seulement les mâles.
        Si vous voulez que se soit « toutes » ok pour « toutes ».
        Mais « Salut à tous.t.e.s » – je ne sais même pas l’écrire – non!
        Une écriture dont on complexifie la lecture au nom d’une idéologie n’a pas de sens…

          +8

        Alerter
        • Grd-mère Michelle // 04.10.2020 à 15h29

          Heu… Les chiens et le les chats ne parlent pas, à ce que je sache…
          C’est la particularité des êtres humains, hommes et femmes, de parler et d’écrire, et donc de (se) penser, comme de penser le monde dans sa diversité, ce qui les a aidé-e-s à évoluer, à s’éloigner du monde animal dont ils continuent cependant à faire partie, en réussissant à maîtriser leurs instincts et, par exemple, de choisir de discuter pour régler leurs conflits, plutôt que de s’entretuer(principal bénéfice de la parole, selon moi).
          Non, je ne veux pas que ce soit « toutes », mais bien « tous et toutes »: il ne s’agit pas d’idéologie, mais bien de justice et de justesse(bien nécessaire à la clarté et à la compréhension, me semble-t-il).
          Sauf que… dans le monde « speedé » où nous vivons, du fait de l’envahissement progressif des machines, il nous est continuellement enjoint de nous exprimer brièvement… C’est d’ailleurs pourquoi je dois régulièrement scinder mes commentaires, et donne lieu à une écriture destinée à tou-te-s les lecteurs et lectrices de ce site.
          Question de RESPECT, et non de connerie, selon la référence grossière, certainement involontaire, que vous faites à mon sexe, qui m’a permis de mettre au monde deux garçons et une fille(dans l’ordre de leurs naissances).

            +1

          Alerter
          • BOURDEAUX // 04.10.2020 à 17h14

            Le nouveau maire de Lyon a décidé d’imposer cette façon d’écrire dans toutes les communications de la mairie. Cela me semble être révélateur de ce courant intellectuel qui est en train de rendre les intellectuels absolument détestables à toute une partie de la population. Car faute d’avoir réussi à faire avancer la cause des femmes sur le terrain du réel, ce genre de politicien a choisi de masquer la réalité en imposant ses oukases langagiers à toute une jeunesse. Je crois pour ma part que si le féminisme place ses lignes de défense sur la langue, c’est qu’il n’a plus rien à défendre. Exactement comme certains philosophes ont transporté leur travail sur « l’être en tant qu’être », lorsqu’ils se sont aperçu que leur ratiocinations multiséculaires avaient été incapables d’expliquer ce que les scientifiques avaient, eux, réussi à démontré. Comme ces philosophes en déroute, les féministes feraient mieux de fermer boutique au lieu de transporter leurs efforts sur le terrain parfaitement infertile de la linguistique. Car contrairement à ce que vous semblez croire, lorsqu’on s’est convaincu que le langage peut faire changer une réalité, c’est qu’on ne comprend plus ni le langage, ni la réalité.

              +4

            Alerter
            • Emmanuel // 04.10.2020 à 17h42

              Exact, le langage ne se décrète pas, il évolue avec la pensée des gens.
              Un mot, c’est un contenant vide. Changer de mot en croyant que ça va changer la pensée des gens, c’est se voiler la face. On change l’emballage, on garde le contenu, et tout continue comme avant, il y a nombre d’exemples : femme de ménage – technicienne de surface : sont-elles mieux considérées, maintenant ? caissière – hôtesse de caisse, idem ! C’est comme mettre du vernis sur du bois pourri, ça fait joli sur le moment, mais ça ne dure pas, et ensuite, on a non seulement le bois pourri, mais aussi les écailles du vernis qui partent.

                +3

              Alerter
          • Abi // 04.10.2020 à 18h04

            C’est sans fin, les trans vont bientôt dire : on n’est ni « tous », ni « toutes ». Alors on fait quoi pour inclure les trans ? On dit : « bonjour à tous, à toutes, aux trans » ?
            Et ensuite, il y aura bien d’autres groupes qui diront qu’ils ne se reconnaissent ni dans les hommes, ni dans les femmes, ni dans les trans ?
            Je suis une femme et ça me convient très bien « bonjour à tous » et ça me saoule de dire « bonjour à tous et à toutes », comme si dans « à tous », il n’y avait pas « à toutes ». Comme s’il fallait toujours séparer hommes et femmes et revenir sur la mixité.
            Je me sens inclue dans l’humanité.

              +3

            Alerter
            • Abi // 04.10.2020 à 18h05

              En revanche, je me soucie que les femmes de ménage qui travaillent de nuit ou très tôt le matin arrêtent de travailler de nuit ou très tôt le matin et que les horaires de nuit ou très tôt le matin soient soumis à prime de 200%.
              Ca, ça m’intéresse.
              Je n’ai pas l’impression que l’écrite dite inclusive serve à quoi que ce soit pour ça. Mais, bon, on verra.

                +2

              Alerter
            • Grd-mère Michelle // 05.10.2020 à 22h35

              @abi: Les deux sortes de « trans » savent, probablement mieux que quiconque, que dans chaque homme il y a de la féminité, que dans chaque femme il y a de la masculinité.
              Oui, « tous » comprend « toutes », comme « toutes » comprend « tous ». Et il n’est pas question ici de vouloir séparer, mais d’unir un auditoire, un lectorat, dans une même considération
              Mais… Expliquez-moi pourquoi, depuis toujours, on dit « bonjour à tous »… et en quoi un petit effort de reconnaissance de l’égale existence des deux genres vous saoûle? (Quand cela en fait « vomir » d’autres… Ou « détester les intellectuels? » qui tentent de défendre l’idée de l’importance du langage dans la construction mentale-et ensuite sociale-des individus… Pourquoi tant de haine?)
              Hélas, il semble que la loi du moindre effort soit la principale cause de la soumission(voir la soumission à la « mode » de la livraison à domicile…après celle du « fast food »…)
              Dans l’ère « digitale » qu’on nous prépare, nous ne serons plus ni hommes, ni femmes, mais des cerveaux prolongés de doigts, des robots ne se parlant plus, mais comprenant l’anglais!

                +0

              Alerter
            • BOURDEAUX // 06.10.2020 à 13h20

              @ grd mère michelle .Permettez-moi de répondre pour ABI, en 3 points :
              Non, « tous » n’est pas contenu dans « toutes », c’est une règle que l’on apprend en primaire.
              On dit « a tous » car le genre neutre n’existant pas en français, c’est le genre masculin qui en tient lieu. Il n’y a là aucun complot misogyne, ni loi du moindre effort, c’est une bête règle de grammaire.
              Enfin, vous établissez entre la grammaire et la « construction sociale de l’individu » une contiguïté toute factice, dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle n’a jamais reçu le début d’une démonstration. Sur ces rails-là on pourrait alors affirmer que le racisme est favorisé par le fait que les langues autorisent à nommer les couleurs de peau…ce genre de chose me semble vraiment dérisoire.
              La seule « haine « que je vois, c’est celle qui semble s’être emparé de certains activistes féministes contre notre grammaire, et qui débouche sur des enfantillages stériles.

                +2

              Alerter
            • Grd-mère Michelle // 06.10.2020 à 15h26

              @Bourdeaux Réfléchissez un peu: QUI a établi les règles successives de la grammaire française? QUI a décidé que le masculin l’emporterait sur le féminin pour les accords en genre?
              Je ne crois pas qu’il s’agisse d’un « complot », mais d’une édification de la réglementation de la langue parlée et écrite par un groupe dominant, insouciant des aspirations du groupe dominé.
              Ignorez-vous que, pendant des siècles, l’enseignement de la grammaire(et du reste des « connaissances », justes ou erronées) était quasiment réservé aux individus mâles?(principalement au sein d’établissements religieux chrétiens dont vous ne nierez pas, je suppose, la dominance masculine?)
              Sachez que je n’ai jamais adhéré à un quelconque groupe féministe, que je vois surtout, généralement, préoccupé de compétition et de revanche, ce que je désapprouve et déplore.
              Simplement, en tant que femme, j’espère une évolution qui m’apporterait plus de respect et de considération

                +0

              Alerter
  • Petrov // 02.10.2020 à 19h45

    Il y a les bons manifestants :

    ceux que l’on protège (black blocs au service finalement des progressistes sociétaux, BLM et autres) un Geoffroy de Lagas nerie par exemple, les écolos idéologues qui cachent bien d’autres intérêts.
    les idiots utiles, les naïfs
    les institutionnels sortis du congélateur (parfois achetés discrètement par le patronat) mais toujours utiles car canalisant quelques masses,

    et puis il y a ceux qu’il faut combattre et discréditer :

    ceux qui refusent les mutations humaines génétiques artificielles irréversibles après les mutations végétales et animales,
    certains écolos moins politiques (tellement d’argent à se faire pour d’autres dans le brevetage du vivant)
    ceux qui refusent les mutations sociétales et familiales
    les derniers qui veulent garder une certaine probité et une certaine morale en politique ou ailleurs : les empêcheurs de tourner en rond
    etc. etc.

    Quel est ton camp camarade ?

      +2

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 02.10.2020 à 22h07

      Aucun « camp »(même si c’est celui des « Indignés » à Bxl, en 2011, qui m’a rendu courage et espoir), mais les causes justes sont nombreuses, et une participation effective aux manifestations/rassemblements permet de se rendre compte des « tendances » qui les soutiennent et des tentatives de récupération/ réduction/ accaparement/ détournement de chacune.

      À noter qu’une pétition accompagne la prise de position d’Amnesty(reçue par Email car je suis abonnée à leur newsletter), que je n’ai pas signée car je refuse de livrer sur la toile mes données personnelles(ainsi que les « dons » mendiés sur tous les tons, pour la même raison: je ne donne que de la main à la main, ainsi que mon temps, mon attention, mon écoute, mes encouragements, et la transmission quotidienne, vers mon petit « réseau » familial et amical, d’informations indispensables aux nécessaires changements).
      Si j’étais encore jeune et/ou plus valide, je participerais aussi aux marches organisées par monts et vallées pour sensibiliser les communautés des régions éloignées, oubliées, aux possibilités d’implication diverses et variées.

        +0

      Alerter
    • Grd-mère Michelle // 02.10.2020 à 22h16

      Oui, tout serait possible, si chacun-e refusait de se soumettre et décidait de se bouger…

      Demain, 3/10, de 14 à 16h, rassemblement devant la Gare Centrale à Bxl, contre l’extrême-droite, sur invitation de la CNAPD.be

      Du 7 au 11 octobre, festivalalimenterre.be, organisé par sosfaim.be (pour la souveraineté alimentaire).

      Depuis le 1/10, obligation en Belgique d’avoir un masque sur soi et recommandation de le porter (à l’air libre) en cas de besoin(laissé à l’estimation de chacun-e), tout en gardant une distance raisonnable.

        +0

      Alerter
  • clauzip12 // 02.10.2020 à 22h24

    Le rapport d’Amnesty ne révèle rien qui ne soit connu mais porte à l’information du grand public une orientation majeure du quinquennat Macron par une ONG internationale.
    La violence , les actes incendiaires,vandalisme ont été montrés à satiété .
    La stratégie de Macron a été le discrédit des mouvements GJ pour ne rien changer ni donner,ne serait ce que écouter.
    A partir du constat que la police était manifestement pas présente pour maintenir l’ordre pour permettre l’expression de la population, droit constitutionnel .
    En effet ,la police n’a été utilisée qu’a une fin partisane.
    Ainsi ,la police ainsi utilisée à été transformée en groupe armé contre la liberté d’expression au service d’un pouvoir néolibéral.
    Des lors tout les actes perçus,violence extrême,non respect du droit sous de très nombreuses formes,non respect des manifestants pacifiques ,volonté manifeste de terroriser sont l’expression d’un pouvoir qui rejoue le pétainisme et la collaboration.le dépôt de gerbe par Macron sur la tombe de Pétain était bien un indice d’une certaine conception de la démocratie.
    Dorénavant l’État de DROIT à cessé de fonctionner avec la violence sous toute ses formes.
    Nous devons considérer que l’expression d’un pouvoir fascisant est vérifié et assuré.
    Des lors tout est possible,nous le constatons avec les entorses régulières à l’indépendance de la justice,les attaques à la laïcité et à loi de 1905,l’affectation sans retour ni contraintes et sans bénéfices pour l’État de sommes toujours plus élevées.
    L’orientation majeure est donnée,à bas la République!

      +2

    Alerter
  • Rungolevio // 03.10.2020 à 08h11

    vrai! voyez l’affaire de l’hôpital Necker des manifestants non violent ont reconnu un policier déguisé en casseur, les médias à la botte avaient dénoncé ce casseur puis identifié, plus un mot! Nous les vieux avons connu ça en 68, puis après il y a une photo publié (que j’ai copiée) sur le net où l’on voit ces fameux casseur enlever devant les CRS leur brassard de police et partir, une autre revenant de la casse, remettre le brassard

      +6

    Alerter
  • Casimir Ioulianov // 05.10.2020 à 13h19

    C’est amusant ça, à l’heure où on les mêmes s’en prennent à la liberté d’entreprendre et à la liberté de circulation, on nous réchauffe le plat sur la liberté de manifester qui est un peu consécutive de la liberté de circulation.
    En gros quand Amnesty dénonce un problème, les tenant de la loi et l’ordre « à tout prix » sont déjà passé à la vitesse supérieure. C’est sympa d’avoir le droit de manifester quand t’as pas le droit de te rassembler. Et comme cette foi, il y aurait une « bonne » raison , plus personne ne moufte.
    De même , l’ONU s’est ému du « maintient de l’ordre à la Française », qu’a fait le ministère de l’intérieur ? Il a pondu ça : https://www.interieur.gouv.fr/fr/Le-ministre/Actualites/Schema-national-du-maintien-de-l-ordre
    Pour rappel , il est devenu interdit de filmer en manif sauf journaliste avec carte de presse qui doit d’abord demander une autorisation administrative à la préfecture pour aller filmer une manif … Genre il y a une manif qui s’organise à l’arrache sur évènement quelconque et qui part dans les douze heures , il faudra bien 12 mois à la préfectorale pour délivrer un permis .. ha mais ils ont pas interdit « de facto » …
    Et après il vont se demander pourquoi on crame des permanences d’élus …

      +1

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 06.10.2020 à 11h46

    @Casimir Ioulianov: La LDH(Ligue des Droits Humains) a réussi (l’an dernier) à faire voter une loi, en Belgique, qui établit le droit de filmer la police en action.
    Oui, en se liguant, il est possible de faire changer les choses sans devoir « cramer » quoi que ce soit…
    Du moins dans des États qui s’affirment « État de Droit », où la Loi règle la vie en société.
    Et en s’assurant que la Justice puisse remplir son rôle de contre-pouvoir politique(soit subsidiée correctement).

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications