Les Crises Les Crises
11.août.201911.8.2019 // Les Crises

La France est devenue une des menaces mondiales contre la liberté d’expression

Merci 1267
Je commente
J'envoie

Source : The Hill, Jonathan Turley, 06-07-2019

Par Jonathan Turley – Chroniqueur d’opinion

Les opinions exprimées par les collaborateurs sont les leurs et non celles de The Hill (et encore moins des Crises…).

Getty Images

Il y a juste un peu plus d’un an, le président français Emmanuel Macron est venu aux États-Unis pour y importer à Washington deux espèces potentiellement invasives. L’une était un arbre et l’autre était une répression contre la liberté d’expression. Ironiquement, peu après la plantation de l’arbre, les autorités l’ont déterré pour le mettre en quarantaine. Cependant, l’espèce la plus dangereuse était son fruit, le contrôle de l’expression, une proposition qui a entraîné les applaudissements les plus enthousiastes de la part de nos politiciens mal informés.

Alors que nos politiciens aux États-Unis se mettent à applaudir Macron comme des idiots de village, la plupart des Américains sont de fervents partisans de la liberté d’expression. C’est dans nos gènes. Cependant, sans se laisser décourager, Macron et d’autres en Europe s’apprêtent à imposer unilatéralement le contrôle de la parole sur Internet avec de nouvelles législations en France et en Allemagne. Si vous pensez qu’il s’agit d’une question européenne, détrompez-vous.

Macron et son gouvernement tentent d’éliminer de façon unilatérale les pensées haineuses sur Internet. Le Parlement français a adopté une nouvelle loi qui ne donnerait que 24 heures aux entreprises Internet comme Facebook et Google pour supprimer les propos haineux de leurs sites, sous peine d’une amende de 1,4 million de dollars par violation. Un vote final est attendu la semaine prochaine. L’Allemagne a adopté une mesure semblable l’an dernier et a imposé des amendes de 56 millions de dollars.

Les Français et les Allemands ont renoncé à essayer de convaincre les États-Unis de renoncer à leur liberté d’expression. Ils se sont rendu compte que ce n’était pas la chose à faire parce que imposer des amendes sclérosantes conduit les grandes entreprises à censurer la parole selon des normes mal définies. Le résultat pourrait en être la mise sous tutelle de la plus grande invention dans l’histoire du monde favorisant la liberté d’expression. Tout cela se passe sans le moindre soupçon d’opposition de la part du Congrès ou de la plupart des organisations de défense des libertés civiles.

La décision des Européens frappe dans un angle mort de la Constitution des États-Unis. Le Premier Amendement fait un excellent travail pour empêcher l’action du gouvernement contre la liberté d’expression, et la plupart des lois qui restreignent la liberté d’expression en Europe seraient inconstitutionnelles aux États-Unis. Cependant, bien que protégés contre Big Brother, nous nous retrouvons complètement vulnérables à Little Brother, composé de sociétés privées qui ont un large pouvoir discrétionnaire sur la réduction et le contrôle de la parole à travers le monde.

Les Européens savent qu’il est peu probable que ces entreprises retirent chirurgicalement du contenu dans chaque pays. L’effet sera similaire à celui de l’« exception californienne ». Tous les États sont assujettis à des normes identiques en matière d’émissions des véhicules en vertu du Clean Air Act [Le Clean Air Act se réfère, dans le monde anglophone, à une loi en matière de diminution du smog et de pollution de l’air en général, NdT], mais la Californie a obtenu une exception pour établir des normes plus strictes. Plutôt que de créer des voitures spéciales pour la Californie, les normes plus strictes tendent à contrôler la conception des voitures. Lorsqu’il s’agit de contrôler l’expression, les Européens savent qu’ils peuvent limiter la parole non seulement dans leur pays, mais qu’ils peuvent aussi pratiquement le faire aux États-Unis et partout ailleurs.

En effet, les Européens s’appuient sur les succès passés. En 2013, un groupe d’étudiants juifs a utilisé les lois françaises pour poursuivre Twitter afin de l’obliger à divulguer l’identité des personnes ayant posté de façon anonyme des commentaires jugés antisémites. À son crédit, il faut reconnaître que Twitter s’est battu pour protéger l’anonymat, mais les tribunaux européens ont statué contre l’entreprise et, finalement, elle a cédé. L’anonymat disparaît aussi rapidement que la liberté d’expression est écrasée dans ces pays.

Macron sait que le contrôle européen de la parole est susceptible de se métastaser sur Internet. La liberté d’expression a déjà été mise à mal en Europe. Ces lois criminalisent la liberté d’expression selon des normes vagues faisant référence à l’« incitation » ou à l’« intimidation » d’autrui fondée sur la race ou la religion. Par exemple, le créateur de mode John Galliano a été reconnu coupable par un tribunal français d’avoir tenu des propos antisémites contre au moins trois personnes dans un bar parisien. Au moment de fixer la peine, la juge Anne Marie Sauteraud a donné lecture à Geraldine Bloch et Philippe Virgitti d’une liste des insultes proférées par Galliano. « Il a dit “sale pute” au moins mille fois », a-t-elle expliqué à haute voix.

Dans une autre affaire, le père de la candidate conservatrice française à la présidence Marine Le Pen a été condamné à une amende parce qu’il avait qualifié la minorité rom d’« odorante ». Une mère française a été poursuivie parce que son fils est allé à l’école avec une chemise portant la mention « Je suis une bombe ». Un Allemand a été arrêté pour avoir eu une sonnerie de téléphone avec la voix d’Adolf Hitler. Une politicienne conservatrice allemande a été placée sous enquête criminelle pour un tweet dans lequel elle accusait la police d’apaiser « des bandes barbares de hordes d’hommes violeurs musulmans ». Même le ministre allemand de la Justice Heiko Maas a été censuré en vertu de ses propres lois pour avoir qualifié un auteur d’« idiot » sur Twitter.

Le résultat de ces lois mal définies est prévisible. Un récent sondage a révélé que seulement 18 % des Allemands estiment pouvoir s’exprimer librement en public. Plus de 31 pour cent ne se sont même pas sentis libres de s’exprimer en privé avec leurs amis. Seulement 17 pour cent des Allemands se sentaient libres de s’exprimer sur Internet, et 35 pour cent ont déclaré que la liberté d’expression est limitée à de petits cercles privés. C’est ce qu’on appelle un effet paralysant, et c’est cela qu’il faut craindre.

Les Nations Unies renouvellent également leurs appels à classer la propagande haineuse dans la catégorie crime international. Les nations musulmanes veulent que le blasphème y soit inclus, et Israël veut que l’antisémitisme soit criminalisé. Même dans notre propre pays, des politiciens comme Howard Dean et divers universitaires ont déclaré que les propos haineux ne sont pas protégés par le premier amendement. La représentante Frederica Wilson a demandé que les gens soient “poursuivis” pour s’être moqués des membres du Congrès. Un récent sondage a révélé que la moitié des étudiants aux États-Unis ne croient pas que la propagande haineuse devrait être protégée.

Il y a une triste et redoutable ironie dans le fait de voir la France prendre la tête des efforts visant à restreindre la liberté d’expression. Autrefois bastion de la liberté, la France est aujourd’hui devenue l’une des plus grandes menaces internationales à la liberté d’expression. Elle a même mené une répression contre la presse libre en poursuivant des journalistes avec des enquêtes criminelles. Pendant des années, nous avons simplement regardé de notre côté de l’Atlantique et rejeté ces tendances comme une question européenne. Avec ces nouvelles lois, cependant, il s’agit d’un problème mondial. Ces espèces invasives sont sur le point d’être lâchées sans contrôle sur la toile mondiale.

Jonathan Turley est professeur Shapiro à la faculté de droit d’intérêt public à l’Université George Washington. Vous pouvez le suivre sur Twitter @Jonathan Turley. [La Bourse J.B. et Maurice C. Shapiro est un organisme qui donne beaucoup d’argent à la faculté de droit de l’Université George Washington, NdT]

Source : The Hill, Jonathan Turley, 06-07-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Arcousan09 // 11.08.2019 à 08h25

Il est beau le dictateur sur cette photo.
On le sent très ouvert et prêt à la discussion …
En tout cas France pays de liberté c’est du passé …
Entre un parlement de godillots, une presse aux ordres qui ne diffuse que ce que le pouvoir, non pas politique, de la finance lui autorise de diffuser, , les radars, les caméras de surveillance de toute sorte …. pour “votre” sécurité qui ne sont là que pour n(être efficace qu’à postériori, ajoutez y votre téléphone portable qui vous piste à chaque mouvement, la carte bleue qui permet de savoir qu’à 17h58 vous avez acheté quelque chose à tel endroit et cerise sur le gâteau tous ces trucs dits connectés qui permettent de pister à chaque seconde de leur vie ceux qui adorent, afin de faire moderne, tous ces bidules connectés
Mon téléphone reste sur mon bureau, je règle tout ce que je peux en espèces, j’ai jeté mes cartes dites de fidélité et je fais un doigt d’honneur à chaque caméra de surveillance de ma ville.
Ma seule concession reste mon ordinateur qui me permet d’être informé correctement par Les Crises entre autres mais qui doit, lui aussi, être espionné par les chantres de la liberté individuelle

80 réactions et commentaires

  • aladin0248 // 11.08.2019 à 07h12

    Plutôt d’accord. Et cette tendance générale commence à peser bien lourd dans nos rapports quotidiens avec les autres. Il est important d’avoir conscience de l’autocensure que nous devons mettre en œuvre (y compris sur “les Crises”). Chaque fois que nous nous sentons obligés de mettre un mot ou une phrase pour une autre pour ne pas enfreindre l’obligation de bien-pensance, nous devons visualiser la force du système oppressif se présentant comme l’axe du Bien. Une bonne question : la tendance étant globale (ONU, UE, Macron), est-ce un effet diffus “naturel” ou certaines forces sont-elles à la tâche ? Quelle sont-elles ? Où veut on nous emmener ? Ceci s’insère manifestement dans un contexte plus large. Voyez http://msclx.blogspot.com/2019/08/dun-totalitarisme-lautre.html

    • Loxosceles // 11.08.2019 à 11h35

      En effet. Et concernant ce site, c’est toute l’ironie d’y voir prôner les idées de Chomsky, qui a encouru des risques juridiques pour avoir défendu la liberté d’expression d’individus aux idées déplaisantes, qui dénonce et explique les mécanismes de l’auto-censure journalistique, et que ce site fasse disparaître un nombre important de messages “déplaisants” plutôt que de laisser pratiquer tranquillement l’idéal Chomskien. Tout ça parce qu’il y a un besoin irréductible de respectabilité, parce que le message voulu par le site est d’autant plus efficace qu’il n’est pas entaché par ces idées “déplaisantes”, proférées par des individus probablement aussi déplaisants et infréquentables. Qu’il est déplaisant d’être ainsi traité quand notre volonté n’est que d’échanger sans tabous qui rendent l’échange improductif, voire parfois impossible.

      Maintenant, je comprends que le site ne puisse pas encourir des risques juridiques à tout bout de champ. Mais alors, il est très important d’assumer cette posture, de l’expliquer et de “lutter” pour que ce problème, car c’en est un, s’amoindrisse. C’est pourquoi il m’arrive d’être déçu quand les-crises met en avant des idées communément admises sans les critiquer, et qu’il censure des propos critiques sans même y répondre. Ceci est clairement contraire aux idées véhiculées par Chomsky, et cela démontre en revanche que la propagande et la répression fonctionnent parfaitement, au point d’avoir parfois cours jusqu’en ces pages.

    • M.Smith // 11.08.2019 à 13h13

      “Il est important d’avoir conscience de l’autocensure que nous devons mettre en œuvre .”

      Par exemple sur l’affaire Epstein ou sur les réseaux pédocriminels touchant les élites ?
      Epstein, sous surveillance constante après une première tentative de suicide (25 juillet), trouve le moyen d’en refaire une et de la réussir (10 août). Selon un ex-détenu interviewé par le New York Post, chaque cellule est surveillée toutes les 9 minutes, les draps sont en papier léger, selon lui impossible de se suicider sans y être aidé. (Une caméra de surveillance avait aussi été installée dans sa cellule après sa première tentative, pas de chance elle avait été désinstallée).
      Même étonnement de la part du FBI et du ministère de la défense qui vont tout deux diligenter une enquête.
      La veille (9 août) une partie du dossier d’un rapport de 2 000 pages était publié, mettant en cause, notamment, et nommément, de hauts responsables du parti démocrate pour leur participation présumée à des orgies avec des mineurs. Coïncidence ?
      En France impossible d’émettre le moindre doute sans être immédiatement taxé de complotiste.
      https://pbs.twimg.com/media/D_SAHTdWwAAPnkK.jpg

  • Jean // 11.08.2019 à 07h14

    => La France est devenue une des menaces mondiales contre la liberté d’expression

    En France, depuis Macron, les milliardaires s’enrichissent plus vite qu’ailleurs. Lien de cause à effet ?

    • Logique // 11.08.2019 à 23h24

      Trouvé ceci:
      “In a system where money both (A) translates directly to political power and (B) comes most abundantly to whoever is sufficiently cold and unfeeling to do whatever it takes in order to become immensely wealthy, we naturally find ourselves in a world ruled by sociopaths. These plutocratic rulers use their political influence to amass more power/money for themselves and create a system that is more and more favorable to the immensely wealthy, and they buy up media outlets to manufacture public support for that system. This ongoing propaganda campaign is what I see as the key weakness in the armor of their machine, and it’s the point I spend my energy attacking here.
      Whoever controls the narrative controls the world.”
      Caitlin Johnstone
      https://medium.com/@caityjohnstone/who-i-am-where-i-stand-and-what-im-trying-to-do-here-4a113e783578

      • Logique // 11.08.2019 à 23h36

        Traduction rapide:
        Dans un système où l’argent doublement (A) se transforme directement en pouvoir politique et (B) enrichit abondamment quiconque est suffisamment froid et sans sentiment pour faire tout ce qui est nécessaire pour devenir immensément riche, nous nous trouvons naturellement dans un monde gouverné par des sociopathes [suivez mon regard, ndt]. Ces dirigeants ploutocratiques utilisent leur influence politique pour amasser plus d’argent et de pouvoir pour eux-mêmes et créer un système qui est de plus en plus favorable aux immensément riches, et ils achètent des médias pour fabriquer un soutien public à ce système. Cette campagne continuelle de propagande est ce que je considère comme la faiblesse-clé dans l’armure de leur machine, et c’est sur ce point que je dépense mon énergie en attaquant ici [tout rapprochement avec les-crises ne saurait être une coincidence, ndt].
        Quiconque contrôle la narration contrôle le monde.

        Et bien je dis: MERCI!

      • Logique // 11.08.2019 à 23h50

        Et pendant qu’on y est je ne résiste pas à reproduire cette citation de Chomsky qui va comme un gant à qui vous savez et son gd:

        “The smart way to keep people passive and obedient is to strictly limit the spectrum of acceptable opinion, but allow very lively debate within that spectrum…”

        “Le manière maline de garder les gens passifs et obéissants est de limiter strictement l’éventail des opinions acceptables [complots pas acceptables of course! ndt], mais permettre des débats animés à l’intérieur de cet éventail.”

        Ou comment noyer le poisson.

        PS: re: limiter strictement l’éventail des opinions acceptables, qqn se sent-il visé ici, par hasard?

  • Arcousan09 // 11.08.2019 à 08h25

    Il est beau le dictateur sur cette photo.
    On le sent très ouvert et prêt à la discussion …
    En tout cas France pays de liberté c’est du passé …
    Entre un parlement de godillots, une presse aux ordres qui ne diffuse que ce que le pouvoir, non pas politique, de la finance lui autorise de diffuser, , les radars, les caméras de surveillance de toute sorte …. pour “votre” sécurité qui ne sont là que pour n(être efficace qu’à postériori, ajoutez y votre téléphone portable qui vous piste à chaque mouvement, la carte bleue qui permet de savoir qu’à 17h58 vous avez acheté quelque chose à tel endroit et cerise sur le gâteau tous ces trucs dits connectés qui permettent de pister à chaque seconde de leur vie ceux qui adorent, afin de faire moderne, tous ces bidules connectés
    Mon téléphone reste sur mon bureau, je règle tout ce que je peux en espèces, j’ai jeté mes cartes dites de fidélité et je fais un doigt d’honneur à chaque caméra de surveillance de ma ville.
    Ma seule concession reste mon ordinateur qui me permet d’être informé correctement par Les Crises entre autres mais qui doit, lui aussi, être espionné par les chantres de la liberté individuelle

    • Petrousko // 11.08.2019 à 08h47

      Concernant la surveillance de vos connexions internet, il me semble que vous avez TOR.

      • Logique // 11.08.2019 à 14h50

        Essayez donc de poster un commentaire ici en utilisant ce que vous recommandez…

      • Amora // 11.08.2019 à 17h26

        TOR a tort, il est surveillé lui aussi et plus que jamais.

    • Arcousan09 // 11.08.2019 à 10h29

      Facebook, twitter et autres ne sont pas ma tasse de thé …. je ne suis pas un peroxydé communiquant, je tente de conserver mes neurones en bon état

    • ROY // 11.08.2019 à 11h06

      Et que dire de la REPRESSION POLICIERE et MUTILATIONS sur les Gilets Jaunes, sinon qu’il s’agit, là, d’une entrave extrêmement grave, à la liberté d’expression, NON ?????

      • Arcousan09 // 11.08.2019 à 12h08

        Vous avez oublié Bruno Kaik qui a été retrouvé quasiment asphyxié dans le coma à Nantes lors de la manifestation contre ….. les violences policières
        Une vidéo montre un policier étranglant un manifestant … le même ???
        Et nos médias inféodés aux financiers dénoncent, à ceux qui veulent bien les écouter ou les lire, …. les répressions violentes à Moscou ….. Un éborgné, un mutilé, un étranglé cela ne relèverait donc pas de la violence policière !!!!
        Ils se moquent de qui ????

        • enkidou // 11.08.2019 à 13h37

          Merci arcousan cela me fait du bien de lire votre commentaire.
          Je fais de même, après avoir liquider (entreprises, biens, comptes bacaires sauf une pour les prélèvements obligatoires, CB sauf une…) je suis parti me mettre au vert il y a 7 ans. Ferme, jardin, bois, source. Je paie en cash au maximum même lors de mes déplacements sur autoroute. Train de vie bien inférieur mais disponibilité réelle. jamais eu facedebouc, twitter…
          Au fait suis-je libre pour autant?

          • Logique // 11.08.2019 à 14h56

            “Au fait suis-je libre pour autant?”

            Tout dépend de votre définition de la liberté. Si votre liberté finit là où commence celle des autres, être seul dans la nature devrait vous donner un sentiment de pleine liberté.

    • Dominique65 // 11.08.2019 à 12h35

      « je règle tout ce que je peux en espèces »
      Oui, mais pas ce que tu veux puisque au-delà de mille euros, les espèces, c’est interdit. 😉

      • Arcousan09 // 15.08.2019 à 22h33

        Et alors un interdit c’est fait pour être contourné …. les politicards le font bien ….

    • Man // 12.08.2019 à 09h58

      Si vous avez jeté votre carte de fidélité et que vous faites des doigts d’honneur aux caméras, alors votre liberté est sauvée !!

  • Shock // 11.08.2019 à 08h41

    “Le Premier Amendement fait un excellent travail pour empêcher l’action du gouvernement contre la liberté d’expression, et la plupart des lois qui restreignent la liberté d’expression en Europe seraient inconstitutionnelles aux États-Unis.”

    Taratata… Le fbi ne vient-il pas d’annoncer que le fait de soutenir une vérité non officielle fait de vous un terroriste?

    “Considering the growing acceptance of pre-emptive arrest, that is, arresting someone before they can commit a crime that they are suspected of planning to commit, challenging official explanations, such as those offered for the assassinations of John F. Kennedy, Robert Kennedy, and Martin Luther King or the official explanation for 9/11, can now result in monitoring by authorities with a view to finding a reason for pre-emptive arrest.”

    https://www.zerohedge.com/news/2019-08-07/paul-craig-roberts-slams-fbis-open-invitation-tyranny

    Considérant l’acceptation croissante des arrestations préventives, à savoir l’arrestation d’une personne avant qu’elle puisse commettre un crime dont elle est suspectée de projeter de commettre, défier des explications officielles comme celles offertes pour les assassinats de JFK, RFK et MLK ou l’explication officielle pour le 911 peut maintenant conduire à une surveillance par les autorités en vue de trouver une raison pour une arrestation préventive.

    ” (et encore moins des Crises…)”

    ???

  • Toutatis // 11.08.2019 à 08h50

    Des solutions techniques existent pour s’opposer à cela. Pour les combattre il n’y aura pas d’autre moyen pour les pouvoirs que d’avoir un internet cloisonné, avec des liens avec l’extérieur (de la France, de l’Europe) quasiment impossibles, autrement dit un internet à la chinoise. On ne pourra plus nous présenter la Chine (et la Russie) comme dirigée par un régime autoritaire ennemi des libertés contrairement à nous.

    • julya // 11.08.2019 à 12h34

      “Des solutions..” par Toutatis
      Vraiment, il est préférable de vous lire que d’être aveugle mais c’est tout.
      Globalement présenter Macron comme un dictateur……c’est d’un comique fini!
      Idem pour la Chine et la Russie qui ne seraient pas un peu autoritaires!!!
      Nous verrons comment ça se terminera à Hong Kong

      • un VPN vous protège // 12.08.2019 à 23h10

        “Globalement présenter Macron comme un dictateur……c’est d’un comique fini!
        Idem pour la Chine et la Russie qui ne seraient pas un peu autoritaires!!!”

        FACTUELLEMENT on crève des yeux ICI, et pas en Russie, on le saurait parce qu’on entendrait tous les vendus des médias hurler; ici aussi on fait des arrestations préventives; pour l’instant on ne torture pas encore dans les commissariats(et en russie non plus, sinon on en aurait 23h/24 à la TV du gouvernement); ici aussi on a plein de lois pour criminaliser les gens qui ne disent pas ce qu’il faut; etc….un Français normal(ça exclut donc toute La Racaille En Marche) sait ça.
        [modéré]

  • James Whitney // 11.08.2019 à 08h53

    Si ma mémoire est bonne, il y a peut-être 4 ans quelques individus ont été condamnés pour avoir recommandé publiquement BDS (boycott, désinvestissement, sanctions contre Israël, mouvement non-violent d’origine palestinienne).

    Aujourd’hui, s’opposer publiquement à CETA ou Mercosur, c’est pareil ?

    • Mohamed // 12.08.2019 à 00h15

      non ce n’est pas pareil. Israel a une capacité de nuisance bien plus importante vis a vis de la liberté d’expression et d’action. d’ailleurs les premiers a avoir fait courbé l’échine a Twitter sont des étudiants juifs en service commandé.

  • RGT // 11.08.2019 à 09h03

    Entre nous, croyez-vous réellement que la “liberté d’expression” a un jour réellement existé depuis que les humains ont commis le CRIME irréparable de se rassembler sous l’égide de “guides” et de leur obéir aveuglément ?

    Le seul endroit où vous ayez une totale liberté d’expression est une île déserte perdue au milieu d’un océan infranchissable.
    Simplement parce que personne ne peut vous écouter et que vos “pensées déviantes” ne se propageront pas.

    Ensuite, s’il existe des bisounours qui sont con-vaincus que la liberté totale d’expression a existé un seul jour durant leur existence ils sont vraiment naïfs.
    S’ils ont pu exprimer une opinion contraire à celle des “divins Élus”, c’est simplement parce qu’ils ont réussi par le plus grand des hasards entre les mailles du filet ou que leurs propos ne gênaient pas les “élites” qui les ont laissé parler afin de se parer dans une toge de virginité de “liberté d’expression”.

    • RGT // 11.08.2019 à 09h04

      Être gouverné, c’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n’ont ni le titre, ni la science, ni la vertu… Être gouverné, c’est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé. C’est, sous prétexte d’utilité publique, et au nom de l’intérêt général, être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concussionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre résistance, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garrotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré. Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale ! Et dire qu’il y a parmi nous des démocrates qui prétendent que le gouvernement a du bon ; des socialistes qui soutiennent, au nom de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité, cette ignominie ; des prolétaires, qui posent leur candidature à la présidence de la république ! Hypocrisie !

      Idée générale de la Révolution au 19e siècle, Pierre-Joseph Proudhon, éd. Garnier frères, 1851, chap. Épilogue, p. 341

    • Véro // 11.08.2019 à 09h24

      Oui la liberté d’expression a existé.
      A force de tout simplifier on oublie justement ces périodes de plus grande liberté, c’est dommage parce que ça incite les gens à penser qu’il n’est pas possible de faire autrement que de bafouer toujours plus les libertés fondamentales.

      La liberté ne peut jamais être totale, elle est toujours limitée par celle des autres. Mais quand on passe d’un régime de liberté d’expression, qui consiste à avoir le droit de tout dire en engageant éventuellement sa responsabilité vis-à-vis des personnes pouvant prouver qu’elles ont subi un préjudice, à un régime où on peut être pénalement réprimé pour s’être exprimé sur certains sujets, ça fait quand même une sacrée différence !

      • xavier37 // 11.08.2019 à 09h36

        USA = liberté de tout dire ?
        Demandons leurs avis à MM Assange et Snowden,
        Comme quoi, personne n’est parfait.

        • Véro // 11.08.2019 à 09h44

          Je ne parlais pas des USA.
          Je n’ai pas dit que nous avions aujourd’hui une liberté d’expression importante, justement aujourd’hui nous n’avons pas le droit de tout dire.

  • Macarel // 11.08.2019 à 09h05

    “La France est devenue une des menaces mondiales contre la liberté d’expression.”

    Pas la France, une certaine oligarchie française. Dont Macron est le dernier représentant en date.

    LREM ce n’est pas la France. L’élection de Macron est un accident de l’histoire, un accident lourd de conséquences, mais Macron ne représente qu’une petite partie des français (16% des inscrits au mieux).

    Nos institutions, notre cinquième République dégénérée (surtout depuis que les élections législatives suivent la présidentielle), ont transformée notre République en une Monarchie élective, l’Assemblée Nationale n’étant qu’une chambre d’enregistrement des volontés du “roi”. Le roi n’est plus un roi de droit divin, mais un roi, fait roi par le capital qui lors des campagnes électorales contrôle les médias de masse, et finalement arrive en général à obtenir le résultat électoral qui lui est favorable. Surtout qu’il peut compter sur le rôle de chien rabatteur des moutons apeurés, tenu lors de chaque élection par “l’ogre RN”. Ogre systématiquement mis en avant par les médias de masse comme premier adversaire du candidat des ploutocrates lors de chaque campagne électorale.

    • Dominique65 // 11.08.2019 à 12h43

      « Le roi n’est plus un roi de droit divin, mais un roi, fait roi par le capital »
      N’oublies pas que le Capital est gouverné par « la Main Invisible ». Cette main est à l’image de celle de Dieu. La mise sur le trône de Macron par le capital est une œuvre quasi religieuse.

    • Razmo Kète // 11.08.2019 à 13h02

      L’élection de Macron n’est pas un accident de l’histoire, c’est le prolongement normal de la courbe depuis à peine après 1789. Accident de Gaulle en cours de route(*), puis reprise normale de la pente. Accélération de cette pente après le point d’inflexion Sarkozy (**). Désormais, assez d’entropie générale pour permettre un Macron et sa destruction accélérée non seulement du bien public, mais de son idée même, sans plus se cacher, avec l’ hubris de l’époque.

      Macron n’est pas un accident de l’Histoire. La civilisation occidentale, elle, est devenue une catastrophe fatale qui accélère encore et encore, et Macron est le symtome/représentant normal de ce mouvement en France.

      (*) De Gaulle, lui, a été un accident de l’Histoire. Sans le chaos suivant la seconde guerre mondiale, jamais quelqu’un avec ses orientations n’aurait atteint le pouvoir. Après lui, la destruction de son oeuvre a été commencée tout de suite.

      (**) Après la fin de la guerre froide, il a fallu un peu de temps aux USA pour se lâcher total, puis le 11/09/2001 les a hallucinés, nous aussi et Sarkozy a su en profiter.

      • Macarel // 11.08.2019 à 21h53

        L’élection de l’individu Macron est un accident de l’histoire, par contre le fait que les banquiers prennent de plus en plus directement le pouvoir, n’en est pas un…

      • Yannis // 14.08.2019 à 14h44

        Et pourquoi pas remonter aux Carolingiens ou à l’Empire romain pour expliquer le fait que la France ne peut décidément pas être un pays de droits, ce qu’elle fut à certains moments, il n’y a encore pas si longtemps… Ce genre de démonstration ne démontre rien, mais accentue le sentiment d’impuissance. Car en plus, si l’Histoire (dont on fait dire ce qu’on veut) prouve que nous sommes un peuple de soumis, il n’y a plus qu’à attendre un dénouement divin, ou la fin du monde.

        l’Histoire n’est pas une pente inéluctable, mais elle se faconne en permanence, se relit aussi, prise dans plusieurs courants, souvent contradictoires. On sent plutôt ici la crainte que la France, ex Empire et puissance mondiale, sorte de l’Histoire ou se mette temporairement en retrait.

    • julya // 11.08.2019 à 14h13

      “Macron ne représente qu’une petite partie des français (16% au mieux )”Macarel
      Oui peut être mais s’il n’a pas de légitimité Quid de le pen ou mélenchon?
      Je vous rappelle qu’ils ont perdu et que le PR actuel à gagné 4 élections 1er et 2ème tour présidentielle et législative .
      Il sera toujours possible de changer de Président à la prochaine élection qui sera libre et sans fraude et pour laquelle les candidats ne seront pas empêchés par la force.
      Rappelez moi, quand à eu lieu la dernière élection en Chine?

      • Séraphim // 11.08.2019 à 16h29

        Il y a, en Chine, des processus électoraux fréquents, des protestations publiques conduisant à des changements politiques. Bon, le grand manitou est choisi par les siens, c’est exact. Pas chez nous?

        • acmro // 12.08.2019 à 16h23

          Il suffit de connaître l’histoire des dirigeants de la Chine depuis la prise du pouvoir par Mao pour comprendre qu’il n’y a aucune alternative politique en Chine.

          Officiellement, la Chine est un État socialiste multipartite sous la direction du Parti communiste chinois (PCC). Il y a un petit nombre de candidats indépendants aux congrès populaires, notamment dans les quartiers des grandes villes, qui font parfois campagne en utilisant des weibos affichés sur Internet.

          Bien qu’il n’y ait pas d’obligation légale d’adhérer au Parti communiste ou d’obtenir son approbation, dans la pratique, la composition des congrès populaires supérieurs et des gouvernements populaires est largement déterminée par le Parti. Les candidats indépendants sont fortement découragés et font face à une intervention gouvernementale dans leurs campagnes. En pratique, le pouvoir des partis autres que le Parti communiste de Chine est supprimé.

          Il y a des places réservées pour les minorités ethniques mais ils sont aussi membres du PCC.

          Reste les dissidents en prison, assignés à domicile, interdits de communication, de publications, de se déplacer, privés de travail, etc

          • La Racaille En Marche // 12.08.2019 à 23h17

            “l suffit de connaître l’histoire des dirigeants de la Chine depuis la prise du pouvoir par Mao pour comprendre qu’il n’y a aucune alternative politique en Chine.” comme ici, les mêmes se succédent sous des appellations différentes, et le peuple , pas stupide, l’a compris, d’où l’abstention.
            Quant à l’élection de Mr Micron, résultat d’une campagne de propagande(aucun jour sans qu’au moins une revue ne consacre un article au futur grand leader) encore jamais vue pour une élection présidentielle, si vous appellez ça de la démocratie, c’est bien que nous ne sommes pas du même monde

          • Michel Le Rouméliote // 14.08.2019 à 17h05

            … Et c’est bien ce qui est en train d’arriver dans tous les pays de l’UE. Et Hong-Kong prend exemple sur nous, d’ailleurs, on commence à éborgner les manifestants et les gilets jaunes soutiennent les Hong-Kongais.

      • Philou // 11.08.2019 à 16h59

        Comparez-nous avec ce qui est comparable !
        Un principe du droit, c’est de ne pas excuser ses turpitudes par celles des autres, éventuellement plus grandes…
        Comparez-nous avec la Suisse, la Norvège, le Danemark ou l’Islande ou même l’Italie (où l’affreux moustachu, mussolinien selon certains, appellent à des élections générales pour trancher la crise de régime), ou encore au Royaume-Uni, où le référendum en faveur du Brexit, juste à 52%, est reconnu et où l’on tente, malgré toutes sortes de manoeuvres dilatoires, de l’appliquer.
        Sinon, oui, vous avez raison, c’est l’ensemble de la classe politique française qui n’a pratiquement plus aucune légitimité. D’où l’étonnante et constante revendication des gilets jaunes d’être – non pas a-politiques – mais a-partisans, y compris vis-à-vis des partis dont les feuilles de route portent une part de leurs revendications (au premier chef, la France Insoumise mais aussi partiellement ou très partiellement : le Rassemblement National ou les Verts).

      • Macarel // 11.08.2019 à 22h03

        C’est pour cela qu’il faut de vrais contre-pouvoirs et/ou des modes de scrutin qui donnent plus de légitimité ou de représentativité aux élus.
        On a coutume de dire que la démocratie c’est la dictature de la majorité, mais quand cette majorité ne représente en fait qu’une minorité de la population, alors c’est la dictature d’une minorité. Et malheureusement, on le voit avec la majorité/minorité LREM, le despote n’est même pas un despote éclairé.

  • Wollaston // 11.08.2019 à 09h14

    Plutôt d’accord mais les actions visant a détruire Assange montre que les senseurs sévissent aussi chez eux.
    La volonté de faire taire est celle des puissants qui savent leur illégitimité, elle est a leur image : oligarque et apatride.

  • Macarel // 11.08.2019 à 09h32

    Ce qui pose problème dans la France contemporaine, c’est qu’avec un score de 10 à 16 % des inscrits au premier tour d’une élection présidentielle, l’élu peut ensuite exercer un pouvoir absolu pendant 5 ans. Ce d’autant plus que l’élection législative suivant l’élection présidentielle, l’Assemblée Nationale n’est plus qu’une assemblée de députés godillots entièrement redevables au président élu.
    Notre démocratie, n’est de facto, même plus, un tant soit, peu représentative.

    • Véro // 11.08.2019 à 09h42

      De toutes façons, avec notre Constitution, il ne faut pas se faire d’illusions. Même si les élections législatives ne tombaient pas juste après l’élection présidentielle, le président de la république ayant le pouvoir de dissoudre l’assemblée nationale, il utiliserait ce pouvoir pour se constituer une majorité (ce qu’a fait Mitterrand en 81 et en 88).

      Il faudrait songer à revenir au parlementarisme pour re-démocratiser notre vie politique (en restant en démocratie représentative), ou bien passer à la démocratie directe, ou faire un mélange des deux, mais dans tous les cas, en finir avec ce régime semi-présidentiel sans véritable contre-pouvoir.

      • Macarel // 11.08.2019 à 09h50

        Faire en sorte qu’il y ait de vrais contre-pouvoirs et/ou explorer des types de scrutin alternatifs :

        https://sciencetonnante.wordpress.com/2016/10/21/reformons-lelection-presidentielle/

        • Véro // 11.08.2019 à 10h20

          j’avais déjà vu cette vidéo très instructive. Oui on peut aussi améliorer les modes de scrutin, ce qui apporte des garanties supplémentaires aux citoyens. Et le jugement majoritaire est une solution intéressante. Mais il faudrait tout de même en finir avec le régime semi-présidentiel. Parce qu’aucun mode de scrutin ne peut garantir ce qui se passera après l’élection, et on ne peut pas remettre notre destin entre les mains d’un seul individu, même s’il y a des contre-pouvoirs.

          • Dominique65 // 11.08.2019 à 12h45

            « aucun mode de scrutin ne peut garantir ce qui se passera après l’élection »
            En effet. Il faut donner au peuple un pouvoir révocatoire.

            • Logique // 11.08.2019 à 14h29

              Il faut donner au peuple le pouvoir de voter et de refuser les lois.

              A propos, on est à combien de signatures pour le RIP sur ADP?

                +10

              Alerter
            • Gilles // 11.08.2019 à 16h54

              621000 alors qu’il nous en faut 4717000 (13.16 %). Plus que 214 jours !!!!

                +8

              Alerter
            • Logique // 11.08.2019 à 17h44

              “621000 alors qu’il nous en faut 4717000 (13.16 %). Plus que 214 jours !!!!”

              C’est ce que j’ai pensé depuis le début après avoir connu la procédure pour “signer”.
              Du quasiment impossible au certainement impossible. Pauvre France.

                +12

              Alerter
  • Petrusko // 11.08.2019 à 09h58

    Au classement 2019 de Reporters sans frontière sur la liberté de la presse, les USA sont derrière tous les pays de l’Europe de l’ouest et du nord.

    • jch // 11.08.2019 à 13h45

      La CIA a dû diminuer leur subvention, alors…

    • acmro // 12.08.2019 à 16h37

      Je vous invite vivement a regarder, dans les caves du classement, qui est après le 140 ième rang très loin de la France.

  • Ardéchoix // 11.08.2019 à 10h34

    Malheureusement de plus en plus actuel.
    « À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

  • ROY // 11.08.2019 à 10h57

    Au vu de cette dictature camouflée, imposant une restriction grave de notre liberté d’expression, j’ai commencé par me désabonner de Fb et Messenger, car ils sont, maintenant, aux ordres de Jupiter (2 visites de Mr Zuckerberg à l’Elysée, pas pour discuter tricot, je pense !) ; Oui je sais, cela va dans le sens de notre “seigneur et maître bien aimé”, mais que faire d’autre, sinon de lire et s’exprimer sur des sites comme Les Crises, des expressions réelles et saines, comme il n’ en n’existe plus dans 99% des médias (presse écrite, radios, TV, etc…) ; Ces “médias” ont été “achetés” par de grasses subventions d’état, dont les patrons sont des milliardaires, grands copains de Jupiter ! MERCI de ne pas me CENSURER, car j’assume, pleinement et seul, la responsabilité de ce texte.

  • Julien // 11.08.2019 à 10h57

    Le traitement médiatique de l’affaire Epstein (une vraie bombe atomique pour l’élite mondialiste) en France, montre déjà une chose : les médias sont aux ordres. Donc la liberté d’expression repassera. Aucun journaliste, d’aucune rédaction Française n’en a parler comme il le devait. toujours à demi-mots, sans chercher bien loin. son pseudo suicide qui arrange tout le monde est aussi un non événement pour la presse Française, circuler y’a rien à voir. l’affaire est bouclée. Déjà le Figaro entres autres titre : “epstein proche de Donald Trump”. non non, trés proche des Clinton et autre ministre israélien par exemple, mais ça sonne pas bien dans la bouche des mondialistes, ces gens au dessus de tout soupçons qui nous veulent que du bien. D’ailleurs l’exfiltration par le “maussade” est à prendre en compte, et amplement probable vu les services rendus par Epstein à ces derniers, “il a fait du bon boulot…”. bref, cet exemple montre toute la perversité des élites qui nous gouvernent et la lâcheté totale de nos journalistes aux ordres qui se démènent sur les plateaux pour nous faire croire qu’ils sont totalement libres dans les rédactions… ah ah ah. Arrêtez donc vos salades. vous êtes libres pour parler de la hausse du prix du gasoil, mais dés que ça touche le pouvoir vous êtes soumis et aux ordres. donc la liberté d’expression est de facto ruiné au niveau national, puisque ceux qui sont censé informer le peuple sont totalement vendus à l’élite qui les finance.

    • Logique // 11.08.2019 à 14h41

      Le choix des sujets dans les bulletins de nouvelles est fascinant. Hier sur franceinter, dans un bulletin de la fin d’après-midi: premier sujet, la manifestation à Moscou. Pour l’acte 39 des Gilets Jaunes, vous pouviez aller vous brosser. Silence radio et c’est le cas de le dire. Aussi on nous a balancé qu’Epstein s’était suicidé. Aucun conditionnel, aucun doute. La vérité vraie.

      Bref, écoutez Sud-Radio. Il y avait un débat et une question adressées aux auditeurs: le mouvement des Gilets Jaunes va-t-il durer jusqu’en 2022? Plus de 80% des auditeurs qui se sont exprimés par un vote ont estimés que OUI. Aaaaaah la bonne nouvelle! Ca change des débats bidons sur les chaînes publiques, pardon contrôlées par la nomenklatura. Je propose aussi de remettre ce dernier terme à la mode… pour la France.

  • Fritz // 11.08.2019 à 11h08

    Ma première réaction à la lecture du texte de Turley : j’ai honte d’être Français.
    Puis je me ravise : rien ne sert de se délecter de notre lucidité devant le triomphe des censeurs. Parlons librement, sans crainte et sans haine. Les censeurs ne gagneront pas. Tendons-leur un miroir.

    • Catalina // 11.08.2019 à 21h41

      libre dé-expression, France 2019
      Un Gilet jaune mis en garde par la Sécu pour avoir géré une page Facebook pendant un arrêt maladie
      “D’un point de vue légal, Maître Villatte de Peufeilhoux, avocat au barreau de Marseille, se demande en quoi administrer un compte Facebook serait incompatible avec le fait d’être en arrêt de travail et donc susceptible de remettre en cause le versement des indemnités journalières.”
      https://francais.rt.com/france/64926-gilet-jaune-averti-par-secu-adminitre-page-facebook-arret-maladie

  • FrédéricB // 11.08.2019 à 11h34

    Petite illustration de l’article :
    ” Un activiste italien arrêté et incarcéré en Bretagne après dix-huit ans de cavale
    Condamné en Italie pour des violences lors du G8 de Gênes, en 2001, Vincenzo Vecchi vit depuis huit ans dans le Morbihan. ” (Le Monde, 11/8/2019).

    Il s’agit bien sûr d’un message adressé à ceux qui auraient l’idée de manifester lors du G7 à Biarritz, à la fin du mois. Le parquet de Rennes viens de se réveiller après 18 ans : gageons qu’il ne fait qu’appliquer une consigne venue du sommet de l’Etat.

    Manifester en France va devenir de plus en plus difficile face à un pouvoir de plus en plus tenté d’utiliser la violence physique ou psychologique.

    • Fritz // 11.08.2019 à 11h43

      A propos, qu’est-il arrivé au policier qui avait tué Carlo Giuliani d’un coup de pistolet dans la tête ?
      Ce manifestant s’apprêtait à lui jeter un extincteur… A-t-on allégué la légitime défense policière ?

      Ça y est, j’ai retrouvé :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Carlo_Giuliani
      La Cour Européenne des droits de l’homme a acquitté l’État italien, jugeant dans son arrêt définitif que « le recours à un moyen de défense potentiellement meurtrier, tels des coups de feu, était justifié ».

      Quant au carabinier tueur, il a été relaxé par la « Justice » italienne.

  • Denis // 11.08.2019 à 13h43

    Liberté d’expression!
    Oui, je peux acheter ou ne pas acheter!
    Non, je ne peux pas dire n’importe quoi!
    Surtout si c’est une vérité à ne pas divulguer.

    Mais ce n’est pas nouveau.

    Chacun sait bien que le pouvoir corrompt, etc…

    Faisons en sorte de lire entre les lignes et d’utiliser
    le miroir de la réalité! Oups!

    Quoiqu’une grande partie de nos concitoyens se
    satisfait d’un bonheur béat: toute réflexion n’est
    due qu’à un esprit négatif! 🙂 Bééé,bééé,bééé!

  • Cyd // 11.08.2019 à 21h54

    En voici un qui utilise sa liberté d’expression pour se féliciter du pouvoir ploutocratique (pardon démocratique ) des marchés (qui doivent rassembler quoi 1 million de personnes dans le monde en étant très très large)

    http://www.slate.fr/story/180591/italie-matteo-salvini-spread-dette-taux-change

  • edrick d’Estroy // 12.08.2019 à 14h25

    Il est évident que depuis des années des gens “bien intentionnés” souhaitent museler toutes pensées critiques a leur encontre, et au nom du bien absolu – qu’ils disent être leur combat – ils ont décidé de supprimer toute possibilité au commun des humbles mortels que sont les peuples, ils sont près avoir toutes les bassesses pour imposer leurs point de vue…
    Imaginez ce que Pol-pot, Hitler Staline ou bien d’autres auraient pu faire en utilisant ce principe de tyrannie lente et par paliers : se maintenir au pouvoir, en menant leurs “projets” tout en se préservant au pouvoir avec un minimum d’exposition, puisqu’au nom du bien…
    Le silence des peuples est la seule musique qui siée à leurs oreilles, car de ce silence dépends la durée de leur règne….

  • Thierry Saladin // 12.08.2019 à 16h15

    Bonjour,
    Je peux me tromper, mais je pense que la première phrase de cet article est mal écrite
    “Il y a juste un peu plus d’un an, le président français Emmanuel Macron est venu aux États-Unis pour y IMPORTER à Washington deux espèces potentiellement invasives.”
    Macron étant français et non américain, il ne peut qu’EXPORTER quelque chose là-bas.
    Il est probable que l’erreur initiale vient du texte original.
    “Just over one year ago, French President Emmanuel Macron came to the United States to IMPORT two potentially invasive species to Washington.”
    To EXPORT aurait mieux convenu ici, Macron étant le sujet du verbe. Mais je ne demande qu’à en savoir un peu plus sur l’emploi de ce verbe en anglais.
    Traduire est loin d’être facile.
    Cordialement.
    Thierry Saladin

    • acmro // 12.08.2019 à 16h49

      To import veut dire accepter à l’intérieur d’un territoire, d’une entité, d’un pays…quelque chose provenant d’ailleurs (avec acceptation tacite ou réglementaire). To export s’applique au pays qui exporte donc à toutes les actions a partir de ce pays (expédition, etc).

      Les 2 termes dans ce cas peuvent s’appliquer puisque Macron était déjà aux USA…

      (Traduction de Deepl…). Utilisée par ce site. Les majuscules ne sont pas de moi.

      Il y a un peu plus d’un an, le président français Emmanuel Macron est venu aux États-Unis pour IMPORTER deux espèces potentiellement envahissantes à Washington.

  • Larousse // 12.08.2019 à 17h04

    Après tout, Est-ce si grave ? La France devient un pays de queue de peloton. Sa ploutocratie a tant prétendue être à la tête du “Droitdel’hommisme”, qu’elle se prend les pieds dans le tapis.
    Aujourd’hui, l’ONU par la voix de pays tiers, lui fait la leçon sur la gestion des “islamistes” en Syrie-Irak ( parce qu’avec d’autres Etats elle refuse le droit syrien du gouvernement légal).
    Un journaliste américain fait la leçon au président Macron, peut-être aussi parce que le discours des médias français sur Donald Trump l’agace ??? Cette ploutocratie se pose-t-elle la question : un président démocrate serait-il plus gentil avec Paris ? Vu les circonstances, je n’en suis pas si sûr (ce serait peut-être du style “cause toujours tu m’intéresses…” au fond du pareil au même)

    • acmro // 12.08.2019 à 17h59

      5 ième exportateur mondial, des sociétés françaises présentes partout à l’international, dans tous les secteurs, des sous-marins nucléaires d’attaque et stratégiques, des satellites militaires et civils, des prix Nobel dans un peu tous les domaines, l’école française de mathématique parmi les meilleures du monde (voir le nombre de médaille Fields), le Rafale, le premier avionneur du monde (Airbus) maintenant en co-production avec d’autres pays, etc.

      En 2017 les entreprises françaises ont déposé plus de 9000 brevets (industriels, recherche fondamentale).

      Parmi les pays européens ayant enregistré une augmentation figurent la Suisse (+7,3 %), la France (+5,8 %), l’Allemagne (+5,7 %) et la Suède (+4,6 %)

      Vraiment…en queue de peloton ?

      • Véronique // 12.08.2019 à 18h20

        Bonne remarque. La France n’est pas encore en queue de peloton, ce qui rend d’autant moins acceptable d’assister à sa désindustrialisation, au laminage de son agriculture, à la disparition de ses services publics, à la précarisation croissante des travailleurs salariés ou indépendants etc., sans parler de la hausse de la répression, des atteintes à la démocratie et de la perte de souveraineté.

      • Larousse // 12.08.2019 à 18h24

        J’entendais en matière de démocratie, je suis une ginette mais pas au point de confondre économie et système politique. Faut pas se froisser si vite…(cocorico…) j’ai une préférence pour une vie plus calme, avec une population plus sereine sans pour autant prétendre qu’un pareil pays existe.

  • Mickael Jackunin // 13.08.2019 à 11h35

    Les trois pires axes d’attaques contre la liberté d’expressions actuels consistent à ne plus permettre l’anonymat, à confier la censure à des boites privées et de laisser certains proférer des insanité en faisant taire leurs détracteurs.
    Les garanties d’une liberté d’expression qui fonctionnent sont l’anonymat , le contradictoire et la protection juridique des ces droits fondamentaux.
    Si on fait pas ça ; on mérite bien son étiquette de tyran … et nos responsables politiques sont tous en train de faire tout le contraire …
    MDM.

  • Michel Le Rouméliote // 14.08.2019 à 17h13

    Une bonne synthèse de la dictature en marche tant en France qu’en Amérique du nord se trouve dans le livre de Mathieu Bock-Côté, L’Empire du politiquement correct, aux éditions du Cerf , 2019.

  • clauzip 12 // 17.08.2019 à 00h04

    La France présidée par un homme dont l’intérêt général n’a jamais été ,sinon le premier,le dernier objectif n’accepte aucune contraintes dans son exercice du pouvoir.
    Le droit lui est insupportable dans ses objectifs de pouvoir et de profit.
    Progressivement ,l’UE est exactement dans la même démarche,le profil d’un système totalitaire généralisé se met en place.
    Les risques sont très importants,les signes avant coureurs ont été perçus depuis longtemps.
    Et pourtant,à petites doses,le marché dont les libertés s’accroissent devient l’horizon incontournable tel que le souhaitaient Thatcher,Régan et d’autres,la liberté des citoyens se réduit en conséquences.
    L’objectif est ainsi posé,comment en sortir?

  • gab // 17.08.2019 à 13h00

    Ce “Chroniqueur d’opinion” ne m’a pas l’air assez très informé des réalités françaises. Ses quelques exemples sont bien insuffisants pour tirer des conclusions. Non seulement il ne se base sur aucun recensement de cas de censure, sur aucune étude sérieuse à ce sujet, mais il ignore la loi Macron sur les fakenews, il passe sur la question du négationnisme ou le problème pour la liberté d’expression qu’est l’accaparement des médias par quelques milliardaires. Sans doute que c’est pas un pb aux states…
    A mon avis c’est l’exemple type du chroniqueur qui se soucie surtout de servir à son public ce qu’il attend et se dispense de travailler sérieusement son sujet.
    Macron est sans doute un danger pour la liberté d’expression (entre autre), mais la question mérite mieux

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications