Les Crises Les Crises
30.avril.202030.4.2020 // Les Crises

Le Covid-19 est aussi « une crise des droits humains »

Merci 138
J'envoie

Source : Le Temps, Stéphane Bussard

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres l’a souligné ces derniers jours. La pandémie de Covid-19 constitue une «crise économique, une crise sociale, une crise humaine». Avant d’ajouter: «Elle devient de plus en plus une crise des droits humains.» Depuis que nombre de pays ont décidé d’appliquer des mesures d’exception pour combattre la propagation du nouveau coronavirus, lequel a déjà infecté près de trois millions de personnes et tué plus de 207 000 autres à travers le globe, les dérapages se multiplient.

Droits indérogeables

Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet met en garde: «L’urgence ne doit pas être une arme utilisée par les gouvernements pour écraser la dissidence, contrôler la population, voire se maintenir au pouvoir.» La Chilienne rappelle les conditions que doit remplir un état d’urgence: les mesures prises doivent être «nécessaires, proportionnelles et non discriminatoires. Elles doivent aussi être limitées dans le temps et des garde-fous solides doivent être mis en place pour prévenir les excès.» Mais la haut-commissaire précise: il y a des droits auxquels on ne peut déroger en aucune circonstance. C’est le cas du droit à la vie, de l’interdiction de la torture et de mauvais traitements et le droit à ne pas être soumis à la détention arbitraire.

Georgette Gagnon est elle aussi inquiète: «Il y a une culture toxique du confinement dans certains pays.» Directrice des opérations de terrain au Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (OHCHR) à Genève, elle relève que dans certains pays les forces de sécurité et de police ont abusé de leur pouvoir pour mettre en œuvre des politiques de confinement imposé ou des couvre-feux. Elles ont parfois aussi procédé à des détentions arbitraires qui violent gravement les droits fondamentaux. Au Nigeria, relève Georgette Gagnon, entre mars et avril, 18 morts ont été recensés en raison de telles dérives.

Au Kenya, 151 plaintes ont été déposées par des citoyens. Les mesures sanitaires prises par le pouvoir kényan sont censées protéger la santé. Or les méthodes répressives de la police ont davantage tué (20 personnes) que le coronavirus lui-même à ce moment (7 personnes). L’Afrique du Sud n’est pas épargnée. Georgette Gagnon y décrit un usage excessif de la force, notamment dans les townships. «Des gens qui ne respecteraient pas le couvre-feu sont envoyés de force dans des centres pour être mis en quarantaine. Près de 17 000 personnes ont été arrêtées.» Aux Philippines, dirigés d’une main de fer par Rodrigo Duterte, où 120 000 individus ont été arrêtés pour ce qui apparaît comme des violations du couvre-feu, «on constate une approche très militaire de la riposte au Covid-19», ajoute-t-elle. Le Sri Lanka semble appliquer le même type de politique oppressive. «Tirer sur quelqu’un, l’emprisonner ou abuser de lui en raison d’une violation du couvre-feu parce qu’il était en quête désespérée de nourriture est inacceptable et illégal», s’emporte Michelle Bachelet.

Requérants d’asile expulsés

Georgette Gagnon précise que le Haut-Commissariat est en contact avec les autorités chinoises bien qu’il ait un accès limité aux données relatives à la Chine. Sont épinglées la censure des lanceurs d’alertes, les intimidations, les arrestations de médecins, journalistes et défenseurs des droits humains. «Il importe de ne pas contrer les fausses informations par de la censure mais par des informations précises», ajoute Peggy Hicks, directrice de l’engagement thématique au OHCHR. Et de cibler aussi les Etats-Unis, relevant que le Covid-19 ne justifie pas l’expulsion de requérants d’asile, ni l’emprisonnement de masse très propice à la propagation du virus.

Le patron des Nations unies Antonio Guterres est catégorique: aujourd’hui, en pleine crise sanitaire, se construit aussi l’avenir. Les droits humains doivent faire partie intégrante de la riposte des Etats au Covid-19.

Source : Le Temps, Stéphane Bussard


Les droits fondamentaux en quarantaine ?

Source : Libération

Les récentes dérives dans l’application de l’état d’urgence ne sont nullement liées à la crise sanitaire, elles ne font que mettre en évidence des problèmes structurels de notre société ainsi qu’un manque croissant de garde-fou.

Vincent Brengarth avocat au barreau de Paris

Récemment, plusieurs syndicats d’inspecteurs du travail ont accusé le ministère du Travail de leur avoir donné des consignes pour éviter des contrôles dans les entreprises ; pour la première fois depuis sa création il y a soixante-dix ans, Emmaüs a dû lancer un appel aux dons en argent pour survivre ; le préfet de Seine-Saint-Denis a lancé une alerte alimentaire ; les verbalisations démesurées, pour violation du confinement, sont fréquentes, sans parler des violences policières qui sont toujours d’actualité… La liste des dérives et des conséquences dommageables de l’état d’urgence sanitaire ne cesse de s’allonger.

Il serait mensonger de relier exclusivement ces anomalies à des épiphénomènes liés à la crise sanitaire, car elles mettent également en évidence des problèmes structurels de société, qui amènent nos dirigeants à se retrancher derrière des mesures d’urgence au détriment du respect des libertés les plus élémentaires. Il ne s’agit pas tant de porter un jugement sur la décision du pouvoir exécutif de confiner la population, ou de prendre des mesures «d’exception», que de constater les incohérences, et surtout le manque de «garde-fou» face aux dérives, dans l’application de l’état d’urgence. La faiblesse, pour ne pas dire l’absence, d’un pouvoir législatif qui aurait pu initier un débat contradictoire dans l’adoption de l’état d’urgence sanitaire, n’a pas été compensée par le contrôle juridictionnel, en particulier celui du Conseil d’Etat, pourtant primordial dans un Etat supposé «de droit».

«Eclipse des droits fondamentaux»

Rappelons que, dans le but de lutter contre l’épidémie de Covid-19, le pouvoir législatif a conféré un cadre légal aux mesures étatiques, qui avaient jusqu’alors été prises par le gouvernement, en instaurant un dispositif d’«état d’urgence» sanitaire, inspiré de celui prévu par la loi du 3 avril 1955, et notamment utilisé en 2015 suite aux attentats de Paris. Cet état d’urgence peut être déclaré «en cas de catastrophe sanitaire mettant en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population»(Article L3131-12 du code de la santé publique). Ce motif, lié à la protection de la santé de la population, donne cependant lieu aujourd’hui à des dérives menaçant les droits fondamentaux, ce qui apparaît comme une instrumentalisation de la menace sanitaire face aux problèmes de notre société. En France, certaines voix se font entendre, dont celles de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) ou encore du Défenseur des droits, mais demeurent extérieures à un processus décisionnel qui n’est plus limité, notamment en raison de l’absence d’un réel contre-pouvoir. Contrairement à ce qu’a pu affirmer Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, une «éclipse des droits fondamentaux» est bien intervenue, et risque de s’inscrire dans le droit commun si rien n’est fait pour y remédier, à l’image des dernières législations votées en matière antiterroriste. Sous prétexte de gestion d’une crise, le droit décline et ce n’est pas non plus l’affirmation de Nicole Belloubet selon laquelle «l’Etat de droit n’est pas mis en quarantaine» qui assurera du contraire.

Dans une tribune parue le 18 avril 2020 dans Libération, des députés européens, dont Nathalie Loiseau, ancienne ministre du gouvernement d’Edouard Philippe et tête de liste de la majorité aux élections européennes, ont proposé de faire adopter à Bruxelles un encadrement des lois d’exception afin d’éviter que des Etats membres profitent d’une crise sanitaire, comme celle du Covid-19, pour s’arroger des pouvoirs antidémocratiques. Bien que légitime, cette idée est curieusement formulée d’une façon qui en annihile les effets. Outre que le texte stigmatise la Pologne et la Hongrie, alors que la dérive autoritaire concerne aussi la France et son gouvernement, il soutient que «l’Europe a besoin d’exécutifs forts», comme s’ils avaient été jusqu’à présent faibles et impuissants face à la crise. Dans les faits, l’action d’un Etat comme la France n’a pas été entravée par un quelconque contrôle par les pouvoirs législatif ou judiciaire, ce qui altère indéniablement la sauvegarde des droits fondamentaux.

«Mise en sommeil»

En réalité, c’est moins la question de l’autonomie du pouvoir exécutif que de l’affirmation des contre-pouvoirs qui doit se poser, laquelle montre d’autant plus ses limites lorsqu’il s’agit de légiférer en urgence. Ce n’est pas par hasard qu’une note du président du conseil scientifique, en date du 14 avril 2020 et révélée par le journal Mediapart, suggère d’«élargir l’espace de prise de décision à la société civile et à divers organes représentatifs», notamment afin d’éviter qu’une «contre-société» ne se forme à partir d’internet en période de crise, et que la méfiance à l’égard des élites ne devienne incontrôlable.

Jusqu’à présent, le pouvoir législatif a été passif face aux événements, puisqu’il s’est contenté de donner son accord à des mesures qui étaient déjà en vigueur, et de se décharger d’une partie de ses prérogatives, en autorisant notamment le recours aux ordonnances en matière de droit du travail. Les recours, qui ont été massivement rejetés par le Conseil d’Etat, témoignent également de sa volonté à peine dissimulée de se placer du côté du gouvernement, dont l’action se trouve renforcée par l’absence d’un véritable contrôle. A titre d’exemple, la validation de la prolongation de la détention provisoire, sans l’intervention d’un juge, ne peut qu’inquiéter, en plus de révéler le peu de considération pour les droits des personnes détenues. Simultanément, le Conseil constitutionnel a avalisé sa propre «mise en sommeil», en acceptant que le traitement des questions prioritaires de constitutionnalité ne soit suspendu.

Comment, dans ces conditions, soutenir que les droits fondamentaux, à commencer par celui du regard démocratique, sont respectés ?

Une alerte pour notre société

Certes, la CNCDH a, par exemple, mis en place un observatoire de l’état d’urgence sanitaire et du confinement, visant à contrôler la mise en œuvre des mesures coercitives qu’autorise cet état d’exception, et relevé que «l’état d’urgence sanitaire ne justifie pas une telle disproportion dans l’atteinte aux droits». Certes, le Défenseur des droits a pu alerter les pouvoirs publics sur des conséquences nocives de l’état d’urgence sanitaire, notamment dans l’accès aux services publics. Cependant, malgré ces alertes, aucune modification notable n’apparaît dans l’action publique. En matière de protection des personnes les plus vulnérables, par exemple, les associations en sont ainsi à pallier la carence des organes d’Etat, et ce malgré les «signaux d’alarme» évoqués supra.

La gestion étatique de cette crise sanitaire, qui révèle la fragilité, et surtout la vulnérabilité, de notre démocratie, doit constituer une alerte pour notre société. Le président de la République a parlé de «guerre», mais aucune mesure visant à sauvegarder au mieux notre démocratie «en situation de combat» n’est apparue. Dans les faits, l’état d’urgence sanitaire a précipité l’éclipse des contre-pouvoirs, dont l’action se trouvait déjà bien amoindrie avant la crise. Le «temps d’après» devra être celui d’une prise de conscience, suivie de la redéfinition des mécanismes de contrôle du respect des droits fondamentaux.

Vincent Brengarth avocat au barreau de Paris

Source : Libération

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

56 réactions et commentaires

  • Cordialement // 30.04.2020 à 07h31

    Le temps d’après, comme après toutes les crises véritables et profondes qui génèrent une révolution et peu d’évolution sera récupéré par le groupe majoritaire en nombre qui aura le plus de force. Alors force brute, force politique ou financière?
    Allez les moutons; on met son masque on éructe sa petite opinion de féroce révolutionnaire et on rentre à la maison; content ce soir; y a chips au bacon, bière et excellentisime série TV pour oublier tout ça!

      +12

    Alerter
  • Wakizashi // 30.04.2020 à 07h51

    Je ne sais pas pourquoi, mais je sens qu’on va bien rigoler ici…

      +5

    Alerter
  • florian lebaroudeur // 30.04.2020 à 07h58

    A bon ça vous étonne…les alertes sur la dérive de nos sociétés ont été lancés dés les années 1990 à une époque ou le monde faisait le deuil de la guerre froide et ou tout l’univers politico-médiatico-économique nous assurait que nous étions entrer dans des temps indéfiniment féerique ou les maux de l’injustice et de la pauvreté ne seraient plus qu’un lointain souvenir, que ça serait facile, qu’il suffirait juste de prendre le train dans laquelle on nous dirait de monter. Ayant grandi en plein dans cet élan d’optimiste, je sais de quoi je parle. Puis le choc des attentats du World Trade Center est arrivé, les premières mesures sécuritaires et contraignantes ont vu le jour, les doutes ont commencés à semer chez les plus avertis et les moins dupes, et de fil en aiguille ceux qui ont compris l’envers du décor du chemin que le monde suivait ont été peu à peu ridiculisé et ostracisé du champ médiatique en traitant systématiquement de complotiste tout ceux qui aurait désormais l’audace de développer un autre récit que les mensonges identifiés et imposer à tous.

      +27

    Alerter
  • calal // 30.04.2020 à 08h12

    50 % d’abstention aux elections legislatives de 2017 en france: le parlement est a tres grande majorite LREM,la partie est perdue,il faut assumer. Tant pis pour nous,esperons que les citoyens apprennent de leurs erreurs.

    PS: la prochaine fois,plutot que de vous abstenir,prenez 20 minutes de votre temps et allez voter pour un parti de defense des chiots mignons et des chatons joueurs. Si un de ces partis fait plus que LR,ou le PS, ca leur footera quand meme bien deja la honte…

      +12

    Alerter
  • pas touche au grisbi // 30.04.2020 à 08h36

    oooh cet article bizarre sur ce blog !!! erreur des veilleurs du corona que je salue..?

    Après avoir foutu une pétoche monstre aux lecteurs avec un corona détectable trop tard, qui peut revenir, qui tue sans compter, des études sur les médocs incompréhensibles…. heu !!…..moi crétin de base non formé au médical, j’ai juste compris que Raoult était un monstre, que le monde du pharmaceutique ne savait pas grand chose et n’avait rien d’autre en poche à proposer………..mais je peux me tromper…

    Après donc une série d’article qui ferait classer un film d’horreur à la rubrique comique, voilà que tout à coup on découvre qu’il reste des rescapés autour de nous et qu’il faut faire attention à ce que ces rescapés qui réclament plus de sécurité, et une liberté à mesurer au mètre à ruban, tous ces rescapés pourraient donc être trompés sur les deux notions. Que des mauvaises langues …..

    Qui a dit déjà « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre et finit par perdre les deux. » hein ?

      +29

    Alerter
  • pseudo // 30.04.2020 à 09h24

    c’est vous qui troublez les lecteurs de votre commentaires avec votre comparaison dont on s’interroge à savoir si c’est une erreur ou une intention malhonnête. évidemment à date la grippe fais plus de mort. mais l’épidémie est en cours, donc on ne connaît pas son impact final, par ailleurs, mais là ce sera plus délicat à envisager pour vous, c’est 250K morts minus les personnes sauvées par le confinement. Donc, sans confinement on aurait peut être déjà triplé ce chiffre (c’est une exponentielle pas une droite! donc je dis triple, mais en vérité ça pourrait être bien plus). regardez par vous mêmes les chiffres d’excès de mortalité
    https://www.euromomo.eu/graphs-and-maps/

      +10

    Alerter
    • Miguel // 30.04.2020 à 09h39

      Sur vos graphiques, on observe effectivement une phase de progression exponentielle. Cependant, un tassement apparaît. Donc, cela ressemble plutôt à la fonction « logistique » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Fonction_logistique_(Verhulst))

      Et du coup, lors d’une épidémie de grippe, on sait à chaque fois, dès le début, le nombre de victimes finales ? Vous êtes certain qu’on est à l’abri d’une bien mauvaise année qui dépasserait de plusieurs fois les prévisions ?

      La mortalité des épidémies de grippes saisonnières n’auraient-elles pas pu pas être réduites par le confinement ? Cela aurait permis, par exemple, d’avoir un retour d’expérience sur la surmortalité post-confinement (aurait-elle été supérieure à celle évitée par le confinement ?) et d’éviter tant d’affirmations péremptoires.

      Et pourquoi tout le monde s’en foutait ? En dessous d’un certain seuil de mortalité, les vies auraient-elles moins de prix ? Celui qui éternuait dans un lieu public n’était pas accusé d’être le « tueur » d’une personne en bout de chaine (certains n’hésitent plus à la faire et c’est absolument terrifiant).

      Autre temps, autre moeurs.

        +14

      Alerter
      • pseudo // 01.05.2020 à 00h40

        > La mortalité des épidémies de grippes saisonnières n’auraient-elles pas pu pas être réduites par le confinement ?

        C’est le cas! Il y a eu des graphiques qui ont circulé pour montrer que dans des pays d’asie type singap la grippe, cette année, c’était terminée bien plus tôt qu’à l’habitude. Du faut des mesures pour contrer le covid, donc port du masque, distanciation sociale, hygiène etc.

        > Et pourquoi tout le monde s’en foutait ?

        bah c’est l’effet de répétition, tous les ans il y a la grippe, tous les ans un vaccin, tous les ans des morts.
        Et puis un virus trop bien connu pour lequel on développe un vaccin en 6 mois c’est moins hype qu’un novo-virus inconnu pour lequel nous n’avons aucune protection sérieuse.

          +0

        Alerter
    • ouvrierpcf // 30.04.2020 à 11h42

      quelle est votre source de relevés? EUROMOMO c’est qui cest quoi ?pour qui travaillent ils ? par qui sont ils rémunérés facturés ? ne serais ce pas par les gouvernements ou lUE? l LUE les politiques de réductions budgétaires pour les hôpitaux publics qui par ses recommandations des GOPE Grandes Orientations de Politique économique qui ont réduit par 64 fois oui 64 fois les budgets des hopitaux français en 10ans !! (voir GOPE 2019 France sur internet ) pour euromomo trouvé par internet

      Notre mission est de renforcer la préparation de l’UE à répondre au risque potentiel de tous les dangers par un fonctionnement continu du réseau EuroMOMO qui garantit un contrôle de la qualité hebdomadaire et contrôlé de la qualité.

      Notre vision est d’étendre davantage la collaboration et l’activité de surveillance de la mortalité en incluant de nouveaux pays dans le réseau et d’explorer en permanence le potentiel de données de mortalité en temps opportun. En menant régulièrement des activités de réseau, les partenaires apprendront et échangeront les meilleures pratiques sur la façon d’appliquer les données du suivi de la mortalité en temps réel pour l’évaluation des risques, en particulier en ce qui concerne les menaces transfrontalières et la gestion de la réponse de santé publique aux urgences.qui ont réduit par 64 fois oui 64 fois les budgets des hôpitaux français en 10ans !! (voir GOPE 2019 France sur internet ) pour euromo ON VOIT L’ASPECT SURVEILLANCE rien sur la qualité la politique de santé …publique

        +1

      Alerter
      • Czerny // 01.05.2020 à 12h09

        Euromomo c’est un bidule financé par l’OMS .Vous allez sur leur site et c’est marqué noir sur blanc .Leurs statistiques refléteront la ligne politique de la maison mère.

          +1

        Alerter
    • calal // 30.04.2020 à 13h24

      « c’est 250K morts minus les personnes sauvées par le confinement »

      combien de morts en plus a cause du confinement? tant de chomeurs en plus c’est tant de suicide en plus etc?

      nous sommes en democratie,les citoyens jugeront l’action de leur gouvernement. Il parait qu’en allemagne,la cote de popularite de merkel remonterait…

        +3

      Alerter
      • pseudo // 01.05.2020 à 00h36

        ceci est une conséquence indirecte de la pandémie, cependant, c’est une conséquence directe de notre organisation socio-économique dictée par les gouvernants.

        Les conséquences que vous soulignez à raisons pourraient (pouvaient?) être évitées en prenant des décisions de sauvegarde sans faille du tissu économique. L’ont ils fait ? Je ne le penses pas, ils annoncent d’ailleurs déjà eux même la grande hécatombe économique.

        Faudra voir à la fin, ces morts là n’arriveront pas avant quelques semaines à minima.

          +0

        Alerter
  • Catalina // 30.04.2020 à 09h34

    « ; les verbalisations démesurées, pour violation du confinement, sont fréquentes,  » en effet, mais j’ai une question, la loi s’impose à tous, que font donc tous ces flics dans la rue ? ils ne sont pas confinés ? donc ils baladent le virus partout !

    « Coronavirus : 350.000 amendes pour non-respect du confinement

    Quelque 5,8 millions de contrôles ont été effectués et 359.000 procès-verbaux dressés depuis l’instauration du confinement obligatoire il y a quinze jours, a annoncé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Les contrôles seront renforcés pendant les vacances de Pâques. »
    https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/coronavirus-350000-amendes-pour-non-respect-du-confinement-1191004

    PS; je jeune qui s’est fait tabasser par les flics avec une muselière, ça compte comme violence policière ou c’est juste défoulement des kapos ?

      +10

    Alerter
  • Araok // 30.04.2020 à 09h36

    D’accord avec Bellot. Pour pouvoir estimer une différence entre une grippe normale sévère et le covid19 il faudrait pouvoir tracer la courbe de décès (toutes causes confondues) mois par mois en cumulé pour des années ayant subi une épidémie de grippe normale et sévère et voir s’il y a un changement de pente notable depuis janvier de cette année.
    Quelqu’un pourrait-il m’indiquer où je peux trouver ces chiffres précisément ( sans l’habitude je me perds ds les publications de l’INSEE qui me bouffent toutes ma place mémoire)?
    Salut à tous

      +6

    Alerter
    • pas touche au grisbi // 30.04.2020 à 09h46

      Faites comme moi, il faut tout retraiter pour se faire une idée, par mois, par département par âge et par lieu par exemple

      traiter les moyens hospitaliers par département, public privé,

      Je l’ai fait pour le 1er trimestre et j’attends pour confirmer avril..

      ça prend du temps mais ça permet de ne pas partir en sucette du ciboulot..

        +2

      Alerter
      • Araok // 30.04.2020 à 12h41

        Merci le Grisbi c’est ce que je veux faire (à partir des chiffres bruts et non ceux corrigés, redressés tripotés de Momo). Ma question: où les trouvez-vous, précisément ?
        Merci d’avance

          +1

        Alerter
        • pas touche au grisbi // 30.04.2020 à 14h08

          La part population- démographie – et mortalité sur l’INSEE principalement et essentiellement. On peut aller loin dans le temps
          on peut retraiter sous différentes formes (âge, département, région, lieu de décès) ça suffit à se faire une idée. les chiffres de 2020 sont un peu frais à mars mais ça donne une idée.

          pour les équipements hospitaliers et les EHPAD j’ai recherché sur la DREES

          On peut probablement faire mieux et plus profond, ce qui m’a incité à la faire c’est cette bizarrerie de mettre un compteur des morts journaliers. J’ai trouvé suspect. Puis comme j’ai un pote toubib, j’ai pu savoir comment s’opéraient les comptages et l’étiquetage au doigt mouillé du corona dans notre secteur…..
          Autre exemple, l’INSEE récemment a pondu un article de comparaison entre 2020-2019 et 2018…. mais pourquoi pas 2017, année où dans certains départements les décès sont plus élevés qu’aujourd’hui aux mémes dates..

            +4

          Alerter
    • visiteur // 30.04.2020 à 10h23

      On peut trouver ce genre d’analyse dans la presse étrangère (c-à-d hors France).

      Les chiffres sont partiels et provisoires, mais ils suffisent largement à démontrer l’inanité de la comparaison avec la grippe saisonnière. Remarquez que dans tous les cas, les chiffres attendus de mortalité, calculés sur les statistiques des dernières décennies, incluent les décès dus à la grippe saisonnière; l’excès de mortalité dû au Covid19-SARS-2 est donc absolument massif (et généralement – délibérément ? – très sous-estimé)

      Europe : https://www.economist.com/graphic-detail/2020/04/16/tracking-covid-19-excess-deaths-across-countries

      Italie : https://www.corriere.it/politica/20_marzo_26/the-real-death-toll-for-covid-19-is-at-least-4-times-the-official-numbers-b5af0edc-6eeb-11ea-925b-a0c3cdbe1130.shtml

      Italie : https://towardsdatascience.com/covid-19-excess-mortality-figures-in-italy-d9640f411691?gi=166a004aa45f

      Espagne : https://elpais.com/sociedad/2020-03-27/el-coronavirus-causa-mas-muertes-de-las-detectadas.html

      La discussion sur l’interprétation des chiffres (l’excès de mortalité est-il causé directement ou indirectement par l’épidémie de coronavirus) est évidemment animée dans les milieux de statisticiens : https://skeptics.stackexchange.com/questions/46129/was-there-excess-mortality-in-italy-due-to-covid-19-in-march-2020

        +2

      Alerter
  • Emmanuel // 30.04.2020 à 09h37

    En observant le degré d’acceptation de toutes ces dérives,je me dis que Milgram serait ravi d’avoir un champs d’expérimentation aussi large.
    Ce qui m’a marqué c’est le « trois millions de personnes et tué plus de 207 000 autres à travers le globe »
    Comment vont ils faire pour justifier du non confinement pour la prochaine grosse grippe saisonnière avec ses presque 700000 morts ? Je parle bien sûr des pères et mères la morale qui a longueur de post sauvent des vies « EUX » .

      +5

    Alerter
    • Catalina // 30.04.2020 à 10h17

      ah bah oui mais c’est pas pareil !!! ceux qui sont morts de la grippe, on est sûrs que c’était la grippe, je dis ça….

        +2

      Alerter
      • ouvrierpcf // 30.04.2020 à 11h54

        donc il reste « normal  » en 2020 que des humains meurent d’une grippe Il reste normal qu’après avoir supprimé 200 000 lits dans les hôpitaux publics français en 10ans que dans une circonstance exceptionnelle sanitaire on vous refuse d’être accueilli ou signé à l hôpital pour une appendicite une rage de dents un fémur cassé ou qu’on vous fasse attendre Pourquoi après avoir acheté fourni 2 milliards de masques en 2009 pour le soit disant virus H1N1 il n’en resta que 100 millions en 2020? donc en février 2021 il sera « normal » de mourir pour une grippe et de ne trouver ni chambre libre ni même médecins pour aller consulter le jour des premiers symptômes Mais aujourd’hui c’est normal c’est IMPERATIF de se trouver confiné ….je dis çà ….

          +4

        Alerter
  • Arcousan09 // 30.04.2020 à 09h49

    Je viens de voir qu’à deux reprises mon message ne passe pas
    C’est parce que je suis atteint du covid ??????

      +3

    Alerter
  • Catalina // 30.04.2020 à 10h08

    « S’il n’est pas encore clair pour vous que ce coronavirus ne justifie en rien les mesures d’urgence totalitaires qui ont été imposées à la majeure partie de l’humanité, ce sera clair dans les mois à venir. Malgré les meilleurs efforts des «autorités sanitaires» pour compter pratiquement n’importe quel mort comme «un mort de la Covid-19», les chiffres vont dévoiler l’histoire. Les «experts» sont déjà en train de se creuser la cervelle, de recalibrer, ou de contextualiser, leurs projections apocalyptiques initiales. Les médias atténuent l’hystérie. Le spectacle n’est pas encore totalement terminé, mais vous pouvez le sentir se terminer progressivement. »
    C. J. Hopkins

    https://consentfactory.org/2020/04/13/brave-new-normal/

      +10

    Alerter
    • Loxosceles // 30.04.2020 à 11h37

      Je pense que rien ne sera jamais clair pour beaucoup. L’argument massue aujourd’hui c’est « il y aurait eu beaucoup plus de morts sans ces mesures ! »

      Sauf qu’on n’en sait rien. Sauf qu’il y a beaucoup de raisons d’en douter, notamment les faits, qui sont têtus, et qu’on observe dans les pays ayant appliqué peu ou pas de mesures, et dont les courbes sont tout à fait similaires à celles des autres.

      Peu importent les raisons de douter, puisque certains ne doutent jamais. Ils boivent, souvent malgré eux, ce qu’on leur fait passer à l’entonnoir, surtout si on leur a fait très peur tout du long pour qu’ils veuillent se soumettre. A partir de là, il y a peu à espérer de cette masse de croyants qui régurgiteront indéfiniment et à l’identique le tabassage de cerveau qu’ils ont subi.

        +6

      Alerter
      • red2 // 30.04.2020 à 14h24

        « les faits, qui sont têtus »
        Oui les fait qui sont têtus : on approche, avec confinement, les 25 000 morts car dans notre pays nos gouvernants n’ont pas su garder le contrôle de l’épidémie… avec ce contrôle perdu, sans confinement, il y aurait eu beaucoup plus de contaminés, des hôpitaux encore plus saturés et donc une nombre de morts catastrophique. CQFD
        Franchement, les commentaires de ce blog me font de plus en plus peur. On a confiné (mal car de manière pas assez sévère dans le monde du travail, sans travail de responsabilisation et uniquement par la contrainte…) mais confiné, le contrôle sur l’épidémie va être repris, il faut maintenant ne pas le perdre à nouveau et maintenir le R0 en dessous de 1 pour sortir de l’urgence. Je suis sceptique sur la capacité de nos gouvernants à réussir cette étape, mais cette façon de faire suit une logique. Ce n’était pas et de loin la meilleure façon de gérer la crises mais ça en était une,avec les moyens que nous avions (du fait de l’incapacité de nos dirigeants mais c’est une autre histoire…), qui évitait le plus gros du carnage. C’est quoi que vous auriez voulu prendre le risque de plusieurs centaines de milliers de morts ?

          +4

        Alerter
        • Loxosceles // 30.04.2020 à 14h58

          25 000 morts contre une mortalité hivernale qui atteint parfois 20 000. Encore une fois, il faut mettre vos lunettes et faire le point… Cette crise est surjouée, et je ne dis pas que cette épidémie n’existe pas.

          Vous ne savez pas ce qui ce serait passé en cas de non confinement. Les commentateurs vous font peur, et moi je me désole des prophètes du passé, du présent et du futur, qui savent ce qui aurait pmu ou du se passer et ce qui se passera.

          Hier, je lisais des commentaires se moquer de ceux qui disaient que cette épidémie touche 0,01% en comparant avec d’autres causes de mortalité qui feraient sensiblement pareil… Ben justement, le covid est juste une cause de mortalité, probablement passagère, qui s’ajoute à des dizaines d’autres, causant une surmortalité seulement sur le mois d’avril, pour le moment. C’est du management par la peur…

          A mettre en parallèle avec des épidémies qui ont réellement décimé l’Europe de la moitié de sa population (50% et pas du 0,0xxx%). Nous avons perdu la tête, et je vois poindre un nouveau conditionnement mental, cette fois par la peur de la faucheuse, comme on nous l’avait joué avec le terrorisme.

          Ce que j’aurais voulu : un système de santé efficace. Nous n’aurions eu aucunement besoin de ce confinement que certains adorent tant.

            +7

          Alerter
          • red2 // 30.04.2020 à 15h19

            « 25 000 morts contre une mortalité hivernale qui atteint parfois 20 000. »

            Mais justement ce n’est que 25 000 morts parce que nous avons confiné… (soupir…) Sinon c’était probablement plusieurs centaines de milliers. Nous ne tomberons jamais d’accord et nous ne pourrons trancher, car nous ne saurons (heureusement ?) jamais les nombre de morts que nous aurions eu sans confinement. Je reste convaincu que ça aurait tourné à la catastrophe vous semblez penser que par miracle il serait resté limité.

            Sinon, je n’adore pas le confinement, je pense qu’il était nécessaire dans la situation, à laquelle nous étions rendu (ce que j’appelle plus haut « perte de contrôle »), à force incompétences et d’erreurs de gestion de la crise sanitaire. Je suis d’accord avec votre conclusion, j’aurais aussi préféré que cette crise soit mieux gérée par nos incapables de dirigeants, seulement ça n’a pas été le cas… Espérons qu’ils fassent mieux pour la suite car si le R0 remonte très vite, c’est reparti pour un tour.

              +2

            Alerter
            • Loxosceles // 30.04.2020 à 15h40

              Comment savez vous que ça aurait été des centaines de milliers ? En vous basant sur des annonces faites sur BFM TV avant que Ferguson de l’Imperial College divise ses prédictions par 25 ? Comment expliquez vous que l’Allemagne n’ait pas été saturée, que la Suède ait fait mieux que nous, avec la même courbe, et sans confinement ?

              Ou bien vous pouvez faire des incursions dans des réalités parallèles qui vous révèlent les autres scénarios, dans quel cas je m’incline.

              Certains spécialistes nous disent maintenant que, si ça se trouve, le confinement a juste favorisé la contamination dans les cellules familiales, tandis que, comme on continuait de circuler dans les transports en commun, la contamination à l’extérieur ne faisait que diminuer un peu, expliquant peut-être pourquoi les confinements les plus stricts correspondent aussi aux bilans les plus mauvais… Ce qui équivaut à dire que le confinement est pire que pas de confinement, car ce qui fait la différence ce n’est pas ça, mais les gestes barrière et la distanciation sociale.

              Le fait est qu’on ne saura jamais ce qui serait arrivé en France sans confinement. Peut-être que 110% des français seraient morts ?

                +4

              Alerter
            • Miguel // 30.04.2020 à 15h48

              Merci Loxosceles.
              En effet, la situation avait été présentée très simplement.
              Respect du confinement = je sauve des vies.
              Ceux que je vois ne pas le respecter = tueurs potentiels.

              Sauf que ce n’est pas aussi simple. Certains acharnés du confinement risquent d’entrer en phase de dissonance cognitive durant laquelle il sera difficile d’admettre la possibilité d’avoir peut-être contribué à empirer la situation.

                +1

              Alerter
            • red2 // 30.04.2020 à 16h46

              @Loxosceles
              « Comment savez vous que ça aurait été des centaines de milliers ? »

              En prenant la courbe des premiers cas, en la modélisant de manière simplifié et en la prolongeant de 15 jours. Quand on a un R0 de 3, un malade en contamine 3 qui en contamine 3 et ça continu… On a donc une exponentielle et si on ne réagit pas très vite le nombre de malades explose. La suite on la connait saturation des hôpitaux, augmentation du taux de mortalité car les malades sont alors mal ou plus soignés… et plusieurs centaines de milliers de morts. Il faut donc faire baisser le R0 en urgence et quand on y arrive pas autrement que par le confinement, on confine.
              Et vous, comment savez vous que sans confinement ça N’aurait été des centaines de milliers de morts?

                +4

              Alerter
          • Bellot // 30.04.2020 à 20h38

            « Vous ne savez pas ce qui ce serait passé en cas de non confinement » et avec une stratégie adéquate si je puis compléter (genre Corée du Sud, Thaïlande… bref des pays qui ont pris immédiatement les choses au sérieux et pris leur responsabilité).
            Si je ne peux expliquer les raisons qui ont motivés les choix de nos gouvernants, je lis beaucoup, chaque jour et je trouve des arguments très contrastés sur la sur-létalité du covid19 et encore plus sur la stratégie en cours pour éviter sa propagation. Notez bien svp que je ne dis pas qu’il n’est pas dangereux et létal…
            Pour répondre au commentaire de red2 on a pas « contrôler le virus », on a « contrôlé la population, c’est très différent et ce au prix de l’effondrement presque total de l’économie. Après j’ignore si notre économie, étroitement dépendante des pièces venant de Chine, aurait pu perdurer longtemps.

              +0

            Alerter
            • Catalina // 30.04.2020 à 23h11

              je parlais dès le début de contamination intra familiale, et pas un petit pourcentage, plus de 73% en Chine, et oui le confinement à la française c’est du n’importe quoi sans faire une plateforme sur laquelle les gens s’inscriraient pas pour se faire gestapoter mais pour déclarer des symptômes, puis, envoi d’un toubib et de tests au domicile ! quarantaine pour les +, confinement pour l’entourage. Masque obligatoire pour tous les autres et précautions supplémentaires vis à vis des gens fragiles.
              nous on a malheureusement un virus qui sévit depuis deux ans et qui nous a arraché à nous les Français les fleurons payés DE NOTRE POCHE ! et stratégiques, j’avoue, ce virus là me semble bien plus dangereux et même l’hydroxy n’y changera rien,
              BOUHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH ! SNIF !

                +0

              Alerter
  • RGT // 30.04.2020 à 11h03

    Je ne suis pas opposé au confinement strict car il est, et de loin, le meilleur moyen d’éviter la propagation d’une pandémie.
    Cette affirmation est largement prouvée par les faits et depuis bien longtemps les humains ont compris que l’isolement des personnes (infectées et symptomatiques au début) était un moyen efficace de limiter les effets d’une pandémie, même en ignorant totalement sa cause.

    Par contre, tout comme pour les attentats terroristes, il est absolument vital pour nos sociétés que ces mesures soient TEMPORAIRES et non pas gravées « dans le marbre » afin d’éviter que le pouvoir n’abuse de lois restrictives afin de se préserver de toute velléité populaire de changement.

    Et j’ai le pressentiment qu’a la veille d’une manifestation d’opposition au gouvernement (gilets jaunes ou autres) les autorités découvrent d’un coup un regain de pandémie qui oblige à re-confiner toute la population avec les archers du Roy munis de fusils d’assaut (chargés à balles réelles) qui tireraient dans le tas en laissant pourrir les cadavres sur place pour dissuader les contrevenants de se soustraire au confinement.

    C’est un peu à la « Hara-Kiri » (« bal tragique… ») mais nos « élites » ont de telles idées pour ne pas devoir s’exiler afin de ne pas rendre de comptes en cas de révolution.

    La majorité des LOIS importantes sont faites pour protéger les dirigeants, leurs « collaborateurs » et bien sûr ceux qui tirent les ficelles.

    Un roi isolé n’est rien, il lui faut une « cour » pour contraindre la population à respecter ses propres lois.

      +8

    Alerter
    • Wakizashi // 30.04.2020 à 11h34

      « Je ne suis pas opposé au confinement strict car il est, et de loin, le meilleur moyen d’éviter la propagation d’une pandémie. »

      Affirmation fortement discutable. D’une part parce qu’il existe une autre stratégie consistant à dépister et traiter en n’isolant que les positifs, ce qui constitue le b-a-ba de la médecine au passage (diagnostic/pronostic). D’autre part parce que les conséquences sociales et psychologiques du confinement strict sont désastreuses, peut-être bien pires que le mal qu’on veut combattre (ratio bénéfices/risques pas glorieux). Et enfin parce qu’en confinant à l’aveugle, on mélange des positifs avec des négatifs : pas besoin de faire un dessin.

        +12

      Alerter
      • Loxosceles // 30.04.2020 à 11h43

        Tout à fait, c’est d’ailleurs hallucinant de lire ce genre de choses. Ce qui fonctionne le mieux, de loin, pour éviter la propagation d’une épidémie, c’est encore que tout le monde meure avant. Poussons la logique jusqu’au bout : si tout le monde mourait du confinement, nous serions hors de portée de la maladie.

        Ce qu’on cherche n’est pas la meilleure manière de ne pas être malade (qui reste de mourir avant d’attraper la maladie, comme l’ont bien compris tous les suicidés du confinement), mais la meilleure manière de gérer une crise sanitaire, sans causer plus de dégâts que l’épidémie elle-même… Dépister, isoler (et non pas « confiner », qui est une méthode archaïque… avant on pratiquait aussi la saignée « largement prouvée » selon les critères de l’époque, etc.) les malades et les personnes à risque… Ça va de soi, encore fallait-il en avoir les moyens, et donc ne pas détruire le système de santé qui l’aurait permis.

          +10

        Alerter
        • Wakizashi // 30.04.2020 à 12h22

          Oui, le mieux est encore d’éviter de naître pour se protéger de la mort car comme chacun sait, « vivre tue »…

          Dans ce débat liberté versus sécurité, il y a un truc qui me frappe de plus en plus, à savoir que la notion même de liberté est carrément devenue négative chez certains. J’ai l’impression que pas mal de monde parmi les adorateurs du totem de la sécurité assimilent désormais compulsivement le mot « liberté » au mot « libéralisme », et par extension au néolibéralisme, au néoconservatisme, au capitalisme, à l’économie de marché etc. Au Mal quoi. La liberté, un mot à connotation négative.

          Alors je sais bien que le mot « libéralisme » est fondé sur le mot « liberté » ; ça ne date pas d’hier que les idéologies phagocytent les mots pour les détourner à leur profit. Mais je m’étonne que tant de gens marchent dans cette arnaque : parce que le libéralisme a le mot « liberté » pour racine linguistique, l’idéologie néolibérale aurait le monopole de la liberté, et toute personne revendiquant la liberté comme un droit humain (et animal) fondamental serait forcément d’obédience néolibérale ? Personne ne se rend compte qu’en raisonnant comme ça, on donne précisément raison aux néolibéraux ?…

            +4

          Alerter
          • Olivier // 30.04.2020 à 15h25

            Le patronat tient à remercier chaleureusement toutes les personnes qui militent pour la fin du confinement et la reprise du travail, même en l’absence de masques et de tests. Et de toute façon Saint Raoult a dit que l’épidémie en France sera quasiment terminée le 19 mai. Donc nous allons tous retourner qui au travail qui à l’école incessamment sous peu, plus que trois semaines à attendre!

              +2

            Alerter
  • Catalina // 30.04.2020 à 12h13

    https://www.legrandsoir.info/se-couvrir-la-principale-preoccupation-de-la-macronie.html
    Une épidémie de plaintes est en cours
    « Se couvrir » la principale préoccupation de la Macronie ?
    D.Muselet

      +7

    Alerter
  • Philanthrope // 30.04.2020 à 12h32

    Quoiqu’il arrive ,même si l’épidémie venait a s’accentuer , jamais le gouvernement n’envisagera un confinement en plein été , tous le monde peterais un câble , pas pour rien qu’on nous matraque a longueur de temps : il faudra vivre avec le virus .
    Ca serait impossible a réaliser , actuellement des les beaux jours tous le monde sort , alors en pleine été j’en parle même pas.
    Il y aura beaucoup de décès et de contaminations ça c’est certains mais a t’on le choix ?

      +2

    Alerter
  • gotoul // 30.04.2020 à 13h13

    @ Bellot :
    « Je suis profondément troublé ce matin.
    Nombre de décès dus au Covid 19 dans le monde: 227 661 au moment où j’écris (Cf stats John Hopkins institute).
    Nombre de décès dus à la grippe saisonnière (2016): 650 000 en 2016 (Center for Disease Control and Prevention of USA, OMS 2017). »
    On ne peut pas comparer ces chiffres tout simplement parce qu’il n’y a pas de confinement avec la grippe et ça change tout évidemment

      +4

    Alerter
  • pseudo // 30.04.2020 à 14h03

    https://www.valeursactuelles.com/politique/info-va-amiens-interpellation-dun-auteur-de-messages-portant-atteinte-emmanuel-macron-118835

    La rédaction de Valeurs actuelles / Jeudi 30 avril 2020 à 12:04

    > Selon nos informations, à la suite d’un signalement effectué par un internaute, les services de police ont identifié le 26 avril un message publié sur le réseau social Facebook portant atteinte à Emmanuel Macron. Après plusieurs recoupements, les enquêteurs sont remontés à un habitant d’Amiens, ville de la Somme où le président de la République a grandi. Interpellé et placé en garde à vue, l’homme était déjà connu localement pour être très actif dans le mouvement des Gilets jaunes. Ailleurs en France, si le confinement est globalement très bien respecté et accepté malgré les mesures de privation de liberté, des tensions apparaissent. Dans les banlieues, lors des contrôles où les refus d’obtempérer sont nombreux, mais aussi dans les mouvements de contestation sociale.

    On s’interroge à savoir ce qui vaut que la gendarmerie pourchasse un mauvais citoyen qui fait usage de sa liberté de parole mais pas la bande de dealers qui sévit dans mon quartier. Ou pas, parce qu’on sait très bien que celui là, macron, est un félon qui trahira toutes ses belles paroles sur le sacrifice de nos aïeux.

      +2

    Alerter
    • Catalina // 30.04.2020 à 23h16

      le monsieur interpellé doit savoir des choses sur « l’éternel » enfant macron….
      Faut pas que ça se sache !!! et hop, en taule !! c’est si simple, d’ailleurs ça commence comme ça, « ils sont venus chercher le, les…… »

        +2

      Alerter
    • Kasper // 01.05.2020 à 04h41

      Bah. Je me rappelle encore de cette femme qui avait passé une journée au poste pour avoir commenté sur facebook « out! La menteuse » une vidéo de Nadine Morano mentant effrontément.

      C’était il y a 10 ans. C’est inacceptable mais ca n’a rien de nouveau.

        +0

      Alerter
  • Incognitototo // 30.04.2020 à 14h22

    Bah, l’ONU découvre l’eau chaude… les droits humains, ça fait 75 ans que les néolibéraux s’assoient dessus…

    Vous voulez connaître la dernière en France ? Vous devriez prendre connaissance de la dernière réforme concernant la CMU devenue CSS : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000041397557&cidTexte=LEGITEXT000006073189&dateTexte=20191228

    Pour résumer si vous êtes propriétaire de votre maison, il faut maintenant rajouter à votre revenu le loyer que vous ne payez pas… logique, non ?… Donc un retraité au minimum vieillesse propriétaire de sa maison (qu’il ait ou non fini de la payer) ne sera dorénavant plus pris en charge pour la complémentaire santé… à la louche, je pense que plus de la moitié des personnes qui en bénéficiait sont donc de fait sortis du dispositif, c’est-à-dire environ 2 millions de personnes (chiffre à vérifier).

    Le massacre social continue et personne n’en parle… ha si, l’ONU 🙁
    Mais pas grave, avec le Covid le sort des inutiles est tout tracé, c’est la fosse commune…

      +8

    Alerter
    • Denis // 30.04.2020 à 18h18

      Dans les inutiles, compte t’on les rentiers?
      Parce que là, ce serait vraiment trop grave! 🙂

        +0

      Alerter
    • Bellot // 30.04.2020 à 20h49

      Merci pour l’info, je l’avais pas vu passer.
      Donc un agriculteur retraité avec une petite retraite mais encore propriétaire de ce qui reste de sa ferme devra payer au minimum 67 euros pas mois pour avoir la CMU. C’est dégueulasse, encore plus quand c’est fait comme ça à la sauvette et sans grande publicité. Vraiment marre de ce gouvernement, tout pour les puissants et moins pour les faibles.

        +2

      Alerter
      • Incognitototo // 01.05.2020 à 17h13

        Peut-être que vous ne croyez pas si bien dire…

        La plupart des gens et a fortiori des médias l’ignorent, mais depuis le début de sa mandature, ce gouvernement est le champion toutes catégories des réformes par décrets. Il n’utilise pas le 49.3, mais il réforme des pans entiers des différents droits sans débat, et avec des modifications qui vont toujours dans le même sens : moins de droits pour tous, toujours plus de pouvoirs pour l’État et toujours plus d’opportunités pour les pleins de fric…
        Un simple exemple parmi des milliers d’autres : il voulait casser la loi littorale, mais devant le tollé, il n’y a presque pas touché, et toute la subtilité réside dans le « presque ». Il a « juste » étendu les pouvoirs des Préfets à déroger (sans quasiment aucun recours) aux règles d’interdiction. Autant dire que la loi littorale n’est plus qu’un souvenir puisque soumise maintenant à l’arbitraire et au pouvoir discrétionnaire le plus total, à la plus grande satisfaction des promoteurs.

        Il faut que vous sachiez que par ailleurs pendant cette période les réformes ne se sont pas arrêtées pour autant. Je suis (par habitude) l’actualité juridique et le gouvernement continue à légiférer par décret sur absolument tous les sujets. Quand on sortira de notre léthargie, la France aura mis aux oubliettes sa qualification de « patrie des droits de l’homme », elle aura été remplacée par « patrie des droits des riches » dans l’indifférence médiatique générale. 🙁

          +1

        Alerter
  • Olivier // 30.04.2020 à 15h09

    Faudrait commencer par arrêter la désinformation:

    grippe USA 2016: 22.705

    corona USA 2020: 60.999 et ce n’est pas fini.

    C’est le patronat qui pousse à la reprise, car il n’en a rien à faire de la santé du troupeau.

    Etonnant le nombre de personnes qui ici se rangent du côté du patronat et hurlent contre le confinement.

    C’est ce qui me trouble le plus.

      +4

    Alerter
    • Olivier // 30.04.2020 à 15h14

      Et pour ceux qui ne se rangent toujours pas sous les ordres du patronat, voici une réponse à ceux qui s’y rangent:

      http://alanganey.blog.tdg.ch/media/00/00/2286943973.pdf

        +0

      Alerter
    • red2 // 30.04.2020 à 17h07

      @Olivier
      Merci, je suis moi aussi très surpris par les commentaires. On dirait qu’ils n’ont pas conscience du risque. Oui il y aura un coût à payer, mais préfère-t-on le payer, (1) en euro en payant de préférence chacun fonction de ses moyens (et donc les riches beaucoup, ce qui explique les exigences du patronat…et oui nous sommes un pays riche qui a plus que largement les moyens de payer cette crise si on se décide enfin à demander a ceux qui peuvent participer beaucoup de participer beaucoup) ou (2) par le risque de centaines de milliers de morts supplémentaires y compris potentiellement celle de nos proches ?
      Le combat ce n’est pas actuellement de lutter pour la solution (2) car on ne veut pas payer pour éviter une catastrophe sanitaire. Le combat, de faire le maximum pour limiter la crise sanitaire et de faire en sorte que chacun paye fonction de ses moyens et donc les plus riches d’entre nous aussi et beaucoup!

        +0

      Alerter
  • Loxosceles // 30.04.2020 à 15h17

    Le retour des lépreux par l’usage de la peur, de la déresponsabilisation, du confort, de la jalousie, l’aversion à la perte, etc.

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-retour-des-lepreux-223740

      +2

    Alerter
  • Olivier // 30.04.2020 à 15h44

    Considérez les taux suivants respectivement de guérisons et de gens encore malades:

    Allemagne et Suisse: plus de 75% et moins de 20%

    France: moins de 30% et plus de 55%

    Alors on va bien s’amuser après le 11 mai.

      +1

    Alerter
  • UnJeune // 30.04.2020 à 16h44

    Comparer le nombre de mort d’une épidémie bien documenter largement surveillé et dont les services hospitalier sont pensé pour la gérer même dans un système austérité-libérale (la grippe) vis à vis d’une épidémie inconnu, possédant des symptôme et conséquence beaucoup plus lourd (neurologique, 3 semaine de réanimation, impossibilité de savoir les moyens de transmission etc…) c’a n’a pas de sens, si il faut le coronavirus n’auras pas de saisonnalité, si il faut le nombre de mort est masqué (cf le nombre de mort de la canicule de 2003, le nombre était pas le meme à la fin de l’été 2003 et en 2004 le temps que des comptages sérieux sois organisé), si il faut il mutera 1 ans plus tard (cf la grippe espagnol). Bref sur ce forum vous faites bcp bcp de vent et de mal à faire du relativisme de bas étage.

    La plupart des gens ont développé une vision dichotomique très dangereuse soit tu pense que le virus c’est de la propagande et tu es dans le vrai, soit tu pense le contraire donc t’es un mouton servile du capitalisme

    cette rhétorique à par simplifier grandement les choses (quid de l’économie à l’arret, des capitalistes qui ont fais pressions pour pas de confinement ? ah mais oui ça colle à pas avec une vision archi simplifier )

      +4

    Alerter
  • Bellot // 30.04.2020 à 19h16

    En quoi exprimer des réserves, soulever des questions pose t’il problème?
    Vous ne répondez pas à la question avec votre graphique issu d’un organisme qui travaille pour l’UE et avec la plupart des agences de santé européennes.
    Je poursuis mon questionnement, combien de décès vont être causés directement ou indirectement par les effets du confinement?

      +0

    Alerter
  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 01.05.2020 à 06h58

    J’ai survolé toutes ces discussions. Il y a pourtant si peu à dire à la fin… La peste s’éteint, les masques arrivent. Deux gendarmes à cheval tout seuls dans la baie du Mont Saint-Michel, s’ennuient…. vanité des choses humaines. Dieu, là haut, rit de nous.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications